Version classiqueVersion mobile

Les technologies numériques de santé

 | 
Valérie Fernandez
, 
Laurent Gille
, 
Thomas Houy

Partie II. Les trajectoires d'émergence des écosystèmes des TIC de santé

Chapitre IV. Les caractéristiques du marché

Texte intégral

  • 13 Les réseaux de santé ont pour objet de favoriser l’accès aux soins, la coordination, la continuité (...)

1Le marché de l’e-santé correspond principalement à deux types d’offre : une offre micro-segmentée de technologies correspondant à des terminaux de communication ou à de solutions logicielles ; une offre de plateformes de technologies renvoyant à une grande diversité d’acteurs et à un éclatement des propositions de valeurs. Chacun de ces deux types d’offre est porté par des acteurs spécifiques. Sur le segment des solutions logicielles, on trouve des PME qui se positionnent sur des niches géographiques et développent des stratégies visant à ériger des barrières à l’entrée au travers d’offre de solutions propriétaires et d’offres techniques spécialisées. Les offres de plateforme correspondent à des projets innovants portés par des consortia d’acteurs issus de différentes filières industrielles, portés par des partenariats public-privé et réseaux de santé13, et qui semblent constituer aujourd’hui les éléments structurants du marché de la e-santé.

Une offre de plateformes : des enjeux de standard

2Une lecture économique des dispositifs d’e-santé en forme de plateforme, permet de caractériser ces derniers comme des technologies, produits de l’encastrement de « biens systèmes » (Katz et Shapiro, 1994). Par ailleurs, ces plateformes doivent être envisagées relativement à des « biens complémentaires », des services d’expertise médicale, pour constituer en fait une offre de service.

  • 14 Les terminaux sont des équipements TIC (ordinateur, assistant numérique personnel, webcam, écran, e (...)
  • 15 Les logiciels informatiques permettent, à partir des terminaux utilisés, le relevé d’indicateurs cl (...)
  • 16 Portée par un consortium constitué d’Orange Healthcare, General Electric et EDL.

3En effet, les dispositifs technologiques utilisés dans le cadre de la e-santé, et tout particulièrement de la télémédecine, correspondent à des plateformes technologiques associant terminaux14 et solutions informatiques15 ; ces plateformes sont intégrées aux systèmes informatiques et aux infrastructures de télécommunications des organisations qui les utilisent (hôpitaux, cabinets médicaux, etc.). Elles constituent également un bien complémentaire à un service d’expertise médicale. C’est le cas par exemple de systèmes d’informations radiologiques conçus de façon à offrir aux utilisateurs l’accès à une plateforme d’imagerie médicale – plateforme mutualisant moyens matériels, logiciel et exploitation – : celle notamment mise en place par le groupement de coopération sanitaire pour le développement des systèmes d’information de santé partagés en Ile-de-France16. L’encastrement technologique induit donc un encastrement « organisationnel », dans la mesure où ces technologies ne peuvent fonctionner sans intégration aux systèmes informatiques et télécom des structures utilisatrices mais aussi à leurs pratiques médicales.

4Sur le marché des solutions logicielles, les enjeux d’interopérabilité technique des systèmes ont fait naître très tôt des stratégies concurrentielles classiques liées à la question de systèmes « ouverts » ou « fermés » alors même qu’aucune instance de normalisation n’a, à ce jour, arrêté de standards. Ils revêtent dans le cas des plateformes intégrées de service, une importance accrue car les chantiers associés enchâssent des enjeux d’ergonomie, d’interopérabilité, de sécurité, de traçabilité et, bien évidemment de leurs conditions d’homologation… alors même que les référentiels technologiques sont en cours de formalisation. Les enjeux industriels de normalisation renvoient là par ailleurs à des enjeux de mécanismes d’interdépendance de marchés distincts le long de la chaîne de valeur puisqu’il s’agit là de « normaliser » des « biens systèmes ».

Les territoires de la demande

  • 17 Depuis la loi n° 2009-879 du 21 juillet 2009 portant réforme de l’hôpital et relative aux patients, (...)

5Divers instances et acteurs participent à la construction des règles, au financement, et de manière générale au fonctionnement ou à la mise en place de pratiques de télémédecine : organismes consultatifs, groupes d’intérêt, organismes chargés de la réglementation et de la coordination, de la normalisation, etc. Les principaux acteurs concernés par la pratique de la e-santé apparaissent comme largement dispersés que ce soit en termes de domaine de compétences, champ d’intervention, ou territoire d’influence. Les structures et pratiques sont souvent ancrées localement, d’autant plus que l’organisation de la santé se fait à l’échelle de la région17. L’organisation des soins est directement liée aux spécificités géographiques propres à certains territoires, à la question de leur enclavement et donc de l’accès aux soins et de la densité médicale. Les compétences et les échelles territoriales d’intervention s’interpénètrent et articulent différents niveaux de gouvernance.

6Cet éclatement des compétences « santé » entre plusieurs acteurs, selon le type de structure, de pathologie ou de territoire concerné par exemple, contribue au morcellement du marché et participe à un marché « territorialisé ». Ces marchés « locaux » sont renforcés par ailleurs par l’existence d’un maillage du réseau de télécommunications lui-même territorialisé. Dans cette perspective, l’ancrage local des acteurs est jusqu’à ce jour un facteur de différenciation entre eux. En effet, cette segmentation par territoires est renforcée par des stratégies d’acteurs industriels, offreurs de TIC, qui créent des niches spécifiques et confortent cette segmentation en érigeant des barrières à l’entrée en termes de solutions propriétaires.

7La dimension technologique joue un rôle discriminant sur le choix des relations entre les acteurs et donc sur la structuration du marché. Ainsi la proposition de certains types de biens (systèmes et complémentaires) et leur interdépendance avec d’autres technologies (absence ou présence d’infrastructures de télécommunications) déterminent les stratégies des acteurs (notamment en vue de l’intégration des technologies ou de la création de niches de marché).

8Le marché de la télémédecine est « territorialisé » et cette dimension peut renseigner sur l’adoption et l’appropriation des technologies : leur possible – ou non – essaimage. Par ailleurs, l’enjeu de l’adoption ou de promotion de technologies peut devenir stratégique en ce qu’il permet la différenciation des territoires qui deviennent des acteurs de la structuration du marché de l’e-santé.

9La demande est morcelée, elle n’est pas harmonisée entre les réseaux de santé. Elle est hétérogène car les besoins émis par chaque structure sont spécifiques. Des figures multiples d’usagers coexistent : l’usager « clientèle médicale », l’usager « intermédiaire », l’usager « bénéficiaire » et l’usager « prescripteur ». De plus, la maitrise d’ouvrage de développement de projet TIC est étatique et s’inscrit dans une politique d’achats publics, ainsi structurée à l’échelle des territoires de santé, mais aussi établie à l’échelle des réseaux de soins ou des établissements.

Une offre segmentée

10Les acteurs portant des offres de produits et services de e-santé sont multiples : professionnels de santé, établissements de santé, PME, industriels des télécommunications, consortia portés par des partenariats publics-privés ou des réseaux de santé – chacun de ces offreurs de produits ou services pouvant également faire figure d’usager.

11Les offres d’infrastructure et de systèmes informatiques sont portées par des industriels des télécommunications et du matériel informatique. L’offre de produits, de services, et de plateformes de services est aussi proposée par des entreprises informatiques mais également par des entreprises d’imagerie médicale et des SSII de santé généralistes. En particulier, les géants de l’industrie médicale sont intéressés par ce marché (General Electric Medical System, Philips, Siemens Health Service). Ces multinationales productrices d’appareillages médicaux s’intéressent, par exemple, à la télésurveillance à domicile. Des filiales de groupes de télécommunications entrent aussi sur ce marché avec des filiales spécialisées en santé comme Orange Healthcare, en proposant notamment des solutions de visioconférence. Des Sociétés de services en ingénierie informatique (SSII) et des sociétés spécialisées en télémédecine s’y positionnent sur le mode du développement sur mesure (Medessat, Astus, Arcan, TSI, Tam Télésanté, Etiam). Ce sont souvent des SSII qui se trouvent sur l’offre de réseaux informatiques de soins et proposent donc à leurs clients des solutions de télémédecine. Enfin de grands groupes de service (banques et assurances) se positionnent sur le marché des technologies pour l’autonomie, non comme développeurs de technologies mais comme intégrateurs de technologies à leur service (Horquin, Fernandez, Puel, 2008).

12Ainsi, plusieurs niches de marché se juxtaposent et constituent, dans son acception classique, le marché de la télémédecine. Le tissu industriel des porteurs d’offres de e-santé est principalement issu de marchés conventionnels qui évoluent pour se situer en particulier sur ce nouveau marché.

13Ainsi, dans une dynamique de path-dependency, la structure du marché de la e-santé peut se caractériser comme étant aujourd’hui fortement segmentée et territorialisée. Ces dix dernières années, le levier des appels à projet a permis l’émergence de nouveaux acteurs ou plutôt de configurations organisationnelles à travers le développement d’expérimentations ; celles-ci se sont faîtes sur quatre types de thématiques : organisation des soins, technologies pour la santé, recherche et développement pour les TIC, aménagement et développement économique des territoires. La Commission Européenne s’est fortement investie depuis 1988 dans les projets de recherche et développement en télésanté. De 1988 à 2003, 500 millions d’euros ont été investis dans plus de 400 projets (Olsson, Lymberis et Whitehouse, 2004). Au regard de son développement sur le mode de l’expérimentation dont le financement est public, ce marché apparaît donc comme un marché subventionné.

14Ces caractéristiques clés du marché de la e-santé (une offre de technologies et de services, un marché subventionné et « territorialisé », une offre segmentée et une demande morcelée), rendent spécifique son développement. Le tissu industriel de ce marché est en évolution, des secteurs hétérogènes et de nouvelles formes organisationnelles sont créatrices de ce marché semblant avoir ouvert la voie récemment à des reconfigurations organisationnelles propices à la constitution d’écosystèmes d’affaires.

Notes

13 Les réseaux de santé ont pour objet de favoriser l’accès aux soins, la coordination, la continuité ou l’interdisciplinarité des prises en charge sanitaires, notamment de celles qui sont spécifiques à certaines populations, pathologies ou activités sanitaires. Ils assurent une prise en charge adaptée aux besoins de la personne tant sur le plan de l’éducation à la santé, de la prévention, du diagnostic que des soins. Ils peuvent participer à des actions de santé publique. Ils procèdent à des actions d’évaluation afin de garantir la qualité de leurs services et prestations (Code de la santé publique, article L. 6321-1).

14 Les terminaux sont des équipements TIC (ordinateur, assistant numérique personnel, webcam, écran, etc.) parfois associés à des dispositifs médicaux (thermomètre, tensiomètre, glucomètre, etc.).

15 Les logiciels informatiques permettent, à partir des terminaux utilisés, le relevé d’indicateurs cliniques, radiologiques et/ou biologiques et l’échange de données cliniques, radiologiques et/ou biologiques.

16 Portée par un consortium constitué d’Orange Healthcare, General Electric et EDL.

17 Depuis la loi n° 2009-879 du 21 juillet 2009 portant réforme de l’hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires.

© Presses des Mines, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search