Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sur la piste environnementale

Les enquêtes « profanes » et la dynamique des controverses en santé environnementale

Madeleine Akrich, Yannick Barthe et Catherine Rémy

Texte intégral

1L’ambition de cet ouvrage est de mettre à disposition du public français une série de travaux anglo-saxons portant sur des controverses en santé environnementale et sur le rôle que sont amenés à y jouer les non spécialistes ou ce qu’il est désormais convenu d’appeler les « profanes ». Il faut d’emblée préciser que ce recueil de textes ne livre qu’un aperçu de l’abondante littérature sociologique qui a été consacrée à cette problématique depuis une trentaine d’années, en particulier aux États-Unis. En ce sens, il constitue surtout une invite à découvrir un ensemble de travaux trop souvent méconnus en France et dont l’intérêt est renforcé par la multiplication récente dans notre pays des mobilisations sociales sur ce type de questions.

2L’attention précoce des chercheurs américains pour les affaires de contamination environnementale tient pour une part au fait que ces dernières correspondraient à l’essor d’une nouvelle forme d’activisme. Pour bon nombre d’auteurs, en effet, la mobilisation de groupes concernés par ces questions consacrerait l’émergence, à partir du début des années 1980, d’un nouveau type de mouvement social dans le domaine de l’environnement, baptisé « environmental grassroot movement ».

  • 1 Love Canal est le nom d’un quartier de la ville de Niagara Falls, au nord de l’État de New York, d (...)

3L’expression recouvre deux grandes caractéristiques des mobilisations qui, dans le sillage de la célèbre affaire de Love Canal1, se sont déployées à propos des déchets toxiques et de la pollution environnementale au cours des trois dernières décennies aux États-Unis. La première renvoie à l’identité des acteurs qui sont à l’initiative de ces mouvements ou qui viennent en grossir les rangs, la seconde au type de problèmes que ces mobilisations contribuent à mettre en avant. Sur ces deux aspects, les mouvements grassroots marqueraient une rupture nette avec l’environnementalisme traditionnel ; ils correspondraient en fait à un « deuxième âge » des mobilisations dans ce secteur (Tesh, 1993). C’est ainsi par contraste avec les associations nationales de protection de l’environnement bien établies que ces nouvelles mobilisations ont le plus souvent été décrites (Cable & Benson, 1993 ; Cable & Cable, 1995 ; Tesch, 1993).

4La plupart des grandes associations de protection de l’environnement qui ont fleuri dans les années 1960 ont recruté la grande majorité de leurs membres au sein des classes sociales moyennes et supérieures et parmi la population blanche et masculine des États-Unis. Ces associations, telles que le Sierra Club, la National Audubon Society, ou encore Friends of Earth, ont d’emblée une dimension nationale et se présentent comme des organisations de lobbying ayant pour objectif de modifier la législation en vigueur (Cable & Cable, 1995). Par contraste, les groupes grassroots qui naissent à la fin des années 1970 et au cours des années 1980 sont généralement de petits collectifs locaux formés en majorité par des personnes issues du monde ouvrier, ayant un bas revenu et un faible niveau d’éducation. Les femmes et les minorités ethniques y sont par ailleurs très représentées. Si beaucoup d’auteurs insistent sur la composition sociale singulière de ces groupes, c’est qu’elle oblige selon eux à réviser bon nombre des théories en vigueur dans la sociologie des mouvements sociaux, qu’il s’agisse de la théorie dite de la « mobilisation des ressources » ou celle dite des « nouveaux mouvements sociaux » (Brown & Masterson-Allen, 1994).

5Outre leur composition sociale, c’est aussi le type de problème qu’ils contribuent à faire émerger qui distingue les mouvements grassroots des associations nationales de protection de l’environnement. Alors que ces dernières étaient orientées vers la protection de la nature, les collectifs grassroots naissent essentiellement à propos de problèmes sanitaires liés à l’environnement. Il ne s’agit plus seulement de protéger la nature des actions humaines mais de protéger les humains d’un environnement devenu potentiellement dangereux. Alors que la question sanitaire était restée jusque-là à la périphérie du discours environnementaliste, avec l’activisme grassroot elle occupe désormais le devant de la scène (Tesch, 1993). Par ailleurs, les mouvements grassroots sont tournés vers des problèmes locaux : dans la plupart des cas, il s’agit de riverains d’un site contaminé ou d’une industrie à risque qui se mobilisent, d’abord pour obtenir des informations sur les dangers sanitaires auxquels leurs familles sont exposées, puis le cas échéant pour mettre un terme à cette situation. Ces groupes sont initialement peu politisés et cherchent moins à promouvoir de nouvelles lois ou une nouvelle régulation qu’à obtenir des garanties concernant leur propre sécurité. Ce cadrage local, qui fait du mouvement grassroot un mouvement fondamentalement décentralisé, puisqu’à chaque problème local correspond une association, n’empêche pas que s’opère dans un deuxième temps une généralisation de la cause. Ce processus de généralisation ou d’amplification peut prendre la forme de revendications en faveur d’une participation des citoyens aux décisions ainsi qu’aux recherches sanitaires qui sont menées. Mais, dans le cas américain, c’est surtout à travers la dénonciation d’une injustice voire d’un racisme environnemental que s’opère une « montée en généralité » et une politisation des revendications portées par ces groupes locaux. C’est ainsi que le « mouvement pour la justice environnementale », dont on ne trouve guère d’équivalent en Europe, va prendre directement appui sur ces mobilisations éparses (Čapek, 1993 ; Faber, 1998).

6Une troisième caractéristique distingue ces mobilisations de celles qui les ont précédées. D’un point de vue analytique, en effet, l’intérêt que représente l’activisme à propos des questions de santé environnementale tient en grande partie aux modalités mêmes de l’action collective, et en particulier à l’importance inédite qu’y occupe le travail d’enquête. Dans bon nombre de situations, l’engagement des profanes sur les questions sanitaires ou environnementales prend en effet la forme d’investigations destinées à rendre visibles les menaces auxquelles ils considèrent être exposés et à établir la réalité des dommages dont ils s’estiment les victimes. En s’intéressant à ces enquêtes menées par des profanes afin de rendre tangible l’existence d’un problème sanitaire lié à leur environnement, il devient possible de tracer les contours d’un cadre d’analyse susceptible de rendre compte de la plupart des situations de controverse qui caractérisent ce domaine et de mieux saisir leur dynamique.

7Pour présenter ce cadre d’analyse, le plus simple consiste à distinguer différentes phases dans ces mobilisations, qui correspondent à différents moments du travail d’enquête. Ainsi, dans un premier temps, nous nous intéresserons à une phase que l’on peut qualifier de « pré-enquête », au cours de laquelle l’activité de problématisation, c’est-à-dire la définition par certains individus d’une situation problématique, est primordiale. Comme dans toute phase de pré-enquête, et cela quelle que soit la nature de l’enquête, c’est le moment où des questions (de recherche) sont posées. La seconde phase correspond au travail d’enquête proprement dit et à ce que certains chercheurs ont appelé des processus d’« épidémiologie populaire ». Elle est marquée par une activité de recherche plus formalisée de la part de profanes affectés par un problème. L’investigation se donne pour objectif de répondre aux questions préalablement posées, lesquelles sont généralement restées sans réponse de la part des autorités sanitaires. Ce qui n’empêche pas les profanes de nouer au cours de cette phase des alliances avec ceux que nous appellerons des « enquêteurs professionnels ». La dernière phase correspond aux suites des enquêtes. C’est la question du comportement des autorités sanitaires et de leurs experts face aux enquêtes profanes qui retiendra alors notre attention.

La pré-enquête ou l’émergence du soupçon

8Comme on vient de le rappeler, les groupes qui se mobilisent sur ces questions de santé environnementale se distinguent assez nettement des mouvements environnementalistes classiques. Qu’est-ce qui permet d’expliquer leur engagement ? Au vu des travaux menés, deux éléments apparaissent cruciaux dans cette dynamique : dans un certain nombre de cas, la protestation s’enclenche sur un mouvement de victimisation, c’est-à-dire de qualification, en tant que victimes, de personnes atteintes de divers troubles. Cependant, toutes les affaires ne se constituent pas d’emblée sur le constat de pathologies avérées : dans d’autres cas, elles naissent d’une suspicion grandissante à l’égard d’un environnement considéré comme porteur de menaces. Nous allons envisager successivement ces deux cas de figure qui couvrent l’essentiel des configurations possibles expliquant l’émergence d’un questionnement et l’entrée dans la pré-enquête.

Des malades aux victimes

9À partir des cas relatés dans la littérature, on peut identifier trois variables qui pèsent sur ce processus de victimisation : la nature de la pathologie, le nombre et/ou la répartition géographique des cas, et enfin l’identité du ou des malades.

10Que des personnes malades, notamment lorsqu’elles sont atteintes de pathologies graves ou invalidantes, s’interrogent sur l’origine de leur maladie n’est guère surprenant ; ce questionnement est d’autant plus insistant que la médecine peine à établir les causes de leurs problèmes de santé. Les cancers, les scléroses, mais aussi différents syndromes comme celui du « bâtiment malsain » et plus généralement tout ce qui est désigné dans la littérature sous le terme de « maladies inexpliquées » suscitent ce type d’interrogation. L’article de Phil Brown dans ce recueil dépeint un processus de mise en mouvement qui prend sa source dans l’obstination avec laquelle la mère d’un enfant leucémique, confrontée à d’autres cas, cherche à comprendre ce qui a pu causer la maladie. La mobilisation, dépeinte par Stella Čapek, des femmes atteintes d’endométriose, tout comme celle des hypersensibles chimiques décrite par Steve Kroll-Smith et Hugh Floyd, sont exemplaires du combat de personnes atteintes de troubles invalidants, sur lesquels les connaissances font cruellement défaut, peu reconnus des médecins et qui sont l’objet d’interprétations stigmatisantes mettant en cause les personnes et leurs choix de vie.

11L’émergence d’un tel questionnement est liée à la découverte de cas similaires au sein d’un même espace géographique ou parmi des personnes ayant partagé une même expérience, les anciens soldats du Golfe par exemple, ou encore les mineurs de charbon qui ne peuvent que constater, dans le récit qu’en fait Bloor, la disparition précoce de leurs pairs. Cette découverte prend parfois une forme aigüe comme dans les affaires de « bâtiment malsain », lorsque dans un laps de temps très court et sur un même lieu – un bureau, une école – plusieurs personnes présentent les mêmes symptômes (Murphy, 2006). En dehors de cette configuration particulière, les recoupements entre des expériences individuelles tiennent souvent à l’insertion des individus dans une petite communauté ou un espace d’interconnaissance, un village, un quartier, une paroisse, un club de sport, mais aussi les services hospitaliers dans lesquels sont soignées les personnes touchées comme dans le cas d’Anne Anderson, la mère de l’enfant leucémique de Woburn. L’hypothèse environnementale sur les causes du cancer du sein s’est manifestée dans des espaces de socialité à l’échelle locale comme dans un club de tennis (McCoy et al., 1992), ou dans des groupes de soutien pour les femmes atteintes de la maladie (McCormick et al., 2003). Les forums et les groupes de discussion Internet constituent aujourd’hui l’un des lieux majeurs dans lequel s’échangent des expériences et se formulent des hypothèses interprétatives pour des groupes de personnes géographiquement distantes, mais qui partagent une même expérience – le cas des vétérans de la guerre du Golfe est ici exemplaire – et/ou qui sont atteints d’une pathologie, comme la fatigue chronique, l’hypersensibilité chimique ou électromagnétique, dont la cause organique n’est pas reconnue par la médecine (Tesh, 2002 ; Loriol, 2003 ; Pitts, 2004 ; Akrich & Méadel, 2002).

12Enfin, le processus de victimisation n’est pas indifférent à l’identité des personnes malades : il est des cas, comme les cancers des enfants, où la maladie apparaît intolérable et inexplicable ; face à une situation qui « n’est pas dans l’ordre des choses » (Calvez, 2009) toute coïncidence est justiciable d’un examen approfondi. Dans d’autres configurations, l’invraisemblance de ce qui est observé suscite le questionnement : pourquoi des sujets jeunes et jusque-là bien portants, tels que les vétérans de la guerre du Golfe décrits par Zavestoski et ses collègues, sont-ils si nombreux à être frappés par des symptômes généralement associés à la vieillesse, tels la fatigue ou la perte de mémoire (Kilshaw, 2004 ; Shriver & Waskul, 2006) ?

13La transformation des malades en victimes résulte donc d’un premier travail de recoupement qui se fait presque toujours à plusieurs : le processus de mobilisation qui aboutit à la constitution d’un « collectif de questionnement » est inextricablement lié au processus de victimisation. Dès lors que les victimes apparaissent, la question devient d’identifier ce dont elles sont victimes. C’est la demande qu’adressent dans un premier temps les groupes concernés aux autorités publiques. Comme nous le verrons, l’insuffisance à leur yeux des éléments apportés par les autorités les conduit à s’engager dans un patient travail d’enquête afin d’établir les faits.

Un environnement rendu suspect

14Le questionnement à propos d’éventuels dangers environnementaux ne part pas toujours de pathologies avérées. Tout aussi souvent, il porte sur des activités ou des événements qui sont suspectés d’avoir des conséquences sanitaires même si celles-ci ne sont pas connues ou visibles. Dans ce cas de figure, le questionnement consiste à modifier la qualification d’une activité, d’un site ou d’un agent environnemental, et donc à le mettre en cause.

  • 2 Pour une synthèse, voir Borraz (2008).

15Ce processus de mise en cause s’appuie sur plusieurs mécanismes déjà identifiés par de nombreux auteurs2 : le repérage d’événements « anormaux », la récurrence de tels événements, l’opacité qui entoure certaines activités, la mise en rapport d’une situation locale avec des informations alarmantes.

16Tout d’abord, le processus de mise en cause s’enracine dans l’observation de phénomènes étranges et insolites qui attirent l’attention. Brown rapporte le fait qu’à Woburn, les habitants se plaignent de l’odeur et du goût de l’eau, ainsi que de la décoloration des éviers qu’elle produit. La maladie inexpliquée et massive observée chez le bétail d’un éleveur du Michigan est l’événement déclencheur de la quête racontée par Reich et qui conduira à l’identification d’une pollution au PBB. Les exemples sont nombreux dans la littérature : à Love Canal, certains riverains se plaignent d’odeurs chimiques, d’autres constatent l’apparition de liquides d’une couleur et d’une odeur inhabituelles sur le terrain de jeu qui jouxte leur maison, d’autres encore s’étonnent de la forme des légumes de leur potager (Levine, 1982 ; Mazur, 1998). Dans son étude sur une controverse autour d’une ligne à haute tension, Elisabeth Rémy raconte que l’inquiétude des riverains prend naissance suite à l’apparition d’événements singuliers : un portail électrique qui n’en fait qu’à sa tête, certains jouets qui se mettent en marche tout seuls, etc. (Rémy, 1997). La découverte de cadavres d’animaux ou la mort de poissons est également un épisode récurrent dans ces affaires.

17Le questionnement paraît d’autant plus légitime qu’il s’appuie sur des précédents : là où un événement isolé pourrait passer inaperçu, son inscription dans une série renforce le doute et conduit à lancer l’alerte (Chateauraynaud & Torny, 1999), comme s’il existait un seuil qui, une fois dépassé, légitimait l’inquiétude et le questionnement. Cet effet de seuil peut correspondre à un changement de nature ou une intensification de l’activité : à Grand Bois, Barbara Allen note que les riverains d’une décharge de déchets de l’industrie pétrolière, qui s’étaient plaints auparavant de mauvaises odeurs et de maux de tête, se mobilisent lorsque le déchargement de déchets s’intensifie et que le caractère dangereux des opérations est rendu visible par les combinaisons de protection que portent les chauffeurs des camions. Certains événements passés inaperçus peuvent alors faire l’objet d’une réinterprétation historique et être construits comme des précédents pour légitimer le questionnement autour d’un événement présent (Gunter & Kroll-Smith, 2007).

18Mais c’est aussi l’absence d’informations autour d’une activité qui peut conduire à la rendre suspecte aux yeux des riverains. L’absence de visibilité, voire le secret, légitime le questionnement et semble venir confirmer les craintes exprimées par certains riverains, notamment dans les controverses autour des sites nucléaires comme celui de Hanford aux États-Unis (Kaplan, 2000). Dans le cas étudié par Barbara Allen, la mobilisation des riverains de la décharge est d’autant plus forte que ce qu’ils observent, notamment l’intensification des rotations, est en contradiction avec les quelques informations qui leur sont délivrées.

19Enfin, la mise en cause d’une activité peut résulter d’informations obtenues ailleurs sur des situations analogues, du point de vue des produits en cause ou de la nature de l’activité. Ces informations peuvent être diffusées par des associations ayant une dimension nationale, par la presse, par les autorités elles-mêmes ou encore être glanées sur Internet.

20Comme dans les processus conduisant à la victimisation, les rapprochements et la mise en relation d’informations éparses alimentent le questionnement. C’est par ce biais que certaines activités peuvent être suspectées avant même d’exister, comme dans le cas des conflits suscités par l’implantation de certaines installations.

De la mise en cause à la victimisation et réciproquement

21Comme on vient de le voir, victimisation et mise en cause sont deux processus distincts qui s’appuient sur des « compétences » et des mécanismes différents. Dans un cas, on part de pathologies pour s’interroger sur leurs causes et dans l’autre, on part d’agents suspects pour s’interroger sur leurs effets sanitaires. Si les deux processus peuvent être déconnectés, ils se renforcent mutuellement et s’articulent l’un à l’autre : les interrogations ayant pour origine les pathologies prennent souvent la forme d’hypothèses sur de possibles causes environnementales. Ces causes environnementales peuvent être rendues disponibles par des mises en causes préalablement opérées. Inversement, la mise en cause d’une activité est renforcée par la survenue de problèmes sanitaires inexpliqués et questionnés par ailleurs, lesquels sont alors envisagés comme une confirmation des soupçons. Par ailleurs, les mêmes acteurs peuvent contribuer aux deux types de processus, comme Anne Anderson à Woburn par exemple. Quoi qu’il en soit, la rencontre des deux processus permet de formuler clairement une hypothèse causale entre une source environnementale et des pathologies, hypothèse qui demande alors à être vérifiée grâce à des enquêtes.

22Au stade de la pré-enquête, le public concerné adresse des questions aux autorités, questions de recherche qui supposent des investigations. Les demandeurs n’ont pas la prétention de réaliser eux-mêmes ces enquêtes, mais réclament que les autorités se saisissent du problème et que des scientifiques – autrement dit, des enquêteurs professionnels – se penchent sur leur cas pour apporter des réponses à leurs questions et apaiser leurs inquiétudes. Il est cependant rare que les autorités leur répondent de manière satisfaisante. La négligence des autorités, qu’il s’agisse des élus locaux, des médecins ou de l’administration sanitaire, à l’égard des plaintes est un trait commun à presque tous les cas de mobilisations citoyennes à propos de sites contaminés. On pourrait à cet égard introduire des nuances entre les cas où les plaintes ne sont tout simplement pas entendues, surtout si elles sont portées par des individus isolés, les cas où elles donnent lieu à une enquête rapide qui paraît avant tout destinée à rassurer les riverains, et les cas où de réelles recherches sont entreprises mais dont les résultats se font attendre ou sont cachés au public. Dans tous les cas de figure, l’attitude des autorités renforce la méfiance et participe à la formation et à l’extension des « collectifs de questionnement » : les questions demeurant sans réponses, l’alerte « verticale » (en direction des autorités) lancée par des personnes isolées va se transformer en alerte « horizontale », les mêmes personnes cherchant à convaincre leur entourage du bien-fondé de leurs craintes. Par ailleurs, l’ignorance des autorités ou le refus de jouer leur rôle dans le processus de délégation a pour effet de transformer les « collectifs de questionnement » en « collectifs de recherche » : de la pré-enquête profane, on passe alors à la phase d’enquête profane qui voit les plaignants se lancer eux-mêmes dans des investigations en lieu et place des enquêteurs professionnels.

L’« épidémiologie populaire », une conceptualisation de l’enquête profane ?

23Rares sont les études empiriques qui ont mis l’accent sur l’aspect concret de ce travail de recherche mené par des citoyens ordinaires. L’activité d’identification des problèmes est souvent rapportée à des discours, à des représentations, à des croyances, et les chercheurs font volontiers l’impasse sur le « travail de la preuve » auquel se livrent des citoyens concernés afin de rendre crédibles leurs inquiétudes. La sociologie des mouvements sociaux, par exemple, s’est très peu penchée sur les investigations conduites par les non-spécialistes, alors même qu’il s’agit là d’un aspect essentiel et, de surcroît, original de l’activisme dans le domaine des risques sanitaires et environnementaux. Même au sein de la littérature centrée sur la santé environnementale, les descriptions détaillées de ce travail d’enquête font souvent défaut. Les auteurs se contentent d’indiquer que l’activisme des groupes mobilisés s’est traduit par des recherches ou par la production d’un « savoir profane », sans que l’on en sache tellement plus. Les travaux présentés dans ce livre font exception en grande partie à cette règle. Phil Brown et ses collègues, Sabrina McCormick et Stephen Zavestoski notamment, sont parmi les chercheurs qui ont mis l’accent sur ce type d’activités. À partir de son analyse du cas de Woburn, Phil Brown a forgé le concept d’« épidémiologie populaire », repris par de nombreux auteurs pour analyser d’autres mobilisations locales ou en tirer des enseignements généraux sur les rapports entre experts et profanes (Novotny, 1998 ; Whittaker, 1998 ; Clapp, 2002 ; San Sebastian & Hurtig, 2005). Cette notion a également connu un certain succès au-delà du cercle restreint des chercheurs en sciences sociales spécialisés dans l’étude des controverses sur les questions sanitaires. Ainsi, des professionnels de la santé publique et des épidémiologistes ont plaidé pour une reconnaissance de ces formes d’enquête profane et pour la mise en place de nouveaux protocoles de recherche permettant de les intégrer. En épidémiologie, par exemple, tout un courant s’est développé pour promouvoir des recherches fondées sur une large participation du public aux enquêtes (community-based research) (Israel et al., 1998 ; Arcury et al., 2000 ; O’Fallon & Dearry, 2002 ; Leung et al., 2004 ; Plumb et al., 2008).

24À quoi renvoie la notion d’« épidémiologie populaire » ? Dans les nombreux articles qu’il lui a consacrés (Brown, 1987 ; 1992 ; 1993), Phil Brown a eu l’occasion de définir l’épidémiologie populaire à plusieurs reprises. Dans l’article proposé dans ce volume, il rappelle que ce concept recouvre selon lui deux phénomènes apparentés : (i) le développement d’une forme de science citoyenne qui correspond à la production par des « profanes » de connaissances sur les risques environnementaux et technologiques – des non-professionnels collectent eux-mêmes des données et mobilisent des connaissances scientifiques pour comprendre l’épidémiologie d’une maladie – et (ii) un type de mobilisation sociale qui joue un rôle de plus en plus crucial dans la culture politique moderne. Cette épidémiologie populaire présente évidemment certains points communs avec l’épidémiologie savante puisqu’il s’agit dans les deux cas de documenter la distribution de certaines maladies et de proposer des hypothèses causales permettant d’en rendre compte. Mais elle déborde du cadre contraignant qui s’impose à l’épidémiologie savante et renvoie à un processus beaucoup plus large. Plus large, d’abord, parce que les hypothèses causales proposées dans le cadre d’un processus d’épidémiologie populaire ne se limitent pas aux « facteurs de risque » sur lesquels se concentre habituellement l’épidémiologie traditionnelle. Les intérêts industriels, les décisions gouvernementales, les normes de régulation, le racisme environnemental sont autant d’éléments qui peuvent être mis en avant dans la chaîne causale des maladies. Plus large ensuite, parce que les moyens permettant de rendre visibles ces problèmes et de donner plus de robustesse à certaines hypothèses causales ne se réduisent pas à des enquêtes sanitaires et à l’accumulation de données scientifiques. Le recours au procès ou le lobbying parlementaire font partie intégrante des modes d’action utilisés afin d’obtenir la reconnaissance de certains liens de causalité.

25On peut discuter de la pertinence de ce concept qui recouvre des processus très généraux et qui désigne parfois des activités tellement éloignées de l’épidémiologie savante qu’on en vient à se demander s’il est raisonnable de conserver une telle terminologie. Toutefois, l’intérêt de cette notion est double selon nous. D’une part, elle a le mérite de tenir dans un même cadre d’analyse le travail d’enquête orienté vers la production de données et le travail de mobilisation politique. D’autre part, bien que cette terminologie ait le don d’irriter les épidémiologistes pour qui il ne s’agit pas là de véritables enquêtes scientifiques, l’épidémiologie fournit des ressources pour décrire au mieux les différents types d’investigations profanes et la dynamique de ces mobilisations – ressources que l’inventeur de la notion d’« épidémiologie populaire » ne met d’ailleurs pas toujours à profit.

26Partons donc de deux grands types d’enquêtes épidémiologiques pour distinguer deux variantes d’enquêtes profanes, en suivant le cadre d’analyse avancé dans la section précédente. En épidémiologie, les études dites « cas-témoins » consistent à constituer un groupe de malades et à le comparer avec un groupe de non malades afin d’identifier l’exposition pouvant être à l’origine de la maladie. Il s’agit donc de partir des « cas » et de remonter vers les causes. Cette démarche caractérise également un premier type d’investigation profane. Par ailleurs, comme on le sait, les études épidémiologiques dites de « cohorte » adoptent une démarche inverse : elles consistent à suivre un groupe exposé à un agent particulier et à le comparer à un groupe non exposé afin de mettre au jour les éventuels effets sanitaires de l’exposition en question. Il s’agit alors de partir des causes éventuelles pour repérer des « cas ». Là encore, on peut trouver une démarche analogue lorsque les investigations sont prises en charge par des profanes.

Des « cas » aux causes

27Lors de la phase de pré-enquête, des malades ont été transformés en « victimes », c’est-à-dire en autant de « cas » dont il s’agit de comprendre l’étiologie. Les investigations menées par les profanes vont consister, d’abord, à collecter de manière systématique les cas afin de confirmer l’intuition selon laquelle la survenue de la maladie, loin d’être le fruit du hasard, est plutôt le résultat d’une exposition environnementale. Ensuite, à partir de cet agrégat de cas, ils vont s’efforcer de remonter aux causes. Ainsi, après la victimisation, on retrouve le deuxième processus identifié précédemment, celui de mise en cause.

28Pour repérer des cas de manière plus systématique, c’est-à-dire identifier des individus atteints d’une même pathologie, les profanes peuvent faire du porte-à-porte et mener une enquête sanitaire au sein d’une aire géographique délimitée ; certains passent des annonces dans la presse, lancent des appels à témoignages, comme dans le cas de Woburn où le pasteur Young et Anne Anderson utilisent ce procédé. Le repérage des cas peut également s’effectuer par les échanges au sein de certaines associations, comme celles des vétérans des essais nucléaires ou des vétérans de la guerre du Golfe ou encore, comme on l’a vu, par le biais de forums et de sites Internet spécifiquement dédiés à certaines pathologies.

29Dès qu’un nombre significatif de cas ont été collectés, il devient possible de chercher ce qui, en dehors de la pathologie, les rapproche. Une méthode couramment utilisée consiste à projeter ces cas sur une carte afin de pouvoir concentrer la recherche sur une zone géographique particulière. Cette activité de cartographie permet ainsi de faire apparaître un « portrait-robot » du suspect : une source environnementale à laquelle tous les cas ont été exposés et qui se situerait donc dans la même zone géographique. Que peuvent avoir en commun les enfants de Woburn atteints de leucémies ? Le fait qu’ils habitent le même quartier, et donc respirent le même air et boivent la même eau. La carte des leucémies permet de réduire la liste des suspects. L’échange de témoignages et le partage d’expérience entre malades est un autre moyen de réduire la liste des suspects, voire d’identifier une cause probable aux pathologies.

30Le passage des « cas » aux causes s’opère par l’intermédiaire d’opérations de rapprochement et de recoupement dont Francis Chateauraynaud a montré qu’elles occupent une place centrale dans les enquêtes, qu’elles soient professionnelles ou profanes (Chateauraynaud, 2004). Bloor raconte par exemple comment Finch, secrétaire aux indemnisations de la Fédération des mineurs, fait le rapprochement entre le destin de membres de sa famille qui travaillaient à charger les bateaux à charbon dans les docks de Cardiff et qui sont décédés précocement d’affections pulmonaires, et celui des mineurs du pays de Galles : dans les deux cas, la poussière de charbon constitue un élément commun de l’environnement, défiant l’interprétation des autorités qui lient les maladies du mineur à la présence de roche siliceuse et prétendent en réserver l’indemnisation à ceux qui pourront prouver avoir été en contact avec cette roche. À Woburn, Anderson fait le recoupement entre l’apparition des leucémies et les nombreuses plaintes préalables visant la qualité de l’eau potable, ce qui lui permet de faire un rapprochement entre un type de pathologie, la leucémie, et un type de suspect, un ou des agents présents dans l’eau. C’est à ce moment particulier que les profanes reçoivent souvent l’aide d’acteurs extérieurs, soit des scientifiques, soit des activistes, qui suggèrent les rapprochements et participent aux opérations de recoupement. Dans le cas des hypersensibles chimiques décrit par Kroll-Smith et Floyd, ce travail fastidieux de recoupement se fait au niveau individuel et constitue la condition même d’une possible rémission, par l’évitement ciblé des produits supposés déclencher spécifiquement les troubles chez chaque individu. Dans d’autres cas, comme l’endométriose, où l’exposition est beaucoup plus diffuse, le rapprochement ne peut se faire par de telles investigations : ici les recoupements s’appuient essentiellement sur la littérature scientifique que l’on scrute afin de repérer, au hasard de travaux consacrés à d’autres questions, des éléments qui viendraient accréditer une hypothèse environnementale.

31Au terme de ce processus, un suspect a donc été identifié, mais reste à apporter des preuves de sa culpabilité, ce qui n’est généralement pas une mince affaire. Pour passer au stade de la démonstration de l’existence d’un lien de causalité ou, à tout le moins, démontrer la « force de l’association », les profanes réclament des enquêtes professionnelles ; mais celles-ci peuvent être plus précises que précédemment puisque des données sont désormais disponibles concernant à la fois les victimes et le suspect. Une fois encore, la non réponse des autorités conduit souvent les profanes à poursuivre l’enquête afin d’enrichir le dossier de nouveaux éléments à charge pour le suspect et d’obtenir une reconnaissance du lien de causalité.

Des causes aux « cas »

32L’enquête vise ici essentiellement à recenser les problèmes sanitaires éventuels qui résulteraient de l’exposition à une source environnementale mise en cause, et donc à transformer des individus en victimes de cette exposition.

33Comme dans la configuration précédente, l’enquête sanitaire par questionnaire distribué grâce à la technique du porte-à-porte est fréquemment utilisée. Il ne s’agit plus de faire un relevé des personnes atteintes d’une pathologie identifiée et des expositions auxquelles elles ont été soumises, mais de réaliser un inventaire des pathologies et des symptômes ressentis par des individus dont on fait l’hypothèse qu’ils ont été exposés à des agents connus et qui constituent en quelque sorte une « cohorte ». C’est la démarche entreprise par Lois Gibbs, une jeune mère de famille de Love Canal – effarée quand elle apprend que l’école de son fils, puis l’ensemble du quartier, sont construits sur une décharge de déchets toxiques – ainsi que par les trois communautés décrites par Richard Clapp qui s’inquiètent d’avoir été exposées respectivement à du radon, à des déchets toxiques et des métaux lourds provenant d’une décharge, et à du PCB issu d’une usine électrique (Clapp, 2002).

34Des méthodes innovantes ont aussi vu le jour, notamment la tenue de journaux de bord par des personnes dont on pense qu’elles ont pu être exposées, afin d’indiquer au jour le jour leurs sensations, les gênes ressenties et l’évolution de leur état de santé. C’est ce que propose par exemple Wilma Subra, la scientifique alliée des habitants de Grand Bois dans l’histoire racontée par Barbara Allen. Ces enquêtes sanitaires aboutissent dans le même mouvement à dresser un tableau des symptômes pouvant être liés à la source suspectée (en raison de la fréquence de ces symptômes) et à établir une liste de victimes, c’est-à-dire d’individus présentant lesdits symptômes.

35Même dans le cas où une contamination est avérée et où il existe des informations sur les effets des produits en cause, l’investigation peut avoir un véritable enjeu en termes de production de connaissances ; des débats opposent souvent les experts et les profanes : les premiers veulent s’en tenir à la liste des pathologies connues et aux conditions établies de toxicité, notamment en termes d’intensité de l’exposition, alors que les seconds cherchent à remettre en cause la distinction trop marquée entre faibles et fortes doses, ou à inclure d’autres pathologies parmi les effets et donc à allonger la liste des victimes. Ce point est central dans l’affaire de la contamination par le PPB rapportée par Michael Reich, qu’il s’agisse des effets sur le bétail ou sur la population des agriculteurs. Une controverse oppose notamment les agriculteurs et les experts sur l’interprétation d’une étude cas-témoins menée sur des bovins : pour les experts, l’absence de différences entre les deux groupes de bovins signifie que la contamination n’a pas d’effet sanitaire ; à l’inverse, pour les agriculteurs et leurs alliés, elle est le résultat d’une contamination généralisée, les bovins-témoins ayant eux aussi été contaminés, bien qu’à de plus faibles doses.

36Au-delà de cette question de doses, les enquêtes posent le problème des effets à long terme, non encore visibles au moment de leur réalisation. Les enquêtes sanitaires profanes, dès lors qu’elles sont répétées et menées dans la durée, peuvent montrer que les symptômes persistent, alors même que les données scientifiques disponibles sur un contaminant ne laissent entrevoir que des effets possibles à court terme. Par exemple, le conflit qui oppose les habitants de Camelford en Angleterre et le groupe d’experts constitué pour évaluer les effets sanitaires de la pollution d’une réserve d’eau potable par du sulfate d’aluminium illustre ce problème : les experts, niant la possibilité d’effets à long terme, voire d’effets tout court, mettent la persistance des symptômes reportés par les habitants sur le compte de l’anxiété provoquée par la découverte de la pollution plus que sur la pollution elle-même (Williams & Popay, 2006). On assiste ainsi à une extension du processus de victimisation englobant des individus qui ne présentent à un moment donné aucun symptôme mais seraient susceptibles d’en présenter à l’avenir.

37Qu’il s’agisse de partir des causes pour y associer des cas ou inversement, ces enquêtes profanes ne sont souvent pas considérées par les experts comme de véritables enquêtes épidémiologiques. L’article de Barbara Allen met en scène de façon frappante cette opposition entre les méthodes de la science officielle et celles des enquêtes profanes, fussent-elles d’ailleurs largement conçues et réalisées par des scientifiques alliés. Face à l’absence de ces enquêtes épidémiologiques savantes ou à la rigidité de leur cadre d’analyse qui les rend incapables d’analyser des situations nouvelles, les enquêtes profanes sont les seuls moyens de problématiser ces situations et de fournir les premiers éléments de connaissance à leur sujet. Les données ainsi collectées et les hypothèses qui en résultent peuvent soit être considérées comme autant de connaissances primitives utiles et de pistes de recherche à explorer à l’aide de protocoles élaborés et de méthodes sophistiquées, soit être purement et simplement rejetées dans l’ordre des croyances populaires ou des troubles psychologiques comme dans le cas de Camelford. Force est de constater, si l’on suit le déroulement de la plupart des histoires mentionnées dans les travaux existants, que la seconde attitude est souvent privilégiée par les professionnels de la santé publique et les experts scientifiques.

Les savoirs profanes

38Quels types de savoirs sont mobilisés dans ces enquêtes ? Ces enquêtes sont-elles une bonne illustration de l’existence de « savoirs profanes » dans le domaine de la santé qui pourraient être complémentaires des savoirs revendiqués par les professionnels ? Répondre à ces questions oblige à revenir à cette notion de « savoir profane » qui a suscité une littérature considérable au cours de ces dernières années, notamment dans le domaine de la médecine et des risques technologiques, sans pour autant que l’on arrive à une clarification parfaite de cette notion. Pour avancer dans cette direction, deux types de distinction peuvent être introduites : d’une part, celle qui sépare l’« expertise profane » et les savoirs dits « d’expérience », puis celle qui différencie ces savoirs d’expérience des savoirs professionnels.

39Dans sa revue de littérature sur le rôle joué par les associations de patients dans la recherche médicale, Vololona Rabeharisoa (2008) distingue deux corpus de travaux qui, notamment dans le champ des Science & Technology Studies (STS) et de la sociologie de la médecine, ont porté leur attention aux interactions entre experts et profanes et en particulier aux modes de participation de ces derniers au processus de production des connaissances.

40Un premier ensemble de travaux concernent ce que les auteurs appellent « l’expertise profane », qui renvoie à la capacité que peuvent avoir les non-spécialistes à s’approprier des connaissances scientifiques, à comprendre les débats qui traversent la communauté des chercheurs, et à utiliser pour leur propre compte certaines publications ou données savantes : les associations contre le SIDA représentent le cas d’école le plus fréquemment cité pour illustrer cette forme d’expertise (Epstein, 1995 ; Barbot, 2002). Cette capacité élargit le domaine des controverses scientifiques qui deviennent alors des controverses publiques caractérisées par une multitude d’acteurs aux identités hétérogènes. Cette expertise profane est particulièrement sensible au sein de l’association américaine contre l’endométriose étudiée par Čapek. De même, on observe que pour rendre crédibles leurs plaintes, les victimes de contamination environnementale sont souvent conduites à s’approprier le savoir scientifique.

41La notion d’« expertise d’expérience » ou de « savoir d’expérience », au centre d’un second ensemble de travaux, correspond davantage à la revendication d’un type différent de savoirs que ceux qui résultent de la pratique scientifique. Ces connaissances sont issues de l’expérience personnelle et donc singulières et subjectives : mémoire, sensations, observations, etc. Elles peuvent être collectées par l’entremise des journaux personnels que les riverains d’une installation sont parfois amenés à tenir, comme dans l’exemple cité précédemment de la communauté de Grand Bois en Louisiane étudiée par Barbara Allen. De même, dans le cas des pathologies inexpliquées et contestées, comme la fatigue chronique ou l’hypersensibilité chimique, ce sont les gênes ressenties par ceux qui en sont victimes qui permettent de construire une sorte de tableau clinique de la maladie.

42Dans la plupart des controverses en santé environnementale qui voient des personnes ordinaires se mobiliser et se lancer dans des investigations, on retrouve ces deux types de savoirs profanes. Bien que les experts contestent fréquemment la capacité des profanes à acquérir une quelconque expertise, l’idée d’un savoir d’expérience semble d’une certaine façon plus subversive que celle d’expertise profane, en ce sens qu’elle met en avant un type de savoir radicalement différent du savoir professionnel. Ce sont ces différences que le travail de Jason Corburn (2005) permet d’explorer.

43Dans son livre intitulé Street Science, Jason Corburn (2005) revient sur les différences qui séparent savoir professionnel et savoir d’expérience, parfois aussi qualifié de « science de cuisine », de « savoir local » ou encore, donc, de « science de la rue ». Quatre types d’enseignements peuvent être distingués :

  • Le savoir profane, par opposition au savoir professionnel, s’acquiert par l’expérience, et non par l’expérimentation. C’est un savoir « situé ». Un malade atteint d’hypersensibilité sait par expérience quels symptômes sont associés chez lui à une exposition à des produits chimiques et quels sont les lieux et les pratiques qu’il doit éviter. Ce savoir n’est pas le fruit d’une expérimentation en laboratoire ni d’une étude épidémiologique.
  • C’est l’attestation personnelle, la chose vécue, l’intuition, l’observation directe et non médiatisée par des instruments scientifiques qui constituent des preuves au sein de ce savoir local. Ces observations n’ont aucun besoin d’être statistiquement significatives pour faire sens et être jugées crédibles.
  • Le savoir local s’éprouve et se modifie dans la comparaison de récits, se diffuse dans des histoires partagées au sein d’une même communauté, ou encore par le biais de témoignages dans les médias ou dans les tribunaux. Par opposition, le savoir professionnel se diffuse et s’éprouve avant tout dans des revues scientifiques à comité de lecture.
  • Le savoir local n’est pas tourné vers la formation d’un consensus comme préalable à l’action. Il fournit des indices qui, en dépit des incertitudes, sont jugés suffisants pour agir, en vertu du principe de précaution. Dans le cas du savoir professionnel, les incertitudes doivent moins conduire à l’action qu’à de nouvelles recherches permettant d’atteindre un consensus et d’agir en « connaissance de cause ».

44Bien qu’il soit opposé au savoir professionnel, et précisément revendiqué par les profanes pour contester les résultats des enquêtes menées par les autorités, ce savoir local est jugé par beaucoup d’auteurs comme une contribution intéressante, et à vrai dire indispensable, aux politiques qui peuvent être menées dans le champ de la santé environnementale, dans la mesure où il permettrait d’éviter une forme de réductionnisme et favoriserait l’exploration de nouvelles voies de recherche. Du reste, c’est pour cette raison que la plupart du temps, les enquêteurs profanes parviennent à trouver des alliés au sein du monde scientifique et à nouer des collaborations avec des enquêteurs professionnels.

Les alliances avec les enquêteurs professionnels

45L’une des étapes classiques du processus d’épidémiologie populaire décrit par Phil Brown est le recrutement par les profanes de leurs propres experts. Dès lors que les autorités publiques nient la réalité d’une contamination environnementale, ceux qui estiment pourtant en être victimes sont amenés à solliciter l’aide de scientifiques bienveillants afin d’interroger la validité des résultats officiels ou de mener d’autres enquêtes. Ce fut le cas à Woburn où les membres de l’association FACE (For A Cleaner Environment) parvinrent à intéresser des chercheurs en biostatistique de l’Université Harvard avec qui est établie une collaboration pour mettre sur pied une nouvelle enquête. Mais déjà auparavant, l’établissement d’une cartographie du cluster avait reçu l’aide du médecin de l’hôpital chargé de traiter les enfants atteints de leucémie. La possibilité de nouer de telles alliances, fréquemment décrites dans la littérature, est sans doute renforcée aux États-Unis, où l’offre de recherche est plus riche et diverse qu’ailleurs, mais c’est un aspect qu’on retrouve dans d’autres mobilisations européennes, comme à propos de la téléphonie mobile.

46L’alliance avec des scientifiques peut être considérée comme déterminante pour l’amplification et la crédibilisation des signalements profanes. Cette réalité amène à critiquer quelque peu le ton emphatique avec lequel certains auteurs célèbrent l’épidémiologie populaire en minimisant l’aide apportée à ces mobilisations par des enquêteurs qui n’ont rien de profanes. Ces enquêteurs professionnels ne sont cependant pas tous des scientifiques et leur intervention peut s’opérer selon des modalités et à des moments différents.

Différents types d’enquêteurs professionnels

47On peut distinguer cinq types d’acteurs disposant, par leur profession, d’un pouvoir d’enquête et qui interviennent régulièrement dans les histoires de contamination environnementale.

48Il convient tout d’abord de mentionner les journalistes. Dans l’affaire de Love Canal, par exemple, un journaliste d’investigation de la Niagara Gazette, Michael Brown, joue un rôle majeur : non seulement, il relaye les plaintes des riverains et les encourage à s’organiser, mais il cherche à recueillir des informations sur l’histoire du site et sur la réalité de la contamination. En collectant des témoignages, et en favorisant une certaine symétrie des points de vue, les journalistes participent à la mise en relation des cas isolés et participent ainsi pleinement au processus de victimisation. En outre, les révélations qui résultent parfois de leur propre enquête orientent les recherches vers un suspect particulier. Au-delà, les groupes mobilisés cherchent souvent à recevoir l’appui des médias locaux, ne serait-ce que pour attirer l’attention des autorités et favoriser la réalisation d’enquêtes officielles, comme dans le cas des riverains de Grand Bois. Et il apparaît que la réussite des mobilisations dans ces domaines doit souvent beaucoup à la capacité de certains leaders, comme Lois Gibbs à Love Canal, à apparaître comme de « bons clients » vis-à-vis des médias, pour reprendre le vocabulaire des journalistes eux-mêmes.

49Les avocats sont des enquêteurs professionnels d’un autre type qui peuvent jouer un rôle important. Peu mis en avant dans les travaux académiques, ils apparaissent dans des formes différents de comptes rendus : dans le film à succès Erin Brockovich, tiré d’une histoire réelle, l’enquête est engagée par un cabinet d’avocats. De même, dans l’affaire de Woburn, le rôle de l’avocat des plaignants, Jan Schlichtmann, est central : c’est lui qui, en vue du procès, finance de nouvelles enquêtes dans le prolongement de celles réalisées par les habitants. Alors que Phil Brown ne l’évoque qu’en passant, le livre passionnant de Jonathan Harr, A Civil Action, lui est presque entièrement consacré (Harr, 1995). Le système juridique américain, en autorisant le procédé de la class action, facilite l’implication des avocats et surtout leur capacité à financer des études. Mais ce type d’engagement des avocats au service d’une cause – ce que certains auteurs américains ont baptisé le cause lawyering (Israël, 2001) –, en l’occurrence celle des victimes d’une contamination environnementale, commence à apparaître dans des pays où la class action est pourtant impossible, comme en France où certains cabinets d’avocats se sont spécialisés dans ce type d’affaires.

50Les élus peuvent aussi être considérés dans certains cas comme des enquêteurs professionnels apportant un soutien aux profanes, notamment grâce aux procédures des commissions d’enquête et aux auditions publiques. Aux États-Unis, les commissions parlementaires disposent de réels pouvoirs d’investigation (et de financement d’études) et les auditions publiques (hearings) ont un poids dont on ne trouve pas l’équivalent ailleurs. Bien qu’intervenant souvent à un stade avancé des enquêtes, les auditions publiques parlementaires peuvent se traduire par une reconnaissance de la légitimité des revendications portées par les groupes mobilisés et de l’intérêt de certaines des hypothèses qu’ils avancent. Čapek décrit ce processus au sujet de l’endométriose ; d’autres travaux en montrent l’importance, comme dans le cas des causes environnementales du cancer du sein (Klawiter, 2004 ; McCormick, 2007 ; McCormick et al., 2003).

51Les grandes associations environnementales nationales constituent également de puissants alliés pour les groupes locaux. En fournissant des informations sur les suspects, ou en mettant à disposition des profanes concernés des capacités d’enquêtes professionnelles ou quasi professionnelles, ces associations participent pleinement aux investigations. Certaines associations nationales ont d’ailleurs pour mission principale d’offrir un soutien aux groupes locaux mobilisés, tel que le Clearinghouse for Hazardous Waste fondé en 1981 par Lois Gibbs à la suite de Love Canal, qui sera rebaptisé en 1997 le Center for Health, Environment and Justice (CHEJ) – belle illustration de la montée en puissance dans les années 1990 du thème de la justice environnementale. Le CHEJ délivre des conseils en termes d’organisation, diffuse des informations scientifiques et, finalement, s’attache à former des enquêteurs et des activistes parmi des citoyens ordinaires qui ne se pensent pourtant pas comme tels (Tesh, 2000).

52Enfin, les enquêteurs professionnels alliés aux profanes peuvent être des chercheurs, des médecins ou des scientifiques indépendants des autorités sanitaires et de l’industrie. Bien que les mineurs décrits par Bloor ne puissent être tout à fait comparés aux militants modernes, ils ont eux aussi cherché à intéresser les enquêteurs du conseil de la recherche médicale et à leur apporter des données épidémiologiques. Dans ce groupe d’alliés, on peut distinguer, d’une part, des scientifiques qui se situent clairement à la marge du monde académique et qui s’affichent comme des militants, et, d’autre part, des scientifiques qui cherchent à respecter les critères de scientificité en vigueur dans la sphère académique tout en étant utiles, ne serait-ce que par le choix de leur objet de recherche, aux groupes concernés. L’opposition et les tensions entre ces deux formes d’intervention fournissent la trame de l’article de Barbara Allen. Notons également que parmi les scientifiques concernés, figurent les représentants des sciences sociales, y compris la plupart des auteurs des travaux cités ici. Non seulement ces études sont en effet souvent caractérisées par un ton engagé mais certains auteurs se font en outre les défenseurs de formes de collaboration plus poussées avec les groupes de citoyens mobilisés. C’est le cas de Phil Brown, l’un des auteurs-clé de ce champ d’études, lui-même engagé auprès de certains groupes de citoyens, et qui défend notamment dans son dernier livre ce mode d’intervention (Brown, 2007).

53Selon les enquêteurs professionnels concernés, le type d’alliance nouée avec les profanes pourra être différent. Mais, comme on vient de le voir, l’intervention des enquêteurs professionnels dépend également de la conception qu’ils se font de l’autonomie de leur travail et de leur définition de l’engagement.

Différents types d’intervention

54À partir du moment où des enquêteurs professionnels interviennent dans les investigations initiées par des groupes concernés, peut-on encore parler d’enquête « profane » ? Cela dépend à vrai dire du rôle joué par les enquêteurs en question. On peut distinguer ici trois configurations.

55D’abord, les cas où les enquêtes menées par des professionnels sont en quelque sorte des enquêtes parallèles aux investigations profanes mais qui viennent, à un moment donné, les recouper. Par exemple, des riverains s’interrogent sur la survenue de cancers dans le quartier qu’ils habitent et tombent sur une enquête journalistique retraçant l’histoire d’un site industriel à proximité ou plus généralement sur l’existence de publications et d’un débat scientifique autour des effets sanitaires d’une activité particulière. C’est le rapprochement et le recoupement de ces deux enquêtes menées indépendamment l’une de l’autre qui permet aux profanes d’élaborer une hypothèse causale et de passer de la victimisation à la mise en cause.

56Ensuite, les cas où les enquêteurs professionnels mettent au service des profanes leurs compétences et leur savoir-faire pour les aider à mener leurs propres investigations ou encore formaliser les résultats de leurs recherches. Nous aurons alors affaire à des enquêtes collaboratives, dans lesquelles les enquêteurs professionnels s’entourent d’enquêteurs profanes pour conduire une enquête commune et utiliser les données ainsi recueillies. Dans ce type d’enquêtes collaboratives, les scientifiques jouent parfois le rôle de formateur, aident à produire des données plus robustes et surtout s’efforcent de les exploiter de manière à ce que les résultats soient jugés recevables dans la communauté scientifique.

57Enfin, les cas où les enquêteurs professionnels prennent le relais des profanes qui ont lancé l’enquête ou réalisé ce que nous avons appelé une pré-enquête. Le débat se déplace alors au sein d’une arène experte qui voit s’opposer différents scientifiques et leurs enquêtes respectives. Dans ce dernier cas de figure, il ne s’agit plus pour les profanes d’une collaboration avec des scientifiques, mais d’un mécanisme classique de délégation de l’enquête à des alliés professionnels susceptibles de les représenter de manière efficace en renforçant l’objectivité scientifique de leurs hypothèses. C’est pourquoi on pourra alors parler d’enquêtes déléguées.

58Ces trois types d’enquêtes peuvent se succéder dans les affaires de pollution environnementale. L’existence d’enquêtes parallèles est souvent à l’origine d’enquêtes collaboratives. Puis, même dans les cas où des enquêtes collaboratives sont mises sur pied, d’autres enquêtes, entièrement professionnelles, peuvent être menées dans la foulée pour valider ou pour renforcer les premiers résultats obtenus. Cependant, l’originalité et l’utilité du savoir profane sont alors ignorées et l’on en revient à des controverses scientifiques classiques. C’est pourquoi certains auteurs, notamment des épidémiologistes à travers le mouvement en faveur de la community-based research, cherchent plutôt à institutionnaliser ou à formaliser les enquêtes collaboratives, c’est-à-dire à en faire des enquêtes scientifiques alternatives et dotées d’autant de crédibilité que les enquêtes traditionnelles. Le Silent Spring Institute, créé à la suite de la mobilisation des femmes sur le cancer du sein, a cherché à promouvoir un modèle de recherche dans lequel les profanes restent impliqués à tous les niveaux, de la détermination des thèmes de recherche à la diffusion des résultats en passant par la réalisation effective de l’enquête (McCormick, 2007 ; McCormick et al., 2003).

59L’un des enjeux de la promotion et de l’institutionnalisation de nouvelles modalités d’investigation est d’éviter que les enquêtes lancées par des profanes soient classées « sans suite » par les autorités sanitaires.

Des enquêtes « classées sans suite » ?

60C’est souvent parce que les interrogations qu’ils soulèvent ne sont pas entendues par les autorités que les profanes se lancent eux-mêmes dans des investigations. Et, de la même façon, c’est souvent parce que leurs enquêtes ne sont pas prises au sérieux par les mêmes autorités que les groupes mobilisés cherchent à obtenir davantage de crédibilité en formalisant et systématisant leur recueil de données et en recrutant des alliés parmi les scientifiques.

61Ainsi, la négation des problèmes par les autorités ou tout simplement leur indifférence ont tendance à renforcer l’inquiétude et poussent les profanes à agir eux-mêmes. Cette indifférence des autorités s’accompagne parfois d’une dissimulation d’informations qui peut avoir des effets désastreux en ce qui concerne l’évolution des controverses et la possibilité de trouver une issue aux conflits. Dans le domaine du nucléaire américain, le cas Hanford a de ce point de vue marqué les esprits. Durant plusieurs décennies, le gouvernement américain a interdit l’accès aux archives de ce site de production de plutonium où furent notamment fabriquées les bombes atomiques larguées sur le Japon. Cette attitude de fermeture a exacerbé la suspicion des downwinders (littéralement « sous le vent », c’est-à-dire exposés aux retombées) et entraîné le durcissement d’un conflit qui est encore aujourd’hui d’actualité alors même que les archives ont été ouvertes au public depuis plus de vingt ans (Kaplan, 2000). Le cas des vétérans américains de la guerre du golfe évoqué dans ce recueil dépeint lui aussi les effets du secret : si le manque de transparence a exacerbé l’engagement des vétérans dans la recherche des causes de leurs maux, il a aussi engendré un sentiment d’amertume tenace qui pourrait constituer le terreau de nouvelles mobilisations. Aborder la question des suites données aux enquêtes profanes conduit paradoxalement à s’interroger sur la propension, parmi certains responsables de la sécurité et de la veille sanitaire ainsi que certains scientifiques, à les « classer sans suites ». Cette tentation de la négation ou de la clôture est, selon nous, liée à deux attitudes typiques : d’une part, une façon d’appréhender l’incertitude et, d’autre part, une tendance à la psychologisation.

Que faire de l’incertitude ?

62Dans un article de 1987 centré sur le comportement et la communication des autorités sanitaires – et notamment de l’Environmental Protection Agency – face aux signalements profanes, deux chercheurs en santé publique dressent le constat suivant : ces autorités se comportent davantage comme des agences de réassurance que comme des agences de santé publique ; elles tendent à minimiser, voire à nier les problèmes (Ozonoff & Boden, 1987). Ainsi, tandis que les mobilisations profanes amplifieraient plutôt les problèmes, en présumant l’existence d’une menace sanitaire là où il n’y en a peut-être pas, les autorités sanitaires seraient victimes d’un biais inverse en présumant l’absence de problèmes sanitaires là où il y en a peut-être de bien réels. On pourrait formuler les choses autrement en disant que les profanes engagés dans un processus d’épidémiologie populaire préfèrent risquer des « faux positifs », c’est-à-dire considérer qu’il y a un danger quitte à ce qu’il n’y en ait pas, tandis que les épidémiologistes traditionnels préfèrent au contraire, comme le suggèrent Phil Brown et Edwin Mikkelsen, risquer des erreurs de type « faux négatifs » plutôt que d’être victimes de « faux positifs » (Brown & Mikkelsen, 1990).

63La plupart des situations qui voient des profanes alerter les autorités publiques à propos d’une menace environnementale sont marquées par de profondes incertitudes que la science se montre souvent impuissante à dissiper. En l’absence de preuves, tout est alors affaire de présomptions. Mais ces présomptions sont de nature différente selon les acteurs. Un moyen commode de saisir ces différences consiste à reprendre ici le vocabulaire de l’enquête criminelle. Pour les profanes engagés dans un processus d’épidémiologie populaire, on peut dire que les indices ayant permis de mettre en cause un suspect sont suffisants pour le considérer comme « coupable », et cela tant qu’aucune preuve scientifique n’est apportée permettant de l’innocenter. Il s’agit alors d’adopter une attitude de précaution ou d’appliquer un principe de présomption d’origine. À l’inverse, le comportement des autorités sanitaires est davantage guidé par la règle de la présomption d’innocence : tant que la culpabilité d’un suspect n’a pas été prouvée, il doit être considéré comme innocent, et par conséquent aucune action ne s’impose qui viendrait entraver sa liberté de manœuvre. Or, comme le notent Ozonoff et Boden (1987), si ce type de principe est souhaitable dans le cadre de la jurisprudence criminelle, il est beaucoup plus discutable lorsqu’il s’agit de la poursuite d’un objectif de santé publique.

64En réponse au processus de victimisation auquel participent les interrogations de profanes concernant la survenue de certaines pathologies, l’attitude des autorités peut se traduire par ce que l’on nommera un processus de normalisation qui consiste à envisager les malades non plus comme des victimes d’une source environnementale mais comme des malades « ordinaires ». Ce processus de normalisation s’appuie généralement sur deux types de considérations.

65D’abord des considérations statistiques : par exemple, lorsque le nombre de « victimes répertoriées » peut être ramené au nombre de cas statistiquement attendu d’une pathologie particulière, les « victimes » redeviennent souvent des malades ordinaires. C’est ce qui s’est passé lors de la première phase de la mobilisation autour des cas de leucémie infantile à Woburn relatée par Phil Brown : au vu du nombre de victimes recensées, les médecins et représentants des autorités considèrent dans un premier temps qu’il n’y a pas d’excès statistique. C’est le repérage de nouvelles victimes ainsi que la cartographie de l’ensemble des cas réalisés par les profanes qui, dans un second temps, transforment les points de vue : la concentration d’enfants atteints de leucémie dans deux quartiers de la ville saute alors littéralement aux yeux et le cluster devient difficilement réductible à un simple aléa statistique. Par ailleurs, l’impossibilité de mener une étude épidémiologique statistiquement significative, compte tenu des populations considérées, peut aussi conduire les autorités à nier l’existence de « victimes » : c’est alors l’impuissance à apporter des preuves, dans un sens ou un autre, qui conduit à normaliser la situation, en vertu du principe selon lequel « ce qu’on ne connaît pas ne peut pas nous faire de mal » (Ozonoff & Boden, 1987). Enfin, il faut souligner le décalage temporel qui peut exister entre la conduite d’enquêtes scientifiques, qui exigent souvent de nombreuses années, et les voies offertes pour la résolution des controverses, par exemple la tenue de procès. Comme le relate Barbara Allen dans son article sur Grand Bois en Louisiane, l’inachèvement des recherches peut être invoqué par les accusés pour discréditer les parties civiles et normaliser les victimes.

66Ensuite, les considérations sociales sur la nature du signalement ont des effets remarquables. L’identité des personnes qui se présentent comme des victimes est également un facteur déterminant dans le processus de normalisation. Souvent, le fait qu’il s’agisse précisément de profanes, dont les revendications s’appuient sur l’intuition, l’observation ou l’expérience, décrédibilise presque d’emblée le signalement. La disponibilité d’explications psychologiques ou « sociales » favorise le processus de normalisation. Les « victimes » passent alors au rang de « malades ordinaires » d’un type particulier, c’est-à-dire des personnes ayant un problème de santé mentale ou encore un problème de nature économique.

67Face à la mise en cause profane d’une source environnementale dont on ignore pourtant les effets, l’attitude des autorités sanitaires se traduira le plus souvent, comme nous l’avons suggéré, par l’application du principe de présomption d’innocence : en l’absence de preuves concernant la culpabilité du suspect, celui-ci devra alors être considéré comme innocent. La présomption d’innocence s’appuie là encore sur plusieurs types d’arguments.

68Le premier repose sur l’absence de victimes présumées, ce qui explique l’orientation des enquêtes profanes vers la recherche de cas permettant de renforcer la suspicion. En l’absence de pathologies observables et étudiables, les victimes ne peuvent être au mieux que virtuelles, d’autant plus que la dangerosité de la source suspectée n’est pas établie et que ses effets à long terme, s’ils peuvent exister, sont inconnus. Ensuite, dans les cas où la dangerosité de la source est pourtant connue, cela n’en fait pas pour autant le coupable présumé d’une atteinte sanitaire. Les autorités, tout en reconnaissant la dangerosité d’un agent environnemental, peuvent montrer qu’il n’y a pas eu de risque en invoquant les conditions d’exposition ou encore l’impossibilité d’extrapoler à l’homme des effets observés sur les animaux et les végétaux. Suivant le principe classique selon lequel « c’est la dose qui fait le poison », une exposition à de faibles doses ne sera pas considérée comme susceptible d’entraîner des effets sanitaires et aboutira donc à innocenter le suspect. Bien entendu, dans les situations de controverses suscitées par des menaces sanitaires, les conditions d’exposition sont généralement difficiles à établir. Et, là encore, en l’absence de preuves concernant l’exposition de la population à de fortes doses, ou si celle-ci est restée en dessous des normes réglementaires, les autorités sanitaires considéreront qu’il n’y a pas lieu de tenir telle ou telle source comme responsable d’effets sanitaires à venir. Pour les profanes, au contraire, il va s’agir de lutter pour obtenir un abaissement des seuils autorisés ou de militer pour de nouvelles formes de prise en compte des possibles effets pathogènes des produits incriminés. La mobilisation des hypersensibles chimiques aux États-Unis, étudiée par S. Kroll-Smith et H. Hugh Floyd, a porté ce type de revendications : devant les incertitudes et la complexité des pathologies, les hypersensibles ont cherché à remettre en cause la notion de seuil acceptable et à promouvoir le concept de « cocktail chimique » qui renvoie aux interactions complexes entre différents agents qui peuvent démultiplier les effets pathogènes voire créer de nouveaux toxiques.

69Enfin, évoquons les cas où un suspect a été identifié et reconnu par les autorités sanitaires et où des victimes possibles ont également été repérées. Se pose alors la question de la preuve d’un lien de causalité reliant l’exposition aux pathologies constatées. Tandis que ce lien aura un caractère d’évidence pour les victimes, il pourra être contesté par les autorités sanitaires en raison de l’absence de preuves scientifiques indiscutables. Ce refus de considérer le lien causal comme établi s’appuie alors sur la multiplicité des causes possibles. L’impossibilité de prouver l’existence d’un lien de causalité est soumis à une traduction qui consiste à affirmer qu’il n’y a pas de lien de causalité, tandis que pour les victimes cette impossibilité d’apporter une preuve de causalité doit conduire, en raison de la plausibilité de la menace et des indices par eux rassemblés, à modifier les critères de l’action en s’appuyant sur la précaution ou en mobilisant le principe de présomption d’origine (Barthe, 2008).

70Cette non reconnaissance du lien de causalité, qui justifie l’inaction des autorités, conduit les groupes mobilisés à se tourner vers d’autres acteurs, souvent des scientifiques qui joueront le rôle de contre-experts, ou vers d’autres arènes qui privilégient des critères de preuve et de décision différents. On pense bien sûr en premier lieu à l’arène judiciaire. En France, le Code civil prévoit qu’« en l’absence de preuve du lien de causalité entre le fait générateur et le dommage, les juges peuvent éventuellement forger leu conviction et fonder leur décision en ayant recours à un faisceau de présomptions », et cela à condition que ces présomptions soient « graves, précises et concordantes ». Les débats sur le mode d’établissement de la causalité en droit, notamment dans le contentieux en santé environnementale, ont d’ailleurs suscité une vaste littérature aux États-Unis où les techniques de la présomption et de l’inversion de la charge de la preuve ont été fréquemment utilisées par les juges (Hart & Honoré, 1985). Les chances pour les plaignants d’obtenir la reconnaissance d’un lien causal entre une exposition et un dommage sont d’autant plus grandes quand les juges distinguent une « causalité générale », prenant la forme d’une loi scientifique, et une « causalité spécifique », celle qu’il est possible d’établir dans le cas examiné. Or, comme l’a montré Sheila Jasanoff, les juges se montrent généralement plus sensibles que les épidémiologistes ou les toxicologues à la force du témoignage et à la cohérence de l’histoire causale, même singulière, produite par les plaignants (Jasanoff, 1995). Cette prime accordée à la causalité spécifique sur la causalité générale peut conduire les juges à considérer que ce qui est vrai en l’espèce peut ne pas être vrai en général, comme on l’a vu récemment en France à propos d’une affaire relative au vaccin contre l’hépatite B.

71Les groupes mobilisés se tournent également vers l’arène politique afin de réclamer une nouvelle réglementation, des décisions, voire la mise en place de dispositifs d’indemnisation collective, et ainsi obtenir une reconnaissance plus large, sinon d’un lien de causalité, du moins de la plausibilité de celui-ci. Car si l’épidémiologie populaire aboutit à la production de connaissances sur certains dangers environnementaux, son horizon n’est cependant pas la formulation de certitudes scientifiques mais bien l’action. Les éléments de connaissances avancés par les profanes sont autant d’indices qui doivent permettre de prendre des décisions, au nom du principe de précaution ou de la présomption, bien que les incertitudes demeurent. La mise en politique du problème est censée se traduire par un élargissement des critères à considérer pour prendre des mesures, celles-ci n’ayant plus comme fondement la preuve de l’existence du lien de causalité, mais seulement la plausibilité de l’hypothèse causale. Il s’agit, en d’autres termes, de contourner la nécessité de la preuve scientifique, étant entendu que celle-ci est très difficile voire impossible à établir. On aurait cependant tort d’envisager le succès obtenu par certains groupes comme une victoire uniquement « politique », puisque celle-ci n’est obtenue qu’à condition de fonder les revendications sur des éléments de connaissances.

La psychologisation

72Nous avons vu que l’appui sur des considérations psychologiques – voire, plus généralement, sur tout ce qui peut être labellisé comme « social » – était l’une des voies empruntées par le processus de normalisation qui conduit à transformer des personnes qui se prétendent victimes d’un agent environnemental en « malades ordinaires », surtout victimes de croyances infondées. Il convient d’insister sur cette psychologisation car c’est là un trait dominant de l’attitude adoptée par les scientifiques et les autorités lorsqu’ils sont confrontés à des signalements ou des enquêtes profanes. Les controverses en santé environnementale sont souvent marquées par cette lecture psychologisante qui contribue à déréaliser ce que les groupes mobilisés cherchent à réaliser à travers leurs enquêtes, à savoir la présence d’une menace sanitaire. Leurs interrogations et leurs hypothèses sont alors renvoyées à l’expression d’une peur irrationnelle, d’un stress ou d’une angoisse face au changement technologique.

73Cette lecture psychologisante est portée par deux types d’acteurs. D’une part, elle connaît un indéniable succès parmi la grande majorité des scientifiques ou des professionnels de la sécurité sanitaire et de la gestion des risques. Il s’agit alors de ce que l’on pourrait appeler une psychologisation spontanée, d’autant plus puissante qu’elle est rudimentaire : elle s’articule autour d’un certain nombre de préjugés et d’idées reçues concernant la « psychologie des foules », le niveau d’éducation scientifique, ou l’histoire du changement technologique. C’est le cas, par exemple, quand on souligne la permanence de comportements irrationnels face à certaines innovations techniques en rappelant la « peur du chemin de fer », le manque de connaissances scientifiques du citoyen ordinaire et sa crédulité face aux lanceurs d’alerte ou aux médias. D’autre part, cette psychologisation spontanée est redoublée et renforcée par une psychologisation plus sophistiquée provenant de professionnels qui s’affichent comme des spécialistes des « aspects sociaux » des risques, entendus généralement comme ce qui concerne le comportement et les réactions des individus dans ces domaines : psychologues sociaux, psychosociologues, psychiatres, parfois certains sociologues ou encore certains professionnels de l’information et de la communication. Le vocabulaire ainsi que les éléments empiriques qui soutiennent l’argumentation distinguent la psychologisation sophistiquée de la psychologie spontanée. La psychologisation sophistiquée se traduit ainsi par la mise en circulation de notions – approche psychométrique, syndromes psychogéniques, hystérie de masse, risques perçus, etc. – qui permettent d’objectiver dans un langage savant ce qui était spontanément étiqueté comme relevant des traditionnelles « croyances populaires » ou encore de « comportements irrationnels ». De même, certaines enquêtes statistiques ou expérimentales visant à étudier des représentations individuelles sont présentées comme des « preuves » empiriques légitimant l’emploi de ce vocabulaire savant.

74Privilégier une lecture psychologique d’une situation de controverse en santé environnementale, c’est d’abord attribuer des causes particulières aux problèmes mis en avant par les groupes mobilisés. La psychologisation est donc une étiologie alternative à celle qui assigne une source environnementale à un problème sanitaire. Dans cette perspective, si des riverains s’inquiètent de la présence d’une installation dangereuse, ce n’est pas parce que cette dernière l’est réellement, c’est parce qu’ils sont en proie à une angoisse irrationnelle qu’il s’agit de comprendre. De même si Anne Anderson, à Woburn, cherche des causes environnementales à la leucémie qui frappe son enfant, c’est qu’elle est une mère souffrante et qu’elle n’arrive pas à réaliser son « travail » de deuil (Harr, 1995). Si de nombreux vétérans de la guerre du golfe présentent des symptômes identiques, c’est parce qu’ils sont tous victimes d’un stress post-traumatique suite à leur engagement dans une activité violente. Les femmes souffrant d’endométriose sont, pour leur part, appréhendées comme des femmes carriéristes et, souvent, hystériques qui développent une maladie imaginaire en compensation d’un désir d’enfant inassouvi. Dans plusieurs textes de ce recueil, la lecture psychologisante est ainsi utilisée par les autorités et les scientifiques pour normaliser divers troubles et elle se trouve vigoureusement combattue par les personnes malades ou leurs proches. Les analyses de controverses que nous livrent les sociologues anglo-saxons soulignent ainsi toutes le réductionnisme qui caractérise cette psychologisation, qui revient à invalider l’exploration des causes environnementales.

75On distinguera deux types de recours à la psychologie. Il y a d’abord les cas où l’orientation vers une étiologie d’ordre psychologique résulte de l’absence de cause organique apparente de certaines pathologies. Par exemple, dans les cas de « syndrome du bâtiment malsain », dès lors que les mesures toxicologiques et autres analyses généralement effectuées dans ces situations de crise ne parviennent pas à mettre au jour un agent pathogène susceptible d’expliquer les symptômes, il paraît légitime, aux yeux de certains experts, de se tourner vers d’autres types d’explication, et en l’occurrence vers la psychiatrie ou la psychologie. Si l’on se penche sur l’histoire de l’endométriose relatée par S. Čapek, il a fallu qu’une militante découvre, par hasard, qu’un agent a provoqué des troubles identiques chez des animaux pour que la piste environnementale soit réellement évoquée. Avant cela, les médecins, n’ayant aucune idée de ce qui pouvait être la cause de la maladie, ont renvoyé celle-ci dans le champ des maladies psychosomatiques.

76Mais il faut aussi mentionner les cas où cette orientation s’effectue au détriment de la recherche de causes environnementales suspectées. Pour reprendre le cas des « syndromes du bâtiment malsain », il n’est pas rare que le diagnostic de « syndrome psychogène » soit posé avant même que soient rendues disponibles les résultats des analyses toxicologiques effectuées (Barthe & Rémy, 2010). De même, dans le cas des vétérans de la guerre du golfe, les agences d’Etat ont mobilisé l’explication du stress post-traumatique alors même que de nombreuses hypothèses concernant des agents pathogènes éventuels n’avaient pas été explorées. En fournissant rapidement une explication aux symptômes exprimés, l’analyse psychologique permet de clore les controverses et de ne pas s’engager dans des voies de recherche jugées trop incertaines.

77Qu’elle intervienne par défaut de résultats ou avant même que n’aient été recherchées d’éventuelles sources environnementales, c’est bien sur un mode exclusif que fonctionne le plus souvent la mobilisation de la grille d’interprétation psychologique dans la prise en charge des signalements profanes. Elle s’accompagne en effet de l’idée implicite selon laquelle aucune autre cause ne peut être tenue pour responsable des événements en question. Dès lors, la poursuite de coûteuses investigations environnementales ou le changement de la réglementation peuvent être considérés comme parfaitement inutiles. Aussi la diffusion d’une interprétation psychologisante est-elle un élément important pour comprendre l’inaction et la non prise en charge des alertes portées par les profanes : d’une part, comme nous venons de le voir, parce que les recherches et les mesures sont considérées comme inutiles – le problème étant ailleurs –, mais aussi, d’autre part, parce que toute investigation ou toute mesure risquerait de renforcer les inquiétudes des personnes concernées quant à la présence d’une source réelle de contamination et de dramatiser la situation. Selon cette approche, toutes les mesures prises au nom de la précaution et dans le but de garantir la sécurité des populations

78concernées auraient pour effet contraire de produire de l’anxiété voire de favoriser des mouvements de panique. Cette conviction a pour corollaire l’idée selon laquelle la reconnaissance publique des incertitudes et des limites des outils d’investigation scientifiques produirait des effets anxiogènes chez les profanes. D’où les appels répétés en faveur du contrôle de la diffusion des informations scientifiques, la légitimation d’une certaine forme de secret des études, voire les réticences à appliquer le principe de précaution.

Conclusion

79Pour conclure, nous nous proposons de reprendre de manière synthétique, à l’aide d’un tableau, le cadre d’analyse dont nous avons esquissé les éléments constitutifs au fil des pages qui précédent. Qu’il s’agisse de la phase de pré-enquête, de la phase d’enquête ou des suites de l’enquête et du comportement des autorités, nous avons vu qu’il était possible de distinguer différentes configurations en fonction du problème initial qui suscite l’inquiétude et la mobilisation des profanes. La forme de l’enquête varie selon qu’elle vise à identifier les causes d’un excès de pathologies ou selon qu’elle vise à prouver qu’une activité est dangereuse et qu’elle produit des effets sanitaires non négligeables. Bref, l’enquête est différente si elle part des « victimes » supposées pour remonter aux causes, ou si elle part plutôt de « suspects » dont il s’agit de prouver la culpabilité en rendant visibles ses « actions ». Ces deux situations correspondent aux types 2 et 3 du tableau ci-dessous.

80La dynamique de la plupart des controverses en santé environnementale peut être analysée comme le passage d’un type de situation à un autre de ce tableau, c’est-à-dire comme la transformation d’un « état » de la controverse. Par leurs activités de mobilisation et d’enquête, les acteurs de ces controverses participent aux deux processus – ou aux processus inverses – qui sont au cœur de cette dynamique et que nous avons appelés la victimisation, d’une part, et la mise en causes d’autre part.

81Ainsi, c’est bien un processus de victimisation auquel se livrent les acteurs pour passer d’une situation de type 1 à une situation de type 2. De même, c’est encore un processus de victimisation qui caractérise le passage d’une situation de type 3 à une situation de type 4, dans laquelle la seule question qui demeure est celle des éléments permettant de lier le suspect à des victimes possibles parfaitement identifiées.

82Le passage d’une situation de type 1 à une situation de type 3 s’opère quant à lui par un processus de mise en causes qui peut être le fait – mais pas seulement – de profanes n’ayant aucune connaissance préalable du produit ou de l’activité incriminés. Par ailleurs, la mise en cause est également l’opérateur par lequel une controverse se déplace d’une situation de type 2 à une situation de type 4.

83Mise en cause et victimisation peuvent s’articuler différemment et s’enchaîner plus ou moins rapidement, ce qui donnera des dynamiques différentes. Les deux processus peuvent également être concomitants, ce qui est du reste très souvent le cas, et la controverse prend alors instantanément la forme d’une situation de type 4. En outre, ces deux processus peuvent rencontrer des processus inverses, telle que la normalisation – qui permet de revenir d’une situation de type 2 à une situation de type 1 – ou l’application de la règle de la présomption d’innocence, qui aboutit parfois à passer d’une situation de type 3 à une situation de type 1.

84L’intérêt de distinguer ces situations est surtout de mieux appréhender la dynamique des controverses, et notamment d’orienter la recherche empirique vers l’analyse des processus que nous venons d’évoquer. C’est ce chantier que nous invitent à explorer les textes réunis dans ce volume.

Bibliographie

Références

Akrich, M. & C. Méadel (2002), « Prendre ses médicaments/prendre la parole : les usages des médicaments par les patients dans les listes de discussion électroniques », Sciences sociales et santé, 20 (1), p. 89-116.

Arcury, T., S. A. Quandt & L. McCauley (2000), « Farmworkers and Pesticides : Community-Based Research », Environmental Health Perspectives, 108 (8), p. 787-792.

Barbot, J. (2002), Les Malades en mouvements. La médecine et la science à l’épreuve du sida, Paris : Balland.

Barthe, Y. (2008), « Quand l’incertitude vient du passé : du principe de précaution au principe de présomption », Natures, sciences, sociétés, 16 (1), p. 36-40.

Barthe, Y. & C. Rémy (2010), « Les aventures du “syndrome du bâtiment malsain” », Santé publique, 22 (3), p. 303-311.

Borraz, O. (2008), Les Politiques du risque, Paris : Presses de Sciences Po.

Brown, P. (1987), « Popular Epidemiology : Community Response to Toxic Waste-Induced Disease in Woburn, Massachusetts », Science, Technology, and Human Values, 12 (3-4), p. 78-85.

Brown, P. & E. J. Mikkelsen (1990), No Safe Place. Toxic Waste, Leukemia, and Community Action, Berkeley : University of California Press.

Brown, P. (1992), « Popular Epidemiology and Toxic Waste Contamination : Lay and Professional Ways of Knowing », Journal of Health and Social Behavior, 33 (3), p. 267-281.

Brown, P. (1993), « Popular Epidemiology Challenges the System », Environment, 35 (8), p. 16-41.

Brown, P., & S. Masterson-Allen (1994), « The Toxic Waste Movement : A New Type of Activism », Society and Natural Resources, 7 (3), p. 269-287.

Brown, P. (2007), Toxic Exposures. Contested Illnesses and the Environmental Health Movement, New York : Columbia University Press.

Cable, S. & M. Benson (1993), « Acting Locally : Environmental Injustice and the Emergence of Grass-Roots Environmental Organizations », Social Problems, 40 (4), p. 464-477.

Cable, S. & C. Cable (1995), Environmental Problems, Grassroots Solutions. The Politics of Grassroots Environmental Conflict, New York : St Martin’s Press.

Calvez, M. (2009) « Les signalements profanes de clusters de cancers : épidémiologie populaire et expertise en santé environnementale », Sciences sociales et santé, 27 (2), p. 79-106.

Čapek, S. M. (1993), « The “Environmental Justice” Frame : A Conceptual Discussion and an Application », Social Problems, 40 (1), p. 5-24.

Chateauraynaud, F. & D. Torny (1999), Les Sombres Précurseurs. Une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque, Paris : Éditions de l’EHESS.

Chateauraynaud, F. (2004), « L’épreuve du tangible. Expériences de l’enquête et surgissements de la preuve », in B. Karsenti & L. Quéré (dir.), La croyance et l’enquête. Aux sources du pragmatisme, Paris : Éditions de l’EHESS, coll. « Raisons pratiques », 15, p. 167-194.

Clapp, R. W. (2002), « Popular Epidemiology in Three Contaminated Communities », Annals of the American Academy of Political and Social Science, 584, p. 35-46.

Corburn, J. (2005), Street Science : Community Knowledge and Environmental Health Justice, Cambridge, MA : MIT Press.

Epstein, S. (1995), « The Construction of Lay Expertise : AIDS Activism and the Forging of Credibility in the Reform of Clinical Trials », Science, Technology, and Human Values, 20 (4), p. 408-437.

Faber, D., ed. (1998), The Struggle for Ecological Democracy. Environmental Justice Movements in the United States, New York : The Guilford Press.

Gunter, V. & S. Kroll-Smith (2007), Volatile Places. A Sociology of Communities and Environmental Controversies, Thousand Oaks-London : Pine Forge Press - Sage.

Harr, J. (1995), A Civil Action, New York : Random House

Hart, H. & T. Honoré (1985), Causation in the Law, Oxford : Oxford University Press.

Israel, B. A., A. J. Schulz, E. A. Parker & A. B. Becker (1998), « Review of Community-Based Research : Assessing Partnership Approaches to Improve Public Health », Annual Review of Public Health, 19, p. 173-202.

Israël, L. (2001), « Usages militants du droit dans l’arène judiciaire : le cause lawyering », Droit et société, 49, p. 793-824.

Jasanoff, S. (1995), Science at the Bar. Law, Science, and Technology in America, Cambridge : Harvard University Press.

Kaplan, L. (2000), « Public Participation in Nuclear Facility Decisions. Lessons from Hanford », in D. L. Kleinman (ed.), Science, Technology, and Democracy, Albany : State University of New York Press, p. 67-83.

Kilshaw, S. M. (2004), « Friendly Fire. The Construction of Gulf War Syndrome Narratives », Anthropology & Medicine, 11 (2), p. 149-160.

Klawiter, M. (2004), « Breast Cancer in Two Regimes : The Impact of Social Movements on Illness Experience », Sociology of Health & Illness, 26 (6), p. 845-874.

Leung, M. W., I. H. Yen & M. Minkler (2004), « Community-Based Participatory Research : A Promising Approach for Increasing Epidemiology’s Relevance in the 21st Century », International Journal of Epidemiology, 33 (3), p. 499-506.

Levine, A. (1982), Love Canal : Science, Politics, and People, Boston : Lexington.

Loriol, M. (2003), « Faire exister une maladie controversée : les associations de malades du syndrome de fatigue chronique et Internet », Sciences sociales et santé, 21 (4), p. 5-33.

Mazur, A. (1998), A Hazardous Inquiry. The Rashomon Effect at Love Canal, Cambridge : Harvard University Press.

McCormick, S. (2007), « Democratizing Science Movements : A New Framework for Mobilization and Contestation », Social Studies of Science, 37 (4), p. 609-623.

McCormick, S., P. Brown & S. Zavestoski (2003), « The Personal Is Scientific, the Scientific Is Political : The Public Paradigm of the Environmental Breast Cancer Movement », Sociological Forum, 18 (4), p. 545-576.

McCoy, H. V., E. J. Trapido, C. B. McCoy, N. Strickman-Stein, S. Engel & I. Brown (1992), « Community Activism Relating to a Cluster of Breast Cancer », Journal of Community Health, 17 (1), p. 27-36.

Murphy, M. (2006), Sick Building Syndrome and the Problem of Uncertainty. Environmental Politics, Technoscience, and Women Workers, Durham : Duke University Press.

Novotny, P. (1998), « Popular Epidemiology and the Struggle for Community Health in the Environmental Justice Movement », in D. Faber (ed.), The Struggle for Ecological Democracy : Environmental Justice Movements in the United States, New York : Guilford Press, p. 137-158.

O’Fallon, L. R. & A. Dearry (2002), « Community-Based Participatory Research as a Tool to Advance Environmental Health Sciences », Environmental Health Perspectives, 110 (supp. 2), p. 155-159.

Ozonoff, D. & L. I. Boden (1987), « Truth and Consequences : Health Agency Responses to Environmental Health Problems », Science, Technology, and Human Values, 12 (3-4), p. 70-77.

Pitts, V. (2004), « Illness and Internet Empowerment : Writing and Reading Breast Cancer in Cyberspace », Health. An Interdisciplinary Journal for the Social Study of Health, Illness and Medicine, 8 (1), p. 33-59.

Plumb, M., N. Collins, J. N. Cordeiro & M. Kavanaugh-Lynch (2008), « Assessing Process and Outcomes : Evaluating Community-Based Participatory Research », Progress in Community Health Partnerships : Research, Education, and Action, 2 (2), p. 87-97.

Rabeharisoa, V. (2008), « Experience, Knowledge and Empowerment : The Increasing Role of Patients Organizations in Staging, Weighting and Circulating Experience and Knowledge. State of the Art », in M. Akrich, J. Nunes, F. Paterson & V. Rabeharisoa (eds), The Dynamics of Patient Organizations in Europe, Paris : Presses des mines, p. 13-34.

Rémy, E. (1997), « Comment dépasser l’alternative risque réel/risque perçu ? », Annales des Mines Responsabilité et environnement, 5, p. 27-34.

San Sebastian, M. & A. Karin Hurtig (2005), « Oil Development and Health in the Amazon Basin of Ecuador : the Popular Epidemiology Process », Social Science & Medicine, 60 (4), p. 799-807.

Shriver, T. E. & D. D. Waskul (2006), « Managing the Uncertainties of Gulf War Illness : The Challenges of Living with Contested Illness », Symbolic Interaction, 29 (4), p. 465-486.

Tesh, S. N. (1993), « Environmentalism, Pre-environmentalism, and Public Policy », Policy Sciences, 26 (1), p. 1-20.

Tesh, S. N. (2000), Uncertain Hazards. Environmental Activists and Scientific Proof, Ithaca : Cornell University Press.

Tesh, S. N. (2002), « The Internet and the Grass Roots », Organization and Environment, 15 (3), p. 336-339.

Whittaker, A. (1998), « Talk about Cancer : Environment and Health in Oceanpoint », Health and Place, 4 (4), p. 313-325.

Williams, G. & J. Popay (2006), « Lay Knowledge and the Privilege of Experience », in D. Kelleher, J. Gabe & G. Williams (eds), Challenging Medicine, London : Routledge, p. 122-145.

Notes

1 Love Canal est le nom d’un quartier de la ville de Niagara Falls, au nord de l’État de New York, dont les habitants découvrent, à la fin des années 1970, que leurs maisons ont été construites sur une ancienne décharge de déchets toxiques. L’affaire a été le catalyseur d’une politique de régulation dans ce domaine.

2 Pour une synthèse, voir Borraz (2008).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/315/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 202k

© Presses des Mines, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540