Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre communautés et mobilité : une approche interdisciplinaire des médias

 | 
Serge Agostinelli
, 
Dominique Augey
, 
Frédéric Laurie

L’iPod : entre expérience contrôlée et contrôles des expériences

Vincent Rouzé

Texte intégral

INTRODUCTION

1L’arrivée du numérique semble avoir considérablement transformé le paysage économique, médiatique, culturel, politique et social. L’appropriation de ces NTIC (nouvelles technologies de l’information et de la communication) autant que ses modalités de fabrication et de distribution, ont opéré des mutations profondes tant sur le plan du monde professionnel que celui des pratiques quotidiennes. Si les NTIC accompagnent les phénomènes de convergences économiques, ils conduisent aussi à une transformation de notre manière de voir le monde, de le pratiquer sans que cela ne transforme véritablement les structurations sociales et les inégalités. Ainsi une situation aussi originale que paradoxale se dessine. Avec l’innovation technique, nous assistons à des processus de production personnalisée des contenus (user generated content, folksonomie), de connexion et de nomadisation des usages (lecteur mp3, téléphonie mobile, wi-fi), à la mutation des pratiques culturelles « à la carte »… Dans chacun des cas, ceci participe d’une volonté de contrôle de nos propres activités, de nos propres pratiques dans l’espace et le temps. Ainsi, à mesure que s’ouvre cet univers des possibles se multiplient symétriquement de nouveaux dispositifs de contrôle. L’innovation technique permet alors l’amélioration des techniques de surveillance (caméra, webcam, puce Rfid, biométrie), la systématisation du filtrage comme celui du fichier Edwige en France, et la généralisation des techniques de récupération de données personnelles à des fins marchandes ou répressives.

2C’est précisément ce jeu permanent entre le contrôle des expériences et les expériences contrôlées qui est l’enjeu de cette communication. Pour illustrer cette situation, nous nous appuierons sur l’iPod, le baladeur numérique commercialisé par la société américaine Apple en 2001. Ce dernier présente en effet l’avantage d’être un produit global, interconnecté, mondialement distribué et dont les appropriations questionnent les pratiques musicales et culturelles. Nous montrerons comment s’exerce cette double dimension de contrôle et d’expérience tant du coté des stratégies engagées par l’entreprise Apple (produit global, « gadget opportunities », DRM…) que du coté des tactiques déployées par les citoyens, usagers, consommateurs (personnalisation, musicalisation du quotidien, piratage). Fort de cette analyse, nous nous demanderons en ouverture si ce double jeu de contrôle ne participe pas d’un « contrôle-contre contrôle » à l’image du don contre-don ? Quels rapports de force ou quelles médiations s’installent entre ces deux formes ? Si cette double dimension n’est pas un leurre permettant d’asseoir un système économique toujours à la recherche de nouveaux marchés et d’appuyer un système politique soucieux de renforcer son autorité ? Ou si au contraire, elle est annonciatrice du développement de dispositifs originaux ouvrant la voix à des modes de gouvernance non plus duaux mais pluralistes ?

EXPERIENCE ET CONTROLE

3Préalablement à l’analyse de l’iPod, il nous semble nécessaire de clarifier la raison pour laquelle nous abordons ce sujet à partir des concepts de contrôle et d’expérience. Outre le constat dressé en introduction, le recours aux concepts de contrôle et d’expérience n’est nullement fortuit. Il vise à opérer un décentrement des dualités ordinaires entre individu et société, entre marchandisation et plaisir, entre imposition et liberté, entre local et global.

4Les concepts de contrôle et d’expérience s’inscrivent dans le continuité du concept d’individuation dont parle le philosophe Gilbert Simondon (1989). Ce terme original, inhérent à la pensée de l’auteur, permet de ne plus examiner séparément le fini et l’infini, l’individu et le collectif, la culture contre la technique. Au contraire, les constructions individuelles et sociales sont moins fondées sur la fusion de l’une au profit ou au dépend de l’autre que sur le mouvement d’interactions entre l’une et l’autre. Plutôt que de travailler à la fixation d’entités, le concept d’individuation permet de réinscrire l’analyse dans un continuum, dans un processus systémique où la synchronie et la diachronie, loin de s’exclure, se répondent dans un équilibre métastable nécessaire à toute forme de vie individuelle et sociale. Le danger résulte précisément de la stabilité car il conduit à l’immobilisme destructeur, à la fin de la création et de l’être à venir.

5En référence à ce concept, nous tenterons de comprendre comment se construit la situation actuelle et plus précisément répondre à l’hypothèse selon laquelle l’iPod serait un symptôme de nos sociétés contemporaines de part l’articulation des contrôles et des expériences qui fondent son existence même.

Contrôle et société de contrôle

6Dans notre société dite de « communication », l’emploi du terme contrôle est devenu légion. Du contrôle de gestion au contrôle fiscal en passant par le contrôle des connaissances, il désigne en référence à ses origines lexicales à la fois la vérification, la maîtrise et la surveillance. La question du contrôle est donc inhérente aux principes de règles, de normes et de lois qui régissent une organisation qu’elle qu’en soit la forme et vise à assurer sa stabilité. N’est-ce pas alors tautologique que de parler de société de contrôle puisqu’une société n’existe par essence que sous la double contrainte (double bind), de la liberté et du contrôle ?

7Nous répondrons par l’affirmative si on considère le contrôle comme le signifiant de la société elle-même. Le terme devient beaucoup moins répétitif et inintéressant dès lors que le signifié renvoie moins à cette tentative d’unification de l’entité « société » qu’à la compréhension des dispositifs qui l’organisent et lui donnent corps tout en invitant à penser la place de l’individu et des techniques en son sein.

8Ce point liminaire est important pour comprendre le concept de contrôle et plus globalement ce qu’est la société de « contrôle » (Deleuze, 1990). Par cette expression, le philosophe Gilles Deleuze s’inscrit dans la continuité des travaux de Michel Foucault sur la société disciplinaire et de surveillance. Dans « surveiller et punir » (1975), il analyse l’apparition et le déploiement des dispositifs disciplinaires à partir du xviiième siècle et leur imposition au xixème siècle. Il en tire la conclusion que la question du contrôle s’accentue à mesure que les moyens techniques permettent d’assurer une surveillance accrue - illustrée par le panoptique - en réduisant les moyens nécessaires à son fonctionnement. Dans cette société, le contrôle est régi par des mots d’ordre, des chiffres et une coercition normative assurée par les institutions étatiques, religieuses et militaires. Toutefois, comme le déclare Michel Foucault à la fin des années 1970, ce modèle d’analyse semble se périmer à mesure que ces instances perdent peu à peu de leur importance et que s’amplifient les logiques économiques et financières, médiatiques et marchandes.

9« Ces dernières années, la société a changé et les individus aussi ; ils sont de plus en plus divers, différents et indépendants. Il y a de plus en plus de catégories de gens qui ne sont pas astreints à la discipline, si bien que nous sommes obligés de penser le développement d’une société sans discipline. » (Foucault, 1978, pp. 532-533).

10De ce constat, Gilles Deleuze opère le basculement de la discipline vers le contrôle. Poussant les logiques disciplinaires et biopolitiques vers des états de crise, cette société qu’il qualifie de « contrôle » travaille d’une nouvelle complexité. Elle se construit sur le glissement progressif de l’injonction à la suggestion, de l’unitaire au fragmentaire, de l’organisation spatiale et temporelle analogique à l’ordre numérique. Historiquement, on notera que cette évolution repose sur la conjonction d’actions individuelles et collectives de plusieurs ordres que je me contenterai de résumer ici.

11Elle se développe et se nourrit tout d’abord des logiques économiques de marchés mondialisés appelant progressivement au décloisonnement, à la libéralisation des échanges et de la libre circulation.

12Ensuite, l’importance prise par la communication et le marketing semble opérer de nouvelles formes de contrôle. Ce que résume bien Deleuze lorsqu’il écrit : « le marketing est maintenant l'instrument du contrôle social, et forme la race impudente de nos maîtres. Le contrôle est à court terme et à rotation rapide, mais aussi continu et illimité, tandis que la discipline était de longue durée, infinie et discontinue. L'homme n'est plus l'homme enfermé, mais l'homme endetté. » (1990). Des mots et des choses dont parle Foucault nous sommes aujourd’hui passés des choses (société de consommation) aux mots (société de l’hyperconsommation). De la politique à l’éducation en passant par Internet, il s’agit moins d’imposer que de proposer. A ces fins, les techniques communicationnelles et marketing participent du basculement de la présentation de la réalité (information) à celle de la fictionnalisation de la réalité (communication). La méthode storytelling (littéralement raconter des histoires) en est un exemple. Elle consiste à naturaliser les idéologies au travers des processus narratifs usant des ressorts littéraires pour, non plus imposer une idée mais impliquer le destinataire. Loin du raisonnement rationnel, l’affect et l’imaginaire « mis en récit » sont convoqués pour permettre de décentrer les questions de fonds et les critiques vers d’autres lieux et d’autres sujets (Salmon, 2007). Importance des mises en mot pétries d’idéologies qui, comme le montre Armand Mattelart (2006), assure la convergence des logiques techniques, économiques, politiques et sécuritaires.

13Enfin l’innovation technique et les nouvelles technologies de la communication participent de ce renforcement des contrôles individuels, collectifs et institutionnels. Comme la majorité des innovations numériques, elles ne sont plus de simples objets à fonction unique comme les produits blancs mais sont des objets « globaux ». C'est-à-dire qu’ils garantissent de multiples fonctions et participent de la fragmentation culturelle autant que du « dividuel » dont parle Felix Guattari pour désigner le morcellement des expériences. De fait, ce glissement du disciplinaire au contrôle ne doit pas occulter l’importance prise par les expériences individuelles et collectives. Ne pas le faire conduit à surenchérir sur l’importance des dispositifs en oubliant que le contrôle est contingent aux formes d’expériences elles-mêmes.

L’expérience : de la théorie à la marchandisation

14De ses origines latines « experientia » désignant l’épreuve, la tentative à des fins de compréhension du réel vécu, ce mot désigne le fait d’éprouver et d’enrichir la connaissance au contact de la réalité. Rétrospectivement, il s’est invité en science comme la provocation d’un phénomène afin de l’observer, l’étudier dans le but d’en tirer un ensemble de règles, une logique systématique telle que l’appelle Husserl. Cette double définition vise donc à la connaissance personnelle puis, par les modélisations théoriques qu’elle engendre, sa dimension sociale généralisable. Dans chacun des cas, la dimension de contrôle apparaît a posteriori de la réalité vécue. Empirisme cognitif qui marque l’opposition fondamentale au principe ontologique de la raison pure. Sans nous attarder ici sur les débats que connaît cette notion d’expérience dans les sciences comme la philosophie, la sociologie, la médecine ou la biologie, notons que, à l’instar du concept de contrôle évoqué précédemment, il aborde la réalité en inscrivant le principe de connaissance dans une immanence dynamique.

15Dans la continuité de la philosophie du sujet qu’inaugure Descartes avec le « cogito ergo sum », de la psychologie prônant l’introspection, l’observation positive et la valorisation de ses propres désirs, reconfigurant les jeux de construction interactifs entre le je et le nous, entre l’individu et la société, chacun se doit d’expérimenter pour comprendre le monde, se comprendre soit même et construire son identité.

16Inscrit dans ce mouvement, le marketing et la communication en ont fait un outil au service des marques et des produits. Adossé à l’empirique expérimentation comme construction de soi, l’outil étiqueté « expérience » est devenu un point nodal des stratégies économiques et du marketing. (Filser, 2002 ; Carù A., Cova B., 2006). Loin de l’injonction consommatoire qui marque le début de la publicité et plus tard du marketing, l’heure est à la valorisation de l’expérience personnalisée et paradoxalement personnalisable (Lipovetsky, 2006). Ce marketing expérientiel et sensoriel se décline au travers des Applestore, des Niketowns, des parcs Disney ou encore de la musicalisation des lieux publics (Rouzé, 2004)… L’enjeu est de dépasser l’achat ou la consommation « passive » en proposant au consommateur sa participation active. L’enjeu, comme le disent les spécialistes du marketing, est de donner « du sens » au processus consommatoire mais aussi et surtout de naturaliser l’acte d’achat en jouant non plus sur le produit lui-même mais sur ses possibles modalités d’appropriation.

17Nous sommes donc face à un potentiel paradoxe. Celui des expériences dividualisées appelant chacun à prendre le contrôle de son existence mais dans le même temps, orchestrées par un contrôle en amont qui orchestre ces expériences. Et c’est ici que la société de contrôle prend tout son sens. Car si l’économie et les nouvelles technologies contribuent à l’installation de nouvelles formes de surveillance et de contrôle des libertés individuelles au nom de la sécurité, elles conduisent dans le même temps sinon à une prise de conscience tout au moins à une volonté de contrôle de sa vie et de ses expériences. La question se pose de savoir si cette double relation entre contrôle et expérience n’est pas aujourd’hui un phénomène inédit et original. Conduit-elle comme le pense Bernard Stiegler (2004) à la fragmentation, à des logiques synchroniques et équivalentes, débouchant sur des formes de misère symbolique ? Ou au contraire n’est-elle pas à l’aune de reconfigurations sociales communautaires et identitaires (Maffesoli, 2000) possiblement critiques et contestataires. Pour tenter de répondre à de telles interrogations, observons comment se jouent cette double relation au travers d’un objet technique numérique mondialisé : l’iPod.

IPOD OU LES STRATEGIES DE CONTROLE

18Présenté en octobre 2001 par Steve Jobs l’un des fondateurs de la société américaine Apple, ce nouveau baladeur qui tient dans la poche permet le stockage de sa discothèque (1000 titres musicaux). Pour Apple, la naissance de l’iPod est moins celle d’un intérêt pour la musique que celle de développer des « gadgets opportunities »1 donnant une valeur ajoutée à ces ordinateurs et ainsi réinscrire les ventes dans une dynamique positive (Kanhey, 2005). Après ses échecs avec le lancement en 1994, en partenariat avec Kodak, de l’appareil photo baptisé QuickTake 100 Digital Camera, le fabriquant d’ordinateur constate l’arrivée de Napster et du téléchargement musical, le déclin du monopole sur les baladeurs exercés quelques années auparavant par Philips et Sony. Suivant l’idée du gadget, elle pense alors à un baladeur. A l’inverse de ses concurrents qui ne s’attachent qu’à l’appareil lui-même, Apple le pense comme un produit global. Les nombreux ingénieurs travaillant sur le projet le pensent comme objet design et ergonomique, simplifient les fonctionnalités proposées, l’adossent au logiciel de téléchargement Itunes. C’est ce contrôle de l’ensemble de la chaîne alliant matériel, interface et contenus qui assure rapidement à Apple une position monopolistique sur le marché.

Produits globaux et contrôle du marché

19Après des premières années peu lucratives, le produit connaît un soudain engouement à partir du dernier semestre 2004 avec deux millions d’unités vendues2. Ceci s’explique par le fait qu’Apple ouvre le système de téléchargement ITunes Music Store aux utilisateurs d’ordinateur PC, qu’elle procède à des améliorations techniques et qu’elle diversifie sa gamme de produits. Trois ans plus tard3, la barre symbolique des 100 millions d’unités vendues est franchie. A l’inverse d’autres sociétés cotées en bourse et des effets de crise, Apple poursuit une croissance à deux chiffres. Grâce à l’iPod, elle génère un chiffre d’affaire de 9,153 millions de dollars4. En 2009, la vente d’iPod a dépassé les 200 millions d’unités vendues dans le monde.

  • 5 Ce refus est d’ailleurs largement critiqué. RealNetwork est l’un des premiers à dénoncer cette sit (...)
  • 6 Voir notamment les rapports publiés par la cité de la musique sur l’état du marché musical en Fran (...)

20Ce succès s’appuie sur des stratégies de contrôle multiples. La première est d’ordre technique. L’absence d’interopérabilité avec d’autres et le refus de cession de sa technologie à des tiers5 accentuent l’incompatibilité des systèmes entre eux, contribuent au morcellement du marché et à la faible croissance de la vente de musique en ligne6. Par ailleurs, ce contrôle technique oblige les fabricants de matériels et d’accessoires soucieux de bénéficier de cette synergie économique à rémunérer préalablement Apple. Grâce à ce contrôle Apple laisse ses concurrents tels que le Zune de Microsoft ou l’Archos en France se partager de petites parts du marché mondial bien que des disparités nationales ou locales puissent exister. Même difficulté lorsque l’entreprise informatique américaine Hewlett Packard tente de lancer son propre appareil équipé d’un système de navigation Microsoft et proposant des contenus issus de Napster en 2003. Finalement, elle décide de signer un partenariat avec Apple en 2004 pour jeter l’éponge en 2005.

21Ce contrôle s’exerce ensuite sur les contenus. Au départ, les fichiers numériques proposées pour l’Ipod s’appuient sur le codage AAC (Advanced Audio Coding) plutôt que MP3 pour ses meilleurs rendus sonores et interdit ainsi la lecture des morceaux sur d’autres baladeur que l’iPod.

22Même idée avec l’application systématique de DRM (Digital Rights Management). L’imposition jusqu’en 2007 de ces protections contre la copie sur les morceaux vendus sur Itune Music Store ont permis à la firme d’assurer la sécurité des contenus - conditions sine qua non pour que les quatre majors ouvrent leur catalogues -créant un monopole de fait puisque les musiques téléchargées n’étaient lisibles et compatibles une fois encore que sur les produits Apple. Notons que cette remarque est aussi vraie pour ses concurrents puisque l’achat d’un morceau en ligne sur Zune plateforme développée par Microsoft ne peut être joué que sur un lecteur Zune, ou l’achat d’un morceau sur Connect de Sony ne peut être jouée que sur les lecteurs de Sony.

  • 7 « Several members of the media, including analysts and fund managers who don’t cover technology st (...)

23Cette progressive posture monopolistique sur le marché des matériels et des contenus permet à Apple de décentrer ses activités à tels point que certains analystes économiques ne parlent plus d’elle en référence au Mac mais en référence à l’iPod7.

Vers le contrôle des expériences

24Le contrôle de l’expérience s’exerce sur les contenus via les plateformes de téléchargement tels qu’Itunes ou Appstore. Fruit de négociations avec les industries culturelles et labels indépendants, celui-ci s’exerce principalement sur des bases financières. Itunes propose aujourd’hui un catalogue de huit millions de titres musicaux, 20.000 épisodes de séries et émissions de télévision, et 2.000 films8. Toutefois, ce contrôle peut aussi s’appliquer à des contenus propres à la marque. C’est le cas de l’Appstore. Avec 25 000 jeux et applications diverses, l’Appstore ouvert en 2008 constitue une plateforme de téléchargement s’adressant à la fois à l’iPhone et aux iPods bénéficiant de connections Internet (Ipod Touch). Elle propose des applications d’intérêt divers oscillant entre « la vie quotidienne », « les voyages » ou encore la manière de « gagner en efficacité »9. Inspiré du succès d’Itunes, Appstore s’en différencie toutefois par ses modalités de création. Chaque application proposée (gratuite ou payante) peut être le fait d’amateurs ou de professionnels. Outre les profits que ce service génère et les controverses qu’ils suscitent sur le nombre de téléchargements (plus d’un milliard selon Apple), l’Appstore est à la fois un moyen pour Apple de s’assurer l’existence de contenus pour ces appareils, de contrôler ce qui les alimentent mais aussi et surtout de se réapproprier les systèmes de production culturels « alternatifs » en les monétisant.

25Le contrôle s’exerce donc tant au niveau de l’appareil que de ces contenus avec pour corollaire à la fois la transformation des acteurs des industries culturelles et l’impact sur la création culturelle elle-même. Car au-delà des profits générés, ces nouveaux acteurs jadis simples intermédiaires que sont les « producteurs de matériels et de services » n’investissent pas dans la production et la création. Les contenus culturels deviennent uniquement des produits d’appel destinés à écouler des produits physiques (Bouquillion, Combes, 2007).

  • 10 Nous renvoyons ici à l’analyse produite par des chercheurs américains sur les risques et les dange (...)
  • 11 « Nike+iPod : quatre ans et des kilomètres de chiffres » (10/09/2008). Article en ligne http://www (...)

26Mais ce contrôle des expériences s’exerce aussi au travers des potentiels dispositifs de surveillance ou de « veille stratégique » mis en place tant du coté des logiciels permettant l’accès aux plateformes de téléchargement que de certains partenariats comme celui signé avec l’entreprise américaine Nike en 2005. Comme l’indique une étude scientifique américaine10, l’introduction d’une puce dans la chaussure présente les qualités requises pour transmettre des informations en temps réel sur les déplacements de la personne. Premier point auquel s’ajoute la transmission via Itunes de vos propres informations. Elles vous permettent de calculer les distances parcourues, d’effectuer des moyennes, de gérer sa progression mais aussi d’entrer en compétition « virtuelle » avec d’autres joggers sur d’autres parcours. Grâce au succès de ce dispositif « 224 millions de km parcourus et 13 milliards de calories brulées »11, Nike peut aujourd’hui proposer des tendances sur la pratique du jogging dans le monde en fonction de critères d’âge, de critères sexuels ou encore géographiques.

Communication, Publicité ou le contrôle de l’image du produit

27L’originalité de ces formes de contrôle s’efface au travers le déploiement de la logique communicationnelle et marketing qui font de l’expérience et de la personnalisation un argument de choix. C’est le « think différent » lancé par la marque pour la commercialisation du mac. Depuis le lancement de l’iPod, l’expérience musicale unique est mise en avant. Les campagnes publicitaires se font en deux temps. Les premières (2001 - 2003) s’appuient sur la visualisation de l’objet (1ère et 2ème génération) et son lien à l’univers musical (recours à des groupes ou stars emblématiques comme Take California des Propellerheads) pour construire l’image de l’objet musical. Puis à mesure que l’iPod devient un objet culte et qu’il se vend à des millions d’exemplaires, les campagnes s’épurent. L’emblématique silhouette noire sur fond de couleurs vives portent des oreillettes blanches dans les oreilles et un iPod à la main ou à la ceinture s’étale sur tous les murs de la planète. Avec elles, de nombreux styles musicaux (rock, jazz, classique, pop, techno) ont été représentés pour montrer que l’ipod est l’instrument de toutes les musiques.

28Ce choix de la silhouette uniforme plutôt que d’un personnage aux particularités affirmées doit permettre aux téléspectateurs de se représenter dans cette silhouette anonyme, d’en incarner les traits, de se l’approprier. La publicité pour l’iPod shuffle l’illustre « Faites votre choix entre deux capacités et cinq coloris pour afficher fièrement votre style musical. »12 Elle s’adresse à une cible jeune et représente l’écoute individualisée de la musique. Sur les supports audiovisuels, ces silhouettes dansent sur les titres de groupes musicaux du moment ("Hey Mama" des Black Eyed Peas en 2003 pour l’ipod 3g, « 1,2,3,4 » de Feist en 2008 pour l’iPod Nano ) ou de groupes emblématiques d’un style musical tel U2, Elton John ou plus récemment Paul Mac Cartney.

29Ces quelques exemples illustrent ici l’autre versant de la médaille du contrôle. Tout en inscrivant l’objet dans une dimension musicale et communicationnelle mythique, elle efface toute trace de ce monopole comme pour mieux laisser à penser que l’objet et en premier lieu l’objet de celui qui l’acquiert. L’iPod n’est plus un simple baladeur. Il devient un nom autant qu’il est une image relayée par les médias et les utilisateurs eux-mêmes via les sites Internet tels que Ilounge13 ou encore iPodfanatic14. La boucle est bouclée.

L’EXPERIENCE CONTROLEE OU TACTIQUE

30A rebours de cette situation auxquelles certaines analyses économiques et les critiques qui les accompagnent donnent le primat, le citoyen, l’usager utilise et éprouve ces dispositifs. Non pas nécessairement comme une imposition mais plutôt comme autant d’expériences contrôlées. Comme nous l’avons vu, si l’expérience est devenue une thématique centrale de nos sociétés contemporaines, le citoyen, possible consommateur, demande, au même titre que les sociétés ou les institutions, à une reprise du contrôle de son quotidien, de ses espaces et de ses temporalités.

Des contenus personnalisés

31Depuis le premier Ipod jusqu’aux modèles Touch, l’iPod est un support de stockage autant que de lecture. Il est aussi un produit interconnecté avec d’autres tels que l’ordinateur, Internet, l’autoradio. Toutefois comme le souligne la sociologue Madeleine Akrich (1987) « L'objet technique ne peut pas plus être confondu avec un dispositif matériel qu'avec l'ensemble des usages "remplis" par ce dispositif : il se définit très exactement comme le rapport construit entre ces deux termes. ». Du baladeur musical toujours présent avec les modèles Shuffle, il est devenu un terminal permettant d’écouter « sa » musique, de stocker ses photos, de regarder des films ou encore se connecter à Internet. Cette multifonctionnalité et ces usages concourent à la création de « culturothèques » personnalisées (Rouzé, 2004) et participent à la construction d’une culture du fragmentaire. Le recours au téléchargement légal ou illégal en est un premier élément. Car l’une des hybridations majeures induites par la conjonction d’Internet, de l’informatique et des appareils numériques est celle de l’acquisition, la possible manipulation et la diffusion des contenus. Les tactiques engagées par les amateurs et les consommateurs conduisent d’ailleurs à une inflation de la possession et au mythe de l’accessibilité illimité et gratuite. On notera par exemple que les capacités d’accès et de stockage en perpétuelle augmentation pour répondre à l’évolution d’autres innovations poussent certains usagers à télécharger plus de musiques qu’ils ne pourront jamais en écouter de toute leur vie.

  • 15 Pour une critique et une analyse de ce phénomène montrant notamment les hybridations en jeu plutôt (...)
  • 16 Lire le Deuff O. « Folksonomie, les usagers indexent le web », BBF, 2006, n°4, pp. 66-70

32Viennent ensuite la nominalisation des contenus et leur organisation thématique. On parle alors d’« amateur prescripteur » et « d’usager actif ». Bien que cette dénomination tende à laisser abusivement croire que l’activité de l’amateur et les modalités de réception « active » surviennent avec Internet et les nouvelles technologies15, elle souligne en tout cas le rôle dévolu aujourd’hui aux usagers dans la mise en visibilité de leurs goûts, de leurs choix et de leurs manières de catégoriser l’information qu’elle soit musicale, visuelle ou textuelle. Elle se joue tout d’abord dans les manières de dire sa pratique et qualifier sa consommation culturelle. Proposé par l’informaticien Thomas Vander Wal en 2002, le terme « folksonomy » est un néologisme construit à partir des termes anglais « folk » (populaire) et « taxonomy » (classification) qui vise précisément à définir les opérations de classement et de catégorisation libres opérées par les internautes (les Tags) en dehors de voix classiques d’indexation et de recherche de documents16. L’originalité de ce processus est moins son existence que sa pratique généralisée et mondialisée. Il existait déjà à l’heure de la cassette analogique mais a trouvé avec le numérique et Internet un écho -caractérisée par les Tags et le buzz - mondialisé.

  • 17 Pour une description plus fine de ces usages nous renvoyons le lecteur à l’ouvrage du sociologue b (...)

33Prise de contrôle verbale qui se double d’un contrôle des contenus eux-mêmes. Appuyé en cela par les possibilités techniques et l’interconnexion des machines, l’amateur personnalise et individualise sa pratique sans que cela ne conduise nécessairement à une césure d’avec le collectif qui jouit et participe aussi à la construction de ces appropriations individuelles. A mesure que l’usager ajoute des photos, du texte, des morceaux de musiques ou des films, les contenus se détachent de leurs conditions de production de réalisation et d’écoute pour venir en croiser d’autres. La liste des morceaux joués sur l’iPod (play list) dépend de la fonction à laquelle on le destine : soit un événement particulier (anniversaire, fête…), soit en fonction des heures de la journée, soit en fonction des activités aux quels on s’adonne, soit lors de déplacements (course à pied, voiture, transports en commun…)17. Cette sélection peut aussi être aléatoire soit en activant la fonction « random », soit en ayant recours à la fonction « génius » qui analyse le contenu de la playlist et propose une playlist originale ayant pour principe la meilleure transition entre les morceaux.

34Ces pratiques réalisent ce que Paul Valery pressentait dès 1928. « La Musique, entre tous les arts, est le plus près d’être transposé dans le mode moderne. Sa nature et la place qu’elle tient dans le monde la désignent pour être modifiée la première dans ses formules de distribution, de reproduction et même de production. Elle est de tous les arts le plus demandé, le plus mêlé à l’existence sociale, le plus proche de la vie dont elle anime, accompagne ou imite le fonctionnement organique. Qu’il s’agisse de la marche ou de la parole, de l’attente ou de l’action, du régime ou des surprises de notre durée, elle sait en ravir, en combiner, en transfigurer les allures et les valeurs sensibles. »18.

35Avec les objets numériques, nous assistons à des expériences contrôlées débouchant sur des formes de « babélisme culturel » dont les caractéristiques principales sont la fragmentation des contenus (un titre plutôt qu’un album) et l’abrogation des hiérarchies culturelles et historiques. En effet, ce babélisme culturel tend à dissoudre les frontières catégorielles et à transformer les dichotomies existantes non pas en terme esthétiques mais plutôt en terme de distinctions (Bourdieu, 1979) notamment entre le savant et le populaire.

A la recherche de l’ubiquité

36Ces expériences contrôlées s’inscrivent autant qu’elles s’appuient sur une maîtrise des contraintes spatiales et temporelles à l’heure du « live » et de l’instantanéité. Comme le constatait Paul Virilio (1980) : « L’avènement de ce qu'on appelle le temps réel, le live, dans tous les domaines, est dominé par l'avènement d'un temps mondial, universel, équivalent à celui des astronomes et qui met en crise le temps local de l'histoire ». Face à cette société de la connexion et du temps direct généralisé, aux flux de communication, à cette surabondance de signes dans l’espace urbain, il devient nécessaire soit de s’y fondre, soit de s’en échapper. Or dans les deux cas, ceci travaille d’une même volonté de maîtrise des spatialités et des temporalités (Bull, 2007). La personnalisation musicale, vidéo, les podcast ou encore le livre audionumérique sont autant de formes qui permettent des reconfigurations choisies, qui déconstruisent les formats existants afin de les réinscrire dans des rythmiques et des temps personnels. Ecouter son iPod permet de s’abstraire, de s’échapper du monde environnant. Ceci dans le but d’être à la fois présent mais déjà dans un ailleurs. Principe d’ubiquité qui est facilité par la portabilité des appareils. On parle alors de nomadisme, d’écoute et d’expériences nomades en insistant paradoxalement sur la nécessité d’être connecté à la fois au réseau technique et social. Mais si ces pratiques appellent à des formes de contrôles individualisées, elles n’en demeurent pas moins collectives puisque partagées par un certain nombre de personnes qui s’y reconnaissent et les alimentent.

FORMES DE CONTROLE CONTINGENTES

37Cette double articulation de contrôle, comme dans toute opération systémique, entraîne enfin des formes de contrôle contingentes. Les ventes mondialisées et monopolistiques de l’iPod, les pratiques de téléchargement qu’elles occasionnent indirectement, la place des « tuyaux » et le renouvellement des partenariats induisent d’autres formes de contrôle des expériences et d’expériences contrôlées. C’est le cas notamment de l’éducation et de l’armée.

L’ipod et l’enseignement

  • 19 « Students get iPods as study aids », BBCnews, 2003
  • 20 Le monde informatique, 12/09/2007

38Dès les premières années de commercialisation, l’iPod devient le support d’expériences pilotes19. Outre atlantique, quelques mois à peine après son lancement, de nombreux partenariats sont mis en place entre les institutions éducatives et Apple. Ils consistent à octroyer des appareils aux universités et un espace de téléchargement des enseignements numérisés via Itunes. Son intérêt est pressenti dans les langues étrangères et la musique mais il devient vite le support d’autres enseignements. En médecine par exemple, au-delà du simple support des enseignements donnés, il offre la possibilité de se familiariser avec les battements cardiaques. Une étude conduite par le Dr. Michael Barrett à l’université Temple de Philadelphie, présentée lors du colloque annuel de l’American College of Cardiology tend ainsi à montrer que l’écoute répétée de différents battements cardiaques sur un iPod permettrait une meilleure mémorisation des problèmes et améliorerait ainsi considérablement le diagnostique et la détection des anomalies chez les patients. Assez rapidement, les grandes universités nord américaines (M.I.T, Duke, Stanford, Berkeley, Sherbrooke, université de Montréal) font bénéficier leurs étudiants de ce service d’éducation complémentaire aux enseignements classiques. Même cas de figure en France à l’université Lyon 2, qui introduit les TICE (Technologies de l'information et de la communication pour l'éducation) dans ces formations. Contrôle contingent donc, qui devient progressivement une problématique politique de réduction de la fracture numérique comme l’expérience pilote lancée en 2007 dans les Yvelines20.

39Fort de ce succès, en 2007, Apple a ainsi ouvert son service Itunes U sein de son ItuneStore afin de permettre la gestion et mise en commun de ces différents enseignements. Une fois membre, les universités peuvent classer les contenus proposés et offrir un service gratuit pour n’importe quel utilisateur qui contrôle en retour les conditions de son apprentissage.

  • 21 C’est le cas connu de l’université de Duke aux Etats-Unis qui a offert les iPods lors du lancement (...)

40Nous sommes dans un contrôle systémique contingent puisque l’objet sert les intérêts d’autres institutions exerçant à leur tour d’autres formes de contrôle. En profitant d’outils d’apprentissage hybrides entre pratiques personnelles et pratiques d’enseignement classiques, l’université permet à ces étudiants de bénéficier de supports d’enseignement audio certifiés par les enseignants ; tout en se pliant aux règles de production et de diffusion imposées par Apple qui en tire un bénéfice à la fois économique et symbolique ; tout en faisant des étudiants de potentiels consommateurs21.

Ipod et l’armée

41Mais on trouvera aussi d’autres formes de contrôle contingent comme celui de l’apparition de l’iPod Touch et de l’iPhone dans le matériel utilisé par l’armée américaine dans la guerre en Irak. Du simple baladeur initial, il devient outil militaire. Plutôt que de développer ses propres appareils, les choix de l’état major américains s’expliquent par la simplicité d’usage, leur coût réduit en comparaison des matériels développés spécifiquement à l’usage de l’armée et les services qu’ils peuvent offrir (cartographie, traduction, transmission d’informations). Avec ses multiples fonctionnalités, l’iPod permet ainsi d’alléger les équipements en proposant une fois encore un produit global. Les programmes proposés par Apple sont ainsi détournés à des fins militaires et le département de la défense américaine n’hésite pas à développer des softwares à l’usage de l’ipod et à lancer des programmes de recherche sur leurs améliorations. On notera aussi la réduction des coûts de formation qu’il permet. Car l’ipod est simple d’usage et nombreux sont les soldats qui en possèdent déjà un à titre personnel22.

42Contrôle systémique contingent encore avec l’armée puisque celle-ci détourne un matériel civil à des fins militaires et contribue ici au « brouillage » des frontières entre contrôles des expériences et expériences contrôlées.

Participation ou leurre ?

43En guise d’ouverture et pour conclure cette communication, je poserai de façon polémique, la question de savoir si les NTIC et leurs usages participent d’un renouveau participatif du citoyen dans la sphère public ou si au contraire elle n’est qu’un leurre visant à masquer un renforcement idéologique de la logique libérale au sein des démocraties.

44 Comme nous l’avons vu, différentes modalités de contrôle s’exercent. Leurs analyses conduisent souvent à ne plaider que pour l’une dans son format classique d’assujettissement de l’individu à un système ou pour l’autre dans son versant naïf d’un renouveau participatif et d’une liberté totale du citoyen. Or comme le notait très intelligemment Michel De Certeau (1980) et dans la continuité des premières recherches des cultural studies, les postures tactiques s’inscrivent dans un cadre plus large que la simple pratique originale, elle n’est qu’une alternative enfermée dans les cadres stratégiques des institutions économiques et politiques.

45Pourtant, ce qui se joue aujourd’hui est différent. Les stratégies autant que les tactiques sont concomitantes, elles reposent sur les interactions permanentes, « les adaptations » des différentes formes de contrôles au regard des expériences. Loin de naître ex-nihilo, le contrôle des expériences ne s’exerce qu’à rebours d’études de marché et de prospections, de compréhension des expériences contrôlées. Ce qui permet l’éclosion de modélisations temporellement définies.

46Or, l’originalité actuelle réside dans ce processus de métastabilité. La force des expériences contrôlées, très souvent marginales ou décalées, consistent précisément à avoir un temps d’avance, à ouvrir des brèches dans ces postures de contrôles stratégiques pour mieux en hybrider les lois. L’artiste, Dj et auteur Jean Yves Leloup (2007) montre ainsi combien, au-delà des différentes velléités de contrôle, les nouvelles technologies ont contribué à bousculer le paysage musical et artistique. Les Ipod Battle23 en sont un exemple puisqu’il devient une hybridation entre le catch et le dj. L’enthousiasme du public permet à la fin du combat sonore de jauger de la qualité de la prestation et des choix musicaux.

  • 24 Internet Corporation for Assigned Names and Numbers

47Plus globalement, cette question se repose de façon plus aigue avec Internet. Au-delà du contrôle des expériences exercé par les Fournisseurs d’Accès à Internet, les systèmes de gouvernance comme l’ICANN24, les filtrages en tout genre, la participation et la pléthore d’articles d’usagers, de citoyens du monde entier conduisent à montrer que loin d’aboutir à ces formes de misère symbolique dénuées de ce narcissisme constructeur dont parle Bernard Stiegler, de nouvelles formes de participation collectives, de nouvelles formes de mobilisations et d’activisme existent. Consécutivement, elles peuvent être une voie pour un possible dépassement des logiques duales qui ordonnent l’espace public et les hiérarchisations institutionnelles. Non pas qu’elles les fassent disparaître mais au contraire, elles permettent de les rendre visible et d’en transformer les modalités de contrôle.

48Parce que les expériences contrôlées s’inscrivent dans une démarche d’individuation, elles doivent pouvoir conduire à des créations originales qui seront à leur tour contrôlées pour mieux être détournées dans une spirale sans fin qui constitue finalement le métastable, essentiel au devenir d’une société dynamique et créative.

Bibliographie

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Akrich M. (1987). Comment décrire les objets techniques ? Techniques et Culture, n° 9, 49-64.

Bouquillion P., & Combes Y. (2007). Les industries de la culture et de la communication en mutation. Paris : Harmattan.

Bull, M. (2008). Sound Moves : IPod Culture and Urban Experience, International Library of Sociology, London : Routledge.

Caru, A., & Cova, B. (2006). Expériences de consommation et marketing expérientiel, Revue Française de Gestion, n° 162, 3, 99 à 113

Certeau, De M. (1980). L'invention du quotidien. 1. Arts de faire. Paris : Seuil.

Deuleuze, G. (1990). Post-scriptum sur les sociétés de contrôle, Pourparlers, 240-247.

Filser, M. (2002). Le marketing de la production d'expérience : Statut théorique et implications managériales, Décisions marketing, n° 28,

Foucault, M. (1975). Surveiller et punir. Paris : Gallimard.

Kahney, L. (2005). Cult of iPod. San Fransisco : No Starch Press.

Leloup, J.Y. (2007). Digital Magma « De l’utopie des raves-parties à la génération iPod”. Paris : Ed. Scali.

Lipovetsky, G. (2006). Le bonheur paradoxal. Paris : Gallimard.

Maffesoli, M. (1988). Le temps des tribus. Le déclin de l'individualisme dans les sociétés postmodernes. Paris : Klincksieck

Mattelart, A. (2008). La globalisation de la surveillance. Aux origines de l'ordre sécuritaire. Paris : La Découverte.

Simondon, G. (1989). L’individuation psychique et collective, Paris : Aubier.

Stiegler, B. (2004). De la misère symbolique. Paris : Galilée.

Valery, P. (1928). La conquête de l’ubiquité, in Oeuvres, Tome II, Pièces sur l’art, NRF, Paris : Gallimard, Bibl. de la Pléiade, 1960.

Notes

1 cf Leander Kahney, Straight Dope on the iPod’s Birth, Wired.neta. http://www.wired.com/gadgets/mac/commentary/cultofmac/2006/10/71956

2 http://www.apple.com/pr/library/2004/jan/06iPodmomentum.html

3 Les références chiffrées proviennent des rapports publiées chaque trimestre par la firme Apple dans la section destinée aux investisseurs (http://www.apple.com/investor/) et aux médias (http://www.apple.com/fr/pr/).

4 Les Sources citées ici proviennent des bilans comptables, le fameux « Form 10-K », publiés chaque trimestre par Apple. http://www.apple.com/pr/library

5 Ce refus est d’ailleurs largement critiqué. RealNetwork est l’un des premiers à dénoncer cette situation (USAtoday, 8/03/2004)

6 Voir notamment les rapports publiés par la cité de la musique sur l’état du marché musical en France sous la direction d’André Nicolas. En ligne : http://observatoire.cite-musique.fr/observatoire/

7 « Several members of the media, including analysts and fund managers who don’t cover technology stocks, continue to refer to Apple as the « iPod maker » or simply a « gadget maker » indicating that Apple’s core business is derived from iPod sales”. En ligne sur le site économique Apple Insider. http://www.appleinsider.com/articles/08/10/27/ipods_accounted_for_just_14_2_of_apples_sales_in_q4_2008.html

8 Source Numérama. (06/2008) http://www.numerama.com/magazine/10008-iTunes-depasse-les-5-milliards-de-titres-vendus.html

9 Thématiques proposées par Apple. http://www.apple.com/fr/iphone/apps-for-iphone/ (consulté le 7/9/2009)

10 Nous renvoyons ici à l’analyse produite par des chercheurs américains sur les risques et les dangers d’un tel système. T. Scott Saponas, Jonathan Lester, Carl Hartung, Tadayoshi Kohno, Devices That Tell On You : The Nike+iPod Sport Kit, université de Washington, Novembre 2006
http://www.cs.washington.edu/research/systems/privacy.html

11 « Nike+iPod : quatre ans et des kilomètres de chiffres » (10/09/2008). Article en ligne http://www.macgeneration.com/tags/nike

12 http://www.apple.com/fr/iPod/whichiPod/

13 http://www.ilounge.com

14 http://iPodfanatic.com/

15 Pour une critique et une analyse de ce phénomène montrant notamment les hybridations en jeu plutôt que les ruptures, nous renvoyons à l’ouvrage collectif d’Eric Macé (Dir.), (2005), Penser les médiacultures. Nouvelles pratiques et nouvelles approches de la représentation du monde, Paris : Armand Colin/Ina.

16 Lire le Deuff O. « Folksonomie, les usagers indexent le web », BBF, 2006, n°4, pp. 66-70

17 Pour une description plus fine de ces usages nous renvoyons le lecteur à l’ouvrage du sociologue britannique Michael Bull (2007) qui s’intéresse plus particulièrement aux rapports entretenus entre ces baladeurs et l’expérience urbaine.

18 Texte en ligne sur le site des classiques en sciences sociales : http://classiques.uqac.ca/classiques/Valery_paul/conquete_ubiguite/conquete_ubiquite.html

19 « Students get iPods as study aids », BBCnews, 2003

20 Le monde informatique, 12/09/2007

21 C’est le cas connu de l’université de Duke aux Etats-Unis qui a offert les iPods lors du lancement du programme en 2004 mais qui aujourd’hui se propose soit de les prêter gratuitement durant un semestre soit de l’acheter à un tiers du prix du marché http://www.insidehighered.com/news/2006/04/28/iPod

22 « Apple’s New Weapon”, Newsweek (27/05/2009)
http://www.newsweek.com/id/194623

23 http://p45.ca/conversations/nightlife/ipod-battle/

24 Internet Corporation for Assigned Names and Numbers

Auteur

Maître de conférences CEMTI, Université Paris 8 France

© Presses des Mines, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540