Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Frédéric Le Play

 | 
Antoine Savoye
, 
Fabien Cardoni

Conclusions. Regards croisés sur Frédéric Le Play

Combien y a-t-il eu de Le Play ? Le lieu de mémoire leplaysien à l’épreuve des archives

Jérôme David

Testo integrale

1Les communications présentées durant les deux jours de ce colloque du bicentenaire attestent que de nombreux pans du territoire leplaysien sont en passe d’être défrichés : les circonstances historiques de l’enfance et de la formation de Le Play, ses relations avec les milieux catholiques, son rôle dans les expositions universelles, ou encore son activité de sénateur. Parallèlement à ce colloque, des recherches sont également encours, dont on peut attendre des aperçus inédits sur le profil des premiers membres de la Société internationale des études pratiques d’économie sociale (SIEPES) ou sur les réseaux des unions de la paix sociale – sans compter la continuation des travaux portant sur la réception internationale et posthume de son œuvre, dont nous avons également eu confirmation lors de ce colloque. Une chose m’a frappé : en dépit du contexte commémoratif de cette rencontre, la plupart des contributions n’ont pas visé à la constitution d’un lieu de mémoire leplaysien. C’eût été regrettable, et il faut se réjouir de la préférence qui y a été donnée à l’interprétation des documents sur l’élévation d’un monument.

2Pour ne pas commémorer Le Play d’une manière qui aurait pu conforter dans leurs préjugés les détracteurs contemporains de son œuvre sociologique et économique – car ils sont nombreux aujourd’hui à reconduire sans examen l’anathème durkheimien : « Le Play n’est qu’un sociologue apologétique » –, il a fallu cependant que les spécialistes de Le Play interrogent leurs propres présupposés, notamment le crédit qu’ils ont accordé aux propos de Le Play concernant la genèse de ses propres idées. Sans doute avons-nous assisté, lors de ce colloque, à la mise en commun d’une telle prise de conscience critique.

3Prenons cet exemple évoqué dès la première intervention : la « perte du père » en 1811, dont parle Le Play dans un fragment autobiographique très important des années 1877-1879. Tous les biographes se sont entendus pour associer cette date à la mort du père de l’auteur. L’ère du soupçon dans laquelle sont entrées les études leplaysiennes a, au contraire, poussé Fabien Cardoni et Antoine Savoye à aller y regarder de plus près, c’est-à-dire dans les archives – et c’est là que l’on quitte la mémoire pour l’histoire –pour découvrir que le père de Le Play n’est mort qu’en 1854. La « perte », en l’occurrence, doit être comprise comme désignant un éloignement géographique et affectif. Un même mot, ici, a des significations radicalement différentes, selon qu’on l’interprète à partir des seuls textes de Le Play ou à partir des dossiers de l’état civil, à partir d’une simple exégèse qui parcourrait l’œuvre en circuit fermé ou à partir d’une critique historique soigneusement documentée.

4Et l’on pourrait en dire autant d’autres termes du lexique leplaysien, dont la compréhension est tout aussi cruciale. C’est le cas de l’expérience, car ce mot désigne pour Le Play à la fois l’experimentum et l’experientia, le dispositif expérimental familier du jeune chimiste recruté par Berthier à la fin des années 1820 et le savoir-faire professionnel et social des populations ouvrières, auquel l’expert en métallurgie et professeur à l’École des mines de Paris accorda une si grande importance.

5La plurivocité du lexique de Le Play, et la nécessité de clarifier le sens des termes qu’il utilise à la faveur d’un détour par l’histoire sociale et culturelle, touche également les notions de méthode ou d’observation. La première recouvre dans les textes une procédure savante soumise aux exigences de l’Académie des sciences, en même temps qu’un processus d’ores et déjà à l’œuvre dans certaines régions du monde ; elle désigne autant une modélisation scientifique qu’un modèle moral. La seconde se trouve éclairée par ce paradoxe surgi des interventions et des discussions : comment un polytechnicien, dont les sources administratives nous disent qu’il a été réformé de l’armée pour myopie, à la fin des années 1820, a-t-il pu devenir, pour reprendre une expression proposée durant le colloque, un « surdoué de l’observation » ? C’est qu’il ne s’agit pas d’une observation qui serait exclusivement conçue comme le produit d’un regard, comme chez Villermé : l’observation implique, pour Le Play, une véritable interaction avec les ouvriers, c’est-à-dire des discussions, des coups de main ou des défraiements pour le temps passé avec l’enquêteur plutôt qu’au travail. Dans ce dernier cas, donc, la contextualisation suppose d’inscrire l’œuvre de Le Play à l’horizon d’auteurs qu’il ne discute pourtant guère, et de préférer la restitution minutieuse de ses pratiques d’enquête à une forme d’histoire des idées qui confondrait ce qu’il a cru ou voulu faire et ce qu’il a effectivement fait, ses déclarations théoriques ou programmatiques et sa sensibilité réfléchie d’ethnographe.

6Le recours aux archives (notariales, administratives, etc.) a donc ouvert la possibilité de différencier les significations des termes utilisés par Le Play et, plus généralement, de l’œuvre leplaysienne en fonction de ses contextes variés d’élaboration, en intégrant la date de rédaction ou de publication des textes considérés, leur éditeur (le cas passionnant de Mame a été discuté par Matthieu Brejon de Lavergnée, aussi bien que par Édouard Vasseur), et les corrections ultérieures que Le Play a apportées à certains d’entre eux (songeons au cas paradigmatique de la réécriture des Ouvriers européens à la fin des années 1870), et en fonction de leur réception, c’est-à-dire en tenant compte des réappropriations qui ont pu en être faites par les disciples de Le Play ou par ses lecteurs les plus sceptiques. Et cet apport notable d’un retour aux archives se ferait sentir, comme je l’ai suggéré, à d’autres niveaux que la seule élucidation sémantique des notions clefs de sa science sociale (biographie, histoire des sciences sociales ou épistémologie des conditions de l’enquête ethnographique).

7Voilà peut-être la grande leçon de cette rencontre : la rigueur des recherches historiques consacrées aux conditions de production, de diffusion et de réception de l’œuvre de Le Play (pour reprendre une tripartition commode), ainsi que l’attention portée aux multiples dimensions de ses activités, démontrent, sur pièces, l’injustice partielle de l’anathème durkheimien, ou, plutôt, incitent à en interroger les motifs véritables ; elles relèguent les interprétations dédaigneuses autant qu’hagiographiques de la science leplaysienne dans le domaine des spéculations décontextualisées, donc des surinterprétations.

8Mais tout territoire nouvellement défriché laisse apparaître de nouvelles zones d’ombre. Toute nouvelle élucidation produit par elle-même de nouvelles énigmes. Je n’en retiendrai qu’une, car elle a affleuré dans plusieurs interventions, et m’est apparue comme la conséquence de cette exigence récente de contextualisation : combien y a-t-il eu de Le Play ?

9Notons d’abord que cette question difficile n’engage pas tout à fait les mêmes enjeux que cette autre question que je n’aborderai pas ici : combien y a-t-il de Le Play ? Celle-ci soulève en effet le problème de la diversité parfois incommensurable des paradigmes au sein desquels l’on juge aujourd’hui le parcours et l’œuvre de Le Play, soit la sociologie critique, l’histoire sociale des sciences sociales, l’histoire des idées, l’histoire des usages politiques de la science, etc. De telles polarisations se sont fait sentir lors de cette rencontre, chose inévitable dans un colloque d’une telle ampleur. Mais ce n’est pas, à proprement parler, une énigme, ni une réelle difficulté pour qui que ce soit.

10Combien y a-t-il eu de Le Play, donc ? Ce verbe, ainsi conjugué au passé, transforme la question insoluble des paradigmes interprétatifs contemporains en une interrogation susceptible de rassembler les historiens. Et trois réponses, me semble-t-il, ont été fournies durant ces deux jours.

  1. Il n’y a eu qu’un Le Play. Mais lequel ? S’agit-il de cet enquêteur social donc la jeunesse tiraillée lui a permis de briller dans le système éducatif et étatique français tout en restant attentif aux couches les plus démunies de la population ? Ou alors de ce réformateur social dont la « principale déception », selon Éric Anceau, aura été de ne pas voir ses conceptions mises en œuvre par le gouvernement français ? De ce « penseur » du social, enfin, dont on pourrait trouver, dans l’appendice des Ouvriers européens de 1855, les « opinions » sociales défendues à la fin de sa vie ? En d’autres termes, la cohérence supposée du parcours et de l’œuvre de Le Play tient-elle à un projet suivi tout au long de son existence, à une vocation précoce et durable, ou à une conviction inébranlable ?
  2. Il y a eu deux Le Play. Ce bi-leplayisme historiographique part du constat qu’il existe, entre les textes publiés par Le Play dans les années 1820-1840 et les textes publiés dans les années 1870, des différences notables, et presque un hiatus difficile à penser. Mais les arguments à l’appui de cette interprétation sont aussi nombreux et divers que les assignations chronologiques du virage censé partager, de part et d’autre d’une crise ou d’une rupture, sa production intellectuelle, ses activités ou ses idéologies. Je retiendrai quatre seulement de ces hypothèses massives : le virage idéologique(Le Play, en cessant ses activités d’expert en métallurgie, n’aurait plus eu l’occasion de faire des enquêtes empiriques ; tenté de peser sur la politique sociale du Second Empire, il aurait généralisé la leçon de ses monographies au point de couper le lien qui existait, jusque dans les années 1860, entre ses observations et ses propositions de réforme) ; le virage politique (lequel qualifierait le basculement intime lié à l’une ou l’autre des révolutions du xixe siècle) ; le virage religieux (d’abord préparé par l’atmosphère de la révolution de 1848, marqué ensuite, selon Matthieu Brejon de Lavergnée, par le « frémissement religieux » de la fin des années 1860, et entériné finalement par une conversion tardive) ; le virage social. Chacun de ces virages produit en outre sa propre périodisation : rupture des années 1860 pour le premier, de 1830, 1848, voire 1870 pour le deuxième, de 1848 pour le troisième, des années 1850 pour le dernier.
  3. Il y a eu trois Le Play : un Le Play enquêteur, réformiste, philosophe du social ; un Le Play savant, organisateur, militant ; un Le Play technicien, moraliste, prosélyte religieux.

11J’ai dit que ces énigmes pouvaient rassembler les efforts des historiens. L’articulation de ces dimensions très différentes pourraient en effet être facilitée par l’inscription des textes de Le Play, et donc de ce que l’on sait de ses convictions et de ses idées, dans les réseaux interindividuels et les univers professionnels qui lui étaient familiers. La dimension religieuse s’est ainsi peut-être invitée dans son œuvre à la faveur d’une alliance politique avec des milieux dont Le Play attendait un soutien. Et la fréquentation de certaines personnes marquantes a peut-être contribué à le convaincre du bien-fondé de la morale chrétienne. Ces questions sont trop importantes, pour l’interprétation de Le Play et pour la compréhension des sciences sociales au xixe siècle, pour que l’on s’épargne ici un travail documentaire minutieux.

12Mais les historiens, pour être à même de poser les bonnes questions, devront lutter contre leurs propres préjugés. Car trois obstacles historiographiques menacent encore de réduire notre compréhension de Le Play : le postulat actuel de la dichotomie de la science et des croyances, de la connaissance dite « objective » et des valeurs, qui conduit à opposer rétrospectivement dans son œuvre un corpus empirique et un corpus doctrinal, en recourant à des catégories trop simples pour rendre compte de la normativité complexe des sciences sociales au xixe siècle ; le postulat de la dichotomie et de l’incompatibilité de la science et de l’engagement, qui rend difficile l’interprétation croisée de ses activités de chimiste, de géologue ou d’expert en métallurgie, et de son militantisme associatif ; le postulat de la dichotomie de la connaissance désintéressée et de l’enquête entreprise à titre privé – c’est-à-dire, en un mot, de la dichotomie entre la science, supposément garantie par les instances de l’État, et le savoir partial supposément produit par la société civile –, qui entrave la compréhension des conditions de production d’un savoir rationnel sur la société, en un temps où les sciences sociales n’avaient pas encore connu l’institutionnalisation académique et la stabilisation disciplinaire qui nous sont familières depuis la fin du xixe siècle.

13Des territoires nouvellement défrichés, des énigmes passionnantes, des préjugés à surmonter : le cas Le Play est aujourd’hui un chantier prometteur et un levier susceptible de déplacer le monde de nos idées préconçues de chercheurs et de citoyens. C’est une tâche de longue haleine qui s’offre à nous. Mais j’oserai pour conclure une seule référence au contexte commémoratif du bicentenaire, pour rappeler que nous avons désormais devant nous cinquante ans, sinon cent, pour mener cette tâche à bien.

Autore

Sociologue, assistant de littérature française moderne à l’université de Lausanne, SESS

© Presses des Mines, 2007

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540