Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frédéric Le Play

 | 
Antoine Savoye
, 
Fabien Cardoni

Deuxième partie. Audience et prolongement de la science sociale leplaysienne

Frédéric Le Play, inspirateur de l’union de Fribourg ?

Mate Botos

Texte intégral

  • 1 Sur la composition de l’Union de Fribourg, voir M. Botos, « La postérité de l’Union de Fribourg da (...)

1L’Union de Fribourg, cercle d’études des questions sociales, est créée le 8 novembre 1884 lorsque les comtes de Mun et de Bréda, le marquis de La Tour du Pin et Mgr Mermillod, évêque de Lausanne et Genève se réunissent pour la première fois, à Fribourg (Suisse), lieu de résidence de l’évêque, dans le but de fonder un forum des catholiques sociaux à l’échelle européenne. Néanmoins, la préhistoire de l’Union fait apparaître des initiatives nationales qui lui furent antérieures et la préparèrent. Le Circolo degli studi sociali regroupant à Rome les catholiques italiens (dont les comtes Soderini et de Medolago-Albani), la Freie Vereinigung katholischer sozialpolitiker à Haid, regroupant l’élite catholique autrichienne, et enfin l’Œuvre des cercles catholiques d’ouvriers avaient déjà traduit le besoin de s’unir des catholiques sociaux, encouragés d’ailleurs par le pape. C’est à partir de cette triple origine que l’Union catholique d’études sociales et économiques de Fribourg s’est effectivement organisée en 18861.

  • 2 Sur ces trois hommes voir R. Talmy, Aux sources du catholicisme social. L’École de La Tour du Pin, (...)

2Parmi les membres de l’Union de Fribourg, on trouve, du côté français, René de La Tour du Pin-Chambly (1834-1924)2, Léon Harmel (1829-1915), Henri Lorin (18571924), tous trois membres de l’école de Le Play, affiliés à la Société internationale des études pratiques d’économie sociale (SIEPES) ou à une union de la paix sociale. La Tour du Pin était entré en contact avec Le Play au lendemain de la guerre franco-prussienne et avait fait siennes quelques-unes de ses idées. Harmel, dans son usine de filature, était un archétype du patron chrétien. Il incarnait l’idée du patronage. Lorin, ancien élève de l’École polytechnique, un des fondateurs de la sociologie catholique, quoique marginal à l’Union en raison de sa jeunesse, représentait la tradition d’enquêteur de l’école de la science sociale.

  • 3 Voir sa « Lettre du 15 décembre 1872 », dans comte de Breda, La loi de Dieu et les règlements soci (...)

3À travers eux, mais aussi le comte de Bréda qui collabora directement avec Le Play3 ou le comte Soderini, membre de l’Union de la paix sociale de Rome, l’Union de Fribourg reprend souvent les notions et les idées de Le Play. De ce point de vue, nous sommes en droit de supposer que celui-ci a exercé une influence significative sur les travaux de l’Union. Reste, cependant, à examiner si cette influence fut déterminante ou si elle est restée marginale. L’examen de quelques-uns des thèmes centraux de la doctrine économique et sociale élaborée par l’Union de Fribourg va nous permettre de statuer sur cette question de l’influence de Le Play et de sa portée.

La théorie des corps intermédiaires

  • 4 Rappelons la définition qu’en donne Le Play : « l’ensemble des idées, des mœurs et des institution (...)

4Dès 1882, un rapport préliminaire cosigné du comte de Bréda et du marquis de La Tour du Pin nous éclaire sur la nature de cette influence. Celle-ci concerne plus l’analyse de la crise sociale des sociétés européennes, autrement dit le diagnostic, que les solutions préconisées pour la résoudre. En effet, La Tour du Pin, à la différence de Le Play qui milite pour le patronage4, y prône le retour au système des corporations qui serait la clef de l’amélioration du sort des prolétaires que l’auteur dénomme « le cinquième état », la paysannerie étant le quatrième. « Dans le régime du travail, depuis la destruction de l’organisation corporative des métiers, le prolétariat tend à devenir pour toute l’Europe l’état normal des artisans, et surtout des ouvriers d’industrie ; il se développe dans ces masses sans foyer fixe des maux physiques et moraux inouïs jusqu’alors ; les statistiques officielles constatent que la levée militaire ne peut plus s’y exercer sur la moitié au moins des conscrits pour vices héréditaires provenant d’un sang corrompu. »

5La Tour du Pin continue par une argumentation qui reprend celle de Le Play à propos de la crise de la société d’Ancien Régime : « L’ancienne organisation au Moyen Âge était basée sur la distinction de trois ou quatre états : état du clergé, état de la noblesse, état de la bourgeoisie (tiers état), et, dans certains pays encore : état des paysans. Pour ne mentionner qu’en passant l’action délétère de la royauté absolue, nous pouvons constater que cette organisation par états a été détruite par la Révolution française de 1789 dont l’influence pernicieuse s’est peu à peu répandue sur tout le continent européen. Or, j’affirme, sans crainte d’être contredit, qu’une fois détruite, l’ancienne organisation n’a été remplacée par aucune autre digne de ce nom, car le système représentatif basé sur le vote par tête d’individus votant soit suivant une limite d’âge, soit suivant un cens, ne constitue, pour ainsi dire, qu’un mécanisme plus au moins ingénieux et non un organisme. Aussi, la dissolution de la société est-elle un fait et la cause de dangers imminents qui frappent tous les esprits. De là, ce besoin qui se fait partout sentir de organiser la société pour revenir à un état de choses plus stable. »

6C’est le même raisonnement que développe Le Play dans ses études les plus célèbres : l’essence de La réforme sociale en France est fondée sur une logique identique. La Tour du Pin qui se définit comme un « rénovateur », refusant le « conservatisme » car dans l’état actuel de la société il n’y a rien à conserver, n’accepte pas le simple retour à l’ancienne société. « Peut-on rétablir les anciens états, en y ajoutant un cinquième, qui comprendrait les nouvelles classes formées par l’industrie moderne ? Personne n’y songe vu que, des quatre états susnommés, un seul subsiste encore et subsistera toujours : le clergé, tandis que les autres sont confondus dans la masse. La noblesse n’est plus qu’un titre et un sentiment traditionnel, dépourvu qu’elle est de la base matérielle qui, dans les temps jadis, marquait ses devoirs particuliers et les droits correspondants. Le quatrième état lui aussi est plus au moins, comme la noblesse, assimilé à la bourgeoisie. Le tiers état est devenu ce Tout voulu par Sièyes ; en absorbant toutes les distinctions, toutes les charges, toutes les libertés, il a créé l’antagonisme aujourd’hui régnant entre le riche et le pauvre. Si la noblesse n’est qu’un souvenir, et si la classe des paysans se meurt dans l’anarchie actuelle, où trouver des éléments propres à la réorganisation de la société ? ! »

  • 5 Blome, Quelques observations sur la circulaire du 24 décembre 1885, autographié, 7 p.

7Dans la suite, La Tour du Pin déclare impossible la reconstitution de la société ancienne, car ses composants manquent (à la seule exception du clergé). « Dans cette multitude d’individus désagrégés qui composent une nation, quels sont les groupements indiqués par la nature et qu’on pourrait choisir pour reconstruire un édifice social composé de parties distinctes mais reliées entre elles par l’intérêt commun du patriotisme ? Nous ne voyons que des professions. Ce sont elles aussi qui ont jadis formé la base des états. Le clergé est une profession, la culture des propriétés rurales est une profession, fonction dans l’origine ; la noblesse est de bonne heure devenue une profession à son tour, par le métier des armes et de la culture de grands domaines ruraux ; le tiers état, enfin, se composait de divers groupes professionnels pour le commerce et l’industrie. Voilà pourquoi le groupement par professions se présente à la pensée de tous ceux qui cherchent aujourd’hui une voie pour sortir du chaos5. »

8Pour arriver à la fin proposée par Le Play dans sa Constitution essentielle de l’humanité (1881), il faut trouver des moyens utiles et efficaces. Et La Tour du Pin exprime clairement que le remède ne peut pas venir des autorités sociales, mais d’un État bien structuré, lequel, par une législation saine et bienveillante, contribuerait à la création des corps intermédiaires. Il s’agirait des corps autonomes, des « corporations », fruit d’un mouvement venu d’en bas. La Tour du Pin et ses camarades luttaient pour une situation politique dans laquelle les acteurs sociaux ont le droit de se défendre et de contribuer de façon active à l’amélioration de leur sort. Mais cette initiative sans le soutien politique de l’État, garant suprême, est vouée à l’échec.

Patronage

  • 6 Le comte de Bréda, « Du régime corporatif dans la grande industrie », L’Association catholique, 15 (...)

9Le patronage, idée chère à Frédéric Le Play, apparaît plusieurs fois dans les documents, mais jamais comme un remède unique. De plus, il est souvent décrié sur la base de l’expérience, en particulier à la suite de la révolte des ouvriers, à Montceau-les-Mines, contre le pouvoir omnipotent de leur « patron social », Jules Chagot. « Les objections des patrons se résument toutes en une seule qu’ils n’expriment jamais directement : leur despotisme est absolu ; il leur en coûte d’en diminuer quelque chose. Et qu’on remarque bien que, par despotisme, je n’entends pas nécessairement de la tyrannie ou un pouvoir absolu exercé pour le mal par mauvaise intention. Non ; je connais et nous connaissons tous des exemples contraires ; des cas où toute l’autorité du patron est employée à faire le bien, où sa bienfaisance est sans bornes, où l’unique mobile de ses actions est la pratique de la vertu. Mais, même dans ce cas, je considère comme un mal et comme un danger l’abus de ce qu’on appelle le patronage. On a vu un exemple frappant de ce que je veux dire à Montceau-les-Mines : la bienfaisance, la charité des patrons étaient inépuisables ; il n’y avait pas un des besoins des ouvriers qui n’eût été prévu, qui ne trouvât son secours tout prêt. On répondra peut-être que les attentats ont été commis par une intime minorité. Sans doute, de tels crimes sont heureusement encore le fait que de quelques scélérats et constituent de lamentables exceptions ; mais ils n’auraient pas été possibles, même dans ces conditions, si les bons ouvriers de l’exploitation avaient formé corps et s’ils avaient eu à défendre des intérêts propres en même temps que ceux des patrons. Si je ne me trompe, le patron de Montceau-les-Mines, dans une conversation avec le comte A. de Mun, a reconnu lui-même que ses bienfaits péchaient par l’abus du patronage6. »

10La Tour du Pin est un ennemi farouche de la société anonyme, car elle ne porte aucune responsabilité : « Le régime corporatif est difficile à établir sur le terrain industriel. Pourquoi ? Parce que les sociétés anonymes ont envahi le régime industriel et remplacé les patrons qui avaient personnellement l’initiative, la charge et les responsabilités des entreprises. Or, la société anonyme a les plus graves inconvénients, d’abord pour les industriels qu’elle fait disparaître. On dira bien : ces sociétés ont des devoirs qu’elles ont su remplir. Plusieurs, par exemple, ont fondé des caisses d’assurances. C’est vrai, mais la société anonyme est incapable de remplir toutes les obligations que doit remplir le patronage complet. Et l’ouvrier pourra-t-il garder sa liberté, revendiquer ses droits légitimes vis-à-vis d’une force occulte comme celle de la société anonyme ? Difficile, sinon impossible. La société également doit éprouver les inconvénients de la disparition des patrons. En effet, le capital, propriétaire des instruments de travail prélève la part la plus grande du produit, cela arbitrairement au détriment du salaire des travailleurs. Enfin, l’industrie est immobilisée, le système anonyme ayant intérêt à percevoir un revenu considérable du travail sans y coopérer. »

  • 7 Morel, Procès-verbaux de la commission au sujet des questions des sociétés industrielles et les as (...)

11Et c’est justement à cause de ces abus, de cet égoïsme, de cette injustice, que la révolution sociale peut éclater : « Et même si le capital revient entre les mains d’un seul, quelles conséquences ! Que se produira-t-il alors ? Misère intolérable, partout réclamations violentes ; disons le mot : révolution ! L’État forcément devra intervenir et le socialisme fera son entrée triomphale dans le domaine industriel. Donc, il faut la corporation professionnelle. Mais celle-ci sera combattue par l’égoïsme de la société anonyme. Quel procédé faudra-t-il dès lors employer pour aboutir à la corporation ? Que l’État intervienne et fasse rembourser graduellement, par amortissement à ceux qui se réuniront pour constituer la corporation, les sommes représentant le capital social et l’outillage7. »

12Cet appel à l’action de l’État distingue les catholiques sociaux de l’Union de Fribourg de Le Play pour qui la solution étatique (législative) ne doit être qu’exceptionnelle et réservée à des cas spécifiques (comme la politique sylvicole). Pour l’auteur de La réforme sociale en France, c’est toujours la réforme des idées, des mœurs et des institutions qui doit primer.

Groupes familiaux

  • 8 R. de La Tour du Pin, De l’organisation des classes agricoles, document publié plus tard dans L’As (...)

13Dans le discours des leplaysiens de l’Union, leur vision de la société correspond à celle décrite par Le Play. Les composantes primaires de la société sont des familles, et non pas les individus. Et lorsqu’ils définissent la famille, les termes du « sociologue » reviennent : « C’est donc la famille stable, et entre les familles stables la famille-souche à domaine compact, qui nous apparaît comme la meilleure base de régime agraire ; car la famille instable ne s’attache pas à la terre qu’elle morcelle, puis abandonne ; et la famille patriarcale ne trouve pas dans son mode de communauté un principe d’activité suffisant pour faire rendre à la terre tout ce qu’elle peut produire sous une culture intensive. Les familles-souches, au contraire, procréent à la fois un excédent d’hommes et un excédent de produits, c’est-à-dire qu’elles engendrent et sustentent toute une partie de population qui s’adonne aux autres arts manuels ou libéraux, et procure à son tour le développement le plus rapide et le plus complet de la civilisation8. »

  • 9 Ibid.

14La famille-souche sert le plus nettement la reconstruction sociale : « Nous avons reconnu que l’organisation familiale la plus propre à favoriser l’organisation sociale et la fonction qui lui est inhérente, était ce que Le Play a appelé la famille-souche ; c’est-à dire celle qui assure à un héritier l’intégrité du domaine patrimonial et facilite l’établissement des autres sans les admettre au partage égal9. »

Paix sociale

  • 10 Le dossier est remis à Léon XIII au mois de mars 1881 par le comte de Bréda et le marquis de La To (...)

15Parlant de la paix sociale, La Tour du Pin s’exprime comme un « réactionnaire », renvoyant la question à ses dimensions théologiques, tout en restant très pragmatique, à l’inverse des économistes catholiques tel Charles Périn : « […] des économistes catholiques qui ne veulent voir dans la question sociale qu’une question de vices et de vertus ne font appel, pour la résoudre, qu’à la charité des maîtres et à la résignation des ouvriers. Nous répondons que, même avec les meilleures lois du monde il y aura toujours des riches et des pauvres, toujours des maîtres et des ouvriers ; par conséquent, même au point de vue de ce monde, la charité, l’esprit de sacrifice et la résignation seront toujours nécessaires à la véritable paix sociale. Mais, par suite du péché originel, la pratique des vertus ne sera jamais universelle ; il y a et il doit y avoir des lois humaines précisément parce que, l’humanité étant déchue, les moyens de persuasion ne suffisent pas pour empêcher les injustices. Sur le terrain surtout des intérêts matériels la tendance aux abus, aux excès d’avidité, à l’égoïsme, est ce qui domine le plus généralement ; l’absence de tout frein est donc mauvaise en soi et doit tourner au détriment des plus faibles10. »

  • 11 R. de La Tour du Pin, op. cit.

16Le problème est toujours le même : l’abandon des normes traditionnelles. « C’est au contraire depuis que l’État a cessé d’être chrétien qu’il s’est considéré comme ayant surtout pour fin de favoriser avant tout le développement des intérêts matériels. Il est à remarquer que certains socialistes ont reconnu la supériorité des anciennes législations chrétiennes sur les législations modernes. S’il est vrai, comme nous le croyons, comme le croyait Mgr de Ketteler et comme le croient beaucoup de catholiques allemands et autrichiens, que la guerre sociale qui est imminente provient en grande partie des lois imaginées et promulguées par les écoles révolutionnaires, il y a un grand rôle à prendre pour une école d’économie chrétienne. Une telle école n’a rien à inventer ; à l’époque où l’Église inspirait et guidait les législations européennes, les théologiens ont tracé des règles salutaires qui doivent être modifiées en raison du temps, mais dont les principes restent vrais. Montrer aux ouvriers que le meilleur moyen d’améliorer leur sort serait de revenir aux principes des législations chrétiennes ; leur prouver qu’on s’intéresse à eux ; leur dire que l’Église a toujours été leur protectrice équitable et maternelle, ce serait assurément l’œuvre de prosélytisme la plus salutaire. Ce serait en même temps un des moyens les plus efficaces pour arriver au rétablissement de la paix sociale11. »

  • 12 « En même temps, en France, un véritable économiste d’une grande expérience, M. Le Play, sans alle (...)
  • 13 L. Milcent, Rapport sur le régime corporatif. Première partie (octobre 1886), 10 octobre 1886, lis (...)

17Dans cette lutte pour l’harmonie sociale qui précède la justice sociale, le nom de Le Play apparaît souvent explicitement12, mais pour souligner les différences entre ses théories et une économie politique chrétienne que l’Union appelle de ses vœux. La corporation est à nouveau mentionnée comme un remède singulier, mais il s’agit de corporations basées sur des principes chrétiens ! « Le régime corporatif la [la société] délivrerait du joug : mais sa restauration n’est possible qu’à la condition de répudier les erreurs doctrinales qui ont servi à l’établir et de démasquer les violences sans nombre d’un état social que l’on décore du nom de civilisation et qui n’est qu’un retour à la barbarie. La lumière étant ainsi faite dans les esprits tous pourraient réunir leurs efforts pour le rétablissement de la paix sociale, pour le triomphe de la justice, pour l’unité de tous les chrétiens dans la charité, suivant la prière du Sauveur : “Père saint que tous ils soient un en nous, qu’ils soient un comme nous-mêmes ; que moi en eux et toi en moi, ils soient consommés dans l’unité13. »

  • 14 « Un commerçant qui vend sa marchandise a un prix trop élevé, un industriel qui paie aux ouvriers (...)
  • 15 P. de Pascal, Étude sur le régime de la propriété rurale, Soc. Lect. C 924. (Bu 14), 3 octobre 188 (...)

18La paix sociale, cependant, est le fruit d’un effort législatif qui définit les limites de l’exploitation, désigne comme usurier le gain injuste et sanctionne la propriété privée refusant la responsabilité sociale14. Or, la propriété privée est reconnue mais seulement avec ses fonctions sociales. La propriété privée dans l’agriculture se distingue cependant, de façon assez remarquable : « La propriété du sol rural est, d’après la nature même de son objet, et d’après les fins qui ressortent de cet objet, différente de toute autre propriété, par exemple de la propriété d’un meuble, d’un produit manufacture, d’une créance, d’une pension, etc. La propriété du sol rural en effet a pour objet une chose, fond naturel, don immédiat de Dieu, qui par sa nature même, et conformément aux vues de la Providence, a pour fins : de porter et de sustenter l’humanité ; d’être le point fixe et solide d’attache des familles et des sociétés ; de fournir à celles-ci le cadre dans lequel elles doivent grandir et se développer conformément à leur vocation et à leurs destinées providentielles, destinées qui manifestent en philosophe chrétien la tradition et la continuité de l’histoire. La terre est le foyer et la forme matérielle, le corps de la patrie. L’appropriation privée du sol rural est non seulement légitime, mais [...] elle est souverainement utile, même relativement nécessaire, parce qu’elle porte à son maximum, l’activité laborieuse de l’homme ; parce que, lorsqu’elle est bien organisée, elle favorise singulièrement la paix sociale, le bon ordre, la permanence des familles, la stabilité des foyers, enfin le bien général15. »

  • 16 Comte de Breda, « Du régime corporatif dans la grande industrie », extrait de L’Association cathol (...)

19Mais la question émerge à juste titre : l’organisation corporative est-elle encore possible ? Si elle rencontre déjà des difficultés dans l’agriculture, elle butera sur davantage dans l’industrie. Le comte de Bréda, après avoir publié une étude dans L’Association catholique, reformule ses doutes dans un travail qu’il dépose auprès du secrétariat : « J’ai rédigé sur ce sujet, il y a quelques années, pour le conseil des études de l’Œuvre des cercles catholiques d’ouvriers, un court travail que je demande la permission de reproduire ici. J’ai vu depuis bien des industriels, les uns exploitant des usines à eux, les autres dirigeant des usines qui appartenaient à de grandes sociétés ; j’ai entendu de nombreuses objections et j’ai obtenu peu d’approbations complètes ; même chez les industriels propriétaires. Je ne crois cependant n’avoir rien changer au système que j’ai préconisé. Au contraire, je me suis confirmé de plus en plus dans la persuasion que pas une des difficultés d’exécution n’est invincible, ni même bien difficile à surmonter ; je suis aussi de plus en plus convaincu de l’efficacité salutaire des résultats qu’on obtiendrait, en vue de la paix sociale. Je ne vois pas d’obstacles sérieux dans la volonté des patrons d’industrie ; mais si cette volonté refuse de se plier à des sacrifices modérés, équitables, destinés à les sauver, elle sera brisée par des événements que nous devons tous nous efforcer de conjurer ; et c’est pour le salut des propriétaires d’usine eux-mêmes, que nous devons supplier de s’y prendre à temps pour tâcher d’échapper aux périls qui ne sont que trop imminents16. »

  • 17 H. Savatier, Mémoire sur l’usure et ses effets dans l’ordre économique contemporain par M. Savatie (...)

20Si la réorganisation sociale est jugée périlleuse par Bréda à cause de l’absence de sacrifices volontaires, un juriste français, Henri Savatier, décrit, à propos des attributions de rentes, causées par les « découvertes contemporaines » : « Effets du capitalisme usuraire sur l’attribution des rentes : a. Spoliation des travailleurs et de la société par les artifices de l’usure. Rentiers et prolétaires ; b. Antagonisme et luttes des classes, fruits nécessaires du capitalisme usuraire ; c. Comment les ouvriers arrivent à prendre part au progrès. La mesure des grèves et doléances. Impossibilité de la paix sociale17. »

Assurance

21Dans le débat sur l’assurance obligatoire ou volontaire, les partisans de la non-ingérence de l’État (c’est-à-dire les Français, face aux Allemands et aux Autrichiens) donnent une définition de ce moyen de pacification sociale. L’Union reconnaissait l’assurance obligatoire, mais payée par l’ouvrier et le patron, et croyait en ses effets bénéfiques.

  1. « 1. L’assurance ouvrière peut être considérée sous deux rapports comme un correctif du salaire : a. En ce qu’elle garantit la part du juste salaire qui est destinée aux temps de dénuement ; b. En ce qu’elle oblige le patron d’assurer à l’ouvrier cette partie du salaire.
  2. L’assurance doit donc être supportée en commun par les ouvriers et les patrons.
  3. Dans les milieux où se fait sentir le besoin d’une garantie de l’avenir, sans qu’on ait sous la main le patron contribuant à l’assurance, celle-ci doit reposer sur la corporation.
  4. Tout secours matériel de l’État doit être exclu comme une aumône non justifiée.
  • 18 Steinle, L’assurance des ouvriers, 17 juillet 1888, imprimé, 13 p.

22[...] Il ressort clairement de notre exposé que nous sommes opposé tant au “procédé de répartition” qu’au procédé de “recouvrement des capitaux”. Selon la nature des choses, le simple “principe de la mutualité” nous paraît le plus juste. C’est aussi le seul qui vaille la peine d’être recherché, puisqu’il est seul capable de former des corporations de métiers18. »

Le Play

  • 19 R. de La Tour du Pin, Introduction aux études du centenaire de 1789, document publié plus tard dan (...)

23Examinons, enfin, de plus près l’image de Le Play au sein de l’Union de Fribourg, et notamment chez l’un de ses membres les plus actifs, le marquis de La Tour du Pin. Hostile à la Révolution française, La Tour du Pin prend position à l’occasion du centenaire de 1789. Cette brochure a été publiée dans L’Association catholique, et a été réimprimée comme document de l’Union. « L’Œuvre des cercles catholiques d’ouvriers, fidèle en cela à son inspiration première et à ses déclarations répétées de dévotion aux enseignements de l’Église, a résolu d’opposer à la glorification des principes de 1789 et de l’état social qui résulte de leur application, un sommaire d’études philosophiques, historiques et économiques capable de contribuer, avec l’œuvre magistrale de Le Play, les ouvrages de Taine et de tant d’autres écrivains courageux, à substituer à la légende de “l’ère moderne” le jugement impartial de l’histoire. […] L’analyse des principes de la Révolution dont on fête le centenaire, ou de ce que Le Play nommait “les faux dogmes de 1789”, doit être, au portique de cette étude, faite sur la société à la transformation de laquelle ils ont présidé, car tout principe renferme en lui-même sa conséquence. On a cru que ceux-ci, la liberté naturelle et l’égalité native de tous les hommes, n’appartenaient qu’au libéralisme, et ce siècle a été, en effet, le siècle du libéralisme19. »

  • 20 Ibid.

24Comme l’on peut voir, Le Play est bien connu et ses prises de position sont répétées dans le texte. Son hostilité à l’égard de 1789 est reprise ici et même encore développée : « Si l’adoption des principes du RATIONALISME – dits principes de 1789 – dans la société, y a introduit l’athéisme, le césarisme et le matérialisme, et permis à la Révolution de fournir la carrière précédemment décrite, dont le dernier terme serait évidemment le triomphe du socialisme révolutionnaire, il ne suffit pas de chercher à enrayer ce mouvement tout en en conservant l’impulsion initiale et les forces accélératrices, comme le font les conservateurs libéraux. Il faut, au contraire, rompre nettement avec les doctrines philosophiques, politiques et économiques qui doivent trouver leur glorification dans le centenaire officiel, comme leur condamnation dans notre enquête privée mais sincère ; il faut substituer aux “faux dogmes de 1789” ceux de la “constitution essentielle de l’humanité” – comme s’exprimait Le Play –, et en poursuivre la réalisation dans chacune des diverses branches de l’ordre social, selon un programme qui doit sortir des cahiers des groupes professionnels que nous allons convoquer à cet effet ; cahiers que 1’on peut dès maintenant esquisser, au cours, et surtout à la fin, des mémoires en préparation pour fixer l’attention de ces groupes20. »

  • 21 R. de La Tour du Pin, De l’organisation des classes agricoles, op. cit.

25Selon lui, Le Play reste néanmoins le père de la science sociale, le scientifique qui a le mieux compris la société, composée à cette époque majoritairement de paysans : « Le procès des familles instables qui divisent l’héritage rural, comparées aux familles-souches qui le conservent intact, n’est plus à faire après les beaux travaux de Le Play et de son école. Au reste, il se fait moins d’objections contre le petit domaine rural que contre le grand ; or quant à celui-ci, nous sommes les premiers à dire que la création d’un homestead dans la grande propriété ne saurait être un droit aussi strict et aussi fréquemment appliqué que pour celle du paysan cultivateur21. »

  • 22 H. Bazin, Réponse au questionnaire de la IIIeconférence de Fribourg. La question agraire, septembr (...)

26La crise de la société agricole, reconnaissent les antirévolutionnaires, remonte à l’abandon des principes chrétiens. Pour pouvoir y porter un remède, il faut appliquer la loi chrétienne dans toutes les dimensions de la vie sociale : « La question agraire est née de l’oubli des prescriptions de la justice et de la charité chrétiennes. Aussi les crises agraires sont-elles beaucoup plus fréquentes dans les pays non chrétiens que dans ceux qui ont gardé la foi. Le soussigné habite un pays de foi et de pratique religieuse, aussi la crise agraire se fait-elle sentir à peine, les fermes sont toutes occupées, l’activité agricole est restée grande et les propriétaires, les métayers ou les fermiers vivent en harmonie parfaite, toute l’année ensemble, à la campagne frères devant Dieu, égaux à l’Église, amis au dehors. Pour guérir ou prévenir les crises agraires, il faut donc rétablir dans les campagnes les prescriptions de la justice et de la charité chrétiennes. Ces prescriptions sont les suivantes : Les propriétaires doivent se regarder comme les mandataires de Dieu. Les pauvres doivent pouvoir vivre dans la petite société paroissiale formée si heureusement par l’Église. Chacun doit pouvoir se créer un foyer, chaque foyer doit pouvoir se maintenir, et chaque famille doit pouvoir vivre de son foyer. Le développement de ces trois propositions conduit à la solution des principales questions agraires. En effet, le propriétaire, étant le mandataire de Dieu, ne pressurera point ses fermiers, n’exigera que la portion légitime de la rente foncière, habitera à son foyer, vivra en relations amicales avec ses tenanciers et sera leur conseiller et leur guide : il donnera l’exemple de la piété, son foyer sera chrétien ; il aidera à la création des corporations agricoles, sera le collaborateur discret du curé, des frères instituteurs, de la sœur institutrice, fera l’aumône réalisera en un mot le type admirable du propriétaire chrétien. Les biens communaux, les droits de parcours, les vaines pâtures, les biens des corporations, les biens d’Église offriront aux familles pauvres des ressources extrêmement précieuses qui leur permettront d’avoir des bestiaux et de faire vivre leur famille. On se gardera de détruire ces biens collectifs, et au contraire la législation réformée les reconnaîtra. De plus les corporations paroissiales syndiquées aideront les pauvres à vivre et à traverser les crises, les épidémies, les années dures, comme il y en a tant aux champs ! Il sera libre à chacun de se créer un foyer en achetant les terres et maisons mises en vente, mais le foyer une fois constitué pourra se maintenir soit par la déclaration de homestead pour la petite propriété, soit par des substitutions limitées pour la grande. […] La propriété doit être en partie stable, en partie mobile. Le foyer pourra encore se maintenir par l’établissement de la famille-souche décrite par Le Play et par l’abolition du partage forcé22. »

  • 23 Comte de Bréda, Question agraire. Étude préliminaire par le comte de Bréda, octobre 1886, autograp (...)

27Cette position exprimée par Bazin fait écho à celle du comte de Bréda qui, lui aussi, s’appuie sur Le Play pour souligner le lien entre stabilité sociale, familles et transmission patrimoniale : « Le christianisme ne faisait pas acception de classes. L’Église a toujours répandu ses vérités partout et, si elle a une prédilection, c’est assurément pour les petits, pour les faibles, pour les pauvres, aussi l’idée saine, complète, normale de la famille avait-elle pénétré partout. La conservation des familles nobles ou puissantes ayant un intérêt politique en même temps qu’un intérêt social, les lois intervenaient avec plus de soin pour la garantir ; mais nul n’ignore maintenant, surtout depuis les beaux travaux de M. Le Play, que les familles stables se rencontraient à tous les échelons de la société et dans les pays les plus divers, étaient toujours en raison directe de la stabilité, et que la transmission intégrale des biens était la condition fondamentale de cette stabilité. Or, pour les paysans, comme pour les nobles, cette transmission supposait, au moins en fait l’inaliénabilité de la terre23. »

  • 24 Ibid.

28Fidèles à la pensée de Le Play, les antimodernistes se définissent comme « rénovateurs », et non pas conservateurs. Ils proposent des solutions très concrètes : « Est-ce à dire pour cela que, pour lutter contre les maux des sociétés modernes, il faille aspirer au rétablissement impossible de tout ce qu’elle a détruit ? Assurément non ; mais en restant, dans le domaine du possible qui est essentiellement celui de la politique, nous pouvons et nous devons, dans une certaine mesure nous guider sur l’expérience du passé. De tout ce qui précède il ressort, par exemple, que les lois qui établissent le partage forcé des biens sont à la fois contre nature et mortelles pour les sociétés qui se les laissent imposer. M. Le Play proposait de les remplacer par la liberté de tester. Il se peut que ce soit un moyen de transition nécessaire, mais cela ne saurait être le but à atteindre : le rétablissement de la transmission intégrale d’un foyer et d’un domaine est indispensable à la reconstitution de la famille. Et cela est bien loin de n’être vrai que pour les grandes propriétés : dans l’état actuel des choses, la conservation des propriétés de moyenne grandeur et des petites propriétés est peut-être encore plus pressante24. »

29L’Union de Fribourg s’est incontestablement appuyée sur les idées de Le Play dont elle a actualisé la pensée, en formulant ses thèses que l’on retrouve – de façon certes ambiguë – dans l’encyclique Rerum novarum. Cependant, l’Union, loin d’être une émanation spécifiquement catholique de l’école de Le Play, apparaît comme un creuset où un certain amalgame s’est fait entre la science sociale leplaysienne et une économie politique chrétienne, celle-ci y constituant l’élément dominant.

Bibliographie

Références bibliographiques

F. Arnault, Frédéric Le Play. De la métallurgie à la science sociale, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1993

M. Botos, F. Python, « L’Union de Fribourg », dans Fribourg sur les chemins de l’Europe, 25e journée de l’Europe de l’Université de Fribourg, Fribourg, Staatsarchiv Freiburg Bibliothèque cantonal et universitaire - Service archéologique cantonal de Fribourg, 2000

M. Botos, « Genèse et construction de l’idée corporative dans les thèses de l’Union catholique d’études sociales et économiques », dans R.-M. Lagrave (dir.), Villes et campagnes en Hongrie. xvi-xxe siècle, Budapest, Les Cahiers de l’Atelier/Atelier füzetek, 2000, p. 225-257

M. Botos, « La postérité de l’Union de Fribourg dans la mémoire catholique », Schweizerische Zeitschrift für Religions- und Kulturgeschichte, n° 100, 2006/4, p. 305-315

M.Z. Brooke, Le Play, Engineer and Social Scientist, New Brunswick (USA)-London (UK), Transaction Publishers, 1998

M. Charrière, « L’Union de Fribourg. Considérations d’automne », Choisir, Carouge-Genève, nov. 1982, p. 12-19

A. De Gasperi, I Tempi e gli uomini che prepararono la Rerum novarum, Milan, Vita e pensiero, 1931

C. Delsol, Histoire des idées politiques au xxe siècle, Paris, PUF, 1991

M. Deslandres, « Une vocation sociale, Henri Lorin », Semaines sociales de Metz, 1919

E. Duthoit, « L’Union de Fribourg », dans Catholicisme et vie internationale, Fribourg, 1928, p. 20-40

G. Goyau (alias Léon Grégoire), Le pape, les catholiques et la question sociale, Paris, Perrin, 1893

G. Goyau, « Avant la publication de l’encyclique Rerum novarum. L’œuvre des cercles et l’Union de Fribourg », Semaine catholique de la Suisse française, n° 60, 1931

J.P. Griebling, « Katholieke soziale actie in Europa en in Nederland-I », Politiek perspectief, sept.-oct. 1975

G. Jarlot, « Les avant-projets de Rerum novarum et les “anciennes corporations”, Nouvelle Revue théologique, 1959/1

J. Joblin, « L’appel de l’Union de Fribourg à Léon XIII en faveur d’une législation internationale du travail. Son lien avec Rerum Novarum », dans De Rerum novarum Laborem exercens : vers l’an 2000, Rome, 1982

F. Le Play, Économie sociale, Paris, Guillaumin et Cie, s. d.

F. Le Play, La réforme sociale en France, Paris, Plon, 1864

F. Lombardi, « La “Civilta cattolica” e la stesura della Rerum Novarum. Nuovi documenti sul contributo del padre Matteo Liberatore », La Civilta cattolica, 6 mars 1982, CXXXIII, 3161

K. Lugmayer (Dr), Der Freiburgsche Vereinigung, Wien, [1927 ?]

A. Marmy, Terrain miné : essais, Genève, Perret-Gentil, 1986

C. Massard, L’œuvre sociale du cardinal Mermillod. L’Union de Fribourg d’après des documents inédits, Louvain, Librairie universitaire-A. Uystpruyst, 1914

A. Mattioli, « Die Union de Fribourg oder die gegenrevolutionaeren Wurzeln der katholische Soziallehre », dans A. Mattioli, G. Warmer (dir.), Katholizismus und “soziale Frage”. Ursprünge und Auswirkungen der Enzyklika Rerum novarum in Deutschland, Liechtenstein, Vorarlberg und St. Gallen, Zurich, Clio Lucernensis, 1995, p. 15-32

C. Molette, Albert de Mun 1872-1890. Exigence doctrinale et préoccupations sociales chez un laïc catholique, Paris, Beauchesne, 1970

Anonyme, Beschlüsse welche von drei verschiedenen Studienkommissionen katholischer Sozialpolitiker in den Jahren 1882-1891 gefasst worden sind, Leogesellschaft - St. Pölten : Kath.patr. Volks-u. Pressver., 1903

Anonyme, Les Unions de Fribourg et de Malines, Charleroi, 1925

Anonyme, Réimpressions des thèses de l’Union de Fribourg, 1883-1893, Blois, 1903

N.J. Paulhus, The Theological and Political Ideals of the Fribourg Union, thèse, Boston College, Andover Newton Theological Seminary, Boston, 1983 (format microfiche)

F. Python, W. Kaufmann, « Union de Fribourg. Soziale Strömungen, Persönlichkeiten und Thesen im Vorfeld der Enzyklika Rerum novarum », Academia Civitas, mars 1991, p. 46-48

E. Soderini, « Per la genesi della Rerum novarum nel suo venticinquesimo anniversario », Nuova Antologia, n° 51, 1916

H. Sorgenfrei, « Die geistgeschichtlichenn Hintergründe der Sozialenzyklika Rerum novarum », Sammlung Politeia, Band 25, Heidelberg, 1970

R. Talmy, L’École de la Tour du Pin : Aux sources du catholicisme social, Paris, Desclée de Brouwer, 1963

P. Trimouille, Léon Harmel et l’usine chrétienne du Val-des-Bois (1840-1914). Fécondité d’une expérience sociale, préf. d’A. Kriegel, Lyon, Centre d’histoire du catholicisme de Lyon, 1974

Notes

1 Sur la composition de l’Union de Fribourg, voir M. Botos, « La postérité de l’Union de Fribourg dans la mémoire catholique », Schweizerische Zeitschrift für Religions- und Kulturgeschichte, n° 100, 2006/4, p. 305-315. Les archives de l’Union ont été retrouvées et réunies il y a quelques années par nous. Elles se composent d’une centaine de documents de natures différentes : des procès-verbaux des séances plénières et aussi ceux des sections, des lettres circulaires, thèses, études, lettres, etc. Notre contribution s’appuie sur ces archives conservées à la Bibliothèque universitaire de Fribourg (Suisse).

2 Sur ces trois hommes voir R. Talmy, Aux sources du catholicisme social. L’École de La Tour du Pin, Paris et Tournai, Desclée et Cie, 1963, 304 p. ; P. Trimouille, Léon Harmel et l’usine chrétienne du Val-des-Bois (1840-1914). Fécondité d’une expérience sociale, préf. d’Annie Kriegel, Lyon, Centre d’histoire du catholicisme de Lyon, 1974, 252 p. ; M. Deslandres, « Une vocation sociale, Henri Lorin », Semaines sociales de Metz, 1919.

3 Voir sa « Lettre du 15 décembre 1872 », dans comte de Breda, La loi de Dieu et les règlements sociaux. Considérations sommaires sur les lois, Paris, J. Albanel, 1873, p. 3-4.

4 Rappelons la définition qu’en donne Le Play : « l’ensemble des idées, des mœurs et des institutions qui tiennent plusieurs familles groupées, à leur satisfaction complète, sous l’autorité d’un chef nommé patron » (La méthode sociale, rééd. : Paris, Méridiens Klincsieck, 1989, p. 467-468).

5 Blome, Quelques observations sur la circulaire du 24 décembre 1885, autographié, 7 p.

6 Le comte de Bréda, « Du régime corporatif dans la grande industrie », L’Association catholique, 15 avril 1887.

7 Morel, Procès-verbaux de la commission au sujet des questions des sociétés industrielles et les associations corporatives et l’assurance des ouvriers, 7-9 octobre 1888 (Ve conférence), ms., p. 21(document conservé au cabinet des manuscrits de la Bibliothèque universitaire de Fribourg, boîte LD 1/3, liasse B).

8 R. de La Tour du Pin, De l’organisation des classes agricoles, document publié plus tard dans L’Association catholique, 15 avril 1888.

9 Ibid.

10 Le dossier est remis à Léon XIII au mois de mars 1881 par le comte de Bréda et le marquis de La Tour du Pin. Le document n’existe pas à Fribourg, c’est Charles Molette qui l’a retrouvé et l’apublié dans son livre : Albert de Mun. Exigence doctrinale et actions sociales chez un laïc catholique, Paris, Beauchesne, 1970, annexe I.

11 R. de La Tour du Pin, op. cit.

12 « En même temps, en France, un véritable économiste d’une grande expérience, M. Le Play, sans aller aussi loin et surtout, sans chercher à engager la responsabilité de l’Église dans la question, s’inclinait aussi en ses conclusions tirées d’une longue série d’observations devant l’établissement du régime libéral – sans le regarder toutefois comme une conquête heureuse mais bien comme un fait accompli sans retour ; si bien que son école dite de la paix sociale, quoique critiquée par le professeur belge comme insuffisamment chrétienne, contribue avec celle de Louvain à peupler les chaires d’économie politique, qui s’ouvrent dans les instituts catholiques de France, de maîtres excellemment intentionnés mais en discordance complète avec les disciples de Mgr de Ketteler. » (ibid.).

13 L. Milcent, Rapport sur le régime corporatif. Première partie (octobre 1886), 10 octobre 1886, liste 1886/1887 7 (document retrouvé en 1998). Ce texte a été publié plus tard, à l’exception des deux premiers paragraphes, dans le numéro du 15 février 1887 de L’Association catholique.

14 « Un commerçant qui vend sa marchandise a un prix trop élevé, un industriel qui paie aux ouvriers un salaire trop faible, un propriétaire qui exige loyer excessif, doivent être assimilés aux usuriers. Ces vérités, l’Église les a sans cesse rappelées et toute la constitution des sociétés chrétiennes du Moyen Âge était, grâce à son influence, conçue de façon à garantir la conservation de la paix sociale par le respect de la justice dans toutes les transactions de l’ordre économique. Dans les sociétés modernes ce n’est point tel ou tel contrat qui est à incriminer, c’est le régime lui-même qui est usuraire ; il est dans son essence puisqu’il repose sur l’intérêt du capital. » (H. Lorin, Essai d’une étude sur les effets du régime actuel du crédit par M. Henri Lorin, imprimé, 39 p., boîte H 3562. (Ch 33) (K2 13).

15 P. de Pascal, Étude sur le régime de la propriété rurale, Soc. Lect. C 924. (Bu 14), 3 octobre 1887, autographié, 6 p.

16 Comte de Breda, « Du régime corporatif dans la grande industrie », extrait de L’Association catholique, numéro du 15 avril 1887, 27 p.

17 H. Savatier, Mémoire sur l’usure et ses effets dans l’ordre économique contemporain par M. Savatier, docteur en droit et avocat la cour d’appel de Poitiers, Soc. Lect. H 924. ( ? 38) (Ch2 38), novembre 1890, imprimé, 16 p.

18 Steinle, L’assurance des ouvriers, 17 juillet 1888, imprimé, 13 p.

19 R. de La Tour du Pin, Introduction aux études du centenaire de 1789, document publié plus tard dans L’Association catholique, n° 15, avril 1888, 13 p.

20 Ibid.

21 R. de La Tour du Pin, De l’organisation des classes agricoles, op. cit.

22 H. Bazin, Réponse au questionnaire de la IIIe conférence de Fribourg. La question agraire, septembre 1886, autographié, 3 p., boîte H 3562. ( ? F2) (Ch2 55) (K 17). Ce travail est la troisième partie d’une réflexion sur les questions étudiées par la conférence de 1885.

23 Comte de Bréda, Question agraire. Étude préliminaire par le comte de Bréda, octobre 1886, autographié, 7 p., boîte H 3562. (Ch 20) (K Publ. man.4).

24 Ibid.

Auteur

Historien, maître assistant à l’université catholique Péter Pázmány, Budapest

© Presses des Mines, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540