Version classiqueVersion mobile

Les technologies numériques de santé

 | 
Valérie Fernandez
, 
Laurent Gille
, 
Thomas Houy

Conclusion

Texte intégral

1Cet ouvrage porte quelques messages clés et repose sur plusieurs convictions. Le premier message transparait dans le titre et la manière dont le livre est structuré. Alors que l’intérêt évident de la nation, de l’ensemble des acteurs de la santé et de tous les contribuables est d’assister à un développement massif de la e-santé, ce marché demeure en prise avec des questionnements multiples et reste en attente de nouvelles perspectives. La situation d’inertie dans laquelle se trouve le marché de la e-santé ne s’explique donc pas par le quelconque blocage d’un acteur fort du marché qui verrait sa position contestée par la e-santé. Elle est le résultat d’un ensemble de questionnements précis et légitimes de la part de nombreux acteurs et dont l’accumulation empêche le marché de se développer. Les expérimentations de e-santé sont souvent réussies parce qu’elles émanent d’acteurs militants et volontaires pour mener à bien une expérience pour laquelle ils sont bienveillants. Mais les déploiements d’envergure ne sont pas nombreux parce que le passage à l’échelle d’une initiative locale se heurte souvent aux interrogations d’une population qui, en situation d’usage des dispositifs et face à l’imaginaire qu’ils revêtent, peut exprimer quelques craintes.

2Le deuxième message délivré par cet ouvrage est porté par le cadre prospectif dans lequel nous avons voulu inscrire notre analyse, particulièrement dans la deuxième partie du livre. L’accueil réservé aux dispositifs de e-santé pourrait totalement changer à moyen et long termes en raison des mutations à venir de la demande et de l’offre de soins. L’une des conditions à l’émergence du marché de la e-santé ne serait donc plus de dépasser les questionnements actuels exprimés par les acteurs de la santé mais de réussir à mettre en correspondance la proposition de valeur de la prochaine génération de TIC de santé avec les nouveaux besoins exprimés par les futures demande et offre de soins. Ces nouveaux besoins restent hypothétiques. Ils ont cependant l’avantage de ne pas renvoyer les technologies vers des défis techniques majeurs. À titre d’exemples, les briques technologiques nécessaires à l’émergence de cette nouvelle génération de technologies de santé sont déjà maitrisées pour ce qui concerne les assistants domestiques et en développement avancé pour ce qui concerne la simulation corporelle.

3La méthodologie de recherche sur laquelle repose l’ensemble des analyses présentées dans cet ouvrage nous a amené à rencontrer de nombreux spécialistes du secteur de la santé (tableaux 2 et 3). Les entretiens formels et les discussions informelles que nous avons eues avec ces experts nous ont permis de nous forger au moins deux convictions.

4Notre première conviction concerne la vitesse à laquelle la situation du secteur de la santé pourrait évoluer. Tous les secteurs d’activité connaissent des transformations plus ou moins rapides et radicales selon les périodes. Fortement administré et encadré, le secteur de la santé n’a pas encore connu, en France, de disruption. La conjonction d’une demande de soins en pleine explosion et d’une offre de soins porteuse d’innovations encore non exploitées suffit aujourd’hui à nous laisser penser que des transformations profondes du système de santé pourraient apparaitre à court terme. Le sens dans lequel la situation évoluera n’est pas encore déterminé. Les expérimentations de e-santé réussies localement montrent des résultats spectaculaires. Le potentiel du numérique appliqué au secteur de la santé se confirme. Il est donc possible et raisonnable d’envisager des scenarios où le système de santé connaitrait une amélioration à court terme. La situation pourrait ainsi évoluer favorablement et rapidement dans les prochaines années si le marché de la e-santé trouve une trajectoire de croissance rapide.

5Inversement, si la e-santé ne pénètre pas davantage la sphère médicale et médico-sociale, le secteur de la santé pourrait connaitre rapidement des difficultés. Certains signaux nous laissent déjà penser que ces difficultés sont déjà présentes. Selon une récente étude conduite en 2013 par Deloitte et Harris Interactive, 48 % des français ont renoncé à des soins au cours des 12 derniers mois (Rapport Deloitte et Harris Interactive, 2013). 30 % des français y ont renoncé pour des raisons de coûts. 16 % des français n’ont pas été se soigner car les temps d’attente était trop longs. 7 % n’ont pas trouvé le professionnel de santé adéquat. Et 4 % des Français étaient trop éloignés du lieu où devait se rendre la prestation de soins. Autrement dit, la situation est aujourd’hui à un tournant. Les alertes ont été déclenchées depuis longtemps et les tentatives de déploiement de la e-santé ont été nombreuses. La situation nous semble donc être arrivée à un point critique où elle bascule dans un sens ou dans un autre. Cette situation d’urgence à développer le marché de la e-santé est par ailleurs devenue forte en raison du nombre trop important d’années d’attente et d’espoirs déçus. Les acteurs du secteur de la santé sont tous informés, depuis de nombreuses années, des menaces qui pèsent sur leur secteur d’activité. Ils savent combien la situation pourrait se dégrader si les défis en face du secteur de la santé n’étaient pas surmontés. Ils ont également une connaissance parfaite des promesses portées par la e-santé. Ils ont souvent participé à des expérimentations ou des groupes de réflexion pour contribuer au développement de ces technologies. Malheureusement, les années passent et les promesses ont souvent été déçues par défaut de déploiement. Les acteurs de la santé que nous avons rencontrés sont des promoteurs de la e-santé. À ce titre, ils seront des relais indispensables pour faciliter le déploiement de la e-santé. Les frustrations répétées pourraient éroder leur enthousiasme et à terme les conduire vers une forme de découragement. Si ce découragement émerge, la e-santé ne pourra vraisemblablement pas se développer sans eux.

6La deuxième conviction née au moment de la rédaction de ce livre est une croyance sur la manière dont certaines opportunités pourraient émerger et provoquer une accélération du développement de la e-santé. L’une des propriétés du numérique est d’abaisser les coûts de structure et de développement. Une partie des barrières à l’entrée sur le marché de la e-santé a ainsi disparue. Les porteurs de projets e-santé sont donc nombreux et certaines innovations présentent un potentiel rare. À titre d’exemple, aujourd’hui, il existe plus de 100 000 applications mobiles e-santé sur les plateformes de téléchargement. De l’autre côté du marché, les internautes et les mobinautes sont réceptifs aux innovations. 49 % des français se disent prêts à utiliser les consultations/prescriptions à distance et 60 % des Français déclarent un intérêt pour l’utilisation de dispositifs médicaux communicants (Rapport Deloitte et Harris Interactive, 2013). Le foisonnement d’innovations et le goût des français pour les technologies de santé pourraient créer des usages originaux et atypiques qui s’imposeront au secteur de la santé par le fait de déjà exister. Gageons que cette trajectoire possible d’émergence de la e-santé sera accompagnée et encouragée par l’ensemble des acteurs de la e-santé.

© Presses des Mines, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search