Version classiqueVersion mobile

Des environnements à risques

 | 
Marcel Calvez
, 
Sarah Leduc

Chapitre 2. L’usine Kodak de Vincennes

Texte intégral

1Le signalement de Vincennes (Val-de-Marne) a pour cadre un quartier résidentiel construit sur l'ancien site industriel des usines Kodak qui avaient en particulier utilisé des produits chimiques pour leur activité. Lorsque trois cas de cancers d'enfants sont connus en 1999, une relation est très vite envisagée localement entre l'ancien site industriel et l'existence de ces pathologies. Mais, à partir des premiers éléments transmis par l'entreprise et des sondages réalisés par la mairie, cette relation avec une éventuelle pollution des sols ne peut pas être établie. Les autorités sanitaires engagent de leur côté une étude qui ne conclut pas à l’existence d’un agrégat. Au vu des données, un comité d’experts considère que des investigations épidémiologiques et environnementales complémentaires ne sont pas justifiées. La mobilisation locale et la connaissance de nouveaux cas conduisent en 2001 à de nouvelles études, ainsi qu'à une campagne de communication importante initiée par la mairie. Les acteurs locaux qui se sont mobilisées entre-temps sont associés à ces études dans le cadre d'un comité de suivi. Le maire de Vincennes décide de fermer l'école de juin 2001 à janvier 2004. Les études qui sont réalisées durant cette période mettent en avant l'absence de risque sanitaire avéré pour la population. Toutefois, des campagnes de surveillance environnementale sont menées entre 2004 et 2007.

  • 1 Henri Pézerat est décédé en février 2009

2Selon les autorités sanitaires, le signalement de Vincennes est exemplaire de l'association des populations aux expertises menées. Ce jugement n'est pas partagé par les acteurs locaux qui se sont mobilisés autour de la question des cancers d'enfants. Le chapitre porte sur cette mobilisation locale et sur la façon dont elle s'articule aux différentes expertises qui sont sollicitées. Après une présentation chronologique, on présentera le lieu et les acteurs principaux de la mobilisation, en accordant une place particulière à Henri Pézerat qui en a été un des catalyseurs1. On présentera par la suite les enjeux et les modalités de la mobilisation avant de s'intéresser aux relations entre les acteurs locaux et les experts.

LA CHRONOLOGIE2

3Décembre 1986 : l’usine Kodak, située dans le quartier sud de Vincennes, ferme définitivement. La production est transférée à Chalon-sur-Saône.

427 avril 1987 : le rapport du Service technique d’inspection des installations classées (STIIC) de la préfecture du Val-de-Marne indique que « les diverses installations classées ont été mises hors service. Le problème de remise en état du site ne se pose pas ».

51987-1990 : construction d’un parc immobilier comprenant des immeubles d’habitation, des bureaux, et des équipements collectifs (école maternelle, club du 3e âge, gymnase, bibliothèque municipale).

6Septembre 1989 : inauguration de l’école Franklin Roosevelt sur le site.

71995-1996 : deux cas de cancers sont diagnostiqués chez des enfants fréquentant l’école.

8Mai 1999 : diagnostic d’un troisième cas de cancer chez un enfant scolarisé à l’école.

9Juin 1999 : la directrice de l’école, arrivée depuis un an, adresse un courrier aux services sanitaires de l’inspection d’académie de Créteil à propos de ces cas.

10Septembre 1999 : elle informe l’inspection d’académie et la mairie.

11Octobre 1999 : la mairie commande une étude à la société Gester qui fait sonder la terre de l’école et ne relève aucune anomalie.

12Octobre 1999 : Henri Pézerat, directeur de recherche en toxicologie à l’INSERM, et acteur majeur de l’ANDEVA (Association nationale de défense des victimes de l’amiante) dont le siège est à proximité de l’école, apprend que des cas de cancers ont été repérés sur l’ancien site industriel. Après discussion avec la directrice de l’école, il prend contact avec un responsable de l’InVS, pour lui demander d’entreprendre une enquête. L’InVS assure qu’il n’y a pas lieu de mettre en cause autre chose que le hasard. Le 18 octobre 1999, il adresse un courrier au directeur général de la santé menaçant de saisir les associations de parents d’élèves et la presse si les pouvoirs publics n’engagent pas une enquête sur une éventuelle pollution de l’école, des sols et de l’air. L’InVS est officiellement saisi.

13Novembre 1999 : l’entreprise Kodak transmet à la mairie et à la préfecture du Val-de-Marne des premiers éléments relatifs à ses anciennes activités sur le site.

149 décembre 1999 : la FCPE locale (Fédération des conseils de parents d’élèves) adresse un courrier au préfet du Val-de-Marne, demandant à être tenue informée des investigations en cours. Le préfet du Val-de-Marne indique par courrier que la relation entre les cas de cancers et l’activité de l’usine Kodak ne peut être établie. Le maire informe par courrier toutes les familles ayant des enfants à l’école.

15Janvier 2000 : un enfant décède d’un cancer.

16Janvier 2000 : une campagne d’études (sols, air), diligentée par la mairie et la DDASS, est conduite dans l’école par la société Gester.

17Février 2000 : le ministère de l’emploi et de la solidarité annonce des analyses complémentaires réalisées sur les terres de la cour de l’école par l’INERIS (Institut national de l’environnement industriel et des risques).

18Mai 2000 : Les conclusions de l’InVS établissent que le nombre de cas de cancers signalés tend à évoquer un excès de cas, mais qu’il est trop faible pour être confirmé statistiquement et constituer de façon formelle un cluster. Les informations collectées sur la qualité de l’environnement et l’épidémiologie des maladies observées ne permettent pas de suspecter un lien entre la fréquentation de l’école et la survenue des cancers. L’InVS recommande toutefois de prendre en compte les préoccupations locales.
Une pétition, à l’initiative de la FCPE, circule dans le quartier pour demander une information complète à l’usage des parents et des études plus poussées. Elle recueille plus de deux cents signatures de familles.

1914 juin 2000 : l’InVS réunit un comité d’experts chargé d’examiner les conclusions du rapport. Le comité considère qu’il « ne paraît pas justifié de poursuivre les investigations épidémiologiques et environnementales ».

20Juillet -octobre 2000 : Henri Pézerat relance l’InVS pour demander des études complémentaires.

21Novembre 2000 : le directeur de l’InVS indique au Directeur des affaires sanitaires et sociales qu’il refuse de prendre en compte les demandes formulées par M. Pézerat.

22Octobre 2000 à février 2001 : la FCPE écrit à plusieurs reprises aux autorités pour obtenir un redémarrage des recherches sur une éventuelle pollution du site. Le maire fait alors savoir à la DDASS « qu’il n’émettrait aucune objection » si les autorités donnaient suite à ces demandes.

2327 février 2001 - 2 mars : la DGS, puis le préfet font savoir qu’une « analyse complémentaire de la cour serait réalisée ».

24Mars 2001 : des parents d’élèves issus des deux associations présentes à l’école, certains résidents et salariés travaillant sur le site s’associent dans le collectif vigilance Franklin (CVF), qui se constitue en association en septembre 2001.

  • 3 La famille ayant déménagé en 1998 du site Kodak, dans la période de « pré-alerte » selon la catégo (...)

25Avril 2001 : les habitants du quartier apprennent qu’un quatrième cas de cancer a été diagnostiqué chez un enfant de trois ans et demi en février 2001, après cinq mois de fréquentation de l’école. Puis, ils apprennent le décès en novembre 2000 d’une petite fille suite à un neuroblastome diagnostiqué à l’âge de quatre ans et demi en mai 20003.

26Mai 2001 : une lettre d’un habitant du site à la mairie questionne le rôle de l’hôpital Bégin dans la survenue de problèmes de santé. Le maire transmet ce courrier à la DDASS. Le directeur adjoint de l’hôpital Bégin précise que son incinérateur suspecté comme source de pollution, a été mis hors de fonctionnement en 1994, puis démantelé. Un conseiller municipal saisit néanmoins le directeur de la pollution et des risques au Ministère de l’environnement.

27Mai - juin 2001 : Henri Pézerat est chargé par le CVF et la DDASS d’enquêter auprès des familles de victimes.

2815 mai 2001 : Le CVF organise une réunion publique en présence du sous-préfet, du maire et des directeurs de la DDASS, de l’InVS et de Kodak. La confrontation est houleuse entre les différentes parties. La mère de la petite fille décédée en novembre 2000 demande publiquement que le cas de sa fille soit pris en compte.
Le CVF revendique le droit d’être associé à toute décision concernant les futures investigations. Il demande en particulier une enquête recensant tous les cas de cancers pédiatriques parmi les enfants ayant vécu sur le site Kodak ou ses environs, ainsi qu’une expertise des contaminants éventuels dans les sols.

2923 mai 2001 : le préfet du Val-de-Marne publie un communiqué de presse annonçant la mise en place d’un comité scientifique présidé par l’InVS, ayant notamment pour mission d’étudier les demandes d’enquêtes présentées par le CVF et d’établir un programme d’études épidémiologiques et environnementales. À la demande du collectif et du préfet, Henri Pézerat accepte de siéger au sein de ce comité en tant qu’expert et représentant du collectif.
Parallèlement, le préfet annonce la création d’un comité de suivi regroupant, sous sa présidence, tous les acteurs concernés : Direction générale de la santé, Ministère de l’environnement, DDASS, STIIC, Éducation nationale, Conseil général, Mairie, Kodak, les AGF, l’AFUL (Association des propriétaires du quartier) ainsi que le CVF.
Une grande campagne de communication et d’information est également entreprise : la préfecture et le ministère de la santé mettent en place un numéro vert ainsi qu’une feuille d’information communiquant les avancées et résultats des enquêtes aux habitants du quartier.

3013 Juin 2001 : le maire décide de fermer l’école fin juin 2001 pour « éviter aux enfants une pression médiatique et psychologique et pour que les études environnementales puissent se dérouler dans la plus grande sérénité ». Depuis le signalement, l’école a perdu près de 25 % de ses effectifs.
À l’Assemblée nationale, Bernard Kouchner, ministre de la santé, réfute tout rapport entre les cancers et la fréquentation de l’école. Selon lui, la diversité des cancers recensés pousse les épidémiologistes à avoir une « vision habituelle » de ce genre de pathologies.
Le ministère de la culture donne son autorisation pour installer des bâtiments modulaires pour accueillir les élèves à proximité du château de Vincennes dont il a la tutelle.

31Juin 2001 : le comité scientifique propose de mener une évaluation des risques sanitaires élargie à l’ensemble du site.

3219 juin 2001 : le CVF réunit sur le site près de six cents personnes venues écouter les autorités (InVS, DGS, INERIS) et le comité scientifique. Lucien Abenhaïm, directeur général de la santé, et la présidente du collectif président la séance où les habitants font part de leur vive inquiétude. Les questions sont posées aux représentants de l’InVS, concernant notamment l’éventuelle survenue de cas de cancers professionnels chez les ouvriers de Kodak. D’après Henri Pézerat, la direction de Kodak refuse de transmettre ces informations.

3315 juin - 14 septembre 2001 : l’INERIS mandaté par la DDASS et la DGS rend cinq rapports d’études destinés à répondre en partie aux demandes du collectif sur l’éventuelle persistance d’une pollution dans la cour de l’école, dans une école privée et dans deux crèches du quartier. Quelques composés cancérigènes sont détectés dans les sols avec des teneurs inhabituelles. Les analyses suivantes font état de la présence de substances dangereuses dans l’air intérieur, les sols et les sous-sols des trois autres écoles mais sans « relation avec une activité industrielle ». Une meilleure aération des salles est préconisée. Les études notent également une forte concentration en plomb considérée comme l’héritage de décennies d’usage d’essence avec des additifs au plomb.

34Juillet 2001 : lors d’une réunion du comité scientifique, H. Pézerat s’oppose aux souhaits du comité de transférer à Kodak et son sous-traitant (URS) l’étude historique du site Kodak et celle de la nappe phréatique. Lors d’une réunion de concertation avec le comité de suivi, le comité scientifique propose une approche environnementale et une approche épidémiologique. Le collectif rejette cette séparation des études.
Premier numéro de la feuille d’information Franklin Info réalisée par la DDASS du Val-de-Marne et la DGS, à destination des habitants situés autour de l’école Franklin Roosevelt. La mairie et le CVF en assurent la diffusion. Trois numéros sont publiés jusqu’en octobre 2001, reprenant les résultats des études d’URS.

35Juillet - août 2001 : démarrage des deux études financées par l’InVS.

3622 août 2001 : M. Pézerat démissionne du comité scientifique.

37Septembre 2001 : transfert provisoire des locaux de l’école dans des bâtiments démontables.
Une investigation est menée dans les trois autres écoles du quartier.

38Octobre 2001 : URS mène une étude sur la qualité des sols et l’air des caves et de jardins dans la périphérie de l’ancien site. Des échantillons des sols des caves et des jardins sont aussi relevés par le CVF qui obtient l’autorisation de faire entreprendre une partie des analyses des sols par un laboratoire de son choix. Les résultats de ces analyses permettent de rassurer la population sur la question d’un risque chimique immédiat. Aucun excès significatif ne peut être attribué à l’héritage Kodak. Des divergences existent entre les mesures effectuées par URS et celles du laboratoire commissionné par le collectif.

39Début 2002 : une étude de la nappe phréatique la plus proche de la surface et susceptible d’atteindre les fondations de certains immeubles après de fortes pluies, est réalisée par URS. Selon H. Pézerat, une étude approfondie de la nappe est le seul moyen « d’établir un bilan exhaustif de la rétention des polluants sur le site, les produits retenus au niveau des couches proches du sol ayant eu largement le temps de se dégrader, donc de disparaître ». L’étude et ses résultats sont contestés par le CVF.

40Février 2002 : le comité scientifique diffuse un communiqué déclarant que les résultats du laboratoire sollicité par le collectif « ne sont pas jugés recevables », avant de se rétracter deux mois plus tard. Le comité scientifique juge finalement les résultats concernant les métaux acceptables dans la mesure où « les analyses ont été réalisées par un laboratoire dûment certifié et suivant des procédures reconnues ».
Le président du comité scientifique souligne dans un communiqué à l’AFP que Kodak n’est pas l’unique source de pollution puisqu’il y a aussi l’incinérateur de l’hôpital militaire Bégin, la pollution automobile ou des activités artisanales.

41Mars 2002 : le préfet annonce la parution d’un arrêté prescrivant une EDR (étude détaillée des risques) à Kodak.

42Mai 2002 : le préfet demande à l’hôpital Bégin, via le contrôle général des armées, une étude de dispersion au sol du panache issu de l’ancien incinérateur en activité entre 1970 et 1994 et un diagnostic du sol dans l’environnement de l’ancienne installation de nettoyage à sec.
Un excès de risque est identifié par l’expertise épidémiologique. Les conclusions restent néanmoins prudentes : « il est impossible de faire la part du hasard et d’un facteur de risque inconnu dans l’excès de cas observés ici ». Le préfet annonce dans un communiqué du 23 mai que « l’aléa statistique paraît la raison la plus probable ». L’explication par l’aléa sera ensuite reprise par un communiqué de la mairie, par le bulletin Franklin Info n°4.

4321 mai 2002 : un arrêté préfectoral demande à Kodak la réalisation d’une EDR de son ancien site situé dans le quartier sud de Vincennes. L’EDR est réalisée de mai 2002 à mai 2003 par URS.

44Juin 2002 : un an après la fermeture de l’école, le maire décide de laisser aux parents la responsabilité du choix du retour des enfants dans les locaux de la maternelle Franklin Roosevelt. Insatisfait des résultats des différentes études, le CVF demande aux parents de s’abstenir de voter. Un résultat mitigé sort des urnes : 50 % pour, 50 % contre le retour.

458 juillet 2002 : communiqué de l’InVS et de l’INSERM qui déclare que les deux études montrent « un excès de cas limité dans le temps et dans l’espace dont l’amplitude est plus faible que l’estimation initiale. Elles ne permettent pas de mettre en cause un autre facteur que le hasard ».

46Juillet 2002 : le maire, réélu en 2001, démissionne. M. Lafon, de la même majorité politique, lui succède. Le nouveau maire décide finalement de laisser l’école dans les locaux préfabriqués.

47Juin 2003 : présentation du résultat des études d’évaluation simplifiée des risques de l’ancien atelier de nettoyage à sec de l’hôpital au comité de suivi. Aucun risque sanitaire n’est identifié.
L’EDR conclut que : « les risques potentiellement apportés par des sources résiduelles dans les milieux souterrains sous l’ancien site Kodak sont très inférieurs aux risques acceptables ».
La question de la réouverture de l’école est à nouveau posée. Le comité scientifique souligne l’absence de lien entre les cancers et les anciennes activités industrielles. Pour le collectif, il semble plus prudent de maintenir l’école dans les locaux modulaires car les réponses n’avaient pas été apportées à ses questions.
À l’occasion d’une réunion à la mairie, une autre association de quartier, l’Association Vincennes Vigneron, en opposition avec le CVF, considère que s’il y a un risque ce n’est pas seulement l’école qui doit déménager mais tout le quartier ; dans le cas contraire, les enfants peuvent retourner dans l’école en toute sécurité.

4823 juin 2003 : au terme du comité de suivi, la préfecture du Val-de-Marne publie un communiqué affirmant que :
À la lecture des conclusions de ce rapport, comme de la trentaine d’études antérieures, il n’apparaît aucun lien avéré entre la survenue des cancers pédiatriques et les activités qui ont été exercées sur le site du temps de l’exploitation des laboratoires Kodak. […] Le quartier sud de Vincennes ne présente pas, à ce jour, en l’état actuel des connaissances, de niveau d’exposition à la pollution supérieur à ce qui est généralement observé dans le milieu urbain en région Ile-de-France.
Le maire publie un communiqué dans ce sens en ajoutant que « le fait d’habiter, de travailler ou d’étudier dans ce quartier ne présente aucun risque sanitaire avéré pour la population ». Il convoque la population du quartier lors d’une réunion publique où toutes les autorités, y compris les représentants du comité scientifique, soutiennent les conclusions de l’EDR.

49Fin juin 2003 : une consultation publique organisée à la préfecture en présence des parents d’élèves, des associations et des responsables scientifiques et sanitaires, envisage la réintégration des enfants dans l’école.

50Été 2003 : la mairie de Vincennes annonce la réouverture prochaine de l’école Franklin Roosevelt. En novembre, un avis de réouverture de la maternelle Franklin Roosevelt est publié.

5127 août 2003 : le rapport final du programme de surveillance propose la surveillance de l’air ambiant. Le comité scientifique approuve la démarche d’évaluation quantitative des risques d’URS. Tout en considérant qu’aucun lien avéré n’apparaît entre la survenue des cancers pédiatriques dans le quartier sud de Vincennes et les activités qui y ont été exercées par Kodak, il recommande la mise en place d’un dispositif de surveillance. La préfecture demande à Kodak d’assurer une surveillance environnementale de son ancien site pendant trois ans. La DGS demande à la DDASS une surveillance du quartier sud de Vincennes pour compléter la surveillance réalisée par Kodak. La surveillance, effectuée par SGS-Multilab pour la DDASS, réalise des prélèvements d’air ambiant dans les salles des deux crèches et d’une école privée.

5213 octobre 2003 : l’InVS fait une évaluation de l’étude menée par URS sur l’évaluation quantitative des risques sanitaires.

537 novembre 2003 : avis de réouverture de la maternelle Franklin Roosevelt par le ministère de la Santé qui ne voit « aucune raison sanitaire [qui] empêche le retour des enfants dans l’école, sous réserve que le dispositif de surveillance soit opérationnel et que les premiers résultats soient disponibles avant la rentrée (janvier 2004) ».

54Janvier 2004 : retour des enfants dans les locaux de l’école Franklin Roosevelt après quelques travaux de rénovation et d’entretien. Les protocoles de surveillance mis en œuvre ne débouchent pas sur des observations particulières.

55Juin 2005 : décès d’un des quatre enfants dont le cancer avait été pris en compte dans l’étude de l’InVS.

LE QUARTIER SUD DE VINCENNES

56Le signalement des cas de cancers pédiatriques a pour cadre le quartier sud de Vincennes, également appelé le quartier des Vignerons, situé entre le château et le bois de Vincennes, à la frontière de Saint-Mandé, là où était située précédemment l’usine Kodak. Après la fermeture de l’usine Kodak en 1986, le quartier a été rénové jusqu’en 1990. La résidence du Parc du château a été bâtie sur l’ancien emplacement de l’usine qui occupait plus d’un quart de la surface du quartier. Une école et des crèches se trouvent sur le site ou dans les alentours. L’hôpital d’instruction des armées Bégin de Saint-Mandé se situe à proximité. Le signalement et la recherche des causes des pathologies se rapportent à ces différents lieux.

Un quartier aux multiples limites

57Pour les différentes personnes rencontrées lors de cette enquête – habitants, autorités municipales, autorités sanitaires – le quartier sud n’a pas les mêmes limites. Pour la municipalité, le quartier sud correspondant au découpage administratif est compris entre l’avenue de Paris, l’avenue du Petit Parc, l’avenue Carnot et l’avenue des Minimes. Cette zone correspond à un bureau électoral. Certains habitants ont d’ailleurs intégré ces limites qui démarquent, pour eux, le quartier. Les recherches menées par les experts se sont situées à cette échelle, prenant pour délimitations le découpage officiel.

58La résidence du Parc du château construite sur l’emplacement de l’ancienne usine, n’est pas un quartier en soi, mais elle est intégrée dans le quartier vécu par les habitants. Malgré les grilles et les digicodes, elle reste accessible ; une porte est toujours ouverte dans la journée pour les salariés du site. Certains habitants ayant privilégié cet aspect clos s’en plaignent d’ailleurs parfois. La plupart des habitants du quartier profitent de ce lieu dont les voitures sont exclues, ce qui en fait un site protégé où les enfants peuvent jouer en toute sécurité.

Souvent c’est ouvert. Ce sont les enfants du quartier qui vont jouer à l’intérieur parce que comme il y a peu de passage de voitures, ils vont faire des foots d’enfer. C’est le jardin public de tout le quartier. On y va comme on veut, ça fait partie intégrante du quartier. Ça doit être fermé le soir mais souvent dans la journée, c’est ouvert. Il y a quand même des bureaux, donc il y a un passage autre que les gens qui y habitent. Ce n’est pas du tout en dehors du quartier.

La résidence du Parc du château

59La résidence du Parc du château se situe au milieu d’un quartier constitué de maisons individuelles du début du xxe siècle et de quelques immeubles récents peu élevés (trois ou quatre étages). Elle impose ses limites par des frontières matériellement marquées : des grilles fermées en permanence, protégées par un système de digicode. À l’entrée principale, un régisseur surveille le site en permanence, relayé le weekend et pendant les vacances par un gardien qui déambule dans la résidence avec un chien. Au cœur de cette résidence privée, les habitations de quatre à six étages jouxtent des bureaux dans des locaux plus élevés, construits le long de petites allées aérées, ponctuées de terre-pleins fleuris et de sculptures métalliques contemporaines. Un immense mobile lumineux éclaire le cœur du site toute la nuit. La résidence appartient en grande partie aux Assurances générales de France -AGF (plus de 60 % au moment du signalement), principal promoteur immobilier du site. Il partage la copropriété avec quelques particuliers ayant acheté pour certains leur appartement sur plan au Groupement foncier français (GFF), au moment de la construction du site. L’avenue Nicéphore Niepce est, par exemple, partagée à 50 % entre locataires et propriétaires particuliers. En 2005, la plupart des habitants de la résidence sont locataires mais les AGF revendent une partie des appartements depuis cinq ans. La résidence, essentiellement peuplée de familles d’âge moyen (35-45 ans), a attiré ses habitants par le confort de vie qu’elle offre au quotidien : école maternelle dans la résidence, appartements neufs et fonctionnels avec balcon, ascenseurs, parkings et espaces verts à proximité.

60Dès la rénovation du site, la municipalité y a installé des équipements collectifs : une maternelle, un gymnase ainsi qu’un club du troisième âge y ont été construits. Par ces installations, la mairie a contribué à la promotion du quartier sud de Vincennes, devenu un quartier de haut standing. Beaucoup de jeunes couples sont venus s’y installer, le rajeunissant sensiblement depuis le milieu des années 1990. La mairie a ouvert de nouvelles crèches : le quartier en compte trois, dont une privée.

Mais c’est une ville qui a vraiment changé. Enfin, je voyais des poussettes dans la rue et pas que des cannes. Il y a eu des ouvertures de crèches les unes après les autres, et maintenant, il n’y a pas assez de place ! Il y a encore quelques vieux, les pauvres, mais beaucoup moins. Ils sont devenus minoritaires. C’est quand même très agréable, près de Paris. On peut travailler à Paris. C’est une ville très jeune.

Un quartier résidentiel à défendre

61Le quartier sud est le quartier le plus onéreux de Vincennes. Situé entre le château et le bois, à proximité de la ligne de métro reliant Paris à Vincennes, ce quartier est nommé par les promoteurs immobiliers « le carré magique ». Selon les agences immobilières du quartier, les appartements construits dans le Parc du château en 1990 se sont vendus à très bon prix et continuent à prendre de la valeur. Si quelques familles ont déménagé au moment de l’alerte, il y a toujours une forte demande de logement. La relative homogénéité des tranches d’âge, des milieux sociaux et la surreprésentation d’enfants en bas âge a favorisé le développement de liens de voisinage. Pour une habitante, c’est une « communauté qui a une vie propre », il y a « une vraie vie de quartier ».

C’est cette résidence, le côté clos peut-être fait ça. Evidemment l’école mais ça c’est comme partout. Cette école de quartier ne regroupe que des gens de la résidence ou juste de la périphérie. […] C’est vraiment un tout petit quartier, donc les gens se connaissent. Je ne pense pas que ce soit partout comme ça. Au mieux, on connaît son voisin d’en face mais nous on se connaît bien.

62Les habitants sont attachés à ce lieu qui présente de nombreux avantages, à proximité de Paris avec des espaces verts omniprésents. Certains, Vincennois d’origine, ne veulent pas le quitter.

Ici, surtout sur la résidence, il y a énormément d’enfants. Mais je trouve que de manière générale sur Vincennes, c’est assez convivial. Les gens font des choses ensemble. À Vincennes, les gens se parlent plus facilement. J’ai connu deux cas de personnes qui avaient connu la banlieue Ouest par exemple, qui étaient d’origine plutôt chic, et qui étaient ravies d’être à Vincennes, parce qu’elles y sentaient plus de convivialité. C’est vrai que de manière générale, quand on est dans ce quartier, on y tient à ce quartier. Il y avait beau avoir ces problèmes-là, ça n’a pas été facile pour les gens de décider de déménager ou de rester. Les gens sont attachés à ce quartier, vraiment. Vincennes, ce n’est pas étonnant que ce soit une des villes les plus chères de la région parisienne. Il y a vraiment beaucoup d’avantage, c’est très agréable.

63Les bons rapports de voisinage renforcent l’attachement des habitants à leur quartier. Si des familles ont déménagé au moment de l’affaire Kodak, la plupart sont restées et ont été soucieuses de défendre leur environnement.

Moi je suis toujours restée parce que je suis bien dans ce quartier. On a créé beaucoup de liens donc ça m’embêterait de quitter ce quartier. Et en même temps, c’est défendre un quartier pour que ça soit plus propre, que ça ne soit pas trop pollué en sous-sol. C’est défendre son quartier. […] Après quand on aime un endroit, on a envie de se battre pour. Pourquoi partir ? Là on sait ce qu’on a sous les pieds, des fois quand on va ailleurs, on ne sait pas forcément. Il y a des fois des histoires qui sont un peu plus lointaines et on n’a pas forcément l’historique. On est peut-être sur un endroit encore pire !

LES ACTEURS DE LA MOBILISATION

64Deux personnes sont à l’origine du signalement des cas de cancers : la directrice de l’école Franklin Roosevelt et le toxicologue Henri Pézerat. Ils ont eu une démarche active auprès des instances publiques avant que la mobilisation ne se mette en place dans le quartier. Par la suite, la directrice reste en retrait contrairement à Henri Pézerat, qui a un rôle actif dans le signalement de Vincennes.

Le rôle de Henri Pézerat

65Familier du quartier sud de Vincennes où se trouve l’ANDEVA (Association nationale de défense des victimes de l’amiante) dans laquelle il milite, Henri Pézerat, directeur de recherche en toxicologie au CNRS, alors à la retraite, a connaissance du signalement effectué par la directrice de l’école par l’intermédiaire d’une institutrice de sa connaissance. Avant même que les parents ne soient informés, il contacte les différentes autorités sanitaires.

C’est même moi qui ai aidé à faire l’alerte. En fait l’alerte des institutions, c’est venu tout seul. Elle [la directrice], tout ce qu’elle a fait, c’est d’alerter l’inspecteur d’académie qui a classé l’affaire en disant qu’il n’y avait rien à voir et qu’il n’y avait aucun problème. En fait, elle était complètement bloquée quand je suis allé la voir. À partir de là, on a fait le bilan sans le crier sur les toits parce que je ne voulais pas qu’elle ait des ennuis et que c’est toujours délicat dans ces cas-là parce qu’elle se fait engueuler par la hiérarchie. On a fait le bilan pour ne pas raconter trop de conneries, on a annoncé à cette époque, c’était au début, quatre cas en réalité c’était trois, il y en avait un qui était une erreur. Moi à partir de là, j’ai essayé, d’abord par téléphone, de contacter N. qui dirigeait le service environnement à l’InVS, que je connaissais depuis 1975 ou 1976. Ayant beaucoup milité sur le problème de l’amiante, étant très connu à propos de l’amiante, tous ces gens-là me connaissent. Donc j’ai pris mon téléphone, j’ai appelé et je lui ai dit : « Il faut que vous fassiez quelque chose. Faites une enquête, c’est pas possible de laisser les choses comme ça ». [ …] N. ne fait rien. « Écoutez, puisque vous le prenez comme ça, je vais taper plus haut, puis c’est tout ». Je connaissais le directeur général de la santé de l’époque, c’est-à-dire Abenhaïm, donc j’ai fait une lettre à Abenhaïm, à je ne sais plus trop quelle autorité, en leur disant que ce n’est pas admissible que sur une friche industrielle, on ait mis une maternelle, que dans cette friche industrielle, il y ait quatre cas de cancers dans cette maternelle en peu de temps, et qu’en conséquence il y a une enquête à faire pour savoir si, oui ou non, il y a une relation causale ou pas. À partir de là, Abenhaïm a demandé effectivement à l’InVS de commencer une enquête.

66Selon lui, la situation de Vincennes est exemplaire des enjeux relatifs à la prévention des cancers.

J’accorde une grande place à l’étude de tous les clusters ou agrégats, parce que c’est la piste qui permet de repérer la nature des cancérogènes, et c’est aussi ce qui permet de repérer une situation où les gens peuvent se trouver face à une exposition environnementale ou en milieu de travail susceptible, dans les dix, vingt, trente ans ou chez les enfants beaucoup plus tôt, de susciter un cancer.

  • 4 « Vincennes : friche industrielle et cancer d’enfants » (non publié).

67Dans un texte non publié4, il explique son intervention en tant que « chercheur et militant associatif dans divers champs de la santé publique » de la façon suivante :

J’avais le minimum de compétences nécessaires pour alerter les pouvoirs publics. […] Tenter d’expliquer par ailleurs que mon activité associative m’a amené à considérer que face à des problèmes de santé publique, les autorités avaient tendance à fermer les yeux et à se boucher les oreilles. D’où mon désir – face à ce que je considérais comme une urgence sanitaire – d’aider à une prise de conscience tant des autorités de veille que des parents concernés.

68Dans un premier temps, son intervention n’est pas reçue favorablement par les habitants du quartier sud. Acteur extérieur, méconnu du grand public, ses méthodes volontaristes et directives ont été perçues comme intrusives. On lui prête des intérêts personnels et d’autres calculs. Lors de sa première rencontre avec les parents d’élèves du quartier, son aide est refusée.

La réaction [des parents d’élèves] c’est : « Vous en voulez à Kodak ». Pourquoi voulez-vous que j’en veuille à Kodak ? Je n’en veux pas à Kodak, je ne les connais pas et je n’ai rien contre Kodak. Je dis seulement qu’une énorme usine qui utilise une quantité phénoménale de produits chimiques ne peut pas être partie sans qu’il y ait une pollution des sols. Surtout qu’on sait qu’à cette époque, on ne se cassait pas la tête pour faire des prélèvements et pour vérifier, etc. »

69Cette réticence n’est pas, selon lui, caractéristique de Vincennes. Il l’explique par le fait qu’il bouscule l’ordinaire d’un quartier et que les questions qu’il pose renvoient à des enjeux généraux relatifs aux cancers :

Parce que ça emmerde tout le monde que vous veniez leur dire que leurs enfants sont dans une école où il y a des cancers qui sont peut-être liés à l’environnement. Vous leur foutez la frousse et ils ont envie qu’on leur foute la paix. C’est tout. Ce n’est pas plus compliqué que ça. Les gens ne cherchent pas. C’est une idée complètement fausse de croire que les gens cherchent systématiquement à soulever des problèmes. Ils cherchent d’abord à se rassurer. Et ça, les médecins, en règle générale, c’est ce qu’ils leur proposent. Donc moi j’ai laissé tomber. Ça a duré comme ça quelques mois. […] Il y a eu cette première réunion qui a été sans suite. Et un jour, en me baladant dans le bois de Vincennes, j’ai été accosté par une personne rencontrée lors de la première réunion et qui m’a dit : « Ecoutez, on a réfléchi, on pense qu’il ne faut pas en rester là ».

70Entre temps, en février 2001, un quatrième cas de cancer est diagnostiqué. Par ailleurs, les personnes actives au plan local se sont renseignées sur lui. Les différents combats qu’il a menés les ont conduites à prendre en compte son souci de l’intérêt collectif, tout comme son intransigeance à l’égard des autorités publiques. Son intérêt pour le risque environnemental lui permet de gagner la confiance des habitants du quartier sud qui l’associent à toutes les étapes de leur mobilisation. Il joue également un rôle de médiateur entre la FCPE, le collectif vigilance Franklin et les différents groupes d’experts. Voix représentative du collectif au sein du comité scientifique, il le quitte au bout de quelques mois. Dans un contexte où les relations avec les autres membres du comité se sont détériorées, il s’oppose au transfert de l’étude du site Kodak à son sous-traitant URS et il démissionne de ses fonctions au sein de ce comité. Par la suite, il reste un acteur informel de la mobilisation, conseillant et orientant les membres du collectif.

Les associations de parents d’élèves

71Les associations de parents d’élèves de l’école Franklin Roosevelt, la FCPE (Fédération des conseils de parents d’élèves) et l’APEFR (Association des parents d’élèves Franklin Roosevelt) sont prévenues de l’alerte dès le mois de novembre 1999. Elles sollicitent des explications auprès des autorités municipales.

72La FCPE a été constamment en relation avec les autorités politiques et sanitaires jusqu’à la création du collectif vigilance Franklin alors que l’APEFR est restée plus en retrait avant de se joindre au mouvement. Les représentants de la FCPE ont été reçus en mairie par le directeur général des services dès le mois de décembre 1999 pour faire le point sur le protocole de travail de la société Gester. Ils ont relayé les informations auprès des parents d’élèves jusqu’à ce que le maire leur fasse parvenir par courrier, au premier trimestre 2000, les résultats des analyses en cours.

73La collaboration nouée entre la FCPE et Henri Pézerat a été l’un des principaux moteurs de la mobilisation des parents.

On était pas mal d’impliqués mais on n’était pas majoritaires dans l’école. C’est la FCPE, avec l’aide de M. Pézerat, parce qu’à la première réunion de la FCPE à laquelle j’ai assisté, il y avait des analyses d’air qui avaient été faites dans l’école, mais on ne savait pas ce qu’il y avait sous l’école. On savait qu’il y avait eu Kodak mais on ne savait absolument pas ce qu’il y avait en sous-sol. M. Pézerat nous avait dit : « Il faut aussi savoir ce qu’il y a en sous-sol donc il faut que vous demandiez un piézomètre ou carotte pour qu’on aille voir ce qu’il se passe en-dessous. » On a dû se battre pour avoir ça.

74Les associations de parents d’élèves ont permis une diffusion rapide de l’information auprès des habitants du quartier et un regroupement à l’origine du collectif vigilance Franklin.

Le collectif vigilance Franklin (CVF)

  • 5 Témoignage lors de l’émission « La mémoire des sols » diffusée sur France Culture le 18 février 20 (...)

75Les habitants du quartier se sont constitués en collectif en mars 2001, à la suite du signalement du quatrième cas : « en 2001, face aux quatre cas de cancers d’enfants déclarés dans le quartier, nous ne pouvions pas nous contenter des explications de l’InVS qui ne parlait que de hasard » 5. À l’annonce de cette nouvelle qui fait l’effet d’un électrochoc dans le quartier, une vingtaine de personnes se réunissent et décident de s’organiser, sous la houlette de la présidente de la FCPE qui prend les choses en main.

On s’est réunis, on était peut-être une vingtaine et on a décidé de faire le collectif, pas l’association encore. Et puis on a essayé de rassembler ceux qui voulaient nous rejoindre. L’association ne s’est montée qu’en septembre d’après. Le collectif se met en place en février-mars 2001.[…] Au début, il y avait plusieurs groupuscules : la FCPE de l’école maternelle. Moi j’étais avec un autre petit groupe. On était 5 ou 6, on était plus sur les études scientifiques déjà en 2000. Ça n’avait rien à voir et après on s’est rapprochés.

76La création du collectif devient alors une nécessité pour structurer une mobilisation croissante mais éclatée que la FCPE ne peut plus gérer. Au printemps 2001, l’affaire dépasse le cercle des parents d’élèves. Tout le quartier est au courant des cas de cancers. La population reçoit des informations de la mairie, de la préfecture, des groupes d’expertise. Les médias s’emparent de l’affaire. Le collectif permet de réunir toutes les personnes se sentant concernées.

Je me souviens à l’époque où on a fait le collectif, c’était au printemps 2001, ça s’est créé parce qu’on s’est rendu compte que ça ne pouvait plus continuer à subsister les demandes d’analyses, les inquiétudes et tout, au sein de la FCPE. Il y avait d’autres parties prenantes : l’APE nous avait rejoints. Il y avait une association de riverains qui s’était créée. Donc c’était toute cette nébuleuse qui a fait le collectif.

77En septembre 2001, le collectif se constitue en association dont le but est de « déterminer si les produits utilisés par Kodak entre 1906 et 1986 ont pu provoquer des pathologies aux habitants, notamment aux enfants ». La représentante de la FCPE en est élue présidente. Engagée dès le signalement des cas de cancer, elle est très active avant d’être relayée par une voisine. Si le collectif réunit jusqu’à trois cents personnes, son noyau dur est composé d’une petite quinzaine d’habitants du quartier. Les tâches sont réparties en fonction de la spécialité, de la profession, de l’envie et de la disponibilité de chacun. Une habitante du quartier, biologiste spécialisée en cancérologie se joint à la mobilisation pour apporter son soutien scientifique et lui faire bénéficier de ses contacts universitaires :

Par mon métier aussi, je me suis rapprochée du collectif parce que je me suis dit que je pouvais apporter quelque chose par rapport à ça. J’ai quand même un esprit de recherche. Je suis biologiste. Je fais de la recherche dans un laboratoire du CNRS en cancérologie. […] Je les avais contactés au début parce que comme j’avais des contacts à la faculté de pharmacie, je me demandais si je ne pouvais pas leur apporter quelque chose : des contacts, une démarche scientifique, mon habitude à quand même analyser des résultats ou des choses comme ça. Je voulais apporter mon aide. Et puis après, j’ai commencé à m’intéresser de plus en plus au problème d’environnement et de santé de manière générale. J’ai trouvé que c’était vraiment intéressant.

78Les deux présidentes successives du collectif ont eu un rôle actif pour orienter les stratégies de communication et, avec un cercle restreint de membres, pour prendre des décisions. Ce cercle a tranché les débats quand il y a eu des désaccords sur les orientations à privilégier. Ainsi, la stratégie de communication a fait débat au sein du groupe, certains souhaitant l’orienter vers une communication plus personnalisée, plus engagée émotionnellement. Mais c’est la ligne scientifique et distante préconisée par la présidente qui l’a emporté.

79Le collectif se positionne en contre-pouvoir face à l’expertise officielle. Selon la deuxième présidente, il permet de « faire bouger les choses. L’associatif est un mouvement citoyen : c’est nous qui vivons sur le site, c’est nous qui en pâtissons donc c’est nous qui devrions être entendus ».

La démarche qu’ils ont eue, je trouvais ça d’abord bien de se placer en contre-pouvoir mais aussi de participer vraiment à la compréhension de l’histoire. Il y avait quand même des scientifiques derrière et ça a beaucoup compté. Et puis il y avait un désir de participer vraiment au déroulement des enquêtes, des analyses, des investigations. C’est une démarche constructive que je trouvais bien.

80Les membres engagés consacrent du temps important à la mobilisation. L’un d’eux va jusqu’à parler d’un investissement « extrêmement chronophage », qui requiert une disponibilité de tous les instants. Sollicités quotidiennement, ils prennent le temps d’expliquer les études et de rendre compte des avancées aux autres habitants du quartier. Ils organisent également une communication systématique (distribution de tracts dans toutes les boîtes aux lettres du quartier) – tâche d’une grande ampleur pour une efficacité qu’ils jugent relative et « peu rentable ».

On met aussi beaucoup de temps à expliquer aux gens. C’est très diffus. C’est un petit quartier donc vous descendez dans la rue et vous croisez la voisine que vous connaissez, vous vous arrêtez, vous lui expliquez dix minutes, vous lui faites part des dernières nouvelles. Vous arrivez au bout de la rue, c’est un parent d’élève que vous croisez alors vous recommencez, les dernières nouvelles. Vous arrivez à l’école, vous en avez trois qui discutent de la même chose. Et en fait, il peut y avoir des discussions extrêmement diffuses, ça prend énormément de temps.

81Cet investissement se fait parfois au détriment de la vie de famille et des loisirs qui passent au second plan. Les conjoints ou les enfants en payent le prix, d’où un repli sur la sphère privée, une fois la mobilisation retombée.

Oui, même mes filles en ont marre maintenant quand je m’arrête dans la rue et que je papote. Et les appels c’était souvent le soir, pendant le repas. C’est sûr que ça a empiété sur ma vie familiale et sur mon espace mental. Mais je pense que je ne suis pas la seule.

82Si la mobilisation désorganise ponctuellement la vie de famille des membres du collectif, elle tisse de nouveaux liens entre eux. En se mobilisant quasiment à plein temps autour d’une même cause, les gens apprennent à se connaître, partagent des moments particuliers, se créent une histoire commune. Une habitante va jusqu’à dire que cette affaire a structuré sa vie sociale.

Ça créé forcément des liens forts. On a partagé des moments difficiles, des tensions. Et puis il y a une présence, des échanges au quotidien. Donc il y avait la nature du lien et la quantité. À force de se voir, bon […] Ça et les parents d’élèves, c’est vrai que ça m’a donné une certaine forme de confiance en moi, dans les rapports avec les autres, avec l’administration, sous une forme de combat, ça m’a donné un statut social, c’est vrai.

83De manière moins durable et approfondie, de nouveaux liens sociaux se créent entre les membres du CVF et leur voisinage. L’affaire Kodak a ainsi été l’occasion de rencontrer de nouveaux voisins et d’entretenir des relations au quotidien avec eux.

Mais au moment où ça s’est passé, ça a fédéré pas mal de parents. Quand vous êtes responsable des parents d’élèves au sein du collectif, on vous connaît. Forcément, les gens qui ont des questions, viennent vers vous. Et puis, je ne dirais pas que les gens ont un bon relationnel, pas plus ici qu’ailleurs. Au moment du mouvement, il y a quand même une espèce de solidarité qui a joué entre les gens qui voulaient savoir ce qui se passait. Et au niveau du collectif, ça a soudé. Les membres du collectif sont toujours très soudés.

Les familles des malades

84À Vincennes, certaines familles d’enfants malades ont participé au mouvement tout en gardant un investissement distant. Elles sont restées en retrait, préférant se centrer sur leur vie de famille. La mère d’un garçon malade exprime des sentiments ambivalents : l’envie d’être soutenue, consolée et rassurée, mais le besoin de se replier sur la sphère privée.

[La présidente du collectif] s’est intéressée à mon histoire. Le collectif, on peut aller vers eux, mais on se sent très seul. On n’a pas forcément envie d’aller vers les autres, on veut se protéger. […] Le collectif n’a pu que me fragiliser : il soulevait plein de choses qui sont difficiles à entendre, qui vous font douter, qui font peur. Le collectif allait dans le sens contraire des avis généraux, contredisait les discours rassurants de toutes les autorités, tenait le discours qui fait peur tout en donnant des informations complémentaires et nécessaires. Ils ont fait combien de conclusions ? Dans un souci de transparence, le collectif a mis le doigt sur des choses qui ne passent pas.

85Les familles de victimes, dont l’anonymat a toujours été préservé, sont peu enclines à partager leur histoire personnelle avec des inconnus. Une mère a néanmoins annoncé le décès de sa fille lors d’une réunion publique.

La maman de la petite fille qui est décédé a fait partie du collectif. Après elle s’en est retirée. Et puis il y a eu une maman qui nous a beaucoup aidé sur le plan juridique mais elle s’est retirée aussi. Mais ce sont des gens qui ne se sont pas mis en avant. La maman de la petite fille, une fois, s’est mise en avant dans une réunion, parce qu’il y a quelque chose qui a été dit qui était tellement gros qu’elle est intervenue en disant : « Attendez, moi ma petite fille elle est décédée ».

LES INTERLOCUTEURS DE LA MOBILISATION LOCALE

La mairie de Vincennes

  • 6 Tête de la liste d’union Droite libérale, RPR, UDF, MPF réélu en 2001

86La directrice de l’école maternelle informe la mairie qui fait effectuer quatre sondages dans les terres de l’école. Selon une employée municipale, « la mairie a pris les devants pour que ça ne devienne pas une psychose générale ». Dès le signalement, le maire de l’époque Patrick Gérard6 apporte son soutien à la population. Il se charge de mobiliser les acteurs concernés, demandant la coopération des administrations et des services compétents, comme la préfecture, les médecins scolaires, les médecins généralistes et les pédiatres de Vincennes. Très rapidement après le signalement, il demande à l’inspection d’académie du Val-de-Marne qu’une enquête soit menée par les médecins scolaires. Le conseil de l’ordre des médecins est tenu informé de l’avancée des enquêtes.

  • 7 Un article par mois en 2001, un article trimestriel de 2002 à 2004 puis des articles plus sporadiq (...)

87Le maire joue un rôle de médiateur entre la population et les autorités scientifiques mais il s’emploie surtout à tenir les Vincennois au courant des avancées des recherches. Une importante campagne d’information est entreprise entre 2001 et 2005. Des articles sont régulièrement publiés dans le magazine municipal Vincennes Informations7. Ces articles abordent les risques du site de Kodak en les plaçant au même niveau que la pollution habituelle en milieu urbain. Des campagnes d’affichage sont menées dans le quartier sud. La mairie et le collectif vigilance Franklin diffusent la feuille d’information Franklin Info, réalisée par la DDASS du Val-de-Marne et la DGS, à destination des habitants situés autour de l’école Franklin Roosevelt.

88De nombreux habitants apprécient les efforts de la mairie en matière de communication et la constante disponibilité des agents pour répondre à leurs questions. Mais elle est également l’objet de critiques de la part du collectif. Cela porte en particulier sur la gestion municipale de la crise par le maire qui s’attire louanges ou critiques quand il prend la décision de déménager l’école contre l’avis du collectif. Si certains saluent ce choix considéré comme nécessaire, d’autres n’y voient qu’une décision démagogique.

89Un an après le déménagement de l’école, le maire démissionne et laisse la place à un élu de sa liste, Laurent Laffon. Ce changement advient dans une période de grand bouleversement au sein des différentes équipes impliquées : le préfet, le directeur de la DDASS et le directeur du comité scientifique démissionnent au même moment.

Le maire a démissionné. Il faut dire qu’on a changé beaucoup de personnes à cette époque donc ce n’était pas évident. Notre maire a démissionné, le préfet a changé. Le préfet qu’on avait était aussi très à l’écoute, c’est lui qui animait le comité de suivi. Le préfet d’après avait dit qu’il ne s’y intéresserait pas. Donc à ce moment-là, il a délégué au sous-préfet de Nogent avec qui ça ne s’est pas très bien passé. Le directeur de la DDASS a aussi changé, on a changé de directeur du comité scientifique parce que M. Quenel est parti. Grosso modo tout le monde est parti. Donc il a fallu transmettre les dossiers à des gens qui veulent que le dossier soit clos plus rapidement et j’en passe. M. Abenhaïm est parti aussi. Donc on a eu beaucoup de changements d’un coup. Donc M. Laffon, notre nouveau maire est arrivé à la fin.

90Ces changements bouleversent l’équilibre précaire qui s’était mis en place entre les différents groupes d’acteurs. Ils laissent aux habitants un sentiment d’abandon. Les nouvelles équipes ne leur ont jamais semblé aussi efficaces et compréhensives que les précédentes. Le collectif vigilance Franklin reproche notamment au nouveau maire d’avoir voulu enterrer l’affaire le plus vite possible une fois l’EDR achevée.

91Le nouveau maire débute son mandat par un référendum auprès des parents de l’école sur le retour ou non des enfants dans les locaux de l’école Franklin Roosevelt. Face à un résultat mitigé, il tranche en faveur du CVF, se confrontant à une partie du quartier qui y voit un signe de faiblesse. Par la suite, le nouveau maire se trouve régulièrement en porte-à-faux entre les différentes parties en présence dans le quartier. Le collectif dénonce une diffusion de plus en plus sporadique des informations voire l’absence totale de distribution du dernier numéro du bulletin d’information Franklin Info.

Les médias

92À travers la médiatisation des événements, les journalistes ont donné aux acteurs locaux des moyens de se faire entendre publiquement. Sans qu’ils aient été forcément sollicités, ils ont multiplié articles et reportages sur l’affaire de Vincennes.

  • 8 Cancers suspects dans une maternelle, Le Figaro, 2 mai 2001.

L’effet déclencheur, c’était l’article du Figaro8. En plus, c’était dans un journal sérieux. C’était un article assez bien étayé qui faisait une demi-page. Donc, c’était un article sérieux. Donc tout à coup on s’est intéressé à l’école. Les associations de parents d’élèves se sont retrouvées avec les journalistes. Et il faut reconnaître que nous – pauvres associations de parents d’élèves – on n’avait pas tellement été habituées aux journalistes ni aux produits toxiques dans le sous-sol, donc on a fait avec ce qu’on était.

  • 9 Cancers suspects à la maternelle, Libération (05 mai 2001). Après le décès d’un enfant, l’ancien s (...)

93La presse a aidé à débloquer une situation en suspens depuis les premières analyses de la fin de 1999 qui avaient conclu à l’absence de risque. Bien que cette médiatisation ait joué un rôle d’accélérateur pour les recherches, elle a accentué la peur des habitants en privilégiant des articles à sensation plutôt que de fond. Les cas de cancers ont fait la une de nombreux journaux avec des titres alarmistes9. Certains habitants dénoncent d’ailleurs l’exploitation du sujet par la presse.

Au bout d’un moment, on sent l’exploitation du problème. En réalité, ils ne s’intéressent pas réellement au problème. Ça remplit les pages, ça fait du sensationnel. Mais le fond du problème ne les intéresse pas en réalité. Tout le monde s’en est aperçu. Les journalistes sont là mais c’est un business après tout. On leur dit : faites semblant de poser des questions, faites semblant de vous intéresser mais dans le fond ça dure peu. Ça a eu un effet. Ça a permis sans doute de mobiliser les pouvoirs publics, la mairie, la préfecture, etc., mais pas de façon durable.

94Quelques personnes du collectif regrettent de n’avoir pas su communiquer avec les médias en ne traitant que les aspects scientifiques et techniques des recherches.

La presse, et les médias en général, ça a été quelque chose d’assez difficile à gérer, je pense qu’on n’a pas su les gérer comme il faut. On n’a pas su communiquer. On a toujours communiqué sur un côté scientifique, rigoureux, avec certains arguments. Je pense qu’on aurait dû utiliser des arguments plus chocs – mais ça, la présidente du collectif n’est pas d’accord avec moi. Il y a des membres du collectif qui nous reprochaient de ne pas utiliser des arguments plus incisifs. Il ne fallait jamais effrayer les gens. Le collectif a toujours préservé l’identité des gens.

95Les membres du collectif reconnaissent l’utilité que la médiatisation a eue pour eux tout en dénonçant le poids psychologique qu’elle a pu constituer. Protéger les enfants de la « pression médiatique » est d’ailleurs la principale raison invoquée par la mairie pour déménager l’école. D’autres ont une critique beaucoup plus acerbe de la médiatisation, dénonçant jusqu’à une « prise en otage des enfants » et un harcèlement des familles.

Les médias ont harcelé les parents et les enfants. Les enfants étaient très perturbés par leur présence. Ils venaient le matin, alpaguaient tout le monde. Ils ont même essayé de s’introduire de force dans l’école. Moi, j’ai toujours refusé de parler aux journalistes.

96Les opposants au collectif prennent appui sur ces récriminations pour lui reprocher d’avoir utilisé les médias pour se faire entendre.

L’association Vincennes Vigneron

97Les divisions entre les habitants du quartier se sont cristallisées au moment du référendum organisé en mairie en juin 2002. Face à l’appui de la mairie au collectif, un retraité vivant dans la résidence du Parc du château organise l’association Vincennes Vigneron (AVV) « pour faire entendre une autre voix que celle du collectif vigilance Franklin ». Il réunit une trentaine de personnes dont une majorité de propriétaires retraités, d’anciens employés de Kodak, des commerçants du quartier sud et des parents d’élèves.

98AVV dénonce la « prise en otage médiatique des habitants du quartier et des enfants », l’utilisation des médias par le CVF et les effets néfastes des campagnes de mesures pour la vie du quartier. Selon lui, le « remue-ménage » autour de cette affaire a eu des effets négatifs sur l’activité économique du quartier : la RATP aurait déménagé à cause de l’affaire, privant les commerçants du quartier d’une clientèle d’entreprise nombreuse et fidèle. En faillite, de nombreux commerçants auraient été obligés de fermer boutique.

99En tant qu’association de quartier alternative, Vincennes Vigneron fait partie du comité de suivi à la fin de l’EDR, jouant systématiquement la carte de la conciliation avec la mairie et les différents groupes d’experts. Elle plaide la réouverture de l’école obtenue en juin 2003. Elle s’oppose à Henri Pézerat à qui elle reproche ses méthodes et son attitude qui l’ont poussé « à se mettre tout le comité scientifique à dos ». Le président d’AVV, se prévalant de son statut d’ancien chimiste et professeur, met en valeur les résultats rassurants qui ressortent des différentes enquêtes. Pour lui, la mobilisation autour des cancers, c’est une histoire qui a fait « beaucoup de bruit pour rien ».

LES OBJETS DE LA MOBILISATION

Les sources de pollution envisagées

L’évidence de l’usine Kodak

100Lorsque les cancers d’enfants ont commencé à retenir l’attention, l’explication la plus plausible a été que l’ancienne usine Kodak devait y être pour quelque chose compte tenu des produits chimiques qui y avaient été manipulés. Henri Pézerat le dit à sa façon :

C’est vrai que immédiatement, le plus simple pour moi, de façon un peu automatique, ça a été de me dire : c’est une friche industrielle, c’est la plus grosse usine chimique de la région, je suis sûr, obligatoirement, qu’ils ne se sont pas emmerdés, comme partout, qu’ils n’ont dû quasiment rien enlever et qu’il doit y avoir des tas de saloperies dans les sols. Donc, si vous voulez pour moi, ça a été évident que si, et je dis bien si, parce que je n’affirme rien sur la relation causale absolue, je n’en sais rien, mais si effectivement il y avait un risque, la première idée qui venait en tête, c’est que c’était lié à une pollution résiduelle du site Kodak.

101Quelques habitants affirment que le site était classé avant sa fermeture. Il leur paraît alors évident qu’il y reste des déchets de l’activité industrielle.

L’usine était hors norme. De ce que je me souviens, s’ils ont cessé leur activité c’est parce que la mise aux normes était devenue tellement coûteuse, qu’ils ont préféré abandonner puis vendre. L’usine était vieille d’un siècle quand même. Ils déversaient leurs produits comme ça dans la nature.
L’évidence c’était la présence d’un site pollué, d’une ancienne usine qui utilisait des quantités gigantesques de produits chimiques divers et variés. La première chose qu’on va rechercher, c’est l’exposition à des cancérogènes, c’est évident. À partir du moment où il y a un phénomène « épidémique », il faut s’attacher à retrouver un facteur, un vecteur qui pourrait être un facteur d’une forme d’épidémie de cancers. Comme les cas de cancers de la thyroïde. S’il y a une recrudescence des cancers de la glande thyroïdienne, ce n’est pas un hasard non plus. Quoi qu’on en dise. C’était évident.

102L’attention des habitants du quartier, de leur conseiller scientifique puis des équipes de recherches toxicologiques portée à l’usine Kodak conduit à délaisser d’autres sources possibles de pollution, ce que dénonce l’association Vincennes Vigneron pour laquelle d’autres causes et d’autres produits polluants auraient mérité d’être étudiés.

Quand on a commencé à sonder les sols, on a trouvé d’autres éléments polluants qui n’ont pas retenu l’attention, du plomb notamment. Quand on étudie l’histoire du quartier, on se rend compte qu’il y avait un certain nombre d’entreprises implantées aux environs de Kodak. Une petite imprimerie par exemple qui aurait pu produire du plomb mais qui n’a jamais été inquiétée. Pour la bonne raison qu’elle n’existe plus et qu’elle ne peut pas payer. Les risques ont été sélectionnés. De nombreux facteurs ont été laissés de côté. L’affaire de l’incinérateur Bégin a par exemple été abandonnée. Cela concerne une zone militaire, donc c’est secret-défense. On n’a pas non plus cherché sous le château.

103Les membres du collectif, comme ses détracteurs, déplorent une concentration exclusive des recherches sur l’usine Kodak. Dans la ville comme dans les médias, le problème posé par les cancers d’enfants, c’est « l’affaire Kodak ».

Les sources alternatives envisagées

104L’hôpital Bégin

105L’éventualité d’un rôle de l’hôpital d’instruction des armées Bégin à Saint-Mandé, qui jouxte l’ancienne usine Kodak, a été soulevée assez tôt (2001), mais elle a été explorée tardivement. Deux sources éventuelles de pollution ont été suspectées : le pressing pour une pollution éventuelle au perchlorétylène et l’incinérateur fermé en 1994 (arrêt lié à une mesure générale d’interdiction d’exploitation des incinérateurs hospitaliers connus pour brûler trop de plastiques). Le collectif demande des études sur d’éventuels rejets de dioxines, en se référant à une étude épidémiologique britannique analysant la relation entre des cancers d’enfants et la proximité de leur lieu de naissance avec un incinérateur.

106Il se dit que la question du rôle de l’incinérateur dans les cancers d’enfants aurait été soulevée dès le début de la mobilisation par les agents de Kodak. En tous les cas, l’évidence que constituait Kodak a masqué cette piste, même aux yeux de Henri Pézerat qui avoue avoir négligé les recherches sur l’incinérateur. Après s’être penché sur des études britanniques démontrant la nocivité des émanations des incinérateurs hospitaliers, il élargit son champ d’investigation et envisage plus sérieusement la piste Bégin.

Au départ, il n’y a pas eu de mise en cause. C’est plus tard que j’ai commencé à réaliser à travers en particulier des travaux anglais sur les agrégats de cancers d’enfants et leur proximité de sites industriels. Et il est sorti un certain papier qui montrait la proximité avec les incinérateurs en général et les incinérateurs hospitaliers en particulier. Je me suis dis que ça m’avait échappé. À partir de là, j’ai découvert qu’il y avait de la dioxine et des furanes qui se formaient lors du refroidissement des fumées s’ils avaient chauffé à plus de 800° C. Et en plus il y a la plus belle famille d’hétérocycles aminés qui se forment entre 150-200 et 700° C. Et il y a deux sous-familles. C’est lors du chauffage de tous les matériaux. Dans les incinérateurs hospitaliers, vous avez une incinération de tous les animaux de laboratoire, etc. Je me suis demandé s’il n’y avait pas un problème. En plus, ces incinérateurs étaient très mal surveillés. Moi j’ai proposé des analyses de terre compte tenu des temps de rémanence des dioxines et des furanes dans les sols, c’est plusieurs dizaines d’années. Donc même si on est bien après la fermeture, plus de dix ans, je suis sûr qu’on pourrait trouver s’il y a eu émission de dioxines et de furanes dans certains jardins près de Bégin.

107L’hypothèse de l’hôpital Bégin a fini par soulever de nombreuses interrogations chez les habitants confrontés au silence de l’institution militaire. Malgré quelques contacts entre l’hôpital Bégin et les habitants, aucune information n’a été mise à leur disposition.

Kodak a aussi reporté, ce n’est pas très rigoureux ce que je vais dire, la responsabilité sur Bégin. C’est une hypothèse aussi, l’incinérateur fonctionnait jusqu’en 1994. Nous aussi on s’est intéressé à Begin, on a fait des lettres, des demandes d’analyse de dioxine sur le quartier. On a essayé aussi de faire bouger les choses. On le demande, on le redemande et re-redemande. C’est un hôpital militaire donc ce n’est pas facile.

108Les autres sources envisagées

109Les habitants ont passé en revue une série de sources qui leur paraissaient possibles et qui étaient présentes sur le site : les antennes relais, les lignes à haute tension ou même une pollution liée à la fabrication de films radiologiques par Kodak.

À un moment donné d’ailleurs, on s’imaginait que c’était la radioactivité, qu’ils utilisaient des sources radioactives parce qu’ils faisaient des films radiologiques. Alors il y avait des rumeurs qui couraient comme quoi ils avaient coulé dans le béton au moment de la construction des sources radioactives. Je crois qu’ils utilisaient du cobalt. D’ailleurs on a retrouvé dans le sol un peu de radioactivité. Des produits. On a retrouvé des centaines de produits chimiques qui n’avaient rien de naturel. Evidemment, avec des concentrations de trente fois la norme. Mais on disait qu’il n’y avait pas de risque parce que ce n’est pas tout d’avoir une substance, il faut qu’elle soit en contact avec un organisme pour qu’elle puisse provoquer des dégâts. Comme on ne sait pas précisément comment peuvent se faire les transferts du sol ou même ce qui peut être dans l’atmosphère sous forme gazeuse, on ne sait pas trop comment ça marche. Un rayonnement peut traverser ce qu’on veut.

110Une fois les problèmes de santé énoncés, ces sources possibles semblent aller de soi. Examinant leur environnement au prisme des risques, les habitants se sentent cernés par une multiplicité de sources qui pourraient s’avérer dangereuses. Le quartier « privilégié » de Vincennes s’avère être au cœur d’un ensemble d’éléments potentiellement néfastes.

On est quand même bien lotis dans ce quartier : on a des lignes à haute tension qui passent grosso modo à peu près au même endroit que la grosse pollution. On a sept antennes relais au milieu, à moins de cent mètres de l’école. Nous, on a ça. On a Bégin, toujours au même endroit ! […] Donc on avait Bégin jusqu’en 94 avec un incinérateur hospitalier qui dégage furanes, dioxines et j’en passe. Alors c’est vrai que ce quartier était loti. En 94, quand l’incinérateur s’est arrêté, les antennes sont arrivées. Vous voyez ! C’est quand même quelque chose. Alors c’est vrai qu’en ce moment, les antennes relais m’énervent plus – on les voit de chez moi – je les ai plus dans le collimateur que la nappe phréatique que je sais très basse. Du coup les transferts se font d’une autre manière que si elle était très haute. Je suis plus énervée par les antennes relais.

111Certains habitants craignent que l’accumulation de plusieurs facteurs (ondes des antennes relais, lignes à haute tension et émanations des produits chimiques) génère des dangers. De la même manière, la présidente du collectif redoute les effets de l’interaction des différents produits chimiques retrouvés dans les sols qui, séparément ne sont peut-être pas nocifs mais qui, une fois additionnés, pourraient être nuisibles. Les soupçons restent cependant plus diffus quant à ces différentes sources de polluants possibles. Il n’y a pas de consensus comme pour l’incrimination de Kodak. Avec l’élargissement des sources suspectées, les plus sceptiques sont confortés : on suspecte tout et finalement ce n’est rien en particulier.

Le territoire de la pollution

L’école comme lieu de repérage

112L’école Franklin Roosevelt a été inaugurée en 1990. Pour la présidente du collectif, la présence d’une école, « maternelle de surcroît », était le gage que tout avait été fait pour dépolluer le site après le départ de Kodak. À la suite des signalements, l’attention s’est tout de suite focalisée sur la maternelle, orientant durablement l’objet des recherches environnementales et épidémiologiques.

La question qui a été posée au départ aux scientifiques, c’est de savoir s’il y a un réel danger pour les enfants de fréquenter l’école. Est-ce qu’il y avait un lien entre le site Kodak et un risque sanitaire pour les enfants. Ça a été la question au début. Très vite le collectif a voulu faire comprendre que c’était plus une affaire de quartier qu’une affaire d’école mais ça a été très dur à admettre. Une fois qu’ils avaient focalisé là-dessus, ils voulaient répondre à cette question, point final.

113La maternelle s’est alors vidée en partie de ses effectifs. Trente familles sur deux cent cinquante ont enlevé leurs enfants de l’école en 2000, vingt familles en 2001, ce qui a entraîné la fermeture de deux classes. Certaines familles sont allées jusqu’à déscolariser leur enfants pour éviter à tout prix la maternelle. Les familles ont été d’autant plus inquiètes qu’un agent de Kodak a affirmé dans une réunion publique que l’école avait été construite sur l’endroit le plus pollué du site.

Quand vous avez le chargé de communication de chez Kodak qui vous dit à cette réunion de l’école maternelle qui était un peu difficile : « De toute façon, ils ont trouvé le moyen de mettre la maternelle dans l’endroit le plus pollué du site ». Ce n’est pas très rassurant. Ça c’est quelque chose que je n’oublierai pas. Il y a des gens qui ont oublié, mais moi je n’oublierai pas.

114L’école a catalysé la mobilisation locale et elle a attiré l’attention des médias. Les recherches épidémiologiques se sont elles aussi focalisées sur l’école : l’analyse de l’agrégat de cas de cancers (InVS-INSERM) s’est fondée sur une étude de la « cohorte des enfants de l’école Franklin Roosevelt » depuis son ouverture en 1990, ainsi que sur l’étude de l’incidence des cancers de l’enfant « dans le périmètre scolaire ». Mais certains parents, ainsi que Henri Pézerat, ont remis en cause l’identification du problème de pollution à l’école. Ils ont pris pour argument l’existence de deux cas qui ne pouvaient pas lui être associés : un enfant tombé malade deux mois seulement après sa scolarisation et une petite fille malade et décédée avant même de fréquenter l’école.

115Le déménagement de l’école a fait l’objet d’une vive polémique. Le collectif, rejoignant l’avis de Henri Pézerat, n’a jamais demandé le déménagement de l’école car il y avait peu de chances que la pollution se cantonne au périmètre de l’école maternelle. Des parents d’élèves, inquiets à l’annonce du quatrième cas de cancer, ont réclamé le déménagement, reprochant aux associations de parents d’élèves de ne pas prendre position. La mairie a finalement tranché en faveur du déménagement en le justifiant par la protection des enfants face aux pressions médiatiques.

Parce que même le déménagement de l’école, si on réfléchit, c’était pas parce qu’il y a des risques mais à cause des journalistes, l’ambiance dans l’école, c’était plus possible. Ce n’était pas tellement pour protéger les enfants de la nappe phréatique mais pour les protéger de la pression médiatique qui était devenue énorme. On ne pouvait plus passer dans la rue tellement il y avait de journalistes ! La directrice a dit qu’elle ne pouvait pas continuer dans ces conditions-là. C’est là que le maire a déménagé l’école. Mais là, les parents se sont dit : si on déménage, c’est qu’il y a un souci. Du coup, pour réaménager ça a été beaucoup plus difficile. Les parents ont demandé qu’il y ait vraiment des relevés qui soient faits de façon régulière, approfondie et tout. Donc il a dû demander de retarder le réaménagement.

116Le déménagement a eu un effet paradoxal auprès des parents du quartier. Cette décision a soulagé les plus inquiets, mais elle leur a également permis d’étayer leurs soupçons quant au problème. Une fois l’école déménagée, le collectif a recommandé d’approfondir les recherches et d’attendre leurs résultats pour réaménager. Lorsque les résultats des analyses de sous-sols ont été connus, le collectif n’a pas été favorable au retour de l’école dans ses locaux. Il en a résulté des tensions importantes.

La première année – elle est restée deux ans l’école – il y a eu un referendum, les voix qui l’ont emporté, c’est les voix pour le non retour. La deuxième année, on s’était mis d’accord entre parents d’élèves et on s’était dit que quand même, ce n’est pas aux parents d’élèves de voter ça. En plus ça avait créé des tensions pas croyables cette affaire, entre les parents, entre le corps enseignant. Il y avait les contre, ceux qui étaient un peu au milieu, la mairie qui voulait absolument remettre l’école. Alors il fallait qu’on choisisse entre revenir sur le site Kodak ou rester dans les préfabriqués.

117La décision de déménager l’école est perçue comme une décision politique dont la finalité est de rassurer les parents et d’apporter une réponse à la mobilisation locale autour de l’école maternelle. En témoigne aux yeux des habitants le fait que la bibliothèque municipale, le club du troisième âge et le gymnase mitoyens ont continué d’accueillir du public. La mairie a prêté les locaux de la maternelle Franklin Roosevelt à des associations culturelles et religieuses. Les réunions du collectif y ont été organisées ainsi que certaines fêtes de quartier. L’école n’a donc pas cessé d’être un pôle central de la vie du quartier.

Même nous [le collectif], on se réunissait dans l’école. On parlait du problème dans l’école. Elle était utilisée comme centre de loisirs aussi. Et même je crois que la salle a été louée pour des fêtes. Mais c’est des événements ponctuels. L’école n’a jamais été complètement vide. C’est un bureau de vote aussi. Les gens y allaient pour les élections. La directrice habitait dans l’école. Elle est restée jusqu’à la fin.

Les crèches et l’amplification des risques

118Deux crèches publiques et une crèche confessionnelle se trouvent à proximité de l’ancien site Kodak. En 2000, les directrices des crèches publiques sont informées par la rumeur des cas de cancer parmi les enfants de l’école maternelle, avant de recevoir une information de la mairie qui affirme que leurs établissements ne sont pas concernés. Mais un climat d’inquiétude se développe, prenant appui sur différentes pathologies qui surviennent en 2001 et 2002.

119Durant l’été 2001, on soupçonne un cancer chez un enfant d’une des crèches qui présente des ganglions inquiétants. La directrice organise des réunions pour rassurer son personnel. L’enfant n’a finalement qu’une mononucléose. Malgré cette fausse alerte, la moitié du personnel de la crèche s’en va en septembre 2001. Sur quatre sections, une dizaine d’enfants s’en vont également. À cette période, les réunions de parents se multiplient, dans la crèche, à l’extérieur, chez eux. La directrice de la crèche doit fermer une section en raison des départs d’enfants, d’autant plus que deux des enfants malades y étaient passés. La mairie ne communique pas sur ces départs.

120En 2002, deux agents de l’autre crèche municipale sont atteints d’un cancer.

Il s’est avéré qu’en 2002, j’ai eu deux personnes de mon équipe atteintes de cancer. Ça a été très dur, et pour l’équipe et pour moi parce que je commençais vraiment à me poser des questions. Deux, c’est beaucoup : un cancer de la vésicule, un cancer du sein. Là j’ai fait intervenir le secrétaire général de la mairie pour qu’il vienne voir mon équipe qui commençait à se poser de vraies questions, ce que je comprends tout à fait. La médecine du travail était au courant et, pour eux, c’était la faute à pas de chance. Mais c’était très dur avec toute cette histoire derrière et en plus on a des problèmes d’adultes.

121À la rentrée de septembre 2002, les parents sont encore très inquiets. De nombreuses familles refusent l’admission de leur enfant ou ne donnent pas suite à leur inscription. D’autres se trouvent confrontés à des dilemmes.

Au moment des inscriptions, à la rentrée en septembre, on accueille énormément de nouveaux enfants et c’est des gens que je reçois en général au mois de juin. Et tous avaient la même question : qu’est ce qui se passe dans le quartier, est-ce qu’il y a un risque si on vient ici ? Il y a des gens qui ont refusé leur place parce qu’elle était ici. Avoir une place en crèche, c’est très difficile. S’arrêter de travailler, ce n’est pas simple. Il n’y a pas vraiment de solution. Il y a eu un an où vraiment je sentais un climat dans le quartier où les gens se sentaient inquiets. Parce qu’il n’y avait pas de résultats concrets, parce que les associations de parents de l’école étaient assez remontées aussi. Forcément, on peut comprendre.

122Le déménagement des crèches est envisagé un temps, mais rapidement rejeté car il n’aurait pas été possible de replacer les enfants des crèches concernées, soit plus de 130 enfants.

Des localisations variables des lieux pollués

123L’école et la crèche sont des lieux de fixation des préoccupations relatives aux risques sanitaires, mais leur localisation par les habitants est plus étendue et connaît des variations. Certains les situent dans la résidence, d’autres dans sa périphérie ; les uns les voient diffus quand les autres les ancrent dans des poches précises. Certains foyers seraient par exemple plus en danger que d’autres : les appartements à l’ouest de la résidence (où sont concentrées les poches de pollution, les antennes relais et les lignes à haute tension) ou les appartements en rez-de-chaussée seraient plus vulnérables en cas de remontée des gaz : « A priori, plus on est haut, moins on risque ». D’autres habitants imaginent une pollution beaucoup plus diffuse, envahissante. Ils la voient remonter à travers les fissures du béton, dans les pans de terre accessible, dans les cages d’ascenseur ou les bouches d’aération.

Certains scientifiques nous expliquent un peu plus les choses dans des termes pas très compliqués. Ils nous expliquent que les produits remontent, longent la chape de béton pour ressortir quelque part. Les produits ressortent là où ils peuvent : dans les pourtours du site, dans les caves en terre battue, dans les égouts ».
On a des grands parkings. Il y a quand même des cages d’ascenseurs qui descendent jusqu’en bas. Il y a des transferts possibles du sous-sol : il y a les cages d’escaliers, les ascenseurs, les bouches d’aération. Tout ça n’a pas été étudié. Il n’y a que moi qui aie fait un récapitulatif de ça. Il y a différentes qualités de sols qui vont faire que les transferts vont se faire de différentes manières. C’est très difficile, ce n’est pas simple.

124La possible pollution des terres affleurantes conduit quelques habitants à s’adapter, voire à modifier leurs habitudes. Ils évitent par exemple de stocker les aliments dans les caves ou de faire jouer leurs enfants dans les endroits où la terre est à l’air libre (caves, jardins et bois).

125On entend aussi que le bois de Vincennes aurait été pollué. La terre ayant pu être contaminée par les produits de l’usine, des parents ont cherché à en éloigner leurs enfants. Ainsi, une riveraine dit s’être renseignée auprès d’un homéopathe qui lui a conseillé de s’abstenir d’y emmener ses enfants car « il n’y a pas plus pollué que le bois ». Certains habitants ont peu à peu modifié leurs habitudes, privilégiant d’autres espaces tel que le Parc floral de Paris pour les sorties familiales.

LA MOBILISATION LOCALE

126En juin 1999, la directrice de l’école maternelle Franklin Roosevelt adresse un courrier aux services sanitaires de l’inspection d’académie de Créteil pour signaler trois cas de cancers infantiles dans les quatre années précédentes. Nommée dans cette école à la rentrée de septembre 1998, elle apprend qu’il y a eu deux cas de leucémie dans les années précédentes. La connaissance d’un troisième cas de cancer, différent des deux premiers, au cours de sa première année en tant que directrice, la conduit à alerter ses autorités de tutelle. Elle relance l’inspection d’académie en septembre et en informe la mairie qui demande alors à un laboratoire privé de réaliser une étude. Parallèlement, Henri Pézerat sollicite les autorités sanitaires. À la fin de l’année 1999, alors que la FCPE s’est saisie de la question, les parents d’élèves commencent à en entendre parler.

J’avais une fille qui était dans cette école et c’est la directrice qui s’est aperçue tout naturellement qu’il y avait un, deux, trois ou quatre enfants qui étaient tombés malades et qui avaient fréquenté l’école. Je ne sais pas qui elle a alerté en premier, peut-être la mairie.

127Un parent d’élève, médecin généraliste, nourrit les soupçons en s’appuyant sur son expérience professionnelle : il n’a jamais été confronté à un tel agrégat, les cancers pédiatriques restant « extraordinaires ».

On ne savait pas à quoi attribuer exactement la fréquence plus élevée des cancers chez les enfants, qui sont des maladies rares, a priori. Ils en ont retrouvé quatre ou cinq regroupés dans une même école, ça ne pouvait pas être le fait du hasard. Pour en avoir parlé avec des tas de collègues, avec une trentaine ou quarantaine, après trente ans de carrière s’ils en avaient eu un, c’est beaucoup. Le cancer d’enfant c’est très rare. Alors […] en retrouver quatre ou cinq dans un même quartier, dans un même endroit. Je me demande si ce n’est pas monté à six. […] Ils n’auraient pas lancé une enquête aussi lourde si ça avait été quelque chose de banal, commun. On était dans l’extraordinaire.

128Le nombre de cas et le fait qu’ils touchent des enfants sont les premiers éléments qui conduisent à rechercher des causes possibles.

Bien sûr, c’est évident. Il n’y aurait pas eu ça avec des adultes. On n’aurait pas fait toutes ces recherches. La sensibilité du Français sur le petit enfant, elle existe et heureusement. L’enfant est quand même protégé, même si en ville, ils n’ont pas toujours leur place. Mais quand il y a quelque chose de grave qui leur arrive, on est capable de se bouger pour défendre cette population. Des adultes, on ne l’aurait jamais su. Des cancers d’adultes, il y en a partout. Alors que la mort chez l’enfant !

129Bien que des cancers d’adultes aient été recensés dans le quartier, seuls les cancers d’enfants retiennent l’attention et, par la suite, font l’objet d’une analyse épidémiologique. Une habitante du quartier, biologiste spécialisée en cancérologie, ainsi que Henri Pézerat expliquent la prise en compte des enfants parce que les agrégats de cancers d’adultes sont plus difficiles à établir et les causes des cancers moins aisées à déterminer. La présidente du collectif estime, elle, que l’analyse s’est centrée sur les cancers pédiatriques parce que leur recensement est plus facile du fait du regroupement des enfants au sein d’une même école.

Les réactions locales à l’annonce des cancers

130Le rapprochement avec le site Kodak commence à se faire dès le début de l’année 2000. Il prend appui sur la campagne d’étude des sols et de l’air de l’école qui est diligentée par la mairie et la DDASS. En l’absence d’une communication officielle de la mairie, les réactions sont diverses. La plupart des personnes rencontrées (CVF, parents, directrices) témoignent rétrospectivement d’une inquiétude ambiante, alimentée par les bruits de trottoir. On commence de plus en plus à se poser des questions sur la présence de polluants dans les sols de la maternelle. Au deuxième trimestre 2000, les parents font circuler une pétition demandant une information officielle qui recueille près de trois cents signatures. La mairie diffuse une information rassurante mais qui ne convainc pas tout le monde.

131Cela contribue à amplifier des inquiétudes locales auxquelles des départs de familles du quartier sont associés. Il existe deux versions contradictoires à propos de ces départs. Les gestionnaires du site, les agences immobilières et l’Association Vincennes Vigneron ont tendance à minimiser voire à nier le phénomène, le réduisant à un coup médiatique ou à une manipulation du collectif. Les personnes qui se sont mobilisés ont, elles, tendance à l’amplifier :

Suite à ça, beaucoup de gens ont quitté le quartier, plus ou moins précipitamment, parce que plus ou moins raisonnables, mais bon. Je crois qu’il y a un tiers à peu près des gens qui habitaient sur la résidence Kodak qui ont dû partir. C’est énorme. D’ailleurs, jusqu’à présent, des appartements sont toujours vacants.
On a même eu un journaliste (rires) dans je ne sais plus quel journal qui avait appelé une personne du collectif et qui lui avait demandé si elle voyait beaucoup de camions de déménagement dans la rue. Et ça avait été amplifié ! À ce moment, il y avait une certaine effervescence effectivement.

132Certains parents imaginent des cancers derrière différentes pathologies des enfants.

Ma fille a eu un hématome dans le coin d’un œil, alors tout de suite je me suis renseignée. Quand on se renseigne comme ça, on tombe toujours sur des trucs monstrueux. Alors l’hématome, c’était un symptôme de je ne sais plus quel cancer qu’il y avait eu dans le quartier. Tout de suite, on s’est affolé. Mais je ne suis pas toute seule. […] Les parents conservent une inquiétude à propos de ça. Dès qu’il y a des hématomes, des maux de tête particuliers, des vomissements, des petites bosses quelque part, des ganglions, des fatigues anormales. Tout de suite, on en parle. […] Si on faisait une enquête sur le pourcentage d’enfants qui ont eu un scanner sur le quartier par rapport à la population générale, je pense qu’il y aurait beaucoup plus de scanners de la tête dans le quartier qu’ailleurs.

133Les inquiétudes relatives aux cancers s’alimentent également aux dynamiques de groupe lors de réunions censées faire la part des choses et rassurer la population. Ces réunions publiques au cours desquelles des habitants ont témoigné de leurs diverses pathologies personnelles sont évoquées.

Il y a quand même eu deux réunions, une dans l’école puis une dans le gymnase d’à côté. Ça a été un peu un psychodrame. Chacun arrivait avec son cancer : « Ma femme a un cancer du sein », ça c’était à la réunion du gymnase. […] Dans les deux réunions, à l’école et dans le gymnase, oui, c’est clair qu’il y avait de l’angoisse qui était palpable. D’ailleurs, le directeur général de la santé, qui a sauté là avec la canicule, quand il était à la réunion, il a parlé « d’angoisse ». […] On n’arrivait pas à dormir après ces réunions.

134Les membres du collectif ont l’impression d’avoir involontairement déclenché ce qu’ils appellent une « psychose », sur laquelle ils n’ont rapidement plus eu prise. Le signalement des cas de cancers et le rapprochement avec Kodak a réveillé des peurs inattendues :

Des gens s’inquiétaient de marcher dans la rue. C’est fou ce qu’on peut réveiller les angoisses des gens en ouvrant ces dossiers. Les gens pensaient, comme on était responsables d’association, qu’on en savait plus qu’eux.

135Face à ce constat, les responsables du collectif cherchent à éviter l’amplification des inquiétudes en continuant leur vie ordinaire : emmener leurs enfants à l’école, ne pas déménager, ne pas céder à la panique, tenir les malades à l’écart de l’agitation.

On a essayé de trouver un juste milieu entre les pouvoirs publics qui nous semblaient vouloir étouffer l’affaire, et ne pas tomber dans le catastrophisme.

136Un membre du collectif témoigne de la difficulté à garder cette distance. Son engagement au sein du collectif s’est accompagné d’une inquiétude croissante. Plus elle a été informée, plus elle a pris conscience de l’éventuel danger qui lui paraissait occulté dans les bulletins rassurants de la mairie ou les notes officielles.

Je crois que mon inquiétude est venue au fur et à mesure du temps. On nous a dit : « On a fait des prélèvements, on n’a rien trouvé ». Et pour quelqu’un qui n’y connaît rien, c’est plutôt rassurant. Mais à partir du moment où je me suis impliquée dans les dossiers, je me suis rendue compte que ça n’était pas aussi simple que ce qu’on avait bien voulu nous dire. Après, on a trouvé cette nappe de chlorure de vinyle, bon ça m’a embêtée. Mais au moment où on l’a trouvé, je ne sais pas si j’étais vraiment consciente de ce que ça représentait. […] En plus, pour mon cas personnel, j’ai eu un accident de ski à ce moment-là, en 2002, au moment où l’école était délocalisée. Il y a eu une grande parenthèse de 6 mois où je n’ai pas participé. À ce moment-là, les personnes du collectif m’ont protégée. Et ça c’est un peu l’attitude qu’elles ont eue avec les gens malades. Moi j’étais malade d’une certaine façon – certes pas d’un cancer – et elles m’ont protégée. Pendant plusieurs mois, j’ai reçu les informations officielles de la mairie sur ce qu’on avait trouvé. Du fond de mon lit, dans ma chambre, c’était rassurant. […] Quand j’ai commencé à être convalescente, à me rétablir et que j’ai recommencé à sortir de chez moi et que les gens qui étaient dedans m’ont expliqué ce qu’il se passait, j’ai pris conscience que ce n’était pas aussi rose que le communiqué officiel.

137Face à l’inquiétude d’une partie de ses administrés, la mairie a tenu le discours rassurant qui a trouvé un écho chez des parents qui continuaient de vivre sur le site et qui y scolarisaient leurs enfants. Même s’ils ont été sensibles aux incertitudes et aux questions relatives au site, ils ont donné un crédit aux informations diffusées par les autorités.

Je dirais au moment du retour de l’école. L’EDR n’a rien trouvé dans l’air même s’il y avait des choses dans le sous-sol. Dans la mesure où il n’y avait rien dans l’air, ça a quand même rassuré les gens. Et les gens ne demandaient qu’à être rassurés. Les gens qui étaient le plus inquiets sont partis. Il y en a qui ont vendu.

138Une autre partie des habitants a ignoré le problème, ne cédant ni à l’inquiétude, ni aux questionnements, considérant que la pollution est inhérente à la vie urbaine.

De toute façon, parmi les parents, il y a eu les parents pas inquiets ou qui faisaient complètement confiance à ce qu’on leur disait, les gens qui ont pensé qu’il y avait trop de politique derrière tout ça alors que non. Et les gens inquiets, à différents niveaux. Au début, une majorité.
Il y a beaucoup de gens qui continuent leur vie quotidienne et qui considèrent que de toute façon on vit dans un environnement pollué, point. Ou des gens qui ne s’y intéressent pas plus que ça. Il y en a qui sont intéressés pendant un temps, qui sont inquiets pendant un temps puis ils oublient et voilà. Les gens franchement inquiets sont partis ou se sont vraiment impliqués.

L’engagement du collectif vigilance Franklin

Les actions du collectif

139Le collectif a mené deux types d’actions : les unes en direction des habitants du quartier qu’il a cherché à informer, sensibiliser et regrouper, les autres vers les autorités politiques et les experts scientifiques afin de participer aux prises de décision. Le collectif a ainsi diffusé les informations sur l’état des recherches dans un langage qu’il a voulu simple et accessible. Les modalités de cette diffusion ont été variées : discussion de trottoir avec les voisins, distribution de tracts dans la rue ou dans les boîtes aux lettres.

C’est vrai que ça c’est lourd à gérer. C’est des tas de coups de téléphone. Mais ça c’est le monde associatif. Et encore maintenant, il y a Internet, ça a simplifié. Les tracts, on les écrivait ensemble, chez les unes, chez les autres. On n’avait pas de local, avec les moyens – ordinateurs – qu’on peut avoir chez soi ou au travail. On a distribué devant l’école et quand c’était pour une réunion publique, on faisait un boîtage. C’est-à-dire qu’on faisait les boîtes aux lettres du quartier. On se débrouillait entre nous pour les photocopies, on en faisait le plus possible et quand il en manquait, on se débrouillait. Et puis après, on passait le matin dans les rues parce qu’il y a des codes et quand il y a les camions poubelles, ils ne fonctionnent pas. Donc on mettait les papiers dans les boîtes aux lettres. Les maisons où il y avait des codes ou des clés spéciales, on se débrouillait, on attendait devant.

140Le collectif acquiert une grande visibilité par l’intermédiaire de la mairie qui met à sa disposition une salle municipale où il tient une permanence deux fois par semaine pour répondre aux questions et inquiétudes des habitants.

On expliquait la situation, ce que nous attendions parce qu’on avait des études. Nous on ne voulait pas que ça en reste là. Et après c’était des débats ouverts. Ça, c’était les permanences qu’on faisait.

141Il mène également un travail de surveillance en visitant les caves du quartier, en effectuant des prélèvements dans les maisons les plus exposées, en sensibilisant les familles aux problèmes qui pourraient résulter d’une pollution de la nappe phréatique.

D’autres choses que j’ai pu faire par exemple c’est de faire une campagne pour que les gens ne stockent plus des aliments dans les caves. Mais ça pourrait être ailleurs. Ce n’est pas seulement dans le quartier mais notamment ici. On a vu en plus toutes les caves du quartier. Il y a des gens qui laissent encore leurs pommes de terre sur le sol en terre battue de leur cave pour les conserver, donc on a demandé à ce qu’elles ne soient pas stockées là… Ce sont des choses qu’on a faites très au début. J’ai parlé à des personnes qui ont des petites maisons avec des sous-sols mi-enterrés, avec des petits vasistas, c’est quasi enterré avec un mètre qui dépasse sur la rue. Là, on a fait des prélèvements d’air et c’était immonde. Et c’est généralement les enfants qui jouent dans les caves pas aérées, au milieu des pots d’échappement. Ça n’a plus spécifiquement à voir avec notre quartier mais on a demandé aux gens de faire attention, de faire le nécessaire, de faire jouer les enfants ailleurs. Je n’en sais rien, mais de prendre des précautions. On a eu beaucoup de démarches comme ça, sinon, ça ne sert à rien.

142La mairie a délégué une partie du travail de gestion de la situation et d’information du public au collectif. Du coup, celui-ci a été confronté à des dilemmes relatifs à son action de communication.

On avait des décisions à prendre difficiles. Par exemple, pourquoi on n’a pas demandé la délocalisation de l’école ? Est-ce qu’il faut intervenir auprès de la presse ? Quand on a trouvé la grosse nappe de chlorure de vinyle : est-ce qu’on communique ou est-ce qu’on laisse les pouvoirs publics communiquer ? Il y a eu des vives tensions au sein du collectif et en fait le collectif n’a pas communiqué.

143La question de la réouverture de l’école a été un cas de conscience pour certains parents qui se sont sentis pris à partie dans une décision qui pouvait mettre en jeu la santé des enfants. Le collectif a été plus à l’aise dans son rôle de contre-expert sur lequel il a concentré son action. Bien qu’en constante confrontation avec les experts, il a pu obtenir des résultats concrets et immédiats en influant sur le protocole scientifique. Sans obtenir une entière satisfaction, le terrain scientifique lui a semblé moins ingrat que le travail de proximité.

144Le collectif a également mené des actions en direction des autorités politiques et des experts. Faisant partie du comité de suivi mis en place par la préfecture en mai 2001, le collectif a été destinataire de tous les documents produits sur le dossier Kodak, notamment les protocoles d’études. Il s’est chargé de relire, examiner, discuter et critiquer les analyses et résultats fournis par les différents laboratoires de recherche et de surveillance. Ce rôle d’expert critique l’a obligé à élargir ses compétences : ainsi, la présidente s’est formée sur le terrain, s’informant auprès de spécialistes de son choix et se documentant au fur et à mesure des expertises.

145Lorsque le collectif a jugé que les études étaient lacunaires ou présentaient des failles, il a demandé des études complémentaires. Certaines demandes ont été satisfaites, comme la surveillance environnementale, d’autres non. Il a également fait faire des analyses des sols par un laboratoire de son choix. Mais il n’a pas pu faire des analyses durant l’EDR. Il a enfin demandé au préfet du Val-de-Marne des doubles d’échantillons de la nappe pour les faire analyser, mais sa demande est restée sans réponse. Son rôle propre dans l’expertise a ainsi été limité.

Les relations avec Henri Pézerat

146Henri Pézerat a commencé à s’intéresser à la situation de Vincennes dès le signalement en octobre 1999. Il a entamé des démarches de façon autonome, sollicitant les autorités sanitaires avec lesquelles il était en relation, parfois conflictuelles. Sa collaboration avec le collectif vigilance Franklin commence en mai 2001. Il aide les membres du collectif dans leurs démarches, dans la rédaction de courriers, dans la prise de contacts. Lors des conférences, débats ou réunions, il répond aux questions auxquelles les membres du collectif ne peuvent pas répondre. Il présente cette collaboration de la façon suivante :

Il y a eu en gros deux types d’actions : il y a eu les courriers en direction des autorités, il y a eu des réunions publiques. Deux principales actions. Les courriers en règle générale, c’est pour réclamer telle ou telle analyse. En général, on les fait toujours à deux, avec la présidente. C’est une collaboration constante. Sur le cas de la crèche par exemple, on était ensemble V et moi, on fait des propositions ensemble, on fait des lettres ensemble au conseil général, etc. Dans les meetings publics et autres, c’est la présidente et éventuellement d’autres membres du collectif qui parlent. Et puis de temps en temps, sur tel ou tel point particulier, c’est moi. Mais sans aucun problème. Comme moi je ne cherche pas à m’imposer, j’ai horreur des gens qui essaient de prendre le pouvoir parce que j’en ai trop vus qui prennent le pouvoir pour finalement tout détruire. Moi, j’interviens quand on me le demande ou quand il apparaît que ça ne peut être que moi qui peut répondre à telle ou telle question. Je ne suis pas le responsable en quoi que ce soit du collectif.

147Parallèlement, il joue un rôle important dans la formation scientifique des membres du collectif. Il collabore régulièrement avec la présidente, en lui faisant parvenir textes, articles ou données spécialisées, en l’aidant à traduire en langage accessible les différents documents de l’expertise, souvent opaques pour le profane. Il lui apprend à se familiariser avec le langage de l’expertise pour qu’elle acquière la somme de connaissances « indispensables et nécessaires pour avoir un dialogue », selon son expression. S’étant lui-même formé sur le terrain, en matière juridique notamment, il reconnaît la capacité des personnes engagées à se spécialiser dans un domaine qui leur était au départ étranger.

[J’ai eu] un rôle d’apport de compétences particulières. On ne peut pas aborder ces problèmes de santé et de toxicologie sans un minimum de compétences, c’est impossible. […] Mais on apprend en même temps. On n’a pas la science infuse, ce n’est pas vrai. Le problème c’est d’avoir ce minimum. À partir de ce minimum, si on se donne la peine, on est capable de monter à un niveau supérieur.

148Soutien du mouvement, il en reste un conseiller extérieur, encourageant l’autonomie de ses membres, mais ne participant pas aux délibérations du collectif auquel il n’appartient pas.

J’ai toujours eu la volonté de ne pas apparaître et surtout de n’exercer aucune tutelle sur les mouvements dont je souhaite la création. C’est-à-dire que je veux que les gens soient capables de prendre leur affaire en main mais je ne veux pas apparaître comme membre de leur collectif ou association. Je veux être présent éventuellement pour avoir mon mot à dire s’il y a telle ou telle décision à prendre mais je respecte leur indépendance. Je ne faisais pas partie du collectif. J’ai toujours été à ses côtés, en collaboration, mais je n’en fais partie. Ils ont un intérêt autre que le mien : moi j’ai un intérêt scientifique et militant sur les problèmes de santé au travail ou environnementaux. Je considère qu’il y a des choses à faire, qu’il faut transformer les politiques dans ce domaine mais je ne veux me substituer en aucun cas à ce que les gens peuvent faire. Les gens font ou ne font pas.

La fin de la mobilisation

149La mobilisation parentale qui a démarré très vite après l’annonce du quatrième cas de cancer en février 2001 a très largement diminué à la suite de la publication des résultats de l’étude détaillée des risques qui concluent que les risques associés à l’ancien site de Kodak sont très inférieurs aux risques acceptables. L’école Franklin Roosevelt rouvre en janvier 2004, mais ne récupère pas complètement ses effectifs ; en 2006, certaines familles refusent toujours d’y scolariser leurs enfants. L’école accueille des enfants du quartier qui y mènent une scolarité normale. Depuis 2003, aucun nouveau cas de cancer d’enfant n’est signalé. L’absence de nouveau cas est interprétée comme un signe du bon état du quartier et elle remet en cause la thèse de l’agrégat. Pour les habitants, le temps qui passe donne du poids à l’hypothèse du hasard.

Je suis de moins en moins dans le doute parce qu’il n’y a pas eu de nouveaux cas et si on est vraiment sur un site pollué, je ne vois pas pourquoi il n’y aurait qu’une année des enfants malades. Et s’il y en avait, on le saurait tout de suite, avec tout ce qu’il y a eu. […] Au niveau de l’école, l’ancienne directrice n’est plus là, mais s’il y avait eu d’autres enfants malades, je le saurais. Il y a eu un concentré sur une année, mais depuis, il n’y a pas de nouveaux cas. S’il y avait vraiment une pollution qui puisse entraîner des cancers pédiatriques, je me dis qu’il devrait y en avoir tous les ans. À partir du moment où il en a toujours qui passent par la crèche et qui vont à l’école maternelle. À moins qu’on en ait dix l’année prochaine.
Ça diminue au fil du temps. Ça fait quand même pas mal de temps qu’il n’y a pas eu de problèmes ou de cas inquiétants. Après, il y a eu toutes les analyses environnementales qui ont montré qu’il n’y avait pas vraiment de problème sanitaire. En tout cas, parmi ce qui a été fait, il n’y pas eu de risque sanitaire avéré. Je pense que pas mal de gens ont été rassurés par ça, et puis ça s’est tassé un peu. Pas de nouveaux cas. Et puis, il y a le suivi environnemental avec des analyses tous les ans.

150En 2006, la question de la pollution du site est à nouveau posée, après le lancement d’un projet de déménagement d’un département de près de 600 personnes du ministère de l’économie et des finances dans des locaux de la RATP laissés libres depuis 2003. Un syndicat et le comité d’hygiène refusent le déménagement à cause de la pollution potentielle du site. À la suite d’un tract distribué par les syndicats et la présidente du collectif, le maire de Vincennes a porté plainte pour diffamation. Il est débouté en 2008 pour des raisons de procédure.

151Tout en se tenant informés des relevés de la surveillance environnementale, la plupart des habitants du quartier ont tourné la page. Les membres du collectif, bien qu’ils se disent prêts à se mobiliser à nouveau, expriment également l’envie de passer à autre chose. Le collectif estime que le danger est actuellement limité. Il reste néanmoins sur ses gardes et surveille le niveau de la nappe phréatique. La présidente définit le collectif comme un « volcan en veille », prêt à se réveiller si on lui signale un nouveau cas, la remontée de la nappe ou la présence d’un nouveau polluant.

Aujourd’hui, on est tranquille parce que la nappe est basse. On est en train d’en parler en ce moment de la nappe qui est basse. Nous, ça nous arrange, plus elle est basse, plus on est contents. Si la nappe remonte et que ces polluants reviennent beaucoup plus proches des espaces à vivre, là, on ne va pas rigoler ! Nous, c’est la vigilance. On est à l’affût, on attend. Là on a vu qu’il y avait eu des travaux dans le parking très profond de l’ancien immeuble de Kodak. Je vais regarder si avec tous les travaux qu’ils ont faits, les gens se retrouvent avec moins de cochonneries dans l’air ambiant. Malheureusement, à part faire des travaux d’isolation, il est très difficile d’arrêter de l’eau et du gaz. Donc on va voir ça. Il faut absolument continuer cette surveillance au-delà des trois ans parce que si la nappe remonte, on ne pourra pas dire qu’on est à l’abri. Si elle remonte de quelques mètres, on aura un gros souci.

152Conscients de vivre sur un site pollué, les membres du collectif s’insurgent contre l’immobilisme ambiant. Le collectif note dans un communiqué que « certaines des substances retrouvées sont cancérogènes et le fait maintenant de les savoir sous un site réhabilité (sans dépollution préalable) en zone habitable et locaux municipaux, dont une école maternelle, est une aberration totale ». Il continue à demander une étude plus approfondie des transferts des pollutions souterraines via les zones d’exposition. Il considère que le suivi environnemental avec ses mesures quatre fois par an reste une mesure « minimaliste, ponctuelle dans le temps et dans l’espace », et il demande que la surveillance soit maintenue au-delà des trois ans prévus.

153La présidente continue d’étudier tous les résultats de la surveillance environnementale dont elle communique les commentaires aux membres du collectif. Elle revient également sur la question de l’hôpital Bégin qui a été noyée puis oubliée parmi les nombreuses études menées. Des études par modélisation ont déjà été effectuées mais elles sont jugées insuffisantes par le collectif qui demande l’intervention du comité scientifique auprès des autorités concernées pour que des analyses plus approfondies aient lieu. En 2008, le collectif participe aux réunions qui conduisent à mettre en oeuvre un dispositif adapté de surveillance environnementale. Il continue d’affirmer que la dépollution du site est nécessaire, compte tenu de la lecture qu’il fait des données environnementales.

Il faudrait dépolluer. Toujours dans les choses qu’on nous a dites et qu’on ne peut pas prouver, c’est que Kodak aurait été prêt à dépolluer mais que l’État ne voulait pas. D’ailleurs, à la dernière réunion qui a eu lieu, il y a une personne du public qui a demandé : « Mais pourquoi on ne dépollue pas ? ». Et toujours le même de la communication de chez Kodak a dit : « On ne nous l’a jamais demandé ». Parce que ça aurait créé un précédent s’ils avaient dépollué. Et en plus ça engageait des responsabilités.

  • 10 L’agenda 21 est un plan d’action en vue de la mise en œuvre du développement durable dans les coll (...)

154En 2007, la présidente expose la position du collectif dans le numéro thématique que l’InVS consacre au cas de Vincennes [Lapides, 2007]. Elle élargit l’activité du collectif en prenant appui sur l’expérience acquise dans la mobilisation et au contact des experts mandatés. Elle intervient dans un séminaire sur les lanceurs d’alerte. Elle conseille d’autres associations concernées par des signalements de cancers. Le collectif participe à plusieurs groupes de travail au sein du groupe régional santé environnement 2 (Ile-de-France) en vue d’une déclinaison du plan national santé-environnement 2 (PNSE2). À Vincennes, il est présent dans les comités et ateliers de la mise en œuvre de l’agenda 2110.

Il y a toujours des actions plus ou moins directes. Il y a toujours la surveillance environnementale, il y a toujours la vigilance sur les analyses qui sont faites régulièrement. Il y a eu aussi des réclamations qui ont été faites à propos de Bégin. Il y a des actions qui continuent. Ce n’est pas fini. Mais il y a aussi indirectement tout ce que ça a créé. Ça a servi d’exemple pour d’autres associations. Il y a des gens qui contactent le collectif. Le collectif a été amené à intervenir dans des séminaires sur les lanceurs d’alerte. Ça a entraîné des témoignages plus indirects. À ce moment-là, c’est souvent V qui fait tout ça. Mais quand il y a des décisions à prendre, on peut se réunir ou ça peut passer par mail.

155Le collectif s’assigne un rôle d’information auprès du grand public, afin de peser à terme sur la politique de santé publique. Il aimerait que le cas de Vincennes fasse école, même s’il laisse une impression de cas non abouti. La mobilisation n’a concrètement conduit à aucun changement. Les habitants n’ont jamais obtenu de réponse à la question de départ – déterminer une cause aux cancers d’enfants. L’école a déménagé et ré-emménagé sans qu’il y ait eu d’action entreprise. Les études ont abouti à un constat de pollution de la nappe phréatique qu’aucune autorité n’a jamais tenté d’éliminer. A posteriori, la mobilisation locale trouve sa raison d’être dans son incidence sur l’évolution des politiques et des idées en matière de risque environnemental.

LE RISQUE CONTRE L’EXPERTISE

156Les experts mandatés par les autorités publiques sont présents dès les premiers moments du signalement et mettent en œuvre une démarche active d’investigation pour étayer la suspicion d’un cluster de cancer pédiatrique. Des instances de concertation sont mises en place pour expliciter les méthodes de travail de l’épidémiologie et pour faire valider les orientations prises. Cette démarche active conduit le directeur de l’InVS à présenter cette concertation comme un modèle de référence, apte à refonder une confiance dans l’expertise institutionnelle [Brücker, 2007]. Cette représentation n’est pas partagée par le collectif qui critique certains experts considérés comme juges et parties et qui considère que les estimations des risques sont minimisées. Les représentations des risques qui sont développées localement sont étroitement liées aux relations qui se nouent avec les experts et à la validité qui est accordée à leurs analyses.

Les relations difficiles avec les experts

Une collaboration introuvable

157Les experts et les habitants ne partagent pas le même langage ni les mêmes référents. Cette incompréhension est le terreau sur lequel se développe une méfiance des habitants à l’égard des experts.

On a mis plus d’un an à comprendre la langue qu’ils parlaient. Une fois, ils nous ont roulés dans la farine parce qu’on est des bleus, des naïfs. Après, on a fait faire des contre-expertises parce qu’on ne faisait pas confiance à tout ce qu’ils nous donnaient.

158Par le truchement de Henri Pézerat, une compréhension réciproque devient possible. Mais certains habitants considèrent que les experts n’ont pas su écouter une population inquiète, ni s’adresser à elle et qu’il a fallu très souvent les obliger à prendre en compte son point de vue.

En tant que principaux concernés, on a l’impression qu’on n’a pas été du tout suivis, qu’on n’a pas été pris au sérieux. Enfin, c’est comme ça que je l’ai ressenti.
On a vraiment dû batailler pour qu’il y ait des choses qui soient faites, que le collectif soit partie prenante de certaines choses. Pendant un temps, il y a eu une personne du comité de suivi qui était très à l’écoute du collectif. Ce n’est pas complètement négatif mais on est quand même les empêcheurs de tourner en rond.

159Des agents techniques de chez URS rencontrés sur le terrain évoquent à l’inverse des habitants qui ne peuvent pas entendre ou comprendre certaines notions qu’ils mobilisent telles que « le risque acceptable ». Les rencontres entre experts et habitants sont ainsi marquées par des ambiguïtés, qui peuvent conduire à amplifier les représentations des risques :

Il y a une chose qui a été frappante, c’est que les réunions publiques où il y avait des gens de la DDASS ou des pouvoirs publics qui étaient censés rassurer les gens, en fait ils les affolaient encore plus. Ils montraient leur mauvaise connaissance du dossier et leur incompétence, et ils ont eu tendance à vouloir à tout prix tout minimiser. C’est peut-être parce que j’étais vraiment impliquée, mais, les gens avaient vraiment l’impression que les autorités dites compétentes ne prenaient pas les choses au sérieux. En voulant se défendre, ils ne faisaient que s’enfoncer.

160Les personnes impliquées localement reprochent aux experts de banaliser la situation et de travailler sur dossier, alors qu’elles considèrent le sujet comme une priorité. Elles considèrent qu’ils se désengagent du comité scientifique lorsque l’étude détaillée des risques est lancée. Ce sentiment de distance favorise une critique des études menées. Au nom de l’expérience locale, les confusions et les inexactitudes des experts sont soulignées, alimentant la méfiance à l’égard des connaissances produites.

Moi j’ai lu les rapports. Il y a plein de choses fausses dans les rapports. Même le plan de l’école est faux ! Alors j’ai informé mes supérieurs de ces erreurs de plan, mais ils n’en n’ont pas tenu compte. Ils ont dit que ce n’était pas important. Pour eux, ça porte sur des éléments négligeables, sans conséquence sur le reste des études menées. Ils ont fait des choses pas adaptées, pas vraies ! […] 10.000 litres de fioul ont par exemple été déversés dans les égouts juste avant qu’on vienne faire les relevés dans les nappes phréatiques. Un jour, un livreur devait faire une livraison de fioul à la crèche et au lieu de fournir la crèche, il a déversé sa cargaison dans les égouts. C’est des remontées d’odeur qui m’ont alerté. J’ai senti une odeur bizarre. Le livreur a dit s’être simplement trompé de tuyaux. Comme par hasard, on met du fioul quand on fait des recherches dans la nappe ! Vous ne trouvez pas ça bizarre ?

161Malgré le souci affirmé de concertation, le collectif a dû se battre pour que certaines études répondant à ses préoccupations soient mises en œuvre et pour obtenir un suivi environnemental.

Je me souviens qu’à la dernière réunion de l’EDR où la préfecture avait décidé de clore le dossier, on s’est battues pendant deux ou trois heures, enfin beaucoup plus longtemps que prévu pour obtenir le suivi, d’abord d’un an puis pour trois ans. Parce que le préfet voulait clore le dossier. Et comme on voulait clore le dossier, notre voix n’était pas entendue. On ne voulait pas nous entendre. Je me souviens que je m’étais faite remettre à ma place parce qu’on m’avait dit qu’on n’interrompait pas un préfet. Il y avait une envie de la part de tous les membres du collectif de dire : « Attendez, ne nous faites pas prendre des vessies pour des lanternes. On a trouvé du chlorure de vinyle, il passe bien quelque part ce chlorure de vinyle ! ». On était tous d’accord. Ils n’avaient rien trouvé, à part dans cette cage d’ascenseur, mais il y avait une envie de poursuivre le dossier. Donc ça, forcément, ça créé du stress, de la tension et même un peu de passion.

162Certains scientifiques ont néanmoins entendu les plaintes et inquiétudes des habitants. Une habitante du quartier évoque l’intervention d’un professeur de l’institut Gustave Roussy :

Il y a quand même un professeur de l’IGR qui s’est déplacé pour les parents des crèches qui étaient inquiets, parce que ça a quand même fini par se répercuter sur les crèches. Je me souviens qu’il y avait une réunion organisée pour expliquer aux parents et ce professeur était venu expliquer ce que c’était que les cancers pédiatriques, quels étaient pour lui les dangers, pas les dangers. Ça, c’était quand même une bonne chose. C’était bien mais il y a eu peu de parents qui sont venus.

163De la même manière, Lucien Abenhaïm a reconnu d’emblée que le problème était sérieux lors de la réunion publique du 19 juin 2001 où, selon ce qui en a été retenu localement, il a dit devant 600 personnes : « Votre angoisse est rationnelle. Je ne pourrai pas lever vos inquiétudes rapidement. Cela va être difficile à vivre, il faut le reconnaître ».

La rupture avec le comité scientifique

164La démission de Henri Pézerat du comité scientifique accentue le fossé entre les experts et le collectif. Le regard très critique du toxicologue sur le milieu scientifique auquel il appartient et son expérience dans la lutte contre l’amiante ont certainement orienté le jugement des Vincennois engagés à l’égard des experts.

165Henri Pézerat reporte la responsabilité de son départ sur les autres membres du comité scientifique dont il critique les méthodes et les orientations théoriques. Dans un document personnel, il écrit ainsi :

C’est la réunion du Comité du 9 juillet qui m’obligea à démissionner. En matière d’épidémiologie, je me vis opposer un refus brutal et sans appel de prendre spécifiquement en compte la population du site et sa couronne urbaine. […] En matière de risques, je m’aperçus qu’on m’avait évincé de deux réunions d’un sous-groupe, dirigé par l’INERIS, sous-groupe qui refusait de prendre en compte les demandes d’études urgentes présentées par le collectif vigilance Franklin. […] De fait, une opposition de fond était affirmée : le comité scientifique refusait de gérer un quelconque problème lié à l’urgence sanitaire, et une orientation se dessinait : laisser à Kodak et en particulier son sous-traitant (URS) la maîtrise de la conduite des études les plus importantes. Face à ces orientations, ma présence au sein du comité scientifique n’avait plus de sens.

166En profond désaccord avec ses collègues, isolé au sein du comité dans lequel on l’avait invité, il a préféré la rupture à la confrontation. Le 22 août 2001, il adresse sa lettre de démission au directeur de la DGS en précisant les études que le CVF demandait en urgence.

  • 11 BEH n°49-50 du 20 décembre 2005.

Dans l’édito du BEH11, Martine Ledrans dit à demi-mot qu’on en a beaucoup trop fait sur Vincennes. Mais en fait, ce n’est pas qu’ils en ont trop fait, c’est qu’ils ont mal fait. Parce qu’ils ont peur de trouver quelque chose. Il y a eu un temps avec un comité scientifique et Abenhaïm avait demandé que j’en sois membre. J’ai accepté parce que je le connaissais. On s’est retrouvé à quinze ou vingt et je m’y suis retrouvé isolé et c’était pas possible. J’avais l’impression que j’avais tout le monde contre moi, c’était vraiment pénible. […] Eux, en tant que scientifiques considéraient qu’ils n’avaient pas à tenir compte de la vulgate. C’est eux les spécialistes. Je me rappelle de discussions absolument ahurissantes où on a évoqué le fait qu’on ne pouvait pas rejeter l’idée qu’on allait découvrir des choses qui pouvaient expliquer le fait qu’il y ait un risque. Ils me disaient : « On peut éventuellement découvrir des choses qui prouvent qu’il y a un risque actuellement. Dans ce cas on agira ». Je leur répondais « Oui mais on pourrait découvrir des choses qui pourraient prouver qu’il y a eu un risque dans les années antérieures et que ça expliquerait les cas de cancers. » « Ah, vous n’y pensez pas. Il est hors de question de revenir sur le passé. Le passé est le passé, nous ne pouvons pas imaginer ce qu’ont été les conditions plusieurs années auparavant là c’est des expositions qui remontent à cinq ou dix ans. Donc on ne peut pas imaginer prendre position sur des cas de cancers qui sont arrivés il y a quelques années et qui correspondent à une exposition soit pendant la grossesse soit pendant le plus jeune âge. C’est hors de question que notre comité prenne jamais cette position ».

Un regard critique sur l’expertise

La pertinence des études

167Plusieurs habitants dénoncent la prolifération d’études onéreuses et inutiles qui, compte tenu du problème posé, ne leur paraissent pas avoir posé les bonnes questions.

Il y a eu beaucoup d’études, pas forcément les plus pertinentes. […] Il y a des études qui ont été refusées, il y a des études qui n’ont servi à rien. Des études qui ont coûté cher et qui n’ont servi à rien. Elles sont quand même comptées dedans. Pendant l’EDR, il y a eu des études qui étaient faites en comparaison avec un autre quartier de Vincennes. Nos parkings ont été comparés aux parkings de la ville, des parkings privés et des parkings publics, c’est quand même une aberration. Il y a quand même des choses qui étaient très étonnantes. On compare des choses qui ne sont pas comparables. Est-ce que tout a été fait ? Non. Parce qu’il ne faut pas oublier qu’il n’y avait pas les connaissances qui étaient malheureusement limitées.

168Certains habitants perçoivent cette prolifération d’études comme une façade des autorités qui cherchent à les rassurer en montrant qu’elles agissent. Le collectif avait demandé que les études prennent en compte le lieu d’habitation des enfants malades ; mais sa demande n’a pas été prise en compte. Ils considèrent alors que les études environnementales n’ont pas de valeur car les prélèvements n’ont pas été faits aux bons endroits.

Ne serait-ce que pour les piézomètres, on aurait voulu que leur emplacement soit discuté. On aurait voulu que le choix des lieux des piézomètres soit fait en prenant en compte y compris des lieux d’habitation des enfants. Or le lieu d’habitation des enfants a toujours été considéré comme n’ayant aucun rapport avec cette fameuse enquête qui a été confiée à Kodak, l’EDR.

169Selon Henri Pézerat, l’enquête détaillée des risques a été d’autant plus inadaptée qu’elle a concerné uniquement l’environnement, sans aucun rapport avec les cancers d’enfants. Il recommandait de partir des cas de cancers pour mettre en évidence la pollution du site. Les causes que l’EDR était censée rechercher n’ont donc jamais été sondées.

L’EDR a été considérée comme n’ayant aucun rapport avec les cancers d’enfants. Donc les piézomètres ont été mis en fonction des lieux où il y avait des citernes de solvant, en fonction des lieux où on pouvait peut-être imaginer qu’il y avait eu quelque chose, mais on n’en savait rien. Tous les facteurs que vous voulez sauf le facteur habitation des parents des enfants malades.

170Une autre critique porte sur le fait que les experts se sont appuyés sur l’argument de cancers multiples pour réfuter l’hypothèse d’une cause commune. Or, pour les habitants, cette cause commune est la pollution du site par les produits chimiques utilisés par Kodak.

Les études posent de fausses questions et essayent ainsi de leurrer les habitants. Ils se demandent pourquoi les mêmes produits chimiques entraîneraient des cancers différents. Ça, c’est la pensée des médecins. Mais ils nous font passer pour qui ? Ils font croire à la population que ça devrait être un seul cancer !
Mais là, le problème c’est qu’il y a des cancers différents. Ça a toujours été un argument du comité scientifique pour dire qu’il n’y a pas de cause dans le quartier parce que les cancers qui se sont développés sont différents. En même temps, il y a un regroupement de cas de cancers d’origine un peu similaire.

171Selon le collectif, la recherche de polluants ayant pu provoquer ces cas de cancers est limitée. Sur les six cents produits utilisés par Kodak, seule une vingtaine auraient été recherchés. Le collectif a également l’impression que rien n’a été fait pour dégager un facteur environnemental susceptible d’expliquer l’excès de cas de cancers.

C’est vrai que trouver un lien de cause à effet pour des cas aussi nombreux sans avoir d’argument sur un produit en particulier, c’est extrêmement complexe, je veux bien le reconnaître. Mais si ce n’est pas étudié, ce ne sera jamais trouvé non plus. Je me dis qu’on ne comprendra peut-être jamais parce qu’on ne se donnera pas les moyens de comprendre. Parce que ça concerne très peu de cas, parce que peut-être techniquement, ce ne sera pas possible.

172Toutes ces critiques conduisent les personnes mobilisées à considérer que les experts n’ont jamais recherché la présence d’un risque environnemental. Selon elles, les postulats de départ étaient biaisés, les moyens n’ont pas été mis en œuvre, les résultats sont donc sans surprise.

La critique de l’épidémiologie

173Dès le départ, les membres du collectif rejettent l’étude épidémiologique, persuadés qu’elle aboutirait à considérer qu’il n’y a pas de risque spécifique.

Parce que jusqu’à présent, beaucoup d’études épidémiologiques qui ont été faites dans des lieux où il y avait des cancers concluaient toujours qu’il n’y avait pas de risque. […] Ils ont dilué la population : ils ont pris tout le carré du quartier sud. Notamment la rue le long du Château. Forcément, vous avez une population plus importante pour un nombre de cas égal.

174Ils remettent en cause l’enquête à partir de plusieurs éléments qui reposent sur leur connaissance locale, en particulier le choix de la cohorte qui ne tient compte que des enfants scolarisés dans la maternelle et la délimitation de la zone d’étude qui diluerait les résultats. Ils sont suivis par Henri Pézerat pour qui les choix méthodologiques faits dans les enquêtes remettent en question la fiabilité de leurs résultats.

Ils ont élargi énormément. Ils ont fait plusieurs enquêtes : une avec les enfants de l’école, une autre avec une population beaucoup plus large que celle de la zone sensible. À partir du moment où vous diluez dans une zone trop large, vous commencez à ne plus voir grand chose. C’était les deux choses : les enfants de l’école d’une part et une zone trop large d’autre part. Ça, c’était un manque de réflexion.

175Le collectif critique également le découpage en trois périodes d’ « alerte », de « pré alerte » et de « post alerte ».

C’est un découpage que j’ai trouvé arbitraire. Qu’est-ce qui peut déterminer vraiment ces découpages ? De diluer un peu les populations… On peut choisir ce qu’on veut comme population témoin, comme étendue du quartier… Tout a été fait quand même pour nous rassurer. Et pour ce qui est de trouver un lien avec un risque sanitaire réel, c’est pareil. C’est vrai qu’il y a des choses qui, techniquement, ne sont pas possibles. On ne peut pas rechercher tous les toxiques. Sûrement, il y a des problèmes techniques mais jamais ils ne sont allés interroger ni même visiter un logement d’une famille atteinte. On a fait la suggestion de faire des analyses dans les logements des familles atteintes mais ça ne rentrait pas dans les protocoles systématiques qu’ils avaient décidé de faire.

176Pour Henri Pézerat, ce découpage et la méthodologie plus générale des épidémiologistes ont été une cause de rupture avec le comité scientifique.

Donc au bout d’un moment, quand J. de l’INSERM, a commencé à sortir la méthodologie qu’ils employaient pour faire l’étude épidémiologique, j’ai commencé à sortir de mes gonds. C’est insupportable parce qu’ils découpaient dans l’espace et dans le temps pour pouvoir faire une période de pré-alerte, alerte et post-alerte. Si bien que ça leur permettait de mettre un petit peu de cancers dans chacun et de diluer tout ça. C’était vraiment invraisemblable. J’ai expliqué ma position et j’ai eu tout le monde contre moi. Alors j’ai dit : « Dans ces conditions, je ne continue pas à siéger avec vous. Je vous laisse l’entière responsabilité de ce que vous faites. Mais je ne pouvais plus ».

Le rejet de l’explication par l’aléa

177La recherche de causes est coextensive de la mobilisation autour des pathologies des enfants. Aussi, la mise en avant d’incertitudes, l’importance accordée aux limites des études paraissent difficilement acceptables car elles ne répondent pas aux fondements de la mobilisation. Certains habitants du quartier appartenant au corps médical ou au monde de la recherche scientifique n’ignorent pas les limites des recherches entreprises. La biologiste qui a été active dans la mobilisation évoque les difficultés à établir un lien causal entre des produits toxiques déversés dans le sol plus de dix ans auparavant et des cancers actuels. La possibilité d’une remontée de la nappe l’encourage néanmoins à demander le maintien du suivi.

Pour ce qu’il s’est passé il y a maintenant plusieurs années, on ne pourra jamais prouver formellement qu’il y a eu tel toxique à tel moment, qu’il y a eu telle cause, que c’est une cause commune. Par contre, je pense qu’il faut surveiller à long terme si la nappe phréatique monte. Parce que ça fait plusieurs années qu’on est en période de sécheresse, que les nappes phréatiques sont toutes très basses, donc on est moins en contact avec les émulsions qu’il peut y avoir dedans. Mais dès que les nappes phréatiques remonteront, si elles remontent un jour, on peut être confronté à un nouveau problème. Donc il faut absolument qu’il y ait une vigilance qui s’exerce à long terme pour que les analyses continuent à avoir lieu et que les gens se souviennent de ce qu’il y a eu sur ce site, etc.

178Elle considère toutefois que l’invocation d’un aléa est une réponse facile qui permet d’éluder les questions et de limiter les recherches.

  • 12 Le cas de Mortagne au Perche a donné lieu à une expertise de l’InVS en 2005 [Guillois-Bécel et Gag (...)

C’est vraiment prendre le problème à l’envers. Il n’y a pas de risque supposé pour eux, donc c’est dû au hasard. En même temps, on ne peut pas étudier tous les risques supposés. Il y a un excès, ça on n’a pas pu quand même le nier, il y a un excès. Au lieu de se dire, s’il y a un excès, c’est qu’il y a censément un risque, essayons de savoir quel risque. Ils ont répondu à la question posée, c’est-à-dire « Est-ce qu’il existe un risque sanitaire ? Non, il n’y a pas de risque supposé donc c’est dû au hasard ». C’est pour d’autres études comme ça ; j’ai essayé de voir ce qu’il y avait comme autres cas de regroupement de cancers sur la France, il y a un cas à Mortagne au Perche, le traitement de l’histoire est un peu similaire. Du point de vue épidémio, c’est aberrant. C’est incroyable, on lit dans les rapports qu’ils ont pris la population sur trente ans, on croit rêver ! Ça m’a confortée dans l’idée que tout est fait pour ne pas aller chercher plus loin mais pour rassurer, point final12.

179Selon Henri Pézerat, les experts s’abritent derrière les statistiques et les probabilités pour se désengager de toute responsabilité. De la même manière que le hasard peut être envisageable, une relation causale pourrait être trouvée si l’on s’en donnait les moyens.

Si vous voulez, c’est une position commune de l’InVS et de l’INSERM, deux grandes composantes du comité scientifique. Je leur avais dit : je serais tout seul dans ce cas, j’irais au tribunal et je dirais ce que j’ai à dire dans un tribunal en considérant, non pas que je suis certain à 100 %, ça n’existe pas en matière de cancer. On ne peut jamais dire. Par exemple qu’un cancer du poumon est lié à l’amiante pour quelqu’un qui a été exposé à l’amiante, on ne peut pas dire à 100 %. Pour la bonne raison qu’un cancer bronchique lié à l’amiante est le même qu’un cancer bronchique dû au tabac. En conséquence, il reste toujours une petite marge d’incertitude. Donc on parle en termes de probabilité mais on est capable de prendre ses responsabilités et on est capable de dire qu’il y a une forte probabilité ou une faible probabilité qu’une relation entre tel et tel événement explique la survenue d’un cancer dans une population. Mais pour eux, c’était impensable qu’on puisse avoir ce genre de position.

La mise en cause de l’indépendance de l’expertise

180L’indépendance de l’expertise est mise en doute par la population qui dénonce la mainmise des politiques sur les laboratoires. Pour un membre du CVF, l’enjeu serait d’obtenir la création d’un institut de recherche autonome, c’est-à-dire dégagé de toute emprise étatique.

Et il y a aussi le fait que toutes les agences, tous les experts scientifiques sont dépendants à différents degrés de l’État. On se pose la question de l’indépendance quand les organismes sont publics. Donc liés à un ministère ou un autre. Quand on voit comment ils font, comment ils s’y prennent pour minimiser certaines choses. Si en plus on a l’impression qu’ils s’y prennent toujours de la même manière pour traiter ce genre de choses, on se demande vraiment s’il y a une indépendance. Ce qu’il manquerait, ce serait vraiment un organisme indépendant de gestion des problèmes environnementaux.

181En remettant en cause l’indépendance de l’expertise à Vincennes, les habitants dénoncent également le principe du pollueur payeur qui préside à la prise en charge de l’enquête sur les risques, une aberration à leurs yeux. Certains de ses membres se disent « sidérés que Kodak soit entièrement maître d’œuvre de ces travaux », au prix, selon eux, d’un regard sur les résultats. Les résultats resteront donc toujours entachés d’un doute. Selon eux, ce principe est au cœur du dysfonctionnement politique en matière de santé publique. La présidente le compare avec le système américain qui lui semble plus performant en la matière.

Aux États-Unis, je ne dis pas que c’est formidable, mais ce n’est pas au pollueur de faire quelque chose. Il y a une alerte, sanitaire ou environnementale, on va voir, on fait un diagnostic, on fait le nécessaire, on met une cellule de crise sur place pour renseigner et puis voilà. Si le terrain n’est pas orphelin, on recherche l’entreprise et on la fait payer. À la base, les Américains avaient les sous du pétrole qui ont servi à ça. Ils ont une petite caisse. Nous, on en est bien loin. Donc c’est à Kodak de montrer qu’il n’a pas pollué ou que sa pollution n’engendre pas de maladies dans notre cas. Puisque rapidement on a vu qu’on avait de la pollution. Mais rapidement Kodak a essayé de voir si ce n’était pas Begin. Parce que ce qu’on a retrouvé, le chlorure de vinyle, ni Bégin ni Kodak ne l’utilisaient.

CONCLUSION

182Le signalement des cancers pédiatriques à Vincennes a occasionné un nombre important d'études épidémiologiques et environnementales et une mobilisation soutenue d'experts pour déterminer une éventuelle pollution des sols susceptible d'entraîner des pathologies parmi les enfants fréquentant l'école et vivant sur le site. Cet effort public doit être replacé dans le cadre de préoccupations publiques relatives à la dépollution d'anciens sites industriels qui, du fait de l'extension urbaine, sont transformés en zones d'habitation ou de bureau. La mise en place de ces dispositifs d'études n'est toutefois pas allée de soi, comme le montre l'analyse de la mobilisation locale. Comme à Saint-Cyr-l'École, les autorités publiques sont réticentes à entreprendre des études que, prenant appui sur leurs pratiques d'expertise, elles jugent infondées ou inaptes à apporter des résultats probants. Le faible nombre de cas de cancers est invoqué pour expliquer que les outils statistiques ne peuvent pas permettre de confirmer un excès de cas ; un premier balayage des informations sur l'environnement ne permet pas de suspecter une cause particulière.

183Il faut le relais d'un scientifique qui se prévaut d'une démarche militante sur les questions de santé environnementale pour que les préoccupations locales qui se sont fait jour dès 1999 soient prises en compte par les autorités sanitaires. Les réticences dont elles font preuve témoignent à la fois de l'absence de conviction qu'il y a réellement un problème qui les concerne, mais aussi de l'agacement à l'égard de l'engagement militant du scientifique qui se trouve sur plusieurs dossiers sensibles relatifs aux questions de santé environnementale. Ce scientifique militant occupe une fonction importante de médiation entre les autorités sanitaires et les acteurs locaux, permettant, non sans tensions, qu'une communication s’instaure malgré des univers de référence et des modes de raisonnement différents. Mais cette médiation connaît des limites que sa démission du comité de suivi illustre.

184Les autorités publiques ont également un rôle important dans la prise en compte du signalement et dans sa régulation locale, par la constitution de comités de suivi et par l’information qu'elles diffusent auprès de la population, limitant ainsi l'amplification de la situation par les médias. Grâce à ces médiations, les acteurs locaux qui se sont mobilisés dans le collectif ont pu s’acculturer à l'expertise épidémiologique et en développer une critique de la démarche et des méthodes mises en œuvre, là où, à Saint-Cyr-l'École, la critique en est restée aux conclusions qui étaient inacceptables pour les personnes qui s'étaient mobilisées.

  • 13 La crèche n’est pas déplacée car il n’était pas possible d’inscrire les enfants dans d’autres étab (...)

185La fermeture de l'école durant plus de deux années a représenté un événement majeur. La décision du maire était guidée par le souci d'éviter que les parents n'inscrivent plus leurs enfants à l'école et que de leur côté les enfants restant subissent une pression médiatique et psychologique. Bien que les autres équipements publics, dont les crèches, ne soient pas fermés, la fermeture de l’école accrédite l'idée qu'il y a un problème dont il convient de définir les composantes13. C'est alors que les acteurs locaux qui s'étaient déjà mobilisés, s'organisent dans le cadre d'un collectif pour faire entendre leur voix et participer aux différentes instances de suivi. La question de la réouverture de l'école se pose de façon régulière. C'est au terme des expertises que cette réouverture peut être réellement envisagées, les parents d'élèves refusant jusqu'alors de se déterminer.

186Sans répondre aux questions posées par les cancers d'enfants, les procédures de concertation engagées permettent de traiter des inquiétudes et des préoccupations qui se sont faites jour dans le quartier. Ces procédures ont été obtenues dans les situations de tension, voire de conflit entre les différents protagonistes. À la différence de Saint-Cyr-l'École où la concertation a été très faible, elles ont été une composante majeure du signalement et ont largement influencé son aboutissement.

Notes

1 Henri Pézerat est décédé en février 2009

2 Voir aussi la chronologie établie par la mairie de Vincennes : http://www.vincennes.fr/Cadre-de-vie/Developpement-durable/Quartier-desVignerons/Quartier-des-Vignerons-rappel-chronologique (URL vérifié le 8 juillet 2011).

3 La famille ayant déménagé en 1998 du site Kodak, dans la période de « pré-alerte » selon la catégorisation de l’InVS, ce cas est retenu mais n’apparaît pas dans l’enquête épidémiologique. Pour le collectif, il y a bien cinq cas qui s’échelonnent entre 1995 et 2001 auxquels s’ajoutera plus tard un sixième cas diagnostiqué en 1998 mais révélé avec certitude en mai 2002. Dans le prolongement de l’enquête sur les nouveaux cas, des parents font connaître deux cas supplémentaires plus anciens, survenus également dans la couronne urbaine entourant le site Kodak. L’un concerne une fillette atteinte de leucémie en octobre 1981, deux ans après son installation dans le quartier, le second concernant une autre fillette décédée en 1985 suite à un neuroblastome.

4 « Vincennes : friche industrielle et cancer d’enfants » (non publié).

5 Témoignage lors de l’émission « La mémoire des sols » diffusée sur France Culture le 18 février 2002 dans le cadre de l’émission « Surpris par la nuit ».

6 Tête de la liste d’union Droite libérale, RPR, UDF, MPF réélu en 2001

7 Un article par mois en 2001, un article trimestriel de 2002 à 2004 puis des articles plus sporadiques en 2005 sur les résultats des campagnes de surveillance environnementale.

8 Cancers suspects dans une maternelle, Le Figaro, 2 mai 2001.

9 Cancers suspects à la maternelle, Libération (05 mai 2001). Après le décès d’un enfant, l’ancien site Kodak de Vincennes va être entièrement inspecté, Le Parisien, (17 mai 2001), La psychose gagne autour de l’école maternelle de Vincennes, Le Parisien, (23 mai 2001). Pollution en série sur l’ex-site Kodak, Le Parisien (16 février 2002).

10 L’agenda 21 est un plan d’action en vue de la mise en œuvre du développement durable dans les collectivités territoriales, qui a été adopté lors de la conférence de Rio de Janeiro en 1992.

11 BEH n°49-50 du 20 décembre 2005.

12 Le cas de Mortagne au Perche a donné lieu à une expertise de l’InVS en 2005 [Guillois-Bécel et Gagnière, 2005].

13 La crèche n’est pas déplacée car il n’était pas possible d’inscrire les enfants dans d’autres établissements à proximité.

© Presses des Mines, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search