Version classiqueVersion mobile

Construire la biodiversité

 | 
Julie Labatut

Partie I. Une généalogie de la sélection génétique

Chapitre 2. Régimes idéaux-typiques de sélection génétique

Texte intégral

1Les régimes présentés dans ce chapitre ne sont pas spécifiques aux ovins mais ont été construits de manière à concerner les activités de sélection génétique des ruminants de manière générale.

UN REGIME COMMUNAUTAIRE

  • 1 (Antoine A., 1999).

2Le régime communautaire caractérise l’émergence des toutes premières pratiques de sélection organisées et identifiables au niveau des sources historiques dès le Moyen-Âge. Les techniques d’élevage, la conduite du troupeau et la gestion du cheptel, n’ont pas ou peu été un objet d’étude pour les historiens1 sur cette période. La discrétion des sources écrites sur ce sujet avant le xixe explique certainement très largement cet état de fait. Nous avons malgré tout tenté de rassembler quelques éléments d’un régime communautaire de sélection génétique, synthèse de travaux d’historiens ayant travaillé sur les prémices des activités de sélection des animaux.

3Ce régime est qualifié de « communautaire » pour faire référence à un type de rapports sociaux et de gestion des animaux basé sur une communauté locale d’éleveurs (famille, bergers gérant une même partie de montagne, villageois, etc.). Le régime « communautaire » est un régime dans lequel :

  • la reproduction des animaux est gérée collectivement à l’échelle d’un groupe d’éleveurs qui utilisent la même terre (à l’échelle d’une estive ou de pacages communautaires au sein d’un village) ;
  • les connaissances et les compétences sur les animaux sont distribuées entre les différents éleveurs en charge des animaux (il n’y a aucun prescripteur extérieur) ;
  • les rapports sociaux sont basés sur une collectivité d’interconnaissance ;
  • ces rapports ne sont centralisés par aucune forme de politique publique ou d’institution autre que la communauté elle-même.

Des savoir-faire locaux

  • 2 Cf. (Mulliez J., 1984) « Pratiques populaires et science bourgeoise : l’élevage des gros bestiaux (...)

4Les savoirs mobilisés dans ce régime communautaire sont des savoirs locaux (tels que la mesure de l’âge des animaux en termes de nombre de dents et de nombre d’estives, ou l’évaluation de la qualité d’un animal d’un simple coup d’œil), implicites et faisant appel à un savoir-faire important. C’est par l’élaboration, par l’expérience, de liens entre aspect physique des animaux et potentiel de performance ou de rusticité2 que sont élaborées des connaissances sur les animaux, et que ceux-ci sont triés :

  • 3 (Antoine A., 1999).

« C’est ainsi que se comprend toute l’importance qui est donnée à la description des animaux : tel trait physique est interprété comme révélateur d’une aptitude au travail, à la graisse, à la sobriété, au lait crémeux... »3.

5Ce régime communautaire est caractérisé par un raisonnement de gestion du troupeau majoritairement « à l’année ». L’objectif n’est pas la transmission de caractères d’une génération d’animaux à l’autre : les mâles sont nourris sur la ferme principalement pour saillir les femelles afin de produire des veaux, agneaux, chevreaux et du lait, puis sont consommés. Dans ce régime de connaissances, les performances des animaux ne sont pas enregistrées.

6Les pratiques de sélection reposent sur une logique de tri : à partir du moment où il y a échange, on peut supposer qu’il y a choix, donc logique de tri, qui est la signification première du terme de « sélection ». Comme l’indique A. Antoine,

  • 4 (Antoine A., 1999).

« C’est essentiellement sur cette méthode que repose la sélection des animaux, méthode qui consiste non pas à faire naître des animaux qui auraient telles caractéristiques plutôt que d’autres mais à éliminer ceux qui présentent des caractères que l’on ne souhaite pas voir se développer. On peut donc considérer le tri après naissance comme un des modes de sélection du bétail dans l’agriculture ancienne »4.

7Il y a bien un tri lors des échanges, mais le tri reste sur les caractéristiques propres, et notamment des critères physiques, à un moment donné, de l’animal.

Des animaux communautaires

  • 5 (Vissac B., 2002).

8Ce régime communautaire correspond à un certain type d’acteurs : il s’agit principalement des éleveurs avec de petits troupeaux, n’ayant pas les moyens d’investir sur le long terme dans des animaux reproducteurs. Ce régime résulte également d’un certain type de rapport à la terre : il peut s’agir de bergers sans terre, ou d’éleveurs n’ayant pas accès à la propriété privée. Typiquement ce régime était répandu avant la mise en place des enclosures. Les troupeaux sont donc mélangés dans les zones de pacages. Pour simplifier la gestion des reproducteurs (notamment en bovins où il est difficile, coûteux et dangereux d’élever des taureaux), les mâles peuvent être collectifs. Différents systèmes communautaires existent pour permettre aux « petits » éleveurs d’accéder aux taureaux qu’ils ne peuvent avoir en propriété : la présence de taureaux communautaires est attestée dès le xve siècle5 Parfois, ces taureaux communautaires proviennent d’éleveurs « leaders » reconnus comme producteurs de reproducteurs. Cette organisation de la coopération constitue alors les prémices des systèmes pyramidaux sur lesquels seront basés les régimes suivants. Du fait de la gestion collective des troupeaux, les accouplements ne peuvent être raisonnés à l’animal.

Des échanges locaux

9Le régime de marché communautaire est caractérisé par la faible importance du marché d’animaux reproducteurs sélectionnés. Le marché est local, les échanges se font de gré à gré dans une zone géographique limitée. Cette restriction géographique des échanges participe à la constitution de types de populations animales bien distincts selon les zones.

10Du fait de l’absence d’instrument de mesure et de dispositif collectif de jugement, hormis les foires qui correspondent davantage à un marché aux bestiaux qu’à des lieux d’évaluation formalisée des animaux, la qualité des animaux échangés est très incertaine. Les relations et les échanges sont alors basés sur des rapports de confiance et les connaissances interpersonnelles entre éleveurs. La garantie de qualité des reproducteurs est assurée par la pression de la sanction collective de la communauté.

La communauté et ses règles

11Dans ce régime communautaire, l’amélioration du cheptel n’est pas encadrée par l’action publique, le seul collectif concerné est la communauté qui gère collectivement des animaux. Aucun instrument ne permet de contrôler les activités de production et de sélection, aucune politique publique ne centralise les pratiques communautaires.

12Ce régime communautaire sera, lors de l’avènement d’une gestion « scientifique » du troupeau, considéré comme « irrationnel ». Ses limites (manque d’évaluation précise de la performance et absence d’enregistrement des généalogies nécessaires à l’amélioration du cheptel) participeront alors à la recherche, par certains éleveurs souhaitant se libérer des contraintes de la communauté, de méthodes plus « objectives » d’évaluation des performances des animaux, conduisant en partie à l’émergence du régime de sélection suivant, le régime entrepreneurial.

UN REGIME ENTREPRENEURIAL

13Nous avons qualifié ce régime d’« entrepreneurial » pour mettre l’accent sur le rôle moteur de certains acteurs (des entrepreneurs) dans la constitution de ce régime et dans sa stabilisation, et pour exprimer la nature des relations de coopération dans ce régime, au travers du monopole de ces « entrepreneurs » dans la création et la mise en œuvre de pratiques de sélection.

Vers une gestion scientifique

  • 6 (Russel, 1986).
  • 7 (Vissac B., 1993).
  • 8 (Grandcoing P., 2003).
  • 9 « Pour que triomphe l’idée que ce sont les mâles et non pas les femelles qui sont importants dans (...)

14Grâce à quelques éleveurs pionniers, tentant de dépasser les pratiques de « tri » du régime communautaire, les prémices de la sélection animale ont constitué une théorie « en pratique » de la sélection génétique, devançant les découvertes scientifiques du xixe siècle de Mendel et Darwin. Bakewell (1725-1795), éleveur anglais, en est l’un des plus célèbres, même s’il est loin d’être le seul a avoir eu une volonté de rationalisation de ces pratiques de sélection, et même si l’efficacité réelle de ces nouvelles pratiques peut être questionnée6. Pour B. Vissac, les pratiques de sélection de Bakewell, lui permettant la production et la vente de jeunes taurillons pour saillir les troupeaux, s’inscrivent déjà dans une inspiration « pré-taylorienne »7. Bakewell et ses contemporains sont alors des innovateurs qui recherchent des animaux rentabilisant au maximum la nourriture ingérée. Pour cela, ils mettent en place des expérimentations et surtout quittent la pratique habituelle d’engraissement qui conduisait à très rapidement castrer les taureaux (avant qu’ils n’aient pu saillir suffisamment de femelles)8. En effet, tandis que jusque là, la femelle est seule considérée comme ayant une importance dans la reproduction9, Bakewell s’intéresse au mâle comme porteur des caractères transmissibles concernant les aptitudes bouchères, les aptitudes laitières restant considérées comme venant des femelles. Cette gestion scientifique implique donc un changement du rapport au temps de ces entrepreneurs, qui doivent garder des animaux sur plusieurs années à seules fins reproductives et non productives : il s’agit alors de renoncer à un profit immédiat dans l’espoir d’un profit futur plus important. Mais cet engagement dans le temps résulte aussi d’une dimension créatrice tournée vers l’organisation de l’activité productive et l’engagement dans une recherche de connaissances permettant de développer cette activité. Les connaissances sont créées grâce à l’accumulation de multiples tentatives : c’est la logique de l’essai-erreur et les débuts d’une tradition de « gestion scientifique » de la reproduction des troupeaux permettant l’objectivation du jugement sur les animaux et des formes de rationalisations de la monte naturelle. Les expériences de Bakewell furent conduites principalement avec des troupeaux ovins, constituant un matériel expérimental idéal du fait de l’effectif important des troupeaux et de l’intervalle de génération plus rapide que chez les bovins. L’accumulation de ces innovations a conduit à l’émergence d’une doctrine de la sélection animale s’intéressant aux questions de ressemblance des animaux sur des caractères particuliers, doctrine qui constituera la base de « l’art des éleveurs sélectionneurs ».

Des entrepreneurs

  • 10 (Vissac B., 2002).

15Une première forme de collaboration pour la production de connaissances génétiques entre les éleveurs sélectionneurs et les éleveurs accueillant les reproducteurs pour qu’ils puissent être « testés » dans leur troupeau, repose sur la location de béliers. Bakewell observe la descendance de ses béliers chez ses clients et récupère les meilleurs géniteurs. Apparaît alors un droit intangible, le « droit de reprise des mâles » permettant aux éleveurs sélectionneurs de récupérer les produits de leurs meilleurs reproducteurs. La location de reproducteurs et le recueil d’informations sur la performance de ces reproducteurs au sein des élevages « locataires » offraient aux éleveurs sélectionneurs la possibilité de juger le reproducteur dans un autre milieu mais surtout de tester leurs reproducteurs sans rencontrer des problèmes de consanguinité sur leur propre élevage10.

16Ce régime s’accompagne d’une stratification sociale : du fait des contraintes techniques de la sélection (nécessité d’un troupeau de nourrices pour nourrir les jeunes mâles par exemple), ce sont majoritairement les « grands » éleveurs qui ont les moyens de pratiquer cette sélection. Ils profitent alors pour un temps d’une position sociale supérieure leur permettant à la fois de vendre les services de leurs animaux et de bénéficier de leurs résultats dans les élevages « utilisateurs » pour mieux connaître leur valeur. Ainsi les acteurs principalement engagés dans ce régime entrepreneurial sont des notables, seuls à avoir les moyens d’investir dans la sélection, impliquant de conserver des animaux mâles sur un temps suffisamment long pour pouvoir mesurer la performance de leur descendance.

L’émergence du marché de la sélection

17Dans ce régime entrepreneurial, les procédures de sélection révèlent les ressources génétiques et les transforment en actifs productifs, directement s’il s’agit de la sélection dans un troupeau individuel, ou indirectement en les transformant en biens d’échange.

L’apparition de la mesure

  • 11 (Baratay E. et Mayaud J.L., 1997).

18L’apparition des premières mesures de la performance des animaux, dès le xviie siècle, favorise l’émergence de ce régime : mesure du poids de carcasse pour les races à viande, mesure de la production laitière pour les races laitières. Ce sont les exigences des transformateurs et des filières qui poussent à la mise en place de mesures dans les critères de jugement des animaux : pour les bouchers, la couleur de la tête d’un animal ne compte pas11 ! C’est à cette période qu’apparaît la première plus-value accordée à des animaux « sélectionnés » sur un marché.

  • 12 (Vissac B., 2002).

De « jeunes taureaux, issus de parents grands, jeunes et beaux, sont pour cela suralimentés jusqu’à l’âge d’un an. […] Coûteux à produire, ces jeunes taureaux sont utilisés pendant deux à trois ans et valent au départ deux à trois fois plus chers que les taureaux plus âgés. C’est la première indication connue d’une supériorité de valeur commerciale d’animaux dits “sélectionnés”12 ».

19Très justement, B. Vissac interroge le lien entre ces pratiques de sélection et la proximité des débouchés laitiers que représentent les manufactures pointant le lien entre industrialisation et développement de la sélection génétique.

Du commun au privé

20Lanaturedurapportdeséleveursàlaterreaunlienfortavecl’apparitiondespratiques de sélection. En effet, en permettant de définir ce qui peut être échangé, les régimes de droits de propriété sont constitutifs des marchés. Ainsi dans un mouvement similaire à celui de l’apparition d’un marché du foncier suite au mouvement de l’enclosure, qui s’est déroulé sur une période de quatre siècles (xvexixe), un marché des animaux reproducteurs et l’organisation des activités d’amélioration de certaines souches apparaissent à cette même période. Les enclosures ont abouti à la mise en place de systèmes agraires individualistes, en rupture avec les formes communautaires de l’exploitation des espaces héritées de la période médiévale. Le développement de l’individualisation dans l’élevage, et l’agriculture de manière générale, ainsi que les liens entre marché des reproducteurs et organisation de l’agriculture sont donc des éléments essentiels pour comprendre l’émergence de pratiques rationalisées de sélection animale.

La race

21L’apparition des échanges et des spécialisations, la diversification des demandes marchandes et la circulation des animaux au-delà des territoires où des populations animales spécifiques se développaient, a conduit à la nécessité de définir les races. Cette circulation a alors permis de comparer des populations animales et a fait émerger la nécessité de les distinguer les unes des autres et donc de les définir. Ce régime de marché est donc caractérisé par un élargissement géographique de la zone d’échanges, qui va au-delà de la région : échange entre différentes régions, voire exportation à l’étranger. Le marché des reproducteurs s’élargissant, il a été nécessaire de normaliser la définition des races au travers d’un nom et d’une description morphologique. En effet, dans un marché plus large, la définition de standards et de dispositifs de mesure formalisés accompagne le développement et la diffusion d’informations sur les animaux. C’est alors avec le développement de la notion de race que peut se concevoir la sélection à l’échelle d’une population animale, les contours de celle-ci pouvant ainsi être définis.

  • 13 (Denis B., 1982).

22La notion de race prend aussi naissance avec l’émergence d’observateurs extérieurs qui réalisent les premières descriptions d’ensembles raciaux (vétérinaires, agents du Ministère de l’Agriculture vers la fin du xixe). Les premiers classements des races datent de Carlier (1770) pour les ovins, et Francourt (1789) pour les bovins13.

L’enregistrement et le contrôle par l’Etat

Les Livres Généalogiques

23Du fait de l’extension des marchés, les démarches individuelles des entrepreneurs ne suffisent plus. Ceux-ci commencent à se grouper. Ils favorisent alors la mise en place de deux instruments qui vont profondément modifier les pratiques de sélection : les Livres Généalogiques et les concours d’animaux.

24C’est en 1860 qu’apparaissent les premiers Livres Généalogiques. Issus notamment des Sociétés d’élevage (groupes d’éleveurs locaux ayant des volontés d’innover dans leur métier), ces Livres Généalogiques ont un double objectif : organiser les races et leur travail de sélection d’une part, et mettre en place le système d’identification et d’enregistrement des filiations des animaux d’autre part. Jusqu’à présent, et comme cela se faisait en Angleterre dès Bakewell, la faible circulation des reproducteurs et le principe de location de ceux-ci à d’autres éleveurs permettaient aux sélectionneurs de suivre à la trace leurs animaux et de recueillir les informations sur leur descendance. Le passage à des échanges à plus grande échelle rend difficile ce suivi et nécessite la mise en œuvre d’un instrument spécifique : le Livre Généalogique. La création de ces Livres Généalogiques nécessite alors de définir ce qui en fait partie et ce qui n’en fait pas partie. Ainsi, ces instruments institutionnalisent, pour chaque race concernée, un standard précis : l’entrée d’un animal dans le Livre repose sur son appartenance au « standard » de la race pure.

25Les Livres Généalogiques ont également un rôle sur le marché des reproducteurs : ils facilitent la vente de reproducteurs à des prix plus élevés par les sélectionneurs. Ils constituent un moyen de régulation du marché des reproducteurs : les inscriptions dans le Livre sont suffisamment sévères à leur création pour constituer une souche d’animaux d’élite et faire connaître les animaux-types qui serviront de modèle pour l’ensemble des éleveurs. Ainsi le Livre Généalogique est l’outil de coordination des efforts individuels de sélection.

26L’apparition des premiers concours d’animaux de boucherie a lieu, elle, dès 1842, et celle des concours d’animaux reproducteurs en 1850. Ces concours permettent alors autant d’établir une hiérarchie entre les éleveurs qu’entre les animaux. Ainsi la réputation des éleveurs récompensés lors des concours joue autant dans le marché des reproducteurs que la qualité intrinsèque des animaux primés. L’évaluation des animaux repose sur des critères qualitatifs (appréciation de la conformation de l’animal : taille des cornes, couleur de peau, aplombs, dents), et ces critères sont supposés être reliés à des critères de productivité ou de qualité des animaux. Les concours sont ainsi un mode de normalisation et de diffusion des savoirs sur la race.

27Concours et Livres Généalogiques sont le plus souvent liés : les animaux primés ont la possibilité d’être inscrits dans les Livres Généalogiques. Ce n’est que vers le début du xxe siècle, avec le développement des outils de mesure des performances des animaux, que ces performances sont intégrées aux Livres Généalogiques et aux certificats d’inscription. À partir de 1923, les Livres Généalogiques intègrent ainsi les deux dimensions des activités de sélection (objectifs de performance d’un côté, appartenance à la race de l’autre).

L’Etat surveillant

28Les activités de sélection génétique commencent à devenir objet de gouvernement au travers du contrôle par l’Etat des concours d’animaux lors de comices agricoles. Mais le rôle de l’Etat se limite principalement à la surveillance de ces pratiques et au versement d’aides financières pour améliorer le cheptel. Cette action est davantage orientée vers le bon entretien des animaux (qu’ils ne soient pas chétifs, mal nourris, etc.) que vers leur sélection génétique proprement dite. À travers ce rôle de surveillance, les missionnaires de l’Etat prennent conscience des limites et des détournements des instruments préalablement conçus (les Livres Généalogiques et les Concours). En effet, malgré l’extension des pratiques des entrepreneurs à des clubs ou des sociétés d’agriculture, des critiques émergent envers ce modèle de sélection considéré comme privilégiant le statut social des sélectionneurs plutôt que la qualité de leur travail. De même, les concours révèlent leur inefficacité, l’élite paysanne et les notables se récompensant entre eux dans ces systèmes consanguins, où la qualité même des animaux devient secondaire. Les éleveurs restent les seuls à effectuer toutes les tâches de l’activité de sélection (évaluation des performances, choix des reproducteurs, accouplements raisonnés), s’appuyant sur un marché de gré à gré et les foires, reposant sur l’évaluation visuelle des animaux.

29Comme l’indiquent Baratay et Mayaud, le projet de l’Etat est alors de mettre à plat le monopole parfois non justifié des « châtelains anglophiles » pour laisser place à de nouvelles élites paysannes. Les objectifs de l’Etat à cette époque sont donc davantage sociaux et politiques que purement techniques. Ainsi, au travers du Ministère de l’Agriculture, le gouvernement affirme une volonté politique :

  • 14 (Baratay E. et Mayaud J.-L., 1997).

« le ministère doit servir non pas une “féodalité agricole” de hobereaux et grands seigneurs mais [...] une démocratie rurale dans laquelle la République reconnaît ses électeurs potentiels »14.

30Face aux limites des concours et des Livres Généalogiques, aux mains des notables, et pour répondre aux besoins des Etats en terme d’augmentation des productions agricoles, un régime « intensif » de sélection génétique se structure, dont l’objectif républicain est non seulement la production mais également la diffusion de progrès génétique à l’ensemble des troupeaux d’une même population animale.

UN REGIME DE SELECTION GENETIQUE « INTENSIF »

La production nationale de savoir

31Ce régime est basé sur le développement important de disciplines scientifiques (zootechnie, physiologie de la reproduction, génétique quantitative, statistique, informatique) qui ont permis :

  • de modifier de façon profonde les façons de connaître la performance des animaux et la logique des savoirs mobilisés dans les activités de sélection ;
  • de structurer l’organisation nationale et internationale de la production et de la diffusion des connaissances selon une logique diffusionniste de l’innovation.

Prédire la performance

  • 15 (Paul D.B et Kimmelman B.A., 1988).

32La découverte des lois de l’hérédité a bien sûr joué un rôle important en rendant possible de nouvelles formes de rationalisation des pratiques de sélection génétique. Les théories scientifiques de la sélection génétique permettront en effet de prédire, selon une logique probabiliste, les performances des animaux, d’adopter une logique de planification et de se libérer des contraintes et limites des pratiques d’« essais-erreurs ». Ce seront les lois de Mendel (1865) qui permettront une prédictibilité des résultats après croisements entre individus, après leur redécouverte au début des années 190015.

  • 16 (MacKenzie D. et Barnes B., 1979).

33Les théories de l’hérédité n’ont pas directement conduit à la sélection génétique comme nouvelle pratique d’amélioration des troupeaux. En effet, elles n’ont pas été appliquées telles qu’elles, et ont fait l’objet d’âpres controverses entre mendéliens et biométriciens notamment16. Presque un siècle a été nécessaire depuis leur découverte pour transformer ces différentes approches en techniques de sélection, et ce n’est qu’avec le développement du régime « intensif » que les théories de Mendel seront appliquées au domaine de l’élevage.

  • 17 (Mallard J., 1992).

34La génétique quantitative conduit à un changement d’échelle de la gestion de la sélection : l’intérêt n’est plus porté à l’individu en lui-même, mais à des ensembles d’individus très nombreux ou « populations ». Elle se distingue des méthodes des premiers sélectionneurs « de plein air » par un mode de pensée très différent, « statistique et relatif »17, reposant sur l’étude de la transmission héréditaire de caractères quantitatifs mesurables. Cette étude nécessite la mise en place d’un dispositif à l’échelle de la population, d’où la mise en place de « schémas de sélection » constituant une certaine forme de coopération entre éleveurs et dispositifs de production de progrès génétique.

35La génétique quantitative traduit le génotype d’un individu en concept opérationnel en termes de mesure, sa « valeur génétique », définie comme

  • 18 (Ollivier L., 1982).

« la valeur moyenne de sa descendance, supposée infiniment nombreuse et placée dans des conditions de milieu définies18 ».

36Deux éléments sont importants dans cette définition car révélant les hypothèses sur lesquels se fonde cette discipline : la nécessité d’une grande quantité de descendants pour un même individu mâle, et la définition des conditions de milieux. L’invention de l’insémination artificielle permettra de répondre à la première, tandis que le contrôle du milieu lors d’essais en fermes expérimentales et l’homogénéisation des pratiques d’élevage permettront de répondre à la deuxième.

Organiser la mesure

  • 19 Repris par (Bonneuil C. et al, 2006) concernant la sélection végétale.

37En faisant référence au régime fordiste19, le régime intensif est basé sur l’expertise, la scientificité de l’action et la conception d’instruments d’aide à la décision. Il s’agit, par rapport aux régimes précédents, d’objectiver des pratiques de sélection de nature subjective, basée sur la réputation des éleveurs. Mais il s’agit également d’organiser la production et la diffusion de connaissances scientifiques, pour assurer un progrès génétique à l’échelle des populations animales. Trois instruments principaux sont au cœur de ce régime de connaissance :

  • le contrôle de performance ;
  • les index génétiques, issus d’un traitement statistique des informations de performance et de généalogie, permettant de transformer des données sur les animaux en valeur de potentiel génétique ;
  • l’insémination artificielle pour augmenter et raisonner les accouplements.
  • 20 Voir les auteurs fondateurs de ces principes de génétique animale (Lush J.L., 1947), (Rendel J. et (...)

38Ces principes seront définis assez tôt20 mais l’efficacité restera faible jusqu’au développement des outils informatiques permettant de développer les calculs statistiques.

Le savoir par l’expérimentation

  • 21 (Callon M. et al, 2001).

39Le développement du régime intensif repose sur la mise en place de dispositifs d’expérimentation à grande échelle. Comme l’ont montré M. Callon et al., c’est grâce à l’importance accordée à la reproductibilité des expérimentations et des résultats que les théories peuvent alors émerger21.

40Des stations expérimentales sont ainsi créées, au niveau national, associant instituts de recherche et organisations professionnelles. Il s’agit d’un modèle d’expérimentation « en plein air », où les informations sont utilisées à la fois dans une visée économique (la production de progrès génétique) et dans une visée de production de nouvelles connaissances scientifiques. Ces expérimentations « en plein air » constituent la grande innovation de la génétique animale développée à l’INRA, qui s’est libérée des contraintes et des limites de l’expérimentation confinée en laboratoire.

41Ces dispositifs expérimentaux permettent alors d’identifier les facteurs limitant la production et de les lever, principe au cœur de ce régime intensif. Ils nécessitent la division du processus de production en facteurs et une « artificialisation du milieu » par l’homogénéisation des conditions locales (cf. principe général de la science agronomique à cette époque). Le régime intensif fait écho à la logique générale de l’agriculture productiviste, visant des gains de productivité

  • 22 (Bonneuil C. et Thomas F., 2006).

« en décomposant la production en processus productifs élémentaires séparés et optimisés et en séparant la conception de la production »22.

Gérer l’information à l’échelle nationale

  • 23 (Callon M. et Muniesa F., 2003).

42C’est par la mise en place d’un « centre de calcul »23 national permettant de gérer l’information génétique de l’ensemble des populations animales contrôlées que le caractère intensif du régime décrit ici prend tout son sens. Ce dispositif se substitue alors au Comité Fédératif de Contrôle Laitier. En effet, les généticiens de l’INRA, pour élaborer des modèles permettant une meilleure évaluation du potentiel génétique des animaux, organisent la mise en place, au sein de l’INRA, d’un système de gestion national de l’information génétique, le « Centre de Traitement de l’Information Génétique » (CTIG) de Jouy-en-Josas. La codification des procédures d’évaluation des animaux a permis un regroupement et une gestion collective, à l’échelle d’une race et à l’échelle nationale, de ces informations génétiques. Cette base permet le regroupement de l’information à la fois dans le temps (historique) et dans l’espace (ensemble des élevages contrôlés).

  • 24 (Rose N., 1991).

43Comme a pu le montrer N. Rose24, la rationalisation d’un domaine d’activité et la construction de son caractère gérable (c’est-à-dire l’exercice du pouvoir sur ce domaine) passent par la nécessité de transformer les processus et les évènements à gérer, à gouverner, en « traces » qui peuvent être mobilisées et accumulées, et donc par la création de « centres de calculs ». Non seulement un système d’information est créé pour pouvoir manipuler l’ensemble des informations génétiques des élevages sous contrôle de performance, mais des standards ont également été mis en place pour homogénéiser et coordonner le traitement des données génétiques à l’échelle du territoire national.

Moderniser et homogénéiser

44Le régime intensif se traduit également par l’organisation de la diffusion des connaissances et des modèles élaborés, ces derniers étant considérés par leurs concepteurs et leurs promoteurs comme universels et pouvant ainsi s’appliquer à tous les contextes. Ce régime est de plus caractérisé par la diffusion conjointe d’un modèle de production devant permettre une efficacité maximale, c’est-à-dire une homogénéisation des pratiques et des systèmes d’élevage, associée à l’émergence de standards de production tels que les quantités de matière grasse et de matière protéique dans le lait, et les standards bactériologiques dans le secteur industriel. Le régime intensif est ainsi basé sur :

  • un principe de management orienté vers l’objectif d’augmenter le rendement par unité opérationnelle (l’animal)25 ;
  • une logique d’économie d’échelle : jusqu’à un certain point, plus la population sélectionnée est grande, plus la puissance de sélection est forte.

45Ainsi l’hypothèse sur laquelle repose ce régime est que les éleveurs sont censés réagir de façon rationnelle et chercher à augmenter la productivité par unité de production. Les éleveurs doivent également être réceptifs et actifs pour participer à la construction des connaissances techniques et les absorber.

  • 26 (Callon M., 2006).

46De la même façon que pour « fixer » l’économie, c’est-à-dire pour en faire un objet stabilisé, manipulable et contrôlable, il faut d’abord « fixer les populations »26 : il a fallu, pour établir les pratiques et les dispositifs « rationalisés » de sélection génétique, fixer dans une certaine mesure les populations d’éleveurs et individualiser la gestion des troupeaux. La modernisation de l’élevage a ainsi participé à la diminution des pratiques de transhumance et de gestion collective des troupeaux.

Prescrire et gouverner

47Le régime de coopération du régime intensif de sélection génétique repose sur la double dimension des biens communs que sont les races : une division du travail à visée productive et une structure de gouvernance associant les différentes parties prenantes, et notamment les éleveurs (la qualification).

Division du travail et nouveaux prescripteurs

48Objectiver la sélection génétique nécessite d’externaliser les activités de jugement et de raisonnement des accouplements à visée de production de progrès génétique. Le principe du régime intensif est la distribution des compétences au travers de la création de différents services génétiques : le contrôle laitier, l’insémination artificielle, l’évaluation des animaux, le calcul de leur potentiel de performance sont autant d’activités qui peuvent faire l’objet de services différents. Ce régime intensif peut être vu comme l’extension démocratique du régime entrepreneurial à l’ensemble des éleveurs. Cette extension passe par un effort de standardisation et l’apparition de nouveaux acteurs prescripteurs : des techniciens de contrôle laitier, des inséminateurs, des gestionnaires des schémas de sélection, qui prescrivent aux éleveurs une partie des accouplements nécessaires à la création collective du progrès génétique (l’autre partie des accouplements, les accouplements commerciaux, est laissée au libre choix des éleveurs).

49Cette division du travail repose, d’un côté, sur les organismes de recherche qui organisent les informations génétiques collectées par les organismes de contrôle laitier, de l’autre, sur les éleveurs (ou une partie d’entre eux) qui fournissent le « matériel génétique » au travers des animaux qu’ils soumettent au contrôle de performance. Ainsi, contrairement à la sélection végétale, où les agriculteurs ne sont considérés que comme des utilisateurs de semences certifiées, dans le cas de la sélection animale, les agriculteurs participent à la production du progrès génétique en fournissant les animaux sur lesquels sont mesurés les performances, et les reproducteurs nécessaires aux schémas de sélection et à la production de semence.

Tester pour prédire

50Le principe du « testage » des animaux est en partie ce qui fonde la forme spécifique de coopération sur laquelle est basé le régime intensif : il s’agit de tester sur les élevages participant au schéma de sélection la valeur des mâles dont la semence est vendue par la suite. La production du progrès génétique dépend donc de la capacité à maintenir cette forme particulière de coopération des éleveurs sélectionneurs.

51Des contraintes techniques expliquent cette nécessité de coopération, notamment la nécessité d’engagement sur le temps long. En effet, plus le nombre de mâles testés est important, plus le progrès génétique peut être rapide. Plus le nombre de critères de sélection à prendre en compte est important, plus le nombre de mâles à tester est grand. Mais le testage des mâles représente plusieurs contraintes :

  • de temps : il faut attendre plusieurs années entre la naissance d’un mâle et la détermination de sa valeur génétique (temps nécessaire pour que ce mâle donne naissance à une descendance dont la performance est mesurée) ;
  • de coût et de risque : chaque mâle représente un coût important d’entretien pendant cette période de testage où ses semences ne peuvent être vendues. Le risque inhérent au testage est également qu’il ne soit finalement jamais utilisé pour cause de potentiel génétique estimé trop faible ;
  • de stabilité des participants : pouvoir tester des mâles dans un élevage nécessite de bien connaître la généalogie et les performances sur le long terme de ses animaux. Pour cela, il faut un engagement de long terme de l’éleveur dans la procédure de contrôle de performance.

La gouvernance participative

52Cette division du travail ne suffit pas à assurer l’amélioration d’une race. Les éleveurs restent les propriétaires de la race, d’où la nécessité de créer une structure permettant d’orienter la sélection de chaque race, et de tenir les Livres Généalogiques. Les UPRA (« Union pour la Promotion et la Sélection des Races ») sont alors créées. Elles intègrent les livres généalogiques préexistants.

  • 27 (Vissac B., 2002).

53Ainsi malgré cette description d’un changement assez radical dans le mode de production de connaissances dans ce régime intensif par rapport aux régimes précédents, ce régime n’est pas uniquement un régime « scientifique » où la sélection serait entièrement externalisée et confiée à des experts, appuyés par des instruments scientifiques comme c’est le cas pour les semences végétales. Il s’agit d’un régime hybride combinant production scientifique de connaissances et intervention des éleveurs pour l’évaluation de la qualité des animaux. En effet, ce caractère hybride découle de l’impossibilité de se libérer totalement de la participation des éleveurs. Ces derniers participent à la définition des objectifs de sélection mais aussi à l’évaluation des animaux et à la détermination de leur capacité à rentrer ou pas dans le Livre Généalogique, au travers des dispositifs de qualification dans lesquels des éleveurs « qualificateurs » prennent une part prépondérante. Ainsi ce régime ne remplace pas complètement les précédents mais s’appuie, pour se développer, sur leur intégration au travers de celle des Livres Généalogiques dans les UPRA. Cette intégration ne se fait pas sans heurts. Les fortes tensions qui ont pu être observées (et encore aujourd’hui), dans le domaine de la sélection bovine destinée à la production de viande notamment, entre les éleveurs issus du régime entrepreneurial, et les UPRA en constitution, en sont la preuve27.

Un marché industriel

54Par l’introduction des techniques de sélection génétique et par l’apparition de nouveaux prescripteurs, les éleveurs sont petit à petit amenés à se séparer de la sphère domestique et de la logique communautaire locale pour faire appel à une économie de services marchands et coopératifs.

55Les instruments de la sélection génétique assurent la coordination de différentes fonctions de classification et d’information permettant un marché du progrès génétique. Avec le développement de l’insémination artificielle, le marché des reproducteurs (et la place du marché, de la foire au sens physique du terme) se transforme en un marché de la semence (il n’y a alors plus besoin de transporter les animaux) et de services (par la mise en place de la semence par des techniciens certifiés). Ce service met à disposition des éleveurs un bien intangible qui est le « progrès génétique », référencé par des index. L’insémination artificielle démultiplie les possibilités d’accouplement en permettant des croisements impossibles auparavant, et la sur-utilisation des meilleurs reproducteurs. La possibilité de faire des stocks de semence joue également sur la construction de différenciation des prix des doses de semence : il est alors possible de faire varier les prix en fonction de la rareté du reproducteur et de sa valeur génétique. L’index permet une classification des biens proposés, qui rend le marché de la semence possible.

  • 28 Voir www.icar.org/index.htm consulté le 22 décembre 2001.

56Ces instruments permettent également une internationalisation du marché de la génétique : les index deviennent des standards internationaux qui permettent les échanges et les comparaisons d’un pays à un autre. Des instances internationales de normalisation sont créées, notamment ICAR (International Committee for Animal Recording), association responsable de l’évaluation génétique internationale du bétail28.

57Au travers de ces instruments, en même temps qu’une dématérialisation du marché, il y a un changement d’échelle de la question économique de l’efficacité, qui est définie à l’échelle nationale voire internationale, au sein des UPRA, et validée par la Commission Nationale d’Amélioration Génétique (CNAG), commission paritaire composée de professionnels et de personnels de l’administration, responsables du Ministère de l’Agriculture, scientifiques de l’INRA, enseignants... Les effets précis des instruments de la sélection génétique sur le marché seront davantage exposés dans la partie II. Ce marché, dans le régime intensif, est fortement encadré par l’Etat.

L’Etat sélectionneur

  • 29 (Aggeri F. et Hatchuel A., 2003).
  • 30 Voir une analyse approfondie des rapports entre science, technique et politique agricole dans la c (...)

58Pour assurer la structuration et le maintien de l’organisation collective, à grande échelle, du régime intensif, la sélection génétique prend en France une dimension publique. Ainsi cette Loi sur l’Elevage de 1966, pour encadrer la mise en place de ces nouveaux instruments scientifiques et assurer la suppression du monopole des notables du régime entrepreneurial, établit un régime de gouvernementalité colbertiste29. En effet, les dispositifs étudiés comportent une visée publique explicite : les critères d’évaluation sont l’ouverture du dispositif et sa capacité à satisfaire la demande sans opérer une sélection trop forte par le prix de la prestation. Avec la Loi sur l’Elevage l’Etat n’est plus seulement surveillant, comme dans le régime entrepreneurial, mais prescripteur et gestionnaire30.

  • 31 (Jobert B. et Muller M., 1987).

59Dès la fin de la Deuxième Guerre Mondiale, les activités d’élevage s’inscrivent dans un « référentiel de modernisation »31 : elles doivent alors s’industrialiser fortement en vue de relancer l’économie nationale. Une relation forte entre scientifiques et politiques a conduit à la création de la Loi sur l’Élevage de 1966. Initiée par Edgar Faure, conseillé par Jacques Poly, père fondateur de la génétique animale à l’INRA, cette loi vise à « améliorer la qualité génétique du cheptel français » et organise pour cela un dispositif de sélection génétique à la fois technique et marchand.

60La loi définit les missions publiques d’associations ou coopératives d’éleveurs, agréées et organisées à l’échelle départementale, assurant chacune, séparément ou en collaboration, un métier spécialisé. Elle crée ainsi les « Etablissements Départementaux de l’Elevage » agréés (EDE). Par la mise en place de ces EDE, la loi a pour objectif d’organiser la coordination du travail de sélection, et notamment l’assurance d’une méthodologie commune quant à l’identification et au contrôle des animaux. Elle établit un principe de communication de l’information entre opérateurs collectifs :

« Les établissements de l’élevage et les unités de sélection, y compris les organismes chargés de la tenue des livres généalogiques [UPRA] se communiquent mutuellement les documents susceptibles de contribuer à l’amélioration des espèces en cause ».

61Les EDE ou des centres indépendants réalisent le contrôle laitier, des centres spécialisés s’occupent de production de semence, d’autres de l’insémination dans les élevages. La Loi sur l’Elevage assure enfin la certification par les services de l’Etat de la qualification des acteurs responsables des services de sélection génétique. Ainsi, elle participe à la création de nouveaux métiers et à la définition de compétences spécifiques. Par exemple, en rendant obligatoire l’obtention d’une licence de chef de centre d’insémination, elle conditionne la formation de techniciens locaux.

62La Loi sur l’Elevage crée également la « Commission Nationale d’Amélioration Génétique » (CNAG) Cette commission paritaire assure la vérification par l’Etat et la « science » du « bon » fonctionnement des schémas de sélection.

63La reconnaissance d’un enjeu public n’est réellement établie qu’en mettant en place des dispositifs de marché efficaces. La Loi sur l’Elevage réglemente les échanges de reproducteurs, dans l’objectif de prévenir les ventes d’animaux de mauvaise valeur zootechnique ou les doses de semence de mauvaise valeur technique. Elle crée également une régulation importante du marché en limitant la concurrence entre producteurs de semence et en définissant un « monopole de zone » pour les centres d’inséminations. En contrepartie du pouvoir octroyé par la mise en place de ce monopole, les centres d’insémination sont tenus d’accepter de fournir leur service aux éleveurs adhérents comme aux éleveurs non adhérents, qu’ils soient éloignés du Centre de sélection et de production de la semence, ou dans des zones faiblement peuplées, ou difficiles d’accès : ils ont une mission de service public de diffusion du progrès génétique.

  • 32 Voir notamment les travaux de D. Van Vleck, universitaire américain récompensé pour son rôle dans (...)

64Ce régime colbertiste mis en place par la Loi sur l’Elevage est très spécifique à la France. Aucun autre pays n’a fait l’objet d’une telle loi encadrant les activités de sélection. Ainsi des modèles de sélection très variés se sont développés. Certains reposent sur des partenariats entre éleveurs et université ou instituts de recherche (Canada, Sardaigne, Etats-Unis32), tandis que d’autres reposent sur un régime de gouvernementalité plus proche du modèle privé de l’entrepreneur, avec des unités de production de taille suffisamment importante pour être autonomes dans la sélection (Australie, Pays-Bas, Afrique du Sud). Aucun travail proche du notre, sur l’étude du fonctionnement organisationnel des activités de sélection génétique, dans d’autres pays n’a pu être identifié, ainsi nous ne pouvons donner davantage de détail sur ces différents modes d’organisation.

  • 33 C’est également à cette époque qu’apparaît un discours prônant la diminution et la spécialisation (...)

65Le régime intensif, dans sa traduction concrète, a révélé toute son efficacité et a permis la compétitivité de la génétique animale française vis-à-vis des concurrents américains ou hollandais. Il a par exemple permis le succès de la race de vache laitière Prim’Holstein. Mécanique vivante de très haute technologie, caractérisée par plus d’une vingtaine de critères, cette race est aujourd’hui l’une des plus productives au monde. Mais ce régime a également fait l’objet de critiques sévères par rapport à ses dérives : certains lui ont reproché d’avoir fortement accéléré la diminution de la diversité des races présentes sur le territoire national, en favorisant l’accumulation de moyens auprès des races les plus productives33. Des démarches alternatives sont apparues, participant à l’émergence de ce que nous appellerons un « régime néo-communautaire » de sélection génétique.

VERS DEUX REGIMES EN TENSION ?

66La période actuelle est une période « exploratoire » car, contrairement au régime précédent, dans lequel les objectifs sont assignés, clairement définis, dès le départ, les objectifs deviennent multiples et à construire et les moyens pour les atteindre ne sont pas connus. Cette période se caractérise également par l’éclatement des valeurs. D’un côté, l’émergence d’une logique néo-libérale (extension de la rationalité économique au champ de la sélection des espèces), mais de l’autre, l’apparition de logiques civiques avec l’arrivée de nouveaux acteurs sur la scène de la sélection génétique. Ainsi, l’émergence de deux régimes parallèles peut être identifiée, même s’il reste difficile à l’heure où cet ouvrage paraît d’en déterminer toutes les dimensions et toutes les implications.

Le régime de sélection « découplé »

67Le régime de sélection génétique « découplé » libère en partie les activités de sélection génétique des contraintes des dispositifs coopératifs (production de progrès génétique découplée en partie du testage sur descendance des animaux), rendant ainsi possible la multiplication des prescripteurs et des producteurs privés de progrès génétique (suppression du monopole de zone des coopératives de sélection), et conduisant potentiellement à un accroissement de la concurrence à l’échelle mondiale.

De la probabilité à la certitude : la génomique

  • 34 (Bidanel J.-P. et al, 2008).
  • 35 (Bonneuil C. et Thomas F., 2006).

68Le régime de connaissances de ce régime découplé s’inscrit dans un changement plus global dû aux progrès de la génomique dans le domaine de la sélection animale34. Ce régime de connaissance en sélection génétique est d’abord apparu dans le champ de la sélection végétale où il a opéré une rupture technologique35. On dispose à présent d’une cartographie de l’ADN des animaux suffisamment précise pour en déduire leur valeur génétique. Ainsi, une fois établies les associations entre performances, caractères, phénotypes et les milliers de zones marquées sur l’ADN des animaux, le potentiel de ceux-ci peut être connu de façon beaucoup plus rapide et avec une précision significative, le testage sur descendance devenant alors beaucoup moins important. En effet, au lieu d’observer le phénotype d’un animal et d’en déduire par des calculs très complexes la valeur génétique de ses ascendants, il devient possible de lire directement son génotype, dès le stade de l’embryon. La génomique conduit donc à l’élaboration d’un nouveau paradigme, mécaniste et déterministe, qui marque l’abolition du précédent. On s’approche de la « certitude », avec la fabrication d’instruments de plus en plus sensibles (progrès des nanotechnologies), voire de l’utopie de la libération de la nécessité de contrôle de performance.

Un retour à l’entrepreneuriat ?

69Le régime « intensif » reposait sur un dispositif coopératif indispensable au testage des animaux (contrôle de performance, engagement réciproque sur la durée entre éleveurs sélectionneurs et Centres de sélection), et limitait les captations privatives du travail collectif de création de progrès génétique. Aujourd’hui, des discours nouveaux émergent, laissant croire à la possibilité d’une libération de la sélection génétique vis-à-vis des contraintes du contrôle de performance et de tout le dispositif coopératif sur lequel il repose.

70Ainsi, un éleveur pourra-t-il, en faisant appel à une entreprise de génotypage, estimer la valeur génétique de son animal sans avoir besoin d’attendre qu’il soit testé au sein des élevages du schéma de sélection auquel il appartient ? Serait-ce alors un retour vers une forme d’entrepreneuriat ? Ces changements envisagés dans le régime de coopération interrogent la nature des droits de propriété dans le domaine de la sélection : quelle part de la valeur génétique d’un animal appartient au travail collectif et quelle part résulte du travail individuel de l’éleveur ? Comment doivent être rémunérés les participants ? Ces questions doivent encore être explorées.

Les risques d’appropriation individuelle

71La réduction de l’importance de la coopération peut également avoir des conséquences sur la nature du marché du progrès génétique, avec une multiplication des possibilités de mise en marché de reproducteurs hors circuits collectifs. Ainsi la réglementation européenne autorise déjà la mise en marché de reproducteurs génotypés mais non testés sur descendance, un coefficient de précision de l’estimation du potentiel de production de 0,6, sur une échelle de 0 à 1, étant la seule condition nécessaire à la mise en marché. En France, un garde fou continue à réguler le marché et à assurer le maintien du dispositif coopératif : un arrêté impose que les reproducteurs soient testés sur descendance. Une possibilité de dérogation a été demandée par la profession et existe de façon temporaire et expérimentale afin que, au sein d’un schéma de sélection (et non pas individuellement), il soit possible de vendre des reproducteurs ou des semences de reproducteurs non testés sur descendance. Cependant, la valeur collective du progrès génétique reste prise en compte, limitant les appropriations individuelles.

Le mouvement néo-libéral

72Le régime découplé est marqué par des changements importants en termes de régime de gouvernementalité. D’une part, l’action publique se retrouve en situation d’incertitude, face à des crises sanitaires pour lesquelles les réponses scientifiques et techniques ne préexistent pas. Le mode de construction des politiques publiques et des normes réglementaires repose alors sur une dynamique « ascendante », dans une situation où ni les objectifs ni les moyens de les atteindre ne sont connus. Les objets de gouvernement sont flous, et comme l’a montré F. Aggeri à propos des problèmes d’environnement, leur définition et leurs effets potentiels évoluent au cours du temps

  • 36 (Aggeri F., 2005).

« en fonction de nouvelles visibilités scientifiques et des apprentissages collectifs considérés ». « Ces cibles nouvelles impliquent d’engager des processus d’innovation et d’apprentissages collectifs au cours desquels les objectifs et les moyens de l’action seront progressivement définis »36.

  • 37 (Callon M. et al, 2001).

73Des expérimentations de formes d’action collective « en rupture avec un schéma positiviste basé sur le modèle de l’Etat Savant »37 apparaissent. Le cas de la tremblante ovine tel qu’il sera détaillé plus loin, est un exemple illustrant parfaitement ce nouveau régime de gouvernementalité.

74La Loi sur l’Elevage de 1966 a été réformée en 2006, dans le cadre de la nouvelle Loi d’Orientation Agricole, avec une orientation plutôt néo-libérale. Suite à la volonté de l’Etat de réduire ses engagements financiers dans la sélection génétique, cette réforme conduit à des changements importants dans les modes de régulation des activités de sélection génétique. Les points principaux de cette réforme sont :

  • la mise en conformité du système national avec le droit communautaire de la concurrence, au travers de la suppression du monopole de zone des Centres de sélection : chaque éleveur est alors libre de choisir son prestataire de service génétique ;
  • la mise en place conjointe d’un service public universel d’insémination afin d’assurer une couverture territoriale des services (les lois de la concurrence conduisant sinon à un abandon des zones difficilement accessibles par les centres d’insémination) ;
  • la création d’une Interprofession Génétique (France Génétique Elevage) donnant la responsabilité du pilotage opérationnel du système national aux professionnels (Organismes de Sélection, Entreprises de Sélection, etc.) ;
  • la mise en place d’un système de traçabilité sanitaire basé sur « la responsabilisation des acteurs » permettant de tracer non seulement les animaux reproducteurs mais également le matériel de reproduction (semences, embryons).
  • La transformation des UPRA en Organismes de Sélection, appuyés sur les entreprises de sélection pour assurer leur autonomie financière vis-à-vis de l’Etat.
  • 38 Cela correspond bien à ce que (Jobert B. 2003) nomme le « mythe de la gouvernance dépolitisée » où (...)

75La nouvelle loi réduit également la nécessité d’agrément des entreprises de sélection produisant et vendant du progrès génétique (agrément auparavant octroyé par la CNAG). La concurrence sur le marché est censée assurer la qualité de la génétique proposée. La fonction de certification réalisée par l’Etat disparaît donc. L’Etat délègue également son autorité régulatrice à d’autres organisations telles que les familles professionnelles, au travers de l’Interprofession Génétique. Il est alors possible d’imaginer que les Centres de sélection vont proposer eux-mêmes leurs propres systèmes de normes de qualité, mais cela reste à étudier car ces changements concernent en premier lieu les espèces pour lesquelles la semence peut être congelée (bovins). Au travers de cette politique néo-libérale, l’Etat fait le pari qu’en laissant les entreprises de sélection génétique servir leurs intérêts propres, elles serviront de façon cumulative l’intérêt collectif38.

76Des chercheurs et des responsables professionnels, notamment engagés auprès des races locales, ont tenté de maintenir dans cette nouvelle loi le caractère « commun » spécifique des ressources génétiques (notamment la nécessité de préserver la variabilité génétique pour les générations futures), et la prise en compte de cette spécificité dans le maintien de certaines règles compensant les méfaits de la libre concurrence. Ils ont ainsi développé la notion de « jachère génétique » : concernant les races locales, les Centres de sélection doivent parfois entretenir plus de mâles reproducteurs qu’ils n’en ont besoin pour répondre à la demande d’insémination, ceci dans le but de préserver la variabilité génétique nécessaire à la durabilité de la sélection. Or cet entretien est coûteux et peut pénaliser ces Centres de sélection par rapport à d’autres, gérant des races spécialisées avec une demande suffisante pour maintenir les deux côtés de la sélection : la vente de progrès génétique et le maintien de la variabilité.

Le régime néo-communautaire

77Parallèlement à ce régime découplé, des remises en cause des objectifs de sélection et des modes de production de connaissances apparaissent dans des dynamiques locales. Nous définissons ici ce régime émergent comme un régime néo-communautaire car il combine des formes traditionnelles de sélection avec l’état actuel des savoirs. Le cas de la Brune des Alpes en est un exemple. Cette race locale a été fortement améliorée grâce à des semences américaines. Des éleveurs de la Brune des Alpes, confrontés à l’absence d’alternative officielle aux semences américaines, obtiennent alors des vaches trop productives pour leurs systèmes d’élevage. Ils refusent toute utilisation de la génétique américaine, et sélectionnent eux-mêmes la « Brune originale », appelée « sélection paysanne » par l’éleveur qui donne son témoignage :

  • 39 (Mercier F., 2008).

« la reproduction est menée en monte naturelle pour l’essentiel, d’où une grande diversité de géniteurs mâles et donc une faible consanguinité. Les taureaux s’échangent, des concours permettent aux éleveurs de se retrouver devant les fruits de leur choix, la crème de la race »39.

78Comme ont pu le montrer d’autres auteurs pour la sélection génétique végétale :

  • 40 (Bonneuil C. et Thomas F., 2006).

« l’ancien se rebiffe, il suscite l’engouement de nouvelles couches d’amateurs, de cultivateurs et consommateurs qui le revendiquent ; on invoque la diversité contre la productivité, la rusticité et le goût contre le rendement, l’authenticité contre l’uniformisation »40.

79Ce régime néo-communautaire est donc caractérisé par l’explosion des critères de valeur et d’efficacité, qui amènent les acteurs locaux à s’engager dans la production de connaissances sur la sélection d’animaux adaptés à leurs attentes.

  • 41 (Bonneuil C. et al, 2006), (Callon M. et al, 2001), (Gaudillière J.-P. et Joly P.-B., 2006).

80Ces exemples mettent en avant la multiplicité grandissante des objectifs de production par rapport au régime intensif. Le progrès ne repose plus seulement sur le progrès génétique, mais sur une diversité de voies possibles, développant la possibilité de faire du profit avec différents types de races, très productives comme moins productives. Les discussions sur les façons de connaître ne sont plus le monopole des spécialistes41, et des éleveurs tentent d’imaginer de nouvelles formes de sélection, remettant en question les modèles utilisés depuis trente ans.

81Cependant, ce régime néo-communautaire n’est pas forcément opposé au régime de connaissances émergeant en parallèle du fait des progrès dans la sélection génomique : les outils de la sélection génomique peuvent potentiellement être utilisés pour améliorer des populations animales à petits effectifs, sur des critères autres que l’augmentation de leur productivité. Elle peut notamment permettre la gestion d’un schéma de sélection de petite taille à moindre frais, grâce aux économies du nombre d’animaux à tester.

82Nous allons maintenant étudier comment ces régimes idéaux-typiques se sont traduits dans le cas des races ovines laitières des Pyrénées-Atlantiques : ont-ils tous émergé ? Ont-ils conduit aux mêmes tensions ? En quoi nous permettent-ils de mieux comprendre la trajectoire des dispositifs de sélection génétique dans ce département ? Enfin, à l’inverse, en quoi le cas des Pyrénées-Atlantiques nous permet-il d’alimenter ce cadre d’analyse ?

Notes

1 (Antoine A., 1999).

2 Cf. (Mulliez J., 1984) « Pratiques populaires et science bourgeoise : l’élevage des gros bestiaux en France de 1750 à 1850 » in L’élevage et la vie pastorale dans les montagnes de l’Europe au Moyen âge et à l’époque moderne Institut d’Etudes du Massif Central.

3 (Antoine A., 1999).

4 (Antoine A., 1999).

5 (Vissac B., 2002).

6 (Russel, 1986).

7 (Vissac B., 1993).

8 (Grandcoing P., 2003).

9 « Pour que triomphe l’idée que ce sont les mâles et non pas les femelles qui sont importants dans la transmission des caractères, il faudra que les conditions économiques se soient modifiées et que l’on accepte de conserver des animaux spécialisés dans la reproduction, élevés à cette seule fin, susceptibles alors d’une descendance beaucoup plus nombreuse que celle d’une femelle » (Antoine A., 1999).

10 (Vissac B., 2002).

11 (Baratay E. et Mayaud J.L., 1997).

12 (Vissac B., 2002).

13 (Denis B., 1982).

14 (Baratay E. et Mayaud J.-L., 1997).

15 (Paul D.B et Kimmelman B.A., 1988).

16 (MacKenzie D. et Barnes B., 1979).

17 (Mallard J., 1992).

18 (Ollivier L., 1982).

19 Repris par (Bonneuil C. et al, 2006) concernant la sélection végétale.

20 Voir les auteurs fondateurs de ces principes de génétique animale (Lush J.L., 1947), (Rendel J. et Robertson A., 1950).

21 (Callon M. et al, 2001).

22 (Bonneuil C. et Thomas F., 2006).

23 (Callon M. et Muniesa F., 2003).

24 (Rose N., 1991).

25 (Allaire G. et Boiffin J., 2004).

26 (Callon M., 2006).

27 (Vissac B., 2002).

28 Voir www.icar.org/index.htm consulté le 22 décembre 2001.

29 (Aggeri F. et Hatchuel A., 2003).

30 Voir une analyse approfondie des rapports entre science, technique et politique agricole dans la constitution de cette Loi sur l’Elevage dans (Joly et al, 2001).

31 (Jobert B. et Muller M., 1987).

32 Voir notamment les travaux de D. Van Vleck, universitaire américain récompensé pour son rôle dans l’amélioration des programmes de sélection génétique aux Etats-Unis, cf. site http://www.ars.usda.gov/news/news.htm?modecode=54-38-05-10&newsid=3311, consulté le 22 décembre 2008.

33 C’est également à cette époque qu’apparaît un discours prônant la diminution et la spécialisation du nombre de races : « les définitions de l’ingénieur du ministère de l’agriculture (Quittet, Contrôleur général de l’agriculture) prônent la simplification du cheptel par une réduction du nombre de races et l’augmentation de leur spécialisation » (Lauvie A., 2007).

34 (Bidanel J.-P. et al, 2008).

35 (Bonneuil C. et Thomas F., 2006).

36 (Aggeri F., 2005).

37 (Callon M. et al, 2001).

38 Cela correspond bien à ce que (Jobert B. 2003) nomme le « mythe de la gouvernance dépolitisée » où l’on considère que le marché seul va suffire à réguler les activités de sélection génétique.

39 (Mercier F., 2008).

40 (Bonneuil C. et Thomas F., 2006).

41 (Bonneuil C. et al, 2006), (Callon M. et al, 2001), (Gaudillière J.-P. et Joly P.-B., 2006).

© Presses des Mines, 2010

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search