Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre communautés et mobilité : une approche interdisciplinaire des médias

 | 
Serge Agostinelli
, 
Dominique Augey
, 
Frédéric Laurie

Entre communautés et mobilité

Serge AGOSTINELLI, Dominique Augé et Frédéric Laurie

Texte intégral

1Université Paul Cézanne, Aix-Marseille III

INTRODUCTION A L’OUVRAGE

2Médias09 est né de la rencontre de trois chercheurs issus de trois laboratoires différents positionnés dans trois disciplines différentes. Plus que toute autre thématique, les médias ne peuvent être explorés à l'aune d'une seule discipline aussi riche et dynamique soit-elle. En effet, analyser et réfléchir les médias implique de démarrer de l'analyse de l'envie de communiquer ou du besoin d'être informé individuellement ou collectivement.

  • 1 La Sémiologie ou Sémiotique étudie les systèmes de signes au delà du seul langage. Elle est une sc (...)
  • 2 La Médiologie est l'étude des interactions entre medium et message.
  • 3 Voir les deux numéros de la revue Reseaux, (2009) n° 157-158 Les Pratiques Journalistiques (2010), (...)

3Ici, les sciences de l'information et de la communication sont convoquées. Les théoriciens de cette jeune discipline ont catégorisé les formes de communication et les ont contextualisées au sein d'un environnement social ou technologique (Jeanneret et Ollivier, 2004). De Paul Lazarfeld qui analysa l'influence des médias sur le vote des électeurs à Roland Barthes et la sémiologie1 (Lamizet, 1997) et la médiologie2 (Bougnoux 2008) qui réfléchit le contenu des messages et des discours en passant par la Galaxie Gutenberg perdue de Marshall McLuhan (1977) ou les inquiétudes sociétales engendrées par la Galaxie Internet de Manuel Castells (2002), les chercheurs en sciences de l'information et de la communication tentent d'expliquer la place prise par les médias au sein de nos sociétés et la manière dont ils transforment nos organisations et influent nos modes de pensée. Ils croisent alors d'autres disciplines avec d'autant plus de fréquence et d'intensité que les sciences de l'information et de la communication se revendiquent elles-mêmes comme une interdiscipline où se croisent sociologues, linguistes et bien d'autres disciplines (Leteinturier et Le Champion, 2009). Les sciences de l'information et de la communication observent aussi avec inquiétude l'évolution des pratiques journalistiques et l'émergence de nouveaux métiers de l'information sur le net3 au point de parler de médiapocalypse (Scherer, 2009).

  • 4 « La richesse de la science politique mais aussi sa spécificité disciplinaire vient aussi du fait (...)
  • 5 Voir le site http://www.itu.int/wsis (world summit on the information society).c

4La science politique intervient à son tour aux frontières de l'info-com (ou peut être, est-ce l'inverse4) pour analyser la manière dont l'information politique est produite par les hommes politiques, reprise et traitée par les journalistes et perçue par les citoyens. Média et démocratie sont indissociables. Le mode de fonctionnement de ce couple est au cœur de recherches actives au sein d'une discipline centrée sur la compréhension des liens entre l'Etat, les gouvernements et les citoyens. Le regard du juriste est lui aussi indispensable pour appréhender la complexité de l'univers des médias. Communiquer librement une opinion, une pensée, constitue l’une des libertés constitutionnelles les mieux garanties et un droit de l’homme reconnu en France depuis 1789. La liberté de l’information par la voie de presse est protégée depuis la loi de 1881. Aujourd’hui, la communication et l'information sont placées au centre de l’organisation et du fonctionnement de nos sociétés contemporaines. N'évoque-t-on pas l'ère de la société de l'information et l'ONU ne lui a-t-elle pas dédié une journée mondiale, chaque 17 mai depuis 2006, suite au Sommet mondial sur la société de l'information de Tunis en 20055. L’extension de la science juridique va de paire avec celle des pratiques et usages des médias. De la liberté de la presse – sans cesse consolidée par les juridictions – à la réglementation des terminaisons physiques des réseaux de communications électroniques – qu’ils soient en cuivre, en fibre ou mobiles – l’outil du droit permet le maintien d’équilibres entre acteurs distincts. Des lignes de partage sont juridiquement définies entre acteurs politiques, opérateurs, consommateurs et citoyens dans le respect des droits de chacun, dans l’intérêt du développement économique et sous la tutelle des innovations technologiques.

  • 6 Voir par exemple une déclinaison de cette question concernant les télécommunications (cf. Lam et S (...)

5La science économique est elle aussi convoquée au chevet des médias et des nouvelles technologies. Les outils de l'économie industrielle sont utilisés pour disséquer le fonctionnement d'un secteur longtemps négligé par les économistes. Ainsi Sonnac et Gabszewicz (2010) montrent qu'une des difficultés majeures de ce secteur est qu'il s'agit d'un secteur dont le chiffre d'affaires dépend à la fois des achats des lecteurs (si l'on prend le cas de la presse) et des ventes d'espaces publicitaires, le second dépendant directement du premier puisque le nombre de lecteurs ou la fréquentation d'un site détermine l'attractivité d'un espace pour un annonceur et son prix de vente. Les médias sur support traditionnel (les quotidiens papier par exemple) subissent une crise majeure, commencée de longue date et fortement accélérée depuis 10 ans. Perte de confiance dans le magister des journalistes, coût de production trop élevé, distribution archaïque, prix de vente peu attractif, concurrence des nouveaux médias, l'industrie des médias vieillit à grande vitesse. Les jeunes générations consultent les news sur leur téléphone mobile ou leur ordinateur. Ils consultent mais préfèrent que l'information vienne à eux via les recommandations de leur réseau social plutôt que de la rechercher. Ils consultent mais préfèrent l'image à l'écrit. Ils consultent mais ne payent pas. Les médias sont donc confrontés à deux difficultés extrêmes : affronter la modernisation d'un secteur et gérer le changement ; imaginer un modèle économique combinant l'attractivité de la gratuité avec une offre des services payants à forte valeur ajoutée ou en diversifiant leur activité vers la commercialisation de produits. Ainsi le groupe ELLE, a-t-il ouvert des magasins de vêtements où une marque « propre » est diffusée. Mais les économistes ne s'intéressent pas qu'à l'industrie des médias et à sa régulation, ils s'interrogent aussi sur l'influence des médias sur les prises de décisions économiques suivant en cela la voie ouverte par Anthony Downs (1957) dans un ouvrage fondateur. Les nouvelles technologies ravivent les questionnements : ainsi une interrogation essentielle porte sur l'impact des médias sur la croissance économique et plus spécifiquement sur l'impact des nouveaux supports technologiques comme le téléphone mobile. La question se pose alors à deux niveaux : le secteur des médias joue-t-il un rôle moteur comme le bâtiment autrefois6 ; l'information diffusée par les médias améliore-t-elle l'efficacité de l'économie. Cette seconde question porte le plus souvent sur le rôle de monitoring des marchés par les médias et de révélateur des politiques publiques (Ashworth et Shotts, 2010). Les médias sont alors analysés comme une institution.

6Enfin, l'économiste croise la route du juriste lorsqu'il propose une analyse économique d'une règle de droit comme celle des facilités essentielles en matière de télécommunications (Renda, 2010). Les interrogations des économistes rencontrent aussi celles des juristes lorsqu'ils abordent des questionnements sociétaux fondamentaux. Ainsi la réflexion très active autour des Creative Commons, c'est-à-dire des licences libres, qui abandonnent à l'imagination des internautes les droits de propriété intellectuelle des rédacteurs-concepteurs précédents, va bien au-delà d'une réflexion technique et aborde ce qui est vu par certains comme un « nouveau choix de société » construit sur la coopération et les échanges entre individus via les réseaux numériques. Ainsi Lawrence Lessing (2008) évoque une société « hybride » où cohabitent une économie du commerce et une économie de réseau. Selon ce professeur de droit à Stanford, le copyright et les systèmes propriétaires fermés initialement imaginés pour favoriser les artistes ou les inventeurs en protégeant leurs droits de propriété intellectuelle et commerciale, ne sont plus adaptés à une société où chacun peut devenir créateur et où les informations circulent dans des réseaux. Le droit aurait donc besoin de s'adapter à une société dans laquelle les communautés d'internautes se développent rapidement. Yochaï Benkler (2009), professeur de droit à Harvard, analyse les nouvelles formes de production collaborative et évoque « la richesse des réseaux », cette dernière ne pouvant s'accroître que si les libertés et les droits de propriété sont repensés.

7Le portrait des médias serait incomplet sans faire appel aux différentes disciplines des sciences et techniques. En effet, les avancées technologiques sont très rapides. Seule la recherche scientifique peut nous permettre de percevoir ce que seront les supports de demain et les nouvelles performances des réseaux.

8Ainsi Médias09 a été voulu comme un lieu de rencontre de ces différentes disciplines. Médias09 n'a pas la prétention d'être le seul lieu de réflexion pluridisciplinaire mais Médias09 évolue dans un contexte particulier. En effet, Médias09 a été pensé dans le contexte de l'Université Paul Cézanne qui regroupe en son sein une faculté de droit et de science politique, une faculté d'économie, un IEP, une faculté de sciences et techniques, un IAE… Cet environnement pluriel sera encore renforcé à partir de janvier 2012 puisque Paul Cézanne sera une des trois universités fondatrices d'Aix-Marseille Université (AMU). AMU regroupera alors aussi les disciplines littéraires et la santé.

9Médias09 a été voulu par une économiste des médias, un juriste spécialisé en droit des médias et un chercheur en sciences de l'information et des médias, respectivement Dominique Augey, Frédéric Laurie et Serge Agostinelli. Chacun de nous appartient à un laboratoire différent : le CERGAM (centre de recherche en gestion d'Aix Marseille), le LID2MS - IREDIC (Laboratoire interdisciplinaire de droit des médias et des mutations sociales – Institut de recherche et d’études en droit de l’information et de la communication) et le LSIS (Laboratoire des sciences de l'information et des systèmes). Chacun de ces trois laboratoires est abrité par des UFR différents : La faculté d'économie appliquée et l'IAE pour le CERGAM, la faculté de droit pour le LID2MS et la faculté des sciences et techniques pour le LSIS. Médias09 est aussi un colloque organisé au sein de l'ISIM (Institut Supérieur de l'Information et des Médias), structure fédérative d'enseignement et de recherche créée en juin 2008.

10Le colloque se veut aussi un espace ouvert aux étudiants de l'ISIM afin de leur permettre d'accéder aux dernières recherches universitaires dans le domaine des médias dans leur domaine scientifique de rattachement mais aussi dans des domaines scientifiques qu'ils fréquentent plus rarement.

11L'appel à communication a été lancé dans l'ensemble des diverses communautés scientifiques avec des succès divers. Les propositions de communications ont été nombreuses en provenance du droit et de l'info-com, en nombre plus restreint en provenance des économistes et des gestionnaires et quasi inexistante de la part des spécialistes des technologies. Mais la présentation des communications et les débats entre spécialistes de disciplines qui se rencontrent rarement ont été de grande qualité et nous incitent à renouveler l'expérience. Ainsi Médias0… deviendra un rendez-vous que nous honorerons tous les deux ans. À l'heure où nous bouclons les Actes de Médias09, Médias 011 commence à s'organiser. Ce second colloque aura lieu à Aix-en-Provence en décembre 2011. Notre challenge est d'améliorer notre attractivité vers les disciplines peu présentes lors de la première édition.

12La thématique de Médias09 porte sur la mobilité et les communautés, deux phénomènes récents et de grande ampleur. Parmi de nombreuses contributions publiées en ligne sur le site du colloque http://www.medias09.univ-cezanne.fr, neuf d’entre elles ont été retenues pour une publication papier des Actes qui sont représentatives des différents ateliers organisés lors des deux jours du colloque.

13L’évolution technologique a permis le développement des terminaux devenus mobiles tout en augmentant leur capacité de transports d’informations. Par exemple, le téléphone portable, quasi inexistant il y a quinze ans, destiné au transport de voix il y a dix ans, est devenu le « couteau suisse » de la communication moderne véhiculant des usages aussi divers que la voix, le short message service (SMS), le transport d’images et de sons au titre de la communication privée entre deux utilisateurs ou de la connexion au public en ligne, la géolocalisation, etc. Les communautés nées des usages 2.0 sur l’internet fixe connaissent une expansion sur l’internet mobile où les réseaux sociaux sont les premiers services proposés aux utilisateurs d’ordinateurs portables et, surtout, de smartphones. Les pratiques ont changé, les services de communications électroniques se sont étendus. Au-delà de l’évidence de ce constat, une interrogation demeure : l’évolution des pratiques est-elle davantage le fait des utilisateurs ou l’effet de la croissance de l’offre de services des opérateurs ? La réponse se trouve certainement entre les deux propositions. Car la mobilité constitue un facteur d’extension des comportements communautaires. D’une part, les services affectent les comportements des usagers. D’autre part, les comportements des usagers stimulent l’émergence de nouveaux services. Cette dialectique produit incontestablement des effets juridiques et économiques. Le 4e pouvoir désignant jusqu’ici la seule presse doit être compris dans un sens désormais plus large. L’information n’est plus seulement véhiculée verticalement de l’organe de presse vers ses lecteurs, mais aussi horizontalement entre usagers d’un service de communications électroniques (au moyen de forums, blogs et microblogs, wikis et réseaux sociaux). Il en résulte que toute connexion soumet désormais l’usager à des flux d’informations d’origines diverses.

14Pour Eric George, de l’École des médias à l’Université du Québec à Montréal (Canada), les deux termes de « communauté » et de « mobilité » apparaissent particulièrement propices à une problématisation autour de la question des « nouveaux médias ». Si, à première vue, nous avons tendance à les opposer, à considérer la communauté comme étant plutôt liée à l’immobilité, il n’en est rien. Participer à des communautés et être mobile sont tout à fait compatibles, notamment dans le contexte du développement des nouveaux médias. Pour développer cette hypothèse, Eric George revient tout d’abord sur les notions de communauté et de mobilité. Après quoi, il traite du rôle des médias et des TIC dans le maintien et le développement des communautés et de la mobilité. Enfin, il discute quels sont les enseignements issus de l’étude du web en tant que média d’information au Québec en regard à la problématique communauté/mobilité avant de conclure en posant quelques questions.

15Benedetta Prario et Cinzia Colapinto de l’Université de Lugano (Suisse) discutent le changement provoqué par la télévision numérique terrestre. L’avantage principal réside dans le passage d’une transmission analogique à une transmission numérique. Il constitue un dégagement du spectre et par conséquent, la possibilité de pouvoir réutiliser des fréquences libres pour d'autres services, tels que la télévision mobile ou la télévision interactive. Les technologies à la recherche des fréquences libres, telle que la TV à haute définition, la télévision mobile ou les services de 3G, se développent rapidement et provoquent un changement obligé dans l'attribution et la gestion du spectre de fréquence. Dans la mesure où la télévision mobile est créée par une convergence de réseaux, elle permet aux utilisateurs mobiles de regarder tant la télévision traditionnelle que des programmes et des services interactifs. Dans une industrie mûre comme celle de la télévision, le lancement de la TV mobile représente une nouvelle issue permettant aux radio-diffuseurs traditionnels de diversifier leurs activités et modèles de revenu.

16Pier Giuseppe Rossi et Giuliana Pascucci de l’Univerité de Macerata (Italie) proposent le « milieu-aggregator » comme nouvelle catégorie de médias. C’est un artefact façonné de médias, de textes, de multimédia et d'une armature qui permet l'interprétation et la manipulation des textes à l'intérieur de celui. Le protext fournit des outils pour orienter, interpréter et fonctionner, le paratext est tout autour du texte et distingue le peritext (éléments dans la proximité du texte) de l'epitext (textes externes reliés au texte). L'aggregator de médias détermine une interprétation située des textes caractéristiques d’une culture locale. Il n’est pas simplement le changement de produit, mais une perspective de production et de la fructification. Ces auteurs emploient la catégorie du milieu-aggregator pour l'analyse des outils et certaines applications communes du Web 2.0.

17Barbara Witte, Kirsten Rautenberg et Claudia Auer de l’Ecole internationale de journalisme de l’Université de Brême (Allemagne) montrent comme des outils du Web 2.0 autorisent une analyse des sites web des parties politiques et parlementaires du Parlement fédéral allemand pendant les élections 2009. L’objectif est ici de montrer comment les possibilités du Web 2.0 conduisent aux changements structurels des domaines publics. Ces transformations ont d'une manière un caractère coercitif alors que les domaines publics peuvent être décrits comme des processus, en tant que tubes communicatifs qui doivent changer si un développement est lancé en un point. Les conséquences sont toujours une question de spéculation et les scénarios s'étendent entre l'euphorie et la dystopie. Dès lors, le nouveau changement structurel du domaine public pourrait être considéré simultanément sous la perspective de la fragmentation et la perspective de la re-démocratisation. C’est ce que discutent ces auteurs à partir d’une étude des applications du Web 2.0 avec comme question principale de savoir quelles applications ont été employées pour mettre en place des sites Web participatifs dans le contexte des campagnes d'élection fédérales.

18Marielle Metge du département Services et Réseaux de Communication de l’Université de Toulon (France) pense que les NTIC et le Web 2.0 ont permis l’émergence de nouvelles pratiques en matière d’information et de diffusion de contenus. Toutefois, elle se demande comment fonctionnent les nouveaux usages qui se veulent participatifs. A partir d’une étude empirique menée avec des étudiants de formation multimédia, dans le cadre de la production et de la diffusion d’un article sur un média participatif de leur choix, elle expose un nouveau type de relation qui démantèle la relation émetteur-récepteur, là où le lecteur est aussi rédacteur. Dès lors la notion de partage de l’information prend son sens, à partir de la distinction entre contribution, collaboration et participation. L’usage du média participatif modifie en profondeur les relations de groupes humains car il bouscule complètement les relations hiérarchiques et les relations de pouvoir au sein de nos sociétés. Cette étude autorise une approche de l’information « non journalistique » qui interroge la construction et la crédibilité de l’information mais aussi le statut du « tous journalistes ». Marielle Metge montre néanmoins qu’une dynamique communautaire se développe sur le principe d’une créativité, non exacerbée par le flux important des contenus. Il ne s’agit pas de se « faire un nom » mais bien de participer aux débats et de construire ensemble l’information.

19Sébastien Rouquette de l’Université Clermont-Ferrand (France) discute les récentes évolutions d’internet et particulièrement la diversification des acteurs de l’information par un éparpillement des audiences. A partir de l’analyse d’un corpus de 60 sites Web, il propose cinq étapes de réflexions : La première vise à synthétiser les facteurs qui favorisent les comportements zappeurs ; la seconde cherche à évaluer les effets de cette fragmentation sur les mises en page des sites ; la troisième étape propose d’observer comment cette fragmentation se traduit dans la stratégie de référencement ; la quatrième envisage les incontournables mais insuffisantes ressources publicitaires ; enfin la cinquième porte sur le contenu des informations proposées. Cette contribution a donc pour objectif d’évaluer dans quelle mesure il est important de relier toutes ces questions rédactionnelles, économiques, publicitaires, ergonomiques, etc. dans une perspective théorique commune.

20Françoise Bernard de l’Université de Provence (France) et Didier Courbet de l’Université de la Méditerranée (France) présente une réflexion portant sur les innovations de protocoles de recherche en communication engageante impliquant les néo médias. Le paradigme de la communication engageante s’inscrit dans une perspective de recherche pluridisciplinaire consacrée à la communication de changement. Le paradigme de la communication engageante repose sur le primat de l’action, et notamment le rôle de l’acte préparatoire ouvrant un cours d’action, comme support de changements comportementaux, cognitifs et sociaux. Ils montrent comment, non seulement les pratiques de recherche relevant de la tradition de la recherche-action participative et coopérative sont concernées par les néomédias, mais également soulignent comment certaines innovations dans la conception même de protocoles impliquent les usages des néomédias.

21Laurie Schmitt de l’Université Stendhal Grenoble III (France) aborde, l’appropriation des certains outils techniques tels que les appareils photos numériques, les PDA ou les téléphones portables. Leurs usagers ont la possibilité d’enregistrer des moments vécus à dimension non plus ordinaire mais extraordinaire. Dès lors, Laurie Schmitt discute l’institutionnalisation des pratiques de témoignages caractérisées par l’intégration et la régulation des photographies d’amateurs par les professionnels comme des modalités de positionnement, de légitimation de ceux-ci. Il prête une attention particulière à deux plateformes : CitizenSide et Scoopt. Celles-ci proposent ou ont pu proposer des images d’amateurs d’actualités et trouvent des appuis financiers dans des institutions privées et/ou publiques. Ce constat fait émerger la question du sens accordé à cette méfiance-confiance des professionnels quant aux productions d’amateurs qui apparaissent ici, comme des biens culturels dans un marché industriel de l’information. Ces productions visuelles d’amateurs de prime abord individualisées sont socialisées, modélisées et cadrées par des professionnels. La dimension publique de ces images devient politique, économique et éminemment symbolique.

22Vincent Rouzé du département Culture et Communication de lʼUniversité Paris VIII (France) souligne que d’un côté, les NTIC conduisent à l’individualisation, à la production personnalisée des contenus, la liberté et la nomadisation des usages, la maîtrise du choix de ses propres activités dans l’espace et le temps ; alors que d’un autre côté, les NTIC permettent un renforcement des dispositifs de surveillance, de filtrage, de fichage et de récupération de données personnelles. C’est précisément ce jeu permanent entre le contrôle des expériences et les expériences contrôlées qui est l’enjeu de son texte. Vincent Rouzé part de l’iPod pour définir la situation actuelle. Il définit les notions de contrôle, d’individualisation voir d’individuation et de « dividuel ». Fort de ces définitions, il questionne la possible originalité de la situation actuelle qui opère une segmentation accrue et un perpétuel renouvellement des dispositifs et des expériences. Vincent Rouzé se demande si le contrôle qui s’exerce de manière transcendante et interstitielle sur le développement des « usagers actifs », autorise le passage à une situation de « contrôle-contre contrôle », à l’image du don contre-don. Il termine de façon polémique et se demande si les NTIC et leurs usages participent d’un renouveau participatif du citoyen dans la sphère publique ou si au contraire elle n’est qu’un leurre visant à masquer un renforcement idéologique de la logique libérale au sein des démocraties

23La lecture de ces quelques contributions montre la richesse des échanges du colloque Médias09 qui s’est tenu à Aix-en-Provence au mois de décembre 2009. Elle montre aussi que l’on peut « faire parler », donc communiquer, des disciplines distinctes ayant un objet unique.

24Cette introduction ne serait pas complète sans remercier non seulement les contributeurs à cet ouvrage mais aussi les collègues qui ont accepté de présider les ateliers du colloque. Ils ont fortement contribué à l'intérêt des échanges par la qualité de leurs questions et la justesse de leurs remarques. Que soient donc remerciés par ordre d'intervention Pierre Trudel, le doyen Jean-Pierre Centi, Nathalie Sonnac, Denis Ruellan, Françoise Bernard, Philippe Bouquillon, Pier Guissepe Rossi et Hervé Isar. Merci aussi à Viviane Couzinet qui avait accepté d'être parmi nous mais qui en a été empêchée par la neige de décembre tombée abondamment sur Toulouse.

25Que soient aussi chaleureusement remerciés les membres du Comité Scientifique qui ont accepté d'associer leur nom à une aventure nouvelle et à la première édition d'un colloque. Ils ont pris un risque. Nous avons su l'apprécier et nous leur en sommes reconnaissants. Nous les remercions aussi pour le long travail de sélection des contributions par une procédure en double aveugle.

Bibliographie

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Ashworth, S., & Shotts, K.W. (2010). Does informative media commentary reduce politicians’incentives to pander ? Journal of Public Economics, Vol 94, n° 11-12, December, 838-847

Benkler, Y. (2009). La Richesse des Réseaux : marchés et libertés à l'heure du partage social. Lyon : PUL.

Bougnoux, D. (2008). Pourquoi les médiologues. In, Cabin Ph. (eds), La Communication : Etat des savoirs, 3e édition, (pp. 25-32). Paris : Edition Sciences Humaines.

Bruter, M. (2007). Une Réflexion comparée sur les liens entre science politique et sciences sociales, [http://www.afsp.msh-paris.fr/debats/bruter0907.pdf]

Castells, M. (2002). La Galaxie Internet. Paris : Fayard.

Downs. A. (1957). An Economic Theory of Democracy. New York : Harper & Brothers.

Jeanneret, Y., & Ollivier, B. (2004, dir.). Les Sciences de l'Information et de la Communication, Revue Hermès, n° 38.

Lam P-L., & Shiu, A. (2010). Economic Growth, Telecommunications development and productivity growth of the telecommunications sector : Evidence around the world, Telecommunications Policy, n° 34, 185–199

Lamizet, B. (2007, ed.) Dictionnaire Encyclopédique des Sciences de l'Information et de la Communication. Paris : Ellipses.

Lessing, L. (2008). Remix : Making Art and Commerce Thrive in the Hybrid Economy. New York : Penguin Press.

Leteinturier, C., & Le Champion, R. (2009). Médias, Information et Communication. Paris : Ellipses.

Mc Luhan, M. (1977). La Galaxie Gutenberg. Paris : Gallimard.

Renda, A. (2010). Competition–régulation interface in telecommunications : What’s left of the essential facility doctrine, Telecommunications Policy, n° 34, 23–35.

Scherer, E. (2009, ed.). Médiapocalypse ou médiamorphose ? AFP, Observatoire Mondial des Médias, n° 6.

Sonnac N., & Gabszewicz, J. (2010). L'Industrie des Médias. Paris : La découverte.

Notes

1 La Sémiologie ou Sémiotique étudie les systèmes de signes au delà du seul langage. Elle est une science des significations.

2 La Médiologie est l'étude des interactions entre medium et message.

3 Voir les deux numéros de la revue Reseaux, (2009) n° 157-158 Les Pratiques Journalistiques (2010), n° 160-161, La Presse en ligne, Edition La Découverte.

4 « La richesse de la science politique mais aussi sa spécificité disciplinaire vient aussi du fait qu’elle a besoin de la description de cas comme de l’analyse de sondage de masse, de la typologie comme de l’entretien, de la réflexion historique comme de la simulation, de théories de mesures comme d’analyses de discours » (Bruter (2007).

5 Voir le site http://www.itu.int/wsis (world summit on the information society).c

6 Voir par exemple une déclinaison de cette question concernant les télécommunications (cf. Lam et Shiu, 2010).

© Presses des Mines, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540