Version classiqueVersion mobile

Un président élu par les médias ?

 | 
Cyril Lemieux

Première partie. Élections et médias : ce que la sociologie peut en dire

Chapitre 7. Quelle déontologie journalistique ?

Texte intégral

« Quand un incident fait d’un échec ou d’une erreur supposée un sujet de discussion publique, le silence des collègues tient peut-être au sentiment que les personnes extérieures au métier ne comprendront jamais l’ensemble du contexte de risques et d’aléas. Et si les choses en sont arrivées au point où les échecs et les erreurs ne sont pas librement débattus même à l’intérieur du groupe des pairs dans lequel on a confiance, la discussion publique risque d’être doublement redoutée. »
Everett C. Hughes, Les Erreurs au travail (1951)

Et si la déontologie journalistique n’était pas un mythe ?

1Dans leur ouvrage TF1 : un pouvoir, Pierre Péan et Christophe Nick avaient recensé les passages de trente personnalités politiques sur le plateau du journal de 20 heures de la première chaîne de télévision française entre septembre 1987 et mars 1995. Ils en concluaient à une nette surreprésentation des « balladuriens » : « Grâce à ce recensement, écrivaient-ils, nous mesurons à quel point TF1, instrument de Bouygues, a su imposer des hommes et des discours à la majorité des Français ». Il est vrai que quelques années plus tard, Gérard Carreyrou, directeur de l’information de TF1 à l’époque des faits, ne fera pas mystère d’avoir « joué en faveur de Balladur », raison pour laquelle, précisera-t-il, « l’élection de Jacques Chirac à l’Elysée a sonné mon glas » parce qu’il « fallait rétablir un rapport normal avec le pouvoir et ne pas donner l’impression que la chaîne allait continuer à mener la vie dure » à celui qu’elle avait défavorisé durant la campagne (Le Monde du 13 juin 1999). Voilà un précédent qui pourrait apporter quelque crédibilité aux propos qu’a tenus hier soir Ségolène Royal en meeting à Grenoble. La candidate socialiste s’en est prise en effet au jeu trouble des « médias amis du pouvoir » qui « se demandent tous les jours si je vais tenir, et s’il ne faudrait pas changer de candidate » et « qui relaient tous les pièges, toutes les chausse-trappes ».

2De la reconnaissance du parti pris d’un certain nombre de médias d’information prétendument neutres dans les campagnes présidentielles à la conclusion d’une absence pure et simple d’éthique journalistique en général, il n’y a qu’un pas. Il est tentant en particulier de penser que cette soi-disant « déontologie journalistique », dans laquelle se drapent si volontiers les professionnels de l’information, n’est jamais qu’un paravent tout juste bon à tromper la partie naïve du public, la réalité de la situation se jouant en coulisses, au niveau de la Realpolitik, des rapports de force et des calculs stratégiques. C’est là une façon de voir assez commune, aujourd’hui, dans la littérature pamphlétaire sur la question. On peut s’en contenter sans doute, si on n’est pas trop exigeant.

3Mais d’un point de vue sociologique, une telle vision reste tout de même un peu courte. Elle néglige le fait, mis en lumière il y a plus d’un siècle par Émile Durkheim, que la division du travail social tend à produire, en tout groupe professionnel, une certaine morale. Les journalistes n’y échappent pas. Eux aussi disposent d’une éthique professionnelle dont ils sont susceptibles de se rappeler mutuellement les règles, par exemple au moment où ils ont à « couvrir » une campagne électorale d’envergure nationale. Toute la question est donc de savoir pourquoi, si de telles règles existent bel et bien, les journalistes ont tant de mal à les respecter. On trouve, chez Durkheim encore, le début d’une réponse :

« Toutes choses étant égales, écrit-il dans Leçons de sociologie, plus un groupe est fortement constitué, plus les règles morales qui lui sont propres sont nombreuses et plus elles ont d’autorité sur les consciences. Car plus il est cohérent, plus les individus sont étroitement et fréquemment en contact ; or, plus ces contacts sont fréquents et intimes, plus il y a d’idées et de sentiments échangés, plus l’opinion commune s’étend à un plus grand nombre de choses, précisément parce qu’il y a un plus grand nombre de choses mises en commun. »

4Dans cette perspective, la difficulté qu’éprouvent tant de journalistes à respecter leur déontologie tiendrait d’abord à la faiblesse de l’organisation de leur profession, c’est-à-dire aussi au caractère trop partiel et trop discontinu des contacts et des discussions morales entre membres de rédactions différentes, ainsi qu’à l’absence de relations et d’échanges entre des journalistes œuvrant dans les segments professionnels les plus éloignés (presse locale et télévision nationale, par exemple). Si ce diagnostic est juste, nous ne devrions pas faire grief aux journalistes de leur corporatisme. Tout au contraire, c’est leur incapacité à construire entre eux un véritable lien corporatif, qu’il faudrait leur reprocher.

52 février 2007

Références

  • Pierre Péan, Christophe Nick, TF1. Un pouvoir, Paris, Fayard, 1997.
  • Émile Durkheim, Leçons de sociologie, Paris, PUF, 1997 [1950].
  • Denis Ruellan, Le Professionnalisme du flou. Identités et savoir-faire des journalistes français, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1993.

Pourquoi certaines attitudes journalistiques nous énervent

6Même si l’on doit noter des différences dans leur définition spécifique et leurs modes de mise en œuvre selon les types de médias (presse écrite, radio, télévision...), les règles pratiques qui forment la morale publique des journalistes aujourd’hui, dans les démocraties pluralistes, sont relativement comparables. On peut les styliser de la façon suivante :

- La distanciation énonciative : les journalistes doivent s’efforcer, en public, d’utiliser avec leurs interlocuteurs des modes d’adresse qui ne trahissent pas une trop grande familiarité, de recourir au vouvoiement ou encore de marquer conventionnellement la différence entre leur propos et celui que tient leur interlocuteur ou leur source. Ainsi, par exemple, à la télévision, tel journaliste qui appelle d’ordinaire un homme politique par son prénom et le tutoie (« François, est-ce que tu es libre demain pour déjeuner ? »), s’efforcera de s’adresser à lui, lorsque l’antenne sera prise, en donnant son nom complet et en le vouvoyant (« François Hollande, que pensez-vous des déclarations récentes du président de l’UMP ? »).
- La conservation de l’initiative : les journalistes doivent s’efforcer de rendre manifeste au public que ce sont eux qui ont choisi de traiter un sujet (et non pas leurs interlocuteurs qui l’ont imposé), que ce sont eux qui ont invité une personnalité à s’exprimer dans leur émission (et non pas elle qui s’est invitée) ou encore que ce sont eux qui ont choisi les questions qu’ils posent (et non pas leur interlocuteur qui les leur a suggérées). De manière typique, c’est en s’appuyant sur une telle règle que sont aujourd’hui dénoncés les entretiens télévisés avec les gouvernants tels qu’ils étaient pratiqués à la télévision française avant 1981.
- Le recoupement : les journalistes doivent s’efforcer, avant de rendre publique une information, d’en avoir vérifié la fiabilité, en cherchant systématiquement une seconde source permettant de confirmer ou d’infirmer celle dont ils disposent déjà.
- L’administration de preuves recevables juridiquement pour dénoncer : les journalistes doivent s’efforcer, avant de dénoncer publiquement un scandale ou un comportement répréhensible, d’avoir réuni suffisamment d’éléments de preuve pouvant recevoir une validité minimale du point de vue de l’institution judiciaire.
- La polyphonie : les journalistes doivent s’efforcer, quand ils rendent compte d’un conflit, d’une compétition, d’une controverse ou d’une affaire, de donner la parole à l’ensemble des points de vue qui s’affrontent. Cette règle est centrale dans le traitement des campagnes électorales à la télévision. Dans le cas français, elle se traduit par la mise en place de procédures d’équité formalisées, contrôlées par une instance extérieure (le CSA).
- La séparation des faits et des commentaires : les journalistes doivent s’efforcer de ne pas manifester dans le rapport des faits leurs propres opinions et préférences personnelles, ces dernières n’ayant à être exprimées que dans des compartiments déterminés du discours journalistique par les rédacteurs réputés habilités à le faire (éditoriaux, papiers d’analyse, billets, etc.).

7Pourquoi certaines manières de faire journalistiques nous énervent-elles ? Quand il s’agit de comprendre, en tant que citoyens-consommateurs de médias, nos propres réactions de frustration, d’indignation ou de révolte devant la façon dont les journalistes travaillent (et, par exemple, couvrent une élection présidentielle), c’est vers ces différentes règles pratiques que nous devons nous tourner. Nos sentiments proviennent en effet du fait que l’une d’entre elles nous paraît avoir été insuffisamment suivie par le ou la journaliste. Vous pouvez faire le test.

83 février 2007

Référence

9Cyril Lemieux, Mauvaise presse. Une sociologie compréhensive du travail journalistique et de ses critiques, Paris, Métailié, 2000.

Comment libérer les journalistes « libres » ?

10Existe-t-il un seul pays au monde où les journalistes sont pleinement « heureux », travaillent « librement », ont des conditions de travail « satisfaisantes », ne sont soumis à aucune « pression politique » et se montrent « irréprochables » déontologiquement ? Même le plus imaginatif des auteurs de science-fiction n’oserait l’envisager. Pourtant, ce pays existe. Plus stupéfiant encore : c’est le nôtre ! Telle est du moins la conclusion que l’on pourrait tirer des réponses apportées de façon dominante par 405 journalistes (échantillon dit « représentatif » des 37 000 titulaires de la carte de presse professionnelle) que l’institut CSA a interrogés pour la réalisation d’un sondage rendu public lors des premières Assises internationales du journalisme qui se sont tenues cette semaine à Lille.

11Lorsque des acteurs réputés soumis à de fortes contraintes et à des liens de dépendance asservissants déclarent néanmoins se sentir « libres » et « heureux » (pensons par exemple à certaines femmes dans certains milieux sociaux), les sociologues ont au moins deux options. La première est de considérer que ces gens-là sont si aliénés qu’ils ne se rendent pas même compte des rapports de domination dont ils sont les victimes. La raison en serait qu’ils ont trop bien « intériorisé » cette domination au cours de leur socialisation (notamment professionnelle dans le cas qui nous intéresse ici) et ne possèdent pas les instruments symboliques (en particulier, les instruments fournis par la sociologie) qui leur permettraient de la « voir » en tant que telle et ainsi de s’en émanciper. Dans cette perspective, les résultats du sondage dont il est ici question, devront être interprétés comme une sorte d’aveu ultime par les journalistes, exprimé sur le mode de la dénégation, des servitudes qui pèsent sur eux.

12Une autre option, caractéristique de ce qu’il est convenu d’appeler aujourd’hui la « sociologie pragmatique », consistera à s’attacher aux contradictions constitutives de l’attitude de ces personnes réputées victimes de domination. Telle femme au foyer se dit par exemple « heureuse » de repasser le linge de son mari, telle jeune fille musulmane se déclare « libre » de porter le hidjab : il ne s’agira pas de leur dénier ce bonheur ou cette liberté au nom d’une vérité de leur condition qu’elles méconnaîtraient, mais plutôt de repérer, dans leurs actions, des expressions d’insatisfaction, des amorces de plainte, des débuts de reproche, afin non seulement de saisir le sens de la justice qui les animent vis-à-vis de la domination masculine mais encore et surtout de repérer les appuis pratiques qui leur font défaut pour déployer plus complètement ce sens de la justice et l’articuler en une véritable plainte.

13Interprétant les résultats du sondage dont il est ici question, le sociologue « pragmatique » prendra ainsi au sérieux aussi bien le sentiment de liberté et de bonheur qui s’y exprime (qu’il ne traitera pas comme une illusion mentale, cherchant au contraire à découvrir son fondement dans la pratique) que les inquiétudes qui s’y révèlent (40 % disent « manquer de temps », 44 % déplorent une « insuffisance de moyens matériels », etc.) en tant que celles-ci nous guident vers le sens de la justice de ces journalistes et ouvrent la perspective d’une enquête sur les appuis pratiques qui leur manquent pour l’exprimer plus pleinement. L’accrochage à la politique, dès lors, est différent : il ne s’agit plus d’appeler des journalistes supposés « aliénés » au moment émancipateur d’une « prise de conscience » des déterminations qui pèsent sur eux mais plutôt de travailler à ce qu’ils aient toujours plus de moyens et d’occasions pour politiser par eux-mêmes les insatisfactions et les inquiétudes morales qu’ils éprouvent déjà dans le cadre de leur travail.

14Il est à noter que malgré leur opposition, ces deux options ont entre elles davantage de points communs qu’elles n’en ont vis-à-vis d’une troisième : celle qui consisterait à s’en tenir aux déclarations de bonheur et de liberté des acteurs dont les formes de vie sont les plus contraintes.

1510 mars 2007

Références

  • Alain Accardo, dir., Journalistes précaires, Bordeaux, Le Mascaret, 1998.
  • Cyril Lemieux, dir., La Subjectivité journalistique. Onze leçons sur le rôle de l’individualité dans la production de l’information, Paris, Éditions de l’EHESS, 2010.

© Presses des Mines, 2010

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search