Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frédéric Le Play

 | 
Antoine Savoye
, 
Fabien Cardoni

Première partie. Le savant et le politique

Le Play enquêteur en Angleterre : le voyage de 18511

Judith Scheele

Texte intégral

  • 1 Cet article est le résultat d’un travail collectif entrepris dans le cadre d’un séminaire sur Le P (...)

1L’Angleterre joue un rôle prépondérant dans l’œuvre et la pensée de Le Play. Dans la deuxième édition des Ouvriers européens, qui paraît plus de quarante ans après son premier voyage en Angleterre, Le Play décrit son voyage de 1836, entrepris à l’âge de 30 ans, comme la première révélation de la théorie sociale qu’il développera vers la fin de sa vie. L’Angleterre y apparaît dans une « situation intermédiaire » entre une stabilité passée et une désorganisation future ; position qui, selon lui, donne à son étude une importance toute particulière : « Dans cette situation intermédiaire, [les Anglais] peuvent voir l’abîme que l’erreur creuse de plus en plus, sans être encore exposés à y tomber. Pour arrêter l’Europe sur la pente où elle glisse, ils sont donc mieux placés que ne le sont les races trop confiantes dans leur état de santé ou trop annulées par la maladie » [Le Play, 1877, p. 503].

2Or, la genèse de l’image que dessine Le Play de l’Angleterre dans ses ouvrages des années 1860 et 1870, La constitution de l’Angleterre et la deuxième édition des Ouvriers européens, mérite une attention plus particulière. D’abord, cette image est loin de celle qu’il développa lors de ses grands voyages en Angleterre de 1836 à 1851, au point que Le Play jugea nécessaire, lors de leur réédition, d’apporter des changements conséquents à ses textes issus de ses voyages. Ensuite, à l’origine, ses voyages eux-mêmes n’étaient pas entrepris avec l’intention de connaître toute l’Angleterre, mais avaient été des missions circonscrites, motivées par des choix plus ou moins conscients de la part de Le Play, et le conduisant dans des régions spécifiques. Cet article vise à décrire et à expliquer, à travers l’exemple du voyage de 1851, quelques-uns de ses choix, et leur effet sur la formation du « modèle anglais » que Le Play apprenait à comprendre et à estimer, pour des raisons qui, elles-mêmes, évolueront considérablement au cours de sa vie.

3Les raisons de choisir le voyage de 1851 sont multiples. D’abord, ce voyage semble décrire un moment de transition entre les voyages extensifs, souvent effectués à pied et de façon plus ou moins clandestine, et des voyages plus courts et plus sédentaires, en partie entrepris en tant qu’invité officiel. Ensuite, Le Play en rapportera plusieurs ouvrages : il rédigea ses trois monographies anglaises sur la base des renseignements recueillis en 1851 [Le Play, 1855] ainsi qu’un rapport extensif sur la coutellerie[Le Play, 1854], ces textes nous permettant de mieux comprendre la relation entre voyage et écriture. Enfin, pour l’Angleterre, 1851 fut, selon le romancier anglais Thomas Hardy, « l’année où changea le monde », le passage d’un monde rural et artisanal vers un monde industriel à l’image de Manchester, vers un système que nous avons, à tort, trop souvent tendance à projeter sur tout le xixe siècle et sur le pays entier. La ville de Sheffield, que Le Play étudia plus particulièrement lors de son voyage de 1851, est un exemple emblématique de cette transformation, une coïncidence qui certainement n’était pas due au hasard et qui témoigne de sa connaissance profonde du terrain anglais. Une analyse du voyage de 1851 devrait donc nous permettre de mieux apprécier les bases matérielles sur lesquelles Le Play a pu construire cette image de l’Angleterre qui prendra une telle importance dans ses ouvrages postérieurs, et nous offrir un aperçu détaillé et original sur un moment-charnière de l’histoire socioéconomique de la Grande-Bretagne.

Le voyage

  • 2 Archives de l’École des mines, séance du conseil central des écoles des mines du 5 avril 1851,vol. (...)
  • 3 Arch. nat. (France) [Arch. nat.], F14 2731(2), réponse du ministère du 10 mai 1851. Le ministère l (...)
  • 4 Coll. privée, copie, SESS, fonds Le Play, lettre à Augustin Cochin du 15 mai 1851. Il informe l’Éc (...)
  • 5 SESS, fonds Le Play, lettre à Augustine Le Play du 31 mai 1851.

4Au printemps 1851, Le Play prépare son troisième voyage en Angleterre : il projette d’assister à l’Exposition internationale de Londres et de compléter ses recherches métallurgiques dans le Nord et l’Ouest du pays2. Dans la demande de mise à disposition qu’il envoie à ce sujet au ministère des Travaux publics, il semble surtout s’intéresser à la métallurgie au sens propre ; apparemment, il n’a pas l’intention d’investiguer plus particulièrement l’industrie de la coutellerie, ni de passer plus de temps dans les régions coutelières qu’ailleurs (voir carte 1 pour les endroits qu’il dit vouloir visiter). Or, avant même de recevoir la réponse (positive) du ministère3, quelques jours après l’ouverture de l’Exposition le 1er mai 1851, Le Play est, comme il le dit à Augustin Cochin, « mandé à l’improviste » à Londres, en tant que membre du jury international de la section de la coutellerie4. Dès lors, il passe ses journées parmi les exposants de la coutellerie ; tout son séjour en Angleterre, ainsi que les mois qui le suivent, seront consacrés à des questions variées en lien avec cette branche de l’industrie. D’abord, son travail de juré le retient à Londres plus longtemps que prévu : Le Play aurait passé deux mois et demi dans la capitale anglaise. Cette ville ne semble guère lui plaire, si l’on en croit la description peu flatteuse qu’il en fait à sa femme Augustine : « Ce qui frappe d’abord à Londres c’est l’effroyable fumée qui noircit tout, l’énorme vitesse des voitures de place qui courent comme le vent ; la petitesse des maisons qui ne sont en général disposées que pour une seule famille5… »

  • 6 SESS, fonds Le Play, lettre à Augustine Le Play du 20 mai 1851.

5Le travail de juré, qu’il entreprend avec sa méticulosité habituelle, le tient occupé de neuf heures du matin jusqu’à cinq ou six heures de l’après-midi, six jours par semaine, à évaluer les pièces exposées par les 368 exposants en coutellerie. Le dimanche, il n’y arien à faire, grâce à l’habitude fâcheuse des Anglais de trop bien respecter le repos dominical, habitude qui, selon lui, rend Londres excessivement morne6. Ses soirées il les passe avec le prince Demidoff et les membres de la commission française, qui logent comme lui dans un hôtel à Berkeley Square, à quelques pas du lieu de l’Exposition (carte 2).

  • 7 SESS, fonds Le Play, lettre à Augustine Le Play du 31 mai 1851.

6Le Play trouve cependant le temps de se promener à Londres, de recueillir les renseignements nécessaires à la rédaction d’une des monographies, et de faire une bribe d’enquête sur la boulangerie de Londres [Le Play, 1859, p. 293-295]. Une nuit, il visite les quartiers malfamés de Shoreditch, Whitechapel et Saint-Giles, en compagnie des quatre agents de police, visite dont il fera une description imagée à sa femme : « Ces quartiers sont habités par la plus dangereuse population d’escrocs, de voleurs, d’assassins, et par des femmes d’une condition analogue… Nous avons eu à nous féliciter d’être si bien accompagnés car la société était souvent peu rassurante. Les figures des gens de toutes sortes réveillés dans leur sommeil dans des chambres garnies d’une douzaine de lits et habités par une vingtaine de personnes de tous âges et de tous sexes étaient vraiment curieuses à voir7. »

  • 8 Coll. privée, copie, SESS, fonds Le Play, lettre à Cochin du 15 mai 1851.
  • 9 SESS, fonds Le Play, lettre à Augustine Le Play du 31 mai 1851.

7Au début de son séjour à Londres, il demande à Augustin Cochin une lettre d’introduction pour la société locale de Saint-Vincent-de-Paul, en vue d’étudier le « type de l’ouvrier local8 ». Selon toute apparence, il n’en fera pas usage : ce n’est pas le Londres de Shoreditch, ni celui visité par la Société de Saint-Vincent-de-Paul qui l’intéresse, mais celui des artisans décrit dans la monographie du coutelier de Londres, qui vivent une vie respectable dans un des quartiers avoisinants (carte 2). Au contraire, il passe un dimanche à Greenwich9 – lieu préféré des excursions des familles ouvrières aisées de la capitale – pour manger du poisson, comme l’ouvrier décrit dans la monographie : nous nous trouvons donc peut-être face à la première expérience d’observation participante, de nos jours si chère aux anthropologues.

8Malgré ses excursions dans le « bas-ventre » de Londres, Le Play semble avoir consacré la plupart de son temps libre à la haute société anglaise, réunie à Londres en raison de l’Exposition. C’est de cette époque que datent plusieurs de ses rencontres avec les grands de l’Angleterre, qu’il utilisera pour propager ses idées dans le pays, tout en infléchissant ses réflexions sur la société anglaise. Il a une conversation avec la reine, va à l’opéra, au théâtre, à la fête de l’anniversaire de la reine à Woolwich et à la course de chevaux d’Ascott. Il fera la connaissance de lord Ashburton, fils d’un des plus influents pairs du royaume, et membre d’une grande famille de financiers de renommée internationale, les Baring [Le Play, 1877, p. 417]. Il est par ailleurs probable que sa rencontre avec lord Granville, l’un des nobles les plus actifs de l’Exposition et dont il parlera à partir de 1862, date de cette époque. En même temps, Le Play trouve le temps d’entretenir et de maintenir des relations nouées lors de voyages précédents : il dîne notamment chez Porter et revoit son ami Barker du Derbyshire. Le 17 mai, sa femme vient le rejoindre pour quinze jours. Le Play lui avait proposé une excursion dans le Derbyshire, mais ils semblent être restés à Londres, à visiter l’Exposition et à explorer la capitale à pied – la meilleure façon de connaître la ville, comme Le Play l’avait souligné plusieurs fois dans ses lettres à son épouse.

  • 10 Voir par exemple la lettre du 12 mai 1851. Nous sommes encore loin des jugements critiques qu’il p (...)

9Le 5 août, il quitte Londres en direction du nord. Il passe deux jours à Chatworth, dans le Derbyshire, deux à trois jours à Sheffield, deux jours à visiter les Consett Iron Worksentre Durham et Newcastle, et deux jours en Basse-Écosse. Il redescend vers le Sud en passant par la région des lacs, par Liverpool et Birmingham, pour arriver à Londres le 19 août (carte 3). En quatorze jours, il parcourt près de deux mille kilomètres. Lors des voyages précédents, certes marqués par des séjours sur place plus longs, il avait mis plusieurs mois à faire le même trajet : la rapidité de ce parcours est en elle-même le signe et la preuve du progrès des chemins de fer en Angleterre. Il ne se lasse pas de louer la facilité et le confort des voyages en Angleterre dans les lettres à sa femme10. La durée réduite de ses étapes n’en devient pas moins surprenante. En deux ou trois jours de séjour à Sheffield, il réunit les renseignements nécessaires à la rédaction de deux monographies et d’une grande partie de son rapport sur la coutellerie. Ce n’est qu’en comparant son itinéraire aux précédents que nous pouvons apprécier la célérité et l’efficacité de ses enquêtes : le voyage de 1851 était exclusivement un retour dans des lieux et, probablement, chez des gens qu’il connaissait auparavant (carte 4). L’enquête de Le Play s’inscrit donc dans un projet à long terme, s’appuyant sur des relations établies lors de voyages antérieurs, en Angleterre et ailleurs, autant que sur des liens noués à l’Exposition elle-même. Or, si Le Play fait appel à un grand nombre de ses connaissances de longue date, cette méthode n’est pas systématique et exclusive. Son choix de la ville de Sheffield comme lieu privilégié d’enquête est ainsi loin d’être uniquement lié au hasard des rencontres, mais révèle avant tout ses préoccupations professionnelles.

10Le Play revint à Londres le 19 août. Il y passe encore une semaine avant de s’embarquer à Douvres pour Calais le 27 août 1851. Son enquête n’est pas pour autant terminée : au mois de septembre, il se rend en Allemagne afin de préparer deux monographies, dont une porte sur un coutelier de Solingen, l’autre sur un fondeur dans une usine à fer.

  • 11 Arch. nat., F12 3641.

11Entre-temps, il a eu le temps de faire un tour à Baistherel, pour s’enquérir sur place de la qualité de l’acier, destiné à la coutellerie, qui y est fabriquée11. Selon toute apparence, le voyage de 1851 fut son dernier voyage aussi extensif en Angleterre : il y reviendra en1860 pour une réunion de la Social Science Association à Glasgow, et pour l’Exposition de Londres de 1862, mais nous n’avons aucune indication sur d’éventuels voyages d’enquête dans la province anglaise après celui de 1851.

L’Angleterre en 1851

  • 12 Les deux premières décennies du xixe siècle avaient été marquées par le luddisme et par le blocus (...)
  • 13 Les visiteurs de l’Exposition furent néanmoins sujets à une surveillance continue. La peur des « a (...)

12L’Angleterre de 1851 était la première puissance économique, industrielle et commerciale du monde. Après les troubles sociaux et les débats politiques de la première moitié du siècle12, les années 1850 s’annonçaient bien au nord de la Manche, du moins du point de vue des gouvernants et des grands industriels. L’organisation de l’Exposition internationale, la première exposition universelle du genre, voulut en donner la preuve au monde entier. Elle présentait l’image d’un pays stable, prospère, heureux et uni sous une monarchie constitutionnelle qui n’avait rien à craindre, ni de la concurrence étrangère, ni des « troubles » qui avaient ébranlé l’Europe continentale en184813. Selon lord Palmerston, alors ministre des Affaires étrangères, l’exposition donnait « l’exemple d’une nation où chaque classe de la société accepte avec gaieté la condition que lui a assignée le Destin ; et où, en même temps, chaque individu de chaque classe s’efforce de s’élever dans la hiérarchie sociale – non pas par l’injustice et le mal, non pas par la violence et l’illégalité, mais par la préservation de la bonne conduite, et par l’exécution régulière et énergique des facultés morales et intellectuelles qui lui fussent données par son Créateur » [cité par Hobhouse, 2002].

  • 14 Coll. privée, copie, SESS, fonds Le Play, lettre à Cochin du 15 mai 1851.

13Le Palais de cristal, la « serre glorifiée » (Stocking, 1987, voir l’illustration 1) qui abritait cette Exposition se présente comme le symbole du triomphe de l’homme sur la nature, et de l’Angleterre sur le monde. Le Play en fut profondément impressionné : « L’impression produite par le Palais de cristal et son contenu est vraiment saisissante : rien de ce qui s’est vu jusqu’à ce jour n’a pu donner une aussi haute idée de la puissance de l’homme14. »

  • 15 Sheffield Independent du 9 août 1851.

14Un cinquième de la population de l’Angleterre se rendit à l’Exposition, qui fera un bénéfice important, grâce notamment aux tarifs d’entrée peu élevés. Partout en Angleterre, dans des districts ruraux autant qu’industriels, des sociétés d’ouvriers s’étaient organisées pour permettre au plus grand nombre d’entre eux d’assister à l’Exposition. Les ouvriers cotisaient depuis des mois, parfois les patrons y ajoutaient quelques shillings ; les chemins de fer, en beaucoup d’endroits récemment construits, offraient des tarifs spéciaux pour l’Exposition, et des classes entières des écoles rurales et des groupes de métayers surveillés par leur intendant pour les préserver des tentations, politiques et autres, de la capitale défilèrent dans le hall de l’Exposition(illustration 2). Quelques manifestations politiques autorisées par la police se déroulèrent en marge de l’Exposition, dont un défilé de quinze mille militants antialcooliques de tous les pays d’Europe15. Le travail de Le Play ne semble donc pas avoir souffert de l’obligation de rester à Londres plus longtemps que prévu : pendant l’Exposition, toute l’Angleterre y était. À croire la presse provinciale anglaise, le Nord était désert, les usines dépeuplées.

  • 16 Le Play avait joué un rôle important dans l’envoi de ces ouvriers, insistant pour qu’on les laisse (...)
  • 17 Arch. nat., F12 3167.

15Après l’Angleterre, la France fournit le plus grand contingent d’exposants, accompagné par une commission officielle et quelques ouvriers envoyés aux frais de l’État pour se renseigner sur les nouvelles techniques16. Les rivalités nationales sont vives. Les membres français des jurys internationaux sont sans arrêt bombardés par des circulaires envoyées par le président de la commission française pour les mettre en garde contre l’espionnage, et pour les exhorter à la solidarité entre Français17. Il faut faire barrageaux Anglais, partis pour rafler toutes les médailles. Si, dans son rapport sur la coutellerie, Le Play se plaint de cet esprit de compétition nationaliste là où il aurait voulu voir de la collaboration, il ne lui est pas complètement étranger, comme en témoigne cette notice dans le Sheffield Independent du 17 juillet 1851 : « Il y avait un monsieur français parmi les jurés qui à juste titre montrait un grand zèle dans la protection des intérêts de ses compatriotes. Il avait admis que Sheffield avait amené les meilleures limes, mais il maintenait qu’il y avait une maison en France qui savait en faire des meilleures. Il a lancé le défi à Sheffield et il a choisi la maison qui devra s’y mesurer, et comme par hasard c’était la maison du maire. Il a envoyé quelqu’un en France pour faire faire des limes à cet effet. Il a amené un ingénieur français pour les utiliser, et il a défié les Messieurs Turton et fils. » Le Sheffield Independent conclut fièrement que ce sont les limes de Sheffield qui ont gagné dans ce concours improvisé. Quant à Le Play, il n’en fait pas mention.

16Les gens de Sheffield avaient de bonnes raisons de se préoccuper de la compétitivité des produits de leur ville. Tout d’abord, en 1851, un quart des 120 000 habitants de Sheffield travaillait dans la coutellerie [Pollard, 1959]. La ville exportait à elle seule cinquante fois plus d’objets de coutellerie que toute la France. Elle dominait le marché anglais, à un point que la section coutellerie de l’Exposition internationale était connue sous le nom de Sheffield Court (illustration 3). Les particularités du métier se reflétaient dans l’organisation sociale, économique et politique de la ville. Le maître coutelier était souvent aussi le maire, et le Cutlers’Hall, siège de la corporation du métier, était plus imposant que la mairie. La fabrication de différents objets de coutellerie demandait une multitude d’opérations distinctes et spéciales, toutes basées sur un savoir-faire particulier. Les outils du travail étaient vendus à un prix facilement abordable, et jusqu’aux années 1850, il était impossible de remplacer les ouvriers par une machine. La vapeur ne jouait qu’un rôle limité : Sheffield devait en partie son succès à l’abondance des courants d’eau qui traversaient la ville, et les ouvriers pouvaient louer à la journée des lieux de travail à côté d’une meule mue par l’eau. La plupart des ouvriers travaillaient donc à leur propre compte, ou pour un « petit maître » qui, tout en travaillant lui-même, employait deux à trois hommes et un apprenti (voir dans l’illustration 4 un de ces lieux de travail à la fin du xixe siècle, à une époque où ce genre d’organisation du travail était déjà devenue rare, mais n’avait toujours pas disparu). Malgré l’abolition de la plupart des privilèges légaux de la corporation du métier, l’apprentissage restait en pratique relativement contrôlé. Les clivages sociaux se situaient plutôt entre ouvriers qualifiés et manœuvres, qui étaient souvent d’origine irlandaise, qu’entre maîtres et ouvriers. Ainsi, le docteur Holland, observateur zélé si rarement objectif, note en 1839 à propos de sa ville : « Chez nous, la distinction entre patrons et hommes n’est pas toujours marquée. Les gens sont dans une grande mesure les deux à la fois. La transition d’un état à l’autre est facile et fréquente » [Holland, 1839, p. 12]. Cette même impression est confirmée par Symmonds [1843], et par les témoignages d’ouvriers en 1866 [TOI, 1867].

17Or, en 1851, ce système était en train de changer. La production de l’acier, selon un procédé développé par Bessemer à Sheffield même, allait prendre le dessus sur la coutellerie. Elle allait imposer un système de production différent, demander un investissement de capitaux plus important, et créer un nouveau groupe d’ouvriers relativement privilégiés. Au sein de l’industrie coutelière, des développements analogues commençaient apparaître. La première grande fabrique de coutellerie qui utilisait des machines à vapeur avait ouvert ses portes en 1832 ; en 1851, il y en avait quinze de plus ; six ans après le passage de Le Play, leur nombre était monté à quatre-vingt [Pollard, 1959]. Peu à peu, les machines commençaient à supplanter les multiples manipulations à la main. En 1862, un jury aux États-Unis déclara pour la première fois un couteau produit par une machine supérieur à un autre produit à la main : la crainte de la concurrence étrangère, déjà si présente lors de l’Exposition de 1851, s’avéra enfin justifiée, et doublée de celle de la mécanisation du métier. Néanmoins, à l’époque où Le Play choisit Sheffield comme sujet principal de son étude sur l’Angleterre, ces développements étaient loin d’être inévitables. Sheffield représentait alors un exemple nuancé et complexe d’un système industriel efficace, mais peu centralisé et basé sur des structures intermédiaires de conciliation et de médiation ; un exemple qui sera fondamental pour la genèse de l’image de l’Angleterre dans l’ouvrage de Le Play.

L’enquête

18Les trois monographies anglaises de Le Play portent sur des ouvriers employés dans l’industrie coutelière : deux monteurs de couteaux et un menuisier employé dans un atelier de coutellerie. À une époque où l’Angleterre était surtout connue et crainte pour son industrie métallurgique et textile, ce choix paraît au premier abord surprenant.

19Comme souligné plus haut, les contacts que Le Play a pu établir lors de l’Exposition internationale, tout comme ses séjours antérieurs à Sheffield et ses propres intérêts de métallurgiste, y ont certainement contribué, à la fois en facilitant son accès aux terrains d’enquête et en attirant son attention, d’une part, sur la diversité et la comparabilité des systèmes de production et, de l’autre, sur leur lien étroit avec la qualité des produits et leur valeur marchande. Ainsi, la première monographie porte sur un coutelier de Londres, employé dans l’atelier d’un de ses collègues du jury de l’Exposition, Joseph B. Durham. Dans la deuxième édition des Ouvriers européens, Le Play indique que « ce maître reviendrait aisément aux traditions du patronage, si une direction était imprimée dans ce sens par l’opinion publique » [Le Play, 1877, p. 274] ; son travail fut récompensé par plusieurs médailles à l’Exposition. Le lien entre tous les aspects de la production, « sociaux » autant que « techniques », y était donc évident, et, grâce à l’Exposition elle-même et à la position qu’y occupait Le Play, facile à soumettre à une étude comparative. C’est également dans le jury que Le Play fait la connaissance de l’Allemand Höller, qui lui servira plus tard comme intermédiaire en Allemagne, et qui l’encouragea peut-être à étendre son enquête jusqu’à Solingen, le centre de l’industrie coutelière rhénane.

  • 18 Pour l’histoire d’une de ces familles, la famille Peace dont Le Play a dû côtoyer plusieurs représ (...)

20Toute étude sérieuse de la coutellerie anglaise devait conduire Le Play à Sheffield, où il avait d’ailleurs déjà passé un mois dans une famille de la ville en 1836 [Le Play, 1877, p. 414]. Il y était retourné en 1842, et avait rencontré les principaux fabricants de Sheffield de nouveau sur le site minier de Dannemora en 1845. Son intérêt pour Sheffield, sinon pour l’industrie coutelière de la ville, semble donc dater d’avant l’Exposition, même si cette dernière l’a aidé à réaliser son enquête. Il paraît certain, en tout cas, que son séjour prolongé dans cette ville lui a été précieux pour pénétrer dans un milieu qui, selon tous les observateurs de l’époque, était particulièrement difficile d’accès, à cause de la méfiance des patrons et des ouvriers [voir par exemple Holland, 1842, 1843 ; et Hill, 1860]. Il est peu probable que ces difficultés furent moindres pour un étranger, compte tenu de la peur de la compétition étrangère et des excitations nationalistes de l’époque. Les archives de Sheffield restent muettes sur le passage de Le Play, et nous ne donnent que très peu de renseignements sur l’identité probable des ouvriers et leurs lieux de travail. Le Play nous indique que l’atelier où était employé le menuisier était important, il doit donc s’agir d’un des « grands patrons » de la ville, véritable « oligarchie » d’à peu près huit familles, qui possédaient des marques anciennes et de renommée, qui dirigeaient la corporation du métier et qui se mariaient entre eux18.

21Le rapport sur la coutellerie et les monographies, d’une grande cohérence interne, tendent vers deux conclusions générales. D’abord, Le Play y démontre qu’une enquête sur une industrie quelconque doit tenir compte de tous ses aspects, géographique, géologique, technique, politique, historique, social ; qu’en effet, ces distinctions sont artificielles et constituent un contresens. Ainsi, il déplore que l’Exposition n’inclut pas les conditions de production dans ses critères d’évaluation des objets exposés. Ensuite, il souligne l’importance de l’aspect moral de la coutellerie. Comme la qualité véritable d’un objet de coutellerie ne s’avère qu’après un usage prolongé, la seule garantie de qualité à l’achat reste la marque. Par conséquent, la coutellerie est un projet à long terme, dans lequel la génération des parents assure la bonne renommée et, en conséquence, le bien-être matériel des enfants. La bonne réputation fait partie des atouts les plus précieux de l’entreprise ; la continuité des maisons, des noms et des marques qui y sont associés, n’est pas seulement souhaitable du point de vue social, mais indispensable du point de vue économique. Nous sommes donc face à une sorte de « maison de fabrication souche », qui anticipe la découverte de la famille-souche des années 1860. Or, l’importance accordée à la réputation des maisons et des marques dépend de la nature des objets fabriqués : les mêmes observations sont ainsi valables pour toutes les régions où prospère la coutellerie, comme le démontre Le Play dans le rapport et dans la monographie du coutelier de Solingen.

22En dehors de la continuité historique, l’importance du rôle des marques était aussi une garantie, quoique limitée, d’une certaine cohérence sociale, en ce qu’elle réunissait ouvriers et maîtres dans un but commun. À Sheffield, l’usage des marques était réglementé par la corporation du métier, la Cutlers’Company. Même après l’abolition d’une grande partie de ses privilèges législatifs et exécutifs en 1799, la corporation, qui réunissait maîtres, ouvriers et apprentis, jouait un rôle prépondérant dans la politique municipale [Furness, 1893 ; Leader, 1905]. Or, depuis le début du siècle, elle s’était de plus en plus fermée aux ouvriers et même aux petits maîtres, pour n’être gérée que parles patrons les plus importants. Les ouvriers y répondirent en formant de petites associations de métiers, les trade unions, qui n’avaient souvent que quelques dizaines de membres et qui s’occupaient surtout d’établir des listes de tarifs et de les faire appliquer, parfois par la force. Malgré leur petite taille, les unions se voyaient comme les héritiers légitimes de la Cutlers’Company, et tentaient de s’arroger les mêmes droits. Ils continuèrent ainsi à punir des membres défaillants et à réglementer l’accès au métier par l’apprentissage. Ce ne fut que vers la fin des années 1860 que ces prérogatives furent véritablement mises en question par les ouvriers et les patrons de Sheffield, conduisant à un conflit qui aboutit aux Sheffield outrages de 1866 [TOI, 1867].

23Si pour Le Play, ces unions ne représentaient pas une évolution entièrement positive, elles étaient certainement dignes d’intérêt : « Comparées aux institutions des siècles passés et à plusieurs de celles qui subsistent encore dans les autres sociétés européennes, les unions sont à la fois un progrès et une décadence : elles sont préférables au régime du patronage, en ce qu’elles garantissent mieux l’ouvrier contre certaines défaillances morales du patron ; mais elles lui sont décidément inférieures, en ce qu’elles substituent le principe de l’antagonisme des classes à celui de la solidarité. »

  • 19 Le même jugement sera porté quelques années plus tard par E.F. Hebert et E. Delbet à propos des te (...)

24Le Play y trouve donc une nouvelle forme de l’organisation sociale, qui, tant qu’elle réussit à maintenir des relations harmonieuses entre les ouvriers et les maîtres, constitue un modèle intéressant. Pourtant, il s’interroge sur la possibilité de son application en dehors de l’Angleterre : selon lui, le succès des unions en Angleterre est dû à l’esprit de conciliation des Anglais, et « à la modération, à l’intelligence et au bon sens pratique des deux classes rivales », qui ont trop souvent tendance à manquer en France19.

  • 20 À l’époque, le droit de vote en Angleterre était limité aux propriétaires fonciers possédant des p (...)
  • 21 Statuts de la Montgomery Land Society, fondée en 1851, conservés à la bibliothèque municipale de S (...)

25Si Le Play s’intéresse aux trade unions sans pour autant y voir la solution idéale aux problèmes du métier, il se prononce surtout en faveur d’une autre forme d’association : la land society. La société, composée, selon Le Play, des propriétaires, des fabricants et des ouvriers, achète des terrains aux alentours de la ville. Ces terrains sont divisés en lots de la taille d’une habitation simple. Les ouvriers cotisent chaque mois pour en acheter un lot ; au bout de quelques années de cotisation, ils entrent en possession de leur terrain, tout en continuant à en rembourser le prix. Comme moyen de faciliter la petite propriété, et d’établir des relations mutuelles entre maîtres et ouvriers, Le Play y voit un grand progrès, même si le but politique de ces sociétés lui déplaît20. Les land societies connurent en effet un grand succès et devinrent rapidement un investissement sûr tant pour les patrons qui se firent souvent ainsi une belle fortune que pour des ouvriers aisés : la plus grande partie de la banlieue ouvrière de Sheffield fut construite ainsi [Stainton, 1924]. Pourtant, si Le Play voyait dans la propagation de la petite propriété un moyen pour les ouvriers de lier leurs occupations professionnelles au foyer, et de bénéficier d’un peu d’espace permettant le jardinage et l’élevage à petite échelle, les statuts des land societies expriment des ambitions toutes autres, plus proche du rêve bourgeois de la banlieue résidentielle (voir illustration 5). Les maisons construites n’avaient souvent pas de jardin ; d’ailleurs, l’occupant « ne devra point faire, creuser, forer, ou permettre, puits ou mine de houille, ou ériger une machine à vapeur, savonnerie, roue d’aiguisage, atelier ou tous locaux à but industriel21 ».

26Le modèle de la land society comme exemple d’un contrat social réussi basé sur la solidarité verticale reviendra dans toutes les discussions de Le Play sur l’Angleterre ; dans La constitution de l’Angleterre [1875] comme dans la deuxième édition des Ouvriers européens [1877, p. XLII], il y verra la solution à tous les maux dont souffre l’Angleterre.

Réévaluation des monographies en 1877

27Entre la première et la deuxième édition des Ouvriers européens, les monographies subissent des « améliorations » discrètes. Souvent imperceptibles à la première lecture, celles-ci permettent une classification moins ambiguë des familles étudiées, soit en portant un jugement moral plus sévère, soit en établissant une continuité historique plus grande, tant au niveau des familles elles-mêmes qu’au niveau du pays entier. Ainsi, l’édition de 1877 met l’accent sur les relations entre générations, accorde plus de place aux histoires familiales des ouvriers et les corrige au besoin, et souligne leur dévouement à leurs parents. La continuité familiale ainsi établie permet de classifier les familles selon le schéma développé par Le Play entre-temps, qui, en se basant sur des modes de transmission, privilégie forcément une perspective de long terme. À une échelle plus grande, ce développement est reflété dans le grand nombre de notes ajoutées en 1877, et qui traitent presque exclusivement du développement historique de l’Angleterre, comme cause principale de sa situation actuelle et comme preuve de sa déchéance imminente. Dans la deuxième édition apparaît également un sujet désormais obsessionnel : l’urbanisation rapide de l’Angleterre, cause de tout son malheur, et, inversement, l’effet positif de l’origine rurale de deux des trois familles étudiées. Ainsi, là où en 1855, c’est son appartenance à la « race irlandaise » qui pousse l’un des ouvriers de Sheffield à cultiver un petit jardin et à élever un cochon, en 1877, ces activités découlent simplement de son « origine rurale », qu’il partage avec la plupart des ouvriers de Sheffield. Le discours de Le Play sur les institutions sociales qui avaient, en 1851, tant attiré son attention, évolue également. Si son jugement sur les trade unions reste globalement identique, il y accorde relativement moins de place en1877. Quant aux land societies, elles prennent une place prépondérante, quoique sous une forme légèrement modifiée : le rôle joué par les patrons y est devenu plus important, et si, en 1855, leur but était surtout de fournir une solution aux problèmes de logement des ouvriers, en 1877, l’accent est mis sur la propriété qui devint une valeur en elle-même, en grande partie grâce à sa transmission possible aux générations futures.

  • 22 Bibliothèque municipale de Sheffield, EC1851 de Stannington.

28Ces dernières modifications sont surtout marquées dans la monographie du menuisier de Sheffield. D’abord, Le Play fait remonter rétrospectivement son enquête dans le passé, à une époque où, selon la monographie, l’ouvrier était soit résidant à York, soit venait juste d’arriver à Sheffield et n’avait pas encore d’enfant. Ensuite, dans la deuxième édition, l’histoire familiale de l’ouvrier subit plusieurs corrections, et se rapproche par la suite le plus possible du modèle de la famille-souche, désormais au centre des préoccupations de Le Play. Ainsi, selon l’édition de 1877, le père de famille, menuisier à Stannington, un village près de Sheffield, aurait laissé son atelier au fils aîné de la famille « suivant la coutume suivie par les ouvriers de leur condition ». L’ouvrier lui-même, qui bénéficie de l’aide d’une land society, déclare vouloir faire de même et fonder une maison de famille à transmettre à tout prix à un de ses enfants, préoccupations qu’il n’exprimait pas encore en 1855. Sans le dire explicitement, Le Play nous encourage donc à discerner l’embryon d’une famille-souche sur plusieurs générations. Pourtant, l’état civil de Stannington de 1851 ne fait aucun cas d’un atelier de menuiserie ; si jamais il avait existé, occupé par le frère de l’ouvrier, il a été vendu et le frère a dû partir tenter sa chance ailleurs22. Ainsi, tout comme l’enquête de 1851 a forgé une image de l’Angleterre que Le Play évoquera tout au long de sa vie, les changements successifs dans ses considérations morales et intellectuelles ont contribué à former et en partie à déformer l’image des ouvriers enquêtés.

Répercussions en Angleterre

  • 23 Sheffield Independent du 15 novembre 1851 et du 6 septembre 1851.
  • 24 Voir le Times du 24 septembre 1860, cité par Goldman [2002, p. 305]. La communication deHill était (...)
  • 25 Comme le souligne Mogey [1956], c’est surtout par le biais de la géographie que les ouvrages de Le (...)

29En plus des trois monographies et du rapport français sur la coutellerie, Le Play semble avoir contribué largement à la rédaction du rapport anglais de son jury [Royal Com., 1852]. Ce rapport fut publié en partie dans les journaux de Sheffield, où il provoqua maintes réactions et un débat prolongé sur la compétitivité des produits de Sheffield ; de même, il fut lu publiquement et débattu dans des réunions à la Cutlers’Hall, sans qu’il y fût jamais fait mention du nom ou des idées de Le Play23. Quelques années plus tard, William Sargant, juge de paix à Birmingham, consacre un livre entier [Sargant, 1857] à la première édition des Ouvriers européens, dont il paraphrase les conclusions, Le Play lui ayant refusé l’autorisation de les traduire en entier. Sargant y cite les monographies de Sheffield moins comme des documents dignes d’intérêt en eux-mêmes, mais comme une preuve de la crédibilité de Le Play et de son don d’observation : si un Français pouvait si bien comprendre les Anglais, il devrait d’autant plus comprendre les Russes… Malgré ce jugement flatteur, les Ouvriers européens furent vite oubliés par le public anglais. Pourtant, dans les années 1860, Sheffield se retrouva subitement au centre des préoccupations sociologiques, depuis peu à la mode, justement à cause de l’efficacité et des particularités qui caractérisaient les trade unions locales. Ainsi, en 1860, Hill présente une communication sur les trade unions de Sheffield au congrès de la Social Science Association à Glasgow [Hill, 1860], auquel assiste Le Play24. Hill parvient aux mêmes conclusions que Le Play, sans pour autant partager l’attitude plutôt positive de ce dernier et sans faire référence à ses ouvrages. Il est impossible de dire s’il les avait lus, mais il paraît certain que les deux auteurs se connaissaient, au moins de vue. Quelques années plus tard, la municipalité de Sheffield lance une enquête approfondie sur les trade unions de Sheffield, à l’occasion de conflits de plus en plus violents qui les opposent aux ouvriers non affiliés [TOI, 1867]. Cette enquête nous permet d’apprécier la qualité des ouvrages de Le Play : sa description des trade unions, y compris de leur ambiguïté légale et morale, coïncide parfaitement avec les témoignages des ouvriers accusés. Or, encore une fois, aucune mention n’est faite des travaux de Le Play25.

  • 26 Voir à ce sujet aussi les travaux sur l’histoire de la métallurgie de Sheffield de Desch [1922] et (...)

30Ce n’est qu’au début du xxe siècle, et surtout dans les années 1950, quand une nouvelle vague d’histoires locales et industrielles de Sheffield fait son apparition, que Le Play sera exhumé des archives. Les historiens de Sheffield de cette époque, ayant tous une formation d’ingénieur ou de métallurgiste, étaient bien placés pour apprécier les multiples facettes des travaux de Le Play26. Ces ouvrages, et surtout le livre de Pollard [1959], qui fait un usage extensif de Le Play, sont aujourd’hui considérés comme les ouvrages de référence pour toute recherche historique locale. D’analyste et observateur contemporain, Le Play est donc devenu une source historique primaire, plus souvent citée que lue, et qui par ce fait n’a jamais donné lieu à des débats critiques. Ainsi, alors que Sheffield a contribué à construire le modèle de l’Angleterre qui allait devenir dominant dans l’œuvre de Le Play, cette dernière fournit encore aujourd’hui des éléments fondamentaux de l’histoire de Sheffield.

Conclusion

31L’image de l’Angleterre telle que la développa Le Play et qui allait jouer un rôle si important dans ses travaux postérieurs, relevait donc d’une série de choix, influencée parfois par le hasard des rencontres et toujours par des projets de recherche de long terme qui dépassaient le cadre géographique de l’Angleterre autant que les oppositions disciplinaires telles que nous les entendons aujourd’hui. Son intérêt pour tous les aspects de la métallurgie, joint à l’expérience de l’Exposition qui lui représente la coutellerie comme une industrie historique, décentralisée, et néanmoins compétitive, le pousse à s’en occuper plus particulièrement ; en même temps, ses voyages et contacts antérieurs l’orientent vers des terrains propices à Sheffield. L’image de l’Angleterre qu’il développa ainsi est certes singulière et historiquement datée. Cependant, elle pallie les lacunes de l’historiographie classique de l’Angleterre, tout en nous donnant un aperçu sur une histoire possible qui n’a pas eu lieu, ou qui n’a eu lieu que partiellement, pour des raisons diverses mais jamais inévitables. À Sheffield comme à Londres, Le Play ne cherchait pas des exemples pour illustrer les pires défaillances du « système anglais », comme le faisaient à la même époque les enquêteurs parlementaires et Engels, ni même des « cas typiques ». Ce qui l’intéressait, c’était justement les variétés à l’intérieur de ce « système » peu systématique, qui donnaient lieu à des solutions ébauchées et originales, et qui montraient la multitude des facettes d’une organisation industrielle réussie, pouvant servir d’exemples dans le cadre d’une étude comparative à plus long terme. Ainsi, il nous livre l’image d’une Angleterre trop souvent oubliée, et il nous rappelle que pour pouvoir situer ses travaux, il est indispensable de comprendre non pas seulement le contexte de ses enquêtes, mais aussi ses préoccupations personnelles, les modalités de son enquête, et « l’art de voyager » dans lequel il était passé maître.

Carte 1. Voyage de 1851. Lieux d’étude proposés par Le Play au ministère des Travaux publics.

Carte 2. Les lieux fréquentés par Le Play à Londres en 1851.

Carte 3. Itinéraire du voyage de Le Play de 1851.

Carte 4. Itinéraires des voyages de Le Play en 1836, 1842 et 1851.

Figure 1. Le Palais de cristal, Londres, 1851.

Figure 2. Visiteurs à l’Exposition universelle de 1851.

Figure 3. Sheffield Court, Exposition universelle, Londres, 1851.

Figure 4. Atelier de coutellerie, Sheffield, 1900.

Figure 5. Crookes, construit par la Montgomery Freehold Society, Sheffield.

Bibliographie

Références bibliographiques

[Barraclough, 1984] K.C. Barraclough, Crucible Steel : the Growth of Technology, Sheffield, Institute of Metals, 1984 (contient une traduction partielle du « Mémoire sur la fabrication de l’acier au Yorkshire », Annales des Mines, 4/3, 1843, p. 643-650 et 661-663)

[Desch, 1922] C.H. Desch, « The Steel Industry of South Yorkshire », The Sociological Review, n° 14/2, 1922, p. 131-137

[Furness, 1893] M. Furness, Record of Municipal Affairs in Sheffield since the Incorporation of the Borough in 1843, Sheffield, William Townsend and Son, 1893

[Goldman, 2002] L. Goldman, Science, Reform and Politics in Victorian Britain : the Social Science Association, Cambridge, Cambridge University Press, 2002

[Delbet, 1857] E. Delbet et E.F. Hebert, « Tisseur en châles de la fabrique collective de Paris », Les ouvriers des deux mondes, 1857, 1/1, p. 299-372

[Hill, 1860] F.H. Hill, An Account of some Trade Combinations in Sheffield, prepared for the National Association for the Promotion of Social Sciences, Glasgow, 1860

[Hobhouse, 2002] H. Hobhouse, The Crystal Palace and the Great Exhibition, London, Athlone Press, 2002

[Holland, 1839] G.C. Holland, An Inquiry into the Moral, Social and Intellectual Condition of the Industrious Classes of Sheffield, London, Longman, 1839

[Holland, 1842] G.C. Holland, Inquiry into the Condition of Cutlery Manufacture, Sheffield, 1842

[Holland, 1843] G.C. Holland, The Vital Statistics of Sheffield, London, Robert Tyas, 1843

[Le Play, 1854] F. Le Play, « Rapport sur la coutellerie et les outils tranchants : fait à la commission française du jury international de Londres », dans Travaux de la commission française sur l’industrie des nations, Paris, Imprimerie impériale, t. VI, 1854

[Le Play, 1855] F. Le Play, Les ouvriers européens, Paris, Imprimerie nationale, 1855

[Le Play, 1859] F. Le Play, Enquête sur la boulangerie du département de la Seine, Paris, Imprimerie impériale, 1859

[Le Play, 1875] F. Le Play, La constitution de l’Angleterre. Tours : A. Mame, 1857

[Le Play, 1877] F. Le Play, Les ouvriers européens, Tours, A. Mame, 2e éd. : 1877-1879

[Le Play, 1881] F. Le Play, « Les trois âges du travail », La Réforme sociale, 1, p. 7-13 et p. 36-41

[Leader, 1905] R.E. Leader, History of the Company of Cutlers in Hallamshire in the County of York, Sheffield, Pawson and Brailsford, 1905

[Mogey, 1956] J. Mogey, « La “science sociale” in England », dans Recueil d’études sociales à la mémoire de F. Le Play, Paris, Picard, 1956, p. 57-64

[Peace, 1999] C.R. Peace, The Peace Families of Sheffield. A Study of File Manufacturers and Steel Makers, Lancashire, C.R. Peace, 1999

[Pollard, 1959] S. Pollard, A History of Labour in Sheffield, Liverpool, Liverpool University Press, 1959

[Royal Com., 1852] Royal Commission for the Great Exhibition of 1851, Reports of the Juries, London, William Clowes and Son, 1852

[Sargant, 1857] W. Sargant, Economy of the Labouring Classes, London, Simpkin, Marshall and Co, 1857

[Stainton, 1924] J.H. Stainton, The Making of Sheffield 1865-1914, Sheffield, E. West and Sons, 1924

[Stocking, 1987] G.W. Stocking, Victorian Anthropology, New York, Free Press, 1987

[Symonds, 1843] J. Symonds, Reports on the Trades in Sheffield and the Moral and Physical Condition of the Young Persons Employed in them, Sheffield, 1843

[TOI, 1867] Trade Outrage Inquiry, Sheffield, Sheffield Local Studies Library, 1867

Notes

1 Cet article est le résultat d’un travail collectif entrepris dans le cadre d’un séminaire sur Le Play tenu à l’EHESS en 2005/2006 sous la direction d’Antoine Savoye. Je remercie Stéphane Baciocchi pour les informations qu’il a bien voulu me communiquer.

2 Archives de l’École des mines, séance du conseil central des écoles des mines du 5 avril 1851,vol. 7, p. 145-146, non côté.

3 Arch. nat. (France) [Arch. nat.], F14 2731(2), réponse du ministère du 10 mai 1851. Le ministère lui accorde un financement de 1 800 francs pour un voyage de quatre à cinq mois. Le Play estimait qu’un séjour en Angleterre nécessite au moins 700 francs par mois, le financement insuffisant constitue donc peut-être une des raisons pour lesquelles il ne restera que trois mois en Angleterre. En plus de ce financement, il recevra une indemnité de 37 livres et 4 schillings, soit 930 francs, du comité d’organisation de l’Exposition internationale, pour son travail de juré (Arch. nat., F12 3167,quittance du 13 juin 1851).

4 Coll. privée, copie, SESS, fonds Le Play, lettre à Augustin Cochin du 15 mai 1851. Il informe l’École des mines de son absence par une lettre au directeur de l’École datée du 6 mai 1851.

5 SESS, fonds Le Play, lettre à Augustine Le Play du 31 mai 1851.

6 SESS, fonds Le Play, lettre à Augustine Le Play du 20 mai 1851.

7 SESS, fonds Le Play, lettre à Augustine Le Play du 31 mai 1851.

8 Coll. privée, copie, SESS, fonds Le Play, lettre à Cochin du 15 mai 1851.

9 SESS, fonds Le Play, lettre à Augustine Le Play du 31 mai 1851.

10 Voir par exemple la lettre du 12 mai 1851. Nous sommes encore loin des jugements critiques qu’il portera plus tard sur les chemins de fer, qu’il verra comme une des causes principales de l’extension du paupérisme en Grande-Bretagne [Le Play, 1877, p. XXXII ; voir aussi Le Play, 1881] ; ici, il voit surtout ses effets économiques bénéfiques qui l’ont déjà frappé lors de sa première mission en Angleterre en 1836.

11 Arch. nat., F12 3641.

12 Les deux premières décennies du xixe siècle avaient été marquées par le luddisme et par le blocus continental, les décennies suivantes par des débats acerbes autour de la réforme électorale qui vit le jour en 1832 sans pour autant satisfaire l’opinion. La première moitié des années 1840connut une crise économique profonde.

13 Les visiteurs de l’Exposition furent néanmoins sujets à une surveillance continue. La peur des « agitateurs étrangers » faillit empêcher l’ouverture publique de l’Exposition [Hobhouse, 2002 ; voir aussi le Sheffield Independent du 28 septembre 1850].

14 Coll. privée, copie, SESS, fonds Le Play, lettre à Cochin du 15 mai 1851.

15 Sheffield Independent du 9 août 1851.

16 Le Play avait joué un rôle important dans l’envoi de ces ouvriers, insistant pour qu’on les laisse libres de se promener à Londres (Alain Cottereau, communication verbale, 30 novembre 2006). Lebudget total voté pour la commission française à l’Exposition était de 638 000 francs, une somme qui fût largement dépassée en raison des emprunts faits à la famille Rothschild de Londres (Arch. nat., F12 3167).

17 Arch. nat., F12 3167.

18 Pour l’histoire d’une de ces familles, la famille Peace dont Le Play a dû côtoyer plusieurs représentants lors de l’Exposition, voir Peace [1999].

19 Le même jugement sera porté quelques années plus tard par E.F. Hebert et E. Delbet à propos des tentatives d’établir des tarifs parmi les tisseurs de châles de Paris. Tout en comparant ce cas avec l’exemple de Sheffield, les deux auteurs concluent que cette tentative se heurta surtout au trop-plein de passions politiques et à l’absence, en France, du « caractère naturellement calme et modéré des ouvriers anglais » [Delbet, 1857, p. 354].

20 À l’époque, le droit de vote en Angleterre était limité aux propriétaires fonciers possédant des propriétés d’une certaine valeur. Le Reform Bill de 1832 avait baissé la valeur minimale de cette propriété à dix livres, sans pour autant élargir le vote aux ouvriers qui n’étaient pas propriétaires : en moyenne un homme sur sept avait le droit de vote après 1832. En élargissant le nombre d’électeurs dans les villes, l’établissement des land societies était donc souvent une attaque directe des privilèges de la grande propriété, plutôt qu’un moyen de les maintenir.

21 Statuts de la Montgomery Land Society, fondée en 1851, conservés à la bibliothèque municipale de Sheffield. L’ouvrier étudié a dû faire partie de la première société, la Montgomery Freehold Society, qui avait un statut analogue.

22 Bibliothèque municipale de Sheffield, EC1851 de Stannington.

23 Sheffield Independent du 15 novembre 1851 et du 6 septembre 1851.

24 Voir le Times du 24 septembre 1860, cité par Goldman [2002, p. 305]. La communication deHill était surtout basée sur des renseignements donnés par Wilson, un ancien membre des trade unions, qui était connu pour sa rancune personnelle à leur égard.

25 Comme le souligne Mogey [1956], c’est surtout par le biais de la géographie que les ouvrages de Le Play feront leur chemin en Angleterre, par l’intermédiaire de Demolins et son ami écossais Geddes.

26 Voir à ce sujet aussi les travaux sur l’histoire de la métallurgie de Sheffield de Desch [1922] et de Barraclough [1984], qui reprennent des éléments des rapports de Le Play sur la métallurgie britannique rédigés lors des voyages précédents.

Table des illustrations

Légende Carte 1. Voyage de 1851. Lieux d’étude proposés par Le Play au ministère des Travaux publics.
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/432/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende Carte 2. Les lieux fréquentés par Le Play à Londres en 1851.
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/432/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Carte 3. Itinéraire du voyage de Le Play de 1851.
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/432/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende Carte 4. Itinéraires des voyages de Le Play en 1836, 1842 et 1851.
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/432/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 471k
Légende Figure 1. Le Palais de cristal, Londres, 1851.
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/432/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 403k
Légende Figure 2. Visiteurs à l’Exposition universelle de 1851.
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/432/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Figure 3. Sheffield Court, Exposition universelle, Londres, 1851.
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/432/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Figure 4. Atelier de coutellerie, Sheffield, 1900.
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/432/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Figure 5. Crookes, construit par la Montgomery Freehold Society, Sheffield.
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/432/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 91k

Auteur

Anthropologue, junior research fellow à l’Institute of social and cultural anthropology, Magdalena College, Oxford

© Presses des Mines, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540