Version classiqueVersion mobile

Les technologies numériques de santé

 | 
Valérie Fernandez
, 
Laurent Gille
, 
Thomas Houy

Introduction

Texte intégral

1Le secteur de la santé en France est aujourd’hui confronté à quatre défis majeurs. Ces défis sont le résultat de tendances lourdes et anciennes.

  • 1 La dépendance est un état pathologique caractérisé par l’altération d’une ou plusieurs fonctions cl (...)

2Le premier défi concerne la prise en charge des personnes dépendantes1. Le nombre de personnes en perte d’autonomie va doubler d’ici 2050 (Lécroart, 2011). Une première inquiétude émerge donc naturellement quant à la capacité du secteur de la santé à prendre en charge l’ensemble de ces patients fragiles. Ce défi est en grande partie imputable au vieillissement de la population. Il est d’autant plus difficile à relever que le nombre d’aidants, professionnels et non-professionnels, diminue chaque année (Rosso-Debord, 2010).

3Le deuxième défi a trait à la prise en charge des patients atteints de maladies chroniques. Leur nombre a augmenté de 100 % sur les dix dernières années et continue de croître (Rapport IRDES, 2012). Une deuxième crainte apparait donc concernant l’aptitude du secteur de la santé à absorber cette augmentation tendancielle du nombre de personnes atteintes d’affections de longue durée. Ce défi est d’autant plus prégnant qu’il doit être surmonté dans un contexte de réduction du nombre de médecins (Attal-Toubert et Vanderschelden, 2009).

4Les tendances lourdes en termes de dépendance et de maladies chroniques renvoient inévitablement le secteur de la santé vers un troisième défi : celui du financement du coût de la santé. En 1960 le niveau de la dépense de soins et biens médicaux s’élevait à 1,6 milliards d’euros (courants) et représentait 2,5 % du Produit Intérieur Brut (PIB). 50 ans plus tard, le même type de dépenses atteint 170 milliards d’euros (courants) et représente 9 % du PIB. Une question se pose donc sur la manière dont le secteur de la santé va réussir à financer ces dépenses croissantes.

5Enfin, le quatrième défi concerne l’égalité d’accès aux soins. Le nombre de professionnels de santé étant amené à se réduire dans les années à venir (Attal-Toubert et Vanderschelden, 2009), une interrogation apparait sur la faculté du secteur de la santé à pouvoir proposer une offre de soins de qualité identique à l’ensemble des patients, quel que soit leur lieu d’habitation sur le territoire.

  • 2 Le qualificatif « médico-social » permet de nommer l’ensemble des actions de santé au sens large. C (...)
  • 3 Un Système d’Information de Santé englobe différents Systèmes d’Information (SI) qui sont interconn (...)

6Face à ces quatre défis, de forts espoirs sont placés dans la e-santé (télésanté). La « e-santé » recouvre l’ensemble des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) capables de produire, traiter, stocker ou transmettre une information à des fins médicales ou médico-sociales2. Ces technologies portent une espérance en raison de la qualité du service qu’elles ont déjà réussi à rendre localement, à l’occasion d’expérimentations. La plupart des essais se sont avérés concluants et l’utilité de nombreux dispositifs d’e-santé a ainsi pu être démontrée. Ces technologies ont surtout montré qu’elles seraient capables d’apporter des réponses, au moins partielles, à chacun des défis sociétaux qui s’imposent au secteur de la santé. Citons quatre exemples en écho aux quatre défis majeurs du secteur de la santé. Il est avéré que la télésurveillance est désormais un outil capable d’alléger significativement la prise en charge des personnes dépendantes par les aidants. Les dispositifs de télédiagnostic ont prouvé leur faculté à prévenir les complications aiguës de certaines maladies chroniques. Les Systèmes d’Information de Santé3, lorsqu’ils ont été déployés localement, ont démontré leur contribution à la réduction des coûts de prise en charge des patients en assurant la continuité des parcours de soin. Enfin, les résultats probants d’expérimentations ont permis de considérer la téléconsultation comme une solution pertinente pour maintenir une égalité territoriale d’accès aux soins et maîtriser les problèmes de démographie médicale (risques de « déserts médicaux »). Autrement dit, chacun des quatre défis auquel est confronté le secteur de la santé peut trouver un recours, au moins partiel, au travers de l’utilisation de dispositifs socio-technologiques d’e-santé.

7Picard (2007-a, p. 6) souligne que « les TIC santé recouvrent des champs différents (télémédecine, télésanté, e-santé, e-Inclusion, santé personnelle…) qui se recoupent en termes d’utilisation et dont la définition ne fait pas toujours l’objet d’un consensus. » Alcimed (2007) retient sept groupes de technologies pour le domaine de la santé :

« les techniques interventionnelles (avec l’analyse en particulier des Gestes Médicaux Chirurgicaux Assistés par Ordinateur -GMCAO), l’imagerie moléculaire, l’ingénierie tissulaire, les dispositifs médicaux implantables intelligents, les systèmes embarqués communicants, le diagnostic in vitro et les technologies de l’information et de la communication avec des applications santé. Pour le domaine de l’autonomie, les solutions technologiques aux besoins des personnes en perte d’autonomie relèvent de deux logiques distinctes : soit le développement de technologies spécifiques d’un type de déficience particulier (ex : système de géolocalisation pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer), soit l’intégration de spécifications propres aux personnes en perte d’autonomie dès la conception initiale de produits/services grand public, ce que l’on appelle la conception pour tous. […] Les technologies de la santé regroupent des développements qui relèvent strictement du champ médical. Les technologies pour l’autonomie s’inscrivent dans un continuum médico-social qui va bien au-delà du cadre strict de la santé et des soins car elles ne visent pas à soigner les personnes en perte d’autonomie, mais bien à les accompagner dans leur vie de tous les jours et à faciliter leur quotidien et leur participation sociale en évitant toute stigmatisation ».

8Picard (2007-b, p. 26) propose la segmentation suivante :

9Cette présentation a l’avantage de spécifier et d’illustrer l’ampleur des technologies concernées, l’étendue de leurs applications fonctionnelles et du rôle qu’elles peuvent jouer. Mais, elle est finalement assez peu représentative du potentiel que peuvent receler les développements technologiques futurs. Les instruments de diagnostic/pronostics, les biomarqueurs sont déjà là, sensibles, peu coûteux (une puce complète au prix d’un test) qui vont rapidement révolutionner les activités de diagnostic/pronostic. Les prothèses reliées au système nerveux (déjà 35 000 prothèses implantées depuis 1995), les implants miniaturisés vont permettre des avancées thérapeutiques et palliatives considérables. Nous voudrions ici illustrer ce potentiel par deux développements qui font l’objet d’intenses actions de recherche et développement : la simulation corporelle et la robotique d’assistance.

  • 4 La Commission Européenne a affecté 72 millions d’euros à ce domaine au call n° 2 du FP7, finançant (...)

10La simulation corporelle (VPH : Virtual Physiological Human) fait l’objet de programmes de recherche intenses de la Commission Européenne4. Il s’agit de parvenir à modéliser le corps humain dans son développement et fonctionnement, de la façon la plus précise et exhaustive possible, jusqu’au niveau cellulaire et de la synthèse protéinique. La disponibilité d’un tel outil de simulation devrait ouvrir la porte à l’étude et la compréhension des interactions physiologiques de tous ordres, et par voie de conséquence, à l’appréciation des affections, diagnostics et traitements, en ouvrant la possibilité d’une simulation personnalisée, notamment tenant compte du capital génétique d’un individu. Ce développement est directement issu du potentiel de traitement des technologies d’information et de communication. Il fait suite à une longue série de développement de simulateurs similaires dans de nombreux domaines technologiques (nucléaire, météo, aéronautique, etc.) qui permettent, non seulement de tester virtuellement de nombreuses situations expérimentales dans des conditions et à des coûts défiant toute concurrence, mais d’assister la production de nombreux services. La portée d’un tel simulateur n’est sans doute guère encore appréciable, mais pourrait être considérable.

11La robotique domestique forme un autre domaine sur lequel les progrès seront extrêmement sensibles dans les années à venir. On estime qu’en 2025 les blocs fonctionnels (capteurs, interfaces sensitives, plateformes logicielles concourantes, etc.) nécessaires à des robots représentant une rupture majeure seront en place. Bill Gates s’est fait l’avocat en 2007 d’une telle transformation :

« Au vu des tendances qui commencent à converger, je perçois un avenir où les robots feront partie intégrante de notre vie quotidienne. […] Comme pour l’ordinateur personnel dans les années 1970, il est impossible de prédire exactement quelles applications seront le moteur du développement dans ce domaine. Il est néanmoins probable que les robots joueront un rôle important dans l’assistance physique, et même la compagnie, aux personnes âgées ou aux handicapés. […] Enfin, ils permettront aux professionnels de la santé de diagnostiquer et soigner des patients à distance et joueront un rôle central dans les systèmes de sécurité et les opérations de secours. Certains des robots de demain ressembleront peut-être aux robots anthropoïdes de La Guerre des étoiles, mais la plupart n’auront rien du droïde Z6PO. En fait, à mesure que les dispositifs périphériques mobiles vont se démocratiser, il va sans doute devenir de plus en plus difficile de dire exactement ce qu’est un robot. Ces machines seront si omniprésentes, si spécialisées et si peu ressemblantes aux humanoïdes de la science-fiction que nous ne les qualifierons peut-être même plus de robots. Quoi qu’il en soit, elles auront probablement un impact aussi profond sur notre façon de travailler, de communiquer, d’apprendre et de nous distraire que l’ordinateur personnel en a eu ces 30 dernières années. »

  • 5 http://www.dni.gov/nic/confreports_disruptive_tech.html

12Un rapport du NIC (National Intelligence Council) américain en 2008 identifiant les six technologies pouvant avoir l’impact potentiel le plus fort sur les États-Unis en 2025 énumère outre trois technologies relatives à l’énergie, une avancée médicale, et deux technologies issues des technologies d’information et de communication5 :

    • 6 « Biogerontechnology, which offers the means to accomplish control over and improvement in the huma (...)

    les « biogerontechnologies »6 ;

    • 7 « The development and implementation of robots for elder-care applications, and the development of (...)

    les services de robots, avec deux emphases, l’une militaire, et l’autre relative aux personnes âgées7 ;

  • l’internet des objets.

13L’écosystème du domaine de la santé doit donc se préparer à intégrer un progrès technique majeur qui, par ailleurs, peut former un véritable levier industriel et stratégique pour la nation. L’enjeu est donc double : améliorer l’état de santé de la population et développer une activité économique à forte implication stratégique.

14Toutefois, il ressort que c’est au titre du premier domaine, l’équipement du patient et de son environnement, qu’il faut attendre l’influence la plus significative des technologies d’information et de communication : dispositifs permettant une prise en charge autonome du patient et notamment de ses actions de prévention, dispositifs permettant de pallier sa dépendance, outils de partage de l’information et de constitution de communautés, etc. La recherche sera essentielle en ce domaine.

15Il est fort probable que les technologies d’information et de communication qui seront mises en œuvre, ne sont pas spécifiques à la santé, mais supposent une adaptation, une fiabilité et une interopérabilité avec les systèmes du premier domaine, vraisemblablement très poussées : ce sont les outils des systèmes d’information et de communication qui permettent d’assurer la coordination et l’interopérabilité requise par l’évolution du système, soit dans une organisation fragmentée structurée autour de la relation médicale, soit dans des organisations intégrées internalisant la coordination médicale. La recherche aura un rôle à jouer pour permettre de hisser ces systèmes au niveau où l’écosystème les réclame.

16Si l’intérêt des technologies de e-santé est reconnu, leur conception et leur diffusion à grande échelle restent particulièrement contraintes. Les entreprises en charge du développement de ces technologies doivent en effet faire face à une série de difficultés, directement imputables aux spécificités du marché de la santé. Celui-ci se caractérise d’abord par l’existence d’un grand nombre d’acteurs, tous impliqués par les technologies proposées, aux premiers rangs desquels figurent le patient, son entourage, les professionnels de santé à proximité du patient, les professionnels de santé « à distance », les assureurs publics et privés. Cette multiplicité d’acteurs aux savoirs, aux cultures et aux compétences hétérogènes crée une première difficulté d’appropriation et d’usage des dispositifs mis sur le marché. Le secteur de la santé présente également et légitimement des exigences de fiabilité aux plans technique et clinique. Le cadre réglementaire établissant les conditions de mise sur le marché des dispositifs techniques et le jeu de responsabilités associées doivent donc être réajustés afin que ces technologies puissent intégrer et coexister avec les normes, les référentiels et les standards inhérents à l’exercice de la médecine.

17Le secteur de la santé est aussi atypique en ce qu’il présente une séparation stricte des fonctions de prescription, d’usage et de financement. L’agent qui prescrit la technologie (le professionnel de santé), n’est pas celui qui l’utilise (le patient, son entourage, d’autres professionnels de santé) qui, lui-même, n’est pas celui qui le finance (l’assurance maladie, les assureurs privés). Cette configuration d’acteurs impacte les modèles économiques pouvant émerger sur ce secteur d’activité.

18Enfin, la prise en charge des patients est par nature personnalisée. Cette logique d’individualisation de la prise en charge peut parfois contrevenir à la logique industrielle de déploiement de solutions technologiques standards à grande échelle.

19Ces spécificités du secteur contraignent l’essor de la e-santé mais ne peuvent pas être les seules explications de la relative atonie dans laquelle se trouve le marché. Pour mieux comprendre les difficultés d’émergence de l’e-santé, il convient d’étudier précisément les questionnements soulevés par l’ensemble des acteurs du secteur à l’égard du déploiement de ces dispositifs.

20Pour examiner les perspectives ouvertes à la e-santé à moyen et long termes, nous nous devons donc d’anticiper les évolutions du secteur de la santé pour réfléchir à la place que pourraient occuper la prochaine génération de TIC de Santé. En raison des probables transformations du monde médical dans les prochaines années, nous commençons notre analyse en nous projetant sur ce que pourrait être la place et le rôle des technologies de santé à moyen et long termes dans ce secteur d’activité en mutation. Nous y consacrons la première partie de notre ouvrage.

21Mais la question de la e-santé renvoie aussi à celle de la dynamique des entreprises des secteurs industriels et de services qui portent la conception et le développement des dispositifs techniques. Elle mérite d’être posée à une échelle d’analyse méso économique permettant d’envisager la dynamique des écosystèmes d’affaire associés à ces technologies (partie 2).

22Face aux difficultés d’essor de la e-santé, le présent ouvrage propose de dresser également un état des lieux des questionnements soulevés par l’adoption et l’usage de certains dispositifs. Cet état des lieux ne couvre pas l’ensemble des problématiques associées à tous les dispositifs de e-santé mais sera exhaustif pour ce qui concerne une technologie en particulier : les Systèmes d’Information Hospitaliers. Nous y consacrons la dernière partie de l’ouvrage.

23Face aux enjeux du développement du marché de la e-santé, les instantes publiques ont mis en avant différents groupes de réflexion auxquels les auteurs de cet ouvrage ont participé. Ces groupes de réflexion étaient composés de professionnels de santé, de responsables du secteur médico-social, de représentants de patients et d’élus, de chercheurs, d’industriels et de start-up positionnés sur le secteur de la e-santé, d’assureurs et de représentants du régulateur et de l’assurance maladie. Un des groupes de travail avait pour objectif d’anticiper la place et le rôle des TIC dans l’écosystème de santé à moyen et long terme. La question du partage entre acteurs de la valeur créée par la prochaine génération de technologies e-santé a été très directement abordée. Le deuxième groupe de travail visait à fonder une réflexion commune pour orienter les acteurs de la e-santé en matière de conception et de développement de dispositifs e-santé. Les sujets des partenariats à établir, des réseaux de valeur à construire et des modèles économiques à mobiliser ont été traités. Les réflexions des groupes de travail se sont par ailleurs fondées sur un corpus d’analyse constitué d’un suivi longitudinal de 19 structures impliquées dans des consortia e-santé se composant d’industriels, des PME et des laboratoires de recherche proposant des dispositifs de e-santé. Les 19 structures réunies sur ces expérimentations de dispositifs technologiques sont issues de domaines et filières hétérogènes. Des structures utilisatrices et des usagers ont été associés à ces expérimentations ainsi que différents partenaires territoriaux. Le rôle et les stratégies de ces différents acteurs ont été étudiés de manière à comprendre la trajectoire conduisant les acteurs d’une expérimentation à se constituer en des configurations pouvant être lues comme des écosystèmes d’affaires émergents.

24Ces terrains d’étude longitudinaux (d’une durée moyenne de 18 mois), les réflexions et analyses menées dans les groupes de travail ont fait l’objet de rapports de recherche et de publications scientifiques et fondent les propositions exposées dans cet ouvrage.

Notes

1 La dépendance est un état pathologique caractérisé par l’altération d’une ou plusieurs fonctions clefs. Une personne dépendante peut ne plus être capable de se repérer dans le temps et l’espace, de se laver seul, de s’habiller seul, de se nourrir seul, etc.

2 Le qualificatif « médico-social » permet de nommer l’ensemble des actions de santé au sens large. C’est-à-dire l’ensemble des actions permettant d’améliorer les conditions de vie d’un patient, par-delà les actes strictement médicaux ou cliniques.

3 Un Système d’Information de Santé englobe différents Systèmes d’Information (SI) qui sont interconnectés. Au cœur de celui-ci se trouve le Système d’Information Hospitalier (SI qui couvre l’ensemble des informations utilisées dans un établissement de santé) maillé avec plusieurs hôpitaux, les médecins de ville, les compagnies et caisses d’assurance et les patients.

4 La Commission Européenne a affecté 72 millions d’euros à ce domaine au call n° 2 du FP7, finançant ainsi 15 projets qui ont démarré mi 2008. (cf. http://www.vph-noe.eu/)

5 http://www.dni.gov/nic/confreports_disruptive_tech.html

6 « Biogerontechnology, which offers the means to accomplish control over and improvement in the human condition, promises even greater longevity gains. The advancement of the science and technology underlying the biological aging process has the potential to not only extend the average natural lifespan forecasts but also to simultaneously postpone many if not all of the costly and disabling conditions that humans experience in later life, thereby creating a longevity dividend that will be economic, social and medical in nature. The disruptive potential will also come in the form of new treatment modalities, and shifts in the cost, allocation and use of health care resources. Nations will be challenged as a result of the changing demographic structures and new psychologies, behaviors and activity patterns of aging yet healthy citizens and the concomitant need to formulate new national economic and social policies. » (source : http://www.dni.gov/nic/confreports_disruptive_tech.html)

7 « The development and implementation of robots for elder-care applications, and the development of human-augmentation technologies, mean that robots could be working alongside humans in looking after and rehabilitating people. A change in domestic and social responsibilities and a change in domestic employment requirements could adversely affect lower income service-oriented workers. » (source: http://www.dni.gov/nic/confreports_disruptive_tech. html)

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/2394/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k

© Presses des Mines, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search