Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des environnements à risques

 | 
Marcel Calvez
, 
Sarah Leduc

Introduction

Texte intégral

  • 1 Source : NCH-CDC. Le NCEH a été établi dans les CDC (Centers for Disease Control and Prevention) e (...)

1Les signalements d’agrégats de cancers, ou de clusters selon le terme utilisé en épidémiologie, ont émergé comme un phénomène notable au cours de la décennie passée. L’Institut de veille sanitaire (InVS) a ainsi recensé 38 signalements entre 1997 et 2002 [Tillaut, 2005]. À titre de comparaison, aux USA, le National Center for Environmental Health (NCEH) a reçu 405 signalements d’agrégats de cancers entre mai 2002 et janvier 20041. Si aucun autre recensement n’a été fait depuis lors en France, ces signalements sont demeurés une préoccupation pour l’InVS comme en témoignent la rédaction d’un guide méthodologique [InVS, 2005] ou un article sur la contribution des sciences sociales pour appréhender des phénomènes qui échappent aux canons habituels de la pratique épidémiologique [Kermarrec et Dor, 2010].

2Les signalements sont le plus souvent faits par des acteurs locaux qui, directement ou par la médiation de médecins ou d’associations, saisissent les autorités à propos de ce qu’ils perçoivent comme des cas inhabituels de maladies graves. Par leur nombre, par les populations touchées, par leur type, ces cas ne répondent pas aux explications ordinaires de la survenue de ces cas de maladies. Ces acteurs locaux envisagent alors une cause dans leur environnement, le plus souvent dans les émanations provenant d’installations de type industriel. Ils se retournent vers les autorités publiques pour qu’elles corroborent leurs représentations et qu’elles prennent des mesures adéquates à même de protéger ceux dont ils se font les porte-parole.

3Ces signalements retiennent l’attention parce qu’ils concernent le plus souvent des pathologies cancéreuses, touchant des populations inhabituelles ou avec une ampleur peu fréquente selon les représentations courantes des cancers, et qu’ils incriminent des émanations provenant d’installations industrielles ou de sites pollués. Ils cristallisent une sensibilité collective à l’égard des cancers et des préoccupations relatives à des pollutions environnementales. À ce titre, ils sont emblématiques d’inquiétudes contemporaines relatives à la santé et aux transformations de l’environnement.

4Des investigations sanitaires sont réalisées sur la plupart de signalements par l’InVS ou ses cellules régionales (CIRE - Cellules interrégionales d’épidémiologie) en prenant appui sur les critères mis en évidence dans la littérature internationale pour qualifier les clusters et sur les guides méthodologiques qui ont été élaborés au plan national. Selon ces critères, pour qu’il y ait un cluster, il faut qu’il y ait une pathologie unique et clairement définie, que la maladie en cause présente une forme différente des cas précédemment recensés, que la population affectée soit différente de la population habituellement atteinte par cette maladie, qu’un facteur de risque connu soit présent, que le risque relatif soit élevé et qu’une exposition spécifique à un facteur de risque soit identifiée [InVS, 2005]. Selon ces critères, les signalements faits par des acteurs locaux peuvent difficilement être qualifiés de clusters au sens épidémiologique : les excès perçus de cas restent le plus souvent dans les limites des cas statistiquement attendus ; aucune hypothèse relative à une origine environnementale des pathologies ne peut être émise ou validée.

  • 2 Chateauraynaud et Torny ont fait entrer la notion de « lanceurs d’alertes » dans le débat français (...)

5Si, du point de vue des autorités de santé publique, la question soulevée par le signalement est close par une expertise épidémiologique non concluante, il n’en est pas de même du point de vue des acteurs locaux2. Le signalement auprès des autorités sanitaires procède, en effet, de préoccupations qui les conduisent à produire une connaissance sur des risques de santé environnementale et à interpeller les autorités de santé. Face aux doutes émis d’emblée par les épidémiologistes en fonction des critères de leur discipline et de leur expérience professionnelle et, à plus forte raison devant les résultats non concluants de l’expertise, les personnes qui ont signalé les cancers et qui ont mis en cause une installation industrielle se trouvent placées face à un dilemme : soit accepter l’expertise et renoncer à leur propre représentation du problème qu’elles ont posé, soit contester l’expertise et donner un retentissement public au problème de santé qui les a conduites à se mobiliser. La réponse de renoncement mérite sans aucun doute l’attention du sociologue car elle est d’ordinaire interprétée en termes de confiance attribuée à l’expertise ou d’adhésion à la rationalité dont les experts sont les porteurs, sans que soient véritablement questionnées les raisons qui conduisent ces acteurs à ne plus formuler publiquement leurs inquiétudes. Mais pour diverses raisons, théoriques, méthodologiques et éthiques, elle n’est pas aisée à étudier. La réponse de contestation est d’emblée moins problématique à aborder car le travail d’enquête peut prendre appui sur les données tangibles d’une mobilisation locale.

6L’ouvrage porte sur ces signalements et les formes publiques qu’ils acquièrent depuis les premières cristallisations qui conduisent des acteurs privés à s’adresser aux autorités pour répondre aux préoccupations qu’ils expriment jusqu’aux relations avec les experts mandatés pour investiguer le problème. Il s’intéresse à la construction des problèmes que l’on qualifie de plus en plus en termes de santé environnementale, par celles et ceux qui s’en estiment concernées, voire victimes. Il analyse les modalités sociales par lesquelles les plaintes se forment et ce qu’elles disent de l’expérience sociale des personnes concernées ou mobilisées. L’approche vise tout d’abord à expliquer la formation de ces signalements. Son objectif est également de produire du matériau pour contribuer à une analyse des enjeux en matière de décision et d’intervention en santé publique dans le domaine des risques environnementaux.

7L’ambition de l’ouvrage est de produire une connaissance qui s’extraie des configurations institutionnelles dans lesquelles les signalements d’agrégats de cancers sont abordés pour reformuler les questions qu’ils posent dans un cadre d’analyse social et culturel apte à prendre en considération les expériences des populations concernées. Lorsque les données épidémiologiques aboutissent à la conclusion qu’il n’y a pas d’exposition identifiable à une menace de santé pour une population, le signalement est alors interprété par les autorités publiques comme un défaut de perception que des actions appropriées d’information et de communication sont susceptibles de corriger. Le déplacement de la situation issue du signalement vers le registre de la communication repose sur des arguments qui mobilisent des lieux communs comme l’idée que, par le signalement, les plaignants font un travail de deuil, voire qu’ils expriment des peurs irrationnelles, ce à quoi répondent d’autres lieux communs selon lesquels les experts ne sont pas mus par une éthique et une pratique désintéressées, voire qu’ils sont inféodés aux puissances économiques ou politiques. Loin de permettre une compréhension, ces usages multiples de lieux communs obscurcissent le raisonnement et ne favorisent pas l’analyse de ces situations.

8En prenant les signalements d’agrégats de cancers comme objet de recherche sociologique, on reconnaît d’emblée qu’ils ne sont ni déraisonnables, ni irrationnels et qu’ils ne proviennent pas d’une ignorance. On considère qu’ils expriment à leur façon une expérience sociale et culturelle en prenant appui sur des cas avérés de pathologies que les personnes qui se mobilisent considèrent rares ou inhabituelles. Comme dans toute situation de maladie, ces personnes cherchent à répondre aux questions du pourquoi et du comment de la maladie en vue de lui donner un sens et de pouvoir agir sur elle [Augé et Herzlich, 1984]. Pour expliquer les signalements, il convient alors d’étudier les modalités par lesquelles des acteurs locaux se préoccupent de certaines situations de maladie, cherchent à les expliquer et à en trouver les causes, et se mobilisent pour agir contre ces causes.

9Trois sites dans lesquels il y a eu des signalements d’agrégats de cancers entre 2000 et 2002 ont été l’objet d’une enquête de type ethnographique menée auprès des acteurs locaux qui ont été les acteurs du signalement en 2005 et 2007. Dans chacun des sites, elle a concerné entre dix et quinze personnes ; celles qui étaient au cœur du signalement ont été rencontrées à plusieurs reprises ; les archives qu’elles ont pu mettre à notre disposition ont été étudiées. Cette enquête a été complétée par une recherche documentaire sur la publicité donnée à ces signalements. Les travaux ont eu pour objet d’établir la chronologie des signalements, de caractériser les réseaux d’acteurs par lesquels ils se sont formés, les actions mises en œuvre et les représentations qui en émergent. Ce matériau permet d’ancrer la connaissance dont le signalement est l’expression dans l’expérience sociale des réseaux d’acteurs.

10La première situation a pour cadre le quartier de l’Épi d’Or à Saint-Cyr-l’École (Yvelines), où des antennes relais de téléphonie mobile installées sur le toit d’un groupe scolaire (primaire et maternelle) en 1992 et 1997 sont mises en cause dans l’apparition de pathologies rares chez des enfants du quartier. La deuxième situation concerne la suspicion d’un agrégat de cancers d’enfants à l’école maternelle Franklin Roosevelt de Vincennes (Val-de- Marne) qui se situe à l’emplacement d’un ancien site industriel Kodak. La troisième situation concerne un incinérateur d’ordures ménagères à Nivillac (sud-est du Morbihan), qui a fonctionné de 1990 à 1999 et qui est jugé responsable de cancers. Les trois sites ont été choisis pour bénéficier d’un matériau d’enquête diversifié, c’est-à-dire un matériau caractérisé par l’hétérogénéité des sources incriminées et par la diversité des populations concernées et des formes de mobilisation sociale.

11L’enquête de terrain s’est attachée aux acteurs locaux, à leurs explications des événements de santé à propos desquels ils se mobilisent, aux perceptions éventuelles des risques pour leur propre santé et aux procédures d’accusation qui sont développées. L’intérêt d’une approche locale est d’analyser les ressources qui sont mobilisées par les acteurs et les processus par lesquels les associations entre des cas de cancers et des installations industrielles s’élaborent pour devenir, ou non, une relation de causalité légitime aux yeux de ces acteurs. Les études locales fournissent ainsi un matériau permettant d’approfondir les enjeux et les questions posées par les signalements de cancers à partir de situations localisées et délimitées en termes de temps, d’objets et d’acteurs.

  • 3 À un degré moindre toutefois que l’incinérateur de Gilly-sur-Isère en Savoie [Cicollela et Benoit (...)

12La limite de cette approche réside dans le fait que le primat attribué aux dimensions locales et à leurs contours singuliers peut conduire à négliger des dimensions plus globales qui trouvent à s’enraciner localement. Ainsi chacun des sites a été promu, de façon temporaire ou durable, comme figure emblématique de problèmes associés à des activités industrielles : Saint-Cyr et les antennes de radiotéléphonie, Vincennes et les sites de l’industrie chimique en reconversion vers des fonctions résidentielles, Nivillac et les incinérateurs3. Cette dimension emblématique ne doit pas être négligée car elle est le moyen par lequel un signalement accède à l’espace public. L’approche locale en apporte une connaissance limitée en s’intéressant aux modalités par lesquelles l’exemplarité de la situation est construite par les acteurs locaux, aux conditions dans lesquelles ils sollicitent des militants de causes environnementales, aux tensions et aux dilemmes auxquels ils sont confrontés lorsqu’ils souhaitent conserver la maîtrise de la cause qui les fait agir. Les autres composantes de la montée en généralité, par exemple les mobilisations contre les antennes de radiotéléphonie ou la remise en cause de l’incinération des ordures ménagères, ne sont prises en compte que dans leurs incidences locales.

13Travailler sur trois terrains conduit à mettre en évidence une place différente du local dans les signalements. À Saint-Cyr, il y a une mobilisation locale forte dans le quartier de l’Épi d’Or où vivent les personnes qui agissent pour faire démonter les antennes. À Vincennes, des plaignants locaux actifs dans la mobilisation s’allient à des acteurs extérieurs aux lieux résidentiels suspectés d’être pollués. La Mairie, la Direction générale de la santé, l’Institut de veille sanitaire sont très présents, ce qui n’est pas le cas de Saint-Cyr, même si on y retrouve ces acteurs. Une autre singularité de Vincennes réside dans la présence d’une association de résidents qui s’oppose aux acteurs du signalement. À Nivillac, il n’y a pas de mobilisation locale contre l’incinérateur. Le signalement se construit en dehors des réseaux locaux, ce qui explique son éclatement aussi bien que la difficulté des quelques acteurs locaux qui se mobilisent à en faire autre chose qu’un symbole. L’ancrage local des trois signalements se présente donc de façon différente, ce qui fonde l’intérêt d’une approche comparative.

14Chacun des chapitres à venir présente l’un des signalements étudiés. La trame de présentation de chaque cas est identique. Tout d’abord, la chronologie permet de suivre le développement du signalement et l’intervention des différents acteurs et institutions. Ensuite, les lieux et les acteurs du signalement sont présentés. Cela permet d’exposer le déroulement de la mobilisation locale. Enfin, la dernière partie de chaque monographie est consacrée aux représentations des risques et aux conditions dans lesquelles elles se forment. Chaque monographie prend appui sur des extraits d’entretiens qui sont une composante essentielle de la trame du récit. Le choix a été fait de ne pas identifier explicitement les auteurs des extraits d’entretien dans la mesure où la trame du récit permet logiquement de connaître leur place dans la mobilisation.

15En présentant assez exhaustivement ces trois signalements, l’objectif est de fournir un matériau empirique et d’engager des discussions sur ces situations locales, leurs dynamiques sociales et leurs significations. Alors qu’aux États-Unis, il existe des études présentant des situations comparables [Brown et Mikkelsen, 1990 ; Kroll-Smith et Floyd, 1997 ; Kroll-Smith, Brown, Gunter, 2006], ce matériau fait défaut en France. L’ouvrage vient ainsi en complément de la présentation récente de contributions américaines sur ces questions [Akrich, Barthe, Rémy, 2010]. Un matériau de recherche acquiert une valeur dans le débat scientifique en fonction des analyses et des interprétations qui en sont faites. Pour dépasser les descriptions locales et contribuer à ces débats, le dernier chapitre propose, à partir d’une comparaison entre les trois cas, une analyse de la formation des signalements, de leurs déterminants sociaux et des dimensions culturelles dont ils sont porteurs. Il reprend et développe des analyses présentées par ailleurs [Calvez, 2009 ; Calvez, 2010a ; Calvez, 2010b]. Enfin la conclusion s’interroge sur l’ancrage culturel de la notion de risque qui traverse ces signalements.

16Les recherches dont cet ouvrage est issu ont été financées par l’ADEME (Agence pour le développement et la maîtrise de l’énergie) # 04 10 C 0041, le Programme CNRS SBSS (Sciences biomédicales Santé Société) # 08/2005/DR03, et le Ministère de la recherche (ATC Environnement-santé) # 04 5667. Leur conception a associé Denis Bard et Patricia Loncle (EHESP, Rennes). Les études de terrain ont été réalisées entre 2005 et 2007, celles de Vincennes et de Saint-Cyr-l’École par Sarah Leduc, celle de Nivillac par Marcel Calvez qui a assuré la responsabilité scientifique du programme et la rédaction de l’ouvrage. La mise au point finale de l’ouvrage a également bénéficié des recherches sur la cristallisation des plaintes en santé environnementale engagées dans le cadre du programme Environnement-santé-travail de l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) # EST-09-32.

Notes

1 Source : NCH-CDC. Le NCEH a été établi dans les CDC (Centers for Disease Control and Prevention) en mai 2002 pour centraliser et suivre les préoccupations de santé environnementale.

2 Chateauraynaud et Torny ont fait entrer la notion de « lanceurs d’alertes » dans le débat français sur les questions de santé et de risque. Cette notion n’est pas reprise ici, car l’ouvrage a pour objet la construction d’une connaissance et son ancrage local, d’où l’utilisation du terme plus général d’acteurs locaux, qui permet d’englober les différentes contributions à la mobilisation locale. Ces acteurs que l’on étudie correspondent à l’un des types de lanceurs d’alertes qu’ils analysent à partir des cas de Gammaville et de Penly [Chateauraynaud et Torny, 1999, p 264-269].

3 À un degré moindre toutefois que l’incinérateur de Gilly-sur-Isère en Savoie [Cicollela et Benoit Browaeys, 2005, p 162-167 ; Roulet, 2008].

© Presses des Mines, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540