Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frédéric Le Play

 | 
Antoine Savoye
, 
Fabien Cardoni

Conclusions. Regards croisés sur Frédéric Le Play

Le retour de Le Play à l’École des mines

Bernard Kalaora

Texte intégral

1Mon regard est celui d’un lecteur éclairé mais néanmoins distancié car, je dois l’avouer, Le Play n’est plus au cœur de mes recherches bien que sa posture de praticien et d’intellectuel engagé soit une référence constante dans ma démarche intellectuelle. J’essayerai ici de donner mon point de vue sur ce qui me semble être les apports nouveaux à la compréhension de son œuvre, notamment l’attention portée sur les liens entre le travail de construction de l’objet et sa diffusion et restitution auprès de publics et d’audiences variés et mouvants selon les contextes sociaux et politiques dans lesquels Le Play évolue. Son travail de recherche est un processus permanent de redéfinition des objets et des problèmes en rapport avec l’évolution de sa pratique d’observation, de ses multiples affiliations et engagements qu’il n’a cessé de susciter et de provoquer, des phases de sa vie et des implications individuelles et collectives. Les contributions ici réunies éclairent les parties les plus méconnues des différentes facettes de Le Play, tout à la fois, métallurgiste, ingénieur d’État, conseiller d’État, sénateur mais aussi statisticien, anthropologue, sociologue, philosophe. C’est dire la complexité de sa pensée et donc des réécritures dont il a pu faire l’objet, en fonction des circonstances, voire des mythes, stéréotypes et interprétations multiples suscités par son œuvre auprès des très nombreux auditoires et cercles variés (mythes dont il a en partie lui-même contribué à l’édification). C’est aussi souligner les engagements pluriels de Le Play dans la société civile et dans la sphère politique, ainsi que les usages et les prolongements inédits de ses activités scientifiques et pratiques dans les lieux informels (associatifs), privés comme publics.

2Au préalable, permettez-moi de dire tout le chemin parcouru depuis les Inventeurs oubliés. Antoine Savoye et Édouard Secrétan ont tous deux souligné que la tenue de ce colloque sur Le Play à l’École des mines est une première dans l’histoire de la Société d’économie et de science sociales. Le Play est aujourd’hui fréquentable, sa légitimité n’est plus en question, et nous sommes loin du temps où il s’agissait d’avoir une stratégie offensive de requalification contre la doxa durkheimienne dominante de l’université française qui voyait en celui-ci un « fossile » réactionnaire, pour employer une métaphore naturaliste ou minéralogique. Le Play est devenu un objet d’étude et d’intéressement, non plus réservé à quelques « héritiers abusifs », mais dont la portée s’est élargie pour aboutir à un véritable collectif d’enquêteurs, une pépinière de jeunes chercheurs aux appartenances disciplinaires diverses (sociologue, géographe, historien, juriste, etc.) dont ce colloque et cette livraison constituent le premier rassemblement car il y en aura d’autres.

3Le colloque qui s’est tenu à l’École des mines est plus qu’une célébration ou une simple commémoration mais un examen minutieux des apports de Le Play dans la production et la manière dont se fabrique un savoir technique, scientifique et social et dont les liens entre ces différentes dimensions sont indissolubles. En même temps qu’une intense et débordante activité théorique, il existe chez Le Play le souci permanent de production d’un savoir pragmatique, à la jonction du monde de la recherche et de celui de l’observation concrète sur le terrain. Son entreprise est celle d’un décloisonnement du monde et d’un passeur de frontières entre des univers considérés comme inconciliables et représentés comme antinomiques. Nous n’avons donc pas, à cette occasion du bicentenaire, voulu simplement commémorer Le Play, mais surtout renouveler le regard sur sa vie et son œuvre, afin de montrer les relations entre les différentes phases de sa vie et les constructions de dispositifs de production de savoirs orientés dans la visée d’une politique sociale et expérimentale fondée à la fois objectivement et moralement. Tels furent les objectifs que nous nous étions fixés et il semble que les résultats soient probants.

4Revenons sur ce haut lieu qu’est l’École des mines pour Le Play. Un lieu non ordinaire au sens où il est pour le jeune Le Play un levier, un opérateur épistémique et pratique, central dans sa conception du savoir et dans l’importance assignée au terrain et à la localité, et où l’émergence d’un savoir ne peut valoir en toute généralité qu’à la condition de se fondre dans le particulier. Un lieu d’opérationnalisation qui permet à Le Play de passer constamment de la paillasse au terrain, du carnet de note au journal de voyage, reformulant sans cesse ses questions et les soumettant à l’épreuve de l’expérience vécue par les ouvriers, qui font exister et qui éprouvent les procédés métallurgiques à partir de la connaissance qu’ils ont des convenances locales et des propriétés spécifiques des minerais, tant du point de vue géologique que des savoir-faire et conditions sociales en présence. La pratique de Le Play, son don de l’observation ne pouvait que le conduire à la compréhension des liens intimes qui existent entre la métallurgie, la science sociale et la politique. Selon cette perspective, l’École des mines est un milieu associé [Simondon, 1989 ; David, 2007], c’est-à-dire relié à de nombreux districts métallurgiques et forestiers où les élèves effectuent des voyages et comparent leurs observations. Elle est un dispositif central de la pratique de recherche et non seulement un simple lieu d’enseignement ou un laboratoire. C’est sans doute l’intelligence que Le Play a de ce lieu et de ses potentialités qui fait qu’il va s’en servir comme un « levier » de compréhension du lien existant entre la technique et le social, lien rompu par la suite par les sociologues académiques, purs produits de l’Université et de l’académisme. Le Play ne séparait pas ces deux univers, il les pensait ensemble, de manière conjointe et non disjointe. Pour lui le fait scientifique n’existe pas comme atome de vérité, il émane des interactions entre le monde matériel et les activités de manipulation et d’apprentissage appropriées aux sites métallifères et au contexte de leur production. L’École des mines est associée au site métallifère, à l’atelier, à l’environnement physique et biologique, économique, géographique et social, Le Play est un latourien avant Latour, ou Latour un disciple de Le Play sans le savoir [Latour, 1988].

5L’École des mines et ses milieux associés sont donc au fondement d’une pratique singulière qui est à la fois théorique et pragmatique, sensible et émotionnelle, en résonance emphatique non seulement avec les hommes mais avec le territoire au sens extensif du terme, territoire des hommes en tant qu’ils sont en profonde interdépendance avec des ressources énergétiques et biologiques. Un territoire où cohabitent, des hommes, des choses, des ressources, du sol et des sédiments, du vivant. Ce sont ces relations matérielles, territoriales, techniques et sociales qui sont centrales et fondamentales dans la découverte des procédés métallurgiques, puis dans le passage de l’observation minéralogique à la science sociale. Cette association ente l’École et le terrain qui lui tient à cœur, et qui est au centre de sa démarche, se concrétisera par la collection d’échantillons minéralogiques recueillis durant ses voyages, notamment ceux de la Suède et de l’Italie (1845-1846) et qui sont conservés au Musée de minéralogie de l’École. Sur le plan de la pratique scientifique, ce sont les voyages métallurgiques qui deviendront le modèle d’élaboration d’une connaissance sociale pratique et concrète pour la constitution de la science sociale et de sa pièce maîtresse, les Ouvriers européens.

6La démarche de Le Play s’appuie sur la construction de dispositifs d’observations et de coordinations d’expériences diverses, scientifiques, sociales, politiques et morales, ainsi que sur la réunion de mondes ordinairement séparés, ceux de l’ingénierie, de l’expertise, de la science, de l’exposition, du sensible et l’intelligible. En ce sens l’École des mines a joué un rôle de premier plan dans le formatage de son ethos professionnel, aux antipodes du monde académique universitaire de la tradition sociologique. Nous dirions aujourd’hui de lui qu’il est un post-moderne plutôt qu’un conservateur, étiquette dont il fut affublé par la plupart de ses commentateurs depuis la seconde guerre mondiale tout particulièrement [Kalaora, 1989].

Les apports sans prétention d’exhaustivité

7Le genre biographique tel qu’il nous est proposé dans cette livraison est plus que l’histoire d’une vie : une véritable entreprise de science sociale dans le but de comprendre les motifs et les situations qui ont conduit Le Play à devenir le Le Play, métallurgiste, auteur des Ouvriers européens, puis chef charismatique d’une école. Les lieux de fréquentation, les réseaux d’interconnaissance, les correspondances, les liens familiaux, le milieu intellectuel sont des matériaux significatifs pour saisir à la fois la singularité d’une œuvre et d’une pratique professionnelle dont l’exercice repose sur la constitution d’un collectif européen de travail et d’enquête, initiée à partir du réseau de relations patiemment forgé par Le Play dans le cadre de ses diverses fonctions. La biographie telle qu’elle est évoquée ne prend sens qu’à partir des contextes et des événements qui la sous-tendent.

8Concernant l’importance des contextes, je voudrais ici témoigner d’un entretien personnel avec Antoine Savoye à propos du rapport entre la trajectoire scientifique deLe Play et la ville du Havre, lieu de son adolescence. Place de commerce et d’exercice de nombreux métiers liés à la gestion et au recensement des marchandises, ville côtière et frontière, la ville du Havre pour Antoine Savoye est sans doute l’origine de l’intérêt de Le Play pour les descriptions minutieuses, son sens de la mesure et de la comptabilité, son esprit de système et sa pratique récurrente de la classification. La sociabilité havraise et la présence d’Anglais n’est peut-être pas non plus sans rapport avec le penchant pour les voyages qu’il développera tout au long de sa carrière de métallurgiste et de « sociologue », notamment ceux nombreux effectués en Angleterre, pays qui, pour lui, prend valeur de modèle de stabilité, d’équilibre social et politique mais aussi d’innovation et de création.

9Autre point qui a été au centre d’un débat et d’une controverse dans le colloque et dont on retrouve les traces dans cette publication, celui du dilemme, d’une tension permanente entre pensée technique et pensée sociale. La capacité de Le Play à débusquer ce qui fait la spécificité de la technique est un trait propre à l’innovation. Elle est sans doute une des caractéristiques de son génie qui en fait un innovateur au sens propre du terme et non un conservateur tant sur le plan de l’inventivité technique que sociale. Concernant l’opposition soulevée entre pensée technique et sociale, plutôt que d’y voir une incompatibilité entre deux régimes de pratique, nous penchons pour l’hypothèse d’une tension structurante, non d’une rupture, mais au contraire d’un trait d’union entre des univers en apparence séparés. Cette alliance réussie entre faits techniques et sociaux est le fruit de la capacité cognitive de Le Play pour la coordination de faits hétérogènes et hybrides. Soulignons l’importance de l’expérience concrète et de la réalité à la fois physique, géographique et sociale, comme matrice première de la compréhension des rapports sociaux et comme lieu où s’opère cette rencontre entre faits sociaux et techniques. La singularité d’une méthode qui appréhende de manière symétrique les faits sociaux et techniques trouve sa genèse dans son entourage et l’influence exercée sur lui par des mathématiciens, des statisticiens, des économistes, des géologues, des chimistes, des naturalistes et forestiers, des agronomes, des ingénieurs, des philosophes et des autorités sociales et politiques. Les Ouvriers européens dans ce sens ne sont pas en rupture par rapport au Le Play métallurgiste mais s’inscrivent bien dans la continuité même de son projet comme en avait eu déjà l’intuition Françoise Arnault dans sa thèse intitulée Le Play métallurgiste [Arnault, 1991]. Le rapport étroit que Le Play entretient à l’égard de la matière, du milieu et ressources et des faits sociaux est une constante de sa pratique que l’on retrouve dans les Ouvriers européens tout comme dans ses écrits forestiers. L’idée d’interaction entre milieux naturels et milieux sociaux est essentielle pour comprendre la singularité de la démarche. Le Play fournit dans les Ouvriers européens un modèle interprétatif de l’articulation des ressources naturelles et des formes d’organisation sociale, modèle forgé au cours de son expérience de métallurgiste où il a pu se rendre compte de l’importance à la fois du milieu et des contextes de son utilisation dans les « arts métallurgiques et forestiers ».

10Dans la même veine, il existe une relation intrinsèque entre les enquêtes monographiques, les inférences et inductions réformatrices, les engagements politiques et les influences internationales (par exemple en Italie et au Canada). Le rôle que joue Peruzzi, figure clef du groupe des modérés toscans en Italie dans les années 1860, est révélateur de la diffusion de la méthode monographique en Italie dans les sphères politiques. Peruzzi a une fonction de passeur entre les élites toscanes, politiques et industrielles et le milieu des leplaysiens. Les monographies ont la propriété spécifique d’être pensées en vue de leur appropriation pour une action publique et qui va bien au-delà de la seule fonction de connaissance. Elles ont une portée proactive de transformation du social et donc du politique. De ce point de vue, soulignons le « sens du public » de Le Play, notamment sa capacité à publiciser ses conceptions réformatrices auprès de publics différents, même idéologiquement opposés, son adresse à exemplifier ses idées réformatrices par le biais des expositions universelles, articulant même conception architecturale et programme de classification des produits en fonction d’une hiérarchisation par rapport à des critères de moralité et non seulement d’économie. L’exposition universelle est ainsi un moyen et une opportunité pour signifier les liens entre la pensée technique, l’architecture et la pensée sociale, en rendant visibles les distributions et les positions des produits au regard de la moralité des entreprises et des modèles d’organisations familiaux en présence. Tous ces traits font de Le Play un innovateur, un designer, un stylicien social, soucieux du caractère festif et spectaculaire, même du sensationnel et conscient de l’importance du rituel dans la valorisation des expériences.

11Le Play est à la croisée de plusieurs champs de compétences et d’activités multiples, cette hétéronomie constituant des atouts indéniables pour conserver indépendance et autonomie à l’égard des partis et des dogmes dans un monde profondément marqué parla Révolution française et ses stéréotypes. La posture de ce conservateur modéré et éclairé à l’image du modèle anglais est incompréhensible dans la logique de la raison pure et universaliste propre à la Révolution française ; elle est sans doute la cause du rejet, de la stigmatisation et de l’incompréhension dont il fera, pendant plus d’un siècle, l’objet. Certains ont tentés de disjoindre les faits scientifiques et les valeurs de Le Play croyant ainsi faire la part du feu entre ses engagements scientifiques et politiques jugés réactionnaires. Les travaux menés montrent au contraire une continuité plutôt qu’une césure entre les activités et nous contraignent à renoncer aux opérations fictives de purification et de séparation de la science d’avec ses investissements moraux jugés irrecevables. Le Play est à prendre en bloc et non à découper en morceau entre le Le Play de la science sociale, les Ouvriers européens et le post-Le Play, celui de la réforme sociale. La théorie politique et réformiste de Le Play est déjà en germe dans les Ouvriers européens, elle est présente dans le dispositif même de l’enquête qui vise à identifier les bonnes pratiques des mauvaises afin de réformer ces dernières et les modèles d’organisation.

12Par ailleurs, l’accent a été mis sur l’importance des voyages comme opérateurs épistémiques. Les voyages, les enquêtes techniques, les monographies et la conceptualisation constituent le socle de la pratique scientifique, toutes ses activités étant en interrelations. De même le rôle des rencontres, celui des débats publics et privés, les retours d’expérience, autant de composantes clefs de l’élaboration de la théorie de sa pratique. Son souci constant de la validation par la mise à l’épreuve du terrain, comme le montre le cas de sa visite en Angleterre, le conduit à une représentation des rapports sociaux et de travail allant à l’encontre des pensées alors dominantes de massification et de paupérisation du monde ouvrier dont Engels s’était fait l’illustre propagandiste pour, au contraire, mettre en valeur les facteurs de stabilité et de paix sociale.

13En ce qui concerne les relations et réseaux avec les cercles catholiques, le caractère paradoxal et singulier de l’itinéraire philosophique et moral de Le Play est désormais connu et rend compte de la difficulté de lui assigner une place dans cette mouvance religieuse. Il oscille entre catholiques libéraux et ultramontains et ces jeux réciproques vont servir de justification à son instrumentalisation en fondant la postérité de Le Playsur les tendances les plus intransigeantes des cercles catholiques ignorant ses autres inclinations. Les tentatives diverses de réappropriation dogmatique de Le Play sont bien soulignées par l’usage de la Réforme sociale que l’Union catholique de Fribourg fera en1884, après sa mort. Cette analyse éclaire d’un jour nouveau la dimension européenne de l’influence de Le Play et de ses traductions pour servir des causes auxquelles il n’aurait sans doute pas adhéré. L’analyse de la réception de l’œuvre conduit alors à s’interroger de manière plus fine sur les réécritures et usages dont Le Play a été l’objet de son vivant et post mortem.

14La réception de Le Play et des Ouvriers européens auprès des élites sociales et intellectuelles du Second Empire, son influence dans l’histoire des idées politiques en France, autant de domaines qui nous aident également à comprendre une pensée politique atypique et inclassable dans les catégorisations propres aux sciences politiques. Son conservatisme le porte non à la réaction mais contre toutes les formes d’absolutisme de droite ou de gauche. Pragmatique, il saisit toutes les occasions lui permettant de valoriser son entreprise de connaissance orientée. Une lecture « clinique » de sa stratégie politique « apolitique » permet de comprendre cette pensée hors norme, difficilement saisissable dans le contexte normé d’une France qui évalue toute pensée à l’aulne de la Révolution française, un dogme de l’Immaculée Conception et inébranlable. La réception de Le Play à l’étranger semble au contraire plus pacifiée et reconnue sans cristalliser des oppositions tranchées entre les pour et les contre. Le détour par le Canada français où Le Play apparaît comme un référent identitaire de la nation et de la régénération du corps social révèle une controverse peu connue sur la fiscalité, autour du partage entre fiscalité d’État et charité privée qui apporte des éclairages sur l’importance de l’influence de Le Play dans la gestion des affaires publiques au sein des plus hautes sphères politiques du Canada français. Toujours dans la perspective de la postérité de la pensée et de la pratique, le rôle de l’école de Le Play auprès des administrateurs forestiers dans les colonies françaises et plus spécifiquement au Maroc sous l’égide de Lyautey est bien analysé et confirme l’imprégnation leplaysienne d’une minorité active et agissante de forestiers [Kalaora, 1986].

15Le Play par bien des aspects est un conservateur innovateur, un inventeur au sens propre du terme, un producteur de savoirs remettant en cause les cadres conventionnels de la connaissance, bousculant les oppositions factices entre tradition et modernité, révisant les principes établis de la classification, les inscrivant dans un paradigme économique plus que naturaliste, rénovant enfin le champ, technique scientifique autant que social en proposant des modalités d’observation proches de l’ethnographie et de l’anthropologie.

Pour conclure

16Sur le plan scientifique, Le Play inaugure « une pratique ethnographique qui se généralise en politique sociale » pour reprendre les propos de Jérôme David dans sa thèse. Nous insistons sur l’unité de l’œuvre de Le Play qui ne peut être saisie qu’en prenant en compte les diverses facettes de son existence et de ses engagements. La science pour ce dernier n’est jamais abstraite, généralisable, produite en dehors de tout contexte. Il n’y a d’universalité que dans la singularité, et c’est à la fois le singulier et l’universel qu’il tente de conjuguer dans un même mouvement. La science selon sa conception n’existe que circonstanciée et engagée. La conscience d’une continuité entre science sociale et métallurgie, entre monographie, observation ethnologique et politique sociale est sans doute ce sur quoi ont achoppé la plupart des analystes de Le Play et même les meilleurs d’entre eux, qui, tout en reconnaissant la qualité scientifique des données rassemblées par Le Play, y voyaient une contradiction flagrante avec ses engagements moraux et sociaux. La pluralité des registres cognitifs de Le Play est au cœur de la production d’un savoir orienté dans une finalité à la fois de connaissance et de pratique. Lazarsfeld, par exemple, en 1970, fut celui pour qui Le Play était un précurseur de la sociologie moderne par le souci de classification et de « typologisation » qui traverse son œuvre, et pour autant l’auteur de Philosophie des sciences sociales [Lazarsfeld, 1970] n’échappe pas à l’incompréhension majeure et aux erreurs de jugements qui, dans bien des cas, nuisent à la reconnaissance et à la diffusion de l’œuvre de Le Play. Voilà ce qu’écrit Lazarsfeld dont le témoignage est symptomatique de l’incompréhension de la pratique de Le Play alliant faits sociaux objectifs et valeurs morales : « Il n’a jamais vu de contradiction entre sa prétention à l’objectivité et les nombreuses déclarations où il attribue aux particularités de sa vie personnelle le fait d’avoir découvert tant de vérités méconnues par les autres… Nous sommes en présence d’un phénomène étonnant. Voilà un scientifique qui réussit dans les affaires et dans l’organisation de grandes manifestations publiques. Il veut assurer le développement d’une science sociale objective fondé sur des données quantifiées. Mais la finalité qu’il donne à ce savoir relève d’un système qui, loin de se limiter à la tradition conservatrice d’un Burke, doit bien être qualifié en termes modernes de fascisme. »

17Ce paradoxe surprenant résulte non d’une aporie propre à la pensée leplaysienne mais d’une erreur de jugement faute d’avoir compris l’imbrication étroite entre la philosophie sociale de Le Play et la production de connaissances, deux moments inséparables dans sa pratique de la théorie. Ce colloque et la publication qui en est issue, par l’approfondissement des aspects différents et néanmoins complémentaires de l’œuvre de Le Play, représentent sans doute la meilleure réponse que l’on puisse apporter à Lazarsfeld qui a succombé aux stéréotypes les plus « grossiers », se refusant du coup à comprendre les contextes d’énonciation des savoirs en séparant l’homme de sa production et en portant un jugement d’appréciation sans aucun fondement objectif. Erreur de jugement qui, dorénavant, ne devrait plus être de l’ordre du possible.

18Le potentiel de recherches, ici rassemblées, constitue une nouvelle donne qui permet de démultiplier les points de vue et de croiser les regards sur une œuvre complexe. Nous sommes reconnaissant à l’École des mines qui a contribué à l’excellence des conditions de réalisation du colloque du bicentenaire dans un lieu signifiant qui fut la niche écologique du « leplayisme ».

Bibliographie

Références bibliographiques

[Arnault, 1993] F. Arnault, Frédéric Le Play, de la métallurgie à la science sociale, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1993

[Baciocchi, 2006] S. Baciocchi et David J. (coord.), Frédéric Le Play. Anthologie et correspondance, n° 142-143-144, Les Études sociales, II-2005/2006

[David, 2007] J. David, Éthiques de la description. Naissance de l’imagination typologique en France dans le roman et la sociologie 1820-1860, doctorat, EHESS et Université de Lausanne, 2007

[Kalaora, 1986] B. Kalaora et A. Savoye, La forêt pacifiée, Paris, L’Harmattan, 1986

[Kalaroa, 1989] B. Kalaora et A. Savoye, Les inventeurs oubliés. Le Play et ses continuateurs aux origines des sciences sociales, Seyssel, Champ Vallon, 1989

[Kalaora, 1996] B. Kalaora et A. Savoye (éd.), Des forêts, Fontenay/Saint-Cloud, Éditions de l’École normale supérieure Fontenay/Saint-Cloud, 1996. Note : édition d’un manuscrit de Le Play datant de 1845 ou 1846, intitulé Des Forêts considérées dans leur rapport avec la constitution du globe et l’économie des sociétés, Archives de la Société d’économie et de science sociales.

[Latour, 1988] B. Latour et S. Woolgar, La vie de laboratoire, Paris, La Découverte, 1988

[Lazarsfeld, 1970] P. Lazarsfeld, Philosophie des sciences sociales, Paris, Gallimard, 1970

[Simondon, 1989] G. Simondon, Du mode d’existence des objets techniques, Paris, Aubier, 1989

Auteur

Sociologue, professeur à l’université Jules Verne-Amiens, membre du Laboratoire d’anthropologie des institutions et des organisations sociales (LAIOS, EHESS), SESS

© Presses des Mines, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540