Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frédéric Le Play

 | 
Antoine Savoye
, 
Fabien Cardoni

Première partie. Le savant et le politique

La réinvention du conservatisme Le Play dans l’histoire des idées politiques

Jean-Luc Coronel de Boissezon

Texte intégral

  • 1 F. Le Play, La réforme sociale en France, Paris, Imprimerie impériale-Plon, 1864, t. II, p. 231, n (...)

« Je crois être l’interprète de tous ceux qui comprennent le caractère conservateur de la liberté de penser1. »

1Les passants hâtifs ne le voient pas. Ceux qui prennent place, non loin de lui, n’ont aucune envie de lui prêter attention. Son visage s’efface lentement, sous la corrosion de sans. Et son dos reçoit même régulièrement de distraites déjections. La statue de Le Play, dans les jardins du Sénat, connaît encore le sort qui lui a longtemps été fait dans l’histoire française des idées.

2Stigmatisée dès la fin du xixe siècle par ses concurrents dans la discipline sociologique, lorsque ceux-ci se sont fait les auxiliaires d’un régime républicain encore fragile et donc résolu à juguler ses adversaires réels ou supposés, l’œuvre de Le Play a été moins maltraitée par les facultés de droit, où son intérêt pour les questions institutionnelles et un solide réseau subséquent de disciples l’avait précocement introduite. Néanmoins l’histoire des idées politiques, qui y est traditionnellement enseignée, lui a jusqu’à présent réservé une place non seulement réduite, mais encore contradictoire.

  • 2 M. Leroy, Histoire des idées sociales en France, t. III : D’Auguste Comte à P.-J. Proudhon, Paris, (...)
  • 3 J. Touchard, Histoire des idées politiques, t. II : Du xviiiesiècle à nos jours, Paris, PUF, 1re é (...)
  • 4 Cf. F. Arnault, « Le Play en 1848 : trois récits », Le Mouvement social, n° 133, 1985, p. 35-52 ; (...)
  • 5 A. Garreau, Les voix dans le désert. Prophètes du xixesiècle, Paris, Éditions du Cèdre, 1963, p. 7 (...)
  • 6 E. Nolte, Le fascisme dans son époque, t. I : L’Action française, Paris, Julliard, 1970, p. 129.
  • 7 B. Kalaora et A. Savoye, Les inventeurs oubliés. Le Play et ses continuateurs aux origines des sci (...)
  • 8 P.-P. Zalio, « Origine et vertus de la redécouverte de Le Play », Cité, n° 22, printemps 1990, p. (...)
  • 9 V. Nguyen, Aux origines de l’Action française. Intelligence et politique vers 1900, Paris, Fayard, (...)
  • 10 F. Grand, « La loi dans l’œuvre de Frédéric Le Play. Positivisme méthodologique et traditionalisme (...)

3Parmi les pionniers de la discipline, Maurice Leroy écrit en 1954 que Le Play est « saint-simonien comme tant d’autres hommes distingués qui, avec lui, se rallièrent au Second Empire sans enthousiasme, par crainte de voir se perpétuer le désordre politique et social consécutif à juin 18482 ». Jean Touchard confirme en 1959, que « la conjonction entre l’école de Le Play et le saint-simonisme n’a […] pas été suffisamment soulignée3 ». Mais, s’il est connu que le saint-simonisme saturait le climat intellectuel de Polytechnique quand Le Play y fit ses études et, sans doute, ses plus durables relations, les potentialités tant socialistes que libérales de cette idéologie progressiste à l’industrialisme marqué, laisse les commentateurs partagés. On a certes découvert le « socialisme » de Le Play, confessé en privé par ce dernier en 18484, sans que soit douteux cependant qu’il l’ait promptement abandonné. Beaucoup ont donc conclu à son libéralisme. Le Play fut « un chef d’industrie capitaliste et […] un tenant du siècle des Lumières » selon Albert Garreau, qui reconnaît toutefois qu’ « avec le temps il semble que son libéralisme fléchisse un peu ; il appellerait volontiers de saines institutions à la rescousse pour réformer les mœurs5 ». Ernst Nolte, autour de 1970, tente de tenir compte de cette particularité en faisant de Le Play une figure du « libéralisme critique6 ». C’est globalement l’interprétation d’Antoine Savoye et Bernard Kalaora, dans l’ouvrage fondamental qui relance les études leplaysiennes en 1989 : « Le Play adonc choisi son camp. Il est libéral comme Michel Chevalier, négociateur du traité de commerce franco-anglais de 1860. Sa défense du libéralisme ne s’arrête pas aux relations commerciales, elle s’étend à toute l’activité économique. [...] Le Play [...] donne au libéralisme, en 1864, avec La réforme sociale en France, son programme d’action le plus achevé7 ». Une revue commentant l’ouvrage précisera que Le Play était « politiquement orléaniste8 » et il est, de fait, étonnant que ce qualificatif ne lui ait pas davantage été accolé. Victor Nguyen, dans sa thèse publiée en 1991, estime que Le Play a évolué « sans renier le libéralisme originaire de sa pensée9 ». Florence Grand, quelques années plus tard, mène comme lui une étude très balancée, pour conclure à un « plaidoyer pour un État libéral10 ».

  • 11 M. Leroy, op. cit., p. 279.
  • 12 Ibid., p. 278-279.
  • 13 J. Touchard, op. cit., p. 684-685.
  • 14 J.-B. Duroselle, Les débuts du catholicisme social en France. 1822-1870, Paris, PUF, 1951, p. 672.
  • 15 Sainte-Beuve, dès l’apparition des Ouvriers européens et de la Réforme sociale, a consacré à ces o (...)
  • 16 A. Burguière, « De l’esprit de “maison”, à la famille souche, ou les voies de l’autochtonie », Soc (...)
  • 17 F. Arnault, Frédéric Le Play. De la métallurgie à la science sociale, Nancy, Presses universitaire (...)
  • 18 L. Assier-Andrieu, « Le Play et la critique du droit », Sociétés, op. cit. p. 31 ; cf. aussi, quan (...)
  • 19 B. Kalaora et A. Savoye, op. cit., p. 37.
  • 20 F. Grand, op. cit., p. 403.

4Pourtant, là où Leroy avait reconnu « son indéniable libéralisme d’esprit11 » et affirmé que « c’est dans les milieux où se recrutaient les libéraux que Le Play a eu le plus de lecteurs ou de disciples12 », la majorité des commentateurs a suivi la conclusion, inverse, de Touchard, selon laquelle la pensée politique de « Le Play et ses disciples […] est foncièrement contre-révolutionnaire13 ». C’est, dans les mêmes années 1950, l’avis de Jean-Baptiste Duroselle, qui ne craint pas d’affirmer, dans son étude devenue classique sur Les débuts du catholicisme social en France, que « Le Play est le principal des théoriciens de la contre-révolution14 ». On explique une appréciation aussi excessive que par la rémanence de l’image fixée, dès la publication de La réforme sociale en France en 1864, par la formule fameuse de Sainte-Beuve, décrivant l’auteur comme « un Bonald rajeuni, progressif et scientifique15 ». Beaucoup verront une influence là où se trouvaient surtout des convergences. André Burguière écrit, l’année du bicentenaire de la Révolution : « la pensée de Le Play nous renvoie à une doctrine datée : celle de la sociologie bonaldienne avec son évolutionnisme pessimiste et son inspiration antirévolutionnaire. […] Ce que Le Play emprunte à Bonald pour établir les fondements historiques et la logique de la famille-souche est sans doute ce qu’il y a de moins original et de plus contestable dans sa pensée16 ». Dans sa thèse sur Le Play, Françoise Arnault affine le propos : si « l’argumentation de Le Play s’apparente à celle de Bonald », leurs conclusions présentent des différences sensibles17. Louis Assier-Andrieu confirme une filiation contre-révolutionnaire, mais établie sur d’autres éléments : « L’on peut considérer le regard leplaysien tout entier comme le fruit d’une certaine adhésion aux postulats fondamentaux de l’historicisme contre-révolutionnaire, qui fit la part grande à l’ancrage populaire des institutions pour mieux diminuer la portée des mutations survenues dans l’ordre politique. En cela Le Play procède d’un Burke18 ». L’idée de l’influence d’Edmund Burke, qui déplace la perspective eu égard à son caractère à la fois libéral et traditionaliste, était déjà présente dans Les inventeurs oubliés19. On la retrouve chez Florence Grand, qui suggère un accord plus grand qu’avec Bonald et Maistre, car « le mépris de l’individualisme, qu’il partage avec Bonald, ne conduit jamais Le Play à recommander une organisation autoritaire de la société. Au contraire, c’est un régime de liberté “droitement entendue” que doit promouvoir le droit positif20 ».

  • 21 P. Dubouchet, Histoire de la philosophie des idées politiques, Paris, L’Hermès, 3e éd., 1995, p. 1 (...)
  • 22 D. Lindenberg, « Prolétariat », dans P. Ory (dir.), Nouvelle histoire des idées politiques, Paris, (...)

5Cette dernière distinction, essentielle, semble négligée par les commentateurs qui, par suite de son influence sur René de La Tour du Pin, tendent à classer Le Play, à son instar, dans l’école corporatiste. Des manuels ont pu ainsi évoquer un “corporatisme catholique” dont l’initiateur fut Frédéric Le Play21 », voire « une vision morale du prolétariat, qui sera […] celle du conservateur Frédéric Le Play, inspirateur de tous les corporatismes en même temps que de la pensée de Georges Sorel22 ».

  • 23 Cf. l’étude que Matthieu Brejon de Lavergnée consacre à la question dans le présent volume.
  • 24 Outre J.-B. Duroselle, cf. notamment J. Touchard, op. cit., p. 685-686 ; Ph. Beneton, Le conservat (...)
  • 25 M. Leroy, op. cit., p. 279 : « Une morale religieuse appuie le système de Le Play, d’ailleurs pas (...)

6La tension principale, dans cet arc d’interprétations, va donc d’un pôle libéral à un pôle contre-révolutionnaire, traditionaliste. Elle est encore alimentée par le conflit d’interprétation du catholicisme de Le Play23, non seulement surévalué en tant que tel, mais, de plus, presque toujours classé, depuis l’ouvrage de Duroselle, dans la catégorie du « catholicisme social24 », alors que des analyses plus attentives ont rappelé la tiédeur de son rapport à l’Église25, ainsi que le primat du « catholicisme libéral » dans son œuvre comme dans ses relations.

  • 26 Ph. Beneton, op. cit., p. 99-100 : « Le principal théoricien du catholicisme social conservateur e (...)
  • 27 Cf. Ph. Bénéton, op. cit., Introduction, p. 5-10.
  • 28 « Le conservatisme pur est donc un traditionalisme » (ibid., p. 8).
  • 29 M. Lallement, Histoire des idées sociologiques, t. I : « Des origines à Weber », Paris, Nathan, 19 (...)
  • 30 En Grande-Bretagne, cette interprétation a favorisé la mutation du parti Tory en Conservative part (...)
  • 31 R. Nisbet, The sociological tradition, New York, Basic Books, 1966 ; trad. fr. La tradition sociol (...)

7Comme pour rendre compte de cette difficulté à qualifier la position de Le Play, l’immense majorité des commentateurs a opté pour un troisième terme : celui deconservateur26. Le mot est ambigu27 et utilisé, en l’espèce, à ce titre. Souvent synonyme de « traditionaliste28 », il suggère néanmoins ordinairement un traditionalisme modéré. Plus rarement, il a pu être employé comme synonyme de « libéral », avec cette fois l’intention d’insister sur une composante de rigueur morale dans ce libéralisme29. On devine entre les deux acceptions une certaine perméabilité des catégories, d’où un troisième cas de figure, où l’aire d’intersection du traditionalisme et du libéralisme forme la base de la définition d’un « conservatisme » spécifiquement entendu. Confidentielle en France, cette acception est, en revanche, bien établie dans les pays anglo-saxons30, où elle bénéficie de l’ascendant de la pensée de Burke, à la fois « vieux libéral » et père de la doctrine contre-révolutionnaire. C’est Robert Nisbet, sociologue et figure du New Conservatism américain, qui, le premier, a désigné Le Play, en ce sens spécifique, comme « le conservateur par excellence31 ».

  • 32 Le mot apparaît significativement au cours de la réaction thermidorienne : en l’an IV, un rapport (...)
  • 33 Cf. la thèse de P. Reboul, Chateaubriand et Le Conservateur, Lille, PUL, et Paris, Éditions univer (...)
  • 34 F. Huguenin, Le conservatisme impossible. Libéraux et réactionnaires en France depuis 1789,Paris, (...)
  • 35 Ibid., p. 211.
  • 36 Selon les critères que nous serons amenés à esquisser dans le cours de cette étude, cette famille (...)

8La France avait pourtant inventé pendant la Révolution l’emploi politique du mot32, auquel Chateaubriand devait donner le premier son sens autonome, libéral-traditionaliste, en y attachant son nom, par la fondation en 1818 d’un journal pourtant éphémère et servant d’organes aux ultras, Le Conservateur33. Mais la synthèse doctrinale conservatrice est restée contrariée par la vivacité des conflits entre libéraux et traditionalistes, séparés en France par le sang versé au cours d’une Révolution sans précédent. C’est la thèse de François Huguenin, dans son ouvrage Le conservatisme impossible34. L’auteur relève néanmoins des exceptions, ayant assumé « la position médiane qu’est le conservatisme35 » : Guizot, Renan. Bien d’autres auraient pu leur être adjoints36. Que Le Play soit de ceux-là, c’est ce que montre un recours aux textes comme aux contextes. Son évolution même révèle in vivo les éléments juxtaposés de cette identité idéologique : d’une position néo-libérale forgée dans le refus du socialisme révolutionnaire de 1848, à une position néo-traditionaliste, méditant l’échec de l’Empire libéral, l’œuvre politique de Le Play est comme l’ingénierie du conservatisme français.

Un théoricien tardif du « parti de l’ordre » sous le Second Empire

  • 37 M. Prélot, G. Lescuyer, Histoire des idées politiques, Paris, Dalloz, 1re éd. : 1959, 12e éd. : 19 (...)
  • 38 A. Leca, Histoire des idées politiques, Paris, Ellipses, 1997, p. 330-333.

9La réforme sociale en France, aboutissement en 1864 d’un projet conçu sous la Deuxième République, va placer Le Play dans la « seconde génération libérale37 » française, dite « critique » – parce qu’elle abandonne l’individualisme exclusif –, ou « nationale » – puisqu’elle retrouve assez singulièrement des réflexes protectionnistes –, et qui, marquée par l’héritage institutionnel de la monarchie de Juillet, revêt les traits génériques de l’ « orléanisme38 ». La position de Le Play au sein du Second Empire, comme les caractères inhabituels de sa pensée, maintiendront néanmoins une ambiguïté, que ne lèveront pas entièrement ses références libérales prépondérantes.

Une insertion dans le second libéralisme français

La prégnance de l’orléanisme

  • 39 Le Play le rencontre en 1846, en compagnie de Victor Lanjuinais. Les deux députés l’associent à le (...)

10Le rapport d’empathie entre Le Play et les milieux libéraux s’est établi naturellement. D’abord parce qu’une partie de ses condisciples, imprégnés d’industrialisme saint-simonien, avait rallié le libre-échangisme, comme l’illustre l’exemple de son ami Michel Chevalier, auquel il fut si intimement lié. Ensuite parce que l’environnement professionnel de l’ingénieur Le Play fut largement celui des élites économiques, investies dans les entreprises florissantes de l’industrie minière, et adhérant majoritairement à la vulgate en vogue de l’ « économie politique » anglaise, corollaire idéologique de la révolution industrielle. Enfin parce que, parmi les salons où Le Play avait été introduit dès la monarchie de Juillet, celui de Jean Reynaud lui avait permis de tisser des liens importants avec le principal auteur libéral du milieu du siècle, Alexis de Tocqueville39. Le libéralisme français est alors à la croisée des chemins de la topographie politique : né à gauche, il n’a pas encore été entièrement déporté à droite par les mouvements socialistes qui exploseront en 1848. Tocqueville ne se réclame-t-il pas encore d’une « jeune gauche » aux travaux de laquelle il convie Le Play ?

  • 40 F. Le Play, « Lettre à G.-R. Porter du 22 avril 1848 », Les Études sociales, n° 119, 1990-1991, p. (...)
  • 41 Cf. G. Thuillier, L’ENA avant l’ENA, Paris, PUF, 1983, p. 81-106.
  • 42 À partir de l’an VIII, sous le Consulat, est confirmée la fin de la fonction publique élective, in (...)
  • 43 Proposition de loi du 12 juillet 1844, déposée par Saint-Marc Girardin et d’Haussonville ; cf. J. (...)

11Il n’est donc pas tout à fait surprenant que la première convergence concrète de Le Play avec le libéralisme de son temps, se soit effectuée pendant la période de son engagement, pourtant déclaré « socialiste40 », au service du Gouvernement provisoire de la Deuxième République. En effet, s’il repoussait bien en mars 1848, lors de son audition par la commission du Luxembourg, la solution du « laisser-faire » propre au libéralisme économique, Le Play participait activement le mois suivant à la création de la première École nationale d’administration41, contribuant ainsi à réaliser l’un des vœux les plus constants du libéralisme politique français : une réforme du statut de l’administration publique, axée sur les deux impératifs d’un concours d’entrée et d’une formation spécifique, en vue de mettre un terme à l’administration recrutée politiquement et formée sur le tas, issue du régime napoléonien42. Le propos, notamment répandu par les écrits du vieux Joseph Fiévée, de Tocqueville et d’Odilon Barrot, était de favoriser la distinction des sphères respectives de la politique – celle d’un gouvernement central issu d’une majorité parlementaire – et de l’administration – en particulier locale – le projet étant inséparable des vues décentralisatrices affichées par les libéraux français tout au long du xixe siècle. Une proposition de loi, déposée par Saint-Marc Girardin43 avait échoué en 1844 ; le paradoxe fut de voir une partie du projet de ces orléanistes aboutir à l’initiative de républicains avancés – pour à peine plus d’une année il est vrai.

  • 44 Cf. F. Le Play, L’organisation du travail, Tours, Mame, 1870, § 11 à 17 : « Les six périodes de l’ (...)

12La Deuxième République n’avait été du reste qu’une série de tels paradoxes. Régime de suffrage universel produisant une majorité hostile à la souveraineté populaire, elle a été une expérience de remise en cause, pour Le Play comme pour beaucoup d’autres. Sa position personnelle semble bien y avoir évolué en phase avec l’opinion, gagnée en sa majorité, au bout d’une année de réaction aux journées « rouges » de juin 1848, au « parti de l’ordre ». Le « socialiste », déjà bien atypique, s’y est progressivement identifié, retrouvant sans doute là son propre syncrétisme. Certes Le Play venait, ou croyait venir, de trop loin pour le rejoindre ouvertement. Mais un retournement a commencé, qui se poursuivra continûment, jusqu’à ce qu’à la fin de sa vie, faisant le bilan des régimes politiques qu’il a connus, Le Play reconnaisse dans l’œuvre des gouvernements du président Bonaparte la meilleure esquisse de son projet de réforme. Cet éloge final comportera deux volets. D’une part, Le Play célèbrera, dans le comité de la rue de Poitiers, l’accord de courants politiques opposés, qu’il présentera comme une manifestation du retour au consensus des élites, en période de guerre civile. Lui qui en scrute les occurrences dans l’histoire44 espèrera convaincre, par cet exemple récent, qu’il demeure à la portée de ses contemporains – quitte à l’idéaliser.

  • 45 La méthode sociale, op. cit., p. 46. Le Play déclare même qu’il s’agit de « la loi la plus féconde (...)
  • 46 J.-J. Chevallier, Histoire des institutions et des régimes politiques de la France moderne (178919 (...)

13D’autre part, sera exaltée la mesure législative la plus célèbre du parti de l’ordre : la loi Falloux sur l’enseignement, libéralisant celui-ci pour l’ouvrir aux congrégations catholiques, que Le Play n’hésitera pas à présenter comme l’unique loi « qui, depuis1789, [ait] réellement commencé l’œuvre de la réforme sociale45 ». Un enthousiasme qui ne laisse pas d’être éloquent, à l’endroit d’une loi qui est restée la « bête noire des vrais républicains, revanche décisive, à leurs yeux, de l’Église sur l’esprit du siècle46 ».

  • 47 F. Le Play, La constitution essentielle de l’humanité, Tours, Mame, 1881, p. XIII.
  • 48 Maurice Agulhon parle, à propos du parti de l’ordre, d’un « véritable esprit de croisade morale qu (...)
  • 49 « En résumé, les peuples modèles ont toujours trouvé leurs succès dans trois institutions […] : da (...)

14Au total, si Le Play écrit des membres du parti de l’ordre : « Ces hommes, par leur union inespérée, produisirent sur mon esprit une impression profonde47 », il est manifeste que cette influence alla au-delà de la forme de l’Union électorale, pour toucher à ses valeurs de fond. Les historiens ne s’accordent-ils pas pour les identifier dans une trilogie nouvelle, appelée à se substituer à celle des révolutionnaires : Religion, Famille, Propriété48 ? Or, telles sont bien les trois valeurs centrales de Le Play49, qui apparaît en quelque sorte, à cet égard, comme un théoricien a posteriori du parti de l’ordre.

  • 50 A. Thiers, De la propriété, Paris, Paulin et L’Heureux, 1848.
  • 51 Cité par R. Arnaud, La Troisième République, Paris, Hachette, 2e éd., 1929, p. 39.
  • 52 La constitution essentielle de l’humanité, op. cit., p. 238.
  • 53 Cet aspect est confirmé par la suite du récit de Le Play : « En juillet 1848, les hommes d’ordre e (...)

15Il est frappant de constater combien les figures intellectuelles de la rue de Poitiers ont pesé sur l’œuvre de Le Play. Adolphe Thiers, d’abord, qui dès septembre 1848 publie De la propriété50, véritable manifeste de la réaction en faveur de l’ordre, où il conclut que la religion est le fondement de la société – reniant ainsi une bonne partie de son passé politique. Il devait fournir à Le Play, non seulement des éléments décisifs de sa future pensée politique, mais aussi, cum grano salis, le modèle d’élites aveuglées qu’une grave crise peut brutalement éclairer. Odilon Barrot ensuite, autre ténor orléaniste, devenu président du Conseil après l’élection de Louis-Napoléon Bonaparte, que Le Play retrouvera dans son cheminement politique, autour du combat contre la centralisation, jusqu’à leur participation commune à la commission de décentralisation de 1870. De même le comte de Falloux, qui discourt sur « les notions éternellement vraies de la religion et de la morale51 », et fait préparer sa loi sur l’enseignement par une commission que dirige Thiers et où siègent ses amis le député Charles de Montalembert et le nouvel évêque d’Orléans, Mgr Dupanloup. Ces deux dernières personnalités du parti de l’ordre appuieront la demande, que fera Thiers à Le Play, de publier ses premières recherches sociologiques ouvrières, dans la confidence desquelles était Victor Lanjuinais, lui-même rallié et ministre du gouvernement de 1849 : tout suggère que les conclusions de l’ouvrage étaient présumées conservatrices, sur cette « question sociale » rendue centrale par les événements, et dans la mesure probable où Le Play avait donné des signes d’une évolution parallèle à celle de la plupart de ses amis. « Le mouvement imprimé aux idées des classes dirigeantes par ces terribles événements, exerça sur ma situation personnelle une réaction à laquelle je ne pus résister52 », confiera-t-il. Valable pour son itinéraire professionnel, la confession l’est aussi pour celui de ses idées : en ces brèves années de la Deuxième République se produit la mue politique de Le Play53.

Le programme de 1864 : un libéralisme animé par la tradition

  • 54 La constitution essentielle de l’humanité, op. cit., p. 212.
  • 55 La méthode sociale, op. cit., p. 437.
  • 56 Lettre à Ch. de Ribbe du 6 juin 1864, dans Ch. de Ribbe, Le Play d’après sa correspondance, Paris, (...)

16Le destin politique de Le Play est comme résumé par les conditions de parution de son plus grand ouvrage en la matière : La réforme sociale en France est un long programme pour un parti qui n’existe plus. « Commandé » par les autorités du parti de l’ordre, et remettant en cause dans l’optique de ce dernier tout un pan des principes de la Révolution et de l’Empire, il voit sa finalité remise en cause par le coup d’État du2 décembre 1852, dans lequel Le Play finira par voir l’ « acte de violence [qui] avait compromis, pour toute la durée du Second Empire, l’œuvre de la réforme54 ». Il a pourtant suivi ceux des membres du parti qui se sont ralliés à Louis-Napoléon, au premier rang desquels Montalembert. Le Play reprenait ainsi son ascension de notable, au sein d’un régime cette fois césarien. L’ouvrage qui paraît en 1855 en ressort très éloigné du projet initial : lesté d’une manifeste obligation de réserve, amputé de sa visée politique directe, il est devenu le monumental recueil monographique des Ouvriers européens. Néanmoins, le court « Appendice » final affirme la prééminence des facteurs moraux, le vecteur suprême de prospérité qu’est la religion et la valeur indépassable de la loi de Dieu : « En analysant les faits et en remuant les chiffres, la science sociale ramène toujours les vrais observateurs aux principes de la loi divine55 ». À la fin de l’année, son succès de commissaire général de l’Exposition universelle apporte à Le Play la gratification d’un siège au Conseil d’État. Le voici théoriquement en situation de peser sur le cours des lois, certes d’initiative exclusivement impériale, mais que cet organe discute à huis clos, avant de les rédiger. Isolé au sein d’un aréopage éclectique mais majoritairement attaché à l’héritage révolutionnaire, Le Play attendra les premiers signes d’une libéralisation du régime, à laquelle il contribue dès 1860 par la conclusion libre-échangiste de son rapport sur la boulangerie, pour reprendre le matériau de son programme de réforme. Ce seront les deux volumes de La réforme sociale en France, publiés en 1864. Le Play écrit à Charles de Ribbe, en des lignes qui en disent long sur son isolement au Conseil d’État : « Ma Réforme sociale est enfin imprimée […]. Ma ligne va devenir désormais pratique et militante, et mon ancien régime de travail solitaire va changer par des rapports journaliers avec les vrais réformateurs56 ».

  • 57 F. Le Play, La réforme sociale en France, Paris, Plon, p. 357-362. Pour une analyse approfondie de (...)
  • 58 Ibid., intitulé du § 68, p. 357.

17L’ouvrage en lui-même est pour le moins éloigné d’un manifeste. Ses neuf cents pages témoignent de l’exhaustivité par laquelle Le Play a voulu légitimer des positions qu’il estimait difficilement recevables par l’opinion française. Cette lourdeur est aggravée parles caractéristiques habituelles des travaux de Le Play, dont les qualités se retournent ici en écueils : prudence scientifique empesant le propos jusqu’à en altérer la vigueur, minutie des détails confinant souvent à l’énumération fastidieuse... Le Play reste néanmoins fidèle à l’intention directement politique de l’ouvrage, par la présentation concise en « Conclusion » d’un véritable programme57. Affirmant, à la suite de Montesquieu, que la réforme ne s’accomplira que par « l’action simultanée de la loi et des mœurs58 », il propose une série de réformes législatives, ainsi que des « réformes morales » laissées au seul soin des particuliers. Des premières ressortent quatre grands axes : la laïcité, audacieusement assise sur une complète séparation de l’Église et de l’État, et ouvrant à la liberté de tous les cultes, elle-même prolongée par la liberté de la presse et de l’opinion ; la réduction de l’État à ses missions élémentaires, le gouvernement central étant ramené à six ministères, appuyés par de simples commissions temporaires, et les fonctionnaires tombant dans le régime de la responsabilité judiciaire ordinaire ; une large décentralisation subséquente, privilégiant le niveau communal, spécialement en matière de police et de justice ; enfin une politique de privatisation, que ce soit celle des établissements scolaires, de l’ensemble des gîtes miniers, ou de la propriété ordinaire appelée à devenir « plus libre et plus individuelle », notamment par la liberté testamentaire et, en matière de droit du travail, par une certaine déréglementation légale.

  • 59 Ibid., p. 360.
  • 60 Ibid.
  • 61 Ibid., p. 361.
  • 62 Ph. Périer, « L’évolution d’une théorie scientifique ; de la “famille-souche” au “particularisme »(...)
  • 63 La réforme sociale en France, op. cit., t. II, p. 361.

18Si l’orientation de ces propositions est nettement libérale, le complément apporté par la liste de « réformes morales » vient troubler le propos, au point d’en retourner le plus souvent le sens – parfois de façon spectaculaire. Ainsi la séparation de l’Église et de l’État aura pour finalité morale de… « substituer la foi au scepticisme59 » (en réduisant l’anticléricalisme provoqué par la position dominante de l’Église catholique),l’affirmation de la propriété privée et individuelle devra permettre l’assise de… la « famille-souche » de médiévale inspiration60 (par l’institution testamentaire de « l’héritier-associé »), et l’absence de réglementation légale du travail laissera au chef d’entreprise la liberté de… pratiquer le « patronage », en particulier « la permanence des engagements entre patron et ouvrier »61 (en stimulant une charité d’initiative vraiment personnelle) ! Ainsi sont subvertis les énoncés classiques du libéralisme, tels que la France les a reçus dans la perspective exclusive des Lumières, celle d’un droit individualiste dans une société sécularisée. Cela n’exclut pas une orientation alors effectivement libérale chez Le Play, mais elle se place dans une filiation culturelle étrangère, anglo-américaine, d’où la tradition n’a pas été intégralement exclue – pour la simple raison que ce libéralisme est une composante de la tradition même de ces populations occidentales à dominante germanique, selon une idiosyncrasie que les continuateurs de Le Play nommeront le « particularisme62 ». Le souci de la tradition s’étend du reste, dans certaines des réformes morales prescrites, jusqu’à un franc traditionalisme : en demandant, d’une part, que la sphère familiale, où la mère ne doit pas être exposée aux travaux salariés extérieurs, soit le lieu de l’éducation exclusive des filles et de l’apprentissage professionnel des garçons, et en prescrivant, d’autre part, une valorisation de la propriété rurale, dont les principaux titulaires seront appelés non seulement à la charge d’officier dans une armée décentralisée, mais encore à exercer « les fonctions judiciaires, les principales fonctions administratives et les contrôles du gouvernement local63 ». Dans le projet de 1864, le démantèlement libéral de l’État hérité de la monarchie administrative et de la Révolution jacobine aboutit, ainsi, à retrouver une conception ancienne de la nation comme famille de familles, et de ses élites comme hobereaux indépendants, sinon féodaux.

  • 64 Paris, Michel Lévy, 1856. Cité dans La réforme sociale en France, op. cit., t. II, p. 240.
  • 65 Paris, H. Dumineray, 1861. Signalé dans L’organisation du travail, op. cit., p. 128.
  • 66 Nancy, Vagner, 1865. « J’ai une grande estime pour M. de Metz-Noblat ; et il est impossible que no (...)
  • 67 Paris, Michel Lévy, 1868. Sur Lucien-Anatole Prévost-Paradol (1829-1870), cf. la thèse de P. Guira (...)
  • 68 L’organisation du travail, op. cit., p. 128.

19Par l’importance accordée au thème du « gouvernement local », Le Play se situait au cœur du renouveau de l’orléanisme, de ce libéralisme « national » ou « critique », dont l’avancée est jalonnée par les ouvrages décentralisateurs. C’est dès 1856 L’Ancien Régime et la Révolution64 de Tocqueville ; en 1861, De la centralisation et de ses effets65, d’Odilon Barrot ; en 1865, le Manifeste de Nancy66, suscité par A. de Metz-Noblat, que Le Play confie avoir en grande estime ; enfin en 1868, La France nouvelle67 de Prévost-Paradol, dont la pensée est si proche de celle de Le Play qui le classe parmi les écrivains « en situation de corriger l’opinion égarée68 ».

  • 69 Lettre à A. Cochin du 10 octobre 1864, citée dans Ch. de Ribbe, op. cit., p. 94.

20Parmi les anciens membres du comité de la rue de Poitiers, Montalembert reconnut en privé que les promesses originelles de l’ouvrage de Le Play avaient été tenues : « Je lis le livre de Le Play et j’en suis émerveillé. Il faut […] que nous l’adoptions pour programme », écrit-il à Augustin Cochin69. Mais Montalembert était depuis longtemps retourné dans l’opposition, comme le grand nombre de ses anciens alliés, et le programme enfin tracé devait y rester avec eux. Ni l’entrée de Le Play au Sénat, en nouvelle récompense après le succès de l’Exposition de 1867, ni même son accès au Conseil privé de l’Empereur – dont il s’exagère les intentions – ne purent lui conférer l’autorité nécessaire à la mise en œuvre de son projet. Compatible avec des formes de régime assez différentes, monarchie constitutionnelle ou République fédérale, le programme leplaysien ne l’est pas avec un régime centralisateur, ni avec le suffrage universel direct : le Second Empire mêlait les deux, là où Le Play demandait le retour à une oligarchie morale, quelle qu’en fût la forme.

  • 70 Cf. A. Savoye, « Le Play, conseiller d’Émile Ollivier », Les Études sociales, n° 120, 1992, p. 512 (...)

21Il fallait le succès électoral d’un nouveau parti de l’ordre, à la fois institutionnellement libéral et moralement traditionaliste. S’il finit effectivement par se présenter, ce fut sans la promptitude qu’avait provoquée le sang versé en 1848, au terme de longues combinaisons politiciennes, et au crépuscule de l’Empire. Le sinueux « tiers parti » d’Émile Ollivier, républicain rallié, avec lequel Le Play est en contact depuis 1858, aboutit à cette « opposition dynastique », cherchant à unir l’ordre et la liberté, soutenant l’Empereur tout en réclamant un véritable droit de contrôle des Chambres, et défendant par ailleurs des positions protectionnistes et cléricales. Le gouvernement formé par Ollivier en janvier 1870 se singularise par l’une des pratiques prescrites par le programme leplaysien de 1864 : les commissions d’enquête. Il y place significativement les figures de l’orléanisme – anciennes comme Thiers, Odilon Barrot et Saint-Marc Girardin, ou nouvelles comme Prévost-Paradol, à côté de catholiques directement membres de l’entourage leplaysien, comme Augustin Cochin. Il semble ne manquer que Le Play lui-même pour recommencer 1849 : il accepte de faire partie de la commission de décentralisation, sous la présidence d’Odilon Barrot70. Remise en cause par la formulation césarienne du plébiscite de mai 1870, l’expérience est définitivement ensevelie, quatre mois plus tard, par l’effondrement de Sedan.

Une insertion ambiguë, accreditée par la prédominance de références libérales

La réception critique du libéralisme aristocratique

22La réforme sociale en France est présentée par Le Play comme le résultat de la seule « méthode d’observation ». Les références livresques y sont donc rares, mais d’autant plus significatives. Les trois principales sources des citations y sont, par ordre décroissant, la Bible – avec un éloquent primat de l’Ancien Testament –, suivie de Tocqueville, puis de Montesquieu. L’ensemble forme un portrait très reconnaissable du conservatisme de tonalité anglo-saxonne, double appel à la limitation : celles des passions, par un respect de la morale chrétienne, et celle de l’État, par un retour à ses bornes régaliennes outrepassées.

  • 71 M. Weber, L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme [1905], Paris, Plon, 1967.

23La prépondérance des références vétéro-testamentaires place Le Play à la périphérie d’un catholicisme encore loin du retour aux sources hébraïques, qu’encouragera un siècle plus tard le concile Vatican II. Elle le rapproche étroitement, en revanche, du protestantisme, dont on sait le rôle de l’éthique dans le développement de « l’esprit du capitalisme71 », et plus généralement la place dans la genèse du libéralisme – la contestation de la « Tradition » magistérielle de l’Église ayant favorisé la remise en cause, plus générale, de la tradition comme vecteur de structuration sociale. De fait, les « modèles étrangers » proposés par Le Play sont des États protestants : l’Allemagne du Nord, mais plus encore les États-Unis d’Amérique et par-dessus tout l’Angleterre, qui se taille dans la surface rédactionnelle de La réforme sociale en France une manière de colonie idéologique.

  • 72 La réforme sociale en France, op. cit., t. II, p. 71-212.

24L’autre grande source théorique d’inspiration, apportée par les œuvres de Montesquieu et Tocqueville, confirme d’abord cet anglo-américanisme. L’anglophilie, trait spécifique du libéralisme continental, fournit à L’esprit des lois sa part engagée, dans le célèbre chapitre sur la Constitution anglaise, décrite non sans distorsion comme le régime idéal : la conviction en est si ancrée chez Le Play lui-même qu’il n’hésite pas à assommer son lecteur de cent quarante-et-une pages consécutives de plate description des institutions anglaises72 ! De même, c’est De la Démocratie en Amérique que cite Le Play – qui n’a pas tiré de L’Ancien Régime et la Révolution ce que l’on aurait pu attendre –, en propageant la fascination de Tocqueville pour cette terre de toutes les libertés, seulement préservée du risque d’anarchie par la force d’un sentiment religieux précisément protestant, et même le plus souvent puritain.

  • 73 « Les influences qui font prospérer les sociétés n’ont point flotté, selon les temps, les races et (...)
  • 74 L’organisation du travail, op. cit., p. 365-366, n. 11.

25Néanmoins, on ne trouve pas chez Le Play d’attachement proprement idéologique aux deux figures majeures du « libéralisme aristocratique ». Au contraire, les grandes idées par lesquels ils sont passés à la postérité sont critiquées. Ainsi en va-t-il de la classification des régimes politiques dans L’esprit des lois : Le Play lui reproche son artificialité, née d’une approche plus théorique qu’historique73. Il tient quant à lui que la prospérité n’est permise « aux peuples qu’avec le concours simultané des trois mobiles de Montesquieu » (l’honneur, la crainte et la vertu). D’où l’accent mis par Le Play sur la seule pertinence du régime mixte, et sa dénonciation du caractère non seulement vain, mais encore néfaste de l’attention prêtée à la forme du régime. C’est dire que, du côté de Tocqueville, la thèse du succès inéluctable du régime démocratique pouvait moins encore emporter son adhésion. Il lui oppose, non sans habileté, son grand prédécesseur, suggérant par là une trahison de l’orthodoxie de l’école : « Montesquieu, parlant des institutions qui ont fait prospérer les anciens Grecs, déclare expressément qu’elles ne convenaient qu’à un petit État formé d’une ville74. » La seule posture idéologique pleinement épousée par Le Play, chez les deux auteurs, est la revendication première du libéralisme aristocratique : l’anti-absolutisme, avec son corollaire de restauration des corps intermédiaires, Montesquieu insistant sur la magistrature, Tocqueville sur les communes. Mais Le Play ne les cite quasiment pas dans ses propres pages consacrées à ces thèmes : il y a accord plus qu’influence.

  • 75 Montesquieu, Les lettres persanes [1721], cité par J. Touchard, op. cit., t. II, p. 393.
  • 76 La méthode sociale, op. cit., p. 180-181.
  • 77 A. de Tocqueville, De la démocratie en Amérique, t. I, ch. XVII, cité dans La réforme sociale en F (...)
  • 78 Bibliographie éloquemment anglophone, au premier rang de laquelle demeure M. Oakeshott, Rationalis (...)

26C’est finalement un état d’esprit, davantage que des idées, que Le Play prise chez ces écrivains : la modération politique, le scepticisme à l’endroit des solutions étatiques, et la contrepartie de l’intérêt premier accordé aux mœurs. Montesquieu déclare « les mœurs plus efficaces que les lois75 » ; Le Play confirme que « la vraie constitution d’un peuple est dans les idées, les mœurs et les institutions de la vie privée, plus que dans les lois écrites, par lesquelles les hommes de nouveauté prétendent régler maintenant tous les rapports sociaux76 ». Et quand Tocqueville demande : « Comment la société pourrait-elle manquer de périr si, tandis que le lien politique se relâche, le lien moral ne se resserrait pas ? Et que faire d’un peuple maître de lui-même, s’il n’est soumis à Dieu77 ? », il ne nourrit pas seulement la conviction qu’a Le Play de l’anomie d’une société sécularisée, il le conduit en outre sur les voies d’un long compagnonnage avec les catholiques libéraux. Pour autant, ce n’est certes pas un hasard si cet état d’esprit caractéristique du libéralisme aristocratique, de substance très anglaise et du reste revendiquée comme telle, a pu être décrit pareillement comme la marque de la pensée conservatrice78.

  • 79 Ph. Braud, F. Burdeau, op. cit., p. 13.
  • 80 « Montesquieu, l’un des maîtres de la science sociale, était en même temps agriculteur praticien e (...)

27Comme son programme, les références bibliographiques de l’ouvrage peuvent ainsi voir leur signe s’inverser. Car les pères de la philosophie politique libérale en France sont aussi les fils d’un état social d’Ancien Régime. On a pu remarquer que « Tocqueville, comme Montesquieu, appartient à la catégorie des intellectuels dont la fortune personnelle, le rang social, assure l’indépendance79 ». Si l’on met de côté les rédacteurs de la Bible – qui ne sont pas des « penseurs », auteurs d’œuvres assumées comme subjectives – on constatera que, de Xénophon à Cicéron et de Montaigne à Bonald, les auteurs de prédilection de Le Play relèvent presque toujours de cette catégorie sociale. Bien sûr, les premiers appartiennent à un monde antique où, de toute façon, seule l’aristocratie de ceux qui ne travaillent pas de leurs mains peut s’adonner à l’otium, le loisir créateur. Les seconds, en revanche, maintiennent ce modèle dans des temps modernes qui ont vu cette règle devenir plus relative, notamment avec l’apparition progressive du type moderne du penseur individuel professionnel – c’est-à-dire du « lettré » selon Le Play –, rompant avec les types traditionnels de l’aristocrate pour qui la spéculation intellectuelle est un loisir, comme avec celui du religieux pour qui elle relève du ministère sacerdotal. C’est bien contre ce type nouveau du « lettré » que Le Play privilégie les écrivains qui, par les responsabilités impliquées par leurs possessions et leur rang social, sont préservés du manque de sens du concret, de la tendance à l’abstraction sinon à l’utopie, et de l’engouement pour la nouveauté voire les bouleversements sociaux80.

L’adhésion au courant conservateur du catholicisme libéral

  • 81 Lettre à J. Reynaud du 17 septembre 1854, citée dans F. Arnault, op. cit., p. 68.
  • 82 La réforme sociale en France, op. cit., t. I, intitulé du paragraphe 9, p. 47.

28Pendant la période de maturation doctrinale qui aboutira à La réforme sociale en France, la conviction du primat du facteur religieux s’affirme chez Le Play. Dix ans avant la parution de l’ouvrage, il confie, à son ami saint-simonien Jean Reynaud : « En recherchant les véritables causes de la destruction et de l’abaissement moral des familles de la classe ouvrière, je suis arrivé de proche en proche à constater, contrairement à mes premières idées, qu’elles résident essentiellement dans l’énergie plus ou moins prononcée, dans la direction plus ou moins éclairée, du sentiment religieux81 ». En 1864, ce « sentiment » – Le Play n’emploie significativement jamais le mot de foi – reçoit la première place, dans le chapitre inaugural : « La religion a toujours été le premier fondement des sociétés ; le scepticisme moderne n’est justifié ni par la science, ni par l’histoire, ni par la pratique des peuples prospères82 ».

  • 83 Le témoignage le plus direct est celui de l’abbé A. Riche, prêtre de Saint-Sulpice : Frédéric Le P (...)
  • 84 Lettre à A. Cochin du 24 août 1864, Les Études sociales, n° 142-143-144 : S. Baciocchi et J. David (...)
  • 85 Ch. de Montalembert, De l’avenir politique de l’Angleterre, Paris, Didier, 1856.
  • 86 Lettre de Ch. de Montalembert « à un ami », citée par Le Play dans les Annexes de La paix sociale (...)

29On sait pourtant que, au rebours de l’exigence de cohérence des catholiques sociaux auxquels on l’a assimilé rétrospectivement, Le Play n’a guère eu de pratique religieuse avant les trois dernières années de sa vie83. Sa croyance même, si elle est assurément chrétienne, n’est pas spécifiquement catholique. Ses références bibliques accordent la major pars à l’Ancien Testament, deux fois plus cité, dans l’ensemble de son œuvre, que le Nouveau. Quant à la Tradition du Magistère, elle n’y trouve presque aucune place : les Pères et Docteurs de l’Église sont quasiment ignorés, les encycliques pontificales le sont tout à fait. Ses considérations religieuses en prennent naturellement un tour assez protestant, accrédité en outre par son éloge, non seulement des nations protestantes, mais encore de leurs clergés. N’envisage-t-il pas les rapports entre les confessions, dans La réforme sociale en France, comme une saine compétition attestant des vertus de la concurrence ? Ce libéralisme religieux, professé sans frein jusqu’à la nouvelle donne politique de 1870, ne pouvait que médiocrement attirer des catholiques sociaux nés de la lutte contre la société libérale, et dont la vocation affirmée était de restaurer le lien social autour d’un Magistère unique, au moyen d’une doctrine sociale de l’Église. L’étonnant n’est donc pas que les chrétiens engagés autour de Le Play sous le Second Empire aient été majoritairement des catholiques libéraux, mais plutôt que leur libéralisme soit allé jusqu’à accepter l’anticléricalisme contenu dans l’œuvre de1864. Sans doute y a-t-il eu des efforts réciproques. Si l’initiative première revint à Augustin Cochin, la rencontre intellectuelle déterminante fut celle de Montalembert. Au milieu de la décennie 1860, Le Play dira avec enthousiasme à Cochin qu’il relit « pour la quatrième fois84 » De l’avenir politique de l’Angleterre85, qui à ses yeux « est un vrai diamant », tandis que Montalembert confiera qu’il s’ « imprègne goutte à goutte86 » de La réforme sociale en France.

  • 87 Ch. de Montalembert, Les intérêts catholiques au xixesiècle, Paris, Lecoffre, 1852, cité dans L. J (...)
  • 88 La réforme sociale en France, op. cit., t. I, p. 82.
  • 89 « L’opinion publique cessera de faire obstacle à la restauration des croyances dès qu’elle n’aura (...)
  • 90 La réforme sociale en France, op. cit., t. I, p. 94, n. 1.
  • 91 L’organisation du travail, op. cit., p. 260-261, n. 9.

30Il est vrai que l’ancien pair de France pouvait apprécier dans l’ouvrage la prégnance de son influence. Le Play ne craint pas de reprendre sa thèse téméraire, défendue dès 1852dans Les intérêts catholiques au xixesiècle, où l’on pouvait lire : « La Révolution a cru tout ôter [à l’Église]. Sans le vouloir, elle lui a tout donné, en lui rendant la liberté, seul bien qui lui reste, et qui lui suffit pour récupérer tous les autres87 ». Le Play confirme, douze ans plus tard : « Les attaques commencées en haine de l’oppression religieuse ont toujours pour fin la réforme du personnel ecclésiastique : elles régénèrent, par conséquent, ce qu’elles prétendaient détruire. L’histoire de nos révolutions démontre que le catholicisme, plus encore que toute autre branche du christianisme, doit tirer de la liberté une force irrésistible88. » La filiation est revendiquée, Le Play approuvant par ailleurs le fameux discours de Malines, « L’Église libre dans l’État libre », de 186389. Les noms d’écrivains catholiques qu’il donne en référence confirment, pour la plupart, cette inclination catholique libérale90. Six ans plus tard, L’organisation de la famille rappellera encore la dette intellectuelle de Le Play vis-à-vis de ces catholiques à la tête desquels « brillent les hommes qui président à la rédaction de la revue ayant pour titre Le Correspondant91 ».

  • 92 « Aujourd’hui la preuve est faite et le résultat est manifeste. Dès que la démocratie l’emporte, o (...)
  • 93 « La démocratie a deux formes extérieures : tantôt elle se personnifie dans un chef unique, tantôt (...)

31L’apport des idées de Montalembert à la construction doctrinale de Le Play n’a peut-être pas été assez souligné. Le centre en est naturellement la liberté, conçue selon une définition chrétienne renouvelée, et appelée à irriguer tous les domaines de la vie publique et privée. Montalembert est certes demeuré célèbre par l’usage qu’il en réclame d’abord à l’endroit de l’Église, estimant que la liberté de culte, en privant le catholicisme des facilités du soutien de l’État et de ses pentes corruptrices, le forcera à se régénérer – ce sera l’exacte position de Le Play dans la première phase de son œuvre politique. Mais la liberté est aussi appelée, selon Montalembert, à limiter l’État, dont la pente naturelle a toujours été d’opprimer ou, au mieux, de manipuler l’Église locale, et plus largement de faire violence aux consciences des fidèles comme des citoyens. La liberté doit ici susciter des contre-pouvoirs, tant sous la forme active d’institutions publiques, en particulier parlementaires, que sous la forme passive des libertés publiques, spécialement religieuses, délivrant chaque citoyen d’une emprise excessive. Ce programme, pareillement repris par Le Play en 1864, demeurerait d’un libéralisme très ordinaire, si Montalembert n’assortissait pas son opposition à l’absolutisme, précédemment monarchique, de la conviction que la démocratie recèle un risque d’absolutisme tout aussi grand92. Cela vaut du césarisme démocratique, visé en 1852, comme du régime d’assemblée monocaméral, inauguré par les deux premières Républiques93. Dans les deux cas, le coupable est le suffrage universel et à un seul degré, relayant constitutionnellement, depuis 1793, la forme anciennement monarchique d’un même concept absolutiste de la souveraineté : monolithique, non répartie, déliée de tous les précédents normatifs (jurisprudence, coutumes, mœurs).

  • 94 La réforme sociale en France, op. cit., t. II, p. 222.
  • 95 L’organisation du travail, op. cit., p. 359 et suiv.
  • 96 Ibid., p. 227-228, n. 1.

32Ce procès d’un absolutisme démocratique se retrouve au cœur de la théorie politique leplaysienne : véritable pivot, il ne variera pas, et fait la jonction majeure entre la première et la seconde phase de sa pensée. Dès 1864, Le Play s’inquiète de la vulgarisation du concept démocratique : « On provoque une dangereuse confusion d’idées lorsqu’on applique le mot démocratie à la constitution sociale d’un grand État moderne […] Les masses admises au suffrage universel ne connaissent point les affaires de l’État, beaucoup plus compliquées chez nous que celles d’une ville grecque ; elles n’ont pas le droit et, malgré quelques excitations peu judicieuses, elles n’ont guère le désir de les diriger94. » Six ans plus tard, L’organisation du travail renforce cette critique de « l’abus du mot de démocratie95 » et insiste, dans la perspective de Montalembert, sur le danger que représente la démocratie généralisée pour un régime représentatif où, selon la théorie libérale classique, issue du modèle anglais des checks and balances, le pouvoir doit arrêter le pouvoir : « Les institutions doivent avoir pour objet principal de conjurer la corruption chez toutes les classes de gouvernants, chez ceux surtout qui joignent à une autorité sans contrôle, la moindre dose de responsabilité personnelle. Les électeurs, exerçant leur droit de suffrage à l’aide du scrutin secret, sont particulièrement dans ce cas. […] Le peuple peut, en effet, contrôler un roi et une aristocratie corrompus par l’exercice du pouvoir : mais qui contrôlera le peuple entier poussé au désordre et à la vénalité par l’abus du droit de suffrage96 ? »

  • 97 On sait que la Fraternité n’est officiellement intégrée à la devise de la République qu’en 1848. C (...)
  • 98 « Celles de nos anciennes communautés rurales qui subsistent encore ou qui ont pris fin de nos jou (...)
  • 99 La réforme sociale en France, op. cit., t. II, p. 1, intitulé du ch. VI.
  • 100 Ibid., t. I, Introduction, p. 29 : « Le seul moyen de glorifier définitivement la révolution de 17 (...)
  • 101 Tocqueville a épousé une Anglaise, Marie Mottley ; Montalembert, né à Londres, est de mère écossai (...)
  • 102 « M. A. de Tocqueville s’est trouvé plus que tout autre écrivain dans des conditions favorables po (...)

33La conviction commune de Montalembert et de Le Play est que dans le diptyque originel de la devise révolutionnaire, Liberté et Égalité97, la contradiction des termes est fatale. L’inégalité est pour Le Play une donnée naturelle, non seulement présente dans tout type de régime politique, mais encore favorisée par la disparition de l’Ancien Régime – paradoxe provocateur – dont il s’emploie à faire la démonstration par des données étayées98 : « L’inégalité, créée dans l’ancien régime par les privilèges, naît, dans le régime moderne, de la liberté99 ». En une période où, en serviteur loyal d’un régime bonapartiste, il propose encore de « terminer la révolution » à l’instar du premier Napoléon, en jouant 1789 contre 1793100, Le Play veut laisser entendre qu’il n’est nullement dans la vocation du régime moderne d’apporter l’égalité. Il s’agit décidément d’infirmer la prophétie démocratique de Tocqueville. À cet égard, nul doute que Montalembert ait été, à ses yeux, l’anti-Tocqueville par excellence. Pareillement issu de la vieille noblesse française, comme lui attaché à l’Angleterre par des liens à la fois familiaux et intellectuels101, enfin défenseur à son instar du primat de la liberté en politique, Montalembert constituait l’antidote que cherchait Le Play à l’œuvre de Tocqueville, dont l’influence sur les « autorités sociales », en partie conditionnée par ces déterminants sociologiques, n’avait cessé de l’inquiéter102.

  • 103 L’évêque d’Orléans, élu député en 1871, avait fait sensation le 9 janvier 1873, par un discours à (...)
  • 104 La constitution essentielle de l’humanité, op. cit., p. 21.
  • 105 A. Garreau, op. cit., p. 74. De même, selon F. Grand, op. cit., p. 406 : « En plaçant sa doctrine (...)
  • 106 Paul VI, Constitution pastorale Gaudium et Spes, 7 décembre 1965, 17.

34Il faut clore cet aperçu en rappelant que c’est à un autre porte-parole du catholicisme libéral, Mgr Dupanloup, que Le Play doit son concept de « Décalogue éternel103 » et qu’assez logiquement, en dépit du dogmatisme de sa présentation, la voie d’accès à cette loi morale pérenne est conçue dans les termes d’une théologie de la liberté humaine : « Cette faculté de choisir entre le bien et le mal est l’aptitude caractéristique de l’homme. Elle a pour nom “le libre arbitre104. » Pour réaliser le bien, Le Play « a fait confiance à l’homme, dans la dignité de son libre-arbitre ; il a pensé qu’il fallait le traiter en créature raisonnable, sensible, majeure et décisivement orientée vers sa fin » écrit Albert Garreau, qui conclut qu’il fut « thomiste sans le savoir105 ». Le Play achève de poursuivre ici un cheminement catholique libéral, celui qui dans l’histoire des idées mènera de Montalembert à Maritain – et, au-delà, au concile Vatican II et sa constitution Gaudium et Spes : « C’est toujours librement que l’homme se tourne vers le bien106 ». Mais pour l’heure, à la fin de l’année où paraît La réforme sociale en France, le pape Pie IX publie l’encyclique Quanta Cura et son annexe le Syllabus, qui condamnent le libéralisme catholique.

  • 107 F. Arnault, Frédéric Le Play. De la métallurgie à la science sociale, Presses universitaires de Na (...)
  • 108 Cf. sa lettre du 4 janvier 1866, dans Ch. de Ribbe, op. cit., p. 367 : « Le résumé de ma pensée su (...)
  • 109 « Dans la situation actuelle, […], les amis de la paix sociale ont devant eux une voie tracée.[…] (...)
  • 110 La méthode sociale, op. cit., p. 150.
  • 111 Ibid.
  • 112 L’impératif de réformer en conservant, ou conserver en réformant, est central dans la pensée de l’ (...)

35Sans doute cette condamnation pèsera-t-elle plus tard, quand viendra l’heure où « après la chute de l’empire, Le Play perd l’appui du prince, trouve celui de l’Église catholique, et fonde les unions de la paix sociale107 ». Si Le Play a pu durablement considérer que les destinataires de son œuvre étaient « les libéraux108 », il l’adresse plutôt, après 1870, « aux conservateurs de toutes nuances109 », selon son expression récurrente. Ils sont désormais pour lui « les gens de bien110 », même s’il finira par craindre qu’ils ne « se déconsidèrent et s’annulent en se nommant eux-mêmes “conservateurs”111 » : devant l’acception immobiliste du mot qui s’impose alors en France, au rebours de pays comme l’Angleterre ou l’Allemagne, il préfère forger l’appellation de « réformistes-traditionnels ». L’expression ne s’est pas imposée dans l’histoire des idées : elle ne faisait que renforcer la correspondance des vues de Le Play avec les contours du conservatisme européen, qui de longtemps avait compris que les institutions traditionnelles ne peuvent être conservées qu’en recevant de constantes réfections112.

Un théoricien précoce du « gouvernement de l’ordre moral » sous la Troisième République

36L’effondrement du Second Empire, en laissant Le Play libre de tirer toutes les conclusions de son expérience décevante au sein du régime, va le mener au cœur du renouveau contre-révolutionnaire, ou « néo-traditionalisme », qui se pare de traits « scientifiques » en résonance avec sa « méthode d’observation ». Quoiqu’en accord avec la politique restauratrice menée par Albert de Broglie, Le Play refusera de lancer ses unions de la paix sociale dans la bataille politicienne, privilégiant une voie privée pour la réforme, dont l’ambiguïté se retrouve jusque dans ses nouvelles convergences avec le traditionalisme.

Une insertion dans le second traditionalisme français

Le moment néo-traditionaliste

  • 113 P. Ory, « La nouvelle droite de la fin de siècle », dans P. Ory (dir.), op. cit., p. 457-467.
  • 114 J. Touchard, op. cit., p. 684-691.

371870 est un tournant de l’histoire des idées. Dans l’enchaînement vertigineux de la défaite de Sedan, de l’effondrement du Second Empire, de la proclamation de la République et de l’insurrection de la Commune de Paris, enfin de la perte de l’Alsace et de la Lorraine, l’opposition de droite à Napoléon III a vu la validation, aussi douloureuse qu’éclatante, de sa critique du « césarisme démocratique ». La brutale mise au jour de l’absence de base solide du régime alimenta le procès, traditionaliste, de l’instabilité des Constitutions issues de la Révolution et du Premier Empire. Symétriquement, la victoire de la Prusse accréditait la supériorité des régimes d’autorité, spécialement de la forme monarchique. La particularité de ce retour de flamme de la pensée contre-révolutionnaire fut qu’elle trouva un combustible nouveau, en ce dernier quart du xixe siècle, dans le climat intellectuel inédit créé par le retournement, dans le sens du déterminisme, d’un scientisme né un siècle plus tôt sous les auspices du mythe du progrès continu. C’est l’apparition de ce que l’on a pu appeler « la nouvelle droite de la fin de siècle113 » ou encore le « néo-traditionalisme114 ».

  • 115 J. Touchard place en effet Le Play dans le paragraphe « Néo-traditionalisme et nationalisme en Fra (...)

38Cette dernière dénomination s’est imposée, dans l’histoire des idées politiques, à la suite de l’emploi qu’en a proposé Jean Touchard. Pour lui, les deux figures majeures du néo-traditionalisme de la décennie 1870 furent Ernest Renan et Hippolyte Taine, cristallisant la physionomie du courant dans leurs ouvrages respectifs, La réforme intellectuelle et morale de la France (1871) et Les origines de la France contemporaine (1875-1893), bien qu’il semble estimer qu’une place doive être faite à Le Play115. De fait, dans les douze dernières années de sa vie, Le Play a inscrit son œuvre dans ce moment néo-traditionaliste. Les ouvrages qui en sont l’expression la plus caractéristique sont La paix sociale après le désastre (1871) et La réforme en Europe et le salut en France (1876).L’organisation de la famille (1871) n’a pas un objet directement politique, mais se situe dans cette perspective, dont le dernier écho est fourni par La constitution essentielle de l’humanité (1881). Significative de cette orientation sont également les nombreuses rééditions révisées, pendant cette période, de La réforme sociale en France et de L’organisation du travail, et, dans une mesure moins politique, des Ouvriers européens, particulièrement du premier volume, également paru sous le titre de La méthode sociale.

  • 116 Exemple, dans la 3e édition de L’organisation du travail, op. cit. : « Lorsque je publiai, en mars (...)
  • 117 E. Renan, La réforme intellectuelle et morale de la France, Paris, Michel Lévy, 1871 ; rééd. Paris (...)
  • 118 « Un Français rapportera toujours d’Angleterre cette persuasion profitable que la politique n’est (...)
  • 119 H. Taine, Du suffrage universel et de la manière de voter, Paris, Hachette, 1872.

39Dans aucun de ces ouvrages Le Play ne manque de rappeler qu’il avait, de longtemps, prévu et annoncé la catastrophe désormais advenue116. Une telle récurrence, en montrant l’importance des événements de 1870-1871 dans le dispositif de légitimation intellectuelle de Le Play, l’inscrit d’emblée dans le discours distinctif du néo-traditionalisme. Au vrai, Le Play précède les deux autres grandes figures de l’école, en publiant dès septembre 1871 La paix sociale après le désastre, qui se présente comme un résumé de l’étiologie des maux nationaux dressée par ses précédents ouvrages, assorti d’un rappel de leurs principales prescriptions : abandon de « l’exercice de la souveraineté par les classes ignorantes et dégradées », par la restriction du droit de suffrage et l’instauration au Parlement d’une Chambre haute modérant la basse ;reconstitution d’une classe dirigeante légitime, assise sur la grande propriété rurale, par l’adoption de la liberté testamentaire ; restauration de la « loi morale », par la réfutation des « faux dogmes de 1789 ». Deux mois plus tard, Renan publie sa Réforme intellectuelle et morale de la France117 – on notera la parenté avec le titre leplaysien de1864 –, attribuant pareillement aux principes révolutionnaires la décadence du pays, et en appelant au même cadre institutionnel : suffrage indirect, Chambre des notabilités et large décentralisation. L’année suivante, Taine fait paraître ses Notes sur l’Angleterre, modèle à bien des égards des institutions susdites, et foyer selon lui d’une prudence politique salvatrice118, avant de publier sa brochure Du suffrage universel et de la manière de voter119, dans laquelle il préconise à son tour un système à deux degrés, pour circonscrire le poids d’un électorat ignorant.

  • 120 La réforme en Europe…, op. cit., p. 95 (souligné par nous).
  • 121 E. Renan, Préface de Questions contemporaines, Paris, Michel Lévy, 1868, p. 12 (souligné par nous)
  • 122 « Pour établir sa doctrine, Rousseau suppose des hommes nés à 21 ans, sans parents, sans passé, sa (...)
  • 123 Dans les Origines, Taine indique avoir lu Les ouvriers européens et L’organisation de la famille, (...)

40À la parenté de ces œuvres ont pu s’ajouter quelques références ponctuelles, mais éloquentes, d’un auteur à l’autre. Ainsi dans La réforme en Europe et le salut en France, Le Play écrit : « […] cette doctrine [l’égalitarisme] porte atteinte à toute association légitime et empêche toute cohésion sociale. Elle ne laisse debout qu’un géant, l’État, dominant des millions de nains. Elle désagrège le granit sur lequel l’ancienne France était assise, et elle en fait une poussière qu’agite le vent des révolutions120. » Or, les mots soulignés par nous sont ceux-là mêmes qu’avait employés Renan, quelques années plus tôt : « […] en ne laissant debout qu’un géant, l’État, et des milliers de nains ; en créant un centre puissant, Paris, au milieu d’un désert intellectuel, la Province ; en transformant tous les services sociaux en administrations, en arrêtant le développement des colonies et fermant ainsi la seule issue par laquelle les États modernes peuvent échapper aux problèmes du socialisme, la Révolution a créé une nation dont l’avenir est peu assuré, une nation où la richesse seule a du prix, où la noblesse ne peut que déchoir121. » Dans son ouvrage, du reste, Le Play cite bien Renan en note infrapaginale du passage concerné (mais, coquetterie d’auteur, non la phrase qu’il a reprise), en le rapprochant en outre, très significativement, de Taine122. Ce dernier, de son côté, a porté témoignage de l’intérêt qu’il a porté à Le Play, en particulier à sa méthode123.

  • 124 G. Thuillier, J. Tulard, op. cit., p. 56.
  • 125 La réforme sociale en France, op. cit.,t. I, p. 406-440.

41La convergence des vues de Taine et Le Play, notamment en matière de reconstitution d’une « classe supérieure » apte à redresser le pays, s’est exprimée sur le plan pratique par leur commun soutien à Émile Boutmy, dans la création de l’École libre des sciences politiques, à l’automne 1871. Boutmy a toujours affirmé que son École, pourtant entièrement privée, « tenait la place » de l’École nationale d’administration de 1848 –ce qu’elle fera, de fait, jusqu’à sa nationalisation en 1945 et la création de la nouvelle ÉNA. Le Play la soutint aux côtés d’autres anciens fondateurs de l’École de 1848, comme Charton et Thiers124. La place prise par Taine et Édouard Laboulaye dans les débuts de l’École libre des sciences politiques la situe dans l’orbite de ce « libéralisme critique » qui avait effectivement attiré Le Play dès l’époque de la Deuxième République. Sans doute « les Sciences-Po » présentaient-elles surtout l’intérêt objectif, à ses yeux, d’être par leur statut privé, conforme à sa conception des « corporations d’enseignement125 », l’école d’une élite sociale elle-même privée, appelée pourtant, en l’absence d’établissements préparatoires concurrents, à accaparer les postes de la haute administration – ce qui était une première manière, certes principalement ploutocratique, de rendre à la « société civile » les commandes de l’État centralisateur.

Le programme de 1876 : un traditionalisme animé par la liberté

42On sait qu’une perspective identique devait amener Le Play, en 1872-1874, à fonder les unions de la paix sociale (UPS), mouvement de rassemblement, dans son esprit, de notables auxquels était assignée une double tâche : celle, implicite, d’un groupe de pression apte à faire peser les intérêts de la société civile, spécialement en matière de droit des successions, sur le « gouvernement central » ; et celle, explicite, d’une école des cadres, susceptible de favoriser le « gouvernement local » des autorités sociales.

  • 126 Cf. M. Mathieu, « Le destin tourmenté du légitimisme. L’exemple de la Vienne : le rôle d’Emmanuel (...)

43Le contexte se prêtait évidemment à l’action d’un tel groupement. L’effondrement avait resserré autour de Le Play ses disciples et lui en avait apporté de nouveaux ; libéré de tout devoir de réserve, il était en mesure de formuler un programme plus offensif ;enfin, il était en droit d’attendre une réceptivité particulière d’un personnel politique traumatisé par la défaite, puis par la Commune : c’étaient les conditions d’un parti de l’ordre à nouveau retrouvé, sous les espèces de la majorité monarchiste à l’Assemblée de 1871, puis du gouvernement « de l’ordre moral » du duc de Broglie, sous la présidence de Mac-Mahon, en 1873. Pourtant dans ces années de gestation, les UPS ne participent à la vie politique que de façon indirecte, par la publication de brochures – la Correspondance sociale – qui frappent par la faiblesse de leur contenu institutionnel, quasiment proscrit d’un propos qui ne cherche qu’à établir le plus large consensus, sur la base de « vérités sociales » qui entérinent surtout la morale traditionnelle. La faiblesse des résultats de cette stratégie métapolitique a-t-elle provoqué des réactions chez les membres catholiques et le plus souvent monarchistes des unions, dont le légitimiste Emmanuel de Curzon126 est la figure majeure et si influente sur le maître ?Le Play semble avoir répondu à leur vœu en acceptant, au bout de quatre années d’activité des UPS, de les doter d’un programme politique officiel : La réforme en Europe et le salut en France, sous-titré – en plus gros caractères – Programme des unions de la paix sociale.

  • 127 Le Programme du gouvernement et d’organisation sociale signé d’ « un groupe d’économistes » (Paris (...)

44La comparaison s’impose entre l’ouvrage de 1864 et celui de 1876, car ils contiennent les deux seuls véritables programmes politiques qu’ait signé Le Play127. Le second se révèle constitué pour moitié d’une reprise des propositions du premier. Il en va ainsi de la méthode fondatrice, celle de l’ « enquête », prescrite aux groupes militants si singuliers que forment les UPS, mais aussi à l’État qui devra en faire la pratique cardinale du gouvernement. Politiquement, la proposition induit l’exclusion des passions partisanes, ainsi que celle des projets révolutionnaires, caractérisés par l’abstraction et la prétention à l’exhaustivité – auxquelles se substitue ici le retour au réel, la prudence et la progressivité dans l’entreprise des modifications, les projets sectoriels à la définition détaillée : en bref, l’esprit réformateur. L’exigence de décentralisation est également maintenue : outre l’expérimentation locale préalable qu’elle doit fournir aux futures réformes nationales, elle reste appelée à réduire la masse du fonctionnariat en promouvant une élite locale, chargée de missions d’encadrement des services publics, le plus souvent possible à titre gratuit, en particulier dans les domaines militaire et judiciaire : c’est la vision d’un État gendarme au sens presque strict du terme. La physionomie des « autorités sociales » locales est modelée sur le « gentleman rural », dont la justification s’accompagne de considérations renforcées sur le caractère « naturel » de telles autorités. Et l’obstacle principal à la réforme est toujours identifié dans le « partage forcé », c’est-à-dire le régime légal d’égalité successorale, empêchant la constitution des familles-souches, pépinières des élites locales.

  • 128 « Il est encore une vertu que le xviiie siècle nous a transmise […] : c’est la propension éminemme (...)
  • 129 « L’état de nature, tant prôné à la fin du siècle dernier, est une idée chimérique conçue en dehor (...)
  • 130 L’expression apparaît dans La paix sociale après le désastre, op. cit., p. 98.
  • 131 Le « faux principe » : la perfection originelle ; les trois « faux dogmes » : « liberté systématiq (...)

45Toutefois, le programme de 1876 est porteur d’éléments nouveaux, caractéristiques d’un renforcement de la composante traditionaliste. Il faut citer, en premier lieu, ce qui constitue la pierre de touche en la matière : le rejet des principes de 1789. En 1864,Le Play affirmait encore distinguer le bon grain de l’ivraie dans les principes de la Révolution française, approuvant ceux qu’il considérait, avec lucidité, comme dérivés de l’héritage religieux chrétien128, tout en rejetant ceux qu’il identifiait déjà comme les fruits de l’ « erreur fondamentale » : l’idée d’un « état de nature », où l’homme serait naturellement bon129. Après le désastre de 1870-1871, le bilan se fait exclusivement négatif : la « négation du vice originel » est désormais nommée « le faux principe de1789130 », tandis qu’apparaît la célèbre formule des « faux dogmes de 1789 » pour désigner les idées qui en découlent131. Ainsi le programme s’ouvre-t-il significativement par un premier chapitre intitulé « Le faux principe de 1789 et ses conséquences logiques » : le procès des principes révolutionnaires est devenu la conditio sine qua non de tout début de réforme.

  • 132 La réforme en Europe…, op. cit., p. 154. Le Play donne aussitôt, de ces derniers, l’exemple des «  (...)
  • 133 Selon L. Assier-Andrieu, op. cit., p. 32-33 : « Le Play ne confesse qu’avec parcimonie ses inspira (...)

46Si le droit issu de la Révolution avait fait l’objet des plus dures critiques dès 1864, dans le domaine du régime des successions, l’ouvrage de 1876 élargit la condamnation à la forme même du droit révolutionnaire : la loi écrite, qu’elle soit à portée constitutionnelle ou seulement législative. Le constitutionnalisme, prétendant enfermer dans la rédaction d’un seul document une norme suprême exhaustive, est fermement condamné. Le légicentrisme révolutionnaire, réducteur drastique de l’ancienne diversité des sources du droit, et au premier chef, en droit privé, des coutumes, est non moins fermement rejeté. Le Play ne craint pas d’aller jusqu’à inverser la subsidiarité de la coutume par rapport à la loi, caractéristique de la conception moderne du droit : selon lui, les « coutumes constituent, à vrai dire, l’unique loi. Les institutions qu’édictent journellement, sous le nom de “loi écrite”, les pouvoirs législatifs, ne sont en quelque sorte que des “règlements sociaux”. Ceux de ces règlements qui sont contraires à la loi suprême doivent être considérés, sous un vrai régime légal, comme nuls et non avenus132. » La vigueur de cette option coutumière place incontestablement Le Play dans le courant de l’École historique du droit, fondée par Friedrich Carl von Savigny, dont on sait le lien filial avec le romantisme politique allemand, d’orientation contre-révolutionnaire133.

  • 134 La réforme en Europe…, op. cit., p. 149-150.
  • 135 Ibid., p. 150.
  • 136 Ibid., p. 219-220.
  • 137 D. Chagnollaud, Histoire constitutionnelle et politique de la France (1789-1958), Paris, Dalloz, 2 (...)
  • 138 « Les partisans de la religion et de la monarchie vantent, avec bruit et avec zèle, l’excellence d (...)

47La logique rigoureuse de l’ouvrage de 1876 atteint, après leur source juridique, les institutions révolutionnaires, y compris la plus puissamment symbolique d’entre elles : la forme républicaine du gouvernement – alors objet des plus intenses polémiques. Si Le Play s’est refusé à se déclarer proprement monarchiste, tant par souci du consensus producteur de la « paix sociale », que par cohérence avec son blâme des systèmes préconçus, il n’en a pas moins accrédité, dans ce programme officiel des UPS, la supériorité de l’institution royale : « La monarchie transmise par voie d’hérédité, selon l’ordre de primogéniture, est, en effet, recommandée par la pratique des peuples prospères134. » Ses avantages s’imposent dans deux ordres. En politique extérieure, elle est une exigence géopolitique : « Elle semble convenir surtout à une nation placée à côté de voisins belliqueux, qui ont demandé à cette institution les succès qu’assure toujours la continuité de pensée et d’action. Aucun des faits enregistrés par l’histoire ne contre dit cette règle135. » En politique intérieure, elle est la condition d’une large décentralisation : « L’expérience de toutes les nations démontre qu’une souveraineté centrale personnifiée dans un homme est nécessaire pour relier et contrôler, sinon pour diriger, les gouvernements locaux136. » Les deux arguments seront, un quart de siècle plus tard, au cœur de la démonstration de Charles Maurras et, par suite, de la vulgatenéo-royaliste portée pendant cinquante ans par les milieux d’Action française. Pour l’heure, Le Play manifeste son regret de la division des monarchistes, ayant entraîné l’établissement d’une République, laquelle peut encore sembler provisoire, un an après le vote du fameux amendement du député Wallon, qui ne la proposait guère que comme « expérimentation sous bénéfice d’inventaire137 ». Il appelle à de plus grandes habilité et prudence de la part des partis royalistes ; sans doute pense-t-il qu’ils ne sauraient sortir de l’ornière avant d’avoir effectué leur propre réforme, à laquelle il les avait appelés, quelques mois plus tôt, dans la seconde édition de La paix sociale après le désastre138.

48Enfin, le traitement de la question religieuse réserve la surprise majeure. La primauté absolue de l’élément religieux est bien maintenue, mais elle s’accompagne d’une conclusion institutionnelle bien plus traditionnelle que le paradoxal plaidoyer de 1864, en faveur de la séparation de l’Église et de l’État : il s’agit désormais à l’inverse de « maintenir l’alliance de l’Église et de l’État ». Une volte-face aussi complète nécessitait, bien évidemment, une soigneuse justification. Le Play l’articule en deux arguments.

  • 139 La réforme en Europe et le salut en France, op. cit., p. 193-194.

49Le premier argument allègue la méthode expérimentale prônée par Le Play, pour lui permettre de reconnaître sans se déjuger qu’il s’est abusé quant à l’exemple américain, longuement présenté comme modèle de la séparation des Églises et de l’État dans La réforme sociale en France : « Les voyageurs qui ont visité les États-Unis pendant la première moitié de ce siècle ont généralement constaté que les croyances étaient plus fermes et que la paix publique était plus profonde en ce pays qu’en Angleterre ; et ils en ont conclu que le principe des religions d’État se trouvait condamné par l’expérience des États-Unis. Mais aujourd’hui la prolongation de l’expérience tourne contre cette conclusion : les premiers succès de la république ont été, non pas l’œuvre du régime inauguré par Jefferson, mais les derniers effets du régime qu’il a combattu. Au xviiie siècle, sous les constitutions sociales qui unissaient les Églises aux États, la Nouvelle-Angleterre eut des croyances profondes et la paix intérieures : de nos jours, sous le régime de séparation, les États-Unis sont désolés par la guerre civile et le scepticisme139. » Et Le Play d’énumérer, en contrepoint, les exemples des nations russe, grecque, espagnole et prussienne, prospérant avec le soutien d’une religion d’État.

  • 140 Apparue dans L’organisation du travail en 1870, cette philosophie de l’histoire culmine dans La co (...)

50Le second argument vise à étayer la position soudainement renversée, en s’efforçant de remonter à la source d’une alliance aussi fréquente du trône et de l’autel. Le Play le tire de la philosophie de l’histoire qu’il a bâtie dans cette seconde période de son œuvre140. Faisant des steppes orientales le foyer originel de la civilisation, et des sociétés patriarcales qu’elles produisent des modèles inégalés de « paix sociale », cette vision singulière se conjugue au christianisme de Le Play pour placer la figure d’Abraham au centre de sa conception de l’autorité sociale suprême. C’est qu’Abraham présente, avec une particulière clarté, la double souveraineté domestique des patriarches antiques : il est à la fois un chef de famille et le prêtre du culte domestique. Le Play laisse entendre que cette institution des temps primordiaux répond aux besoins fondamentaux de l’homme, implicitement définis, en termes dualistes religieux, comme corps et âme. Aussi, si la « complication » des sociétés entraîne nécessairement la répartition de ces deux types d’autorité, temporel et spirituel, entre deux institutions spécialisées, elles n’en doivent pas moins rester unies par un lien organique.

51Cet appel implicite au retour du catholicisme comme religion d’État révèle à l’évidence, dans un ouvrage certes signé, mais qui est aussi le programme officiel d’un mouvement, le poids qu’y avait pris les catholiques intransigeants. S’il s’agit d’un changement de perspective institutionnelle important, il faut donner acte à Le Play de n’avoir pas varié d’objectif : il demeure l’éradication des maux du « scepticisme ».

Une insertion ambiguë, accréditée par la prédominance de références traditionalistes

La réception tardive de la Contre-Révolution

  • 141 Works of the Right Honorable Edmund Burke, Londres, Bohn’s Standard Library, 1856, vol. IV, p. 7, (...)
  • 142 Antoine Savoye, à partir de l’analyse de la correspondance de Le Play avec David Urquhart, a situé (...)
  • 143 E. Burke, Reflections on the Revolution in France and on the proceeding in certains societies in L (...)
  • 144 « Dès le siècle dernier, l’illustre Edmund Burke, après avoir exposé dans un livre célèbre les fai (...)

52Le penseur contre-révolutionnaire qui apparaît le premier dans l’œuvre leplaysienne est Edmund Burke. Dès la première édition de La réforme sociale en France, il fait l’objet d’une citation, sur une question de régime successoral ; mais le propos n’est pas directement politique, l’extrait n’est pas tiré des Reflections on the Revolution in France, et Le Play ne parle dans le texte que d’ « un homme d’État anglais », ne citant son nom qu’en note141. Pourtant la référence bibliographique indique une consultation de l’édition anglaise des œuvres complètes, suggérant un intérêt significatif. Autour de1864 donc, Le Play n’assume pas encore pleinement une référence qu’il maîtrise pourtant, soit qu’il chemine encore doctrinalement, soit qu’il considère que sa position officielle le contraint à la réserve. Ce second frein, extérieur, sera ôté en 1870 ; le premier, intérieur, l’avait été quelques années plus tôt142. Burke était en effet le médiateur idéal entre les deux phases politiques de Le Play. Cet ancien membre du parti libéral anglais n’a jamais cessé de se considérer comme un old whig, et c’est au nom des libertés traditionnelles de l’Angleterre qu’il a instruit le procès de la Révolution française dont il craignait l’exportation, se retrouvant en quelque sorte déporté à droite par l’événement. Une partie de l’effort de Burke dans les Reflections consiste d’ailleurs à réfuter le parallèle, établi par ses anciens confrères qu’il stigmatise du nom de new whigs, entre la Révolution de 1789 et celle de 1688. L’argument de Burke est que la légitimité de la Glorious Revolution résidait non dans l’instauration d’un nouvel ordre politique, mais au contraire dans le maintien des droits historiques de la nation anglaise143. Le Play adhèrera à cette interprétation forcée, qui le laissait libre de continuer à admirer l’Angleterre, alors même qu’il était entré dans une phase plus critique vis-à-vis du libéralisme144. Plus largement, l’ambiguïté de Burke justifiait celle de Le Play, en offrant une logique philosophique à ce qui n’était qu’un tempérament. Rencontre naturelle de ce qui était au fond une seule et même chose : un façon anglo-normande de penser.

  • 145 La réforme en Europe…, op. cit., p. 150.
  • 146 Works of the R. H. Edmund Burke, op. cit., vol. II, p. 358, (extrait des Réflexions sur la Révolut (...)
  • 147 La réforme en Europe…, op. cit., p. 217.
  • 148 Burke, ibid., cité dans La méthode sociale, op. cit., p. 390, n. 1.
  • 149 « Les peuples en décadence n’ont qu’un moyen efficace de salut : restaurer les coutumes nationales (...)
  • 150 Burke, ibid., cité dans La méthode sociale, op. cit., p. de garde du livre I.

53Après 1870, Le Play ne parle plus que de « l’illustre Edmund Burke145 », en citant désormais les Réflexions sur la Révolution en France. Au centre de cet intérêt assumé se trouve la critique du novum, impertinent en science sociale selon Le Play. Dans La paix sociale après le désastre, affirmant que l’esprit d’invention est stérile dans l’ordre moral, il cite aussitôt Burke : « Nous n’avons pas fait de découvertes ; nous n’avons à en faire ni dans l’ordre moral, ni dans les principes de gouvernement, ni dans la notion de liberté146. » Une même condamnation de la présomption révolutionnaire les réunit. Après avoir évoqué le temps où « des gouvernants improvisés, imbus du principe et des faux dogmes de 1789, contraignirent la France à subir une expérience qui n’a pas de précédents connus dans l’histoire147 », Le Play ne manque pas de rapporter l’exclamation célèbre de Burke : « Je ne peux concevoir qu’un homme puisse devenir présomptueux au point de considérer son pays comme une carte blanche sur laquelle il pourrait griffonner à son gré148. » Les deux sources de la réforme leplaysienne ne sont-elles pas, d’une part, le retour aux anciennes coutumes nationales, d’autre part, l’imitation des meilleurs pays contemporains, en particulier de l’Angleterre149 ? Or, telle est l’exhortation adressée par Burke aux Français dans ses Réflexions : « Vous vouliez corriger les abus de votre gouvernement ; mais pourquoi faire du nouveau ? Que ne vous rattachiez-vous à vos anciennes traditions ? Que ne vous borniez-vous à reprendre vos anciennes franchises ? Ou, s’il vous était possible de retrouver la physionomie effacée de la constitution de vos pères, que ne jetiez-vous les regards de notre côté ? Là, vous auriez retrouvé l’ancienne loi commune de l’Europe150. » Le passage séduisit tant Le Play qu’il le plaça en épigraphe du livre premier de sa Méthode sociale.

  • 151 L’organisation de la famille, op. cit., p. XI.
  • 152 L. de Bonald, Théorie du pouvoir politique et religieux dans la société civile, démontrée par le r (...)
  • 153 Ibid., t. I, p. VII, cité dans L’organisation du travail, op. cit., p. 310, n. 1 et dans L’organis (...)
  • 154 « L’esprit des lois fut l’oracle des philosophes du grand monde, Le contrat social fut l’Évangile (...)

54En janvier 1870, ce qui confirme une radicalisation du traditionalisme de Le Play antérieure à la défaite, L’organisation du travail livre les premières citations de Louis de Bonald, fondateur avec Joseph de Maistre de l’école contre-révolutionnaire française. Le Play ne l’a réellement découvert qu’au milieu des années 1860, à la suite de l’article de Sainte-Beuve : « M. Sainte-Beuve, lorsqu’il assimila mon œuvre à celle de M. de Bonald, me fit remarquer que cet auteur était arrivé avant moi à cette conclusion sur la cause principale de nos maux. Suivant le conseil du grand critique, je me suis attaché depuis lors à la lecture des écrits de M. de Bonald151. » Cette « conclusion » de Bonald sur l’origine de la crise française est qu’elle réside dans la diffusion préalable d’une idéologie. La première citation que fit Le Play de l’auteur de la Théorie du pouvoir politique et religieux152, et qu’il utilisera souvent par la suite, touchait à cet aspect : « À commencer par l’Évangile, et à finir par le Contrat social, toutes les révolutions qui ont changé en bien ou mal l’état de la société générale n’ont eu d’autres causes que la manifestation de grandes vérités ou la propagation de grandes erreurs153. » Bonald fut un analyste appliqué des racines intellectuelles de la Révolution154 ; Burke avant lui avait stigmatisé avec force la « cabale littéraire » orchestrée par le « parti philosophique » contre l’Ancien Régime. En souscrivant à leurs griefs et en procédant à son tour à la condamnation des « lettrés », propagateurs de « l’erreur », Le Play faisait sien l’un des traits de la pensée contre-révolutionnaire.

  • 155 Le Play écrit : « À une époque où la Chambre des députés retouchait, comme on le fait aujourd’hui, (...)
  • 156 Ibid., p. 383.
  • 157 L. de Bonald, Théorie du pouvoir politique et religieux, dans Œuvres complètes, op. cit., t. I, p. (...)
  • 158 J. de Maistre, Essai sur le principe générateur des constitutions politiques [1810] ; rééd. avec l (...)
  • 159 L’Essai sur le principe générateur des constitutions politiques est cité dans La méthode sociale, (...)

55Après Burke, Bonald a confirmé Le Play dans son hostilité au « constructivisme155 ». Le blâme de « la prétention chimérique de réformer les idées et les mœurs, non par un retour spontané à la Coutume et au Décalogue, mais par les prescriptions d’une nouvelle constitution écrite156 », s’appuie sur la Théorie du pouvoir politique et religieux : « L’homme ne peut pas plus donner une constitution à la société religieuse ou politique qu’il ne peut donner la pesanteur au corps, ou l’étendue à la matière... Bien loin de pouvoir constituer la société, l’homme, par son intervention, ne peut qu’empêcher que la société se constitue, ou, pour parler plus exactement, ne peut que retarder le succès des efforts qu’elle a fait pour parvenir à sa constitution naturelle157. » C’est l’argumentation rendue classique par Maistre dans son Essai sur le principe générateur des constitutions politiques158, que Le Play a également lu159, même si son auteur n’a pas éveillé chez lui le même intérêt.

  • 160 L’organisation du travail, op. cit., p. 207.
  • 161 L. de Bonald, Du divorce considéré au xixesiècle, relativement à l’état domestique et à l’état pub (...)
  • 162 La réforme sociale, op. cit., p. 197.
  • 163 L. Delbez, Les grands courants de la pensée politique française depuis le xixesiècle, Paris, LGDJ, (...)
  • 164 L. de Bonald, Essai analytique sur les lois naturelles de l’ordre social, Paris, 1800, ch. IV, cit (...)
  • 165 L. de Bonald, Législation primitive considérée dans les derniers temps et par les seules lumières (...)
  • 166 L. de Bonald, Essai analytique sur les lois naturelles de l’ordre social, op. cit., ch. II, cité d (...)
  • 167 E. Burke, Réflexions sur la Révolution de France, cité dans ibid., p.41 n. 1.
  • 168 La méthode sociale, op. cit., p. 41.

56Enfin, le théoricien du groupe des ultras à la Chambre de 1815 offre à Le Play, dans son discours sur la primauté des mœurs, un renfort appréciable. L’organisation du travail soutient que « la partie essentielle de la réforme » consiste à restaurer « le respect de Dieu, du père et de la femme »160 – triple pilier au centre des préoccupations bonaldiennes. S’agissant de la protection de la femme, qui est d’abord pour lui l’épouse, Bonald n’a pas seulement publié un essai161 contre le divorce, instauré par la loi révolutionnaire de 1792 et conservé, non sans atténuation, par le Code Napoléon : il s’est donné les moyens de le faire abroger, par la loi dont il a eu l’initiative, en tant que député, en 1816. On imagine en quelle estime était tenue la « loi Bonald » par celui qui écrivait dans La réforme sociale : « La loi qui interdit le divorce [...] est l’un des plus solides fondements des mœurs d’une nation162. » Sur l’autorité paternelle, l’accord fut tout aussi large avec un auteur qui « fonde sa doctrine de la famille sur le magistère du père de famille et particulièrement [...] du père de famille propriétaire et agriculteur163 », et condense cette conception en une maxime citée par Le Play : « Le pouvoir est une paternité164. » Quant au dernier « pilier », « le respect de Dieu », il trône évidemment au sommet des conceptions de ce maître de « l’école théocratique ». Il est loin d’être indifférent, pour Le Play, que Bonald ait traité du Décalogue sous le titre de Législation primitive165. Selon le vicomte rouergat, « Dieu donne des préceptes à la raison humaine et la redresse si elle s’en écarte ; il donne des lois aux sociétés et les y ramène, si elle les violent, par les malheurs mêmes qui naissent de leur désobéissance166. » Le Play avait déjà relevé chez Burke une sentence voisine : « Les malheurs publics sont les seules rançons par lesquelles un État abîmé puisse se racheter167. » Lui-même avait eu par deux fois, en 1848 et après 1870, l’occasion de constater que ses thèses ne rencontraient jamais autant d’adhésion militante qu’en période de crise aiguë ; il confesse que cela lui révéla « les compensations inhérentes aux catastrophes nationales168 ». Dernière convergence avec les auteurs réactionnaires, fustigeant habituellement la décadence dans une indifférence assez générale, condamnés à ne trouver un plus grand écho que dans les crises advenues.

La convergence avec les thèses du « conservatisme historique »

  • 169 J. Touchard parle d’ « opposition aristocratique » (op. cit., t. II : Des origines au xviiiesiècle(...)
  • 170 M. Prélot, G. Lescuyer, Histoire des idées politiques, Paris, Dalloz, 12e éd., 1994, ch. 23, p. 27 (...)
  • 171 J. Godechot, La Contre-Révolution [1961], 2e éd., Paris, PUF, 1984, p. 7-14.
  • 172 Ibid.
  • 173 J. Touchard, op. cit., t. II, p. 359, mentionne d’autres traits qui ne laissent pas d’évoquer l’au (...)
  • 174 J. de Saint-Victor, La chute des aristocrates. 1787-1792. La naissance de la droite, Paris, Perrin (...)
  • 175 Montesquieu, De l’esprit des lois, ch. IV ; cité par J. de Saint-Victor, loc. cit.

57 « Réaction aristocratique169 », « pré-libéralisme aristocratique170 », « doctrine des droits historiques171 » ou encore « conservatisme historique172 » : la terminologie reste flottante pour désigner le courant doctrinal qui, avant même 1789, se conçoit presque comme contre-révolutionnaire, assimilant l’absolutisme à une subversion au regard de la tradition politique du royaume. Anticipant de beaucoup la position de Burke, cette mouvance doctrinale reconnaît en effet à la France une « ancienne Constitution », garante des droits des corps intermédiaires et des sujets. À la postérité sont passés Fénelon, le duc de Saint-Simon et Henri de Boulainvilliers, qui partagent un attachement à la monarchie tempérée du Moyen Âge, dont procèdent leurs critiques de l’absolutisme et de l’abaissement de la noblesse, conçue comme le plus nécessaire des corps intermédiaires et le plus légitimes des contre-pouvoirs. Cet accent mis sur la fonction nobiliaire, chez des auteurs qui appartenaient tous à ce groupe social, a pu conduire à les réduire à une réaction passéiste de privilégiés soucieux de le redevenir pleinement ; mais d’autres commentaires ont insisté sur leur caractère de précurseurs du libéralisme politique. Or, les deux aspects ont précisément une même source, qui nous ramène à Le Play173 : le « germanisme » de l’école, accréditant l’origine franque d’une noblesse qui serait née de la victoire des guerriers saliens sur les Gallo-Romains. Des « libertés germaniques », opposées à la tyrannie romaine, cette noblesse aurait conservé le goût de l’indépendance, des contre-pouvoirs, en particulier des assemblées. Ce n’est pas sans raison que Montesquieu est fréquemment compté parmi ces théoriciens : « Pour Montesquieu, les libertés anglaises sont nées “dans les bois”, au fond des forêts allemandes, comme la noblesse française174. » Des libertés garanties par l’implication politique de la noblesse anglaise, dans un esprit féodal : celui de la Magna Carta de 1215, lui ouvrant le contrôle du pouvoir, par le biais du Parliament. L’esprit des lois fait ainsi une défense de l’aristocratie – avec une insistance sur la noblesse de robe, chez l’ancien président du parlement de Bordeaux – au nom des libertés : « Point de noblesse, point de monarque mais on a un despote175. »

  • 176 En 1789, l’abbé Sieyès témoigne à sa façon 1789 de la prégnance de la thèse « germaniste », dans s (...)

58Dans les premières années de la Révolution176, ce courant est bien présent dans la doctrine de ce qui devient, sur les bancs de l’Assemblée, la « droite » : Jacques de Cazalès ou le comte de Montlosier en témoignent. Ils sont sans doute en cela les premiers « conservateurs » français, distincts des « réactionnaires » qui réclament le statu quo ante, car eux ne renonçent pas à leur libéralisme singulier, mais poursuivent une lutte contre l’absolutisme qui comprend désormais celui de la Révolution. Tout en portant à son sommet leur démonstration, Tocqueville renoncera à leur conclusion élitiste ; Le Play quant à lui poursuivra intégralement leur démarche.

  • 177 L. Dumont, Homo hierarchicus. Le système des castes et ses implications, Paris, Gallimard, 1979 (1(...)
  • 178 P. Kondylis, Konservativismus. Geschichtlicher Gehalt und Untergang, Stuttgart, Klett-Cotta, 1986, (...)

59Il l’a poursuivie d’abord dans sa défense des groupes privés, de la société civile, contre l’emprise de l’État. Panajotis Kondylis reste celui qui a le mieux éclairé les racines profondes de cet idéologème, dans sa vaste étude comparée des conservatismes européens. Selon lui, ces derniers se sont constitués pour la défense de la « société traditionnelle », caractérisée par le « holisme » exposé par Louis Dumont dans son Homo hierarchicus177, qui a pris en Europe la forme de la « société d’ordres » : littéralement, une société sécrétant des ordres, c’est-à-dire où la hiérarchie générale procède de la vie sociale ordinaire, et non d’un référent extérieur hissé au-dessus du corps social pour le « constituer » rationnellement. La vieille maxime d’Aristote, reprise par Cicéron, puis par la scolastique médiévale, traverse logiquement les siècles pour s’y appliquer : Societas civilis sive respublica. La société civile forme elle-même son propre bien commun, elle n’est pas dissociable de l’État qui l’assure, ce qui implique notamment l’unité des élites sociales et des élites politiques – ces dernières étant privées sans cela de légitimité statutaire. Le conservatisme se veut en ce sens, dès l’origine, la défense d’une société « réelle » contre une société « légale ». Kondylis montre que ce rejet englobe tant la pratique politique absolutiste, qui visait à retirer les pouvoirs de décisions à ceux qui en étaient les détenteurs dans une société d’ordres traditionnelle, que sa légitimation théorique, la « souveraineté », qui faisait de la loi un acte arbitraire, placé au-dessus des coutumes et de leur source, les mœurs178. Résistance à l’hybris du « bon plaisir » des jurisconsultes comme à celle de la « raison autonome » des philosophes, au despotisme éclairé comme à la coercition républicaine.

  • 179 B. Kalaora et A. Savoye, Les inventeurs oubliés, op. cit., p. 37-38.
  • 180 F. Arnault, op. cit., p. 201, n. 7.

60On ne peut manquer de constater la convergence de cette redéfinition historique du conservatisme avec ce que disent, de sa pensée politique, les chercheurs qui sont allé le plus loin dans la redécouverte de Le Play. Bernard Kalaora et Antoine Savoye, en le rapprochant significativement de Burke, écrivent : « Comme lui, il s’effraie des conséquences de la séparation du politique et du social ; 1789, pour Le Play, sépare l’État de la société civile, en construisant le concept de souveraineté indivisible, indépendante des intérêts de ses mandants, d’où une potentialité despotique qui peut naître de l’affaiblissement des pouvoirs internes à la société. À l’abstraction constitutive de la société moderne, l’universalisme de la citoyenneté, Le Play oppose la société réelle, les groupements professionnels, le pays, la région179. » Françoise Arnault retrouve dans l’œuvre cette même logique : « Le rôle assigné aux maîtres par la Réforme sociale ne se limite pas au patronage proprement dit, exercé sur les ouvriers qu’ils emploient : ils doivent promouvoir l’enseignement, la recherche scientifique, exercer les magistratures locales ; en bref, les classes supérieures doivent diriger la société en personne ; comme le propriétaire d’un grand domaine rural doit y résider, et ne pas en déléguer totalement la gestion, la classe des grands propriétaires doit le moins possible déléguer à d’autres, à des agents de l’État, la gestion de la société. […]L’intervention de l’État signifie que les classes sont devenues étrangères les unes aux autres ; elle autorise de la part des classes inférieures des demandes toujours croissantes ; elle contient en puissance l’atteinte au droit de propriété. Le Play lui oppose le retour à ce que Weber appelle “le principe des ordres”, c’est-à-dire le cumul du pouvoir économique et de l’administration180. »

  • 181 Il écrit à Charles de Ribbe : « Je ne connais rien de plus dangereux que les gens qui propagent le (...)
  • 182 « Le Play était convaincu que le modèle familial dont la France avait tiré sa force et sa longévit (...)
  • 183 « La conception, la gestation et la naissance de la doctrine des élites ont été longues et laborie (...)
  • 184 La réforme en Europe…, op. cit., p. 209.

61Le Play n’a pas reculé devant les implications inégalitaires de sa position, en dépit de l’impopularité qui ne pouvait manquer de s’y attacher ; il était fier de n’avoir pas en cela imité Tocqueville181. Son œuvre ramène ainsi l’apologie de la coutume contre « les légistes » et la loi écrite, le primat absolu du groupe familial conçu en termes lignagers182, le recours à une décentralisation qui commencerait dans « le voisinage » et serait poussée jusqu’à une stricte subsidiarité de l’État, dont le pouvoir si limité verrait encore ses élans freinés par une Chambre haute héréditaire… Des Pairs au Parlement ? Probablement. Des gentilshommes ruraux à la tête des localités ? Sans aucun doute. C’est même là l’une des spécificités constantes de la pensée politique de Le Play, celle qui l’a fait classer parmi les pionniers de l’élitisme contemporain183 : l’appel à la libre constitution d’ « autorités sociales » à l’indépendance assise de préférence sur la propriété foncière, ces indispensables « propriétaires-résidents » pour lesquels Le Play veut importer le terme de « gentleman rural184 », et qui pourront tant apparaître que se perpétuer par le système de l’héritier-associé, au sein de la famille-souche, sur le modèle de primogéniture de l’aristocratie féodale septentrionale.

  • 185 La réforme sociale en France, Introduction, § 5 : « Les vices de la race peuvent être réformés par (...)
  • 186 La méthode sociale place la « nature des lieux », aux côtés de la « nature de l’homme », des « moy (...)
  • 187 Dès La réforme sociale en France, il écrivait, à propos des pays nordiques où il avait enquêté : « (...)
  • 188 La réforme en Europe…, op. cit., p. 120-121.
  • 189 Ibid., p. 125, n. 4.
  • 190 H. de Tourville, Histoire de la formation particulariste. L’origine des grands peuples actuels, Pa (...)
  • 191 Chateaubriand, Analyse raisonnée de l’histoire de France, Paris, Firmin-Didot, 1845, p. 129.
  • 192 Le protestant Guizot ne craint pas d’ajouter : « Il était inconnu au monde romain, inconnu à l’Égl (...)
  • 193 L’inclination protestante s’exprime là encore non sans outrance : « Le travail séculaire de la Fra (...)

62Il n’est pas jusqu’à ce dernier aspect, « germaniste », qui n’ait été assumé par Le Play. S’il repousse énergiquement tout déterminisme biologique185, force est de constater qu’il accrédite la « théorie des climats186 » de Montesquieu, par son affirmation inlassable de la supériorité des mœurs des peuples du Nord187. Le programme des UPS en fait une référence officielle du mouvement : « Les races qui peuplent les rivages de lamer du Nord, de la Baltique et de la Manche ont offert au monde, depuis dix siècles, les meilleurs exemples188. » L’ouvrage offre l’écho de la théorie « germaniste » contre-révolutionnaire : « Les hommes de la Terreur ont détruit en France l’œuvre des Normands ; les Anglais l’ont conservée ; les Scandinaves et les Hanovriens pratiquent encore les admirables institutions rurales et la hiérarchie sociale de leurs aïeux189. » Plus tard, ces vues recevront, sous le nom de « particularisme », une reformulation importante par des disciples de Le Play, en particulier le groupe de la Science sociale, rassemblé autour de l’abbé Henri de Tourville, qui scrutera l’héritage scandinave dans son Histoire de la formation particulariste, éloquemment sous-titrée L’origine des grands peuples actuels190. De son temps, Le Play fut significativement en phase, sur ce point aussi, avec toutes les rares figures d’un conservatisme français situé en ligne de crête entre libéralisme et traditionalisme : après Chateaubriand, regrettant dans les arts la « froide et servile copie » romaine ayant baillonné « l’originalité du génie frank191 »,c’est Guizot qui affirme que si « le goût de l’indépendance individuelle est un sentiment noble, moral, qui tire sa puissance de la nature morale de l’homme […], c’est par les barbares germaniques que ce sentiment a été introduit dans la civilisation européenne192 », et tandis que Taine célèbre l’Angleterre dans ses Notes, Renan écrit : « La France du Moyen Âge est une construction germanique, élevée par une aristocratie militaire germanique avec des éléments gallo-romains193. » Si l’on reste étonné du propos chez des historiens se voulant « positivistes », il convient de créditer Le Play d’une vision beaucoup plus équilibrée, où le Pays basque et la Provence sont notamment valorisés – une famille pyrénéenne fournissant le modèle de L’organisation de la famille, tandis que la famille-souche elle-même est appelée à être restaurée par la liberté testamentaire, qui était une coutume juridique du Midi.

  • 194 E. Nolte, op. cit., p. 127-128.
  • 195 A. Chenu, « La famille-souche. Questions de méthode », postface à F. Le Play, E. Cheysson, F. Baya (...)
  • 196 Cité dans Ch. de Ribbe, op. cit., p. 171.
  • 197 R. Hess, « Le domaine de Ligoure, sa fondation par Frédéric Le Play, ce qu’il est devenu aujourd’h (...)
  • 198 La méthode sociale, op. cit., p. 405.
  • 199 A. Chenu, op. cit., p. 185.

63Ernst Nolte, refusant de classer Le Play parmi les contre-révolutionnaires, écrivait : « Le Play n’était pas un gentilhomme campagnard comme Louis de Bonald, et l’on ne peut pas interpréter son paternalisme comme le reflet et la sublimation de sa propre condition194. » Néanmoins, l’inverse est vrai : la sublimation de son paternalisme a amené Le Play à devenir gentilhomme campagnard. N’a-t-il pas acheté en 1856, dans le Limousin, le château de Ligoure, entouré d’un domaine agricole de quatre cents hectares, à la gestion confiée à son « héritier-associé195 » ? L’une de ses lettres à Charles de Ribbe commence ainsi : « Quant à moi, ayant constitué sous mes châtaigniers une famille-souche solide, conforme à la pratique des meilleures autorités sociales […]196. » Il n’est pas jusqu’à la traditionnelle menace d’exhérédation qui n’ait été brandie, contre son fils Albert, insuffisamment enthousiaste, si l’on en croit Rémi Hess197. Le Play aimait à citer le mot de Dan de la Vauterie : « En l’absence d’une vraie noblesse traditionnelle, c’est aux ingénieurs de l’État qu’il appartient surtout de se dévouer au bien public198. » Alain Chenu commente : « Le Play, qui est lui aussi ingénieur d’État, revendique sa propre appartenance à une “nouvelle aristocratie”. Son enthousiasme pour le “régime de la famille-souche”, sa prétention à en créer une en expédiant son fils à Ligoure peuvent être interprétés comme des gages de conformité aux mœurs aristocratiques, comme des atouts susceptibles de renforcer son jeu dans une partie qui pourrait l’amener à l’anoblissement au sens propre du terme. Les sénateurs du Second Empire devaient avoir en mémoire que tous leurs homologues du Premier Empire avaient été anoblis par Napoléon199. »

Conclusion

  • 200 S. Huntington, « Conservatism as an Ideology », The American Political Science Review, juin 1957, (...)

64Le politologue Samuel Huntington a distingué trois théories explicatives de l’idéologie conservatrice200. Selon la « théorie aristocratique », le conservatisme est l’idéologie d’un mouvement historique spécifique et unique : une réaction de l’aristocratie liée à la féodalité. Pour la « théorie situationniste », il naît d’un type de situation historique distinct, mais à résurgence : c’est une défense de l’ordre établi, chaque fois que les institutions existantes sont menacées. Enfin la « théorie autonome » y voit une idéologie libre de tout conditionnement historique, fondée sur des valeurs éternelles.

  • 201 Lettre à Augustin Cochin du 9 novembre 1867, Les Études sociales, n° 142-143-144 : S. Baciocchi et (...)

65La pensée politique de Le Play a assurément correspondu d’abord à la « théorie situationniste ». Formée dans la successions des révolutions – 1830, 1848, le4 septembre 1870 ou encore la Commune de 1871 –, elle a cherché à favoriser les voies du retour à la « paix sociale », envisagée sous les auspices typiquement conservateurs d’un rassemblement des « gens de bien », en tentant d’offrir un programme à ses formations successives : parti de l’ordre, tiers parti, gouvernement de l’ordre moral. Le Play l’a fait d’une façon parfaitement réfléchie : « Il vaut mieux employer son temps à rédiger le Credo social qui devrait être adopté, dans la future catastrophe, par la future rue de Poitiers », écrit-il dans sa correspondance privée en 1867201.

  • 202 Ch. de Montalembert, De l’avenir politique de l’Angleterre, op. cit., cité dans F. Le Play, A. Del (...)
  • 203 R. Nisbet, The Quest for Community. A study in the Ethics of Order and Freedom [1953], San Francis (...)
  • 204 B. Kalaora et A. Savoye, Les inventeurs oubliés, op. cit., p. 38 : « Ce thème [de la société civil (...)
  • 205 Cf. en particulier A. MacIntyre, Après la vertu [1981], Paris, PUF, 2006 ; M. Sandel, Le libéralis (...)

66La « théorie aristocratique » ne s’applique pas moins aux positions doctrinales de Le Play. En mettant au jour la généalogie du conservatisme, elle met en exergue sa différence avec la pensée réactionnaire : là où la seconde se crispe dans la posture restauratrice du traditionalisme ordinaire, la première est suffisamment attachée à l’organisation sociale qui précédait la monarchie absolue pour envisager sereinement un régime qui puisse lui succéder. Une certaine souplesse, parfois assimilée à un manque de convictions, caractérise donc cette position idéologique, qui ne tient réellement qu’au noyau doctrinal des conditions d’une « société civile » prospère. Ce que Le Play admire à cet égard dans l’aristocratie, c’est la physionomie qu’elle présente en Angleterre, à propos de laquelle il cite Montalembert : « La vraie force de l’aristocratie et de la nationalité anglaise réside dans les milliers de familles qui possèdent la propriété foncière, et qui, en vertu de cette propriété, administrent le pays bien plus qu’elles ne le gouvernent202. » Extériorité aux luttes politiciennes, indépendance, faible propension à la bureaucratisation et proximité des réalités locales, c’est un pouvoir à tous égards provincial qui est réclamé ici, avec ses corollaires de l’importance des usages, du respect des notables, de la force des familles. La réduction de l’emprise étatique n’y vise pas l’émancipation de l’individu, à l’instar du libéralisme ordinaire, mais les communautés « naturelles » : c’est ce que Robert Nisbet, en disciple de Le Play, a pu nommer « un nouveau laisser-faire », dont « l’unité de base serait le groupe social », permettant de « créer les conditions dans lesquelles des groupes autonomes pourraient prospérer203 ». C’est dire que le groupe nobiliaire n’a fourni qu’une matrice, pour une pensée applicable à toutes les communautés fortement constituées, et qui a pu parfois se retrouver chez « une certaine gauche »204, notamment au sein du socialisme non marxiste, de sensibilité autogestionnaire – Proudhon, que l’on rapproche souvent de Le Play pour son inclination patriarcale, en est un exemple –, avant de nourrir le récent courant « communautarien » d’origine américaine205. La propre évolution de Le Play, en particulier son « socialisme » originel, s’en trouvent éclaircis.

  • 206 La constitution essentielle de l’humanité, op. cit., intitulé du § 3 du ch. Ier.
  • 207 « Au sortir de son enveloppe natale, le petit de l’abeille, guidé par l’instinct, prend son vol et (...)
  • 208 Ibid.
  • 209 La méthode sociale, op. cit., p. 15.

67Enfin, la « théorie autonome », proposée en troisième lieu par Huntington, trouve elle aussi à s’appliquer ici, autour de l’affirmation de « valeurs éternelles ». Car les coalitions conjoncturelles en faveur de l’ordre ne sont pas une fin, mais un moyen de rappeler à des hommes qui y sont ordinairement rétifs que les crises majeures commencent toujours par être celles des principes : telles que les conçoit Le Play, les valeurs conservatrices sont moins celles des hommes qui veulent conserver l’ordre, que celles de l’ordre qui peut conserver les hommes. Elles se fondent, en effet, sur le constat de la vulnérabilité de l’homme, dans le cadre d’une anthropologie que n’explicite vraiment que son dernier livre, La constitution essentielle de l’humanité. Le lien y est fait entre « les défaillances naturelles de l’homme et le vice originel206 », en une synthèse très représentative du néo-traditionalisme : les nouvelles connaissances positives, issues des sciences en expansion, y sont convoquées pour confirmer les convictions anciennes, reçues de la tradition. Le raisonnement leplaysien s’offre comme une réinterprétation du dogme chrétien de la Chute, les sciences naturelles y renouvelant l’idée de rupture de l’homme avec le reste de la Création : « L’animal trouve toujours en lui-même la règle de ses actions. […] Il n’en est pas de même pour l’homme. […] C’est la grande défaillance de l’homme : les sages de tous les temps l’ont nommée “le vice originel207. » Cette déficience des instincts, chez l’homme, légitime tous les éléments de la « science sociale » : l’impuissance de l’enfant réclame les soins et l’autorité parentaux, démontrant le caractère naturel et protecteur de la hiérarchie ; l’instabilité persistante de l’adulte appelle la tutelle des « autorités sociales » et la reconnaissance d’une « loi morale » transcendante. Celle-ci ne relève pas d’un effort constamment renouvelé pour créer de nouvelles normes, adaptées aux temps et aux lieux, mais de l’observance de règles éternelles et universelles. Le Play dit en effet de l’homme qu’ « il l’emporte sur tous, dans la lutte pour l’existence, s’il se soumet volontairement à certaines règles, qui lui sont connues depuis l’époque de son apparition208 ». Ce dernier point est capital : il s’agit dans son esprit de normes non innées, qui sont transmises parla culture, mais non construites par elle, puisqu’elles ont été données dès le commencement, avant toute tradition. Leur caractère est donc celui d’une révélation. Le Play finit par faire de leur redécouverte l’objet véritable de la « science sociale » : « le mot “science sociale” est une nouveauté ; et l’on doit peut-être regretter qu’il ait été introduit dans notre langue, car il a pu quelquefois stimuler mal à propos l’esprit d’invention. Mais, si le mot est nouveau, la chose est ancienne ; et, au fond, elle constitue la plus vieille des connaissances209. » Le propos va loin, qui assimile la vraie science sociale à une sophia perennis.

  • 210 « Ce qui toujours, partout, et par tous, a été cru. »
  • 211 F. de La Mennais, Essai sur l’indifférence en matière de religion, Paris, Tournachon-Molin et H. S (...)
  • 212 R. Guénon, La crise du monde moderne [1927], Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1994 ; cf. P.-M. S (...)
  • 213 F. Schuon, De l’unité transcendante des religions [1948], 4e éd., Sulliver, 2000.
  • 214 La réforme en Europe…, op. cit., pièces annexées, pièce I, ch. III : « Le Décalogue chez les Hébre (...)
  • 215 Ibid., ch. V : « Le Décalogue chez les musulmans », p. 266-268.
  • 216 Ibid., ch. IV : « Le Décalogue chez les Chinois », p. 260-266.
  • 217 Union de la paix sociale, Correspondance n°4 : La question sociale et l’Assemblée, par M. F. Le Pl (...)

68Un ordre social légitime doit toujours, dans cette perspective, indiquer l’accès à cette sagesse. Mais la voie doit en être parcourue personnellement, dans le respect du libre-arbitre. Si la dimension chrétienne est ici évidente, l’absence d’insertion de Le Play dans un cadre doctrinal catholique orthodoxe, qui l’avait conduit dans une première phase aux abords du protestantisme, se retourne dans une dernière phase en une interprétation de la Révélation qui dépasse la définition qu’en donne l’Église, pour remonter vers un dépôt sapientiel non seulement plus ancien mais plus universel – une source première. Certes, cette perspective n’entre pas nécessairement en contradiction avec le catholicisme : des Pères de l’Église purent aller dans ce sens – tel saint Augustin – ; et saint Vincent de Lérins put fixer, comme règle de discernement de la Vérité : « Quod semper, quod ubique, quod ab omnibus creditum est210. » Ce critère du consentement universel avait déjà guidé Bonald, Maistre et le premier La Mennais211. Le Play rejoint à ce titre le traditionalisme au sens strictement philosophique du terme, mais il annonce aussi les horizons spirituels du « pérénnialisme » d’un René Guénon, arguant d’une « Tradition primordiale212 », ou d’un Frithjof Schuon, affirmant « l’unité transcendantale des religions213 ». C’est, chez Le Play, la formulation finale du « Décalogue éternel », décelé non seulement chez les juifs et les différentes confessions chrétiennes214, mais en outre chez les musulmans215, les anciens Chinois216 et les Égyptiens antiques217.

69Dernier paradoxe d’un auteur qui en fut prodigue, Le Play en était venu à considérer que son plus éclatant triomphe personnel serait d’avoir construit une doctrine atteignant une complète impersonnalité. Chez cet observateur passionné, c’était le rêve final de ne faire qu’un avec le réel même, en plongeant jusqu’à sa plus intime essence – c’est-à-dire, pour ce thomiste qui s’ignorait, jusqu’à Dieu. Et sans doute fut-ce l’ultime victoire de Le Play sur le matérialisme qu’il n’avait cessé de combattre, que de voir son corps suivre son esprit, dans cet appel devenu irrésistible, au matin du 5 avril 1882.

Notes

1 F. Le Play, La réforme sociale en France, Paris, Imprimerie impériale-Plon, 1864, t. II, p. 231, n. 1.

2 M. Leroy, Histoire des idées sociales en France, t. III : D’Auguste Comte à P.-J. Proudhon, Paris, NRF-Gallimard, 1954, p. 279.

3 J. Touchard, Histoire des idées politiques, t. II : Du xviiie siècle à nos jours, Paris, PUF, 1re éd. 1959, 1993, p. 685.

4 Cf. F. Arnault, « Le Play en 1848 : trois récits », Le Mouvement social, n° 133, 1985, p. 35-52 ; J. Chapelle-Dulière, « Le “socialisme” de F. Le Play, membre de la Commission du Luxembourg », Les Études sociales, n°114-115-116, 1985-1986-1987, p. 3-15.

5 A. Garreau, Les voix dans le désert. Prophètes du xixe siècle, Paris, Éditions du Cèdre, 1963, p. 73.

6 E. Nolte, Le fascisme dans son époque, t. I : L’Action française, Paris, Julliard, 1970, p. 129.

7 B. Kalaora et A. Savoye, Les inventeurs oubliés. Le Play et ses continuateurs aux origines des sciences sociales, Paris, Champ Vallon, 1989, p. 108.

8 P.-P. Zalio, « Origine et vertus de la redécouverte de Le Play », Cité, n° 22, printemps 1990, p. 53, n. 1.

9 V. Nguyen, Aux origines de l’Action française. Intelligence et politique vers 1900, Paris, Fayard, 1991, p. 54.

10 F. Grand, « La loi dans l’œuvre de Frédéric Le Play. Positivisme méthodologique et traditionalisme juridique », Revue de la recherche juridique – Droit prospectif, n° 1996-2, Aix-en-Provence, PUAM, p. 405.

11 M. Leroy, op. cit., p. 279.

12 Ibid., p. 278-279.

13 J. Touchard, op. cit., p. 684-685.

14 J.-B. Duroselle, Les débuts du catholicisme social en France. 1822-1870, Paris, PUF, 1951, p. 672.

15 Sainte-Beuve, dès l’apparition des Ouvriers européens et de la Réforme sociale, a consacré à ces ouvrages plusieurs articles, insérés plus tard dans le recueil des Nouveaux Lundis, Paris, Calman-Lévy, 1867, t. IX, 1867, p. 61-201 ; on retrouve la citation p. 180.

16 A. Burguière, « De l’esprit de “maison”, à la famille souche, ou les voies de l’autochtonie », Sociétés. Revue des sciences humaines et sociales, n° 23, mai 1989, Armand Colin, p. 26-27.

17 F. Arnault, Frédéric Le Play. De la métallurgie à la science sociale, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1993, p. 186 et suiv.

18 L. Assier-Andrieu, « Le Play et la critique du droit », Sociétés, op. cit. p. 31 ; cf. aussi, quant à cette filiation, M. Fraga Iribarne, « La influencia de Le Play en la sociologia espanola del siglo XIX », dans l’ouvrage collectif, Recueil d’études sociales à la mémoire de Frédéric Le Play, Paris, Picard, 1956, p. 29-35.

19 B. Kalaora et A. Savoye, op. cit., p. 37.

20 F. Grand, op. cit., p. 403.

21 P. Dubouchet, Histoire de la philosophie des idées politiques, Paris, L’Hermès, 3e éd., 1995, p. 168.

22 D. Lindenberg, « Prolétariat », dans P. Ory (dir.), Nouvelle histoire des idées politiques, Paris, Hachette, 1987, p. 329.

23 Cf. l’étude que Matthieu Brejon de Lavergnée consacre à la question dans le présent volume.

24 Outre J.-B. Duroselle, cf. notamment J. Touchard, op. cit., p. 685-686 ; Ph. Beneton, Le conservatisme, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1988, p. 99-101 ; Ph. et F. Burdeau, Histoire des idées politiques depuis la Révolution, Paris, Montchrestien, 1992, p. 110-112 ; même classification chez des auteurs militants, se considérant comme les héritiers de ce courant : X. Vallat, La croix, les lys et la peine des hommes [1960], Bordeaux, Ulysse, 1982, p. 87-101 ; A. Murat, Le catholicisme social en France. Justice et charité, Bordeaux, Ulysse, 1980, p. 76-80 ; etc.

25 M. Leroy, op. cit., p. 279 : « Une morale religieuse appuie le système de Le Play, d’ailleurs pas d’une façon ostensible. Ce n’est en tout cas pas à la religion catholique qu’il a fait appel ; on peut même se demander s’il ne lui était pas sourdement hostile, du moins au point de vue politique et social ». A. Garreau, op. cit., p. 68 : « Le Play […] estime que le clergé actuel est aussi borné que dominateur, qu’il n’est bon que lorsqu’il entre en concurrence avec des dissidents plus fervents que lui ou lorsqu’il est tenu en lisière et persécuté. La réforme sociale propose qu’il y ait moins de prêtres, pour qu’ils soient mieux choisis et meilleurs ; ils sont trop nombreux, “peu dignes de leur mission, qui est le service religieux, non le gouvernement temporel […] ni d’exercer le monopole du bien […]”. Curieux anticléricalisme, si l’on songe que Le Play, grand personnage, a reçu des autorités ecclésiastiques toutes les marques extérieures de respect et n’a sans doute guère souffert lui-même des maux qu’il dénonce ». V. Nguyen, op. cit., p. 351-352 : « Sympathie pour le protestantisme ? N’y parlait-on pas plus volontiers de Décalogue que d’Évangile ? N’y mettait-onpas sur un pied d’égalité les réussites des peuples païens comme des peuples chrétiens ? […]Le Play […] faisait aussi remarquer que désormais la splendeur des cérémonies n’était plus un moyen déterminant dans l’apostolat, mais qu’il fallait compter sur “l’emploi de la raison” comme sur “les exemples de foi et de piété provenant des classes dirigeantes”. Donc un souci d’intériorité et d’intériorisation qui ne laissait pas d’apparaître à d’aucuns comme quelque chose de proche de ce qu’on appellera le modernisme, dans la mesure où il risquait d’effacer les frontières dogmatiques entre les confessions chrétiennes […]. D’une certaine manière, il se rattachait ainsi au grand courant du catholicisme libéral ».

26 Ph. Beneton, op. cit., p. 99-100 : « Le principal théoricien du catholicisme social conservateur est Frédéric Le Play. […] Il rajeunit le conservatisme en le détachant d’un modèle incarné dans le passé. Quelle est alors la doctrine sociale de ce conservatisme rajeuni ou de ce néo-conservatisme ? » ; F. Grand, op. cit., p. 400 : « Par delà sa méthode, l’originalité de Le Play est de proposer un conservatisme détaché de l’Ancien Régime » ; J.-F. Dortier, « La sociologie française s’organise », Sciences Humaines, n° 30, septembre 2000, p. 11 : « Frédéric Le Play, pourtant un des pionniers de la sociologie empirique, sera vite rejeté du champ sociologique parce qu’il représente le conservatisme catholique » ; etc.

27 Cf. Ph. Bénéton, op. cit., Introduction, p. 5-10.

28 « Le conservatisme pur est donc un traditionalisme » (ibid., p. 8).

29 M. Lallement, Histoire des idées sociologiques, t. I : « Des origines à Weber », Paris, Nathan, 1993, p. 119 : « Libéral et conservateur, Le Play l’est indéniablement. »

30 En Grande-Bretagne, cette interprétation a favorisé la mutation du parti Tory en Conservative party, dès 1835, et contribué à son maintien au pouvoir, en prise sur les réalités contemporaines. Aux États-Unis, cette synthèse a surtout inspiré un mouvement intellectuel, lancé par l’ouvrage de Russel Kirk The Conservative Mind (1953). Dans ces deux pays, cette approche a été au cœur des « révolutions conservatrices » thatchérienne et reaganienne des années 1980.

31 R. Nisbet, The sociological tradition, New York, Basic Books, 1966 ; trad. fr. La tradition sociologique, Paris, PUF, 1984, p. 31 ; du même, « Conservatism and Sociology », The American Journal of Sociology, septembre 1952, vol. LVIII, n° 2, p. 167-175.

32 Le mot apparaît significativement au cours de la réaction thermidorienne : en l’an IV, un rapport officiel réclame « un gouvernement tutélaire et conservateur » ; cité par F. Brunot, Histoire de la langue française, t. IX, vol. II, Paris, Armand Colin, 1937, p. 153.

33 Cf. la thèse de P. Reboul, Chateaubriand et Le Conservateur, Lille, PUL, et Paris, Éditions universitaires, 1973 ; J.-P. Clément, Chateaubriand politique, Paris, Hachette, 1987.

34 F. Huguenin, Le conservatisme impossible. Libéraux et réactionnaires en France depuis 1789,Paris, La Table Ronde, 2006.

35 Ibid., p. 211.

36 Selon les critères que nous serons amenés à esquisser dans le cours de cette étude, cette famille de pensée est susceptible de recevoir une certaine généalogie : partie de la « réaction aristocratique » du début du xviiie siècle, elle passe par Montesquieu et les contre-révolutionnaires anglophiles, s’illustre avec Chateaubriand, puis est longuement marquée par des intellectuels orléanistes assez divers, jusqu’à la relève du « néo-traditionalisme » et surtout de l’école leplaysienne elle-même, qui transmet ces valeurs au xxe siècle où de rares figures s’y inscrivent encore, comme Bertrand de Jouvenel. Le rôle de Le Play et de ses disciples est donc considérable sur quelque trois quarts de siècle.

37 M. Prélot, G. Lescuyer, Histoire des idées politiques, Paris, Dalloz, 1re éd. : 1959, 12e éd. : 1994, p. 375 et suiv.

38 A. Leca, Histoire des idées politiques, Paris, Ellipses, 1997, p. 330-333.

39 Le Play le rencontre en 1846, en compagnie de Victor Lanjuinais. Les deux députés l’associent à leur projet de fonder une « jeune gauche », qu’ils situent entre les libéraux ploutocrates et les socialistes utopiques ; Le Play devient l’expert en questions sociales de ce groupe émergeant. Cf. A. Savoye, « Le Play et la méthode sociale », présentation de F. Le Play, La méthode sociale, Paris, Méridiens Klincksieck, 1989, p. 23.

40 F. Le Play, « Lettre à G.-R. Porter du 22 avril 1848 », Les Études sociales, n° 119, 1990-1991, p. 10.

41 Cf. G. Thuillier, L’ENA avant l’ENA, Paris, PUF, 1983, p. 81-106.

42 À partir de l’an VIII, sous le Consulat, est confirmée la fin de la fonction publique élective, instaurée pendant la première phase de la Révolution, mais suspendue dès la Terreur ; une exception au recrutement arbitraire et à l’absence de formation spécifique est constituée, à partir de 1803, par le corps des auditeurs au Conseil d’État.

43 Proposition de loi du 12 juillet 1844, déposée par Saint-Marc Girardin et d’Haussonville ; cf. J. Tulard, G. Thuillier, Histoire de l’administration, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2e éd., 1994, p. 44-45.

44 Cf. F. Le Play, L’organisation du travail, Tours, Mame, 1870, § 11 à 17 : « Les six périodes de l’histoire, sur le sol de la France ».

45 La méthode sociale, op. cit., p. 46. Le Play déclare même qu’il s’agit de « la loi la plus féconde qui ait été édictée depuis 1629 » (ibid., p. 435.), c’est-à-dire depuis l’ « édit de grâce » de Louis XIII. Les députés qui ont voté la loi, « voulant réformer la France, […] ont fourni à lajeunesse le moyen d’échapper au vice radical de l’enseignement secondaire » (ibid., p. 151).

46 J.-J. Chevallier, Histoire des institutions et des régimes politiques de la France moderne (17891958), Paris, Dalloz, 9e éd., 2001, p. 248.

47 F. Le Play, La constitution essentielle de l’humanité, Tours, Mame, 1881, p. XIII.

48 Maurice Agulhon parle, à propos du parti de l’ordre, d’un « véritable esprit de croisade morale qui animait alors la France conservatrice », où « la Religion, la Famille et la Propriété formaient une trinité sacrée dont toute vie civilisée était censée inséparable » ( « La Seconde République », dans G. Duby (dir.) Histoire de la France, t. II, Paris, Larousse, 1989, p. 467-468). Pierre Goubert écrit que le « parti de l’ordre se dressa pour défendre, avec l’aide des banquiers et de l’Église, la famille, la propriété et la religion » (Initiation à l’histoire de France, Paris, Hachette, 1986, p. 326).

49 « En résumé, les peuples modèles ont toujours trouvé leurs succès dans trois institutions […] : dans la religion, la famille et la propriété. » (F. Le Play, La réforme en Europe et le salut en France, op. cit., p. 133).

50 A. Thiers, De la propriété, Paris, Paulin et L’Heureux, 1848.

51 Cité par R. Arnaud, La Troisième République, Paris, Hachette, 2e éd., 1929, p. 39.

52 La constitution essentielle de l’humanité, op. cit., p. 238.

53 Cet aspect est confirmé par la suite du récit de Le Play : « En juillet 1848, les hommes d’ordre et de liberté, de nouveauté et de tradition se trouvaient, pour la première fois en France, réunis par une commune pensée de réforme sociale. M. Thiers écrivait alors son livre sur la propriété ; et il se distinguait entre tous les réformistes par son ardeur » (La constitution essentielle de l’humanité, op. cit., p. 238). L’indication du livre de Thiers offre celle de la ligne politique des réformateurs auxquels Le Play s’est identifié. M.Z. Brooke écrit, à propos des années 1849-1850 : « it formed adividing point in his life to such an extent that one writer imagined there were two Le Plays »(Le Play, Engineer and Social Scientist, 1970, réed. New Brunswick, Transaction Publishers, 1998, p. 15-16).

54 La constitution essentielle de l’humanité, op. cit., p. 212.

55 La méthode sociale, op. cit., p. 437.

56 Lettre à Ch. de Ribbe du 6 juin 1864, dans Ch. de Ribbe, Le Play d’après sa correspondance, Paris, Firmin-Didot, 1884, p. 339.

57 F. Le Play, La réforme sociale en France, Paris, Plon, p. 357-362. Pour une analyse approfondie des conceptions de droit public de Le Play, nous renvoyons à notre article : « L’État sans politique de Frédéric Le Play », Les Études sociales, n° 135-136 : A. Savoye et F. Audren (dir.), Les juristes et l’école de Le Play, 2002, p. 9-37.

58 Ibid., intitulé du § 68, p. 357.

59 Ibid., p. 360.

60 Ibid.

61 Ibid., p. 361.

62 Ph. Périer, « L’évolution d’une théorie scientifique ; de la “famille-souche” au “particularisme », dans l’ouvrage collectif, Recueil…, op. cit., p. 73-88.

63 La réforme sociale en France, op. cit., t. II, p. 361.

64 Paris, Michel Lévy, 1856. Cité dans La réforme sociale en France, op. cit., t. II, p. 240.

65 Paris, H. Dumineray, 1861. Signalé dans L’organisation du travail, op. cit., p. 128.

66 Nancy, Vagner, 1865. « J’ai une grande estime pour M. de Metz-Noblat ; et il est impossible que nous ne nous entendions pas en cherchant en commun la vérité ». Lettre à Ch. de Ribbe du9 novembre 1864, dans Ch. de Ribbe, op. cit., p. 349.

67 Paris, Michel Lévy, 1868. Sur Lucien-Anatole Prévost-Paradol (1829-1870), cf. la thèse de P. Guiral, Prévost-Paradol. Pensée et action d’un libéral sous le Second Empire, Paris, PUF, 1955.

68 L’organisation du travail, op. cit., p. 128.

69 Lettre à A. Cochin du 10 octobre 1864, citée dans Ch. de Ribbe, op. cit., p. 94.

70 Cf. A. Savoye, « Le Play, conseiller d’Émile Ollivier », Les Études sociales, n° 120, 1992, p. 512 ; B. Basdevant-Gademet, La commission de décentralisation de 1870, Paris, PUF, 1973, spécialement p. 46, 55 et 79.

71 M. Weber, L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme [1905], Paris, Plon, 1967.

72 La réforme sociale en France, op. cit., t. II, p. 71-212.

73 « Les influences qui font prospérer les sociétés n’ont point flotté, selon les temps, les races et les lieux, entre l’honneur, la crainte et la vertu. Elles se sont toujours résumées dans la loi morale appuyée sur un judicieux système de peines et de récompenses. » (L’organisation de la famille, op. cit., p. 5, n. 1).

74 L’organisation du travail, op. cit., p. 365-366, n. 11.

75 Montesquieu, Les lettres persanes [1721], cité par J. Touchard, op. cit., t. II, p. 393.

76 La méthode sociale, op. cit., p. 180-181.

77 A. de Tocqueville, De la démocratie en Amérique, t. I, ch. XVII, cité dans La réforme sociale en France, op. cit., t. I, p. 65.

78 Bibliographie éloquemment anglophone, au premier rang de laquelle demeure M. Oakeshott, Rationalism in Politics and Other Essays, New York, Basic Books, 1962 ; cf. aussi R. Kirk, The Conservative Mind. From Burke to Eliot [1953], 7e éd., Washington, Regnery Publishing Inc., 2001 ; R. Scruton, The Meaning of Conservatism [1984], 3e éd., London, St. Augustine’s Press, 2002 ; R. Nisbet, Conservatism. Dream and Reality, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1986.

79 Ph. Braud, F. Burdeau, op. cit., p. 13.

80 « Montesquieu, l’un des maîtres de la science sociale, était en même temps agriculteur praticien et négociant habile. En lisant attentivement ses écrits, on aperçoit l’influence qu’a exercé sur ses opinions l’expérience qu’il avait acquise dans l’administration de sa terre de la Brède et dans la vente de ses vins. » (La réforme sociale, op. cit., t. I, p. 39-40, n. 1). Et de citer longuement la correspondance commerciale de Montesquieu, dont il semble avoir lu avec un vif intérêt les notes et lettres familières. Six ans plus tard, il revient sur « la salutaire influence que les propriétaires ruraux pourraient exercer sur la culture littéraire et le gouvernement local, en reprenant l’habitude de résider sur leurs terres, et en revenant aux saines traditions de Michel Montaigne, d’Olivier de Serres et de Montesquieu » (L’organisation de la famille, op. cit., p. XXIV).

81 Lettre à J. Reynaud du 17 septembre 1854, citée dans F. Arnault, op. cit., p. 68.

82 La réforme sociale en France, op. cit., t. I, intitulé du paragraphe 9, p. 47.

83 Le témoignage le plus direct est celui de l’abbé A. Riche, prêtre de Saint-Sulpice : Frédéric Le Play, Paris, Poussielgue, 1891.

84 Lettre à A. Cochin du 24 août 1864, Les Études sociales, n° 142-143-144 : S. Baciocchi et J. David (coord.), Frédéric Le Play. Anthologie et correspondance, II-2005/2006, p. 265.

85 Ch. de Montalembert, De l’avenir politique de l’Angleterre, Paris, Didier, 1856.

86 Lettre de Ch. de Montalembert « à un ami », citée par Le Play dans les Annexes de La paix sociale après le désastre, Tours, Mame, 2e éd., 1875, p. 164-165 (ainsi que dans celles de plusieurs de ses ouvrages ultérieurs, signe de l’autorité morale reconnue à feu Montalembert par Le Play et son lectorat).

87 Ch. de Montalembert, Les intérêts catholiques au xixe siècle, Paris, Lecoffre, 1852, cité dans L. Jaume, L’individu effacé ou le paradoxe du libéralisme français, Paris, Fayard, 1997, p. 193.

88 La réforme sociale en France, op. cit., t. I, p. 82.

89 « L’opinion publique cessera de faire obstacle à la restauration des croyances dès qu’elle n’aura pas plus à craindre les entreprises politiques et l’intolérance du clergé […]. Beaucoup d’hommes distingués, exerçant à la fois sur la société laïque et sur le clergé une influence légitime, sont déjà placés à ce point de vue, et ils commencent à le propager, comme on peut le constater en se reportant à leurs écrits ainsi qu’aux discours prononcés en 1863 au congrès de Malines. » (La réforme sociale en France, op. cit., t. I, p. 94-95).

90 La réforme sociale en France, op. cit., t. I, p. 94, n. 1.

91 L’organisation du travail, op. cit., p. 260-261, n. 9.

92 « Aujourd’hui la preuve est faite et le résultat est manifeste. Dès que la démocratie l’emporte, on peut dire que s’en est fini de la liberté. » (Ch. de Montalembert, op. cit., p. 79).

93 « La démocratie a deux formes extérieures : tantôt elle se personnifie dans un chef unique, tantôt elle se gouverne par une assemblée souveraine. Sous cette dernière forme, les libertés civiles et politiques […] sont tout aussi menacées. » (ibid., p. 80).

94 La réforme sociale en France, op. cit., t. II, p. 222.

95 L’organisation du travail, op. cit., p. 359 et suiv.

96 Ibid., p. 227-228, n. 1.

97 On sait que la Fraternité n’est officiellement intégrée à la devise de la République qu’en 1848. Cf. G. Antoine, Liberté-Égalité-Fraternité ou les fluctuations d’une devise, Paris, Unesco, 1981.

98 « Celles de nos anciennes communautés rurales qui subsistent encore ou qui ont pris fin de nos jours, enseignent assez que la même direction avait été imprimée chez nous par le Moyen Âge aux populations des campagnes. D’un autre côté, les corporations d’arts et métiers qui existent encore dans plusieurs États allemands et dont il reste en France de nombreux vestiges, tendaient toutes à imposer le même régime aux populations urbaines et à conjurer chez elles l’inégalité qu’eût produite inévitablement le libre développement des talents et des aptitudes. […] Il suffit, en effet, de jeter les yeux sur les sociétés modernes pour apercevoir que les individus dégagés des entraves de la propriété collective et soustraits à la dépendance qu’imposaient autrefois les autorités seigneuriales ou patriarcales, s’élèvent rapidement s’ils ont la vertu ou le talent, ou tombent non moins vite s’ils sont incapables ou vicieux. » (La réforme sociale en France, op. cit., t. II, p. 1-3).

99 La réforme sociale en France, op. cit., t. II, p. 1, intitulé du ch. VI.

100 Ibid., t. I, Introduction, p. 29 : « Le seul moyen de glorifier définitivement la révolution de 1789est de la terminer. » Le propos de Le Play est ici proche de celui de Bonaparte, dans la célèbre proclamation consulaire accompagnant la Constitution du 2 frimaire an VIII : « Citoyens, la Révolution est fixée aux principes qui l’ont commencée : elle est finie. »

101 Tocqueville a épousé une Anglaise, Marie Mottley ; Montalembert, né à Londres, est de mère écossaise.

102 « M. A. de Tocqueville s’est trouvé plus que tout autre écrivain dans des conditions favorables pour propager cette doctrine. Lié à l’ancien ordre européen par sa naissance, par ses relations et par la délicatesse de ses sentiments, il eut tout d’abord pour lecteurs confiants ceux mêmes dont cette doctrine froissait le plus les idées. […] Les honnêtes gens, qui se rattachaient au passé ou qui restaient indécis entre le bien et le mal, prirent peu à peu confiance en sa prédiction ; et depuis lors ils croient à l’avènement fatal du régime américain, signalé comme le type de l’égalité et de la démocratie. » (L’organisation du travail, op. cit., p. 366-367).

103 L’évêque d’Orléans, élu député en 1871, avait fait sensation le 9 janvier 1873, par un discours à l’Assemblée nationale fustigeant l’oubli du Décalogue, seule « loi morale […] qui puisse vous sauver » (cité par Ch. De Ribbe, op. cit., p. 233-234). Le 3 avril suivant, Le Play avait avec Mgr Dupanloup « un long et fructueux entretien » (ibid., p. 234). Et après que, dans une lettre pastorale du 20 octobre de la même année, le prélat eut employé l’expression de « Décalogue éternel » (ibid.), Le Play l’introduit dans toutes ses publications comme dans celles des UPS : « Le comité et les premiers adhérents de l’Union, adoptant l’expression d’un illustre prélat, désignent sous le nom de “Décalogue éternel” la loi suprême. » (La paix sociale après le désastre, op. cit., p. 119).

104 La constitution essentielle de l’humanité, op. cit., p. 21.

105 A. Garreau, op. cit., p. 74. De même, selon F. Grand, op. cit., p. 406 : « En plaçant sa doctrine dans le cadre de la loi morale, Le Play renoue avec l’usage inauguré par les canonistes et suivi parles facultés de théologie, sans renoncer à l’apport de saint Thomas d’Aquin […] Les continuateurs de Le Play dans le domaine juridique sont à rechercher dans le courant du néothomisme traditionaliste. »

106 Paul VI, Constitution pastorale Gaudium et Spes, 7 décembre 1965, 17.

107 F. Arnault, Frédéric Le Play. De la métallurgie à la science sociale, Presses universitaires de Nancy, 1993, pp. 239-240.

108 Cf. sa lettre du 4 janvier 1866, dans Ch. de Ribbe, op. cit., p. 367 : « Le résumé de ma pensée sur la campagne actuelle de décentralisation est : 1° Le mot de décentralisation donne une idée fausse de la réforme à accomplir ; ce mot doit être repoussé par les libéraux. »

109 « Dans la situation actuelle, […], les amis de la paix sociale ont devant eux une voie tracée.[…] Ils doivent surtout employer leur talent, leurs lumières et leur influence à créer les idées, les mœurs et les institutions, sans lesquelles il n’a existé, chez aucun peuple, ni paix ni stabilité. Cette ligne de conduite s’impose notamment aux conservateurs de toutes nuances qui voient maintenant le danger de nos révolutions. » (La réforme en Europe…, op. cit., p. 151-152).

110 La méthode sociale, op. cit., p. 150.

111 Ibid.

112 L’impératif de réformer en conservant, ou conserver en réformant, est central dans la pensée de l’Anglais Burke, selon lequel il faut améliorer incessamment l’édifice pour ne pas être obligé de le démolir un jour ; elle se retrouve chez les Allemands Franz von Baader ou August Wilhelm Rehberg, pour qui les choses ne peuvent être conservées qu’en étant modifiées sans cesse, le mauvais conservatisme étant celui qui laisse les choses en l’état : il en résulte une stagnation inévitable et partant, un dépérissement. Cf. H. Sedlmayr, « Erneuerung als konservatives Prinzip », dans G.-K. Kaltenbrunner, Rekonstruktion des Konservatismus, Freiburg, Rombach Verlag, 1972, p. 79 et suiv.

113 P. Ory, « La nouvelle droite de la fin de siècle », dans P. Ory (dir.), op. cit., p. 457-467.

114 J. Touchard, op. cit., p. 684-691.

115 J. Touchard place en effet Le Play dans le paragraphe « Néo-traditionalisme et nationalisme en France » ; mais il le présente dans un premier sous-paragraphe intitulé « Le catholicisme social », avant d’évoquer Taine et Renan dans le deuxième, « Les fondateurs du néo-traditionalisme » (ibid.).

116 Exemple, dans la 3e édition de L’organisation du travail, op. cit. : « Lorsque je publiai, en mars et en mai 1870, les deux premières éditions de cet ouvrage, je devais surtout signaler les causes d’affaiblissement qui présageaient de grandes catastrophes. Mon but principal était de mettre mes concitoyens en garde contre la quiétude qui s’était développée avec certaines apparences de prospérité, et qui repoussait les réformes nécessaires. En avril 1871, au moment où je livre […] cette 3e édition, des catastrophes inouïes n’ont que trop confirmé mes prévisions. Je n’ai plus à démontrer le danger de nos erreurs. » (Avertissement, p. VII). Autre exemple, dans la 2e édition de La paix sociale après le désastre, op. cit. : « Au milieu des déplorables événement accomplis du4 septembre 1870 au 31 mai 1871, j’ai reçu de toutes parts des lettres où se peignait l’anxiété de mes concitoyens. […] Les personnes qui m’étaient unies par les liens de l’amitié se rappelaient que, depuis 1864, j’avais signalé en toute occasion l’imminence des catastrophes et l’urgence des réformes. Elles se reprochaient de ne m’avoir pas assez lu. » (Avertissement, p. 5).

117 E. Renan, La réforme intellectuelle et morale de la France, Paris, Michel Lévy, 1871 ; rééd. Paris, UGE, coll. « 10-18 », 1967 et Albatros-Valmonde, 1982. Cf. la thèse d’E. Richard, Ernest Renan, penseur traditionaliste ?, Aix-en-Provence, PUAM, 1996.

118 « Un Français rapportera toujours d’Angleterre cette persuasion profitable que la politique n’est pas une théorie de cabinet applicable à l’instant, tout entière et d’une pièce, mais une affaire de tact où l’on ne doit procéder que par atermoiements, transactions et compromis. » (H. Taine, Notes sur l’Angleterre, Paris, Hachette, 1872, préface, cité in J. Touchard, op. cit., p. 687). Cf. la thèse d’E. Gasparini, La pensée politique d’Hippolyte Taine, entre traditionalisme et libéralisme, Aix-en-Provence, PUAM, 1993.

119 H. Taine, Du suffrage universel et de la manière de voter, Paris, Hachette, 1872.

120 La réforme en Europe…, op. cit., p. 95 (souligné par nous).

121 E. Renan, Préface de Questions contemporaines, Paris, Michel Lévy, 1868, p. 12 (souligné par nous).

122 « Pour établir sa doctrine, Rousseau suppose des hommes nés à 21 ans, sans parents, sans passé, sans traditions, sans obligations, sans patrie, et qui, assemblés pour la première fois, vont pour la première fois traiter entre eux. En cet état, et au moment de contracter ensemble, tous sont égaux.” (Taine, Ancien Régime, op. cit., p. 315.) – M. Renan, de son côté, qualifie sévèrement “un code de lois qui semble avoir été fait pour un citoyen idéal, naissant enfant trouvé et mourrant célibataire ; un code qui rend tout viager, où les enfants sont un inconvénient pour le père, ou toute œuvre collective et perpétuelle est interdite, où les unités morales, qui sont les vraies, sont dissoutes à chaque décès, où l’homme avisé est l’égoïste qui s’arrange pour avoir le moins de devoirs possible…” (Préface de Questions contemporaines, 1868). » (La réforme en Europe et le salut en France, op. cit., p. 95-96).

123 Dans les Origines, Taine indique avoir lu Les ouvriers européens et L’organisation de la famille, affirmant que Le Play « par ses recherches méthodiques, exactes et profondes, a rendu un service de premier ordre à la politique et par contrecoup à l’histoire » (Les origines de la France contemporaine [1876-1893], rééd. : Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1987, vol. II, p. 242243). Taine écrit dans une lettre à Alexis Delaire du 2 mars 1885 : « Faire des monographies, voilà les enseignements de M. Le Play, et, d’instinct, je les ai toujours suivi en histoire. » (Correspondance, t. IV, Paris, Hachette, 1907, p. 201).

124 G. Thuillier, J. Tulard, op. cit., p. 56.

125 La réforme sociale en France, op. cit.,t. I, p. 406-440.

126 Cf. M. Mathieu, « Le destin tourmenté du légitimisme. L’exemple de la Vienne : le rôle d’Emmanuel de Curzon », Société des antiquaires de l’Ouest, Revue du Centre-Ouest, t. III, 1er sem. 2004, p. 7-76.

127 Le Programme du gouvernement et d’organisation sociale signé d’ « un groupe d’économistes » (Paris, Librairie de la Société bibliographique, 1881), s’il est préfacé par Le Play et directement inspiré par lui, n’est cependant pas de sa main.

128 « Il est encore une vertu que le xviiie siècle nous a transmise […] : c’est la propension éminemment chrétienne qui porte à considérer, sans préoccupation étroite de nationalité, certains intérêts généraux de l’humanité ; […] qui achemine, en un mot, les nations par le charme des rapports privés vers l’harmonie universelle. » (La réforme sociale en France, op. cit., t. I, p. 56).

129 « L’état de nature, tant prôné à la fin du siècle dernier, est une idée chimérique conçue en dehors de toute observation méthodique. » (La réforme sociale en France, op. cit., t. I, p. 12).

130 L’expression apparaît dans La paix sociale après le désastre, op. cit., p. 98.

131 Le « faux principe » : la perfection originelle ; les trois « faux dogmes » : « liberté systématique », « égalité providentielle » et « droit de révolte ».

132 La réforme en Europe…, op. cit., p. 154. Le Play donne aussitôt, de ces derniers, l’exemple des « attentats contre l’autorité paternelle ».

133 Selon L. Assier-Andrieu, op. cit., p. 32-33 : « Le Play ne confesse qu’avec parcimonie ses inspirations intellectuelles. L’usage qu’il fait de l’idée de coutume révèle toutefois l’influence certaine des conceptions de Savigny, promoteur depuis le début du xixe siècle d’une vision historique de la confection du droit […]. Le Play prend vraisemblablement chez Savigny, ou dans l’air savignien du temps, la conception d’un ordre immanent assurant la reproduction à l’identique du corps social […]. Le Play néglige purement et simplement la juridicité intrinsèque de tout propos sur la coutume et ne conserve du concept, sur le chemin tracé par Savigny, que le sens social. » De même, pour F. Grand, op. cit., p. 402 : « Les thèses de Le Play se rapprochent de la théorie de Savigny selon laquelle le droit est le produit du Volkgeist, de l’esprit de chaque nation :à chacun de retrouver la source de son propre droit en étudiant la coutume traditionnelle. » Le nom de Savigny est cité dans L’organisation de la famille, op. cit., p. 348, mais dans un appendice rédigé par Claudio Jannet.

134 La réforme en Europe…, op. cit., p. 149-150.

135 Ibid., p. 150.

136 Ibid., p. 219-220.

137 D. Chagnollaud, Histoire constitutionnelle et politique de la France (1789-1958), Paris, Dalloz, 2002, p. 179.

138 « Les partisans de la religion et de la monarchie vantent, avec bruit et avec zèle, l’excellence de ces deux institutions ; mais ils sont peu écoutés et soulèvent la méfiance. […] Nous comprenons maintenant la fausseté des nouveautés révolutionnaires ; et nous commençons à ressentir une sympathie réelle pour les hommes de tradition. Nous sommes disposés à restaurer dans les âmes l’amour des institutions qui firent autrefois la prospérité de la France, mais nous ne voulons point entreprendre une œuvre éphémère. Nous ne saurions nous flatter de rétablir un régime supérieur à celui qui existait avant 1661 ; et, avant d’agir dans ce sens, nous demandons que nos futurs alliés répondent à trois questions. Que faut-il ajouter à ce régime pour qu’il soit plus durable ? Quelles garanties pourrons-nous demander aux gardiens de notre restauration ? Quelles coutumes nous fourniront le préservatif contre une décadence morale qui renouvellerait les désordres du xviiie siècle ? » (La paix sociale après le désastre, op. cit., Épilogue de 1875, p. 106-113).

139 La réforme en Europe et le salut en France, op. cit., p. 193-194.

140 Apparue dans L’organisation du travail en 1870, cette philosophie de l’histoire culmine dans La constitution essentielle de l’humanité en 1881. Elle repose, pour partie, sur l’ethnographie développée par Le Play dans le cours naturel de son activité de sociologue, à travers ses monographies de familles ouvrières et plus largement ses voyages d’études jusqu’aux confins de l’Europe ; mais elle est aussi le fruit manifeste d’imprégnations culturelles, qu’il s’agisse de certains courants d’idées de son temps ou de sa culture biblique, limitée mais réelle.

141 Works of the Right Honorable Edmund Burke, Londres, Bohn’s Standard Library, 1856, vol. IV, p. 7, cité par Le Play dans La réforme sociale, op. cit., p. 120, n. 1.

142 Antoine Savoye, à partir de l’analyse de la correspondance de Le Play avec David Urquhart, a situé ce tournant en 1867, au cours d’une séance du séminaire consacré à Le Play à l’EHESS de Paris de 2004 à 2006.

143 E. Burke, Reflections on the Revolution in France and on the proceeding in certains societies in London relative to this event [1790] ; trad. fr. revue et corrigée, Réflexions sur la Révolution de France, Paris, Hachette, 1989, p. 17-44. Cf. la thèse de M. Ganzin, La pensée politique d’Edmund Burke, Paris, Paris, LGDJ, 1972.

144 « Dès le siècle dernier, l’illustre Edmund Burke, après avoir exposé dans un livre célèbre les faits qui légitimaient à ses yeux la révolution de 1688, a réfuté victorieusement la doctrine qui revendiquait, d’après ce précédent, et au nom des principes de 1789 importés du Continent, le droit pour le peuple anglais de changer ses rois à son gré. » (La réforme en Europe…, op. cit., p. 150). Dans La constitution de l’Angleterre, la très mince partie historique confirme, par les quelques lignes consacrées à la révolution de 1688, l’alignement de Le Play sur l’analyse de Burke (La constitution de l’Angleterre, op. cit., t. I, p. 90-92.).

145 La réforme en Europe…, op. cit., p. 150.

146 Works of the R. H. Edmund Burke, op. cit., vol. II, p. 358, (extrait des Réflexions sur la Révolution de France), cité dans La paix sociale après le désastre, op. cit., p. 46, n. 3. Huit ans plus tard, attribuant à la sociologie, dans La méthode sociale, un objectif prioritaire de recherche de la stabilité sociale, il s’appuie à nouveau sur l’auteur des Réflexions : « L’esprit d’innovation esten général le résultat combiné de vues intéressées et de vues bornées. Ceux qui ne tiennent aucun compte de leurs ancêtres en tiendront bien peu de leur postérité. » (Réflexions sur la Révolution de France, cité dans La méthode sociale, op. cit., p. 10, n. 1).

147 La réforme en Europe…, op. cit., p. 217.

148 Burke, ibid., cité dans La méthode sociale, op. cit., p. 390, n. 1.

149 « Les peuples en décadence n’ont qu’un moyen efficace de salut : restaurer les coutumes nationales des époques antérieures de prospérité ; contrôler et féconder cette restauration en imitant les coutumes actuelles des peuples voisins les plus prospères. En résumé, pour signaler, dans le langage le plus clair, le vrai moyen de réforme, il faut l’appeler : méthode de restauration et d’imitation ». (La paix sociale après le désastre, op. cit., p. 30-31).

150 Burke, ibid., cité dans La méthode sociale, op. cit., p. de garde du livre I.

151 L’organisation de la famille, op. cit., p. XI.

152 L. de Bonald, Théorie du pouvoir politique et religieux dans la société civile, démontrée par le raisonnement et par l’histoire [1796] ; Le Play cite l’édition des Œuvres complètes, Paris, Leclère, 1847-1854, t. I ; rééd. partielle, Paris, UGE, coll. « 10-18 », 1965.

153 Ibid., t. I, p. VII, cité dans L’organisation du travail, op. cit., p. 310, n. 1 et dans L’organisation de la famille, op. cit., p. XI, n. 9. 154

154 « L’esprit des lois fut l’oracle des philosophes du grand monde, Le contrat social fut l’Évangile des philosophes du Collège et du comptoir. [...] C’était assez, c’était même trop de théories ; il était temps que l’Europe fît un cours pratique de gouvernement populaire, et la France destinée à être un exemple pour les autres nations, quand elle renonce à être un modèle, fut choisie pour cette terrible expérience. » (L. de Bonald, La législation primitive considérée dans les derniers temps, par les seules lumières de la raison [1802], dans Œuvres complètes, op. cit., t. II, p. 125).

155 Le Play écrit : « À une époque où la Chambre des députés retouchait, comme on le fait aujourd’hui, les principaux textes de la constitution, un grand penseur, membre de cette assemblée, écrivait : “Nous allons délibérer sur la liberté de la presse, le concordat, la loi du recrutement et l’instruction publique... Concevez-vous une nation qui se recommence ainsi, comme si elle sortait de ses forêts, et chez qui tant d’hommes, sans connaissances préalables, viennent disserter sur ces grands objets qui rempliraient tant de bibliothèques et ont occupé tant de grands esprits ? » (L. de Bonald, Lettre du 2 décembre 1817). » (L’organisation du travail, op. cit., p. 382, n. 1).

156 Ibid., p. 383.

157 L. de Bonald, Théorie du pouvoir politique et religieux, dans Œuvres complètes, op. cit., t. I, p. III, cité par Le Play, loc. cit.

158 J. de Maistre, Essai sur le principe générateur des constitutions politiques [1810] ; rééd. avec les Considérations sur la France, Bruxelles, Complexe, 1988, et dans Œuvres, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2007.

159 L’Essai sur le principe générateur des constitutions politiques est cité dans La méthode sociale, op. cit., p. 198-199 ; il s’agit d’une critique de la loi écrite, dans un passage où, prenant pour exemple un crime qui, accompli par des rois chrétiens, serait jugé damnable, Maistre ajoute : « Et cependant je doute qu’il fût possible de le leur défendre par une loi fondamentale écrite, sans amener des maux plus grands que ceux qu’on aurait voulu prévenir. » Pour une étude plus approfondie de cette lecture, nous renvoyons à notre article : « Un avis de Normand : Le Play, lecteur réservé de Maistre », dans Ph. Barthelet (dir.), Dossier H Joseph de Maistre, Lausanne, L’Âge d’Homme, 2005, p. 640-644.

160 L’organisation du travail, op. cit., p. 207.

161 L. de Bonald, Du divorce considéré au xixe siècle, relativement à l’état domestique et à l’état public de la société, Paris, Leclère, 1801.

162 La réforme sociale, op. cit., p. 197.

163 L. Delbez, Les grands courants de la pensée politique française depuis le xixe siècle, Paris, LGDJ, 1970, p. 16.

164 L. de Bonald, Essai analytique sur les lois naturelles de l’ordre social, Paris, 1800, ch. IV, cité dans La méthode sociale, op. cit., p. 135, n. 1.

165 L. de Bonald, Législation primitive considérée dans les derniers temps et par les seules lumières de la raison [1802], dans Œuvres complètes, op. cit., t. II.

166 L. de Bonald, Essai analytique sur les lois naturelles de l’ordre social, op. cit., ch. II, cité dans La méthode sociale, op. cit., p. 152, n. 1.

167 E. Burke, Réflexions sur la Révolution de France, cité dans ibid., p.41 n. 1.

168 La méthode sociale, op. cit., p. 41.

169 J. Touchard parle d’ « opposition aristocratique » (op. cit., t. II : Des origines au xviiie siècle, p. 358-364), Y. Guchet de « réaction nobiliaire » (Histoire des idées politiques, t. I : De l’Antiquité à la Révolution française, Paris, Armand Colin, 1995, p. 333-340).

170 M. Prélot, G. Lescuyer, Histoire des idées politiques, Paris, Dalloz, 12e éd., 1994, ch. 23, p. 276-286.

171 J. Godechot, La Contre-Révolution [1961], 2e éd., Paris, PUF, 1984, p. 7-14.

172 Ibid.

173 J. Touchard, op. cit., t. II, p. 359, mentionne d’autres traits qui ne laissent pas d’évoquer l’auteur des Ouvriers européens : « L’opposition aristocratique a le souci des réalités populaires. Fénelon, Vauban, Saint-Simon n’hésitent pas à dénoncer la misère populaire, et on connaît les pages de La Bruyère sur les paysans. L’opposition monarchiste à la fin du règne de Louis XIV est caractérisée par un singulier mélange de réalisme et d’irréalisme. Réalisme dans la peinture de la société française (Vauban, La Bruyère). Irréalisme parce que la société idéale selon la plupart de ces auteurs est une société patriarcale, vertueuse, frugale et poétique, à la façon du Télémaque. »

174 J. de Saint-Victor, La chute des aristocrates. 1787-1792. La naissance de la droite, Paris, Perrin, 1992, p. 27.

175 Montesquieu, De l’esprit des lois, ch. IV ; cité par J. de Saint-Victor, loc. cit.

176 En 1789, l’abbé Sieyès témoigne à sa façon 1789 de la prégnance de la thèse « germaniste », dans sa célèbre brochure Qu’est-ce que le tiers état ?, en s’exclamant : « Pourquoi le peuple ne renverrait-il pas dans les forêts de la Franconie toutes ces familles qui conservent la folle prétention d’être issues de la race des conquérants ? »

177 L. Dumont, Homo hierarchicus. Le système des castes et ses implications, Paris, Gallimard, 1979 (1re éd. : 1966).

178 P. Kondylis, Konservativismus. Geschichtlicher Gehalt und Untergang, Stuttgart, Klett-Cotta, 1986, p. 23 et suiv.

179 B. Kalaora et A. Savoye, Les inventeurs oubliés, op. cit., p. 37-38.

180 F. Arnault, op. cit., p. 201, n. 7.

181 Il écrit à Charles de Ribbe : « Je ne connais rien de plus dangereux que les gens qui propagent les idées fausses, sous prétexte que la nation ne voudra jamais y renoncer. Si elle n’y renonce pas, elle périra mais ce n’est pas un motif pour accélérer la décadence en adoptant l’erreur. Il n’y a pas d’autre règle de réforme que de chercher le vrai et de le confesser quoi qu’il arrive. Je conçois qu’un homme prudent se taise momentanément sur le vrai, bien que je condamne cette prudence ;mais je repousse tout homme qui se rallie par politique à l’erreur. » (Lettre du 10 juillet 1865, dans Ch. De Ribbe, op. cit., p. 358-359). Dans La réforme sociale en France, il avait déploré, en note : « Malheureusement, Monsieur de Tocqueville était, en même temps, convaincu qu’un écrivain tenterait vainement aujourd’hui de réagir contre les idées fausses qui minent notre société et qu’il n’aboutirait, en montrant la vérité, qu’à se discréditer devant l’opinion publique. » (op. cit., t. I, p. 106).

182 « Le Play était convaincu que le modèle familial dont la France avait tiré sa force et sa longévité était la famille-souche […]. Ce mode de succession de type dynastique qui assurait à la fois la continuité d’un lignage attaché à une maison, à une terre, et la permanence d’une exploitation préservée du morcellement par la règle de la transmission intégrale, alliait la stabilité, le sens monarchique de l’autorité induits dans le choix d’un héritier unique, à l’esprit de sacrifice. » (A. Burguière, « De l’esprit de “maison”, à la famille-souche, ou les voies de l’autochtonie », op. cit., p. 26).

183 « La conception, la gestation et la naissance de la doctrine des élites ont été longues et laborieuses ; sa paternité est à la fois plurielle et très controversée. Il est toutefois admis que c’est Frédéric Le Play, auteur d’innombrables recherches sur les conditions de vie des ouvriers et sur les budgets familiaux, qui a donné à la doctrine une dimension sociologique. » (G. Busino, Élites et élitisme, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1992, ch. II : « Les précurseurs », § 1 : « Aux origines : Frédéric Le Play », p. 9.

184 La réforme en Europe…, op. cit., p. 209.

185 La réforme sociale en France, Introduction, § 5 : « Les vices de la race peuvent être réformés par les institutions et les mœurs. » (p. 15-18).

186 La méthode sociale place la « nature des lieux », aux côtés de la « nature de l’homme », des « moyens de subsistance » et des « constitutions sociales », parmi les quatre champs déterminants de la science sociale (op. cit., p. 48 et suiv.). Ainsi les bonnes « constitutions sociales » du Danemark et de la Suède ont pour même source « la sévérité du climat, tempéré par les eaux et les vents du Gulf-Stream » (La constitution essentielle de l’humanité, op. cit., p. 155-156).

187 Dès La réforme sociale en France, il écrivait, à propos des pays nordiques où il avait enquêté : « J’ai compris dans le cours de ces études l’influence utile que leurs anciens émigrants ont exercée sur les constitutions sociales de l’Europe […]. Les États scandinaves m’ont offert, sur une grande échelle, la plus parfaite organisation de la famille. » (op. cit., t. I, p. 36).

188 La réforme en Europe…, op. cit., p. 120-121.

189 Ibid., p. 125, n. 4.

190 H. de Tourville, Histoire de la formation particulariste. L’origine des grands peuples actuels, Paris, Firmin-Didot, 1904.

191 Chateaubriand, Analyse raisonnée de l’histoire de France, Paris, Firmin-Didot, 1845, p. 129.

192 Le protestant Guizot ne craint pas d’ajouter : « Il était inconnu au monde romain, inconnu à l’Église chrétienne, inconnu à presque toutes les civilisations anciennes. » (F. Guizot, Histoire de la civilisation en Europe, Paris, Didier, 1846, p. 58).

193 L’inclination protestante s’exprime là encore non sans outrance : « Le travail séculaire de la France a consisté à expulser de son sein tous les éléments déposés par l’invasion germanique, jusqu’à la Révolution, qui a été la dernière convulsion de cet effort [...] La similitude de l’Angleterre et de la France du Nord m’apparaît chaque jour davantage. Notre étourderie vient du Midi, et, si la France n’avait pas entraîné le Languedoc et la Provence dans son cercle d’activité, nous serions sérieux, actifs, protestants, parlementaires. » (E. Renan, La réforme intellectuelle et morale de la France, op. cit., p. 35-36).

194 E. Nolte, op. cit., p. 127-128.

195 A. Chenu, « La famille-souche. Questions de méthode », postface à F. Le Play, E. Cheysson, F. Bayard et F. Butel, Les Mélouga. Une famille pyrénéenne au xixe siècle, Paris, Nathan, 1994, p. 184.

196 Cité dans Ch. de Ribbe, op. cit., p. 171.

197 R. Hess, « Le domaine de Ligoure, sa fondation par Frédéric Le Play, ce qu’il est devenu aujourd’hui », Les Études sociales, n° 118, 1989, p. 6.

198 La méthode sociale, op. cit., p. 405.

199 A. Chenu, op. cit., p. 185.

200 S. Huntington, « Conservatism as an Ideology », The American Political Science Review, juin 1957, p. 454-473.

201 Lettre à Augustin Cochin du 9 novembre 1867, Les Études sociales, n° 142-143-144 : S. Baciocchi et J. David (coord.), Frédéric Le Play. Anthologie et correspondance, II-2005/2006, p. 275.

202 Ch. de Montalembert, De l’avenir politique de l’Angleterre, op. cit., cité dans F. Le Play, A. Delaire, La constitution de l’Angleterre, Tours, Mame, 1875, t. I, p. 219, n. 2.

203 R. Nisbet, The Quest for Community. A study in the Ethics of Order and Freedom [1953], San Francisco, ICS Press, 1990, p. 246-247.

204 B. Kalaora et A. Savoye, Les inventeurs oubliés, op. cit., p. 38 : « Ce thème [de la société civile] deviendra l’un des leitmotive de la pensée de droite, mais aussi de celle de la gauche (une certaine gauche), les individus concret opposés aux droits abstraits des citoyens. »

205 Cf. en particulier A. MacIntyre, Après la vertu [1981], Paris, PUF, 2006 ; M. Sandel, Le libéralisme et les limites de la justice [1982], Paris, Seuil, 1999 ; Ch. Taylor, La liberté des modernes [1972-1985], Paris, PUF, 1997. Nisbet a été rapproché de ce courant par son biographe, B. Lowell Stone, Robert Nisbet, Communautarian Traditionalist, Wilmington, ISI Books, 2000.

206 La constitution essentielle de l’humanité, op. cit., intitulé du § 3 du ch. Ier.

207 « Au sortir de son enveloppe natale, le petit de l’abeille, guidé par l’instinct, prend son vol et entreprend sans hésitation la récolte nécessaire à la communauté. Il n’en est pas de même pour l’homme. L’enfant reste longtemps incapable de subvenir à ses propres besoins. Il n’est pas seulement inutile à sa famille ; il est à la fois une charge et une gêne pour sa communauté naturelle […]. » (La constitution essentielle de l’humanité, op. cit., p. 22). L’influence est évidente sur la formulation ultérieure de Maurras, dans la célèbre préface à Mes idées politiques, intitulée « L’inégalité protectrice » : « Le petit poussin brise sa coquille et se met à courir. Peu de choses lui manque pour crier : “Je suis libre…” Mais le petit homme ? Au petit homme, il manque tout. […]Le peu qu’il a d’instinct est impuissant à lui procurer les soins nécessaires, il faut qu’il les reçoivent, tout ordonnés, d’autrui. […] Des années passeront avant que la mémoire et la raison acquises viennent lui proposer aucun débit compensateur. » (Ch. Maurras, Mes idées politiques [1937], Paris, Albatros, 1986, p. 17-18).

208 Ibid.

209 La méthode sociale, op. cit., p. 15.

210 « Ce qui toujours, partout, et par tous, a été cru. »

211 F. de La Mennais, Essai sur l’indifférence en matière de religion, Paris, Tournachon-Molin et H. Seguin, 1817-1823.

212 R. Guénon, La crise du monde moderne [1927], Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1994 ; cf. P.-M. Sigaud (dir.), Dossier H René Guénon, Lausanne, L’Âge d’Homme, 1984.

213 F. Schuon, De l’unité transcendante des religions [1948], 4e éd., Sulliver, 2000.

214 La réforme en Europe…, op. cit., pièces annexées, pièce I, ch. III : « Le Décalogue chez les Hébreux », p. 258-260.

215 Ibid., ch. V : « Le Décalogue chez les musulmans », p. 266-268.

216 Ibid., ch. IV : « Le Décalogue chez les Chinois », p. 260-266.

217 Union de la paix sociale, Correspondance n°4 : La question sociale et l’Assemblée, par M. F. Le Play, Mame, Tours, 1873, pièces annexées, p. 63 : « Le Décalogue chez les Égyptiens ».

Auteur

Historien du droit, doctorant à l’université de Paris IX

© Presses des Mines, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540