Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frédéric Le Play

 | 
Antoine Savoye
, 
Fabien Cardoni

Première partie. Le savant et le politique

Frédéric Le Play et l’Exposition universelle de 1867

Edouard Vasseur

Texte intégral

  • 1 Cette étude est fondée sur la thèse soutenue par l’auteur en décembre 2005 à l’université de Paris (...)

1Afin de mieux appréhender l’importance de l’Exposition universelle de 18671 dans la vie et dans la carrière de Frédéric Le Play, regardons la statue que ses disciples lui ont élevée à quelques pas de l’École des mines, dans le jardin du Luxembourg.

2Frédéric Le Play y est représenté en sénateur, assis sur un fauteuil curule. Sur le socle en pierre sont gravés les noms de ses principaux ouvrages, hommage à celui qui a obtenu le prix Monthyon pour ses travaux. Si l’on contourne le massif au milieu duquel est placée cette statue, en regardant bien, on aperçoit, sous le fauteuil, un plan. Ce plan, c’est celui du palais du Champ-de-Mars construit pour l’Exposition de 1867, du « chaudron de M. Le Play » comme l’appela Frantz Jourdain. Ainsi, pour les disciples de Frédéric Le Play, l’Exposition universelle de 1867 se situe dans l’œuvre de leur grand homme au même plan que ses ouvrages. C’est dire l’importance qu’ils y attachent.

3L’Exposition universelle de 1867 constitue sans l’ombre d’un doute l’apogée de la carrière d’homme publique de Frédéric Le Play. Pendant six ans, de 1865, date à laquelle il est officiellement nommé commissaire général, jusqu’en 1871, date à laquelle prend fin la liquidation de l’événement, l’Exposition universelle constitue une de ses principales sinon sa principale activité. Placé à la tête d’une administration temporaire, il est chargé d’assurer le succès d’une manifestation de prestige organisée par le gouvernement impérial.

Le concepteur

  • 2 Moniteur universel (21 février 1865).

4Le 1er février 1865, un peu moins de deux ans après la convocation officielle d’une exposition universelle pour 1867 à Paris, un décret impérial nomme une commission de quarante personnes chargée de préparer l’événement. À la tête de cette commission est placé le prince Napoléon, cousin de l’Empereur, tandis que Frédéric Le Play est nommé commissaire général2.

5Les expositions nationales des produits de l’industrie et les expositions universelles ne sont pas une nouveauté pour ce dernier. Depuis l’Exposition de 1849, il a en effet régulièrement fait partie des jurys chargés de décerner les récompenses lors de ces manifestations, en raison de sa connaissance du milieu des mines et de la métallurgie.

  • 3 À ce sujet, consulter le rapport officiel de la commission impériale : N.-J. Bonaparte, Rapport su (...)
  • 4 Moniteur universel du 15 mai 1861.
  • 5 Voir le rapport rédigé par Frédéric Le Play : Rapport de l’administration de la commission impéria (...)

6Le Play est nommé par décret du 24 décembre 1853 membre de la commission impériale dans la section consacrée à l’agriculture et à l’industrie3. Il est notamment responsable de la classification des produits, sans responsabilité administrative dans le commissariat général dirigé par le directeur du Conservatoire impérial des arts et métiers, le général Morin. Les difficultés rencontrées par Morin dans l’organisation de l’événement, notamment en raison de l’inadaptation du palais de l’Industrie (en cours de construction) à la nouvelle envergure internationale de l’Exposition s’avèrent sérieuses et contraignent la commission impériale à retarder l’inauguration de l’Exposition. Sitôt celle-ci effectuée le 15 mai 1855, le général Morin est remercié et remplacé par Frédéric Le Play le 23. Ce dernier réussit à transformer des débuts difficiles en succès, notamment grâce à l’organisation réussie de la cérémonie des récompenses dans un palais de l’Industrie à peine libéré de ses stands. Cette expérience s’est avérée décisive pour Le Play quand il s’est agi de préparer l’Exposition de 1867 et les nombreuses réflexions insérées par Le Play et le prince Napoléon dans le rapport final sur l’organisation de l’Exposition de 1855 servent largement de base aux réflexions préparatoires dix ans plus tard. Le 14 mai 1861, pour préparer la participation française à l’Exposition universelle de Londres de 1862, Le Play est nommé secrétaire général d’une nouvelle commission impériale4. Il ne devient officiellement commissaire général que le 19 mars 1862. Cette tâche de moindre ampleur est néanmoins menée avec succès par Le Play et est également riche en enseignements5.

7Cette expérience de deux expositions est d’une importance capitale pour comprendre les décisions et les infléchissements apportés par Le Play en 1867.

Les grandes lignes

  • 6 Cette correspondance est conservée à la Bibliothèque de l’Institut de France (fonds Frédéric Le Pl (...)
  • 7 Arch. nat., fonds Napoléon, 400 AP 134, lettre de Frédéric Le Play au prince Napoléon,12 septembre (...)
  • 8 Arch. nat., F12 3024 et 5006, lettres d’Haussmann des 26 et 31 janvier 1865.

8La préparation de l’Exposition de 1867 commence en réalité bien avant le 1er février 1865, comme nous le révèle la correspondance échangée entre Le Play et le prince Napoléon6. Avant même la liquidation de l’Exposition de 1862, Le Play semble avoir réfléchi aux nouveautés à apporter7. Dès janvier 1865, Le Play est fréquemment consulté par le Prince sur la composition de la future commission impériale et il participe à la réunion préparatoire organisée au Palais-Royal entre le 18 et le 25 janvier8. Le décret du 1er février et les premières décisions prises par la commission impériale sont donc très largement inspirés par lui.

  • 9 Bibliothèque de l’Institut de France, ms. 6062, lettre n° 105 du prince Napoléon à Frédéric Le Pla (...)

9En premier lieu, il intervient directement dans le choix du montage financier. Traditionnellement, les expositions françaises sont financées par le budget de l’État, alors que les expositions anglaises ont recours aux capitaux privés. Le Play ne tranche en faveur d’aucun des deux modèles et se montre favorable à une solution mixte, conformément au vœu qu’il a émis dans le rapport de l’Exposition de 1855. Pour combler les pertes prévisibles de l’événement, il préconise l’association de subventions de l’État et de la Ville de Paris à une garantie des recettes propres de l’Exposition par des capitaux privés. Le Play reste néanmoins prudent et il préfère fixer au tiers la part du budget sur fonds propres, tandis que le Prince pense que l’association pourra garantir la moitié du budget9. La formule proposée par Le Play est d’ailleurs validée par le Gouvernement avec le décret du 1er février 1865.

  • 10 Moniteur universel du 16 juillet 1865.

10L’expérience acquise par Le Play lors des expositions précédentes est également prise en compte lors de la rédaction du règlement général et du projet de classification10. Une fois encore, Le Play infléchit largement la tradition. Il tente principalement de remédier aux difficultés rencontrées en 1855 et en 1862 dans la sélection et l’installation des produits en recentralisant cette procédure et en réduisant drastiquement le rôle dévolu aux comités départementaux, auparavant chargés de la sélection directe des exposants. Ceux-ci n’ont plus désormais qu’un rôle de relais entre la commission et les exposants. La sélection et la répartition de l’espace entre producteurs seront faites à Paris, par des comités d’admission placés sous le contrôle de la commission impériale. Il laisse cependant la possibilité à ces comités de se regrouper en comités régionaux, dans un esprit proche de sa conception de l’administration locale exprimée dans La réforme sociale.

  • 11 Voir à ce sujet les rapports des commissions impériales de 1855 (N.-J. Bonaparte, Rapport sur l’Ex (...)

11Le Play reprend également le système de classification qu’il transforme en profondeur. En 1855, il avait conçu une classification fortement inspirée de l’exemple anglais de1851 et qui organisait les objets en fonction de leur mode de production et de la matière première des produits livrés au commerce – à titre d’exemple, la métallurgie, le bronze d’art et la bijouterie se retrouvaient ainsi dans le même groupe de produits. En 1867, l’esprit est totalement différent, puisque c’est désormais la destination des produits, donc leur consommation, qui prime – le bronze d’art est ainsi intégré au groupe consacré à l’ameublement, la bijouterie au groupe consacré au vêtement et à la parure, la métallurgie aux industries extractives et à la transformation des matières premières. Par ailleurs, Le Play accroît considérablement, nous allons le voir, la part dévolue à la question sociale11.

Les bâtiments

  • 12 N.-J. Bonaparte, Rapport sur l’Exposition universelle de 1855, op. cit., p. 42 et suiv.

12Frédéric Le Play intervient également fortement dans la question des bâtiments de l’Exposition. L’expérience de 1855 est alors primordiale puisque les difficultés importantes rencontrées alors avaient inspiré d’importantes réflexions au prince Napoléon et à Le Play dans le rapport final de 1857. En effet, l’inadaptation du palais de l’Industrie, prévu pour une exposition nationale des produits de l’industrie, à l’ouverture de l’événement aux autres nations, avait imposé des choix discutables car réalisés dans l’urgence. Des bâtiments provisoires (annexe du cours La-Reine, palais des Beaux-Arts de l’avenue Matignon, rotonde du panorama et galeries de liaison) avaient été successivement construits, occasionnant retard et complexité des parcours au sein de l’Exposition. Pour Le Play, cette situation avait failli compromettre le succès de l’Exposition et avait entraîné des dépenses inutiles. Aussi en sortit-il persuadé qu’il convenait de rejeter la réutilisation de locaux non prévus pour cet événement et, qu’en conséquence, il fallait construire à chaque fois un bâtiment neuf, adapté au programme et à l’époque. Selon lui, ce bâtiment devait être provisoire et de plain-pied pour éviter les ruptures de charge rendues inévitables dans le cas de galeries en étage. Un pareil bâtiment aurait également l’avantage de rendre possible le système de double classification par type de produit et par nation que recommande le prince Napoléon dans le rapport de 185712.

  • 13 On peut citer les projets d’Alexis Barrault (Baude, « Exposition universelle de 1867 : note sur un (...)
  • 14 On en a la preuve dans la correspondance échangée entre Le Play et Bassompierre, ingénieur des Pon (...)
  • 15 Bibliothèque de l’Institut de France, fonds Frédéric Le Play, ms. 6062, lettre n° 105 du prince Na (...)

13Le Play reprend ces idées en 1865 et établit, vraisemblablement, son projet dès le mois de mars, alors qu’architectes et ingénieurs publient de nombreuses propositions dans la presse généraliste comme spécialisée13. Il arrête son choix sur un bâtiment de forme globalement elliptique – en réalité deux demi-cercles reliés par un grand rectangle – à un seul étage et composé d’anneaux concentriques coupés par des sections rayonnantes. Les anneaux concentriques doivent accueillir les produits d’une même catégorie tandis que les secteurs transversaux rassembleront les produits d’une même nation, permettant une double lecture de l’Exposition. Au sujet de l’emplacement, la préférence de Le Play va au Champ-de-Mars, terrain d’entraînement de l’armée14. Il obtient le soutien sans faille du prince Napoléon, bien nécessaire quand le projet du commissaire général rencontre l’hostilité ou la méfiance du préfet Haussmann, du ministre de la Guerre et de l’Empereur lui-même, au départ plutôt favorable à une localisation à la plaine Monceau. Le Prince met sa démission dans la balance et soutient pleinement son commissaire général15.

  • 16 Arch. nat., F12 11 894, vol. 1.
  • 17 Moniteur universel des 29 et 30 juin 1865.
  • 18 E. J. Payne, G. Maw, Exposition universelle française de 1867 : plan du palais de l’Exposition, co (...)
  • 19 Arch. nat., F12 2931, f°13-15, correspondance active de Frédéric Le Play, lettre à M. de Lavenay, (...)

14Les différentes institutions responsables de valider ce projet sont difficiles à convaincre. À la commission impériale, Le Play doit affronter, lors de la présentation par Dumas du rapport du sous-comité des plans les 15 et 18 juin 1865, l’hostilité d’Haussmann et du surintendant de Nieuwerkerke qui associent leurs arguments propres pour faire échouer le projet : Haussmann critique l’emplacement et le coût, voire l’utilité du projet, Nieuwerkerke, l’union des arts et de l’industrie. Le Play est en revanche soutenu par les industriels parisiens, par Dumas et par les ministres Rouher, Behic et le maréchal Vaillant qui portent l’estocade16. Le préfet de la Seine ne reparaît d’ailleurs jamais à la commission impériale… Les critiques reprennent devant le Corps législatif, ce qui pousse Rouher et Émile Ollivier à intervenir17. Le 2 juillet, lorsque le Sénat ratifie le vote favorable du Corps législatif, Le Play a gagné la partie. Il se voit néanmoins contester la paternité du projet retenu par deux Anglais, Edward J. Payne et George Maw qui ont publié le 16 février 1861, dans The Builder, le plan d’un édifice destiné à accueillir des expositions, ressemblant fortement à celui de Frédéric Le Play. Ce projet a été adressé en 1861 à Mocquard, secrétaire particulier de l’Empereur, et le 8 mai 1865 au secrétaire général de la commission impériale, Béguyer de Chancourtois18. Cependant, les idées de Le Play sont à cette date déjà arrêtées et il n’hésite pas à défendre la paternité entière du projet dans une lettre à Lavenay, commissaire du Gouvernement devant le Corps législatif, datée du 17 juin 1865 : « Vous savez mieux que personne, Monsieur et cher collègue, que le projet en question est l’œuvre du commissaire général, le résultat de quinze années de réflexion et de la pratique approfondie de trois Expositions universelles19. »

Le volet social

15Le Play joue un rôle majeur dans le tournant social pris par l’Exposition qu’il considère comme une occasion inespérée de mettre en avant ses théories. Le volet social de l’Exposition, tel qu’il est voulu par Le Play, prend deux formes : une exposition et un concours.

16Dans le cadre de la classification générale, Le Play introduit un groupe spécifique, en plus des neuf existants. Il s’agit pour lui de mettre en valeur les objets et éléments susceptibles d’améliorer la condition ouvrière. Le but de ce groupe n’est donc pas commercial, mais moral et social.

17Ce groupe comprend les sept classes suivantes :

  • classe 89 : matériel et méthodes de l’enseignement des enfants ;
  • classe 90 : matériel et bibliothèques de l’enseignement donné aux adultes dans la famille, l’atelier, les communes ou la corporation ;
  • classe 91 : meubles, vêtements et aliments de toutes origines distingués par les qualités utiles, unies au bon marché ;
  • classe 92 : spécimens des costumes populaires de diverses contrées ;
  • classe 93 : spécimens d’habitations caractérisées par le bon marché uni aux conditions d’hygiène et de bien-être ;
  • classe 94 : produits de toutes sortes fabriqués par des ouvriers chefs de métier ;
  • classe 95 : instruments et procédés de travail spéciaux aux ouvriers chefs de métier20.
  • 21 F. Le Play, La méthode sociale, Tours, A. Mame et fils, 1879, rééd. : Paris, Méridiens-Klincksieck (...)
  • 22 « Séance du 8 avril 1866 », Bulletin de la société internationale des études pratiques d’économie (...)

18Cette classification est très liée à l’œuvre de Le Play. Pour ne prendre qu’un exemple, il faut rappeler l’opinion de Le Play sur les costumes traditionnels : « un costume distinctif pour chaque contrée rappelle utilement à toutes les classes le souvenir de la race, de la province, de la profession. Il entretient des habitudes de solidarité plus utiles que ne le sont des aspirations vagues vers l’égalité des conditions et la fusion des nationalités. L’adoption d’un costume uniforme efface parfois plutôt qu’il ne développe le sentiment de dignité personnelle21. » Le groupe X est conçu par Le Play comme une marche vers l’idéal, un exposé des remèdes qui peuvent guérir ou du moins apaiser les tensions sociales. Il est surtout un reflet du travail mené par Le Play depuis trente ans car on retrouve, de manière quasi intégrale, l’ensemble des chapitres de dépenses et des « modes d’existence » des familles ouvrières. La Société internationale des études pratiques d’économie sociale (SIEPES) projette d’ailleurs de participer au concours dans le groupe X en installant dans le parc du Champ-de-Mars, pendant la durée de l’Exposition, une famille d’ouvriers chefs de métier, exerçant leur profession sous les yeux des visiteurs, et se recommandant pour sa vertu22.

  • 23 F. Le Play, La réforme sociale, Paris, H. Plon, 1864 ; 2e éd. : Paris, Dentu, 1866, t. 2, p. 38-39
  • 24 Arch. nat., F12 11 894, vol. 3, f°140-144, procès-verbaux du comité des finances et des règlements (...)
  • 25 Moniteur universel du 10 juin 1866.

19Mais le volet principal pour Le Play n’est pas l’exposition, c’est le concours qu’il décide d’organiser. Dans La réforme sociale, il a déjà formulé l’idée qu’une exposition universelle constitue une occasion extraordinaire pour l’État de mettre son rôle d’enquêteur au service du patronage et de l’amélioration de la condition ouvrière23. Le Play profite donc de sa position de commissaire général pour mettre en place, au printemps 1866, une grande enquête sociale destinée à constater les exemples de bien-être ouvrier signalés par les autorités locales, à rassembler un matériau brut de connaissances et à confier à un jury spécial la tâche de récompenser les patrons méritants. Ce projet rencontre un accueil favorable au sein de la commission impériale, même si plusieurs membres, dont Michel Chevalier, s’inquiètent de la complexité des opérations et du risque de rétrécir l’éventail des récompenses en écartant des solutions modernes et intéressantes comme celle de Schultze-Delitzsche en Prusse24. Par décret du 9 juin 1866, le projet du commissaire général validé par la commission impériale est approuvé par le Gouvernement25.

20Dès le début, l’influence de Le Play est donc forte. Tirant profit de ses expériences passées de 1855 et 1862, Le Play impose, à travers quelques mesures clés, sa vision des expositions : association des capitaux privés aux fonds publics, rationalisation de la sélection des exposants, transformation de la classification, choix d’un bâtiment temporaire, ouverture sur la question sociale.

L’organisateur

21Frédéric Le Play ne se contente cependant pas d’être l’inspirateur de l’Exposition universelle. Il en est également le maître d’œuvre au poste clef de commissaire général. À ce titre, il a un seul objectif : réussir l’événement. Pour y parvenir, tout était néanmoins à faire : assurer le fonctionnement de la commission impériale, recruter à partir de rien une équipe administrative et l’animer. Les délais sont très courts puisqu’il ne dispose que d’un peu moins de deux ans pour parvenir à élever un bâtiment, sélectionner les exposants et faire en sorte qu’ils organisent leur installation, dialoguer avec les commissaires étrangères et leurs organisateurs, fournir aux exposants comme aux visiteurs les services qu’ils attendent, etc.

Le fonctionnement de la commission impériale

  • 26 Les comptes rendus des délibérations sont conservés aux Arch. nat. sous les cotes F12 11 894 et 11 (...)

22Pour permettre un travail efficace de la commission impériale, composée de soixante membres, Le Play et le prince Napoléon décident que les études préparatoires seront confiées à des comités composés uniquement de quelques membres spécialisés dans les affaires à étudier. Les principaux reflètent les activités majeures de la commission : le comité des constructions, le comité des finances, le comité du parc. Les réunions sont ensuite régulières, environ une fois par quinzaine pour le comité des constructions et une fois par mois pour le comité des finances. Des comités spéciaux sont parfois créés temporairement pour l’étude d’une question ponctuelle : le règlement, les cérémonies, etc26.

23Au sein de la commission et des comités, le rôle de Le Play est tout à fait prépondérant. Il assiste ainsi à 23 séances sur 27 de la commission impériale, à 51 séances du comité des constructions sur 62, à 28 séances du comité des finances sur 29 et à 19 séances du comité des finances et du parc sur 20, d’après les registres de délibérations conservés au Centre historique des archives nationales. Les seules absences constatées sont celles dues à ses séjours annuels à Ligoure à l’automne, époque où les ministres vice-présidents prennent le relais de l’animation des débats. Lors des débats, Le Play est très présent et ne manque jamais une occasion de défendre ce qu’il considère comme son projet, longuement mûri, et qu’il a enfin l’occasion de mettre en application. À plusieurs reprises, les débats sont vifs avec les membres des comités. C’est le cas avec Haussmann lors de la présentation du projet de bâtiment, avec Michel Chevalier sur la mise en place du jury spécial du nouvel ordre des récompenses (Michel Chevalier souhaitant récompenser les progrès et non les témoignages de bien-être et d’harmonie), ou avec Baroche et le général Favé quand il s’agit de définir l’ampleur de la cérémonie des récompenses (la vieille garde refusant de faire participer l’Empereur à une fête populaire). À chaque fois, Le Play bénéficie du soutien des ministres, notamment Rouher et le maréchal Vaillant, de ses principales relations comme Dumas et Chevalier, mais aussi de la majorité silencieuse des industriels parisiens qui, n’ayant pas un grand rôle dans l’élaboration des décisions, les approuvent massivement lors des séances plénières.

Une équipe

24Pour l’aider dans son travail quotidien de chef du commissariat général de l’Exposition, Le Play est secondé par une petite équipe administrative recrutée avec soin et avec laquelle, en grande majorité, s’établissent des relations de confiance.

  • 27 Léon Donnat est nommé chef de service par arrêté du prince Napoléon en date du 25 février1865 (Arc (...)
  • 28 Alfred Aldrophe commence son service dès le 1er février 1865 (Arch.nat., F122922, arrêté du minist (...)
  • 29 Le détachement de Tagnard est expressément demandé par le prince Napoléon au ministre des Finances (...)
  • 30 Adolphe Focillon est nommé chef de service par arrêté du prince Napoléon en date du 25 février1865 (...)

25Les cadres du commissariat général sont embauchés dès la parution du décret de février 1865 par le prince Napoléon et Le Play. Les premières nominations sont significatives car se reforme rapidement une petite équipe de fidèles éprouvés. Léon Donnat, jeune ingénieur des Mines sorti de l’École en 1856 et ancien responsable de la partie française de la galerie des machines en 1862, est chargé de la préparation des plans de construction27. Il est aidé dans cette tâche par Alfred Aldrophe, architecte issu de l’École impériale des beaux-arts qui avait également fait partie des services du commissariat général en 186228. Le service de la comptabilité et de la caisse est confié à Tagnard, receveur particulier à Uzès qui avait déjà rempli cette fonction en 1855 et qui a toute la confiance du Prince29. Adolphe Focillon, enfin, est chargé de la préparation du règlement et de la classification, en collaboration avec Le Play. Il faut rappeler que Focillon a été professeur à l’École d’administration créée en 1848 où Le Play a joué un rôle déterminant, qu’il avait participé aux commissariats généraux de 1855 et de 1862,qu’il était fondateur de la SIEPES et, qu’en outre, il avait épousé une cousine de Le Play. On peut encore évoquer les noms de Béguyer de Chancourtois, ingénieur des Mines et élève de Le Play, nommé commissaire général adjoint. Les proches du commissaire général, tous membres de la SIEPES, peuplent donc dès l’origine les services. Le Play sait pouvoir compter sur leur efficacité et leur collaboration30. Les besoins du service imposent néanmoins à Le Play de recruter de nouveaux éléments pour diriger les services créés peu à peu. Trois personnages vont ainsi entrer dans la galaxie leplaysienne.

26Le premier est Georges Berger, jeune ingénieur des Mines, qui devient le collaborateur de Donnat avant d’être chargé des installations étrangères. Il subit l’influence du commissaire général qui le fait rentrer à la SIEPES en décembre 1865.

  • 31 On retrouve des traces de leur opposition dans la correspondance qu’ils échangent et dans certains (...)

27Le second est Jean-Baptiste Krantz, choisi in extremis pour diriger le service des constructions chargé de mettre en œuvre le projet de bâtiment du commissariat général. Assisté de l’architecte Léopold Hardy, Krantz entre rapidement en conflit avec le commissaire général. Ingénieur des Ponts et Chaussées, Krantz avait pourtant été chaudement recommandé à Le Play. Il s’avère néanmoins moins enclin à subir l’ascendant du commissaire général. La correspondance échangée entre les deux hommes et les débats du comité des constructions révèlent leur progressive mésentente et leurs points de vue différents. Le Play s’oppose aux choix dispendieux prônés par son chef des travaux, que ce soit pour l’établissement des fondations, le choix du mode de couverture des galeries intermédiaires, etc. L’opposition remonte au tout début des travaux, en août 1865 où, dans une note, Krantz critique la volonté de Le Play de réduire les dépenses aux dépens de la monumentalité du palais. Krantz dénonce les demandes de modifications des plans effectuées par Le Play et les exposants, faisant jouer la corde sensible du souvenir de 1855 auprès du commissaire général31.

  • 32 Le prince Napoléon demande le détachement de Cheysson à Behic le 6 mai 1865 (Arch. nat., F12 2930, (...)
  • 33 Émile Cheysson est admis membre de la SIEPES dans sa séance du 28 mai 1865, soit douze jours après (...)
  • 34 Arch. nat., F12 2977, f°320-321, lettre de Le Play à Eugène Rouher, ministre d’État, 17 septembre (...)

28Le troisième est sans doute le plus important : Émile Cheysson. Ingénieur des Ponts et Chaussées, Cheysson est recommandé à Le Play par Brommart, son ancien condisciple à Polytechnique. Cheysson entre dans les services du commissariat général en mai 1865et prend rapidement une place importante dans l’élaboration de la partie ingénieuriale de l’exposition : fourniture de force motrice, installation des chaudières et de la plate-forme de la galerie des machines32. Comme Berger, il subit très rapidement l’influence du commissaire général puisqu’il rejoint la SIEPES dès le 28 mai, soit quinze jours seulement après son arrivée dans les services du commissariat33. L’entente entre les deux hommes sera parfaite et c’est Cheysson qui sera choisi par Le Play pour l’assister dans la tâche de liquider l’Exposition. Dans une lettre adressée à Rouher en septembre1868, Le Play rend d’ailleurs hommage à Cheysson dont le zèle et le talent ont, selon lui, permis une liquidation aussi rapide de l’Exposition34.

Un organisateur pragmatique

29Évoquer le travail de cette équipe est chose difficile. En effet, les archives de la commission impériale, conservées au Centre historique des archives nationales, permettent essentiellement de suivre les travaux de la commission, au travers de ses procès-verbaux. Il est beaucoup plus difficile, faute de comptes rendus de réunions, de suivre les services du commissaire général dans ses activités quotidiennes. Seules les tensions, notamment celles entre Le Play et Krantz, y apparaissent au grand jour.

  • 35 Voir à ce sujet le rapport présenté par Le Play le 26 décembre 1865 (Arch. nat., F12 11 894, vol. (...)
  • 36 Voir à ce sujet les débats du comité des constructions, notamment les séances des 23 août, 6 octob (...)

30Tout au long de la préparation de l’Exposition, Frédéric Le Play manifeste un grand pragmatisme. Son objectif est simple : assurer le succès financier de l’Exposition pour éviter de recourir au capital de garantie. En conséquence, il est amené à prendre des décisions qui s’avérèrent capitales dans l’histoire des expositions universelles35. Tout d’abord, il accepte toutes les mesures destinées à simplifier l’organisation du chantier. Alors que la commission impériale a adopté comme principe de recourir systématiquement à l’adjudication pour la passation des marchés de travaux avec les entreprises, Le Play appuie la proposition de Krantz de ne pas multiplier les intervenants et de confier aux entreprises déjà recrutées et présentes sur le site du Champ-de-Mars les nouvelles opérations décidées36.

  • 37 On citera les exemples des pavillons égyptiens ou ottomans qui ont profondément marqué les visiteu (...)
  • 38 Arch. nat. (Paris), F12 11 895, vol. 5, octobre 1866.

31Deuxièmement, Le Play accepte l’idée que, pour assurer le succès financier de l’Exposition, il faut attirer le public au Champ-de-Mars et faire du spectaculaire. Il constate que le palais, en lui-même, est incapable de susciter autre chose que de la curiosité. Aussi considère-t-il le parc comme un excellent moyen de faire entrer les visiteurs dans l’enceinte de l’Exposition. Dans ce cadre, il incite les pays participants à construire des spécimens de leur architecture nationale, ce qui va donner naissance aux pavillons pittoresques promis à un bel avenir, et décide de donner carte blanche à Adolphe Alphand pour que ce dernier aménage un parc pittoresque dont le chef-d’œuvre est le jardin réservé, voué au concours d’horticulture37. Le Play tente également, mais cette fois-ci en vain, d’organiser un important programme de manifestations et de réjouissances, notamment pour la traditionnelle cérémonie des récompenses38.

32Enfin, il favorise continuellement les entreprises privées et incite la commission à recourir, dès que cela est possible, à des entrepreneurs privés. Pour y arriver, il utilise deux méthodes : l’adjudication des services au plus offrant (ce fut le cas pour l’affichage, les chaises, le catalogue, les photographies) et la fourniture gratuite à titre d’Exposition (c’est le cas pour la fourniture de la force motrice, de l’eau et du gaz ainsi que pour les restaurants). Cette politique, ambitieuse, permet à la commission impériale de faire de substantiels profits mais elle se révèle rapidement dangereuse, car elle ne la met pas à l’abri des mécontents… et donc, des procès.

33Le pragmatisme est ainsi de rigueur, même s’il aboutit à des inflexions importantes du programme des expositions universelles. Définir la part respectif de Le Play et de ses collaborateurs est impossible, mais il est certain qu’il a pris une part importante à l’élaboration de ces décisions.

Le jury spécial du nouvel ordre des récompenses et ses travaux

  • 39 Le Play écrit à Charles de Ribbe le 30 octobre 1866 : « Nous touchons à une épreuve décisive qui n (...)
  • 40 A. Le Roux, « Jury spécial du nouvel ordre des récompenses : rapport », dans M. Chevalier (dir.), (...)
  • 41 Les minutes des séances rédigées par Béguyer de Chancourtois sont conservées aux Archives national (...)

34Le jury spécial débute ses travaux en décembre 1866 et Le Play place rapidement tousses espoirs dans ses résultats39. Le jury comprend neuf membres français : Rouher, Behic, le maréchal Vaillant, Schneider, Talabot, Mgr Darboy, Magne, Le Roux et Le Play40. Tous les pays ayant décidé de concourir sont représentés, sauf l’Angleterre qui craint une récupération politique par Napoléon III. Des critères de jugement sont établis pour juger les cent huit dossiers déjà parvenus à la date du début des travaux. Les dossiers sont confiés à deux membres différents de la commission chargés de proposer une évaluation chiffrée. Un comité permanent de sept membres, sur la base de cette première notation, est ensuite responsable du classement des candidats qui doit être validé par la commission plénière41. La grille établie par Le Play ne manque pas d’intérêt.

  • 42 « Exposition universelle de 1867 à Paris : jury spécial du nouvel ordre des récompenses », Moniteu (...)

35Douze critères sont retenus, pondérés par des coefficients : l’existence de sociétés mutualistes et d’institutions destinées à assurer l’avenir des ouvriers (caisses de secours mutuels, caisses de retraites, pensions de réversion aux veuves et orphelins) ; les efforts faits pour lutter contre le vice et l’intempérance (répression de l’ivrognerie, lutte contre l’influence néfaste des cabarets, lutte contre le concubinage, bon exemple donné par le patron) ; l’organisation d’établissements scolaires (instauration de cours, de bibliothèques, d’une instruction religieuse, de sociétés de musique et de gymnastique) ; l’attribution de gratifications aux ouvriers (primes, participation aux bénéfices) ;l’établissement de subventions ou de pratiques aptes à établir la stabilité chez les ouvriers (dons de terres, d’animaux domestiques, aides pour l’achat d’un remplaçant au service militaire, fournitures à bon marché de biens de première nécessité) ;l’encouragement à l’épargne ; l’absence de débats sur les salaires et de grèves ; la permanence de bons rapports entre patrons et ouvriers ; l’alliance de travaux agricoles et industriels ; l’augmentation du nombre de propriétaires chez les ouvriers ; la protection des jeunes filles ; le maintien des femmes au foyer42. La pondération par coefficients est remarquable, puisqu’elle met en valeur les critères moraux (les six derniers ont des coefficients 4 et 5), ce qui montre le virage moral pris par Le Play dans le courant des années 1860. Comme on peut le voir, Le Play est au cœur de ce projet.

36Tout au long de l’Exposition, Frédéric Le Play agit comme un véritable patron : points réguliers avec le comité de pilotage que constitue la commission impériale et les comités de suivi que sont les différents sous-comités ; travail quotidien avec l’équipe qu’il a constituée, à l’exception des mois d’octobre généralement consacrés à Ligoure. Cela ne l’empêche pas de prendre une part active au jury spécial du nouvel ordre des récompenses auquel il accorde plus de temps à partir de la fin de l’année 1866.

Bilan de l’Exposition

37Le 1er avril, contrairement à ce que tous les commentateurs avaient prédit, l’Exposition ouvre ses portes. Le commissaire général fait au couple impérial les honneurs d’un palais du Champ-de-Mars nettoyé dans la nuit. L’étonnement des journalistes est complet. Quel bilan peut-on tirer de l’action de Frédéric Le Play et de l’Exposition ?

Bilan général

38Grâce à la qualité du travail de la commission impériale, l’Exposition se révèle un succès. Les débuts sont certes difficiles, marqués par de nombreuses installations inachevées, les tensions politiques autour de l’affaire du Luxembourg, ainsi que par un mauvais temps persistant. Le Play réussit cependant à inaugurer l’Exposition le 1er avril comme prévu, mais, dès le lendemain, les ouvriers avaient repris possession du Champ-de-Mars. Ce n’est que dans le courant du mois de mai et surtout au mois de juin, avec la venue à Paris du tsar de Russie et du roi de Prusse que le succès tant attendu arrive. Dès lors, il ne fera plus défaut, avec force réjouissances et têtes couronnées, sur des airs de Strauss, de Gounod, de Verdi et d’Offenbach. La cérémonie des récompenses, le1er juillet, marque l’acmé des festivités, avec, autour de la famille impériale, la présence du Sultan, du khédive et de nombreux princes et princesses étrangers.

  • 43 Commission impériale, Rapport sur l’Exposition universelle de 1867 à Paris. Précis des opérations (...)

39Le succès est avant tout populaire. Alors que l’Exposition de 1855 n’a eu que cinq millions de visiteurs, l’Exposition de 1867 dépasse toutes les attentes avec un peu plus de onze millions de visiteurs. Le mois d’octobre est un succès total, avec plus de1,7 million de visiteurs. Il est impossible de donner un chiffre plus précis, la comptabilisation faite par la commission impériale prenant uniquement en compte le nombre d’entrées individuelles et le nombre de cartes d’abonnement. Théâtres et hôtels font le plein, doublant leur recette habituelle. Le succès est indéniable43.

  • 44 Arch. nat., F12 11 895, vol. 7 et 8.

40Ce succès populaire rejaillit bien évidemment au niveau financier. Certes, l’Exposition est loin d’être excédentaire puisque, déduction faite des subventions accordées par l’État et la Ville de Paris, les recettes se montent à 14 millions de francs et les dépenses à23 millions. Le déficit est donc réduit d’un quart par rapport aux prévisions, ce qui ne peut qu’être mis au crédit de la gestion de Frédéric Le Play. Les recettes supplémentaires sont donc partagées entre l’État, la Ville de Paris et les souscripteurs au capital de garantie qui non seulement n’ont pas eu à mettre les sommes mises en dépôt de garantie à la disposition de la commission impériale, mais encore en retirent un petit dividende. La répartition est faite entre 1869 et 1871, année durant laquelle eut lieu le dernier partage44.

  • 45 Sur la résolution des procès, voir Arch. nat., F12 3122 ainsi que les procès-verbaux de la commiss (...)

41Seul point noir dans la liquidation de l’Exposition : la multiplication des contentieux. Les concessionnaires et les exposants intentent en effet un nombre important de procès contre la commission impériale, dans l’espoir de retirer quelques miettes des « bénéfices » réalisés par la commission. Dans la plupart des cas, la commission sort victorieuse des procès, mais cette multiplication des litiges inquiète fort le commissaire général confronté à quelques procès retentissant comme celui des chaises, celui des restaurants, celui de l’affichage ou celui du cercle international45. La résolution de ce contentieux empêche d’ailleurs la commission de clore ses comptes avant 1871. À cette seule exception près, les opérations de liquidation se déroulent à la satisfaction générale, ce qui ne manque pas de rejaillir sur le prestige personnel du commissaire général.

Bilan du volet social46

  • 46 Voir A. Savoye, « 1867, réformateurs sociaux et représentants ouvriers face à face », Revue de l’é (...)

42L’Exposition, grâce aux efforts de Le Play, donne l’occasion d’une rencontre entre tous les groupes intéressés à l’évolution de la question sociale, patrons, intellectuels et ouvriers. Le bilan que l’on peut tirer de ce volet social est néanmoins contrasté.

  • 47 H. de Parville, L’Exposition universelle de 1867 : guide de l’exposant et du visiteur, Paris, Hach (...)
  • 48 A. Vitu, « Visite de S.M. l’Empereur à la classe 94 », dans F. Ducuing (éd.), L’Exposition univers (...)
  • 49 Commission impériale, Rapport sur l’Exposition universelle de 1867…, op. cit., p. 445-446.
  • 50 F. Ducuing, « Les produits à bas prix : classe 91 », dans F. Ducuing (éd.), L’Exposition universel (...)
  • 51 Armand-Dumaresq, « Spécimens des costumes populaires des diverses contrées », dans M. Chevalier (d (...)

43Pour Le Play, le bilan du groupe X est relativement mitigé. Certes, l’idée généreuse du commissaire général est louée par les critiques comme Henri de Parville et l’Exposition suscite la curiosité, les journalistes signalant le « grand concours du peuple » dans les salles du groupe X47. Certaines classes, comme la 89, la 90 ou la 93, rencontrent un grand succès, avec une forte participation du patronat (Mulhouse, Blanzy, Anzin). La classe 95, consacrée au travail manuel, remporte également un vif succès : les foules s’y pressent pour admirer graveurs, plumassiers, cordonniers, éventaillistes et plombiers d’art. L’Empereur honore d’une visite spéciale les exposants, en présence du commissaire général jouant le rôle de cicérone48. Néanmoins, quelques points obligent à nuancer ce jugement positif car la réussite du groupe est relativement superficielle et ne répond pas aux objectifs de son initiateur. Avec 2 320 exposants, le groupe X est un des plus petits et, surtout, une majorité écrasante des exposants est française49. De plus, les expositions étrangères se concentrent essentiellement dans les classes 89 et 90, consacrées à l’éducation. L’indigence de la classe 91, consacrée aux produits à bon marché destinés à la consommation de masse, est significative50. Les exposants étrangers la boudent, faute de comprendre sa destination, tandis que les Français se méfient d’elle, préférant exposer des produits de luxe ou des chefs-d’œuvre, et cacher leur production à bon marché. L’échec est tout aussi grand dans la classe 92, consacrée aux costumes nationaux, dont la portée sociale est incomprise par les différents exposants. L’« ethnographie » y a en effet plus sa place que la « sociologie » et la marche vers des expositions ethnographiques est en cours51. Les options idéologiques de Le Play sont donc largement incomprises, ce qui explique sans doute son désintérêt croissant pour ce projet et sa concentration sur la préparation du jury spécial du nouvel ordre des récompenses qui sollicite toute son attention.

  • 52 Pour toute cette section, voir le rapport cité dans la note 40.

44Le jury spécial constitue en revanche le couronnement de la carrière de Le Play. Malgré l’abstention de l’Angleterre, il permet en effet d’honorer trente-six industriels et propriétaires pour leur œuvre sociale et philanthropique. Les résultats, publiés au sein du rapport général rédigé sous la direction de Michel Chevalier, décrivent dans l’ordre alphabétique des pays participants les lauréats jugés dignes de figurer au panthéon de l’Exposition52. Les grandes unités industrielles comme La Vieille-Montagne, De Dietrich ou la filature wurtembourgeoise Staub sont les principales bénéficiaires des récompenses. Au point de vue typologique sont récompensées des industries textiles, des industries sidérurgiques et des colonies agricoles. La France et la Prusse sortent largement victorieuses du concours. Les patronats alsacien et vosgien triomphent largement, laissant loin derrière eux les autres régions industrielles françaises. Parmi les entrepreneurs primés, un retient tout particulièrement l’attention de Le Play : l’imprimeur Mame de Tours. Il s’agit d’une entreprise urbaine, formule que Le Play ne recommande pourtant pas particulièrement. Le Play est si impressionné par ses résultats et par les bonnes dispositions sociales de cette maison, notamment à l’égard des femmes qu’elle emploie, qu’il décide désormais d’y faire imprimer l’ensemble de ses travaux. À côté des entreprises lauréates, il faut tout particulièrement signaler les citations, décernées à des institutions proposant des tentatives intéressantes ou des modes de vie communs proches de la pensée sociale de Le Play. On y retrouve aussi bien les expériences catalanes et basques à l’organisation sociale préservée que les artels russes.

  • 53 L. Reybaud, « Du patronage dans l’industrie », Revue des deux mondes, 1867, t. II, p. 737-751.
  • 54 Voir à ce sujet les procès-verbaux de la commission ouvrière : E. Tartaret, Exposition universelle (...)

45Le concours, à la grande satisfaction de Le Play, montre donc que des isolats de bien-être social existent encore. La validité de sa méthode est éprouvée et, grâce à ce concours, il a pu nouer des contacts fructueux avec des collègues étrangers et le monde du patronat, ce qu’une étude des adhésions à la SIEPES permettrait d’affiner. Il ne faut pas oublier que Schneider, qui n’avait pu être récompensé en raison de sa présence au jury, embauchera quelques années plus tard Cheysson comme collaborateur. La reconnaissance officielle vient à Le Play de la lecture officielle du palmarès, le jour de la cérémonie des récompenses, par l’Empereur lui-même. Des critiques, comme Louis Reybaud dans La Revue des deux mondes, persistent néanmoins53. Quant aux ouvriers eux-mêmes, réunis en commission ouvrière grâce aux travaux d’étude encouragés par la commission impériale, ils critiquent à un tel point le patronat qu’ils refusent toute solution qui viendrait de ce dernier54

Bilan dressé par Le Play dans le rapport final

  • 55 Commission impériale, Rapport sur l’Exposition universelle de 1867…, op. cit.

46Le rapport final est l’occasion pour Frédéric Le Play de dresser un bilan sur plusieurs années passées à préparer l’Exposition universelle de 1867. Regroupant un ensemble conséquent de documents statistiques, Le Play s’engage à tirer les conséquences de l’action accomplie55.

47Dans l’ensemble, la satisfaction prédomine. Les délais ont été globalement respectés et l’Exposition a bénéficié du choix d’une organisation financière fait sous son impulsion. Certaines dispositions, néanmoins, provoquent sa déception. Une fois encore, Le Play dénonce l’insuffisance des comités départementaux, en raison de la faible étendue de leur circonscription d’action. L’échec des expositions collectives agricoles au plan régional est pour lui un motif de profond regret et, pour les expositions futures, il conseille l’établissement de douze ou treize comités régionaux, bien plus aptes, selon lui, à constituer une véritable vitrine de la France. Les procès qui se sont multipliés à l’annonce des résultats financiers positifs de l’événement sont bien évidemment son principal sujet d’inquiétude. Il développe donc tous les moyens que devront employer les commissions d’organisations futures pour les éviter, notamment en constituant des cellules juridiques aptes à vérifier tous les détails des marchés passés. Mais, en général, les formules choisies et mises en œuvre recueillent son plein contentement.

48À la fin de son rapport cependant, Frédéric Le Play se met à analyser le fonctionnement des expositions universelles au point où l’on est parvenu, et doute de leur reproduction à l’identique dans l’avenir. Il est partagé entre deux opinions : l’utilité des expositions et l’impossibilité de gérer leur extension. Selon lui, les expositions universelles restent irremplaçables car, pour les entreprises, elles constituent l’unique moyen de parvenir à une reconnaissance officielle et de jouir d’une véritable publicité. De plus, les expositions contribuent à rapprocher les hommes et à diffuser les techniques, ce qui ne peut que leur donner un caractère élevé d’utilité sociale. Dans le même temps, il constate l’intensité des efforts à consentir pour établir les prochaines expositions. Sans aucun doute possible pour lui, il faudra des espaces toujours croissants ; un programme toujours plus étendu afin de satisfaire les visiteurs et garantir le succès financier des expositions, dans leur marche vers le gigantisme et le spectaculaire ; un temps de préparation toujours plus long ; et, de ce fait, des moyens financiers sans cesse accrus, qu’aucun pays ne pourra mettre en œuvre à intervalles trop réguliers, surtout si son évolution politique intérieure le contraint à changer de philosophie. Face à de pareilles perspectives, le concept même des expositions universelles doit, pour continuer à exister, se transformer. La forme traditionnelle est, selon lui, impraticable.

  • 56 Commission impériale, Rapport sur l’Exposition universelle de 1867…, op. cit., p. 269 et suiv.

49Aussi Le Play propose-t-il un concept neuf, fondé sur deux éléments complémentaires : les musées généraux et les musées commerciaux56. Les musées généraux doivent concilier le caractère permanent nécessaire à la mobilisation d’importants capitaux et la capacité d’organiser des expositions temporaires sur des thèmes bien précis, renouvelés avec régularité, pour permettre une confrontation de tous les pays. Dans un immense palais établi dans une banlieue proche d’un grand centre de population, seront ainsi groupés des œuvres remarquables produites par toutes les nations. Elles devront être rangées selon une classification à double entrée, reprise de l’Exposition de 1867 mais quelque peu aménagée. Le maintien des produits doit permettre à tous ceux qui sont soucieux de mener des études sérieuses de disposer du temps nécessaire pour le faire. Mais, dans le même temps, devront être organisées, chaque année, des expositions universelles, regroupant, dans le domaine choisi, les productions de tous les pays. Frédéric Le Play propose un cycle de dix ans – quatre expositions horticoles et artistiques, trois expositions agricoles, une exposition des arts mécaniques, une exposition du mobilier et des vêtements et une dernière exposition associant horticulture, beaux-arts et nouvel ordre des récompenses – qui doit permettre un renouvellement perpétuel des connaissances et un examen périodique des progrès relatifs des différents pays et des différentes maisons. L’espace du palais doit être doté de toutes les commodités destinées à l’étude et au bon fonctionnement d’un pareil système : bibliothèques, salles de conférences, parc, magasins, dépôts, logements, et moyens de circulation reliant le palais à l’ensemble des réseaux de transport.

50Les musées commerciaux, de leur côté, doivent être établis au centre des villes et rassembler, pour les études commerciales, tous les documents utiles à la connaissance des différents pays, aussi bien du point de vue ethnologique que géographique et géologique. Cela pour donner une idée des ressources et capacités de chacun. Un tel principe, très facile à établir, doit permettre, d’après Le Play, d’éviter la présentation périodique des ressources des nations dans les expositions universelles, puisqu’elles ne donnent pas toutes les satisfactions escomptées, notamment pour le public qui ne trouve que peu d’intérêt aux expositions de matières premières. Le principe didactique des expositions universelles peut ainsi être à nouveau mis en valeur, sans que l’intérêt des entrepreneurs, avec l’existence des expositions temporaires des musées généraux, soit mis en péril. Un pareil plan a l’avantage de faciliter les travaux des organisateurs dont Frédéric Le Play ressent, à la fin des travaux de la commission impériale, toutes les fatigues et les lassitudes, malgré les honneurs recueillis.

  • 57 Lettre n° 5444A de Frédéric Le Play à Sainte-Beuve, 11 novembre 1867, Sainte-Beuve, Correspondance (...)

51Enfin, Le Play sort de cette expérience plus inquiet des dangers qui menacent la stabilité de la France. En effet, l’Exposition, avec la progression remarquée de la Prusse et la mise en place de la commission ouvrière, ont révélé la fragilité du système impérial. Le Play en a pleinement conscience, ce que prouve la lettre qu’il adresse à Sainte-Beuvele 11 novembre 1867 : « Je vous supplie, au nom de la patrie qui tombe, et à la vue du Prussien qui grandit, de rechercher si la décadence de 1747 n’est pas due à ce que les hommes de ce temps ne tiraient plus de Gott, comme les hommes du temps d’Arnault et de Descartes, le sentiment du devoir. […] Je vous en conjure, Monsieur, ne vous bornez pas à nous instruire et à nous charmer : visez à une gloire plus durable ; tirez-nous du Bourbier57. » La conviction de Le Play ne peut qu’en sortir renforcée : la réforme sociale est plus que jamais à l’ordre du jour.

Conclusion

52En conclusion, on peut dire qu’à 61 ans, Frédéric Le Play voit son activité et ses théories reconnues. Pendant trois années, il s’est dépensé sans compter pour faire de l’Exposition universelle un événement inoubliable capable de venger l’échec relatif de1855 dont il n’était pourtant pas le responsable direct. Ses efforts sont d’ailleurs largement récompensés car une foule de gratifications et d’honneurs lui échoit rapidement. À la faveur de la visite de tous les souverains européens, il reçoit en effet presque toutes les décorations qui peuvent exister, depuis la Légion d’honneur jusqu’à la croix de l’ordre de l’Aigle noir prussien. À la fin du mois de décembre 1867, honneur suprême, il est même élevé par Napoléon III à la dignité de sénateur qu’il conserve jusqu’à la chute de l’Empire. Pour lui, la gloire est consécutive au succès de l’Exposition.

53Si cette dernière a été une réussite, c’est en grande partie grâce à la qualité du travail de Frédéric Le Play. À chaque décision importante, celui-ci a en effet insisté sur le mûrissement d’un projet. Organisateur pragmatique, il a su en outre adapter les conceptions qu’il avait tirées de l’expérience précédente avec les contraintes nouvelles qui apparaissaient au fur et à mesure. Ce faisant, il a profondément marqué les expositions universelles en permettant que s’y introduise le sensationnel et le festif. Les organisateurs des futures expositions universelles de 1878, 1889 et 1900, Jean-Baptiste Krantz, Georges Berger, Émile Cheysson et Adolphe Alphand, furent profondément marqués par l’influence exercée par Frédéric Le Play.

54Enfin, l’Exposition constitue une étape importante dans l’évolution de la pensée le playsienne. Le jury spécial du nouvel ordre des récompenses a pleinement confirmé, aux yeux de Le Play, la validité du patronage que, depuis 1848 et son discours devant la commission du Luxembourg, il promouvait sans relâche. Ce jury, malgré l’abstention de l’Angleterre, a démontré que certains patrons, notamment en Alsace, avaient conscience du problème posé par l’industrialisation et tentaient d’y apporter des remèdes conformes aux modèles de Le Play. Surtout, ce concours a permis à Le Play de définir des critères plus précis pour évaluer le bien-être d’une population qui lui serviront pour ses travaux ultérieurs.

55Si Le Play a influé sur le modèle des expositions universelles d’alors, il a aussi été influencé par cet événement historique. À plus d’un titre donc, l’Exposition de 1867méritait bien de figurer sur le socle de sa statue.

F. Le Play par Allard, 1906. Jardin du Luxembourg, Paris, (c) Ecole des mines Paris

Notes

1 Cette étude est fondée sur la thèse soutenue par l’auteur en décembre 2005 à l’université de Paris IV-Sorbonne sous le titre : L’Exposition universelle de 1867 à Paris : aperçu d’un phénomène de mode français au XIXe siècle, 2005, 2 vol., 1121 p.

2 Moniteur universel (21 février 1865).

3 À ce sujet, consulter le rapport officiel de la commission impériale : N.-J. Bonaparte, Rapport sur l’Exposition universelle de 1855, Paris, Imprimerie impériale, 1857.

4 Moniteur universel du 15 mai 1861.

5 Voir le rapport rédigé par Frédéric Le Play : Rapport de l’administration de la commission impériale sur la section française de l’Exposition universelle de 1862 suivi de documents statistiques et officiels et de la liste des exposants récompensés, Paris, Imprimerie impériale, 1864.

6 Cette correspondance est conservée à la Bibliothèque de l’Institut de France (fonds Frédéric Le Play) et aux Archives nationales (Arch. nat., fonds Napoléon, 400 AP).

7 Arch. nat., fonds Napoléon, 400 AP 134, lettre de Frédéric Le Play au prince Napoléon,12 septembre 1863.

8 Arch. nat., F12 3024 et 5006, lettres d’Haussmann des 26 et 31 janvier 1865.

9 Bibliothèque de l’Institut de France, ms. 6062, lettre n° 105 du prince Napoléon à Frédéric Le Play, 8 janvier 1865.

10 Moniteur universel du 16 juillet 1865.

11 Voir à ce sujet les rapports des commissions impériales de 1855 (N.-J. Bonaparte, Rapport sur l’Exposition universelle de 1855, op. cit., p. 249-348) et de 1867 (Commission impériale, Rapport sur l’Exposition universelle de 1867. Précis des opérations et liste des collaborateurs, Paris, Imprimerie impériale, 1869, p. 16-20 et 581-602).

12 N.-J. Bonaparte, Rapport sur l’Exposition universelle de 1855, op. cit., p. 42 et suiv.

13 On peut citer les projets d’Alexis Barrault (Baude, « Exposition universelle de 1867 : note sur un avant-projet de M.A. Barrault, ancien ingénieur en chef du palais de l’Industrie, pour l’emplacement de l’Exposition universelle de 1867 », Bulletin de la société pour l’encouragement de l’industrie nationale, 42 [1865], p. 140-146), d’Alfred d’Aunay (A. d’Aunay, « Exposition universelle de 1867 », Journal des travaux publics, 23 octobre 1864), d’Alfred Poissonnier et Auguste Chirac (A. Poissonnier, A. Chirac, Exposition universelle de 1867 : projet présenté à S.A.I. Le Prince Napoléon, Paris, Impr. de Gaittet, 1865), d’Henri Dubois, Joly fils, Césat Jolly et Delafoy (H. Dubois, Joly fils, C. Jolly et Delafoy, Projet présenté à la Commission impériale, Argenteuil, Impr. de Worms, 1865, 6 p.), de Léon Droux (L. Droux, « Projet d’Exposition universelle », Annales du génie civil, 4 [1865], p. 384-385) ou d’Hector Horeau (H. Horeau, Palais à édifier d’après le projet présenté par Hector Horeau et E. Colibert architectes, mémoire à la Commission impériale, Paris, Impr. de Vallée, 1865, 6 p.) ou de Paul Grieumard (P. Grieumard, Projets pour un bâtiment couvrant 14 hectares, Saint-Nicolas, 1865, 9 p.).

14 On en a la preuve dans la correspondance échangée entre Le Play et Bassompierre, ingénieur des Ponts et Chaussées chargé de la réalisation du chemin de fer de ceinture rive gauche [Arch. nat., F12 3102, lettre du 3 mars 1865].

15 Bibliothèque de l’Institut de France, fonds Frédéric Le Play, ms. 6062, lettre n° 105 du prince Napoléon à Frédéric Le Play, 16 avril 1865.

16 Arch. nat., F12 11 894, vol. 1.

17 Moniteur universel des 29 et 30 juin 1865.

18 E. J. Payne, G. Maw, Exposition universelle française de 1867 : plan du palais de l’Exposition, correspondance officielle et autre relative au plan promulgué par M. Le Play, Londres, Impr. de Cox et Nyman, 1866, p. 5. L’accusé de réception à la lettre des deux Anglais du 8 mai 1865, datée du 16 mai 1865, a été retrouvé dans les archives de la commission impériale (Arch. nat., F12 2994,dossier Maw, lettre de Frédéric Le Play à George Maw).

19 Arch. nat., F12 2931, f°13-15, correspondance active de Frédéric Le Play, lettre à M. de Lavenay, conseiller d’État, 17 juin 1865.

20 Cf. note 10.

21 F. Le Play, La méthode sociale, Tours, A. Mame et fils, 1879, rééd. : Paris, Méridiens-Klincksieck, 1989, p. 345.

22 « Séance du 8 avril 1866 », Bulletin de la société internationale des études pratiques d’économie sociale, 1 (1865-1866), p. 483-508.

23 F. Le Play, La réforme sociale, Paris, H. Plon, 1864 ; 2e éd. : Paris, Dentu, 1866, t. 2, p. 38-39.

24 Arch. nat., F12 11 894, vol. 3, f°140-144, procès-verbaux du comité des finances et des règlements réunis, 1re séance, 5 mai 1866.

25 Moniteur universel du 10 juin 1866.

26 Les comptes rendus des délibérations sont conservés aux Arch. nat. sous les cotes F12 11 894 et 11 895. Le paragraphe suivant est fondé sur l’étude de ces procès-verbaux.

27 Léon Donnat est nommé chef de service par arrêté du prince Napoléon en date du 25 février1865 (Arch. nat., F12 2922).

28 Alfred Aldrophe commence son service dès le 1er février 1865 (Arch.nat., F122922, arrêté du ministre d’État, vice-président de la commission impériale, 29 novembre 1866).

29 Le détachement de Tagnard est expressément demandé par le prince Napoléon au ministre des Finances, Achille Fould, par une lettre du 17 mars 1865 (Arch. nat., F12 2930, f°20, lettre du prince Napoléon à Achille Fould, 17 mars 1865). Cet attachement du président de la commission impériale est confirmé par le discours de Le Play au comité des finances, en date du 17 juin 1865(Arch. nat., F12 11 894, vol. 1, f°44-45, procès-verbaux du comité des finances, 3e séance, 17 juin 1865). L’arrêté de nomination de Tagnard date du 20 mars 1865 (Arch. nat., F12 2922).

30 Adolphe Focillon est nommé chef de service par arrêté du prince Napoléon en date du 25 février1865 (Arch. nat., F12 2922).

31 On retrouve des traces de leur opposition dans la correspondance qu’ils échangent et dans certains débats au sein du comité des constructions, notamment à l’occasion de la préparation des projets des galeries intermédiaires pour la couverture desquelles Le Play préférerait un système moins coûteux en bois. Krantz pousse le comité à adopter un projet plus dispendieux, mais plus monumental de fermes en métal (Arch. nat., F12 11 894, vol. 2, f°15-21, procès-verbaux du comité des constructions, 20e séance, 27 novembre 1865). Krantz dénonçe, dans une note du 14 août1865, sur l’estimatif du palais, les velléités de Le Play sur l’architecture du palais : « On trouver amauvais que quand un pays comme la France convie tous les peuples aux grandes assises de l’industrie, à la fête du travail et de l’intelligence, le temple ne soit pas digne de la solennité. » (Arch. nat., F12 2920, note du 14 août 1865).

32 Le prince Napoléon demande le détachement de Cheysson à Behic le 6 mai 1865 (Arch. nat., F12 2930, f°215, lettre du prince Napoléon à Behic, 6 mai 1865) afin qu’il étudie les détails de l’installation de la galerie des travaux publics, des chemins de fer et des machines. Il est ensuite directeur du service du 6e groupe, chargé de l’installation de la galerie des machines et doit à la confiance de Le Play de procéder à la liquidation de l’Exposition.

33 Émile Cheysson est admis membre de la SIEPES dans sa séance du 28 mai 1865, soit douze jours après son entrée au commissariat général de l’Exposition. Georges Berger attend le10 décembre 1865 pour l’imiter (Bulletin de la Société internationale des études pratiques d’économie sociale, 1865, t. 1, p. 237 et 330).

34 Arch. nat., F12 2977, f°320-321, lettre de Le Play à Eugène Rouher, ministre d’État, 17 septembre 1868.

35 Voir à ce sujet le rapport présenté par Le Play le 26 décembre 1865 (Arch. nat., F12 11 894, vol. 2, f°70-81, procès-verbaux du comité des finances, 5e séance, 26 décembre 1865 et F12 3024).

36 Voir à ce sujet les débats du comité des constructions, notamment les séances des 23 août, 6 octobre et 27 novembre 1865 [Arch. nat. (Paris), F12 11 894 et 11 895].

37 On citera les exemples des pavillons égyptiens ou ottomans qui ont profondément marqué les visiteurs de l’Exposition.

38 Arch. nat. (Paris), F12 11 895, vol. 5, octobre 1866.

39 Le Play écrit à Charles de Ribbe le 30 octobre 1866 : « Nous touchons à une épreuve décisive qui nous montrera ce qu’on peut attendre de l’état actuel des esprits : le moment approche où le jury social va se réunir, pour juger le nouveau genre de mérites… La discussion, engagée à ce sujet devant vingt-cinq représentants des diverses nations du monde, sera une excellente pierre de touche pour apprécier ce que notre œuvre pourra produire dans d’autres directions. » (C. de Ribbe, Le Play d’après sa correspondance, Paris, Firmin Didot et Cie, 1884, p. 143-144).

40 A. Le Roux, « Jury spécial du nouvel ordre des récompenses : rapport », dans M. Chevalier (dir.), Exposition universelle de 1867 à Paris : rapport du jury international, Paris, Impr. de P. Dupont, 1868, t. I, p. 355-534.

41 Les minutes des séances rédigées par Béguyer de Chancourtois sont conservées aux Archives nationales sous la cote F12 2919.

42 « Exposition universelle de 1867 à Paris : jury spécial du nouvel ordre des récompenses », Moniteur universel du 13 décembre 1866.

43 Commission impériale, Rapport sur l’Exposition universelle de 1867 à Paris. Précis des opérations et listes des collaborateurs avec un appendice sur l’avenir des expositions, la statistique des opérations, les documents officiels et le plan de l’exposition, Paris, Imprimerie impériale, 1869, p. 524-535.

44 Arch. nat., F12 11 895, vol. 7 et 8.

45 Sur la résolution des procès, voir Arch. nat., F12 3122 ainsi que les procès-verbaux de la commission impériale (F12 11 895).

46 Voir A. Savoye, « 1867, réformateurs sociaux et représentants ouvriers face à face », Revue de l’économie sociale, 19 (1990), p 71-96.

47 H. de Parville, L’Exposition universelle de 1867 : guide de l’exposant et du visiteur, Paris, Hachette, 1866.

48 A. Vitu, « Visite de S.M. l’Empereur à la classe 94 », dans F. Ducuing (éd.), L’Exposition universelle de 1867 illustrée, Paris, 1867, t. II, p. 367.

49 Commission impériale, Rapport sur l’Exposition universelle de 1867…, op. cit., p. 445-446.

50 F. Ducuing, « Les produits à bas prix : classe 91 », dans F. Ducuing (éd.), L’Exposition universelle de 1867 illustrée, op. cit., t. II, p. 116-117.

51 Armand-Dumaresq, « Spécimens des costumes populaires des diverses contrées », dans M. Chevalier (dir.), Exposition universelle de 1867 à Paris : rapports du jury international…, op. cit., t. XIII, p. 861.

52 Pour toute cette section, voir le rapport cité dans la note 40.

53 L. Reybaud, « Du patronage dans l’industrie », Revue des deux mondes, 1867, t. II, p. 737-751.

54 Voir à ce sujet les procès-verbaux de la commission ouvrière : E. Tartaret, Exposition universelle de 1867, commission ouvrière de 1867 : recueil des procès-verbaux des assemblées générales des délégués et des membres des bureaux électoraux, Paris, impr. de Augros, 18681869, 2 vol.

55 Commission impériale, Rapport sur l’Exposition universelle de 1867…, op. cit.

56 Commission impériale, Rapport sur l’Exposition universelle de 1867…, op. cit., p. 269 et suiv.

57 Lettre n° 5444A de Frédéric Le Play à Sainte-Beuve, 11 novembre 1867, Sainte-Beuve, Correspondance générale : 1867, Toulouse/Paris : Privat/Didier, t. 16, 1970, p. 531.

Table des illustrations

Légende F. Le Play par Allard, 1906. Jardin du Luxembourg, Paris, (c) Ecole des mines Paris
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/436/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 557k

Auteur

Historien, archiviste paléographe au Centre des archives contemporaines, Archives nationales

© Presses des Mines, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540