Version classiqueVersion mobile

Les technologies numériques de santé

 | 
Valérie Fernandez
, 
Laurent Gille
, 
Thomas Houy

Préface

Michel Nakhla

Texte intégral

1L’adoption des technologies numériques dans le secteur de la santé en France marque une nouvelle révolution. Rappelons simplement que dans les années 1980, ce secteur a connu une autre révolution, plutôt interne à l’hôpital, à travers le lancement du PMSI (Programme de Médicalisation du Système d’Information). C’est un système d’information visant à répartir les séjours hospitaliers dans une classification à la fois médicale et économique. L’idée venant des travaux statistiques nord-américains qui remplaçaient des indicateurs globaux comme le nombre de séjours, par plusieurs centaines de Diagnoses Related Groups DRG’s appelés en France Groupes Homogènes de Malades (GHM).

2Il s’agit là, malgré les résistances au projet initial, d’un enrichissement sans précédent de l’information sur l’activité hospitalière. Dès le début des années 1990, ce projet a été soutenu par la création des Départements d’Information Médicale (DIM) placés sous la responsabilité des médecins. À cela s’est rajoutée l’obligation faite à l’ensemble des établissements de recueillir l’information de base sur tous les patients sous une forme synthétique, Résumé de Sortie Standardisé (RSS) permettant de classer les séjours dans les GHM. Ce système d’information, pilier incontournable du système de santé en France aujourd’hui, a débouché sur plusieurs instruments comme la tarification à l’acte, l’indicateur standard d’activités, la comptabilité des coûts, l’échange de données médicales numérisées.

3Plus tard, la loi du 21 juillet 2009 portant sur la réforme de l’hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires (HPST) et ses textes d’application de juin 2010, confèrent aux établissements une plus grande réactivité. L’objectif est celui d’une montée en charge d’un pilotage global et unifié de la santé au niveau d’un territoire. La question posée ne se résume plus seulement au contrôle mais concerne l’organisation, la production et l’utilisation collective des connaissances médico-économiques. Ceci dans un contexte d’abondance d’informations économiques et médicales et de maîtrise des dépenses.

4La préoccupation du financement reste un enjeu central, auquel viennent se rajouter aujourd’hui d’autres défi : la prise en charge des personnes dépendantes, la prise en charge des patients atteints de maladies chroniques et l’égalité d’accès aux soins dans certains « déserts » médicaux.

5Dans ce contexte, le secteur place aujourd’hui beaucoup d’espoirs dans des innovations technologiques pour relever ces défis. On peut citer à titre d’exemple, la télésurveillance pour accompagner la prise en charge des personnes dépendantes, les dispositifs de télédiagnostic et transmissions des données numériques, les technologies d’auto-suivi, le suivi du parcours patient, la télémédecine, souvent évoquée pour faire face aux inégalités territoriales d’accès aux soins et à la répartition de la démographie médicale.

6Le secteur de la santé en France doit encore se préparer à intégrer progressivement ces technologies innovantes. Des expérimentations sont en cours dans plusieurs régions sous l’égide notamment des Agences régionales de santé. Cela ne va pas de soi, c’est une réelle investigation qui doit être menée pour penser ces transformations et la place de la e-santé dans ce secteur.

7L’ouvrage de V. Fernandez, L. Gille et Th. Houy apporte une analyse éclairante sur la manière d’appréhender le marché de la e-santé en France.

8Les auteurs consacrent la première partie à l’identification des transformations futures de la demande et de l’offre de soins pour mieux comprendre la place de la e-santé dans ce secteur. L’évolution de l’offre de soin et la nature de la relation patient-médecin est au cœur de cette partie. C’est souvent une réflexion prospective qui doit être menée pour tenir compte des spécificités du secteur de la santé et des contraintes d’une production à grandes échelles de ces technologies. La deuxième partie discute deux types d’offre : une offre micro-segmentée de technologies correspondant à des terminaux de communication ou à de solutions logicielles ; une offre de plateformes de technologies renvoyant à une grande diversité d’acteurs et à un éclatement de la valeur. Chaque offre est portée par des acteurs spécifiques. Une grille d’analyse économique est proposée en termes d’écosystèmes d’affaires et interroge les expérimentations en cours et la notion de territoire pertinent pour ces différentes technologies.

9La dernière partie se focalise sur les dynamiques d’adoption et l’usage de ces technologies, en prenant le cas des Systèmes d’Information Hospitaliers (SIH) à travers un panel de cinq établissements. Cette partie met en lumière les difficultés d’appropriation de ces systèmes et les difficultés à justifier des investissements dans les technologies de santé. Mais, en même temps, les auteurs soulignent les résultats spectaculaires lorsque les expérimentations de e-santé sont réussies. Cet ouvrage fait le pari d’un développement futur, plus soutenu, de la e-santé afin de réduire notamment les coûts et qu’au bout du compte, il existe un vrai potentiel de valeur du numérique appliqué au secteur de la santé.

10Ce livre est donc une analyse prospective fi e du marché de la e-santé et de son potentiel de valeur. En retraçant les conditions d’émergence et d’adoption de ces technologies, les auteurs montrent la richesse de ces innovations technologiques pour le secteur de la santé en France.

Auteur

Professeur-Chercheur CGS-Mines ParisTech

© Presses des Mines, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search