Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Gouverner par les nombres

 | 
Alain Desrosières

Chapitre 7. La commission et l'équation : une comparaison des plans français et néerlandais entre 1945 et 19801

Texte intégral

  • 1 Texte publié sous ce titre dans une version abrégée, dans :Genèses, 34, mars 1999, pp. 28-52.

1En 1946, deux Etats européens, la France et les Pays-Bas, viennent de subir les mêmes tragiques épreuves et entament leur reconstruction. Pour cela, ils se dotent tous deux d'un office de "planification économique" : le Commissariat général du Plan (CGP), à Paris, le Central Planning Bureau (CPB) à La Haye. Le contexte politique, les débats préalables à ces créations, les objectifs assignés à ces institutions innovatrices se ressemblent. Toutes deux doivent mettre en place une planification "indicative", "concertée", tournée vers la prévision et la coordination de décision décentralisées, et visent la reconstitution d'un marché libre, après qu'aient pu être progressivement supprimées les réglementations administratives issues de la guerre. Elles se démarquent explicitement l'une et l'autre autant des plans autoritaires de l'URSS et de l'Allemagne nazie, que du refus de principe de l'usage même du mot "plan" pour désigner une institution publique : une telle réticence a pu être observée aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne ou dans l'Allemagne d'après-guerre, même si les idées de planification des politiques économiques n'y sont pas absentes.

  • 2 Ce qui suit doit beaucoup à des informations fournies par des chercheurs néerlandais : Marcel Boum (...)

2Pourtant, à partir de ces choix initiaux comparables, qui les distinguent de celles d'autres pays, les planifications néerlandaise et française différent sur un point important. Aux Pays-Bas sont construits, dès le début des années 1950, des modèles économétriques du fonctionnement global de l'économie. Les résultats de ceux-ci sont largement cités et commentés à l'occasion des grands débats sociaux et politiques, des élections, des crises de toutes sortes qui jalonnent le demi-siècle écoulé depuis la guerre. En France, en revanche, de tels modèles ne sont construits et utilisés, d'une façon en principe comparable à celle des Pays-Bas, que depuis 1970 environ, et leur usage dans le débat social n'a jamais été aussi large ; il a même nettement diminué depuis le début des années 1980. Peut on expliquer une telle différence ? Cette question peut être l'occasion d'un exercice de sociologie comparative dont on posera ici quelques jalons, en mobilisant des éléments issues à la fois de l'histoire interne des outils techniques de description et d'analyse économique (schémas conceptuels, économiques ou non, méthodes statistiques, comptabilité nationale, économétrie), et de l'histoire externe, sociale, intellectuelle et politique, des deux pays2.

3Il se trouve que le tout premier modèle macroéconométrique a été construit, dès 1936, par un Néerlandais, Jan Tinbergen, précisément pour répondre à des questions de politique économique, liées au chômage et à la crise du commerce extérieur des années 1930. De plus, c'est ce même Tinbergen qui crée et dirige le CPB de 1946 à 1955. Cette circonstance accroît encore l'intérêt d'une comparaison entre la France et les Pays-Bas, mais pose aussi une question difficile pour qui veut se placer dans une perspective de sociologie historique : les différences peuvent elles être expliquées par la personnalité et le rôle d'un individu, fût-il exceptionnel ? Cet exercice portant sur une question bien délimitée peut donc conduire à une réflexion plus générale sur les liens entre une (micro) sociologie des sciences et des techniques, telle qu'elle est pratiquée maintenant de plus en plus souvent, et une (macro) sociologie, plus classique et historique, portant sur des institutions, des cultures et des ensembles nationaux. Ce texte cherche non seulement à répondre à une question proprement historique sur la France et les Pays-Bas, mais aussi à examiner un problème de méthode sociologique : quels éléments sont jugés pertinents pour répondre à une telle question ? Que signifie d'ailleurs "expliquer" de telles différences ? Peut on faire autre chose que sélectionner des éléments et les organiser en un récit prenant la forme d'un réseau de faits qui se tiennent plus ou moins bien ?

4Mais des réseaux narratifs très différents peuvent être construits, et l'explicitation de cette multiplicité des récits est même une partie essentielle du travail de comparaison. Ceci est visible par exemple à travers la diversité des sources documentaires et historiographiques déjà disponibles. Ainsi, pour la France, une documentation copieuse existe sur l'histoire de la statistique (INSEE, 1987) ou de la comptabilité nationale (Fourquet, 1980). Pour les Pays-Bas en revanche, les recherches préalables sur ces sujets sont peu importantes, mais la littérature sur les origines des modèles économétriques néerlandais est abondante, compte tenu du rôle de ceux-ci (et de Tinbergen) dans l'histoire générale de la modélisation (Bodkin, L. Klein, Marwah, 1991). Les travaux sur les modèles français existent, mais sont bien sûr plus modestes. Cette différence historiographique est à la fois significative (elle anticipe sur les résultats présentés ci-dessous : accent mis sur la comptabilité nationale en France, sur la modélisation aux Pays-Bas) et gênante dans une perspective de comparaison terme à terme.

5La diversité des récits possibles fait partie du problème à traiter. Tout en ayant en tête cette question, on présentera une sélection (parmi d'autres) de traits tant micro que macro-sociaux, dessinant deux constellations scientifiques, administratives et politiques. La percée néerlandaise en matière de modélisation doit beaucoup à la personnalité complexe et multiple de Tinbergen. Pour cette raison, on centrera l'analyse du cas français sur quelques individus comparables à celui-ci, mais chacun selon des points de vue différents : Marcel Lenoir, Dessirier, Sauvy, Monnet, Gruson, Malinvaud, et en évoquant aussi le rôle d'autres Néerlandais.

6Les deux récits sont assez indépendants l'un de l'autre, dans la mesure où, malgré les ressemblances des objectifs de leur planification, les échanges entre les deux pays ont été peu nombreux. Les références mutuelles sont rares, les protagonistes, aussi bien scientifiques que politiques, se connaissent peu. La prévision économique française reste longtemps tournée sur elle-même. Les Pays-Bas sont plus ouverts, d'abord sur l'Allemagne, puis vers le monde anglo-saxon, mais peu vers la France. Derrière cela il y a une dimension importante : le côté "assez grand pays" intellectuellement (à tort ou à raison) autosuffisant de la France s'oppose au côté "petit pays" à fort passé commercial et plus spontanément ouvert des Pays-Bas. La plus ou moins grande fermeture des réseaux technico-politiques que constituent les deux pays semble justifier des analyses macro-sociales, portant sur des traits supposées lourds et de longue durée des deux cultures nationales. Il pourrait du coup être tentant de les résumer en des formules simples, facilement mémorisables et transmissibles, éventuellement à des fins d'argumentation ou de dénonciation, par exemple sur le "retard" ou "l'archaïsme" de la France (si on se place du point de vue de la modélisation économétrique). Multiplier les points de vue montre que de tels résumés sont stimulants pour l'esprit, mais aussi risqués. Plus prosaïquement d'ailleurs, la diversité des récits et la sélection des traits présentés sont aussi tributaires de la disponibilité, en partie aléatoire, des sources d'information : on ne saurait oublier ce caractère contingent de l'analyse historique. Mais, après tout, il s'agit plus de donner à penser que de dévoiler une vérité jusque là cachée.

UNE COMBINAISON DE HUIT MAILLONS DIFFERENTS

7La modélisation macroéconométrique aujourd'hui enseignée et utilisée dans le monde entier repose sur un noyau commun de méthodes et de contraintes, même si les hypothèses économiques et les techniques statistiques différent d'un modèle à l'autre. Pour comprendre pourquoi et comment deux Etats apparemment proches sont parvenus à élaborer de tels modèles à des moments et selon des cheminements très différents, il faut se remémorer le fait que ce noyau commun, maintenant bien acquis et constitué, est le produit historique de la combinaison entre des outillages cognitifs et institutionnels nombreux et relativement indépendants les uns des autres. Cette combinaison n'a pu se faire que progressivement, et rien ne commandait a priori l'ordre et la forme dans lesquels les divers maillons se noueraient successivement les uns aux autres. Dans les années 1950, le modèle de L. Klein et Goldberger représente la synthèse provisoirement unifiée de ces maillons, qui engendrera ensuite d'autres modèles fort variés (Artus, Deleau, Malgrange, 1986).

  • 3 Ce nombre huit n'a bien sûr rien d'absolu. On pourrait sûrement en mentionner d'autres.
  • 4 On en trouvera beaucoup d'éléments dans Stigler (1986), Morgan (1990), Bodkin, Klein et Marwah (19 (...)

8On peut décomposer ce noyau désormais solide de la modélisation économique en huit éléments issus de trajectoires très différentes3. Sans reconstituer en détail cette généalogie compliquée4, il faut insister sur le fait que, selon les circonstances, c'est sur tel ou tel de ces maillons, ou sur telle ou telle combinaison de certains d'entre eux, que l'accent est mis pour caractériser l'essence de la modélisation, ou le moment décisif et le plus difficile à franchir de l'histoire. C'est précisément pour cela que cette histoire peut être différente d'un pays à l'autre, le mot "histoire" étant lui-même pris avec ses deux connotations possibles, comme réalité (l'histoire telle qu'elle s'est "vraiment" passée), ou comme narration (l'histoire telle qu'elle est construite et racontée). On pourrait montrer, à titre d'exercice, que l'on peut retracer l'histoire de la modélisation de huit façons différentes, en tirant successivement chacun des fils issus de ces huit idées, qui ne sont énumérées ici que pour montrer ensuite comment elles progressent et se combinent différemment selon les contextes nationaux.

1 - Quantification et régularités observées

9Les phénomènes économiques et sociaux peuvent être quantifiés et décrits par des "statistiques", et ces mesures sont dotées de régularités et de permanences temporelles. C'est l'idée centrale de Quetelet, combattue par des "statisticiens" qui, soit nient la possibilité même des mises en équivalence et des additions (statistiques "à l'allemande" du xviiie siècle) soit admettent la quantification, mais nient l'existence de régularités stables (Moreau de Jonnès, fondateur de la Statistique Générale de la France, SGF, en 1833), sans parler des économistes théoriciens (Say, Walras), qui se méfient plutôt de l'écart entre concepts abstraits et mesures statistiques concrètes dont rien ne garantit la pureté (Ménard, 1987).

2 - Les marchés et leur équilibre général

10L'économie peut être pensée comme un système global d'échanges marchands, dont les parties intéragissent selon des lois générales, exprimables de façon mathématique. C'est l'équilibre général de Walras et Pareto. Cette idée n'implique pas à priori la possibilité de mesurer effectivement des interactions et leurs régularités. C'est une construction formelle qui tire même sa force de cette possibilité d'abstraction des lois générales du marché. A ce moment, le recours à la statistique est perçu comme risquant de faire revenir la pensée économique en arrière, vers le contingent et l'historique. La controverse entre, d'une part, les historicistes allemands (et leurs descendants institutionnalistes américains jusqu'à Mitchell et Vining), grand utilisateurs de statistiques, et, d'autre part, les économistes "hypothético-déductifs" et mathématiciens, porte précisément sur l'opposition entre statistiques descriptives et formalismes mathématiques, pensés à ce moment (fin du xixe siècle) comme incompatibles.

3. L'analyse de la conjoncture économique

11Les régularités temporelles n'impliquent pas nécessairement la constance postulée par Quetelet. Les fluctuations observées historiquement peuvent être analysée en tant que telles, et mises en relation les unes avec les autres. Elles sont souvent cycliques. Les cycles peuvent être décrits, et éventuellement "expliqués" par des "causes" extérieures (Juglar, Moore). Cette idée conduit à la construction de "baromètres économiques" (Harvard), et à la mise en place d'instituts de conjoncture, qui fleurissent dans les années 1920 et 1930. En France Dessirier et Sauvy tentent, avec peu de succès, de promouvoir ce langage de la "prévision conjoncturelle". C'est dans ce contexte que se développent les techniques de représentation graphique, les moyennes mobiles, les corrections des variations saisonnières. Une nuance apparaît, parmi ces "conjoncturistes", entre ceux qui voient, dans chaque phase ou dans chaque cycle, des moments singuliers justifiant une analyse spécifique (Mitchell), et ceux qui cherchent à inscrire les régularités empiriques dans des formes stables, anticipant ainsi l'économétrie (Marcel Lenoir, 1913 ; Moore, 1914).

4. La statistique mathématique issue de la biométrie

12Les régularités et les relations statistiques peuvent en effet être elles mêmes mises en forme et "mesurées" par les outils de la statistique mathématique naissante (régression, corrélation, tests), issus de la biométrie (Galton, Karl Pearson). Ces outils sont transportés vers les sciences sociales et l'économie, d'abord par Yule et Bowley, avant de l'être, plus tard, sous la forme de la statistique inférentielle probabiliste (estimations, tests) de Fisher et Neyman-E. Pearson. Aux tout débuts de l'économétrie (qui ne portent pas encore ce nom), entre 1900 et 1930, ces premiers outils (non probabilistes) sont importés pour tenter d'estimer des lois d'offre et de demande, et analyser des cycles (Marcel Lenoir en France, Benini en Italie, Moore et les frères Working aux Etats-Unis)

5. La comptabilité nationale

13La vie économique peut être mesurée et décrite de façon globale à travers des grands "agrégats", revenu national, produit national brut, consommation... Cette idée de comptabilité nationale apparaît successivement dans trois perspectives différentes (et en partie indépendantes). Celles-ci correspondent aux trois optiques selon lesquelles, encore aujourd'hui, le PIB peut être calculé. La mesure du revenu national est inscrite dans une analyse des revenus : salaires, profits, rentes (Bowley, dès le début du siècle). La mesure d'un produit national résulte d'une analyse de la production des divers secteurs de l'économie (Mitchell, Kuznets et Clark, dans les années 1920 et 1930). Enfin la mesure des composantes de la demande (consommation, investissement, dépenses publiques) est liée à la diffusion des idées de Keynes sur l'équilibre macroéconomique entre offre et demande globales (années 1940). La conceptualisation théorique de la comptabilité nationale, et la mis en place, lourde et coûteuse, de l'infrastructure statistique nécessaire à sa mise en oeuvre effective, peuvent, selon les cas, soit être vues comme les moments cruciaux de la modélisation macroéconomique (cas français jusqu'aux années 1970), soit au contraire être passées presque complètement sous silence, comme une étape purement technique sans portée historique ni enjeu scientifique important (cas anglo-saxon).

6. La dynamique de l'économie

14Les variations temporelles des diverses composantes de la vie économique, reliées entre elles par les équilibres comptables a priori de la comptabilité nationale, peuvent être non seulement présentées et analysées avec les outils de la statistique descriptive évoqué eau point 3, mais aussi vues en termes d'enchaînement dynamique. C'est l'apport essentiel de Tinbergen dans les années 1930. Plusieurs outillages mentaux différents se rejoignent alors : équilibre systémique global (lui-même synthèse d'un équilibre économique théorique à la Walras : point 1, et d'un équilibre empirique comptable : point 5), analyses temporelles (point 3), statistique mathématique appliquée à l'économie (point 4), sans parler de formalismes encore différents, issus de la physique et de la mécanique (oscillateurs harmoniques, équations différentielles). Cet aspect dynamique ne deviendra partie intégrante de la modélisation française qu'au milieu des années 1970 (modèles DMS et METRIC).

7. Les modèles deviennent probabilistes

15Les relations économétrique estimées soit de façon statique, soit de façon dynamique, peuvent être inscrites dans un modèle probabiliste, permettant de penser les relations entre les hypothèses économiques théoriques, les régularités empiriques observées et l'hétérogénéité des cas singuliers, et permettant aussi de résoudre la question de la simultanéité des relations estimées. Cette "probabilisation" des modèles est absente du travail de Tinbergen dans les années 1930. Elle est pleinement mise en forme par Haavelmo (1944) et par la Cowles Commission américaine (Morgan, 1990), dont un des membres les plus importants est le Néerlandais Koopmans. A ce stade est réalisée la synthèse avec d'autres outillages, encore différents, issus des probabilités en tant que branche des mathématiques, via les Britanniques Gosset (Student), Ronald Fisher et Egon Pearson, le Polonais Jerzy Neyman et d'autres. Bien que des Français (Borel, Fréchet, Darmois, Paul Lévy) aient eu une place essentielle dans les développements du calcul de probabilités, ils ne semblent pas avoir joué un rôle particulier dans l'introduction de celui-ci dans les modèles économiques. Pour la France, c'est Malinvaud qui, dans les années 1950, effectue cette mise en forme.

8. Une référence pour les politiques économiques

16L'idée d'associer étroitement des spéculations théoriques (économiques ou mathématiques) avec des séries d'enregistrement statistiques et comptables ne s'impose que dans les années 1930 et 1940. Or c'est à ce moment aussi que de telles constructions sont explicitement présentées comme nécessaires pour orienter des politiques macroéconomiques, dans le contexte dramatique de la crise, de la mobilisation industrielle liée à la guerre, et de la reconstruction de l'après-guerre. Cette perspective quasi-militante est forte chez les créateurs des premiers modèles. Elle est comparable à l'engagement des physiciens dans le projet Manhattan de construction de la bombe atomique, à la fois par la mobilisation coûteuse de vastes équipes, et par les progrès rapides des recherches scientifiques qui en résultent. De cette implication directe dans la vie de la cité, désormais pensée à travers ces outils nouveaux, résulte un changement non seulement de l'échelle mais aussi de la nature de la combinaison, maintenant fortement nouée, des sept maillons décrits ci-dessus. Mais selon les pays, ces maillons ont été articulés et exprimés de façon différente. Il ne suffit pas, on le verra, qu'une idée nouvelle soit formulée à un moment dans un pays donné. Elle ne produit ultérieurement des effets que si elle est capitalisée, inscrite dans des réseaux stables, cognitifs et politiques. A quelles conditions peut elle l'être ? Pour cela sont décisifs les poids relatifs et les relations mutuelles entre les universités, les centres de recherche, les offices statistiques, les autres administrations, les organes politiques, éventuellement les grandes firmes, les syndicats, les partis, les églises. Dans chaque pays, cette configuration est différente.

ADMINISTRATIONS ET UNIVERSITES : UN PARTAGE SPECIFIQUE À LA FRANCE

17Le contenu, le style et l'importance de la prévision économique dans l'espace administratif et scientifique d'un pays donnent une bonne idée du rôle implicite de l'Etat, notamment en matière d'expertise scientifique et technique. Dans certains pays, cette expertise est plutôt extérieure aux rouages de l'Etat, dans les universités ou des centres scientifiques qui, même s'ils bénéficient de fonds publics, ont plutôt avec l'administration des rapports de type contractuel, les deux activités restant distinctes quant à leurs finalités. Le cas de la France est plus complexe car, pour une part, l'expertise technique et même scientifique socialement reconnue a été longtemps (et est encore en partie) interne à l'Etat, à travers les corps d'ingénieurs issus des grandes écoles, dont le prototype est l'Ecole polytechnique. L'université y a eu, en conséquence, un poids relatif plus faible : ceci est net pour l'enseignement de l'économie mathématique (Le Van -Lemesle, 1991).

  • 5 Le passé est ici utilisé, car ce paysage français, esquissé à grands traits, s'est beaucoup transf (...)

18Cette tradition d'une science pour l'Etat a eu longtemps des conséquences importantes5. Tournés vers l'action administrative, ces savoirs d'ingénieurs avaient tendance à se fractionner, à se spécialiser dans leurs domaines propres d'intervention. La circulation d'un domaine à l'autre était improbable. Par exemple, dès la fin du xixe siècle, des officiers d'artillerie avaient développé, pour leurs usages, des formalismes probabilistes et statistiques de haut niveau (Crépel, 1994). Ceux-ci étaient inconnus des statisticiens et économistes du temps. Ou encore, une circulation d'idées entre physiciens et économistes, à l'origine du travail de Tinbergen et Koopmans, était peu concevable en France. Cette orientation administrative ne poussait pas au cumul des connaissances, à leur systématisation. Les bibliographies étaient réduites et aléatoires. Les échanges avec d'autres pays étaient peu nombreux, ou limités à des institutions officielles, peu académiques. Autrement dit, les réseaux scientifiques restaient très courts, puisque les innovateurs éventuels étaient isolés, sinon exclus, ou se branchaient sur des réseaux administratifs ou économiques, peu propices à la capitalisation des savoirs, plutôt que sur des réseaux universitaires.

  • 6 Des développements sur l'histoire interne des modèles économétriques français figurent dans Artus, (...)

19Ces hypothèses historiques, sans doute trop sommaires et générales, et donc simplificatrices, ne visent qu'à éclairer les travaux et les trajectoires de quelques individus qui, précisément, ont cherché à rompre avec ce contexte général, mais dont l'activité n'a pas été reprise et insérée dans un ensemble plus large et cumulatif. Il s'agit moins de juger (a posteriori) que de chercher à comprendre une histoire et une tradition (quitte à envisager, en conclusion, ce qui en subsiste). Il est donc temps de quitter provisoirement une macrosociologie réductrice, et d'examiner plus en détail les travaux et les tentatives de quelques statisticiens et économistes comparables, d'une manière ou d'une autre, aux Néerlandais que l'on décrira ensuite6.

20L'idée de quantifier les fluctuations globales de l'économie, d'abord en les additionnant et en les traitant comme un tout, puis, plus tard, en en modélisant les articulations, ne va pas de soi. Elle est en général liée, plus ou moins explicitement, à un projet d'action, à l'idée qu'il est possible d'influer sur le cours de la vie économique : le Tableau de Quesnay en est un des premiers exemples. L'histoire de la quantification de la vie sociale le montre : il faut identifier et construire des objets qui se tiennent, pour pouvoir agir sur eux et ajuster cette action. Au xixe siècle, la statistique morale puis la démographie se constituent autour des questions politiques posées par les épidémies, la pauvreté, la délinquance, le volume de la population nationale. A la fin du siècle, une grave crise économique frappe les nations industrielles, entre 1875 et 1895. Une réglementation du travail salarié est mise en place ; des offices du travail sont créés dans beaucoup de pays, dans les années 1880 (Etats-Unis) et 1890 (Europe). La Statistique générale de la France (SGF), qui existe depuis 1833, est rattachée en 1891 à un tel Office du travail, et lance des enquêtes sur les salaires et les conditions de travail, puis sur les prix. De nouvelles catégories de perception de la vie économique, et d'action sur elle, sont alors formulées, et sont en usage à peu près des années 1880 aux années 1940 : récurrence cyclique de crises caractérisées par les fluctuations de la bourse, des salaires et des prix des matières premières, par la production et la circulation des métaux précieux, et par les taux de change entre monnaies. En ce temps, l'économie n'est pas encore perçue en termes de production nationale et de circuit intégré de l'offre et de la demande globales comme elle le sera après Keynes (théoriquement), et Tinbergen et Frisch (pratiquement)

POUR MARCEL LENOIR, LA VARIABLE À EXPLIQUER EST LE PRIX

21C'est en termes de cycles des prix et des salaires que, en France, sont formulées les observations de Juglar, puis les recherches du statisticien Marcel Lenoir. Celui-ci, membre de la SGF, soutient en 1913, une thèse sur "La formation et le mouvement des prix" dont à la fois l'originalité et les limites sont symptomatiques. Le passage d'un statisticien de l'administration par le circuit universitaire est alors exceptionnel et ne se répètera pas avant plusieurs décennies. Mais, des deux points se vue, de son administration et de l'université, son travail est si atypique qu'il n'a aucune postérité, ni d'un côté ni de l'autre. Il tombe quasiment dans l'oubli. Il n'est repris par aucun réseau, scientifique ou politique.

22Que fait-il ? Il invente l'économétrie (sans la nommer ainsi). Significativement son objet d'étude est le mouvement des prix et non de la production. Le prix est la variable à expliquer : c'est sur lui que l'attention porte en priorité à l'époque. Marcel Lenoir cherche à réunir trois des huit maillons énumérés ci-dessus, ce que personne n'avait encore fait. Une analyse théorique de la formation des prix s'inspire de l'économie mathématique du temps (point 2). Walras, Pareto, Marshall, Edgeworth, Jevons sont cités. Les procédures d'ajustement entre les fonctions d'offre et de demande sont étudiées. Mais, à l'inverse de l'usage actuel en France, ce sont les quantités (offertes ou demandées) qui sont portées en abscisses, les prix étant portés en ordonnées. Ces derniers constituent la variable endogène, à expliquer, résultant du tâtonnement entre offre et demande. Ce détail est significatif de l'orientation du questionnement : c'est le cycle des prix qui fait problème. Par ailleurs, Marcel Lenoir a l'intuition que, d'une période à l'autre, les courbes d'offre comme les courbes de demande se déplacent, et que la trajectoire de leur intersection n'est ni une fonction d'offre ni une fonction de demande. Cependant, selon que les biens sont agricoles ou industriels, ce sont les fonctions d'offre ou de demande qui bougent le plus, et, du coup, selon les cas, les trajectoires des intersections "ressemblent" à des fonctions de demande ou d'offre. Il est ainsi sur le chemin de ce qui sera le "problème d'identification" de l'économétrie.

23Dans une seconde partie du livre il associe des séries annuelles de prix à des séries de consommation, de production, ou à des séries financières, pour analyser leurs évolutions et leurs cycles (point 3). Pour cela, il utilise les tout nouveaux outils de la statistique mathématique : régression linéaire multiple, corrélation partielle (point 4). Comme Tinbergen le fera vingt ans plus tard, il cherche la cause profonde des cycles dans une théorie, reprise à Lexis et Aftalion, du décalage entre dépenses d'équipement et production :

« La cause profonde des fluctuations périodiques de la vie économique, dans la théorie à laquelle nous nous rattachons, est la demande intermittente des capitaux fixes nécessaires, de temps en temps, pour la réfection et l'augmentation de l'outillage économique" (M. Lenoir, 1913). »

24Par ailleurs, il explique les variations de long terme ("séculaires") des prix, par la "production de numéraire", c'est-à-dire la production, la circulation et les stocks d'or et d'argent. Il analyse successivement l'évolution de la monnaie, puis les cycles du charbon, du blé, du coton, du café, et enfin de l'ensemble des prix, repérés par des "index-numbers". L'originalité de la démarche est l'essai d'associer théorie formelle, séries empiriques et ajustements "économétriques" (le mot n'apparaîtra qu'en 1930). Il est vrai que les deux parties du livre ne sont pas complètement reliées. Mais, s'il n'évalue pas effectivement des fonctions d'offre et de demande, ce qu'essaie déjà de faire l'Américain Moore (et que fera Tinbergen dans les années 1920) c'est sans doute parce qu'il a une claire intuition de la difficulté de la tâche, liée à la double translation, d'une période à l'autre, des courbes théoriques.

  • 7 André Marchal, en 1952, le déclare mort pendant la guerre de 1914, ce qui montre combien il était (...)

25Cette recherche, novatrice à tous égards, n'est pas à l'origine de développements significatifs. Elle ne comporte aucune allusion à un éventuel usage en vue d'éclairer la politique économique, peu imaginable avant 1914, surtout venant d'un jeune statisticien de la SGF. Après la guerre, Marcel Lenoir est envoyé par celle-ci à Hanoï pour créer un Service statistique de l'Indochine, où il meurt en 1927. Il est encore quelquefois cité par les économistes universitaires, jusqu'aux années 19507, puis oublié définitivement. La SGF, pour sa part, ne soutient pas les travaux de conjoncture et de prévision économique, et son directeur d'alors, Michel Huber, défend une conception très administrative du rôle de la statistique "officielle".

26La même année, 1927, le tout jeune Tinbergen entre au Bureau central de statistique néerlandais, où il inventera la modélisation économétrique, et un Français du même âge, Dessirier entre à la SGF. Comme le font alors dans divers pays des "Offices de conjoncture", Dessirier essaie de réunir, de publier et de commenter des séries économiques. Mais, craignant d'être désapprouvé, il n'en parle pas immédiatement à son directeur. Apprenant cela, ce dernier le pousse à démissionner, s'il veut poursuivre son projet. Le compte-rendu d'une réunion du "Conseil de la Statistique générale de la France", tenu le 31 octobre 1929 (une semaine après le krach boursier de Wall Street), rapporte cet épisode d'une manière révélatrice de l'absence de légitimité qu'avait encore une telle activité à cette époque :

"... M. Dessirier a entrepris la publication d'un recueil mensuel de courbes statistiques intitulé "la conjoncture économique et financière", contenant des appréciations sur la situation et des prévisions. Il a reconnu avoir commencé cette publication en mai 1929 et que c'était volontairement qu'il n'avait pas prévenu, car il craignait d'être détourné d'une entreprise qui lui tenait à coeur. M. Huber a fait observer que cette initiative lui paraissait incompatible avec la situation officielle de M. Dessirier et que de graves inconvénients pourraient résulter de prévisions économiques et financières, formulées par un fonctionnaire en activité, ce qui permettrait de leur attribuer un caractère presque officiel. La nature actuelle de la publication, faite sous le manteau, sans publicité, ne pourrait pas être conservée. Dans ces conditions, le directeur devrait en référer au ministre, ne pouvant prendre la responsabilité d'autoriser M. Dessirier à poursuivre une entreprise privée de cette nature..." (Archives du Conseil de la SGF, 31 octobre 1929).

27Le compte-rendu ne fait pas mention d'un débat sur l'intérêt ou l'utilité de l'étude de la conjoncture. Il est signé par le Président du Conseil de la SGF, Clément Colson, professeur d'économie à l'Ecole polytechnique, et par Dugé de Bernonville, auteur des premières estimations du Revenu national français.

28Plus prudent ou plus habile que Dessirier, Alfred Sauvy, lui aussi membre de la SGF, entreprend, dans les années 1930, de construire un réseau scientifique, politique et journalistique qui rend crédibles puis nécessaires la construction, la diffusion et le commentaire de séries conjoncturelles. Il crée en 1938 un "Institut de Conjoncture", sur le modèle d'autres pays. En vingt ans, entre 1930 et 1950, cette activité deviendra un des éléments majeurs de la légitimité de l'office statistique, devenu l'INSEE en 1946, par fusion de divers services, dont celui de la conjoncture.

29On peut interpréter ce moment en termes de prise en compte de certains des maillons énumérés ci-dessus, dont la synthèse est nécessaire à la modélisation économétrique. L'idée de quantification (1) est revendiquée, en opposition à l'économie "littéraire" et verbale. Mais la formalisation en termes d'économie mathématique (2) est absente. En revanche, la sensibilité aux évolutions décrites par des séries temporelles (3) est au coeur de la démarche. Mais les régressions et corrélations (4), les équilibres de la comptabilité nationale (5), et a fortiori la dynamique économique exprimée mathématiquement (6) et les modèles probabilistes (7) sont totalement absents de la perspective "conjoncturiste" qui, par ailleurs, insiste fortement sur son utilité pour éclairer la politique économique (8). Cette démarche a sa logique, son langage, son public. Elle sera critiquée, plus tard, dans les années 1950, par les tenants de la cohérence comptable des budgets économiques, puis, dans les années 1970, par ceux qui construisent des modèles, et notamment des modèles trimestriels (METRIC), qui réalisent une synthèse d'ensemble des huit maillons.

30Le travail nécessaire pour rendre techniquement possible et politiquement crédible la combinaison réussie des huit maillons est compliqué et plein de traverses particulières à chaque pays. Ainsi, en France, dans les années 1930, un réseau d'ingénieurs a contribué (dans une mesure et avec une efficacité qui restent discutées) à ce travail. Le groupe X-Crise, constitué en 1930 par des polytechniciens, se veut un lieu d'échange d'idées sur les "solutions rationnelles" qui peuvent être apportées à la crise économique et sociale. Il n'est pas un lieu de recherche et d'innovation scientifique à proprement parler, mais un lieu de circulation et de connexion d'idées auparavant soutenues séparément dans des contextes éloignés les uns des autres (Armatte, 1994). Dessirier et Sauvy rédigent un bulletin de conjoncture. Divisia présente une statistique économique traditionnelle, tandis que R. Roy, Ullmo et Gibrat commencent à parler de l'économétrie naissante. Marc Bloch et Simiand parlent d'histoire économique. En février 1938, le Belge Bernard Chait présente, sous le titre "le problème des crises économiques", les grandes lignes de la modélisation dynamique que, depuis trois ans, Tinbergen a construit pour les Pays-Bas et pour les Etats-Unis, en insistant sur leur utilité pour "servir de base à des décisions gouvernementale". Tinbergen lui-même expose, en juin 1938, ses "recherches économiques sur l'importance de la Bourse aux Etats-Unis". Il développe en français, de façon pédagogique et imagée, sa conception des modèles dynamiques, vus comme systèmes mixtes d'équations différentielles et d'équations aux différences finies simultanées comportant autant de variables que d'équations. Il présente, sous forme de graphiques, les résultats des régressions et leur interprétation. De fait, ce type de méthodologie n'aura pas d'application en France avant plus de trente ans (début des années 1970). L'étude de la diffusion et de la retraduction des idées débattues par le groupe X-Crise, et de leur impact réel, reste à faire. Il y a ainsi une discontinuité entre ces discussions des années 1930 sur l'économétrie, et la comptabilité nationale "à la française", qui apparaît dix ans plus tard.

EQUILIBRE COMPTABLE OU DYNAMIQUE MARCHANDE

31La différence entre, d'une part, la perspective tracée par la modélisation économétrique de Tinbergen et, d'autre part, les travaux français de l'après guerre sur la comptabilité nationale et les budgets économiques est frappante. D'un côté les fluctuations spontanées d'une économie fondamentalement marchande sont suivies le plus finement possible, et inscrites dans une formalisme qui vise à la fois à expliciter leur dynamique endogène, et à tester les effets éventuels de telle ou telle mesure de politique économique. De l'autre, l'économie nationale est de fait traitée, plus ou moins implicitement, comme celle d'une grande entreprise, dont il faut analyser finement et organiser les flux internes, afin de répondre au mieux aux divers besoins, compte tenu de ressources limitées. La technique comptable équilibrant les "ressources" et les "emplois", croisant des équilibres par "agents" et par "opérations", symbolise cette démarche.

32Mais il serait trop simple de rabattre cette distinction sur l'opposition stéréotypée entre "libéralisme" et "dirigisme", entre droite et gauche, entre marché et Etat. En effet, du côté des Pays-Bas des années 1930, c'est précisément parce que Tinbergen (membre actif du parti socialiste) souhaite que l'Etat intervienne judicieusement dans une situation de crise grave, qu'il élabore son modèle des cycles et teste diverses variantes de politique économique. D'autre part, dans la France des années 1940 et 1950, l'orientation politique n'est pas du tout de construire une planification lourde et autoritaire, à la façon de celle de l'Europe de l'est. Toute l'habileté de Jean Monnet est même de doter le Commissariat général au Plan (CGP), d'une structure légère, destiner à organiser la concertation et le dialogue entre des administrations et des "partenaires sociaux" qui auparavant s'ignoraient. Cette ligne politique est, mot pour mot, la même que celle du Central Planning Bureau (CPB) créé par Tinbergen, cette même année 1946. Les débats très âpres qui, en France comme aux Pays-Bas, ont précédé ces deux créations, entre les tenants d'une planification lourde orientant directement la politique économique, et les partisans, comme Monnet et Tinbergen, d'une planification légère consultative, sont identiques, et se terminent de la même façon. Or, à partir de cette origine commune, les deux histoires sont différentes. Aux Pays-Bas, après une brève période de tâtonnements la construction de modèles reprend, dès le début des années 1950, et ces modèles ont, pour longtemps, une grande répercussion dans le débat social (Barten, 1991). En France en revanche, la construction de la comptabilité nationale devient une entreprise politique et administrative de grande ampleur, mais n'engendre pas, avant vingt ans, de modèles conséquents. Par ailleurs le Plan a rarement une influence et une autorité (scientifique et politique) aussi grande que ce n'est le cas aux Pays-Bas. Ceci montre qu'une opposition simpliste entre un étatisme "à la française" et un libéralisme "à la hollandaise" ne rend pas compte des différences entre les deux histoires.

  • 8 Cette histoire est racontée de façon vivante dans un livre centré sur des interviews des principau (...)

33Dans la plupart des grands pays, la conception et la mise en place d'un système de comptabilité nationale (et de l'infrastructure statistique nécessaire) ont été vécues comme des opérations techniques, indispensables et coûteuses, mais néanmoins subordonnées par rapport à leurs usages politiques et scientifiques. Les histoires disponibles de la modélisation macroéconomique ne jugent pas utile d'évoquer cette phase du travail. Les données statistiques existent, comme les routes ou le téléphone. Leur inexistence est un indice de sous-développement. En France en revanche cet épisode de la construction du système d'information économique a été vécu, pendant la vingtaine d'années allant de 1950 à 1970 environ, non seulement du point de vue de cet usage rapidement routinisé, mais aussi comme le vecteur d'un projet politique plus vaste, de rationalisation et de modernisation de l'administration française8. Il est bien sûr marqué par les conditions très particulières de l'après guerre, qui sont d'ailleurs communes à la France et aux Pays-Bas : reconstruction, investissements en infrastructures en partie financés par une aide Marshall conditionnée par l'existence d'une comptabilité économique, pénuries, situation inflationniste opposée à celle des années 1930, réglementations administratives encore lourdes, décolonisation (Indochine et Algérie pour la France, Indonésie pour les Pays-Bas).

34La spécificité française est plutôt du côté de la transformation du rôle de l'Etat, menée de l'intérieur par une équipe de hauts-fonctionnaires. Ceux-ci souhaitent moderniser l'administration, mais ils sont néanmoins produits par la structure ancienne, évoquée ci-dessus, qui donne un poids relatif plus grand de légitimité à l'expertise interne à l'Etat par rapport à une expertise plus universitaire. La matrice intellectuelle de la comptabilité nationale française est une combinaison entre la tradition comptable et budgétaire de l'administration des finances, étendue à tous les acteurs de la vie économique, et une version simplifiée du keynésianisme, qui met l'accent sur l'écart numérique entre une offre et une demande globales précisément mesurées par le nouvel outil. Paradoxalement, cette entreprise conduit à un système articulé de comptes nettement plus détaillés et sophistiqués que ceux d'autres pays, mais moins utilisés dans des modèles économiques mobilisant les développements récents de l'économétrie d'une part, et de la macroéconomie de l'autre : la sophistication du système français a un autre but que la modélisation.

35Comment expliquer en effet cet usage apparemment limité, par comparaison avec les standards qui se mettent en place ailleurs à la même époque ? Pour le comprendre, il faut entrer dans la mécanique interne du processus de l'élaboration des comptes, et des prévisions à court et moyen terme qui en sont déduites. Les tableaux de comptabilité nationale constituent une description théorique subtile, cohérente et exhaustive, de l'ensemble des flux économiques entre les agents. Les sources statistiques disponibles étant lacunaires, incomplètes, contradictoires, le remplissage des tableaux est un processus collectif d'approximations successives, par tâtonnements, négociations, compromis entre responsables des divers lignes et colonnes des matrices comptables. D'une certaine façon, ce processus mime (ou croit mimer) le fonctionnement réel d'une économie perçue comme une série d'ajustements comptables, et non comme une dynamique marchande. Il est significatif que les projections en volume constituent le coeur des reconstitutions du passé, et des prévisions à court et moyen terme. Les prix et les valeurs sont bien sûr observés et inscrits dans les comptes du passé, mais leurs logiques restent en partie mystérieuses.

L'AVENIR ET LE PASSE SONT CONSTRUITS DE LA MEME FAÇON

36Cette façon de faire a une autre conséquence, qui explique sans doute qu'une modélisation économétrique formalisée des projections à court et moyen terme n'ait pas vu le jour à ce moment, alors qu'elle était développée dès le début des années 1950 aux Pays-Bas. Le travail de construction des comptes du passé, du présent (année en cours) et du futur était fait par les mêmes personnes, en continu, avec des contraintes finalement voisines, ce qui peut sembler surprenant dans la perspective où ces deux tâches, de natures apparemment très différentes, devraient être menées par des institutions distinctes (aux Pays-Bas : CBS et CPB). Ce dernier cas correspond mieux à une épistémologie réaliste, où les statisticiens mesureraient les flux passés et les enfermeraient dans des boites noires, banques de données mises à la disposition des économètres et prévisionnistes. La discontinuité entre les statuts des deux types de chiffres serait alors nette.

  • 9 Les comptables nationaux de ce temps estimaient que, si les comptes du passé récent sont connus de (...)

37Mais il n'en va pas ainsi dans la procédure française. Les comptes du passé nécessitent, de toutes façons, des tâtonnements et des évaluations négociées. De plus ils sont, pour chaque année, remis en chantier plusieurs fois, au fur et à mesure que des informations arrivent, par projection (en volume et en prix) à partir des comptes de l'année précédente, eux aussi en chantier permanent. Par ailleurs, ces mêmes comptes d'un passé plus ou moins proche, sont eux mêmes et en même temps utilisés pour évaluer des comptes de l'année en cours et du futur proche (budgets économiques). C'est donc l'ensemble d'une série d'environ cinq ou six comptes (de t -3 à t + 2) qui sont en chantier permanent, et modifiés, selon des procédures finalement analogues pour le passé et pour le futur, au vu d'informations ou de "prévisions" partielles concernant telle ou telle partie du tableau. La différence entre le passé et l'avenir s'estompe donc : on passe continûment du futur au présent, puis au passé, en se tenant constamment en éveil sur les épisodes et rebondissements d'une vie économique qui a déjà été encadrée et scénarisée par des "budgets économiques". Ceux-ci sont eux-mêmes évoqués dans les débats de politique économique, dans l'administration ou dans la presse, ce qui contribue à leur conférer un statut de réalité et les rapproche encore des comptes du passé9.

38Cette relative indistinction entre les deux catégories de comptes fait bien sûr l'objet de débats, certains ne manquant pas de dénoncer l'ambiguïté de ces "comptes du futur", à la fois descriptifs et normatifs, extrapolation de tendances "objectives" et conséquences de mesures volontaristes. Une partie de ces comptes (notamment les évolutions en prix) est fortement soupçonnée d'être performative et "irréaliste" (annoncer à l'avance de fortes hausses suffit à les provoquer). Ce débat est récurrent depuis que les comptes et les budgets économiques existent. Cependant, en 1962, la partie la plus institutionnelle de l'ambiguïté est levée : les comptes du passé sont en principe désormais faits à l'INSEE, ceux du futur dans un autre service (Direction de la Prévision). Mais en pratique, les équipes restent proches, et la continuité entre comptes du passé et du futur reste vivace, au moins jusqu'aux années 1970. A ce moment, des modèles économétriques informatisatisés, annuels puis trimestriels, feront diminuer l'importance de la négociation directe, en partie informelle, entre des personnes se connaissant bien, qui sous tendait la construction des comptes du futur comme du passé (Kramarz, 1989).

39La logique et la cohérence de cet ensemble de procédures ne peuvent être comprises que si elles sont rapportées à leur origine et à leur insertion institutionnelle. L'expression "budget économique", qui désigne ce que les Néerlandais appellent "planification à court terme", symbolise bien le sens de cette entreprise. De même qu'une entreprise ou l'Etat dressent la comptabilité, nécessairement équilibrée, de leurs recettes et dépenses passées, afin d'évaluer le budget prévisionnel de leurs recettes et dépenses futures, de même la nation toute entière se dote d'une comptabilité de l'ensemble des flux d'échanges entre ses grandes catégories d'acteurs, afin de dresser un "budget économique" prévisionnel dans le même cadre. Ce "budget" vise essentiellement à étayer et justifier économiquement le "budget de l'Etat", c'est-à-dire les recettes et dépenses d'un acteur précis. C'est donc la même visée d'équilibre comptable et budgétaire qui oriente toute l'activité des comptables nationaux français de cette première période. S'il s'agit bien d'insérer les décisions budgétaires dans une perspective d'équilibre macroéconomique, celui-ci n'est pas inscrit dans un cheminement dynamique endogène, comme il l'est dans les modèles néerlandais issus de celui de Tinbergen de 1936.

40Pourtant l'idée que le remplissage des cases théoriques des tableaux prévisionnels pourrait être aidé par une "modélisation" apparaît très tôt. L'inspirateur et chef d'orchestre de l'opération, Claude Gruson, propose en 1950 un modèle théorique de 88 équations dont 11 identités comptables. Visant à faire apparaître un "gap inflationniste", ce modèle compliqué reste virtuel et n'est jamais chiffré. Pendant les quinze ans qui suivent, les outils utilisés par les prévisions ne sont pas des relations économétriques systématiques, mais des contraintes et relations reflétant une logique "keynésienne élémentaire" reliant offre et demande globales, au coup par coup. Ce travail collectif intense d'établissement simultané de comptes du passé et de l'avenir est mené par un service nouveau du Ministère des finances, créé en 1950 par Claude Gruson : le Service des études économiques et financières (SEEF), en dehors de l'INSEE, né en 1946, lui même héritier de l'ancienne SGF et de l'Institut de conjoncture créé par Sauvy en 1938. En 1962, Gruson devient directeur de l'INSEE. Le SEEF, creuset de la comptabilité nationale, est scindé en deux parties. L'une, chargée des comptes du passé, est rattachée à l'INSEE, qui devient dès lors le lieu de production des comptes nationaux. L'autre devient la "Direction de la Prévision".

41Des années 1950 aux années 1970, l'activité de "prévision économique" est menée en parallèle, de deux façons différentes et partiellement concurrentes. Les "budgétistes" du SEEF inscrivent des prévisions annuelles dans le cadre comptable décrit ci-dessus, tandis que les "conjoncturistes" de l'INSEE poursuivent l'ancienne tradition de Dessirier et Sauvy. Ils construisent des séries infra-annuelles (mensuelles ou trimestrielles), puis organisent des "enquêtes de conjoncture" spécifiques auprès des chefs d'entreprises. Un art de l'intuition conjoncturelle, basé sur des informations certes quantitatives mais non formellement reliées entre elles, est ainsi cultivé, selon des méthodes et un langage bien différent de celui des budgétistes. Ceci correspond typiquement à deux des maillons évoqués ci-dessus : n° 3 pour les conjoncturistes, n° 5 pour les comptables nationaux. A cette époque, les Néerlandais ont entamé une synthèse de ces maillons 3 et 5, à l'aide des outils des maillons 4 (statistique mathématique) et 6 (modélisation dynamique).

42Même si budgétistes et conjoncturistes ne cessent de polémiquer, ils ont en commun, par rapport aux Néerlandais, de ne pas postuler de régularités de long terme inscrites dans des lois économiques et des relations économétriques. Une opposition de même type est décrite par Mary Morgan (1990) dans son "histoire des idées économétriques". Elle distingue, parmi ceux qui s'intéressent aux "cycles des affaires", les statisticiens économistes, pour qui chaque cycle est unique, a son existence et sa logique propre (dont Mitchell et Burns au NBER sont des exemples typiques), et les économétres, qui tentent de dégager des régularités et des lois a-temporelles, d'abord avec des cycles exogènes (Jevons, Moore, avec leurs explications astronomiques et climatiques), puis à travers une dynamique endogène liée aux ajustement marchands (Tinbergen). De ce point de vue, conjoncturistes et budgétistes comptables nationaux appartiennent à la première tradition (Mitchell est un des créateurs de la comptabilité nationale américaine).

43Les oppositions ne sont bien sûr pas aussi tranchées, et, par exemple, les prévisionnistes français ont longtemps justifié l'absence de modèles économétriques comparables à ceux de Tinbergen ou de L. Klein et Goldberger, par le manque de séries statistiques suffisamment longues pour les nourrir. Ils insistent sur l'urgence et l'importance de l'investissement méthodologique et statistique lourd, préalable nécessaire à la recherche de régularités éventuelles. Il n'est pas sûr que cette explication, certes vraie, soit complètement suffisante : des modèles reposant sur des séries courtes et approximatives ont été construits ailleurs. Plus profondément la démarche française semble fortement liée à la position et au rôle, partiellement communs, des comptables nationaux du SEEF et des conjoncturistes de l'INSEE, dans les rouages administratifs. Proches de la décision budgétaire ou de l'interprétation immédiate du "climat" économique, ils sont incités à privilégier la spécificité du présent, ou plutôt celle d'une perception immergée dans l'action, par rapport à la mise en perspective généralisante de celui qui peut se permettre de se détacher des contingences de ce présent, ce qui est le cas par exemple de l'universitaire. Même si, comme Tinbergen, celui-ci se met au service d'une demande politique, il conserve un comportement académique, écrit des articles et des livres de portée plus générale que des notes liées à l'action administrative. La particularité de l'expertise "à la française" apparaît ici nettement. Les principaux auteurs de la comptabilité nationale étaient avant tout des ingénieurs devenus haut-fonctionnaires : ils écrivaient peu, ou produisaient des "volumes des méthodes" directement opérationnels.

LA PULSATION ET LE PROJET : DEUX PHILOSOPHIES DU TEMPS

44Cette distinction entre haut-fonctionnaires et savants ne recoupe pourtant pas une opposition en apparence voisine, entre court terme (le politique prisonnier des urgences) et long terme (le scientifique qui regarderait plus loin). La "prise en compte des exigences du long terme" était même un leitmotiv du groupe des fonctionnaires planificateurs et modernisateurs de l'après-guerre. La création du Plan visait précisément à répondre à un besoin que les "administrations gestionnaires du quotidien" ne pouvaient satisfaire. Il y a une contradiction apparente entre le souci affirmé d'inscrire l'action au jour le jour dans une perspective de long terme, et le refus d'inscrire la temporalité dans les régularités révélées par l'économétrie. Mais s'agit-il du même temps long ? Le temps cyclique issu de la dynamique endogène de l'économie de marché est-il comparable au "long terme" du projet "prospectif" ? Le premier est le support de mouvements spécifiques comparables aux pulsations d'un système mécanique ou biologique. Le second est l'espace d'action propre revendiqué par le projet volontariste des experts en "tendances lourdes". Même si ces dernières sont affirmées avec force, elles sont inscrites dans des tableaux équilibrés reflétant l'effet permanent des contraintes comptables, mais ne résultent pas d'une dynamique temporelle spécifique de causes et d'effets mutuels, décalés les uns par rapport aux autre. Si le temps des fluctuations cycliques est typique des économies de marché, le temps de la planification de projets de long terme peut caractériser des économies de types très différents, dès lors que des agents rationalisateurs établissent une comptabilité des ressources et de leurs emplois. Les philosophies du temps sous-tendant ces deux perspectives sont différentes.

45La comparaison des plans français et néerlandais reflète ce qui précède. Inscrits dans les tableaux de la comptabilité nationale, les objectifs du plan français sont formulés en termes de cohérence globale entre des équilibres extrapolés et des projets volontaristes, pour une année horizon. En revanche, le plan néerlandais intègre, dès les années 1950, des formulations économétriques des tendances spontanées d'une économie de marché, notamment à travers des "plans glissants" articulant les prévisions de court et de moyen terme : cette démarche fait bien apparaître le temps long autant comme la conséquence de la sommation de temps courts que comme l'horizon d'objectifs assignés a priori.

  • 10 Un des thèmes les plus discutés et travaillés sur la période a été la politique des salaires (Hess (...)

46Pourtant, à leur origine, les deux plans reflétaient des projets politiques voisins, résultant en partie de la crise de la démocratie des années 1930. Il s'agissait d'inventer une manière de construire un consensus, sur une base en partie différente de celle de la représentation parlementaire classique, mais de façon complémentaire et en dialoguant avec elle. Sur ce point, les Néerlandais semblent être allés plus loin et leur planification a sans doute plus profondément marqué le débat démocratique10 qu'il ne l'a fait en France, au moins sur la longue période. Dans les deux cas, des commissions spécifiques composées d'experts nommés par les principales composantes professionnelles, syndicales, religieuses (dans le cas des Pays-Bas) nouaient des interactions itératives avec une équipe de techniciens dont le rôle était de vérifier la cohérence et les conséquences économiques des projets et des demandes de chacun. Les rouages administratifs de ces deux machineries nouvelles n'étaient pas exactement identiques, mais la philosophie en était la même.

47Mais les deux entreprises ont différé par la procédure technique de vérification de la cohérence des projets. En France, le cadre détaillé et complexe des doubles équilibres comptables, par agents et par opérations, projetés sur l'année horizon du Plan, était supposé garantir, grâce à sa décomposition fine, la plausibilité du projet d'ensemble. Cette cohérence complète était le point d'aboutissement d'une série de va-et-vient entre les techniciens responsables des calculs et les commissions spécialisées, dépositaires chacunes de points de vue importants mais partiels. Le processus technique de remplissage des tableaux correspondant à l'année horizon (t + 5), ressemblait beaucoup à celui, décrit ci-dessus, d'établissement des comptes du passé et du proche avenir (budgets économiques). L'alchimie était la même : transformer des informations partielles et contradictoires en matrices équilibrées en lignes et en colonnes, sans se préoccuper du cheminement dynamique conduisant à cet horizon. La procédure sociale, de son côté, visait à promouvoir non seulement les équilibres généraux des comptes du futur, mais aussi une pédagogie politique de la confrontation des points de vue et des projets dans un langage désormais commun, c'est-à-dire la mise en place d'un espace public de type nouveau par rapport à la représentation élective.

MODELE POLITIQUE ET MODELE ECONOMETRIQUE

  • 11 Elle s'appuyait sur deux traditions théologiques en partie différentes. Pour les catholiques, l'id (...)

48Aux Pays-Bas, le projet politique global était le même, mais a pu s'appuyer sur une tradition très particulière, remontant au milieu du xixe siècle, de répartition et d'équilibre entre les communautés religieuses et politiques : la "politique des piliers" (verzuiling) sanctionnait et organisait un partage strict et équilibré de la vie sociale (mariages, écoles, syndicalisme, protection sociale, presse, radio, partis politiques) entre protestants, catholiques, libéraux et socialistes (De Voogd, 1992). Très vivant jusqu'aux années 1970, ce système a marqué la création du Plan. En effet, l'idée que ces communautés pouvaient tout à la fois mener des vies en partie séparées, mais devaient s'entendre et constituer ensemble les "piliers" d'un Etat leur garantissant l'autonomie et la paix civile, était profondément ancrée dans la tradition politique néerlandaise11. Ainsi le Conseil économique et social chargé de discuter les résultats des prévisions et des calculs du CPB est formé de représentants qualifiés de chacun de ces "piliers", à travers des syndicats, des associations patronales et sociales spécifiques. La neutralité et l'objectivité du Plan sont garanties par cette représentation.

  • 12 Sa capitale, La Haye, est une petite ville par rapport à Amsterdam ou Rotterdam. Le CBS et le CPB (...)

49De ce point de vue, l'Etat néerlandais semble moins omniprésent et souverain qu'il ne l'est en France12. Ceci peut, peut-être, éclairer les différences entre les procédures et les outils utilisés pour les interactions entre techniciens et représentants des forces sociales. Aux Pays-Bas en effet, une construction économétrique, d'origine universitaire, sophistiquée des deux points de vue de l'analyse économique et du formalisme mathématique, a pu être utilisée comme support légitime et accepté de ces interactions. En France en revanche, c'est un outil de cohérence comptable de type plus administratif, issu du coeur le plus solide de l'Etat français (le Ministère des finances de la rue de Rivoli), qui a pu assurer cette légitimé, avec peu de recours au langage universitaire. Ainsi un équilibre relatif différent entre l'Etat et d'autres forces (universités, syndicats, églises,...) peut éclairer l'existence et la réussite d'outillages tout à la fois techniques et politiques dont la définition ne peut se réduire à la liste des équations du modèle, même si celle-ci doit être intégrée dans l'analyse.

  • 13 A la suite d'une réforme de l'enseignement secondaire favorisant l'enseignement scientifique, dans (...)

50La trajectoire originale de Jan Tinbergen, essentielle dans la constellation scientifique et politique néerlandaise, illustre cela. Né en 1903, fils d'un professeur de néerlandais, membre d'une église protestante très minoritaire, il fait des études de physique à Leyde, dans les années 1920, dans un environnement scientifique regroupant certains des meilleurs physiciens du temps13. Sur les conseils de son professeur, Ehrenfest, il soutient en 1929 une thèse sur 'les problèmes de minimum en physique et en économie", dans laquelle il met en oeuvre des formalismes mathématiques utilisés en physique (hamiltoniens, équations d'Euler, systèmes dynamiques différentiables), pour traiter de la dynamique d'un équilibre économique de type walrasien, fondé sur des maximisations d'utilité ou de profit (Boumans, 1992). Mais il ne souhaite pas poursuivre une carrière de physique théorique car, dit-il, "les problèmes de la société [lui] semblent plus urgents". Très sensible à la misère des ouvriers vivant dans la région de Leyde, il décide de militer, et le fera toute sa vie, au parti socialiste. Pacifiste, il demande en 1927 à bénéficier du statut des objecteurs de conscience, autorisant un service civil. Son père lui obtient une place au Bureau central des statistiques (CBS), où il travaillera finalement jusqu'en 1945, tout en exerçant un enseignement d'économie à l'Université de Rotterdam, et en assurant des missions pour la Société des nations.

51Ayant ainsi étudié l'économie mathématique la plus pointue du temps et ayant même contribué à son développement, il se trouve au contact de données empiriques, et souhaite s'en servir pour répondre à des questions difficiles posées par la société. Les conditions de possibilité de la réunion des maillons 2 (équilibre général), 3 (conjoncture), 4 (statistique mathématique), 6 (dynamique) et 8 (objectif politique), nécessaires pour accoucher de la modélisation économétrique, sont réunies. Il y manque encore la comptabilité nationale (5), et les probabilités (7) qui viendront un peu plus tard. Sa démarche ressemble un peu à celle de Lenoir, lui aussi membre de la statistique administrative, mais elle va beaucoup plus loin. Non seulement il pose, mais aussi il résoud, quasiment le premier, dans un article publié en allemand en 1930, le problème de l'identification de fonctions d'offre et de demande, par adjonction de variables explicatives supplémentaires et calcul d'une forme réduite (Morgan 1990). Il applique concrètement cette méthode au marché de la fécule de pomme de terre, important dans l'économie néerlandaise.

52C'est par le biais de l'étude des mouvements "en toile d'araignée" conduisant à des équilibres de marché que Tinbergen progresse ensuite vers la structure du premier modèle dynamique du cycle des affaires, formulé, estimé et présenté publiquement en 1936 (Boumans, 1992). Il répond ainsi à une demande du parti socialiste. Quelle mesure est la plus apte à relancer l'activité et à redresser la balance commerciale du pays : un programme de travaux publics, des mesures protectionnistes, une politique de rationalisation industrielle, une baisse des prix de monopole, des réductions de salaires, et enfin, une dévaluation du florin. Il teste ces différentes politiques. Il étudie aussi les effets de mesures visant à contrarier un cycle importé à travers des manipulations du taux de change ou des investissements publics. Il conclut que la mesure de loin la plus efficace est la dévaluation, décidée peu après par le gouvernement.

  • 14 Ce livre semble avoir été peu lu et cité par ceux des économistes qui ont créé la comptabilité nat (...)

53Ce travail est peu connu en dehors des Pays-Bas, mais Tinbergen est ensuite sollicité par la SDN pour tester les théories des cycles rassemblées par Haberler. A cette occasion, il fait un gros travail pour présenter de façon claire et pédagogique son modèle, en le dépouillant de son formalisme mathématique le plus aride, mais en conservant ce qui en fait le nerf : la combinaison entre une dynamique endogène des mécanismes des marchés, et la possibilité d'infléchir ceux-ci par des mesures dont les effets sont analysés dans la logique même de cette dynamique. La grande question est alors celle de la "stabilisation du cycle des affaires". Les mesures de stabilisation ont-elles pour effet de diminuer encore l'activité, compte tenu des répercussions en chaîne prévisibles en fonction de la structure cyclique du coeur du modèle ? Cette question est présentée en détail dans un livre écrit et publié en français en 1938 à Paris, sous le titre "Les fondements mathématiques de la stabilisation du mouvement des affaires", dans une collection "d'économie théorique et statistique économique" dirigée par Georges Lutfalla14.

54La construction et les premières utilisations expérimentales du modèle de Tinbergen, à la fin des années 1930, n'ont pu s'appuyer que sur des données rudimentaires. Elles ont incité, dès 1937, le CBS à entreprendre la mise en place d'un système permanent de comptes nationaux (on disait alors "revenu national"), centrés sur des statistiques de revenus et recoupés par des statistiques de production (Derksen, CBS). L'économie de guerre puis celle de la période de reconstruction accélèrent ces recherches, dans les années 1940, de même qu'elles l'ont fait en France et dans d'autres pays. Ce type d'économie organisée, marquée par les pénuries, les urgences, la mobilisation intensive et concentrée des ressources, implique une intervention directe de l'Etat et de ses administrations, et donc la mise en place de systèmes statistiques nouveaux, notamment sur la production industrielle. C'est le cas aussi bien aux Pays-Bas qu'en France. Pendant de telles périodes, l'idée, travaillée par Tinbergen dans les années 1930, du fonctionnement autonomie d'une économie marchande, avec ses cycles et son rythme propres, s'efface au profit de celle d'une économie gérée comme une grande entreprise. Dans celle-ci des produits de plus en plus manufacturés circulent entre des ateliers (les "branches industrielles") reliés entre eux par les "coefficients techniques" d'une matrice de Léontief. Les prix perdent le caractère de variable-clé qu'ils ont dans les échanges marchands.

L'ECONOMIE EST-ELLE ANALOGUE A UNE GRANDE ENTREPRISE ?

55Cette idée que l'économie dans son ensemble peut être comparée à "une seule grande entreprise" est développée par les premiers fabricants de comptes nationaux. Le Néerlandais Van Cleef propose, en 1941, l'expression "tenue de livre" (bookkeeping), qui restera utilisée longtemps aux Pays-Bas, pour souligner l'analogie avec la comptabilité ordinaire d'entreprise ; et il insiste sur l'importance d'un tel outil pour "une économie planifiée centralement" (Bakker, 1992). De même, en 1943, le Français L.A. Vincent, un des ancêtres de la comptabilité nationale française, soutient la même idée d'une analogie entre l'économie entière et une grande entreprise (Fourquet, 1980), et on la retrouve encore chez les comptables nationaux d'après-guerre. Mais elle glisse alors peu à peu d'un sens littéral, encore très vraisemblable dans le contexte des années 1940, vers un sens plus métaphorique. Il n'est plus question de gérer l'économie comme une seule grande entreprise, comme le fait l'URSS, mais l'image continue pourtant à imprégner, plus ou moins explicitement, les pères des grands systèmes de comptabilité nationale. Ceci est d'autant plus vrai qu'ils sont plus proches du coeur de l'Etat, c'est-à-dire du lieu où il est le plus plausible de penser l'économie comme un tout. Mais le langage de Keynes, dans sa version simplifiée, est alors plus apte que celui du rationalisateur taylorien, à rendre compte des actions envisageables dans le contexte d'une économie libérée de ses réglementations du temps de guerre, et où l'idée d'un pilotage macroéconomique est désormais acquise. L'outil conçu sur le modèle de la comptabilité détaillée d'une firme industrielle, va donc évoluer peu à peu vers des estimations plus globales, nécessaires aux ministres de l'économie.

  • 15 Il est possible que certains des créateurs du Plan, notamment Van Cleef, auteur en 1941 des premie (...)

56Mais il semble que, notamment sous l'influence de Tinbergen, cette évolution, à partir de situations comparables, a pris des formes différentes aux Pays-Bas et en France. Si, dans l'immédiat après-guerre, le plan néerlandais est confronté aux rationnements et aux problèmes urgents de la reconstruction, les planificateurs, presque tous formés par Tinbergen, essaient, dès 1953, de bâtir une modélisation susceptible de refléter le mouvement de l'économie. Cependant ce premier modèle n'est pas aussi dynamique que ne l'était celui de 1936 : seule l'est vraiment l'équation d'investissement, fondée sur la mécanique de l'accélérateur flexible (Central Planning Bureau, 1956 ; Barten, 1991)15. Mais, dès les années 1960, le système des "plans glissants", articulant plans à court terme et plans à moyen terme, réintroduit l'idée d'un mouvement endogène de l'économie, infléchi par des mesures de politique économique testées par le modèle, dont les résultats sont largement diffusés et débattus.

57Le Plan français est porteur d'une philosophie partiellement différente. Il conserve plus longtemps, au moins implicitement, la métaphore de la grande entreprise (importance des projections en volume, des tableaux de Léontief, des coefficients techniques), tout en la combinant à un projet plus politique d'atténuation des effets du marché par une sorte de simulation concertée de celui-ci à travers les commissions du Plan. Dans ce cas, on l'a vu, la comptabilité nationale est l'outil idéal de la mise en cohérence et de la transparence collective des projets, alors qu'une modélisation économétrique, avec ses hypothèses et ses régressions mystérieuses et automatiques, déposséderait les partenaires sociaux de leur capacité à débattre d'une économie clairement reflétée par un système d'information statistique détaillé et performant. On trouve une telle conception de la planification développée avec vigueur, de façon quasi-prophétique, dans les nombreux textes que Claude Gruson a consacrés à ce sujet depuis les années 1950 (par exemple Gruson, 1968).

  • 16 Le Japon est un troisième pays dont la planification pourrait être comparée à celles des Pays-Bas (...)

58En 1963, la Brookings Institution de Washington organise une conférence sur "la planification quantitative de la politique économique" (Hickman, 1965). La France est représentée par un membre du CGP, Bernard Cazes ; les Pays-Bas le sont à travers trois communications dues à Henri Theil, économètre dans la tradition de Tinbergen, C.A. Van den Beld, du CPB, et Willem Hessel, expert syndical membre du Conseil économique et social. Cazes ne parle que de l'organisation institutionnelle du Plan français et des procédures de concertation entre commissions et techniciens. Tous les autres intervenants, et, bien sûr les Néerlandais, présentent des modèles. Les planificateurs français du temps expliquaient cette différence par le fait que (selon eux) la France était le seul pays à avoir une vraie procédure de planification, alors que les autres ne pouvaient que "modéliser en chambre". Cette analyse, sans doute exacte pour les autres pays, ne l'était pas pour les Pays-Bas, qui combinaient les deux procédures, politique et économétrique16

59Cette particularité de la France s'estompe dès la fin des années 1960 quand sont mis en chantier les modèles FIFI puis DMS (Boyer, 1987 ; Courbis, 1991). Le premier reste cependant dans la perspective de la projection à une année horizon ; sa principale spécificité est la distinction entre un "secteur exposé" pour lequel les prix sont exogènes, imposés par l'extérieur, et un "secteur abrité", où un bouclage classique par la demande reste possible. Le modèle DMS (dynamique multisectorielle, 1975) est, lui, clairement dynamique. Mais à partir de cette période, le mécanisme institutionnel original des commissions du plan perd peu à peu de son importance. Des tentatives sont faites, dans les années 1970, pour utiliser les modèles FIFI puis DMS pour tester des variantes demandées par des "partenaires sociaux", mais cette procédure n'a jamais l'ampleur et l'écho qu'elle connaît aux Pays-Bas, depuis les années 1950.

60L'économétrie en tant qu'outil mathématique de l'analyse économique est introduite en France par des économistes ayant reçu une formation d'ingénieur puis de statisticien. Leur profil intellectuel diffère à la fois de celui des économistes universitaires, qui résistent longtemps à la formalisation de l'économie, et de celui des planificateurs et comptables nationaux dont il vient d'être question. René Roy, ingénieur des ponts, à étudié et estimé des fonctions de consommation dès les années 1930 et a été le premier à former des élèves à cette technique (puisque Lenoir, lui, avait laissé peu de traces, depuis son travail de 1913). Après lui, c'est Edmond Malinvaud qui, après un séjour en 1950 auprès de la Cowles Commission américaine, introduit et reformule l'économétrie probabiliste en France, et forme des générations d'économétres, notamment à l'Ecole nationale de la statistique et de l'administration économique (ENSAE) dépendant de l'INSEE. Plus savant que politique, à l'opposé de Claude Gruson, il n'a pas le type de motivations qu'avait par exemple Tinbergen dans les années 1930. L'important pour lui est de former des spécialistes au fait des développements les plus pointus, et entretenant des contacts étroits avec la recherche anglo-américaine. En cela aussi, les économistes formés par Malinvaud diffèrent fortement des deux groupes des universitaires traditionnels et des planificateurs. A partir des années 1970, cette nouvelle culture économique se diffuse dans les universités, et le paysage de la science économique française ressemble plus à celui d'autres pays, dont les Pays-Bas. Dans ce pays, l'économétrie occupe une place importante dans les cursus universitaires, depuis les années 1950, en raison notamment de l'influence de chercheurs comme Tinbergen, Theil et Koopmans.

OPTIMISATION OU PROPHETIE AUTOREALISATRICE

61La configuration spécifique aux Pays-Bas explique que, très tôt, y ont été associés étroitement un investissement économétrique de haut niveau et l'expression formalisée des objectifs de la politique économique. Cette association était déjà au coeur du projet initial de Tinbergen. Elle se poursuit, après la guerre, avec les recherches de celui-ci et de son élève Henri Theil sur l'optimisation des politiques économiques (Hughes-Hallett, 1989). Leurs perspectives sont partiellement différentes. Tinbergen suppose que le décideur politique spécifie les valeurs à atteindre pour les variables "objectifs" de la politique économique (fixed targets). Le modèle permet de déterminer les valeurs des variables d'actions (instruments) compatibles avec les objectifs fixés. Le décideur peut choisir parmi ces solutions, si toutefois elles existent. Theil, pour sa part, ne part pas d'objectifs fixés a priori. Il spécifie une fonction de préférence du décideur incluant à la fois les valeurs des objectifs et celles des variables d'action, ne fixant a priori ni les unes ni les autres. Cette fonction est maximisée compte tenu des contraintes exprimées par les relations du modèle. Le fait que les variables d'action figurent elles aussi dans l'expression de la fonction d'utilité du décideur signifie qu'on ne peut séparer complètement les fins (targets) et les moyens (instruments). Ainsi les dépenses publiques peuvent être vues à la fois comme moyens, dans la perspective keynésienne de leur contribution à la demande globale, et comme fins, en ce qu'elles sont utiles au bien être de la société (Hickman, 1965). Ces deux approches, en termes d'objectifs fixés ou de fonction de préférence, impliquent un modèle économétrique complet, incluant objectifs et variables d'action. Au début des années 1960, le CPB néerlandais utilisait un tel modèle annuel à 36 équations, conçu pour sous-tendre à la fois la prévision et la politique de stabilisation à court terme (qualifiée de short-term planning), dans la perspective de Tinbergen plutôt que dans celle de Theil. Il s'agissait ainsi d'utiliser le modèle, en le combinant avec des informations sur les préférences des décideurs politiques, pour délimiter un ensemble d'actions gouvernementales possibles permettant d'atteindre des objectifs numériquement spécifiés.

62Le Plan français, qui a connu sa période de plus grande gloire à cette même époque des années 1960, sous la direction de Pierre Massé, était inscrit dans une perspective politique et scientifique différente. L'objectif était de fixer une pente de la croissance à moyen terme compatible avec les ressources humaines et techniques, et avec les structures du corps social. La grande affaire de ce projet volontariste était le choix d'un taux de croissance. L'horizon maximum était assigné par une hypothèse de "croissance à la japonaise", révée par le planificateur mais jugée trop brutale par ce qu'elle impliquait comme transformation des structures sociales. La sociologie empirique naissante était alors requise pour analyser les "résistances au changement social" qui freinaient la croissance. L'exercice de planification était un processus socio-politique d'expression des projets particuliers dans le cadre de commissions ad hoc, de leur coordination à travers les équilibres de la comptabilité nationale, et de leur rectification progressive, compte tenu des contraintes comptables, économiques et sociales. L'idée centrale était que, à travers cet exercice, les acteurs se convainquent de la possibilité et de la vraisemblance de la croissance proposée. Cette prophétie était autoréalisatrice en ce qu'elle ne devenait réalité que dans la mesure où les gens y croyaient a priori. Cette vision est la clé de la rationalisation volontariste de la croissance que visait le projet des comptables nationaux français.

63Sous l'impulsion de Pierre Massé, commissaire du Plan, ingénieur des mines et économiste connaissant les recherches menées dans d'autres pays, des essais de construction de modèles d'optimisation sont menés dans les années 1960, notamment par un centre de recherche en économie mathématique alors créé par le Plan, le CEPREMAP (Moustacchi, 1965). Mais, à la différence de ceux de Tinbergen et de Theil, ces travaux ne sont pas intégrés ensuite dans une pratique politique, et restent des exercices d'école. Les modèles effectivement construits et utilisés par la suite, ZOGOL, DECA, STAR, COPAIN, pour les budgets économiques, FIFI puis DMS pour la planification à moyen terme, sont plutôt des formalisations, de plus en plus détaillées et sophistiquées, des pratiques de projection auparavant effectuées par tâtonnements et négociations itératives. Ces projections tendancielles, éventuellement diversifiées sous forme de "scénarios" plus ou moins "roses" ou "gris" selon le niveau du taux de croissance, pouvaient aussi servir de base pour des "variantes" de politique économique, demandées par des acteurs politiques ou syndicaux. Mais cette pratique de variante "à la demande" ne prendra jamais une grande ampleur.

64Chacune des deux démarches a des implications en termes de négociation et de construction de réseaux socio-politique. Aux Pays-Bas, l'expression concrète des objectifs des "fonctions de préférence" des décideurs se fait à travers les débats du Conseil économique et social, où sont représentés employeurs et salariés. Ainsi, au début des années 1960, de vives discussions ont lieu sur diverses alternatives de la politique des salaires. Ceux-ci tendaient alors à croître rapidement, de façon jugée inflationniste. Un participant syndical du temps observe à quel point "la spécification des préférences est essentiellement un processus de négociation, sujet aux aléas de la situation politique, dans lequel les préférences des membres de la commission entrent en interaction sans nécessairement converger" (Hessel, 1965). Cette question de l'effet propre de la dynamique de la négociation sur la formulation des objectifs politiques est clairement perçue par les planificateurs néerlandais. Leurs collègues français insistent plutôt sur l'ampleur et l'intrication du vaste réseau d'administrations, de commissions et de groupes de travail qui participent à la formulation progressive du Plan, qui est ensuite discuté et voté par le Parlement. Pour eux, c'est l'extension de cette implication des acteurs sociaux qui rend vraisemblable le Plan, puisqu'un plus grand nombre de ces acteurs est incité à agir en référence à un horizon collectivement défini. Dans chacun des deux cas, le style de la formulation technique, optimisatrice et économétrique pour les Néerlandais, coordinatrice et comptable pour les Français, est en interaction avec le réseau scientifique, intellectuel et social dans lequel cette formalisation s'insère.

65Cette différence de procédure explique peut-être pourquoi la planification néerlandaise semble avoir mieux résisté que son homologue française au tournant des années 1970 et à l'arrivée des temps de crise du marché mondial. Aux Pays-Bas, l'outil technique proposé par les modélisateurs est peu contesté. Chacun des grands partis accepte d'inscrire des propositions dans ce cadre, et se soumet à son verdict. Les débats portent sur l'expression des priorités politiques, sous les contraintes nouvelles introduites par une situation qui présente des analogies avec celle que Tinbergen avait modélisée dans les années 1930. Les fluctuations plus ou moins cycliques du marché peuvent être analysées et anticipées. Le fait que des mécanismes de prix ont des effets sur la répartition des revenus et sur le niveau de l'emploi est pris en compte, dans le langage du modèle, par les acteurs du jeu politique, de la même façon que, naguère, les "piliers", religieux et philosophiques, s'accordaient dans le cadre du verzuiling. Le modèle s'intègre ainsi à une superstructure coiffant des piliers séparés mais d'accord pour discuter selon ces règles.

  • 17 Cette esquisse de comparaison entre les deux pays est surtout une hypothèse. Elle risque d'apparaî (...)

66Dans le cas français en revanche, la procédure de concertation d'ensemble, imaginée pour débattre du taux de croissance à moyen terme, mesuré en volume, n'est plus adaptée pour traiter des questions, maintenant privées de langage commun, soulevées par les mécanismes des marchés et par la crise de l'emploi. La modélisation, qui s'est développée et diversifiée dans des institutions différentes créées vers 1980, est devenue un exercice mobilisant des techniciens beaucoup plus compétents en économétrie et en théorie économique que leurs prédécesseurs des années 1950 et 1960. Mais ces travaux s'insèrent moins bien dans une pratique sociale collective, car les questions soulevées sont plus conflictuelles et difficiles à discuter dans un cadre neutre et relativement dépassionné comme l'étaient les commissions de naguère. De plus, le langage même des modèles et de la théorie économique ne constitue plus un fonds commun à peu près accepté par tous. Il y a donc à nouveau une séparation entre des techniciens dotés d'outils de plus en plus sophistiqués, et un débat social qui les ignore en partie, ou qui reste perplexe devant la diversité des diagnostics et des propositions des experts17. Par exemple, les arguments des controverses sur le salaires minimum semblent, au moins en France, immuables depuis soixante ans. Une comparaison minutieuse du style et de l'impact social de ce débat récurrent, entre deux pays proches à beaucoup d'égards, serait éclairante. En quoi les deux traditions de planification et de modélisation ont-elles modifié l'articulation entre les arguments étayés par des modèles et les projets politiques ? Y a-t-il, de ce point de vue, une différence significative entre les Pays-Bas et la France ? Les mots plan et modèle ont-ils d'ailleurs les mêmes connotations selon qu'ils qualifient des choses à faire, des choses en train de se faire, ou des choses faites, et cela dans l'un ou l'autre des deux pays ?

LE PLAN : UN DESSEIN ET UN DESSIN

67L'idée de plan a deux faces. D'une part, le plan organise et coordonne une séquence d'actions visant un but. D'autre part, le plan est une représentation dessinée, une clôture d'un espace compliqué et potentiellement illimité, réduit aux seuls traits nécessaires pour s'y mouvoir et agir sur lui. L'idée de modèle a la même ambivalence : figure exemplaire vers laquelle tendre, stylisation conventionnelle et manipulable d'un système d'interactions. Dans les deux cas, sont combinées étroitement la possibilité de regarder et de décrire, et celle d'agir (Thévenot, 1990). Cependant, au moins dans leurs usages relatifs à l'économie, le mot modèle semble plutôt du côté de la description, tandis que le mot plan serait lié à une action en projet. Cette distinction permet peut-être de résumer ce qui précède, en distinguant le cours de l'économie elle-même du cours de l'activité de planification de cette économie.

68Les Néerlandais s'appuient sur l'enchaînement dynamique des fluctuations d'une économie marchande autonome, comme on tente de monter un cheval au galop. La désignation d'objectifs, fixés ou flexibles, est conditionnée par une vive sensibilité au cours de l'économie. La procédure de planification, pour sa part, implique une articulation forte entre modélisation et négociation des objectifs et des moyens. L'accent semble être mis plutôt sur le résultat de la procédure. Le Plan néerlandais mime le cours de l'économie par son modèle.

69Les Français (avant 1975) avaient une vision plus technique et quantitative d'une économie dont la dynamique des prix est restée longtemps mystérieuse. Si le cours de cette économie était résumé à son horizon, en revanche la procédure sociale de définition détaillée de cet horizon était privilégiée, à travers un circuit compliqué entre experts comptables nationaux, commission et groupes de travail. Le Plan français mimait le cours de l'économie par la négociation entre les partenaires sociaux.

70Pourtant il ne faut pas trop attendre de ces comparaisons macro-sociologiques. Elles servent surtout à donner du relief aux descriptions usuelles portant sur un seul pays. Les comparaisons, internationales ou historiques, permettent de voir, en prenant du recul. Mais à partir de là, tout reste à faire. L'étude microsiologique des interactions entre les savants, les statisticiens, les délégués des "partenaires sociaux" français ou des "piliers" néerlandais, les législateurs, les décideurs, ne peut en rien être remplacée pas la seule étude des déclarations de principe, des organigrammes administratifs ou des équations des modèles. Cet ensemble disparate fournit des ressources très variées, inscrites dans des réseaux nationaux de configurations différentes. Celles-ci ne sont pas des conséquences de traits culturels globaux, mais sont liées à des genèses, à des sélections spécifiques et contingentes, dont les résultats sont des façons de faire de l'Etat, en tricotant des savoirs et des actions.

Notes

1 Texte publié sous ce titre dans une version abrégée, dans :Genèses, 34, mars 1999, pp. 28-52.

2 Ce qui suit doit beaucoup à des informations fournies par des chercheurs néerlandais : Marcel Boumans, Johan Heilbron, Frank Kalshoven, C. Oomens, Adrienne Van den Bogaard. Mention particulière doit être faite à Albert Jolink, le biographe de Jan Tinbergen, qui m'a appris beaucoup sur celui-ci. Il a accepté que je l'accompagne, en mai 1994, lors d'une des visites régulières qu'il lui rendait. Alors âgé de 91 ans, Jan Tinbergen a bien voulu répondre à mes questions, dans le français parfait que parlaient les intellectuels européens de naguère. Il est décédé en juin 1994. Pour la France, Edmond Malinvaud, Jacques Mayer et Pascal Mazodier ont eux aussi répondu à quelques unes de mes questions. Qu'ils en soient tous remerciés.

3 Ce nombre huit n'a bien sûr rien d'absolu. On pourrait sûrement en mentionner d'autres.

4 On en trouvera beaucoup d'éléments dans Stigler (1986), Morgan (1990), Bodkin, Klein et Marwah (1991), et Desrosières (1993).

5 Le passé est ici utilisé, car ce paysage français, esquissé à grands traits, s'est beaucoup transformé au cours des trois dernières décennies, et justifierait une autre analyse, même si certains aspects subsistent.

6 Des développements sur l'histoire interne des modèles économétriques français figurent dans Artus, Deleau, Malgrange (1986), Boyer (1987) et Courbis (1991). Sur l'histoire plus générale de la statistique administrative en France, voir INSEE (1987), volumes 1 et 2.

7 André Marchal, en 1952, le déclare mort pendant la guerre de 1914, ce qui montre combien il était peu connu.

8 Cette histoire est racontée de façon vivante dans un livre centré sur des interviews des principaux acteurs de celle-ci : François Fourquet. Les comptes de la puissance. Histoire de la comptabilité nationale et du Plan. Paris Encres-Recherches, 1980.

9 Les comptables nationaux de ce temps estimaient que, si les comptes du passé récent sont connus de façon détaillée, la prévision de ceux du futur proche devient presque un jeu d'enfant. Cette idée est voisine de celle de Quetelet, qui se faisait fort de prévoir avec exactitude le nombre des suicides et des crimes qui seront commis l'an prochain. Il parlait même à ce sujet de "l'inexorable budget du crime".

10 Un des thèmes les plus discutés et travaillés sur la période a été la politique des salaires (Hessel, 1965).

11 Elle s'appuyait sur deux traditions théologiques en partie différentes. Pour les catholiques, l'idée de subsidiarité, issue des encycliques papales, garantissait un partage des compétences entre les niveaux d'une hiérarchie, l'Etat devant exercer seulement (mais complètement) les tâches que les niveaux inférieurs ne peuvent exercer. Pour les protestants, la notion de souveraineté dans sa communauté accordait plus de prérogatives aux petites communautés et exprimait une réticence plus grande à l'égard de l'Etat. Pour cette raison, le Plan néerlandais a été promu plutôt par des alliances entre catholiques et socialistes, bien que les protestants et les libéraux y aient aussi participé activement (Kalshoven et Van Altena, 1993). On retrouverait sans doute des nuances analogues dans l'histoire de la construction européenne, marquée par la personnalité de Jean Monnet, le fondateur du Plan français.

12 Sa capitale, La Haye, est une petite ville par rapport à Amsterdam ou Rotterdam. Le CBS et le CPB sont à La Haye ou dans ses environs. (Le bâtiment du CBS, à Voorburg, est aussi le siège du secrétariat permanent de l'Institut international de statistique, IIS). Tinbergen vit à La Haye. Les grandes universités sont réparties entre Amsterdam et plusieurs autres villes : Utrecht, Leyde, Rotterdam. Selon Johan Heilbron (1988) : "Ce système polycentrique, fondé sur la coexistence plutôt que sur la concurrence ouverte, remonte aux origines de la nation, qui s'est constituée par l'union des provinces, ne connaissant aucun centre très puissant, ni cour prestigieuse, ni pouvoir central."

13 A la suite d'une réforme de l'enseignement secondaire favorisant l'enseignement scientifique, dans les années 1860, des laboratoires de physique dotés de moyens important avaient pu se développer au tournant du siècle, et les Pays-Bas obtiennent cinq prix Nobel de physique entre 1901 et 1913 (Willink, 1991). Parmi eux, Paul Ehrenfest (1880-1933), un des fondateurs de la mécanique quantique, exerce une influence décisive sur le jeune Tinbergen.

14 Ce livre semble avoir été peu lu et cité par ceux des économistes qui ont créé la comptabilité nationale et les budgets économiques (sous réserve de vérification). Malinvaud se souvient l'avoir acheté et lu en détail en 1943.

15 Il est possible que certains des créateurs du Plan, notamment Van Cleef, auteur en 1941 des premiers comptes nationaux, aient eu une conception différente de celle de Tinbergen, et aient souhaité un Plan moins centré sur le marché, et plus tourné vers une sorte de socialisme communautaire. Van Cleef serait, par cette sensibilité marquée par une pensée religieuse, comparable à Gruson (membre actif et influent de l'Eglise réformée de France). Mais, à la différence de celui-ci, il ne joue plus un grand rôle après 1950 (ces remarques doivent beaucoup à Frank Kalshoven et à Adrienne Van den Bogaard).

16 Le Japon est un troisième pays dont la planification pourrait être comparée à celles des Pays-Bas et de la France (Hickman, 1965).

17 Cette esquisse de comparaison entre les deux pays est surtout une hypothèse. Elle risque d'apparaître simpliste, surtout pour les Néerlandais qui, vivant de l'intérieur leur situation, en voient mieux les contradictions, et pour qui le consensus évoqué ici apparaît peut-être comme leur utopie nationale.

© Presses des Mines, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540