Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frédéric Le Play

 | 
Antoine Savoye
, 
Fabien Cardoni

Deuxième partie. Audience et prolongement de la science sociale leplaysienne

Les débuts de la science sociale leplaysienne en Italie : le rôle et l’œuvre d’Ubaldino Peruzzi (1822-1891)

Maria Rosa Protasi

Texte intégral

L’engagement pluriel d’Ubaldino Peruzzi

1Né à Florence en 1822, le marquis Ubaldino Peruzzi appartient à la génération d’hommes d’État qui ont fait l’Italie, étant une figure clef, à la fois, des milieux libéraux italiens et du groupe politique des modérés toscans. Membre de la Chambre des députés (1860-1890), puis sénateur, il occupe la charge de ministre des Travaux publics sous le troisième ministère Cavour et le premier ministère Ricasoli (1861-1862), puis celle de ministre de l’Intérieur sous le ministère Farini-Minghetti (1862-1864) [Pegollo, 1994 ; Giuntini, 1994]. Son influence politique est donc considérable ; il joue un rôle décisif dans la chute du gouvernement Minghetti sur la question de l’exploitation des chemins de fer par l’État (1876).

2Par ailleurs, gonfalonier de Florence à la fin des années 1840 et chef du gouvernement provisoire de la Toscane en 1859, il devient maire de sa ville natale (1871-1878). À cette époque, Florence qui a perdu le rôle de capitale du jeune royaume italien, traverse une très lourde crise financière due aux engagements contractés en vue de grands travaux publics, devenus en partie inutiles après la réunification de Rome à l’Italie(1870). En 1878, l’administration municipale, ne pouvant plus faire face à ses engagements, doit se retirer. Pour le maire Peruzzi, ce sera l’impopularité et la ruine économique, car il avait placé une partie importante de sa fortune en obligations de la ville de Florence.

  • 1 Sur le libéralisme de Peruzzi et sur les caractéristiques de la Societé Adam Smith voir Coppini, 1 (...)

3L’intense engagement politique et administratif n’empêche pas Peruzzi – qui appartient à une des plus illustres familles florentines – de se consacrer à des occupations multiples, étant à la fois propriétaire foncier et industriel. En sa qualité d’ingénieur, il est nommé directeur du chemin de fer de Livourne à Florence avant l’unification italienne (1851-1861). En tant qu’entrepreneur, il prend part à plusieurs initiatives industrielles et financières à partir des débuts des années 1860. Sa position éminente le conduit à présider la Société « Adam Smith » (fondée en 1874 et réunissant les partisans du libéralisme intransigeant qui refusent par principe l’intervention de l’État dans l’économie1) ; il est également membre de la prestigieuse Académie des Georgofili vouée aux questions économiques et agraires. Cet intérêt pour les questions économiques et sociales, comme pour les problèmes d’industrialisation, remonte à l’époque où Peruzzi était l’élève de Le Play à l’École des mines de Paris, ainsi qu’à son engagement précoce dans la Société internationale des études pratiques d’économie sociale (SIEPES) dès 1856, pour laquelle il réalise la première monographie de famille italienne connue, concernant un métayer de la banlieue de Florence (1857). Dans la biographie qu’il a consacrée à Peruzzi [Piccini, 1891], Piccini présente Peruzzi comme un homme pragmatique très intéressé par l’évolution du système économique national. Avec sa femme Emilia, il tient un important salon politico-littéraire qui attire à Florence les personnalités italiennes et étrangères les plus représentatives des années 1850 à 1890 [Ceccuti, 1994].

4Nous voudrions, à la lumière de ces différentes facettes de la biographie peruzzienne, mettre en évidence les relations entre les études pratiques entreprises aux Mines et l’intérêt que Peruzzi montre durant les années suivantes pour l’industrie minière et métallurgique, soit sur les plans scientifique et technologique, soit dans le cadre de ses activités d’entrepreneur. Soulignons, à ce propos, qu’à la différence de beaucoup d’hommes politiques toscans, il semble plus concerné par les questions industrielles et commerciales que par les problèmes agricoles [Rogari, 1994]. On examinera, dans un deuxième temps, quel rôle Peruzzi a joué en faveur de la pénétration des programmes leplaysiens de science et de réforme sociales en Italie. Nous démontrerons notamment qu’il est resté en contact avec Le Play après son séjour à Paris de 1840 à 1843, connaît ses ouvrages et partage son engagement réformateur, ainsi que ses idées au sujet de l’étude scientifique de la réalité sociale.

Les racines métallurgiques du pragmatisme peruzzienne : la formation d’ingénieur à l’École des mines et son influence sur la longue durée

5En 1840, Peruzzi part pour Paris, où son oncle représente le grand-duc de Toscane à la cour de Louis-Philippe. Il y reste trois ans comme élève à l’École des mines où il obtient le diplôme d’ingénieur. Il se forme à la métallurgie, sous la conduite de Le Play, à la minéralogie, à la chimie et à la géologie. En même temps, il fréquente les cours de chimie générale de Payen au Conservatoire des arts et métiers, le cours de mécanique de Poncelet à la Sorbonne, le cours d’histoire naturelle de Jussieu et Brognart au Muséum [Piccini, 1891].

  • 2 Cambray-Digny (1820-1906) fut membre de l’Académie des Georgofili et de la Société Adam Smith, min (...)
  • 3 Quintino Sella (1827-1884) appartenait à une famille piémontaise d’industriels de la laine. Il obt (...)

6L’enseignement scientifique que Peruzzi reçoit à l’étranger ne constitue pas cependant un fait exceptionnel, étant similaire à celui reçu par beaucoup de jeunes gens appartenant à la noblesse toscane. Rappelons, par exemple, l’expérience de Luigi Guglielmo Cambray-Digny, qui fut élève à l’École polytechnique, puis à l’École des ponts et chaussées (1835-1839)2. Un autre futur et important homme d’État italien, Quintino Sella3, fréquenta, comme Peruzzi, les Mines (1847-1851). Pendant son séjour parisien, Sella connut Le Play (avec lequel il semble être resté en contact), mais il fut surtout marqué par le minéralogiste Henry Hureau de Senarmont qui l’initia à l’étude de la cristallographie [Quazza, 1980].

  • 4 En Toscane, comme en Angleterre, les détenteurs du sol étaient considérés comme propriétaires des (...)
  • 5 Cf. Bibliothèque nationale centrale de Florence (BNCF), carte Ubaldino Peruzzi, appendice, cass. L (...)

7La formation aux Mines oriente sans doute les intérêts de Peruzzi vers les problèmes du secteur industriel, notamment minier et métallurgique ; elle explique aussi son approche pragmatique des questions politiques, économiques, sociales de son époque. Selon lui, par exemple, les problèmes techniques et la disponibilité des ressources naturelles sont – et resteront – des conditions préjudicielles de la croissance de l’économie, comme en témoignent les trois mémoires sur la fabrication du fer, sur la législation minière et sur la fabrication du sel en Toscane qu’il présente devant l’Académie des Georgofili en1846, 1847 et 1848. Ses travaux sur la fabrication du fer et du sel [Peruzzi, 1846, 1848] sont caractérisés par la position polémique de leur auteur à l’égard du monopole et de l’ingérence de l’État toscan dans les deux secteurs industriels examinés. Cette position est en revanche atténuée dans le mémoire concernant la législation minière toscane, Peruzzi envisageant des limitations aux droits exclusifs d’excavation du propriétaire du sol et le contrôle de l’État sur ce qui concerne la sécurité et la salubrité des mines [Peruzzi, 1847]4. Ses propositions ne furent pas acceptées par les Georgofili qui les considérèrent comme trop modérées et se refusèrent, par conséquent, à publier le mémoire susnommé dans les actes de l’Académie [Vitali, 1989]. L’intérêt scientifique de Peruzzi pour les mines, la métallurgie et les industries en général est aussi démontré par sa réponse aux directeurs de La Fenice et de La Patria qui, en 1847, lui demandent sa collaboration. Dans sa réponse, le jeune Peruzzi leur dit y être tout disposé, spécialement en ce qui concerne les sciences économiques, les sciences métallurgiques et l’économie politique en relation avec les questions industrielles5, mais en raison des événements de 1848, le projet échoua. Peruzzi reviendra sur ces thématiques seulement en 1878, lorsqu’il publiera une étude sur les eaux motrices et le problème du développement industriel de Florence, dans lequel il corrigera quelques opinions exprimées précédemment [Peruzzi, 1878 ; Melchionda, 1988].

8Peruzzi ne se borne pas à étudier les industries au point de vue technologique et législatif. Dès la seconde moitié des années 1860, il devient actionnaire de plusieurs entreprises métallurgiques et extractives toscanes, parmi lesquelles la Société des fours Hoffman pour la production de briques, la Société pour l’industrie de fer (pour laquelle travaillera l’économiste Vilfredo Pareto), la Société Borica Travalese, la Société d’Arni, etc. [Volpi, 1994]. Il possède, de plus, les carrières de ciment du mont Pilli (situées près du domaine agricole de l’Antella) et fait partie de la Banque industrielle toscane, créée après 1870 pour soutenir les activités de production locales. La participation financière de Peruzzi aux sociétés minières ne représente pas un cas isolé, car l’activité extractive était considérée par les classes dirigeantes toscanes comme une « industrie naturelle », en raison des ressources du sous-sol et des savoir-faire de la population de cette région d’Italie.

  • 6 Dans les années 1870-1873 il cherche à encourager la fondation d’une école artistique et industrie (...)

9Deux autres aspects de la biographie peruzzienne se rattachent à la formation d’ingénieur acquise à l’École des mines : l’importance attribuée au progrès des chemins de fer [Merger, 1994] et l’intérêt pour les problèmes regardant l’instruction technique. Concernant le premier point il faut signaler son rôle de directeur du chemin de fer de Livourne à Florence (1851-1861) sous le grand-duc de Toscane Leopoldo II [Giuntini, 1991] et son activité de ministre des Travaux publics après l’unification italienne (18611862). Rappelons en particulier qu’en qualité de ministre, il hâta la construction du chemin de fer de l’Adriatique, pour rattacher les provinces méridionales à l’Italie du Nord [Giuntini, 1994]. Quant à la question de l’instruction, il s’en occupe déjà dans un mémoire sur l’éducation technique des artisans présenté devant l’Académie des Georgofili en 1852 [Peruzzi, 1852]. Cela explique l’impulsion qu’il cherchera à donner à la création d’écoles des arts et métiers pendant son mandat de maire de Florence6.

Les relations d’étude et d’amitié avec Le Play

  • 7 Ces lettres sont conservées dans les cartes Peruzzi, qui se trouvent à la Bibliothèque nationale c (...)

10Comme nous l’avons dit, Peruzzi fait la connaissance de Le Play aux Mines où celui-ci fut son professeur de métallurgie. Leurs relations ne s’interrompent pas après le retour du jeune marquis en Italie et se poursuivent jusqu’à la mort du sociologue et réformateur français. Cela est démontré pas seulement par la participation de Peruzzi au voyage italien de Le Play en 1846 [Savoye, 2000], mais aussi par la découverte des seize lettres qui ont été conservées de la correspondance adressée par le studieux français à son disciple toscan entre 1850 et 18817.

  • 8 BNCF, carte Ubaldino Peruzzi, cass. XXXI, ins. 37, lettres de F. Le Play à U. Peruzzi, Paris, en d (...)
  • 9 BNCF, carte Ubaldino Peruzzi, cass. VII, ins. 70. Dans la lettre du 6 novembre 1882, le directeur (...)
  • 10 Cela vient notamment du fait que l’économiste belge rencontre pour la première fois le marquis Per (...)

11L’enseignement leplaysien, fondé sur une méthode d’observation concrète de la réalité sociale, renforce très probablement la passion des voyages qui caractérise Peruzzi, décrit souvent comme un voyageur infatigable et avide de nouveautés [Piccini, 1891].C’est surtout avant 1860 qu’il effectue d’importants voyages d’études en lien avec son éducation technique. Il se livre, en 1844-1846, à des études pratiques dans les mines de Freyberg, en Saxe ; en 1845-1848, il visite les mines de sel gemme situées à Reichenhall (Bavière) et à Hall (Tyrol) ; en 1846, il sert d’interprète à Le Play lors de son voyage en Italie. En 1855 et en 1859, il fait une tournée d’études en France en qualité de directeur du chemin de fer de Florence à Livourne (dénommé « Leopolde », en l’honneur du grand-duc de Toscane Leopoldo II). Notons que, lors de la mission de1855, il demande à Le Play une recommandation auprès de M. Audibert, ingénieur de chemins de fer de Lyon à Paris, pour visiter les établissements dépendants de ce réseau8. Il est aussi assidu aux expositions nationales et internationales et, intéressé par les problèmes de criminologie, visite de nombreuses colonies pénitentiaires européennes, parmi lesquelles celle de Mettray (située dans le département français d’Indre-et-Loire)9. La personnalité de voyageur scientifique, trait marquant de Peruzzi, est soulignée par de Laveleye dans ses Lettres d’Italie10 [Laveleye, 1880].

  • 11 BNCF, carte Ubaldino Peruzzi, appendice, cass. XVIII, ins. 90, lettre de F. Le Play à U. Peruzzi, (...)
  • 12 BNCF, carte Ubaldino Peruzzi, cass. XXXI, ins. 37, lettre de F. Le Play à U. Peruzzi, Paris, le24 (...)

12Il faut insister sur le fait que c’est grâce aux contacts avec Le Play que Peruzzi est initié à la méthode monographique. En 1850, constatant la fidélité de son ami toscan aux principes de la science sociale, Le Play lui demande de l’aider à réaliser un projet d’étude portant sur les conditions de vie d’un petit cultivateur des environs de Florence11. Peruzzi devient ainsi collaborateur de Le Play et, sept ans plus tard, il publie, dans le premier volume des Ouvriers des deux mondes, la monographie d’une famille de métayers installée depuis longtemps sur son domaine agricole de l’Antella [Peruzzi, 1857]. Le Play y fait quelques changements de forme et choisit le titre que nous connaissons (Métayer de la banlieue de Florence), qui lui « paraît mieux convenir au sujet que celui de Métayer de la Toscane », car il aurait permis à la SIEPES de publier des travaux sur d’autres types de métayers toscans12. La famille décrite est considérée « comme un des types les plus estimables de l’antique race des paysans italiens » et citée comme exemple de « paix sociale et de rapports amicaux et stables entre propriétaires et paysans » [Peruzzi, 1857]. En d’autres termes, Peruzzi souligne les avantages du système d’exploitation agricole assez répandu en Toscane et dans l’Italie centrale, c’est-à-dire le métayage (mezzadria), qui semble garantir les bonnes qualités morales (tendance à l’épargne, respect de la tradition, de l’autorité paternelle, etc.) et matérielles (condition économique moyenne, etc.) de la famille examinée.

  • 13 BNCF, carte Ubaldino Peruzzi, cass. XXI, ins. 37, lettre de F. Le Play à U. Peruzzi, Paris, le 1er(...)
  • 14 Les titres de ces chapitres sont respectivement : « Organisation de la propriété et du travail dan (...)
  • 15 BNCF, carte Ubaldino Peruzzi, cass. XXXI, ins. 37, lettre de F. Le Play à U. Peruzzi, Paris, le24 (...)
  • 16 La monographie peruzienne paraît dans l’appendice du premier volume des monographies de familles p (...)

13Vingt ans plus tard, la monographie de Peruzzi est rééditée dans le tome IV de la deuxième édition des Ouvriers européens. En vue de mettre à jour son travail sur les métayers toscans, Le Play pose à Peruzzi un certain nombre de questions sur les changements qu’a connus la société italienne depuis 185713. Les réponses de Peruzzi permettent à Le Play d’ajouter deux paragraphes (§22 et 23)14 à la dernière partie de la monographie. L’enquête sur le Métayer de la banlieue de Florence, considérée comme une des meilleures de la collection leplaysienne15, connaîtra le succès aussi en Italie où elle sera traduite et publiée dans l’entre-deux-guerres16.

  • 17 BNCF, carte Ubaldino Peruzzi, appendice, cass. XVIII, ins. 90, lettre de F. Le Play à U. Peruzzi, (...)
  • 18 BNCF, carte Ubaldino Peruzzi, cass. XXXI, ins. 37, lettres de F. Le Play à U. Peruzzi en date des (...)

14Outre les aspects strictement méthodologiques, on peut constater une convergence d’idées et d’intérêts entre Peruzzi et Le Play, celui-ci appréciant notamment l’esprit de paix qui caractérise l’action politique de son disciple toscan. On trouve cette convergence dans la missive du 29 juillet 1881 où Le Play exprime avoir reçu « avec une vive satisfaction l’article excellent et particulièrement modéré » que Peruzzi vient de publier dans la Revue politique et littéraire17. Il s’agit d’un article – concernant les dissensions entre l’Italie et la France à propos de la question tunisienne – dans lequel l’homme politique toscan reconstitue, méticuleusement et dans un esprit de conciliation, les événements qui ont déterminé une mésintelligence entre les deux pays [Peruzzi, 1881, 1881b]. « Je crois – écrit Le Play – que les hommes de cœur qui croient à l’utilité des rapports amicaux entre les deux peuples devraient travailler d’abord à enlever aux discussions d’affaires sérieuses tout ce que la passion y mêle d’irritant. » Achevant sa lettre, il forme « un vœu sincère pour le rapprochement de nos deux pays, dans l’intérêt de la paix, de la civilisation et de la liberté ». Nous savons, du reste, que Le Play informait régulièrement Peruzzi de ses travaux, de l’activité des unions de la paix sociales ainsi que du projet d’une revue hebdomadaire (La Réforme sociale), finalement créée en 188118.

  • 19 Rappelons toutefois que les leplaysiens critiquaient la théorie du laisser-faire chère à l’économi (...)
  • 20 Pendant des années Peruzzi fut secrétaire de la Società di patrocinio dei liberati dal carcere, fo (...)
  • 21 Peruzzi faisait partie du conseil d’administration de la Società cooperativa di consumo per ilpopo (...)

15Au plan des principes sociaux, Peruzzi partage beaucoup des opinions leplaysiennes au sujet de la réforme de la société [Kalaora, 1989]. Tous les deux sont partisans dulibéralisme19, rejettent toute forme d’étatisme (protectionnisme, socialisme, collectivisme), défendent la liberté de pensée et des cultes ainsi que la séparation des églises et de l’État, reconnaissent l’importance du patronage, des traditions familiales, de l’autorité paternelle, des institutions qui assurent la paix et la prospérité sociale, etc. Quant à l’engagement réformateur de Peruzzi, il est patent dans son action en faveur de la protection des détenus, la réorganisation des systèmes pénitentiaires20, l’instruction publique et la question des logements ouvriers21.

Peruzzi et la vulgarisation de l’œuvre leplaysienne en Italie

  • 22 Bodio est le directeur de l’Office de statistique italien et contribue à faire connaître la méthod (...)
  • 23 BNCF, carte Ubaldino Peruzzi, cass. XXXI, ins. 37, lettre de F. Le Play à U. Peruzzi, Paris, le 24 (...)
  • 24 BNCF, carte Ubaldino Peruzzi, cass. XXXI, ins. 37, lettre de F. Le Play à U. Peruzzi, Paris, le11 (...)

16Les liens d’amitié intellectuelle et personnelle de Peruzzi avec Le Play expliquent qu’il ait été le premier vulgarisateur de la méthode leplaysienne en Italie. En effet, c’est lui qui, en 1857, intervenant dans le débat sur les différences entre statistique et enquête de terrain, présente à l’Académie des Georgofili un compte rendu détaillé des principes des Ouvriers européens comparé aux Budgets économiques de classes ouvrières rassemblés par l’économiste belge M. Ducpétiaux [Peruzzi, 1857]. Selon Peruzzi, le recours à la méthode monographique, en se fondant sur l’analyse directe (inductive) de la réalité, met en évidence une série de faits qui échappent aux observations à caractère déductif. La monographie n’excluant pas, cependant, l’utilisation de méthodes statistiques, notamment pour le choix des familles-types, ainsi que pour l’élargissement de l’échantillon. Presque vingt ans avant Émile Cheysson et Luigi Bodio22, Ubaldino Peruzzi signale la nécessité de combiner les recherches monographiques avec les enquêtes statistiques, pour arriver à mieux comprendre la complexité de la réalité sociale. Là s’arrête, malheureusement, la contribution de Peruzzi à ce débat. Après son Métayer, il n’effectuera plus d’enquête de terrain, en dépit d’allusion, dans le compte rendu susnommé, à la préparation d’une monographie portant sur un pigionale (ouvrier journalier de la campagne toscane) et l’annonce, non suivie d’effet, de la publication d’une étude sur un menuisier de Florence (Ouvriers de deux mondes, 1re série, tome I).Il est probable que son intense activité politique (parlementaire et municipale) des années 1860 ait marqué la fin du « temps des études » commencé vers la moitié des années 1840 [Piccini, 1891]. Rappelons que Le Play lui-même avait demandé à Peruzzi « de décrire quelque nouveau type original de votre pays : le type qui caractérise bien l’Italie et la Toscane ou qui s’écarte de ce qui se voit ailleurs23 ». N’ayant pu compter sur la collaboration directe de son disciple toscan, Le Play lui demande alors de convaincre « quelque instituteur ou quelque curé laborieux à nous faire la monographie de plus beaux types de paysans [italiens] d’après l’exemple que vous avez donné vous même ». À ce propos le sociologue français observe : « Je soupçonne que les campagnes du Milanais, de la Ligure, du Lucques offriraient des types admirables qui[expliqueraient] bien, avec vos contadini toscani, la conservation énergique de la nationalité italienne. Je me rappelle en particulier deux beaux types voisins de notre ami Badoni et de Bergame que nous avons commencé à ébaucher dans notre voyage de184624. »

  • 25 Peruzzi connaissait les ouvrages de Cuppari, parmi lesquels celui sur l’instruction agraire (voir (...)
  • 26 Cuppari rédige son budget sur le conseil du marquis Cosimo Ridolfi (1794-1865), collaborateur du G (...)
  • 27 Cf. les notes de la monographie sur le mineur de la Maremme toscane, (b), sur la propriété des min (...)
  • 28 BNCF, carte Ubaldino Peruzzi, cass. VII, ins. 69, lettre de F. Blanchard à U. Peruzzi, Serravezza (...)

17Pour un homme aussi occupé que Peruzzi, il fut aussi difficile de faire des émules. Nous ignorons notamment si, et dans quelle mesure, son étude sur le métayer de la banlieue de Florence a poussé des enquêteurs italiens à réaliser des monographies ou des budgets de famille. On peut seulement faire des hypothèses à ce sujet. Prenons, par exemple, le cas d’un budget de métayer toscan, publié par l’économiste rural Pietro Cuppari (1816-1870) en 1860, trois ans après la monographie peruzzienne25 [Cuppari, 1860]. L’idée de mener cette enquête ne semble pas venir du travail de Peruzzi ; elle est plutôt stimulée par les expériences faites en qualité de collaborateur du Giornale agrario toscano, un journal scientifique privilégiant les enquêtes de terrain et l’observation analytique de la réalité agricole toscane [Biagioli, 2000]26. D’autre part, Cuppari est plus intéressé par l’étude approfondie du domaine agricole que par l’analyse monographique de la famille proprement dite. À ce titre, il est justement considéré comme l’initiateur d’une application nouvelle de la méthode leplaysienne : la monographie d’exploitations agricoles [Tolaini, 2005]. Il est également très difficile, en l’état de nos connaissances, d’établir un rapport direct entre la recherche de Peruzzi et les monographies que l’ingénieur des Mines, François Blanchard, consacre à deux travailleurs de mine stoscans (un fondeur des Alpes apuanes et un mineur de la Maremme) au début des années 1860. Bien que Blanchard soit au courant du débat sur la propriété des mines en Toscane, auquel Peruzzi avait participé en 184727, il ne cite pas ses travaux. Nous savons néanmoins qu’il lui écrira en 1873 pour lui proposer une affaire concernant des carrières de marbres situées dans la montagne de la Cerchia, en Toscane28. Quant à la comtesse Pasolini, qui est proche du cercle peruzzien, nous ignorons si son travail de compilatrice de monographies de famille [Pasolini, 1890, 1892] est en lien avec les contacts noués avec les Peruzzi ou, plus probablement, dû à ses relations avec l’économiste Maffeo Pantaleoni et le statisticien Luigi Bodio, deux personnages clefs du débat italien sur la méthode monographique, lesquels sont assidus des salons de Ravenne et de Rome.

18Après le Métayer de la banlieue de Florence et le compte rendu de 1857 sur les Ouvriers européens, Peruzzi cesse de s’occuper activement de science sociale. Contrairement à d’autres continuateurs du leplayisme (à savoir Luigi Luzzatti, le comte Bardi, Gian Pietro Assirelli, Ippolito Santangelo Spoto), il n’apparaît pas parmi les collaborateurs italiens de la Réforme sociale et son nom n’est presque jamais cité dans les comptes rendus français ou italiens portant sur l’application de la méthode monographique et sur la diffusion du programme de l’École de la paix sociale en Italie[Vignes, 1897 ; Lepelletier, 1906 ; Assirelli, 1906]. Seul Claudio Jannet, en 1892, fait une petite allusion à l’œuvre de Peruzzi. « Notre revue – dit-il – aura à payer un jour son tribut de reconnaissance à la mémoire d’Ubaldino Peruzzi, qui fut l’ami de Le Play et à qui nous devons une des meilleures monographies des Ouvriers des deux mondes, celle du métayer de la Toscane ».

  • 29 BNFC, carte Ubaldino Peruzzi, appendice, cass. VII, ins. 6.
  • 30 BNCF, carte Emilia Peruzzi, cass. 107, ins. 29-31, Laveleye Émile, 62 lettres, 1853-1882 ; cass.10 (...)
  • 31 BNCF, carte Emilia Peruzzi, cass. 107, ins. 3, lettre de C. Jannet à E. Peruzzi, le 31 janvier1889

19Pour conclure il faut remarquer que, malgré son éloignement des travaux de science sociale, Peruzzi reste en contact avec Le Play et les milieux leplaysiens, pour lesquels il représente une source inépuisable d’informations sur la situation politique, économique et sociale italienne. Il fait connaissance du statisticien Émile Cheysson2929 et, grâce à une remarquable convergence d’opinions (en matière de libéralisme, d’anti-étatisme, etc.), il se lie d’amitié avec Émile de Laveleye (économiste belge qui est proche de l’école leplaysienne) et Claudio Jannet (disciple fidèle de Le Play), ce dont témoigne leur correspondance avec la femme d’Ubaldino, c’est-à-dire Emilia Toscanelli Peruzzi30. Ubaldino rencontre plusieurs fois ces deux économistes qui considèrent le salon florentin des Peruzzi comme un des plus intéressants d’Italie. Dans ses Lettres d’Italie, Laveleye va jusqu’à faire d’Emilia Peruzzi une nouvelle Madame de Staël [Laveleye, 1880], tandis que Jannet, lors de son voyage en Italie (1889), parle en termes enthousiastes de la ville d’Antella, résidence d’été des Peruzzi, « dont le nom est célèbre dans la république des lettres ». Et à propos d’Ubaldino, Jannet met aussi en évidence la haute estime que Le Play avait pour lui31.

Peruzzi et le « leplayisme » en Toscane

  • 32 Jordan (juriste) et Bazin (professeur de procédure à l’université catholique d’Angers) se rendent (...)
  • 33 Voir BNCF, carte Ubaldino Peruzzi, appendice, cass. XVIII, ins. 90, lettres de F. Le Play à U. Per (...)
  • 34 Le prince Anatole de Demidoff, grand propriétaire et maître de forges russe, demeurait dans un pal (...)
  • 35 BNCF, carte Ubaldino Peruzzi, appendice, cass. XVIII, ins. 90, lettre de F. Le Play à U. Peruzzi, (...)
  • 36 BNCF, carte Emilia Peruzzi, cass. 104, ins. 3, lettres de C. Jannet à E. Peruzzi, Saint-Clair, le (...)
  • 37 BNCF, carte Emilia Peruzzi, cass. 104, ins. 3, lettre de C. Jannet à E. Peruzzi, Paris, le 22 juin (...)
  • 38 La brochure de C. Jannet sur les faits économiques et le mouvement social en Italie, résumant les (...)
  • 39 BNCF, carte Emilia Peruzzi, cass. 104, ins. 4, lettres de C. Jannet à Emilia Peruzzi, Paris, endat (...)
  • 40 BNCF, carte Emilia Peruzzi, cass. 104, ins. 3, lettre de C. Jannet à Emila Peruzzi, Paris, le 1er (...)

20Peruzzi ne contribue donc qu’indirectement à la vulgarisation de la méthode et de la doctrine leplaysiennes en Italie. Son rôle consiste plutôt à mettre en communication les milieux leplaysiens ou proches de Le Play avec l’intelligentsia toscane et vice versa. Il représente, en effet, un point de repère indispensable pour le séjour toscan aussi bien de Le Play (1850) que de Laveleye (1878-1879) ou de Jannet (1889) et de ses amis (Édouard Jordan, René Bazin32). Lors de son voyage à Florence33, Le Play séjourna à San-Donato chez son ami et employeur le prince Anatole de Demidoff34 qui possédait une usine de filature de soie dans les environs de Florence et avait projeté – au milieu des années 1840 – la construction d’un chemin de fer de Florence à la Romagne [Pellegrini, 1976 ; Risaliti, 1996]. Toutefois le savant français n’eut pas le plaisir de rencontrer Peruzzi qu’il considérait comme très important pour la réussite de sa mission d’étude. « Mon cher Peruzzi – écrit-il –, venant pour quelques jours à Florence pour y faire quelques études sur votre métallurgie, vos forêts et surtout sur la condition d’existence des ouvriers toscans et sur les relations de ces ouvriers métayers fermiers avec les propriétaires et les chefs d’industrie, je comptais beaucoup sur vous pour arriver à mon but. Privé de tout cela par votre absence, je viens vous prier de m’envoyer quelques lettres d’introduction pour quelque personne qui puisse un peu vous remplacer […] en tenant compte de mon ignorance de la langue italienne35 ». Peruzzi constitue donc, selon Le Play, une figure clef pour connaître la réalité socio-économique toscane. Une trentaine d’années plus tard, se rendant à Florence en 1878, Laveleye affirme à son tour que « dans le salon Peruzzi […] on y rencontre tout ce que Florence compte de personnes distinguées, tant parmi les Italiens que parmi les étrangers. Donna Emilia s’occupe de toutes les questions politiques du moment. Sa correspondance est plus étendue que celle d’un ministre », tandis qu’Ubaldino « est le type le plus parfait de l’esprit toscan ». « Tous les deux – conclut-il – adorent également leur chère Florence. Ils ont le patriotisme civique du Moyen Âge. La cité est leur vraie patrie, celle du cœur » [Laveleye, 1880]. Quant au leplaysien Claudio Jannet, nous savons qu’il apprécie beaucoup l’hospitalité des Peruzzi. « Je n’oublie pas – écrit-il – que c’est dans votre salon […] que j’ai connu tant d’économistes éminents36. » On a de bonnes raisons de supposer que c’est par la fréquentation de l’Antella que Jannet entre en contact avec l’économiste Vilfredo Pareto, ami de la famille Peruzzi et assidu de son salon (et du cercle des économistes libéraux). Malgré leurs idées différentes sur les questions religieuses et les sciences économico-sociales, les relations d’amitié et d’étude entre ces deux personnages se poursuivront durant les années suivantes, comme l’attestent les correspondances d’Emilia Peruzzi avec Claudio Jannet37 et de Vilfredo Pareto avec Maffeo Pantaleoni [Pareto, 1984]. Chez les Peruzzi, Jannet fait, de plus, connaissance avec le marquis de Passano, directeur de la Rassegna nazionale, laquelle publiera des comptes rendus des ouvrages du brillant élève de Le Play38. Et après son retour en France, Jannet qui, pendant son séjour florentin, avait aussi lié connaissance avec le comte Bardi (collaborateur de la Rassegna nazionale et correspondant très actif des unions de la paix sociale), recevra régulièrement par Mme Peruzzi les fascicules de cette revue39. Signalons enfin que Jannet gardera d’excellents souvenirs du voyage en Toscane et transmettra cet enthousiasme à sa famille, un de ses fils devenant acquéreur d’un beau domaine de 600 hectares et farmer dans cette région d’Italie40.

  • 41 Ce concours international avait pour but de récompenser des personnes ou des organisations tendant (...)
  • 42 BNCF, carte Ubaldino Peruzzi, cass. XXXVII, ins. 4, lettre de M. Minghetti à U. Peruzzi, Paris, le (...)

21Toujours concernant l’implantation du leplayisme en Toscane, Peruzzi a pu jouer un rôle sur un autre plan. Il n’est pas exclu qu’il ait contribué à l’attribution du prix donné aux établissements toscans de Larderello dans le cadre du concours organisé par Le Playlors de l’Exposition universelle de Paris de 186741. Peruzzi semble en effet très intéressé, en tant que Toscan, aux résultats de cette initiative, comme en témoigne la lettre de Marco Minghetti (membre du jury international) en date du 15 mai 1867, le rassurant sur les bonnes chances de Larderel d’être récompensé42. Outre les établissements de Larderello, la Toscane est représentée par l’Académie des Georgofili, qui figure parmi les candidatures italiennes mentionnées par le jury international [Savoye, 2000]. À notre avis, le fait que Peruzzi soit membre ordinaire de cette prestigieuse société savante [Gioli, 1996], est un détail tout à fait signifiant. On ne peut pas exclure que, derrière la mention obtenue par les Georgofili, se profile l’intervention décisive de Peruzzi auprès du jury international.

22Une troisième et dernière considération sur l’influence de Peruzzi en faveur de la diffusion du leplayisme concerne le fait que, dans les années 1880 et 1890, ce sont deux importantes revues florentines qui vont favoriser la circulation des thèmes méthodologiques et doctrinaux leplaysiens dans les milieux intellectuels, économiques, politiques toscans et italiens. Il s’agit de la Rassegna di scienze sociali e politiche (1883-1894) et de la Rassegna nazionale (1879-1914), qui sont liées aux idéaux de la tradition libérale toscane (représentée par les Peruzzi et d’autres familles nobles florentines) et font partie du bloc libéral, dont notre personnage et les Georgofili sont des représentants éminents [Mosca, 1996 ; Licata, 1968]. Parmi les collaborateurs de la Rassegna di scienze sociali e politiche, qui précède La Riforma sociale, on trouve ainsi quelques admirateurs de Le Play et quelques membres de la SIEPES et des unions de la paix sociale : le publiciste Aurelio Gotti (directeur de la revue), les juristes Ippolito Santangelo Spoto et Gian Pietro Assirelli, l’économiste Riccardo Dalla Volta, etc.[Protasi, 1996]. Quant à la Rassegna nazionale, elle donne une vive impulsion aux études sociales selon la méthode et les principes de l’école leplaysienne à travers la collaboration d’un autre patricien florentin, le comte Bardi, qui insiste sur le caractère moral de la question sociale. C’est grâce à son engagement, que cette revue publie, entre1883 et 1884, une série de douze études de questions sociales s’inspirant des théories leplaysiennes [Protasi, 1996].

23Comme on le voit, si la Toscane s’est révélée une terre si propice à la science sociale leplaysienne, c’est bien à Ubaldino Peruzzi que celle-ci doit cet essaimage.

Bibliographie

Références bibliographiques

[Assirelli, 1906] G. P. Assirelli, « Federico Le Play e le sue opere di riforma sociale », Rassegna nazionale, vol. CXLIX, 1906, p. 393-398

[Biagioli, 2000] G. Biagioli, R. Pazzagli, R. Tolaini (dir.), Le corse agrarie : lo sguardo delGiornale agrario toscano sulla società rurale dell’Ottocento, Ospedaletto, Pacini, 2000

[Blanchard, 1863] F. Blanchard, « Mineur de la Maremme toscane… d’après les renseignements recueillis sur les lieux en juillet 1860 », dans Les ouvriers des deux mondes, Paris, Au siège de la Société internationale des études pratiques d’économie sociale, t. IV, 1863, p. 331-363

[Causarano, 2005] P. Causarano, Combinare l’istruzione coll’educazione. Municipio, istituzionicivili ed educazione popolare a Firenze dopo l’Unità (1859-1878), Milan, Unicopli, 2005

[Ceccuti, 1994] C. Ceccuti, « Il salotto di Emilia Peruzzi », dans P. Bagnoli (dir.), Ubaldino Peruzzi, un protagonista di Firenze capitale, Florence, Festina Lente, 1994, p. 17-24

[Coppini, 1994] R.P. Coppini, « Liberismo, Stato e iniziativa privata in Ubaldino Peruzzi », dans P. Bagnoli (dir.), Ubaldino Peruzzi, un protagonista di Firenze capitale, Florence, Festina Lente, 1994, p. 35-44

[Cuppari, 1860] P. Cuppari, « Spese e proventi di una famiglia colonica », Giornale agrario toscano, n. s., vol. III, 1860

[Faucci, 2000] R. Faucci, « La società Adam Smith », dans M. Augello et E.L. Guidi (dir.), Associazionismo economico e diffusione dell’economia politica nell’Italia dell’Ottocento. Dalle società economico-agrarie alle associazioni di economisti, Milan, Franco Angeli, 2000, p. 279-298

[Faucci, 2005] R. Faucci (dir.), Economisti in Toscana, Problemi politico-amministrativi dell’Italia liberale nei carteggi della Biblioteca nazionale di Firenze, Publications des archives nationales, instrument CLVII, Ministero per i beni e le attiviti culturali, Dipartimento per i beni archivistici e librari, Direzione generale per gli archivi, Rome, 2005

[Gioli, 1996] G. Gioli, A. Magliulo, « L’Accademia dei Georgofili nel period postunitario », dans M. Augello, M. Bianchini (dir.), Le riviste di economia politica in Italia (1700-1900). Dai giornali scientifico-letterari ai periodici specialistici, Milan, M. E. L. Guidi, 1996, vol. II, p. 149-178

[Giuntini, 1991] A. Giuntini, Leopoldo e il treno. Le ferrovie nel Granducato di Toscana (1824-1861), Naples, Edizioni scientifiche italiane, 1991

[Giuntini, 1994] A. Giuntini, « Ubaldino Peruzzi, ministro dei lavori pubblici », dans P. Bagnoli (dir.), Ubaldino Peruzzi, un protagonista di Firenze capitale, Florence, Festina Lente, 1994, p. 91-100

[Jannet, 1892] C. Jannet, « La réforme sociale en Italie », La Réforme sociale, t. I, 1892, p. 622-623

[Kalora, 1989] B. Kalaora, A. Savoye, Les inventeurs oubliés. Le Play et ses continuateurs aux origines des sciences sociales, Paris, Champ Vallon, 1989

[Laveleye, 1880] E. de Laveleye, Lettres d’Italie, Bruxelles, C. Muquardt, 1880

[Lepelletier, 1906] F. Lepelletier, « De quelques applications de la méthode monographique à l’étranger », La Réforme sociale, t. II, 1906, p. 537-558

[Licata, 1968] G. Licata, La Rassegna nazionale, Conservatori e cattolici liberali italiani attraverso la loro rivista (1879-1915), Rome, Ed. di storia e letteratura, 1968

[Mechionda, 1988]R. Melchionda, Firenze industriale nei suoi incerti albori, Florence, Le Minnier, 1988

[Merger, 1994] M. Merger, « Ubaldino Peruzzi, un fedele difensore delle società ferroviarie », dans P. Bagnoli (dir.), Ubaldino Peruzzi, un protagonista di Firenze capitale, Florence, Festina Lente, 1994, p. 125-143

[Mosca, 1996] M. Mosca, S. Lolli, « La Rassegna di scienze sociali e politiche (1883-1894) », dans M. Augello, M. Bianchini (dir.), Le riviste di economia politicain Italia (1700-1900). Dai giornali scientifico-letterari ai periodici specialistici, Milan, M. E. L. Guidi, 1996, vol. II, p. 471-495

[Panedi., 1994] P. Panedigrand, C. Pinzauti, « Le carte Ubaldino Peruzzi nella Biblioteca Nazionale Centrale di Firenze », dans P. Bagnoli (dir.), Ubaldino Peruzzi, un protagonista di Firenze capitale, Florence, Festina Lente, 1994, p. 221-235

[Pareto, 1984] V. Pareto, « Lettere a Maffeo Pantaleoni 1890-1923 », dans Œuvres complètes, publiées sous la direction de G. Busino, Genève, Droz, t. XXVII, 1984

[Pasolini, 1890] M. Pasolini, « Una famiglia di mezzadri del comune di Ravenna », Giornale degli economisti, vol. II, 1890, p. 245-278

[Pasolini, 1892] M. Pasolini, « Monografie di alcuni operai braccianti dle comune di Ravenna », Giornale degli economisti, vol. II, 1892, p. 325-343

[Pegollo, 1994] M. Pegollo, « Aspetti dell’opera politica di Ubaldino Peruzzi, ministro dell’Interno nel governo Farini-Minghetti », dans P. Bagnoli (dir.), Ubaldino Peruzzi, un protagonista di Firenze capitale, Florence, Festina Lente, 1994, p. 77-91

[Pellegrini, 1976] G. Pellegrini, « Anatolio Demidoff principe di S. Donato », Nuova Antologia, 2105, 1976, p. 65-83

[Peruzzi, 1846] U. Peruzzi, « Dello stato attuale della fabbricazione del ferro in Toscana, e di alcuni miglioramenti che potrebbero esserle adattati », dans Atti dell’Accademia dei Georgofili, 1846, p. 176-197

[Peruzzi, 1847] U. Peruzzi, « Della necessità d’una legislazione per le miniere toscane, basatasul rispetto dei diritti di privata proprietà e sulla libertà dell’industria », mémoire lu dans la séance de l’Académie des Georgofili du 3 juin 1847, dans I. Imberciadori, Forze e aspetti industriali della Toscana nel primo ‘800,Florence, 1961, p. 117-126

[Peruzzi, 1848] U. Peruzzi, « Della fabbricazione del sale in Toscana », dans Atti dell’Accademia dei Georgofili, 1848, p. 92-206

[Peruzzi, 1852] U. Peruzzi, « Della educazione tecnica degli artigiani e della necessità diricercare un sistema d’educazione adattato per le popolazioni delle campagne toscane », dans Atti dell’Accademia dei Georgofili, 1852, p. 293-296

[Peruzzi, ODM] U. Peruzzi, « Métayer de la banlieue de Florence… d’après les renseignements recueillis sur les lieux en 1857 », dans Les ouvriers des deux mondes, Paris, SIEPES, vol. I, 1857, p. 221-262

[Peruzzi, 1857] U. Peruzzi, « Di due opere aventi per titolo, l’una Budgets économiques des Classes ouvrières par M. Ducpétiaux e l’altra Les ouvriers européens par M. Le Play », dans Atti dell’Accademia dei Georgofili, vol. IV, 1857, p. 507-529

[Peruzzi, 1878] U. Peruzzi, « Le acque motrici e l’industria in Firenze. Esposizione di alcuniprogetti per l’attivazione di opifici industriali animati dalle Acque dell’Arno edei modi pratici di recarli ad effetto », dans Atti dell’Accademia dei Georgofili, 1878, p. 121-160

[Peruzzi, 1881] U. Peruzzi, « Tunis et l’Italie. La question tunisienne au point de vue italien », La Revue politique et littéraire, vol. IV, 1881, p. 97-104

[Peruzzi, 1881b] U. Peruzzi, « Tunis et l’Italie. Réponse aux réponses », La Revue politique et littéraire, vol. VIII, 1881, p. 225-230

[Piccini, 1891] G. Piccini, Vita di Ubaldini Peruzzi scritta e pubblicata da vivente da Jarro (G. Piccini), Florence, 3e éd. : R. Bemporad, 1898

[Protasi, 1996] M. R. Protasi, « Tra scienza e riforma sociale : il pensiero e il metodo d’indagine sociale di F. Le Play e dei suoi continuatori in Italia (1857-1914) », Studi Storici, vol. III, 1996, p. 813-846

[Quazza, 1980] G. et M. Quazza, Epistolario di Quintino Sella, vol. I : 1842-1865, Rome, Roma, Istituto per la storia del Risorgimento italiano, 1980

[Risaliti, 1996] R. Risaliti, « L’attività politico-economica dei Demidoff in Toscana », L. Tonini (dir.), I Demidoff a Firenze e in Toscana, Florence, Leo S. Olschki, 1996, p. 33-49

[Rogari, 1994] S. Rogari, « Agricoltura e industria nel pensiero e nell’azione di Ubaldino Peruzzi », dans P. Bagnoli (dir.), Ubaldino Peruzzi, un protagonista di Firenze capitale, Florence, Festina Lente, 1994, p. 45-60

[Savoye, 2000] A. Savoye, « L’école de Le Play et l’intelligentsia italienne, une relation de longue durée (1846-1914) », Ricerche di storia sociale e religiosa, n° 57, 2000, p. 87-115

[Tolaini, 2005] R. Tolaini, Contadini toscani negli anni Trenta. Le monografie di famiglia dell’Inea (1931-1938), Pise, Pacini, 2005

[Vignes, 1897] J.-B.-M. Vignes, La science sociale d’après les principes de Le Play et de ses continuateurs, Paris, V. Giard et E. Brière, t. I, 1897

[Vitali, 1989] S. Vitali, « Stato, proprietà fondiaria e industria mineraria in Toscana nella prima metà dell’Ottocento », dans Z. Ciuffoletti, L. Rombai (dir.), La Toscana dei Lorena, Riforme, territorio, società, Florence, Olschki, 1989, p. 137-167

[Volpi, 1994] A. Volpi, « Le partecipazioni finanziarie di Ubaldino Peruzzi », dans P. Bagnoli (dir.), Ubaldino Peruzzi, un protagonista di Firenze capitale, Florence, Festina Lente, 1994, p. 61-76

Notes

1 Sur le libéralisme de Peruzzi et sur les caractéristiques de la Societé Adam Smith voir Coppini, 1994 et Faucci, 2000.

2 Cambray-Digny (1820-1906) fut membre de l’Académie des Georgofili et de la Société Adam Smith, ministre des Finances sous le gouvernement Menabre a (1867-1869) et maire de Florence alors capitale. Bien qu’ami de Peruzzi, il ne vota pas contre la droite lors de la « révolution parlementaire » du 1876.

3 Quintino Sella (1827-1884) appartenait à une famille piémontaise d’industriels de la laine. Il obtint le diplôme d’ingénieur à Turin en 1847 puis se spécialisa aux Mines. Membre de la droite, il fut nommé en 1860 professeur de minéralogie à l’École des ingénieurs de Turin et fut ensuite ministre des Finances (1862, 1864-1865, 1869-1873). Passionné de montagne, il contribua en1863 à la fondation du Club Alpino Italiano (CAI). Avec Peruzzi, il partage la formation scientifique, l’amour pour les voyages et l’importance attribué à l’éducation technique. Signalons enfin qu’entre 1851-1852 il effectua d’importantes tournées d’études dans différentes régions minières et industrielles de l’Allemagne et de l’Angleterre.

4 En Toscane, comme en Angleterre, les détenteurs du sol étaient considérés comme propriétaires des substances minérales, quelle que fût la profondeur à laquelle on les rencontrait.

5 Cf. Bibliothèque nationale centrale de Florence (BNCF), carte Ubaldino Peruzzi, appendice, cass. LIII, ins. 4.

6 Dans les années 1870-1873 il cherche à encourager la fondation d’une école artistique et industrielle, mais sa tentative échoue. Il réussit, en revanche, à transformer une des trois écoles techniques communales florentines en école primaire de commerce. À propos d’autres initiatives concernant l’instruction voir Melchionda, 1988 et Causarano, 2005.

7 Ces lettres sont conservées dans les cartes Peruzzi, qui se trouvent à la Bibliothèque nationale centrale de Florence. Sur ces cartes, voir Panedigrand, Pinzauti, 1994 ; Faucci 2005.

8 BNCF, carte Ubaldino Peruzzi, cass. XXXI, ins. 37, lettres de F. Le Play à U. Peruzzi, Paris, en date des 8 et 9 mai 1855.

9 BNCF, carte Ubaldino Peruzzi, cass. VII, ins. 70. Dans la lettre du 6 novembre 1882, le directeur de la maison paternelle annexée à la colonie de Mettray remercie l’homme politique toscan des « généreuses sympathies que vous n’avez cessé de témoigner à Mettray et croyez bien que nous conserverons le meilleur souvenir de la visite que vous avez faite à cet établissement avec Mme Peruzzi ».

10 Cela vient notamment du fait que l’économiste belge rencontre pour la première fois le marquis Peruzzi (et sa femme) en Égypte à l’époque de l’ouverture du canal de Suez.

11 BNCF, carte Ubaldino Peruzzi, appendice, cass. XVIII, ins. 90, lettre de F. Le Play à U. Peruzzi, Florence, le 17 septembre 1850.

12 BNCF, carte Ubaldino Peruzzi, cass. XXXI, ins. 37, lettre de F. Le Play à U. Peruzzi, Paris, le24 juillet 1857. Dans la même lettre Le Play informe son ami que la Société a fait à ce travail un accueil enthousiaste. Précédemment Le Play avait fait « une honorable citation » de cette monographie dans le journal La Patrie, « à l’occasion d’une série d’articles sur la réforme du régime de succession » (BNCF, carte Ubaldino Peruzzi, cass. XXXI, ins. 37, lettre de F. Le Play à U. Peruzzi, Paris, 13 juin 1857).

13 BNCF, carte Ubaldino Peruzzi, cass. XXI, ins. 37, lettre de F. Le Play à U. Peruzzi, Paris, le 1er juillet 1877.

14 Les titres de ces chapitres sont respectivement : « Organisation de la propriété et du travail dans les forêts, les mines et les usines à fer des Alpes lombardes et vénitiennes » ; « Aperçu des causes qui depuis seize siècles perpétuent la stabilité dans l’État de Saint-Marin ». En outre, Le Play demande à Peruzzi, dans la même lettre : « Le métayage conserve-t-il en Toscane sa solidité ? L’esprit moderne pénètre-t-il au sein des populations rurales ? Le naturalisme, l’évolutionnisme et les autres nouveautés […] envahissent-elles les classes dirigeantes de l’Italie ? La transmission intégrale des maisons, des galeries de tableaux, des professions continuent-elles à s’opérer dans les familles de la classe dirigeante ? Les traditions de famille commencent au contraire à se perdre sous prétexte de progrès ? »

15 BNCF, carte Ubaldino Peruzzi, cass. XXXI, ins. 37, lettre de F. Le Play à U. Peruzzi, Paris, le24 juillet 1857.

16 La monographie peruzienne paraît dans l’appendice du premier volume des monographies de familles paysannes (Mezzadri di Val Pesa e del Chianti – Toscane) publié sous la direction de l’Institut de l’économie agricole (INEA) en 1931. L’année suivante, elle est également publiée dans le volume II des Annales de l’Observatoire toscane d’économie agricole.

17 BNCF, carte Ubaldino Peruzzi, appendice, cass. XVIII, ins. 90, lettre de F. Le Play à U. Peruzzi, Paris, le 29 juillet 1881.

18 BNCF, carte Ubaldino Peruzzi, cass. XXXI, ins. 37, lettres de F. Le Play à U. Peruzzi en date des 26 août 1877, 14 mai 1881, 6 juillet 1881. Dans les lettres des 14 mai et 6 juillet 1881, Le Playsignale à Peruzzi La constitution essentielle de l’humanité.

19 Rappelons toutefois que les leplaysiens critiquaient la théorie du laisser-faire chère à l’économie classique ; ce qui permettra le ralliement de l’école de Padoue (dirigée par Luigi Luzzatti, Luigi Cossa et Leone Wollemborg) au mouvement leplaysien. À la différence des économistes appartenant à la Société Adam Smith (dont Peruzzi était le président) l’école padouane « ne rejette pas a priori et par principe l’intervention de l’État dans les questions économiques et sociales. Elle prône également, contre les théories abstraites et le raisonnement déductif, l’adoption par les sciences économiques de l’approche historique et de la méthode d’observation. Ces prises de position la rapprochent de l’école de Le Play. » [Savoye, 2000].

20 Pendant des années Peruzzi fut secrétaire de la Società di patrocinio dei liberati dal carcere, fondée à Florence pour réinsérer les détenus sortis de prison. Dans les années 1850, il participa au congrès pénitentiaire de Bruxelles en tant que représentant du Grand-Duché de Toscane, et en1863 il institua une commission qui prépara une proposition de loi sur le système pénitentiaire du royaume italien. Il visita plusieurs fois la colonie de Mettray, à laquelle était annexée une maison de correction paternelle pour les jeunes dévoyés, turbulents et indisciplinés.

21 Peruzzi faisait partie du conseil d’administration de la Società cooperativa di consumo per ilpopolo (fondée en 1866) et de la Società anonima per la costruzione di case per la classe operaia (fondée en 1869). Ces sociétés furent créées pour inciter à la construction de maisons ouvrières à Florence.

22 Bodio est le directeur de l’Office de statistique italien et contribue à faire connaître la méthode leplaysienne en Italie dans les années 1880 [Protasi, 1996].

23 BNCF, carte Ubaldino Peruzzi, cass. XXXI, ins. 37, lettre de F. Le Play à U. Peruzzi, Paris, le 24 juillet 1857.

24 BNCF, carte Ubaldino Peruzzi, cass. XXXI, ins. 37, lettre de F. Le Play à U. Peruzzi, Paris, le11 février 1862.

25 Peruzzi connaissait les ouvrages de Cuppari, parmi lesquels celui sur l’instruction agraire (voir BNCF, carte Ubaldino Peruzzi, appendice, cass. IX, ins. 58, lettre de Pietro Cuppari à U. Peruzzi, Pise, le 4 juillet 1861). Dans les écrits de Peruzzi, nous avons également retrouvé une nécrologie imprimée de Pietro Cuppari ; c’est un tiré à part du Bulletin de la Société agricole de Lombardie, compilé par Antonio Galanti (9 avril 1870). Cf. BNCF, carte Ubaldino Peruzzi, appendice, cass. XLIX, ins. 7, n. 5.

26 Cuppari rédige son budget sur le conseil du marquis Cosimo Ridolfi (1794-1865), collaborateur du Giornale agrario toscano, propriétaire foncier et figure clef de la Toscane grand-ducale sur les plans politique, économique et agricole.

27 Cf. les notes de la monographie sur le mineur de la Maremme toscane, (b), sur la propriété des mines en Toscane [Blanchard, 1863].

28 BNCF, carte Ubaldino Peruzzi, cass. VII, ins. 69, lettre de F. Blanchard à U. Peruzzi, Serravezza (Toscane), le 21 avril 1873.

29 BNFC, carte Ubaldino Peruzzi, appendice, cass. VII, ins. 6.

30 BNCF, carte Emilia Peruzzi, cass. 107, ins. 29-31, Laveleye Émile, 62 lettres, 1853-1882 ; cass.104, ins. 3-4, Jannet Claudio, 37 lettres, 1889-1894.

31 BNCF, carte Emilia Peruzzi, cass. 107, ins. 3, lettre de C. Jannet à E. Peruzzi, le 31 janvier1889.

32 Jordan (juriste) et Bazin (professeur de procédure à l’université catholique d’Angers) se rendent en Italie au début des années 1890, visitent Florence et rencontrent Peruzzi à l’Antella. Jordan publie un article concernant Ubaldino Peruzzi dans la Revue des deux mondes qui fut annoncé à l’avance par Jannet (voir BNCF, carte Emilia Peruzzi, lettre de C. Jannet à E. Peruzzi, Paris, le4 mars 1892) et est résumé dans la Rassegna nazionale du 16 novembre 1893. À son tour Bazin publie en 1894 un livre sur Les Italiens d’aujourd’hui, qui est le compte rendu de son voyage italien. On n’y trouve aucune allusion aux Peruzzi.

33 Voir BNCF, carte Ubaldino Peruzzi, appendice, cass. XVIII, ins. 90, lettres de F. Le Play à U. Peruzzi, Florence, en date du 17 et 25 septembre 1850.

34 Le prince Anatole de Demidoff, grand propriétaire et maître de forges russe, demeurait dans un palais somptueux situé à San-Donato, près de la porte du Prato (banlieue de Florence). Le palais fut bâti dans l’endroit où se trouvait auparavant le couvent de San-Donato-in-Polverosa. Sur les relations entre Demidoff (1813-1870) et Le Play, voir Kalaora, 1989.

35 BNCF, carte Ubaldino Peruzzi, appendice, cass. XVIII, ins. 90, lettre de F. Le Play à U. Peruzzi, Florence, en date du 17 septembre 1850.

36 BNCF, carte Emilia Peruzzi, cass. 104, ins. 3, lettres de C. Jannet à E. Peruzzi, Saint-Clair, le 27 août 1889.

37 BNCF, carte Emilia Peruzzi, cass. 104, ins. 3, lettre de C. Jannet à E. Peruzzi, Paris, le 22 juin1891 ; cass. 104, ins. 4, lettres de C. Jannet à E. Peruzzi, Paris, en date des 17 novembre 1892,2 mars 1893 et 24 décembre 1893. Dans cette dernière missive Jannet écrit : « J’ai correspondu avec M. Vilfredo Pareto. […] Il vient d’écrire une réfutation des sophismes de l’écrivain socialiste Karl Marx, la plus remarquable qui ait encore paru. Mais son grand malheur est de n’avoir point la foi chrétienne. Sans elle, les plus belles qualités naturelles tournent de travers. »

38 La brochure de C. Jannet sur les faits économiques et le mouvement social en Italie, résumant les observations recueillies pendant son voyage de 1889, est le sujet d’un compte rendu paru dans la Rassegna nazionale du 1er octobre 1889.

39 BNCF, carte Emilia Peruzzi, cass. 104, ins. 4, lettres de C. Jannet à Emilia Peruzzi, Paris, endate des 27 mai et 17 novembre 1892.

40 BNCF, carte Emilia Peruzzi, cass. 104, ins. 3, lettre de C. Jannet à Emila Peruzzi, Paris, le 1er octobre 1890.

41 Ce concours international avait pour but de récompenser des personnes ou des organisations tendant à valoriser l’harmonie et la stabilité sociale. François Larderel était un industriel d’origine française, qui avait fondé une cité ouvrière, près de ses établissements toscans produisant de l’acide borique.

42 BNCF, carte Ubaldino Peruzzi, cass. XXXVII, ins. 4, lettre de M. Minghetti à U. Peruzzi, Paris, le 15 mai 1867.

Auteur

Historienne, université La Sapienza, Rome, SESS

© Presses des Mines, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540