Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Gouverner par les nombres

 | 
Alain Desrosières

Chapitre 11. Éléments d'histoire d'une Grande école, l’ENSAE1

Texte intégral

  • 1 Communication à la conférence internationale sur l'enseignement de la statistique, Marrakech, 1994

1L'enseignement de la statistique est marquée, en France, par une dualité analogue à celle que connaissent les autres savoirs scientifiques et techniques, entre les universités et des "grandes écoles", constituées au fil de l'histoire, sur le modèle des Ecoles des ponts et chaussées, des mines, et de l'Ecole polytechnique, qui remontent au xviiie siècle. Dans le cas de la statistique, cette dualité ne s'est cristallisée qu'au xxe siècle : l'Institut de statistique de l'université de Paris (ISUP) est né en 1922, tandis qu'une école de statistique et d'économie, rattachée à l'administration statistique, a été créée en 1942, et est devenue en 1960 l'Ecole nationale de la statistique et de l'administration économique (ENSAE). Destinée à l'origine à former les cadres de l'administration statistique, selon deux niveaux de formations et de responsabilités (administrateurs et attachés), elle a conservé deux filières de formation distinctes, jusqu'à se dédoubler complètement, en juin 1994, en deux écoles différentes, dont la première conserve l'ancien intitulé "ENSAE", tandis que la seconde est désormais appelée "Ecole nationale de la statistique et de l'analyse de l'information" (ENSAI). Mais la part des élèves destinés à l'administration a décru régulièrement, devenant minoritaire en 1961 pour la première filière (dite "statisticiens-économistes et administrateurs", SEA, jusqu'en 1994), et en 1987 pour la seconde (dite "cadre de gestion statistique et attachés, CGSA, avant de devenir l'ENSAI, en juin 1994). Ainsi ces deux écoles forment désormais des "économistes-statisticiens", à dominante plutôt économiste pour l'une, et plutôt statisticienne pour l'autre, destinés au monde des entreprises et des institutions économiques, parmi lesquelles l'administration statistique est certes importante mais minoritaire.

  • 2 Ce texte présente des éléments pour une histoire de l'ENSAE, notamment en la resituant dans une hi (...)

2La préhistoire et l'histoire de ces deux filières d'enseignement expliquent et éclairent nombre de leurs traits actuels : orientation vers les usages économiques et sociaux de la statistique (notamment à travers l'économétrie qui occupe une place essentielle), attention aux procédures de construction et de traitement des données d'observation (en particulier à travers les techniques de sondages) plutôt qu'aux plans d'expérience. Réunissant des enseignements qui, ailleurs, sont dispensés dans des filières très différentes (statistique mathématique et probabilités d'une part, économie et économétrie de l'autre), l'ENSAE a eu une originalité marquée depuis son origine, et son dédoublement récent ouvre une nouvelle étape dans une histoire ancienne d'un peu plus d'un demi-siècle2.

LA PREHISTOIRE : DIFFICULTES D'UNE INSTITUTIONNALISATION

3L'histoire de l'enseignement de la statistique en France (et notamment celle de son éventuel "retard", par rapport à d'autres pays ou d'autre branches du savoir) ne peut être séparée de celle de la statistique elle-même et de sa formalisation dans des outils mathématiques puis probabilistes. Le mariage entre statistiques et probabilités, aujourd'hui évident, n'allait pas de soi, jusqu'aux années 1930 et aux travaux de Gosset, Fisher, Neyman et E. Pearson. Même si Quetelet appuyait son argumentation de "l'homme moyen" sur des références à la loi binomiale et aux probabilités, il n'en résultait pas de formalisme probabiliste vraiment spécifique au maniement des tableaux statistiques (S. Stigler, 1986). Les enseignements qui pouvaient exister au xixe siècle étaient donc complètement distincts : d'un côté, par exemple, le calcul des probabilités a été enseigné très tôt à l'Ecole polytechnique (Crépel 1994), et, d'un autre côté, quelques enseignements de "statistique" sont assurés, vers la fin du xixe siècle, par J. Bertillon, E. Cheysson, F. Faure et E. Levasseur. Mais ces enseignements sont plutôt un mélange de techniques statistiques élémentaires, d'économie descriptive, de géographie, et surtout des tentatives pour promouvoir, de façon quasi-militante, un langage de la quantification encore très peu formalisé (Morrisson, 1987). Il n'y a pas encore la matière à un enseignement de statistique, au sens moderne d'ensemble formalisé d'outils mathématiques spécifiques et complexes : ceux-ci n'apparaissent que dans la première moitié du xxe siècle. D'une certaine façon la "statistique" du xixe siècle n'a qu'un lointain rapport avec celle qui est enseignée aujourd'hui. Elle est en revanche plus proche de celle qui est pratiquée dans les administrations statistiques, et qui vise avant tout à observer, à répertorier, à classer, à tabuler et à décrire la vie économique et sociale.

  • 3 L'Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), créé en 1946, est l'offic (...)

4Dans le cas de la France, le mariage entre les deux traditions commence dans les années 1920, avec la création de l'Institut de statistique de l'université de Paris (ISUP) en 1922. Celui-ci est animé par des universitaires mathématiciens et probabilistes (Emile Borel, Georges Darmois), des membres de la Statistique générale de la France (SGF, ancêtre de l'INSEE3), Lucien March, Michel Huber, Henri Bunle, Dugé de Bernonville), un ingénieur des ponts, introducteur en France de l'économie mathématique et de l'économétrie (René Roy). Mais cet enseignement n'a alors que très peu d'étudiants, et ceux-ci sont plutôt des étrangers : en quinze ans, de 1925 à 1939, 100 titres sont délivrés, dont 32 à des français et 68 à des étrangers (Pressat, 1986). Ce faible nombre est dû à ce que ces diplômes ne relèvent pas des cursus universitaires classiques, et ne constituent pas une sanction reconnue pour la poursuite d'une carrière administrative, même statistique (Roy, 1937).

5De toute façon, la SGF ne recrute, jusqu'en 1940, qu'un ou deux statisticiens par an et ceci ne justifie pas l'existence d'un enseignement spécifique. Tout va changer avec la création, en 1941, d'un Service national de statistique très important, le SNS (devenu l'INSEE en 1946), qui absorbe la petite SGF, et fait passer les effectifs de la statistique administrative de la centaine à plusieurs milliers d'employés. Son fondateur, l'ingénieur militaire René Carmille (1886-1945), est aussi à l'origine de "l'école d'application de la statistique" créée en 1942, et devenue l'ENSAE en 1960.

"L'ECOLE D'APPLICATIONDE" DU SNS PUIS DE L’INSEE (1942-1960)

6La création de cette école n'est pas séparable du projet beaucoup plus vaste de Carmille, de mise en place d'une administration statistique de grande ampleur, capable d'organiser non seulement les recensements et les études démographiques classiques de l'ancienne SGF, mais aussi de gérer, à des fins de connaissance statistique, des gros fichiers administratifs avec des moyens mécanographiques importants (Desrosières, Mairesse, Volle, 1976), et aussi de conduire des enquêtes par sondage, alors naissantes. Cette vaste entreprise implique la création de "Directions régionales", et de deux corps administratifs nouveaux : les "administrateurs" et les "attachés" du SNS. Dans l'immédiat ces deux corps sont constitués par les quelques statisticiens de l'ancienne SGF, et par des officiers de l'armée active, démobilisés à la suite de l'armistice de juin 1940. La nouvelle école vise à produire les cadres de haut niveau non seulement en statistique mais aussi en économie et en mécanographie, nécessaires à cette nouvelle institution.

  • 4 La différence entre les entrées et les sorties provient d'élèves qui renoncent à entrer dans l'adm (...)

7La première promotion entre en 1942. Elle est formée de quatre élèves-administrateurs et leur scolarité ne dure qu'un an. Il n'y a pas encore d'élèves-attachés. En 1943, entrent 9 administrateurs et 12 attachés. A la rentrée de 1944, après la Libération, ces nombres sont de 8 et 14, et, en 1945 ils sont de 7 et 8 (Touchelay, 1993). Ainsi, les quatre premières promotions ont formé, avant même la création de l'INSEE en 1946, 25 administrateurs et 33 attachés4 : la rupture est nette tant avec les diplômés de l'ISUP qu'avec les recrutement de la SGF de l'avant-guerre. Les administrateurs sont en majorité issus de Polytechnique, mais ne le sont pas tous, à la différence d'autres grands corps techniques (mines, ponts et chaussées). Cette scolarité d'un an est surtout axée sur la statistique, pratique et théorique, mais, dès 1946, les enseignements économiques sont d'ampleur comparable à ceux de statistique.

8L'Ecole est dirigée pendant vingt ans, de 1942 à 1962, par son fondateur, Eugène Morice (1897-1983). Celui-ci, professeur de mathématiques dans les lycées, s'était intéressé à la statistique dans les années 1930, avait publié en 1937 dans Econometrica une étude sur la loi de demande ("le trafic postal de 1920 à 1936"), et avait obtenu le diplôme de l'ISUP en 1939 (Malinvaud, 1984). Il était ainsi très lié à Georges Darmois et René Roy, et connaissait aussi Michel Huber et Henri Bunle (SGF), qui tous enseignaient à l'ISUP. Sollicité par Carmille pour créer et diriger la nouvelle Ecole, il inscrit celle-ci dans une continuité directe et une collaboration étroite avec l'ISUP, jusqu'à la fin des années 1950. En 1948, les cours de statistique théorique sont communs (notamment celui de statistique mathématique, assuré à l'ISUP, par Georges Darmois) et, à l'inverse, les étudiants de l'ISUP suivent des cours à l'Ecole de l'INSEE, dont le plus important est celui de "méthodes statistiques", assuré par Morice, assisté par Fernand Chartier et Pierre Thionet. De même, les cours d'économie théorique (Allais), d'économétrie (René Roy), de démographie (Bunle), d'analyse factorielle (Delaporte) et de mécanographie (Viennot) sont communs aux deux institutions. La seule différence est que, pour les étudiants de l'ISUP, les cours de démographie, d'économie, d'économétrie et d'analyse factorielle sont optionnels, alors que, à l'Ecole de l'INSEE puis à l'ENSAE, les cours à option n'apparaîtront que vers 1970.

  • 5 Des cours d'économie existaient déjà, avant 1940, dans les écoles d'ingénieurs. Ils étaient assuré (...)

9Ainsi une collaboration forte existe avec l'ISUP, et aussi avec l'Ecole des mines, où les administrateurs de l'INSEE vont suivre les cours d'économie de Maurice Allais jusqu'aux années 1960. En revanche, l'allongement à deux ans de la scolarité de l'Ecole, en 1946, et le renforcement de son pôle "économie", suscitent des résistances dans les facultés de droit, jusqu'alors presque seules à assurer un enseignement économique5. La formalisation mathématique et la quantification de l'économie se développent en France à travers le milieu des ingénieurs et des mathématiciens (René Roy, Allais, Massé, Boiteux, Malinvaud) et non à l'Université, où seul Aftalion avait commencé à introduire la statistique, dans les années 1930. La concurrence entre ces deux pôles sera encore vive en 1960, au moment où est discutée la création de l'ENSAE.

LA CREATION DU CEPE (1957), DE L'ENSAE (1960) ET DU CESD (1962)

  • 6 Ceux-ci sont pourtant déjà majoritaires entre 1958 et 1963, mais ne le sont plus ensuite jusqu'en (...)

10Vers la fin des années 1950, plusieurs éléments concourent à une évolution de l'Ecole de l'INSEE. A ce moment, celle-ci est constituée de deux parties. La "première division" forme, en deux ans, non seulement des administrateurs de l'INSEE, mais aussi de plus en plus des "élèves libres", non fonctionnaires : ceux-ci deviennent majoritaires à partir de 1961. La "deuxième division" forme les attachés, en un an, et ne recrute que peu d'élèves non fonctionnaires6. Par ailleurs, les statisticiens et économistes de l'INSEE capables d'enseigner sont désormais assez nombreux pour que l'association étroite avec l'ISUP ne soit plus nécessaire. Enfin le langage de l'économie quantitative et mathématique commence à se diffuser dans l'administration et dans les grandes entreprises. La macroéconomie d'inspiration keynésienne inspire les premiers travaux de comptabilité nationale impulsés par Claude Gruson au Service des études économiques et financières (SEEF) du Ministère des finances, ainsi que la planification concertée, alors en plein essor. La microéconomie oriente, à travers la théorie du coût marginal, les décisions d'investissement et la tarification des entreprises publiques (notamment à l'Electricité de France : Massé, Boiteux), ou encore la régression des charbonnages. Une demande nouvelle d'économistes-statisticiens rompus à ces divers langages se développe donc, dans certaines administrations et dans quelques entreprises.

  • 7 Ce sigle a une histoire. L'Ecole devait initialement s'appeler l'ENSEE (... et des études économiq (...)

11La question est donc soulevée de savoir si l'Ecole de l'INSEE peut répondre à ces divers besoins. En fait ceux-ci peuvent être scindés en deux parties : d'une part, assurer une formation complémentaire à des personnes déjà actives, notamment dans l'administration, et d'autre part, créer une nouvelle filière de formation aux débouchés plus larges que ceux offerts par la seule statistiques publique. Tous ces points, discutés entre 1956 et 1960, notamment par le Directeur de l'INSEE, Closon, et celui du SEEF, Gruson (qui succédera à Closon à la tête de l'INSEE en 1961), conduisent à deux décisions complémentaires, dont le maître d'oeuvre sera, dans les deux cas, Edmond Malinvaud. D'une part, en 1957, est créé un "Centre d'études des programmes économiques" (CEPE) qui assure, en un an, une formation en théorie économique, en statistique et en économétrie, pour un public constitué surtout de fonctionnaires et de cadres des entreprises publiques. Ses animateurs en sont Charles Prou et Malinvaud. D'autre part, en 1960, l'Ecole de l'INSEE devient l'ENSAE7. La scolarité de la première division passe à trois ans, mais ceux de ses élèves qui ont déjà fait une grande école (notamment Polytechnique) sont dispensés de la première année. La scolarité des attachés passe à deux ans, et quelques élèves libres commencent à être recrutés par la deuxième division. En 1962, Malinvaud succède à Eugène Morice à la tête de l'ENSAE.

12La même année 1962, un centre de formation pour les économistes-statisticiens des pays en développement (CESD) est créé au sein même de l'ENSAE pour regrouper et systématiser les enseignements reçus par les élèves venant de ces pays, déjà présents dans les années 1950 : c'est le moment des indépendances pour nombre de pays africains. Ce centre fournit deux nivaux de diplômes : les "ingénieurs statisticiens-économistes" (ISE), équivalents des administrateurs français, et des "ingénieurs des travaux statistiques" (ITS) équivalents des des attachés. En 1977, les formations pour ce niveau ITS seront réparties entre diverses écoles africaines, puis dans les années 1990, il en sera progressivement de même pour les ISE.

AUTONOMISATION ET DIVERSIFICATION

13Depuis 1962, sont conservés les documents préparatoires et les comptes-rendus du Conseil de perfectionnement de l'ENSAE, dont les réunions ont été annuelles jusqu'en 1975, puis biannuelles depuis cette date. La série des thèmes soumis à la discussion et les débats qu'ils suscitent fournissent une bonne idée des questions soulevées aux diverses périodes et les réponses qui ont été successivement apportés. Les principales concernent les recrutements et leur diversité, les débouchés des élèves, la place de l'Ecole par rapport à l'INSEE, la spécificité de la "deuxième division" (attachés) par rapport à la "première division", l'organisation des enseignements et le partage entre les enseignements théoriques et pratiques, entre la statistique et l'économie. Bien sûr, les problèmes de moyens et de locaux sont soulevés régulièrement. Avant d'entrer dans l'examen de ces divers thèmes, une brève chronologie est utile.

14De 1962 à 1966, l'Ecole est dirigé par Edmond Malinvaud, assisté de Jacques Méraud. Elle est installée dans les locaux de l'INSEE, quai Branly. En 1966, Marcel Croze devient directeur et l'Ecole s'installe rue de Montmorency, où elle reste jusqu'en 1975. Après un bref retour de Malinvaud en 1970, Jean-Claude Milleron, assisté de Gérard Maarek, dirige l'Ecole de 1972 à 1977. Lui succèdent Yves Franchet en 1977, Jacques Mairesse en 1980, Philippe Nasse en 1990, Alain Trognon en 1994. Depuis 1975, l'Ecole est installée à Malakoff, dans le groupe de bâtiments constituant la Direction générale de l'INSEE.

  • 8 Les quelques noms cités ici ne sont bien sûr pas exhaustifs.

15Dans les années 1960 et une partie des années 1970, les professeurs sont de deux types8. D'une part, des administrateurs de l'INSEE de la première génération, ceux qui ont construit l'INSEE des années 1950 : Malinvaud (économétrie, microéconomie et macroéconomie), Calot et Chartier (statistiques mathématiques), Desabie (sondages), Vacher (statistique descriptive). D'autre part, des professeurs d'autres grandes Ecoles ou d'universités assurent des enseignements importants : Maurice Allais (théorie économique), Serge Kolm (économie publique), Raymond Barre (économie politique), Michel Rocard (budgets économiques) Pierre Bourdieu (sociologie). Dans les années 1970 et 1980, l'ENSAE cherche à s'autonomiser par rapport à l'INSEE, notamment du point de vue de son corps enseignant, et celui-ci se différencie selon les deux divisions. Des administrateurs de l'INSEE d'une seconde génération, et, de plus en plus, des universitaires et des chercheurs issus d'autres grandes Ecoles, modernisent l'enseignement, en l'orientant progressivement vers les usages spécifiquement économiques et économétriques de la statistique, et en le rapprochant des standards anglo-américains. L'enseignement de la première division est ainsi transformé, en probabilités et statistiques mathématiques (Philoche, puis Gouriéroux et Monfort), en économétrie (Mazodier, puis Trognon), en macroéconomie (Larnac, Laroque), en microéconomie (Champsaur, Laffont, Tirole, Chiappori). De son côté, la deuxième division s'autonomise peu à peu, sous les directions successives de Claudine Padieu, Alain Marret, Philippe Tassi, Jean-Marie Grosbras et Alain Bouvy, en cherchant à se spécialiser en statistique et en informatique.

16Ainsi, peu à peu, les deux divisions de l'Ecole, dites initialement "des administrateurs" et "des attachés", acquièrent des identités plus nettement distinctes. A partir de 1976, l'habitude est prise de les désigner sous les noms de "statisticiens-économistes et administrateurs" (SEA) et "cadres de gestion statistique et attachés" (CGSA). En 1987, le nombre des élèves non-fonctionnaires (dits aussi "titulaires") de la division CGSA dépasse celui des attachés (le dépassement analogue, des "statisticiens-économistes" par rapport aux administrateurs remontait à 1961). A partir de ce moment, la question des définitions relatives de ces deux formations et des diplômes qu'ils fournissent se pose en termes nouveaux, dans la mesure où les élèves "titulaires", c'est-à-dire destinés à se présenter sur le marché du travail, sont nettement majoritaires dans chacune des deux filières. En 1989, Jean-Claude Milleron, directeur de l'INSEE, demande à Jacques Lesourne et Nicolas Curien (universitaire enseignant à l'Ecole) un rapport et des propositions sur l'avenir de l'Ecole. Celui-ci, rendu en 1991, conduit après trois ans de discussion et de travail administratif, au dédoublement, en juin 1994, de l'ENSAE en deux écoles distinctes, dotées de Conseils de perfectionnement séparés.

17La première (ex-SEA) garde l'ancien nom d'ENSAE, et se spécialise plutôt en économie et économétrie (tout en conservant un fort ancrage en probabilités et statistiques mathématiques orientées vers les usages économiques). La seconde (ex CGSA) devient l'Ecole nationale de la statistique et de l'analyse de l'information (ENSAI) et s'oriente plutôt vers les diverses branches de la statistique, la gestion des données, l'ingénierie statistique et l'informatique (tout en continuant à assurer une bonne formation en économie et économétrie). A ces deux écoles s'ajoutent le CEPE (créé en 1957, rattaché à l'ENSAE en 1987, et devenu un centre de formation continue), et le Centre de recherche en économie et statistique (CREST), regroupant plusieurs laboratoires de recherche en économie, statistique et sociologie. L'ensemble forme le "Groupe des écoles nationales d'économie et statistique". Cette transformation toute récente est le résultat d'une histoire longue que l'on peut relire à travers quelques uns des thèmes de discussion récurrents dans les Conseils de perfectionnement réunis de 1962 à 1994. Ceux ci portent sur les recrutements, les débouchés, l'identité des deux divisions, l'organisation des enseignements, le statut des enseignants et la place de la recherche.

TROIS, PUIS QUATRE, TYPES DE RECRUTEMENT

18Dès son origine, l'Ecole a eu, en plus du double clivage entre administrateurs et attachés, et entre fonctionnaires et "titulaires" (non fonctionnaires), un recrutement diversifié selon trois catégories très différentes de formations antérieures : élèves d'une autre grande école (notamment Polytechnique), élèves d'une classe préparatoire de lycée de type scientifique (les "taupes", dans le jargon lycéen), étudiants issus d'une formation universitaire en économie. Ces élèves entrent par des concours différenciés en "option mathématique" et "option économie", ou sur titre (d'une autre grande école). A partir de 1985, un quatrième type de recrutement s'ajoute, qui résulte de la création d'une nouvelle filière parmi les classes préparatoires littéraires des lycées (les "khagnes"). Cette filière est orientée vers les sciences sociales et comporte une certaine dose d'enseignement scientifique. Dites "khagnes S" puis « Khagnes BL », ces classes fournissent un nouveau type original d'étudiants, combinant les deux cultures littéraire et scientifique, c'est-à-dire un profil intéressant pour une Ecole telle que l'ENSAE.

19Au fil de l'histoire, ces divers recrutements potentiels ont posé des problèmes, d'abord pour trouver des candidats, puis pour assurer leur fusion, ou au moins leur convergence dans une formation commune. Ainsi, dans les années 1960 et 1970, le recrutement du concours "économie" n'a pas toujours été évident. Une "année préparatoire" (devenue ensuite "première année") est créée en 1960 pour assurer une mise à niveau en mathématique et en économie pour les élèves issus respectivement des concours "économie" et "mathématique" ; les élèves issus d'une grande école en sont dispensés. Plus tard, les élèves issus des "khagnes S" ont éprouvé parfois des difficultés à s'adapter au caractère très formalisé des cours. Ils souhaiteraient faire mieux reconnaître la légitimité de leur culture littéraire et philosophique. Celle-ci est souvent réduite par les ingénieurs et les scientifiques animant l'ENSAE à des questions de "forme" et de "clarté de rédaction" (certes essentielles), et en tout cas subordonnée par rapport à la culture mathématique. Il y a là un enjeu important, dont la réussite pourrait engendrer un profil intellectuel et professionnel nouveau et original, dont peu d'équivalent existe dans les pays anglo-saxons, qui servent parfois de modèle aux transformations de l'enseignement supérieur en économie et en statistique.

20Chaque année, une bonne partie du rapport présenté au Conseil de perfectionnement est consacré à ces questions de recrutement, et les statistiques des concours sont longuement commentées et discutées. Par exemple le rang de sortie de l'Ecole polytechnique des administrateurs choisissant l'INSEE est un bon indicateur des fluctuations du prestige de cette formation et de ce corps. Elevé dans les années 1960 et 1970, ce rang baisse dans les années 1980, quand d'autres débouchés semblent s'ouvrir, puis il remonte dans la période toute récente. De même, certaines années, il est difficile de trouver des étudiants issus d'une formation universitaire économique. Enfin l'accroissement des postes "titulaires" offerts depuis 1987 par la division CGSA pose en termes nouveaux la question de leur recrutement, et de leur différenciation avec les élèves SEA.

LES DEBOUCHES : DU SECTEUR PUBLIC VERS LES SERVICES

21Au fur et à mesure que diminue la part des élèves fonctionnaires dans les deux divisions de l'ENSAE, la question des débouchés est débattue de plus en plus souvent par le Conseil de perfectionnement. Dans les années 1960, certains émettent des doutes sur l'existence d'emplois de statisticiens en grand nombre dans les entreprises. Malinvaud et Sauvy combattent cette idée. Sauvy observe que le plus difficile est de faire entrer le premier statisticien ; ensuite le produit et son besoin existent et d'autres sont recrutés. Dans les années 1970 et 1980, les associations d'anciens élèves (ASTEC et ASCAS) deviennent de plus en plus actives. Elles organisent des enquêtes sur les carrières, sur l'image de l'Ecole, sur les besoins des entreprises.

22Les secteurs employeurs évoluent. La part du système statistique public, initialement très majoritaire, diminue, d'abord au profit des grandes entreprises publiques (années 1950 et 1960), puis du secteur industriel et commercial privé (années 1960 et 1970), et enfin plus récemment, des services. Dans les années 1980, des élèves SEA sont massivement recrutés par les services financiers (banques, assurances, services financiers des grandes entreprises), tandis que les élèves CGSA le sont plutôt par les services non financiers, notamment l'informatique (Lesourne, Curien, 1991). Cette forte demande des services financiers, typique des années 1980, a induit le développement, à l'ENSAE même, d'enseignements de statistique et d'économétrie financière, et la création d'un laboratoire de recherche spécifique au CREST.

23Le fait que les élèves de l'ENSAE soient majoritairement recrutés par des entreprises, depuis plus de trente ans pour les SEA, et plus de cinq ans pour les CGSA, alors que l'Ecole est rattachée à une importante administration publique, l'INSEE, induit une tension perceptible dans les débats du Conseil de perfectionnement. Mais cette question est typique du fonctionnement des "grandes écoles" à la française. L'ENSAE ne fait que reprendre par là une voie déjà frayée par Polytechnique, les mines, les ponts et chaussées et plusieurs autres Ecoles. Certaines d'entre elles sont représentées au Conseil et apportent régulièrement des informations sur la façon dont elles traitent des problèmes analogues à ceux de l'ENSAE. Ces problèmes communs sont aussi débattus par la "Conférence des grandes écoles". D'une certaine façon, la position de la direction de l'ENSAE peut sembler contradictoire. D'une part, elle cherche à s'émanciper de la tutelle et de l'image administrative de l'INSEE, par exemple dans ses enseignements et son corps enseignant : il faut éliminer l'ancienne image de "l'Ecole d'application de l'INSEE". D'autre part, l'Ecole cherche à grandir, et a besoin de moyens de plus en plus importants. Pour cela son seul soutien, qui ne lui fait jamais défaut, est celui de la direction de l'INSEE.

24De ce point de vue, la personnalité de Malinvaud, enseignant à l'ENSAE dès les années 1950 (puis directeur de l'Ecole de 1962 à 1966 et de 1970 à 1972, de la prévision de 1972 à 1974, et de l'INSEE de 1974 à 1987, avant d'être professeur au Collège de France jusqu'en 1992), est très symbolique. Il influence l'Ecole pendant plus de trente ans. Tous les statisticiens-économistes français (et nombre d'étrangers) âgés aujourd'hui de quarante à soixante ans l'on eu comme professeur, en économétrie, macroéconomie ou microéconomie. Or Malinvaud a incarné la figure française du haut fonctionnaire savant, et cette double légitimité a été essentielle pour construire l'identité et l'image de l'ENSAE. Il ne pouvait par exemple être question de tirer trop fortement celle-ci vers le modèle des écoles de gestion et de management, souhaité par certains.

L'IDENTITE DE L'ENSAE : DES DEBATS RECURRENTS

25Ainsi, tout au long de son histoire, l'ENSAE doit définir et redéfinir son identité spécifique, en se situant, par rapport aux enseignements universitaires dans les années 1950 (statistique avec l'ISUP, économique avec les facultés de droit), par rapport à l'ENA, dans les années 1960 et 1970 quand l'administration et la planification économiques avaient un grand prestige, puis par rapport aux enseignement de gestion, dans les années 1980, quand ces formations connaissent un vif succès, et enfin par rapport à des domaines de la statistique non orientés vers l'économétrie, à la fin des années 1980. Le rapport Lesourne-Curien donne un reflet fidèle de la façon dont l'ENSAE se définissait ainsi, vers 1990, par rapport à d'autres enseignements.

26L'histoire de l'Ecole, lue notamment à travers son Conseil de perfectionnement, donne une idée des "identités adjacentes" par rapport auxquelles les deux nouvelles Ecoles se sont construites. Aux premiers temps de "l'Ecole d'application", quatre pôles pouvaient servir de référence : la statistique mathématique universitaire à la façon de l'ISUP, l'économie politique des facultés de droit, l'économie mathématique et l'économétrie naissante enseignées dans d'autres grandes écoles scientifiques, et enfin l'enseignement administratif et juridique à la façon de l'ENA. Ces quatre pôles sont effectivement représentés dans l'Ecole des années 1940 et 1950 (voir annexes 1 et 2), respectivement par des professeurs comme Darmois (ISUP), Barre (Eco. Po.), Allais (Mines) et R. Roy (Ponts et chaussées), et enfin Blot (directeur général des Impôts : il enseigne les finances publiques). Trois cours de "technologie", industrielle, agricole et commerciale, figurent dans les années 1940, mais ont déjà disparu dans les années 1950. En revanche s'est alors développé un enseignement sur la statistique publique, assuré par des membre de l'INSEE : Dumas, Rivet (statistiques économiques et sociales), Chevry (pratique statistique), Klatzman (statistique agricole), Thionet (sondages), Viennot (mécanographie). Jacques Dumontier (INSEE) annonce, avec son cours de "conjoncture, politique économique et comptabilité nationale", ce qui constituera une tonalité forte dans les années 1960 et 1970. A ce moment, la comptabilité nationale et son usage, pour les prévisions à court et à moyen terme, notamment pour le Plan, deviennent une dimension importante de l'INSEE (Fourquet 1980). Ceci se traduit, à l'ENSAE, par des cours sur ces sujets (par exemple Michel Rocard), dont l'importance décroît ensuite, dans les années 1980 et 1990.

27Une autre identité adjacente possible apparaît dans les années 1970 et 1980, celle des "écoles de gestion", que sont les Ecoles de commerce françaises ou les "business schools" anglo-saxonnes. Cette question est soulevée plusieurs fois par le Conseil de perfectionnement, qui s'interroge sur "l'image de l'Ecole auprès des entreprises", et sur les "besoins des employeurs". Plusieurs enquêtes sont menées sur ces sujets, soit par les associations d'anciens élèves, soit par des bureaux d'études. Ainsi, le "Centre de formation supérieure au management" (CFSM) est sollicité deux fois, et étudie, en mai 1979, les "enseignements de gestion à l'ENSAE", et, en avril 1980, "l'image de l'ENSAE". Mais ses propositions détaillées pour améliorer la "connaissance de l'entreprise", notamment à travers la comptabilité, le droit et la sociologie des organisations, sont accueillies avec prudence, bien que certains de ces enseignements figurent déjà dans les programmes. De même, un rapport présenté en avril 1985 par Artus sur d'éventuels séjours à l'étranger en troisième année est l'occasion de préciser que l'ENSAE n'a pas vocation à accueillir des polytechniciens désireux d'aller suivre un enseignement de gestion à l'américaine dans une MBA. Enfin, en avril 1987, il est proposé au Conseil, par Mistral, d'associer l'ENSAE à une initiative prise par l'Ecole des ponts et chaussées, pour créer un "Collège des ingénieurs" dans une perspective influencée par les business schools. Cette proposition est "accueillie froidement", et en fait repoussée. Toutes les propositions de ce genre, inspirées par les idées de "connaissance concrète du monde de l'entreprise", sont retraduites dans la culture spécifique de l'ENSAE, qui est celle de la théorie microéconomique et de l'économétrie appliquée, ce qui pousse à développer les enseignements sur la nouvelle économie industrielle, la concurrence imparfaite, la théorie des jeux. A l'occasion de ces débats des années 1980 sur "l'entreprise", l'identité propre de l'ENSAE est ainsi réaffirmée et approfondie.

28Mais c'est sur la place de la statistique elle-même que le débat sur cette identité est le plus riche et ancien, puisque la statistique est bien sûr au coeur même de la vocation de l'Ecole. Autour du noyau fort de la statistique mathématique classique, centrée sur les probabilités, la théorie de l'estimation, les tests et les sondages, d'autres branches des statistiques ont été enseignées, puis leur importance a décru : par exemple les plans d'expérience, dans les années 1960, l'analyse des données à la française, façon Benzécri, dans les années 1970. Plus récemment, le débat sur la place des divers domaines de la statistique a resurgi, pour des raisons en apparence indirectes, lors des tentatives pour redéfinir la "deuxième division", celle des "cadres de gestion statistique et attachés" (CGSA). C'est curieusement à l'occasion de projets de décentralisation de l'Ecole hors de Paris, que la question apparaît. Déjà en 1969, Carrère, un inspecteur général de l'INSEE partisan actif du rééquilibrage Paris-Province, avait proposé que l'ENSAE aille à Marseille, et, conscient que sa proposition n'avait aucune chance pour la première division, il avait développé l'idée pour la deuxième, celle des attachés, ce qui avait conduit à une première esquise de réflexion sur une Ecole plus spécifique. La même idée resurgit, dans les années 1980, quand des propositions sont faites pour "délocaliser" la division CGSA.

29A ce moment, la division SEA s'est nettement orientée vers une spécialisation en économie mathématique, microéconomie, économie industrielle, notamment par le recours à des professeurs extérieurs de très haut niveau dans ces domaines. L'enseignement de la statistique mathématique et de l'économétrie a été remodelé en fonction de cette orientation économique. Du coup, la division CGSA, animée par des statisticiens de forte personnalité, a été tentée de redéfinir son identité en s'éloignant d'une image plus ou moins latente "d'ENSAE de niveau un peu moins élevé", pour s'orienter vers des domaines statistiques de pointe, peu explorés par la division SEA. Ainsi en 1988, Philippe Tassi, directeur de la division CGSA, propose au Conseil la création d'un ensemble "d'enseignements spécialisés en statistique et informatique" (ESSI), et expose les raisons d'implanter à l'ENSAE certains développements récents de la statistique. Des besoins nouveaux sont apparus dans des secteurs variés : grandes firmes pharmaceutiques, secteur financier, médias (études d'audience). Le profil "d'administrateur de données" s'est précisé :

"La modélisation statistique a connu de nombreux développements. Sont apparues des méthodes soumises à des hypothèses moins restrictives et plus réalistes, d'autres mieux adaptées à l'analyse des phénomènes dynamiques, d'autres prenant en compte des éléments mal intégrés jusque là (par exemple, les non-réponses dans un sondage), d'autres enfin permettant de traiter simultanément des données qualitatives et quantitatives..." (Tassi, Conseil de perfectionnement, avril 1988).

30Ainsi sont proposés des enseignements des méthodes non paramétriques, de la robustesse, des développements en sondages (modèles de surpopulation, données de panel, réplication des échantillons, traitement des données manquantes...), des modèles d'analyse de variance et plans d'expérience, des données évolutives, des données de durée. Le génie logiciel et l'administration des systèmes d'information, l'infographie et l'intelligence artificielle sont aussi mentionnés.

  • 9 Voir les communications de Dominique Guégan et Alain Bouvy à cette même session de l'ICOTS.

31Cette proposition de 1988 reste d'abord en sommeil, puis, en 1991, se traduit par la création d'un mastère "statistique et informatique" qui constitue l'embryon d'une troisième année pour la division CGSA : cette troisième année existe désormais dans la nouvelle Ecole ENSAI. Ainsi cette dernière naît à l'issue des débats complexes, où interfèrent deux ordres de raisons en apparence très éloignées : d'une part la possibilité d'enseigner des domaines de pointe de la statistique qui ne sont pas directement liés à l'économie, et, d'autre part, le fait que les deux divisions de l'ENSAE étaient initialement destinées à former des fonctionnaires de deux niveaux hiérarchiques différents, les administrateurs et les attachés. L'articulation de ces deux aspects a contraint les responsables de l'ENSAE et de l'INSEE à un effort de réflexion important, dont le résultat apparaît en juin 1994, avec les décrets instituant les deux écoles9.

L'ORGANISATION DES ENSEIGNEMENTS

32Un fil continu parcourt les débats sur l'organisation des enseignements. Comment concilier les enseignements théoriques et appliqués ? Comment tenir compte de la double diversité, d'une part des élèves recrutés, d'autre part des applications possibles ? A partir de ces questions, les réorganisations de la répartition des enseignements sur les trois années se succèdent. Dès 1964, Malinvaud pose devant le Conseil de perfectionnement certaines questions que l'on citera assez longuement, tant elles reflètent à la fois la personnalité et le style de leur auteur, une époque, et, de façon plus générale, la philosophie de l'ENSAE :

"Pour comprendre les problèmes pédagogiques qui se posent à l'ENSAE, il importe de tenir compte de faits affectant notre enseignement d'une manière importante. On doit notamment retenir : la nouveauté des matières enseignées, l'apparente diversité des disciplines couvertes, l'hétérogénéité des élèves, l'importance des effectifs.
A l'inverse des autres grandes Ecoles scientifiques, l'ENSAE doit donner une spécialité dans des domaines qui sont généralement nouveaux pour les élèves. Les autres Ecoles reçoivent des jeunes gens qui ont préalablement appris les sciences physiques et les mathématiques utiles pour le métier d'ingénieur. Elles peuvent êtres "écoles d'application". Au contraire, les élèves recrutés à l'ENSAE à la sortie de l'Ecole Polytechnique ou par l'option mathématique ignorent presque tout des disciplines qui sont à la base de la formation donnée à l'ENSAE. Leurs études antérieures ont ignoré, ou ont réservé une place secondaire, à la logique inductive dont le statisticien a besoin et à l'économie que nous devons enseigner.
Le fait qu'un nombre important de ces élèves soit attiré par l'économie n'améliore pas la situation. Les uns, en effet, sont sensibles seulement au statut social que confère aujourd'hui une certaine culture économique. D'autres veulent trouver un fondement à des idées de réforme sociale. Les uns et les autres n'ont pas compris que l'étude objective tient aujourd'hui une grande place dans le métier d'économiste ; ils sont ignorants des faits économiques : ils entretiennent enfin de nombreux préjugés, d'ailleurs parfois contradictoires. Les élèves admis par l'option "économie" ont mieux compris la nature des enseignements de l'Ecole. En revanche, ils souffrent d'un sérieux handicap, car ils doivent s'habituer à utiliser le raisonnement mathématique beaucoup plus qu'ils ne l'ont fait par le passé.
Le fait que les étudiants abordent à l'Ecole des disciplines nouvelles pour eux explique notamment l'importance que tiennent dans le programme les cours théoriques. Il exige de plus que toutes les précautions soient prises pour que ces disciplines soient assimilées. Une seconde difficulté de l'enseignement tient à ce qu'il apparaît à première vue comme scindé en deux parties portant, l'une sur la statistique, l'autre sur l'économie. Effectivement, les cours théoriques de ces deux parties sont tout à fait distincts. C'est au niveau des applications que des disciplines statistique et économique collaborent. C'est seulement dans leur dernière année que les élèves comprennent les liens entre les divers enseignements. Auparavant, ils constatent la dualité du programme ; un certain désarroi se manifeste parmi ceux qui sont pressés de voir l'aboutissement de leurs études.
On pourrait remédier à cet état des choses en introduisant tôt dans le programme quelques cours d'application. Mais, en l'absence de bases théoriques suffisantes, ces cours resteraient superficiels ; les matières traitées devraient être reprises plus tard. En raison de la relative brièveté du cycle de l'Ecole, cette solution n'a pas été adoptée jusqu'à présent. On s'est contenté de demander aux assistants d'exprimer devant les élèves la conviction que l'enseignement formait un tout". (Malinvaud, conseil de perfectionnement, juin 1964).

33L'idée de "nouveauté des matières enseignées" est encore aujourd'hui largement exacte, même si des enseignements d'économie et sciences sociales figurent désormais dans certaines filières secondaires, et aussi dans les grandes écoles que certains élèves fréquentent avant l'ENSAE. Les motivations suggérées des élèves sont typiques de l'époque. D'une part, le "statut social que confère aujourd'hui une certaine culture économique" renvoie sans doute au succès d'alors de la macroéconomie keynésienne et de la comptabilité nationale : Malinvaud semble penser que l'économie est "à la mode". Par ailleurs la recherche "d'un fondement à des idées de réforme sociale" est aussi typique du monde étudiant des années 1960 et 1970. A ce moment, l'idée que l'activité professionnelle pouvait ou devait être insérée dans une visée collective de transformation de la société, que ce soit selon des modalités prudentes ou radicales, était très répandue, et l'ENSAE résonnait de tels débats.

  • 10 Voir aussi le récit détaillé de Croze publié dans ENSAE-information, n° 3, 1985-1986, pp. 1 à 5.

34Ainsi en 1968, les élèves participent activement au mouvement étudiant. Le directeur d'alors, Marcel Croze, et le directeur de l'INSEE, Jean Ripert, discutent longuement avec les élèves. Croze rend compte en détail de ces événements et des propositions de réformes qui en sont issues devant le Conseil de perfectionnement de juin 196810. Parmi celles-ci figurent la représentations des élèves aux institutions de l'Ecole, et la création d'enseignements à option en troisième année. Les institutions évoluent. Depuis 1960, elles comportaient deux instances, un Conseil de perfectionnement (orientation générale de l'enseignement et conditions de fonctionnement de l'Ecole) et un Comité d'enseignement (organisation de l'enseignement, sanction des études, recrutement sur titre). Le projet de 1968 dédouble ce Comité selon les deux divisions, et propose l'institution des Commissions des études, une par année d'études et dans chaque division et option, soit en tout huit commissions. Les élèves sont désormais représentés dans toutes ces instances, et les Commissions des études constitue un outil de communication efficace entre la direction et les élèves (Croze, 1985).

L'EVOLUTION DES ENSEIGNEMENTS THEORIQUES ET DE LA RECHERCHE

35Les enseignements de base de l'ENSAE sont la statistique mathématique, les sondages, l'économétrie et l'économie, dans ses deux variantes macro et micro. Dans les années 1940 et 1950, ces enseignements sont en partie communs avec l'ISUP, et assurés respectivement par Eugène Morice, Georges Darmois, Pierre Thionet, René Roy et Maurice Allais (voir ci-dessus). A partir de 1960, après la création de l'ENSAE, les cours de statistique et de sondages, sont assurés par divers administrateurs de l'INSEE, Calot, Chartier, Bamas, Desabie, tandis que Malinvaud est le principal enseignant en économétrie et en économie. A partir de 1967, les probabilités sont présentées de façon plus axiomatique et moderne, d'abord par Jean-Louis Philoche, jusqu'en 1973, puis par Monfort et Gouriéroux dont l'enseignement de probabilités et de statistiques mathématiques constitue le socle de la formation ENSAE des années 1970 et 1980. Les sondages sont enseignés, après le travail fondateur de Thionet, par Desabie, Gouriéroux, Gildas Roy et Jean-Claude Deville. En économétrie Mazodier prend le relais de Malinvaud dans les années 1970, et Trognon lui succède dans les années 1980. L'enseignement de l'économie est marqué par la montée de la microéconomie, enseignée par Champsaur à partir de la fin des années 1970, puis par des économistes extérieurs à l'INSEE, et responsables d'avancées importantes dans ce domaine, Laffont, Tirole et Chiappori. En macroéconomie, Larnac et Laroque reprennent les cours vers 1980, et Artus enseigne la modélisation dans les années 1980. Boyer introduit l'économie de la régulation. La tendance générale de ces évolutions est d'axiomatiser et de formaliser de plus en plus fortement ces enseignements théoriques, démultipliés ensuite en cours plus appliquées.

36Par ailleurs, leur insertion dans le cycle des trois ans de la division SEA évolue. A partir de 1970, le principe est celui "du sablier". En première année (dont sont dispensés les anciens d'une autre grande école), mise à niveau et harmonisation des différents recrutements originels : mathématique et économie. En seconde année, tronc commun à tous les élèves, en statistique mathématique, et, à partir des années 1980, également en économétrie. En troisième année des système d'option redispersent les élèves selon des formules plus ou moins souples. L'organisation et l'efficacité de ces options sont régulièrement discutées par le Conseil de perfectionnement.

37Ces enseignements sont de plus en plus souvent assurés par des professeurs permanents, issus soit de l'INSEE soit d'autres origines (grandes écoles ou université). Malgré cette appellation, ces professeurs ne sont jamais des "enseignants à vie". Leur passage à l'ENSAE peut durer de trois à dix ans mais le renouvellement a été assez fréquent. Il y a aussi des "assistants", qui sont des jeunes tout juste sortis de l'ENSAE, qui restent en général trois ans. Les "directeurs des études" des deux divisions, qui changent tous les trois à cinq ans, exercent aussi une forte influence pour infléchir et donner une coloration à une période donnée. Toutes ces activités sont usantes et requièrent une forte mobilisation de leurs responsables, ce qui explique leur rotation assez rapide.

  • 11 Une "unité de recherche" avait été créée à l'INSEE, dès 1968, par Malinvaud. Mais elle n'était pas (...)
  • 12 Rapport de J. Mairesse au Conseil de perfectionnement, avril 1985.

38L'idée de développer un pôle "recherche" dans l'ENSAE commence à être discuté dans les années 197011. Susceptible d'accueillir et d'encadrer des étudiants doctorants, un tel pôle est esquissé en 198512. J.P. Ponssard, spécialiste en recherche en gestion et en économie industrielle, est chargé de le mettre en place. Mais son projet apparaît trop spécialisé, et c'est finalement C. Gouriéroux qui, en 1988, organise une première ébauche de "Centre de recherche en économie et statistique" (CREST). En 1993, le Département de la recherche de l'INSEE, et cinq nouveaux laboratoires (statistique, économie industrielle, finance-assurance, microéconométrie, sociologie quantitative) constituent ensemble le nouveau CREST, dirigé par Alain Monfort, et rattaché au "groupe des Ecoles nationales d'économie et statistique".

LES AVATARS DE LA "PRATIQUE STATISTIQUE" ET DE LA SOCIOLOGIE

39A l'origine de l'Ecole, dans les années 1940 à 1960, l'enseignement comportait encore, comme ses prédécesseurs du xixe et du début du xxe siècle, des "cours descriptifs", présentant les institutions, les systèmes d'organisation des fichiers et des enquêtes statistiques. A cette occasion pouvaient être enseignés, sous forme de cas concrets et de conseils pratiques, les pièges à éviter dans l'élaboration des questionnaires, la construction des nomenclatures, le codage. Ainsi les cours de G. Chevry, M. Croze, J. Desabie, J. Vacher, étaient riches de ces informations sur la pratique de la construction des objets statistiques. Mais ces observations étaient présentées comme des recettes et des séries d'exemples, et non théorisées comme a pu le faire plus tard une tradition sociologique soucieuse de réflexivité. Leur part a donc diminué et parfois presque disparu, au moins, en tant que cours magistral. Il était jugé impossible d'accrocher l'attention des élèves sur de telles questions sans, en même temps, leur proposer un travail sur des cas concrets. Une distinction explicite s'instaure entre les "cours théoriques", hautement formalisés, où les élèves sont tenus en main par les exigences du raisonnement mathématique, et des cours pratiques et descriptifs organisés plutôt à travers des groupes de travail, ou, mieux encore, par des stages (Tassi et Trognon, 1982). Ainsi se distinguent deux façons bien typées pour "tenir les élèves" : la contrainte du raisonnement formalisé, et celle du travail concret à mener à bien. Ces deux méthodes sont systématiquement utilisées dans une Ecole comme l'ENSAE.

  • 13 Rapport de C. Baudelot au Conseil de perfectionnement, novembre 1983.

40A partir des années 1960, ces questions de "pratique statistique", initialement traitées par les statisticiens de l'INSEE de la première génération dans une perspective d'ingénieur, apparaissent dans un contexte nouveau, celui de l'enseignement de la sociologie. L'idée d'introduire des "conférences de psycho-sociologie" est discutée au Conseil de perfectionnement de juin 1963. Cette idée séduit (la sociologie empirique commence alors à être très en vogue), mais fait peur (Sauvy rejette explicitement toute "sociologie philosophique", jugée spéculative et verbeuse). Pierre Bourdieu, alors très lié avec les statisticiens INSEE avec qui il avait travaillé en Algérie (Darbel, Seibel), assure, entre 1963 et 1967, des cours de sociologie où il entremêle de façon originale les deux aspects, théorique et pratique, de l'activité du sociologue statisticien. Dans les années 1970, est expérimentée une formule associant un sociologue (Lautman) et un statisticien (Lemel). Celle-ci se poursuit dans les années 1980, avec Christian Baudelot et Gildas Roy. A ce moment, l'enseignement de la sociologie est intégré dans un ensemble plus vaste de cours de "pratique statistique". Ceux-ci rassemblent toute une chaîne d'opérations incluant la conception et la réalisation d'une enquête, le codage, le traitement informatique, la tabulation et la rédaction d'un commentaire, en relation avec des enseignants de statistique et d'informatique13.

41Cette formule connaît un vif succès, mais reste en partie atypique par rapport à la culture dominante de l'Ecole, dans la mesure où, de même que le cours de Bourdieu des années 1960, elle repose sur des charismes individuels. Ceux-ci constituent ainsi une troisième façon pour "tenir les élèves". Mais ils sont peu exprimables dans le langage institutionnel et anonyme des Conseils de perfectionnement, et sont presque impossibles à pérenniser. Cette question de la capitalisation et de la transmission de l'expérience se pose donc de façon très différente pour les cours à fort contenu mathématique, et pour les cours de ce type, où les personnalités jouent un rôle important. Il est frappant que ces questions resurgissent régulièrement dans les conseils de perfectionnement, en termes presque identiques, ce qui n'est pas le cas pour les enseignements plus formalisés, qui sont des acquis qui se transforment lentement en fonction des développements scientifiques.

L'HISTOIRE DE L'ENSAE DANS L'HISTOIRE DE LA STATISTIQUE

42Comme les autres grandes écoles françaises, l'ENSAE se trouve en permanence tendue entre deux modèles. L'un, académique, est celui de l'université et de la recherche scientifique. L'autre, professionnel, est orienté vers les débouchés des élèves et les besoins supposés des employeurs. L'ENSAE semble avoir navigué habilement entre ces deux références, en poursuivant un projet scientifique, affirmé sans discontinuité, depuis les années 1950, par Edmond Malinvaud et ses successeurs. Ce projet est centré sur la statistique mathématique, l'économétrie, et les modèles macro et microéconomiques. Par rapport à cette identité centrale, constamment approfondie, d'autres dimensions sont aussi présentes, dans des proportions parfois variables : sondages, statistiques administratives, analyse des données, comptabilité nationale, gestion d'entreprise, sociologie, droit, mécanographie puis informatique, langues, etc... avec des horaires de cours souvent importants. Si ces diverses composantes font l'objet de débats au Conseil de perfectionnement, au moins quand aux poids à leur accorder, en revanche l'identité centrale est solidement constituée et ne fait pas l'objet de discussions. Or il se trouve que cette combinaison particulière de statistique, d'économie et d'économétrie semble très particulière au système français, et résulte elle-même de la structure spécifique de l'INSEE, et du profil de ses administrateurs, issus soit de l'Ecole polytechnique, soit de l'enseignement universitaire de l'économie. On ne peut donc séparer l'histoire de l'ENSAE ni de celle des autres grandes écoles françaises, ni celle du système statistique public de ce pays, même si l'ENSAE a fait, depuis les années 1970, de gros efforts pour couper en partie le cordon ombilical avec l'INSEE, et s'orienter résolument vers les besoins de l'économie dans son ensemble, et ceux des administrations autres que celles de la statistique officielle. Le dédoublement récent en deux écoles dotées d'identités assez différentes ouvre une nouvelle page de cette histoire. Il va certainement modifier et diversifier le paysage décrit ci-dessus.

  • 14 Cette histoire commence cependant à faire partie de la recherche académique, comme le montrent les (...)

43Enfin l'histoire de l'enseignement de la statistique ne peut pas être séparée de celle de la statistique elle-même. Or le mot "statistique" a pris, au fil de l'histoire, une grande diversité de connotations. D'une part, dans son sens ancien, il désigne des techniques d'observation et de description quantitative des sociétés : c'est le sens du "S" du sigle INSEE. D'autre part, dans les universités et les Ecole (et notamment dans le "S" du sigle ENSAE), il fait référence à des méthodes mathématiques d'estimation, d'inférence et de modélisation. L'histoire de la statistique, et en particulier celle de son enseignement, doivent en permanence tenter de tenir ensemble ces deux sens (Desrosières, 2000a). L'histoire des institutions, des enquêtes, de la construction des données, est inséparable de celle de la formalisation mathématique qui, souvent, est autonomisée dans l'enseignement de la statistique tel qu'il est pratiqué dans les "départements de statistique" de beaucoup d'universités14.

Notes

1 Communication à la conférence internationale sur l'enseignement de la statistique, Marrakech, 1994.

2 Ce texte présente des éléments pour une histoire de l'ENSAE, notamment en la resituant dans une histoire plus générale des grandes écoles françaises, à l'exemple de ce qui a déjà été fait pour l'Ecole polytechnique (Belhoste, Dahan-Dalmedico, Picon, 1994) et pour l'Ecole des ponts et chaussées (Picon, 1992).

3 L'Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), créé en 1946, est l'office statistique public français.

4 La différence entre les entrées et les sorties provient d'élèves qui renoncent à entrer dans l'administration, préfigurant ainsi les futurs "statisticiens-économistes".

5 Des cours d'économie existaient déjà, avant 1940, dans les écoles d'ingénieurs. Ils étaient assurés notamment par Clément Colson et François Divisia (Armatte, 1994). Divisia y enseignait aussi les statistiques appliquées à l'économie (communication de Michel Armatte à cette même session de l'ICOTS 4).

6 Ceux-ci sont pourtant déjà majoritaires entre 1958 et 1963, mais ne le sont plus ensuite jusqu'en 1987 (voir graphiques page 6, et tableau en annexe 3).

7 Ce sigle a une histoire. L'Ecole devait initialement s'appeler l'ENSEE (... et des études économiques). Cet intitulé a suscité des critiques des facultés de droit traditionnellement chargées, à l'époque, de l'enseignement de l'économie. C'est pourquoi, pour ne pas alimenter cette crainte de concurrence, le nom de l'Ecole est devenu "ENSAE" :... et de l'administration économique (Malinvaud, 1984).

8 Les quelques noms cités ici ne sont bien sûr pas exhaustifs.

9 Voir les communications de Dominique Guégan et Alain Bouvy à cette même session de l'ICOTS.

10 Voir aussi le récit détaillé de Croze publié dans ENSAE-information, n° 3, 1985-1986, pp. 1 à 5.

11 Une "unité de recherche" avait été créée à l'INSEE, dès 1968, par Malinvaud. Mais elle n'était pas rattachée à l'ENSAE, et se voulait essentiellement un lieu de passage, pour deux ous trois ans, pour des membres de l'INSEE. Elle sera finalement rattachée au nouveau pôle recherche de l'ENSAE en 1993, pour former le CREST. Elle a été plus tournée vers l'économétrie appliquée que vers la recherche en statistique proprement dite, comme le sont les services de recherche des offices statistique d'autre pays, comme par exemple Statistique-Canada.

12 Rapport de J. Mairesse au Conseil de perfectionnement, avril 1985.

13 Rapport de C. Baudelot au Conseil de perfectionnement, novembre 1983.

14 Cette histoire commence cependant à faire partie de la recherche académique, comme le montrent les travaux récents de S. Stigler (1986), de Mary Morgan (1990), de Kotz et Johnson (1992), ou les publications régulières sur l'histoire de la statistique que publie par exemple la revue Statistical Science.

© Presses des Mines, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540