Versión clásicaVersión móvil

Devenirs urbains

 | 
Maryse Carmes
, 
Jean-Max Noyer

Une ville émotionnelle

Mouvances de l’intime et agglomérations coexistentielles

Alain Mons

Resumen

La ville émotionnelle c’est la cité subjective et coexistentielle dans laquelle nous évoluons aujourd’hui. J’appréhende l’autre scène liée au jeu infini de l’intérieur et de l’extérieur, de leur mise en trouble. Certaines créations littéraires ou filmiques en rendent comptent parfaitement. Cette scène secrète de la ville se déploie à travers des imprégnances quotidiennes et ontologiques, des pratiques intermittentes, des multiples reflets. Interfaces de l’intime dans une ville qui nous échappe dans ce que nous en percevons. Une affectologie urbaine intègre les réalités parallèles engendrées à la fois par la dimension autopoïétique mystérieuse de la cité et par les braconnages sensibles des habitants selon des affordances environnementales. Une poétique de l’imagination se faufile à travers les bougés de la perception, les bifurcations du sensible.

Los formatos HTML, PDF y ePub de este libro son accesibles para los usuarios de las bibliotecas e instituciones que lo han adquirido como parte de la oferta OpenEdition Freemium for Books. El libro también puede adquirirse en los sitios de las librerías asociadas, en formatos PDF y ePub, si el editor ha optado por esta distribución comercial. Si la edición en papel está disponible, en esta página se proponen enlaces a las librerías.

Extracto del texto

IM-PRÉGNANCES QUOTIDIENNES. LES PRATIQUES INTERMITTENTES ET LES TERRITOIRES EXISTENTIELS

Je ne propose pas d’étudier la ville contemporaine comme telle, mais de parler d’un rapport que nous entretenons avec elle en ses devenirs. Puisque celle-ci est constituée d’espaces à plusieurs temporalités, plusieurs dimensions, où se télescopent de multiples évènements si infimes soient-ils, des objets disparates, des corps en mouvement. On ne saurait, réduire la ville à un plan solide, à un système ordonnancé, à un processus raisonnable et logique, et pas non plus à une forme. Toute la question de la connaissance de la ville est à reposer à travers les émergences de l’imaginaire et de la subjectivité intimement liées à des aspects matériels, contextuels, paysagers. Le premier contact que nous avons avec la ville passe par notre corps, par des sensations, par des affects, donc par une émotion. Il s’agit là d’une connaissance première, par la perception directe si l’on peut dire, déterminant tou...

© Presses des Mines, 2014

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search