Version classiqueVersion mobile

Les technologies numériques de santé

 | 
Valérie Fernandez
, 
Laurent Gille
, 
Thomas Houy

Partie II. Les trajectoires d'émergence des écosystèmes des TIC de santé

Introduction à la partie II

Texte intégral

1Si l’intérêt des dispositifs technologiques de e-santé est reconnu, leur conception, leur production et leur diffusion à grande échelle sont particulièrement contraintes en raison des spécificités du marché adressé. Le secteur de la santé se caractérise d’abord par l’existence d’un grand nombre d’acteurs, tous impliqués par les technologies proposées, aux premiers rangs desquels figurent le patient, son entourage, les professionnels de santé à proximité du patient, les professionnels de santé « à distance », les assureurs publics et privés. Cette multiplicité d’acteurs aux savoirs, aux cultures et aux compétences hétérogènes crée une première difficulté d’appropriation et d’usage des dispositifs mis sur le marché. Le secteur de la santé présente également et légitimement des exigences de fiabilité aux plans technique et clinique. Le cadre réglementaire établissant les conditions de mise sur le marché et le jeu de responsabilité associé doivent donc être réajustés pour prendre en considération l’émergence de nouveaux dispositifs dont l’évaluation est nécessaire pour qu’ils puissent intégrer et coexister avec les normes, les référentiels et les standards inhérents à l’exercice de la médecine. Le secteur de la santé est aussi atypique en ce qu’il présente une séparation stricte des fonctions de prescription, d’usage et de financement. L’agent qui prescrit la technologie (le professionnel de santé), n’est pas celui qui l’utilise (le patient, son entourage, d’autres professionnels de santé), qui, lui-même, n’est pas celui qui le finance (l’assurance maladie, les assureurs privés). Cette configuration d’acteurs impacte les modèles économiques pouvant émerger sur ce secteur d’activité. Enfin, la prise en charge des patients est par nature personnalisée. Cette logique d’individualisation de la prise en charge peut parfois contrevenir à la logique industrielle de déploiement de solutions standards à grande échelle.

2Jusqu’à présent l’ensemble de ces spécificités semblent avoir freiné l’émergence d’un marché de la e-santé dont l’attractivité semble pourtant réelle. Finalement, la complexité des relations établies entre les nombreux acteurs impliqués autour des technologies de santé, l’existence d’une réglementation forte et légitime mais questionnée dans ses ajustements par l’émergence d’innovations technologiques, et la difficulté à identifier ex ante les contributions à la valeur créée par les dispositifs technologiques de e-santé font de ce marché un terrain d’analyse propice aux contributions sur les écosystèmes d’affaires. En effet, le contexte récent d’émergence et de structuration du marché de la e-santé autour de projets d’innovation de dispositifs TIC, renvoie à des consortia dont les dynamiques partenariales peuvent être lues au travers des caractéristiques économico-organisationnelles propres au concept d’écosystème d’affaires. Par ailleurs, le cadre analytique proposé par la littérature existante sur les écosystèmes d’affaires semble pouvoir être mobilisé pour rendre compte des facteurs critiques à l’origine de l’inertie d’un marché qui présentait pourtant depuis deux décennies des conditions favorables à ce type de structuration.

3Ainsi, comment anticiper la place et le rôle des TIC dans l’écosystème de santé à moyen et long terme ? Une réponse à cette question peut être envisagée à partir de l’analyse du partage entre acteurs de la valeur créée par la prochaine génération de technologies e-santé. Les réflexions engagées au travers des différents groupes de travail mobilisés sur ces sujets ont visé à fonder une réflexion commune pour orienter les acteurs de la e-santé en matière de conception et de développement de dispositifs e-santé. Les sujets des partenariats à établir, des réseaux de valeur à construire et des modèles économiques à mobiliser ont été traités. Les réflexions des groupes de travail se sont par ailleurs fondées sur un corpus d’analyse constitué d’un suivi longitudinal de 19 structures impliquées dans des consortia e-santé se composant d’industriels, des PME et des laboratoires de recherche proposant des dispositifs de e-santé. Les 19 structures réunies sur ces expérimentations de dispositifs technologiques sont issues de domaines et fi es hétérogènes. Des structures utilisatrices et des usagers ont été associés à ces expérimentations ainsi que différents partenaires territoriaux. Le rôle et les stratégies de ces différents acteurs ont été étudiés de manière à comprendre la trajectoire conduisant les acteurs d’une expérimentation à se constituer en des configurations pouvant être lues comme des écosystèmes d’affaires émergents.

  • 12 Un travail doctoral a été associé à l’ensemble des réflexions et travaux exposés dans cette partie (...)

4Ces terrains d’étude longitudinaux (d’une durée moyenne de 18 mois), les réflexions et analyses menées dans les groupes de travail ont fait l’objet de rapports de recherche (Horquin et Fernandez, 2009 ; Gille et Houy, 2010 ; Picard, Vial et Houy, 2011) et fondent les propositions exposées dans cette deuxième partie de notre ouvrage12.

Notes

12 Un travail doctoral a été associé à l’ensemble des réflexions et travaux exposés dans cette partie de l’ouvrage. Tania Horquin « Les conditions d’émergence des marchés de la télémédecine : entre territoires de santé, projets d’expérimentation et écosystèmes d’affaires », thèse de doctorat en Sciences de Gestion, Telecom ParisTech, juin 2011.

© Presses des Mines, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search