Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frédéric Le Play

 | 
Antoine Savoye
, 
Fabien Cardoni

Frédéric Le Play a 200 ans

Antoine Savoye et Fabien Cardoni

Texte intégral

1Les dates anniversaires sont souvent le déclencheur de manifestations scientifiques qui, au-delà de la commémoration, témoignent de la vitalité d’un secteur de recherches. En effet, elles sont l’occasion de rendre publics des travaux dont la « masse critique » fait sens et qui éclairent significativement l’événement ou l’auteur en question.

  • 1 En dépit des efforts du sociologue Paul Lazarsfeld pour développer en Europe, dans les années1960, (...)

2En 1982, les représentants des sciences sociales françaises n’avaient pas cru devoir marquer le centenaire de la mort de Le Play. Cela n’était pas dû qu’à une indifférence, voire une hostilité à l’égard d’un auteur classé a priori comme sulfureux. Cela traduisait surtout leur méconnaissance d’un penseur dont ils s’étaient détournés, en dépit de filiations intellectuelles évidentes avec l’inventeur des monographies de familles ouvrières. Chez les sociologues, les anciens, y compris les praticiens de l’enquête empirique, feignaient de l’avoir oublié. Quant aux plus jeunes, ils l’ignoraient, à de très rares exceptions près. Si, du côté des historiens de la famille et des démographes, le sort de Le Play était plus enviable – plusieurs d’entre eux l’intégrant, de manière critique, dans leurs travaux – cela n’a pas entraîné, pour autant, une réflexion collective sur cette référence commune. Globalement, en 1982, il y avait un manque de recherches1 étayées et originales sur lesquelles appuyer une manifestation scientifique. Et c’est ce manque qui explique, avant tout, le silence d’alors.

  • 2 « Frédéric Le Play. Économie sociale et éducation(s) », Université de Limoges, 5 et 6 octobre2006  (...)
  • 3 S. Baciocchi et J. David (coord.), Frédéric Le Play. Anthologie et correspondance, n° 142-143144, (...)

3Un quart de siècle plus tard, la situation a bien changé. Le bicentenaire de la naissance de Le Play vient de provoquer plusieurs manifestations qui témoignent qu’un courant de recherches sur l’auteur des Ouvriers européens existe désormais. Deux colloques, organisés l’un par l’université de Limoges, l’autre par l’École nationale supérieure des mines de Paris, tous deux conjointement avec la Société d’économie et de science sociales2, ainsi qu’une anthologie critique de textes de Le Play3, figurent au premier rang de ces manifestations qui ont réuni une quarantaine de contributions de chercheurs, français et étrangers, appartenant à des disciplines variées : histoire sociale, mais aussi histoire du droit, des sciences et techniques, de l’urbanisme, de l’éducation, sciences politiques, sociologie, anthropologie, sciences de l’éducation, économie. Non seulement Le Play n’est plus ignoré, mais il est étudié selon des perspectives variées et depuis des spécialités qui apportent chacune un éclairage particulier.

4Ce profond changement s’explique par un faisceau de causes concomitantes, dont, en premier lieu, l’évolution du paysage scientifique en France.

  • 4 Voir F. Audren, Les juristes et les mondes de la science sociale en France, thèse pour le doctorat (...)

5En effet est apparu, au cours de ces vingt dernières années, à la jonction des sciences sociales et de l’histoire, un nouveau domaine d’études : l’histoire des sciences sociales. Concernant la sociologie, ce sont – à tout seigneur, tout honneur – Durkheim et ses disciples qui ont fait l’objet des premiers travaux. Leurs productions théoriques, leurs modalités d’étude des sociétés, leur organisation interne, leur implantation à l’Université et leurs engagements politiques et sociaux ont, tour à tour, été examinés. De ces travaux, il ressort une connaissance neuve, bien différente de la vulgate transmise de génération en génération de sociologues qui tenait lieu d’histoire de la sociologie durkheimienne depuis la mort du maître (1917). Une entreprise analogue est en cours pour Le Play et les leplaysiens, comme en témoignent les manifestations évoquées plus haut. Leurs œuvres font elles aussi partie du programme de recherches d’une histoire des sciences sociales qui fait, désormais, remonter l’apparition d’une science des sociétés en France au tournant du xviiie et du xixe siècle. Cette nouvelle périodisation, en modifiant les représentations du passé des sciences sociales qui avaient cours jusque-là, a des conséquences non négligeables en termes de recherches. Elle autorise à prendre en considération des auteurs marginalisés et leurs projets d’une science des sociétés, plutôt que de les rejeter dans une obscure protohistoire4. Elle permet évidemment d’inclure pleinement Le Play dans cette lecture renouvelée.

6Le développement de l’histoire des sciences sociales n’a pas été le seul facteur favorisant la redécouverte de Le Play. Il a entraîné, dans son sillage, un regain d’intérêt de la part de chercheurs en histoire contemporaine. Ceux-ci nous montrent, par des travaux récents, en quoi la science sociale leplaysienne a été partie prenante d’évolutions majeures de la société française, mais aussi des sociétés européennes qui en ont aussi subi l’influence (Belgique, Italie, Espagne…). Car l’objet Le Play n’est pas banal. Savant original, il est au fondement d’une praxis combinant science et intervention sociale. Cette ingénierie sociale a été la matrice de l’action de multiples individus et groupements intervenant dans des secteurs variés de la société durant au moins un siècle. En effet, il n’est guère de domaines (politique, militaire, religieux, éducatif, industriel, agricole, philanthropique, etc.) qui n’aient été touchés, peu ou prou, par la science sociale leplaysienne et, de ce fait, n’en constituent un terrain d’étude possible. Le Play, absent de la scène du savoir historique en 1982, se retrouve au premier plan en 2006 !

  • 5 Voir B. Latour, Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie moderne, Paris, La Découve (...)

7Cette bivalence de Le Play, savant en propre et fondateur d’une école nombreuse et pérenne, explique, au-delà des circonstances favorables à sa redécouverte, la place qu’il commence à prendre dans l’histoire de la science des sociétés et dans celle de ces sociétés elles-mêmes. L’importance de sa stature scientifique se dégage progressivement, au fur et à mesure qu’on dépoussière sa statue. Non pas pour en édifier une nouvelle, mais pour dégager son œuvre des stéréotypes dont elle a été affublée et atteindre l’ingénieur hors pair et l’intellectuel hors norme qu’il fut. Parallèlement, on commence à percevoir combien l’atypique Le Play est, à certains égards, exemplaire d’un siècle de transitions. Des schémas mentaux imprégnés de la société d’Ancien Régime, une critique sévère des dérives de cette dernière, un rejet effrayé des violences politiques, une promotion sociale facilitée par les bouleversements révolutionnaires, un attachement à la ruralité, un encyclopédisme d’un autre âge cohabitent, chez lui, avec un enthousiasme pour le progrès technique, une prise de conscience de la question sociale et de la diversité nouvelle de la France contemporaine, une exploration qui le mène jusqu’aux limites géographiques et sociales du monde des hommes. L’ingénieur universaliste Le Play personnifie en quelque sorte l’entre-deux que constitue ce xixe siècle, révolutionnaire dans tous les sens du terme. S’il incarne un précipité, le produit d’une réaction à la révolution, Le Play n’est ni un contre-révolutionnaire au sens strict, ni un misonéiste forcené. Réactionnaire révolutionnaire, la révolution des mœurs, y compris économiques, qu’il appelle de ses vœux se définit en réaction aux excès de la Révolution. Les acquis de cette dernière qu’il conserve et les avancées qu’il suggère montrent qu’il a un sens aigu du temps, du temps long notamment, et de la dimension cyclique, réelle ou construite de la temporalité historique. Le Play fut peut-être un grand visionnaire mais certainement pas un prophète dans son pays, à son époque. Quoi qu’il en soit, il apparaît aujourd’hui d’une grande modernité ou plutôt même à moderne5, en ce sens qu’il n’a jamais séparé le savoir-faire et le faire-savoir, la méthode et les résultats, les moyens et les buts, la science et l’homme.

  • 6 Voir, par exemple : Les monographies de familles de l’école de Le Play, Les Études sociales, n°131 (...)

8Après la revisite de ses continuateurs et de leurs travaux6, déjà bien amorcée, il était devenu indispensable de retourner à Le Play, en partant de ses débuts. S’interroger sur ses origines familiales, sur sa formation dans les grandes écoles françaises, sur son talent de « minéralurgiste » permet de reconsidérer son action au Conseil d’État et à la tête des expositions universelles, mais aussi sa théorie de la famille-souche. Suivre les traces de cet insatiable voyageur au long cours dessine le nostalgique de son pays de naissance, en même temps que sont révélées les coulisses de ses enquêtes. Observer l’essaimage des pollens de la science sociale met en perspective la germination de l’école de Le Play trop longtemps minorée. En inventant les archives, les travaux réunis dans ce livre inventorient l’héritage leplaysien et ses légataires universels. L’intérêt de nos collègues étrangers est réjouissant et encourageant, et (re) découvrir le savant et le politique, soit toute la complexité du personnage, constitue une tâche exaltante et/parce que collective. La matière Le Play est malléable par tous ; elle autorise un réel échange entre les chercheurs et un dialogue entre les disciplines, à l’image de la démarche leplaysienne. La diversité des approches proposées ici révèle, en outre, la richesse sous-estimée du sous-sol leplaysien et balise les terrains qui restent à sonder.

9Cet ensemble de textes ne constitue qu’une étape sur le chemin à parcourir mais permet de rappeler ce que les sciences sociales – que l’on pense parfois sorties du seul giron de la philosophie et du droit – doivent aussi à d’autres domaines intellectuels et scientifiques qui sont ceux des ingénieurs. La géologie, la chimie, la métallurgie, la sylviculture (auxquelles il faut ajouter les sciences naturelles et agronomiques), voilà d’où Le Play est parti pour inventer sa science sociale. C’est l’épistémée propre à ces sciences qu’il a transposée à l’étude des sociétés. Il leur a emprunté, en particulier, les principes d’observation, de description, d’échantillonnage et de mesure, qu’il a condensés dans sa pratique d’enquête, modalité centrale de sa science sociale. Ainsi, la nouvelle science des sociétés s’est trouvée équipée au moyen des cadres de pensée des ingénieurs. Que cette vérité ait été dite ou redite à l’École des mines dont Le Play a été un des illustres représentants – mais aussi un apostat, ne l’oublions pas – constitue un juste retour des choses.

10Issu du colloque tenu sur deux journées aux Mines, Frédéric Le Play, parcours, audience, héritage s’ouvre avec une première partie qui révèle, à partir de nouvelles sources, différentes facettes du personnage : sa jeunesse, sa pratique du voyage, sa gestion des expositions universelles, son exercice d’un mandat politique. La seconde partie mesure, à partir d’études de cas, l’audience qu’a connue Le Play de son vivant, ainsi que le prolongement qu’a pu connaître sa pensée, adaptée et actualisée par des continuateurs qui lui restèrent plus ou moins fidèles. En conclusion, on lira les réflexions, livrées à chaud, par Bernard Kaloara et Jérôme David, en clôture du colloque. In fine, deux appendices fournissent, en complément, des éléments biographiques et bibliographiques révisés et enrichis comparés à ceux jusque-là disponibles.

11Ce livre n’aurait pas vu le jour sans le soutien de la direction des Archives de France et du Centre de recherches en histoire du xixe et du xxe siècles (Paris I et Paris IV). Qu’ils en soient remerciés.

Notes

1 En dépit des efforts du sociologue Paul Lazarsfeld pour développer en Europe, dans les années1960, une histoire de la sociologie empirique. Voir B. Kalaora, A. Savoye, Les inventeurs oubliés. Le Play et ses continuateurs aux origines des sciences sociales, préf. de M. Marié, Seyssel, Champ Vallon, 1989.

2 « Frédéric Le Play. Économie sociale et éducation(s) », Université de Limoges, 5 et 6 octobre2006 ; « Frédéric Le Play 1806-1882. Sciences, techniques et société », ENSMP, 30 novembre et1er décembre 2006. De plus une exposition lui a été consacrée, à la bibliothèque de l’École des mines, organisée par Mme Marie-Noëlle Maisonneuve.

3 S. Baciocchi et J. David (coord.), Frédéric Le Play. Anthologie et correspondance, n° 142-143144, Les Études sociales, II-2005/2006, 277 p.

4 Voir F. Audren, Les juristes et les mondes de la science sociale en France, thèse pour le doctorat en droit, sous la direction du professeur Halpérin, Université de Bourgogne, 2005, 673 p.

5 Voir B. Latour, Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie moderne, Paris, La Découverte, 1997.

6 Voir, par exemple : Les monographies de familles de l’école de Le Play, Les Études sociales, n°131-132, 235 p. ; Les juristes de l’école de Le Play, Les Études sociales, n° 135-136, 2002, 316 p. ; Revisiter les monographies de familles ouvrières, Les Études sociales, n° 138, II-2003, 168 p.

Auteurs

Sociologue, professeur à l’université de Paris VIII, SESS

Historien, chercheur associé au laboratoire Institutions et dynamiques historiques de l’économie (IDHE, CNRS), Société d’économie et de science sociales(SESS)

© Presses des Mines, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540