Version classiqueVersion mobile

Un président élu par les médias ?

 | 
Cyril Lemieux

Première partie. Élections et médias : ce que la sociologie peut en dire

Chapitre 2. Le rôle des sondages

Texte intégral

« Les définitions collectives d’une situation (prophéties et prévisions) font partie intégrante de la situation et affectent ses développements ultérieurs. Ce fait est particulier à l’homme et ne se retrouve pas ailleurs dans la nature. Les prévisions sur le retour de la comète de Halley n’influent pas sur son orbite. Mais la rumeur de l’insolvabilité de la banque de Millingville eut une conséquence directe sur son sort. Prophétiser son effondrement suffisait à le provoquer. »
Robert K. Merton, éléments de théorie et de méthode sociologique (1953)

« Elle décroche » ou « ils débloquent » ?

1« Elle décroche » : c’est le titre du Parisien de ce samedi 17 février. « Elle », c’est bien sûr Ségolène Royal. Et « décrocher » veut dire qu’il y a maintenant « entre Royal et Sarkozy, dix points d’écart » dans les sondages. Du moins dans le « sondage exclusif » que Le Parisien-Aujourd’hui en France, en partenariat avec i-Télé, a commandé à l’institut CSA.

2Premier réflexe citoyen : regarder le taux de sans-réponse. Il n’est pas indiqué. Ce qui est préjudiciable, puisque c’est pour nous, lecteurs, la seule façon d’estimer vraiment la fiabilité de ce sondage. En revanche, on découvre, à la fin des deux tableaux qui nous sont présentés, une ligne intitulée « Abstentions, votes blancs ou nuls ». S’agirait-il de nos « sans-réponse » ? Si c’est le cas, c’est tout aussi dommageable : le sondeur s’est autorisé à transformer une absence d’opinion (« Je suis incapable de répondre à la question que vous me posez ») en une opinion ferme et volontaire (« J’ai décidé de m’abstenir de voter », ou « J’ai décidé de voter blanc », ou « J’ai décidé de voter nul »). Dans ce cas, une fois de plus, le sondage fonctionne comme une machine à transmuer l’absence d’opinion en une opinion sur l’absence (d’offre politique adéquate). L’indécision est subrepticement changée en décision et l’ambivalence en fermeté.

3Considérons donc, puisque le journal n’a pas cru bon de nous fournir plus d’information à ce sujet, que les sans-réponse ont été amalgamés dans la ligne « Abstentions, votes blancs ou nuls ». Force est alors de constater que le taux de ces « sans réponse » / « abstentions » est prodigieux ! Il est de 27% sur la question portant sur les intentions de vote au premier tour et de 29% concernant le second tour. Ainsi, lorsque le journal titre sur le fait qu’au second tour, Sarkozy battrait Royal avec 10 points d’avance, il oublie de dire que ce résultat est obtenu en écartant du calcul près d’un électeur potentiel sur trois.

4Si nous rétablissons les « sans réponse » / « abstentions » dans le calcul, nous obtenons pour le second tour les estimations suivantes : Nicolas Sarkozy : 39,05% ; Ségolène Royal : 31,95% ; Ne se prononcent pas ou comptent s’abstenir ou voter blanc ou nul : 29%. Qu’est-ce que ça change ? à peu près tout, si l’on considère que le « troisième homme », d’après ce sondage, n’est pas pour l’instant Jean-Marie Le Pen (contrairement à ce que peut le laisser penser la présentation des tableaux du Parisien) mais plutôt l’indécision et l’abstention. [Cette formulation elle-même est fallacieuse : elle fait d’une pluralité d’attitudes qui vont de l’abstention militante à l’indécision par pure indifférence, un « troisième homme », c’est-à-dire un vote cohérent et unanime qu’il n’est en rien].

5Conclusion : ce sondage n’est que très peu fiable et prédictif. Ce n’est pas une question d’intervalle de confiance. C’est, répétons-le, une question de taux de sans-réponse. D’un point de vue citoyen, il serait utile que les sondeurs nous donnent systématiquement les taux de sans-réponse, sans les amalgamer aux intentions d’abstention et de vote blanc ou nul. Ne serait-il pas bon, également, que les journalistes qui commentent ces sondages, raisonnent sur les pourcentages réels plutôt que sur des pourcentages amputés des sans-réponse et des abstentions ? Cela aussi fait partie de leur devoir de distanciation professionnelle, car c’est pour eux la meilleure manière de conserver l’initiative vis-à-vis des sondeurs.

619 février 2007

7PS : Ce sondage, nous explique Le Parisien, a été « réalisé les 14 et 15 février 2007, auprès d’un échantillon national représentatif de 909 personnes âgées de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas ». Ce type de précision donnée au lecteur est une obligation réglementaire. Pourquoi ne pas exiger qu’elle soit complétée par l’obligation d’indiquer systématiquement aux lecteurs les taux de sans-réponse ?

Référence

  • Pierre Bourdieu, « L’opinion publique n’existe pas », in Questions de sociologie, Minuit, 1984, p. 222-235.

Les sondages : meilleurs ennemis de la politique ?

8N’est-ce pas une prouesse que de prédire sans trop d’erreur, en interrogeant seulement 900 personnes quelques minutes au téléphone, ce que sera le vote de plusieurs millions d’électeurs ? Quand on y songe, ce n’est pas que les sondages sur les intentions de vote se trompent qui devrait nous surprendre. C’est plutôt qu’ils parviennent à être un tant soit peu fiables et prédictifs ! Car on a tendance à l’oublier : les performances divinatoires des sondeurs concernant les résultats électoraux sont de loin beaucoup plus avérées que celles de leurs confrères astrologues, cartomanciens ou médiums.

9Au fond, la principale faiblesse prédictive de ce type de sondages, dont les médias abusent aujourd’hui, ne vient pas tant du manque de fiabilité de la méthode qu’ils utilisent (celle des échantillons représentatifs) et de ce qu’elle encourage dans beaucoup d’instituts (une pratique peu contrôlée et peu transparente des « redressements ») que du fait qu’ils sont effectués à plus de deux mois et demi du moment où les pratiques de vote qu’ils prétendent mesurer seront observables… ou pas ! Dans un article intitulé « Tirésias ou notre connaissance des événements futurs », le sociologue Alfred Schütz (1899-1959) soulignait que pour les simples mortels que nous sommes, à la différence d’un devin tel que Tirésias, le langage des risques et des chances est le seul qui convienne à notre capacité de « voir » l’avenir. Comme il l’écrit : « Pour la pensée courante et quotidienne, toutes les anticipations sont faites modo potentiali, en termes de chance. Il est vraisemblable, probable, concevable ou imaginable que “quelque chose de tel ou tel type” se produira. C’est donc sur le mode de la chance que toutes les anticipations se réfèrent à la typicalité des événements à venir ». L’erreur intellectuelle majeure est de l’oublier et de traiter ce qui a des chances ou des risques d’arriver sur le mode de ce qui a eu lieu. C’est lorsqu’on opère ce genre de confusion, qu’on annule la possibilité même de la politique, c’est-à-dire d’une action collective capable de changer le cours des choses.

10Si les sondages menacent la politique, c’est seulement dans la mesure où nous nous laissons aller à croire que ce qu’ils décrivent est ce qui va se passer. (L’erreur, par conséquent, est nôtre.) Rappelons-nous sans cesse que si l’incapacité des sondages à prédire absolument le futur est totale, ce n’est pas en raison de leur manque de fiabilité mais, beaucoup plus définitivement, en raison de la nature même du « temps » – un phénomène qui veut, par définition, que le présent ne puisse pas être le futur.

11Si les sondages ne doivent en aucun cas nous amener à penser que les élections sont déjà faites, il n’y a à l’inverse aucune raison de dénigrer les sondages présents au nom de ce qui arrivera dans le futur, comme il n’y en aura pas davantage, après le 6 mai, de dénigrer les sondages d’aujourd’hui au nom de ce qui sera arrivé. Ce type de reproches revient encore une fois à refuser de distinguer présent et futur. L’intérêt des sondages ne peut pas être de nous permettre de voir le futur à la manière de Tirésias, c’est-à-dire comme si, déjà, il était un présent. Leur seul intérêt est de nous aider à le prévoir comme les simples mortels que nous sommes, c’est-à-dire en termes de chances ou de risques. L’essentiel reste alors toujours à faire : agir politiquement, c’est-à-dire collectivement, en sorte que ce qui risque d’arriver devienne conforme à nos vœux.

1226 février 2007

Références

  • Alfred Schütz, « Tirésias ou notre connaissance des événements futurs », in Le Chercheur et le quotidien, Paris, Méridiens Klincksieck, 1987 [1959], p. 195-216.
  • Karl Popper, Un univers de propensions, Combas, éditions de l’éclat, 1992.

François Bayrou est-il le baron Munchausen ?

13Longtemps, les Guignols de l’info tournèrent en dérision les prétentions de François Bayrou à accéder à la magistrature suprême. L’effet comique sur lequel ils jouaient, tenait tout entier au fait que le « petit François » ne semblait visiblement douter de rien, ne se rendant apparemment pas très bien compte de la distance insurmontable qui le séparait de la fonction présidentielle et de ses exigences. Depuis quelques temps, les marionnettistes de Canal Plus, sans avoir renoncé (ce que l’on pourra juger sain) à le moquer sur d’autres aspects de sa personne ou de son programme, ne remettent plus en cause la faculté du candidat de l’UDF à devenir Président de notre République. Que s’est-il donc passé ?

14Pour tenter de répondre à cette question, une notion forgée par le sociologue Robert K. Merton peut sembler particulièrement utile : celle de « prophétie auto-réalisatrice » (self-fulfilling prophecy). Merton la présente ainsi : « C’est, au début, une définition fausse de la situation, qui provoque un comportement qui fait que cette définition initialement fausse devient vraie ». Certaines rumeurs boursières en sont un bon exemple : faire courir le bruit que le cours d’une action va s’effondrer, peut conduire les détenteurs de cette action à s’en débarrasser au plus vite, faisant in fine effectivement chuter son cours. On appelle aussi parfois « effet Munchausen » ce type de processus, en référence à la façon dont le célèbre baron, embourbé dans une mare, parvint à s’en extraire en se tirant lui même par les cheveux.

15Quelle est donc la force de traction « magique » qui a permis à la candidature Bayrou de se désembourber toute seule des moqueries et des scepticismes ? à l’évidence, cette force a résidé dans les sondages publiés par les médias. On peut penser en effet que plus le public fut informé que les intentions de vote en faveur du candidat de l’UDF commençaient à monter, plus une partie de ce public a commencé, de ce fait, à manifester l’intention de voter pour lui. Car des sondages favorables n’abaissent pas seulement l’illégitimité du vote en faveur du candidat concerné : ils rendent aussi toujours plus vraie aux yeux de beaucoup la définition, initialement, fausse de la situation, qu’il a émise (« C’est moi le vainqueur de l’élection »). Ce type de mécanisme, connu en science politique sous le nom d’effet bandwagon, François Bayrou n’en a évidemment pas le monopole, même si avec lui, il se donne à voir de façon particulièrement claire.

  • 1 Voir « Est-ce la personnalité des candidats qui nous fait voter pour eux ? » (p. 33-35)

16Bien entendu, une prophétie auto-réalisatrice peut à tout moment échouer. Que s’amorce une chute, même assez légère, dans les sondages, et tout baron Munchausen peut retomber lourdement dans la mare des moqueries et de l’irréalisme de ses prétentions. Surtout, les analyses en termes de prophétie auto-réalisatrice rencontrent des limites. En l’occurrence, il faut bien qu’au départ, s’amorce un début de montée dans les sondages pour que le phénomène ait quelque chance de se déclencher et ensuite, de s’auto-alimenter. En outre, on ne saurait oublier que l’effet bandwagon ne peut expliquer, à lui seul, le ralliement à un candidat, quel qu’il soit : il faut évidemment que ceux qui le rallient, soient prédisposés à le faire, c’est-à-dire qu’ils trouvent en eux-mêmes – dans leur trajectoire sociale et politique – des raisons de le rallier et plus encore, des raisons de ne pas refuser de le rallier1.

17L’idée d’une prophétie qui se réalise d’elle-même ne semble donc vraiment éclairante qu’à condition de bien en mesurer les limites. Appliquée ici, son grand intérêt est de nous rappeler que, loin d’être une « simple photographie » de l’opinion comme se plaisent à le répéter nombre de sondeurs et de journalistes, les sondages publiés par les médias sont l’élément structurant décisif dans la dynamique de l’actuelle campagne présidentielle. Censés permettre une définition vraie du rapport de forces entre candidats, ils rendent surtout possible que des définitions initialement fausses de ce rapport de forces deviennent vraies.

1820 mars 2007

Références

  • Robert K. Merton, éléments de théorie et de méthode sociologique, Paris, Armand Colin, 1997 [1953].
  • Alain Garrigou, L’Ivresse des sondages, Paris, La Découverte, 2006.

Le vote Le Pen progresse-t-il ?

19Ce mercredi, Libération titrait sur « Le traquenard Le Pen », quand le jour même, Le Monde enquêtait sur « Le terreau du vote Le Pen ». Visiblement, un certain nombre de journalistes ne souhaitent pas réitérer ce que beaucoup d’entre eux ont vécu comme leur grosse bévue de 2002 : avoir sous-estimé le score qu’allait faire le candidat du FN au premier tour de l’élection présidentielle.

20On ne peut que se féliciter de cette attitude autocritique, même si, une fois de plus, le vote Front national tend à nous être exclusivement présenté, dans ces numéros de Libération et du Monde, à travers des reportages sur les classes populaires qui reposent sur le stéréotype misérabiliste « chômage + immigration = vote FN ». Alors que des travaux de politistes ont montré que le « terreau du vote Le Pen » se trouve souvent moins parmi les habitants des « cités délabrées » que parmi ceux des zones pavillonnaires qui se tiennent soigneusement à distance des premiers. Mais surtout, une question se pose : qu’est-ce qui permet aux journalistes (de Libération en l’occurrence) d’écrire avec tant d’assurance que Jean-Marie Le Pen « profite d’un vote bien enraciné pour progresser discrètement » ? Qu’en savent-ils exactement ? Intuition ? Pressentiment ? Ou bien plutôt, sondages (ces fameux sondages qui furent tant honnis au soir du 21 avril 2002) ? Et si c’était ça (ne se fier qu’aux sondages), la grosse boulette commise par les journalistes en 2002, que ceux de 2007 s’apprêtent à répéter ?

21Car en effet, absolument rien n’indique que l’électorat de Le Pen progresse – notamment, par rapport à ce qu’il fut en 2002. Ce qui progresse, c’est seulement le niveau des intentions de vote pour Le Pen dans les sondages : chose bien différente ! Certes, il est possible que cette augmentation dans les sondages traduise un accroissement numérique de l’électorat lepéniste. Mais il est tout aussi probable qu’elle ne soit que la traduction d’une moindre sous-déclaration des votes pour Le Pen dans les sondages [de manière générale, le taux de sans-réponse baisse au fur et à mesure qu’approche une échéance électorale]. Au fond, les 5.525.034 personnes qui ont voté Le Pen le 21 avril 2002 n’avaient disparu qu’aux yeux des sondeurs. Nous les voyons réapparaître maintenant comme par magie, et on en déduit – avec tous les effets de prophétie auto-réalisatrice attachés – que le vote Le Pen « progresse ».

22Lorsque des journalistes et des citoyens s’interrogent sur la question de savoir si le leader d’extrême droite a des chances de se qualifier pour le second tour des présidentielles, ce n’est certainement pas d’abord et exclusivement vers les sondages qu’ils devraient se tourner. C’est vers le problème de l’abstention. Car plus celle-ci sera faible le jour du vote, plus le vote Le Pen sera faible : moins 5.525.034 personnes auront de chances de représenter 17,79% des suffrages exprimés comme ce fut le cas le 21 avril 2002 ; plus elles auront de chances de n’en représenter que 15 ou 13%.

23Si jamais le 22 avril, grâce à une abstention très faible, le FN était ramené à 15 ou 13%, voire moins, il est facile d’imaginer comment un certain nombre de journalistes, de commentateurs et d’hommes politiques se réjouiraient bruyamment de la « disparition du vote Le Pen ». Mais c’est qu’ils prendraient une nouvelle fois leur désir pour la réalité : les 5.525.034 personnes (ou plus) qui auraient voté ce jour-là pour Le Pen, n’auraient pas disparu.

247 avril 2007

25PS : L’enjeu central qu’est l’abstention relative conduit à réaffirmer que l’arme la plus efficace contre le vote Le Pen, est d’aller voter (et, à la limite, de voter pour n’importe qui, sauf évidemment Le Pen, blanc ou nul). On peut ajouter qu’une grande inconnue du scrutin à venir, tient à la question de savoir pour qui vont voter les 1 800 000 personnes qui se sont inscrites cette année sur les listes électorales, des personnes a priori [au vu de leur démarche active pour s’inscrire] peu portées à l’abstentionnisme – encore que cela non plus ne soit pas sûr. Si les journalistes veulent se montrer utiles d’ici le 22 avril, on peut leur suggérer un peu moins de sondages et un peu plus d’enquêtes sur les intentions de vote et le rapport à la politique des nouveaux inscrits sur les listes électorales.

Références

  • Christophe Traïni, « L’épicentre d’un “séisme électoral”. Le vote Front National en région PACA » in Vote en PACA. Les élections 2002 en Provence-Alpes-Côté d’Azur, Paris, Karthala, 2004, p. 21-48.
  • Céline Braconnier, Jean-Yves Dormagen, La Démocratie de l’abstention. Aux origines de la démobilisation en milieu populaire, Paris, Gallimard, 2007.

À quoi tient le droit de parler plus que les autres ?

26C’était hier la dernière émission de « J’ai une question à vous poser » sur TF1 et l’occasion, une nouvelle fois, de s’interroger : en vertu de quoi François Bayrou qui était l’invité « principal » a-t-il eu moins de temps de parole que Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal qui furent pour leur part les invités vedettes de l’émission ? En vertu de quoi Dominique Voynet, José Bové et Arlette Laguiller, invités eux aussi hier soir, ont-ils eu beaucoup moins de temps de parole que François Bayrou ? En vertu de quoi certains candidats comme Frédéric Nihous, Rachid Nekkaz, France Gamerre, Edouard Fillias, Roland Castro ou Alain Mourguy (parmi bien d’autres), souvent parfaitement inconnus du grand public et dont beaucoup n’obtiendront sans doute pas les fameuses « 500 signatures », n’ont-ils pas eu de temps de parole du tout ?

27Depuis quelques semaines, une pétition à l’initiative de journalistes de l’audiovisuel circule en vue d’obtenir notamment que la « bipolarisation » soit moins présente à la télévision. Les signataires affirment que « tous les candidats, quelle que soit leur renommée et leur importance, doivent être traités à égalité ». Cependant, un traitement de tous les candidats « à égalité » est-il la formule la plus juste ? Voilà qui est très discutable si l’on adopte la perspective ouverte par le philosophe John Rawls, bâtisseur au début des années 1970 d’une théorie de la justice comme équité (fairness). Cette théorie est fondée sur l’articulation de deux principes : 1) un principe intangible d’égalité des chances et des droits de base ; 2) un principe de différence en vertu duquel des inégalités entre les individus sont souhaitables et acceptables, si et seulement si elles respectent le principe intangible d’égalité et si, par ailleurs, elles ont pour conséquence d’améliorer le sort des moins favorisés.

28Comme on le sait, selon la recommandation du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, lorsque la campagne sera ouverte officiellement le 22 mars prochain, ne devra plus prévaloir à la télévision et à la radio que le principe d’une égalité stricte des temps de parole. Du point de vue de la théorie de Rawls, on peut dire que certains citoyens seront à partir de ce moment-là grandement avantagés : en effet, tous les électeurs des « petits » candidats auront proportionnellement un temps de parole par procuration (via leur candidat) nettement plus important que celui dont bénéficieront les électeurs des « gros » candidats. Ainsi, par exemple, un candidat représentant 1 % des électeurs aura autant de temps de parole qu’un autre qui en représente 25 %.

29Pour l’instant, avant l’ouverture officielle de la campagne, nous tendons à être dans une situation plus proche de la justice au sens où l’entend Rawls : le principe intangible d’égalité des chances et des droits de base est mis en tension avec le principe de différence, de sorte que l’organisation des temps de parole bénéficie nettement aux candidats qui représentent le plus d’électeurs. De ce fait, le temps de parole par procuration de chaque électeur est censé être à peu près le même. Tout ça évidemment « à la louche » : un candidat représentant 1 % des électeurs a seulement beaucoup moins de temps de parole (mais sans doute pas 25 fois moins) qu’un autre qui en représente 25 %.

30Finalement, qui a raison, des partisans de la justice comme égalité ou de ceux de la justice comme équité ? Peut-être le système actuel qui fait prévaloir dans un premier temps l’équité (en référence aux scores électoraux antérieurs) puis, une fois la campagne officielle ouverte, la stricte égalité (justifiée dès lors par un « voile d’ignorance » sur les scores électoraux à venir) est-elle au fond la meilleure et la plus sage des solutions. De ce point de vue, le plus problématique est sans doute moins le principe d’équité en tant que tel que sa mise en œuvre, notamment à travers le fait que les journalistes semblent évaluer la « taille » des candidats principalement sur la base des sondages. Or, le guide d’application de la recommandation du CSA, publié au Journal officiel du 11 novembre 2006, n’a jamais rien prévu de tel ! Il stipule que la « représentativité des candidats » doit être déterminée sur la base des résultats électoraux antérieurs et de la « capacité à manifester concrètement l’intention d’être candidat ». Nulle mention n’est faite ici des sondages. Et pourtant, grâce à la foi implicite que leur accordent les journalistes, durant le temps très long qui précède la campagne officielle, ce sont eux qui dictent leur loi en matière d’accès des candidats à la visibilité médiatique.

3127 février 2007

Références

  • John Rawls, Théorie de la justice, Paris, Le Seuil, 1987 [1971].
  • Joshua Meyrowitz, « Visible and Invisible Candidates. A Case Study in “Competing Logics” of Campaign Coverage », Political Communication, vol. 11, n°2, 1994, p. 145-164.

Dimanche soir, victoire annoncée…

32…des sondages. Non pas nécessairement parce qu’on découvrira au soir de cette journée électorale que leurs prédictions étaient justes ! Mais plutôt parce que tout ce qui s’est passé au cours de cette campagne présidentielle, depuis des semaines et des mois, s’est organisé autour d’eux. Ainsi, le premier résultat tangible de cette campagne aura-t-il été de consacrer définitivement leur prise de pouvoir sur la vie politique française.

33Ce putsch réussi, qui débuta timidement il y a une quarantaine d’années et n’a cessé depuis de se préciser d’élections en élections, les sondeurs n’en sont évidemment pas les uniques auteurs. Ils n’auraient rien pu faire s’ils n’avaient rencontré un nombre grandissant d’alliés : les journalistes bien sûr, mais aussi les partis politiques et les candidats, et même, toujours plus d’électeurs, qui ont appris à apprécier les courbes d’intention de vote et à raisonner d’après elles. Ce n’est en somme que grâce à une configuration d’acteurs que les études d’opinion ont pu devenir peu à peu ce qu’elles sont : l’élément structurant majeur de la compétition électorale.

34Ce putsch des sondages mérite sans doute d’être resitué dans une perspective plus large, celle de la rationalisation de l’activité politique, processus qui précède historiquement les sondages et qui les a même enfantés. Au sens de Max Weber, la rationalisation d’une activité, c’est l’importance croissante que prend en son sein ce que le sociologue allemand appelait les actions rationnelles par rapport à une fin – autrement dit, celles qui résultent du fait que l’agent, avant que de décider et d’agir, confronte méthodiquement la fin qu’il poursuit, les moyens dont il dispose et les conséquences prévisibles de ses actes. La rationalisation entraîne mécaniquement que les autres types d’agir repérés par Weber, sans disparaître complètement, prennent une place moins centrale : le comportement traditionnel (la routine), le comportement affectuel (les réactions spontanées à des « excitations ») et même l’action rationnelle par rapport à une valeur (agir « sans tenir compte des conséquences prévisibles de ses actes », au service absolu d’une conviction) sont de plus en plus jugés, par les agents qui se livrent à l’activité concernée, comme des fautes de débutant, qui trahissent un manque de professionnalisme.

35N’est-ce pas ce qui arrive à nos candidats ? Ceux d’entre eux qui peuvent prétendre aujourd’hui être qualifiés pour le second tour de ces élections présidentielles (mais le phénomène affecte aussi, à un degré moindre, la quasi-totalité des autres) n’ont-ils pas en commun, en effet, d’avoir mené campagne d’une façon qui a privilégié, plus que jamais auparavant, la rationalité par rapport à une fin dont nous parle Weber ? Concrètement, cela s’est traduit par l’importance qu’ils ont accordée aux sondages, et plus généralement au marketing politique, pour élaborer chacune de leurs prises de décision. Tout nouveau positionnement public fut savamment calculé en fonction de ses « conséquences prévisibles » et recherchées sur l’électorat plutôt qu’en fonction de « convictions » profondes ou de valeurs « impératives » que les candidats se seraient imposées à eux-mêmes d’honorer coûte que coûte. Moins encore ces positionnements publics ne furent le fruit de réactions affectives spontanées et irréfléchies aux « provocations » de l’adversaire, ou de la reproduction de routines héritées du passé.

36Ce professionnalisme de nos hommes et femmes politiques – leur capacité à mener la lutte pour le pouvoir sans se laisser guider absolument par des convictions, des réactions affectives ou des habitudes – a une conséquence logique qui donne à cette campagne son étrange climat : un tel professionnalisme est vu comme une faute par bon nombre d’électeurs pour qui l’activité politique devrait s’appuyer davantage sur les modes d’agir qu’il tend précisément à disqualifier. Ces électeurs déplorent ainsi l’opportunisme et le manque de conviction profonde des hommes politiques, que semble trahir leur adoption du poll-driving (pourquoi se laisser ainsi conduire par les sondages ?) ; ils leur reprochent leur défaut de réactivité (pourquoi ne pas répondre davantage aux propos inadmissibles de certains adversaires ?) ; ou encore, ils s’insurgent contre la rupture opérée avec certaines traditions (comment oser dévier à ce point par rapport à la tradition politique du camp qu’on prétend incarner ?). Les candidats concernés, évidemment, n’en ont cure. Se laisser guider par des convictions dogmatiques plutôt que par les sondages, réagir trop spontanément aux pièges tendus par l’adversaire, ne pas rompre assez avec la tradition, sont à leurs yeux des « erreurs de débutant ».

37Or, le plus remarquable est sans doute que si ce désajustement dans les conceptions de ce que doit être l’activité politique provoque inévitablement chez certains électeurs de la distance et du désenchantement vis-à-vis du candidat de leur choix, cela ne les empêchera pas nécessairement de voter malgré tout pour lui dimanche prochain. En se « rendant à la raison », c’est-à-dire en acceptant de faire prévaloir dans leur propre vote la rationalité par rapport à une fin (ce qui signifie aussi : en se servant des sondages comme d’un instrument pour anticiper rationnellement les conséquences de leur vote), ils consacrent à leur tour la centralité de ce type d’agir et apportent ainsi leur pierre à la rationalisation de la vie politique.

3819 avril 2007

Références

  • Max Weber, économie et société, 2 tomes, Paris, Pocket, 1995 [1922].
  • Loïc Blondiaux, La Fabrique de l’opinion. Une histoire sociale des sondages, Paris, Le Seuil, 1998.
  • Susan Herbst, Numbered Voices. How Opinion Polling Has Shaped American Politics, Chicago, The University of Chicago Press, 1993.

Notes

1 Voir « Est-ce la personnalité des candidats qui nous fait voter pour eux ? » (p. 33-35)

© Presses des Mines, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search