Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mobilisations numériques

 | 
Fabien Granjon

Partie I - Des technologies médiatiques, de la révolution russe aux « mouvements de crise »

Du cinéma militant

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Presse, radio… Mais aussi cinéma. Le « septième art » a également constitué un média important des logiques de propagande1 et des dynamiques de lutte (Leigh, Durand, 2013). Les exemples d’initiatives cinématographiques politiques ne manquent pas. Le cinéma prolétarien allemand (jusqu’à l’arrivée d’Hitler au pouvoir), l’école documentariste britannique, le cinéma d’intervention social du russe Alexandre Medvedkine ou encore la création aux États-Unis du groupe de cinéastes internationalistes Frontier Film, filmant notamment une Amérique mise à genoux par le New deal sont quelques exemples qui témoignent de cette rencontre. En France, c’est sous le Front populaire que vont voir le jour les premières productions cinématographiques engagées comme La rue sans nom (1934) de Pierre Chenal, tourné à l’initiative de la coopérative ouvrière de production Ciné-Liberté. Mais, c’est dans le sillage de mai 1968 que le cinéma militant est le plus vivace et inventif, notamment aidé par l’arrivée su...

© Presses des Mines, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540