Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre communautés et mobilité : une approche interdisciplinaire des médias

 | 
Serge Agostinelli
, 
Dominique Augey
, 
Frédéric Laurie

Médias participatifs et relations communautaires : une compétence de communication au service de l’information

Marielle Metge

Texte intégral

INTRODUCTION

1Les NTIC ont permis l’émergence de nouvelles pratiques en matière d’information et de diffusion de contenus, ainsi, produire, diffuser et/ou « consommer » l’information ensemble est devenu chose courante depuis l’avènement d’Internet et plus récemment du Web 2.0. De nouveaux dispositifs apparaissent donc aujourd’hui : médias participatifs, journalisme citoyen, audience active, médias alternatifs. Ces dispositifs posent la question de comment fonctionnent ces nouveaux usages qui se veulent participatifs ?

2Nous portons notre attention, plus particulièrement, sur les médias participatifs qui sont en réalité des médias décentrés. En effet, ce ne sont plus des journalistes et rédacteurs professionnels qui écrivent des articles, mais toutes les personnes qui le souhaitent. Elles permettent ainsi d'apporter un point de vue différent, nouveau, un complément à une information d'un journal traditionnel. L'intérêt de ces espaces participatifs est que l'information est très rapide, et souvent alternative. Outre la publication d'articles, les individus peuvent y réagir pour dire qu'ils sont d'accord ou non, et peuvent ainsi débattre. Chacun peut apporter son expérience, son point de vue qu'il ait des compétences de rédacteur ou non.

3Nous discutons alors la démarche sous-jacente à ces nouveaux dispositifs et les questions que cela pose dans la mesure où le but du média participatif est que tout le monde peut y participer, sans avoir de qualification particulière et pré requis dans le domaine rédactionnel et journalistique ou dans le domaine du sujet traité. Nous utilisons pour cela une étude empirique menée avec des étudiants de formation multimédia, dans le cadre de la production et de la diffusion d’un article sur un média participatif de leur choix. Les étudiants ont été interrogés sur la démarche d’édition, sur les représentations de ce nouveau dispositif, l’esprit communautaire et sa dynamique, sur les aspects déontologiques de l’information diffusée et enfin sur ce qui semble faire, pour eux, la différence avec l’information diffusée par les médias traditionnels.

4Cette étude nous permet de définir un nouveau type de relation, qui semble démanteler la relation émetteur-récepteur, là où le lecteur est aussi rédacteur. Dès lors la notion de partage de l’information prend son sens, à partir de la distinction entre contribution, collaboration et participation. L’usage du média participatif modifie en profondeur les relations de groupes humains car il bouscule complètement les relations hiérarchiques et les relations de pouvoir au sein de nos sociétés. Elle nous autorise aussi, une approche de l’information, « non journalistique ». Cette approche nous interroge sur la construction et la crédibilité de l’information mais aussi sur le statut du « tous journalistes ». Elle montre néanmoins qu’une dynamique communautaire se développe sur le principe d’une créativité, non exacerbée par le flux important des contenus. Il ne s’agit pas de se « faire un nom » mais bien de participer aux débats et de construire ensemble l’information. Nous proposons enfin, d’animer le débat sur l’opportunité qu’ont les médias « traditionnels » de se servir de ce nouveau système d’échange et d’en discuter alors, l’intérêt pour eux, de ces nouveaux usages.

Les médias aujourd’hui

5L’ensemble des médias représente aujourd’hui la clé de voûte de la société de l’information… et de la communication. Les médias modernes, très largement utilisés, voire consommés sont au centre des réflexions et discussions politico sociales. Les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication ont permis l’émergence de nouvelles pratiques en matière d’information et de diffusion de contenus, tant il est devenu souhaitable de privilégier les processus interactifs et participatifs plutôt que la production et la diffusion d'information, isolées des processus communautaires.

6Ainsi, produire, diffuser et/ou « consommer » l’information ensemble est devenu chose courante depuis l’avènement d’Internet et plus récemment du Web 2.0.

7De nouveaux dispositifs apparaissent donc aujourd’hui : médias participatifs, journalisme citoyen, audience active, médias alternatifs. Ces dispositifs posent la question de comment fonctionnent ces nouveaux usages qui se veulent participatifs ?

8Nous portons notre attention, plus particulièrement, sur les médias participatifs qui sont en réalité des médias décentrés. Les Média Participatifs (MP) sont des espaces informatisés en ligne regroupant sous un même nom de domaine des textes édités de façon continue et interactive. Les MP sont ainsi confrontés au double problème de la lisibilité de leurs contenus et de l’organisation du travail d’édition. En effet, ce ne sont plus des journalistes et rédacteurs professionnels qui écrivent des articles, mais toutes les personnes qui le souhaitent. Elles permettent ainsi d'apporter un point de vue différent, nouveau, un complément à une information d'un journal traditionnel. Il s’agit là, plus d’un vecteur d’opinion que d’un vecteur d’information (July, 2006), les médias participatifs sont plus proches des internautes et perçus comme appartenant à leur communauté. Ils créent un lien direct et interactif avec leurs publics. C'est pourquoi ils ne peuvent plus être ignorés.

9L'intérêt de ces espaces participatifs réside dans une information rapide, et souvent alternative. Outre la publication d'articles, les individus peuvent y réagir et dire s'ils sont d'accord ou non. Ils peuvent ainsi débattre. Chacun peut apporter son expérience, son point de vue qu'il ait ou non, des compétences de rédacteur. L’actualité disparaît au profit de l’instantanéité. Aujourd’hui, avec Internet, ce sont des centaines de réseaux qui se constituent, des milliers d’internautes anonymes (ou non) qui se rencontrent sur la toile pour travailler ensemble et donner LEUR vision de « l’actu » et raconter en direct la manière dont ils la vivent et exprimer leur point de vue.

MEDIAS PARTICIPATIFS : COMMENT ÇA MARCHE ?

10La démarche sous-jacente à ces nouveaux dispositifs est simple, le but étant que tout le monde peut y participer, sans avoir de qualification particulière et pré requis dans le domaine rédactionnel et journalistique ou dans le domaine du sujet traité. On peut distinguer plusieurs grands types de médias participatifs : les médias auto produits et auto gérés et les médias auto régulés.

Les médias auto produits et auto gérés

11Il n'y a pas d’équipe rédactionnelle ou journalistique avec des membres clairement définis, comme Agoravox, Rue89 par exemple. Ce type de site compte uniquement sur l’investissement bénévole de citoyens pour l’alimenter en contenu et créer une dynamique communautaire. Il propose des modes de publication et d’édition alternatifs, basés sur l’auto production et l’auto régulation des contenus. Chaque individu est à la fois consommateur et producteur du média. Pourtant, l’auto régulation est essentiellement pratiquée par des catégories de « super-utilisateurs » dont le pouvoir et le degré d’implication dépassent amplement ceux des simples participants.

12Un contrôle et une sélection des meilleurs articles sont effectués en amont en fonction d’un certain nombre de critères : fiabilité des informations, pertinence des arguments, proximité avec l’actualité, clarté du langage utilisé. La publication des articles est validée par le comité de rédaction et plusieurs salariés. Un vote a lieu pour chaque article proposé, avec un quota minimal à atteindre pour être publié. Les articles sont ici engagés, expriment un point de vue. L’idée essentielle est de se baser sur des citoyens et non des professionnels.

Les médias auto régulés

13Là une équipe rédactionnelle clairement définie publie du contenu. Il s'agit de journalistes professionnels. La participation se fait au niveau des commentaires, qui sont régulés par des médiateurs (eux-mêmes utilisateurs) qui éliminent les commentaires sans rapport, diffamatoires ou insultants. Il s'agit alors plus de conversation-débat sur le sujet d'actualité de l'article. Ainsi le contenu résulte d'une enquête journalistique réalisée dans les règles de l'art, et ouvre la voie à un débat entre citoyens et journalistes, apportant de nouveaux éclairages.

14Pour citer quelques exemples, nous retiendrons :

  • Agoravox où tout le monde peut écrire des articles, il suffit pour cela d’être inscrit. Néanmoins, on doit respecter une politique éditoriale, à la manière d’un groupe de presse.
  • Rue89 : Les articles sont écrits par des journalistes professionnels, des experts, ou des étudiants en journalisme. Les internautes peuvent réagir.
  • MediaCitoyen.fr : journal participatif gratuit permettant à n’importe qui de réagir, le critère qualitatif étant la qualité de l’information fournie.
  • YouVox : portail de webzine participatifs en accès libre et gratuit, accès sur la technique.
  • Mediapart.fr : Le portail participatif d’Edwy Plenel ; ancien directeur de la rédaction du « Monde », qu’il quitte en 2004. A la différence des autres plates-formes, celle-ci est payante. Il est soutenu par de nombreux politiques, de Mamère à Bayrou, mais, le soutien plus médiatisé fut sans doute celui de Ségolène Royal pendant l'élection présidentielle, qui recommanda à ses membres l’abonnement systématique à mediapart.fr Entre communautés et mobilité 125
  • Wikipedia.fr : la célèbre encyclopédie universelle en ligne, accessible à tous, qui, est un peu victime de son succès, comme le dénotent certains chercheurs comme Andrew Keen : « Wikipedia, l’encyclopédie en ligne collaborative en tête des recherches mondiales, n’a pas plus de valeurs qu’un Trivial Poursuit, avec plein d’erreurs et de demi-vérités [...] »
  • Planeta Terra : média collaboratif sur les thèmes et enjeux sociaux, environnementaux, la mondialisation, le changement climatique.
  • Terra Economica : vulgarisation de l’économie et des enjeux du développement durable.

15Techniquement, il est obligatoire de s’inscrire, et de respecter la charte « journalistique » ou « netiquette » du site ; d’autre part, il faut aussi respecter l’orientation politique du portail, ou faire très attention aux sources et à la bonne qualité de l’information donnée.

16Il est aussi parfois essentiel d’exposer son « cv » dans des endroits tels qu’Agoravox, afin d’acquérir un peu plus de crédibilité. Certains sites se réservent le droit d’effacer le contenu si celui-ci ne plaît pas à la rédaction, il y a donc une certaine forme de censure. Nous le voyons bien, ces nouveaux dispositifs intéressent autant qu’ils interrogent d’autant que comme le souligne Marc Tessier (2007), même si la qualité et la démarche quasi-professionnelle des internautes sur certains médias citoyens sont avérées, la question reste posée quant aux frontières permettant d’accéder au statut de journaliste. Il ressort du débat actuel (9 octobre dernier à la bibliothèque de Lyon). Le journalisme aujourd’hui se fait en dehors du cercle des journalistes professionnels car tout le monde a la possibilité d’être un « capteur de l’information ». Le rôle de lecteur s’est amplifié et son statut a changé, de passif, il est devenu actif. Le journaliste professionnel garde toutefois toute sa crédibilité car les exigences de sa profession l’amènent à suivre une démarche de recherche, d’investigation, de veille, de tri et de sélection de l’information crédible et donc de situer son propos et de dénoncer les dérives possibles via les médias participatifs.

ETUDE EMPIRIQUE DE L’UTILISATION D’UN MP

17Pour tester ces dispositifs, nous avons mis en place une étude empirique avec des étudiants de formation multimédia, dans le cadre de la production et de la diffusion d’un article sur un média participatif de leur choix. Les étudiants ont été interrogés sur la démarche d’édition, sur les représentations de ce nouveau dispositif, l’esprit communautaire et sa dynamique, sur les aspects déontologiques de l’information diffusée et enfin sur ce qui semble faire, pour eux, la différence avec l’information diffusée par les médias traditionnels.

18Ces étudiants (une soixantaine) répondaient aux critères de motivation, compétences et engagements des rédacteurs des nouveaux médias issus de l’enquête d’Aurélie Aubert (2009). En effet, âgés de 17 à 25 ans, ils sont nés dans ce mouvement du « tout Internet » et bénéficient, par leur formation des moyens techniques nécessaires à l’utilisation d’un ordinateur, d’Internet et des médias participatifs. Ils entretiennent un rapport boulimique à l’information (Aubert, 2009) et le positionnement critique des journalistes professionnel ne leur échappe pas. D’autre part, ils ont un recours méthodologique majoritaire aux données du web. Nous avons ainsi interrogé les étudiants sur les avantages et inconvénients que représente pour eux leur participation à un média participatif.

19Le choix du média n’a pas été imposé et plus de 70 % d’entre eux ont privilégié le commentaire d’un article plutôt que la création directe. Néanmoins, il est a noté que lorsqu’ils ont choisi de créer leur propre article, la qualité de rédaction et d’illustration a été très rigoureuse et quasi-professionnelle, comme le note le rapport Tessier publié en février 2007. Concernant la démarche 99 % des étudiants l’ont trouvé simple : « le principe est simple en effet, il suffit de lire l’article que l’on souhaite commenter et par la suite d’aller dans la partie de publication, on laisse soit son pseudo avec son email ou bien on peut laisser un commentaire en anonyme » (commentaire étudiant).

20Le constat est donc simple, sur un plan plus personnel, ce sont des individus qui prennent leur contribution à article comme l’aboutissement d’une réflexion, leur réflexion qui leur permet de se rendre visibles, de se représenter via le Web : « cela permet de représenter des minorités, des marginaux, souvent sous-représentés de la société et permet de dire qu’on a un niveau journalistique et puis on peut s’intéresser au monde entier, à des endroits qu’on ne connaît pas » (commentaire étudiant). Enfin, bien qu’ils soient en carence d’expertise, ils revendiquent un droit particulier à la créativité (Aubert, 2009) : « cela m’a permis d’exprimer mon opinion et de la confrontée à celle des autres », « j’ai pu parler d’un sujet qui me tient à cœur alors qu’il ne fait pas la « une »…), « j’ai eu l’impression d’être un journaliste et de créer ma propre ligne éditoriale »), « même si je suis pas journaliste, j’ai pu écrire un commentaire qui a suscité dix autres commentaires » (commentaires étudiants)

21Cette étude nous autorise une approche de l’information, « non journalistique ». Cette approche nous interroge sur la construction et la crédibilité de l’information mais aussi sur le statut du « tous journalistes ». Nous avons d’ailleurs obtenu des informations sur l’inconvénient majeur de ces dispositifs c’est-à-dire, la véracité de l’information, sa crédibilité : « Au niveau de la vérification des articles, qui repose sur les super administrateurs on peut se demander si ces derniers sont réellement aptes… », « remet en question la liberté d’expression », « En fait, trop d’information tue l’information », « Il a un risque de désinformation », « l’administration du site est faite par les modérateurs, par conséquence la diffusion de notre opinion dépend du modérateur » (commentaires étudiants).

22Dans cette étude, la dynamique communautaire a été fortement mise en avant par les étudiants. Ce dispositif apparaît comme un outil majeur de promotion de l’esprit communautaire, puisque la participation implique l’individu non seulement au titre de ses opinions, mais aussi au sens de membre de cette communauté, partageant l’information :

  • « Le média participatif permet à chacun de déposer ces connaissances, et aussi la diversité des informations ainsi que le pluralisme des articles permet une connaissance plus riche »
  • « Interactivité entre l’auteur de l’article et le lecteur, mais aussi avec les autres… » (commentaires étudiants).

Médias participatifs : quelle(s) relation(s) ?

23Cette étude nous permet de définir un nouveau type de relation, qui semble démanteler la relation émetteur-récepteur, là où le lecteur est aussi rédacteur. Dès lors la notion de partage de l’information prend son sens, à partir de la distinction entre contribution, collaboration et participation. L’usage du média participatif modifie en profondeur les relations de groupes humains car il bouscule complètement les relations hiérarchiques et les relations de pouvoir Ainsi, ces dispositifs renforcent les médias dans leur rôle de médiation et de transformation des relations entre les producteurs (énonciateurs) et les consommateurs (usagers) de l’information.

24Ce qui importe, selon Marshall McLuhan, ce n’est plus le contenu du message lui-même, mais le moyen ou le canal par lequel il est transmis : le medium. Cette démarche participative procède de deux dimensions qui transforment les relations :

  • La connexion, là où les médias cherchent la connexion avec ses audiences pour cultiver une relation de proximité. L’objectif est ici de partager le temps et l’espace, les intérêts et inquiétudes d’une même communauté. Il s’agit de créer, par des thèmes proches des lecteurs, un pont de connexion avec le public.
  • La participation, où le but n'est plus simplement de dialoguer avec les lecteurs, mais où les médias doivent construire des contextes d'action familiers pour le public qui peut s’identifier et créer un réseau communautaire en toute confiance. Pour cela les médias participatifs disposent d’un certain nombre de formules de participation interactive (poser une question, envoyer un témoignage, faire un commentaire, répondre aux questions d’autres usagers, voter pour une information, une enquête, un commentaire…). Ainsi l’attraction viendra aussi de l’affichage du nombre de visites ou de votes, qui dans la démarche participative est un facteur « entrant », qui stimule le public. Les étudiants eux-mêmes ont montré que leur participation à certains articles a été motivée par le sujet, le thème mais aussi le nombre de commentaires. Ceux d’entre eux qui ont créé un article étaient d’ailleurs dans l’attente du nombre de réactions suscitées…

25Elle montre néanmoins qu’une dynamique communautaire se développe sur le principe d’une créativité, non exacerbée par le flux important des contenus. Il ne s’agit pas de se « faire un nom » mais bien de participer aux débats et de construire ensemble l’information. C’est donc un ensemble d’individus détenant des informations et liés entre eux de telle sorte que l’ensemble est compétent pour intervenir selon des règles de communication partagées et les valeurs de chacun des membres. C’est le groupe qui organise les échanges et règle la vie collective, de façon à satisfaire toutes les fonctions de la vie sociale (transmission culturelle et sociale, sentiment de participation, de reconnaissance, d’appartenance…) (Agostinelli et Metge, 2008).

26Seuls ou reliés à des communautés plus complexes, les échanges assurent la subsistance cognitive et informationnelle de l’individu.

27La notion de « communauté de pratiques » introduite par Lave et Wenger (1990) prend ici tout son sens. Leur concept de Legitimate Peripheral Participation (LPP) introduit la notion de communauté de pratique permettant des relations entre des « nouveaux » et des « anciens » membres, dans le cadre d’une participation relevant toujours d’un processus d’échanges hautement socialisés entre les acteurs. En effet, pour cette notion, étroitement liée aux théories de l’action (Vygotski, 1985), le social constitue la source du développement conceptuel individuel car il est à la fois le résultat de l’interaction individu - culture mais aussi le processus même de l’interaction. Il constitue aussi, l’organisation de l’activité commune et l’appropriation individuelle de l’information. Si avant nous parlions d'un public qui recevait l’information d'une façon passive, aujourd’hui on peut parler d'une audience interactive à qui il est permis de montrer ses réactions, opinions, expériences... Tout ça, dans le but de créer un espace commun à travers l'information qui favorise le niveau de sociabilisation. Ici le social se trouve relié à l’activité. L’individu ne peut s’approprier les situations et les informations (objets, connaissances…) sous-tendues, que s’il est actif. Cette appropriation des éléments culturels, qui appartiennent au monde (même local), n’est pas d’une part réductible à des objets matériels et d’autre part, n’a de perspectives que de les utiliser en tant qu’outils pour un processus d’intériorisation aboutissant à la maîtrise individuelle de sa pensée propre. L’activité est l’ensemble des « événements » de l’individu en situation. Ces événements pour être qualifié d’activité doivent être significatifs pour l’individu mais aussi pour les autres, c’est-à-dire racontables ou commentables par lui (ou eux) c’est bien sûr la totalité des événements : communications, interprétations, mouvements etc., d’un (ou plusieurs) individu(s) en situation. Cette activité (qui peut être quotidienne) relève d’une logique localement négociée à l’intérieur d’un groupe constitué.

28De plus, en considérant l’action comme un processus d’auto organisation, elle relève principalement de la façon dont un individu va utiliser les ressources matérielles ou immatérielles du milieu pour accomplir une action ; mais aussi, les circonstances matérielles et sociales, ici participer à l’information. Ces circonstances doivent également être pertinentes au collectif, aux interactions, aux relations intersubjectives dans le partage d’une matérialisation de l’information (Lave, 1988). Parallèlement, ce type d’approche insiste fortement sur le contexte dans lequel est située la communication des informations. C’est le contexte qui permet de construire du sens (Suchman, 1987). L’action située se définit alors par une organisation qui émerge in situ de la dynamique des interactions (Conein et Jacopin, 1994). Cette dynamique résulte de deux processus : le premier demande une compréhension mutuelle des actions de l’autre ; le second demande la perception d’indices provenant directement de l’environnement. Cette conception du contexte met l’accent, dans le premier cas, sur la compréhension et la communication ; et dans le second cas, sur la perception et l’espace, comme si les interprétations différentes des effets de contextualisation variaient en fonction du rôle joué dans le contexte par le langage ou par les matériaux utilisés.

29L’action est donc indissociable du contexte, de ses circonstances, de la compréhension, de la communication et du savoir mutuel qui implique un partage d’intention et la compréhension d’une action dans ses interactions avec son contexte. Si l’action peut être objectivement décrite, l’action située nous dit aussi comment l’individu reconstruit le milieu pour réaliser ce qu’il a à faire. Cette approche est particulièrement intéressante pour expliquer les situations complexes de communication via les communautés virtuelles, comme les médias participatifs, dans lesquelles l’intentionnalité est partagée entre « émetteurs et récepteurs ». En effet, elle autorise la mise en relation des interactions sociales et l’utilisation des dispositifs technologiques et sémiotiques sophistiqués.

DE LA RELATION A LA COMPETENCE DE COMMUNICATION

30Au delà des premières considérations de l’étude empirique menée, nous voyons bien que la dynamique communautaire relève d’un relationnel mouvant largement appréhender par le contexte et la situation qui permettent de décrire un rédacteur mais aussi un lecteur, dans cet utilisateur du média participatif. Force est aussi de constater que ce relationnel mouvant est ouvert et donc constructeur de nouveaux contacts, de changements d’opinions, d’idées nouvelles quelle que soit la manière de les faire émerger. C’est dans cette dynamique que nous nous sommes interrogés plus avant sur les compétences mises en œuvre pour communiquer dans cette communauté « média participatif ».

31La compétence communicative nous a semblé un point d’entrée incontournable, tant elle permet d’avoir une vision globale de la situation dans sa complexité. L’approche de la compétence communicative permet selon nous, d’envisager la communication des médias participatifs de façon anthropocentrée. Comme nous le disions à la fin du paragraphe précédent, l’action est prépondérante dans ces situations communautaires d’échanges. L’objet d’étude de Hymes (1984) est la langue en acte et plus particulièrement les relations entre usages de la parole, la parole en tant qu’action et les structures sociales. Il « plaide en faveur d’une linguistique socialement constituée. La conséquence d’une telle option est de ne plus s’en tenir à la grammaire comme cadre de description, de l’organisation des traits linguistiques, mais de prendre en compte les styles de parole, les façons de parler des personnes et des communautés. » (Hymes, 1984 p. 20). Plusieurs aspects permettent d’identifier la compétence communicative. Les aspects linguistiques de la compétence communicative sont ceux qui ont à voir avec la réalisation d'une connaissance intériorisée des éléments fonctionnels et des structures de la langue, comme :

  • La compétence phonologique (la capacité à reconnaître et à produire les sons distinctifs significatifs d'une langue, comme voyelles, consonnes mais aussi intonation, ton, etc…). On lui associe d’ailleurs la compétence orthographique, ou la capacité à déchiffrer et à écrire le système d'écriture d'une langue.
  • La compétence grammaticale est la capacité à reconnaître et à produire les structures grammaticales distinctive d'une langue et à les utiliser efficacement dans la communication.
  • La compétence lexicale est la capacité à reconnaître et à utiliser des mots dans une langue mais aussi la façon dont les locuteurs de la langue utilisent ce vocabulaire.
  • La compétence discursive ou textuelle est utilisée pour se référer à deux capacités liées mais distinctes ; la capacité de comprendre et de construire des monologues ou des textes écrits de différents genres, tels que récits, textes de procédure, des textes informatifs, persuasifs (exhortation) textes, de descriptions et d'autres.. Ces genres de discours ont des caractéristiques différentes, mais dans chaque genre il ya des éléments qui contribuent à créer un texte, un discours cohérent, et d'autres éléments qui sont utilisés pour marquer des points importants distinctif ou de premier plan.

32Apprendre une langue implique d'apprendre comment mettre en relation ces différents types de discours de telle sorte que les auditeurs ou les lecteurs puissent comprendre ce qui se passe et voir ce qui est important. De même, il implique d'être en mesure de relier l'information d'une façon cohérente pour les lecteurs et auditeurs. Même si, notre étude empirique n’a pas mis en avant les capacités orthographiques, grammaticales et lexicales, elle montre néanmoins, dans les commentaires des étudiants, combien la compétence discursive ou textuelle a été pour eux, un véritable travail de mise en cohérence des idées à développer dans leur article. La prise en compte de cette cohérence est en lien direct avec la compréhension du lecteur et donc incontournable pour eux. Les aspects pragmatiques de la compétence communicative ont, en revanche attiré, plus particulièrement notre attention dans cette étude empirique. Ce sont ceux qui ont à voir avec la façon dont le langage est utilisé dans des situations de communication, pour permettre à l'orateur ou à l’auteur d’atteindre les objectifs qu’il s’est fixé. Là aussi, ces aspects font appel à différentes compétences.

  • La compétence fonctionnelle fait référence à la capacité d'accomplir les buts de la communication mise en œuvre, en utilisant les ressources de la langue. Pour ne citer qu’un exemple, tiré de cette étude, la possibilité d’être édité sur le site participatif était dépendante de l’article proposé, de son contenu et plus précisément de ce qui dans le contenu permet de créer un lien avec la communauté.
  • La compétence sociolinguistique est la capacité d'interpréter la signification sociale des différents choix linguistiques et d'utiliser la langue avec la signification sociale appropriée pour la situation de communication. C’est ce qui ressort des commentaires des étudiants qui ont adapté leurs contenus, non seulement aux lecteurs potentiels mais aussi au média participatif dans lequel ils souhaitaient participer à l’actualité. Il serait d’ailleurs intéressant d’approfondir cette approche par différenciation des médias participatifs, en faisant l’hypothèse que selon les choix linguistiques opérés, il y aurait une reconnaissance du média éditeur, comme c’est le cas dans la presse écrite (on reconnaît, en le lisant, un article tiré de la presse locale ou du « canard enchaîné » et c’est souvent en fonction des choix linguistiques opérés dans les contenus que l’on peut les identifier).
  • La compétence interactionnelle implique de connaître et d'utiliser les règles non écrites pour la plupart, pour l'interaction dans diverses situations de communication au sein d'une communauté linguistique donnée et de la culture de cette dernière. Cela implique, entre autres choses, de savoir comment lancer et gérer des conversations et négocier le sens avec d'autres personnes. Les étudiants ont éprouvé cette compétence lors de la mise en ligne de leurs commentaires, mais aussi bien en amont, lors de la proposition d’édition de leur article où il leur a été demandé de reformuler, voire de réécrire certains passages du document proposé. La sanction à cette compétence a été pour les étudiants le cas des articles qui n’ont suscité aucun commentaire (mauvais choix dans le sujet développé ou rédaction défaillante pour susciter l’intérêt…).
  • La compétence culturelle est la capacité à comprendre le comportement du point de vue des membres d'une culture et à se comporter d'une manière qui serait comprise par ces membres dans le sens souhaité. La compétence culturelle consiste donc à comprendre tous les aspects d'une culture, mais surtout la structure sociale, les valeurs et les croyances, et la façon dont les choses sont supposées être faites. Là aussi, le manque de commentaires, de retours des lecteurs a interrogé les étudiants sur la structure des médias participatifs (censure, véracité de l’information…) mais aussi sur le choix des sujets en termes de valeur (éthique) dans les sujets et dans la manière de les aborder.

33Plus intéressant encore, pour faire référence à ce que nous disaient les étudiants, suite à l’étude empirique (« nous avons vite compris qu’il fallait référencer nos source et écrire comme un journaliste…, il y a des règles implicites que l’on découvre en lisant d’autres articles… », commentaires étudiants…), pour Hymes (1972), « Les règles de la parole correspondent aux manières dont les locuteurs associent des modes d’élocution particuliers, des sujets ou des formes de message, avec des activités et des contextes particuliers » (Hymes, 1972, p. 36). Dès lors, la compétence de communication correspond à « ce dont un locuteur a besoin de savoir pour communiquer de manière effective dans des contextes culturellement significatifs » ; elle renvoie à « une capacité performative » (ability to perform). L’idée centrale est « l’adéquation (appropriateness) des messages verbaux à leur contexte, ou leur acceptabilité (acceptability) au sens le plus large » (Gumpers et Hymes, 1972, Préface). C’est bien là, ce que les étudiants ont identifié comme étant indispensable à leur lecteur mais aussi à la publication de leur article. La conception covariationiste de D.H. Hymes réserve d’ailleurs une part de liberté au locuteur qui choisit, dans une situation donnée, un « style » porteur d’une signification sociale (les phénomènes langagiers sont « situés », « radicalement sociaux et personnels »). On comprend ici, l’importance de la compétence communicative dans les communautés, qui ne peut s’acquérir que par l’expérience sociale. Hymes (1972) parle de besoins, de mobiles alimentant l’acquisition de la compétence communicative mais aussi de son aspect réflexif ; la compétence communicative « se traduit en actions qui sont elles-mêmes nouvelles sources de mobiles, de besoins, d’expérience » (Hymes, 1984, p. 74). « Un membre normal d’une communauté possède un savoir touchant à tous les aspects du système de communication dont il dispose. Il manifeste ce savoir dans la façon dont il interprète et évalue la conduites des autres, tout comme la sienne propre (Hymes, 1984, p. 89).

34La communication demeure un système complexe et la compétence communicative ne saurait ignorer les notions de contextes qui interviennent dans la construction de la signification, celle de circularité des échanges, d’intentionnalité qui comprend les stratégies d’interaction mais aussi les codes, les normes, la participation ou la coopération, la métacommunication… là où la compétence communicative occupe une place prépondérante.

CONCLUSION

35Pour conclure, nous reviendrons au terme de médias pour alimenter d’autres questions qui ont été soulevées mais non abordées dans cette étude empirique : l’opportunité qu’ont les médias « traditionnels » de se servir de ce nouveau système d’échange et l’intérêt pour eux, de ces nouveaux usages.

36Qu’il s’agisse des médias ou des médias participatifs, tous ont un intérêt commun, l’édition et la diffusion de l’information. Comme le rappelle Serge July à l'occasion de la sortie du supplément Ecrans de Libération : Tous les médias généralistes, qu'ils soient audio, télévisuels ou écrits, sont sérieusement secoués par la révolution numérique, tant en ce qui concerne l'audience que les recettes publicitaires. Aucun nouveau média n'a jamais tué les médias existants, à condition que ceux-ci muent. Ainsi, Le Monde propose depuis 2005 à ses abonnés de créer leur blog. De même LCI donne depuis septembre une place conséquente aux informations fournies par les internautes.

37Paradoxalement, l’information communautaire (et d’ailleurs l’information tout court) est régie par des règles que l’on ne peut pas transgresser sous peine de retomber dans le règne de l’a peu près et de la rumeur. Tout comme les médias traditionnels, les sites communautaires doivent faire l’apprentissage des processus de validation, savoir résister à la tentation du scoop, et mettre en place les outils nécessaires.

38En définitive, les défis du journalisme semblent tantôt simples à l’image de l’information personnalisée, spécifique, sélective et utile et tantôt complexes face au partage équitable de l’information vraie pertinente, mais surtout divertissante au sein des nombreuses communautés virtuelles émergentes, en quête « d’extimité » comme l’indique Serges Tisseron, sur Planète (« Cet obscur désir de s’exposer ») au sein d’un espace public mosaïque (Neveu, 1999). Quoi qu’il en soit, on admet tous que dans un contexte pareil, l’information brute n’a plus de valeur ; seul son enrichissement en a une.

39Internet sera–t-il le média de demain ? La question reste posée.

Bibliographie

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Aubert, A. (2009). Le paradoxe du journalisme participatif, Motivations, compétences et engagements des rédacteurs des nouveaux médias (enquête), Terrains et travaux n° 15, 2009/1

Gumperz, J., & Hymes, D. (1972, eds). Directions in sociolinguistics : The ethnography of communication. New York : Holt, Rinehart and Winston.

Hymes, DH. (1984). Vers la compétence de communication. Collection « Langues et apprentissage des langues ». Paris : Hatier.

July, S. (2006). Médias participatifs : un fort taux de participation... Benoît Desavoye, Par Débat 2007.fr / Les chroniqueurs le lundi 29 mai 2006 [http://www.debat2007.fr/blog/index.php?2006/05/29/226-medias-participatifs-un-fort-taux-de-participation]

Lave, J. (1988). Cognition in Practice : Mind, mathematics, and culture in everyday life. Cambridge, UK : Cambridge University Press.

Lave, J., & Wenger, E. (1990). Situated Learning : Legitimate Periperal Participation. Cambridge UK : Cambridge University Press.

Neveu, E. (1999). Espaces publics mosaïques - acteurs, arènes et rhétoriques, des débats publics contemporains. Rennes : PUR

Conein, B., & Jacopin, E. (1994). Action située et cognition : le savoir en place. Sociologie du travail, n°4, 475- 499.

Suchman, L., A. (1987). Plans and Situated Actions : the problem of human machine communication. Cambridge : University Press.

Vygotski, L., S (1985). Le problème de l'enseignement et du développement mental à l'âge scolaire. In, B. Shneuwly & J.P. Bronckart (Eds.). Vygotski aujourd'hui, (95-117). Paris : Delachaux & Niestlé.

© Presses des Mines, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540