Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frédéric Le Play

 | 
Antoine Savoye
, 
Fabien Cardoni

Première partie. Le savant et le politique

Frédéric Le Play a l’école des mines : les collections de statistiques minérales et de gites minéraux

Lydie Touret

Texte intégral

  • 1 L. Aguillon, L’École des mines de Paris, Notice historique, Paris, Vve Ch. Dunod, 1889, p. 143.

1En 1824, à l’âge de 18 ans, Frédéric Le Play vient à Paris pour y suivre les cours du collège Saint-Louis, de l’École polytechnique, et finalement de l’École des mines. Études particulièrement brillantes, qui vont déterminer toute la suite de sa carrière. La durée normale, à l’époque, des études à l’École des mines était de trois ans mais, à l’issue du concours de 1829, le conseil des Mines « frappé de la supériorité de M. Le Play dans toutes les parties de l’enseignement sans exception, de son application non interrompue, de sa conduite exemplaire et du succès extraordinaire qu’il vient d’obtenir dans le dernier concours puisque, bien qu’il n’ait que deux années d’études, il se trouve le premier en tête de la liste et a obtenu 5 797 points de mérite, nombre de points auquel, depuis la fondation de l’École des mines à Paris, n’a jamais atteint un élève, même de trois années, demande au directeur général un témoignage de satisfaction particulière1 ». Outre une récompense personnelle dont le détail ne nous est pas parvenu, ce « témoignage de satisfaction » consista à attribuer au jeune diplômé le titre d’« ingénieur en chef de première classe » et, surtout, permit de le retenir au sein du personnel enseignant de l’École.

  • 2 François Pierre Nicolas Gillet de Laumont (1747-1834) élève régulier de la première promotion de l (...)

2Il était alors de tradition que les jeunes élèves-ingénieurs fassent un grand voyage au cours de leurs études2 de façon à étudier des districts miniers et métallurgiques et prélever des échantillons qui viendraient enrichir les collections de l’École. Ces campagnes de terrain, qui n’épargnaient pas les élèves étrangers, étaient d’une importance cruciale, car la seule façon à l’époque de découvrir des gisements nouveaux était de les comparer à des mines déjà connues, souvent depuis l’Antiquité. On jugeait donc de la qualité d’une école au nombre et à la variété des minéraux qu’elle pouvait proposer à l’attention de ses élèves. À l’image de Jars, Le Play obtint la permission d’entreprendre un voyage de deux cents jours en Prusse et dans d’autres états allemands pour y étudier, non seulement la géologie locale, mais aussi l’organisation du travail dans les mines.

3Le choix de l’Allemagne n’était pas fortuit, témoignant à lui seul de l’intérêt particulier porté au jeune élève-ingénieur par la direction de l’École. En effet, les plus grands gisements métalliques européens se trouvaient alors en Saxe, qui avait vu au xviiie siècle la fondation de la première « Académie minière » à Freyberg, sous l’autorité du grand maître, Abraham Gotlob Werner, l’instigateur du « neptunisme ». Alors qu’au début du xixe siècle, les idées de Werner sur la formation du granite ne séduisaient plus que quelques irréductibles, son influence en métallogénie restait très forte. Il avait notamment établi une classification des roches et minéraux facilement utilisable sur le terrain, qui convenait parfaitement à des ingénieurs soucieux de trouver le plus possible de substances utiles, sans trop se préoccuper de savoir comment la nature les avait accumulées. Werner avait visité l’École des mines en 1802, dans le contexte très particulier des relations franco-allemandes sous le Premier Empire. Désormais, dans une ambiance qui semblait maintenant apaisée, il convenait de restaurer de bonnes relations entre les deux principaux centres européens de géologie minière.

Le voyage d’étude et l’expérience humaine

  • 3 É. Cheysson, « Biographie de Jean Reynaud », Livre du centenaire de l’École polytechnique, Paris, (...)
  • 4 Le Play lui-même déclara : « Cette déférence, m’était d’ailleurs rendue facile par l’admiration et (...)

4Jean Reynaud (1806-1863) intégra l’École en 1827. En tant qu’aîné, il lui incomba la tâche d’accompagner Le Play dans son déplacement outre-Rhin3. Tuteur et « conscrit » se lièrent rapidement d’une étroite amitié, le caractère quelque peu dominant de Reynaud s’accommodant de la déférence accordée par le « conscrit »4.

5Dans ce voyage d’instruction, ils s’étaient assignés la tâche ambitieuse de combiner l’étude du métier d’ingénieur avec « la solution de la question sociale ». Ils parcoururent ainsi à pied, de mai à novembre 1829, le Hartz, la Forêt noire, la plaine saxonne, le Hanovre, l’Oldenbourg, la Westphalie, la Belgique et les Pays-Bas, au total 6 800 km en deux cents jours. Ce fut, pendant les longs loisirs de la marche, l’occasion d’interminables discussions sur les faits observés, sur les leçons à en déduire. De fait ils commençaient aussi à comprendre que « la question sociale » était beaucoup plus compliquée qu’ils ne l’avaient supposé dans la noble ardeur et l’inexpérience de leurs 20 ans. Chacun s’affermissait dans sa tendance : Le Play dans son respect du passé, Reynaud dans sa foi mystique en un progrès continu. En résumé, ils revinrent à la fois plus divisés d’opinions et meilleurs amis qu’au départ. C’est sans aucun doute à cette occasion que Le Play aura la première vision de ce qui devait déterminer toute la suite de sa carrière. Il abandonnera progressivement la géologie pour se consacrer entièrement aux sciences sociales.

Expert en « docimasie », puis professeur de minéralurgie

  • 5 E. Lefébure de Fourcy, « P.G.F. Le Play, Notice biographique », Annales des Mines, 8e série, t. II (...)

6À son retour d’Allemagne, Le Play est attaché au laboratoire de l’École, surtout chargé de l’analyse chimique des roches et minerais. Quelque temps après, le Gouvernement lance un grand projet d’enquête industrielle, pour mesurer en particulier la puissance du pays et sa capacité de résistance vis-à-vis de la concurrence britannique. Le jeune ingénieur va y démontrer toutes ses capacités d’organisation. Il a une grande part dans un projet de loi, approuvé par la Chambre le 23 avril 1833 relatif à l’état des travaux métallurgiques et géologiques exécutés par des ingénieurs des Mines. Concrètement il se voit confier la tâche de faire l’inventaire des ressources nationales, par le biais d’une « commission permanente de la statistique de l’industrie minérale ». Le Play est non seulement l’instigateur, mais aussi le créateur et le réalisateur à peu près exclusif de ce service, qui, jusqu’après la seconde guerre mondiale, correspondra à une tâche importante du service des Mines. Il rédige des modèles de tableaux très détaillés, comportant la dénomination et l’abondance de diverses substances utiles, dont les houilles, les fers et les métaux. Il impose à chaque ingénieur-chef d’un arrondissement minier (département) de remplir sept tableaux de dimensions uniformes dont il rédige les têtes de colonnes. Ces derniers sont également mis dans l’obligation d’envoyer à l’École un certain nombre d’échantillons représentatifs. Fin 1833, 602 tableaux sont ainsi déposés, accompagnés de plusieurs centaines d’échantillons. C’est l’amorce de la future collection de statistique, qui, jusqu’à la fin de son séjour à l’École des mines(1856), restera une des préoccupations essentielles de Le Play5.

  • 6 L. Aguillon, op. cit., p. 152.

7Même si l’École, dans ses nouveaux locaux, n’a toujours pas de directeur officiel (le premier A. Dufrénoy, ne sera nommé qu’en 1848), l’enseignement s’organise progressivement notamment par l’individualisation des chaires de géologie et de minéralogie. Un aspect important de cette dernière discipline est l’analyse chimique des minéraux et des roches, connue depuis Georges Balthazar Sage (1740-1824), fondateur de l’École royale des mines, sous le nom de « docimasie ». Il est essentiel pour toute application minière de connaître de façon précise la composition des différents minerais. Les techniques d’analyse chimique étaient en plein développement et Le Play, qui succède à Guényveau en 1840, à la chaire de métallurgie va pouvoir donner alors toute sa mesure. Sur la lancée de l’expérience qu’il avait acquise au laboratoire de l’École, il transforme complètement l’enseignement, changeant le nom de sa discipline en « minéralurgie » (qui, après son départ de la chaire en 1856, sera à nouveau transformée par son successeur en « métallurgie »). Plus encore que pour la statistique, les échantillons de référence lui sont indispensables. Il va donc créer une collection particulière, la collection de minéralurgie, qu’il a développé considérablement et qui constituera un véritable « musée de l’industrie minérale ». Les statistiques étaient alors bien tenues : Guényveau avait recueilli 3 315 échantillons, s’ajoutant aux 1 238 de son prédécesseur auxquels il faut adjoindre 3 200 échantillons déposés pour illustrer les cours, et 1954 pour les travaux pratiques des élèves. Complété par Le Play, ils atteindront bientôt un total plus de trente mille échantillons, quantité considérable pour l’époque6.

  • 7 J. Touret, Dans l’ombre de ses maîtres : Alexande Eugène Beguyer de Chancourtois (18201886), Trava (...)

8Le classement de toutes ces collections n’est pas chose facile. À partir de 1848, il recevra une aide décisive de la part de Alexandre Eugène Béguyer de Chancourtois (1820-1886), le fidèle second d’Élie de Beaumont7. Également ingénieur des Mines, la carrière de Béguyer de Chancourtois rappelle étrangement celle de Le Play, l’excellence des études en moins : comme lui, il est devenu célèbre par un grand voyage à l’issue des études, comme lui, il fut affecté à la maison mère, comme lui, il prit une part importante à l’enseignement et à l’encadrement des élèves. Mais la comparaison s’arrête là : Béguyer de Chancourtois ne sera jamais qu’un brillant second à l’ombre de ses maîtres. Toutefois, méticuleux jusqu’à la maniaquerie, très doué sur le plan graphique, il rendra de multiples services. Sous le contrôle direct de Le Play, il rédigera le répertoire des collections de la statistique minérale destiné au Musée (figure 1), et, à l’instar de son maître à la commission permanente de la statistique de l’industrie minérale, le texte de la circulaire aux ingénieurs des Mines de juillet 1864. Il dessinera en outre les plans des meubles destinés au rangement des collections (figure 2), qui, jusqu’à aujourd’hui, remplissent parfaitement leur rôle et sont maintenant inscrits à l’inventaire des monuments historiques (figure 3).

Voyages d’instruction en Russie

  • 8 L. Aguillon, op. cit., p. 171.
  • 9 L. Aguillon, op. cit., p. 152.

9La très grande majorité des échantillons rassemblés par Le Play, notamment pour la collection de minéralurgie, a été collectée par lui-même sur les lieux d’origine. Fidèle à la tradition qu’il avait inaugurée au début de sa carrière, il pensait qu’il était essentiel, non seulement de connaître une roche, mais aussi son contexte. À l’instigation du conseil des Mines – probablement largement inspiré par Le Play –, le Gouvernement avait, en 1834, « autorisé chaque année un ou deux professeurs à faire, pendant la durée de suspension des cours, des voyages d’instruction pour lesquels un crédit de trois mille francs serait ouvert. Le conseil indiquerait les professeurs et arrêterait, de concert avec eux, l’itinéraire à suivre8 ». La plupart des professeurs ne semblent guère avoir tiré parti de ces dispositions, à la différence de Le Play qui, lui, visita la plupart des pays d’Europe, presque chaque année jusqu’en 1848 : Espagne (1833-1834), Belgique (1835), Angleterre (1835), Suède (1845), Italie (1846), Russie, etc. Il en profitait pour augmenter sa collection minéralurgique, sans jamais entrevoir la fin de sa mission : en1853, il estimait qu’il lui manquait cinq mille échantillons pour compléter la série des usines européennes, et huit mille pour celles des autres continents9. Beaucoup de ces échantillons ont disparu au fil des réorganisations successives des collections. La plupart de ceux-ci étaient de petite taille, seuls les plus spectaculaires ont été conservés.

10Certains échantillons « exotiques » ont été reversés, notamment dans les collections générales, sans mention de leur origine. Malgré ces transferts, les fonds historiques du Musée ont gardé traces de quelques voyages : les catalogues des voyages en Suède (Vermland), en Italie (Traversella), et surtout en Russie, pays où il se rendit à au moins trois reprises, en 1837, 1844 et 1853.

11Pays immense, aux ressources minérales inépuisables, la Russie semble avoir exercé une véritable fascination sur Le Play. Dans les salons de celui qui devait devenir le futur Napoléon III et qui le tiendra toujours en haute estime, il avait rencontré en 1837, le prince Demidoff, qui l’avait convaincu de participer à une reconnaissance scientifique de la Russie méridionale et de la Crimée ainsi que des terrains carbonifères du bassin du Donetz.

12À l’issue de ce voyage, il entretint des liens privilégiés avec des notabilités russes qui l’accueilleront à nouveau sur leur sol à Nijni-Taguil, sept ans plus tard. Il en est ainsi de M. Schwekoff, que Le Play revit à Paris en 1839, et plus que probablement du général Konstantin Vladimirovich Tcheffkine, major-général des ingénieurs des Mines de Russie, qui donna vers 1838 aux collections parisiennes une fabuleuse série d’échantillons d’or et iridiums natifs, platine, émeraude, aigue-marine, topaze…

  • 10 Voir « Frédéric Le Play (1844). Voyage en Europe », dans C. de Grève (dir.), Le voyage en Russie, (...)

13Le Play effectuera donc en 1844 un second voyage en Oural, pays qui, riche en pierres gemmes et métaux précieux, constituait évidemment un objectif tout à fait privilégié. En quelques mois, accompagné de Malinvaud et Drut, il parcourut plus de 14 000 km10.

La pugnacité de l’ingénieur

14Il séjourne à Kazan et ses environs du 11 juin au début de juillet 1844, puis explore la chaîne ouralienne d’Ekaterinbourg à Zlatooust, du 6 juillet au 10 septembre. Bénéficiant alors de l’appui des autorités françaises et russes, qui lui adjoignent un aide compétent, le capitaine du corps impérial des Mines Alexandre Peretz (probablement le subordonné du général Tcheffkine). Dégagé des contingences matérielles, son seul souci sera de maîtriser « un temps si précieux… qui talonne mon zèle ». Il parvient le 29 juin à Nijni-Taguil, fief du prince Demidoff. Bien que voyageur infatigable, il y déclare le 6 juillet (donc environ un mois après son arrivée en Russie) : « ce qu’il y a de pénible jusqu’ici dans mon voyage c’est que je n’ai jamais eu une heure de loisir ». Mais c’est aussi là qu’il va faire la connaissance de Peretz et retrouver Schwekoff, qu’il a déjà vu à Paris. Ils sillonneront ainsi le pays selon un itinéraire très précis au titre « d’officiers voyageant pour le service de l’Empereur ».

15Le 12 juillet à 8 heures du soir, il part « pour une assez longue course vers le Nord pour remonter l’Oural jusqu’à Bogoslovskoa ». Il passe par Kouchva. Drut, son épouse ainsi que Malinvaud l’escortent. Le 16 juillet, à quatre-vingts lieues au nord de Nijni-Taguilau « soixantième degré de latitude », il est à Bogolovsk, où il visite de très riches mines de cuivre. Le 27 du mois il est de retour à Nijni-Taguil, mais n’y reste pas. Quelques jours plus tard, il consacre trois journées à une grande sortie dans la partie orientale de la propriété du prince Demidoff qu’il va prospecter du Nord au Sud et d’Est en Ouest. Il planifie ainsi une excursion dans la partie ouest du domaine, dans les hautes montagnes qui séparent l’Europe de l’Asie, pour étudier des gisements de platine « qui fournissent dix fois plus de platine que le reste du monde ».

16La suite du voyage se déroule au même rythme quelque peu effréné : le 10 août à partir de Tchernoïsstotchinsk, il prévoit de nombreuses incursions à cheval dans la montagne, tantôt sur le versant européen, tantôt sur le versant asiatique. Ce second séjour en Russie prendra fin à Nijni-Taguil le 10 septembre 1844.

17En ce qui concerne la géologie, cette mission sera particulièrement fructueuse. Le Playramène une série d’échantillons divers (cuivre, fer, or dans quartz), acquis pour une somme totale de 12 155 francs. Mais, surtout, il reçoit en cadeau de la part de Weiss, directeur de la fabrique impériale des pierres dures d’Ekaterinbourg, ainsi que de Peretz, des pièces d’une valeur beaucoup plus élevée, qui encore aujourd’hui comptent par miles pièces maîtresses des collections de l’École : dioptase et corindon ainsi que « plusieurs milliers d’échantillons des diverses mines », etc. Le conseil de l’École sera tellement impressionné (les frais de transport ayant également été pris en charge par les donateurs) que, par délibération du 1er août 1850, il leur attribue à chacun d’eux (après accord du ministre) « une collection complète des Annales et du Journal des Mines à partir de la 2e série ».

Le « collaborateur slave »

  • 11 Z.J. Ryn, Ignacy Domeyko, obywatel wiata (Ignacy Domeyko, citizen of the world), Cracovie, Jagiell (...)

18Au cours de ses séjours dans l’Europe de l’Est, Le Play noua naturellement de nombreux contacts non seulement avec de riches aristocrates mais aussi avec les spécialistes locaux. L’École des mines de Paris était à cette époque un des principaux centres internationaux d’enseignement et de recherche, attirant des étudiants venus du monde entier : les premiers minéralogistes américains, formés de façon empirique à Philadelphie, et, à partir de 1830, quelques représentants des pays de l’Est, notamment Polonais, chassés par les troubles politiques que connaissait alors leur pays. Le plus connu est Ignacy Domeyko (1802-1899) qui, après de brèves études et quelques travaux en Alsace, fut envoyé par A. Dufrénoy au Chili, où il devint un véritable héros national11. Nous ne savons pas s’il s’agit d’un de ces élèves ou, plutôt de quelqu’un qu’aurait connu Le Play au cours de ses voyages et qu’il aurait convaincu de venir séjourner à Paris. Toujours est-il que nous avons retrouvé dans les archives du Musée quelques documents manuscrits d’un collaborateur inconnu, venu à Paris « pour arranger le laboratoire », sous la supervision directe de Le Play, qui avait commencé sa carrière au laboratoire d’analyse de l’École, créé par Vauquelin au temps de R.J. Haüy.

19À la différence des minéraux silicatés, dont l’analyse difficile ne pouvait alors que se faire de façon qualitative par voie sèche, les composés métalliques, que l’on peut facilement mettre en solution, pouvaient être analysés par des techniques déjà très élaborées, impliquant attaques acides, pesées, précipitations, etc., méthodes qui n’ont guère évolué depuis cette date et qui requéraient une grande expérience et une certaine dextérité manuelle. Ce « collaborateur slave », qui s’exprime dans un curieux mélange de polonais et de russe, tantôt écrit en caractères cyrilliques, tantôt en latin, le tout entrecoupé de termes français, était manifestement quelqu’un de très expérimenté.

  • 12 Musée de l’École des mines de Paris, fonds Le Play (1848-1852).

20Ce fonds12 est constitué d’une vingtaine de feuillets recto verso et concerne des résultats d’analyse. Les manuscrits ne sont pas datés mais portent la référence de l’École royale des mines et de l’École nationale des mines. Il semble donc probable que le séjour qui n’a duré que quelques mois, se situe au début de la Deuxième République. Nous avons choisi de donner quelques détails sur quatre documents.

21Les deux premiers sont en rapport avec la venue d’un chercheur. Il s’agit de quatre pages, rédigées en caractères cyrilliques anciens (dont on ne déchiffre ni le nom de l’expéditeur ni celui du destinataire) dans laquelle il est question de « École nationale des mines » et de « gospadine Leplay ».

22Une seconde note, à l’évidence un brouillon, hâtivement écrite au crayon de papier sur une feuille de laboratoire, est plus précise : « Monsieur, je suis très heureux que vous me pensez (sic) à moi j’accepte avec grand plaisir vos demandes pour arrangement de vos laboratoires (sic) (pendant les fêtes de Pâques) je serai chez vous demain avant 10 heures. »

23Les deux autres écrits sont plus techniques, leur contenu montre que la collaboration entre Le Play et son visiteur a été très étroite. En premier lieu, nous possédons les instructions du maître, dictant principalement l’analyse de la silice (figure 4), du fer, du cuivre dans les scories. En second lieu, le descriptif d’extraction du même composé par l’analyste dans lequel il apparaît clairement que les préceptes étaient suivis à la lettre (figure 5).

24Comme pour étayer ce dernier compte rendu, il nous est également parvenu une feuille, comportant le détail d’un protocole d’analyse, illustrée par de nombreux schémas légendés en polonais. Ces derniers nous permettent de reconstituer pas à pas les manipulations (porphyrisation, évaporation, dessication, précipitation…) probablement d’enrichissement de minerai (figure 6).

Conclusion

25Par ses voyages et la recherche systématique d’échantillons pour développer les collections de l’École des mines, Frédéric Le Play a eu une influence qui a largement dépassé ses charges de professeur de minéralurgie, tâche qu’il assuma avec constance et efficacité pendant une vingtaine d’années. Appelé le 20 juillet 1848 aux fonctions d’inspecteur des études, Le Play quittera la commission de statistique. Il transposera les objectifs de celle-ci au sein de l’École, y mettant en place les collections de statistique minérale et de gîtes minéraux, qui donneront une impulsion décisive aux activités de l’établissement vers ce que l’on nomme aujourd’hui la géologie appliquée. La première chaire portant ce nom ne verra le jour qu’en 1879 (Edmond Fuchs), par transformation des cours d’agriculture, drainage et irrigation. Mais l’orientation avait été donnée bien avant, par l’intermédiaire notamment de son collaborateur direct dans l’organisation des collections, A.E. Béguyer de Chancourtois qui poursuivra l’œuvre de Le Play lorsque celui-ci quittera l’École.

Figure 1. Archives du Musée de l’École des mines, répertoire manuscrit du catalogue de la collection de statistique minérale par de Chancourtois, © ENSMP.

Figure 2. Archives du Musée de l’École des mines, plan du mobilier attribué au service des collections par de Chancourtois (11 juillet 1850), © ENSMP.

Figure 3. Vue actuelle de la galerie du Musée de l’École des mines, © ENSMP.

Figure 4. Archives du Musée de l’École des mines, extrait d’un manuscrit de Le Play concernant l’analyse des scories, © ENSMP.

Figure 5. Archives du Musée de l’École des mines, fonds Le Play (1848-1852), extrait d’un manuscrit d’un analyste slave venu au service de Le Play, © ENSMP.

Figure 6. Archives du Musée de l’École des mines, fonds divers (1848-1852), protocole d’analyse illustré sans doute d’un analyste slave venu au service de Le Play, © ENSMP.

Notes

1 L. Aguillon, L’École des mines de Paris, Notice historique, Paris, Vve Ch. Dunod, 1889, p. 143.

2 François Pierre Nicolas Gillet de Laumont (1747-1834) élève régulier de la première promotion de l’école de Sage fit ainsi entre 1784 et 1788, cinq voyages en France qui marquèrent l’histoire de la géologie. Il découvrit notamment, une espèce nouvelle de zéolithe à Huelgoat que Wernerdé nomma laumontite en son honneur ; sur le site de l’étang de Lherz (aujourd’hui Lers) avec Lelièvre, il mit à jour une roche magmatique qu’on appelera lherzolite. La lherzolite de l’étang de Lers se revelera être par la suite d’une importance mondiale. Lers, deviendra la localité type d’une roche rare cristallisée en profondeur et représentative de la nature du manteau supérieur.

3 É. Cheysson, « Biographie de Jean Reynaud », Livre du centenaire de l’École polytechnique, Paris, Gauthier-Villars et fils, 1897, t. III, p. 466-477.

4 Le Play lui-même déclara : « Cette déférence, m’était d’ailleurs rendue facile par l’admiration et la sympathie que j’éprouvais, conformément à la loi mystérieuse des contrastes, pour les talents littéraires, l’inclination poétique et même pour l’imagination mystique de mon ami. » (ibid.).

5 E. Lefébure de Fourcy, « P.G.F. Le Play, Notice biographique », Annales des Mines, 8e série, t. II, 1882.

6 L. Aguillon, op. cit., p. 152.

7 J. Touret, Dans l’ombre de ses maîtres : Alexande Eugène Beguyer de Chancourtois (18201886), Travaux du Comité français d’histoire de la géologie, (sous presse).

8 L. Aguillon, op. cit., p. 171.

9 L. Aguillon, op. cit., p. 152.

10 Voir « Frédéric Le Play (1844). Voyage en Europe », dans C. de Grève (dir.), Le voyage en Russie, Paris, Robert Laffont, 1990, p. 631-645.

11 Z.J. Ryn, Ignacy Domeyko, obywatel wiata (Ignacy Domeyko, citizen of the world), Cracovie, Jagiellonian University Press, 2002.

12 Musée de l’École des mines de Paris, fonds Le Play (1848-1852).

Table des illustrations

Légende Figure 1. Archives du Musée de l’École des mines, répertoire manuscrit du catalogue de la collection de statistique minérale par de Chancourtois, © ENSMP.
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/434/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Figure 2. Archives du Musée de l’École des mines, plan du mobilier attribué au service des collections par de Chancourtois (11 juillet 1850), © ENSMP.
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/434/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Figure 3. Vue actuelle de la galerie du Musée de l’École des mines, © ENSMP.
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/434/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Légende Figure 4. Archives du Musée de l’École des mines, extrait d’un manuscrit de Le Play concernant l’analyse des scories, © ENSMP.
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/434/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Légende Figure 5. Archives du Musée de l’École des mines, fonds Le Play (1848-1852), extrait d’un manuscrit d’un analyste slave venu au service de Le Play, © ENSMP.
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/434/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Légende Figure 6. Archives du Musée de l’École des mines, fonds divers (1848-1852), protocole d’analyse illustré sans doute d’un analyste slave venu au service de Le Play, © ENSMP.
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/434/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 134k

Auteur

Responsable du Musée de minéralogie, École nationale supérieure des mines de Paris

© Presses des Mines, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540