Version classiqueVersion mobile

Les technologies numériques de santé

 | 
Valérie Fernandez
, 
Laurent Gille
, 
Thomas Houy

Partie II. Les trajectoires d'émergence des écosystèmes des TIC de santé

Chapitre V. L’émergence d’écosystèmes d’affaires

Texte intégral

1Les pratiques de télémédecine se sont majoritairement développées ces dernières années à partir d’expérimentations qui permettent l’inscription d’acteurs hétérogènes dans des stratégies communes au cœur desquelles se trouve un enjeu majeur de normalisation. Le concept d’écosystème d’affaires semble opérationnel pour décrire les processus stratégiques à l’œuvre au sein des marchés émergents de l’e-santé.

  • 18 Industriels de différents secteurs, PME, laboratoires de recherche, acteurs publics locaux, etc.

2Les TIC génèrent un processus de convergence numérique qui font s’éroder les frontières traditionnelle des secteurs industriels qui y sont associés. Les TIC de la e-santé dans leurs composantes technologiques et dans leurs dimensions d’offre de service participent pleinement de cette dynamique. Le marché de la e-santé s’est fondé ces dernières années sur des projets, déploiements d’expérimentations pilotes à l’échelle des régions et portés par des consortia d’acteurs très hétérogènes18 renvoyant en cela à une des caractéristiques des écosystèmes d’affaires (Iansiti et Levien, 2004) (Iansiti, 2005).

Une lecture économique en termes d’écosystèmes d’affaires

3La transposition du concept d’écosystèmes biologiques au monde des affaires a été développée par James F. Moore au début des années 1990, tout en identifiant certaines limites à la métaphore :

« yet it’s precisely in the role of conscious direction that a strictly biological metaphor is no longer useful. Business communities, unlike biological communities of co-evolving organisms, are social systems. And social system are made up of real people who make decisions; the largers patterns are maintained by a complex network of choices, which depend, at least in part, on what participants are aware of » (Moore, 1993, p85).

4Pour autant, le concept, par sa portée analytique a fait florès.

5Les écosystèmes d’affaires sont envisagés comme « une coalition hétérogène d’entreprises relevant de secteurs différents et formant une communauté stratégique d’intérêts ou de valeurs structurée en réseau autour d’un leader qui arrive à imposer ou à faire partager sa conception commerciale ou son standard technologique » (Torres, 2000, p. 246). Les relations entre acteurs hétérogènes (entreprises, institutions, syndicats…) vont brouiller les repères jusque-là défi par les filières ou industries traditionnelles. Ainsi, « les alliances, les groupes d’intérêts, les accords de commercialisation et de R&D, les lobbies, les partenariats, les contrats de co-traitance, les groupes de pression contribuent à faire émerger des entités relationnelles qui ne correspondent ni au concept d’industrie, ni à celui de filière » (Gueguen, Torrès, 2004, p. 228). Ces entités qui ne correspondent ni aux filières, ni aux industries doivent être rapprochées de la déstructuration observée dans une économie où l’arrivée des TIC génère un processus de convergence numérique. Des entreprises de secteurs différents se rapprochent alors et donnent naissance à de nouvelles propositions de valeurs au sein de nouveaux écosystèmes. M. Iansiti souligne:

« as with biological systems, the boundaries of a business ecosystem are fluid and sometimes difficult to define. Ecosystems traverse industries and encompass the full range of organizations that influence the value of a product or service » (Iansiti, 2005).

6Hormis les entreprises, il apparaît que des organismes publics et des usagers peuvent avoir leur place dans un écosystème d’affaires. Ainsi Gueguen et Torrès indiquent que les « consommateurs pourront être également vus comme acteurs directs de cet écosystème » (2004, p. 230). De même, Iansiti et Levien affirment: « It even includes competitors and customers, when their actions and feedback affect the development of your own products or processes » (2004, p. 71). En effet, selon la logique des effets de réseaux, plus un standard aura un nombre d’utilisateur important, plus il sera intéressant d’utiliser ce standard.

7Une fois appréhendée, la typologie des acteurs appartenant à un écosystème, on peut se demander la nature des relations que doivent entretenir ces acteurs entre eux. Une fois l’écosystème construit, et de façon évolutive, « ces acteurs, en fonction de leurs apports, seront qualifiés de leaders, de suiveurs ou encore d’outsiders mais maintiendront une importante volonté d’innovation » (Guegen, Torrès, 2004, p. 229).

8La théorie des écosystèmes d’affaires pense les ressources et les compétences comme un construit dynamique et collectif. Les compétences écosystémiques se construisent tout au long de la durée de vie de l’écosystème et font référence tant à des compétences techniques qu’à des compétences de lobbying par exemple. Elles correspondent à un assemblage collectif des différentes ressources et compétences des différents acteurs.

Une lecture des projets d’expérimentation

9Deux types de projets d’expérimentation peuvent être identifiés. Le premier répond à des enjeux d’innovation technologique : dans ce type de projets, les dispositifs techniques sont encore en phase de développement et le but premier des expérimentations est de confronter ces technologies à des usagers potentiels dans une problématique de (re)design à partir de retours d’usage pour notamment optimiser l’intégration des différents biens qui vont faire système : soit, d’établir des référentiels techniques communs et à même de devenir un standard. Nous retrouvons là un des attributs essentiels des écosystèmes tel qu’analysé dans les travaux séminaux de Moore (Moore, 1993, 1996).

10Le second type d’expérimentation est porté par un enjeu d’intégration socio-économique et organisationnelle des technologies. Dans ce type de projets d’expérimentation, les dispositifs techniques sont déjà commercialisés et sont proposés à différents acteurs de la santé (sur des territoires géographiques donnés), ayant le plus souvent fait émerger un besoin pour leurs pratiques médicales.

11Ces formes organisationnelles (i.e. les expérimentations) occupent une place déterminante dans la structuration des pratiques de e-santé, notamment en ce qu’elles tendent à créer une « valeur d’usage » et participent aux dynamiques d’appropriation, d’adoption et de diffusion des technologies (Akrich, 1993). Le fait de fonder un projet d’expérimentation dans un but d’innovation technologique mais aussi d’intégration socio-économique et organisationnelle des technologies permet – outre la co-construction des usages –, une concordance entre les offres et des besoins dans leurs spécificités territoriales. On peut y voir là des enjeux de « verrouillage » de type organisationnel : une offre servicielle adaptée à des configurations organisationnelles (et notamment à la dimension géographique).

12Les projets d’expérimentation sont des « construits sociaux » situés, qui permettent l’inclusion dans les stratégies d’expérimentation, des différentes figures de l’usager que ce soit la clientèle médicale, les intermédiaires, les bénéficiaires mais aussi les prescripteurs – les acteurs clés du processus de diffusion de la technologie.

13Ainsi, à partir de ces figures d’usagers et notamment « le prescripteur », les expérimentations peuvent servir de levier pour impliquer, à l’échelle du territoire, les acteurs dans une démarche de e-santé. Effectivement, des nœuds de relations privilégiées entre acteurs apparaissent au sein des différents types d’expérimentation. Ceci confère alors à l’expérimentation un rôle de levier stratégique, que ce soit comme un moyen local de lancer un processus de diffusion des technologies (avec des technologies en développement ou commercialisées), un levier d’aménagement territorial pour les acteurs publics, un moyen de test pour les ingénieurs et chercheurs ou encore un support pour la création de marchés pour des entreprises. En cela, l’expérimentation apporte de l’efficacité au processus d’innovation de la firme (Thomke, Von Hippel et Franke, 1998) mais aussi aux stratégies des différents acteurs.

14L’analyse in situ de projets d’expérimentation déployés à l’échelle du territoire français (et au-delà dans le cadre notamment de projets financés par la Commission Européenne) permet d’observer un glissement des pratiques d’expérimentation, du laboratoire à la sphère publique (Horquin, 2011). Ainsi, les expérimentations ne sont pas construites pour isoler des variables techniques (les pratiques expérimentales de e-santé sont exécutées dans des structures organisationnelles « réelles » et non pas dans des laboratoires), mais sont proposées dans le cadre de politiques publiques à visée d’innovation technologique (en termes d’intégration technologique) ou d’intégration socio-économique et organisationnelle de ces technologies dans des structures cibles. Les expérimentations sont également un moyen de produire « un cadre » pour pallier l’absence d’encadrement juridique de ce type de pratique.

Notes

18 Industriels de différents secteurs, PME, laboratoires de recherche, acteurs publics locaux, etc.

© Presses des Mines, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search