Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frédéric Le Play

 | 
Antoine Savoye
, 
Fabien Cardoni

Deuxième partie. Audience et prolongement de la science sociale leplaysienne

Lyautey et la politique forestière du Protectorat marocain : des influences leplaysiennes « tardives » ?

Jean-Yves Puyo

Texte intégral

  • 1 J.-Y. Puyo, Aménagement forestier et enjeux scientifiques en France, de 1820 à 1940, doctorat, géo (...)
  • 2 Nous n’avons pas trouvé le chiffre exact des assassinats ayant touché les membres du corps algérie (...)
  • 3 15,9 % pour le Maroc contre 13,81 % pour l’Algérie ; chiffres cités par Paul Boudy, Guide du fores (...)
  • 4 Protectorat de la République française au Maroc -Direction des Eaux et Forêts, L’œuvre du service (...)

1Cette communication a son origine dans notre thèse de géographie portant sur l’aménagement forestier français du xixe siècle et de la première moitié du xxe siècle1. Nous avions consacré alors un trop court chapitre au domaine colonial français, en nous demandant si celui-ci avait constitué un terrain d’expérimentation pour la science forestière, à l’exemple d’autres domaines tels que l’agronomie, l’urbanisme ou encore la santé. Le bilan final montrait en fait des situations très contrastées selon les territoires coloniaux, avec toutefois le cas du Protectorat français au Maroc qui apparaissait alors très différent de son voisin algérien. En effet, dans ce dernier cas, la politique forestière durant toute la période de la présence française se caractérise par un rejet total de la part de la population autochtone. Or, comme nous le montrerons par la suite, les forestiers en poste au Maroc s’efforcèrent en effet de ne pas commettre les mêmes graves impairs qui caractérisèrent les soixante-dix premières années de l’occupation française en Algérie. À notre sens, deux indicateurs simples permettent de juger du degré d’acceptabilité d’une réglementation forestière imposée par l’autorité coloniale : le nombre de membres du corps forestier tués dans l’exercice de leurs fonctions et la superficie forestière incendiée annuellement. Pour toute la période du Protectorat antérieure à la seconde guerre mondiale, on ne relève qu’un meurtre contre plusieurs dizaines en Algérie, alors que les foyers d’insurrections marocains demeurent actifs jusqu’au milieu des années 19302. De même, trois mille hectares de forêt y seront incendiés en moyenne chaque année, soit douze fois moins qu’en Algérie et ce, pour un taux de boisement voisin3. Face à un tel constat, le recours à la littérature forestière de l’époque semble apporter un premier début d’explication. Les réussites enregistrées dès 1920découleraient du rôle éminemment social alloué aux aménagements forestiers, affiché et revendiqué par Paul Boudy, directeur du corps forestier marocain entre 1912 et 1940 : « La forêt est plus qu’une richesse matérielle, elle constitue un bien particulier, irremplaçable, d’une utilité sociale indiscutable, et c’est ce caractère enfin qui confère à la forêt marocaine toute sa valeur dans la vie du pays, pour laquelle elle constitue un véritable patrimoine national, dont le prix justifie bien la vigilante attention dont elle est l’objet de la part des pouvoirs publics4. »

  • 5 B. Kalaora, A. Savoye, La forêt pacifiée, Paris, L’Harmattan, 1986, p. 47.
  • 6 Pour la période 1864-1914, Bernard Kalaora et Antoine Savoye ont identifié comme leplaysiens vingt (...)
  • 7 Lois sur la restauration et la conservation des terrains en montagne (RTM) du 28 juillet 1860,8 ju (...)

2Or, lorsque l’on étudie la littérature forestière professionnelle de cette même période (1910-1960), les écrits consacrés à l’œuvre du corps forestier marocain s’avèrent très peu nombreux, contrairement au cas algérien, amplement traité. Aussi, le jour de la soutenance de notre thèse, le jury s’était-il interrogé sur les raisons de cet ostracisme a priori surprenant : un bilan, du moins sur le papier, flatteur, et, en fait, peu de publicité. Nous avions alors proposé une première hypothèse « qui allait de soit » : depuis les recherches de Bernard Kalaora et Antoine Savoye sur le corps forestiers français, tout chercheur sérieux, pour la période antérieure à 1930, fait obligatoirement le lien entre « foresterie sociale » et courant leplaysien. Comme tous deux l’ont brillamment démontré, les Eaux et Forêts français ont hébergé, non sans crispations et péripéties, un petit noyau très actif de représentants du « leplayisme pratique » – on peut citer les figures des frères Buffault, Félix Briot, Lucien-Albert Fabre ou encore Auguste Calvet –pour qui « […] la question forestière ne peut-être dissociée de la question sociale5 », démarche alors très peu adoptée au sein de l’administration forestière. Ces forestiers leplaysiens considèrent en effet qu’il est possible de conjuguer la gestion forestière et les intérêts des populations locales ; et malgré leur petit nombre6, ils finirent par imposer, aux lendemains de la première guerre mondiale, leurs conceptions dans le domaine de l’aménagement sylvo-pastoral qui accompagnait alors la grande œuvre forestière des années 1870 à 1914, à savoir la restauration des montagnes à travers les politiques dites de la RTM7. Il était donc facile de voir dans la réussite affichée et en grande partie avérée de la politique forestière marocaine un prolongement du courant forestier leplaysien, ce que nous nous proposions alors d’étudier en poursuivant nos recherches sur les foresteries coloniales et plus particulièrement le cas marocain.

  • 8 Centre des Archives diplomatiques de Nantes (Arch. diplo. Nantes).
  • 9 « Boudy a conçu un statut forestier tout imprégné de préoccupations sociales et appliqué une polit (...)

3Presque dix ans plus tard, après de longues recherches notamment consacrées à l’étude des archives du Protectorat marocain8, le bilan que nous pouvons réaliser est un peu plus contrasté, ouvrant sur d’autres pistes pour le futur. Dans les écrits d’origine forestière, la conception de la politique forestière très particulière du Protectorat serait à mettre au seul crédit du corps forestier, comme le précise Philibert Guinier à l’occasion de la nécrologie qu’il consacra à Paul Boudy : « Boudy a conçu un statut forestier tout imprégné de préoccupations sociales et appliqué une politique forestière profondément humaine9. » Or, les archives du Protectorat nous montrent au contraire le rôle crucial joué tant par la direction des Affaires indigènes dans l’élaboration de la législation forestière marocaine et ensuite dans son application, que par le général (futur maréchal) Lyautey. Ce dernier, comme nous le verrons, se chargea de l’arbitrage entre les différents services concernés, à savoir certes le corps forestier et le service des Affaires indigènes, mais aussi les structures militaires, omniprésentes et puissantes, la pacification totale du Maroc n’intervenant qu’en 1934, soit neuf ans après le départ de Lyautey.

4La politique forestière du Protectorat découlerait au final de l’entente de trois « entités » sur lesquelles plane le soupçon d’une possible influence leplaysienne, les forestiers mais aussi Lyautey et le service des Affaires indigènes. Si notre hypothèse s’avère exacte, nous posséderons enfin une indispensable clef de compréhension de cette politique forestière marocaine, si différente de celles appliquées alors en Algérie et en Tunisie.

L’organisation administrative du protectorat : les hommes de Lyautey

  • 10 R. Homo, « La pacification du Maroc », dans l’ouvrage collectif La renaissance du Maroc Dix ans de (...)

5Au début du xxe siècle, dans un contexte de rivalités internationales pour la main mise sur le royaume chérifien entre l’Espagne, l’Allemagne et la France, cette dernière profite de l’envoi d’un corps expéditionnaire à Casablanca (août 1907) pour s’implanter durablement dans la province de la Chaouïa (15 000 kilomètres carrés pour 300 000 habitants), pacifiée entre 1908 et 1910. Le premier accord secret franco-espagnol du 1er septembre 1905, suivi de l’Acte d’Algésiras (7 avril 1906), de l’accord franco-allemand du 4 novembre 1911 et, au final, du deuxième accord franco-espagnol du 27novembre 1912, reconnaissent désormais le Protectorat de la France sur tout le Maroc :les autorités françaises obtiennent les mains libres au point de vue militaire et maritime, ainsi que « […] le droit d’être l’intermédiaire [du sultan] dans les relations diplomatiques tant au Maroc qu’à l’étranger, avec les puissances étrangères10 ». En parallèle, l’Espagne se taille également une zone d’influence, qui, tout en demeurant théoriquement placée sous l’autorité civile et religieuse du Sultan, n’en possède pas moins une autonomie administrative totale.

6Dans les faits, le Maroc échappe au statut de colonie française, contrairement à son voisin algérien. Quoique impitoyable envers ses opposants, le régime du Protectorat et surtout la personnalité du premier commissaire résident général de la France au Maroc, le général Lyautey, assurent la mise en œuvre d’une ligne politique générale qui s’affiche comme respectueuse des particularités sociales, économiques et religieuses locales. Par ce statut du protectorat, le Maroc (mais aussi précédemment la Tunisie en1881) a échappé à la francisation forcée qu’a connue l’Algérie. Les habitants demeurent sujets du sultan du Maroc, ce dernier détenant le pouvoir législatif, décrétant des dahirs chérifiens, textes rappelant les ordonnances royales de l’Ancien Régime, qui ne deviennent effectifs qu’après avoir été promulgués par le commissaire résident général. Sachant que ces mêmes dahirs sont préparés par le service juridique des Affaires chérifiennes contrôlé par les Français, et que les demandes de modifications du Sultanet/ou de son Grand Vizir sont ensuite examinées pour accord par le conseiller judiciaire du Protectorat puis validé par le comité de Législation du Protectorat, le pouvoir législatif du Sultan ne s’avère dans les faits que fort théorique.

  • 11 A. Hivernaud, L’organisation administrative et politique du Maroc, Casablanca, éditions A. Moynier (...)
  • 12 Les caïds, comme les pachas, sont nommés par le Sultan, sur des listes de candidats présentés par (...)
  • 13 Telle cette traduction d’un courrier (en date du 22 juin 1918) d’un certain Ali Ben El Arbi Attazo (...)

7L’administration chérifienne antérieure au Protectorat est toutefois en partie maintenue et même étendue à l’ensemble du territoire marocain au gré des soumissions. Il s’agit en fait de l’échelon politique et judiciaire, relais de l’autorité du Sultan, soit les caïds(placés à la tête des tribus arabes) ou la jemâa pour les tribus berbères, assemblée populaire « composée des hommes valides de la tribu11 » – les pachas (administrateurs des villes)12 et les cadis (lettrés chargés de toutes les questions relevant de la loi islamique). Mais, une fois encore, ces différents personnages doivent recevoir l’aval des autorités françaises qui possèdent le pouvoir de révoquer ceux qui ne plaisent pas ou plus. Notons pour l’anecdote que les archives du Protectorat sont riches en courriers issus de la population locale dénonçant les méfaits de tel ou tel caïd ou pacha13.

  • 14 D. Rivet, Le Maghreb à l’épreuve de la colonisation, Paris, Hachette Littérature, 2002, p. 211.
  • 15 D. Rivet, Lyautey et l’institution du Protectorat français au Maroc, 1912-1925, Paris, L’Harmattan (...)

8Ce premier niveau chérifien est lui-même doublé d’une très forte ossature française, chargée tant de l’organisation « pratique » du pays que d’insuffler dans la politique indigène « l’esprit du Protectorat à la manière de Lyautey », pour reprendre les termes du grand spécialiste français du Protectorat marocain, Daniel Rivet14. Cette mise en place fut très rapide, sous l’impulsion directe de Lyautey qui choisît alors lui-même les cadres supérieurs de son administration. En moins d’un an, entre janvier 1913 et juillet 1914, le nombre de fonctionnaires d’origine métropolitaine affectés à l’État néo-chérifien passait de 184 à 1 500, sélectionnés parmi les 15 000 offres de service reçues15 ! Cette nouvelle administration à personnel français se répartit alors en trois grands pôles.

Les services de direction

9Ils constituent la haute administration du Protectorat, chapeautés par un commissaire résident général, ministre de la France auprès du Sultan qui le représente pour toutes les questions de politique étrangère et de sécurité militaire, cumulant donc les fonctions de ministre des Affaires étrangères et de ministre de la Guerre. Pour l’aider dans sa tache, plusieurs cabinets (civil, militaire, politique, diplomatique) sont à la disposition du résident, de même qu’un conseil consultatif supérieur comprenant les représentants des chambres régionales d’agriculture, de commerce et d’industrie, ainsi que des hauts fonctionnaires des services chérifiens et français (ces derniers dirigés par un directeur administratif, le délégué à la Résidence générale). Pour ces nouveaux services, Lyautey va recruter personnellement quelques personnalités d’expérience, chargées des fonctions de direction, tel Gallut, expert en finances coloniales, précédemment en poste en Indochine.

Les services de contrôle « politique » du territoire

10Ils se répartissent en deux branches, à savoir les contrôleurs militaires et les contrôleurs civils.

  • 16 R. Homo, art. cité, p. 127.

11Les contrôleurs militaires, encore appelés officiers des Affaires indigènes, exercent dans les régions soumises à l’autorité militaire, à savoir les périmètres compris dans la zone du front, « […] au contact des insoumis, où l’action militaire est prépondérante […] ou encore nécessaire pour rassurer les indigènes et les confirmer dans leurs bonnes dispositions ou parer à des retours de flamme possibles16 ». Ces officiers de renseignement, coiffés par une direction des Affaires indigènes, sont responsables du maintien de l’ordre dans leur cercle, annexe ou poste. Ils sont chargés d’étudier les populations insoumises, et selon les termes de l’époque, de les mettre en confiance et procéder à leur organisation. Enfin, les fonctionnaires chérifiens désirant se rendre dans une zone militaire doivent faire préalablement une demande d’autorisation.

12Les périmètres considérés comme durablement pacifiés et désormais ouverts par décision « résidentielle » à la colonisation et aux transactions économiques, forment la zone dite intérieure. Les officiers de renseignement laissent alors place à des contrôleurs civils, chargés d’informer la Résidence générale sur tout ce qui touche à l’organisation administrative et judiciaire. Investis dans leur circonscription des fonctions d’officier de police judiciaire et d’officier d’état civil, les contrôleurs civils sont aussi responsables du maintien de l’ordre, à l’exemple des officiers des Affaires indigènes. Pour ce faire, ils peuvent disposer de troupes supplétives (les mokhazenis) ou recourir à la gendarmerie ou aux troupes militaires. Et comme nous le verrons plus loin, les forestiers devront cohabiter avec ces différents services de contrôle, ce qui ne se fera pas sans heurts et compromissions.

  • 17 J. Berque, « Cent vingt-cinq ans de sociologie maghrébine », Annales ESC, n° 3, 1956, p. 299.
  • 18 Chiffre cité par J. Frémeaux, Les bureaux arabes dans l’Algérie de la conquête, Paris, Denoël, col (...)
  • 19 D. Rivet, Lyautey et l’institution du Protectorat français au Maroc, 1912-1925, op. cit., t. I, p. (...)
  • 20 J. Berque, art. cité, p. 316.
  • 21 Ibid., p. 302.

13Contrôleurs civils et militaires vont jouer un rôle que l’on peut estimer fondamental dans la pérennisation du Protectorat. Au nombre de deux cents sur un territoire qui, à la fin des années 1930, représente la moitié du territoire du royaume, les officiers des Affaires indigènes sont les descendants « en ligne directe » des célèbres officiers des bureaux arabes algériens. Loin de nous l’idée de juger à charge ou à décharge leur action passée au Maghreb, nombreux étant les auteurs ayant écrit sur ce sujet : Jacques Frémeaux, Daniel Rivet, Xavier Yacono ou encore Jacques Berque. Comme le souligne ce dernier en 1956, l’institution du bureau arabe était « […] la pièce maîtresse d’un système dont les méthodes et le style n’ont pas encore fini d’émouvoir la controverse17 ». Échiquier essentiel du contrôle du territoire colonial algérien entre 1844et 1870, les missions allouées aux officiers des bureaux arabes étaient multiples : certes, en premier lieu, le renseignement et la surveillance des chefs indigènes, mais aussi le contrôle de la justice musulmane, des écoles, des mosquées, le paiement des impôts, l’exécution des travaux d’intérêts généraux (comme les édifices publics, les routes, ponts, barrages, etc.), la surveillance de l’état sanitaire de la population, la réalisation régulière de l’inventaire des ressources agricoles, hydrauliques et minières, le suivi de la population, etc. La charge de travail était considérable et demandait obligatoirement des individus capables au moins d’échanger en arabe dialectal. En Algérie, ce corps attira de nombreux éléments de qualité avec 60 % d’officiers issus de Saint-Cyr et Polytechnique, appelés à fournir par la suite les futurs officiers supérieurs de l’armée française, soit une proportion très importante18. Le plus célèbre d’entre eux est sans aucun doute le futur général Faidherbe, le grand organisateur du Sénégal, inspirateur des Gallieni et autres Lyautey. Selon Daniel Rivet, le sociologue Jacques Berque, dans un fameux article consacré à « Cent vingt-cinq ans de sociologie la sociologie maghrébine »19, aurait détecté une influence leplaysienne au sein des bureaux arabes. Pour avoir lu et relu cet article, il ne peut s’agir, hélas, que d’une interprétation de Daniel Rivet : Jacques Berque se limite à rendre hommage au volet « outil de connaissance » que représente la très importante littérature des bureaux arabes, qui, je cite, « […] regorge de matériaux bruts. Elle n’a malheureusement pas été continuée, même au Maroc20. » Certes, le même auteur souligne que les travaux de certains de ces officiers – tels que Daumas, de Richard, de Pein, de Hagonnet – « […] cautionnés par l’action, emploient le thème de “la famille patriarcale”. Il n’a pas cessé de fournir une clef d’interprétation utilisée jusque dans les derniers travaux de R. Montagne. »Toutefois, les matériaux recueillis s’avèrent très inégaux, faute de « méthode » : « L’enquête est trop engagée, trop contiguë, si je puis dire, à son objet. Elle pêche par utilitarisme et impressionnisme. Elle ambitionne au mieux, un échantillonnage de recettes. Manquant pour la plupart de formation scientifique, ces chercheurs s’en tenaient à ce qu’ils croyaient être les seuls moteurs de l’indigène par rapport à nous et parfois même de l’indigène pour Affaires indigènes ! Mais comment leur reprocher de n’avoir pas été plus loin ? L’ethnologie n’était pas née21. » Nous laisserons en fait aux spécialistes le soin de juger si ces seules remarques de Jacques Berque permettent d’accoler un label « leplaysien » aux investigations de certains de ces officiers. Par contre, Jacques Frémeaux relève parmi les membres des bureaux arabes des catholiques peu pratiquants, un fouriériste déclaré (Richard), des francs-maçons imitateurs des Bugeaud, Pélissier ou Randon et des saint-simoniens.

  • 22 Lieutenant-colonel Huot, « La politique indigène. Politique du nord et politique du sud », dans l’ (...)
  • 23 Ibid., p. 182.
  • 24 Paris, Librairie Plon, 1935, 358 p.
  • 25 Paris, Flammarion, coll. « L’Aventure vécue », 1954, 251 p.

14Dans le cas du service marocain des Affaires indigènes, la filiation avec les réseaux leplaysiens est ténue mais réelle, à travers la figure du lieutenant-colonel Huot, directeur des Affaires indigènes et du service des Renseignements, successeur du lieutenant-colonel Berriau, premier directeur de ces mêmes services. Le 27 février 1923, Huot délivre, au Musée social, une conférence sur l’œuvre sociale de la France au Maroc : « Les caractéristiques essentielles de la politique indigène, a dit le maréchal Lyautey, sont la générosité et la sympathie22. » L’auteur définit ainsi les devoirs et missions de l’officier des Affaires indigènes : il doit défendre les indigènes contre les abus et les injustices « […] comme un tuteur le doit à son pupille », mais sans toutefois tomber dans « l’indigènophilie à outrance » : « Il devra déployer une activité inlassable pour connaître ses gens, déterminer leurs besoins, écouter leurs doléances et y remédier ;avoir en toutes circonstances de la clairvoyance et du jugement, un commandement ferme, calme et juste : être surtout d’une dignité morale parfaite23. » Notons qu’avec le Maroc, la figure de l’officier des Affaires indigènes tutoiera le mythe, conséquence d’une ample littérature plus ou romancée qui rencontra alors un très large public, tel le Henry de Bournazel (le seigneur rouge du Tafilalet) de l’académicien Henri Bordeaux24 ou encore le goumier de l’Atlas de Jacques Weygand25.

  • 26 Commandant R. Peyronnet, Livre d’or des officiers des Affaires indigènes, Alger, Imprimerie algéri (...)
  • 27 « Aimé des indigènes parce qu’il les aimait et les comprenait, il allait rendre au général Lyautey (...)

15Les deux premiers directeurs du service des Affaires indigènes sont des hommes directement choisis par Lyautey. Ainsi, le lieutenant-colonel Berriau, qui assura la direction du service de 1915 à 1918, l’avait rencontré pour la première fois en 1903, en Algérie, alors qu’il n’était que jeune lieutenant et qu’il servait dans le service des Affaires indigènes algérien depuis 1898. Selon le commandant Peyronnet, auteur d’un Livre d’or des officiers des Affaires indigènes publié en 1930, « c’est de cette entrevue que jaillit l’étincelle qui allait unir le futur résident général du Maroc et le jeune lieutenant26 ». Il le rejoint au Maroc en effet dès 1907, assurant les fonctions « stratégiques » de chef du cabinet politique du résident général, avant sa promotion à la tête donc du service des Affaires indigènes huit ans plus tard27. À sa disparition subite en décembre 1919, il est remplacé par un autre homme d’expérience, le lieutenant-colonel Huot. Lui aussi ancien des Affaires indigènes d’Algérie où il est appelé en 1899(il y côtoya le père de Foucauld qu’il avait été chargé d’installer près du poste qu’il occupait), son parcours se calque fidèlement sur celui de son prédécesseur : remarqué dès 1906 par Lyautey qui le fait nommer chef de bureau des Affaires indigènes à Mecheria (province d’Oran), il fait la campagne militaire du Maroc de 1909, avant d’y être rappelé en 1915 pour créer le centre de renseignements de Tanger. Après un retour au front en 1916, il rejoint la direction des Affaires indigènes du Protectorat marocain en août 1919 dont il assure la direction de 1920 à janvier 1926. Notons que son départ de la tête de ce service correspond à la disgrâce de Lyautey, désavoué en 1925 pour sa gestion de la révolte des tribus du Rif, menée par Abd El-Krim.

16Par ces deux hommes clefs, choisis personnellement par Lyautey, la filiation avec les cercles leplaysiens peut être considérée désormais comme fort envisageable.

Les services chérifiens à personnels français

17Ils regroupent tous les services que l’on peut qualifier de « techniques » : les services financiers (impôts, douanes, comptabilité, etc.), d’intérêt social (santé, instruction publique), d’administration générale (état civil, presse, fonction pénitentiaire, réglementation du travail, etc.) et enfin, d’intérêt économique (travaux publics, mines, urbanisme, hydraulique, entre autres). Tous opèrent pour le compte du gouvernement marocain par le biais de textes de lois agréés par le Sultan, à savoir les dahirs chérifiens et les arrêtés viziriels. On retrouve dans ces services techniques une direction générale de l’Agriculture, du Commerce et de la Colonisation à laquelle est rattaché le service marocain des Eaux et Forêts, créé en mars 1913, alors que l’heure était plus aux opérations militaires que forestières…

  • 28 A. Chevalier, « La résurrection de la forêt marocaine », Bulletin de la Société forestière de Fran (...)

18Sur le plan forestier, Lyautey va jouer un rôle primordial dans les toutes premières années du Protectorat, alors que tout restait alors à inventer. On ne peut traiter des rapports entre Lyautey et ce domaine particulier qu’est la forêt sans apporter quelques précisions relatives à son enfance : fils d’un ingénieur des Ponts et Chaussées de Nancy, le futur maréchal voit le jour dans une maison attenante à la célèbre École nationale forestière, rue Girardet (intégrée ensuite à l’école et qui renferme aujourd’hui les services documentaires). Bercé par les coups de clairon et les champs de tradition qui rythmaient la journée des futurs cadres forestiers, on peut voir dans cette proximité géographique l’origine d’une vraie passion pour les questions forestières. Ainsi, selon le célèbre botaniste Auguste Chevalier, tout ce qui y touchait « […] trouvait auprès de lui une audience favorable28 ». Et en effet, de nombreux faits nous permettent de confirmer cette affirmation, dans le cadre de son action au Maroc. Les archives du Protectorat nous le présentent comme s’occupant, directement ou indirectement, de tous les secteurs relevant du domaine forestier marocain, même durant des périodes les plus difficiles de la pacification, alors que l’heure était plus au combat qu’à l’aménagement du territoire.

  • 29 Arch. diplo. Nantes, fonds Maroc, Cabinet diplomatique, art. 482, mai 1912.
  • 30 Pour l’anecdote, Paul Boudy n’était qu’un « second choix », le poste ayant été initialement prévu (...)
  • 31 P. Boulhol, « Paul Boudy (1874-1957) : créateur et organisateur des Eaux et Forêts au Maroc », doc (...)

19Tout d’abord, mais sans que nous en possédions la preuve irréfutable, on peut penser que la création « express » du service forestier est due à l’intervention directe du Général. Dans le mois qui suit son arrivée au Maroc (avril 1912), la Résidence générale commande à Paris le rapport annuel sur l’organisation et le fonctionnement du service forestier en Indochine, document qui servira de modèle à l’organisation du service forestier marocain29. Un premier cadre forestier, l’inspecteur Paul Boudy, est choisi personnellement par Lyautey après un entretien privé pour étudier la mise en place du nouveau service30. Paul Boudy, sorti au deuxième rang de la promotion 1897 de l’École nationale des eaux et forêts de Nancy, possède déjà une riche expérience nord-africaine. Il connaît en effet pour première affectation un poste en Algérie comme garde général à Azazga (Kabylie, région de Tizi Ouzou) puis à Oran. Après trois années en Tunisie, entre 1904 et 1907, il est muté à Alger dans le service des reboisements, avant de rejoindre en 1910 le saint des saints, à savoir l’administration centrale parisienne du corps forestier français. Nommé en février 1913 à la tête de l’embryonnaire corps forestier marocain, il en assura la direction jusqu’en septembre 1940, devenant « la » figure emblématique du corps forestier marocain, unanimement apprécié de ses subordonnés : « Paul Boudy, dans son souci d’être près de tout son personnel, suivait personnellement la carrière de chacun des agents, quel que fût son grade ; il avait compris que l’autorité n’est vraiment acceptée que si elle reste humaine […]. Parfois sans doute quelques-uns, dans la rigueur et l’intransigeance de la jeunesse, avions-nous pu critiquer certaines concessions qui froissaient aux nécessités de la politique ; à distance, nous devons convenir que seul l’intérêt du service commandait cette attitude et qu’en définitive, elle était profitable à la cause forestière31. »

  • 32 Arch. diplo. Nantes, fonds Maroc, direction des Affaires indigènes, art. 319 a, Résidence générale (...)
  • 33 Résidence générale de la République française au Maroc, Exposé de la situation forestière au Maroc (...)
  • 34 Aux lendemains de la seconde guerre mondiale, on compte un inspecteur général, huit conservateurs, (...)

20Les tout débuts du corps forestier marocain s’avèrent fort modestes, Boudy ne disposant en octobre 1913 que d’un inspecteur-adjoint et d’un brigadier sédentaire32. Mais il obtient très rapidement des renforts d’Algérie et de Tunisie avec l’envoi, dès 1914, de deux cadres et de vingt brigadiers et agents, secondés par vingt cavaliers indigènes recrutés sur place. Ces effectifs ne cessent ensuite d’augmenter pour atteindre fin septembre 1917, huit cadres, soixante-six brigadiers ou gardes français, secondés par86 gardes et cavaliers indigènes33, ce développement considérable reflétant au plus juste l’ampleur des missions allouées à ce service34. À l’exemple de Lyautey, Boudy choisit ses premiers cadres supérieurs soit parmi des collègues côtoyés précédemment comme Vogeli (inspecteur principal chargé de la grande région forestière de Meknès, ancien collègue de Boudy à l’École forestière de Nancy) ou Martin (ancien de l’administration centrale, inspecteur à la tête de chefferie de Casablanca), soit parmi des cadres déjà passés par le corps forestier algérien, comme Ganne de Beaucoudrey (dix ans de service en Algérie avant son passage au Maroc), Labas (inspecteur adjoint à Azrou, précédemment en poste à Constantine), ou encore Laloine (inspecteur, à la tête de la chefferie de Fez, venu de la conservation d’Oran). Toutefois, nous n’avons pu établir de filiation avec le courant forestier leplaysien, à savoir que, parmi le personnel en poste au Maroc des années 1910 aux années 1930, aucun n’appartient au petit noyau leplaysien identifié par Bernard Kalaora et Antoine Savoye, ni même ne semble avoir pu côtoyer dans leur carrière pré-marocaine les forestiers leplaysiens de la période la plus tardive, à savoir Félix Briot et les frères Buffault.

  • 35 Le terme de Makhzen signifie en même temps l’État chérifien et l’ensemble des composantes de la ma (...)

21Dans un premier temps et au fur et à mesure du développement de l’emprise française, le personnel forestier est chargé des opérations de soumission de tous les peuplements forestiers du royaume chérifien ; en effet, dès la circulaire vizirièle du 1er novembre 1912 (dont les dispositions sont ensuite reprises et complétées dans le dahir du 10 octobre 1917), ces derniers intègrent le domaine de l’État, le Makhzen35. Il s’agit alors de délimiter les peuplements forestiers par des opérations de bornage, puis, progressivement, de mettre en place des plans d’aménagement destinés tant à pérenniser qu’à développer la ressource forestière. En 1946, presque à la fin des opérations de soumission des peuplements forestiers, les statistiques chérifiennes indiquent une superficie totale forestière de 3,9 millions d’hectares, répartie en quatre grandes zones bien distinctes, comme le montre la carte ci-jointe :

  1. la zone sub-littorale où domine le chêne-liège (Quercus suber), présent au Maroc à l’état pur ou associé à d’autres essences forestières (thuya, chêne zéen, chêne vert) ;
  2. la zone du Moyen-Atlas comprend les forêts de montagne situées entre une ligne Taza-Sefrou-Kénitra-Kasbah-Tadla et les hautes vallées de la Moulouya et de l’OuedEl Abid ;
  3. la zone du Grand-Atlas, faisant suite à la précédente et s’étendant jusqu’à la mer, est caractérisée par le thuya et le chêne vert ;
  4. enfin, en bordure sud du Grand-Atlas, on trouve la zone de l’arganier (Arganiasideroxylon), soit près de 550 000 hectares autour de Mogador, Agadir et dans toute la vallée du Sous.

LES PRICIPALES FORMATIONS FORESTIÈRES DU MAROC

Les premiers arbitrages de Lyautey visant à préserver et développer la ressource forestière

22En parallèle, en plus d’œuvrer pour la mise en place rapide d’un service forestier, Lyautey se préoccupe dès sa prise de fonction du grave problème de la préservation de la ressource forestière marocaine, des peuplements forestiers les plus prestigieux aux plus modestes. Son action va porter sur trois axes principaux.

  • 36 Arch. diplo. Nantes, fonds Maroc, direction des Affaires indigènes, art. 319 a, Lyautey, note du17 (...)

23En premier lieu, avec l’aide technique de Paul Boudy, il va se charger de la tache difficile visant à sensibiliser ses collègues militaires au problème du gaspillage et du pillage « tout court » des ressources forestières locales. Dans cette optique, Lyautey n’hésitera pas à tancer sérieusement ses seconds. Ainsi, par exemple, en décembre 1913, à coup sûr alerté par Boudy, il adresse une note au commandant de la région de Meknèsà propos de la dévastation des forêts de cèdres voisines par les indigènes : « De gros arbres sont abattus pour obtenir un seul madrier36. » Or, ces coupes trouveraient leur origine dans la demande intensive de bois de construction destinés aux nouveaux services publics chérifiens. Aussi, ne pouvant « régler et surveiller actuellement l’exploitation des forêts de cèdres », Lyautey ordonne-t-il l’interdiction de cette essence pour la construction ; les services militaires du Génie ainsi que ceux des Renseignements devront désormais se procurer exclusivement des bois importés, le recours aux essences dites communes, telles le chêne vert, étant limité aux avant-postes militaires, en bordure des zones séditieuses.

  • 37 Arch. diplo. Nantes, fonds Maroc, direction des Affaires indigènes, art. 319 a, lettre de Garnier (...)
  • 38 Ibid.
  • 39 Arch. diplo. Nantes, fonds Maroc, direction des Affaires indigènes, art. 319 a, courrier de Paul B (...)

24En second lieu, la préservation des peuplements forestiers va passer par un appui politique fort au tout jeune corps forestier marocain, en butte à l’hostilité parfois déclarée des militaires. Le cas des forêts de la région de Merzaga nous apparaît en cela très caractéristique des difficultés alors rencontrées par les forestiers. Un conflit d’autorité apparaît en juillet 1915 entre ces derniers et les autorités militaires. Les archives de la direction des Affaires indigènes nous permettent de reconstituer cet épisode de même que le protocole d’intervention de Lyautey. En juin 1914, Paul Boudy, accompagné d’un capitaine du service des Renseignements, réalise une tournée d’inspection de cinq jours consacrée aux forêts de chênes-lièges de Merzaga. Constatant leur surexploitation manifeste, il décide alors d’affecter un brigadier d’origine indigène à la surveillance de ces forêts. Or, le commandant du cercle (l’officier des Affaires indigènes) dont dépend ce même périmètre refuse cette intrusion en développant les arguments suivant : « Il est plus que jamais nécessaire d’organiser la défense des forêts sous la responsabilité d’une autorité unique. Faute de quoi, si le brigadier forestier de Bouhault continue à s’immiscer dans cette question, il m’est impossible de rendre responsable caïds et chefs d’annexe et obtenir le résultat demandé37. » Cette argumentation est reprise par le commandant de la région militaire, le général Garnier du Plessis, qui, dans un courrier à Lyautey, souligne les multiples inconvénients qui résulteraient « [de] l’ingérence d’un brigadier indépendant du commandement dans les affaires des tribus38 ». Devant ce refus qu’il juge fort préjudiciable pour le devenir forestier de cette région, Boudy demande l’arbitrage du Lyautey et lui adresse un rapport technique sur la question, rapport qui reçoit l’approbation, dans la marge, du directeur du service des Renseignements, soit à cette date le lieutenant-colonel Berriau39.

  • 40 Arch. diplo. Nantes, fonds Maroc, direction des Affaires indigènes, art. 319 a, courrier de Lyaute (...)
  • 41 Ibid.

25Aussi Lyautey adresse-t-il à son subordonné Garnier du Plessis un très long courrier dans lequel il prend fait et cause pour les forestiers. Après lui avoir rappelé tout l’intérêt qu’il porte « […] à la conservation du patrimoine forestier, principalement lorsqu’il s’agit de forêts de chênes-lièges susceptibles, comme en témoignent déjà les résultats obtenus en Mamora, de fournir dans un avenir prochain, une importante contribution en budget des recettes de l’Empire40 », Lyautey énumère ses « souhaits » quant au bon fonctionnement de la surveillance et de l’exploitation des forêts. Tout d’abord, la gestion forestière dépend exclusivement des services forestiers et non de l’autorité du commandant militaire du cercle concerné : « L’expérience a montré que les commandants de territoire, quelle que soit leur bonne volonté, n’ont ni le temps nécessaire, ni la compétence spéciale voulue pour exercer par eux-mêmes un contrôle effectif et technique sur les exploitations forestières41. »

26Lyautey justifie son propos en développant le cas de l’autorisation donnée par le chef d’annexe de Merzaga à des opérations de récolte du tanin. Déjà, il n’aurait jamais du l’autoriser : « Il a complètement perdu de vue les instructions qui ont fait l’objet de ma lettre du 8 juin 1914 portant interdiction de l’exploitation du tanin en dehors de l’intervention du service forestier. » Fait aggravant, ce tanin, analysé, provient d’arbres écorcés sur pied, ce qui est formellement interdit. Et Lyautey, s’appuyant sur le mémoire de Boudy, de donner une véritable leçon de physiologie végétale au général du Plessis : « 1° l’arbre écorcé sur pied est voué à une mort certaine ; 2° il disparaît sans laisser de rejets ; 3° avec l’écorcement sur pied, on retire à peine le quart du rendement que l’arbre fournirait s’il était exploité d’une façon rationnelle » ! Aussi stipule-t-il à Garnier du Plessis que l’autorité territoriale devra désormais prendre l’avis du service forestier avant toute exploitation, tout en facilitant leur tâche en faisant visiter les chantiers d’exploitation par les agents techniques « […] afin de s’assurer que leurs prescriptions ont été respectées ».

  • 42 Arch. diplo. Nantes, fonds Maroc, direction des Affaires indigènes, art. 319 a, lettre du colonel (...)
  • 43 Arch. diplo. Nantes, fonds Maroc, direction des Affaires indigènes, art. 319 a, courrier de Paul B (...)
  • 44 Ibid.

27En fait, cet épisode traduit bien les nombreux heurts qui eurent lieu durant les premières années du Protectorat entre forestiers et militaires. Autre exemple, au début de l’année 1917, des officiers de renseignement de la région de Meknès demandent à leur supérieur d’intercéder auprès de Lyautey pour obtenir le retour en métropole (et donc au front) du capitaine Perrot, inspecteur adjoint des Forêts à Azrou : ce dernier est accusé d’être à l’origine de la multiplication des incendies criminels, dus « […] à l’attitude un peu nerveuse et méfiante vis-à-vis des officiers du service des Renseignements [et à] la méconnaissance qu’il semblait témoigner des nécessités politiques et spéciales auxquelles était subordonné son rôle dans la zone de l’avant42 »… Paul Boudy, dans un long rapport de quatorze pages adressé à Lyautey, prend la défense du forestier « [qui] n’a quitté le front qu’à regret pour prendre ce poste au Maroc : très bon technicien qui en quatre mois, a déjà obtenu des résultats tangibles […]. Veut-on en quelque sorte faire marche arrière et rendre peu à peu la main aux bûcherons pour en revenir aux ancien serrements, avec tous les inconvénients qu’ils comportent pour l’avenir de la forêt43 ? » Notons que ce passage se voit annoté par Lyautey d’un « oui » au crayon dans la marge. Boudy signale de même que Perrot devrait être remplacé par un jeune lieutenant : « Le grade et l’âge de cet officier auraient rendu plus facile sa subordination complète au chef du service des Renseignements local, sans qu’il en résulte aucun tiraillement44 », passage souligné de même dans la marge.

  • 45 Arch. diplo. Nantes, fonds Maroc, direction des Affaires indigènes, art. 319 a, lettre du colonel (...)

28Ainsi, une nouvelle fois, le résident général prend un arbitrage en faveur du service forestier. Et un mois plus tard, le commandant de la région militaire de Meknès signale à Lyautey qu’après de long entretiens avec le capitaine en question, il reconnaît que ce dernier n’avait pas tous les torts et qu’au final, il serait dommageable de se priver du concours « [d’un] technicien expérimenté qui a déjà réalisé un gros effort dans la mise en exploitation rationnelle de nos forêts Beni M’Guild45 ». Au final, il envisage même de le conserver avec plaisir comme collaborateur…

29Ces trois exemples nous montrent donc un résident général passionné par les questions forestières et prêt à appuyer son service forestier dans les lourdes tâches qu’il lui a allouées. Son influence, directe ou indirecte, se retrouve de même dans l’élaboration du code forestier marocain et dans ses modalités d’application.

L’élaboration d’une réglementation forestière spécifique : le rôle joué par le service des Affaires indigènes

  • 46 « Si la situation de l’indigène est souvent misérable, si fréquemment on voit éclater sa haine con (...)

30Les premières années du Protectorat sont particulièrement riches en textes législatifs visant à soumettre et aménager les peuplements forestiers ; on peut citer le dahir du27 décembre 1913 sur la protection des forêts, celui du 3 janvier 1916 sur la délimitation du domaine de l’État, et bien sûr, le plus célèbre d’entre eux, le dahir du10 octobre 1917, sur la conservation et l’exploitation des forêts. Ce dernier texte, véritable socle de l’aménagement forestier durant tout le Protectorat, a heureusement été élaboré en grande concertation entre Boudy et les services juridiques de la direction des Affaires chérifiennes. Inspiré en partie par la législation forestière alors en cours en Algérie, il s’en différencie par un souci général de simplification (84 articles contre 190pour la loi forestière algérienne du 21 février 1903) et surtout, par une réglementation plus souple et libérale en matière de pénalités et de modalités d’application. L’expérience algérienne a en effet montré qu’une politique forestière trop « coercitive » à l’encontre des populations locales, en plus de s’avérer sur le long terme sans aucun résultat notable, alimentait fortement l’opposition à l’occupation française46.

31Des documents découverts au Centre des archives diplomatiques de Nantes, portant sur le commentaire du futur dahir d’octobre 1917, nous montrent bien cette volonté d’apaisement « politique ». Nous ne développerons ici que quelques exemples très représentatifs de l’esprit du code forestier marocain, à travers les points majeurs qui empoisonnèrent de tout temps la situation forestière algérienne, à savoir les droits d’usage, la lutte contre les incendies de forêts et les pénalités forestières.

  • 47 Arch. diplo. Nantes, fonds Maroc, direction des Affaires chérifiennes, art. 75.

32Dans le cas marocain, très habilement et contrairement aux codes forestiers métropolitain ou algérien, l’application du code forestier est prévue de façon graduelle, au gré de l’évolution de la situation politique des périmètres forestiers concernés : « L’article 2 est nouveau et spécial au Maroc. On ne peut en effet, pour de multiples raisons de politique indigène, songer à appliquer “de plano” le régime forestier à toutes les forêts domaniales. Ce serait retomber dans les erreurs de l’administration algérienne. Un semblable régime ne peut être appliqué que graduellement, par voie d’arrêté spécial, lorsque les circonstances permettront de l’introduire dans une région déterminée47. »

  • 48 En 1946, la forêt marocaine nourrit « […] à peu près 600 000 bovins, 3 millions d’ovins et3 200 00 (...)
  • 49 « Il est certain que les tribus Zaïan, par exemple, vivent presque uniquement de glands et il sera (...)

33De plus, la réglementation diffère aussi fortement du cas algérien par son traitement particulier des droits d’usage, ceux-ci jouant un rôle prépondérant dans l’économie locale ; en effet, sous ce vocable sont réunis la coupe des bois de service (bois de charrue, perches, etc.), le ramassage de divers produits alimentaires (huile d’argan, glands de chêne-liège) que la population indigène tire de la forêt pour sa subsistance journalière, ainsi que le pacage des troupeaux48. Dès l’instauration du Protectorat, différents rapports issus des services de contrôle signalent à la Résidence générale combien il est primordial de respecter ces pratiques séculaires si l’on ne veut pas que la situation politique ne devienne « explosive » et ce, même dans les zones déjà pacifiées. Or, cet avis s’oppose à celui des forestiers qui, depuis plus d’un siècle et par conditionnement disciplinaire, s’échinent à éteindre les droits d’usage dans les forêts publiques de la métropole ou encore d’Algérie. Ainsi, en 1917, le projet de code forestier élaboré par les services de Boudy ne prend en compte dans les droits d’usage que le parcours en forêt, fait souligné vivement par le lieutenant-colonel Berriau, directeur du service des Renseignements ; tout en reconnaissant que l’esprit guidant les forestiers lui paraît « […] répondre à la double nécessité de mettre en valeur des forêts marocaines et de tenir compte des contingences politiques locales », il n’en regrette pas moins les lacunes de l’actuel projet. Comme droits d’usage, seuls donc sont mentionnés les droits de parcours « […] pour cette raison évidente qu’ils sont les plus importants […]. Or, l’expérience journalière nous incite à ne pas tenir pour négligeables d’autres droits […] au maintien desquels les populations sont fort sensibles : tels sont le ramassage et le bois de charrue, la glandée, la perche […]. Le droit de glandée ne paraît pas pouvoir être supprimé. Il intéresse spécialement les tribus du Moyen-Atlas qui se nourrissent habituellement de glands, tribus pauvres, actuellement d’ailleurs en insoumission pour la plupart, mais dont l’habitat sera très rapidement classé dans le domaine forestier49 ».

  • 50 Un canton en défens correspond principalement aux parcelles en régénération, à savoir où dominent (...)
  • 51 Arrêté viziriel du 15 janvier 1921, « réglant le mode d’exercice du droit au parcours dans les for (...)
  • 52 Arch. diplo. Nantes, fonds Maroc, direction des Affaires indigènes, art. 319 a, courrier du lieute (...)

34Fort heureusement, ces remarques furent intégrées dans les nouveaux textes réglementaires régissant l’aménagement des forêts. Ainsi, une tribu ou fraction de tribu riveraine d’une forêt et « […] ayant de temps immémorial l’habitude d’y venir transhumer », obtient un droit de parcours inaliénable, inextensible et ne pouvant être cédé, sur des cantons forestiers non mis en défens par le service forestier50. Ce droit d’usage donne lieu au paiement d’une redevance, fondée sur un état prévisionnel indiquant les noms des usagers et le nombre de bêtes à introduire en forêt, destinée à contribuer aux dépenses d’entretien des forêts51. Les animaux nécessaires aux besoins domestiques de l’usager et de sa famille, à savoir les bêtes aumailles (bovins), les moutons et exceptionnellement les chèvres, sont toutefois exonérés de ce paiement. Mais surtout, le texte exclut les Européens riverains des forêts qui auraient eu « […] la prétention de profiter du droit d’usage », ce qui constitue une position très courageuse de la part de l’autorité coloniale52. Dans les faits, hélas, ce dernier point ne sera appliqué que fort timidement, presque au coup par coup. Aussi les archives nous montrent-elles que les usagers européens furent, dans de nombreux cas, tolérés, de même qu’apparurent progressivement de nouveaux usagers indigènes suite à des mariages ou encore à l’acquisition de terre sur des périmètres grevés.

  • 53 Arch. diplo. Nantes, fonds Maroc, direction de l’Intérieur, art. 595, rapport adressé à la directi (...)
  • 54 Arch. diplo. Nantes, fonds Maroc, lettre de Boniface, directeur adjoint des Eaux et Forêts, à la r (...)

35La situation du pacage en forêt évolua donc selon les cas et selon les administratifs civils, ce que regrettait en mai 1943 l’inspecteur des Eaux et Forêts Charles Grimaldi d’Esdra dans un rapport consacré à cet épineux sujet. Celui-ci préconisait une remise à plat de la législation, à savoir une interdiction stricte des usagers européens et un droit de parcours accordé exclusivement à tout indigène « […] en mesure de faire la preuve qu’il a acquis la qualité de propriétaire sur le territoire de la dite fraction à une date antérieure à 192153 ». Ce projet sera en fait rejeté par le sous-directeur des Eaux et Forêts avec les arguments suivants : « En cette période troublée, les Marocains n’ont déjà que trop de prétextes à faire de l’agitation et à exposer des revendications à notre encontre pour ne pas ajourner, jusqu’à la fin des hostilités, la mise au point du problème de l’exercice du droit de parcours54. »

  • 55 Le montant de la redevance n’est pas fixé, « le contrôleur civil demandant à la commission de rése (...)

36Ensuite, pour chaque massif forestier, une commission de pacage réunissant les représentants locaux des Eaux et Forêts et des différents services chérifiens (contrôle civile ou militaire, agriculture, un représentant des colons, etc.) fixe chaque année l’effectif du troupeau autorisé au parcours ainsi que le montant de la redevance. Les représentants de la population locale (caïds, cheikhs et notables) sont quant à eux rendus responsables de la sincérité des déclarations, le préposé forestier tranchant au final encas de litige. Ainsi, par exemple, la commission pastorale chargée de la Mamora adopte en 1922 une charge de deux bêtes aumailles pour trois hectares de forêt, une bête aumaille pouvant être remplacée indistinctement par cinq moutons ; l’effectif domestique exonéré représente quant à lui l’équivalent de cinq bêtes aumailles et quinze moutons, les chèvres restant interdites55.

  • 56 Après avoir consulté ses différents bureaux, le directeur des Affaires indigènes, le lieutenant-co (...)
  • 57 Arch. diplo. Nantes, fonds Maroc, direction de l’Intérieur, art. 595, courrier du contrôleur civil (...)
  • 58 « Ils effectueront cette opération en même temps que le recensement des animaux assujettis au Terb (...)

37Dans les faits, cette réglementation, hautement participative, constitua une source sans fin de tensions entre les différents services administratifs concernés mais aussi entre la population locale, les colons, et l’Administration. Les principales oppositions proviennent du contrôle, tant civil que militaire, les griefs avancés s’avérant alors multiples. Sur le principe général de la loi et après avoir consulté ses différents bureaux, le directeur des Affaires indigènes, le lieutenant-colonel Huot, signale en 1922 que le dahir sur le parcours en forêt lui paraît « sinon impossible, du moins très difficile à réaliser » en ce qui concerne les massifs forestiers des régions de contrôle militaire56. Le contrôle civil souligne quant à lui que la liste des usagers s’avérerait extrêmement compliquée à établir. Aussi propose-t-il en haut lieu de recourir pour cette mission aux agents forestiers, à coup sûr touchés par tant de sollicitude57… En fait, la rédaction de la liste des usagers reviendra dès 1924 aux agents du service des Impôts et Contributions58.

  • 59 Arch. diplo. Nantes, fonds Maroc, direction de l’Intérieur, art. 595, courrier du contrôleur civil (...)
  • 60 Communaux, chef du contrôle civil des Zemmour, rapport destiné au secrétaire général du Protectora (...)

38Enfin, les redevances posaient aussi de nombreux problèmes. D’une part, les taux appliqués seraient trop élevés, fait vivement dénoncé par les contrôleurs civils. Et d’autre part, le tarif progressif adopté, destiné à favoriser les petits propriétaires, pénaliserait trop lourdement les gros propriétaires, ce qui induirait la vente des troupeaux et leur départ notamment vers la zone espagnole : « Il y a donc intérêt majeur à obtenir des usagers qu’ils restent usagers59. » Aussi, durant les premières années d’entrée en application du dahir sur le parcours en forêt, certains contrôleurs civils se distinguent-ils par leur refus tenace de signer les procès-verbaux des commissions de pacage, accusées de trop favoriser le mouvement de colonisation au détriment de la population indigène : « En raison de l’âpreté fiscale avec laquelle le service des Forêts entend résoudre la question, c’est là où se trouve le vrai danger au point de vue politique. Une innovation trop lourde à supporter révolterait les indigènes, indubitablement60. »

  • 61 Arch. diplo. Nantes, fonds Maroc, direction des Affaires indigènes, art. 75, document de travail c (...)
  • 62 Arch. diplo. Nantes, fonds Maroc, région de Casablance, art. 1181, courrier de Harles, directeur a (...)
  • 63 Ibid.

39Dans la même optique générale d’apaisement politique et social, les pénalités en cas de délits forestiers se révèlent notablement réduites par rapport aux autres législations forestières en cours en Algérie ou même en métropole ; de plus, selon le législateur, elles viseraient beaucoup moins les indigènes que les Européens, ceux-ci ayant « […] une fâcheuse tendance à considérer le forêt comme une dépendance naturelle de leurs forêts61 ». En fait, la cause de la population civile (vis-à-vis des infractions forestières) fut constamment défendue auprès des services forestiers par les autorités de contrôle, notamment lors des périodes de sécheresse qui se multiplièrent durant les années 1930et 1940. Il en découle plusieurs modifications sensibles des dispositions du dahir d’octobre 1917, tel l’arrêté du 22 juin 1936 sur l’application du régime forestier en territoire militaire : en cas de sécheresse, comme durant l’année 1945, ce texte autorise le parcours en forêt (dans les périmètres non défendables) du bétail de fractions ne possédant « […] sur la forêt aucun droit d’origine coutumière ou contractuelle, mais pour qui une telle transhumance serait considérée comme une nécessité vitale du fait des calamités d’origine météorologique ayant frappé leur territoire habituel d’élevage62 ». Ce même texte permet en outre aux usagers, sur autorisation, au cas par cas et sous surveillance forestière, l’ébranchage à titre gratuit « des branches basses et latérales des rejets d’essence, feuillus et résineux ». Dans les faits, l’ébranchage individuel reste interdit au profit d’opérations collectives d’ébranchage, réalisées sous le contrôle technique de préposés forestiers et des chefs indigènes63.

  • 64 Arch. diplo. Nantes, fonds Maroc, direction des Affaires indigènes, art. 75, document de travail c (...)
  • 65 Arch. diplo. Nantes, fonds Maroc, région de Casablance, art. 1181, courrier de Harles, directeur a (...)

40Enfin, les directives algériennes de lutte contre les incendies (telle la mise en place d’un service indigène de garde et de postes vigies pendant la saison sèche) sont rejetées, ayant donné des résultats jugés « médiocres, sources déterminantes de bien des incendies64 ». Une circulaire résidentielle du 20 octobre 1917 institue des conférences incendies annuelles faites par des préposés et officiers forestiers dans le cadre de réunions montées par les contrôleurs civils, et où sont rappelées les mesures propres à éviter, combattre et réprimer les incendies de forêts (telle l’interdiction des feux en forêt, du 1er juillet aux premières pluies d’octobre). Toutefois, la réglementation forestière introduit une amende collective « […] en cas de sinistre d’une gravité particulière ou de mauvaise volonté des populations appelées à combattre l’incendie », procédé jugé comme « le seul mode de répression efficace65 ».

Conclusion : où l’on retrouve les réseaux leplaysiens

  • 66 Il faut souligner que ce passage a été annoté d’un « exact » dans la marge et que ce courrier de B (...)

41En premier lieu, il est indéniable que la réglementation sylvo-pastorale marocaine a constitué un important facteur d’apaisement politique, surtout si l’on compare ses résultats avec ceux découlant de la politique forestière suivie en Algérie à la même époque, fait souligné presque « cruellement » par Boudy en novembre 1933 : « Au Maroc, la situation est, à cet égard, tout autre qu’en Algérie ; toute l’acuité du problème forestier algérien gravite en effet autour de l’interdiction du pâturage en forêt, alors qu’au Maroc, le parcours est autorisé, sauf dans les coupes pendant quelques années (ce qui ne représente qu’une surface peu importante). Il s’en suit qu’en Algérie, les forêts brûlent, alors qu’il n’y a pas d’incendie au Maroc66. »

42Toutefois, le contenu indéniablement social de la réglementation forestière marocaine ne peut être alloué au seul corps forestier : c’est plutôt la récurrence, durant tout le Protectorat, des luttes d’influence entre les forestiers et les « Affaires indigènes » (contrôle militaire et civil) qui a permis d’arriver à un certain équilibre entre préservation des ressources forestières et gestion pastorale, du moins pour la période antérieure à la seconde guerre mondiale. Aussi, dans le futur, des recherches sur la formation théorique des officiers des Affaires indigènes et des contrôleurs civils pourraient venir compléter heureusement notre analyse.

  • 67 Durant sa première année à Saint-Cyr, il aurait été fortement marqué par une conférence d’Albert d (...)
  • 68 Antoine Savoye signale que leur presse militante ouvrira ses colonnes à certains membres de la Soc (...)

43En second lieu, sur un plan plus général, l’aménagement forestier français, en particulier les pratiques sylvo-pastorales, constitue un domaine fécond pour l’analyse des réseaux leplaysiens, comme l’ont bien démontré les travaux pionniers de Bernard Kalaora et Antoine Savoye. Or, dans le cas marocain, nous sommes confrontés à une politique s’affichant clairement comme sociale mais sans relation forte avec ces mêmes réseaux leplaysiens. Si la figure de Boudy est incontournable quant à cette question, nous avons toutefois, à notre sens, bien démontré que le maréchal Lyautey a joué un rôle primordial et fondateur dans l’établissement et l’affirmation de cette politique forestière « différente ». Et par son entremise, nous retrouvons les cercles leplaysiens que ce dernier a croisé tout au long de sa vie. Au tout début de sa carrière, Lyautey, élève à Saint-Cyr, est attiré par la personnalité du capitaine Albert de Mun67, le fondateur de l’Œuvre des cercles catholiques d’ouvriers, considérée comme proche des leplaysiens68.Affecté ensuite à l’École d’état-major de Paris, Albert de Mun lui aurait conseillé le rejoindre le cercle catholique ouvrier de Montmartre, alors très couru par quelques officiers d’obédience légitimiste. Et même éloigné de Paris (notamment alors qu’il était en garnison à Épinal), il continua à fréquenter assidûment un petit cercle de militaires que l’on peut qualifier de « catholiques sociaux », qui favorisa par la suite son entrée dans la haute société parisienne. Il y côtoya, entre autres, les fameux frères Lazard (fondateurs éponymes de la Banque Lazard), le journaliste Paul Desjardins, futur créateur de l’Union pour l’action morale en 1893 ou encore l’éphémère président de la République française, Paul Deschanel.

  • 69 A. Maurois, op. cit., p. 168.

44Envoyé aux colonies en 1894, plus précisément en Indochine, conséquence directe de la publication, non signée, dans la célèbre Revue des deux mondes d’un retentissant article intitulé « Du rôle social de l’officier dans le service militaire universel » (1891), il y relança sa carrière militaire dont le Maroc constitua, indubitablement, l’apogée : « Toute sa vie, et même dans ces jours d’enfance où ses camardes le nommait « empereur », Lyautey avait rêvé d’exercer un pouvoir absolu et bienfaisant […]. Par le Maroc, il allait se trouver exaucé69. »

  • 70 A. de Tarde, Le Maroc, école d’énergie, Paris, Plon, 1923.
  • 71 D. Rivet, Lyautey et l’institution du Protectorat français au Maroc, 1912-1925, op. cit., t. III, (...)
  • 72 Bulletin du Musée social, n° 4, avril 1922, p. 148.

45Plus tard, Lyautey allait de nouveau croiser les leplaysiens à travers le Musée social où il présida la séance du 27 février 1922 qui vit son subordonné le lieutenant-colonel Huot faire une conférence sur l’œuvre sociale de la France au Maroc (déjà citée plus haut).Selon, Daniel Rivet, le Musée social regroupait alors ses plus grands admirateurs français : « Ces hommes de qualité apprécient l’occasion fournie au Maroc par Lyautey de retremper la France dans un bain d’énergie réparateur70. Mais surtout, ces hommes épris de réalisations admirent le don de Lyautey de régénérer et de créer. Finalement, pour une certaine droite au seuil des années 1920, préoccupée de concilier tradition et modernisme, fidélité aux valeurs ancestrales et renouvellement par emprunts à l’expérience américaine, Lyautey est un modèle71. » À cette occasion, Lyautey y fera applaudir très vivement son testament politique pour le Maroc, ainsi énoncé : « Je suis certain que ceux qui nous remplacerons feront comme nous et inspireront les mêmes sentiments ; mais à une condition, c’est d’avoir le Protectorat “dans la peau”. C’est le point d’interrogation et c’est un point délicat72. »

46Au final, si le bilan dressé de la politique forestière marocaine fait apparaître une certaine originalité et réussite, notamment par rapport au voisin algérien, nous estimons que ce résultat découle d’un conditionnement philosophique général des services du Protectorat. Aussi, serions-nous en présence d’une « nébuleuse réformatrice » (Topalov) « lyauteysienne », fortement teintée de leplayisme pratique ? Seule la poursuite de recherches élargies aux autres services techniques du Protectorat pour la période 19131925 permettra de confirmer ou d’infirmer cette hypothèse séduisante.

Bibliographie

Références bibliographiques

A. Ayache, Le Maroc, bilan d’une colonisation, Paris, Éditions sociales, 1956, 367 p.

V. Berdoulay, J.Y. Puyo, « La pensée géographique de Le Play », numéro spécial des Études sociales : Frédéric Le Play et la question forestière, n° 126, 1997, p. 19-36

J. Berque, « Cent vingt-cinq ans de sociologie maghrébine », Annales ESC, n° 3, 1956, p. 297324

P. Boudy, Guide du forestier en Afrique du Nord, Paris, La Maison Rustique, 1951, 504 p.

P. Boulhol, « La législation forestière marocaine », Revue forestière française, numéro spécial sur le Maroc, 1952, p. 233-243

J.P Challot, « L’homme et la forêt marocaine », Revue des Eaux et Forêts, mai 1946, p. 233-261

A. Chevalier, « La résurrection de la forêt marocaine », Bulletin de la Société forestière de Franche-Comté, mars 1954, p. 2-10

D.K. Davis, « Potential Forest : Degradation Narratives, Science and Environmental Policy Protectorate, Morocco, 1912-1956 », Environmental History, vol. 10, n° 2, 2005, p. 211-238

J. Frémeaux, Les bureaux arabes dans l’Algérie de la conquête, Paris, Denoël, coll. « L’Aventure coloniale de la France », 1993, 310 p.

P. Guinier, « Nécrologie de Paul Boudy », Revue forestière française, n° 3, 1958, p. 219-222

R. Homo, « La pacification du Maroc », dans l’ouvrage collectif La renaissance du Maroc - Dix ans de Protectorat, Rabat, Résidence générale de la République française au Maroc, 1923, p. 79-174

Huot (lieutenant-colonel), « La politique indigène. Politique du nord et politique du sud », l’ouvrage collectif La renaissance du Maroc - Dix ans de Protectorat, Rabat, Résidence générale de la République française au Maroc, 1923, p. 175-184

B. Kalaora, A. Savoye, La forêt pacifiée, Paris, L’Harmattan, 1986, 132 p.

J. Martin, L’empire renaissant 1789-1871, Paris, Denoël, coll. « L’Aventure coloniale de la France », 1987, 330 p.

Ministère de l’Agriculture, La forêt marocaine, Rabat, 1960, 89 p.

Protectorat de la République Française au Maroc -Direction des Eaux et Forêts, L’œuvre du service forestier au Maroc 1913-1931, Exposition coloniale internationale, Paris, 1931, 41 p.

J.Y Puyo, « De la théorie à la pratique : les forestiers français face au défi colonial », dans V. Berdoulay, O. Soubeyran (dir.), Milieu, colonisation et développement durable : perspectives géographiques sur l’aménagement, Paris, L’Harmattan, 2000, p. 155-171

J.Y. Puyo, « Sur le mythe colonial de l’inépuisabilité des ressources forestières (Afrique occidentale française / Afrique équatoriale française, 1900-1940) », Cahiers de géographie du Québec, vol. 45, n° 126, 2001, p. 479-496

J.Y. Puyo, « Enseignement forestier et sciences sociales : “le grand nulle part” (1824-1914) », Les Études sociales, numéro spécial : B. Kalaora et A. Savoye (dir.), Les élites professionnelles à l’école des sciences sociales, 2001, n° 134, p. 7-22

Résidence générale de la République française au Maroc, Exposé de la situation forestière au Maroc au 1er septembre 1917, Rabat, Imprimerie officielle, 1917, 29 p.

D. Rivet, Lyautey et l’institution du Protectorat français au Maroc, 1912-1925, Paris, L’Harmattan, 1996, 3 tomes, 267 p., 297 p. et 357 p.

D. Rivet, Le Maghreb à l’épreuve de la colonisation, Paris, Hachette Littérature, 2002, 459 p.

A. Savoye, « La parole et les actes : les dirigeants de la Société d’économie sociale, 18831914 », dans C. Topalov (dir.), Laboratoires du nouveau siècle. La nébuleuse réformatrice et ses réseaux en France, 1880-1914, Paris, Éditions de l’EHESS, 1999, p. 61-87

C. Topalov (dir.), Laboratoires du nouveau siècle. La nébuleuse réformatrice et ses réseaux en France, 1880-1914, Paris, Éditions de l’EHESS, 1999, 574 p.

Notes

1 J.-Y. Puyo, Aménagement forestier et enjeux scientifiques en France, de 1820 à 1940, doctorat, géographique, sous la direction de Vincent Berdoulay, Université de Pau et des Pays de l’Adour, 1996, 602 p.

2 Nous n’avons pas trouvé le chiffre exact des assassinats ayant touché les membres du corps algérien. Mais la lecture de différents documents nous permet d’avancer que ceux-ci furent hélas très nombreux (et ce, bien avant la guerre d’indépendance).

3 15,9 % pour le Maroc contre 13,81 % pour l’Algérie ; chiffres cités par Paul Boudy, Guide du forestier en Afrique du Nord, Paris, La Maison Rustique, 1951, p. 468.

4 Protectorat de la République française au Maroc -Direction des Eaux et Forêts, L’œuvre du service forestier au Maroc - 1913-1931, Exposition coloniale internationale, Paris, 1931, p. 41.

5 B. Kalaora, A. Savoye, La forêt pacifiée, Paris, L’Harmattan, 1986, p. 47.

6 Pour la période 1864-1914, Bernard Kalaora et Antoine Savoye ont identifié comme leplaysiens vingt-deux cadres des Eaux et Forêts, classés en trois générations selon l’époque de leur adhésion aux groupements leplaysiens (la Société internationale des études pratiques d’économie sociale et les unions de la paix sociale).

7 Lois sur la restauration et la conservation des terrains en montagne (RTM) du 28 juillet 1860,8 juin 1864 et 4 avril 1882.

8 Centre des Archives diplomatiques de Nantes (Arch. diplo. Nantes).

9 « Boudy a conçu un statut forestier tout imprégné de préoccupations sociales et appliqué une politique forestière profondément humaine. » (P. Guinier, « Nécrologie de Paul Boudy », Revue forestière française, n° 3, 1958, p. 221).

10 R. Homo, « La pacification du Maroc », dans l’ouvrage collectif La renaissance du Maroc Dix ans de Protectorat, Rabat, Résidence générale de la République française au Maroc, 1923, p. 103.

11 A. Hivernaud, L’organisation administrative et politique du Maroc, Casablanca, éditions A. Moynier, 1950, p. 20.

12 Les caïds, comme les pachas, sont nommés par le Sultan, sur des listes de candidats présentés par la Résidence générale.

13 Telle cette traduction d’un courrier (en date du 22 juin 1918) d’un certain Ali Ben El Arbi Attazouti, de Sidi Yahia, à Lyautey : il se propose de remplacer le caïd en poste dans sa tribu, présenté comme « […] entièrement livré aux plaisirs à la boisson et aux autres occupations semblables qui ne conviennent pas à sa situation ». Pour appuyer sa demande, il rappelle sa collaboration passée avec les autorités françaises : « J’ai mis un terme aux excès sans cesse croissant des Chleuh Zemmour qui se livraient aux brigandages dans la forêt. Votre excellence avait parlé, il y a déjà quelque temps, de nous remettre le commandement de cette tribu mais nous n’avons plus entendu parler de ce projet. Je sollicite maintenant votre excellence de vouloir bien me faciliter cette affaire au plus vite et sans retard car ce que vous voulez vous l’exécutez. » (Arch. diplo. Nantes, fonds Maroc, direction des Affaires indigènes, art. 103).

14 D. Rivet, Le Maghreb à l’épreuve de la colonisation, Paris, Hachette Littérature, 2002, p. 211.

15 D. Rivet, Lyautey et l’institution du Protectorat français au Maroc, 1912-1925, Paris, L’Harmattan, 1996, t. I, p. 222.

16 R. Homo, art. cité, p. 127.

17 J. Berque, « Cent vingt-cinq ans de sociologie maghrébine », Annales ESC, n° 3, 1956, p. 299.

18 Chiffre cité par J. Frémeaux, Les bureaux arabes dans l’Algérie de la conquête, Paris, Denoël, coll. « L’Aventure coloniale de la France », 1993, p. 38.

19 D. Rivet, Lyautey et l’institution du Protectorat français au Maroc, 1912-1925, op. cit., t. I, p. 199.

20 J. Berque, art. cité, p. 316.

21 Ibid., p. 302.

22 Lieutenant-colonel Huot, « La politique indigène. Politique du nord et politique du sud », dans l’ouvrage collectif La renaissance du Maroc. Dix ans de Protectorat, Rabat, Résidence générale de la République française au Maroc, 1923, p. 182.

23 Ibid., p. 182.

24 Paris, Librairie Plon, 1935, 358 p.

25 Paris, Flammarion, coll. « L’Aventure vécue », 1954, 251 p.

26 Commandant R. Peyronnet, Livre d’or des officiers des Affaires indigènes, Alger, Imprimerie algérienne, 1930, t. II, p. 538.

27 « Aimé des indigènes parce qu’il les aimait et les comprenait, il allait rendre au général Lyautey des services inappréciables. Confident sûr et solide de tous les chefs indigènes, militaire convaincu et passionné, politique souple et persuasif, il fournissait un effort magnifique et fructueux : c’est parce qu’il avait ce don, cette véritable divination de l’âme indigène qu’il faut l’agent de liaison incomparable entre ce peuple et nous, la cheville ouvrière de la politique du Protectorat. » (ibid., p. 539).

28 A. Chevalier, « La résurrection de la forêt marocaine », Bulletin de la Société forestière de Franche-Comté, mars 1954, p. 3.

29 Arch. diplo. Nantes, fonds Maroc, Cabinet diplomatique, art. 482, mai 1912.

30 Pour l’anecdote, Paul Boudy n’était qu’un « second choix », le poste ayant été initialement prévu pour un dénommé Charles Dupont, inspecteur alors en poste à Alger. Mais celui-ci ne pouvant se libérer avant un délai jugé trop long, le choix s’est finalement porté sur la personne de Paul Boudy : « Suis heureux de vous annoncer que M. Boudy est appelé au Maroc pour y étudier le régime forestier. Dans la pensée de la Résidence générale et suivant procédure adoptée pour les autres services, M. Boudy pourra, après cette mission temporaire, être titularisé dans les fonctions de chef de service des Eaux et Forêts. Son concurrent précédemment chargé de cette mission et en partance pour le Maroc, vient d’être invité par télégramme à ne pas s’y rendre. » (Arch. diplo. Nantes, fonds Maroc, Cabinet diplomatique, art. 482, Saint-Hilaire, courrier au maire de Sarlat, M. Sarrazin).

31 P. Boulhol, « Paul Boudy (1874-1957) : créateur et organisateur des Eaux et Forêts au Maroc », document manuscrit, reproduit par l’Amicale des anciens forestiers du Maroc, fonds du Centre de documentation de l’ENGREF, Nancy.

32 Arch. diplo. Nantes, fonds Maroc, direction des Affaires indigènes, art. 319 a, Résidence générale de la République française au Maroc, « Note sur le service des Eaux et Forêts », octobre 1913, 1 p.

33 Résidence générale de la République française au Maroc, Exposé de la situation forestière au Maroc au 1er septembre 1917, Rabat, imprimerie officielle, 1917, p. 17.

34 Aux lendemains de la seconde guerre mondiale, on compte un inspecteur général, huit conservateurs, dix-huit ingénieurs des travaux, 88 chefs de districts et 421 agents techniques. Le nombre des agents français diminua à partir de 1956 avec l’indépendance du Maroc, mais il était encore en 1963 de sept ingénieurs en chef et de dix ingénieurs.

35 Le terme de Makhzen signifie en même temps l’État chérifien et l’ensemble des composantes de la machine gouvernementale marocaine. Les biens du Makhzen correspondent au domaine public, appartenant donc en propre à l’État, à l’exemple de toutes les forêts du royaume.

36 Arch. diplo. Nantes, fonds Maroc, direction des Affaires indigènes, art. 319 a, Lyautey, note du17 décembre 1913.

37 Arch. diplo. Nantes, fonds Maroc, direction des Affaires indigènes, art. 319 a, lettre de Garnier du Plessis à Lyautey, 28 juillet 1915.

38 Ibid.

39 Arch. diplo. Nantes, fonds Maroc, direction des Affaires indigènes, art. 319 a, courrier de Paul Boudy au directeur du Service des renseignements, Rabat, 30 août 1915 : « La question posée par M. le général Garnier Duplessis avait déjà fait l’objet d’une étude approfondie de la part de mon Service, et une lettre, destinée à préciser le mode d’intervention du service des Forêts dans le contrôle des exploitations pratiquées sur le territoire de Merzaga, avait été préparée pour la signature de M. le résident général » (lettre jointe). Réponse dans la marge au crayon du directeur du service des Renseignements : « Répondre que le projet de lettre a toute notre approbation. »

40 Arch. diplo. Nantes, fonds Maroc, direction des Affaires indigènes, art. 319 a, courrier de Lyautey au général commandant la subdivision de Talda Zaïa, Garnier du Plessis, à Casba Tadla, 12 septembre 1915.

41 Ibid.

42 Arch. diplo. Nantes, fonds Maroc, direction des Affaires indigènes, art. 319 a, lettre du colonel Poeymirau (commandant de la région de Meknès), à Lyautey, 18 février 1917.

43 Arch. diplo. Nantes, fonds Maroc, direction des Affaires indigènes, art. 319 a, courrier de Paul Boudy adressé à Lyautey 22 janvier 1917, 14 p.

44 Ibid.

45 Arch. diplo. Nantes, fonds Maroc, direction des Affaires indigènes, art. 319 a, lettre du colonel Poeymirau à Lyautey, 20 mars 1917.

46 « Si la situation de l’indigène est souvent misérable, si fréquemment on voit éclater sa haine concentrée et farouche contre l’Européen, c’est aux forestiers, c’est-à-dire à la législation forestière qu’on le doit. » (C. Guyot, Commentaire de la loi forestière algérienne, promulguée le 21 mars 1903, Paris, Librairie J. Rothschild, 1904, p. VI de l’introduction).

47 Arch. diplo. Nantes, fonds Maroc, direction des Affaires chérifiennes, art. 75.

48 En 1946, la forêt marocaine nourrit « […] à peu près 600 000 bovins, 3 millions d’ovins et3 200 000 caprins. » (J.P. Challot, « L’homme et la forêt marocaine », Revue des Eaux et Forêts, mai 1946, p. 255).

49 « Il est certain que les tribus Zaïan, par exemple, vivent presque uniquement de glands et il sera impossible de les priver de cette ressource au cours des années difficiles qui suivront leur soumission et où elles auront à se refaire économiquement. D’une façon générale, d’ailleurs, il faut tenir compte du tempérament très fruste, très indépendant des montagnards marocains, de leurs moyens d’existence vraiment précaires où la forêt joue un grand rôle et établir nos textes en conséquence. » (Arch. diplo. Nantes, fonds Maroc, direction des Affaires indigènes, art. 319 a, courrier du lieutenant-colonel Berriau relatif au projet de dahir sur le code forestier, au secrétaire général du Protectorat, Résidence générale, 7 avril 1917).

50 Un canton en défens correspond principalement aux parcelles en régénération, à savoir où dominent les semis ou les jeunes rejets de souche ; l’introduction du bétail dans des périmètres de ce type compromettrait durablement la pérennité du peuplement. Dans le cas marocain, les forestiers menèrent un bras de fer constant durant tout le Protectorat pour maintenir en défens, durant au moins cinq années, les périmètres mis en régénération.

51 Arrêté viziriel du 15 janvier 1921, « réglant le mode d’exercice du droit au parcours dans les forêts domaniales ».

52 Arch. diplo. Nantes, fonds Maroc, direction des Affaires indigènes, art. 319 a, courrier du lieutenant-colonel Berriau relatif au projet de dahir sur le code forestier, au secrétaire général du Protectorat, Résidence générale, 7 avril 1917.

53 Arch. diplo. Nantes, fonds Maroc, direction de l’Intérieur, art. 595, rapport adressé à la direction des Eaux et Forêts, 27 mai 1943.

54 Arch. diplo. Nantes, fonds Maroc, lettre de Boniface, directeur adjoint des Eaux et Forêts, à la résidence générale, classifiée « confidentiel », 4 octobre 1943.

55 Le montant de la redevance n’est pas fixé, « le contrôleur civil demandant à la commission de réserver son avis ». (Arch. diplo. Nantes, fonds Maroc, art. 319 b, courrier de la direction des Affaires indigènes, Salé, 8 mai 1922).

56 Après avoir consulté ses différents bureaux, le directeur des Affaires indigènes, le lieutenant-colonel Huot, signale que le dahir sur le parcours en forêt lui paraît « […] sinon impossible, du moins très difficile à réaliser en ce qui concerne les massifs forestiers des régions de contrôle militaire » : « La composition du troupeau familial est très différente selon les tribus ; de même, il existe des différences, allant du simple au double (pour les bœufs) en ce qui concerne la texte à imposer aux animaux excédant le troupeau familial (les seuls à imposer). » (Arch. diplo. Nantes, fonds Maroc, direction des Affaires indigènes, art. 319 a, courrier au directeur de l’agriculture, Rabat, 26 juillet 1921).

57 Arch. diplo. Nantes, fonds Maroc, direction de l’Intérieur, art. 595, courrier du contrôleur civil de la circonscription de Salé au secrétaire général du Protectorat, Salé, 12 juin 1924.

58 « Ils effectueront cette opération en même temps que le recensement des animaux assujettis au Terbib et seront assistés à cet effet des agents locaux de la conservation des Eaux et Forêts dans les circonscriptions comprenant des forêts de parcours. » (Arch. diplo. Nantes, fonds Maroc, région de Casablanca, art. 1181, courrier du secrétaire général du Protectorat au contrôleur civil de la circonscription de Chaouïa Nord, Rabat, 3 décembre 1924).

59 Arch. diplo. Nantes, fonds Maroc, direction de l’Intérieur, art. 595, courrier du contrôleur civil de la circonscription de Salé au secrétaire général du Protectorat, Salé, 12 juin 1924.

60 Communaux, chef du contrôle civil des Zemmour, rapport destiné au secrétaire général du Protectorat, « à propos d’un courrier du directeur des Affaires indigènes s’élevant contre le contenu du procès-verbal d’une commission de pacage (Tifflet) ». (Arch. diplo. Nantes, fonds Maroc, direction des Affaires indigènes, art. 319 b, 15 juin 1922).

61 Arch. diplo. Nantes, fonds Maroc, direction des Affaires indigènes, art. 75, document de travail consacré au futur dahir forestier, non signé (mais d’origine « forestière ») et non daté (très probablement de juin-juillet 1917).

62 Arch. diplo. Nantes, fonds Maroc, région de Casablance, art. 1181, courrier de Harles, directeur adjoint chef de la division des Eaux et Forêts, de la conservation foncière et du cadastre, au directeur des Affaires politiques, Rabat, 5 mai 1945.

63 Ibid.

64 Arch. diplo. Nantes, fonds Maroc, direction des Affaires indigènes, art. 75, document de travail consacré au futur dahir forestier, non signé (mais d’origine « forestière ») et non daté (très probablement de juin-juillet 1917).

65 Arch. diplo. Nantes, fonds Maroc, région de Casablance, art. 1181, courrier de Harles, directeur adjoint chef de la division des Eaux et Forêts, de la conservation foncière et du cadastre, au directeur des Affaires politiques, Rabat, 5 mai 1945.

66 Il faut souligner que ce passage a été annoté d’un « exact » dans la marge et que ce courrier de Boudy est de même accompagné d’une note dactylographiée non signée précisant « [qu’il]contient des passages un « peu mordants ». Mais dans l’ensemble, il doit rassurer le général Gendre « favorable à l’action forestière au Maroc » (Arch. diplo. Nantes, fonds Maroc, direction de l’Intérieur, art. 596, long courrier de Paul Boudy au directeur des Affaires indigènes, 18 novembre 1933).

67 Durant sa première année à Saint-Cyr, il aurait été fortement marqué par une conférence d’Albert de Mun sur « la réforme sociale par le catholicisme ». (A. Maurois, Lyautey, Paris, Plon, 1934, p. 17).

68 Antoine Savoye signale que leur presse militante ouvrira ses colonnes à certains membres de la Société d’économie et de science sociales. A. Savoye, « Les paroles et les actes : les dirigeants de la Société d’économie sociale, 1883-1914 », dans C. Topalov (dir.), Laboratoires du nouveau siècle. La nébuleuse réformatrice et ses réseaux en France, 1880-1914, Paris, Éditions de l’EHESS, 1999, p. 77.

69 A. Maurois, op. cit., p. 168.

70 A. de Tarde, Le Maroc, école d’énergie, Paris, Plon, 1923.

71 D. Rivet, Lyautey et l’institution du Protectorat français au Maroc, 1912-1925, op. cit., t. III, p. 174.

72 Bulletin du Musée social, n° 4, avril 1922, p. 148.

Table des illustrations

Légende LES PRICIPALES FORMATIONS FORESTIÈRES DU MAROC
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/451/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 323k

Auteur

Géographe, maître de conférences à l’université de Pau et des Pays de l’Adour, laboratoire Société, environnement, territoire (SET, CNRS), SESS

© Presses des Mines, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540