Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre communautés et mobilité : une approche interdisciplinaire des médias

 | 
Serge Agostinelli
, 
Dominique Augey
, 
Frédéric Laurie

Quand les médias peuvent contribuer à renforcer les liens entre les communautés et la mobilité

Éric George

Texte intégral

INTRODUCTION

  • 1 Ce texte constitue une nouvelle version corrigée et développée d’un autre texte intitulé Les « nou (...)
  • 2 Financées par le Fonds québécois pour la recherche sur la société et la culture (FQRSC) et par le (...)

1« Communauté » et « mobilité » : de prime abord, nous aurions tendance à considérer les deux termes de communauté et de mobilité comme antinomiques, ne serait-ce que parce que la communauté semble imposer un certain enracinement dans le territoire, et donc une certaine immobilité. Or, nous proposons dans ce texte d’adopter une perspective différente qui consiste à envisager que l’inscription dans la communauté, la participation à celle-ci et la mobilité sont tout à fait compatibles, notamment dans le contexte du développement des médias actuels, que ceux-ci soient anciens ou nouveaux, et des technologies qui les supportent. Notre propos est donc bien délimité et ne vise pas par exemple à montrer en quoi les médias contribuent à la formation de communautés virtuelles (voir par exemple à ce sujet un texte de synthèse de Proulx et Latzko-Toth, 2000) ou à dire dans quelle mesure ils favorisent la mobilité (voir ici le texte de Rallet, 2009). Pour explorer cette hypothèse plus restreinte des liens entre communauté, mobilité et médias, nous reviendrons tout d’abord sur les notions de communauté et de mobilité, ce qui nous permettra de constater que ces deux termes sont fortement polysémiques. Notre démarche étant à finalité problématisante, nous ne choisirons pas une définition en particulier mais nous verrons que les réponses à notre interrogation principale peuvent varier en fonction des choix effectués. Après quoi, nous traiterons du rôle des médias et des technologies de l’information et de la communication (TIC), ces dernières étant entendues comme les supports des médias dans le maintien et le développement des communautés et de la mobilité. Nous prendrons alors trois cas de figure qui tendent à montrer que moyennant différentes façons de concevoir la communauté et la mobilité, nous pouvons envisager le développement de communautés comprenant une certaine mobilité, voire une mobilité certaine. Enfin, nous aborderons quelques enseignements issus de l’étude du web en tant que média d’information au Québec en lien avec notre problématique avant de conclure en nous posant quelques questions susceptibles de se transformer en pistes de recherche. Ainsi, ce chapitre1 constitue une réflexion théorique sur les liens entre développement des médias, des communautés et de la mobilité mais repose aussi sur des résultats de recherches sur les stratégies en ligne des entreprises médiatiques canadiennes et québécoises2. En conséquence, il a un double statut puisqu’il vise principalement à témoigner d’un questionnement susceptible de donner lieu à de fructueux travaux tout en apportant aussi quelques éléments de réponse à la problématique.

COMMUNAUTE, MOBILITE : DEUX NOTIONS FORTEMENT POLYSEMIQUES ET PAS FORCEMENT ANTINOMIQUES

2Nous allons donc commencer par revenir sur les deux termes-clés de notre problématique, la communauté et la mobilité. Comme nous allons le voir, ces deux notions s’avèrent fortement polysémiques. L’objectif ne consistera toutefois pas à proposer une analyse exhaustive des différents sens mais d’en aborder plusieurs susceptibles de commencer à faire dialoguer les deux notions entre elles.

3Étymologiquement, le terme « communauté » renvoie à l’idée de partage, de communion – tout comme le mot « communication » – ainsi qu’à celle de relations sociales caractérisées par des obligations mutuelles. Cela étant précisé, le premier chercheur à avoir traité le mot comme concept en tant que forme d’organisation sociale et figure de la vie en société est Ferdinand Tönnies (1877). La notion de communauté (Gemeinschaft) fait ici référence à un collectif fondé sur la proximité géographique et émotionnelle, et impliquant des interactions directes, concrètes, authentiques entre ses membres. On retrouve ici une position proche de celle d’Émile Durkheim qui parle dans son ouvrage De la division du travail social (1893), de solidarité mécanique caractéristique des sociétés traditionnelles par opposition à la solidarité organique qui existe au niveau des sociétés modernes notamment dans le cadre de la division sociale du travail. Dans le premier cas, les liens entre membres de la communauté sont généralement forts alors que dans le second, ils sont plus faibles. La communauté traditionnelle renverrait donc à des liens forts, exclusifs et inscrits dans la durée, le plus souvent circonscrits dans l’espace, ainsi qu’à une certaine immobilité.

4Au-delà de ces premiers éléments de définition, Serge Proulx et Guillaume Latzko-Toth pensent que cette notion « constitue en quelque sorte une "tache aveugle" de la théorie du social » étant donné que « l’idée de communauté renvoie à des conceptions […] intimement liées à notre pensée du collectif » qui font appel à l’articulation entre les niveaux micro et macrosocial, ainsi qu’au rôle des diverses modalités de communication dans cette articulation. Ils précisent ensuite que c’est l’ajout du qualificatif de « virtuel » avec le développement des pratiques de communication médiatisée par ordinateur (CMO) qui a « fait éclater cette « boîte noire » – pour ne pas dire boîte de Pandore – que constitue la notion de communauté » (2000, p. 110). L’expression de « communauté virtuelle » a été popularisée notamment grâce à un livre portant ce titre et très médiatisé en 1995. Son auteur, Howard Rheingold, était l’une des membres les plus illustres d’un BBS (Bulletin Board System ou babillard) fondé dans la Baie de San Francisco dix ans auparavant. Il avait défini les communautés virtuelles comme « des regroupements socioculturels qui émergent du réseau lorsqu’un nombre suffisant d’individus participe à ces discussions publiques pendant assez de temps en y mettant suffisamment de cœur pour que des réseaux de relations humaines se tissent au sein du cyberespace » (1995, p. 6). On voit bien ici la différence non négligeable avec les exigences portées par les définitions de Tönnies et de Durkheim. La définition apparaît moins forte. Certes, il est question d’investissement à travers les thèmes du « temps » et du « cœur » mais il s’agit avant tout de participer à des échanges. On constate aussi une dimension volontariste forte. Nous y reviendrons. Manifestement, on se retrouve dans des communautés de choix.

5Justement, il est possible de distinguer les « communautés de choix » des « communautés de destin ». Ces dernières seraient notamment caractérisées par des considérations qui tendent à s’imposer à nous. Il en est ainsi du pays et de la famille dans lesquels on naît. Sauf à rompre totalement avec celles-ci, elles nous accompagnent tout le long de notre vie. Par opposition, les communautés de choix correspondent comme leurs noms l’indiquent à des décisions, des orientations voulues de notre part. On pense par exemple à celles qui sont fondées sur les centres d’intérêt, éventuellement aussi sur le travail. Et encore, le choix proposé ci-dessus n’apparaît pas si simple selon notre propre analyse de la mobilité sociale et au-delà de notre propre autonomie en tant que sujet par rapport au social entendu comme totalité. Si nous pensons que les trajectoires individuelles sont socialement largement déterminées, nous estimerons alors que les communautés de destin sont les plus importantes. En cas inverse, autrement dit, si nous pensons que nous sommes plus autonomes en tant que sujets, nous accorderons une plus grande importance aux communautés de choix.

6Par ailleurs, la notion de communauté constitue une notion à prétention objective, par exemple en reposant sur des statistiques. Ces dernières vont par exemple mettre en évidence la domination d’une langue, d’une religion, de certaines caractéristiques de l’organisation économique, etc. qui sont propres à une communauté en particulier. Mais il importe de faire attention une fois de plus. Les statistiques constituent une représentation de tout objet étudié. Comme le dit Isabelle Pailliart, « La statistique est […] l’instrument favorisant la visibilité d’un problème ou d’une catégorie sociale de notre espace public contemporain. […] la statistique introduit dans le débat public une réalité qu’elle produit elle-même » (1995, p. 194). Une prétention objective et une dimension subjective forte cohabitent donc. Ainsi, Benedict Anderson (1991) met en avant la notion de communauté imaginée alors que Janice Radway parle de communauté interprétative (1991).

7Enfin, on peut donner un sens relativement différent au terme communauté selon les perspectives de recherches. Ainsi, au sens large du terme, il peut renvoyer à un peuple, à une nation. C’est d’ailleurs ce cas de figure qui intéresse plus particulièrement Anderson qui estime que toute communauté qui existe au-delà du village comprend donc des habitants qui ne se connaissent pas en face-à-face et qui, en conséquence, ont une conception forcément imaginée de ce qui les rassemble, conception imaginée qui est influencée par les médias. Nous y reviendrons évidemment puisque cette idée est au cœur de notre propos. Mais le terme peut aussi avoir un sens léger et plus restreint comme par exemple les communautés qui correspondraient à de « simples » passe-temps partagés ou avoir un sens beaucoup plus lourd si on l’aborde dans une perspective marxiste et/ou webérienne de « classe sociale » (voir à ce sujet les travaux de Louis Chauvel, 2001).

8De son côté, la notion de « mobilité » renvoie également à plusieurs significations. D’un point de vue anthropologique, celle-ci remonte aux premières migrations de l’humanité. Notre histoire même est marquée par des voyages incessants à travers la planète, ceux-ci ayant souvent eu pour cause, du moins principale, la quête d’une meilleure subsistance et plus généralement la recherche d’une amélioration des situations économiques. Plus récemment, Luc Boltanski et Ève Chiapello (1999) ont bien montré que le capitalisme repose largement sur une très forte mobilité du capital qui profite tout d’abord au système financier et aux grandes entreprises transnationales. Cette très grande mobilité facilite largement le rendement du capital, ce qui explique que dans une société connexionniste il existe toujours des rapports d’exploitation mais qui sont susceptibles de prendre de nouvelles formes. D’ailleurs, à l’autre bout du système économique, se retrouvent les travailleurs « immobiles » qui sont, eux, les exploités. Ceux-ci sont avant tout immobiles au sens qu’ils ne sont pas prêts ou qu’ils ne peuvent pas voyager de par le monde en fonction des opportunités de travail. On retrouve ici par association d’idées la représentation de sociétés qui reposent sur une plus ou moins grande mobilité sociale, ce que l’on appelait jadis l’ascenseur social. Encore par extension, il serait aussi possible de parler de mobilité mentale, de mobilité des compétences par opposition à une trop grande spécialisation, ce qui renverrait encore une fois au marché du travail ainsi qu’aux modalités de l’organisation de celui-ci dont parlent Boltanski et Chiapello, notamment au sujet de la nouvelle organisation qui s’est mise en place à partir des années 1970 en intégrant les critiques du capitalisme, notamment celles qui dénonçaient le caractère aliénant du travail et qui mettaient en avant la notion d’autonomie. Comme on le voit, le terme mobilité peut renvoyer à des questions relativement variées même si celles-ci sont reliées entre elles. Pour notre part, nous entendrons le terme avant tout en termes de migrations comme l’entendent Boltanski et Chiapello. Toutefois, nous pourrons aussi faire référence à une définition plus « modeste », en considérant par exemple les déplacements au quotidien.

9Maintenant que nous avons commencé à réfléchir sur les deux notions, il importe d’établir les premiers liens entre celles-ci. Les deux notions apparaissent comme étant à la fois antinomiques et complémentaires. Il arrive ainsi que la communauté repose sur une mobilité faible. L’analyse de Ferdinand Tönnies allait plutôt dans ce sens mais pas complètement tout de même. En effet, Il distinguait trois genres de communautés, fondées respectivement sur les relations parentales, de voisinage, et amicales. Les deux premières se caractériseraient essentiellement par une « vie commune », ce qui implique un « habitat commun » et « de nombreux contacts », quoiqu’elle puisse « aussi se maintenir dans l’éloignement » alors que la troisième se fonderait sur « l’identité (...) des façons de penser » (1887, p. 200). On peut aussi faire appel ici aux travaux de Fernand Braudel qui, dans son ouvrage L’identité de la France. Espace et Histoire, fait référence à ces habitants des Alpes qui encore au xviiie siècle avaient pour horizon ultime leur vallée, ce qui ne veut pas dire qu’il n’y avait pas d’échanges entre vallées, ceux entre le Queyras en France et le Piémont en Italie en témoignant par exemple. À quelques centaines de kilomètres de là, les Bretons, du moins ceux du bord de mer, avaient l’habitude depuis plusieurs siècles de voyager sur les Océans ayant d’ailleurs mis les pieds, tout comme les Basques, en Amérique du nord bien avant Christophe Colomb et Jacques Cartier : immobilité des uns et mobilité des autres, avec des représentations du monde et de leurs communautés fort différentes.

  • 3 Pour Mascotto (2005), l’overclass comprend, outre les héritiers des grandes familles et ces hauts (...)
  • 4 Les sans-part sont ceux qui n’ont pas la parole et au-delà qui n’ont rien dans nos sociétés.
  • 5 Le mur en construction entre les États-Unis et le Mexique est d’ailleurs qualifié de « virtuel » c (...)

10Il importe aussi de souligner le fait que les rapports entre communauté et mobilité changent dans le contexte international actuel caractérisé par une augmentation considérable des voyages d’affaires, des migrations et du tourisme ; et tout ça en moins d’un siècle. La mobilité des personnes est ainsi devenue au fil des décennies une donnée essentielle pour expliquer l’état de nos sociétés, même si cette mobilité est largement restreinte ou contrainte pour certains. D’un côté, la mobilité de la classe dirigeante mondiale, l’overclass, pour reprendre le concept de Jacques Mascotto3, a considérablement augmenté en parallèle avec la mobilité du capital, ce qui contribue à dire que s’il y a d’ores et déjà une mondialisation qui est achevée, c’est bien celle de la finance. De l’autre, la mobilité des sans-part4 pour reprendre ici le concept de Jacques Rancière est, quant à elle, singulièrement limitée. On le voit par exemple très concrètement avec l’érection de murs à travers la planète comme celui sur le Rio Grande entre le Mexique et les États-Unis qui visent à empêcher les migrations illégales alors que les raisons économiques ont toujours été les principales raisons de migrations à l’échelle planétaire5.

COMMUNAUTE ET MOBILITE : LE ROLE DES MEDIAS ET DES TIC

11Maintenant, quels sont les rôles des médias et des TIC entre communauté et mobilité ? C’est la question que nous allons aborder dans la deuxième partie de ce texte. Précisons tout de suite que nous définissons les médias et les TIC à partir de leurs liens, les technologies constituant les supports de sens des médias. Ainsi, le support de la télévision (média) est le téléviseur (technologie). De même, le support du courrier électronique (média) est l’ordinateur branché sur le réseau. Dans un ordre d’idées voisin, le support du théâtre (média) est l’amphithéâtre (technologie). Cela étant précisé, nous considérons que le rôle des médias et des TIC dans nos sociétés est complexe, ce qui interdit de reprendre à notre compte une simple analyse causale. Au contraire, nous pensons, d’un point de vue général, que les relations entre médias, TIC et sociétés reposent sur des facteurs à la fois économiques, politiques, technologiques, sociaux et culturels. S’il y a détermination, celle-ci est donc forcément multicausale, même si dans les sociétés capitalistes, la dimension économique s’avère souvent prépondérante. Nous allons également voir qu’il convient d’être prudent quand il est question d’anciens et de nouveaux médias. Nous pensons en effet que la période actuelle est marquée par des mutations importantes dans ce domaine mais que celles-ci concernent à la fois des médias nouveaux et d’autres plus traditionnels qui se renouvellent à cette occasion. On pense surtout à la presse écrite, à la radio et à la télévision dont les formats, les modalités de financement et les conditions de réception changent avec l’introduction de nouveaux supports technologiques, Internet et la téléphonie mobile. De ce point de vue, anciens et nouveaux médias apparaissent étroitement mêlés. Quant aux mutations, elles concernent par exemple le fait que les nouveaux supports sont censés permettre beaucoup plus d’échanges entre producteurs et consommateurs. À la limite, dans la perspective du « web 2.0 », il serait envisageable de supprimer complètement cette frontière. Mais là encore, mieux vaut être prudent pour deux raisons. Premièrement, les possibilités de participation des consommateurs ne sont pas nées avec les nouveaux médias. On pense traditionnellement au courrier des lecteurs mais aussi plus récemment à des participations à des émissions de télévision ou au travail des médiateurs (ombudsmen). Deuxièmement, ces activités ne sont pas si nombreuses que nous pourrions le croire à la lecture de certains textes (Rebillard, 2007) et celles-ci sont largement encadrées par des logiques d’ordre économique. Nous y reviendrons.

12Venons-en au vif du sujet. Historiquement, les médias que l’on qualifie aujourd’hui d’anciens se sont développés à différentes échelles. Ainsi, la presse écrite quotidienne est caractérisée par une dimension à la fois locale/régionale et nationale selon la plus ou moins grande décentralisation politique des pays. Dans des pays centralisés comme la France et l’Angleterre, les quotidiens des deux capitales ont un poids important alors qu’aux États-Unis et au Canada, les quotidiens nationaux constituent l’exception. Et encore, au Canada, si référence est faite chez les anglophones aux Globe and Mail et au National Post pour désigner les quotidiens dits nationaux ; parmi les francophones, la référence nationale est le plus souvent Le Devoir, quotidien québécois. La presse écrite a donc toujours eu une dimension locale forte en Amérique du Nord ; tout comme la radio et la télévision pour lesquelles deux modèles de programmation existent : celui du rattachement à la programmation réseau avec pour corollaire la domination du contenu local (le modèle décentralisé) et celui du décrochage local qui s’accompagne d’une programmation nationale dominante (le modèle centralisé). Une fois encore, les deux modèles sont plus ou moins présents selon la nature centralisée ou non des pays. Benedikt Anderson (1991) estime pour sa part que la presse écrite a surtout eu comme impact de favoriser l’identité nationale. Il est vrai que les médias ont souvent été considérés comme favorisant celle-ci. Tel est le cas par exemple du Québec où la télévision est même souvent considérée comme un véritable miroir, éventuellement déformé, de la province, la quasi-totalité des émissions qui bénéficient des côtes d’écoute les plus élevées étant québécoises. Tel n’est pas le cas en revanche au Canada anglais dont les habitants sont fort consommateurs de programmes de télévision étatsuniens, ce qui d’ailleurs périodiquement contribue à s’interroger sur l’existence d’une véritable identité canadienne ou plutôt canadian. La situation nous semble tout de même un peu plus complexe que cela. Sans doute faudrait-il ici dans certains cas distinguer puis mettre en rapport la zone de diffusion principale d’un média et l’origine géographique du contenu de celui-ci pour aller plus loin dans l’analyse. Contentons-nous de rappeler dans ce texte que le développement des médias traditionnels a généralement favorisé la formation d’identités à différentes échelles tout en témoignant aussi de l’existence de ces identités.

13Cela dit, il nous apparaît que les médias traditionnels ont tenu un rôle relativement faible au sujet de la mobilité de par la moindre diffusion à l’étranger des journaux, de la radio et de la télévision en dehors des zones frontalières pendant longtemps. Il était bien difficile par exemple de continuer à suivre l’actualité de sa ville d’origine si on déménageait à plusieurs milliers de kilomètres, faute de diffusion de son journal à une telle distance. Seule exception notable, le cinéma. Ce moyen de communication a été très vite internationalisé de par la nécessité de favoriser une distribution la plus large possible afin de tenter de faire du profit à partir de coûts fixes importants et de par sa transformation en arme géopolitique internationale puis mondiale par les autorités de Washington avec la complicité très active du syndicat des producteurs d’Hollywod, la Motion Pictures Association of Producers (MPAA). On pourra aussi noter parmi les médias mobiles le cas plus ancien de la lettre qui permettait de pouvoir s’échanger informations, idées, sentiments depuis plusieurs siècles. Mais ce moyen de communication était limité aux classes lettrées, alors largement minoritaires. Depuis, il y a eu bien sûr le télégraphe puis le téléphone qui ont grandement favorisé la mobilité. Et puis plus récemment les technologies, notamment satellites et réseaux câblés ont largement facilité le maintien de l’inscription dans des communautés tout en facilitant la mobilité. Dans le cadre de cette deuxième partie, nous allons présenter trois situations qui vont dans le sens proposé.

14À partir du moment où des chaînes de télévision ont été présentes dans un nombre croissant de pays, le média télévisuel a accompagné la mobilité. Il est intéressant à ce sujet de rappeler le développement du premier canal d’information continue qui allait avoir une dimension internationale, CNN, née aux États-Unis en 1980. Une version internationale de celle-ci a été lancée cinq ans plus tard dans les grands hôtels de la planète afin de rejoindre les responsables politiques et les dirigeants économiques. On ne peut d’ailleurs qu’être frappé par le fait que s’il a été beaucoup question de cette chaîne au fil des années, notamment dans les situations de conflit – on pense par exemple à la guerre du Golfe en 1990-1991 – elle a toujours eu une audience faible, dépassant rarement les 5 %. Il s’agissait et il s’agit toujours d’une chaîne écoutée principalement par une partie très spécifique de la population, une frange composée de décideurs économiques et politiques qui, peut-on émettre comme hypothèse, correspond en grande partie à l’overclass de Jacques Mascotto. La mobilité de cette classe sociale a donc pu être favorisée par de nouveaux développements de médias traditionnels. La direction de CNN ne s’était-elle pas donnée pour priorité lors de son lancement d’être présente dans les plus grands hôtels de la planète que fréquentent justement dirigeants économiques et politiques ?

15La mobilité a pu également être facilitée grâce aux nouveaux médias, dont le téléphone… mobile justement. Francis Jauréguiberry travaille depuis de nombreuses années sur ces questions. Cet outil de communication favorise indubitablement la mobilité géographique. Ainsi, Jauréguiberry écrit que « pour les employés en déplacement ou géographiquement excentrés de leur direction, le fait d’être médiatiquement proches de leur hiérarchie est un facteur de sécurité » (2004, p. 184). Mais il ajoute que « cette faculté est ambivalente : elle peut retrancher à la liberté ce qu’elle offre en sécurité. Étant directement joignable, l’employé peut en effet se retrouver sous contrôle, quelle que soit sa position géographique » (ibid., p. 185). L’auteur prend l’exemple de la communauté des routiers traditionnellement largement caractérisée par la mobilité des travailleurs. Maintenant, avec l’utilisation du GPS et du portable, la hiérarchie est toujours informée de l’état d’avancement de leurs activités. Le routier pouvait jusqu’alors gérer son temps comme il le voulait, l’essentiel étant qu’il devait réaliser la tâche qui lui était impartie dans le délai fixé par son patron. Maintenant, il se sait surveillé en permanence. « Il ne s’agit plus pour lui de faire un plan de route et de l’adapter selon sa forme, son humeur ou les aléas de la route, mais de suivre des directives précises, sans cesse réactualisées et auxquelles il doit se soumettre. En particulier, il n’est pas rare qu’un routier se voie désormais détourné pour prendre en compte un chargement "plus urgent" » (Jauréguiberry, 2004, p. 186). Anne Mayère aboutit à la même conclusion lorsqu’elle constate que l’implantation du téléphone mobile dans les entreprises a favorisé la mobilité des travailleurs nomades mais a aussi diminué leur autonomie au profit des contrôles hiérarchiques (Mayère, 1996). Francis Jauréguiberry estime de son côté que « plus l’employé est bas dans l’échelle, plus son travail est normé, plus il est répétitif, et plus l’employé a de chance d’être surveillé et contrôlé à distance » (2004, p. 187). On voit bien ici que la mobilité ne s’accompagne pas forcément d’une plus grande autonomie mais au contraire d’un renforcement de la dépendance, de la surveillance dans certains cas de figure.

16Enfin, intéressons-nous à un troisième cas, celui des diasporas. Les migrations ont longtemps signifié une rupture parfois forte avec les pays d’origine, notamment à cause de l’absence de formes de communication rapides et peu chères. La situation a en partie changé avec la diminution considérable des coûts de communication téléphoniques et par ordinateur depuis une quinzaine d’années. Mais au-delà des apports réciproques des différentes technologies mobilisées, dans un bilan des travaux consacrés aux liens entre TIC et diasporas, Tristan Mattelart (2009) propose de considérer les technologies récentes dans une certaine continuité par rapport à celles qui sont plus anciennes. Ainsi, dès 1985, Abdelmalek Sayad montrait comment les différents supports de sens utilisés – messages oraux ou écrits confiés à des intermédiaires, lettres envoyées par la poste, messages enregistrés sur cassette – « formaient système » grâce à leur complémentarité (1985, p. 61) et permettaient donc aux travailleurs immigrés, symbole d’une certaine mobilité de rester en lien avec leur communauté d’origine. Depuis, comme en témoignent les textes publiés dans le numéro double de la revue tic&société (2009), les outils techniques permettant de maintenir le contact avec sa communauté d’origine se sont largement développés. Mais les études montrent également que la mobilisation des médias et des TIC peut aussi permettre de mieux s’insérer dans la communauté d’accueil, par exemple à travers la participation à des forums de discussions mais aussi grâce au visionnement de la télévision. L’ensemble des médias, anciens et nouveaux, apparaissent en effet largement complémentaires les uns des autres dans un tel cas de figure. Ce qui est véritablement nouveau ici est fort probablement leur augmentation considérable au cours des dernières décennies.

17Autant de cas qui tendent donc à montrer que nouveaux médias mais aussi dans une certaine mesure anciens médias, de par la dimension complémentaire des uns et des autres favorisent l’inscription dans certaines communautés tout en permettant la mobilité. Maintenant que nous avons avancé cette idée, abordons la troisième partie de notre texte, à savoir les enseignements issus de l’étude du web en tant que média d’information qui illustrent le propos tenu ci-dessus.

QUELQUES ENSEIGNEMENTS ISSUS DE L’ETUDE DU WEB EN TANT QUE MEDIA D’INFORMATION

  • 6 Voir au sujet des liens entre économie, journalisme et nouveaux médias le numéro spécial de la rev (...)

18Nous allons voir tout d’abord que les stratégies des entreprises facilitent l’accès des médias à une échelle internationale, ce qui fait que nous restons un peu chez nous tout en étant parfois très loin. En la matière, le réseau Internet joue un rôle central et, justement, les entreprises médiatiques québécoises et canadiennes ont un rôle crucial dans la mise à disposition des informations sur le web (George, 2008). Comme l’a bien montré Renaud Carbasse, la présence sur le web des entreprises médiatiques majeures et traditionnelles est dorénavant considérée comme stratégique (2009). Il s’agissait pourtant dans la deuxième moitié des années 1990 avant tout d’occuper le terrain, les décisions prises l’étant sans aucune assurance de réussite. D’ailleurs, les choix effectués par les différentes entreprises demeurent aujourd’hui sans assurances financières ; d’où la variété des choix effectués. Les directions sont encore à la recherche d’un modèle économique assurant la transformation de la valeur d’usage en valeur d’échange. Des interrogations portaient déjà sur cette question à propos d’Internet dès la fin des années 1990 (George, 1999) mais elles demeurent encore en partie valables même si le web est devenu au fil des années un support croissant de publicité. Le problème est d’autant plus grand que s’il y a en effet un transfert de la publicité vers le web, celle-ci ne va pas forcément vers les sites des médias d’information mais également vers les sites d’entreprises dites pure players comme les moteurs de recherche et les portails6.

19Ainsi, l’équipe du Journal de Montréal, quotidien populaire de Montréal (tabloïd) a lancé son site web en 1996. A suivi une importante vague d’acquisitions de la part de la maison-mère, Quebecor, dont la direction a décidé de regrouper la quasi-totalité des activités en ligne sous une nouvelle bannière, le portail Canoë. Renaud Carbasse note à ce sujet que le portail « rassemble aujourd’hui des contenus d’information et de divertissement en provenance des réseaux de télévision TVA, LCN et le Canal Argent, du Journal de Montréal et du Journal de Québec, du quotidien gratuit 24 Heures, des magazines du groupe ou des contenus originaux produits par les journalistes de Canoë. Enfin, depuis janvier 2009, le portail a également recours à l’agence de presse interne, QMI, qui rassemble et traduit articles et reportages en provenance de l’ensemble des médias » (2009, p. 68). Le contenu du portail Canoë témoigne en conséquence de la politique d’achats du groupe Quebecor devenu une figure emblématique de la concentration de la propriété des médias au Québec et au Canada, pays où la concentration est la plus élevée au monde. L’autre quotidien principal de Montréal, La Presse, a connu un développement un peu différent avec une même logique en bout de ligne autour de la création du portail Cyberpresse. La première diffusion de contenus en ligne issus du quotidien l’a été en 1998. Dès cette époque, ce portail avait pour ambition de former un club grâce à un contenu le plus varié possible et à l’absence de liens vers des sites web externes. Même le contenu de certains sites était dupliqué sur le portail de façon à rester à « l’intérieur » de celui-ci (George, 1999). Quant au portail de la Société Radio-Canada, l’organisme de radiodiffusion publique, il témoigne de la recherche de complémentarité entre radio, télévision et internet. Tous les contenus radiophoniques sont disponibles sur le web en direct et à la carte alors que de nombreux contenus télévisés le sont aussi en direct ou à la carte.

20Dans les trois cas, la diffusion d’informations se fait quasiment en « flux tendu ». Marc-Olivier Goyette-Côté (2010) a noté que dans les cas des portails de Canoë et de Radio-Canada, les deux entreprises éditrices sont déjà habituées à ce type de pratiques et ont développé un savoir-faire possédant toutes deux des chaînes d’information continue. Ceci ne veut pas dire que ce genre de situation ne se passe pas sans problème. Ainsi, les journalistes du Journal de Montréal, quotidien du groupe Quebecor, étaient en octobre 2010 en grève depuis 21 mois afin de témoigner de leur opposition par rapport à leur direction qui souhaitait que ceux-ci assouplissent leurs conditions de travail, notamment pour contribuer à la production de contenu pour l’ensemble des plateformes du groupe. Il apparaît dès lors que ces orientations autour des portails des entreprises ont pour but stratégique de fidéliser le plus possible des internautes dans un contexte caractérisé par un réseau qui demeure ouvert et où il y a lutte sur le terrain de l’attention à des fins de diffusion de publicités plus ou moins ciblées. On parle d’ailleurs de plus en plus à ce sujet d’une économie de l’attention (Goldhaber, 1997 ; Kessous, 2010). Pour ce faire, une large majorité des liens de ces sites sont internes et tendent comme le note Deuze (2003) à favoriser la concentration des sources d’information en maintenant celle-ci dans un circuit fermé balisé par l’acteur dont le site est visité. Marc-Olivier Goyette-Côté (2010) note que tel est le cas de l’hypertextualité présente sur le portail Canoë du groupe Québécor. Les nouvelles sont présentées sous la forme de listes agrégées, avec des liens internes qui conduisent à d’autres sous-sites de l’entreprise. L’objectif est bien de retenir l’internaute où qu’il soit dans la communauté, ici une communauté de marque. Dans une logique opposée, les liens externes sont ceux qui lient certains textes à d’autres issus d’autres sources. C’est par exemple la stratégie suivie par Google Actualités qui n’a aucune production d’information propre.

21Cela dit, pour aller plus loin dans l’analyse, il faudrait savoir si les entreprises productrices de contenus informationnels qui distribuent celui-ci à travers leurs activités sur le web ont tendance à conserver le même type de lectorat et d’audience ou pas. On pense par exemple à la possibilité d’attirer une population jeune qui a tendance à peu lire les journaux et à changer d’habitudes en termes d’usages de la télévision. Que va t-il en être dans un contexte où il est de plus en plus facile d’avoir accès à des contenus à la carte sans passer par l’étape jadis nécessaire de la grille de programmes ? Internet et la téléphonie mobile mais aussi l’enregistreur numérique augmentent considérablement les potentiels en la matière qui, jusqu’alors, reposaient essentiellement sur l’enregistrement des émissions sur magnétoscopes. Les études avaient montré qu’à ce sujet, bien des fonctionnalités étaient peu utilisées par les usagers (Baboulin, Gaudin et Mallein, 1983). Nous aurions tort de penser qu’une fois de plus, les potentialités de la technique seront pleinement utilisées. Mais on peut parier tout de même sur le développement de certaines habiletés techniques, notamment parmi un public jeune.

22En complément, il faut aussi parler de la présence des médias canadiens sur téléphone cellulaire. Plusieurs d’entre eux, à commencer par le quotidien indépendant Le Devoir et le magazine L’Actualité possédé par le groupe Rogers n’ont pas de site web spécialement adapté au support mobile. La présence sur celui-ci est considérée comme nécessaire par rapport aux concurrents afin d’occuper le terrain une fois de plus mais l’importance de cette présence dépend notamment de la capacité financière des entreprises. Dans le cas où il y a eu production d’un site web spécifique, l’accent est parfois mis sur certains contenus, à l’image des résultats sportifs obtenus en direct, des programmes de cinéma et des conditions météorologiques. Autant de services qui permettent de rechercher rapidement des informations cruciales tout en étant mobiles ; des services qui permettent aussi de rester liés à des communautés de choix, on pense par exemple aux fans d’équipes sportives, à l’image de l’équipe de hockey sur glace du Canadien de Montréal, véritable figure de proue de la culture populaire québécoise. On constate même une lutte sur le terrain de la téléphonie mobile à propos de la diffusion des matches de hockey, à commencer par ceux du Canadien, notamment entre les groupes BCE et Quebecor. Le sport serait considéré en effet comme l’un des contenus les plus attrayants et donc les plus susceptibles de faire des gains financiers sur le terrain de la mobilité.

23Dans le cas du groupe Gesca et de son portail Cyberpresse, une version spécifique existe pour le téléphone cellulaire mais il s’agit d’une version minimale par rapport au contenu du portail sur le web. Le nombre de textes est réduit à moins de 10 par catégorie, autour de 5 le plus souvent. La longueur des textes est elle-même très courte. Notons qu’à l’instar de ce qui se passe sur internet, il n’y a pas de paiement pour avoir accès au contenu, sauf évidemment un éventuel abonnement pour l’accès au réseau mobile en l’absence de connexion au réseau internet. Pour sa part, la direction de Quebecor met l’accent sur le fait qu’avec la version mobile de Canoë, la taille des fichiers varie entre 6 et 25 ko et il est en plus possible de retirer les images des articles pour réduire la taille. Enfin, Radio-Canada a opté pour une stratégie un peu différente de celle de ses concurrents avec un nombre de nouvelles relativement important et avec un contenu qui est le même que sur le site web à consulter par ordinateur. Étant donné leur longueur, les nouvelles sont proposées en plusieurs page-écran qui se succèdent. Dans certains cas, les contenus sont payants mais d’un coût plutôt faible. Ainsi, le Réseau de l’Information (RDS), la chaîne de sport francophone numéro une qui possède l’un des sites web les plus visités du Québec propose des nouvelles de sport les plus récentes pour la somme de 3 dollars par mois. Il n’est guère étonnant de constater que le service le plus en vue comprend l’ensemble des actions les plus marquantes des matches de l’équipe du Canadien mentionnée précédemment.

  • 7 On notera tout de même quelques restrictions concernant notamment les programmes sportifs qui sont (...)
  • 8 La direction de Radio-Canada a décidé de retirer la diffusion en direct et en intégralité du Résea (...)

24Ces choix des entreprises font que grâce au web et au téléphone portable, il est dorénavant possible7 d’avoir accès aux contenus des portails comme Cyberpresse, Canoë et Radio-Canada au-delà des frontières. Voyager dans le monde devient dès lors envisageable tout en ayant accès à une variété inédite de contenus médiatiques de son pays, de sa région, de sa localité et correspondant de plus à ses habitudes8, et ce d’autant plus que la mise à disposition des informations a été accélérée. Nous allons y revenir maintenant.

25Traditionnellement, la temporalité de la mise à jour de l’information différait selon les médias. Pour la presse écrite, la fréquence correspondait à la journée avec le quotidien paru chaque matin (et parfois le soir), pour la radio, c’était l’heure (avec les flashes d’information) et pour la télévision la demi-journée (avec les principaux bulletins le soir tout d’abord puis aussi à la mi-journée et enfin le matin). Ces différentes temporalités rythmaient la journée, éventuellement en tenant compte du décalage horaire. Mais ce rapport au temps a changé au fil des années avec le développement des chaînes de télévision d’information continue, l’objectif étant de montrer que les téléspectateurs ont maintenant accès à l’actualité en direct. Au Canada, par exemple, en langue française, la chaîne privée le Canal Nouvelles (LCN) du groupe Quebecor s’est organisée autour de la production d’un bulletin d’informations réactualisé toutes les ½ heures alors que son homologue publique, le Réseau de l’Information (RDI) ne proposait qu’un journal toutes les heures, du moins à certains moments de la journée. Devant la domination de LCN en termes d’audience, la direction de RDI a décidé de changer son fusil d’épaule en proposant non plus seulement un journal plus ou moins long toutes les heures mais aussi un rappel de l’actualité tous les quart d’heures. Ce qui n’a d’ailleurs pas posé de problème étant donné que les émissions étaient déjà coupées par des messages publicitaires.

  • 9 Et ce contrairement au Téléjournal le plus important, celui de 18h00 qui est diffusé localement, à (...)

26Les événements médiatiques, à commencer par les guerres ont témoigné de cette accélération de la circulation de la nouvelle avec les prises de parole en direct des journalistes depuis les lieux des conflits. Les journaux télévisés traditionnels ont en conséquence perdu en partie leur statut de rendez-vous. Prenons un exemple. Il y a encore une dizaine d’années, le Téléjournal de 22h00 de Radio-Canada était le principal rendez-vous d’informations pan-canadien diffusé en langue française dans tout le pays9. Puis avec la création de la chaine d’informations continue, RDI, une première édition du Téléjournal a été produite à 21h00 pour être diffusée sur celle-ci. Quant à l’édition originelle, elle est devenue la deuxième édition et est à la fois diffusée sur la chaîne généraliste en direct à 22h00 et en différé sur le canal spécialisé à 23h00. A suivi un effritement des côtes d’écoute sur la chaîne généraliste au profit du canal spécialisé puis par la suite un second effritement dû aux possibilités de suivre le contenu sur le web en continu ou d’y avoir accès à la carte reportage par reportage.

27La rapidité de la mise à disposition de la nouvelle s’est donc encore renforcée avec le développement du web comme lieu d’information. Il s’agit ici de favoriser une mise à jour quasi-permanente afin surtout d’être repéré plus facilement par les moteurs de recherche. C’est pourquoi un site web comme celui du quotidien indépendant Le Devoir compte sur le fil de presse de l’agence de la Presse canadienne (PC) pour bénéficier de cette mise à jour régulière du site étant donné que le contenu de la version électronique est grosso modo le même que celui de la version papier avec une mise en ligne de l’édition du jour dès minuit. En conséquence, l’essentiel du contenu ne change qu’une fois par jour. Renaud Carbasse (2009) a bien mis en évidence le fait que si cette formule est minimale, celle-ci s’explique parce que Le Devoir, en tant que seul quotidien indépendant au Québec – avec entre 2 et 3 % du tirage – ne possède pas la surface financière de ses concurrents qui lui permettrait une mise à jour plus fréquente. Si les activités en ligne du quotidien sont rentables, c’est parce qu’elles sont relativement modestes.

28Tel n’est pas le cas pour Cyberpresse et pour Canoë. Dans ces cas, comme nous l’avons déjà signalé, les contenus sont rafraichis le plus souvent possible, y compris en tenant compte des contenus amateurs produits dans le cadre des blogues des journalistes vedettes. Cyberpresse met l’accent sur la mise à jour du contenu à travers ses 41 blogues, dont ceux de deux journalistes vedettes, Patrick Lagacé et Richard Hétu qui rédigent plusieurs chroniques chaque jour, chacune d’entre elles pouvant attirer plus d’une centaine de contributions de lecteurs. Par ailleurs, comme l’a constaté Renaud Carbasse (2009), dans le cas de Cyberpresse, le contenu du site web n’est plus une copie du contenu papier des différents quotidiens possédés par le groupe Gesca étant donné que l’information peut être mise en ligne avant même la distribution du journal. Il sera d’ailleurs intéressant de voir si avec ce choix en termes de diffusion de l’information, la direction de l’entreprise ne provoque pas une « vampirisation » du quotidien papier par le site web à moyen terme. Ainsi que nous l’avons vu, le pari sur la publicité demeure risqué.

29En conséquence, dans une certaine mesure, le média lui-même apparaît ne plus obéir à aucune temporalité spécifique. C’est en partie vrai et cela facilite d’autant la consultation des informations partout sur la planète. La mobilité est une fois de plus facilitée puisque cette temporalité accélérée permet d’être au courant des informations partout sur la planète sans accorder d’importance aux lieux correspondant à plusieurs fuseaux horaires. Une fois de plus, on peut rester inscrit dans la communauté tout en étant mobile. Avec cette mise en ligne de la production d’informations (et de commentaires) en flux tendu, on peut en effet avoir l’impression que le contenu n’est plus produit en fonction des horaires.

30Néanmoins, il convient d’apporter un bémol à ce qui précède. La diffusion d’information suit tout de même le rythme de sa production qui dépend en partie du moins des réunions à l’intérieur des rédactions le matin, notamment dans le cas des médias qui demeurent ancrés dans le territoire et le rythme de vie dominant. C’est ainsi que la grille de programmes de CNN États-Unis est adaptée aux différents fuseaux horaires du pays. Au Canada, la chaîne publique d’informations continue de langue française, RDI, diffuse une programmation au fil de la journée qui repose sur un découpage du pays en quatre zones, y compris en termes de fuseaux horaires : les provinces atlantiques tout d’abord, le Québec puis l’Ontario ensuite et enfin les Provinces de l’Ouest. Dans leur récente étude, Franck Rebillard et ses collaborateurs (2009) notent que sur le web, 9h00, 13h00 et 18h00 sont les trois horaires où l’on retrouve le plus de nouvelles publications en ligne en France. De plus, les fins de semaine et les jours fériés sont également des journées où il y a moins de publications, ce qui s’explique par les horaires des journalistes. « Ces trois moments de surproduction éditoriale (tout du moins au niveau des descriptions des articles) correspondent aux horaires de bureau que les éditeurs savent les plus propices à la consultation d’information sur l’Internet. C’est donc en toute connaissance de cause que les éditeurs renouvellent leur production dans ces créneaux horaires particulièrement stratégiques » (2009, p. 38). Quant aux chaînes de télévision d’information à diffusion internationale comme CNN International, BBC World ou France 24, elles ont pour leur part une programmation qui vise d’emblée toute la planète. L’existence de bureaux sur les cinq continents et le recours aux images d’agences facilite une diffusion qui paraît toujours nouvelle. In fine, dans un contexte où l’information se doit d’être diffusée par tous les moyens de communication le plus vite possible, la production de celle-ci dépend non seulement des conditions de travail des journalistes et autres médiateurs de l’information mais aussi des lieux d’origine de cette information. À titre d’exemple, les probabilités pour avoir accès à des informations d’actualité en provenance d’Europe sont plus grandes en Amérique du Nord le matin qu’en soirée en fonction du décalage horaire entre les deux continents et des activités sociales qui s’y produisent.

QUELQUES INTERROGATIONS EN GUISE DE CONCLUSION

31Nous voici au terme de ce texte. Pour conclure celui-ci, il nous apparaît pertinent de poser quelques interrogations. Il n’a pas fallu attendre Internet pour voir la taille de la nouvelle réduire. Dans plusieurs journaux, y compris considérés comme étant de référence, par exemple le quotidien français Le Monde, la taille des articles a diminué de façon notable depuis une trentaine d’années. Mais ce phénomène s’est accentué avec l’information en ligne et encore plus dans le cas de la téléphonie mobile. D’où la question qui peut être posée sur la pertinence même de cette information. Avec un format de plus en plus réduit, l’information fait-elle toujours sens ? Cette question est d’autant plus cruciale que nos systèmes politiques reposent en partie du moins sur l’accès à une information de qualité susceptible d’aider citoyens et citoyennes dans leurs choix quand il s’agit de décisions concernant la vie de la Cité. Dans une perspective proche, on pourrait également se poser la question de l’avenir de l’information dans un contexte où le divertissement est de plus en plus présent, y compris à travers des rubriques magazines. Une fois de plus, le phénomène n’est pas nouveau mais le web et le téléphone cellulaire lui fournissent deux nouveaux espaces. Il est alors possible tout en étant mobile de rester en lien avec sa communauté mais quel est le type d’information qui nous permet de rester en contact ?

32On peut aussi s’interroger sur le fait que l’utilisation des TIC constitue un moyen de diminuer considérablement ses temps libres, le temps au cours duquel traditionnellement nous ne faisions rien, du moins apparemment, par exemple lors de nos déplacements. Depuis maintenant une bonne dizaine d’années, ces moments avaient été largement comblés par les appels téléphoniques eux-mêmes. Les voici susceptibles de l’être de plus en plus par une multitude de services proposés par les téléphones dits intelligents dont la consultation d’informations ne constitue qu’une fonctionnalité parmi tant d’autres. Une mobilité et une inscription dans sa communauté, ses communautés toujours sollicitées. Or, le rapport à l’autre semble indissociable à certains moments d’une certaine solitude qui permet justement de se retrouver avec soi. Ces moments n’auraient-ils pas tendance à diminuer quand on constate que dès qu’il y a un temps mort dans la journée, le téléphone est immédiatement mobilisé ?

33Il apparaît aussi intéressant dans la perspective des liens entre communauté et mobilité de rappeler le point de vue d’Arjun Appadurai (1996) qui a estimé que si la presse avait pu jouer un rôle dans la formation des nations, les médias électroniques allaient favoriser l’avènement d’une ère transnationale. Pour aboutir à cette hypothèse, il se reposait sur la notion de « communauté imaginée » de Benedict Anderson et concluait ainsi au développement d’un monde « post-national » (1996, p. 21-22). La réalité nous semble passablement plus complexe. Il apparaît maintenant presque évident de dire que nos identités sont plurielles mais la dimension nationale n’a pas disparu pour autant. Et le fait de pouvoir avoir de plus en plus souvent accès aux médias de son pays même dans des contrées lointaines va certainement favoriser le maintien d’un certain lien. La position d’Appadurai apparaît donc un peu simpliste. Ce type de pensée, parfois qualifiée de postmoderne, a trop tracé un trait sur la dimension nationale de l’identité qui demeure tout à fait importante pour bon nombre de nos contemporains. On peut en voir de nombreuses manifestations lors de certaines compétitions sportives à commencer par les deux événements majeurs à l’échelle planétaire, la Coupe du Monde de football d’une part et les Jeux Olympiques de l’autre. Mais on peut aussi le constater sur un mode moins pacifique à l’occasion de conflits frontaliers toujours nombreux.

34Enfin, il importe de revenir sur la notion même de communauté. Comme le dit Michel Gensollen, « les communautés médiatées sont centrées, non sur des groupes d’individus en interaction (clusters) mais sur un lieu virtuel de rencontre, caractérisé par des procédures, des règles formelles et un code de conduite tacitement accepté par tous ; ce lieu virtuel peut être un site web » (Gensollen, 2003). Or, pour retenir l’internaute sur les portails, il importe de proposer un contenu le plus attrayant, le plus attractif possible et ce d’autant plus que le web représente un très vaste ensemble de contenus. Et cette « captation » des internautes apparaît effectivement de mise. Même si les données chiffrées de navigation sur les sites web, calculées par exemple par l’institut Comscore, sont sujettes à caution, il n’en reste pas moins que celles-ci tendent à montrer la préférence des Québécois en ce qui concerne l’information sur le web pour les principales entreprises canadiennes et québécoises. Capter les internautes apparaît dès lors envisageable et renvoie à une problématique bien connue de la sociologie des usages des TIC, à savoir la marge d’autonomie dont les usagers disposent par rapport aux concepteurs (voir Proulx, 1994). Cela dit, il importerait d’aller beaucoup plus loin dans l’analyse en étudiant de près grâce à des entretiens et à des observations les comportements et les représentations des internautes lorsqu’ils naviguent sur des sites web d’information et sur le web plus globalement.

  • 10 On peut d’ailleurs noter au passage que ces contenus deviennent immédiatement la propriét de Quebe (...)

35À partir des données quantitatives disponibles, on peut toutefois émettre comme hypothèse que certaines entreprises ont d’ores et déjà pris une place centrale dans le développement d’habitudes susceptibles d’être des usages sociaux selon la définition qu’en donne Jean-Guy Lacroix quand il met l’accent sur l’ancrage de l’utilisation à long terme dans la vie quotidienne (1994). Dans la même perspective, suite à plus de dix ans de travaux sur l’appropriation des TIC, Geneviève Vidal parle de « renoncement négocié » (2010) notion qui permet de prendre en considération deux forces qui semblent s’opposer : être agi et être acteur. Être acteur quand on navigue sur le web et être agi quand on limite, du moins partiellement, sa navigation à un nombre restreint de sites, notamment ceux des grandes entreprises médiatiques. Et il serait intéressant de voir ici le rôle non seulement des blogues mais aussi des réseaux sociaux numériques, à commencer par Facebook et Twitter, autrement dit des dispositifs qualifiés de web 2.0. À ce sujet, Cyberpresse a investi dans Facebook et Twitter au début de 2009 en proposant aux internautes de recevoir toutes les informations de dernière minute ainsi que les annonces de contenus mis en ligne sur le site web ; ce qui a favorisé une circulation encore plus rapide de la nouvelle. Canoë a fait de même tout en mettant l’accent sur l’apport des citoyens ordinaires à l’information. Ceux-ci sont d’ailleurs régulièrement invités à envoyer photos et vidéos prises lors d’événements où aucun « professionnel » de l’entreprise n’est présent10. Autant de pratiques qui sont susceptibles de faciliter encore plus la mobilité et qui favorisent l’inscription au sein de communautés de marque. Notons toutefois que ces dernières présentent ici une dimension économique prononcée. Mais ceci est (presque) une autre histoire.

Bibliographie

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Appadurai, A. (1996). Modernity at Large. Cultural Dimensions of Globalization, Minneapolis : University of Minnesota Press.

Anderson, B. (1991). Imagined Communities. Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, New York : Verso.

Baboulin, JC., & Mallein, P., & Gaudin, JP. (1983). Le magnétoscope au quotidien. Un demi-pouce de liberté, Paris : INA, Aubier, Montaigne.

Boltanski, L., & Ève C. (1999). Le nouvel esprit du capitalisme, Paris : Gallimard, coll. Nrf.

Augey, D., & Rebillard, F. (2009, dir.). L’économie du journalisme, Cahiers du Journalisme (Les), n° 20. [http://www.cahiersdujournalisme.net/cdj/20.htm].

Carbasse, R. (2009). Les stratégies des entreprises de presse quotidienne francophones québécoises dans le déploiement d’activités en ligne : 1996-2009, mémoire de maîtrise, Montréal : Université du Québec à Montréal (École des médias, Faculté de communication)

Chauvel, L. (2001). Le retour des classes sociales, Revue de l’OFCE, n° 79, pp. 315-359, [http://www.ofce.sciences-po.fr/pdf/revue/9-79.pdf].

Demers, F. (2007). Déstructuration et restructuration du journalisme, tic&société, vol. 1, n° 1, [http://ticetsociete.revues.org/298].

Deuze, M. (2003). The web and its journalisms : considering the consequences of different types of newsmedia online, New Media and Society, vol. 5, n° 2, 203-230.

Gensollen, M. (2003). Biens informationnels et communautés médiatées, [http://gdrtics.u-paris10.fr/pdf/ecoles/sept2003/01-01_gensollen.pdf].

George, E. (1999). Internet au Québec : les fournisseurs d’accès et les portails, Réseaux, no 97, novembre-décembre, pp. 265-278, [http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/reso_0751-7971_1999_num_17_97_2173].

George, E. (2008). La concentration de la propriété des entreprises médiatiques à l’heure du Web. In, Médias et diffusion de l’information : vers une société ouverte, M. Meimaris (dir.), pp. 42-51.

Goldhaber, MH. (1997). The attention economy and the Net, First Monday, vol. 2, no 4, [http://firstmonday.org/htbin/cgiwrap/bin/ojs/index.php/fm/article/view/519/440].

Goyette-Côté, MO. (2010). Le contexte numérique de la production du journalisme, rapport de stage de lectures, maîtrise en communication, Montréal : Université du Québec à Montréal (UQAM), Faculté de communication.

Kessous, E., Melleta, K., & Zouinar, M. (2010). L’économie de l’attention : entre protection des ressources cognitives et extraction de la valeur, Sociologie du Travail, vol. 52, no 3, 359-373.

Jauréguiberry, F. (2004). Télécommunications mobiles, entreprises et pouvoir. In, Actes du groupe de travail Sociologie de la communication (CR 33, ex GT 13), XVIIe congrès international des sociologues de langue française, Tours, du 5 au 9 juillet 2004, 184-191.

Lacroix, J-G. (1994). Entrez dans l’univers merveilleux de Videoway. In, J-G. Lacroix, B. Miège, & G. Tremblay (dir.). De la télématique aux autoroutes électroniques. Le grand projet reconduit, (137-162). Québec : Presses de l’Université du Québec ; Grenoble : Presses Universitaires de Grenoble.

Mayère, A. (1996). Communication mobile professionnelle et transformations des entreprises. Actes des séminaires Actions Scientifiques, n° 6, France Telecom.

Mascotto, J. (2005). L’overclass et son imaginaire, Relations, septembre, n° 703, 17-20.

Mattelart, T. (2009). Les diasporas à l’heure des technologies de l’information et de la communication : petit état des savoirs, tic&société, vol. 3, n° 1-2, [http://ticetsociete.revues.org/600].

Pailliart, I. (1995). Prolongements. In, I. Pailliart (dir.). L’espace public et l’emprise de la communication, (pp. 193-210). Grenoble : Ellug.

Proulx, S. (1994). Une lecture de l’oeuvre de Michel de Certeau : l’invention du quotidien, paradigme de l’activité des usagers, Communication, vol. 15, n° 2, 171-197.

Proulx S., & Latzko-Toth, G. (2000). La virtualité comme catégorie pour penser le social. L’usage de la notion de communauté virtuelle, Sociologie et sociétés, vol. 32, n° 2, 99-122. [http://www.erudit.org/revue/socsoc/2000/v32/n2/001598ar.pdf].

Radway, J., (1991) Interpretive Communities and Variable Literacies. The Functions of Romance Reading. In, C. Mukerji & M. Schudson (dir.). Rethinking Popular Culture, (465-486). Berkeley : University of California Press.

Rallet, A., Aguiléra, A., & Guillot, C. (2009). Diffusion des TIC et mobilité : permanence et renouvellement des problématiques de recherche, Flux, vol 4, n° 78, 7-16, [http://www.cairn.info/revue-flux-2009-4-page-7.htm–.

Rebillard, F. (2007). Le web 2.0 en perspective : Une analyse socio-économique de l’internet. Paris : L’Harmattan.

Rebillard, F. (2009, dir.). Internet, pluralisme et redondance de l’information, Recherche exploratoire soutenue en 2008 par la Maison des Sciences de l’Homme Paris-Nord, Rapport scientifique, avril 2009.

Rheingold, H. (1995). Les communautés virtuelles. Paris : Addison-Wesley France.

Sayad, A., (1985). Du message oral au message sur cassette. La communication avec l’absent, Actes de la recherche en sciences sociales, n° 59, 61-72, [http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1985_num_59_1_2271].

Mattelart, T. (2009, dir.). TIC et diasporas, tic&société, vol. 3, n° 1-2, [http://ticetsociete.revues.org/587].

Tönnies, F., (1992). Communauté et société, extraits reproduits. In, Karl Van Meter (dir.). La Sociologie, (195-211). Paris : Larousse,

Vidal, G. (2010). Le renoncement négocié. Pour une analyse dialectique des usages des technologies interactives, mémoire d’habilitation à diriger des recherches en sciences de l’information et de la communication, soutenu le 24 septembre 2010 à l’Université Bordeaux 3.

Notes

1 Ce texte constitue une nouvelle version corrigée et développée d’un autre texte intitulé Les « nouveaux » médias : un rôle de renforcement des communautés et de la mobilité ? publié dans les actes du colloque international Médias 09, entre communautés et mobilité tenu les 16 et 17 décembre 2009 à l’Université Paul Cézanne à Aix-en-Provence (http://www.medias09.univ-cezanne.fr/).

2 Financées par le Fonds québécois pour la recherche sur la société et la culture (FQRSC) et par le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) du Canada. Nous remercions à ce sujet les travaux effectués par nos deux adjoints, Renaud Carbasse et Marc-Olivier Goyette-Côté tout en restant entièrement responsable du contenu de ce texte.

3 Pour Mascotto (2005), l’overclass comprend, outre les héritiers des grandes familles et ces hauts dirigeants, les classes salariées supérieures exerçant une fonction dirigeante au sens large – avocats, experts, consultants, éditorialistes, etc. – qui forment la constellation savoir-pouvoir-contrôle. Jamais dans l’histoire du capitalisme, note-t-il, un bloc dirigeant n’a eu autant de cohésion sociale par ses revenus, son statut social et son imaginaire de la puissance. Il est apte à isoler, à filtrer et à repousser les mobilisations sociales.

4 Les sans-part sont ceux qui n’ont pas la parole et au-delà qui n’ont rien dans nos sociétés.

5 Le mur en construction entre les États-Unis et le Mexique est d’ailleurs qualifié de « virtuel » car il repose en partie sur la présence de caméras placées à la frontière dont les images sont visibles sur des sites web. Tous les internautes sont invités à faire de la surveillance et à informer les autorités étatsuniennes de tout mouvement suspect.

6 Voir au sujet des liens entre économie, journalisme et nouveaux médias le numéro spécial de la revue Les Cahiers du Journalisme coordonné par Franck Rebillard et Dominique Augey et paru à l’automne 2009.

7 On notera tout de même quelques restrictions concernant notamment les programmes sportifs qui sont diffusés dans un grand nombre de pays mais dont les droits de diffusion demeurent achetés sur des bases nationales. Dans un tel cas, certains contenus peuvent être accessibles dans un pays mais pas dans tel autre. On peut alors voir cette mention affichée sur le web.

8 La direction de Radio-Canada a décidé de retirer la diffusion en direct et en intégralité du Réseau de l’information (RDI) sur le web lors des négociations effectuées auprès du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) en 2009. Dans un contexte où l’organisme de radiodiffusion publique demande de pouvoir toucher une rémunération de la diffusion de son antenne généraliste sur le câble, il était devenu difficile que RDI, chaîne spécialisée payante par abonnement et qui, à ce titre, reçoit, elle, une rémunération des câblodistributeurs qui la financent, continue à être diffusée gratuitement sur internet. En conséquence, comme la chaîne d’information continue n’est retransmise qu’au Canada par câble et par satellite, il n’a plus été possible pour les Canadiens installés ou voyageant à l’étranger d’y avoir accès. Les discussions au CRTC étant maintenant finies, la diffusion en direct et en intégralité de la chaîne spécialisée a repris sur le web.

9 Et ce contrairement au Téléjournal le plus important, celui de 18h00 qui est diffusé localement, à Montréal, Québec, Ottawa, Vancouver, etc.

10 On peut d’ailleurs noter au passage que ces contenus deviennent immédiatement la propriét de Quebecor qui se réserve ensuite le droit de les utiliser à des fins commerciales.

Auteur

Professeur agrégé, École des médias, Faculté de communication, UQAM Codirecteur, Groupe de recherche interdisciplinaire sur la communication, l’information et la société

© Presses des Mines, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540