Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mobilisations numériques

 | 
Fabien Granjon

Partie I - Des technologies médiatiques, de la révolution russe aux « mouvements de crise »

Presse et révolutions

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

De par son antériorité, la presse est, historiquement, l’un des médias privilégiés par le biais duquel la conflictualité sociale s’est exprimée et organisée. Tous les processus révolutionnaires ont ainsi été accompagnés par des productions informationnelles, à commencer par la Révolution française de 1789, dont une des mesures est d’établir la liberté de la presse (Popkin, 2011). Les premiers journaux « engagés », dont la presse jacobine, font alors florès (plus de 1 300 titres font leur apparition) et épousent différentes causes, dont, par exemple, celle des femmes. Ils accompagnent les lourds changements politiques et sociaux, pour être, par la suite, de nouveau interdits par Napoléon Bonaparte qui rétablit la censure en janvier 1800. L’Ami du peuple, créé par Marat (1789-1792) est par exemple « l’organe des minorités agissantes qui font les grandes journées révolutionnaires des 5 et 6 octobre 1789, du 17 juillet 1791, du 10 août 1792, les massacres de septembre 1792 et la chute d...

© Presses des Mines, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540