Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frédéric Le Play

 | 
Antoine Savoye
, 
Fabien Cardoni

Appendices

Frédéric Le Play en quelques dates

Antoine Savoye

Texte intégral

I. Enfance et études, entre la Normandie et Paris (1806-1830)

11 avril 1806 :

1• Naissance à La Rivière-Saint-Sauveur (Calvados) de Pierre Guillaume Frédéric Le Play. Son père, Pierre Antoine, né à Gournay (Seine-Inférieure) en 1775, est un lieutenant des douanes. Sa mère, Rosalie Auxilion, née à Caen en 1785, est la fille d’un aubergiste de Granville (Manche).

1811-vers 1815 :

2• Le petit Frédéric est confié à une tante paternelle et à son mari résidant à Paris. Il fréquente une école primaire rue Grétry.

Vers 1816 :

3• La famille Le Play, réduite à la mère et à ses deux enfants, Frédéric et Cœlina, à la suite de la séparation de fait des parents (le père est en poste dans la région de Bitche, en Moselle), s’installe à Ingouville (commune aux portes du Havre).Études secondaires au collège du Havre.

27 septembre 1822 :

4• Il obtient le baccalauréat ès-lettres à Rouen.

1822-1823 : « année sabbatique »

5• Après son succès au baccalauréat, il teste ses capacités intellectuelles, en vue de la préparation au concours d’entrée à l’École polytechnique, auprès d’un ami de la famille, Dan de la Vauterie, un ingénieur des Ponts et Chaussées (en poste à Saint-Lô).

1823-1824 et 1824-1825 : préparation du concours d’entrée à Polytechnique

6• Le Play est élève au collège Saint-Louis avec le statut de « pensionnaire à l’institution Mayer » (rue Saint-Jacques, près du Val-de-Grâce). Il obtient le premier prix de physique et le second prix d’algèbre. Succès au concours d’entrée à Polytechnique.

1825-1826 et 1826-1827 : scolarité à l’École polytechnique

7• Le Play bénéficie d’une demi-bourse sur les fonds du ministère de l’Intérieur. Rang de sortie : quatrième sur cent dix neuf. Il est admis à l’École des mines premier sur quatre.

1827-1828 et 1828-1829 : scolarité à l’École des mines

  • Juin-octobre 1829 : comme le prévoit le plan des études, Le Play entreprend un long voyage d’études dont l’itinéraire et le programme ont été approuvés par le conseil de l’École. Formant une « brigade » avec un élève de troisième année, Jean Reynaud, il se rend en Allemagne du Nord jusque dans le Hartz, principal objectif du voyage.
  • 12 août 1829 : mis « hors de concours »1 à la suite de ses résultats aux épreuves théoriques où il a obtenu, en deux ans, tous ses « medium »2 et largement. Mais il doit encore effectuer son deuxième voyage au titre de l’« instruction pratique ».
  • Première publication : « Analyse d’une tourmaline du Mont-Rose » par M. Le Play (sic), élève-ingénieur des Mines (Annales de chimie et physique, t. 42,troisième volume de l’année, p. 270-282).

1830 : attaché au laboratoire de chimie de l’École ; sa vocation sociale

  • Janvier : nommé « directeur-adjoint des travaux du laboratoire de l’École » où il succède à Bineau. Il y restera attaché jusqu’en 1834.
  • Février : présentation d’un mémoire sur la réduction de l’oxyde de zinc devant le conseil de l’École des mines qui marque le début de ses recherches chimiques.
  • 30 avril : victime d’un grave accident au laboratoire de l’École des mines lors de la réalisation d’une préparation de potassium. Il a les deux mains brûlées et doit assister en spectateur meurtri aux journées de Juillet et à l’avènement de la monarchie de Juillet. Plus tard, il confessera que ces circonstances l’ont résolu à vouloir « remédier autant que possible aux fléaux déchaînés de [son] pays » et à mener de front ses études de métallurgie avec celles des familles et des sociétés.
  • Il publie « Analyse d’une substance associée à l’amphibole des carrières, Saint-Yriex (Haute-Vienne) » (Annales des Mines, vol. V, p. 187).

II. Carrière dans le corps des Mines (1831-1856)

1831 : ingénieur ordinaire

8• 25 octobre : nommé ingénieur ordinaire de 2e classe.

1832 : secrétaire adjoint des Annales des mines

  • Est nommé secrétaire adjoint de la commission (comité de rédaction) des Annales des mines sous la direction du géologue Dufrénoy, avec la mention « spécialement chargé de la traduction des mémoires étrangers ».
  • Publie un mémoire, de science statistique, sur le commerce des principales substances minérales entre la France et les puissances étrangères pendant les douze dernières années (voir la bibliographie).

1833 : première mission en Espagne

9• 12 avril-15 juillet : voyage d’exploration géologique et de recherche sur l’industrie métallurgique.

1834 : chargé de la statistique de l’industrie minérale

  • 31 janvier : arrêté nommant Le Play secrétaire de la commission de statistique de l’industrie minérale. Il abandonne ses fonctions au laboratoire, tout en continuant ses recherches sur la cémentation.
  • Deuxième voyage en Espagne (Catalogne, Biscaye).
  • Publie ensemble les résultats de ses deux voyages dans la péninsule ibérique (voir la bibliographie).

1835 : première mission économique et commerciale (Belgique)

10• Juillet-août : mission officielle sur l’industrie métallurgique belge en prévision d’une révision des tarifs douaniers entre la France et la Belgique.

11À partir de cette première mission et en raison de sa fonction de statisticien de l’industrie minérale, Le Play est fréquemment consulté par les responsables de la politique industrielle et commerciale de la France, notamment lors des débats parlementaires.

1836 : mission officielle sur l’industrie houillère britannique

  • 18 janvier : soumet à l’Académie des sciences un mémoire intitulé Essai sur la théorie du traitement des minerais de fer dans les hauts-fourneaux, et exposé de plusieurs principes nouveaux sur le mode d’action du carbone considéré comme réactif réducteur et carburant. Il s’en suit une polémique avec l’ingénieur Chevremont qui revendique la paternité de la découverte.
  • Juillet-octobre : mission d’enquête sur l’industrie charbonnière en Angleterre, à la demande du ministre des Travaux publics et du Commerce.
  • 1er décembre : rapport qui fait suite à la mission en Angleterre : Considérations sur l’importance politique et industrielle de la houille à l’époque actuelle et sur l’urgence qu’il y a d’assurer à la France un large et sûr approvisionnement de ce combustible.

1837 : mission en Russie et mariage

  • 15 février : est fait chevalier dans l’ordre de la Légion d’honneur.
  • Printemps-automne : mission en Russie méridionale organisée par le prince Anatole de Demidoff, maître de forges, propriétaire de mines et usines dans l’Oural, correspondant de l’Académie des sciences. À la suite de cette expédition scientifique qui dure de mai à novembre, Demidoff s’attache les services de Le Play. Celui-ci devient, pour une quinzaine d’années, son ingénieur-conseil pour la gestion de ses mines et usines.
  • 16 octobre : présentation à l’Académie des sciences du mémoire de Laurent et Le Play sur la théorie de la cémentation.
  • 9 décembre : mariage de Frédéric Le Play avec Augustine Fouache, fille de Jean-Baptiste Fouache, constructeur de navires, puis de maisons, adjoint au maire d’Ingouville.

1838 : mission dans le Sud de la France et en Italie (Ligurie et Toscane)

1841 : aboutissement de ses recherches chimiques

12• Publie dans les Annales des mines un mémoire « sur le mode d’action du carbone dans la cémentation des corps oxydés… » grâce auquel il donne une forme définitive à douze années de travaux et entend mettre un point final aux diverses polémiques que ceux-ci lui ont values (Annales des mines, 1841, p. 267-286).

1840 : professeur de minéralurgie (métallurgie) à l’École des mines

  • 31 mai : Le Play est nommé à la chaire de minéralurgie (ou métallurgie) de l’École des mines où il succède à Guényveau. Il quitte alors le secrétariat des Annales, mais conserve la responsabilité de la commission de statistique.
  • Août-septembre : avec l’accord du conseil de l’École et du directeur général des Ponts et Chaussées et des Mines, il entreprend un voyage d’études (« voyage d’instruction »), financé, dans le but d’enrichir son cours, dans le centre et le midi de la France.
  • C’est désormais cette formule du voyage d’instruction que Le Play va utiliser pour obtenir des autorisations et soutiens aux différents voyages qu’il va entreprendre dans les années 1840 et 1850.
  • Rend publiques ses conceptions sur la statistique et élabore le cadre pour une statistique générale de la France (voir la bibliographie).

1842-1853 : dix années d’enquêtes et d’expertises

13Le Play effectue une série de voyages d’études dans divers pays européens mentionnés ci-dessous. Ces voyages sont justifiés par son cours à l’École qu’il actualise et la préparation de son ouvrage de science sociale Les ouvriers européens, notamment pour la réalisation de monographies de familles ouvrières. Ils sont généralement suivis de la publication de mémoires scientifiques où l’on peut suivre l’élaboration de sa pensée (voir la bibliographie).

14• 1842 : Grande-Bretagne. Naissance de son fils Albert le 27 juin.

15• 1844 : Russie (Oural).

16• 1845 : Scandinavie et Allemagne du Nord.

17• 1846 : Italie du Nord et Autriche-Hongrie.

18• 1848 : partisan, dans les années qui précédèrent sa chute, d’une profonde réforme du régime de Juillet, Le Play rallie immédiatement le Gouvernement provisoire où son ami Jean Reynaud occupe les fonctions de sous-secrétaire d’État à l’Instruction publique.

1929 février : nommé à la Haute Commission des études scientifiques et littéraires « chargée de préparer la solution des questions nouvelles qui surgissent dans l’instruction publique », il participe à la création de l’École d’administration et de l’Institut agronomique.

206 juin : élevé à la 1re classe, nommé directeur des études à l’École des mines dont il prépare la réforme.

21Voyage en Suisse.

22• 1849 : juré à l’Exposition nationale des produits agricoles et industriels.

23• 1851 : séjourne en Angleterre pour participer à l’Exposition universelle où il est un des rares jurés français.

24• 1852 : Autriche-Hongrie.

25• 1853 : troisième voyage en Russie (Oural).

26• 1854 : décès du père de Le Play à Sarreguemines.

1855 : Les ouvriers européens, l’Exposition universelle, le Conseil d’État

  • Mars : publication des Ouvriers européens, grand in-folio de 300 pages, composé d’un exposé de la méthode d’enquête ; de 36 monographies représentant les diverses situations sociales caractérisant les sociétés européennes ; un appendice prescrivant des réformes de structures articulées à des mesures législatives et un changement moral des pratiques sociales. L’ouvrage, remarqué, donne lieu à de vives controverses.
  • 23 mai : remplace comme commissaire général de l’Exposition universelle, placé sous l’autorité du prince Napoléon, le général Morin (démissionnaire).
  • Décembre : Le Play est nommé au Conseil d’État, à la section des travaux publics.

1856 : le prix de statistique de l’Académie des sciences, la création de la Société internationale des études pratiques d’économie sociale (SIEPES)

  • 28 janvier : l’Académie des sciences lui accorde le prix Montyon de statistique pour les Ouvriers européens, ce qui l’encourage à fonder une société savante pour poursuivre collectivement ses travaux.
  • Été : Le Play, en vue de compléter ses enquêtes et de lancer l’activité de la SIEPES, effectue deux monographies de familles ouvrières (dont celle des Mélouga, paysans de Cauterets, Pyrénées).
  • Achat du domaine de Ligoure (Haute-Vienne) où Le Play va, progressivement, instituer une famille-souche à travers son fils. Il partage désormais sa vie entre sa résidence parisienne (rue de Belle chasse, rue Saint-Dominique, rue Garancière et enfin place Saint-Sulpice) et sa résidence limousine où il séjourne, autant que faire se peut, de juillet à octobre.
  • 27 novembre : constitution définitive de la SIEPES (avec le patronage de personnalités scientifiques telles que Villermé, Chevalier, J.-B. Dumas, Boussingault, etc.) qui a pour but de réaliser des enquêtes sur le modèle des monographies de familles ouvrières et d’en discuter les résultats. La SIEPES crée une collection pour publier les monographies qu’elle a approuvées : Les ouvriers des deux mondes.
  • Décembre : Le Play démissionne de ses fonctions à l’École des mines.

III. Conseiller d’État, sénateur et réformateur social (1857-1870)

1858-1862 : les rapports entre patrons et ouvriers, l’industrie de la boulangerie

  • Conseiller d’État, Le Play se voit confier deux missions spéciales. D’une part, sur l’industrie de la boulangerie parisienne que le baron Haussmann voudrait voir encore plus encadrée et réglementée. D’autre part, sur les relations entre patrons et ouvriers, à la demande directe de l’Empereur qui souhaiterait légiférer en la matière. Dans les deux cas, Le Play entreprend des enquêtes approfondies et conclut que toute mesure législative et contraignante irait à l’encontre des buts recherchés. Il l’emporte contre Haussmann, après de longs débats, et l’Empereur décrète finalement la liberté de l’industrie boulangère(1863).
  • Mai 1861 : secrétaire général de la commission impériale de l’Exposition universelle de Londres de 1862, puis commissaire général de la délégation française à l’Exposition universelle de Londres (mars 1862), Le Play a notamment pour tâche de superviser le travail de la représentation ouvrière, innovation voulue par le « césarisme social » de l’Empereur et de son cousin, le prince Napoléon. L’expérience des délégations ouvrières sera renouvelée en1867.
  • Mars 1862 : décès de la mère de Le Play à Paris.

1864-1867 : le tournant réformateur

  • Avec la Réforme sociale en France (1864), ouvrage qu’il a mis cinq années à élaborer, Le Play propose une analyse globale de la société française. Il en déconstruit l’organisation, analysant ses éléments constitutifs et leur articulation, depuis l’organisation de la vie privée jusqu’aux mécanismes administratifs et de gouvernement ; il préconise des réformes de ces différents rouages, étayées sur ses enquêtes et celles effectuées par ses collaborateurs.
  • Le Play considère cette première édition comme susceptible d’être modifiée et améliorée, notamment grâce aux réactions de ses lecteurs. C’est donc un chantier intellectuel ouvert dont les avancées entraîneront plusieurs rééditions de l’ouvrage sensiblement remaniées (1866, 1867, 1872, 1874).
  • Fort de ce programme dont la réforme du droit successoral est sans doute la clef de voûte, Le Play milite pour convaincre les classes dirigeantes de son bien-fondé. Il cherche, en particulier, des appuis chez les catholiques libéraux (Cochin, Montalembert), entretenant une active correspondance avec ses représentants.
  • L’Exposition universelle dont il est nommé commissaire général dès 1865, est une tribune internationale pour faire valoir ses idées. Il impose l’idée d’un concours spécial (le « nouvel ordre de récompenses ») primant les entreprises, non plus pour leurs produits, mais pour la qualité des relations sociales entre patrons et ouvriers.
  • À la fin de l’année (le 29 décembre), le succès de l’Exposition lui vaut d’être nommé au Sénat de l’Empire, quittant de ce fait le Conseil d’État.

1868-1870 : la notabilisation

  • Mars 1868 : atteint par la limite d’âge, Le Play prend sa retraite du corps des Mines. Il recevra le 12 août le titre d’inspecteur général des Mines honoraire.
  • Bien que sans grande illusion, Le Play ne ménage pas son appui à l’Empire libéral, tant au Sénat que dans les débats publics. Sur le mode discret qui le caractérise, il soutient Émile Ollivier et son gouvernement, acceptant d’apporter son concours à la commission de décentralisation (février 1870).
  • L’essentiel lui paraît, cependant, se jouer ailleurs que dans les arènes politiques : dans le combat des idées et dans les initiatives privées. Sollicité par l’Empereur, il condense ses analyses des relations entre patrons et ouvriers dans L’organisation du travail (février 1870) qui connaît un grand succès.
  • Replié à Ligoure pendant la guerre, se sentant peu concerné par la débâcle de l’Empire, il lance dès l’automne un appel public, par voie de presse, à l’union des forces réformatrices.

IV. Maître à penser des « conservateurs-réformateurs » (1871-1882)

1871-1872 : la réforme sociale plus que jamais !

  • Au sortir de la guerre civile, Le Play, nullement démotivé par le nouveau contexte politique, prend immédiatement rang parmi les penseurs qui s’efforcent de tirer les enseignements du « désastre ». Il livre son analyse dans un petit opuscule, La paix sociale après le désastre (1871). Il publie également un ouvrage dont la guerre avait empêché la parution, L’organisation de la famille.
  • Dégagé de tout engagement officiel, il relance les activités de la SIEPES désorganisée par le conflit, cherchant à regrouper les réformateurs qui partagent son diagnostic de la crise de la société et s’accordent sur les solutions à y apporter. L’école de Le Play – au sens plein du terme – prend son essor.

1873-1876 : les unions de la paix sociale, groupements savants et militants

  • 3 La SIEPES a toujours été de dimension restreinte, comptant de 250 à 300 membres et tenant ses séan (...)

27• Conservant à la SIEPES son caractère de société savante3, Le Play cherche à élargir son influence. Il lance plusieurs appels à la création de cercles d’études acquis à ses principes. Il constitue lui-même une première « union de la paix sociale » (UPS) à Paris qui devient le prototype de groupements locaux. Ceux-ci, ayant pour but l’étude des sociétés et la propagande des idées réformatrices, se répartissent sur tout le territoire national et même à l’étranger. Ils ont pour lien la Correspondance des unions, brochure dont Le Play est le principal auteur. Plus tard, sera créé l’Annuaire de l’Union.

28Les UPS comptent 1 500 membres en France et à l’étranger (Belgique, Italie, Grande-Bretagne) à la mort de Le Play. Elles rassemblent, avec les membres de la SIEPES (qui ont souvent la double appartenance), les « conservateurs-réformateurs », partisans d’un changement social qui actualise les principes fondateurs, dégagés par l’étude scientifique, de la stabilité et de la prospérité des sociétés.

29• Le Play dote les membres des UPS d’un nouvel instrument d’analyse, la monographie de société, applicable à des unités sociales vastes ou restreintes. Il en propose un modèle dans sa Constitution de l’Angleterre (1875).

1876-1878 : enseigner la science sociale

  • Pour former à la science sociale de Le Play la jeune génération qui l’a rejoint, Henri de Tourville, nouvelle recrue, constitue, avec son patronage, une « École des voyages ». Conjointement, la réalisation d’enquêtes aboutissant à des monographies de familles ouvrières est relancée. Une deuxième série des Ouvriers des deux mondes est inaugurée (1878).
  • Le Play fait de son salon de la place Saint-Sulpice un lieu permanent de réunion et de discussion, ouvert à ses proches partisans comme aux personnalités intellectuelles, françaises et étrangères. Taine y lit son « portrait du jacobin », en avant-première de son Histoire de la France contemporaine. Écoutons à nouveau Lefébure de Fourcy : « Après le travail du jour, son salon recevait, toujours ouvert, les amis de la maison ou les étrangers de passage. Une lecture à haute voix, une partie de whist, la préparation de la Revue [La Réforme sociale], et surtout une causerie sérieuse ou gaie, suivant les visiteurs, remplissaient tour à tour ces réunions du soir, auxquelles présidaient avec une grâce incomparable la dévouée compagne qui, depuis quarante années, donnait à Le Play le bonheur intime du foyer […]. La sonnerie de dix heures donnait le signal de la retraite. » (E. Lefébure de Fourcy, « P. G. F. Le Play. Notice biographique », Annales des Mines, 8e série, t. II, 1882, p. 24).

1877-1879 : deuxième édition des Ouvriers européens

  • Le Play s’attelle à une nouvelle édition des Ouvriers européens, profondément remaniée et augmentée. Il publie six volumes en deux ans, intégrant des monographies publiées dans Les ouvriers des deux mondes, ajoutant des épilogues et un volume entier consacré à la méthode d’observation.
  • Novembre 1879 : ressentant les premières atteintes du mal cardiaque qui va l’emporter, Le Play se rapproche de l’abbé Riche, prêtre de Saint-Sulpice, sa paroisse, pour qu’il l’aide « à régler, devant Dieu, les comptes de sa conscience » (Abbé Riche, Frédéric Le Play, Paris, Ch. Poussielgue, 1891 p. 8). Il lui déclare : « Persuadé que le bien des individus comme celui de la société dépend de la foi religieuse et de la pratique du culte, je dois l’exemple à ma famille, à mes amis, à tous ceux qui me connaissent ; je suis prêt à le donner » (ibid., p. 9).

1881 : création de La Réforme sociale

  • À l’initiative d’Edmond Demolins qui s’avère un animateur hors pair, la revue de la science sociale, tant attendue par Le Play, voit le jour en 1881. D’une fréquence bimensuelle, elle a pour titre La Réforme sociale, publiée par un groupe d’économistes, avec le concours de la Société d’économie sociale4, de la Société bibliographique, des unions de la paix sociale, et sous la patronage de M. F. Le Play. Son rédacteur en chef est E. Demolins. Désormais, l’école de Le Play a un organe qui lui assure une diffusion large de ses idées et de ses réalisations pratiques.
  • Toujours préoccupé d’exprimer la quintessence de sa pensée, parfois au risque d’une simplification extrême, Le Play publie ce qui s’avère son ultime formulation théorique, La constitution essentielle de l’humanité.

1882 : fin de vie

30• Déjà victime de plusieurs alertes cardiaques en 1880 et 1881, Le Play est emporté par une attaque dans la nuit du 4 au 5 avril 1882.

Notes

1 « Lorsque l’élève a obtenu tous les medium, il est alors déclaré hors de concours, mais si, en cette qualité, il n’est plus tenu de subir les examens, il n’est pas pour autant sevré de toute instruction, il revient l’hiver suivant à Paris pour assister aux cours de l’École, suivre les travaux du laboratoire et servir de répétiteur aux nouveaux élèves, pour suivre les séances du conseil général des Mines, y apprendre la marche des affaires administratives et se pénétrer de la jurisprudence des Mines. Ce noviciat terminé, l’élève au printemps suivant, sorti de l’École, est employé dans le service d’inspection des Mines et est nommé aspirant à la première place vacante. » (« Notice sur l’enseignement théorique et pratique de l’École royale des mines et sur le mode employé pour y constater les travaux des élèves », chapitre 3, reproduit dans les Procès-verbaux du conseil de l’École des mines, vol. 3, 20 janvier 1826-23 mars 1832, 1826, p. 56-80).

2 « Le Conseil attribue […] à chaque élève, pour chaque partie de science [minéralogie, géologie, docimasie, exploitation, métallurgie] un nombre de points qui représente le degré de connaissances dont il a fait preuve par ses réponses verbales et écrites, par ses cahiers de rédaction de cours, par ses procès-verbaux d’analyse et ses dessins. Ce nombre de points ne peut jamais excéder le maximum fixé par les règlements pour chaque partie de l’enseignement […]. La moitié du maximum fixé pour chaque partie est appelé médium […]. Nul élève ne peut sortir de l’École qu’il n’ait obtenu tous ses mediums » (ibid., p. 78).

3 La SIEPES a toujours été de dimension restreinte, comptant de 250 à 300 membres et tenant ses séances mensuelles de novembre à juillet, le dimanche à Paris.

4 Dénomination courante de la SIEPES.

Auteur

Sociologue, professeur à l’université de Paris VIII, SESS

© Presses des Mines, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540