Version classiqueVersion mobile

Les technologies numériques de santé

 | 
Valérie Fernandez
, 
Laurent Gille
, 
Thomas Houy

Partie I. Analyse d'un marché en devenir

Chapitre III. La prochaine génération de TIC de santé

Texte intégral

1Les évolutions probables de la demande et de l’offre de soins donnent des orientations sur les caractéristiques fonctionnelles de la prochaine génération de technologies de santé. L’hypothèse est ici que les nouveaux dispositifs à l’œuvre dans 20 ou 30 ans accompagneront les mutations observées du comportement des patients et de la pratique médicale.

Les prochaines TIC de santé au service des patients

2Les transformations probables de la demande et de l’offre de soins ont montré un changement d’attitude du patient : il s’informe, questionne, se regroupe, s’équipe, se soigne même (Rapport ministère de la Santé et des Solidarités, 2007, Romeyer, 2008). Il a une représentation de sa santé et de ses déterminants, un imaginaire même de la santé. Il a une opinion sur sa santé, il recherche des informations sur les diagnostics et les traitements qu’on lui présente. Il n’est plus passif et « bêtement » confiant, il recherche une adhésion, il réclame un consentement au parcours de soin qu’on lui propose, il veut éventuellement en discuter et en aménager les modalités.

  • 11 Qui existe déjà, par exemple en matière de test de grossesse.

3Cette activation du patient concerne encore essentiellement la recherche d’informations, relative à une pathologie ou à un prestataire. Mais, il est vraisemblable que le patient ira peu à peu beaucoup plus loin dans sa démarche active. D’ores et déjà, l’automédication se développe rapidement, favorisée par la libéralisation des produits à service médical rendu insuffisant. Mais, on peut anticiper une démarche plus poussée d’autodiagnostic11, d’autoprescription et d’autosuivi grâce à la mise à disposition de dispositifs de plus en plus sophistiqués et très peu onéreux. Cette évolution va très certainement dans le sens d’une meilleure prévention, mais peut-être source de problèmes iatrogéniques importants. Elle est également sans doute source d’économies pour le système de santé.

4Le monde de la santé sera dès lors pris dans une nouvelle alternative qui impactera inévitablement la prochaine génération de TIC de Santé :

  • faut-il favoriser cette auto-prise en charge du patient, au-delà de l’information médicale, en cherchant bien évidemment à l’accompagner, c’est-à-dire en édictant des règles spécifiques de mise sur le marché de ces dispositifs et en encadrant éventuellement certains usages ;

  • ou faut-il brider cette évolution et laisser sous contrôle médical la plupart des innovations qui peuvent voir le jour dans les années qui viennent ?

5Au cœur de cette alternative qui impactera la place occupée par la prochaine de TIC au service des patients, se trouveront des dispositifs qui sont à la limite entre une consommation courante et une consommation de santé : ce pourrait être le cas des consoles de jeux qui favorisent une hygiène corporelle et mentale, et de tous les assistants domestiques ayant une fonction d’assistance, face à une hospitalisation ou un traitement à domicile, un handicap ou une dépendance : seront-ils libres de vente et libres d’accès ou seront-ils accessibles sous conditions strictes, soit de mise sur le marché, soit de prescription ?

6Certains envisagent sans difficulté l’arrivée de ces assistants domestiques. Bill Gates s’est fait par exemple l’avocat en 2007 d’une telle transformation :

« Au vu des tendances qui commencent à converger, je perçois un avenir où les robots feront partie intégrante de notre vie quotidienne. (…) Comme pour l’ordinateur personnel dans les années 1970, il est impossible de prédire exactement quelles applications seront le moteur du développement dans ce domaine. Il est néanmoins probable que les robots joueront un rôle important dans l’assistance physique, et même la compagnie, aux personnes âgées ou aux handicapés. (…) Enfin, ils permettront aux professionnels de la santé de diagnostiquer et soigner des patients à distance et joueront un rôle central dans les systèmes de sécurité et les opérations de secours. Certains des robots de demain ressembleront peut-être aux robots anthropoïdes de La Guerre des étoiles, mais la plupart n’auront rien du droïde Z6PO. En fait, à mesure que les dispositifs périphériques mobiles vont se démocratiser, il va sans doute devenir de plus en plus difficile de dire exactement ce qu’est un robot. Ces machines seront si omniprésentes, si spécialisées et si peu ressemblantes aux humanoïdes de la science-fiction que nous ne les qualifierons peut-être même plus de robots. Quoi qu’il en soit, elles auront probablement un impact aussi profond sur notre façon de travailler, de communiquer, d’apprendre et de nous distraire que l’ordinateur personnel en a eu ces 30 dernières années. »

Les prochaines TIC au service des nouvelles pratiques médicales

7Les développements technologiques futurs recèlent un fort potentiel d’applications fonctionnelles. Les instruments de diagnostic/pronostics, les biomarqueurs sont déjà là, sensibles, peu coûteux (une puce complète au prix d’un test) qui vont rapidement révolutionner les activités de diagnostic/pronostic. Les prothèses reliées au système nerveux (déjà 35 000 prothèses implantées depuis 1995), les implants miniaturisés vont permettre des avancées thérapeutiques et palliatives considérables.

8Ce potentiel peut être illustré par un développement qui fait l’objet de programmes de recherche intenses de la Commission Européenne : la simulation corporelle. Il s’agit de parvenir à modéliser le corps humain dans son développement et fonctionnement, de la façon la plus précise et exhaustive possible, jusqu’au niveau cellulaire et de la synthèse protéinique. La disponibilité d’un tel outil de simulation devrait ouvrir la porte à l’étude et la compréhension des interactions physiologiques de tous ordres, et par voie de conséquence, à l’appréciation des affections, diagnostics et traitements, en ouvrant la possibilité d’une simulation personnalisée, notamment tenant compte du capital génétique d’un individu. Ce développement est directement issu du potentiel de traitement des technologies d’information et de communication. Il fait suite à une longue série de développement de simulateurs similaires dans de nombreux domaines technologiques (nucléaire, météo, aéronautique, etc.) qui permettent, non seulement de tester virtuellement de nombreuses situations expérimentales dans des conditions et à des coûts défiant toute concurrence, mais d’assister la production de nombreux services. La portée d’un tel simulateur n’est sans doute guère encore appréciable, mais pourrait être considérable.

9Finalement, l’écosystème doit donc se préparer à intégrer un progrès technique majeur, qui par ailleurs, peut former un véritable levier industriel et stratégique pour la nation. L’enjeu est donc double : améliorer l’état de santé de la population et développer une activité économique à forte implication stratégique. Toutefois, les évolutions de la demande et de l’offre de soins renvoient la prochaine génération de TIC de santé vers un certain nombre de problématiques directement issues des points de rupture identifiés pour le futur du secteur de la santé. Comment la prochaine génération de TIC de santé pourra-t-elle contribuer à la responsabilisation du citoyen face à son devoir de santé ? Quels rôles jouera-t-elle dans l’auto-prise en charge de la santé et surtout de la dépendance ? Comment pourra-t-elle intervenir dans la relation soignant-soigné en développant la confiance du soigné dans le traitement qu’il reçoit ?

10Il ressort par ailleurs que c’est au titre de l’équipement du patient et de son environnement, qu’il faut attendre l’influence la plus significative des TIC de santé : dispositifs permettant une prise en charge autonome du patient et notamment de ses actions de prévention, dispositifs permettant de pallier sa dépendance, outils de partage de l’information et de constitution de communautés etc. La recherche sera essentielle en ce domaine.

11Les TIC de santé au service des actes cliniques supposeront quant à eux une adaptation, une fiabilité et une interopérabilité avec les TIC de santé à la disposition des patients, vraisemblablement très poussées : ce sont les outils des systèmes d’information et de communication qui permettent d’assurer la coordination et l’interopérabilité requise par l’évolution du système, soit dans une organisation fragmentée structurée autour de la relation médicale, soit dans des organisations intégrées internalisant la coordination médicale. La recherche aura un rôle à jouer pour permettre de hisser ces systèmes au niveau où l’écosystème les réclame.

Notes

11 Qui existe déjà, par exemple en matière de test de grossesse.

© Presses des Mines, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search