Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frédéric Le Play

 | 
Antoine Savoye
, 
Fabien Cardoni

Première partie. Le savant et le politique

Précis de la formation d’un ingénieur des mines, Frédéric Le Play de 1806 à 1830

Fabien Cardoni

Texte intégral

  • 1 Le Play vu par le docteur Schæffle, professeur à l’université de Tübingen, ministre du Commerce de (...)

« Il est rare de rencontrer un écrivain adonné aux questions sociales, qui soit à la fois partisan de l’industrie et d’une religion positive, l’adversaire de la phraséologie sceptique et de la corruption intellectuelle, le défenseur des forces morales, et enfin le partisan de la méthode expérimentale, dans la critique du matérialisme moderne. Il est plus rare encore de trouver un auteur chez lequel ces sages principes soient le résultat de trente années d’étude1. »

  • 2 Voir les précis du livre troisième du premier tome des Ouvriers européens, 1re éd. : Paris, Imprime (...)
  • 3 Comme par exemple « Le précis de la monographie ayant pour objet le garde municipale de Paris, céli (...)
  • 4 Les éléments révélés ici sont le fruit de recherches menées en commun avec Antoine Savoye. Qu’il me (...)

1Un mot, pour commencer, sur le titre de cet article en forme de clin d’œil au vocabulaire de la science sociale. Un précis, dans l’esprit de Le Play, c’est d’abord une synthèse concise, mais aussi un ajout qui complète et précise des faits antérieurement collectés2 ; c’est enfin, dans la série des monographies leplaysiennes, une monographie simplifiée, sans budget, portant sur un cas annexe, parfois un jeune célibataire3. Aux trois sens du mot « précis » – synthèse, complément, esquisse de monographie –, cette contribution se veut une présentation des connaissances biographiques sur la jeunesse de ce Normand recueillies à ce jour dans le cadre d’une enquête qui reste ouverte4. Elle a pour objectif de révéler des faits peu connus, d’éclairer des zones d’ombre et, surtout, de reconstituer la formation au sens large (son éducation familiale, sa scolarité, ses maîtres) de cet ingénieur des mines.

2Ainsi, de 1806 à 1830, nous suivrons Le Play de La Rivière-Saint-Sauveur (Calvados) à Paris en passant par Le Havre et détaillerons ses séjours déterminants dans la Manche (à Saint-Lô) et en Vendée. Nous tenterons de replacer dans son contexte historique cette première phase de son existence que l’on peut qualifier de temps des intuitions et qui s’achève en 1829-1830. Ces deux dernières années correspondent à un tournant dans sa vie : il fait un très long voyage en Allemagne, à son retour il est victime d’un grave accident de laboratoire, il sent le souffle de la révolution de Juillet, il finit brillamment ses études aux Mines, enfin il décide que sa vie sera consacrée à la recherche de la vérité et à la restauration en France du « bonheur perdu ».

  • 5 OE2, t. I, p. 17-33.
  • 6 OE2, p. 392.
  • 7 OE2, p. 400.

3Les informations jusque-là disponibles sur la jeunesse de Le Play se réduisaient quasiment à celles qu’il a bien voulu révéler dans ses ouvrages. Si Le Play se livre en quelques mots dans La réforme sociale de 1864, il devient un peu plus bavard à la fin de sa vie dans la deuxième édition des Ouvriers européens (l’avant-propos est signé du 1er juillet 1879) - La méthode sociale parue peu après (l’avertissement date du 1er octobre 1879) est un quasi-fac-similé du premier tome de la réédition précitée - et dans La constitution essentielle de l’humanité de 1881. Il indique dans la deuxième édition des Ouvriers européens (en note p. 404) qu’il lui semble nécessaire de compléter, sur certains points, les biographies déjà parues sur lui. Il a sans doute aussi envie de se raconter et de céder quelque peu aux sirènes de la vanité. Mais surtout, quand Le Play nous parle de Frédéric, il s’offre une nouvelle manière de défendre le bien-fondé de sa méthode en retraçant sa genèse en parallèle de sa formation intellectuelle et scolaire. Il insiste ainsi sur le côté intuitif et pragmatique de sa démarche, de ses découvertes et de leur théorisation progressive, opposé en cela à tout dogmatisme (voir « Comment l’auteur avait été préparé, à son insu, avant 1829, à l’étude de la science sociale5 »). En cela notamment, il s’agit bien d’une reconstruction, consciente ou non, et dans tous les cas d’une rétrospection sur ce qu’il fut et ce qu’il est devenu. Dans ces pages autobiographiques, Le Play cherche dans son passé les tenants de ses aspirations à la paix sociale et à la science sociale : selon lui, il n’était pas prédestiné mais aurait été destiné à ce parcours et à ce résultat. N’écrit-il pas que « mon éducation première m’avait préparé, dès ma plus tendre enfance, à la recherche de la méthode6 » ? Ses premières années notamment auraient été pour lui et selon lui décisives : « Grâce à un concours extraordinaire de circonstances, j’avais pu échapper aux écueils contre lesquels ont échoué mes amis. [Car] Pendant les premières années de mon enfance (1806-1811), j’avais été à l’abri des opinions délétères qui, depuis 1789, étaient propagées dans la majeure partie de la France. Je vivais au milieu d’une population maritime chrétienne et dévouée à la patrie7. »

  • 8 E. Lefébure de Fourcy, « P. G. F. Le Play. Notice biographique », Annales des Mines, 8e série, t. I (...)
  • 9 F. Allard, Frédéric Le Play et la Normandie, Evreux, impr. de l’Eure, 1906, in-18, 19 p. (extrait d (...)
  • 10 Baron J. Angot des Rotours, « Origines et formation normande de Le Play », La Réforme sociale, 1925 (...)
  • 11 M.Z. Brooke, Le Play. Engineer and Social Scientist. The Life and Word of Frederic Le Play, Londres (...)
  • 12 B. Kalaora et A. Savoye, Les inventeurs oubliés. Le Play et ses continuateurs aux origines des scie (...)
  • 13 Musée social, fonds Le Play, A. Le Play, Souvenirs 1842-1925, tapuscrit, 1925 et 1934, multigraphié
  • 14 Enfin, l’objectif ultime de ce travail nécessairement collectif est de réaliser, à terme, une vérit (...)

4Par rapport aux dires de Le Play, les portraits ultérieurs, soit la notice nécrologique de Lefébure de Fourcy8(1882), les travaux d’Allard9(1906), d’Angot des Rotours10(1925), de Brooke11(1970) et de Kalaora et Savoye12(1989), ont révélé les lacunes biographiques plus qu’ils n’ont apporté d’informations neuves, par rapport aux dires de Le Play, et vérifiables, les archives étant peu sollicitées. Afin de déconstruire les mythes, d’explorer un pan peu connu de l’univers Le Play, d’éviter les fausses interprétations et d’être en mesure de jauger la sincérité des souvenirs (y compris ceux que son fils Albert a rédigés13), il a fallu tout d’abord recueillir des données de première main dans les archives à Paris et en province. Ensuite, si l’on cherche à répondre aux question complexes qui sont comment Le Play est devenu un réformiste traditionaliste, un révolutionnaire réactionnaire, et comment ce Normand de la petite bourgeoisie est devenu un brillant ingénieur chimiste et métallurgiste, sénateur et fondateur de la science sociale, il convient de ne pas le présenter comme un ingénieur en devenir mais comme un individu à qui s’offrent plusieurs possibilités de réalisation personnelle, qui fait des choix, conseillé par des tuteurs moraux et intellectuels. Il faut, à notre sens, adopter un point de vue faussement naïf qui consiste à occulter que Frédéric est devenu Le Play pour s’en tenir aux faits tels qu’ils se sont succédés. Il serait anachronique de juger son parcours à travers le prisme de sa situation d’« arrivé » socialement, professionnellement et scientifiquement. En réalité, à sa naissance, rien ne laissait présager un tel destin. S’il est instructif de confronter les révélations du maître à l’apogée de sa gloire avec ce que les documents d’archives nous apprennent, il est également intéressant, à la fois, de présenter les options et les alternatives qui s’offraient à lui, dont certaines sont clairement énoncées dans ses confessions – et ce, même si nous ne sommes pas en mesure de reconstituer l’ensemble du champ des possibles –, et de pondérer les motivations personnelles et les influences extérieures sur son parcours scolaire et plus généralement sur son orientation professionnelle14.

5Afin de tendre vers ces objectifs, il nous a paru préférable de scinder la vie de Le Play (comme il le fait lui-même en distinguant, dans la deuxième édition des Ouvriers européens, des étapes et des périodes) en fonction de six phases ou événements déterminants de sa jeunesse, du premier tiers de sa vie. Ces moments clefs qui s’échelonnent de sa naissance à la fin de ses études, à l’âge de 25 ans, sont liés le plus souvent à un lieu précis et à une rencontre avec un ou des hommes : ils balisent le temps de sa formation morale et philosophique, intellectuelle et professionnelle, et de son ascension sociale.

  • 15 Arch. dép. du Caldavos, état civil de La Rivièrre-Saint-Sauveur, acte de naissance de Pierre Frédér (...)

6Ce récit de vie commence avec la naissance d’un garçon dans un petit village de l’estuaire de la Seine le vendredi 11 avril 180615.

D’Honfleur au Havre 1806-1822 : le milieu familial et les proches de Frédéric

7Comment comprendre celui qui a accordé tant d’attention aux régimes familiaux dans le monde sans s’intéresser à la matrice première de Le Play, c’est-à-dire sa famille, ses proches ? On interrogera particulièrement dans cette première partie la nature des relations de Frédéric avec son père, son oncle et sa tante résidant à Paris et leurs amis, et avec les abbés Vastel et Bazire, ce dernier faisant partie intégrante de la famille Le Play.

Ses origines sociales et la « perte » du père

8Pierre Guillaume Frédéric Le Play est né dans le Calvados (mais à un pas de l’Eure et de la Seine-Inférieure) à La Rivière-Saint-Sauveur, village limitrophe d’Honfleur, en face du Havre, en bord de la baie de Seine, sur la frontière naturelle entre le pays d’Auge et le pays de Caux. Ses origines familiales sont exclusivement normandes.

  • 16 Nos informations sur les deux grands-mères de Le Play sont pour le moment sommaires.
  • 17 Mettant fin au régime de l’affermage à des particuliers, la création des régies intéressées établie (...)
  • 18 Arch. mun. de Gournay-en Bray, état civil, acte de baptême de Pierre Antoine Le Play du22 novembre (...)
  • 19 Arch. mun. de Gournay-en Bray, état civil, acte de baptême de Rosalie Le Play du 18 février1779.
  • 20 Marie Antoinette Rose Le Play est née le 20 mai 1782 à Gournay-en-Bray, comme son frère et sa sœur (...)

9Les deux grands-pères16de Frédéric vivaient l’un dans le Cotentin, l’autre dans le pays de Bray : Louis François Auxilion était aubergiste à Granville (Manche) et Pierre-Jean Baptiste Le Play (Rouen, 1742 - Gournay-en-Bray, 1814) s’était établi à Gournay-en-Bray (Seine-Inférieure) comme contrôleur, puis receveur et enfin receveur général des aides de la régie de cette ville17. Là, ce dernier, marié à Rose Marguerite Senet (décédée avant 1814), eut au moins trois enfants : Pierre Antoine, le père de Frédéric, né en 177518, Rosalie née en 177919, et Marie Antoinette Rose, qui signe Mannette, née en 178220.

  • 21 Arch. mun. de Gournay-en Bray, état civil, acte de baptême de Pierre Antoine Le Play du22 novembre (...)
  • 22 Arch. mun. de Gournay-en Bray, état civil, acte de baptême de Rosalie Le Play du 18 février1779.

10La marraine de Pierre Antoine était la femme du régisseur du comté de Gournay21. Le parrain de Rosalie, Joseph Augustin Houbron, était un prêtre, curé d’une paroisse du pays de Caux. Sa marraine, sans doute également sa tante (Catherine Françoise Senet), était la femme d’un « bourgeois de Paris22 ». Le parrain de Pierre Antoine était le procureur au baillage de Pont-Audemer (Eure) représenté par l’avocat au baillage, procureur fiscal de cette ville et lieutenant général civil criminel et de police du baillage du vicomté de la Ferté-en-Bray (Seine-Maritime). Les parrain et marraine de Mannette étaient Pierre Houbron (sans doute un parent du parrain de Rosalie), régisseur de la baronnie de la Rivière, et sa femme (Marie Madeleine Cardonnel) demeurant à Saint-Lô(Manche).

  • 23 Il serait nécessaire de consacrer un article entièrement à la mère de Frédéric.
  • 24 Arch. mun. de Gournay-en Bray, état civil, acte de naissance de Marc Simon Le Play du20 ventôse an (...)
  • 25 Arch. mun. d’Honfleur, état civil, acte de naissance de Cœlina Le Play du 3 septembre 1810.
  • 26 Arch. mun. d’Honfleur, état civil, acte de naissance de Marie Julienne Rosalie Le Play du24 septemb (...)
  • 27 Arch. mun. d’Honfleur, état civil, acte de naissance de Cœlina Le Play du 3 septembre 1810.

11Le père de Frédéric, Pierre Antoine, épousa à Granville (Manche), en 1802, Marie Rosalie Auxilion qui était née à Caen (Calvados) en 178523. Ils auront trois enfants. Sans doute grâce à son père, Pierre Antoine avait travaillé jeune homme comme employé au bureau de la recette des contributions de l’arrondissement de Gournay (an VI, 1798)24, mais en 1802, à son mariage, il était lieutenant des douanes, puis en1810 second lieutenant principal des douanes à Honfleur25. Il occupait toujours les mêmes fonctions avec le même grade lors de la naissance de sa seconde fille Marie Julienne Rosalie le 24 septembre 181426. Les témoins de la naissance de sa première fille, Cœlina27, furent le premier lieutenant principal et un lieutenant des douanes d’Honfleur ; ceux de la naissance de Marie furent son oncle maternel, Jean Louis Auxillion, âgé de 23 ans, demeurant avec sa sœur à Honfleur et un boulanger.

12Par son grand-père paternel et par son père, Frédéric est donc issu d’une petite bourgeoisie provinciale au service de l’État (de l’actuel ministère des Finances), de « fonctionnaires » locaux bénéficiant d’une certaine aura sociale. En tant que lieutenant des douanes, le père de Frédéric ne faisait pas figure de notable à Honfleur mais possédait un statut social, au même titre qu’un gendarme de la brigade locale ou qu’un garde-champêtre dans les bourgs alentours. S’il semble avoir occupé des fonctions socialement inférieures à celles de son père, il appartenait aux rares professions qui pouvaient prétendre toucher une pension. À cet égard, il constituait un bon parti. Il était en outre un représentant de l’ordre luttant contre les contrebandiers de la côte et de l’intérieur. Cependant ses salaires étaient maigres et il n’existait pas de sécurité de l’emploi officielle pour les douaniers à cette époque.

  • 28 F. Le Play, La constitution essentielle de l’humanité [désormais CEH], Tours, Mame, 1881, « Aperçu (...)
  • 29 OE2, p. 400.
  • 30 OE2, p. 19.
  • 31 Arch. de l’École polytechnique, registre matricule décennal des élèves.
  • 32 Arch. dép. de la Seine-Maritime, état civil, actes des mariages de Cœlina et de Frédéric Le Play, a (...)
  • 33 Nous avons cherché, en vain, un dossier administratif du père de Frédéric auprès du Musée de la dou (...)
  • 34 Arch. dép. de la Seine-Maritime, état civil, acte de mariage de Cœlina Le Play et Thomas Isidore Le (...)
  • 35 Arch. mun. de Sarreguemines, état civil, acte de décès de Pierre Antoine Le Play du 8 octobre1854. (...)

13La famille de Frédéric Le Play ne vivait sans doute pas dans l’aisance au village de La Rivière-Saint-Sauveur où elle s’installe tout d’abord (avant 1806), et même dans la ville d’Honfleur ensuite (à partir de 1810). « Mes parents habitaient, loin de toute ressource intellectuelle, dans une chaumière isolée, entre une forêt immense et un rivage semi-maritime bloqué par les péniches anglaises28 » où « nous étions en partie privés de nos moyens habituels de subsistance29. » Le Play se souvient qu’il allait chercher du bois dans la forêt et que le foyer usait des « subventions » naturelles. Son père pêchait parfois avec ses collègues de la brigade. Le blocus anglais des côtes dut déprimer la situation économique de cette contrée tournée vers les activités de la mer. Ainsi les pêcheurs, anciens marins de la guerre d’indépendance des États-Unis dont le patriotisme durant l’Empire marqua Frédéric, ne pouvaient pêcher en mer. Dans ce contexte difficile, mais qui a laissé cependant un souvenir heureux chez Frédéric, le jeune Le Play « perd » son père, selon son expression30. Le Play situe, précisément, l’événement au mois de juin 1811. Or Marie, sa sœur est née trois ans plus tard à Honfleur. Si Frédéric perd son père, c’est d’abord parce qu’il est confié à sa tante, Mannette Le Play, et à son oncle, Martin Pierre Garrel, installés à Paris. On a souvent interprété cet aveu, à tort, comme le fait que le père de Frédéric était mort. En réalité, il est parti (après septembre 1814) exercer son métier de douanier en Moselle, à Monterhaus en près de Thionville31, avant de se fixer à Sarreguemines (Moselle). Resté en relation avec sa femme, il lui donna, en 1833, tout pouvoir pour arranger et autoriser les mariages de ses enfants32. Il sera déclaré « retraité33 » au mariage de sa fille en 183534. Pierre Antoine resta à Sarreguemines jusqu’à son décès en 185435.

  • 36 Le parcours du voyage de 1829 en Allemagne passe proche de Sarreguemines ce qui laisse supposer que (...)
  • 37 Arch. dép. du Calvados, état civil d’Honfleur, acte de décès de Marie Julienne Rosalie Le Play du 3 (...)
  • 38 Arch. mun. de Gournay-en Bray, état civil, acte de naissance de Marc Simon Le Play du20 ventôse an (...)
  • 39 Arch. dép. de Paris, état civil reconstitué.

14Si l’on écoute Frédéric, celui-ci sous-entend que sa mère, alors (1811) avec deux enfants à charge et peut-être privée de ressources après le départ de son époux, accepta de confier à sa belle-sœur son fils aîné. Le jeune Le Play vécut de 1811 à 1815 ou 1816à Paris, et, si l’on situe le départ du père Pierre Antoine entre la fin de 1814 et 1815, il ne le revit peut-être36jamais. L’absence remonterait donc, pour lui, à 1811. Dans les récits de sa vie, Frédéric n’évoque plus son père après sa « perte » : il ne semble plus exister. Par ailleurs, Frédéric ne mentionne jamais sa seconde sœur Marie, décédée en1816 à l’âge de 1 an et 8 mois37, car il ne l’a peut-être pas connue. Enfin, il omet d’évoquer, alors qu’il est très probable qu’il les ait rencontrés, l’existence du frère de son oncle parisien et de son fils naturel (lire infra), et de son cousin germain, le fils de sa tante Rosalie et dont le père ne s’est pas déclaré. Ce cousin, Marc Simon Le Play, est né le 20 ventôse an VI (10 mars 1798)38. Ses témoins de naissance étaient ses oncle et tante, Pierre Antoine et Marie Antoinette dite Mannette Le Play, ainsi qu’un marchand et un homme de loi. Marc Simon exerçait la profession de marchand bonnetier, marchand de bas, et résidait encore à Gournay-en-Bray à la date de son mariage (1819) avec Julie Thérèse Bernays qui eut lieu à Paris. Mais les époux s’installèrent à Gournay où ils eurent six filles entre 1821 et 1830. Marc Simon Le Play décédera le 21 novembre1854 à Paris (XIIe arrondissement ancien)39.

  • 40 « En 1811, des devoirs de service séparèrent M. Le Play de sa famille » (E. Lefébure de Fourcy, « P (...)

15Dans l’attente d’informations complémentaires qui pourraient nous éclairer sur les mystères de la transformation en partie en matriarcat de la famille de Frédéric, on peut formuler trois hypothèses pour expliquer la séparation physique entre le père d’une part, et la mère et les enfants d’autre part. Soit ce douanier a été muté pour des raisons professionnelles40ou disciplinaires. A-t-il fait preuve de laxisme avec les contrebandiers ? A-t-il été convaincu de corruption ? Soit Pierre Antoine Le Play a été muté pour des raisons politiques. Était-il un fervent bonapartiste ? Ou un ex-révolutionnaire zélé épuré à la Restauration ? Soit ce père ne pouvait plus vivre avec son épouse. En raison d’infidélité ? S’agit-il d’une séparation à l’amiable ?

  • 41 Arch. mun. du Havre, état civil, acte de naissance de Marie Augustine Fouache du 29 avril 1819.
  • 42 Jean Baptiste François Fouache (Le Havre 1794-1846) marié à Victoire Mélanie Morel le7 avril 1813 à (...)
  • 43 Arch. dép. de la Seine-Maritime, état civil, acte de mariage de Cœlina Le Play et Thomas Isidore Le (...)

16La rupture avec le noyau familial et son milieu naturel, les bords de Seine, le littoral de la Manche et l’arrière-pays campagnard, constitue le premier événement majeur de la petite enfance de Frédéric. D’autant plus majeur quand on sait la profondeur et la permanence de ses attaches avec la Normandie qui ne se démentiront qu’avec son installation à Ligoure en terre limousine (1856). Rappelons que, jeune ingénieur, installé définitivement à Paris (1831), Le Play continua d’entretenir des relations suivies avec sa mère et sa soeur, désormais résidant à Ingouville, commune située aux portes du Havre. C’est là qu’il se mariera en 1837 avec une Havraise, Augustine Fouache. Celle-ci, née en 181941, était la fille d’un riche armateur et propriétaire foncier de cet important port de pêche et de commerce42. Leur fils, Albert, naîtra en 1842 à Graville-l’Eure (Seine-Inférieure), commune voisine du Havre. La sœur de Frédéric, Cœlina, s’était également mariée au Havre en 1835 avec Isidore Lemarsis, négociant havrais43.

17Pour l’heure, cette première venue à Paris correspond aux débuts de sa scolarité et entraîne son éveil intellectuel car c’est là qu’il va rencontrer ses premiers maîtres à penser.

Le premier séjour à Paris et l’éveil intellectuel : « l’oncle » et les deux amis

  • 44 Arch. dép. de Paris, DQ18 243, sommier foncier de la rue de Grammont (1809-1854) et Arch. nat., ET/ (...)
  • 45 Arch. dép. de Paris, état civil reconstitué.
  • 46 Le Play déclare à tort : « ma tante, devenue veuve lors de la seconde entrée des armées alliées »,O (...)
  • 47 Arch. nat., ET/CVIII/936, donation de Martin Pierre Garrel à Marie Antoinette Le Play [et réciproqu (...)
  • 48 Arch. dép. de Paris, DQ18 243, sommier foncier (1809-1854) rue de Grammont.
  • 49 Arch. dép. de Paris, état civil reconstitué, acte de mariage de Marie Antoinette Rose Le Play et de (...)

18Selon Le Play, sa tante Mannette s’était « richement mariée » et vivait avec son époux à Paris. L’oncle par alliance de Frédéric était propriétaire de sa maison proche des Boulevards, au n° 15 de la rue de Gramont (IIe arrondissement ancien), où il vivait dans un « luxueux » appartement Louis XVI. Il avait en effet hérité en 1809 de sa mère, déjà veuve, de la moitié de l’immeuble rue de Grammont44. Il possédait alors un capital immobilier estimé à 42 000 francs et vivait de ses rentes et des loyers perçus. Il décéda rue de Grammont à l’âge de 46 ans le 19 mars 181645et non pas « lors de la seconde entrée des armées alliées46 ». Frédéric nous indique que ce ménage n’avait pas d’enfant, ce qui est vraisemblable, car, au décès de son époux, Mannette hérita en pleine propriété de la moitié de la maison rue de Grammont47(soit un capital de 42 000 francs et2 100 francs de revenu annuel des locations). L’immeuble fut vendu dès 181648et le 13 février 1817, Mannette se remaria _ elle avait 35 ans _ avec un certain Antonin Noël49.

  • 50 Aucun dossier de pensionné à ce nom au Service historique de l’armée de terre.
  • 51 Né le 10 octobre 1768 à Paris et décédé le 12 mars 1821 à Paris (rue Poissonnière n° 34, Ve arrondi (...)
  • 52 Service historique de l’armée de terre, 2 Yf 84 711, dossier d’Antoine Marie Joseph Garrel.
  • 53 Arch. nat., LH 1080043, d. 43, dossier de Légion d’honneur d’Antoine Marie Joseph, état des service (...)

19L’oncle Garrel nous est présenté par Le Play comme un vétéran militaire, qui aurait occupé des fonctions de gestion financière dans son régiment, or rien n’indique que Martin Pierre Garrel le fut50. En revanche, il avait un frère aîné, Antoine Marie Joseph Garrel51, - que Le Play ne mentionne pas _ qui exerça notamment les fonctions d’adjudant major, donc en charge de l’intendance. Il était entré dans la carrière à l’âge de 23 ans, le 25 janvier 1792, comme sous-lieutenant au 2e cuirassiers, régiment dans lequel il fit près de douze années de campagne entre 1792 et 1809, de la Révolution à l’Empire, et où il obtint tous ses grades jusqu’à celui de capitaine (promu en vendémiaire an XII, 1802). À la suite de blessures (« hernie de l’estomac, suite d’une chute de cheval en décembre 1806 [alors qu’il entrait en Pologne] et douleurs rhumatismales au bras droit suite des fatigues de la guerre »), il fit calculer ses droits à la retraite en 1809 et déclara se retirer à Paris. Jugé apte à reprendre du service en septembre 1811, il fut réintégré dans les contrôles en mars 1812 et demanda en septembre 1812 un poste dans la gendarmerie impériale52, « mais ne s’y trouvant point de place vacante, il fut réintégré dans sa retraite par le ministre de la Guerre53 ». Il avait été nommé chevalier de la Légion d’honneur le 14 avril 1807.

  • 54 Né en 1710 de Guillaume et Julie de Foucault, dame de Cubjac, le comte de Cubjac était capitaine de (...)
  • 55 Arch. nat., ET/XLIII/720, inventaire après le décès de Antoine Marie Joseph Garrel du 8 mai1821.

20À sa naissance, Antoine Marie Joseph Garrel avait eu pour parrain, le comte de Cubjac, Antoine Joseph Marie Macon Chapelle de Jumilhac alors gouverneur de la Bastille54, et pour marraine Marguerite Maire Chapelle de Jumilhac de Cubjac, épouse de Charles Louis marquis de Boissac, maître de camp de dragons. Le père des deux frères Garrel était en effet valet de chambre du comte de Cubjac. Il demeurait alors rue Saint-Antoine et acquit l’immeuble rue de Grammont avant son décès à son domicile le 15 floréal an VIII (5 mai 1800). Les enfants Garrel purent sans doute bénéficier des relations de leur père avec des membres de la haute noblesse. Par ailleurs, Antoine Marie Joseph avait eu, le 11 frimaire an XII (3 décembre 1803) à Caen, un fils naturel, Édouard Antoine Garrel, qu’il avait reconnu à sa naissance. Proche en âge de Frédéric, ce jeune homme poursuivait des études de droit à Paris en 182155.

  • 56 Sa retraite, compte tenu de ses services, campagnes et infirmités s’élevait en 1809 à 1 100 F. Serv (...)

21Ces éléments biographiques nous inclinent à penser que Le Play semble avoir confondu dans ses souvenirs son oncle rentier avec le frère de celui-ci, le militaire retraité56et rentier, les deux vivant alors vraisemblablement dans le même immeuble. Joints à l’omission de l’existence de Marc Le Play, son cousin germain, fils de Rosalie, ils laissent entrevoir le niveau d’approximation des confidences de Le Play ou, du moins, leur caractère éminemment sélectif.

  • 57 OE2, p. 22.
  • 58 OE2, p. 21.
  • 59 OE2, p. 23.

22L’oncle « mythique » dont Le Play se souvient, a exercé une influence considérable sur le jeune Frédéric au point qu’il le désigne comme son premier « maître ». Cet homme réunissait régulièrement chez lui deux de ses amis qui éveillèrent l’esprit de Frédéric. Ce dernier les surnomme le « lettré » et le « gentleman » : leur famille aurait été victime de la Terreur et leurs biens confisqués alors. Toujours selon Le Play, le « gentleman »fut menacé de passer à l’échafaud. Ses biens confisqués, il émigra vers les provinces étrangères sur le Rhin (Coblence ?) mais critiquait les mœurs des émigrés en Allemagne57. Le « lettré » était un ancien magistrat, enseignant en France et à l’étranger, favorable à Rousseau, aux encyclopédistes et aux girondins. Son oncle et le « gentleman » s’opposaient à lui sur ce sujet, mais le patriotisme liait les trois amis. En outre, « ces trois hommes, sortis des écoles vers l’époque de la révolution d’Amérique, déposèrent dans mon esprit une foule d’opinions touchant la littérature ancienne et l’histoire moderne de la France58. » Ils critiquaient ensemble les « désordres de la noblesse de cour », « l’indélicatesse des acquéreurs de biens confisqués », les « dilapidations de l’Ancien Régime ». « Ces enseignements revenaient constamment, dans un langage gai et spirituel, à propos des incidents du jour : ils déposèrent dans mon esprit les premières notions de l’instruction morale et littéraire, que ne me donnait pas l’école59. »

  • 60 OE2, p. 19-20.

23L’école primaire de la rue de Grétry (IIe arrondissement ancien et actuel), disparue aujourd’hui, a laissé un souvenir effroyable au jeune Le Play : « L’école où l’on m’envoyait fut pour moi pendant quatre hivers, un supplice dont le souvenir ne m’a jamais quitté. Elle était uniquement composée d’une pièce, située rue de Grétry à un second étage, où quarante enfants étaient renfermés pendant sept heures dans un air vicié. Aucun souvenir d’amitié ne s’y est joint à ceux que m’avaient laissés mes compagnons de chasse et de pêche ; et, en ce qui touche l’enseignement, je ne saurais me rappeler ce que j’y ai appris60. »

24Parallèlement à cet enseignement scolaire, l’oncle et la tante de Frédéric, qu’il nomme ses « parents », stimulaient le goût de la lecture chez cet enfant de 7 ans et répondaient aux questions qu’entraînaient chez lui ses lectures. L’été, ils l’emmenaient à la campagne de Gournay, où résidaient « deux membres de ma famille paternelle », trois ou quatre en réalité : peut-être sa grand-mère paternelle, son grand-père paternel jusqu’à son décès en 1814, sa deuxième tante, Rosalie, et son cousin Marc Simon sans père déclaré. Là, Frédéric retrouvait les activités rurales qu’ils affectionnaient.

  • 61 « Le souvenir de la souffrance que m’avait causé le régime de casernement militaire, après les habi (...)

25Si Frédéric n’aimait guère cette grande ville qu’était Paris et ne se plaisait vraiment pas à l’école61, son premier séjour dans la capitale lui présenta des réalités nouvelles : une situation matérielle plus confortable qu’à Honfleur avec des parents adoptifs attentifs et aisés, une ville bruyante et animée, des discussions politiques et littéraires qui lui firent découvrir la diversité des opinions et des points de vue sur la situation de son temps, les bouleversements sociaux, politiques et religieux qu’avait entraîné la Révolution, et les souvenirs de guerre civile encore très présents dans les esprits. Il y côtoya des victimes de la Terreur. Il y retrouvait chez ses proches le patriotisme qu’il avait partagé avec les pêcheurs normands paralysés par le blocus anglais. Il arriva à Paris à l’apogée de l’Empire et vécut son déclin et sa chute. Il dut entendre les mauvaises nouvelles de la retraite de Russie et les échos des mésaventures des troupes françaises en Espagne. Il a enfin ressenti le mouvement de l’histoire lorsque Paris capitula le 30 mars 1814 et que Napoléon Ier abdiqua le 6 avril 1814 laissant place au retour des Bourbons « dans les fourgons de l’étranger ».

  • 62 SESS, fonds Le Play, A. Le Play, Souvenirs 1842-1925, tapuscrit, 1925 et 1934, multigraphié, p. 5.

26Est-ce en raison du retour de Napoléon Ier aux Tuileries le 20 mars 1815, ou de l’arrivée des troupes coalisées à Paris en juillet 1815, ou est-ce parce que sa tante, veuve en mars 1816, ne pouvait plus subvenir à l’éducation de son neveu, ou encore est-ce le souhait de la mère de Frédéric, « abandonnée sans ressources par son mari »62, mais dont la situation financière s’était peut-être améliorée depuis qu’elle travaillait et depuis le décès de son troisième enfant ? Toujours est-il que Frédéric rejoignit, en 1815 ou1816, sa mère à Honfleur.

À l’école des abbés en Normandie

  • 63 Jacques Bazire était né le 31 décembre 1761 à Saint-Étienne-de-Tillaye dans le Calvados. Arch. dép. (...)
  • 64 Arch. nat., F17 8867, académie de Caen, institutions et pensions,.
  • 65 SESS, fonds Le Play, A. Le Play, ibid.
  • 66 Almanach du commerce du Havre, Le Havre, impr. du commerce Alp. Lemale, [1845-1849].
  • 67 Arch. dép. de Paris, état civil reconstitué, acte de décès de Jacques Bazire du 14 janvier 1851.

27En allant revoir sa Normandie, Frédéric retrouve celui qu’il faut considérer comme son quatrième maître, même s’il n’est pas désigné comme tel par le fondateur de la science sociale, l’abbé Bazire63. Cet ancien curé d’Ouilly-le-Comte (près de Lisieux), élu selon la constitution civile du clergé, compléta tout d’abord l’instruction religieuse de Frédéric. En 1813 ou avant, cet ami de la famille mononucléaire Le Play avait ouvert une pension à Honfleur64où, selon les souvenirs d’Albert Le Play, s’employa la mère de Frédéric (comme intendante ou économe)65, puis il créa une autre institution à Ingouville, commune située sur les hauteurs qui dominent la ville et le port du Havre. L’abbé devint ainsi maître de pension, profession qui nécessitait un diplôme indispensable pour diriger un pensionnat et une autorisation du Conseil royal de l’instruction publique. L’abbé, signalé comme « prêtre habitué » dans les Almanach du commerce du Havre66entre 1846 et 1848, restera très proche de la famille Le Play : il sera le témoin de mariage de la sœur de Frédéric et suivra la mère de Frédéric quand celle-ci ira s’installer auprès de son fils à Paris. Il décédera au domicile de madame Le Play mère le 13 janvier 185167.

  • 68 Né le 13 septembre1751 à Saint-André d’Hébertot, décédé le 29 avril 1839 à Equemanville où il est c (...)
  • 69 Information recueillie sur les lieux.
  • 70 D. Bougerie, Honfleur et les Honfleurais, Honfleur, impr. Marie, 2002, p. 97 et suiv.
  • 71 Arch. nat., F17 8867, académie de Caen, institutions et pensions.

28Par ailleurs, la famille Le Play aurait été aidée initialement, peut-être même financièrement, par l’abbé Vastel68, ancien chapelain de La-Rivière-Saint-Sauveur69. Ce dernier a pris en charge brièvement l’éducation de Frédéric entre son retour de Paris et son déménagement à Ingouville70. Il était le fondateur en 1803 ou 1804 d’une maison d’éducation à Honfleur où l’abbé Bazire enseigna un temps avant d’ouvrir sa propre maison. Vastel, accusé en 1813-1814 de ne pas respecter les règlements en vigueur dans l’instruction publique (pas d’uniforme à ses pensionnaires, pas de contrôle du registre des élèves, etc.), fut défendu par le maire d’Honfleur. Vastel persista dans son refus de dépendre de l’Université et de « son code pénal71 ».

  • 72 P. Allard, Revue catholique de Normandie, 15 sept. 1906, p. 72-79 et 15 nov. 1906, p. 117-126.
  • 73 Arch. dép. de la Seine-Maritime, 1 T 1695, état des élèves du collège pour le 1er trimestre de 1820 (...)
  • 74 OE2, t. I, p. 26.
  • 75 Ses réponses furent jugées : « assez bien » en grec, « assez bien » en latin, « bien » en rhétoriqu (...)

29Entre l’âge de 9-10 ans (retour de Paris) et celui de 12 ans (entrée au collège), Frédéric fut placé spécialement sous la responsabilité éducative de Bazire, conjointement à celle de sa mère. Il rejoignit le collège du Havre en 1818 qui comptait alors deux maîtres et vingt-sept élèves72. En 1820, Frédéric est mentionné comme « pensionnaire de M. Bazire73 » parmi la soixantaine d’élèves du collège composée de petits Anglais, de fils de commerçants et d’armateurs du Havre, et sans doute aussi de fils d’agriculteurs aisés. Frédéric y suivait les cours d’humanité, mais, nous confie-t-il, « je travaillais, en toute liberté, près de ma bonne mère, dans une maison rustique, sans l’aide d’aucun répétiteur74 ». Habitant sur les hauteurs dominant Le Havre, il se rendait, pour suivre ses cours, dans la toute proche cité portuaire dynamique, cosmopolite et insalubre, enserrée dans ses murailles qu’il franchissait par la porte d’Ingouville. Il nous dit avoir lu à cette époque Cicéron, Tacite et Linné car il s’intéressait à la botanique, et il pêchait et chassait durant « ses longues récréations solitaires ». Ses enseignants étaient l’abbé Bénard (mort curé du Havre vers 1879) et le principal du collège depuis 1803, l’abbé Houiller (né en 1755), ancien oratorien, ancien professeur au séminaire de Joyeuse(Rouen) qui émigra en Angleterre et rentra sous le Consulat. Ses deux hommes de foi, cités par Le Play dans son récit de vie, l’aidèrent en particulier pour qu’il réussisse son baccalauréat ès lettres. Il reçut alors d’eux des leçons particulières de logique et d’histoire de France. Après avoir réussi l’examen, court (trois quarts d’heure) et alors essentiellement oral, il obtint le certificat d’aptitude au grade de bachelier ès lettres le 27 septembre 1822 délivré par l’académie de Rouen75.

  • 76 En 1828 encore, Bazire, Houiller et d’autres religieux enseignants sont contraints de prêter le ser (...)

30Les jugements que Frédéric porte sur ces différents ecclésiastiques sont emprunts de respect et de bienveillance. Il est confronté à deux types de personnages : des victimes des conflits religieux de la Révolution, des prêtres réfractaires et émigrés, et des hommes de foi qui ont composé avec la nouvelle donne de l’Église sous la Révolution et l’Empire (constitution civile du clergé, puis, concordat). Ses professeurs n’étaient pas forcément en accord avec les directives de l’Instruction publique impériale. L’enseignement religieux et celui des classiques que reçut Frédéric furent donc similaires à celui des jeunes gens de sa génération et peu différents de celui dispensé pendant l’Ancien Régime. En revanche, ils étaient prodigués par des « victimes » des « abus » de la Révolution – déjà maltraités par l’Ancien Régime – et se déroulait sous le contrôle rigoureux de l’État76.

  • 77 OE2, p. 27.

31Après son succès au baccalauréat, Le Play estima que « l’année 1823, pendant laquelle j’eus à me fixer sur le choix d’un état, fut l’époque décisive de ma vie77 ». Ici ce situe sans doute le deuxième tournant de la vie de Frédéric, il se passa à nouveau à Paris.

Du Havre au Hartz 1822-1830 : l’ascension sociale et la formation professionnelle du jeune Le Play

32À l’instar de sa tante avant lui, la « montée » - en réalité en deux temps _ de Frédéric Le Play à Paris correspond à une ascension sociale, mais son parcours est non linéaire et en aucun cas « prédestiné ». De la préparation au lycée Saint-Louis à l’École polytechnique, on suit un élève moyen qui révèlera toutes ses capacités aux Mines dans l’étude de la chimie, des métaux et des minéraux. Les rencontres les plus importantes pour le choix de son avenir professionnel eurent lieu entre 1822 et 1829 avec son compagnon de collège, Louis Robert, un arpenteur normand, l’ingénieur des Ponts et Chaussées, Dan de la Vauterie et, enfin, son condisciple aux Mines, Jean Reynaud.

Le choix d’une carrière

  • 78 OE2, p. 28.
  • 79 Ibid.
  • 80 Louis-Charles-Napoléon Robert est né le 29 décembre 1804 au Havre. Fils d’un professeur d’hydrograp (...)

33À Ingouville, Frédéric fréquentait un de ses voisins, un « arpenteur rural bien achalandé, qu[‘il] rencontrai[t] souvent au milieu des champs78 ». « [Il m’]apprenait l’usage des jalons et de l’équerre, profitant ainsi de mes récréations. Édifié de ma petite science théorique, il me prit en amitié ; et, comme il se faisait vieux, il me proposait de me prendre pour associé et de me céder un jour sa clientèle79. » En reprenant les activités de l’arpenteur, Frédéric s’assurerait rapidement le pain quotidien et l’indépendance financière et pourrait espérer s’enrichir mais modérément. Il avait aussi la possibilité de poursuivre des études supérieures. En choisissant cette voix, auquel un bachelier un peu ambitieux et fortuné peut prétendre, il renoncerait provisoirement à sa proximité avec la nature et les gens de la terre et de la mer, et il se préparerait à une carrière scientifique et/ou administrative. Frédéric hésita, mais sur les conseils de son ami de collège (ou d’école primaire) Louis Robert80, il se décida à préparer à Paris l’entrée à Polytechnique.

  • 81 OE2, p. 28-29.
  • 82 Arch. nat., F14 732, ports 1703-1816.
  • 83 Il poursuivra sa carrière en effectuant notamment plusieurs séjours en Vendée. Il sera admis à fair (...)
  • 84 OE2, p. 29.
  • 85 Ibid.

34Afin de lever ses doutes sur ses capacités à réussir le concours et à exercer le métier d’ingénieur, il s’adressa à « un ingénieur en chef des Ponts et Chaussées, ancien ami de ma famille, qui voulut bien porter le jugement que j’attendais, après m’avoir attaché momentanément à sa personne. Un mois d’épreuve suffit : le juge me garantit le succès ; mais il voulut y contribuer en se transformant en maître. Il avait conçu pour moi une vive amitié ; et, comme il vivait dans le célibat, il me garda près de lui le reste de l’année, en me traitant comme un fils81. » Dan de la Vauterie apparaît ainsi comme un troisième père de substitution, après son oncle Garrel et l’abbé Bazire. Originaire du Calvados (il est né à Caen le 9 juin 1777), élève des premières promotions de l’École polytechnique, nommé ingénieur géographe en septembre 1800, incorporé dans les Ponts et Chaussées et attaché au canal de la Meuse à l’Escaut en avril 1803, promu ingénieur de première classe en mars 1813, Dan de la Vauterie fut affecté à Honfleur le1er août 1814 pour s’occuper de l’entretien et des réparations que ce port nécessitait. L’envasement du port d’Honfleur était un phénomène récurrent mais en 1814 la situation était préoccupante pour les armateurs, les négociants et les pêcheurs car il n’avait sans doute plus été entretenu pendant les années de blocus et un grand banc de vase s’était formé à l’entrée de la passe qui donnait accès au port82. À Honfleur, on ne sait comment, cet ingénieur entra en rapport avec la famille Le Play (Frédéric était-il encore à Paris ?). En mai 1822, donc peu avant que Frédéric ne réussisse son baccalauréat, le désormais ingénieur en chef de deuxième classe fut envoyé à Saint-Lô dans la Manche pour superviser le défrichement et le dessèchement du marais du Cotentin, près de Carentan, en assurant la dérivation des rivières qui débouchent dans la baie du Mont-Saint-Michel et l’endiguement de cette baie83. Frédéric le rejoignit et nous indique qu’« il appliquait au dessèchement des marais du Cotentin les connaissances spéciales qu’il avait acquises dans les polders compris entre l’Escaut et le Rhin84 ». À Saint-Lô, Frédéric vécut reclus dans une maison avec l’ingénieur, ses journées se partageant entre un enseignement sur le terrain et « cinq heures [consacrées] aux lettres et aux sciences ayant pour objet l’étude des sociétés85 ». Il lit notamment Montaigne et toujours Cicéron.

  • 86 OE2, p. 30-31.
  • 87 OE2, p. 30.
  • 88 H. Becquet, Marie-Thérèse-Charlotte de France (1778-1851). Représentations, sensibilités et politiq (...)

35En mai 1823, Dan de la Vauterie fut chargé d’une mission ayant pour objet l’endiguement de l’île de Noirmoutier au large des côtes vendéennes : il entraîna Frédéric dans sa nouvelle affectation où ils arrivèrent à la mi-juin. Là se déroule un des moments clefs de la vie de Frédéric qui permettent de comprendre le futur Le Play : « Nos voyages dans le Cotentin et la Vendée nous exerçaient à observer chez les contemporains les vices et les vertus des temps passés. […] J’admirai le magnifique spectacle qu’offrit à cette époque la Vendée, lorsque l’auguste fille de l’infortuné Louis XVI traversa ce pays. […] En voyant le témoignage du sentiment énergique des familles du Marais et du Bocage, je compris pour la première fois la puissance que donne à une race d’hommes la communauté du dévouement à la religion et à la souveraineté. […] Cet épisode provoqua des lectures et surtout des entretiens qui laissèrent une utile empreinte sur mon éducation, et me préservèrent des exagérations contraires, propres aux écoles où j’allais entrer86. » Frédéric ne s’était jamais autant éloigné de sa région d’origine. Dans le Cotentin et en Vendée, il découvrit « les espérances de paix sociale que semblaient garantir, après tant de discordes, la disposition des esprits et surtout la prospérité matérielle rétablie depuis 181587 ». En Vendée en particulier, il assista à la ferveur populaire et religieuse qui entoura le passage d’un membre de la famille royale. Il s’agissait en l’occurrence de la duchesse d’Angoulême, Marie Thérèse Charlotte, aînée des enfants de Louis XVI, qui avait pour habitude de sillonner le royaume et qui fit en particulier en 1823 un très long voyage dans toute la France qui la mena notamment à Bordeaux, Nîmes et en Vendée. Là, elle passa en revue, le 18 septembre, sur le plateau des Alouettes, douze mille anciens chouans avec leurs armes. L’enthousiasme royaliste et apparemment unanime qui accompagnait dans les régions traversées ce voyage ducal de 1823 tint en grande partie au fait que les préfets et les sous-préfets aidés des élites locales se chargeaient d’organiser l’accueil de cette personne royale dont le rang est particulièrement mis en exergue par un décorum et une mise en scène majestueux88. En Vendée (comme à Bordeaux), il est cependant probable que cet accueil chaleureux fût sincère. Frédéric, assistant au spectacle de cette joie populaire, comprit mieux le sentiment monarchiste. Cet événement constitue une expérience fondatrice qui lui fera chercher les principes du retour à la paix sociale dans la monarchie pré-louis quatorzienne.

  • 89 OE2, p. 29.

36Dan de la Vauterie qui possédait un patrimoine rural et dont les « habitudes de lecture avaient surtout pour but de remédier aux lacunes que la décadence de l’Ancien Régime et les violences de la Révolution avaient introduites dans les connaissances de la classe aisée89 », représentait donc pour Frédéric à la fois un mentor, maître moral et intellectuel, un ingénieur exemplaire et moderne, et un modèle professionnel.

  • 90 Arch. dép. de Paris, état civil reconstitué, acte de décès de Florent Germain Prévost du 15 avril18 (...)
  • 91 Il décéda le 1er février 1870 en activité de service dans cette fonction (Arch. nat., F17 21 546, d (...)
  • 92 Il deviendra chef de bureau en 1833, chevalier de la Légion d’honneur en 1856, agent comptable en 1 (...)
  • 93 Les relations avec Florent Prévost sont attestées par cette phrase : « Mon père avait beaucoup de r (...)
  • 94 CEH, « Aperçu préliminaire ».
  • 95 Éraste ou l’Ami de jeunesse (éd. 1773).
  • 96 CEH, « Aperçu préliminaire ».

37Si cet ingénieur, en jugeant Frédéric capable d’être polytechnicien, conforta son choix, le succès de Louis Robert au concours d’entrée de Polytechnique de 1823 l’encouragea à suivre cette voie. Il est par ailleurs possible que deux cousins germains de sa mère, enfants d’un bonnetier de la rue de la Sorbonne90, l’engagèrent également à poursuivre une carrière scientifique où eux-mêmes s’étaient engagés. D’une dizaine d’années plus âgé que Frédéric, Jean Guillaume Florent Prévost (1794-1870) était entré au Muséum d’histoire naturelle comme élève en 1812, puis aide naturaliste depuis 1815, spécialisé en zoologie91, bientôt suivi par son frère, Edme Hypolite Prévost (1796-1879), employé depuis 1816 au même Muséum, rédacteur depuis 182592. Lorsque Frédéric vint à Paris pour la deuxième fois, il n’était donc pas tout à fait un jeune provincial esseulé dans la capitale. Outre sa tante remariée, les Prévost constituaient un milieu à la fois familial et scientifique sur lequel il put s’appuyer. Florent Prévost, en particulier, l’aidera lorsqu’il sera blessé en 1830 et l’initiera au monde du Muséum et à l’histoire naturelle, comme il en témoignera en 183393. Enfin, si Frédéric se passionna pour la chimie, c’est peut-être parce qu’il apprenait à lire, sur « les genoux de sa mère94 » à l’âge de 5 ans, avec un livre de vulgarisation scientifique pour enfants95ou que : « placé constamment, pendant le reste de ma jeunesse, en présence de la nature, je ne cessai pas d’avoir l’esprit troublé par le contraste qui existait entre la fausse théorie [des quatre éléments naturels alors enseignée] et les faits que j’avais sous les yeux. Telle fut la cause de la satisfaction que m’inspira la doctrine de Lavoisier, et de l’ardeur avec laquelle je me vouai tout d’abord à la chimie et à la métallurgie [en arrivant à Polytechnique en 1827]96. »

38Chaperonné un temps par un milieu composite où vétérans des guerres révolutionnaires et de l’Empire et anciens émigrés se côtoient, élevé par des prêtres souvent du bas clergé, et préparé par un noble ingénieur chevronné, fréquentant des mondes sociaux variés où se mêlent paysans, pêcheurs, artisans et bourgeoisie parisienne, Frédéric possédait déjà à son retour à Paris les bases morales et expériencielles de sa pensée ainsi qu’une double ambition : intellectuelle celle de comprendre le monde qui l’entoure, et professionnelle, celle d’agir sur lui par les moyens de la science.

La seconde « montée à Paris » et la réussite scolaire

  • 97 Ibid.

39Frédéric, on l’a vu, ne gardait pas un bon souvenir de sa scolarité primaire dans le deuxième arrondissement. Son premier séjour à Paris fut long, cinq ans, et marquant (il a connu la première abdication de l’Empereur et a senti la menace armée sur Paris). Il a suscité la nostalgie de la prime jeunesse rurale, libre et heureuse. De ce contraste, Le Play retiendra que le bonheur est plus facile à trouver en province là où l’ancien régime des mœurs perdurait. À Paris en 1823-1824, il voit partout « un esprit de discorde », le « désir de révolution » diffusé par les « lettrés célèbres », les « politiques influents », les journaux, et des discussions enfiévrées jusque dans les « foyers domestiques » et les « ateliers de travail97 ». Cette deuxième « rencontre » avec Paris constitue un nouveau choc pour le jeune provincial.

  • 98 Arch. du lycée Saint-Louis, distribution des prix du 17 août 1824.
  • 99 Arch. de l’École polytechnique, registre matricule décennal des élèves.
  • 100 OE2, note p. 33
  • 101 Fondée en 1824 par Mayer d’Almbert, elle connut un succès immédiat.
  • 102 Joseph Liouville (1809-1882) : Fils d’un militaire qui survit aux campagnes napoléoniennes ; en 181 (...)
  • 103 Arch. du lycée Saint-Louis, distribution des prix du 18 août 1825.

40Selon ses dires, il n’arriva dans la capitale qu’au début 1824 et s’inscrivit au collège (actuel lycée) Saint-Louis avec le statut d’externe pour préparer le concours d’entrée à l’École polytechnique. À l’issue de cette première année écourtée, Frédéric, en élève moyen, obtint le troisième accessit de physique98. Durant ce temps de travail intensif, Frédéric se lia d’amitié avec Joseph Auguste Gratry, un brillant élève lillois, qui fera partie de sa promotion à Polytechnique mais qui démissionnera dès 1827 avant sa sortie de l’École99et sera prêtre oratorien « dévoué jusqu’à sa mort aux études sociales100 ». La deuxième année, Frédéric devint pensionnaire de l’institution Mayer101, une des nombreuses pensions du Quartier latin (rue Saint-Jacques) qui faisaient office d’institution préparatoire aux concours d’entrée en encadrant les élèves et en complétant les enseignements suivis au lycée. À l’issue de l’année scolaire 1824-1825, il obtint le premier prix de physique et le second prix d’algèbre (son professeur est alors Lefébvre de Fourcy). Un de ses condisciples à l’institution Mayer, était Liouville102qui obtint, lui, le premier accessit103.

  • 104 Arch. de l’École polytechnique, registre matricule décennal des élèves.
  • 105 Arch. de l’École polytechnique, titre II : admissions, section 4 : objets divers, carton n° 2,1814- (...)

41Frédéric réussit le concours et entra à l’École polytechnique le 21 septembre 1825 où, durant ses deux années de scolarité, il bénéficia d’une demi-bourse. Lui qui, jusque-là, était resté dans la moyenne des élèves se révéla être un excellent étudiant. Au classement de sortie de l’École, il se distingua en étant classé quatrième sur les cent dix-neuf élèves de sa promotion. Il put donc choisir son avenir, et opta, le premier, pour le corps des Mines, suivi de trois autres camarades104. Après les deux années à l’École polytechnique, les élèves devaient effectuer un service militaire. Frédéric fut réformé car le médecin lors d’une visite médicale le 8 août 1827 le déclara inadmissible en raison d’« une vue très courte105 ». Il intégra donc dès la rentrée 1827 (15 novembre) l’École des mines.

  • 106 « En 1816, tout l’appareil militaire [de l’École polytechnique] est écarté ; la pension et le caser (...)
  • 107 OE2, p. 34.
  • 108 Arch. nat., F14 27312, dossier Frédéric Le Play.
  • 109 Lettre de Becquey à Le Play cité dans OE2, note p. 404.

42« L’admission à l’École des mines de Paris, à la fin de l’année 1827, fut pour moi une époque de bonheur. J’échappais enfin à la servitude du casernement106et des salles d’étude, qui depuis deux ans paralysait mes facultés. Mon travail, redevenu libre, reprit sa fécondité107. » Frédéric allait en effet se révéler un élève au-dessus du lot, surpassant nettement ses condisciples. Une lettre du conseil de l’École des mines du 21 mai 1829signala au directeur des Ponts et Chaussées et des Mines, Becquey, les excellents résultats de l’élève Le Play et lui demanda « de lui témoigner toute votre satisfaction par une lettre particulière108 », ce qu’il fit dans un courrier du 15 juin 1829 que Le Play cita dans la réédition des Ouvriers européens : « Bien que vous n’ayez que deux années d’études, vous vous trouvez en tête de la liste des élèves et vous avez acquis, en points de mérite, 5 797, nombre auquel, depuis la fondation de l’École, n’a jamais atteint aucun élève, même de 4e année109. »

  • 110 Extrait de la notice biographique par Eugène Lefébure de Fourcy (art. cité).
  • 111 Sa mère résidait à Guentrange (Moselle) en 1829.
  • 112 OE2, p. 35.

43Frédéric était alors « logé avec quelques élèves des Ponts et Chaussées à l’hôtel du Luxembourg, rue Saint-Dominique-d’Enfer, n° 12 (aujourd’hui rue Royer-Collard)110 ».Il travaillait beaucoup au laboratoire de chimie de l’École et fit la rencontre de Jean Reynaud, condisciple de la promotion précédente111. Filleul du conventionnel Merlin (de Thionville), Reynaud sera sous-secrétaire d’État à l’Instruction publique dans le gouvernement provisoire de 1848. Selon Le Play, Reynaud « commençait à se passionner pour les idées saint-simoniennes. Il était poussé dans cette voie par ses entretiens fréquents avec Pierre Leroux et par les aspirations patriotiques qui nous étaient communes112. »

  • 113 OE2, t. I, p. 16-17.

44Comparant les parcours et les inclinations de ses condisciples, Frédéric se découvrit un destin singulier par rapport à « ceux de mes amis qui ont conquis la renommée par leurs talents [et] avaient été élevés dans les agglomérations urbaines et dans les internats scolaires [et qui] étaient devenus peu capables de résister, avec calme et fermeté, aux abus de tous les pouvoirs113 ». Par ses attaches rurales, sa scolarité en partie en externat et les enseignements reçus de plusieurs sages, Frédéric n’aurait donc pas eu une éducation conformiste et banale et ne serait pas un jeune homme comme les autres de sa génération. Vu sous un autre angle, il est pourtant bien un homme de son temps, formé dans les cadres scolaires de son époque (primaire libre/confessionnel, secondaire confessionnel sous tutelle de l’État - en train de se mettre en place -, classe préparatoire publique avec soutien d’une institution privée et payante, grandes écoles). Il connut une École polytechnique (création de la République) en mutation permanente (régime semi-militarisé rétabli), traversée par des courants politiques opposés (un encadrement royaliste pour une jeunesse majoritairement acquise aux idées républicaines). Il acheva sa scolarité dans une école d’Ancien Régime prestigieuse, à laquelle la révolution industrielle conférait une importance grandissante. Il fut influencé par le saint-simonisme, et non par le romantisme, notons-le, l’autre grande nouveauté intellectuelle de sa génération. Une génération qui n’a pas connu la Grande Révolution mais qui va vivre celle de 1830.

Un voyage formateur, un accident initiatique, une révolution intime

  • 114 La blessure dont il sera question plus loin et ses bons résultats scolaires le dispenseront du deux (...)
  • 115 OE2, p. 35.
  • 116 L’itinéraire fut approuvé par le conseil de l’École et bénéficia d’« une indemnité de campagne exce (...)
  • 117 OE2, p. 407.
  • 118 « Analyse d’une tourmaline du Mont-Rose », Annales de chimie et physique, t. XLII, 3e vol. de 1829, (...)

45Pour son premier voyage d’étude114à effectuer avec un élève des promotions antérieures de l’École, Frédéric parvint à convaincre Reynaud d’aller en Allemagne car il n’avait pas « oublié les récits du Gentleman, qui, en 1814, m’avait signalé l’Allemagne du Nord comme la patrie de la sagesse115 ». Ce voyage d’étude116de six mois, de mai à novembre 1829, à travers l’Allemagne du Nord, avec un long séjour dans le Hartz, est à replacer dans la liste de ses découvertes successives (Paris en 1811-1815, Saint-Lô et la Vendée en 1822-1823, Paris à nouveau en 1823-1824) qui lui ouvrirent un horizon de plus en plus large. Ce départ pour l’étranger fut l’occasion pour Frédéric d’observer d’une manière soutenue les autres populations du continent. « Dès 1829 […] j’avais vu en action, au Hartz et dans la plaine saxonne, la “constitution essentielle” de l’humanité117. » Il fit à cette occasion la première ébauche de monographie sur un mineur du Hartz. L’année 1829 fut aussi marquée par la première publication de l’élève ingénieur Frédéric Le Play, qui ainsi se fait un nom118. L’année 1830 sera plus décisive encore.

  • 119 Arch. nat., F14 27312, dossier Le Play, lettre de Becquey, directeur des ponts et chaussées et des (...)
  • 120 Compte rendu de l’Académie des sciences, 1er semestre 1836, p. 68-73.
  • 121 Georges Sérullas (Poncin [Ain] 1774 - 1832) était à 22 ans pharmacien major dans les armées de la R (...)
  • 122 OE2, p. 406.
  • 123 Arch. nat., F14 27312, dossier Le Play, lettre de Berthier au directeur des ponts et chaussées etde (...)
  • 124 D’après Eugène Lefébure de Fourcy, « P. G. F. Le Play… », art. cité.
  • 125 OE2, p. 40.

46En février, Frédéric Le Play est nommé sous les ordres du chimiste Berthier « directeur-adjoint des travaux du laboratoire de l’École » où il succède à Bineau (avec une rémunération d’aspirant, soit 125 francs par mois)119. Il y restera attaché jusqu’en 1834.Le même mois, il présenta un mémoire sur la réduction de l’oxyde de zinc devant le conseil de l’École des mines120. Le 30 avril, Le Play fut victime avec Fiquet, un garçon de service mis à sa disposition par Sérullas, chimiste au Val-de-Grâce121, d’une explosion au laboratoire de l’École, « à l’occasion d’une expérience dangereuse qui m’avait été confiée par le professeur de chimie122 », en manipulant une préparation de potassium123. Cet accident au cours duquel il fut gravement brûlé le priva momentanément de l’usage de ses mains _ ce qui interrompit la rédaction de son journal de voyage124 - et l’obligea à rester longtemps alité125. Il ne retrouva la plénitude de ses moyens physiques que dix-huit mois plus tard. À la douleur physique aiguë s’ajoutait, dit-il, la souffrance intellectuelle de ne pas voir ses travaux chimiques progresser ainsi qu’une souffrance morale et patriotique : les journées de Juillet, qu’on lui a racontées mais qu’il n’a pas vécues, avaient fait couler le sang français.

  • 126 Rappelons que des élèves de l’École polytechnique ont combattu pendant les Trois Glorieuses de juil (...)
  • 127 « Comme mes condisciples les plus éminents, j’ai tout d’abord songé au moyen d’y porter remède » (O (...)
  • 128 En raison de son état de santé et de ses brillants résultats, Le Play, dispensé de la deuxième camp (...)
  • 129 F. Le Play, La réforme sociale en France, Tours, Mame, 1874, 5e éd., introduction, p. 62.

47Une fois encore, on rejouait la Révolution : la discorde et le désordre l’emportaient sur l’harmonie et la paix sociale. Le repos forcé et la cogitation qu’il impliquait, joints à l’écho des violences extérieures et des manifestations parisiennes, amenèrent le jeune Le Play à s’interroger sur les moyens de mettre fin à l’ère des révolutions et de résoudre les problèmes de la France contemporaine. Dans l’atmosphère d’effervescence politique et d’exaltation patriotique qui régnait à Paris, Le Play, mu par un sentiment patriotique et philanthropique, se convainquit qu’il devait jouer un rôle dans la résolution des maux de la société qui l’entourait. Attristé par la perpétuation des désordres sociaux et le retour cyclique à la violence populaire, mais, à l’instar de la jeunesse des écoles126et de ses camarades127, prompt à l’engagement, sinon politique, du moins civique, Le Play, libéré des contraintes scolaires128, suivant en cela les préceptes de Dan de la Vauterie qui prônait l’engagement social et sociétal de l’ingénieur, se jura _ mission très saint simonienne dans l’esprit _ de mettre sa science au service de la société. Mais plutôt que de prendre parti pour telle ou telle idéologie ou utopie, il voulut remettre en question l’ensemble des connaissances inculquées pendant son enfance, des enseignements appris durant sa scolarité et des doctrines reçues de ses fréquentations : « En quittant les écoles après la révolution de 1830, je me trouvai au milieu du mouvement qui portait les esprits vers l’étude des questions sociales. Je remarquai surtout l’ardeur avec laquelle plusieurs de mes condisciples propagèrent alors la doctrine saint-simonienne, qui dut à leurs travaux et à leur mérite personnel une certaine célébrité. Ne pouvant ni partager les opinions de mes amis, ni démontrer l’erreur dans laquelle ils s’engageaient, je compris qu’en matière de science sociale nos écoles n’offraient aucune méthode qui aidât à distinguer le vrai d’avec le faux et suppléât à l’inexpérience de la jeunesse. Sentant mon impuissance et ne trouvant aucune direction auprès de nos maîtres, je cherchai avec ardeur, dans cet ordre de connaissances, des moyens de certitude129. »

  • 130 « Une blessure, offrant peu de chances de guérison, me tint suspendu pendant une année entre la vie (...)
  • 131 « Beaucoup d’opinions et d’habitudes que je considérais depuis l’enfance comme des indices de la su (...)
  • 132 F. Le Play, La réforme sociale…, op. cit., introduction, p. 64.
  • 133 Avec une grande lucidité ou une vraie fausse modestie, Le Play se défend néanmoins continuellement (...)

48Le Play a vu sa vie en danger au même moment où il voyait Paris ensanglantée. Il a douté de son avenir130et de celui de son pays131. Il a douté également de ce qu’il était, et ce doute fut fondateur. Pour devenir Le Play, le théoricien des études sociales puis le réformateur social, il devait remettre en question ce que Frédéric savait. « Je tins pour non avenues, jusqu’à vérification personnelle, les opinions au milieu desquelles j’avais été élevé132. » Seules les observations concrètes, patientes et dénuées de préjugés, lui permettraient d’atteindre la vérité sur l’état social et de proposer objectivement les voies du retour à l’harmonie sociale. Dans cette démarche très cartésienne, Le Play mobilisa les idées de son temps (la société doit être réformée) et les principes véhiculés dans sa formation d’ingénieur (l’ingénieur peut changer la société) pour développer l’intuition que la méthodologie de la science appliquée pouvait, à terme, améliorer la société. L’« association » intellectuelle, « fortuite » dit-il, mais utile, entre sciences de la nature en plein essor et science sociale à créer constitue l’innovation133majeure de Le Play, une rupture épistémologique essentielle. Le Play avait acquis la conviction que le « progrès moral » passait par l’utilisation des méthodes scientifiques pour explorer le monde des hommes et non pas que le progrès technologique résoudrait, de lui-même, les maux de la société. Il a retourné les termes de l’axiome du moment. Frédéric Le Play a fait sa révolution intime.

Conclusion

  • 134 De la même façon, Le Play ne vécut ni le siège de Paris, ni la Commune car si l’on suit Charles de (...)

49Après avoir retracé le temps des intuitions, nous avons situé le passage à l’âge « social »de Frédéric en 1829-1830. Le concours de circonstances exceptionnelles où coïncident ce premier long voyage d’étude à l’étranger, initiatique à plus d’un titre, cet accident grave qui mit sa vie en danger et le paralysa pendant de longs mois, cette révolution politique qu’il subit et qu’il imagina, sans en être ni un acteur ni un spectateur134- une prise de distance obligée en quelque sorte - et la fin brillante de ses études qui se conjuguait avec l’obtention d’un emploi qui lui permettrait de subventionner ses recherches connexes et le début d’une reconnaissance sociale, nous semble être le moment décisif qui le transforme en Frédéric Le Play.

  • 135 OE2, note p. 33.
  • 136 OE2, p. 38 et 40.
  • 137 Voir les OE2, « chap. XIII Précis historique concernant la méthode, § 1 Introduction au livre trois (...)
  • 138 OE2, p. 41.
  • 139 F. Le Play, La réforme sociale…, op. cit., introduction, p. 66.
  • 140 OE2, t. I, p. 421.
  • 141 Le doute et la méthode cartésiens.

50Le Play a, lui, du mal à fixer une époque plus décisive qu’une autre. En effet, il se voulait un anti-doctrinaire, aussi il dépeignit son existence comme un lent cheminement intellectuel vers la création de la méthode sociale, gradué par des étapes, divisé en périodes aux bornes chronologiques variables. En 1823, il décida de devenir ingénieur. En arrivant à Paris, il ressentit le désordre social. Mais sa scolarité accaparait son esprit et « ce fut seulement en 1828, pendant mon séjour à l’École des mines, que je revins aux questions sociales [dans ses entretiens avec Jean Reynaud]135 » qu’il avait entraperçues avec Dan de la Vauterie. Le Play dira ailleurs qu’il aurait repris ses études sociales dès 1827 à Polytechnique. En 1829, « en poursuivant ces études [en Allemagne], nous n’avions pas encore l’esprit assez formé pour remonter des faits aux principes et nous élever à la hauteur de la science ; mais nous nous assurions le moyen de l’acquérir plus tard, car nous apprenions l’art des voyages. […] Le voyage de 1829m’attacha à ma profession en me donnant la certitude que je pourrais m’y rendre utile à mon pays. Je poursuivis, avec une ardeur croissante, mes travaux d’ingénieur ; mais, à dater de ce moment, je ne perdis jamais de vue les études sociales, et elles devinrent l’une de mes récréations favorites136. » Le Play fait ainsi débuter en 1829 la seconde période de son existence, celle qu’il qualifie d’« apprentissage de la méthode137 ». À propos de l’accident de 1830, il déclare que « ce dur apprentissage de la douleur, complétée par une méditation forcée, m’apparaît aujourd’hui comme un des événements décisifs de ma carrière : ce fut alors, en effet, que je pris la résolution de remédier autant que possible aux fléaux déchaînés dans mon pays138 ». De plus, « dès que j’eus reconnu l’inexactitude de plusieurs opinions au milieu desquelles j’avais été élevé, je m’habituai si bien à subir l’autorité de l’expérience, que j’éprouvai bientôt plus de satisfaction à découvrir mes erreurs que je n’en trouvais précédemment à me croire en possession de la vérité. Mon programme fut arrêté en 1833139. » Enfin, toujours selon Le Play, il aurait eu les idées plus claires sur ses démarches et atteint une maturité intellectuelle après le voyage en Russie de 1837 : « Ma pensée s’ouvrit tout à coup à l’intelligence de l’histoire et des faits contemporains140. » Les réalisations personnelle, professionnelle et intellectuelle (ou philosophique141) de Frédéric sont présentées par Le Play comme marchant ensemble.

  • 142 On pourrait ajouter son camarade normand d’école d’un an son aîné, Louis Robert, et les professeurs (...)

51Sans doute faut-il le suivre dans l’idée d’une lente maturation, d’une propédeutique informelle, épisodique et sous-jacente, préparant la formulation de la réforme sociale et tendant vers la création de la méthode sociale, et lorsqu’il ne se croit pas prédestiné à devenir l’inlassable défenseur, entre autres, de la restauration de l’autorité paternelle. Il faut, en outre, garder à l’esprit les rencontres et les voyages successifs, les choix qui s’offrent à lui et les phases de doute pour comprendre la genèse de Le Play. Il est également nécessaire de révéler, et d’expliquer, ses non-dits. S’il balise son parcours intellectuel avec des informations intimes qu’il livre volontiers sur ses proches, il occulte en partie les mésaventures de sa famille. Le remplissage des blancs qu’il laisse dans ses récits autobiographiques l’éclaire sous un autre jour. Il n’a ainsi jamais mentionné que sa tante eut, à Gournay-en-Bray à l’âge de 19 ans, un enfant d’un père « inconnu », que la sœur de son père, veuve et sans enfant en 1816, s’était remariée moins d’un après le décès de son oncle, et enfin que son père avait abandonné le foyer conjugal peu après ou peu avant la naissance de sa seconde sœur décédée avant l’âge de 2 ans. Il insista plus volontiers sur ses quatre142« maîtres », pères de substitution, qui étaient, d’après Le Play, cet oncle parisien mythifié, ses deux amis, le « lettré » et le « gentleman », l’ingénieur normand Dan de la Vauterie, et sur les voyages (Paris, Saint-Lô, la Vendée, l’Allemagne) qui forment effectivement la jeunesse de ce Normand. Son éducation familiale et scolaire lui donne ensuite des intuitions et des inclinations, tandis que le contexte français de crise, ou du moins le ressenti d’une crise, et le vent nouveau du saint-simonisme contribuent à formater le jeune Frédéric. Enfin, ce sont les révolutions de 1789 et de 1830 (puis de 1848) qui déterminent Frédéric Le Play à se lancer dans l’étude de la société. C’est l’histoire de cette jeunesse singulière qui a fait de Le Play un fils unique de son époque.

Parentèle de Pierre Antoine Le Play (1775-1854), père de Frédéric Le Play

Parentèle de Pierre Antoine Le Play (1775-1854), père de Frédéric Le Play

Parentèle de Marie Louise Rosalie Auxilion (1785-1862), mère de Frédéric Le Play

Parentèle de Marie Louise Rosalie Auxilion (1785-1862), mère de Frédéric Le Play

Sources : Arch. Mat., F17 21 546 dossiers Prévost ; F17 20 748, dossier Focillon (informations communiquées par Stéphane Baccionchi) ; Arch. Dép. Paris ; Arch. Mun. Châtenay-Malabry (Hauts-de-Seine), Caen (Calvados), Granville (Manche) ; Albert Le Play, Souvenirs, 2 t. dactylo., 1925 et 1934 ; Antoine Savoye, « Adolphe Focillon 1823-1890 », Les études sociales, n° 138, 2e sem. 2003, pp. 97-123.

Parentèle de Maire Angustine Fouache (1819-1892), femme de Frédéric Le Play

Parentèle de Maire Angustine Fouache (1819-1892), femme de Frédéric Le Play

Ép. 1 : époux de Élisa Marie DOUBLEAU. Ép. 2 : MOREL épouse [LE]BOULANGER. Ép. 3 : MORLE épouse DELANGE : les deux époux DELANGE sont décédés avant 1824 et ont eu au moins deux enfants

Notes

1 Le Play vu par le docteur Schæffle, professeur à l’université de Tübingen, ministre du Commerce de l’Autriche, dans la Revue trimestrielle allemande, 1865, IV, 2, CXII, art. cité dans Frédéric Le Play, La constitution essentielle de l’humanité, Tours, Mame, 1881, p. 309-310.

2 Voir les précis du livre troisième du premier tome des Ouvriers européens, 1re éd. : Paris, Imprimerie impériale, 1855, 1 vol. ; 2e éd. : Tours, Mame, 1879, 6 vol. [Cette édition désormais abrégée en OE2.]

3 Comme par exemple « Le précis de la monographie ayant pour objet le garde municipale de Paris, célibataire » dans Adolphe Wilbois, (pseudonyme : Paviez Joseph), « n° 43 : Monographie d’une famille de brigadier de la Garde républicaine de Paris suivie d’un précis de la monographie d’un garde républicain. Brigadier de la Garde républicaine de Paris, agent de la paix urbaine, sous le régime des engagements volontaires permanents, d’après les renseignements recueillis sur les lieux en 1881 par M. Joseph Paviez », dans F. Le Play (dir.), Ouvriers des deux mondes. Études sur les travaux, la vie domestique et la condition morale des populations ouvrières des diverses contrées et sur les rapports qui les unissent aux autres classes, Paris, Bureau de la Réforme sociale, 1883, 1re série, t. V, p. 300-305.

4 Les éléments révélés ici sont le fruit de recherches menées en commun avec Antoine Savoye. Qu’il me soit permis de le remercier de m’autoriser à utiliser certaines de ses nombreuses trouvailles.

5 OE2, t. I, p. 17-33.

6 OE2, p. 392.

7 OE2, p. 400.

8 E. Lefébure de Fourcy, « P. G. F. Le Play. Notice biographique », Annales des Mines, 8e série, t. II, 1882.

9 F. Allard, Frédéric Le Play et la Normandie, Evreux, impr. de l’Eure, 1906, in-18, 19 p. (extrait de la Revue catholique de Normandie).

10 Baron J. Angot des Rotours, « Origines et formation normande de Le Play », La Réforme sociale, 1925, p. 550.

11 M.Z. Brooke, Le Play. Engineer and Social Scientist. The Life and Word of Frederic Le Play, Londres, Longman, 1970 ; rééd. : New Brunswick (USA), Transaction Publishers, 1998.

12 B. Kalaora et A. Savoye, Les inventeurs oubliés. Le Play et ses continuateurs aux origines des sciences sociales, Seyssel, Champ Vallon, 1989.

13 Musée social, fonds Le Play, A. Le Play, Souvenirs 1842-1925, tapuscrit, 1925 et 1934, multigraphié.

14 Enfin, l’objectif ultime de ce travail nécessairement collectif est de réaliser, à terme, une véritable sociobiographie, c’est-à-dire une biographie qui tienne compte du contexte social et des sphères d’influence, des réseaux auxquels appartient Le Play, mais aussi et surtout de la construction de la réflexion sociale de Le Play, ce qui n’est pas ici le propos central.

15 Arch. dép. du Caldavos, état civil de La Rivièrre-Saint-Sauveur, acte de naissance de Pierre Frédéric Guillaume Le Play du 11 avril 1806.

16 Nos informations sur les deux grands-mères de Le Play sont pour le moment sommaires.

17 Mettant fin au régime de l’affermage à des particuliers, la création des régies intéressées établies par Necker en 1780 annonce la nationalisation des moyens de perception des impôts. Les aides frappent à la production toutes sortes de produits considérés à l’origine comme des produits de luxe. Le grand-père paternel de Frédéric finit pensionné de l’État et membre du collège électoral de l’arrondissement de Neufchâtel (Arch. mun. de Gournay-en-Bray, état civil, acte de décès de Pierre Jean Baptiste Le Play du 16 mai 1814).

18 Arch. mun. de Gournay-en Bray, état civil, acte de baptême de Pierre Antoine Le Play du22 novembre 1775.

19 Arch. mun. de Gournay-en Bray, état civil, acte de baptême de Rosalie Le Play du 18 février1779.

20 Marie Antoinette Rose Le Play est née le 20 mai 1782 à Gournay-en-Bray, comme son frère et sa sœur (Arch. mun. de Gournay-en Bray, état civil).

21 Arch. mun. de Gournay-en Bray, état civil, acte de baptême de Pierre Antoine Le Play du22 novembre 1775.

22 Arch. mun. de Gournay-en Bray, état civil, acte de baptême de Rosalie Le Play du 18 février1779.

23 Il serait nécessaire de consacrer un article entièrement à la mère de Frédéric.

24 Arch. mun. de Gournay-en Bray, état civil, acte de naissance de Marc Simon Le Play du20 ventôse an VI.

25 Arch. mun. d’Honfleur, état civil, acte de naissance de Cœlina Le Play du 3 septembre 1810.

26 Arch. mun. d’Honfleur, état civil, acte de naissance de Marie Julienne Rosalie Le Play du24 septembre 1814.

27 Arch. mun. d’Honfleur, état civil, acte de naissance de Cœlina Le Play du 3 septembre 1810.

28 F. Le Play, La constitution essentielle de l’humanité [désormais CEH], Tours, Mame, 1881, « Aperçu préliminaire ».

29 OE2, p. 400.

30 OE2, p. 19.

31 Arch. de l’École polytechnique, registre matricule décennal des élèves.

32 Arch. dép. de la Seine-Maritime, état civil, actes des mariages de Cœlina et de Frédéric Le Play, acte passé par Pierre Antoine Le Play devant maître Boulanger, notaire à Sarreguemines, du11 avril 1833.

33 Nous avons cherché, en vain, un dossier administratif du père de Frédéric auprès du Musée de la douane à Bordeaux, du Service des archives économiques et financières à Savigny-le-Temple, des archives départementales de la Moselle à Saint-Julien-lès-Metz et du Calvados à Caen. Nous n’avons pas retrouvé d’inventaire après décès ou de déclaration de succession dans les fonds notariaux de Sarreguemines (maître Boulanger) et de Gournay-en-Bray (maîtres Le baron et Bourgeois), respectivement conservés aux archives départementales de la Moselle et de la Seine-Maritime.

34 Arch. dép. de la Seine-Maritime, état civil, acte de mariage de Cœlina Le Play et Thomas Isidore Lemarsis du 9 mai 1835.

35 Arch. mun. de Sarreguemines, état civil, acte de décès de Pierre Antoine Le Play du 8 octobre1854. L’enregistrement de la déclaration de succession de Pierre Antoine Le Play le décrit comme veuf et sans descendant. La déclaration a été renvoyée à Gournay-en-Bray (Arch. dép. de la Moselle, 3 Q 27/2, table de successions et absences du bureau de l’enregistrement de Sarreguemines). Or la veuve de Frédéric déclara que « pendant son mariage, M. Le Play a été appelé à recueillir les successions de son père et de sa mère, mais qu’il ne lui est provenu aucun actif de ce chef » (Arch. nat., ET/LXI/1094, inventaire après le décès de Frédéric Le Play du 8 mai1882).

36 Le parcours du voyage de 1829 en Allemagne passe proche de Sarreguemines ce qui laisse supposer que Frédéric aurait pu à cette occasion rencontrer son père.

37 Arch. dép. du Calvados, état civil d’Honfleur, acte de décès de Marie Julienne Rosalie Le Play du 3 mars 1816. Les témoins de cette déclaration sont Alphonse Louis Pottier âgé de 38 ans, chef de bureau voisin de la famille Le Play et Armand Félix [Hepeneuze ou Hiprinueze], âgé de 23 ans, écrivain, ami de la famille.

38 Arch. mun. de Gournay-en Bray, état civil, acte de naissance de Marc Simon Le Play du20 ventôse an VI.

39 Arch. dép. de Paris, état civil reconstitué.

40 « En 1811, des devoirs de service séparèrent M. Le Play de sa famille » (E. Lefébure de Fourcy, « P. G. F. Le Play… », art. cité). Dans cette notice, l’auteur (1812-1889), ancien des Mines, docteur et agrégé en mathématiques, professeur de calcul différentiel et intégral à la faculté des sciences de Paris, en retraite en 1863, inspecteur général des Mines et dont le père avait été le professeur de Frédéric au lycée Saint-Louis, ne fait que reprendre, en ce qui concerne les années d’enfance, des informations livrées par Le Play dans ses ouvrages. Voir également le dossier d’ingénieur de Lefébure de Fourcy : Arch. nat., AJ16 222.

41 Arch. mun. du Havre, état civil, acte de naissance de Marie Augustine Fouache du 29 avril 1819.

42 Jean Baptiste François Fouache (Le Havre 1794-1846) marié à Victoire Mélanie Morel le7 avril 1813 à Ingouville (Seine-Maritime). Arch. mun. du Havre, état civil, actes de naissance et de mariage de Jean-Baptiste Fouache et Arch. dép. de la Seine-Maritime, état civil, acte de mariage de Frédéric Le Play et de Marie Augustine Fouache du 19 décembre 1837.

43 Arch. dép. de la Seine-Maritime, état civil, acte de mariage de Cœlina Le Play et Thomas Isidore Lemarsis du 9 mai 1835.

44 Arch. dép. de Paris, DQ18 243, sommier foncier de la rue de Grammont (1809-1854) et Arch. nat., ET/L/917, inventaire après le décès de Marie Catherine Bouchinet du 29 mai 1809,mère d’Antoine Marie Joseph Garrel et de Martin Pierre Garrel.

45 Arch. dép. de Paris, état civil reconstitué.

46 Le Play déclare à tort : « ma tante, devenue veuve lors de la seconde entrée des armées alliées »,OE2, p. 19.

47 Arch. nat., ET/CVIII/936, donation de Martin Pierre Garrel à Marie Antoinette Le Play [et réciproquement] de tous les biens meubles et immeubles s’il décède avant elle, actes du 3 avril1815 et Arch. dép. de Paris, DQ7 2998, n° 155, f° 49, déclarations des mutations par décès, succession de Martin Pierre Garrel, acte du 10 septembre 1816.

48 Arch. dép. de Paris, DQ18 243, sommier foncier (1809-1854) rue de Grammont.

49 Arch. dép. de Paris, état civil reconstitué, acte de mariage de Marie Antoinette Rose Le Play et de Antonin Noël du 13 février 1817. Elle devait décéder le 9 mai 1837 dans le IXe arrondissement ancien (Arch. dép. de Paris, état civil reconstitué).

50 Aucun dossier de pensionné à ce nom au Service historique de l’armée de terre.

51 Né le 10 octobre 1768 à Paris et décédé le 12 mars 1821 à Paris (rue Poissonnière n° 34, Ve arrondissement ancien). Arch. dép. de Paris, état civil reconstitué et Arch. nat., ET/XLIII/720,inventaire après le décès de Antoine Marie Joseph Garrel du 8 mai 1821.

52 Service historique de l’armée de terre, 2 Yf 84 711, dossier d’Antoine Marie Joseph Garrel.

53 Arch. nat., LH 1080043, d. 43, dossier de Légion d’honneur d’Antoine Marie Joseph, état des services.

54 Né en 1710 de Guillaume et Julie de Foucault, dame de Cubjac, le comte de Cubjac était capitaine de cavalerie au Royal-Étranger et chevalier de Saint-Louis lorsqu’il fut nommé lieutenant d’Abadie, gouverneur de la Bastille, le 29 décembre 1758. Il lui succéda le 29 mai 1761et démissionna en septembre 1776 en faveur de Bernard-René Jourdan de Launey, contre une indemnité de 600 000 écus. Antoine-Joseph-Marie-Macon Chapelle de Jumilhac s’était marié avec la fille de Jean Bertin de Bourdeuille, maître des requêtes honoraire et sœur de l’ancien contrôleur général des finances, ministre d’État. Ils eurent une fille, mariée en 1764 et un fils, Henry-François-Joseph, baron de Jumilhac né en août 1752 qui servit d’abord comme lieutenant au régiment d’Artois-cavalerie. Gouverneur de la Bastille en survivance en 1776, après son mariage avec Mlle de Launey, sœur du gouverneur, il fut employé dans la diplomatie et obtint le grade de colonel. Pendant la Révolution, il vécut retiré dans les terres de sa femme en Seine-et-Marne. À la Restauration, il fut fait maréchal de camp et reçut la croix de Saint-Louis. Élu député de Seine-et-Oise en 1815, réélu dans la Chambre introuvable de 1816, il siégea avec les ultras. Il mourut le7 juillet 1820 sans descendance. F. Aubert de la Chenaye-Desbois, Dictionnaire de la noblesse, Paris, Berger-Levrault, 1980 (fac-similé de la 3e éd., 1844, t. V), t. III, col. 173 et Prévost et Roman d’Amat (dir.), Dictionnaire de biographie française, Paris, Librairie Letouzey, 1959, t. VIII, p. 414-415.

55 Arch. nat., ET/XLIII/720, inventaire après le décès de Antoine Marie Joseph Garrel du 8 mai1821.

56 Sa retraite, compte tenu de ses services, campagnes et infirmités s’élevait en 1809 à 1 100 F. Service historique de l’armée de terre, 2 Yf 84 711, dossier d’Antoine Marie Joseph Garrel.

57 OE2, p. 22.

58 OE2, p. 21.

59 OE2, p. 23.

60 OE2, p. 19-20.

61 « Le souvenir de la souffrance que m’avait causé le régime de casernement militaire, après les habitudes de liberté contractées depuis ma plus tendre enfance, ne s’est jamais effacé dans mon esprit. » (OE2, note p. 402).

62 SESS, fonds Le Play, A. Le Play, Souvenirs 1842-1925, tapuscrit, 1925 et 1934, multigraphié, p. 5.

63 Jacques Bazire était né le 31 décembre 1761 à Saint-Étienne-de-Tillaye dans le Calvados. Arch. dép. de Paris, état civil reconstitué, acte de décès de Jacques Bazire du 14 janvier 1851.

64 Arch. nat., F17 8867, académie de Caen, institutions et pensions,.

65 SESS, fonds Le Play, A. Le Play, ibid.

66 Almanach du commerce du Havre, Le Havre, impr. du commerce Alp. Lemale, [1845-1849].

67 Arch. dép. de Paris, état civil reconstitué, acte de décès de Jacques Bazire du 14 janvier 1851.

68 Né le 13 septembre1751 à Saint-André d’Hébertot, décédé le 29 avril 1839 à Equemanville où il est chapelain de Notre-Dame-de-Grâce. Voir Baron J. Angot des Rotours, « Origines et formation normande de Le Play », La Réforme sociale, 1925, p. 550. Vastel est l’auteur d’un Nouveau système sur le flux et le reflux des mers, ou Dissertation sur la vraie cause du flux et reflux de l’océan et de toutes les mers, suivie d’une autre dissertation sur les courans qui se trouvent dans les différentes mers sous toutes les latitudes, Paris, C. Eberhart, 1836, in-8, XVI-160 p., et d’un Essai sur l’histoire de la ville de Honfleur, par L.V.C.D.G., auteur de la notice sur l’ancienne et sur la nouvelle chapelle de Grâce, Honfleur, L. Régnée, 1834, in-12, XXXVII-225 p.

69 Information recueillie sur les lieux.

70 D. Bougerie, Honfleur et les Honfleurais, Honfleur, impr. Marie, 2002, p. 97 et suiv.

71 Arch. nat., F17 8867, académie de Caen, institutions et pensions.

72 P. Allard, Revue catholique de Normandie, 15 sept. 1906, p. 72-79 et 15 nov. 1906, p. 117-126.

73 Arch. dép. de la Seine-Maritime, 1 T 1695, état des élèves du collège pour le 1er trimestre de 1820 établi par l’abbé Houlier (ou Houiller), principal, à destination du recteur. Le nombre d’élèves payant au collège est alors de 31, auxquels s’ajoutent les pensionnaires du pasteur Jukes, des fils de négociants britanniques venus suivre une scolarité en France, également au nombre de31, ainsi que le pensionnaire de M. Bazire, le jeune Frédéric (soit 63 élèves).

74 OE2, t. I, p. 26.

75 Ses réponses furent jugées : « assez bien » en grec, « assez bien » en latin, « bien » en rhétorique, « bien » en histoire et géographie, « bien » en philosophie, « passablement » en mathématiques élémentaires, « O.[ ?] » en « éléments de physique ». Arch. nat., F17 4767,certificat d’aptitude de Frédéric Le Play [trouvé par A. Savoye].

76 En 1828 encore, Bazire, Houiller et d’autres religieux enseignants sont contraints de prêter le serment qu’ils n’appartiennent pas à des congrégations non autorisées (Arch. nat., F17 1409,académie de Rouen, déclarations à la suite de l’ordonnance de 1828).

77 OE2, p. 27.

78 OE2, p. 28.

79 Ibid.

80 Louis-Charles-Napoléon Robert est né le 29 décembre 1804 au Havre. Fils d’un professeur d’hydrographie au Havre, scolarisé au collège du Havre comme Frédéric Le Play dont il est aîné, il prépara le concours d’entrée à l’École polytechnique au collège Saint-Louis et fut reçu en 1823.Admis dans le service du génie maritime en 1825, il fut ingénieur des constructions navales et travailla à Brest puis à Cherbourg. En 1837, il entra au séminaire, à l’institution d’Yvetot, dont il s’occupait de la construction des bâtiments et de la chapelle ; tout en dirigeant les travaux, il donnait des cours de physique. Il resta professeur dans cette institution pendant vingt-cinq ans. Il fut ordonné prêtre en 1840, et nommé chanoine titulaire de la métropole (de Rouen ?) en 1861, puis doyen du chapitre. À partir de 1850, il contribua à de nombreuses constructions d’églises, dont il dressa ou conseilla les plans. Parmi celles-ci, on citera la basilique Notre-Dame-de-Bonsecours pour laquelle l’abbé Godefroy le consulta, mais aussi l’institution Join-Lambert de Bois-Guillaume. L’abbé Robert mourut le 2 mars 1885. Arch. de l’École polytechnique, registre matricule décennal des élèves et E. Julien, Vie de l’abbé Robert, Rouen, Cagniard, 1895, 407 p.

81 OE2, p. 28-29.

82 Arch. nat., F14 732, ports 1703-1816.

83 Il poursuivra sa carrière en effectuant notamment plusieurs séjours en Vendée. Il sera admis à faire valoir ses droits à la retraite par un arrêté du 30 avril 1843, après 42 ans et 6 mois de service, et avec une pension de 4 000 francs (Arch. nat., F14 22031, dossier Dan de la Vauterie).

84 OE2, p. 29.

85 Ibid.

86 OE2, p. 30-31.

87 OE2, p. 30.

88 H. Becquet, Marie-Thérèse-Charlotte de France (1778-1851). Représentations, sensibilités et politique, thèse de l’École des chartes, 2004, chap. II.

89 OE2, p. 29.

90 Arch. dép. de Paris, état civil reconstitué, acte de décès de Florent Germain Prévost du 15 avril1818.

91 Il décéda le 1er février 1870 en activité de service dans cette fonction (Arch. nat., F17 21 546, dossiers Prévost).

92 Il deviendra chef de bureau en 1833, chevalier de la Légion d’honneur en 1856, agent comptable en 1864, et enfin nommé secrétaire honoraire le 30 octobre 1869 (Arch. nat., F17 21546,dossiers Prévost).

93 Les relations avec Florent Prévost sont attestées par cette phrase : « Mon père avait beaucoup de reconnaissance pour les soins que Florent lui avait prodigués quand il eut les mains brûlées dans un accident de laboratoire. » (SESS, fonds Le Play, A. Le Play, op. cit., p. 3). Par ailleurs, il existe un manuscrit de Frédéric Le Play, tiré de son voyage en Espagne, dans les fonds du Muséum.

94 CEH, « Aperçu préliminaire ».

95 Éraste ou l’Ami de jeunesse (éd. 1773).

96 CEH, « Aperçu préliminaire ».

97 Ibid.

98 Arch. du lycée Saint-Louis, distribution des prix du 17 août 1824.

99 Arch. de l’École polytechnique, registre matricule décennal des élèves.

100 OE2, note p. 33

101 Fondée en 1824 par Mayer d’Almbert, elle connut un succès immédiat.

102 Joseph Liouville (1809-1882) : Fils d’un militaire qui survit aux campagnes napoléoniennes ; en 1814, la famille s’établit à Toul. Joseph va étudier au collège Saint-Louis de Paris, et en 1825,il entre à l’École polytechnique (dans la même promotion que Le Play). Deux ans plus tard, il intègre l’École des ponts et chaussées, dont il n’obtient pas le diplôme en raison de problèmes de santé et surtout de sa volonté de suivre une carrière académique plutôt qu’une carrière d’ingénieur. Liouville fut élève de Cauchy à l’École polytechnique où il enseigna lui-même dès 1833. Il fonda son Journal de mathématiques pures et appliquées, appelé communément Journal de Liouville (1836), qui fit suite aux Annales de Gergonne. Il sera professeur au Collège de France (1839) et admis la même année à l’Académie des sciences.

103 Arch. du lycée Saint-Louis, distribution des prix du 18 août 1825.

104 Arch. de l’École polytechnique, registre matricule décennal des élèves.

105 Arch. de l’École polytechnique, titre II : admissions, section 4 : objets divers, carton n° 2,1814-1899.

106 « En 1816, tout l’appareil militaire [de l’École polytechnique] est écarté ; la pension et le casernement sont maintenus. Enfin, depuis 1822, l’École est de nouveau soumise au régime militaire, mais seulement en ce qui concerne la discipline intérieure. Il n’y a plus de fusils, ni de gibernes, et l’on n’enseigne de l’exercice du fantassin que ce qui est nécessaire pour qu’une troupe puisse se mouvoir et se poser avec ordre. » L’École est commandé par des officiers. A. Fourcy, Histoire de l’École polytechnique, 1828, rééd. avec une introduction de Jean Dhombres, Paris, Belin, 1989, p. 370.

107 OE2, p. 34.

108 Arch. nat., F14 27312, dossier Frédéric Le Play.

109 Lettre de Becquey à Le Play cité dans OE2, note p. 404.

110 Extrait de la notice biographique par Eugène Lefébure de Fourcy (art. cité).

111 Sa mère résidait à Guentrange (Moselle) en 1829.

112 OE2, p. 35.

113 OE2, t. I, p. 16-17.

114 La blessure dont il sera question plus loin et ses bons résultats scolaires le dispenseront du deuxième voyage d’étude.

115 OE2, p. 35.

116 L’itinéraire fut approuvé par le conseil de l’École et bénéficia d’« une indemnité de campagne exceptionnelle » (Procès-verbaux du conseil de l’École des mines, vol. 3, 20 janvier 1826-23 mars 1832, p. 244) et E. Lefébure de Fourcy, « P. G. F. Le Play… », art. cité.

117 OE2, p. 407.

118 « Analyse d’une tourmaline du Mont-Rose », Annales de chimie et physique, t. XLII, 3e vol. de 1829, p. 270. L’année suivante il publia « Analyse d’une substance associée à l’amphibole des carrières, Saint-Yriex (Haute-Vienne) » (Annales des mines, t. V, p. 187).

119 Arch. nat., F14 27312, dossier Le Play, lettre de Becquey, directeur des ponts et chaussées et des mines, du 8 février 1830.

120 Compte rendu de l’Académie des sciences, 1er semestre 1836, p. 68-73.

121 Georges Sérullas (Poncin [Ain] 1774 - 1832) était à 22 ans pharmacien major dans les armées de la République. Nommé en 1814 pharmacien en chef et professeur de chimie à l’hôpital militaire de Metz, il fut bientôt appelé au Val-de-Grâce. Il fut admis en 1829 à l’Académie des sciences.

122 OE2, p. 406.

123 Arch. nat., F14 27312, dossier Le Play, lettre de Berthier au directeur des ponts et chaussées etdes mines, du 2 mai 1830.

124 D’après Eugène Lefébure de Fourcy, « P. G. F. Le Play… », art. cité.

125 OE2, p. 40.

126 Rappelons que des élèves de l’École polytechnique ont combattu pendant les Trois Glorieuses de juillet 1830 et qu’un des leurs, Vaneau, fut tué lors de l’attaque de la caserne de Babylone.

127 « Comme mes condisciples les plus éminents, j’ai tout d’abord songé au moyen d’y porter remède » (OE2, t. I, p. 12).

128 En raison de son état de santé et de ses brillants résultats, Le Play, dispensé de la deuxième campagne (voyage d’études), est nommé le 1er septembre 1830 aspirant ingénieur après avoir été déclaré hors de concours comme prévu par la délibération du conseil de l’École du 18 et 19 mai(Procès-verbaux du conseil de l’École des mines, vol. 3, 20 janvier 1826-23 mars 1832).

129 F. Le Play, La réforme sociale en France, Tours, Mame, 1874, 5e éd., introduction, p. 62.

130 « Une blessure, offrant peu de chances de guérison, me tint suspendu pendant une année entre la vie et la mort. » (OE2, t. I, p. VII).

131 « Beaucoup d’opinions et d’habitudes que je considérais depuis l’enfance comme des indices de la supériorité de notre pays, m’apparurent à la fin comme les causes de ses désordres et de ses revers. » (F. Le Play, La réforme sociale…, op. cit., introduction, p. 66).

132 F. Le Play, La réforme sociale…, op. cit., introduction, p. 64.

133 Avec une grande lucidité ou une vraie fausse modestie, Le Play se défend néanmoins continuellement d’avoir inventé quoique ce soit.

134 De la même façon, Le Play ne vécut ni le siège de Paris, ni la Commune car si l’on suit Charles de Ribbe (C. de Ribbe, Le Play d’après sa correspondance, Paris, V. Lecoffre, 1906, 2e éd., p. 117 et 124), il serait parti après le 1er septembre 1870 (et sans doute avant le 18 septembre, date du début du siège) et rentré dans la capitale en juillet 1871 (soit plus d’un mois après la Semaine sanglante de la fin mai).

135 OE2, note p. 33.

136 OE2, p. 38 et 40.

137 Voir les OE2, « chap. XIII Précis historique concernant la méthode, § 1 Introduction au livre troisième : les trois époques de l’œuvre et de ses résultats » qui sont : 1811-1815 ; 1829-1855 ; 1848 [et non pas 1855]-1879, cette dernière période elle-même subdivisée en 1848-1855, 18551870, 1870-1879. Il s’agit d’un récit autobiographique bref avec des remerciements pour tous ceux qui l’ont aidé dans sa progression intellectuelle.

138 OE2, p. 41.

139 F. Le Play, La réforme sociale…, op. cit., introduction, p. 66.

140 OE2, t. I, p. 421.

141 Le doute et la méthode cartésiens.

142 On pourrait ajouter son camarade normand d’école d’un an son aîné, Louis Robert, et les professeurs abbés Vastel et Bazire. Le Play cite également le comte de Rayneval, ambassadeur à Saint-Pétersbourg puis à Madrid où Le Play le rencontra en 1833 grâce à une recommandation de M. Boïeldieu, auteur de la Dame blanche, « en souvenir des soins pieux donnés par ma famille à son oncle, M. l’abbé Boïeldieu, vénérable octogénaire, ancien curé d’Allouville dans le pays de Caux » (CEH, « Aperçu préliminaire »).

Table des illustrations

Titre Parentèle de Pierre Antoine Le Play (1775-1854), père de Frédéric Le Play
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/431/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Parentèle de Marie Louise Rosalie Auxilion (1785-1862), mère de Frédéric Le Play
Légende Sources : Arch. Mat., F17 21 546 dossiers Prévost ; F17 20 748, dossier Focillon (informations communiquées par Stéphane Baccionchi) ; Arch. Dép. Paris ; Arch. Mun. Châtenay-Malabry (Hauts-de-Seine), Caen (Calvados), Granville (Manche) ; Albert Le Play, Souvenirs, 2 t. dactylo., 1925 et 1934 ; Antoine Savoye, « Adolphe Focillon 1823-1890 », Les études sociales, n° 138, 2e sem. 2003, pp. 97-123.
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/431/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Titre Parentèle de Maire Angustine Fouache (1819-1892), femme de Frédéric Le Play
Légende Ép. 1 : époux de Élisa Marie DOUBLEAU. Ép. 2 : MOREL épouse [LE]BOULANGER. Ép. 3 : MORLE épouse DELANGE : les deux époux DELANGE sont décédés avant 1824 et ont eu au moins deux enfants
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/431/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 593k

Auteur

Historien, chercheur associé au laboratoire Institutions et dynamiques historiques de l’économie (IDHE, CNRS), Société d’économie et de science sociales(SESS)

© Presses des Mines, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540