Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quand travailler, c’est s’organiser

 | 
Alexandra Bidet
, 
Caroline Datchary
, 
Gérald Gaglio

Partie 3 – Multi-activité et dispositifs numériques. Entre usages et conception

« Je devine que tu dois être surbookée » : anticiper la multi-activité de ses interlocuteurs dans les courriels professionnels

Hassan Atifi, Nadia Gauducheau et Michel Marcoccia

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le travail contemporain, notamment dans les contextes d’innovation ou de relation de service, est marqué par des exigences de plasticité et de réactivité, qui sont sources de multi-activité ou de fragmentation de l’activité (Licoppe, 2008) (Bidet, 2011b). Comme l’indique Datchary (ici), la notion de multi-activité peut être thématisée en effet de façons variées, notamment en termes de dispersion (Datchary, 2004), de fragmentation (Mark & al., 2005), d’interruption (Belloti & al., 2003), ou dans les termes d’un travail d’articulation, de composition ou d’interface (Bidet). De manière générale, l’idée est que les individus en situation de multi-activité doivent gérer des engagements concurrents et simultanés (Bidet, 2011b), que cela prenne la forme de multitâche consécutif (interrompre une activité inachevée pour en réaliser une autre) ou de multitâche simultané (faire plusieurs choses en même temps) (Licoppe).

Lorsque la multi-activité renvoie à des phénomènes de fragmentation et d’in...

© Presses des Mines, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540