Version classiqueVersion mobile

Les technologies numériques de santé

 | 
Valérie Fernandez
, 
Laurent Gille
, 
Thomas Houy

Partie III. Dynamiques d'adoption et d'usage des TIC

Introduction de la partie III

Texte intégral

  • 20 Pour rappel, les SIH qualifient ici l’ensemble des ressources matérielles et immatérielles permetta (...)

1Cette partie examine les questionnements des différents acteurs du secteur à l’égard des technologies de santé à partir du cas emblématique des Systèmes d’Information Hospitaliers (SIH)20.

  • 21 Le SIH peut regrouper plusieurs fonctions nécessaires à la gestion des plannings, à la gestion de l (...)

2Un SIH regroupe l’ensemble du système de traitement de données (administratives et médicales) soit les logiciels, serveurs, terminaux et infrastructure21. Il permet de gérer et de partager les informations nécessaires au cœur de métier de l’hôpital (les actes de soin), à son fonctionnement et à son pilotage. Un SIH recouvre donc l’ensemble des informations utilisées dans un établissement de santé. Sa portée (et performance attendue) repose sur de multiples facteurs dont la compréhension et acceptation par les usagers professionnels des enjeux de la numérisation des informations dont une mise en commun de celles-ci.

3La mise en place d’un SIH demande une véritable politique d’information/ informatisation hospitalière ; celle-ci est engagée au niveau national depuis le début des années quatre-vingt et a été relancée par la DGOS (Direction Générale de l’Offre de Soins) depuis 2012 autour d’un plan stratégique visant à les développer et moderniser ceux déjà implémentés. Le volet principal de cette étape de modernisation vise à « ouvrir » les SIH aux acteurs externes à l’hôpital : les réseaux de santé, le patient (Dossier Médical Personnel) …

4Les SIH sont emblématiques des TIC de santé à maints égards.

5D’abord, les SIH reposent, à l’instar de beaucoup d’autres dispositifs d’e-santé, sur des briques technologiques maitrisées depuis longtemps au plan technique. Ce cas évacue donc toutes les formes d’argumentaires fondés sur l’absence de fiabilité de la technologie déployée. Ensuite, les SIH adressent un grand nombre d’acteurs de la santé : le patient, les professionnels de santé médecin, les professionnels de santé non médecin, les services hospitaliers administratifs, l’assurance maladie et les assurances privées. À ce titre, les questionnements soulevés par leurs déploiements se fondent sur le retour d’expérience d’un grand nombre d’acteurs aux profils différents. Enfin, les SIH sont des technologies qui produisent, traitent, stockent et échangent de l’information médicale : toutes les fonctions dévolues aux dispositifs de e-santé sont ainsi couvertes, ce qui permet de ne pas négliger a priori des questionnements sensibles et contingents à l’une de ces fonctions.

6Ces dispositifs portent les questionnements qui peuvent émerger autour de l’ensemble des dispositifs d’e-santé, des freins à leur adoption et usages : la numérisation de l’information nécessite une réflexion préalable sur sa structuration ; celle-ci a inévitablement une portée normalisante ; la traçabilité des informations numériques pose question ; leurs dématérialisations participent à la transformation des pratiques médicales …

7Il est difficile de savoir si les questionnements des différents acteurs à l’égard des dispositifs de e-santé persisteront à court terme. S’ils demeurent, il y a fort à parier que le secteur de la e-santé restera balbutiant et à l’origine de nombreuses frustrations industrielles. Si, au contraire, ces questionnements sont traités et dépassés, le marché de la e‑santé pourrait se développer rapidement. Quoi qu’il en soit, sur le secteur de la santé, les analyses à court terme sont rarement pertinentes pour nourrir une vision de long terme. Le secteur de la santé montre en effet des signes annonciateurs de transformations profondes qui ne peuvent pas être écartés par ceux qui souhaitent ouvrir des futurs possibles sur ce marché. Ces mutations probables du secteur de la santé concernent aussi bien la demande que l’offre de soins. Les changements à venir risquent de bouleverser jusqu’à la manière dont sera envisagée la e-santé.

8Nos analyses reposent sur des observations de terrain réalisées au sein de cinq établissements de santé français et d’entretiens réalisés auprès de différents acteurs de ces institutions. Elle se nourrit des réflexions et analyses associées débattues dans le cadre d’un groupe de travail constitué d’experts du domaine de la santé.

9Les cinq établissements de santé présentent des modes d’organisation différents par la (ou les) pathologie(s) prise(s) en charge. Ils révèlent une complexité technico-organisationnelle plus ou moins grande, adoptent une pratique de prise en charge collective des patients plus ou moins développée et disposaient (au moment de notre étude) de Systèmes d’Information Hospitaliers à des stades différents de maturité : pour certains, implémentés à l’issue d’une réflexion organisationnelle, pour d’autres greffés sur des structures d’organisation existantes. Notons que les SIH des établissements de santé investigués, dans leurs dimensions techniques, sont portés par des industriels différents.

10Ainsi, la diversité des configurations organisationnelles étudiées et des technologies qui les « équipent » garantit une certaine complétude à l’analyse de notre objet d’étude : les SIH. Des informations sur le statut, la catégorie et la capacité des cinq établissements de santé sont données infra.

Tableau 3 : Statut, catégorie, activités et capacité des établissements de santé du panel retenu.

Établissement de santé n° 1

Établissement de santé n° 2

Établissement de santé n° 3

Établissement de santé n° 4

Établissement de santé n° 5

Statut

Établissement public

Établissement public

Établissement public

Établissement Privé
participant au Service Public Hospitalier
(PSPH)

Établissement Privé participant au Service Public Hospitalier
(PSPH)

Catégorie

Centre Hospitalier

(CH)

Centre Hospitalier

(CH)

Centre Hospitalier

(CH)

Centre Hospitalier Spécialisé
(CHS)

Centre de Lutte Contre le Cancer

(CLCC)

Activités

Médecine

Chirurgie

Gynéco-obstétrique

Médecine

Chirurgie

Gynéco-obstétrique

Psychiatrie

Médecine

Chirurgie

Gynéco-obstétrique

Psychiatrie

Psychiatrie

Médecine

Chirurgie

Capacité

Environ
600 lits

Environ
1000 lits

Environ
800 lits

Environ
400 lits

Environ
200 lits

  • 22 La durée moyenne des entretiens a été de deux heures. Les entretiens ont été intégralement transcri (...)

11Dix-neuf entretiens individuels22 ont été réalisés auprès de professionnels de santé ou de cadres administratifs. Chacun occupe des fonctions leur permettant de porter des regards avertis et spécifiques sur le Système d’Information Hospitalier de l’établissement de santé dans lequel ils travaillent. Là encore, leurs regards croisés nous ont permis à la fois de trianguler les informations recueillies et de fonder l’épaisseur de nos analyses.

12Le tableau infra (tableau 4) donne la répartition exacte des entretiens réalisés, selon le métier exercé par les personnes interrogées. Les directeurs Systèmes d’Information, les médecins et le directeur d’établissement interrogés ont pour la plupart pensé, conçu ou piloté la mise en place du Système d’Information Hospitalier dans l’établissement de santé. Les chefs de services, les responsables Qualité, le directeur de soins et le contrôleur de gestion ont, quant à eux, livré des points de vue « utilisateurs ». Interroger à la fois des maîtres d’ouvrage et des utilisateurs nous a semblé pertinent pour limiter les éventuels biais imputables au fait de n’avoir que des informations sur les usages projetés sans prendre en considération les usages réels du Système d’Information Hospitalier.

Tableau 4 : Fonctions des personnes rencontrées.

Fonction

Nombre

Chefs de service

5

Directeurs des Systèmes d’Information

4

Médecins ou cadres administratifs du Département d’Information Médicale

4

Responsables ou Directeurs Qualité

3

Directeur d’établissement

1

Directeur des soins

1

Contrôleur de gestion

1

13Cette première partie de l’ouvrage se veut être une partie de cadrage sur les retours d’expérience d’une des technologies numériques la plus diffusée. Elle vise donc à identifier plusieurs questionnements et a vocation à dégager des réflexions préliminaires. Les problématiques soulevées seront ainsi multiples et ne feront pas toutes l’objet de développements aussi détaillés qu’ils pourraient l’être s’ils venaient alimenter une question de recherche unique.

Notes

20 Pour rappel, les SIH qualifient ici l’ensemble des ressources matérielles et immatérielles permettant d’une part le stockage, la circulation et le traitement des informations cliniques et administratives, et d’autre part la construction des règles et des modes opératoires qui contribuent à structurer les processus de soins, de gestion et d’évaluation au sein d’un même établissement de santé.

21 Le SIH peut regrouper plusieurs fonctions nécessaires à la gestion des plannings, à la gestion de la paye, la facturation, le suivi budgétaire, le relevé d’activités médicales, la communication (internet, intranet, protocoles, messagerie, forum, bon de commande, etc.).

22 La durée moyenne des entretiens a été de deux heures. Les entretiens ont été intégralement transcrits.

© Presses des Mines, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search