Version classiqueVersion mobile

Les technologies numériques de santé

 | 
Valérie Fernandez
, 
Laurent Gille
, 
Thomas Houy

Partie III. Dynamiques d'adoption et d'usage des TIC

Chapitre VIII. Problématiques des décideurs locaux

Texte intégral

  • 28 Comparer le niveau moyen des investissements en Technologies de l’Information et de la Communicatio (...)
  • 29 Lesiss est un syndicat des Entreprises des Systèmes d’Information Sanitaires et Sociaux

1Les budgets affectés aux Systèmes d’Information dans les établissements de santé sont significativement inférieurs à ceux alloués dans d’autres secteurs d’activités28. À titre de comparaison, une étude de Lesiss29 réalisée en 2010 montrait que les dépenses informatiques, hors rémunération du personnel informatique, représentaient 1,7 % du budget d’exploitation des établissements publics de santé (Lesiss, 2010). Un rapport du Comité Consultatif du Secteur Financier signalait que la part des dépenses en technologies de l’information pour une banque de détail était, en France, de l’ordre de 7 % à 10 % du Produit Net Bancaire (Pastré, 2006).

Des difficultés à convaincre

2L’ensemble des responsables du Système d’Information et la plupart des cadres administratifs interrogés ont signalé l’existence, dans leur propre établissement de santé, d’un sous-investissement dans le Système d’Information Hospitalier. Ils ont évoqué deux raisons explicatives majeures de cette absence d’investissements massifs dans les technologies de l’information. D’une part le contexte hospitalier, caractérisé par la coexistence au sein d’une même organisation de professionnels de santé et de cadres administratifs, peut peser sur les arbitrages budgétaires en défaveur des services supports. Les activités non-médicales, précisément celles qui ne donnent pas immédiatement lieu à un acte médical, sont rarement considérées comme une priorité d’investissement au regard des actes de soins. Ensuite, la plupart des acteurs d’un établissement de santé ne semblent pas percevoir l’ensemble des missions qui incombent au Département Système d’Information. En tant qu’utilisateurs, les professionnels de santé attribuent souvent au Département Système d’Information la seule fonction de maintenance des équipements en place dans l’organisation. Ils n’envisagent que rarement le département SI comme un acteur fort de la prise en charge des patients, notamment en ce qu’il est responsable de la formalisation et de la structuration de la circulation de l’information clinique entre professionnels de santé.

Des budgets alloués limités

  • 30 « Moi, je sais simplement que le Système d’Information Hospitalier contribue à la performance de mo (...)
  • 31 « Nous ne savons pas dans quelle proportion l’installation de notre logiciel d’urgence nous a permi (...)

3Les raisons avancées par nos interlocuteurs pour expliquer les difficultés à justifier des investissements dans les technologies de santé sont également d’une autre nature. L’absence de méthodologie satisfaisante30 pour apprécier toutes les formes de « Retour sur Investissements » lors du déploiement d’une nouvelle technologie de santé et le manque d’indicateurs de performance susceptibles de donner à voir les améliorations d’une situation après l’installation d’une partie de Système d’Information31 ne sont pas de nature à favoriser l’investissement dans les SIH. Les « ROI » d’une technologie de santé doivent être appréhendés à l’aide d’une grille d’analyse multiaxiale comprenant des paramètres techniques, économiques, cliniques, organisationnels sans oublier les dimensions d’usages (Picard, Vial et Houy 2010). Le fait que les dispositifs d’évaluation soient aujourd’hui proposés par des acteurs, parties prenantes du secteur de santé, se traduit par l’utilisation de méthodologies restrictives qui ne prennent pas en considération l’ensemble des effets induits par la mise en place des technologies. Si la construction d’un outil d’évaluation des projets technologiques apparait utile, il ne pourra devenir opérationnel que s’il s’appuie sur des indicateurs, à ce jour encore peu mis en œuvre dans les établissements de santé.

La qualité de l’offre en question

4Plusieurs des établissements investigués ont connu des difficultés avec leurs prestataires informatiques. Le principal reproche adressé aux acteurs de l’offre concerne le manque de flexibilité des applications proposées. Compte tenu des faibles investissements en SIH des établissements de santé, on peut supputer que les principaux acteurs de l’offre ne bénéficient pas d’une demande suffisante pour développer des produits susceptibles de répondre exactement aux besoins des établissements de santé. La situation du marché des SIH, caractérisée par une demande faible et une offre soumise à critiques, pose une question d’ordre macroéconomique sur la façon dont émerge un marché.

5Un marché émerge-t-il suite à une augmentation de la demande ou à une amélioration de la qualité de l’offre ? Autrement dit, le fait que le marché des SIH soit peu actif est-il le fait de la faiblesse des investissements des établissements de santé ou incombe-t-il à la nature des produits et des services proposés par les offreurs ?

6En fonction des réponses apportées à cette question, plusieurs voies de sortie sont envisageables. Si la demande tire le marché, l’accroissement des budgets alloués aux SIH conduira les offreurs à investir davantage et à proposer ainsi des produits et des services de meilleure qualité. Si le marché est tiré par l’offre, l’amélioration de la qualité des produits proposés et des services rendus conduira à une augmentation de la demande. Enfin, une troisième voie de sortie est possible. Elle fait intervenir la puissance publique qui, pour des raisons d’intérêt général, peut souhaiter subventionner l’un des côtés du marché (demande ou offre) et ainsi favoriser l’émergence d’un marché plus actif. Les plans successifs de modernisation des Systèmes d’Information Hospitaliers et plus généralement les dispositifs d’aide à l’intégration des technologies de santé semblent montrer que la puissance publique veut stimuler la demande, avec probablement l’espoir de voir apparaitre une offre adaptée.

7L’un des DSI interrogé a signalé que l’inadéquation entre l’offre proposée par les éditeurs et les besoins des établissements de santé n’était pas le fait des éditeurs. Selon lui, les établissements de santé perçoivent parfois les outils de Systèmes d’Information comme des instruments clefs en main, faciles à installer, sans anticiper le travail de maintenance et de re-paramétrage continu qu’il faudra consentir pour mettre en œuvre correctement et dans le temps, ces outils. Ainsi, les pré-requis à l’intégration d’une nouvelle application ne sont presque jamais définis dans une logique à moyen terme. L’augmentation des seuls budgets alloués aux SIH ne suffirait donc pas à faire émerger un marché. Elle demande que, côté utilisateurs, une véritable analyse des besoins soit menée.

Notes

28 Comparer le niveau moyen des investissements en Technologies de l’Information et de la Communication entre secteurs d’activité reste un exercice délicat. À la connaissance des auteurs, il n’existe pas de ratio consensuel, établi sur des données disponibles, susceptible de permettre une comparaison transectorielle rigoureuse des investissements en Systèmes d’Information. Les chiffres exposés dans ce paragraphe ont donc pour objectif d’asseoir une présomption et non de statuer sur un fait avéré.

29 Lesiss est un syndicat des Entreprises des Systèmes d’Information Sanitaires et Sociaux

30 « Moi, je sais simplement que le Système d’Information Hospitalier contribue à la performance de mon établissement et que les gens l’utilisent puisque, quand il tombe en panne, tout le monde s’en plaint très rapidement », propos tenus par un Directeur des Systèmes d’Information interrogé.

31 « Nous ne savons pas dans quelle proportion l’installation de notre logiciel d’urgence nous a permis de réduire les temps d’attente pour les patients puisqu’avant de l’installer nous ne disposions pas des données permettant d’évaluer les temps d’attente. Pour cette raison, il nous est difficile d’avoir des indicateurs « avant-après » », propos tenus par un Directeur des Systèmes d’Information interrogé.

© Presses des Mines, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search