Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mobilisations numériques

 | 
Fabien Granjon

Partie I - Des technologies médiatiques, de la révolution russe aux « mouvements de crise »

Révolutions arabes et « mouvements de crise »

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le syntagme « mouvements de crise » renvoie principalement aux mobilisations sociales qui émergent dans le sillage de la crise financière de 2008, laquelle a frappé nombre de sociétés capitalistes avancées, notamment dans l’Union Européenne (Espagne, Grèce, France, etc. – Mason, 2012). Ces mouvements s’opposent aux plans d’austérité économique imposés par les pouvoirs politiques et sont généralement perçus comme relevant d’une constellation de protestations du type de celles qui ont été labélisées « Occupy » et « Indignados » (Aganaktismenoi, Indignés, etc.). À l’échelle européenne, c’est en décembre 2010 que naît ce mouvement, via une vague de mobilisations qui touche d’abord les principales villes d’Espagne avant de se propager dans le reste de l’Union. Dans la péninsule ibérique, les Indignés s’opposent principalement aux politiques du gouvernement du Premier ministre socialiste José Luis Rodriguez Zapatero et, plus tard, à celles de l’aile droite du Parti populaire dirigé par Ma...

© Presses des Mines, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540