Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frédéric Le Play

 | 
Antoine Savoye
, 
Fabien Cardoni

Première partie. Le savant et le politique

Le Play sénateur du Second Empire

Éric Anceau

Texte intégral

  • 1 Paris, Bourloton, 1891, t. IV, p. 107-108. Émile Cheysson, P. Collignon et Dorothy Herbertson n’ac (...)

1Le sociologue Le Play est bien connu ; le conseiller d’État l’est beaucoup moins ; le sénateur quasiment pas. De façon significative, le Dictionnaire des parlementaires français d’Adolphe Robert, Edgar Bourloton et Gaston Cougny, pourtant publié de1889 à 1891 et généralement bien informé, consacre moins de cinq lignes au sénateur dans une notice qui en compte soixante-seize1 ! Le Play lui-même n’a quasiment pas évoqué son passage au Sénat dans ses écrits. Pourtant, l’homme était alors au faîte de sa gloire et siégea près de trois ans au palais du Luxembourg.

  • 2 Archives nationales (Arch. nat.), 400 AP papiers du prince Napoléon, 400 AP 134.
  • 3 Bibliothèque nationale (BN), papiers Nefftzer, ms. Nouvelles acquisitions françaises (Naf) 18 298.
  • 4 Le Play d’après sa correspondance, Paris, V. Lecoffre, 1906.
  • 5 Bibliothèque de l’Institut, fonds Le Play, mss 6062 à 6064. Édouard Secrétan en a déjà souligné l’ (...)

2Cette contribution se propose donc de répondre principalement à cette question : comment expliquer le silence des historiens et le mutisme du principal intéressé ? La lecture du Moniteur universel puis du Journal officiel de l’Empire français entre les mois de décembre 1867 et de septembre 1870 nous apporte une partie de l’explication. Une autre nous est fournie par l’examen de la correspondance leplaysienne : la correspondance active, celle du fonds prince Napoléon des Archives nationales2, celle de la Bibliothèque nationale de France3 et celle que Charles de Ribbe a éditée4, ainsi que la correspondance passive conservée dans le fonds Le Play de l’Institut de France5. Enfin, la dernière part d’explication se trouve dans les publications de Le Play. Certes, celles-ci ne nous apprennent rien, à proprement parler, sur le rôle et les activités du sénateur, mais elles permettent de comprendre, à la fois, la façon dont l’homme concevait le parlementarisme avant son passage au palais du Luxembourg et la manière dont ses idées évoluèrent à la suite de cette expérience.

Entrer au Sénat

  • 6 Il pensait ici à Tocqueville d’un an son aîné, entré à la Chambre en 1839, après une première cand (...)
  • 7 C. de Ribbe, op. cit., p. 53.
  • 8 Ibid., p. 130-131 et M.Z. Brooke, Le Play : engineer and social scientist, Londres, Longman, 1970, (...)
  • 9 F. Le Play, Voyages en Europe (1829-1854), Paris, E. Plon, Nourrit et Cie, 1899.

3Dès 1838, Le Play, jeune ingénieur, dut se poser la question de son entrée au Parlement. En effet, un ministre lui proposa alors de se présenter aux élections législatives avec son soutien, mais il refusa car il ne voulait pas entamer une vie publique avant d’avoir vu clair dans ses actions. Il écrivit par la suite : « Je me suis toujours félicité de maré solution ; car elle m’a empêché de me fourvoyer comme l’ont fait la plupart de mes contemporains6, et j’ai beaucoup gagné en étudiant, tandis que je me serais annulé comme homme public sans plan et sans boussole7. » En 1843, puis en 1848, des amis essayèrent de l’inciter à se présenter aux élections législatives, mais il refusa de nouveau, au nom de son œuvre qui le réclamait tout entier8. Du reste, il manifestait un faible intérêt pour les institutions parlementaires. Ainsi, il ne les évoquait quasiment pas dans sa correspondance, lors des voyages qu’il entreprit à travers l’Europe, au long de ces années9.

  • 10 F. Arnault, Frédéric Le Play. De la métallurgie à la science sociale, Presses universitaires de Na (...)
  • 11 C. de Ribbe, op. cit., p. 65.
  • 12 V. Wright, Le Conseil d’État sous le Second Empire, Paris, A. Colin et Presses de la FNSP, 1972, a (...)
  • 13 Enquête sur la boulangerie du département de la Seine ou recueil des dépositions concernant les co (...)

4Les données changèrent sous l’Empire et cela pour plusieurs raisons. Le nouveau régime satisfaisait davantage que les précédents son besoin d’ordre et semblait pouvoir s’opposer mieux qu’eux aux dogmes erronés de 1789 : la liberté systématique, l’égalité providentielle et le droit de révolte10. En 1855, Le Play publia Les ouvriers européens, ouvrage qui lui permettait tout à la fois d’accéder à la notoriété et d’accomplir son premier grand devoir de science sociale. La même année, se tint l’Exposition universelle de Paris à l’organisation et au succès de laquelle il avait largement contribué. Aussi, l’Empereur lui proposa d’entrer au Conseil d’État et il se laissa cette fois fléchir. Il sentait en effet, de plus en plus, la nécessité d’agir et de ne plus « se borner à penser et à écrire11 ». Il devint conseiller d’État en service ordinaire le 29 décembre 185512. Il se distingua dans cette assemblée par plusieurs travaux importants sur les conditions de logement des pauvres, la loterie nationale, la paternité, l’éducation technique, l’état des campagnes, le rôle des propriétaires fonciers non-résidents, la décentralisation et le gouvernement local. Il eut surtout en charge, pendant trois ans, le dossier du commerce des farines et de la boulangerie13. Parallèlement, il devait s’occuper de l’envoi de la délégation française à l’Exposition de Londres en 1862, puis de l’organisation d’une nouvelle Exposition universelle à Paris, pour 1867.

  • 14 Arch. nat., 400 AP 136, dossier ministère de l’Algérie et des Colonies, correspondance et rapports

5Dans les premiers mois de 1863, Le Play éprouvait les pires difficultés à mener de front ses travaux de conseiller d’État, de commissaire de l’Exposition universelle et de chercheur. Il était alors en train de préparer La réforme sociale en France, déduite de l’observation comparée des peuples européens et l’ouvrage n’avançait pas assez à son gré. Il s’en ouvrit au prince Napoléon qu’il connaissait depuis la Deuxième République. Il avait tissé des liens étroits avec cet homme pourtant politiquement plus avancé que lui et son cadet de près de vingt ans, mais avec lequel il partageait un intérêt pour la question sociale et pour l’organisation du travail. Le Prince l’avait appelé à siéger au sein du Conseil supérieur de l’Algérie et des colonies quand il était ministre14 et il avait fait de lui son principal collaborateur au sein des commissions des expositions de 1855,1862 et 1867. Il lui suggéra donc de lui laisser présenter à l’Empereur sa candidature au Sénat où il siégeait lui-même. Il est vrai que le Sénat présentait de multiples avantages pour un homme comme Le Play.

  • 15 Voir J. Walch, Michel Chevalier, économiste saint-simonien (1806-1879), Paris, J. Vrin, 1975.

6Dans l’esprit de ses créateurs, cette assemblée, la première du régime en terme de prestige, n’était pas, comme jadis la Chambre des pairs, le pâle reflet de la Chambre des députés qui répétait, à quelques jours d’intervalle, les mêmes discussions sur un autre ton, mais « le pouvoir pondérateur, le gardien du pacte fondamental et des libertés publiques ». Le Sénat était doté de larges prérogatives. Il vérifiait la constitutionnalité des lois, pouvait, par sénatus-consulte, régler tout ce qui n’était pas prévu par la Constitution, et qui était nécessaire à sa marche et même proposer des modifications constitutionnelles à l’exécutif. Il avait aussi la faculté de recevoir et d’examiner les pétitions, de régler la législation de l’Algérie et des colonies et d’annuler les votes du Corps législatif, s’il les jugeait « contraires à la religion, à la morale, à la liberté des cultes, à l’inviolabilité des propriétés », mais également à « la liberté individuelle, à l’égalité des citoyens, à l’inamovibilité de la magistrature ». De plus, depuis le décret du 24 novembre 1860, il pouvait débattre d’une adresse en réponse au discours du trône. Ses travaux laissaient néanmoins beaucoup de temps à ses membres puisqu’ils ne se réunissaient ordinairement en session qu’une fois par an, au printemps pour environ vingt-cinq séances plénières de deux à trois heures en moyenne auxquelles s’ajoutaient, il est vrai, des réunions en bureau et en commission, plus fréquentes et plus longues, et des sessions extraordinaires pour traiter les modifications constitutionnelles. Du reste, si certains sénateurs prenaient leurs fonctions très à cœur, d’autres les considéraient comme une retraite dorée et ne brillaient ni par leur activité, ni par leur assiduité. Le Play pourrait côtoyer dans cette assemblée, selon la formule même du préambule de la Constitution, les « éléments qui, dans le pays, [créaient] les influences légitimes : le nom illustre, la fortune, le talent et les services rendus », en d’autres termes, outre les princes de la famille impériale et les cardinaux, maréchaux et amiraux, tous membres de droit, les militaires de haut rang, les ministres, les hauts fonctionnaires, les magistrats, ainsi que les représentants les plus éminents de la haute banque, de l’industrie, du commerce et de la science. Cela ne pouvait laisser insensible un homme pour qui la politique seule ne pouvait plus rien et devait nécessairement s’appuyer sur l’expertise des savants et l’expérience des praticiens. Il retrouverait au palais du Luxembourg plusieurs de ses amis comme Michel Chevalier, son vieux compagnon en saint simonisme et son ancien collègue au Conseil d’État15. Enfin et surtout, il pourrait défendre son grand projet de réforme morale et sociale de la France.

  • 16 Bibliothèque de l’Institut, fonds Le Play, ms. 6062, lettre du prince rédigée à Port-Saïd et datée (...)
  • 17 Respectivement Drouyn de Lhuys, Mocquard, de Germiny, Waldner de Freundstein, Marey-Monge, Mentque (...)
  • 18 Arch. nat., 400 AP 134, lettre de Le Play au prince du 12 novembre 1863.

7Le Play estimait donc avoir sa place dans cette assemblée et accepta que le Prince intercédât en sa faveur. Cependant, celui-ci n’obtint pas sa nomination de son impérial cousin16. En mai 1863, Napoléon III préféra ainsi renommer son ministre des Affaires étrangères, démissionnaire en 1856, récompenser le dévouement de son chef de cabinet particulier, honorer l’ancien gouverneur de la Banque de France, deux généraux et un préfet, tous nouveaux retraités, et désigner un député gouvernemental menacé de ne passe faire réélire, ainsi qu’un autre dont le pouvoir avait besoin de la circonscription17. Le Play revint à la charge en novembre suivant, en priant le Prince de lui « donner son appui auprès de l’Empereur pour [lui] assurer un repos qu’[il n’emploierait] que pour la chose publique », car il était « dans l’alternative de [se] tuer ou de différer encore l’achèvement de l’œuvre de [sa] vie ». Il joignait une note de ses services pour fournir quelques arguments supplémentaires au Prince : « Si l’Empereur comprenait l’opportunité qu’il y a[vait] à créer la commission impériale de l’Exposition de 1867,[il] pourrai[t], étant sénateur, faire sous [les] ordres [du Prince] son budget impérial, tous les préparatifs déjà urgents18 […]. » Cependant cette nouvelle démarche n’obtint pas plus de succès que la précédente. Du reste, Le Play acheva La réforme sociale quelques mois plus tard. Lorsque le Prince fut vivement blâmé par l’Empereur pour avoir critiqué sa politique dans son discours d’Ajaccio du 15 mai 1865, Le Play ne put d’ailleurs plus compter sur lui pour obtenir un fauteuil au Sénat. De plus, le Prince, vexé d’avoir été ainsi rappelé à l’ordre, démissionna aussitôt de la présidence de la commission de l’Exposition de 1867 et il dut lui succéder au pied levé.

  • 19 Sainte-Beuve que le prince Napoléon lui avait présenté s’enthousiasma pour l’ouvrage de Le Play (A (...)
  • 20 Moniteur universel, n° 364 du 30 décembre, p. 1643. Il fut le seul nommé du jour, le premier depui (...)
  • 21 J. Lacointa, Étude sur la vie et les travaux de F. Le Play, extrait du Correspondant, Paris, J. Ge (...)
  • 22 Moniteur universel, n° 96 du 6 avril 1865, p. 392 et suiv.
  • 23 F. Le Play, Les ouvriers européens, Tours, Mame, 1877-1879, p. 44 et F. Auburtin, Frédéric Le Play (...)
  • 24 C. de Ribbe, op. cit., p. 76.
  • 25 La réforme sociale, Paris, Plon, 1864, 2 vol., réimpr. Slatkine, 1982, p. 338 et suiv.

8Le succès de La réforme sociale et de la Société internationale des études pratiques d’économie sociale, puis la réussite de l’Exposition universelle lui permirent d’élargir encore ses réseaux, son audience et son renom, en particulier dans les cercles sénatoriaux19. C’est très clairement à l’organisation de l’Exposition que Le Play dût sa nomination au Sénat, par décret impérial du 29 décembre 186720. Dans l’esprit de l’Empereur, cette dernière récompensait ses services21. Dans celui de Le Play, elle signifiait à la fois satisfaction de voir son œuvre reconnue, possibilité de disposer de davantage de temps et espoir de faire avancer ses grands projets de réforme. Il avait pu défendre l’un de ceux qui lui tenaient le plus à cœur, l’établissement en France de la liberté testamentaire, devant le Conseil privé, en 1858, mais celui-ci avait été repoussé, malgré le soutien de trois ministres. En avril 1865, un amendement à l’adresse visant à l’établir fut déposé par cinquante-six députés, mais il ne réunit que quarante et une voix au moment du vote22. Grâce à Napoléon III, un projet plus restreint puisqu’il ne concernait que la petite propriété fut préparé par un conseiller d’État, mais il se heurta à l’opposition de la majorité des parlementaires23. En mars 1866, cent trente négociants et fabricants notables de Paris s’élevèrent, dans une pétition adressée au Sénat, contre « l’influence funeste que le droit à l’héritage exerçait sur les mœurs de leurs enfants et sur la situation de leurs ateliers ». Celle-ci fut repoussée en juin. Loin d’être abattu, Le Play notait alors : « Félicitons-nous en constatant que notre noyau réformateur acquiert quelque crédit. Soyons patients et persévérants, et nous ne mourrons pas sans avoir fait quelque bien24. » Désormais dans la place, il ne désespérait pas de relancer l’idée de la liberté testamentaire. Il voyait d’ailleurs dans son instauration un moyen de rehausser le prestige du premier corps de l’État, à condition que le gouvernement acceptât de choisir la plupart des sénateurs dans les grandes familles qui se seraient enracinées dans le sol de France, grâce à elle, et de rendre la fonction héréditaire, à l’exemple de la pairie britannique25.

Agir au palais du Luxembourg

  • 26 Moniteur universel, n° 4 du 4 janvier 1868, p. 16.

9Le 3 janvier 1868 fut un grand jour dans la vie de Le Play. En effet, se tint alors la première séance du Sénat depuis sa nomination. Conformément au règlement, une commission de trois sénateurs tirés au sort constata rapidement qu’il satisfaisait aux conditions d’âge et de titres. Son rapport fut voté à l’unanimité, puis le grand référendaire procéda à l’introduction du nouveau sénateur avec l’assistance de Michel Chevalier et du baron de Butenval. Le Play jura « obéissance à la Constitution et fidélité à l’Empereur », puis fut invité par le président Trop long à prendre séance26. Nul ne pouvait alors s’imaginer qu’il s’agissait là des seules paroles qu’il prononcerait en séance.

  • 27 À partir du 3 mars 1870, il commença par exemple à travailler activement au sein de la commission (...)
  • 28 En particulier la liquidation des comptes de l’Exposition de 1867 qui posa longtemps problème. Voi (...)

10Tel fut pourtant le cas et cela pour plusieurs raisons : l’usage qui imposait au nouveau parlementaire l’observation discrète des débats durant plusieurs semaines, la réserve naturelle de Le Play et son manque d’assurance devant de grands auditoires, ses multiples activités27 et préoccupations extérieures28, l’activité débordante de certains de ses amis susceptibles de défendre ses idées, tel Michel Chevalier, mais plus encore son désir d’apparaître comme un expert et pas comme un discoureur, son apolitisme et son refus d’entrer dans les querelles partisanes, enfin, le sentiment qu’il devait se concentrer sur son grand projet de réforme sociale dont il entendait faire la priorité absolue de son action publique.

  • 29 Moniteur universel, n° 60 du 29 février 1868, p. 309.
  • 30 Journal officiel de l’Empire français, n° 35 du 5 février 1870, p. 248.
  • 31 Journal officiel de l’Empire français, n° 107 du 19 avril 1870, p. 696 et 705 et n° 108 du 20 avri (...)
  • 32 Journal officiel de l’Empire français, n° 165 du 18 juin 1870, p. 1034 et nos suivants.

11En presque trois ans, Le Play n’intervint donc pas plus lors des débats concernant les grands projets sur l’armée, la libéralisation de la presse, le droit de réunion, le sénatus-consulte de l’été 1869 ou l’abrogation de la loi de sûreté générale, que sur des questions qui l’intéressaient plus directement. Il resta ainsi muet lorsque fut examinée, le 28 février 1868, une pétition réclamant la création d’une inspection générale des manufactures chargée spécialement de surveiller le travail des enfants29. Il ne brigua aucune fonction au bureau du Sénat et même au sein des bureaux particuliers. Il ne fit également partie d’aucune des nombreuses commissions qui furent nommées au cours des sessions de 1868 et de 1869. Il n’entra pour la première fois dans une commission qu’en février 1870 et encore ne s’agissait-il là que de la commission mensuelle d’examen des projets de loi d’intérêt local et ne rapporta-t-il lui-même aucun de ces projets30. Il fut certes nommé le 18 avril suivant à celle qui était chargée d’examiner la possibilité d’ouvrir un crédit supplémentaire pour les dépenses de l’instruction primaire, mais il ne s’agissait là que d’une formalité puisque le projet fut rapporté dès le lendemain, ne donna lieu à aucune discussion et fut voté à l’unanimité31. Il fut enfin élu le 17 juin à la commission mensuelle des pétitions, mais il n’y joua pas non plus un rôle actif32.

  • 33 Moniteur universel, n° 12 du 12 janvier 1868, p. 60.
  • 34 Moniteur universel, n° 145 du 24 mai 1868, p. 720-721.
  • 35 Journal officiel de l’Empire français, n° 244 du 5 septembre 1869, p. 1190.
  • 36 Journal officiel de l’Empire français, n° 108 du 20 avril 1870, p. 705.

12Le Play n’en fut pas moins un sénateur assidu, puisqu’il ne manqua que quelques séances, à l’hiver 1868, au printemps 1869 et à l’hiver 1870 pour cause de maladie. Il participa à la plupart des scrutins importants. Si sa voix ne faisait jamais défaut au Gouvernement sur les grands projets, il n’hésitait pas à manifester quelquefois son opposition, même au risque de se retrouver l’un des seuls de son opinion. Il le fit en particulier quand la religion se trouvait en cause. Il s’opposa ainsi dès le premier scrutin auquel il prit part, le 11 janvier 1868, au prolongement d’une rue à travers le cimetière du Nord (Montmartre)33 ; ou encore, le 23 mai suivant, au fait de passer à l’ordre du jour sur la question de principe de la liberté de l’enseignement supérieur34. Lors du débat sur le sénatus-consulte libéralisant l’Empire, il soutint avec le prince Napoléon, Chevalier et seulement sept autres collègues un amendement libéral de Bonjean réclamant que le Sénat reçût l’initiative des lois et ne pût mettre son veto à une loi dont il avait renvoyé l’examen au Corps législatif35. Lorsque le Sénat examina le projet de Constitution, en avril 1870, il fit une nouvelle fois partie de la minorité qui s’opposa à un amendement de Boulay de la Meurthe demandant que les nominations de sénateurs ne fussent pas délibérées en séance publique36.

  • 37 F. Auburtin, op. cit., p. 36 et suiv.
  • 38 Par un décret du 15 mai 1869.
  • 39 Par ailleurs, Le Play avait réussi à faire de Julien Tournier, membre de la Société et archiviste (...)
  • 40 Bibliothèque de l’Institut, fonds Le Play, ms. 6063, lettre de Jannet du 19 février 1869. Journal (...)

13En fait, ce fut bien à une stratégie de contournement dont l’unique objet était de faire aboutir sa réforme sociale que Le Play recourut. Dès sa nomination, il fut d’ailleurs encouragé par Napoléon III à mettre sous les yeux du président Trop long la préface du Traité des donations entre vifs et des testaments, jadis rédigée par lui et dans laquelle il soulignait les bienfaits de la liberté testamentaire, et à attirer l’attention des sénateurs, dans des conversations particulières, sur la nécessité d’une réforme37. Mais ces derniers étaient peu enclins à prendre ce genre d’initiatives, au point que Napoléon III les avait déjà rappelés à leurs devoirs, dix ans plus tôt. Une majorité d’entre eux était surtout très réticente à l’égard du projet, et ne considérait pas, contrairement à Le Play, que la liberté testamentaire était le moyen fondamental d’enrayer une improbable décadence française et refusa donc d’y prêter attention. Le Play en fut très déçu, mais point découragé. Sa Société internationale des études pratiques d’économie sociale qui allait bientôt être reconnue d’utilité publique38, fit de nouvelles recrues au palais du Luxembourg en les personnes du grand référendaire, Ferdinand Barrot, du secrétaire général de la présidence, Ferré et du chef du service des pétitions, Berdalle de Lapommeraye39. Les pétitions, traductions des aspirations des Français, étaient appelées à jouer un rôle fondamental dans la stratégie leplaysienne. Au début de la session de1869, trois d’entre elles arrivèrent au palais du Luxembourg pour réclamer que les droits de succession fussent perçus sur l’actif net et non sur l’actif brut des biens composant la succession. La plus importante d’entre elles émanait de vingt-trois propriétaires, avocats et notaires marseillais autour de Claudio Jannet, protégé de Le Play. Elle citait naturellement La réforme sociale. Le fondateur de la Société internationale des études pratiques d’économie sociale la défendit auprès de plusieurs de ses collègues. Arguant des fraudes probables qu’une telle modification entraînerait, Quentin-Bauchart proposa au nom de la commission des pétitions que ces requêtes ne fussent pas renvoyées à l’Administration pour examen. Cependant, le Sénat ne suivit pas ses conclusions et estima, un mois plus tard, que les pétitions méritaient au contraire d’être prises en considération. Même si le Gouvernement ne donna pas suite à la demande, ce petit succès fit reprendre espoir à Le Play40.

  • 41 Il n’eut pas plus de succès auprès de deux membres du Gouvernement devant lesquels l’Empereur l’av (...)
  • 42 É. Ollivier, L’Empire libéral, Études, récits, souvenirs, Paris, Garnier frères, t. XI de 1907, p. (...)
  • 43 Journal officiel de l’Empire français, n° 176 du 29 juin 1870, p. 1117.
  • 44 Voir par exemple BN, ms. Naf 18 298, f° 47 : lettre à Nefftzer du 7 février 1870 et C. de Ribbe, o (...)
  • 45 C. de Ribbe, op. cit., p. 104.
  • 46 Ibid., p. 95.
  • 47 Journal officiel de l’Empire français, n° 218 du 10 août 1870, p. 1392.
  • 48 Voir Journal officiel de l’Empire français, n° 219 du 11 août 1870, p. 1399 et nos suivants ainsi (...)
  • 49 Journal officiel de la République française, n° 245 du 6 septembre 1870, p. 1530.

14Lors d’un long entretien au palais de Saint-Cloud, en novembre 1869, il indiqua à l’Empereur que les vraies notions de réforme commençaient à se répandre au sein des Assemblées et il lui demanda d’intervenir auprès de « ceux qui joignaient à un esprit droit l’art de la parole », ce qui permettrait de réunir « à la longue les éléments d’un gouvernement réformateur ». En guise de réponse, Napoléon III l’invita à résumer les principes de la réforme sociale dans un petit volume et à faire un nouvel effort pour rétablir l’autorité paternelle, auprès de cinq sénateurs qu’il lui désigna. Si Le Play s’acquitta fort bien de la première mission, en publiant quelques mois plus tard, L’organisation du travail, il échoua dans la seconde41. À l’ouverture de la session parlementaire, le Gouvernement déposa néanmoins un projet de loi modifiant le Code Napoléon pour donner « au père de la famille la faculté d’attribuer à ses enfants l’intégralité d’un de ses immeubles, sous la condition d’une soulte en argent à payer à ses frères et sœurs ». Le projet s’étendait même au partage ab intestat et permettait aux tribunaux chargés de liquider les successions des mineurs de procéder de même. Le Play pouvait s’attendre à ce qu’Émile Ollivier, avec lequel il correspondait avant son accession au pouvoir et dont il avait été l’un des premiers à saluer l’avènement, appuya ce projet42. Cependant, le cabinet du 2 janvier 1870, n’en fit pas l’une de ses priorités, le retira et se contenta de déposer au Sénat, le 28 juin suivant, un diminutif. Le préambule de celui-ci rappelait que la récente « enquête agricole résum[ait] avec une imposante autorité des préoccupations depuis longtemps manifestées par beaucoup d’économistes[dont Le Play] au sujet du morcellement progressif et indéfini des propriétés rurales »,mais le dispositif se révélait décevant. Il se bornait à permettre que chaque lot ne renfermât pas nécessairement « la même quantité de meubles, d’immeubles, de droit ou de créances de même nature et valeur43 ». Quelques jours plus tard, la guerre était déclarée et le projet ajourné. Le Play qui, d’emblée, ne s’était guère fait d’illusions sur les capacités de l’Empire libéral à réformer la société française44, n’en eut pas plus sur l’issue du conflit45. En juillet, il s’était retiré, comme à son habitude, lors des vacances sénatoriales, sur ses terres limousines de Ligoure46. Il fut rappelé à Paris par les premières défaites. À partir du 9 août, le Sénat et le Corps législatif siégèrent en effet, en permanence47. Le Play pressa les gouvernants d’organiser la résistance en Argonne, à Paris, Bourges, Limoges, Tours et Poitiers et vota avec ses collègues des mesures de salut public exigées par les circonstances, mais qui se révélèrent rapidement insuffisantes48. Le dimanche 4 septembre 1870 pendant que la révolution s’accomplissait au Palais-Bourbon, à l’Hôtel de Ville et aux Tuileries à la suite de la confirmation du désastre de Sedan, les sénateurs, ignorés de tous, se séparaient après avoir constaté qu’ils ne pouvaient agir sur les événements49.

Réfléchir à l’avenir de la France à l’aune de son expérience parlementaire

  • 50 Bibliothèque de l’Institut, fonds Le Play, ms. 6064.
  • 51 Il reprit l’essentiel de ces idées dans La paix sociale après le désastre qu’il fit paraître quelq (...)
  • 52 Bibliothèque de l’Institut, fonds Le Play, ms. 6064, lettre du 15 septembre 1870.

15Plus encore que par la chute du Second Empire, Le Play était accablé par la déroute des armées françaises, même s’il l’avait pressentie et si elle ne faisait, à ses yeux, que témoigner de la lente décadence du pays. Comme il l’avait écrit à Augustin Cochin, dès le 31 août 1870, il considérait que la ligne du devoir devait désormais se résumer dans trois principes : « chacun d[evait] d’abord faire un sévère retour sur lui-même :rechercher comment il a[vait] pu amener les calamités [du moment] par ses opinions ou ses actes ; être indulgent pour les erreurs ou les vices d’autrui ; conjurer ainsi les divisions qui [avaie]nt toujours ruiné les nations soumises aux épreuves que la France subi[ssait]50. » Quant aux pouvoirs publics, il leur fallait montrer la prévoyance qui avait permis aux Prussiens de se redresser après Iéna et qui était en train de leur donner la victoire. Ils devaient établir, sans tarder, pour les lendemains de la crise, « le budget de la réforme », « offrir une direction nette aux travaux du Parlement » et « conjurer surtout ces débats vagues et passionnés qui n’[avaient] jamais abouti qu’à trois résultats connexes : antagonisme social, révolution, stérilité51 ». Dans la lettre qu’il adressa quinze jours plus tard à François Beslay, le rédacteur en chef du journal Le Français et qu’il destinait à la publication sous le titre « Le désastre et le salut », il réclamait « l’union de tous les Français dans une commune pensée de salut public », ainsi que la réunion immédiate d’une assemblée chargée de nommer l’homme le plus capable de redresser la France52.

16Mais telle n’était pas la pensée du gouvernement républicain de la Défense nationale qui se défiait à la fois du pays et du pouvoir personnel. Il ne se cessa de différer l’élection de l’Assemblée nationale constituante qu’il avait pourtant promise dès sa prise de fonction. Le Play ne fondait pas plus d’espoir en une restauration impériale dont les partisans projetaient de réunir les conseils généraux, loin des passions parisiennes, afin de statuer sur le futur régime de la France, sans se préoccuper du salut public.

  • 53 Bibliothèque de l’Institut, fonds Le Play, ms. 6063, lettre du 24 septembre 1870.
  • 54 Bibliothèque publique et universitaire de Genève, fonds H. Loyson, ms. fr. 2961, f° 111-112. Le co (...)
  • 55 Notons toutefois qu’il se gardait de rappeler avoir brigué la fonction sénatoriale, en usant du ra (...)

17Au père Hyacinthe qui cherchait à le consoler d’avoir perdu son fauteuil sénatorial53, il répondait le 11 mars 1871 qu’il ne regrettait d’ailleurs pas le palais du Luxembourg où il avait toujours été mal à l’aise et où il n’avait pu faire aboutir sa réforme54 : « J’ai été constamment froissé par l’attitude générale et les actes spéciaux de ce corps. Ma conscience m’a cent fois reproché de rester dans une situation où je semblais appuyer un faux système ; mais j’ai pensé que je ferai pis, du point de vue de l’intérêt général du pays en rompant hautement par une démission. Je perdais l’occasion de dire la vérité aux collègues honnêtes et de bonne foi ; et je me trouvais classé par mon esprit de réforme, avec les révolutionnaires. Ma conscience n’eut été engagée par cette situation que si ma tolérance du mal eut été suggérée par l’intérêt attaché à la dignité55. »

  • 56 Tours, Mame et Paris, Dentu, 1872, p. 497 et suiv.
  • 57 L’Union de la paix sociale. Origine des correspondances sur l’Union, Tours, Mame, 1874, 2e éd., p. (...)
  • 58 F. Auburtin, op. cit., p. 40.
  • 59 L’Union de la paix sociale. Correspondance n° 2, Tours, A. Mame et fils, septembre 1872, p. 6.
  • 60 L’Union de la paix sociale. Correspondance n° 4, Tours, A. Mame et fils, février 1873, p. 47 et su (...)
  • 61 L’Union de la paix sociale. Correspondance n° 8, Tours, A. Mame et fils, mars 1875 (Correspondance (...)

18Dans la quatrième édition de La réforme sociale en France56 et dans son Origine des correspondances sur les unions57, il revint aussi sur son expérience sénatoriale et sur l’échec de la réforme testamentaire sous l’Empire. Tout en se reconnaissant une part de responsabilité dans celui-ci, il en attribuait la plus grande partie à l’isolement du souverain, l’un des rares à avoir été convaincu, comme lui, de la nécessité d’une réforme, à la volonté des responsables politiques de maintenir leurs avantages acquis et aux pesanteurs bureaucratiques. Au moment où il rédigeait ces lignes, l’Assemblée nationale constituante travaillait déjà depuis le 12 février 1871. Le Play qui avait refusé de se présenter aux élections, malgré l’insistance de plusieurs amis, jugeait sévèrement ses débuts, malgré la majorité monarchiste et catholique qui la dominait. Trois représentants du peuple dont Lucien Brun, élu légitimiste de l’Ain, avaient en effet vainement cherché à attirer l’attention de leurs collègues sur la question de la liberté testamentaire58. Le Play n’en dispensait pas moins ses conseils à ceux d’entre eux qui le sollicitaient, comme Brun lui-même, et qui faisaient partie, sous son patronage, de l’Union de la paix sociale. En août 1872, il leur suggérait de regrouper à l’Assemblée et sans distinction de partis, tous les adeptes du programme des réformes indispensables :liberté testamentaire, abolition des droits de contrainte, protection de la femme, libres associations de bien public, haut enseignement des sciences, lettres et arts, gouvernement local. Vingt hommes convaincus dont quatre bons orateurs suffiraient sans doute à en faire passer l’essentiel59. Six mois plus tard, il était plus ambitieux encore dans La question sociale et l’Assemblée60. L’Assemblée nationale devait devenir le foyer de l’Union. Une majorité de quatre cents parlementaires fondée sur la pratique du Décalogue lancerait une enquête à travers la France qui ne manquerait pas de conclure à la nécessité d’une vaste réforme sociale et morale. Les gouvernants ne pourraient alors plus se voiler la face et seraient contraints d’extirper de France les erreurs de 1789 et de 1848. Après avoir fondé quelques espoirs sur Thiers et Jules Simon, il crut voir dans la réunion Pradié du centre droit l’embryon de ce plus vaste regroupement qu’il appelait de ses vœux61. Cependant, celui-ci ne vit jamais le jour et les hommes qui entouraient Pradié ne réformèrent pas plus la France dans le sens qu’il souhaitait que Thiers et ses amis.

  • 62 Voir E. Parent de Curzon, Frédéric Le Play, sa méthode, sa doctrine, son œuvre, son esprit, Poitie (...)
  • 63 La réforme en Europe et le salut de la France, Tours, A. Mame et fils [1876], p. 152 et suiv., p. (...)

19Ce fut après le vote des lois constitutionnelles, la séparation de l’Assemblée nationale et son remplacement par la Chambre des députés et le Sénat que Le Play exprima pour la première fois très clairement ses idées sur le meilleur des régimes possibles et sur le parlementarisme dans La réforme en Europe et le salut de la France qu’il publia en juillet 1876 et qui était destiné à servir de programme aux unions de la paix sociale. Il était au soir de sa vie, avait subi trop de déceptions pour ménager encore les uns et les autres dans l’espoir que sa réforme fût adoptée et estimait y voir désormais assez clair pour s’exprimer de façon catégorique62. Alors que toute société devait être gouvernée selon les principes du Décalogue pour fonctionner convenablement, la France s’était écartée de cette voie, écrivait-il, depuis plusieurs siècles, mais principalement depuis la Révolution. Les corps intermédiaires, loin de défendre les individus et la société civile, étaient responsables de leur oppression. Le parlementarisme, convulsionnaire par essence, était le plus responsable d’entre eux. La souveraineté devait donc revenir, non au Parlement, mais à un monarque qui s’appuierait préférentiellement sur des groupes de techniciens et de personnes compétentes et tendues vers le même but comme le Conseil privé anglais. Le Parlement, divisé nécessairement en deux chambres, là encore sur le modèle britannique, devait se borner à soumettre aux gouvernants le vœu des populations et à discuter et voter le budget et les lois – non les lois suprêmes qui ne pouvait relever que de Dieu, mais de simples règlements sociaux. S’il outrepassait ses droits ou violait la loi de Dieu et le droit des gens, une Cour suprême composée de juges nommés à vie par le souverain, pourrait lui opposer son veto63.

20Ces réflexions de Le Play traduisaient la déception principale de sa vie, celle de n’avoir pu faire adopter sa réforme morale et sociale de la France dont la débâcle de la guerre de 1870 avait témoigné, s’il en fut besoin, de la nécessité.

21Il avait essayé de le faire au Sénat du Second Empire, la seule des assemblées parlementaires au sein de laquelle il avait accepté de siéger. Le régime refusait les querelles partisanes qu’il abhorrait tant et le Sénat ne devait justement pas, en vertu de la Constitution, entrer dans de vaines et stériles discussions politiques, mais se concentrer sur des questions fondamentales. Il devait ainsi se préoccuper des aspirations des Français, en examinant, par exemple, les pétitions qu’il recevait d’eux. Le Play pensait aussi que la première assemblée du régime soutiendrait ses efforts car ses membres devaient leur nomination à un souverain qui avait manifesté de l’intérêt pour ses idées et n’appartenaient pas, pour la plupart, à ces « légistes » qu’il détestait tant.

22Il se rendit vite compte de sa méprise. L’immense majorité de ses collègues étaient à la fois effrayés par le constat qu’il leur dressait et peu disposés à remettre en cause des principes et des acquis de la Révolution. Même si Napoléon III, qui avait d’autres priorités, n’avait pas suffisamment soutenu son projet, Le Play lui en tint moins rigueur qu’au parlementarisme. À partir de ce moment-là, il vit en ce dernier le principal obstacle sur la voie de la réforme de la France. La première décennie de la Troisième République ne fit que le conforter dans cette idée.

  • 64 F. Escard, Comment travaillait Le Play, Paris, Société d’économie sociale, 1907, p. 3.
  • 65 Abbé A. Riche, Frédéric Le Play, C. Poussielgue, 1891, p. 52.

23Tout en affirmant qu’il s’était fourvoyé en siégeant au palais du Luxembourg et en prônant une restriction des prérogatives parlementaires, Le Play ne se qualifiait pas moins d’« ancien sénateur » dans ses dernières lettres64 et l’un de ses anciens collègues du Sénat tint l’un des cordons du poêle à ses obsèques65. Il est vrai qu’il s’agissait de Victor Duruy qui, comme lui, avait eu maille à partir avec les assemblées parlementaires !

Notes

1 Paris, Bourloton, 1891, t. IV, p. 107-108. Émile Cheysson, P. Collignon et Dorothy Herbertson n’accordent, au mieux, que trois phrases au conseiller d’État et au sénateur dans leurs ouvrages respectifs Frédéric Le Play. L’homme, la méthode, la doctrine, Paris, Guillaumin, 1896 ; Frédéric Le Play. Sa conception de la paix sociale, Paris, Domat-Monchrestien, 1932 et Frédéric Le Play, Ledbury, Le Play House Press, 1951. Quant à Catherine Bodard Silver, elle fait entrer Le Play au Sénat cinq ans trop tôt dans Frédéric Le Play, On Family, Work and Social Change, Londres et Chicago, The University of Chicago Press, 1982.

2 Archives nationales (Arch. nat.), 400 AP papiers du prince Napoléon, 400 AP 134.

3 Bibliothèque nationale (BN), papiers Nefftzer, ms. Nouvelles acquisitions françaises (Naf) 18 298.

4 Le Play d’après sa correspondance, Paris, V. Lecoffre, 1906.

5 Bibliothèque de l’Institut, fonds Le Play, mss 6062 à 6064. Édouard Secrétan en a déjà souligné l’intérêt dans son article : « Cent lettres inédites du prince Napoléon à Le Play (1855-1867) »,Les Études sociales, nouvelle série, n° 117, 1988, p. 5 et suiv.

6 Il pensait ici à Tocqueville d’un an son aîné, entré à la Chambre en 1839, après une première candidature infructueuse en 1837.

7 C. de Ribbe, op. cit., p. 53.

8 Ibid., p. 130-131 et M.Z. Brooke, Le Play : engineer and social scientist, Londres, Longman, 1970, p. 17.

9 F. Le Play, Voyages en Europe (1829-1854), Paris, E. Plon, Nourrit et Cie, 1899.

10 F. Arnault, Frédéric Le Play. De la métallurgie à la science sociale, Presses universitaires de Nancy, 1993, en particulier p. 161.

11 C. de Ribbe, op. cit., p. 65.

12 V. Wright, Le Conseil d’État sous le Second Empire, Paris, A. Colin et Presses de la FNSP, 1972, annexe II.

13 Enquête sur la boulangerie du département de la Seine ou recueil des dépositions concernant les commerces du blé, de la farine et du pain faites en 1859, Paris, Imprimerie impériale, 1859 ; Question de la boulangerie du département de la Seine, Paris, Imprimerie impériale, 1860.

14 Arch. nat., 400 AP 136, dossier ministère de l’Algérie et des Colonies, correspondance et rapports.

15 Voir J. Walch, Michel Chevalier, économiste saint-simonien (1806-1879), Paris, J. Vrin, 1975.

16 Bibliothèque de l’Institut, fonds Le Play, ms. 6062, lettre du prince rédigée à Port-Saïd et datée du 17 juin 1863.

17 Respectivement Drouyn de Lhuys, Mocquard, de Germiny, Waldner de Freundstein, Marey-Monge, Mentque, Reveil et Monier de la Sizeranne.

18 Arch. nat., 400 AP 134, lettre de Le Play au prince du 12 novembre 1863.

19 Sainte-Beuve que le prince Napoléon lui avait présenté s’enthousiasma pour l’ouvrage de Le Play (Arch. nat., 400 AP 134). Quant à la Société dont il était le secrétaire général, elle avait pour censeurs deux sénateurs (Dumas et Charles Dupin), en comptait un troisième parmi ses vice-présidents (Michel Chevalier) et deux autres parmi ses membres honoraires (de Saulcy et le baron de Vincent). Voir Bulletin de la Société internationale des études pratiques d’économie sociale en particulier novembre 1865, t. I, p. 294 et suiv. et C. de Ribbe, op. cit., p. 49 et suiv.

20 Moniteur universel, n° 364 du 30 décembre, p. 1643. Il fut le seul nommé du jour, le premier depuis le décret du 18 novembre précédent qui créait cinq nouveaux sénateurs et le dernier avant celui du 12 mars 1868 qui distingua le général Failly. Ce même 29 décembre Le Play quitta le Conseil d’État où il avait siégé pendant douze ans et dont il fut retraité dès le 9 janvier suivant.

21 J. Lacointa, Étude sur la vie et les travaux de F. Le Play, extrait du Correspondant, Paris, J. Gervais, 1882, p. 12.

22 Moniteur universel, n° 96 du 6 avril 1865, p. 392 et suiv.

23 F. Le Play, Les ouvriers européens, Tours, Mame, 1877-1879, p. 44 et F. Auburtin, Frédéric Le Play d’après lui-même, Paris, V. Giard et E. Brière, 1906, p. 30 et suiv.

24 C. de Ribbe, op. cit., p. 76.

25 La réforme sociale, Paris, Plon, 1864, 2 vol., réimpr. Slatkine, 1982, p. 338 et suiv.

26 Moniteur universel, n° 4 du 4 janvier 1868, p. 16.

27 À partir du 3 mars 1870, il commença par exemple à travailler activement au sein de la commission extraparlementaire de décentralisation administrative nommée quinze jours plus tôt et présidée par Odilon Barrot. Journal officiel de l’Empire français, n° 52 du 22 février 1870, p. 345.

28 En particulier la liquidation des comptes de l’Exposition de 1867 qui posa longtemps problème. Voir à ce sujet la lettre que lui écrivit son collègue du Sénat, le préfet de la Seine, Henri Chevreau, le 29 avril 1870. Bibliothèque de l’Institut, fonds Le Play, ms. 6062.

29 Moniteur universel, n° 60 du 29 février 1868, p. 309.

30 Journal officiel de l’Empire français, n° 35 du 5 février 1870, p. 248.

31 Journal officiel de l’Empire français, n° 107 du 19 avril 1870, p. 696 et 705 et n° 108 du 20 avril 1870, p. 702-703.

32 Journal officiel de l’Empire français, n° 165 du 18 juin 1870, p. 1034 et nos suivants.

33 Moniteur universel, n° 12 du 12 janvier 1868, p. 60.

34 Moniteur universel, n° 145 du 24 mai 1868, p. 720-721.

35 Journal officiel de l’Empire français, n° 244 du 5 septembre 1869, p. 1190.

36 Journal officiel de l’Empire français, n° 108 du 20 avril 1870, p. 705.

37 F. Auburtin, op. cit., p. 36 et suiv.

38 Par un décret du 15 mai 1869.

39 Par ailleurs, Le Play avait réussi à faire de Julien Tournier, membre de la Société et archiviste de l’Assistance publique, l’un des secrétaires-rédacteurs des séances. Voir Bulletin de la Société interne des études pratiques d’économie sociale, t. III, décembre 1869, p. 229 et suiv.

40 Bibliothèque de l’Institut, fonds Le Play, ms. 6063, lettre de Jannet du 19 février 1869. Journal officiel de l’Empire français, n° 78 du 19 mars 1869, p. 373 et suiv. ; n° 113 du 24 avril 1869, p. 601 et suiv. ; n° 116 du 27 avril 1869, p. 626 et suiv. et n° 117 du 28 avril 1869, p. 636 et suiv.

41 Il n’eut pas plus de succès auprès de deux membres du Gouvernement devant lesquels l’Empereur l’avait encouragé à présenter son ouvrage. Voir F. Le Play, Les ouvriers européens, op. cit., p. 45 et suiv. et F. Auburtin, op. cit., p. 37 et suiv.

42 É. Ollivier, L’Empire libéral, Études, récits, souvenirs, Paris, Garnier frères, t. XI de 1907, p. 600 : lettre du 30 avril 1869 et t. XII de 1908, p. 622 : lettre du 25 décembre suivant.

43 Journal officiel de l’Empire français, n° 176 du 29 juin 1870, p. 1117.

44 Voir par exemple BN, ms. Naf 18 298, f° 47 : lettre à Nefftzer du 7 février 1870 et C. de Ribbe, op. cit., p. 85.

45 C. de Ribbe, op. cit., p. 104.

46 Ibid., p. 95.

47 Journal officiel de l’Empire français, n° 218 du 10 août 1870, p. 1392.

48 Voir Journal officiel de l’Empire français, n° 219 du 11 août 1870, p. 1399 et nos suivants ainsi que C. de Ribbe, op. cit., p. 105.

49 Journal officiel de la République française, n° 245 du 6 septembre 1870, p. 1530.

50 Bibliothèque de l’Institut, fonds Le Play, ms. 6064.

51 Il reprit l’essentiel de ces idées dans La paix sociale après le désastre qu’il fit paraître quelques semaines plus tard, chez Mame, à Tours.

52 Bibliothèque de l’Institut, fonds Le Play, ms. 6064, lettre du 15 septembre 1870.

53 Bibliothèque de l’Institut, fonds Le Play, ms. 6063, lettre du 24 septembre 1870.

54 Bibliothèque publique et universitaire de Genève, fonds H. Loyson, ms. fr. 2961, f° 111-112. Le contenu de cette lettre nous a été communiqué par Matthieu Bréjon de Lavergnée que nous remercions.

55 Notons toutefois qu’il se gardait de rappeler avoir brigué la fonction sénatoriale, en usant du raccourci suivant : « porté au Sénat par le développement naturel de ma carrière d’ingénieur et d’administrateur ».

56 Tours, Mame et Paris, Dentu, 1872, p. 497 et suiv.

57 L’Union de la paix sociale. Origine des correspondances sur l’Union, Tours, Mame, 1874, 2e éd., p. 4 et suiv.

58 F. Auburtin, op. cit., p. 40.

59 L’Union de la paix sociale. Correspondance n° 2, Tours, A. Mame et fils, septembre 1872, p. 6.

60 L’Union de la paix sociale. Correspondance n° 4, Tours, A. Mame et fils, février 1873, p. 47 et suiv.

61 L’Union de la paix sociale. Correspondance n° 8, Tours, A. Mame et fils, mars 1875 (Correspondance Pradié-Le Play).

62 Voir E. Parent de Curzon, Frédéric Le Play, sa méthode, sa doctrine, son œuvre, son esprit, Poitiers et Paris, H. Oudin, 1899, p. 193 et suiv.

63 La réforme en Europe et le salut de la France, Tours, A. Mame et fils [1876], p. 152 et suiv., p. 225 et suiv., p. 240 et p. 271. Sa préface au Programme de gouvernement et d’organisation sociale d’après l’observation de divers peuples qui parut à la Libraire de la Société bibliographique, en 1881, quelques mois seulement avant sa mort et qui fut, en quelque sorte, son testament politique et social, n’en dit pas plus.

64 F. Escard, Comment travaillait Le Play, Paris, Société d’économie sociale, 1907, p. 3.

65 Abbé A. Riche, Frédéric Le Play, C. Poussielgue, 1891, p. 52.

Auteur

Historien, maître de conférences à l’université de Paris IV (Centre de recherches en histoire du xixe siècle) et IEP Paris

© Presses des Mines, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540