Version classiqueVersion mobile

Communiquer à l’ère numérique

 | 
Julie Denouël
, 
Fabien Granjon

Chapitre 5. Analyse de conversation et sociologie des usages

Bruno Bonu et Julie Denouël

Texte intégral

1Champ de recherche polyphonique, la sociologie des usages s’est construite par l’articulation de diverses voies théoriques qui ont permis d’aborder les usages sociaux des technologies de l’information et de la communication dans des perspectives tout à la fois variées et complémentaires. Dans ce chapitre, nous proposons de nous intéresser aux contributions apportées par l’analyse de conversation d’inspiration ethnométhodologique (désormais AC) dans ce domaine [Schegloff, 1973 ; Sacks et al., 1974]. En effet, nombreux sont les travaux qui, inscrits dans une approche conversationnaliste, ont également participé aux découvertes de la sociologie des usages en exposant des aspects fins – mais néanmoins structurants – des interactions produites au moyen de technologies de la communication (désormais TC), et en éclairant des « façons de faire » avec les TC d’un point de vue endogène à l’action.

2L’objectif de ce chapitre sera de présenter une revue de ces recherches qui ont appréhendé les relations entre « technologie » et « interaction » et ont ainsi permis de compléter le panorama des usages des TC. Il sera organisé selon les deux principaux modes d’interaction rendus possibles par les dispositifs techniques : « oral » dans le cadre des échanges synchrones par téléphone (fixe et mobile) et vidéocommunication ; « écrit » dans le cadre des échanges télématiques asynchrones (courriels, forums, sites de réseaux sociaux) et quasi-synchrones (chat, messagerie instantanée). Corrélativement, cette observation longitudinale de la littérature portera des éclairages sur les formes d’engagement dans l’action, la gestion des cadres de participation et, de façon plus globale, les modes de mise en relation déployés par les usagers. Enfin, ce chapitre sera l’occasion d’ouvrir un ensemble de pistes de recherche, tant méthodologiques que théoriques.

MÉTHODES ET OBJETS DE L’ENQUÊTE EN AC

  • 1 Plusieurs facteurs semblent avoir contribué au désintérêt des chercheurs, à l’époque de la fondati (...)

3Prolongeant le raisonnement et les analyses ethnométhodologiques [Garfinkel, 2007], l’AC propose l’examen des procédures qui sont mises en œuvre par les participants pour organiser le cours de leur conversation. Dans un premier temps, l’objectif de cette approche a été de mettre en évidence les propriétés génériques du parler-en-interaction à travers les méthodes d’organisation locale de l’échange. Cette perspective, qui s’articule à une première phase de la recherche en AC, a été développée pour une large part sur la base de l’examen d’enregistrements sonores de conversations téléphoniques [Schegloff, 1968]. Aussi remarque-t-on que les observations ont porté d’emblée sur des échanges médiatisés, impliquant de facto l’usage d’un artefact technique. Toutefois, la question qui aurait pu être légitimement posée à ce moment là – à savoir l’implication de la configuration technologique dans la structuration de l’interaction – reste en marge de la recherche. Durant cette première phase, l’intérêt porté aux conversations téléphoniques est en effet moins lié aux caractéristiques techniques de ces échanges qu’à l’aspect « enregistré » du corpus (offrant des données « réécoutables » et reproductibles à l’envi) et sa dimension strictement sonore (constituant l’unique ressource mobilisable par les participants pour créer un espace d’intercompréhension et l’unique ressource mobilisable par l’analyste pour saisir les méthodes d’organisation de la parole en action)1. Conjuguée à un travail de transcription détaillé [Jefferson 1985 ; Psathas, Anderson 1990 ; Bonu 2002], cette démarche centrée sur l’aspect sonore des pratiques interactionnelles a permis de mettre à jour la dimension procédurale et ordonnée de la conversation [Sacks et al., 1974 ; Gühlich et Mondada, 2001].

  • 2 Cet intérêt pour le rôle des objets dans l’action va ensuite pousser les recherches vers le suivi (...)

4Longtemps vue mais non remarquée [Heritage, 1984], la technologie entre dans le répertoire des objets d’analyse de l’AC à partir des années 80, sous l’effet conjugué de l’évolution technique des pratiques de recherche et d’un intérêt accru pour les conditions de production d’activités professionnelles, instrumentées et complexes. On observe ainsi que le recours à des dispositifs d’enregistrement audiovisuel [Goodwin, 1981 ; Heath, 1986] entraine l’analyse de phénomènes multimodaux (gestes, regards, postures, etc.) et spatiaux (mouvements et gestion de l’environnement). L’introduction de ces différents phénomènes va avoir des conséquences importantes dans l’analyse des procédés locaux de coordination et d’intercompréhension, dans la mesure où l’on va montrer que les regards, les positionnements corporels, les gestes et la manipulation d’objets constituent, au même titre que les éléments verbaux, des éléments structurants du parler-en-interaction. En parallèle de cette perspective « intégrée » [Goodwin, 1996], le développement des WorkPlace Studies, impulsé par les travaux de Lucy Suchman [Suchman, 1987], s’accompagne d’une prise en compte des usages des technologies dans l’analyse Centré sur l’observation de situations de travail complexes, ce nouveau champ d’étude va ainsi interroger le rôle de dispositifs comme le téléphone, le visiophone ou l’ordinateur dans la réalisation d’activités professionnelles qui ont pour particularité d’être géographiquement fragmentées.2

5Ces nouvelles perspectives méthodologiques et analytiques ont contribué à l’intérêt croissant des chercheurs pour des terrains de recherche structurés autour d’interactions médiatisées et distantes. Dans ce cadre, la question des relations entre la configuration technique de l’outil de communication et l’organisation de l’activité interactionnelle est devenue un thème de recherche à part entière, entrainant un renouvellement important de la posture conversationnaliste classique face aux artefacts technologiques. Dans un premier temps « invisible » pour ensuite être considérée comme une relative contrainte sur l’organisation séquentielle de la conversation, la technologie va finalement apparaitre comme une ressource constitutive de l’interaction. Ainsi, la recension qui suit propose d’aborder les travaux en AC qui, progressivement, ont permis de mettre en évidence le rôle des objets techniques dans l’agencement des interactions médiatisées et, par là-même, ont participé à l’entreprise analytique de la sociologie des usages en éclairant les « façons de faire » avec les TC à partir du cours incarné et situé des pratiques.

INTERACTION ET TECHNOLOGIE DANS LA COMMUNICATION SYNCHRONE

6En faisant le choix des enregistrements audio d'échanges téléphoniques de service (d'aide psychologique, d'appels institutionnels et ordinaires) comme premiers et principaux terrains, l’AC a pu mettre en exergue la centralité de la parole dans la communication et la centralité du dialogue dans l'interaction [Hopper, 1992 : 6]. Cette démarche s’est déployée selon trois phases, au travers desquelles l'on peut reconnaître des tendances et distinguer des orientations thématiques sans pour autant tracer toujours des frontières temporelles nettes. La première période s’accorde avec la mise en visibilité des procédures (notamment verbales) permettant aux interactants d’organiser leur échange. La deuxième souligne l’impact de la technologie dans l’interaction, particulièrement dans l'examen des usages des dispositifs téléphoniques (fixes et mobiles). Développée à travers les études multidimensionnelles sur l'image médiatisée par la vidéo et les environnements complexes de travail, la troisième phase marque la jonction entre les deux premières périodes scientifiques et explore l’enchevêtrement des dimensions interactionnelles et technologiques.

Mise en visibilité de l’organisation de l’interaction

  • 3 La notion de paire adjacente forme probablement l’exemple le plus probant de cette démarche. Catég (...)
  • 4 On notera à cet égard que l'observation systématique de conversations téléphoniques a permis à Har (...)

7La période fondatrice se caractérise par la mise en lumière des « pratiques invisibles » de l’interaction. C’est en effet à cette époque que s'établit le champ notionnel au fondement de la proposition analytique de l'AC. L'architecture de la discipline, préfigurée et partiellement façonnée par les cours de Harvey Sacks [Sacks, 1992], est ainsi rendue publique par une série d'articles pionniers [Schegloff et Sacks, 1973 ; Sacks et al., 1974]. Ces textes posent la « séquentialisation » comme principe ordonnateur du déroulement temporel de l'interaction, en termes de tours et de configurations organisées d'interventions des locuteurs3. Ils mettent en évidence le rôle de séquences spécialisées dans le maintien de l'intercompréhension, comme celles de réparation par exemple [Schegloff et al., 1977]. Progressivement, différents modes de l'organisation de l'interaction servant à maintenir l'intersubjectivité sont explorés [Heritage, 1984]4. Ici prend forme la notion de contexte en AC. Celle-ci s’articule avec l'agencement des interventions – donc des actions produites dans l'échange téléphonique –, et constitue cet espace à la fois rétrospectif (de prise en compte des actions passées) et prospectif (d'anticipation des actions à venir). Aussi le contexte ainsi saisi développe-t-il à merveille la conception de l'indexicalité généralisée, proposée en ethnométhodologie [Garfinkel, 1967]. Or c’est précisément par l’examen du contexte dans ses différentes dimensions que l’on va pouvoir s’intéresser au rôle joué par le soubassement technologique dans la conversation téléphonique et dans les environnements complexes de travail, mais aussi les centres de coordination et les activités en vidéocommunication.

Mise en visibilité d’un dispositif technologique : le téléphone

  • 5 Remarquons cependant que la fiction a très rapidement fait apparaître des scènes impliquant des co (...)

8La vision techniciste de la technologie, la diffusion massive des dispositifs et leur implantation importante dans la vie quotidienne ont fait que le téléphone est devenu un « objet invisible » pour les chercheurs [Hopper, 1992 ; Hutchby, 2001 : 83] Commence alors l'époque du développement et de l'élargissement des outils analytiques fondateurs qui vise à redonner une certaine visibilité à la technologie, en commençant par l'éclaircissement du rôle joué par le téléphone (un siècle après son invention). Bien que, très tôt, certaines études ont pu aborder le rôle de l’artefact technique – en mettant en évidence les conséquences interactionnelles de la sonnerie par exemple [Schegloff, 1986] –, il faut attendre les années 80, voire les années 90, pour avoir des enquêtes systématiques sur le rôle joué par le dispositif téléphonique dans les interactions professionnelles et ordinaires5.

  • 6 D'une certaine manière, les pratiques de géolocalisation reconstruisent un lien avec les lieux, bi (...)

9Les liens avec le lieu et l'appartenance aux groupes qui peuvent occuper un endroit équipé de téléphone (famille, entreprise, organisation, etc.) sont spécifiques de la téléphonie pendant son premier siècle d'existence6. Une grande partie de cette période a été caractérisée aussi par l'absence de contrôle préalable de l’identité de l'appelant. L'impossibilité de l'anticipation sur « qui appelle » a historiquement et principalement caractérisé l'indétermination des appels téléphoniques. Cette caractéristique contribue, avec les autres dimensions non prédéterminées de l'appel (la longueur globale de l'échange et des tours, les changements de locuteur, le(s) thème(s), les types d'actions produites, etc.), à faire du tour de parole, plus particulièrement dans l'échange téléphonique quotidien, un système flexible et ouvert. On observe par ailleurs que cette première période de la téléphonie tend à imposer l’échange dyadique et dialogal [Hopper, 1992] comme forme d’usage standardisée. Cette orientation a pour conséquence que, même dans le cas où l’appelé n’est pas l’interlocuteur attendu, la configuration dyadique A – B est rapidement reconstituée.

  • 7 Une Unité de Construction du Tour (bâtie en « temps réel » sur un mot, un énoncé, ou une série d’é (...)

10Bon nombre des pratiques mises en évidence à cette époque sur la téléphonie fixe se maintiennent lors de la diffusion de la téléphonie en mobilité [Schegloff, 2002a]. Qu’il soit produit dans un contexte fixe ou mobile, l’appel a, par exemple, une origine qui devient souvent le premier thème de la conversation [Hutchby, 2001]. De plus, la configuration dyadique implique la limitation et la brièveté des chevauchements de parole, quel que soit le type de téléphonie convoqué. À un niveau encore plus fin de l’organisation interactionnelle, on observe que l’absence de partage d’un environnement visuel commun oblige les interlocuteurs à utiliser la fin de l’Unité de Construction de Tour pour procéder à un passage coordonné de la parole7 et à mobiliser des continuateurs (ou quasi-tours comme « oui » ou « hum ») pour manifester leur présence dans l’espace sonore partagé. Autrement dit, les pratiques interactionnelles mobilisées par les usagers pour éviter les problèmes d’intercompréhension, garantir un engagement réciproque dans l’interaction distante, et, finalement, converser de façon coordonnée sont, dans les deux formes de téléphonie, relativement identiques.

  • 8 Si, à partir des années 90, on parle de « nouveauté » pour rendre compte de la portabilité de disp (...)

11Dan cet arrière-plan de continuité, les travaux font néanmoins apparaître un bouleversement entraîné par la diffusion de la téléphonie en mouvement. Ainsi, la « nouvelle téléphonie »8 rompt le lien historique avec les lieux (et d'une certaine manière, avec les groupes qui les habitent), ce qui entraîne une réorganisation de l'espace public [de Gournay, 1994 ; Jauréguiberry, 1998 ; Morel, 2002]. Elle reconstruit en revanche une relation forte, au moyen de la portabilité du dispositif, avec le propriétaire du téléphone. Des nouvelles séquences apparaissent alors [Schegloff, 2002a], spécialisées dans la localisation des interlocuteurs [Relieu, 2002]. De plus, les formats d’échange se diversifient : si les appels deviennent massivement personnalisés, brefs et fréquents, on observe également que les usagers peuvent s’engager dans de longs appels (qui rappellent des usages plus classiques du téléphone), s’inscrire dans une « présence connectée » [Licoppe, 2002 ; Schegloff, 2002a] ou encore, faire appel aux multiples fonctionnalités du téléphone mobile leur permettant de dépasser le cadre de l’échange sonore (Internet, photo et vidéo) [Arminen, 2002]. Nous sommes là, dans ce dernier cas, dans le domaine de l'intégration des multifonctionnalités qui dessinent l'approfondissement de la relation entre l'interaction et les technologies.

Mise en visibilité des pratiques techno-interactionnelles

12Le troisième axe qui commence, comme le précédent, au tournant des années 80, met en relation les deux premières étapes centrées respectivement sur l'interaction (y compris en face-à-face) et sur les dispositifs, dans des environnements technologisés complexes, l'image médiatisée et la vidéocommunication. L'une des caractéristiques de ces terrains concerne la dynamique continue entre la fragmentation des espaces et des interactions [Rulheder et Jordan, 2001], d'une part, et leur conjonction, de l'autre. Nous sommes loin, ici, de l'unité de l'espace sonore lors des conversations téléphoniques, ou de l'unité audio-spatiale mise en place par le positionnement des interlocuteurs dans l'échange en face-à-face [Schegloff, 1968 ; Kendon, 1990]. L'analyse fait alors appel à la multimodalité dans l'analyse du comportement postural et gestuel et à l'examen de l'usage de différentes formes d'image, de communication à distance et notamment de vidéocommunication.

  • 9 Inaugurés par Suchman [1987] et développés aussi par d'autres chercheurs [Goodwin, 1996 ; Heath et (...)
  • 10 Pour Erving Goffman, l’unité véhiculaire en déplacement constitue « une coque d'un certain type, c (...)

13Dans cet élargissement de l'AC, les centres de contrôle et de coordination constituent un défi spécifique pour l'examen de l'interaction et représentent l'un des principaux objets de l'Action Située et des Work Place Studies9. En fait, ces centres coordonnent le travail d'équipes distantes, ou au moins géographiquement éparpillées, dont les membres sont souvent reliés par des systèmes de communication sonores ou audiovisuels. La « raison d'être » de l'entité « centre de contrôle » réside ainsi dans l'organisation, l'inspection de portions d'espace consacrés à la circulation (métropolitaine, automobile, ferroviaire ou aérienne) et dans la résolution de problèmes surgissant dans les lieux d'attribution et de compétence, concernant souvent des problèmes de flux et de sécurité des unités véhiculaires (piétons, voitures, transports publics, avions) et participatives [Goffman, 1973]10. Ces tâches professionnelles impliquent des activités d'inspection visuelle et d'attention sonore qui entraînent une vaste latitude de cadres participatifs. Les opérateurs s'engagent dans le travail individuel, dans des échanges bipartites, en petit groupe, ou encore partagent de manière étendue des informations (en cas d'alarmes et de situations de crise). La dynamique de l'activité oscille entre, d'une part, l'attention non focalisée et diffuse et, d’autre part, l'engagement focalisé soutenu par un « regard professionnel » [Goodwin, 1994 ; Goodwin, 1996] centré sur une représentation d'une portion d'espace et alimentant des interactions entre humains. Ces échanges relèvent souvent de l'apparition d'un problème, suivent son développement et recherchent, le plus rapidement possible, la solution éventuelle [Heath et al., 2005].

  • 11 Les premières analyses des tentatives d'usage de ces dispositifs dans le domaine de la santé et de (...)
  • 12 En ce qui concerne la phase pré-opératoire, voir [Pilnick et Hindmarsh, 1999]. Dans une autre orie (...)

14Ces thématiques sont développées dans d’autres types d’environnements complexes, comme les plateaux télévisuels, ou les environnements médicaux. Mathias Broth [2006, 2008a et b, 2009] étudie, par exemple, les multiples interactions organisationnelles qui ont lieu entre le plateau et la régie, au cours du façonnement d’émissions de télévision, dans des espaces fragmentés, ainsi qu'à l'intérieur de chacun de ces espaces. Bien que les premiers usages de la vidéocommunication dans le domaine de la santé remontent aux années 7011, les études en AC des opérations chirurgicales restent rares, étant donné les multiples difficultés d'accès à ce type de terrain, à l'exception notable des travaux de Lorenza Mondada [2004, 2006, 2007a, 2011]12. Cette auteure a mis en évidence dans ses différents textes les activités multiples que les participants accomplissent dans les salles d'opérations ou dans des réunions, les deux étant instrumentées par la vidéocommunication. Les actes médicaux s'accompagnent ainsi de demandes d'explications, de requêtes et d'échanges d'avis à distance, d'épisodes centrés sur la pédagogie en présence et à distance.

  • 13 Ces termes ne semblent pas vraiment stabilisés dans la littérature spécialisée. Mantei et al. [199 (...)
  • 14 Pour une présentation plus générale de ce type de dispositifs voir [Mantei et al., 1991].

15Qu'ils soient inspirés du modèle téléphonique (et ainsi souvent qualifiés de visiophoniques), ou qu'ils soient élargis à la mise en relation de régions d'espaces importants (appelés Media Space ou Téléprésence13), les outils de vidéocommunication relient entre eux des personnes, parfois des lieux distants, et permettent aux individus de communiquer et aux équipes de travailler ensemble [Mantei et al., 1991 ; Heath et al., 1997]. Notons à cet égard que le développement de la recherche a accompagné l'apparition de différents dispositifs, souvent à l'état expérimental ou de prototype. Contrairement aux études (particulièrement en AC) sur le téléphone initiées quand le dispositif était déjà « technologiquement mûr » et stabilisé (exclusivement dans sa version fixe), l'histoire des recherches (dans le même cadre disciplinaire) sur la vidéocommunication est profondément influencée par cette focalisation sur l'apparition de nouveaux dispositifs. La dynamique de l'innovation en vidéocommunication oscille entre les promesses démesurées produites par les industriels, et les échecs commerciaux, parfois retentissants [Hart et al., 1995 : 396]. Ainsi, le caractère temporellement irrégulier, la centration sur les premiers usages et la durée de la recherche presque toujours dépendante de la période des expérimentations, marquent, depuis les années 80, les recherches dans ce domaine. Les conclusions s'orientent systématiquement vers des comparaisons avec le face-à-face, tendent à prouver la faisabilité de l'échange en vidéocommunication, ou, souvent, tentent de mettre en exergue les apprentissages et les difficultés rencontrées par les usagers, voire à conclure à l'impossibilité de l'échange en vidéocommunication. Ces expérimentations ont eu lieu soit dans des environnements domestiques, soit dans des domaines professionnels. Par conséquent, les usages examinés par les chercheurs sont fortement dépendants des activités déployées dans ces cadres. La compréhension des activités accomplies au moyen des dispositifs mis à disposition dans ces expérimentations est capitale, puisque la conception anticipe et projette des usages et donc les activités possibles. Trois configurations technologiques en relation à des usages interactionnels semblent s'imposer dans la vidéocommunication : le visiophone (qui, sous d'autres formes se diffusera plus tard, via Internet, comme auxiliaire de l'ordinateur, s'affranchissant, au moins en une certaine mesure, de son pendant historique, le téléphone), la borne visiophonique, la Téléprésence (entendue ici, comme déclinaison spécifique des Media Space)14.

  • 15 On situe la naissance de ce dispositif en 1927. Le premier système expérimental est testé en 1959, (...)
  • 16 À la suite de l'expérimentation à Biarritz, impulsée à la fin des années 70 au sein de la Directio (...)

16Partant de certains éléments de la longue histoire de la vidéocommunication15, Michel de Fornel [1991] produit une série de textes, au tournant des années 80-9016, qui établissent des résultats sur les « fondements interactionnels de toute communication visiophonique » [de Fornel, 1991 : 11]. Précisons que la conversation ordinaire entre connaissances constitue le terrain principal de ces recherches et représente le fondement des ajustements des participants. Le visiophone est alors caractérisé « dans la continuité du téléphone » comme un « téléphone à images » [Ibid. : 65], ou plus exactement à « échange d'images » si la technique n'est pas maîtrisée. Si, en revanche, « le visiophone est utilisé comme un dispositif donnant un accès sonore et visuel simultané à l'espace interactionnel de son interlocuteur, ces potentialités sont pleinement exploitées » [Ibid. : 74]. Dans ce cas, il devient un artefact interactionnel [Ibid. : 155], puisque la portion de l'espace concerné par l'échange technologisé devient le contexte pertinent de l'échange pour les participants.

  • 17 Ces fonctionnalités ont été étudiées, dans une perspective qui privilégie l'inscription textuelle, (...)

17Le modèle téléphonique subsiste encore dans la conception et les usages des bornes visiophoniques utilisées massivement pour des échanges entre des usagers et des organisations de service (Pôle Emploi, assurances, banques etc.) impliquant aussi la préparation de la rencontre, sous forme de rendez-vous, dans la modalité du guichet. Leur usage se caractérise dans tous les modèles, par la limitation à la fois de la connexion dans le temps et du partage visuel de l'environnement large. La posture est contrainte par le cadre de l'image devant la borne. Sur certains modèles, on peut néanmoins partager des documents par le scanner17. Dans d'autres modèles encore, à ces fonctionnalités se rajoute Internet, de sorte que les interlocuteurs peuvent accéder simultanément à des pages Web. Dans ce dernier cas, la navigation Internet reste sous contrôle de l’agent de l'organisation qui garde le contact visuel avec l'usager, puisqu’une moitié de l'écran continue d’être consacrée à la visiophonie. L'entretien institutionnel de l'échange de service entre un agent et un usager représente la forme interactionnelle vers laquelle s'orientent les participants.

18Les dispositifs Téléprésence (dont le premier, du même nom, est resté au stade de prototype) élaborés par France Télécom Recherche et Développement (aujourd'hui Orange Labs) rompent de manière radicale avec le modèle téléphonique en instaurant d'abord, à travers un premier dispositif appelé Téléprésence, la possibilité de la connexion continue entre lieux de déplacement (deux couloirs de deux sites distants d'une même entreprise) et de rencontres fortuites entre individus, par la mise en relation de portions importantes d'espaces éloignés. Ensuite, ces mêmes caractéristiques se retrouvent dans un autre modèle, baptisé Realmeet, conjuguant en un même espace à travers un écran vidéo, deux salles de réunion distantes. Bien que de taille plus réduite que le précédent modèle (deux modules au lieu de trois) tout en restant néanmoins importante, Realmeet partage avec le dispositif Téléprésence un grand nombre de caractéristiques :

  • une accessibilité sans manipulation directe impliquant une interface invisible pour l’usager ;
  • une image à taille réelle (1/1) ;
  • une vitesse adaptée aux gestes et au son synchrone spatialisé ;
  • une distance virtuelle d’un mètre et demi ;
  • un regard dans l’axe ;
  • une mise en relation de deux espaces distants ;
  • une possibilité de connexion continue.

19L'enquête qui concerne ces deux dispositifs a donné lieu à une série de publications. Concernant Téléprésence, Marc Relieu [2007] propose de relativiser l’argument (développé et mis en exergue par l’équipe de conception) selon lequel ce dispositif pourrait disparaître de l’environnement de parole des usagers. Parce qu’il ne nécessite aucun processus d’activation particulier, Téléprésence pourrait être considéré comme un outil de communication invisible. Or, Relieu remarque que, devant le mur de Téléprésence, les usagers ne cessent de ramener le dispositif au cœur de leur discussion, notamment en ouverture d’interaction, au moment où ce dernier devrait être le plus transparent. Parallèlement, Bruno Bonu [2007, 2008, 2010] souligne qu’il est toujours nécessaire pour les usagers de Realmeet de faire appel, dans le cadre de réunions réunissant deux sites distants en vidéocommunication, à un travail interactionnel pour traiter les perturbations (avec des séquences spécifiques mais latérales, et donc non bloquantes pour l'activité principale), pour reprendre le cours de la réunion à des moments interactionnellement flottants et ambigus quant à leur interprétation, mais aussi pour clore la réunion, même si des thèmes restent encore inachevés, dans une modalité de connexion continue.

  • 18 Dans ce sens, Josiane Jouët [2000] affirme à propos que la recherche française sur le TIC était en (...)

20L'ensemble de ces recherches montre une profonde cohérence avec les travaux pionniers de Michel de Fornel18. L'argument de l’impossibilité de l'interaction en vidéocommunication, qui avait pu être souligné par ailleurs [Heath et al., 1997 ; Luff et al., 2003 ], se trouve, ici, largement invalidé. En effet, un travail interactionnel s’avère nécessaire – voire indispensable – pour interagir au moyen de la vidéocommunication qu'il s'agisse de visiophonie, ou des moyens de Téléprésence avec une visée d’adéquation et d'adaptation, parfois même d'apprentissage. Si tout dispositif porte, dans sa conception technologique, une projection des usages interactionnels attendus, les usagers doivent nécessairement habiter ces dispositifs, au moyen de leurs actions. Les enquêtes prolongées montrent que les usagers arrivent à mener à bien leurs participations interactionnelles soutenues par les dispositifs de vidéocommunication. Nous retrouvons ici les résultats fondamentaux de la première phase de l'analyse de l'interaction en face-à-face : l'interaction, qu'elle soit instrumentée ou directe est un accomplissement continu des participants. Par conséquent, les échanges en (dans les sens de dans et avec la) vidéocommunication offre des terrains favorables à l’examen de concepts partagés par de nombreuses disciplines (notamment au sein de la sociologie des usages) comme ceux de de contexte [Goodwin et Duranti, 1992 ; Watson, 2010], de situation [de Fornel, 1999], d’environnement [Quéré, 1997], de place [Harrison et Dourish, 1996] et de cotexte [Bonu, 2007].

INTERACTION ET TECHNOLOGIE DANS LA COMMUNICATION TÉLÉMATIQUE

  • 19 Par communication télématique, nous identifions tout type de communication médiatisée, produite au (...)
  • 20 Lorenza Mondada [1996], Julia Velkovska [2004] ou encore l’équipe entourant Charles Antaki [2005] (...)

21À partir des années 80, la diffusion de la communication télématique19 dans la sphère professionnelle, puis dans la sphère domestique, fait émerger des pratiques interactionnelles spécifiques qui, parce qu’elles sont configurées autour de l’écrit, procurent de nouveaux terrains d’exploration aux analystes de la conversation. Ici, ce sont principalement les chats et les outils de communication écrite qui lui sont corrélés (par exemple messageries conviviales et messageries instantanées) vers lesquels l’attention est focalisée20. Ces « nouveaux » terrains vont être appréhendés selon deux démarches qui, si elles reposent sur des dispositifs méthodologiques et analytiques équivalents, présentent des objectifs relativement distincts.

La configuration technique comme contrainte interactionnelle

22La première de ces démarches a pour but premier de problématiser la transposition des outils d’analyse du parler-en-interaction à la communication télématique (caractérisée par sa dimension écrite, non-synchrone et l’absence d’un contexte visuel partagé), afin d’extraire les « pratiques invisibles » qui participent de l’organisation des interactions médiatisées. Charles Werry [1996], le premier, décrit les méthodes mobilisées par les chatteurs pour distribuer la parole de façon cohérente. Alors que Paul ten Have [2000] s’intéresse aux procédures de catégorisation mises en œuvre par les internautes pour trouver et sélectionner un interlocuteur, Sean Rintel, Joan Mulholland et Jeffrey Pittam, comme Kris Markman [2009] quelques années plus tard, vont mettre à jour l’organisation des ouvertures dans le chat. Une observation temporalisée des problèmes de coordination dans l’écriture en interaction permet par ailleurs de saisir les méthodes de réparation situées [Schönfeldt et Golato, 2003].

23Dans cette première perspective, le travail d’Angela Garcia et Jennifer Jacobs [1999] sur la distribution des tours dans un chat IRC (multipartite) mérite une attention particulière en tant qu’il donnera lieu à de nombreuses discussions (notamment par les représentants de la « seconde démarche », cf. infra). Cet article décrit les différences notables dans la gestion du transfert des tours entre une conversation synchrone et une interaction dite « quasi-synchrone ». La notion de quasi-synchronie définissant, selon ces deux auteures, la temporalité spécifique des échanges écrits, médiatisés et distants, au sein desquels la médiation technique prend en charge la transmission des tours et provoque un décalage sensible entre le processus de rédaction des messages et le moment de leur réception dans la fenêtre de dialogue. Pour Garcia et Jacobs, cette temporalité quasi-synchrone entraine un certain nombre de contraintes et de modifications dans l’organisation interactionnelle, requérant une adaptation constante des participants aux conditions de production de l'artefact technique. On souligne ainsi qu’il est impossible de produire des tours coordonnés de façon successive ou simultanée dans un contexte quasi-synchrone – le cas échéant, la successivité des tours serait le fruit d'une coïncidence technique, que les auteurs qualifient d’adjacence fantôme. D’autre part, le statut interactionnel des participants se trouve modifié. Dans une situation en coprésence physique, l'interaction se caractérise par une simultanéité des procédures de production et de réception, et par un système de participation structuré autour de deux positions, celles de locuteur et de prochain locuteur [Sacks et al., 1974]. Or s’il est possible, dans un chat, d'attendre la réception du message d'un correspondant distant tout en envoyant, lisant ou composant un autre, les activités d'écriture, de lecture et d'envoi ne peuvent être produites qu'alternativement. En conséquence, les possibilités de contrôle interactionnel progressif, local et conjoint sont très réduites au sein d’un chat. Cela dit, Garcia et Jacobs conviennent que l'exploitation simultanée des positions d'auteur et de lecteur peut permettre à chacun des participants d’ajuster son intervention en cours d'écriture au thème traité. Le travail de lecture apparaît alors comme une partie constitutive de l'accomplissement interactionnel et contribue, en alternance avec le processus de composition, à conserver un alignement conjoint des participants pour tenter de maintenir une cohérence thématique dans l'interaction distante. Par ailleurs, les auteures observent que la dimension quasi-synchrone bouleverse profondément l’organisation du transfert des tours. Ici, l’absence de co-visibilité pendant la construction des interventions limite les possibilités de construction interactionnelle et collaborative des tours. Pour Garcia et Jacobs, les procédés de coordination locale qui sont liés à la gestion des différents points pertinents de transition s’avèrent donc drastiquement restreints au sein des chats.

  • 21 En ce sens, on retrouve la perspective analytique engagée dans la première période de recherche en (...)
  • 22 Selon ce point de vue, les pratiques sociales produites au sein d’un environnement médiatisé s’ord (...)

24Reprenant les principaux thèmes de recherche de l’AC, ces différents travaux participent d’un processus collectif de recherche visant à comparer les structures formelles de situations interactionnelles différenciées (en face-à-face/distante, synchrone/asynchrone) et mettre en perspective les connaissances analytiques acquises. Dans cette première démarche, ce sont avant tout les pratiques (au sens ethnométhodologique de « méthode » ou de « procédure » ; [Garfinkel, 2007]) conçues comme outils de coordination des acteurs et vecteurs d’ordonnancement de l’interaction qui intéressent les chercheurs. Ici, l’environnement technologique qui rend possible l’interaction est appréhendé soit de façon très périphérique21, soit comme une contrainte forte pour les usagers et partenaires distants – impliquant, dans ce second cas, un point de vue qui n’est pas dénué d’un certain « technodéterminisme »22.

La configuration technologique comme « ressource »

25Parallèlement à ce premier courant, on repère un ensemble important de travaux dont la particularité est de présenter un intérêt significatif tant pour la découverte des pratiques conversationnelles qui sont mises en œuvre in situ que l’exploration des usages que ces dernières soutiennent. Aussi, ces études participent-elles du développement conjoint de l’AC et de la sociologie des usages car, d’une part, elles approfondissent l’examen des relations entre la configuration de l’outil technique et l’organisation du cours de l’interaction distante et, d’autre part, elles apportent des éclaircissements notables sur les « façons de faire » avec les TC selon une orientation endogène à l’action. Déployée en France dès 1989 avec l’ethnographie des échanges produits au sein de messageries roses (à l’époque sur Télétel) réalisée par Michel de Fornel [de Fornel, 1989], cette perspective apparaît outre-Atlantique quelques années plus tard avec l’étude de Susan Herring sur les chats IRC [Herring, 1996]. Pour la recherche sur la communication télématique (tout du moins francophone), les résultats de ces études vont former des bases de travail solides ouvrant la voie à de nouvelles pistes de recherche.

26Première étude en AC centrée sur les interactions écrites, médiatisées distantes, l’ethnographie des messageries « conviviales » que de Fornel livre en 1989 est aussi la première analyse des usages sociaux des TC construite au carrefour de l’AC et de la sociologie des usages [Jouët, 2000]. À cet égard, elle constitue un point de référence central pour ceux qui, par la suite, ont orienté leurs recherches dans cette même optique. Ceci est lié tout d’abord au fait que de Fornel s’écarte de tout point de vue technodéterministe pour observer dans le détail la façon dont les participants s’ajustent aux conditions locales de production et de réception de l’échange, et pour ainsi mettre à jour les relations réflexives qui s’établissent entre la configuration de l’artefact technique et le cours séquentialisé de l’interaction. Ceci résulte par ailleurs du cadre conceptuel déployé dans cet article, qui, à partir de la notion de dispositif interactionnel, autorise une approche réflexive et incarnée des usages sociaux des TC. Réintroduite dans de nombreuses études portant sur la communication télématique [Bays, 2000 ; Velkovska, 2004 ; Denouël, 2008], mais aussi la communication médiatisée synchrone [Bonu, 2007 ; Relieu, 2007], la notion de dispositif interactionnel permet de caractériser l’outil de communication à travers les différents formats interactionnels émergents dans les usages et, par voie de conséquence, d’appréhender les différents modes d’engagement rendus possibles par l’artefact. Selon de Fornel, la messagerie conviviale peut ainsi être définie « comme un dispositif interactionnel permettant l’émergence d’interactions focalisées au sein d’un espace d’interaction diffuse » [de Fornel, 1989 : 32]. Si elle souligne d’emblée la dimension hybride et protéiforme des échanges dans les messageries, cette analyse permet corrélativement d’éclairer la nature plurielle des usages de ces TC qui, comme le précise de Fornel, doivent être questionnés à l’aune des liens de sociabilité qui structurent les échanges, et des (multiples) modes de coprésence à distance instaurés par les partenaires distants.

27Bien que son développement n’ait pas été inscrit dans une démarche strictement conversationnaliste, la notion de persistance proposée par Herring [1999] a néanmoins offert une ligne de recherche importante dans l'analyse en AC de la communication télématique. Dans son acception originale, ce concept décrit la dimension textuelle des échanges produits au sein du réseau des réseaux et précise, par là-même, la dimension permanente de l'interaction écrite à l’écran. Les dispositifs de communication par Internet autorisent la sauvegarde automatique de chacune des contributions envoyées au sein du réseau, de sorte que l'échange télématique peut, à plus ou moins long terme, être conservé. Alors que la conversation synchrone s'inscrit dans un système temporel linéaire et éphémère – la parole n'ayant d'existence qu'au moment où elle est produite –, l'interaction télématique s’articule quant à elle à la notion de trace. Or Herring [1999] précise que cette caractéristique technique a des conséquences interactionnelles majeures, dans la mesure où la dimension persistante permet la cohérence de l’échange médiatisé distant :

« Si, par exemple, les messages disparaissaient de l'écran immédiatement après leur lecture, il y aurait fort à craindre que les communications médiatisées par ordinateur soient incohérentes. Sans cette persistance du texte, les possibilités d'usage seraient très certainement restreintes » [Herring, 1999].

28Cette dimension persistante modifie profondément l'organisation temporalisée des échanges. Les tours d'une même conversation peuvent être ainsi produits à des intervalles de temps étendus (de quelques minutes à plusieurs mois), sans pour autant perturber la cohérence globale de l'interaction. Dans ce contexte, les participants ont la possibilité de s'engager dans plusieurs conversations à la fois ou d'interagir à plusieurs simultanément au sein d'une fenêtre de chat, sans se préoccuper des effets de superposition. Pour Thomas Erickson et Susan Herring [2001], libérer la conversation des structures temporelles du parler synchrone en face-à-face impacte à grande échelle la structuration du lien interactionnel. Faisant écho aux résultats offerts par de Fornel sur les messageries, le travail de Herring et ses collaborateurs sur les chats IRC éclaire la pluralité des formats d’interaction et des modes d’engagement dans l’échange qui est rendue possible par le dispositif interactionnel (et qui diffère, a minima, de ceux qui sont observables dans un contexte de face-à-face), tout en soulignant l’importance de ces modifications interactionnelles dans l’organisation des liens de sociabilité.

29S’intéressant à la question de la quasi-synchronie et à la gestion du transfert des tours dans différents contextes d’interaction télématique, les travaux de Jacki O’Neill et David Martin [2003], de Marc Relieu [2006] et de Julie Denouël [2008, 2010] livrent différents contrepoints aux propos d’Angela Garcia et Jennifer Jacobs, en tant qu’ils accordent une attention plus importante à la manière dont le dispositif technologique est mobilisé par les participants et nuancent le point de vue technodéterministe qui tend à traverser l’analyse de ces deux auteures. À partir d’une ethnographie des interactions produites dans un chat dyadique, O’Neill et Martin montrent que les contraintes temporelles liées au dispositif qui, à l’évidence, impactent l’organisation interactionnelle, acquièrent progressivement le statut de « ressource » pour l’interaction. Aussi, les participants appréhendent-ils la temporalité quasi-synchrone de leurs échanges comme une « routine », et, s’ajustant à cette dernière, parviennent à maintenir une structuration séquentialisée et ordonnée de leurs tours. Inscrit dans cette même optique, Relieu [2006] remarque que, dans le cadre de chat sur téléphone mobile, les participants s’appuient sur la dimension persistante des écrits à l’écran pour, d’une part, s’engager dans une interaction distante sans que les deux partenaires soient connectés simultanément au canal, et, d’autre part, préserver l’organisation séquentialisée de leurs tours. S’inscrivant dans le prolongement de Herring, Relieu signale que la dimension persistante des écrits à l’écran favorise une plus grande flexibilité des modes d’engagement dans l’interaction. Pour ce qui concerne les échanges écrits produits en messagerie instantanée, Denouël [2010] observe également que les méthodes de coordination pendant la prise de tour sont loin d’être absentes. En effet, les participants mobilisent un ensemble de procédures à la fois techniques (i.e. la persistance des écrits à l’écran et à l’annonce « X est en train de composer un message ») et discursives (i.e. la segmentation des contributions en des points d’articulation syntaxique) qui permettent la mise en visibilité de points pertinents de transition et, par là-même, soutiennent la gestion collaborative et ordonnée du transfert des tours. Mises en œuvre par des usagers experts, ces pratiques sociotechniques locales ont pour autre avantage, selon l’auteure, d’autoriser un engagement continu et simultané dans plusieurs activités médiatisées – autrement dit, de faciliter la multiactivité à l’écran – et favoriser les phénomènes de (multi)coprésence à distance [Denouël, 2008].

30Le thème de la coprésence à distance est apparu très tôt dans la littérature articulant analyse de conversation et sociologie des usages. Rappelons qu’à travers l’ethnographie des dialogues produits au moyen d’un Minitel sur des « messageries roses », de Fornel précisait, dès 1989, que ce type de dispositif interactionnel rendait possible la conduite d’échanges focalisés, principalement dyadiques et souvent entrecroisés, au sein d’un espace d’interaction diffuse (non focalisée), et permettait d’instaurer une « coprésence situationnelle » entre les partenaires distants [de Fornel, 1989 : 34]. Dans ce cadre, le pseudonyme porte une double fonction : marque de présentation de soi, il est également le « signal tangible qui indique la coprésence et qui, par conséquent, rend possible une interaction focalisée » [Ibid. : 37]. Dans une occasion sociale excluant la coprésence physique des acteurs ainsi que le partage d’un contexte visuel commun, l’affichage du pseudonyme en ligne forme le moyen sociotechnique par lequel la mise en relation des partenaires distants peut s’opérer. Cette question de la coprésence à distance à travers les marques de présentation de soi (pseudos et identifiants) sera réintroduite dans deux recherches centrées sur la communication médiatisée par ordinateur, dont la particularité est de conjuguer une approche interactionnelle et une approche discursive. L’une concerne les échanges dans les chats IRC [Bays, 2001], l’autre s’intéresse aux échanges en messagerie instantanée [Denouël, 2008].

  • 23 Dans cet univers médiatisé distant, interdisant toute reconnaissance physique des participants, le (...)

31En écho aux arguments de Fornel, Hillary Bays signale que, dans le cadre du chat IRC, l’affichage du pseudo dans la liste des internautes « en ligne » fonctionne comme une marque de présence au sein de l’espace interactionnel médiatisé, qui permet la reconnaissance spécifique de l’internaute à distance23 et favorise ainsi l’entrée en interaction focalisée. Elle précise à cet égard que les informations encodées dans le pseudo constituent souvent des éléments thématiques que les partenaires distants mobilisent pour ouvrir un dialogue, et ainsi prolonger l’expérience de coprésence à distance en une rencontre focalisée. S’intéressant à cet égard à l’organisation temporelle du dialogue, l’auteure souligne que le recours à la répétition et l’usage non syntaxique de la ponctuation sont autant de méthodes pratiques qui permettent d’ordonnancer l’écrit d’écran en une (quasi) partition et de déployer par là-même sa dimension prosodique. Si la répétition favorise l’« allitération visuelle » à l’écran, la ponctuation autorise « une transcription symbolique de l’oralité dans le langage […] [qui] sert à recréer l’intonation et l’intensité du discours, accentuant le rythme déjà présent dans les mots, les espaces et les lignes du texte écrit » [Bays, 2001 : 432]. Selon Bays, ces deux procédés constituent pour les usagers un moyen local de manifester leur présence au sein du canal et d’actualiser leur statut de coparticipant. Le recours à des énoncés brefs est défini comme une autre méthode permettant de marquer son engagement dans l’échange : ici chaque intervention affichée à l’écran fonctionne comme une pulsation nouvelle. Si la conversation dans le chat IRC se caractérise par la production récurrente de contributions « creuses et insipides » [Ibid. : 430], elle témoigne de la volonté des usagers de maintenir le rythme émergent de l’échange et, corrélativement, leur engagement dans l’espace interactionnel distant ; « même si un participant n’a rien d’important ou de nouveau à apporter, il ajoutera des formes iconiques et des phrases courtes dénuées de sens de manière à conserver le rythme de la performance et pour montrer qu’il est toujours engagé, participatif et coprésent dans le chat » [Ibid. : 430]. S’écartant d’un long débat sur l’opposition oral/écrit, Bays souligne ainsi que la structuration générale des énoncés dans le chat est liée de façon centrale à la dynamique et au flux (tendu) de l’interaction, de sorte que les procédés de phonétisation du langage électronique, observables de façon récurrente, témoignent avant tout de stratégies interactionnelles situées. Pour cette auteure, ces signes d’oralité sont nécessairement incarnés et n’ont d’autre fonction que celle de manifester la présence de chacun des correspondants distants au sein de l’espace interactionnel médiatisé.

32Dans le prolongement de ces travaux, Denouël [2008] remarque que la messagerie instantanée permet aux partenaires distants d’interagir selon des degrés d’engagement très différenciés : du plus minimal impliquant des rencontres non focalisées (à travers les identifiants) à l’engagement maximal au sein de dialogue(s) focalisés – cela favorisant l’émergence de différents modes de coprésence à distance. L’auteure souligne en effet que, à la différence des deux dispositifs de communication écrite précédemment cités (messagerie conviviale et chat IRC), la MI a pour particularité de s’articuler autour d’un répertoire de contacts regroupant des partenaires préalablement co-ratifiés et de fournir un ensemble d’indicateurs de présence ; configuration technique qui entraine des conséquences importantes dans les façons de s’identifier. S’appuyant sur une observation longitudinale des usages de la MI dans la sphère résidentielle, Denouël signale alors que, si le passage de l’icône de présence au statut « en ligne » contribue à l’instauration d’une coprésence à distance, les identifiants (et leurs modifications parfois quasi journalières) ont un rôle également central dans la mise en relation continue des partenaires – et ce en dehors de tout dialogue. Parce qu’ils reposent moins sur une auto-identification personnelle (prénom, surnom) que sur la présentation de ses pensées, de ses goûts, de ses appétences culturelles et ses activités en cours, les identifiants s’associent à une présentation de soi davantage portée sur « ce que je fais, ce qui me plaît et que (potentiellement) je partage avec mes pairs » plutôt que sur « qui je suis ». Or c’est précisément ces procédés de présentation électronique de soi [Miller, 1996] qui tendent à faire émerger des phénomènes de coprésence à distance spécifiques et, par là-même, à prolonger et maintenir les liens au-delà des interactions en face-à-face. Comme Michel de Fornel avait pu le constater vingt ans plus tôt, la question des pratiques interactionnelles à l’œuvre dans les usages des TC nécessite de ne pas « négliger la situation » [Goffman, 1988] dans laquelle elles sont produites et, de ce fait, de considérer avec attention la configuration du réseau relationnel (en ligne et/ou hors ligne) au sein duquel elles se déploient.

CONCLUSION

33À travers la mise en visibilité de l’implication de la configuration technologique dans les interactions médiatisées, les études en AC ont apporté de nombreux éclairages sur les « façons de faire » et les formats interactionnels que les TC rendent possibles. Cependant, nombreux sont les usages sociaux des TC que l’AC pourrait encore aborder. Aussi proposons-nous, pour clore cette contribution, de présenter quelques objets qui seraient à explorer (ou à continuer d’explorer) et quelques perspectives de recherche qui, parce qu’elles participent des débats avec les chercheurs non conversationnalistes du champ de la sociologie des usages, pourraient permettre de poursuivre le travail de mise en perspective du champ notionnel de l’AC et de construire un système d’observation interdisciplinaire pour saisir l’évolution des pratiques sociotechniques contemporaines.

34Les usages du téléphone (fixe et mobile), des dispositifs de vidéocommunication et des outils liés à la télématique et l’informatique connectée forment des terrains fertiles qu’il nous semble nécessaire de garder en examen, en s’attachant aussi bien aux usages émergents (liés à de nouveaux outils ou de nouvelles applications) qu’aux usages stabilisés. Ainsi, l’étude de l’organisation des interactions médiatisées par téléphone mobile prenant en compte la mobilisation ordinaire des dispositifs de géolocalisation et/ou de coprésence qui sont intégrés aux outils les plus récents constitue une piste de recherche des plus prometteuses car, corrélativement, elle rend possible la conjugaison de deux voies de recherche différenciées (analyse des interactions et observation des usages de l’informatique ubiquitaire). Pour ce qui concerne la vidéocommunication, on peut raisonnablement penser que le développement des capacités des réseaux de transmission des informations, la réduction matérielle des différents dispositifs, la familiarisation « culturelle » de l'image en mouvement dans les activités ordinaires militent pour une « normalisation » progressive des différentes modalités de la vidéocommunication. L'intégration de différentes modalités sonores, textuelles et visuelles lors de l'usage de divers dispositifs technologiques ouvre un vaste champ d'enquête, en continuité avec ceux évoqués supra. Les recherches devraient alors se focaliser sur la dynamique d'intégration et de séparation des domaines d'activité et de signification. Ces champs seront soutenus, alimentés, mis à mal et réparés, par le travail interactionnel conjoint des participants. Ces formes d'engagement seront soutenues technologiquement par les dispositifs de communication. L'analyse de ces deux dimensions interactionnelle et technologique, ne pourra alors qu'être intégrée, notamment en ce qui concerne l'instrumentation, et la spécialisation des activités humaines, professionnelles ou domestiques, soutenues par les technologies, elles aussi intégrées. Parallèlement, l’usage des chats, des messageries et autres outils de communication écrite et quasi-synchrone mérite une attention continue. Qu’elles relèvent des phénomènes de multiactivité à l’écran, de coprésence à distance ou, plus globalement, des procédés interactionnels de gestion des réseaux relationnels, les problématiques liées aux modes routiniers de mise en contact dans la communication télématique offrent des axes de recherche dont il est important de poursuivre l’exploration, en tentant, notamment, de les articuler aux études sociologiques portant sur les sociabilités en ligne – comme ceux menés sur l’implication de l’usage des TC dans la construction de soi au moment de l’adolescence [Delaunay-Tétérel, 2010 ; Metton, 2010].

  • 24 Metavers ou univers virtuels, qu’il s’agisse des jeux de rôle en ligne ou des simulateurs de vie. (...)
  • 25 En ce sens, nous nous référons aux travaux d’Erving Goffman portant sur les formats de participati (...)
  • 26 Ce point de vue est développé dans un récent article portant sur les pratiques de mise en visibili (...)

35Mais il existe aussi différents terrains et objets liés aux usages des TC dont les chercheurs en AC sont restés relativement écartés jusqu’à aujourd’hui. Il s’agit en premier lieu des mondes sociaux virtuels24, dont il nous semble que les usages pourraient être éclairés par une approche interactionnelle et praxéologique25. Ainsi, il pourrait être intéressant d’observer comment les procédures de ratification des membres comme co-participants (d’un point de vue interactionnel) participent de la formation et du maintien des groupes au sein d’activités collectives spécifiques (des guildes s’il s’agit de jeux de rôle en ligne) ou d’analyser les méthodes par lesquelles les participants se constituent une identité-pour-l’action en ligne (permettant d’échafauder progressivement la structure homogène d’un avatar) en lien avec les composantes de leur identité qu’ils accomplissent hors ligne. Apparaissent, en deuxième lieu, les usages du Web 2.0, et plus spécifiquement les usages des sites d’autoproduction et des plateformes relationnelles, pour lesquels l’approche interactionnelle et praxéologique serait heuristique, notamment pour ce qui concerne l’analyse de la séquentialisation des discours (posts et commentaires) et du rôle de cette séquentialisation dans le travail de présentation de soi, de reconnaissance et de maintien des sociabilités en ligne26.

36Enfin, la question de l’articulation, et plus précisément, de l’entrelacement des usages constitue l’une des pistes qu’il serait fructueux de développer, en prenant appui sur l’ensemble des études sociologiques qui ont déjà été réalisées sur le sujet [Smoreda, 2007]. La question de l’entrelacement des usages appelle à la mobilisation d’un système d’analyse interdisciplinaire, qui puisse articuler différentes pratiques de recherche et différents points de vue sur les pratiques sociotechniques. Dans ce cadre, l'observation instrumentée de l'AC peut dialoguer avec d'autres orientations méthodologiques reposant, par exemple, sur l’élaboration de carnets de bord par les usagers ou la conduite d’entretiens de recherche auprès de ces mêmes individus, afin de clarifier l'organisation des activités étudiées. De telles méthodes peuvent favoriser une étude conjointe des pratiques interactionnelles médiatisées et des « activités culturelles méthodiques de catégorisation » (Watson, 1994 : 152) mobilisées par les usagers au sein de leurs cercles relationnels. En cela, nous pourrions prolonger et développer la perspective de recherche, délivrée par de Fornel dans son article pionnier sur le dialogue télématique, selon laquelle « on ne peut décrire de façon adéquate [les interactions médiatisées], tant sur le plan théorique qu’empirique, si l’on méconnait [leur] ancrage fondamental dans les pratiques de communication et de sociabilité ordinaire » [de Fornel, 1989 : 33].

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

[Abel, 1990], Abel, Mark J., 1990, « Experiences in an exploratory distributed organization », in Galegher, Jolene, Kraut, Robert E., Egido Carmen (dir.), Intellectual Teamwork : Social and Technological Foundations of Cooperative Work, Lawrence Erlbaum Associates, 489-510.

[Antaki et al., 2005] Antaki, Charles, Ardevol, Elisenda, Núñez, Francesc, Vayreda, Agnès, 2005, « For she who knows who she is : managing accountability in online forum messages », JCMC, 11, 1-6, http://jcmc.indiana.edu/vol11/issue1/antaki.html.

[Arminen, 2005] Arminen, Ilkka, 2005, « Sequential order and sequence structure : the case of incommensurable studies on mobile phone calls », Discourse Studies, 7, 649-62.

[Arminen et Leinonen, 2006] Arminen, Ilkka, Leinonen, Minna, 2006, « Mobile phone call openings : tailoring answers to personalized summonses », Discourse Studies, 8, 339-68.

[Bays, 2000] Bays, Hillary, 2000, Échanges conversationnels sur Internet : une analyse sociolinguistique d’un nouveau mode de communication, thèse de doctorat en sciences du langage, Paris, EHESS, 507 p.

[Bly et Minnenman, 1990] Bly, Sarah A., Minneman, Scott, 1990, « Commune : a shared drawing surface », Proceedings of the Conference of Office Information Systems, Cambridge, MA, 184-192.

[Bonu, 2010] Bonu, Bruno, 2010, « Perturbations technologiques et interactionnelles en visiophonie », Cahiers de praxématique, 50 (sous presse).

[Bonu, 2008] Bonu, Bruno, 2008, « L’interaction visiophonique dans son contexte : le cas d’un aparté silencieux », Verbum, 2-3, 28, 257-278.

[Bonu, 2007] Bonu, Bruno, 2007, « Connexion continue et interaction ouverte en réunion visiophonique », Réseaux, 25, 144 (2007) 25-58.

[Bonu, 2002] Bonu, Bruno, 2002, « Transcription et analyse : les unités évaluatives de construction de tour », Cahiers de praxématique, 39, 135-159.

[Bonu et Charnet, 2007] Bonu, Bruno, Charnet, Chantal, 2007, « Deployment of a Digital Worspace in Universities : an Innovation Process », Qwerty, 2, 5-20.

[Broth, 2009] Broth, Mathias, 2009, « Seeing through screens, hearing through speakers. Managing distant studio space in TV-control room interaction », Journal of Pragmatics, 41, 10, 1998-2016.

[Broth, 2008a] Broth, Mathias, 2008, « The studio interaction as a contextual resource for TV-production », Journal of Pragmatics, 40, 5, 904-926.

[Broth, 2008b] Broth, Mathias, 2008, « L’interaction du plateau comme ressource contextuelle pour la réalisation télévisuelle », Verbum, 28, 2-3, 280-304.

[Broth, 2006] Broth, Mathias, 2006, « La pertinence des formes d’adresse pour la construction interactive d’une interview télévisée », in Taavitsainen, Irma, Härmä, Juhani, Korhonen, Jarmo (dir.), Dialogic Language Use / Dimensions du dialogisme / Dialogischer Sprachgebrauch, Mémoires de la Société néophilologique de Helsinki, 275-294.

[Buxton et Moran, 1990] Buxton, Bill, Moran, Tom, 1990, « EuroPARC’s Integrated Interactive Intermedia facility (IIIF) : Early Experiences », Proceedings of Conference on Multi-user Interfaces and Applications, Amsterdam, ACM, 11-34.

[Carré, 2007] Carré, Patrice, 2007, « Le théâtrophone », entretien en ligne, http://www.orange-innovation.tv/webtv/le-theatrophone/video-102-fr.

[Crabtree, 2003] Crabtree, Andy, 2003, Designing Collaborative Systems : A Practical Guide to Ethnography, Londres, Springer-Verlag, 183 p.

[Delaunay-Tétérel, 2010] Delaunay-Tétérel, Hélène, 2010, « L'affichage public des amitiés : Le blog au lycée », Ethnologie française, 40, 1, 115-122.

[Denouël, 2008] Denouël, Julie, 2008, Les Interactions médiatisées en messagerie instantanée. Organisation située des ressources sociotechniques pour une coprésence à distance, thèse de doctorat en sciences du langage, Montpellier, Université Paul-Valéry, 276 p.

[Denouël, 2010] Denouël, Julie, 2010, « Distribution des tours dans les interactions médiatisées par ordinateur », Cahiers de praxématique, 50, 146-164.

[Engelbart et English, 1988] Engelbart, Douglas, English, William, 1988 [1968], « A research center for augmenting human intellect », in Greif, I. (dir.), Computer-Supported Cooperative Work : A Book of Readings, San Mateo, Morgan Kaufmann Publishers, 81-105.

[Fish et al., 1990] Fish, Robert, Kraut, Robert, Chalfonte, Barbara, 1990, « The VideoWindow System in Informal Communication », Proceedings CSCW’90, Los Angeles, ACM, 357-370.

[Flichy, 1998] Flichy, Patrice, 1998, « Présentation », Réseaux, 16, 90, 5-7.

[de Fornel 1999] de Fornel, Michel, 1999, « Indexicalité, dépendance contextuelle et situations », Raisons Pratiques, 10, 119-128.

[de Fornel, 1994] de Fornel, Michel, 1994, « Le cadre interactionnel de l’échange visiophonique », Réseaux, 64, 107-132.

[de Fornel, 1991] de Fornel, Michel, 1991, Objet technique, cadre interactionnel et sociabilité ordinaire, Issy-les-Moulineaux, Rapport de recherche CNET-UST, 126 p.

[de Fornel, 1989] de Fornel, Michel, 1989, « Une situation interactionnelle négligée : la messagerie télématique », Réseaux, 7, 38, 31-48.

[de Fornel et Léon, 2000] de Fornel, Michel, Léon, Jacqueline, 2000, « L’analyse de conversation. De l’ethnométhodologie à la linguistique interactionnelle », Histoire Epistémologie Langage, 22-1, 131-155.

[Fries, 1952] Fries, Charles, 1952, The structure of English. An introduction to the construction of English sentences, New-York, Harcourt, Brace & Co., 304 p.

[Garcia et Jacobs, 1999] Garcia, Angela, Jacobs, Jennifer, 1999, « The eyes of the beholder : understanding the turn-taking system in quasi-synchronous computer-mediated communication », Research on language and social interaction, 32, 4, 337-367.

[Garfinkel, 2007] Garfinkel, Harold, 2007 [1967], Recherches en ethnométhodologie, Paris, PUF, 476 p.

[Gaver et al., 1992] Gaver, Bill, Moran, Tom, MacLean, Allan, Lövstrand, Lennart, Dourish, Paul, Carter, Kathleen et Buxton, Bill, 1992, « Realising a Video Environment : EuroPARC’s RAVE System », Proceedings of the the SIGCHI Conference on Human Factors in Computing Systems CHI ‘92, New York, ACM, 27-35.

[Gaver, 1992] Gaver, Bill, 1992, « The Affordances of Media Spaces for Collaboration », Proceedings of the CSCW’92, New-York, ACM, 79-84.

[Gaver et al., 1995] Gaver, Bill, Smets, Gerda, Overbeeke, Kees, 1995, « A Virtual Window on Media Space », Proceedings of the SIGCHI conference on Human factors in computing systems CHI’95, New-York, ACM, 257-264.

[Goffman, 1988] Goffman, Erving, 1988, « La situation négligée », in Y. Winkin (dir.), Les Moments et leurs hommes, Paris, Minuit, 143-149.

[Goffman, 1973] Goffman, Erving, 1973, La Mise en scène de la vie quotidienne, tome 2, Paris, Minuit, 256 p.

[Gold, 1994] Gold, Elliot, 1994, « The Market of Picture Phones : Prospects for Sales and Traffic », TeleGeography, 3-10 Octobre.

[Goodman et Abel, 1986] Goodman, George, Abel, Marc, 1986, « Collaboration research in SCL », Proceedings of the First Conference on Computer Supported Cooperative Work, Austin, ACM 246-251.

[Goodwin, 1996] Goodwin, Charles, 1996, « Transparent vision », in E Ochs, E. Schegloff et S.A. Thompson (dir.), Interaction and Grammar, Cambridge, Cambridge University Press, 370-404.

[Goodwin, 1994] Goodwin, Charles, 1994, « Professional vision », American Anthropologist, 96, 3, 606-633.

[Goodwin, 1981] Goodwin, Charles, 1981, Conversational organization : Interaction between speakers and hearers, New York, Academic Press, 194 p.

[Goodwin et Duranti, 1992] Goodwin, Charles, Duranti, Alessandro, 1992, Rethinking Context : Language as an Interactive Phenomenon, Cambridge, Cambridge University Press, 363 p.

[Goodwin et Harness-Goodwin, 1997] Goodwin, Charles, Harness Goodwin, Marjorie, 1997, « La coopération au travail dans un aéroport », Réseaux, 85, 129-162.

[de Gournay, 1994] de Gournay, Chantal, 1994, « En attendant les nomades. Téléphonie mobile et modes de vie », Réseaux, 65, 9-25.

[Granjon et Denouël, 2010] Granjon, Fabien, Denouël, Julie, 2010, « Exposition de soi et reconnaissance des singularités subjectives sur les sites de réseaux sociaux », Sociologie, 1, 1, 25-43.

[Gülich et Mondada, 2001] Gülich, Elizabeth, Mondada, Lorenza, 2001, « Analyse conversationnelle », in Holtus, Günter, Metzeltin, Michael, Schmitt, Christian (dir.), Lexikon der romanistischen Linguistik, Tübingen, Niemeyer, Band 1, 2, 196-250.

[ten Have, 2007] Have, Paul ten, 2007, Doing Conversation Analysis : A Practical Guide – Second Edition, Londres, Sage, 317 p.

[ten Have, 2000] ten Have, Paul, 2000, « Computer-mediated chat : ways of finding chat partners », M/C : A Journal of Media and Culture, 3, 4, http://journal.mediaculture.org.au/0008/partners.php.

[ten Have, 1999] ten Have, Paul, 1999, Doing conversational Analysis. A practical guide, Londres, Sage, 264 p.

[Heath, 1986] Heath, Christian, 1986, Body Movement and Speech in Medical Interaction, Cambridge, Cambridge University Press, 216 p.

[Heath et Hindmarsh, 2000] Heath, Christian, Hindmarsh, John, 2000, « Configuring objects in action : from mutual space to media space », Mind, culture and activity, 7, 1/2, 81-104.

[Heath et Hindmarsh, 1997] Heath, Christian, Hindmarsh, John, 1997 « Les objets et leur environnement local. La production interactionnelle des réalités matérielle », Raisons pratiques, 8, 149-176.

[Heath et al., 2000] Heath, Christian, Knoblauch Hubert, Luff, Paul, 2000, « Technology and social Interaction : the emergence of ‘workplace studies’ », British Journal of Sociology, 51, 299-320.

[Heath et al., 1997] Heath, Christian, Luff, Paul, Sellen, Abi, 1997, « Reconsidering the virtual workplace », in Flin, Kathleen, Sellen, Abigail, Wilbur, Sylvia (dir.) Video-mediated communication, Lawrence Erlbaum, 323-348.

[Heath et Luff, 2000] Heath, Christian, Luff, Paul, 2000, Technology in action, Cambridge, Cambridge university press, 269 p.

[Heritage, 1984] Heritage, John, 1984, Garfinkel and Ethnomethodology. Cambridge, Polity Press, 334 p.

[Herring, 1999] Herring, Susan, 1999, « Interactional coherence in CMC », JCMC, 4, 4, http://jcmc.indiana.edu/vol4/issue4/herring.html.

[Herring, 1996] Herring, Susan (dir.), 1996, Computer-mediated communication : linguistic, social and cross-cultural perspectives, Pragmatics and beyond, Amsterdam, John Benjamins, 326 p.

[Hiemstra, 1982] Hiemstra, Glen, 1982, « Teleconferencing, concern for face, and organizational culture » Communication Yearbook, 6, 874-904.

[Harmon, 1995] Harmon Joel, Schneer, Joy, Hoffman, Robert, 1995, « Electronic Meetings and Established Decision Groups : Audioconferencing Effects on Performance and Structural Stability », Organizational Behavior and Human Decision Processes, 61, 2, 138 - 147.

[Hopper, 1992] Hopper, Robert, 1992, Telephone conversation, Bloomington, Indiana University Press, 247 p.

[Hutchby, 2005] Hutchby, Ian, 2005, « Incommensurable studies of mobile phone conversation : a reply to lkka Arminen », Discourse studies, 7, 663-670.

[Hutchby, 2001] Hutchby, Ian, 2001, Conversation and technology : from the telephone to the Internet, Cambridge, Polity press, 232 p.

[Hutchby et Barnett 2005] Hutchby, Ian, Barnett, Simone, 2005, « Aspects of the sequential organisation of mobile phone conversation », Discourse studies, 7, 147-171.

[Jauréguiberry, 1998] Jauréguiberry, Francis, 1998, « Lieux publics, téléphone mobile et civilité », Réseaux, 16, 90, 71-84.

[Jefferson, 1985] Jefferson, Gail, 1985, « An exercise in the transcription and analysis of laughter », in van Dijk, Teun (dir.) Handbook of discourse analysis, vol. 3, Londres, Academic Press, 25-34.

[Jouët, 2000] Jouët, Josiane, 2000, « Retour critique sur la sociologie des usages », Réseaux, 18, 100, 487-521.

[Kendon, 1990] Kendon, Adam, 1990, Conducting interaction : patterns of behaviour in focussed interaction, Cambridge, Cambridge University Press, 292 p.

[Koskinen et Kurvinen, 2002] Koskinen, Ilpo, Kurvinen, Esko, 2002, « Messages visuels mobiles. Nouvelle technologie et interaction », Réseaux, 20, 112-113, 107-138.

[Lantz, 1988] Lantz, Keith, 1988, ”An experiment in integrated multimedia conferencing”, in I. Greif (dir.), Computer-Supported Cooperative Work : A Book of Readings, San Mateo, Morgan Kaufmann Publishers, 533-552.

[Licoppe, 2002] Licoppe, Christian, « Sociabilité et technologies de communication », Réseaux, 2, 112-113, 172-210.

[Licoppe et Inada, 2005] Licoppe, Christian, Inada, Yoriko, 2005, « Les usages émergents d'un jeu multijoueur sur terminaux mobiles géolocalisés », Réseaux, 5, 133, 135-164.

[Lindström, 1996] Lindström, Anna, 1996, « Identification and recognition in Swedish telephone conversation openings », Language in Society,23, 231-52.

[Luff et al., 2003] Luff, Paul, Heath, Christian, Hideaki, Kuzuoka, Hindmarsh, John, Yamazaki, Keiichi, Oyama, Shinya, 2003, « Fractured Ecologies : Creating Environments for Collaboration », Human Computer Interaction, 18, 1-2, 51-84.

[Mantei et al., 1991] Mantei, Marilyn M., Baecker, Ronald, Sellen, Abigail, Buxton, William, Milligan, Wellman, Barry, 1991, « Experiences in the use of a media space », Proceedings of the SIGCHI conference on Human factors in computing systems : Reaching through technology, La Nouvelle-Orléans, ACM, 203-208.

[Markman, 2009] Markman, Kris, 2009, « So what shall we talk about », Journal of Business Communication, 46, 1, 150-170.

[Meier, 1998] Meier, Christoph, 1998, « In search of the virtual interaction order : investigating conduct in video-mediated work meetings », Arbeitsbericht, 4, http://www.unibielefeld.de/soz/personen/bergmann/telekooperation.htm.

[Metton, 2010] Metton, Céline, 2010, « L'autonomie relationnelle : SMS, « chat » et messagerie instantanée : Nouvelles adolescences », Ethnologie française, 40, 1, 101-107.

[Mondada, 2011] Mondada, Lorenza, 2011, « The organization of concurrent courses of action in surgical demonstrations », in C. Goodwin, C. LeBaron C. et J Streeck (dir.), Multimodality, Cambridge, Cambridge University Press, à paraître.

[Mondada, 2007a] Mondada, Lorenza, 2007, « Imbrications de la technologie et de l'ordre interactionnel. L'organisation de vérifications et d'identifications de problèmes pendant la visioconférence », Réseaux, 5, 144, 141-182.

[Mondada, 2007b] Mondada, Lorenza, 2007, « Operating together through videoconference : Members’ procedures for accomplishing a common space of action », in S. Hester et D. Francis (dir.), Orders of Ordinary Action, Aldershot, Ashgate, 51-67.

[Mondada, 2006] Mondada, Lorenza, 2006, « Comment poser une question durant une opération chirurgicale », Communication pour le colloque Interaction et Pensée, Lausanne, 12-14 octobre 2006.

[Mondada, 2004] Mondada, Lorenza, 2004, « Téléchirurgie et nouvelles pratiques professionnelles : les enjeux interactionnels d’opérations chirurgicales réalisées par visioconférence », Sciences Sociales et Santé, 22, 1, 95-126.

[Mondada, 1999] Mondada, Lorenza, 1999, « Formes de séquentialité dans les courriels et les forums de discussion. Une approche conversationnelle de l'interaction sur Internet », Alsic, 2, 1, 3-25. http://alsic.univ-fcomte.fr

[Morel, 2002] Morel, Julien, 2002, « Une ethnographie de la telephonie mobile dans les lieux publics », Réseaux, 2, 112-113, 50-77.

[Nardi et al., 1993] Nardi, Bonnie, Schwarz, Heinrich, Kuchinsky, Allan, Leichner, Robert, Whittaker, Steve, Sclabassi, Robert, 1993, « Turning away from talking heads : the use of video-as-data in neurosurgery », Proceedings of CHI93 Conference on Computer Human Interaction, New York, ACM, 327-334.

[O’Neill et Martin, 2003] O'Neill, Jacki, Martin, David, 2003, « Text chat in action », Proceedings of 2003 SIGGROUP, New York, ACM, 40-49.

[Pilnick et Hindmarsh, 1999] Pilnick, Alison, Hindmarsh, John, 1999, « ’When you wake up, it'll all be over’ : Communication in the anaesthetic room », Symbolic Interaction, 22, 345-60.

[Psathas et Anderson, 1990] Psathas, George, Anderson, Timothy, 1990, « The "practices" of transcription in conversation analysis », Semiotica, 78, 75-99.

[Quéré, 1997] Quéré, Louis, « La situation toujours négligée ? », Réseaux, 15, 85, 163-12.

[Relieu, 2007] Relieu, Marc, 2007, « La téléprésence, ou l'autre visiophonie », Réseaux, 5, 144, 183-223.

[Relieu, 2006] Relieu, Marc, 2006, « Remarques sur l'analyse conversationnelle et les technologies médiatisées », Revue française de linguistique appliquée, 11, 2, 17-32.

[Relieu, 2002] Relieu, Marc, 2002, « Ouvrir la boîte noire. Identification et localisation dans les conversations mobiles », Réseaux, 20, 112-133.

[Rintel et al., 2001] Rintel, Sean, Mulholland, Joan et Pittam, Jeffery, 2001, « First things first. Openings in Internet Relay Chat », JCMC, 6, 3, http://jcmc.indiana.edu/vol6/issue3/rintel.html.

[Robida, 1883] Robida, Albert, 1883, Le 20e siècle, Paris, G. Decaux, 404 p.

[Root, 1988], Root, Robert, 1988, « Design of a multi-media vehicle for social browsing », Proceedings of the Second Conference on CSCW, New York, ACM, 25-38.

[Ruhleder et Jordan, 1999] Ruhleder, Karen, Jordan, Brigitte, 1999, « Meaning-making across remote sites : How delays in transmission affect interaction », Proceedings of the Sixth European Conference on CSCW, Dordrecht, Kluwer Academic Publishers, 411-129.

[Sacks, 1972] Sacks, Harvey, 1972, « An initial investigation of the usability of conversational data for doing sociology », in Sudnow, David (dir.), Studies in social interaction, New York, Free Press, 31-74.

[Sacks, 1992] Sacks, Harvey, 1992, Lectures on conversation, Oxford, Basil Blackwell, 1520 p.

[Sacks et al., 1974] Sacks, Harvey, Schegloff, Emmanuel et Jefferson, Gail, 1974, « A simplest systematics of the organization of turn-taking in conversation », Language, 50, 4, 696-735.

[Schegloff, 1968] Schegloff, Emmanuel, 1968, « Sequencing in conversational openings », American Anthropologist, 70, 1075-95.

[Schegloff, 2002a] Schegloff, Emmanuel, 2002, « Opening sequencing », in Katz, James, Aakhus, Mark (dir.), Perpetual contact : mobile communication, private talk, public performance, Cambridge, Cambridge university press, 321-385.

[Schegloff, 2002b] Schegloff, Emmanuel, 2002, « Reflections on research on telephone conversation openings : issues of cross-cultural scope and scholarly exchange, interactional import and consequences », in Luke, Kang Kwong, Pavlidou, Theodossia-Soula (dir.), Telephone calls : unity and diversity in conversational structure across languages and cultures, Amsterdam, John Benjamins, 249-281.

[Schegloff, 1996] Schegloff, Emanuel, 1996, « Turn organization : one intersection of grammar and interaction », in Ochs, Elinor, Schegloff, Emmanuel, Thompson, Sandra (dir.) Interaction and Grammar, Cambridge, Cambridge University Press, 52-133.

[Schegloff, 1992] Schegloff, Emanuel A. (1992) « On talk and its institutional occasions », in Drew, Paul, Heritage, John, (dir.) Talk at work : interaction in institutional settings, Cambridge, Cambridge University Press, 101-34.

[Schegloff, 1986] Schegloff, Emmanuel, (1986) « The routine as achievement », Human Studies, 9, 111-152.

[Schegloff, 1972] Schegloff, Emmanuel, 1972, « Notes on a conversational practice : formulating place », in Sudnow, David, (dir.), Studies in social interaction, New York, Free Press, 75-119.

[Schegloff et al., 1977] Schegloff, Emmanuel, Jefferson, Gail, Sacks, Harvey, (1977), « The preference for self-correction in the organization of repair in conversation », Language, 53, 361-82.

[Schegloff et Sacks, 1973] Schegloff, Emmanuel, Sacks, Harvey, 1973, « Opening up closings », Semiotica, 8, 289-327.

[Schönfeld et Golato, 2003] Schönfeld, Juliane, Golato, Andrea, 2003, « Repairs in chat : a conversation analytic approach », Research on language and social interaction, 36, 3, 241-284.

[Short et al., 1976] Short, John, Ederyn, Williams, Bruce, Christie, 1976, The social psychology of telecommunications, Londres, Wiley, 206 p.

[Suchman, 2007] Suchman, Lucy, 2007 [1987], Human-machine reconfigurations : Plans and situated actions, New York, Cambridge university press, 326 p.

[Tang et Minneman, 1990] Tang, John, and Minneman, Scott, 1990, « VideoDraw : avideo interface for collaborative drawing », Proceedings of the SIGCHI conference on Human factors in computing systems : Empowering people, New York, ACM, 313-320.

[Twain, 1897] Twain, Marc, 1897 [2009], Adventures of Huckleberry Finn, Dover Publications Inc, 224 p.

[Verne, 1898] Verne, Jules, 1898 [1974], De la terre à la lune, Paris, Livre de Poche, 254 p.

[Velkovska, 2004] Velkovska, Julia, 2004, Les Formes de la sociabilité électronique. Une sociologie des activités d'écriture sur Internet, thèse de doctorat de sociologie, Paris, EHES, 698p.

[Watson, 1994], Watson, Rod, 1994, « Catégories, séquentialité et ordre social : un nouveau regard sur l'œuvre de Sacks », Raisons Pratiques, 5, 151-84.

[Werry, 1996] Werry, Charles, 1996, « Linguistic and interactional features of Internet relay chat », in S. Herring (dir.), Computer-mediated communication : linguistic, social and cross-cultural perspectives, Amsterdam, John Benjamins, 47-63.

[Whittaker, 1995] Whittaker, Steve, 1995, « Rethinking video as a technology for interpersonal communication », International Journal of Human Computer Studies, 42, 501-529.

[Whittaker et O’Conaill, 1997] Whittaker, Steve, O'Conaill, Brid, 1997, « The role of vision in face-to-face and mediated communication ; In : Video-mediated communication », in Flin, Kathleen, Sellen, Abigail, Wilbur, Sylvia (dir.), Video-Mediated Communication, Manweh, N-J Lawrence Earlbaum, 23-49.

Notes

1 Plusieurs facteurs semblent avoir contribué au désintérêt des chercheurs, à l’époque de la fondation de l’AC, pour le rôle joué par la technologie dans l’interaction téléphonique. On pourra souligner tout d’abord que, dans les années 60, la forte insertion du téléphone dans la vie quotidienne a probablement favorisé une certaine indifférence des chercheurs à l’égard de cet outil. On notera d’autre part que l’attention accordée par Harvey Sacks, fondateur de l’AC, à l’aspect sonore (verbal et non verbal) des conversations téléphoniques vient, pour une large part, de la dialectologie américaine [Fries, 1952] dont il s’est inspiré. Or ce courant de recherche est centré sur la parole au téléphone, et non pas sur l’usage de la technologie.

2 Cet intérêt pour le rôle des objets dans l’action va ensuite pousser les recherches vers le suivi des processus de conception et d'innovation [Bonu et Charnet, 2007 ; Crabtree, 2003].

3 La notion de paire adjacente forme probablement l’exemple le plus probant de cette démarche. Catégorie pratique avant d’être une catégorie d’analyse, cette notion décrit à la fois l’articulation de deux éléments (deux tours le plus souvent) et la relation d’obligation qui la préside : lorsqu’un premier élément apparaît, un second est attendu (par exemple question/réponse). Parce qu’elle est nécessairement remarquable, l’absence d’un des deux éléments peut donner lieu à un traitement spécifique dans l’interaction (thématisation de l’absence de réponse par exemple). Nous retrouvons là l'intersection entre l'organisation séquentielle et l'une des caractéristiques fondamentales de l'organisation du tour de parole : l'alternance du locuteur [Sacks et al., 1974].

4 On notera à cet égard que l'observation systématique de conversations téléphoniques a permis à Harvey Sacks d'explorer de manière conjointe et dans le cadre d'une entreprise intellectuelle cohérente, l'organisation temporelle des interactions (supra) et les « activités culturelles méthodiques de catégorisation » [Watson, 1994 : 152]. Notamment, Sacks a déterminé les catégories « endogènes », des « identités pour la conversation », donc « générées par les tours » (selon une expression de Rodney Watson [idem, 1994]) en opposition aux catégories « exogènes », externes à la conversation (comme le sexe, l'âge, l'emploi) au moyen de l'appariement entre [appelé/appelant] dans ces conversations. Ce problème de la pertinence reste central dans l'AC, dans les études des activités de catégorisation et dans l'examen des formulations de lieu [Schegloff, 1972].

5 Remarquons cependant que la fiction a très rapidement fait apparaître des scènes impliquant des conversations téléphoniques. Des Aventures d’Hunkleberry Finn publiés en 1897 [Twain, 1897] jusqu’à de très récents films (comme Phone Game ou Cellular), le téléphone est mobilisé comme outil scénaristique. De son côté, la vidéocommunication (infra) entre aussi très tôt dans les univers fictionnels, comme, par exemple, dans l’anticipation d’Albert Robida et son « téléphonoscope » [1883] ou les œuvres de Jules Verne [1889].

6 D'une certaine manière, les pratiques de géolocalisation reconstruisent un lien avec les lieux, bien qu'éphémère [Licoppe et Inada, 2005].

7 Une Unité de Construction du Tour (bâtie en « temps réel » sur un mot, un énoncé, ou une série d’énoncés) peut potentiellement constituer un tour et rendre pertinente (mais pas obligatoire) la transition vers le prochain locuteur [Schegloff, 1996 : 55, inspiré par Sacks, et al., 1974 : 726-7].

8 Si, à partir des années 90, on parle de « nouveauté » pour rendre compte de la portabilité de dispositifs téléphoniques de plus en plus légers, précisons cependant que la mobilité est une caractéristique qui été expérimentée dès le début des années 70 pour des usages civils, et même à partir de la seconde guerre mondiale, pour des usages militaires et sécuritaires au moyen de la radio-téléphonie. En AC, la question de la « nouveauté » va remettre au premier plan le débat, jamais vraiment assouvi, sur la relation entre appartenance culturelle, actions conversationnelles, comparaison de phénomènes et méthodologie. À propos de ce dernier débat, voir Arminen [2005] ; Hutchby [2005] ; Hutchby et Barnett [2005].

9 Inaugurés par Suchman [1987] et développés aussi par d'autres chercheurs [Goodwin, 1996 ; Heath et al, 2000].

10 Pour Erving Goffman, l’unité véhiculaire en déplacement constitue « une coque d'un certain type, contrôlée habituellement de l'intérieur par un pilote ou un navigateur humain... - l'individu en tant que piéton - peut être considéré comme un pilote enfilé dans une coque molle et peu protégée : ses vêtements et sa peau » [Goffman, 1973 : 22]. Tandis que l’unité de participation correspond à « un individu ‘avec’ [qui représente] un groupe de plus d'un dont les membres sont perçus comme étant ensemble » [Ibid. : 34].

11 Les premières analyses des tentatives d'usage de ces dispositifs dans le domaine de la santé et de l'enseignement restent cantonnées dans d'autres horizons de recherche et n'affectent malheureusement pas les travaux en AC [Short et al., 1976 ; Hiemstra, 1982].

12 En ce qui concerne la phase pré-opératoire, voir [Pilnick et Hindmarsh, 1999]. Dans une autre orientation de recherche, voir aussi Nardi et al. [1993].

13 Ces termes ne semblent pas vraiment stabilisés dans la littérature spécialisée. Mantei et al. [1991] utilisent le terme Media Space pour identifier le dispositif qu'ils analysent, qui se nomme par ailleurs CAVECAT (Computer Audio Video Enhanced Collaboration And Telepresence). Cette ambigüité entre une visioconférence limitée aux « têtes parlantes » et une visioconférence autorisant la mise en contact de portions limitées de l'espace, [Whittheker, 1995], appelées dans tous les cas Media Space, commence dès l'expérimentation historique de Engelbart and English [1968], continue avec les prototypes des années 80, comme par exemple le Xerox PARC Portland Experiments [Goodman et Abel, 1986 ; Abel, 1990], jusqu'aux projets des années 90, le Xerox PARC [Bly et Minneman,1990 ; Tang et Minneman, 1990], chez Olivetti [Lantz, 1988], à Bellcore [Root, 1988], ou encore chez Rank Xerox EuroPARC [Buxton et Moran,1990], ou ceux appelés Virtual Window et RAVE System [Gaver et al., 1992 ; Gaver 1992 ; Gaver et al., 1995]. L'exception remarquable est représentée, à cette époque, par VideoWindow reposant sur un modèle permettant des rencontres impromptues [Fish et al., 1990]. Aujourd'hui, le terme de Media Space est mobilisé pour caractériser des dispositifs qui mettent en relation des portions congrues d'au moins deux espaces [Heath et al.,1997]. De plus, pour rajouter à l'éventail des terminologies utilisées, le terme Téléprésence est utilisé, par exemple dans le cadre de France Télécom et de Cisco, à la fois pour référer à une famille de dispositifs et à des modèles spécifiques.

14 Pour une présentation plus générale de ce type de dispositifs voir [Mantei et al., 1991].

15 On situe la naissance de ce dispositif en 1927. Le premier système expérimental est testé en 1959, selon Michel de Fornel [1991]. D'autres auteurs font état d'une expérimentation de la poste allemande dans les années 30 [Gold, 1994].

16 À la suite de l'expérimentation à Biarritz, impulsée à la fin des années 70 au sein de la Direction Générale des Télécommunications (DGT).

17 Ces fonctionnalités ont été étudiées, dans une perspective qui privilégie l'inscription textuelle, administrative et relationnelle dans l'usage d'une borne visiophonique dans des agences de l’ANPE (aujourd'hui Pôle Emploi), par Julia Velkovska et Moustafa Zouinar [2007].

18 Dans ce sens, Josiane Jouët [2000] affirme à propos que la recherche française sur le TIC était en avance sur le reste du monde dans les années 80.

19 Par communication télématique, nous identifions tout type de communication médiatisée, produite au moyen de ressources informatiques et des réseaux de télécommunication. La communication médiatisée par ordinateur (CMO) constitue un type spécifique de communication télématique.

20 Lorenza Mondada [1996], Julia Velkovska [2004] ou encore l’équipe entourant Charles Antaki [2005] observent la façon dont les posts sont agencés dans les forums et les listes de diffusion et soulignent que l’on peut repérer une séquentialisation des différents posts qui, d’une part, participe de l’ordonnancement des contributions en projetant une suite possible (conférant à l’échange asynchrone un format conversationnel), et, d’autre part, contribue à maintenir l’engagement des participants distants dans un espace interactionnel commun.

21 En ce sens, on retrouve la perspective analytique engagée dans la première période de recherche en AC, construite à partir de l’examen de corpus de conversations téléphoniques et centrée principalement sur l’agencement des interventions réciproques dans l’échange.

22 Selon ce point de vue, les pratiques sociales produites au sein d’un environnement médiatisé s’ordonneraient selon une configuration imposée par le dispositif technique.

23 Dans cet univers médiatisé distant, interdisant toute reconnaissance physique des participants, le pseudo constitue un outil relationnel et interactionnel central. La reprise du même pseudo à chaque connexion au chat permet en ce sens de garantir la reconnaissance du caractère ancré de la relation ; phénomène dont Goffman a montré l’importance dans le cadre des rencontres face-à-face [Goffman, 1973].

24 Metavers ou univers virtuels, qu’il s’agisse des jeux de rôle en ligne ou des simulateurs de vie. Nous renvoyons aux contributions d’Olivier Mauco et Julien Rueff dans ce même ouvrage pour une présentation détaillée de ces espaces sociaux.

25 En ce sens, nous nous référons aux travaux d’Erving Goffman portant sur les formats de participation et la présentation de soi [Goffman, 1973, 1974].

26 Ce point de vue est développé dans un récent article portant sur les pratiques de mise en visibilité de soi sur Facebook [Granjon, Denouël, 2010]. L’objectif est, dans ce cas, d’examiner des activités tenant à la fois à la présentation de soi en ligne, aux conventions qui en règlent la mise en pratique et aux demandes de reconnaissance qui prévalent à leur mise en œuvre. Impliquant un dialogue entre l’analyse de conversation, l’interactionnisme d’Erving Goffman [1973] et la théorie de la reconnaissance d’Axel Honneth [2008], cette étude propose une analyse exploratoire de quelques occurrences de discours du soi qui se jouent avec plus ou moins d’évidence des frontières de la pudeur, de l’intime, du privé et du public à des fins de maintien de la coprésence à distance, de reconnaissance et de construction positive de son identité.

© Presses des Mines, 2011

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search