Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Débordements

 | 
Madeleine Akrich
, 
Yannick Barthe
, 
Fabian Muniesa
, 
et al.

Préface

Michel Callon, Madeleine Akrich, Yannick Barthe, Fabian Muniesa et Philippe Mustar

Texte intégral

1La vie est parfois injuste. Le départ à la retraite de Michel Callon a laissé orphelins toute une série d’individus pour lesquels il convient aujourd’hui d’avoir une pensée émue. Il y a d’abord tous ces nouveaux thésards qui n’auront jamais la chance d’être accompagnés par ce directeur de recherche généreux et exigeant ; il y a ensuite tous ces futurs collègues qui ne connaîtront jamais la stimulation intellectuelle que procure la discussion au quotidien avec lui ; il y a enfin tous ces auditeurs qui goûteront moins souvent le plaisir de se sentir, le temps d’une conférence, un peu plus intelligents qu’à l’ordinaire. Tous ceux-là n’auront plus que leurs yeux pour pleurer, et surtout pour lire l’abondante production intellectuelle qu’il a livré en 30 ans d’une carrière hors du commun et dont la source est loin d’être tarie.

2Toute la carrière de Michel Callon s’est déroulée au sein du Centre de sociologie de l’innovation de l’École des mines de Paris. Il serait cependant inexact de dire que le CSI a « fait » la carrière de Michel Callon, dans la mesure où c’est plutôt lui a qui a fait la carrière du CSI ! En prenant en 1983 la direction de cette unité créée en 1967, il lui a en effet donné une seconde naissance, tant sur le plan intellectuel que sur le plan organisationnel. Mettant à profit la grande autonomie dont jouissent les responsables de laboratoire au sein de l’École, il a alors fait des choix décisifs pour le centre. Celui, d’abord, de privilégier une très grande ouverture disciplinaire dans le recrutement des chercheurs et des doctorants ; celui, ensuite, d’inscrire d’emblée les activités du centre dans un espace international, avec le succès que l’on sait.

3Grâce à sa grande complicité avec Bruno Latour, qu’il a entraîné dans l’aventure, Michel Callon a réussi au fil des années à doter le CSI d’une véritable identité dans le paysage académique. L’équipe de recherche qu’il dirigeait a rapidement acquis une solide réputation internationale, et des liens durables se sont noués avec des chercheurs venant de tous les horizons. L’identité du CSI est étroitement liée à la conception de la recherche que Michel Callon a su insuffler aux membres qui ont progressivement rejoint l’équipe.

4Cette conception de la recherche se caractérise d’abord par le privilège qu’elle accorde au « terrain ». Hors du terrain, point de salut. Cette exigence empirique repose sur une idée simple : les meilleures questions de recherche sont celles qui viennent du terrain. Et ce sont souvent les acteurs eux-mêmes qui les formulent. Ce sont ces mêmes acteurs qui, par leurs capacités créatives, trouvent des réponses pratiques aux énigmes sociologiques les plus difficiles à éclaircir. D’où la nécessité de les suivre au plus près, et d’être attentifs aux petits pas de côté que certains d’entre eux réalisent pour résoudre les problèmes auxquels ils font face. Partir du terrain, ou y revenir sans cesse, ce n’est pas renoncer à la théorie, loin s’en faut, mais c’est se garder de la menace qui plane constamment sur le travail intellectuel : confondre abstraction et théorie.

5Elle se caractérise ensuite par une volonté sans cesse réaffirmée d’innover dans le travail de problématisation et de proposer des concepts originaux permettant de penser autrement. Alors que Michel Callon est souvent considéré comme un « théoricien », en un sens il est davantage ce que Michel Foucault appelait un « expérimentateur » : loin de chercher à bâtir un système général et à l’appliquer de façon uniforme à des champs différents, il a d’abord envisagé le travail de recherche comme une exploration à l’issue théorique incertaine, une exploration devant permettre de se transformer soi-même et de ne plus penser la même chose qu’auparavant. Être capable de problématiser autrement, d’opérer des déplacements, de faire « parler » des textes, de les trahir même, de manière à ouvrir des pistes de réflexion originales (souvent d’ailleurs avec la bénédiction des auteurs de ces textes qui n’en demandaient pas tant !), voilà ce qui a permis à Michel Callon de faire figure de pionnier dans de nombreux domaines et d’être le formidable guide d’une aventure intellectuelle collective. Mais pour vaincre le conformisme de la pensée et la paresse intellectuelle, il fallait de l’audace, encore de l’audace, toujours de l’audace.

6Sans doute est-ce cette audace qui lui a valu de passer plus d’une fois devant le tribunal du monde académique, généralement peu enclin à accueillir à bras ouverts ce genre d’empêcheur de penser en rond. Trop d’indiscipline à l’égard des conservatismes intellectuels ne pouvait laisser indifférent. Trop d’« a-discipline » aussi, car il est vrai que Michel Callon s’est toujours moqué des cloisonnements disciplinaires et des rentes de situation qu’ils autorisaient.

7Michel Callon a toujours été un militant acharné de la libre circulation des chercheurs au sein des différents espaces de production intellectuelle. Aussi est-ce en multipliant les occasions de confrontation qu’il a contribué à dynamiser les travaux du centre sans manquer, au passage, de dynamiter certaines routines de pensée dans le corset desquelles était enfermée chacune des disciplines concernées. Le rayonnement de son œuvre dépasse d’ailleurs largement les Science and Technology Studies et même la sociologie. En anthropologie, en science politique, en économie, en philosophie ou en histoire, nombreux sont ceux pour qui la domestication des coquilles Saint-Jacques en baie de Saint-Brieuc n’a désormais plus de secret, de même que l’acteur-réseau, les forums hybrides, ou la performativité économique… Les contributions réunies dans cet ouvrage, par leur diversité et leur richesse, portent témoignage des échanges que Michel Callon a su entretenir dans de très nombreux domaines de recherche, mais elles n’en livrent toutefois qu’un aperçu tant il est vrai que la liste des contributeurs auxquels nous avons fait appel aurait pu être beaucoup plus longue !

8Cette conception « a-disciplinaire » de la recherche s’est également traduite, au-delà du monde académique, par un rapport renouvelé aux acteurs extérieurs à la recherche, considérés comme des partenaires plus que comme des « objets » d’étude. À cet égard, Michel Callon a su transformer une contrainte alors propre à l’École des mines – le financement d’une partie des activités de recherche par le biais de contrats – en une ressource pour le travail intellectuel, par la confrontation permanente au réel que ce type de recherche suppose, par le renouvellement des thématiques et des terrains qu’elle implique, et par les déplacements qu’elle permet.

9C’est souvent avec enthousiasme que nous l’avons suivi dans ces déplacements, cherchant non sans peine à nous montrer à la hauteur de son exigence et de son extraordinaire capacité de travail. Le meilleur moyen de commencer à payer la dette immense que nous avons contractée envers lui consiste, comme le font les auteurs ici réunis, à faire retour sur les perspectives qu’il a ouvertes tout en prenant de nouvelles directions et en s’aventurant dans de nouveaux sentiers qu’il s’agit de défricher. Toute la difficulté vient désormais du fait que dans ce nouveau travail d’exploration, il faudra savoir se passer des lumières de Michel Callon, cette précieuse boussole qui nous a permis tant de fois de ne pas nous égarer. La vie est ainsi faite. Injuste, on vous dit…

© Presses des Mines, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540