Version classiqueVersion mobile

Un président élu par les médias ?

 | 
Cyril Lemieux

Première partie. Élections et médias : ce que la sociologie peut en dire

Chapitre 5. Ce qu’ils oublient de dire

Texte intégral

« Dans tout système de communication, les récepteurs acquièrent une tolérance à toute une série de bruits, en ce sens qu’ils peuvent ne pas y prêter attention et ne pas en être distraits. Cela étant, les émetteurs peuvent suivre leur exemple. Par ailleurs, il est des bruits que tant le récepteur que l’émetteur traitent en feignant l’inattention, c’est-à-dire qu’ils font comme s’ils n’avaient pas lieu, alors même qu’ils en sont perturbés ».
Erving Goffman, Façons de parler (1981)

Il n’y a plus d’insécurité en France

1Tel pourrait être du moins le sentiment d’un Persan à la Montesquieu qui, après avoir séjourné dans notre pays en mars 2002, y reviendrait aujourd’hui et voudrait s’enquérir de la situation hexagonale à travers gazettes et journaux radio et télédiffusés. Selon le baromètre INA’stat, les faits divers n’ont en effet représenté que 4 % des sujets traités au dernier trimestre 2006 dans les journaux des grandes chaînes de télévision (TF1, France 2, France 3, Arte, Canal Plus et M6). On est loin des résultats de l’étude menée il y a cinq ans par l’institut TNS Media Intelligence sur un panel de 80 médias français, qui concluait que l’« insécurité » avait été, entre mars 2001 et avril 2002, le thème le plus médiatisé.

2Lorsqu’au lendemain du 21 avril 2002, les responsables des grandes chaînes de télévision se virent reprocher d’avoir poussé leurs rédactions à la « surmédiatisation » des problèmes de délinquance durant toute l’année qui avait précédé l’élection présidentielle, faisant ainsi (d’après leurs détracteurs) le « jeu de l’extrême droite », ils répondirent généralement que le phénomène de l’insécurité était une réalité dont il était du devoir des journalistes de rendre compte puisqu’elle existait « bel et bien », que cela plaise ou non. Etienne Mougeotte, vice-président de TF1 : « Ce n’est pas la télévision qui génère l’insécurité, c’est la montée de l’insécurité qui justifie que la télévision en parle » (Le Monde du 4 mai 2002). Michelle Fines, chef du service des informations générales de France 2 : « Est-ce qu’on a inventé l’insécurité ? Est-ce que notre boulot, c’est de se taire ou de mettre le doigt là où ça fait mal ? » (Télérama du 30 avril 2002). Robert Namias (TF1) : « Nous n’inventons pas les violences de toutes natures qui font en ce moment l’actualité » (Le Monde du 24 avril 2002).

3Si ces professionnels de l’information ont raison, on doit logiquement déduire du fait que leurs rédactions ne nous parlent pratiquement plus aujourd’hui d’insécurité que celle-ci a « bel et bien » quasiment disparu dans notre société (sans quoi, ils devraient considérer de leur devoir de nous en parler). S’ils ont tort – ce qui, après tout, n’est pas entièrement exclu –, il faut en conclure que la médiatisation d’un phénomène obéit à de toutes autres logiques que celle du « miroir de la réalité » derrière laquelle ces professionnels se retranchent si promptement. C’est évidemment ce second point de vue que privilégie la sociologie des médias quand elle essaie de rendre compte des processus sociaux qui conduisent les journalistes à inscrire tel ou tel événement ou phénomène sur l’agenda médiatique au détriment de tel autre. Ces études sociologiques – exception faite des plus mauvaises – n’en concluent pas que « l’insécurité » (par exemple) ne serait rien d’autre qu’une construction médiatique. Elles visent plutôt à montrer non seulement qu’il ne suffit pas qu’un phénomène de grande ampleur existe « bel et bien » pour qu’il accède automatiquement à l’agenda médiatique mais encore et surtout que les sources ne sont pas à égalité dans leur capacité à mener le travail politique qui permet de conduire les journalistes à se persuader de la nécessité ou de l’inutilité de cette inscription.

4Le problème ne vient pas tant du fait que les gens de presse informent le public à propos des phénomènes ou des évènements qui bénéficient à un moment donné d’un travail actif de mise à disposition des faits de la part de certaines sources influentes (comme ce fut le cas avec « l’insécurité » en 2002) et/ou d’un travail de conformation aux formats journalistiques (comme ce fut le cas il y a peu avec l’association des « Enfants de Don Quichotte »). Il vient plutôt du fait qu’ils oublient bien souvent le respect qu’ils doivent, face à ces faits, à des règles de distanciation professionnelle comme la polyphonie (donner la parole à des contre-sources et non pas exclusivement, dans le cas de l’insécurité par exemple, aux pouvoirs publics et aux victimes) et la conservation de l’initiative (s’obliger à parler aussi des phénomènes et des événements qui ne sont pas aussi bien « mis à disposition » par des sources influentes et qui sont moins spontanément conformes aux formats).

53 mars 2007

Référence

  • Cyril Lemieux, « Faux débats et faux-fuyants. À propos de la responsabilité des journalistes dans l’élection du 21 avril » in C. Prochasson, V. Duclert, P. Simon-Nahum, dir., Il s’est passé quelque chose : le 21 avril 2002, Paris, Denoël, 2003, p. 19-41.
  • Raymond Kuhn, « “Be Very Afraid”. Television and l’insécurité in the 2002 French Presidential Election », European Journal of Communication, vol. 20, n°2, 2005, p. 181-198.

Révélations de scandales : des journalistes instrumentalisés ?

6La campagne présidentielle a-t-elle atteint le « degré zéro » ? C’est l’avis de Nicolas Sarkozy après les révélations du Canard Enchaîné d’hier concernant les conditions « étonnantes » dans lesquelles son épouse et lui ont acquis en 1997 un duplex de plus de 200 m2 sur l’île de la Jatte à Neuilly, la ville dont il était maire.

7Souvent, lorsque surviennent de telles révélations scandaleuses, le premier réflexe, notamment dans le camp des mis en cause, est de se demander d’où est parti le coup. De fait, comme l’ont montré un certain nombre d’études sociologiques consacrées au journalisme d’investigation, le coup ne vient quasiment jamais des journalistes eux-mêmes. Ceux-ci, contrairement à une idée reçue, ne sont pratiquement jamais des self-starters. C’est seulement en vertu de ce que le sociologue des médias Philip Schlesinger a appelé notre tendance au « médiacentrisme » que nous tendons à sous-estimer le travail que mènent les sources, en amont des journalistes (mais parfois sur leur sollicitation), pour mettre à disposition de ces derniers des faits dont ils pourront faire une exploitation publique. Sachant que plus ces faits sont mis à disposition dans une forme facilement exploitable journalistiquement, plus ils ont de chances d’être effectivement repris et exploités par les journalistes.

8Mais cela ne veut pas dire que les journalistes se contentent de publier ce que des sources intéressées entreprennent de leur transmettre. Leur professionnalisme se joue précisément dans leur capacité à respecter, face à ce genre de mise en alerte ou de mise à disposition, ce qu’on peut nommer la règle de conservation de l’initiative. En d’autres termes, il leur revient de reprendre la main à travers une enquête et plus globalement, de respecter, face à ce qu’on leur a dit ou montré, l’ensemble de leurs règles de distanciation professionnelle : recoupement de l’information, rassemblement de preuves juridiquement recevables, polyphonie (donner la parole à la défense et pas seulement à l’accusation). Autant d’attitudes qui, en l’occurrence, semblent avoir été respectées par le Canard Enchaîné.

9De ce que les journalistes qui dénoncent des scandales sont quasiment toujours alertés par des sources ayant intérêt à ce que telles dénonciations soient faites, on ne saurait donc déduire que ces journalistes sont « instrumentalisés ». Ils ne le sont que dans la mesure exacte où, face à ces faits mis à leur disposition, ils ne respectent pas leurs règles de distanciation professionnelle. D’aucuns suggèrent que les médias devraient tout simplement s’abstenir de telles révélations qui « abaissent » le niveau de la campagne et, ajoutent-ils, « font le jeu de l’extrême droite ». Il est vrai que les journalistes feraient sans doute mieux de ne rien publier du tout lorsque, voulant accuser, ils s’avèrent incapables de respecter leurs règles de distanciation et se laissent dès lors totalement instrumentaliser ou désinformer. Mais lorsque tel n’est pas le cas ?

10Plutôt que d’en appeler à l’autocensure, le bon réflexe en démocratie est de réclamer un respect toujours plus grand de la conservation de l’initiative et de la polyphonie, c’est-à-dire, en l’occurrence, d’en appeler à des enquêtes journalistiques aussi poussées concernant l’ensemble des candidats présidentiables en compétition. C’est semble-t-il l’intention du Canard Enchaîné qui annonce, pour les semaines qui viennent, des articles sur le patrimoine des trois autres candidats actuellement en tête dans les sondages.

111er mars 2007

Références

  • Philip Schlesinger, « Repenser la sociologie du journalisme. Les stratégies de la source d’information et les limites du média-centrisme », Réseaux, vol. 10, n°51, 1992 [1990], p. 75-98.
  • Michael Schudson, Watergate in American Memory, New York, Basic Books, 1992.

Des pschitt abracadabrantesques

12Ces dernières semaines, deux informations qu’on aurait pu juger importantes, ont été rendues publiques. La première, par le Canard Enchaîné, concerne les conditions pour le moins « étonnantes » dans lesquelles Nicolas Sarkozy et sa femme ont acquis en 1997 un appartement de 2 m2 à Neuilly. La seconde, mise en avant notamment par Le Monde et Libération, touche à la non moins « surprenante » incapacité d’un organisme public jusqu’alors respecté, l’INSEE, à publier au mois de mars, comme c’est son habitude, le taux de chômage définitif pour l’année écoulée.

13Convenons-en : ces deux informations, quelques jours à peine après avoir été publiées, semblaient déjà avoir perdu tout attrait dans la quasi-totalité des rédactions. Ainsi par exemple, ni Arlette Chabot lors de l’émission « à vous de juger » du 8 mars sur France 2, ni sa consœur Laurence Ferrari dans « Dimanche plus » trois jours plus tard sur Canal Plus, n’ont pensé à poser à leur invité, Nicolas Sarkozy, la moindre question sur l’affaire (qui n’en est donc pas une) du « duplex de Neuilly ». Même manque d’esprit de suite concernant l’affaire (qui n’en est donc pas une non plus) du report de publication du « véritable » taux de chômage 2006. Si par exemple, Patrick Poivre d’Arvor a jugé bon d’évoquer le fait dans son journal du 8 mars, ce fut en une poignée de secondes et pour reprendre, sans lui opposer aucun autre son de cloche, la justification officielle avancée par le directeur des statistiques de l’INSEE : simple problème « technique ».

14Pour expliquer ces enterrements médiatiques de première classe, une idée simple vient à l’esprit de beaucoup d’entre nous : celle d’un complot. Un pacte (à peine) secret unirait à l’UMP et à la droite parlementaire les médias les plus puissants de ce pays. Au fond, le plus gênant pour notre démocratie, c’est que cette explication a beau être fausse, les processus réellement en cause produisent presque le même résultat que si elle était vraie. Voilà en effet comment s’expliquent ces « pschitt abracadabrantesques ». 1) La crainte d’un manque de distanciation : nombre de journalistes craignent, s’ils insistent sur ces affaires, qu’on leur reproche au sein de leur rédaction de faire preuve de partialité contre un candidat ou un camp ou, ce qui revient au même, de se laisser instrumentaliser par ceux qui ont intérêt à ces dénonciations, et d’abaisser le niveau de la campagne. Comble de l’ironie, ces craintes se présentent aux yeux des intéressés comme relevant d’un souci déontologique. Elles sont pourtant totalement infondées à partir du moment où les journalistes respectent, pour évoquer une affaire, leurs règles de distanciation. 2) Les mécanismes concurrentiels entre organes de presse : moins un média « prescripteur » (les grandes chaînes de télévision et de radio, notamment) parle d’une affaire, moins ses concurrents directs ressentent l’obligation d’en parler. A fortiori, moins les médias prescripteurs dans leur ensemble parlent d’une affaire, moins les autres médias ressentent l’obligation d’en parler. 3) L’inaction des sources : élément décisif. Le parquet de Nanterre ne s’est pas saisi de l’affaire du duplex de Neuilly, alors que le Canard Enchaîné publie chaque semaine depuis le 28 février de nouvelles preuves juridiquement recevables qui le justifieraient. De son côté, l’INSEE a verrouillé sa communication, sans qu’aucun de ses responsables ne manifeste la velléité de démissionner. Surtout, dans chacune de ces deux affaires-qui-n’en-sont-pas, les principaux rivaux des mis en cause (le PS et l’UDF notamment) veillent, pour des raisons de stratégie électorale, à faire preuve de « retenue », craignant visiblement d’apparaître « chicaner », dégrader le niveau de la campagne ou « faire le jeu des extrêmes », et de subir des retours de boomerang.

15Au fond, si les médias ne nous parlent pas davantage de ces affaires, c’est principalement que les politiques en ont décidé ainsi, du fait même qu’ils se sont refusés à les commenter davantage. Cela ne veut pas dire que les journalistes n’ont aucune responsabilité ! Tout au contraire : en s’alignant sur le silence des politiques, c’est-à-dire en perdant toute initiative propre, ils cultivent au sein du public l’idée fausse d’un complot. Ce faisant, ils ne rendent service ni à la démocratie, ni à l’estime professionnelle qu’ils se doivent.

1617 mars 2007

Référence

  • Damien de Blic, Cyril Lemieux, « Le scandale comme épreuve », Politix. Revue des sciences sociales du politique, n°71, 2005, p. 9-38.

Une campagne sans intérêt

17Actuellement en Bretagne rurale, je mène avec des étudiants une enquête sur les controverses environnementales suscitées par les élevages porcins intensifs (pollution des eaux, développement des « algues vertes »…). Le contexte est particulièrement tendu depuis quelques semaines : Bruxelles exige que neuf bassins versants dans lesquels le taux de nitrates est supérieur à la norme européenne des 50 mg/litre, se mettent en règle. Si ce n’est pas le cas, la France risque 28 millions d’euros d’amende, au minimum, et une astreinte de 117 882 euros par jour. Les pouvoirs publics français ont donc ordonné que dans les zones visées, les apports d’azote soient dorénavant limités à 140 unités par hectare (au lieu de 200 et plus, usuellement) et les cheptels réduits de 20 à 30%. Colère des agriculteurs concernés qui considèrent qu’ils ne pourront plus atteindre l’équilibre financier dans de telles conditions : aux manifestations devant les préfectures, s’est ajouté le saccage de permanences de l’association écologiste « Eaux et rivières de Bretagne ». Finalement, perspective des élections présidentielles oblige, la Commission européenne vient d’accorder à la France un sursis de trois mois pour se mettre aux normes. Et calmer temporairement l’agitation paysanne.

18Il est prévisible que ces faits n’intéresseront que très moyennement le visiteur de ce blog : les internautes sont majoritairement des urbains diplômés, très éloignés du mode de vie et des préoccupations du monde paysan. Pour les mêmes raisons, ces faits n’intéressent guère les journalistes parisiens, à moins, bien sûr, comme me l’expliquait hier un militant de la FNSEA, que les paysans, pour tirer à eux un bout de la couverture médiatique, ne se conforment au stéréotype du paysan violent, en brûlant pour les caméras et les photographes quelques pneus en marge d’une manifestation par ailleurs pacifique.

19Le problème est le suivant : même lorsque les médias s’intéressent aux campagnes, c’est presque toujours avec des préjugés et des attentes d’urbain, dans une oscillation entre ce que les sociologues Claude Grignon et Jean-Claude Passeron appellent misérabilisme et populisme. Résultat : le monde rural, plus encore peut-être que celui des « banlieues », demeure pour une grande partie du public une terra incognita, sous-médiatisée en quantité comme en qualité, en profondeur et en complexité. La faute en revient non seulement aux origines sociales des journalistes mais encore, et peut-être surtout, au poids du marketing rédactionnel. Car il « va de soi », d’un point de vue « audience » et « chiffres de vente », que dans un pays de plus en plus urbanisé, les problèmes des campagnards intéressent de moins en moins « les gens ».

20Que le monde des campagnes soit sans grand intérêt pour les médias peut expliquer au passage que des candidats d’origine rurale qui ont réuni les 500 signatures, comme Frédéric Nihous ou Gérard Schivardi, n’ont pratiquement eu aucun accès aux médias audiovisuels avant le 22 mars (date de l’ouverture de la campagne officielle). À la différence notable de nombre d’autres « petits candidats » d’origine urbaine, y compris ceux, comme Corinne Lepage ou Nicolas Dupont-Aignan, qui ne sont pourtant pas parvenus à réunir les 500 signatures.

2129 mars 2007

Références

  • Claude Grignon, Jean-Claude Passeron, Le Savant et le populaire, Paris, Le Seuil-Gallimard, 1989.
  • Patrick Champagne, « La manifestation », Actes de la recherche en sciences sociales, n°52/53, 198 , p. 19-41.

La mort de Baudrillard n’a pas eu lieu

22Pas davantage en tout cas que la première guerre du Golfe, selon l’intéressé. Puisqu’en effet, comme il l’a expliqué, en 1991, les soldats irakiens ne sont pas « réellement » morts au fond de leurs tranchées dans la mesure où la télévision ne nous les a pas montrés et où, l’aurait-elle fait, elle ne produit jamais que des « images virtuelles », « qui ne renvoient qu’à elles-mêmes ». Or, la télévision, si elle nous a bien parlé cette semaine de la mort de Baudrillard, nous a-t-elle montré Baudrillard « réellement » mort ? L’aurait-elle fait que ça n’aurait été qu’un « simulacre » ou une « simulation » de plus.

  • 1 Voir « Les limites de l’hypnose » (p. 23-24).

23C’est une idée aujourd’hui fort en vogue parmi de nombreux intellectuels que les médias sont définitivement incapables de nous montrer réellement la réalité. Et ce, pour la raison que ce serait eux, les médias, qui « construisent » en permanence cette réalité qu’ils nous montrent. Idée séduisante peut-être et qui peut sembler, par certains côtés, difficile à contester. Mais que signifie-t-elle en réalité (si on nous autorise encore à employer ce vocable périmé) ? Que les événements qui surviennent dans le monde (par exemple, le passage au Salon de l’agriculture des différents candidats à la présidence) n’existeraient pas (y compris aux yeux de ces candidats et de ceux qui les accueillent au Salon ?), si les journalistes n’en parlaient pas ? Ou bien seulement, que ces évènements n’existeraient pas aux yeux de ceux qui, comme la plupart d’entre nous, recourent aux médias pour connaître ces évènements ? Si c’est la seconde option qui est la bonne, il faut convenir que l’idée selon laquelle les médias produisent la réalité, est tout simplement un abus de langage. Certes, les médias occupent dans nos vies une place considérable (plus ou moins considérable d’ailleurs, selon notre mode de vie) mais tout ce que nous expérimentons du monde ne se réduit pas à ce que nous apprenons à travers eux. Voilà qui suggère à nouveau quelles peuvent être « les limites de l’hypnose » médiatique1 : si les intellectuels n’ont nullement le monopole de l’esprit critique face aux discours journalistiques – contrairement à ce que beaucoup d’entre eux se plaisent à croire –, c’est que tout le monde tend à disposer de facto d’expériences qui ne coïncident pas, ou pas entièrement, avec ce que les médias décrivent du monde – cependant, sans en tirer nécessairement les mêmes conclusions.

24De même, nous avons tous de bonnes raisons de penser que les médias nous montrent « réellement » la réalité, lorsque ce qu’ils nous montrent est congruent avec ce que nous savons en vertu de certaines de nos expériences. C’est pourquoi nous sommes nombreux à savoir que la première guerre du Golfe a eu lieu et qu’elle n’a pas été, d’abord et essentiellement, un « simulacre » de guerre.

258 mars 2007

Références

  • Jean Baudrillard, Simulacres et simulation, Paris, Galilée, 1981.
  • Jean Baudrillard, La Guerre du Golfe n’a pas eu lieu, Paris, Galilée, 1991.
  • Michel de Fornel, Cyril Lemieux, Naturalisme versus constructivisme ?, Paris, Editions de l’EHESS, 2007.

Notes

1 Voir « Les limites de l’hypnose » (p. 23-24).

© Presses des Mines, 2010

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search