Version classiqueVersion mobile

L’entrepreneuriat en action

 | 
Philippe Mustar

Introduction

Texte intégral

1Comment de jeunes ingénieurs – au cours de leurs études ou après une première expérience professionnelle – créent-ils une nouvelle entreprise dans un secteur qui leur est totalement étranger ? Et comment, avec une innovation de rupture, y trouvent-ils une place face à des acteurs puissants ?

2Pour certains, si ces entrepreneurs réussissent c’est parce qu’ils sont dotés de dispositions spécifiques, d’aptitudes particulières, de qualités extraordinaires ou de personnalités exceptionnelles… que les autres n’ont pas. Depuis trente ans, de nombreux travaux ont cherché à mettre à jour ces qualités intérieures qui caractériseraient ces entrepreneurs héroïques. Mais aucune étude scientifique ne démontre qu’ils ont des qualités innées ou un profil particulier. Ceux que je vais suivre ici sont loin d’être des héros ; avant de réussir, ils essuient de nombreux d’échecs : la technologie qu’ils essaient de mettre au point ne fonctionne pas, les clients qu’ils visent ne sont pas intéressés et dans leur projet tout se délite.

3Pour d’autres, la réussite de ces entrepreneurs s’explique parce qu’ils ont eu à un moment donné « une idée géniale ». Parce qu’ils ont reconnu – notamment grâce aux caractéristiques particulières dont ils seraient pourvus – une « opportunité » que les autres n’ont pas vue. L’idée de Mark Zuckerberg lorsqu’il crée Facebook était-elle géniale et originale ? Bien sûr que non car avant Facebook il existait déjà de puissants réseaux sociaux : ainsi dès 1996, SixDegrees.com compte 3,5 millions d’inscrits et Myspace rassemble, trois ans après sa création en 2000, plus de 230 millions de comptes et est le quatrième site le plus consulté au monde. Les exemples pourraient être multipliés, de Google à Apple en passant par Tesla : avant la création de ces entreprises existaient et fonctionnaient des moteurs de recherche, des ordinateurs personnels ou des voitures électriques.

4Au commencement, les idées de produit des trois équipes qui vont être présentées dans cet ouvrage ne sont pas révolutionnaires. D’autres les ont eues avant ou au même moment qu’elles. Comme on le dit dans le monde des start-ups : « ce n’est pas l’idée qui compte, c’est l’exécution ». C’est-à-dire la transformation de cette idée en un produit ou service qui intéressera des utilisateurs ou des clients.

  • 1   Le titre de cet ouvrage emprunte l’expression « en action » à un livre de Bruno Latour : Science (...)

5Cette transformation est un long processus qui dure plusieurs années et c’est à ce processus que s’intéresse ce livre1. Plutôt que d’étudier le couple que forme cet être singulier que serait l’entrepreneur et l’idée géniale que lui seul a repérée, mon approche consiste à regarder de près ce que font les entrepreneurs.

6Que font ces entrepreneurs au cours de ce processus ? Comment mettent-ils concrètement au point leur produit ? Quels types de ressources mobilisent-ils pour faire se rencontrer leur innovation technologique et un marché ? Comment élaborent-ils leur business model ? Comment font-ils exister leur entreprise ? Quels sont les acteurs qui y participent ? Pour répondre à ces questions, je propose de suivre le processus qui se déploie du moment où ils démarrent avec quelques vagues idées à celui où leur entreprise a mis au point un produit qui rencontre, ou suscite l’intérêt, d’utilisateurs ou de clients prêts à payer pour l’utiliser.

  • 2   J’utilise de façon équivalente « MINES ParisTech », « École des mines de Paris » ou « École des m (...)

7Ce livre s’intéresse aux jeunes ingénieurs primo-entrepreneurs. Il raconte la création de trois start-ups technologiques par à chaque fois trois fondateurs dont deux sont de jeunes ingénieurs de MINES ParisTech2 (encore étudiants, diplômés depuis peu ou ayant juste une première expérience professionnelle) et le troisième un ingénieur respectivement diplômé de l’École polytechnique, des Ponts et Chaussées ou de Supélec (ce dernier étant le seul ayant déjà créé une entreprise).

8Il donne à voir, en acte, l’émergence de leurs innovations radicales : un siège d’avion ultraléger pour Expliseat, une imprimante à ADN pour DNA Script et le reciblage publicitaire personnalisé sur Internet pour Criteo. Il suit, souvent à chaud, ce que font concrètement les entrepreneurs notamment comment ils mobilisent des ressources variées pour mettre au point ces produits et leur business model, et par là même pour faire exister leurs entreprises.

  • 3   Le terme deep tech est utilisé, notamment par Bpifrance, pour qualifier des projets, des entrepri (...)
  • 4   L’idée largement partagée dans le monde des start-ups est que l’entreprise qui a trouvé son produ (...)

9Les trois histoires qui suivent reposent sur cette démarche pragmatique, proche de l’action et du concret. Elles ont pour objectif de mieux comprendre les processus entrepreneuriaux qui portent des innovations de rupture (les pouvoirs publics les qualifient de deep tech3). Pour expliquer le travail des créateurs de ces entreprises, ces récits démarrent bien avant la création de leur start-up et conduisent le lecteur jusqu’au moment où elles arrivent à définir et mettre en adéquation un produit et un marché. Ils racontent le chemin, à chaque fois long et sinueux, suivi par ces projets pour tenter de réaliser ce que le langage des start-ups appelle le product/market fit4.

  • 5   Cette notion d’expérimentation associée à l’entrepreneuriat se retrouve à la fois dans l’approche (...)

10Ces histoires soulignent que la création d’une entreprise innovante est un processus expérimental pour lequel personne ne sait à l’avance ni quels seront les résultats ou le point d’arrivée, ni même quelles connaissances et compétences sont nécessaires pour mener à bien cette expérimentation5. À la différence de nombreux récits et « cas » de création d’entreprises, où ces tests et ces essais-erreurs sont oubliés, où l’on présente la maison terminée sans les échafaudages qui ont permis de la construire, la lectrice ou le lecteur sont ici invités à entrer dans ces expériences (avec non seulement leurs réussites mais aussi leurs impasses et leurs échecs), et dans la fabrication du contenu technique ou économique de ces innovations (contenus qui, on le verra, sont inextricablement liés).

11Ces récits montrent également comment les créateurs de ces entreprises sont constamment confrontés à un enchevêtrement de choix possibles et de décisions à prendre qui sont autant techniques, économiques, financières, managériales, organisationnelles, partenariales… tout cela dans un océan d’incertitudes au sein duquel ils doivent naviguer. Ces choix sont toujours importants : le recrutement d’un stagiaire, le choix d’un matériau, d’un fournisseur, d’un premier client, d’un partenaire, etc. Tous engagent l’entreprise sur une trajectoire qui peut être irréversible ou dont le changement coûtera temps et argent.

12Les créateurs de ces entreprises ne sont pas seuls, la création d’une entreprise est un acte collectif. Ce collectif dépasse l’équipe des créateurs. Dans ces histoires, des acteurs très divers apparaissent qui s’enrôlent ou qui sont enrôlés dans l’aventure (financeurs, conseils, salariés, nouvelles recrues, actionnaires, sous-traitants, fournisseurs, clients, prospects, agences publiques, laboratoires de recherche, incubateurs, etc.). Tous participent, tous ont un rôle : l’action entrepreneuriale est distribuée.

13Chaque entreprise étudiée est une somme d’associations d’éléments, matériels et immatériels, multiples et hétérogènes. Avec une focale plus ou moins fine et un angle de vue plus ou moins large, chacun des chapitres restitue et étudie ces assemblages, ces réseaux qui mêlent êtres humains, brevets, brins d’ADN, financements, matériaux composites, savoir-faire, algorithmes, pouvoirs publics, communiqués de presse, technologies, modèles d’affaires, instruments, etc. Il aurait été possible d’écrire une histoire « non technique » (c’est-à-dire de ne jamais rentrer dans le contenu même de leurs innovations) de chacune de ces trois entreprises, comme il aurait été possible de proposer une histoire exclusivement « technique » de l’algorithme de Criteo, du siège d’Expliseat ou de la synthèse enzymatique de DNA Script. Mais cela reviendrait à percer deux tunnels de chaque côté d’une montagne, sans que ceux-ci ne se rejoignent jamais.

Un outil pédagogique pour étudiants-entrepreneurs

14Ce livre est destiné aux étudiants-entrepreneurs, aux ingénieurs, et à celles et ceux qui veulent créer ou participer à la création d’une entreprise technologique. Il a été conçu pour être un outil pédagogique qui aide le lecteur à comprendre le processus d’innovation entrepreneuriale. Cela en suivant comment de jeunes ingénieurs, au cours de leurs études ou après un premier emploi, ont créé des start-ups innovantes.

15Il propose de quitter l’idéologie et les discours normatifs sur « l’esprit d’entreprise comme condition de performance de l’économie », ou sur « la start-up nation » pour aller voir comment se fabriquent concrètement des entreprises innovantes, pour décrire et comprendre la réalité du processus entrepreneurial.

16Il n’apporte pas de recettes ou de liste de préconisations, il cherche plutôt à rendre intelligible des processus et des mécanismes, et par là même à les rendre plus facilement maîtrisables par ceux qui se préparent à créer une entreprise. Il a pour objectif de permettre aux étudiants de regarder différemment le processus entrepreneurial, de leur apporter des éléments de réflexion et par là de progresser en prenant conscience de l’ampleur des questions et de la variété des chemins possibles pour leur propre projet. Car il n’y a pas de one best way, et la route choisie par certains qui ont réussi peut amener d’autres à l’échec. Dans ce domaine, comme dans beaucoup d’autres, il n’existe pas de solution universelle ou clés en main, chacune et chacun doit inventer la sienne propre.

17Ce livre devrait être utile à toutes celles et tous ceux qui s’intéressent à l’entrepreneuriat, avec une définition large de ce terme, au sens de création d’activités nouvelles dans des contextes variés (start-ups, entrepreneuriat social, grandes entreprises, institutions diverses), définition qui est celle de la communauté académique qui travaille dans ce domaine.

Pourquoi ce livre ?

18Ce travail est le résultat d’une insatisfaction et d’un manque. La pédagogie de mes enseignements en entrepreneuriat est principalement basée sur l’apprentissage par l’expérience : les étudiantes et étudiants partagent des idées, constituent des équipes, construisent des prototypes et des projets d’entreprise. Elles et ils posent des hypothèses, rencontrent des utilisateurs, testent leur prototype souvent grossier – c’est-à-dire observent comment les utilisateurs visés le reçoivent et réagissent à ses fonctionnalités –, le retouchent, et répètent ces opérations.

19Dans toutes les grandes institutions d’enseignement supérieur, cette forme pédagogique, (l’experential learning dans le monde anglo-saxon) a remplacé les cours d’entrepreneuriat classiques qui mêlaient études de cas formatées et réalisation de business plans (ces derniers étant généralement composés d’une étude économique et d’une analyse du marché du projet, et de son étude financière, avec bilan prévisionnel, compte de résultat prévisionnel, plan de trésorerie, tableau de financement, etc.).

  • 6 Wright M., Mustar P. and Siegel D., 2020, Student Startups: the new landscape in academic entrepr (...)

20Les avantages de ces méthodes d’apprentissage par l’expérience sont nombreux (Wright, Mustar et Siegel, 2020)6 tout particulièrement quand elles sont complétées par d’autres activités pédagogiques : des cours sur les théories de l’entrepreneuriat, des ateliers avec des acteurs des écosystèmes entrepreneuriaux, des rencontres avec des entrepreneurs qui présentent leur parcours.

21J’ai tenté plusieurs fois d’ajouter à cette liste la lecture et la discussion d’un ou deux cas (ou cases studies). La méthode des cas est utile et intéressante (elle est interactive, les cas sont liés à un concept du management et choisis pour être généralisables), mais elle reste très formatée : généralement un cas pose le problème réel d’une entreprise (décrit en dix ou quinze pages, suivies d’un ensemble de documents) que les élèves doivent étudier en se plaçant dans la situation du décideur, et auquel ils doivent apporter une solution.

22Je cherchais pour mon projet pédagogique des narrations plus longues que ces cas, plus ouvertes, sans « un » problème à résoudre et sans que les étudiants aient à trouver « la » solution. J’étais aiguillonné par le fait que dans l’abondante littérature académique existante, peu de travaux racontent dans le détail et à chaud la création de start-ups technologiques. Il manquait à mes enseignements des histoires sur le processus de création de quelques entreprises ; des narrations moins mises en forme, plus brutes, plus touffues, plus longues, plus près des acteurs et de ce qu’ils vivent avec de nombreux verbatims des conversations avec les entrepreneurs ou en entrant dans les contenus techniques de leurs innovations ; et, construites autour de thématiques qui pouvaient permettre aux étudiants d’appréhender le processus entrepreneurial dans toute sa richesse, de mesurer la diversité des questions qui s’y posent, et celle des réponses possibles. Et en définitive, d’enrichir leur propre projet. Ces trois récits participeront, je l’espère, à la transmission de compétences et de connaissances utiles pour développer des projets ambitieux dans le domaine de l’innovation entrepreneuriale.

Création d’entreprise par les étudiants

  • 7 Le premier cours d’entrepreneuriat aurait été donné à Harvard en 1947 : “It has been more than 50 (...)
  • 8 Morris, M. and Liguori, E. 2016. Annals of Entrepreneurship Education and Pedagogy, Cheltenham: E (...)
  • 9   Les résultats des travaux sur les effets des formations à l’entrepreneuriat restent ambigus même (...)

23Ces vingt dernières années, les formations universitaires en entrepreneuriat ont connu une croissance exceptionnelle : ainsi aux États-Unis, plus de trois mille institutions proposent de tels programmes7. Dans les grandes universités, il n’est pas rare de trouver plus de vingt formations différentes dans ce domaine (Morris et Liguori, 20168). Cette multiplication des enseignements touche maintenant l’Europe et la France et devrait se poursuivre dans les années qui viennent. Elle est liée à la forte croissance du nombre d’entreprises créées par des étudiants9.

24La création d’entreprises par des étudiants et des jeunes diplômés a toujours existé, mais c’est récemment que ce phénomène a pris de l’ampleur. Il démarre en France de façon significative au début des années 2000 pour les écoles de management ou d’ingénieurs et dans les années 2010 pour les universités. Les pouvoirs publics accompagnent ce mouvement et mettent en place une infrastructure pour l’encourager et le développer (notamment avec les pôles étudiants pour l’innovation, le transfert et l’entrepreneuriat – PEPITE – et le statut national d’étudiant entrepreneur).

  • 10   À partir de la fin des années 1980, de nombreux chercheurs ou enseignants-chercheurs des universi (...)
  • 11 Mustar P., Renault, M., Colombo, M., Piva, E., Fontes, M., Lockett, A., Wright, M., Clarysse, B. (...)
  • 12 Wright, M. 2014. Academic entrepreneurship, technology transfer and society: Where next?, Journal (...)

25Comparée à la création d’entreprise par les enseignants-chercheurs et les chercheurs, phénomène plus ancien10, qui a donné lieu à une littérature académique riche et abondante (Mustar, 200611, Wright, 201412), la création d’entreprise par des étudiants ou des jeunes diplômés commence seulement à être l’objet de travaux de recherche. Même si les statistiques disponibles pour les États-Unis, le Royaume-Uni, la France et d’autres pays montrent que les entreprises créées par des étudiants ou des récents diplômés sont, dans ces pays, vingt à trente fois plus nombreuses que celles fondées par des chercheurs ou des enseignants-chercheurs.

26Pourtant, on sait peu de choses de l’ampleur, des causes, des formes et des conséquences de la création d’entreprise par les étudiants juste après leur diplôme ou après une première expérience professionnelle. Ce phénomène reste largement méconnu.

  • 13   Fayolle, A., 1999, « L’enseignement de l’entrepreneuriat dans les universités françaises : analys (...)
  • 14 Mustar P. 2009, “Technology Management Education: Innovation and Entrepreneurship at MINES ParisT (...)
  • 15 Wright M., Siegel D., Mustar P., 2017, “An Emerging Ecosystem for Student Start-Ups”, The Journal (...)

27Si en France, les écoles de management et d’ingénieurs ont été les premières concernées, c’est certainement parce qu’elles ont été pionnières parmi les institutions d’enseignement supérieur dans la mise en place de cours et de formations à l’entrepreneuriat (Fayolle, 199913 ; Mustar 200914). Aujourd’hui, tous les établissements d’enseignement supérieur, notamment les universités, sont engagés dans ce mouvement : leurs étudiants créent des entreprises et ces établissements développent, avec l’appui des pouvoirs publics une infrastructure pour les encourager et les soutenir (Wright, Siegel, Mustar, 201715). Les trois récits proposés participeront aussi, je l’espère, à combler le manque de connaissances sur le phénomène de création d’entreprises par les étudiants ou jeunes diplômés.

Pourquoi des start-ups créées par des jeunes ingénieurs ? Et pourquoi majoritairement des mines de Paris ?

  • 16   Merci à Jean-Michel Dalle, directeur d’Agoranov, de m’avoir fourni ce chiffre.
  • 17   Il faut cependant rendre hommage au travail précurseur d’Alain Fayolle sur un sujet plus large : (...)

28Pourquoi s’intéresser aux entreprises créées par de jeunes ingénieurs pendant leur scolarité, juste après leur diplôme ou après quelques années d’une première expérience professionnelle ? Parmi les étudiants créateurs d’entreprises technologiques, les ingénieurs sont nombreux. Dans les principaux accélérateurs et incubateurs de start-ups technologiques, la figure du jeune ingénieur est omniprésente. Ainsi en 2018, 70 % des start-ups incubées chez Agoranov (incubateur parisien d’entreprises innovantes) avaient au moins un ingénieur parmi leurs fondateurs16. Mais la création d’entreprise par les élèves-ingénieurs ou par des jeunes ingénieurs fraîchement diplômés n’a pas été étudiée en détail17.

  • 18   De nombreux points techniques ont volontairement été omis ou transformés pour des raisons de conf (...)

29Pourquoi l’École des mines de Paris ? Les trois entreprises que j’étudie ont pour point commun d’être portées par un trio de fondateurs, dont deux sont des ingénieurs diplômés de MINES ParisTech, l’établissement où je travaille, et le troisième un ingénieur également diplômé d’une autre grande école généraliste. Ce choix me donnait une grande facilité d’accès au terrain. Ma méthode, détaillée ci-après, a demandé aux entrepreneurs du temps et de la confiance. Du temps, car le suivi de leur projet s’est étalé sur sept ou huit années en moyenne, au cours desquelles, je les ai rencontrés régulièrement. De la confiance, car ils me disaient, si ce n’est presque tout, énormément sur leur projet, sur leurs succès, sur leurs difficultés, me dévoilant bien souvent des éléments confidentiels tant sur leur produit que sur leur marché18. Pour ces raisons, il m’était plus facile de mener ces enquêtes – principalement mais pas exclusivement – avec des élèves de MINES ParisTech, même si le risque qu’ils se lassent de mes questions n’était pas nul.

30Pour étudier cette figure de l’élève ingénieur-entrepreneur aujourd’hui, le cas des Mines de Paris est intéressant pour trois autres raisons.

    • 19   Source : Robin, C., 2003, « Conrad et Marcel Schlumberger : une aventure industrielle originale » (...)

    La création d’entreprise y est un phénomène ancien. Au début du XXe siècle, Conrad Schlumberger, professeur de Physique à l’École des mines de Paris, met au point et brevète en 1912 une méthode de prospection électrique du sous-sol. Sur la base de ces travaux, il crée en 1919, avec son frère Marcel, une entreprise à laquelle il se consacre exclusivement à partir de 1923. En 1926, elle prend le nom de Société de Prospection Électrique. Cette dernière donnera naissance, dans les années 1930, à deux entreprises : la société Schlumberger et la Compagnie Générale de Géophysique. En 1934, la Schlumberger WellSurveying est créée aux États-Unis19. Et en 1957, la holding Schlumberger Limited est cotée à la bourse de New York. Schlumberger, qui a été fondée sur une technologie de rupture mise notamment au point dans les caves de l’École des mines, est aujourd’hui une entreprise présente dans cent pays, qui réalise 35 milliards de dollars de chiffre d’affaires annuel et emploie 100 000 personnes. Cette réussite exceptionnelle souligne l’ancienneté de la création d’entreprise à partir des institutions d’enseignement supérieur et de recherche.

  • Depuis les années 1980, l’École des mines connaît un important développement de l’activité entrepreneuriale de ses personnels ou diplômés. Ces dix dernières années, une cinquantaine d’entreprises ont été créées en lien fort avec MINES ParisTech. Une quinzaine par des chercheurs ou doctorants sur la base de leurs travaux de recherche, les trente-cinq autres par des ingénieurs (pour les deux tiers pendant ou juste après leur diplôme et pour un tiers, après une première expérience professionnelle). Parmi les plus prometteuses : Expliseat, DNA Script, Toucan Toco, Yespark et Big Blue, sociétés qui ont été lauréates du Prix Entrepreneuriat Mines ParisTech Criteo ces dernières années.

    • 20   ETI : entreprises de taille intermédiaire.

    Enfin, depuis deux siècles, l’École des mines forme principalement des cadres pour un type d’organisation particulier : la grande entreprise. Elle fournit des cadres dirigeants aux grands groupes et par là participe à leur pérennisation. Les enquêtes sur l’emploi des diplômés de sa Direction des études montrent un basculement : à partir du milieu des années 2000, de plus en plus d’élèves décident de travailler dans de nouvelles entreprises ou dans de petites structures, des PME ou des ETI20. Ainsi, en 2005, près de 85 % des élèves d’une promotion choisissaient un premier emploi dans une grande entreprise. En 2015, ce ne sont plus que 38 % des diplômés qui font ce choix.

Pourquoi ces trois cas et pas d’autres ?

31Je voulais travailler sur des projets ambitieux, portés en partie par des élèves des mines et proposant des innovations technologiques de rupture. Ces trois projets choisis (Criteo, Expliseat et DNA Script) ont en commun d’être particulièrement ambitieux et de mobiliser des technologies nouvelles qu’ont dû développer leurs créateurs. Bref, ce sont trois start-ups que l’on peut qualifier de deep tech.

  • 21 « Mineur » signifie ici diplômé de MINES ParisTech.

32Le choix de Criteo, la success story de MINES Paris s’est imposé dès 2009, époque où ses deux créateurs-mineurs21 sont intervenus dans mon cours. Celui de DNA Script et d’Expliseat est lié aux circonstances, notamment au fait que j’ai pu suivre l’avancement de ces projets dès leur origine et qu’ils ont l’intérêt de ne pas appartenir comme Criteo, au domaine du numérique ou de l’Internet, ce qui offre à cet ouvrage une variété sectorielle (la publicité sur Internet, l’ADN de synthèse et le siège d’avion) représentative de la diversité des activités des écoles d’ingénieurs généralistes.

33D’autres entreprises que je connais bien et créées par des élèves de MINES ParisTech auraient pu être choisies. Elles couvrent une large diversité de domaines : la logistique, les sous-vêtements féminins à New-York, les dispensaires et maternités pour femmes enceintes en Afrique de l’Ouest, en passant par la location de parkings ou la data visualisation… Certaines devraient faire l’objet d’un autre volume.

  • 22   À partir de combien d’années peut-on encore considérer les anciens élèves comme des diplômés réce (...)

34La littérature académique internationale sur la question de l’entrepreneuriat étudiant fait entrer dans la catégorie d’étudiants-entrepreneurs, les jeunes alumni (les jeunes anciens élèves) qui sont nombreux à créer une entreprise après une première expérience professionnelle22. Avant de se lancer dans la création d’une entreprise, ils ont préféré prendre un emploi dans une société existante construire un réseau professionnel, constituer des économies ou développer des compétences qu’ils vont réutiliser dans leur projet. Trente-cinq entreprises ont été, ces dix dernières années, créées par des jeunes ingénieurs civils des mines : pour les deux tiers pendant ou juste après leur diplôme (comme dans les cas d’Expliseat et de DNA Script) et pour un tiers, après une première expérience professionnelle (comme celui de Criteo).

35Ces trois cas sont également représentatifs de la composition des équipes de créateurs de ces trente-cinq entreprises qui pour plus de soixante-cinq pour cent d’entre elles ne comptent que des ingénieurs.

  • 23   De plus, l’entreprise est loin des deep tech que je voulais étudier dans ce volume.

36Un regret, parmi les trente-cinq entreprises créées ces dix dernières années par des jeunes ingénieurs, quatre seulement l’ont été par des ingénieures, dont trois bien après le démarrage de mon projet, et la quatrième en Afrique – ce qui rendait un suivi rapproché difficile23. Cette entreprise Nest for All, créée par Khadidiatou Nakoulima au Sénégal offre des services médicaux de qualité et à moindre coût à des femmes enceintes qui n’y avaient pas accès. La création d’entreprise, malgré les efforts déployés pour soutenir les ingénieures, reste très majoritairement masculine.

37Les trois entreprises choisies montrent de nombreux points communs que, mis à part les deux premiers, je n’avais pas imaginés au démarrage de mon travail.

  • Elles sont créées, je l’ai déjà noté, par un trio composé de deux ingénieurs diplômés de MINES ParisTech et un troisième d’une autre école d’ingénieurs (l’École des Ponts et Chaussées pour l’un, Polytechnique et Agro-ParisTech pour un autre, et Supélec pour le troisième).

  • Elles n’ont pas pour point de départ les résultats des travaux d’un laboratoire de recherche. En cela, elles sont différentes des sociétés issues de la recherche (les spin-offs académiques) que j’avais bien étudiées par ailleurs.

  • Leurs innovations sont non seulement techniques mais aussi de business model.

  • À chaque fois, il faudra aux créateurs plusieurs années d’expérimentation entre la création et le product-market fit, entre la création de l’entreprise et ses premières ventes.

  • Ces années ont un coût et les trois projets ont dû trouver des investisseurs pour le financer : l’un par du capital-risque dès le départ ; un autre grâce d’abord à des business angels, suivis par des sociétés de capital-risque ; et le troisième par des business angels mais sans capital-risque. Tous les trois ont également reçu des soutiens financiers importants des pouvoirs publics.

    • 24   ParisTech, dont fait partie MINES ParisTech, est un des membres fondateurs d’Agoranov.

    Un autre point commun est que ces trois projets ont été incubés chez Agoranov, incubateur parisien aujourd’hui localisé dans le sixième arrondissement, tout comme l’École des Mines (le Jardin du Luxembourg les sépare). C’est là que deux des créateurs de Criteo ont rencontré le troisième. DNA Script et Expliseat y ont également été admises – ce qui n’était pas écrit au début de cette enquête (même si je mets en relation les entreprises créées à MINES ParisTech avec Agoranov24).

  • Ces trois entreprises sont des réussites ; ce que, au démarrage de ce projet, je savais pour Criteo mais que personne ne pouvait prévoir pour Expliseat et DNA Script.

38Ces trois entreprises montrent aussi des différences.

  • Leur trio de créateurs présente des configurations variées : dans un cas, il est composé de trois primo-entrepreneurs à la fin de leurs études ; dans un autre de trois primo-entrepreneurs dont deux à la fin de leurs études et un après une première expérience professionnelle dans l’industrie ; dans le dernier cas, de deux primo-entrepreneurs qui ont une première expérience professionnelle et qui s’allient avec un entrepreneur confirmé (cela est détaillé dans les chapitres suivants).

  • La constitution des trois équipes est le résultat de processus différents : pour une entreprise, elle est la fusion de deux projets, pour une autre la volonté des créateurs « de faire quelque chose ensemble » (une partie de l’équipe existe avant le projet), pour la troisième le porteur d’une idée qui convainc deux amis de le rejoindre (là l’équipe se constitue, très vite, après l’idée).

  • Dans deux des trois projets il y a un ingénieur titulaire d’un doctorat ; à chaque fois sur des sujets qui ne sont pas liés à ce que fait l’entreprise. Nous sommes loin de la configuration où un chercheur ou un doctorant cherchent à valoriser le résultat de leurs travaux.

    • 25   Le Corps des ingénieurs des mines est un grand corps de l’État. Ses membres participent à la conc (...)

    Dans deux projets sur trois, il y a un ingénieur du Corps des mines25 (dans un cas c’est un normalien et dans un autre un ingénieur civil des mines).

Éclectisme méthodologique

39Mon dispositif d’enquête tient, pour reprendre l’expression de Nonna Mayer, de l’éclectisme méthodologique. Pour suivre l’histoire de ces entreprises, ma méthode est donc une forme d’ethnographie au long cours qui est rétrospective pour Criteo et diachronique pour DNA Script et Expliseat. Elle repose sur des entretiens longs avec les créateurs de ces entreprises, la méthode relève ainsi de l’histoire orale mais aussi de l’analyse de sources diverses. J’ai demandé aux porteurs de ces projets, s’ils accepteraient de me recevoir régulièrement, de répondre à mes questions et de me fournir des informations sur l’avancement de leur démarche pour que je puisse écrire une histoire de leur société dans le cadre d’un travail sur la création d’entreprises par des élèves ingénieurs ou des jeunes diplômés. Tous m’ont donné leur accord. Et tous ont supporté mes intrusions pendant des années où je les ai interrogés, écoutés, où j’ai pris des notes, accumulé des informations et de la documentation. J’ai aussi passé du temps dans leurs entreprises ou dans des réunions qu’ils ont organisées (cela plus particulièrement pour Expliseat et DNA Script). Les trois récits sont construits à partir de l’analyse et la mise en ordre de tout ce matériau.

40Au démarrage de ce travail, un des cas sélectionnés est déjà une réussite exceptionnelle et les deux autres sont des projets de start-ups dont on ne savait pas si elles allaient réussir ou échouer (je les ai rencontrées avant leur création juridique). L’idée d’écrire des monographies d’entreprises m’est venue au début des années 2010.

41Notamment avec l’exemple de Criteo, dont deux des trois fondateurs, diplômés de MINES ParisTech (le troisième, plus âgé, est ingénieur de Supélec) étaient, à ma demande, venus plusieurs fois, entre 2009 et 2013, présenter leur expérience à mes élèves et notamment la première phase de la vie de l’entreprise (la longue recherche de son product-market fit), c’est-à-dire de la période 2005-2008 avant l’accélération très forte de ses revenus et du nombre de ses salariés. Dans les années qui ont suivi, j’ai revu ces deux anciens élèves plusieurs fois sur cette question et sur d’autres qui sont traitées dans le chapitre consacré à leur entreprise. Les autres sources que j’utilise sont citées dans le texte. L’essentiel du chapitre sur Criteo résulte donc d’un travail ex-post, d’interviews et de données diverses (conférences, livres, articles de presse), sur une histoire passée.

42Pour les deux autres projets choisis, ma démarche a été différente, moins historique et plus ethnographique. Pour DNA Script et Expliseat, mon travail s’est fait « en temps réel ». Les créateurs de DNA Script viennent me présenter leur projet en novembre 2013 (la société sera créée six mois plus tard), et depuis cette date je les ai revus régulièrement jusqu’à la rédaction finale du chapitre qui leur est consacré. La démarche a été exactement la même avec Expliseat dont j’avais rencontré les créateurs au début de l’année 2011. Je ne savais pas ce qu’allaient devenir Expliseat et DNA Script. À l’époque, la plupart de ceux à qui leurs créateurs présentaient leurs idées étaient à tout le moins dubitatifs si ce n’est sceptiques. Peu nombreux étaient ceux qui pouvaient imaginer qu’elles allaient avoir la trajectoire que l’on connait aujourd’hui et un avenir aussi prometteur que le leur.

Quelques références théoriques

43Les faits ne parlent pas tout seuls. Ces trois récits ne sont pas des descriptions neutres ou naturelles des processus que j’ai suivis. Je les ai construits et rédigés avec un cadre analytique lié à certaines thématiques de l’entrepreneuriat, discipline académique, et à la sociologie de l’innovation.

44Ainsi, ce travail est en ligne avec les problématiques actuelles de la recherche en entrepreneuriat qui a depuis longtemps abandonné les études sur les caractéristiques psychologiques ou sociales des créateurs (de nombreux travaux ont montré les limites de ce questionnement). Je me concentre ici sur les actions par lesquelles les entrepreneurs construisent leur produit ou service et leur modèle d’affaires et par là même font exister leur entreprise.

  • 26  “What Do Entrepreneurs Do? Discovering and Creating Opportunities”, et “What Do Entrepreneurs Do? (...)
  • 27 Dès 2004, Per Davidson dans son ouvrage Researching Entrepreneurship (New York, Springer) critiqu (...)

45En cela, la façon d’aborder les histoires des chapitres suivants s’inscrit dans deux des trois grandes thématiques de la recherche contemporaine en entrepreneuriat telles que Paul Westhead et Mike Wright les définissent : « Que font les entrepreneurs ? Découvrir et créer des opportunités », et « Que font les entrepreneurs ? Réunir et mobiliser des ressources pour exploiter ces opportunités »26. (à ceci près que je défends l’idée que la découverte ou la création d’opportunités, et l’exploitation de ces opportunités ne constituent pas deux moments séparés et se font dans un seul et même mouvement27). La troisième grande thématique, que je ne fais qu’aborder dans ce texte concerne les modèles cognitifs des entrepreneurs : « Comment les entrepreneurs pensent et apprennent ? ».

  • 28   Pour la sociologie des sciences et des techniques, je recommande le livre de Madeleine Akrich, Mi (...)
  • 29   Pour ce sujet, je me réfère principalement à l’ouvrage très didactique Effectual Entrepreneurship(...)

46Ces récits recentrent donc l’attention autour de l’action, sur ce que font les entrepreneurs. Cette démarche pragmatique est notamment celle de la sociologie des sciences et des techniques. Voilà pourquoi les analyses que je propose à la fin des trois chapitres empruntent quelques éléments à cette sociologie développée à l’École des mines, au Centre de sociologie de l’innovation – où j’ai passé vingt-huit ans – autour notamment de Michel Callon et Bruno Latour28. Quand dans ce livre, je parle de sociologie de l’innovation, je fais référence aux travaux des chercheuses et chercheurs de ce laboratoire. À ces éléments, j’ai ajouté, notamment dans le chapitre concernant DNA Script, des principes de l’effectuation de Saras Sarasvathy. L’effectuation29 est une logique pragmatique de l’entrepreneuriat qui éclaire de façon originale le processus de prise de décision des entrepreneurs.

Trois récits construits différemment

47Les trois récits qui suivent n’ont pas la même construction. Au début de chaque chapitre, je précise ses objectifs et son plan détaillé ; puis je donne une description de ce que fait l’entreprise et raconte qui sont ses créateurs, quel est leur parcours et comment s’est constituée leur équipe. Ensuite, ces trois chapitres montrent une structure différente.

48DNA Script n’a pas encore commercialisé son produit mais a finement défini et testé les grandes lignes de son product-market fit. Le chapitre qui lui est consacré propose principalement un parcours diachronique en cinq périodes, qui s’étalent de l’émergence du projet en 2010 à fin 2019 ; elles sont notamment rythmées par les différentes levées de fonds de l’entreprise. Je montre comment les objectifs d’une étape deviennent les moyens de l’étape suivante. Chaque étape apportant des connaissances et développant des compétences nécessaires à la poursuite du projet et, notamment à l’obtention de nouveaux financements.

49Le cœur du chapitre Expliseat propose un récit qui lui n’est pas chronologique. Il expose trois chantiers, qui se chevauchent ou s’entremêlent dans le temps, les créateurs de l’entreprise les menant souvent de front. Ils concernent la réalisation matérielle du siège (avec l’invention du matériau et la mise au point du procédé de fabrication industrielle), le rôle de la simulation numérique tant dans la conception du siège que dans sa certification et, enfin, la conquête de ses premiers clients, le pivot, la nouvelle stratégie et le business model de l’entreprise.

  • 30   Pour une histoire complète de Criteo, on lira avec intérêt l’ouvrage de Jean-Baptiste Rudelle, co (...)

50Le chapitre sur Criteo30 étudie, de façon rétrospective et en détail, le parcours de l’entreprise de 2005 à 2008 pour répondre à la question de la mise au point de son product/market fit. Puis, un de ses créateurs répond à la question « pourquoi, de son point de vue, Criteo a gagné la partie face à des concurrents puissants ? ». Enfin, une dernière partie, grâce à un autre de ses créateurs, s’intéresse aux algorithmes de l’entreprise et ouvre – comme cela est fait dans les deux autres chapitres, la boîte noire de la technologie.

  • 31   Les différentes focales ne font pas que rapprocher ou éloigner les éléments d’une même prise de v (...)

51Autre point commun, dans chaque chapitre, je donne mon analyse du processus étudié en utilisant la recherche en entrepreneuriat, la sociologie de l’innovation ou l’effectuation. Ces analyses proposent aux lecteurs une autre façon de voir les processus étudiés tout comme des objectifs de focales différentes sur un appareil photo modifient la perception que l’on peut avoir d’un objet, d’une scène ou d’un paysage31.

52Avec chacun leur analyse, ces trois chapitres peuvent être lus de façon indépendante. Cela correspond à la volonté de faire de ces trois récits des outils pédagogiques pour de jeunes ingénieurs ou étudiants créateurs d’entreprises.

53Cet ouvrage est une étape. J’invite la lectrice ou le lecteur à se saisir des trois histoires présentées, à les analyser, à critiquer ce que j’ai manqué, à regarder différemment tant le processus entrepreneurial en général que leur propre projet, à en tirer je l’espère ses propres façons de voir l’entrepreneuriat innovant, et d’acquérir de nouvelles compétences et connaissances. Pour tous, lectrices et lecteurs, entrepreneurs et auteur, le travail continue sous d’autres formes…

Notes

1   Le titre de cet ouvrage emprunte l’expression « en action » à un livre de Bruno Latour : Science in Action. How to follow Scientists and Engineers through Society, publié en 1987 par Harvard University Press puis, en français, aux éditions La Découverte en 1989 avec le titre : La science en train de se faire.

2   J’utilise de façon équivalente « MINES ParisTech », « École des mines de Paris » ou « École des mines ».

3   Le terme deep tech est utilisé, notamment par Bpifrance, pour qualifier des projets, des entreprises ou des laboratoires qui proposent des produits ou des services technologiques basés sur des innovations de rupture.

4   L’idée largement partagée dans le monde des start-ups est que l’entreprise qui a trouvé son product/market fit n’est plus la même. Il y aurait ainsi un avant et un après. Avant de le trouver, tout l’objectif de l’entreprise est de mettre au point un produit qui aura une valeur pour un type d’utilisateur. Elle doit définir le produit, la valeur qu’il apporte et à qui. Cela demande généralement du temps. Après, une fois le product-market fit trouvé, c’est-à-dire lorsque le produit séduit un type d’utilisateur qui l’achète ou l’utilise de façon régulière, l’objectif de l’entreprise est de grandir, d’accroître ses ventes et le nombre de ses clients.

5   Cette notion d’expérimentation associée à l’entrepreneuriat se retrouve à la fois dans l’approche Lean Startup popularisée par Éric Ries (The Lean Statup. How Today’s Entrepreneurs Use Continuous Innovation to Create Radically Successful Businesses, New-York, Crown Business, 2011) et dans des textes académiques tels Kerr W., Nanda R., and Rhodes-Kropf M., 2014, “Entrepreneurship as Experimentation”, Journal of Economic Perspectives, Volume 28, Number 3, Summer, pp 25-48.

6 Wright M., Mustar P. and Siegel D., 2020, Student Startups: the new landscape in academic entrepreneurship, Singapore, World Scientific, 183 p.

7 Le premier cours d’entrepreneuriat aurait été donné à Harvard en 1947 : “It has been more than 50 years since Myles Mace taught the first entrepreneurship course in the United States. Held at Harvard’s Business School in February 1947, it drew 188 of 600 second-year MBA students” Source : Katz, J. A., 2003, “The Chronology and Intellectual Trajectory of American Entrepreneurship Education: 1876-1999”, Journal of Business Venturing, 18, 283-300.

8 Morris, M. and Liguori, E. 2016. Annals of Entrepreneurship Education and Pedagogy, Cheltenham: Edward Elgar, 2nd Edition.

9   Les résultats des travaux sur les effets des formations à l’entrepreneuriat restent ambigus même si la plupart soulignent un impact positif sur l’attitude entrepreneuriale et la création d’entreprises. Les effets sont différents suivant les contextes, différents à court ou à moyen termes et différents suivant les méthodes pédagogiques utilisées. On consultera avec profit les revues de la littérature suivantes :

Pittaway L. and Cope J., 2007, “Entrepreneurship Education: A Systematic Review of the Evidence”, International Small Business Journal, 25(5), 479-510.

Rideout E. and Gray D., 2013, “Does Entrepreneurship Education Really Work? A Review and Methodological Critique of the Empirical Literature on the Effects of University-Based Entrepreneurship Education”, Journal of Small Business Management, 51(3), 329-351.

Martin B., McNally J. and Kay M., 2013, “Examining the Formation of Human Capital in Entrepreneurship: A Meta-Analysis of Entrepreneurship Education Outcomes”, Journal of Business Venturing, 28(2), 211-224.

Nabi G., Liñán F., Fayolle A., Krueger N. and Walmsley A., 2017, “The impact of entrepreneurship education in higher education: A systematic review and research agenda,” Academy of Management Learning and Education, 16(2), 277-299.

10   À partir de la fin des années 1980, de nombreux chercheurs ou enseignants-chercheurs des universités, organismes de recherche et grandes écoles créent des entreprises sur la base de leurs travaux de recherche. Un ouvrage publié en 1988 présentait une première analyse de ce phénomène à partir de l’étude de 145 entreprises créées par des chercheurs et enseignants-chercheurs du secteur public en France (Mustar, 1988). Dès cette époque, les pouvoirs publics mettent en place des mécanismes pour, si ce n’est favoriser, à tout le moins, ne pas pénaliser ceux qui s’engagent dans cette trajectoire. Une dizaine d’années plus tard, en 1999, un ensemble de mesures sont prises dans le cadre de la loi sur l’innovation et la recherche pour encourager, faciliter et soutenir la création d’entreprises par des universitaires et des chercheurs. Depuis, quelques dizaines d’entreprises sont créées tous les ans en France à partir de la recherche publique.

Mustar, P., 1988. Science et Innovation: Annuaire raisonné de la création d’entreprises technologiques par les chercheurs en France, An annotated directory of technological companies created by researchers in France, Paris, Economica, 248 p.

11 Mustar P., Renault, M., Colombo, M., Piva, E., Fontes, M., Lockett, A., Wright, M., Clarysse, B. and Moray, N., 2006, “Conceptualising the heterogeneity of research-based spin-offs: A multidimensional taxonomy”, Research Policy, vol. 35, n° 2, 289-308.

12 Wright, M. 2014. Academic entrepreneurship, technology transfer and society: Where next?, Journal of Technology Transfer, 39, 322-334.

13   Fayolle, A., 1999, « L’enseignement de l’entrepreneuriat dans les universités françaises : analyse de l’existant et propositions pour en faciliter le développement », Rapport rédigé à la demande de la Direction de la Technologie du Ministère de l’Éducation Nationale de la Recherche et de la Technologie, E.M. Lyon, 102 p.

14 Mustar P. 2009, “Technology Management Education: Innovation and Entrepreneurship at MINES ParisTech, a Leading French Engineering School”, Academy of Management Learning and Education, 8(3), 418-425.

15 Wright M., Siegel D., Mustar P., 2017, “An Emerging Ecosystem for Student Start-Ups”, The Journal of Technology Transfer, Vol 42, Number 4, August, pp 909-922.

16   Merci à Jean-Michel Dalle, directeur d’Agoranov, de m’avoir fourni ce chiffre.

17   Il faut cependant rendre hommage au travail précurseur d’Alain Fayolle sur un sujet plus large : L’ingénieur entrepreneur français. Contribution à la compréhension des comportements de création et reprise d’entreprise des ingénieurs diplômés, Paris, L’Harmattan, 1999, 421 pages.

18   De nombreux points techniques ont volontairement été omis ou transformés pour des raisons de confidentialité. De même, les noms des fournisseurs et sous-traitants n’ont pas toujours été donnés ou ont été transformés.

19   Source : Robin, C., 2003, « Conrad et Marcel Schlumberger : une aventure industrielle originale », Bulletin de la Sabix, 34, 5-14.

Allaud L., Martin M., 1977, Schlumberger: the history of a technique, Wiley-Interscience Publication, 333p.

Bowker G.C., 1994, Science on the Run: Information Management and Industrial Geophysics at Schlumberger, 1920-1940, Cambridge, MA, MIT Press, 191p.

20   ETI : entreprises de taille intermédiaire.

21 « Mineur » signifie ici diplômé de MINES ParisTech.

22   À partir de combien d’années peut-on encore considérer les anciens élèves comme des diplômés récents. La littérature ne tranche pas cette question. Pour certains, c’est autour de trois ans après le diplôme, pour d’autres après une première expérience professionnelle, inférieure à cinq ans, mais qui permet d’acquérir une expertise, notamment technologique mais pas seulement, qui sera au cœur de leur projet de création.

23   De plus, l’entreprise est loin des deep tech que je voulais étudier dans ce volume.

24   ParisTech, dont fait partie MINES ParisTech, est un des membres fondateurs d’Agoranov.

25   Le Corps des ingénieurs des mines est un grand corps de l’État. Ses membres participent à la conception, à la mise en œuvre et à l’évaluation des politiques publiques. Les ingénieurs du Corps des mines sont très majoritairement des polytechniciens, recrutés parmi les quinze premiers du classement de sortie de l’École polytechnique ; y sont également admis deux élèves ingénieurs civils de MINES ParisTech ou de Télécom ParisTech et un ou deux des Écoles normales supérieures. Chaque année la promotion compte une vingtaine « d’ingénieurs-élèves ».

26  “What Do Entrepreneurs Do? Discovering and Creating Opportunities”, et “What Do Entrepreneurs Do? Assembling and Mobilizing Resources to Exploit Opportunities” et “How Do Entrepreneurs Think and Learn?” Westhead P., Wright M., Entrepreneurship: A Very Short Introduction, Oxford University Press, 2013.

27 Dès 2004, Per Davidson dans son ouvrage Researching Entrepreneurship (New York, Springer) critique cette séparation et insiste sur l’imbrication des phases de découverte et d’exploitation. Il critiquera également âprement cette notion d’opportunité. Une autre critique importante s’attaque à la préexistence d’opportunités qui seraient découvertes par les entrepreneurs, Sharon Alvarez et Jay Barney défendent l’idée que les opportunités sont construites par les entrepreneurs et qu’elles n’existent pas indépendamment d’eux. Pour cette perspective constructiviste les opportunités ne peuvent pas exister en dehors de l’imagination de l’entrepreneur de son futur monde. 

Alvarez S. A. et Barney J. B., 2007, “Discovery and Creation: Alternative Theories of Entrepreneurial Action”, Strategic Entrepreneurship Journal, 1: 11-26.

28   Pour la sociologie des sciences et des techniques, je recommande le livre de Madeleine Akrich, Michel Callon, Bruno Latour, Sociologie de la traduction, Textes fondateurs, Paris, Presses de mines, 2006, 401p.

29   Pour ce sujet, je me réfère principalement à l’ouvrage très didactique Effectual Entrepreneurship, de Stuart Read, Saras Sarasvathy, Nick Dew, Robert Wiltbank et Anne-Valérie Ohisson (Routledge, New York, USA, 2011, 228 p) dont une deuxième édition a été publiée en 2016 chez le même éditeur. Le lecteur non anglophone pourra lire avec intérêt le livre de Philippe Silberzahn, Effectuation. Les principes de l’entrepreneuriat pour tous, Paris, Pearson, 2014, qui a fortement contribué à la diffusion de ces travaux en France.

30   Pour une histoire complète de Criteo, on lira avec intérêt l’ouvrage de Jean-Baptiste Rudelle, cofondateur de l’entreprise que je cite plusieurs fois dans le chapitre consacré à cette entreprise.

31   Les différentes focales ne font pas que rapprocher ou éloigner les éléments d’une même prise de vue (et donc modifier leur taille), elles changent aussi l’angle de vue, c’est-à-dire la distance entre les différents objets sur une même photo.

© Presses des Mines, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search