Version classiqueVersion mobile

Devenirs urbains

 | 
Maryse Carmes
, 
Jean-Max Noyer

Une ville émotionnelle

Mouvances de l’intime et agglomérations coexistentielles

Alain Mons

Résumé

La ville émotionnelle c’est la cité subjective et coexistentielle dans laquelle nous évoluons aujourd’hui. J’appréhende l’autre scène liée au jeu infini de l’intérieur et de l’extérieur, de leur mise en trouble. Certaines créations littéraires ou filmiques en rendent comptent parfaitement. Cette scène secrète de la ville se déploie à travers des imprégnances quotidiennes et ontologiques, des pratiques intermittentes, des multiples reflets. Interfaces de l’intime dans une ville qui nous échappe dans ce que nous en percevons. Une affectologie urbaine intègre les réalités parallèles engendrées à la fois par la dimension autopoïétique mystérieuse de la cité et par les braconnages sensibles des habitants selon des affordances environnementales. Une poétique de l’imagination se faufile à travers les bougés de la perception, les bifurcations du sensible.

Texte intégral

IM-PRÉGNANCES QUOTIDIENNES. LES PRATIQUES INTERMITTENTES ET LES TERRITOIRES EXISTENTIELS

  • 1 Jean Paul Sartre, Esquisse d’une théorie de l’émotion, Paris, Herman Lgf, 1995, p. 71.
  • 2 Idem p. 109.

1Je ne propose pas d’étudier la ville contemporaine comme telle, mais de parler d’un rapport que nous entretenons avec elle en ses devenirs. Puisque celle-ci est constituée d’espaces à plusieurs temporalités, plusieurs dimensions, où se télescopent de multiples évènements si infimes soient-ils, des objets disparates, des corps en mouvement. On ne saurait, réduire la ville à un plan solide, à un système ordonnancé, à un processus raisonnable et logique, et pas non plus à une forme. Toute la question de la connaissance de la ville est à reposer à travers les émergences de l’imaginaire et de la subjectivité intimement liées à des aspects matériels, contextuels, paysagers. Le premier contact que nous avons avec la ville passe par notre corps, par des sensations, par des affects, donc par une émotion. Il s’agit là d’une connaissance première, par la perception directe si l’on peut dire, déterminant tout le spectre des interprétations et des prospectives envisagées. A l’occasion rappelons que pour Jean-Paul Sartre, dans son « Esquisse d’une théorie des émotions », il s’agit de « comprendre au contraire que l’émotion revient à chaque instant sur l’objet et s’y alimente »1, et qu’elle est le « passage brusque d’une appréhension rationnelle du monde à une saisie du même monde comme magique »2 ; considérant que l’émotion phénoménologiquement vient du monde et non de nous-mêmes uniquement. Il s’agit bien d’accéder à un « monde magique » comme dit Sartre, en utilisant son corps comme mode hypersensible ou névralgique, dans un rapport à un contexte environnemental et humain où interférent d’autres corps de toutes natures. L’émotion est une transformation radicale de l’être-dans-le-monde, elle modifie complétement notre perception.

  • 3 James J. Gibson, Approche écologique de la perception, Belvaux, Editions Dehors, 2014 (traduction)
  • 4 Kevin Lynch, L’image de la cité, Paris, Dunod, 1971, P. 11 (traduction).

2Il n’y a pas d’un côté l’émotion et de l’autre la ville, puisqu’elles s’interpénètrent totalement dans l’action d’explorer notre environnement. Le concept d’« affordance » proposé par James J. Gibson permet l’affinage compréhensif concernant l’arrangement émotionnel avec l’espace qui nous entoure3. En effet selon le psychologue de la perception, nous voyons un environnement en référence aux actions possibles que l’on peut y opérer, celui-ci est constitué par des objets qui apparaissent au sujet percevant comme autant d’invites à son déploiement corporel et émotionnel. Il y a donc une forte réciprocité entre l’animal et l’environnement ; le premier s’adapte au contexte donné, mais le second prend la forme de « niche écologique » afin d’accueillir l’activité de l’espèce animale et humaine. Il n’y a pas non plus de séparation pure entre la perception et l’action, puisque ce sont des corps en mouvement dans l’environnement qui sont à l’origine des percepts. Spatialités, animalités, sensations, émergences vitales, intelligibilité brute, viennent se conjuguer précisément ou confusément dans l’émotion éprouvée dans un environnement vécu (mais nous reviendrons sur ces questions dans notre dernière partie). Retenons pour l’instant que la plasticité des formes phénoménales opère dans l’inséparation entre des modes environnementaux affectants, et les perceptions à l’œuvre qui se manifestent puissamment et simultanément. Dès lors il en est de l’imagibilité de la ville telle que l’entend Kevin Lynch, avec des objets physiques, des marqueurs spatiaux qui provoquent une forte image chez l’observateur ou le regardeur4 déambulant dans les spatialités urbaines successives.

  • 5 Georges Didi-Huberman, Essayer voir, Paris, Minuit, 2014, p. 70.
  • 6 Idem p. 71.

3Afin d’appréhender la ville contemporaine, il faut faire une place à l’instabilité et aux variations de toutes sortes dans la démarche en cours, donner sa chance au tremblé du réel pour qu’il résonne au cœur d’un écrit non axiomatique, non dogmatique. Raison pour laquelle nous adoptons ici une perspective qui est celle d’une anthropologie singulière mêlant la dimension spéculative et la création narrative, dévoilant des évènements singuliers physiques ou imaginaires, en leur indistinction et leur corrélation presque secrète. Nos références sont aussi bien d’ordre théorique, artistique ou littéraire parfois, afin que des voix et des sensibilités, des conceptualisations sensibles, puissent éclairer de plusieurs façons notre scène « prospective » et « primitive ». Méthode ayant quelque chance de faire résonner les horizons ontologiques frémissants dont je veux parler à propos d’une ville émotionnelle prise dans de nouveaux enjeux esthétiques, urbains, communicationnels, géographiques, corporels, sensibles, inconscients. Méthode de l’essai donc, qui est à la fois empirique et rêveuse, afin d’élaborer si possible un « langage expérimentant sur lui-même le trouble inhérent aux expériences du regard »5 comme le souligne Georges Didi-Huberman. Une poétique d’une certaine façon qui permet les tâtonnements conjoints des « expérimentateurs du sensible et des inventeurs de langage »6 ; autrement dit l’essai considéré comme une forme pour construire des juxtapositions (Adorno), intégrant les discontinuités, coordonnant les éléments au lieu des les soumettre à une logique causale parfaite et imperturbable. Il s’agit de seulement essayer dire, ou écrire, à travers des mouvements s’enchaînant, des ébauches, des tâtonnements révélateurs, des approches, des expérimentations, à contrario d’un langage qui fixe, cadre trop, rigidifie un réel fuyant, subtil, sédimenté dans le temps, superposé dans l’espace.

  • 7 Georges Bataille, La part maudite, cf. chapitres « Le sens de l’économie générale », et « Lois de (...)

4Dans la rue aujourd’hui beaucoup d’événements microscopiques se produisent dans un temps mêlé des circulations et des formes hiératiques. Elle est le milieu des télescopages de toutes natures entre les bâtiments, les machines, les signes, les corps, les objets, les images. Les affects s’y dispersent en pagaille, il y a un désordre des percepts précipités ensemble, ils n’en constituent pas moins un plan d’appréhension à la fois complexe et consistant. Dans la manière de vivre la rue contemporaine plusieurs dimensions spatiales et matérielles se superposent : les machines mobiles des transports, le transit des corps, la matière architecturale, les dispositifs d’images, les lumières diffuses, les percées des télécommunications. Actuellement, avec les médias nomades, les citadins sont branchés sur des réseaux (internet, téléphonie, écrans…) qui interférent fortement dans le moment vécu de la rue. On le constate dans les comportements parfois désinvoltes de certains habitants qui se conduisent comme s’ils étaient seuls dans l’espace public, retirés dans leur bulle techno-médiatique, casqués, regards absents… Mais au-delà d’une certaine incivilité manifeste, les urbains vivent une complexité, c’est-à-dire un agencement d’éléments disparates entre une matérialité objectale de la rue et une immatérialité nomade des médias, qui aboutit nécessairement à une nouvelle économie subjective. Entendons « économie » au sens ample, et non pas selon l’économie de marché à laquelle on réduit le mot aujourd’hui avec la domination du discours politico-médiatique réducteur. Pour Georges Bataille7 le terme d’économie générale intègre comme on sait, l’imaginaire, le symbolique, le rituel, l’échange, la perte, la part improductive. En ce sens toute une économie mentale et énergétique se déploie dans la rue en rapport avec la coexistence des éléments d’une matière urbaine et des pratiques d’évasion ubiquitaires, reproduites ou inédites. Cette co-existence n’est pas forcément pacifique, puisqu’elle est traversée par des mouvements de déterritorialisation et de reterritorialisation incessants, au cœur des instants minuscules, des actes micro-existentiels : croisements entre des individus dans le tram, le métro, les corps se situant les uns par rapport aux autres dans les flux intégrés, dans la distance, dans le repli individuel ou la fusion éphémère, passant par des états existants différents.

5Dans la rue nous sommes bien là physiquement, indubitablement, il y a ce poids du corps, le mien et celui des autres ; mais aussi je suis ailleurs par la rêverie, l’activité songeuse que je peux ouvrir au contact des sensations propres à un lieu, et maintenant par les techno-communications nomades.

  • 8 David Riesman, La foule solitaire, Paris, Arthaud, 1964 (traduction).

6En l’occurrence on comprend néanmoins qu’il ne s’agit pas tout à fait des mêmes modes d’absence si l’on peut dire. Car avec la rêverie benjaminienne du « flâneur », ou pour actualiser parlons d’une déambulation pensive, on se situe dans une attention flottante au monde où chaque élément provenant de l’extériorité contextuelle peut intervenir à tout moment dans la perception ; l’aléatoire s’incrustant dans la pratique songeuse d’une intériorité ouverte si je peux dire, cela constitue une partie corrélative et essentielle de cette potentialité (ce qu’avait très bien intégré la dérive situationniste dans la ville). Apparemment il n’en est pas tout à fait de même avec la posture et le dispositif des médias nomades qui absorbent le sujet habitant dans une bulle hermétique, coupé d’un dehors impromptu propre à un espace social considéré dès lors comme atone, « barbant », lassant, sans intérêt par rapport à la capture techno d’une traversée territoriale. Mais méfions nous des apparences immédiates qui peuvent nous mener au constat déprimant de « la foule solitaire » des grandes villes, comme l’avait bien nommée le sociologue David Riesman8 après la seconde guerre mondiale, autrement dit un ensemble social massificateur marqué par la séparation entre les êtres dans l’espace public. À observer plus attentivement la rue cela semble un peu plus compliqué et intéressant. Certes il reste une quantité non négligeable de gens sans casque ou téléphonie branchée, qui vaquent à leurs occupations et qui restent attentifs à l’extérieur. Mais surtout avec ceux qui sont « branchés » dans les divers réseaux, on peut remarquer des pratiques intermittentes qui se jouent entre la présence au lieu et la projection vers un dehors réticulaire, les nouvelles générations étant particulièrement douées pour ce genre de gymnastique cognitive et concrète, en ouvrant/fermant leurs objets techniques en fonction des instants, des contextes. Le battement du réel et du virtuel opère à plein régime dans certaines situations comme dans une rue vivante, un dimanche matin sur un marché parisien où l’on entend les voix, où l’on regarde les corps et les visages, selon les rythmes variés des territoires existentiels. Les habitants, et soi-même, nous pratiquons des modes alternés de présence et d’absence, créant en vérité de nouvelles formes de présence au monde qui intériorisent la complexité, la multiplicité, le vertige des environnements transmodernes.

  • 9 Félix Guattari, Qu’est-ce que l’écosophie ?, Paris, Lignes /Imec, 2013, cf. chapitre « Combattre l (...)

7Dans ce contexte il nous faut penser l’hétérogénéité de la ville dans ses imprégnations multiformes. Avec la « cité subjective » il s’agit d’appréhender les stratifications, les sédimentations, les superpositions à l’œuvre, aboutissant à une « ontologie pluraliste » permettant de considérer « des formes d’être mutantes, des formes variables, construites par morceaux »9 comme le note Félix Guattari. C’est certainement ce que nous vivons dans l’expérience corporelle de la rue et autres espaces publics d’aujourd’hui.

  • 10 Michel de Certeau, Arts de faire / L’invention du quotidien, Paris, Gallimard 10/18, 1980, cf. cha (...)

8La ville émotionnelle est la cité subjective et existentielle, sinon coexistentielle, telle est l’hypothése envisagée. A nos yeux la subjectivité urbaine qui se déploie dans les divers lieux opère selon des braconnages sensibles, un peu à la manière des modes de lecture qui contournent l’ordre de décryptage hiérarchique des textes prescrits par l’institution, dont parle Michel de Certeau10. Après tout n’oublions pas que dans la tradition territoriale le braconnier déjoue les espaces autorisés, les sentiers balisés, et pose des pièges clandestins, puisqu’il est un chasseur particulier, hors la loi, il évolue sur des lisières, des frontières, selon une succession des apparitions et des disparitions. N’est-ce pas ce que nous faisons plus ou moins dans notre relation imaginaire mais effective à la ville ? En pérégrinant hors des voies tracées et autorisées, en réinventant des parcours plus intrigants, en créant des repères tout à fait personnels et inhérents à un fonctionnement mnésique inattendu, en sortant des limites imparties, en jouant le dedans-dehors, ne devenons nous pas des braconniers des topographies, ou des chasseurs bizarres, car sans objet à capturer ?

9Il s’agit de déployer tout un espace existentiel constitué de plis et d’« astuces de chasseurs », d’émergences poétiques et guerrières, qui se superposent à un territoire manifeste, institué et matérialisé, au point que les deux volumes s’enchevêtrent inextricablement. Cependant la contrainte épuisante de longs transports, les interactions incessantes avec la foule, la solitude éprouvée et la fatigue nerveuse, constituent autant de facteurs d’un écrasement des individus. En effet rien ne semble évident dans la ville, en vérité nous pouvons vivre deux dimensions contradictoires successivement dans une même période ou presque, selon les circonstances et notre propre humeur. Certes il n’y a pas que la nature du lieu qui interfère, mais celle-ci peut avoir des effets puissants dans nos propres représentations esthétiques. Peut-être que l’activité murmurante, poétique, dont parle de Certeau, se produit en des endroits et selon des modalités qu’on ne peut pas mesurer, ni évaluer ni interpréter, mais que l’on peut ressentir obscurément. La ville subjective dont je parle a ses méandres, ses obscurités, sa scène secrète, que la littérature sans doute a le pouvoir particulier de faire émerger. Il faut considérer que la ville constitue l’expression parfaite d’une existence des réalités parallèles que nous vivons dans les strates de l’expérience plus ou moins consciente du réel.

  • 11 Peter Handke, Essai sur la journée réussie, Paris, Gallimard coll. Arcades, 1994 (trad. française) (...)
  • 12 Alain Mons, « Le cinéma et l’expression de la vacance. Temps morts et ambivalence du ressenti » in (...)
  • 13 Peter Handke, Par une nuit obscure je sortis de ma maison, Paris, Gallimard, 2000 (trad. française (...)

10Cela semble patent dans le projet littéraire assez bigarré de l’écrivain Peter Handke, et deux livres atypiques : « Essai sur la journée réussie » (1994) et « Essai sur la fatigue » (1989). Ce sont des sortes de textes poético-réflexifs sur les espaces contemporains. Dans chacun des lieux que traverse l’individu d’aujourd’hui l’attendent des épreuves, des défis, des mystères. On sait que Handke habite la région parisienne, dans une banlieue ouest bourrée de résidences éparses et de maisons particulières à perte de vue ; de là il prend le train régulièrement pour aller sur Paris centre, arrivant quelque part dans le 15e arrondissement vers la place Charles Michel. Ces va-et-vient rythment la journée dans une sorte de plénitude du vide : « Et même cette expérience prenait corps : un jour de rien (où ne jouaient pas même les lumières changeantes, pas même le vent, ni le temps) c’était lui qui promettaient la plénitude la plus grande. Il y avait bien plus de choses possibles avec rien d’autre que la journée »11. En conséquence l’activité poétique n’est pas celle uniquement des « chasseurs » développant leurs ruses et leurs mobilités (rappelant celles des photographes de l’instant décisif cher à Henri Cartier-Bresson), mais elle est aussi du coté de ceux qui pratiquent une espèce d’empathie avec ce qui est, avec ce qui nous enveloppe insidieusement, avec le vide s’il le faut. Donc être du côté d’un laisser-faire qui peut nous remplir de joie, même et surtout jusque dans le rien, dans la pure contingence d’une journée qui passe. L’attitude guerrière aussi intéressante qu’elle puisse être en certaines occasions, a aussi ses limites face à la puissance du Rien que décrit Peter Handke remplissant le temps d’une journée ouverte, sans contrainte, sans programme, ce que l’écrivain autrichien a appelé « la baie de personne »… Une expression de la vacance que capte si bien aussi un certain cinéma d’auteurs, comme je l’ai analysé ailleurs12, à travers la dilatation du temps (Antonioni), le désœuvrement du corps (Ceylan), le vertige de la lenteur (Tarr). Cette vacance visuelle aboutit à une sorte de dissolution du quotidien, à une épreuve du vide, engendrant des champs magnétiques de la perception puissants et décalés, comme des attracteurs étranges. Au début d’un autre roman « Par une nuit obscure je sortis de ma maison tranquille », Handke décrit une petite ville autrichienne « Taxham » où vit le narrateur. Il y semble difficile de trouver une entrée et une sortie comme dans toutes les villes nouvelles : « Tous les chemins qui paraissent y mener dévient soudain et tournent autour du bloc ou passent entre les jardins des petites maisons et reviennent à leur point de départ »13. Tout ceci est accentué par des « baies impénétrables » qui débouchent sur un paysage impersonnel, sur une béance. Expérience radicale de la vacance certes, mais totalement discrète, que le système de la performance, du culte de l’utile, dans lequel nous sommes plongés bel et bien, oblitère totalement ; à l’exception notable des exclus et autres « pestiférés » qui ne peuvent vivre le vide en général que dans une sorte de dépression.

  • 14 Vladimir Jankélévitch, Le-Je-ne-sais-quoi ou le Presque-rien, t. 1 La manière et l’occasion, Paris (...)

11Or dans ce flottement de la journée urbaine constitué par des traversées de lieux éparses, des déplacements rythmés et répétés, des « effets d’imprégnance » comme je les désigne, peuvent opérer dans notre espace subjectif et sensible. Car ces échos n’ont pas la force d’une prégnance au sens d’un marquage clair, d’une emprise sur les choses, d’un modelage. D’où le néologisme proposé d’imprégnance qui indique bien une forme d’imprégnation des phénomènes environnants, mais de façon diffuse, incertaine, infinitésimale, presque insaisissable. On voit cela bien apparaître dans les romans de Kafka, ou D. H. Lawrence, par exemple ; quelque chose interfère dans les perceptions des lieux mais on ne sait pas quoi au juste. Sans doute s’agit-il de cet « irréductible » dont nous parle Vladimir Jankélévitch14 qu’on ne peut pas connaître précisément, ou alors fragmentairement selon une appréhension sensible mais déjà conceptuelle selon un processus d’ébauche de pensée dans le moment donné.

  • 15 Jean Luc Nançy, La Ville au loin, Paris, Éditions La Phocide, 2011, p. 73.

12D’une certaine façon les effets d’une imprégnance nous les ressentons crucialement dans les villes qui se désagrègent, ou plutôt s’émoussent avec le temps. Par exemple avec des grandes métropoles russes comme Moscou et Saint-Pétersburg, ou bien en Europe du sud avec Lisbonne, Naples, dans une certaine mesure Venise, Barcelone ; les villes des Empires disparus. Or dans chaque interstice des façades, et plus amplement dans la matière urbaine qui s’estompe, il y a les traces de sédimentation qui manifestent une vie antérieure, une dimension spectrale des lieux avec laquelle nous devons composer. Il s’agit des traces du temps passé et futur, ou bien un futur antérieur de la ville qui est en jeu, du moins avec les cités historiques européennes. Certes avec les agglomérations urbaines du monde globalisé, les villes dites nouvelles, d’autres paramètres entrent en jeu, où sans nul doute d’autres figures archaïques font retour finalement (le Labyrinthe, le Rien…). Retenons pour l’instant que la ville forme un milieu « qui n’est ni un cadre, ni une contrée, qui est un rapport plutôt qu’un support, un milieu, entre les lieux »15 écrit Jean Luc Nancy.

  • 16 Alain Mons, « La force des fissures », in revue Sociétés n° 120, Ruines, Paris, De Boeck éditions, (...)
  • 17 François Laplantine, De tout petits liens, Mille et une nuits, Paris, 1994, p. 26-27.

13Un milieu entre les lieux, ainsi la temporalité spéciale qui est celle de la force des fissures16 qui défait et recompose incessamment, peut s’insinuer au cœur des lieux urbains entretenus, lisses, selon des détails parfois insignifiants ou encore asignifiants, souvent infimes mais perturbants. C’est cela qui forme le milieu, l’atmosphère, l’ambiance. Telle tache dans la couleur du toit, telle vitre de fenêtre fendue, tel dégradé de teintes sur une façade de monument, telle plante naturelle incongrue poussant dans la rue, telle flaque d’eau inopinée dans la grande avenue prestigieuse… Tous éléments qui bousculent incidemment notre perception des lieux que nous traversons ou fréquentons. Peu de chose suffit pour transformer notre regard d’un espace, d’un paysage, d’une image, comme on le sait. Une scène secrète se produit souvent dans le discret, le peu, le rare, l’entraperçu. Le « presque » aux yeux de l’anthropologue François Laplantine constitue « une résistance », puisque hors du signe et du symbole il y a quelque chose qui se rebiffe à être dit ou bien montré17. L’ostentatoire, le monumental, le patrimoine de la grandeur, l’hyper visibilité, et la performance techno-urbaine, sont les dimensions auxquelles on réduit souvent l’intérêt de la ville. Sans doute parce qu’elles confirment les procédures d’optimisation, de rationalisation, de gestion, de modélisation, caractérisant l’idéologie managériale dominante appliquée à tous les espaces de vie qui deviennent des sphères de l’achèvement (Sloterdjïk). À contrario dans l’infime, le presque rien, ou le « trou noir », la matière se densifie extraordinairement de façon pratiquement invisible ; une dimension « inexpressive » s’oppose à l’idéologie de la représentation et de l’expression qui régente nos modes de vie et les régimes de l’image. Par les fissures physiques ou mentales dont nous parlons, nous sommes en mesure d’éprouver les variations de la durée, à travers la fragilité de la matière urbaine, et la temporalité qui s’y rapporte constituée par des choses passagères. C’est ainsi que les villes envisagées transparaissent dans leur trouble énigmatique propre à une autre scène. On ne peut pas réduire celle-ci à une scène freudienne, traumatique, primitive, transgressive. Comprenons la plutôt comme le lieu de la création essentielle d’une opacité, ou d’un espace vital d’où l’on entre et sort en toute liberté, où la possibilité du battement entre le dedans et le dehors est entière dans l’expérience subjective de l’espace.

  • 18 Patrick Modiano, L’horizon, Paris, Gallimard Folio, 2010, p. 51.
  • 19 Sur ce sujet cf. Patrick Modiano, Un pédigrée, Paris, Gallimard, 2005. Cet écrivain ayant eu une e (...)

14N’est-ce pas ce que nous proposent des écrivains comme Patrick Modiano, ou antérieurement Henri Thomas (La nuit de Londres, 1956), dans leurs créations littéraires ? Prenons le premier auteur, on sait combien la question de la mémoire, et des revenants, hante l’univers de Modiano. On se souvient en effet de romans comme Rue des boutiques obscures, Des inconnues, L’horizon… Dans ce dernier livre (2010) comme toujours un homme est aux prises avec le secret de la vie d’une femme qui se déploie dans les plis de la ville, en l’occurrence Paris, et plutôt dans l’ouest de la capitale. Un personnage nommé Bosmans est fasciné par une femme (Margaret Le Coz) au passé trouble, par les rapports obscurs qu’elle entretient avec d’autres hommes et avec la ville comme refuge et labyrinthe : « Dans les plis secrets de ces quartiers-là Margaret et les autres vivaient tels qu’ils étaient à l’époque. Pour les atteindre, il fallait connaître des passages cachés à travers les immeubles, des rues qui semblaient à première vue des impasses et qui n’étaient pas mentionnées sur le plan »18… Tout est dit de cette partie d’une ville clandestine, confidentielle : d’abord elle est hors plan donc insituable, elle se niche dans les creux des quartiers, elle est immuable et peuplée d’habitants hors du temps, pour y entrer il faut prendre des passages, des chicanes, à travers des lieux qui ne mènent nulle part, enfin l’accès est réservé à des initiés, à des nomades, des aventuriers et des rêveurs déambulant dans la cité. L’écrivain pressent une autre ville secrète qui est celle d’un labyrinthe de la mémoire dans lequel on se perd facilement avec Modiano, par la complexité des fils narratifs dans laquelle il nous entraîne en tant que lecteur. Les histoires sont sporadiques, lancinantes, obsessionnelles aussi, et aboutissent au sentiment d’une ville trouée à travers une mémoire qui se cherche, tâtonne dans l’entrecroisement et l’obscurité de l’Histoire et des multiples histoires19.

PASSAGES DE L’INTIME. LES EFFETS D’UN COEXISTENTIALISME

  • 20 Cf. Alain Mons, Les Lieux du sensible, en particulier chapitre « Appartements, fissures », Paris, (...)

15Lorsque je suis dans la rue je suis immédiatement confronté à une hétérogénéité d’éléments visuels, sonores, olfactifs, tactiles, matériels, et fictionnels, imaginaires. Il n’y a pas de substance stable et unifiée. Se projeter dans l’espace commun, être envahi par tous les bruits ensemble, se fondre dans la foule, croiser les regards autres, devenir un étranger à soi-même soudainement. Le passage de l’habitat privé à l’espace public s’effectue comme une bascule ou comme un glissement selon les moments d’un tempo subjectif où l’individuel et le collectif se contaminent en tous sens20. Il s’agit d’observer les formes environnantes, d’être attentif à tous les signes pour s’intégrer à la ville, mieux encore avoir un comportement flottant mais qui intériorise toute cette précision de l’être-là urbain. Je peux en effet être capté par le désir d’un visage, d’un corps apparaissant et disparaissant, comme avec la fameuse passante fugitive baudelairienne. A contrario je peux me sentir absorbé, isolé, écrasé par une masse critique propre au mouvement urbain constitué de flux en tous sens.

  • 21 François Jullien, De l’intime, Paris, Grasset, 2013, p. 73
  • 22 Philippe Grosos, Phénoménologie de l’intotalisable, Paris, Cerf, 2013, p. 50 : « Chez Heidegger co (...)

16La ville imaginaire est la ville réelle : n’est-ce pas ce que nous vivons concrètement ? La littérature semble énoncer au mieux cette folle vérité de l’illusion vitale et des ombres qui régissent l’esprit de la ville : mirages incontournables d’un être-ensemble, d’une potentialité de la culture urbaine, d’un partage commun, et obscurités du temps qui sédimentent les lieux perçus, la présence des spectres de toutes sortes. En ce sens la relation de James Joyce avec Dublin est exemplaire d’une possibilité d’entrevoir une ville à travers la puissance de la subjectivité et de la mémoire s’hybridant continuellement. Puisque le « reste » prend toute sa place, devient même central dans la compréhension du réel. Le corps s’incarne si l’on peut dire, lorsqu’il atteint à la possibilité des territoires existentiels où viennent se coaguler les processifs subjectifs d’individuation, dans les transactions inconscientes entre l’individu et la société. Cela peut se produire par rapport à une rue, une place, un quartier, un coin, une lisière, un no man’s land, dans ou au bord de la cité, dès lors qu’un investissement quasi inconscient se produit de la part des sujets urbains. Alchimie complexe et curieuse entre le corps, le cerveau et les lieux affectionnés, qui restitue la ville dans toute sa résonance émotionnelle. Les représentations, ou plutôt figurations, renvoient d’une certaine façon à la pensée de François Jullien sur l’intime, lorsqu’il écrit : « l’intime, n’est-ce pas d’abord cela : du sensible « le plus intérieur » qui, par partage, va se déployant subjectivement à l’infini »21 ; on pourrait dire aussi par réverbération car le sensible le plus secret va rebondir au dehors, impliquant un processus de subjectivation incorporé au monde entier. Ainsi la frontière de l’intérieur et de l’extérieur est rendue fugace, volatile, ce en quoi l’intime porte effectivement à un basculement de soi. Ce que je veux dire par là, est qu’à travers l’expérience chatoyante, ondulante, de la ville, j’accède à une extériorité intérieure ou une intériorité extérieure. Celles-ci consistent en effet en ce que l’existence ne soit ni totalement dehors comme avec le modèle grec de l’Agora, une parole publique hyper valorisée, ni totalement dedans comme avec le modèle moderne de la psyché, la psychologisation excessive du sujet retiré en lui-même, mais plutôt une existence se tenant sur une ligne ténue entre les deux, dans une clarté incertaine, diffuse. L’intime dit le retrait radical et le partage total avec l’Autre en même temps (Jullien). Cet autre peut être une femme ou un homme, mais aussi un paysage, un animal (pas forcément domestiqué), des choses végétales, des objets chéris. Il en va sans doute de la différence ontologique qui échappe à toute logique de système d’un point de vue phénoménologique22.

  • 23 Sur cette exposition à La Villette 2011, cf. Alain Mons, « Braconnages visuels et hybridité de la (...)

17Le cinéma et la vidéo semblent particulièrement aptes à leur manière à rendre compte de cette sophistication alchimique qui se joue cependant de façon très simple dans la contingence des spatialités vivantes. J’ai abordé par ailleurs des créations vidéo concernant la vision de la rue, à l’occasion d’une exposition intitulée « L’œil sur les rues » qui s’est tenue à la Villette en 2011 ; les effets d’imprégnance comme nous les avons désignés, y jouent à plein régime23. En effet des artistes du monde entier (Roumanie, Suisse, Brésil, Cameroun, Canada, Chine, France, Espagne, etc..) à travers leurs images vidéos, articulent la contingence sociale de la rue avec l’émotion ressentie plus ou moins étrangement ou directement. Ainsi sur les Champs Elysées à Paris, avec l’artiste suisse Catherine Gfeller, l’attention porte à la fois sur les peaux des corps à travers la tonalité visuelle de leur grain, et sur le commentaire de la voix off nous entraînant dans un univers romanesque, mélancolique, subjectif. Comme si on voyait la rue de l’intérieur d’un individu. Une telle sensation renversante on l’appréhende aussi avec une scène de rue nord américaine où les passants regardent de façon curieuse la caméra qui les filme (Paulette Philipps) ; ce dispositif nous plonge dans un vertige de la réciprocité phénoménologique : je regarde ce qui me regarde en train de regarder. Cela déclenche une immersion de soi spectateur dans cette rue, à travers les mises en abime des regards, comme une traversée du miroir. Enfin à Sanaa au Yémen, une rue est filmée dans un ralenti chorégraphique des corps féminins voilés (Robert Cahun), de telle façon que de l’invisible se faufile dans les interstices du visible. Le flottement des silhouettes féminines qui apparaissent et disparaissent dans la rue, nous convie à subodorer l’intime en creux qui est là, comme le hors champ de la visibilité de la rue mais cependant bien présent dans l’expérience spatiale comme telle.

  • 24 Expression de Anne Sauvagnargues, Deleuze et l’art, Paris, PUF, 2005, à propos d’une symptomatolog (...)

18À mon avis, ces vidéastes, et bien d’autres, opèrent un braconnage visuel, ou perceptuel, consistant à passer continuellement du dehors au dedans et vice versa, en brouillant et perturbant leurs frontières respectives. Ils deviennent donc aussi des contrebandiers poétiques, et politiques au sens de la cité ; c’est sans doute de cette façon que l’on peut atteindre à l’expérience fondamentale de l’intime de la ville, c’est-à-dire à mon sens au réel, corroborant ce que nous avons souligné d’entrée de jeu. La relation à la ville engendre des images et des affects, en soi et pour soi. À condition de comprendre que l’image n’est pas qu’une représentation, un double du réel, mais un champ de forces, d’attractions, de variations, d’affects ; elle est une réalité collée à la matière même, et tient lieu d’une logique des sensations et du sensible. Les images sont là en nous et hors de nous, partout dans les ambiances urbaines que nous explorons, elles sont mentales et parfois matérialisées dans la spatialité. Une véritable « physique des affects »24 se produit, dans la double expérience consistant à être affecté par le dehors et d’affecter ce que je perçois, en tant que sujet sensible et actif dans les métamorphoses concernant les territoires vécus engendrant et trouant la ville. En ce sens le poétique au sens ample, a peut-être plus à nous dire aujourd’hui que les sciences humaines sur un rapport vital et double à la ville. Puisque cette dernière engendre un milieu entre les lieux, avec lequel nous entretenons un rapport quasi ontologique. Au fond la ville est une forme flottante, mal identifiable dans la réalité de ses limites, de ses trafics, elle est un chantier continuel. Rapport structural/déstructuré entre les choses aléatoires qui composent sa spatialité, et rapport humain des corps affectés par un processus de l’extériorité se dépliant dans un espace-temps. La ville se perpétue dans un projet immense et vague somme toute, mais elle a des forces telluriques souterraines, qu’il s’agit de sonder.

  • 25 François Jullien, idem p. 210 : « entre-tenir l’intime, c’est-à-dire activer cet « entre » qui s’o (...)

19Cette liaison à la fois géologique en ses profondeurs, géographique en ses étendues, et affective en milieu urbain, ne peut être que de l’ordre de l’intime. Un peu en écho à la modalité d’un vivre-à-deux dans la durée, afin de déborder le confinement de soi à soi, le bornage égocentrique si répandu aujourd’hui. Dans l’intime il y a donc beaucoup de dehors, puisque le dedans s’ouvre à l’autre afin d’atteindre une zone singulière où se conjuguent un maximum d’intériorité avec un maximum de partage en même temps25. Or c’est exactement ce que nous vivons aussi dans le rapport quotidien à la ville qui engendre des « entre » de toutes sortes, permettant les passages subreptices entre notre intériorité subjective et l’extérieur social ou naturel au point de leur corrélation profonde. François Jullien prend l’exemple de la contemplation d’un paysage, car cet acte effectué à deux ou tout seul n’aurait pas la même envergure et le même effet concernant la perception. Ne peut-on pas étendre une telle observation de l’intime à un niveau encore plus collectif ? Une subjectivité modulaire se faufile à travers les expériences de lieux disparates, abandonnés, ou sédimentés par l’histoire des gens qui ont été ou sont là, à travers les évènements infimes, les moments fugaces, ces temps morts ou suspendus qui trouent littéralement le rythme réglé des flux urbains et marchands.

20Je prendrai l’exemple du film Le passé (2013) de Ashghar Farahdi. Le cinéaste iranien filme Paris et l’Île de France de façon très singulière. À la fois son regard d’étranger, venant d’une culture différente, lui permet de percevoir des choses que nous ne voyons pas ordinairement (dieu serait dans les détails, paraît-il) ; mais son approche sensible s’adapte avec une aisance étonnante à l’intérieur de la capitale jusqu’à sa périphérie, selon une certaine familiarité déjà là. Dès lors le spectateur se situe dans une espèce de proximité lointaine avec les espaces, les personnages, les déplacements, les mouvements, captés par la caméra. Le film se constitue puissamment comme un dedans, selon la forme d’un huis clos avec les personnages iraniens exilés à Paris qui se retrouvent dans une maison en région parisienne, autour d’une femme assez fatale et des deux hommes amoureux d’elle (et plus quelques enfants), et au cours du film autour de la jeune fille aînée de cette femme et de l’homme qui débarque de Téhéran, sorte d’astre lumineux et sombre selon les moments. Continuellement un dehors vient interférer dans ce huis clos qui s’ouvre dans un écart : le passé revient entre les personnages mais il est aussitôt absorbé dans le présent, et même dans un futur possible/impossible. Les affects surgissent, les évènements rebondissent, et nous plongent dans la confusion et l’absorption des temporalités vécues à travers les coprésences des corps, des mots dits ou non dits, des rencontres prévues ou inopinées. Un certain nombre de scènes font miroiter des reflets superposés dans la ville, dans des cafés, dans la rue, les boutiques, dans la maison, comme si la réalité tenait lieu d’une mise en abyme des dimensions perceptuelles, et d’un travail de la mémoire qui se transforme et se troue (je reviendrai précisément sur les phénomènes de réverbération dans l’espace urbain).

21Ainsi la ville nous échappe, elle engendre ses lignes de fuite que nous ressentons jusque dans notre chair, alors que nous sommes malgré tout à l’intérieur, comme entourés par des limites subjectives (pas forcément matérialisées) que nous créons, dans un mouvement de reterritorialisation réagissant à une déterritorialisation brutale du monde contemporain. L’exilé que filme Farhadi est au cœur de cette oscillation existentielle, il subit de plein fouet une errance pas forcément choisie, mais il recrée un dedans de l’intime, en réinventant les repères émotionnels de son territoire, produisant une affection d’un paysage mental et géographique. L’exilé, de tous horizons d’ailleurs, est situé précisément dans cet écart entre le dedans et le dehors, mais vivant cet « entre » comme sa propre matière d’expression, aussi bien physique, géographique, mentale, anthropologique, esthétique.

22L’enjeu de cette ville intime qui « entre » l’écart, se produit fortement dans le jeu des perceptions, comme le cinéma, la littérature, la vidéo, nous l’indiquent, mais aussi bien nos pratiques quotidiennes qui deviennent métaphoriques en quelque sorte. Puisque la translation entre le perçu, l’aperçu et l’imperceptible opère continuellement dans cette expérience urbaine et ontologique. Inutile de trop s’appesantir sur chacun des termes perceptuels avancés ici, que j’ai travaillés par ailleurs. Les dimensions sensibles constituent les conditions d’un rapport authentique à la ville et d’une subjectivité s’auto-engendrant dans ce contexte. Ce en quoi la subjectivité n’est pas seulement individuelle mais commune, partagée, elle se conjugue au singulier pluriel (Nancy) ou au singulier quelconque (Agamben). Dans la fulgurance du perçu, le couplage entre le monde et le sujet percevant s’effectue réciproquement et absolument selon le schème merleau-pontien. Alors que l’aperçu fonctionne par échos, par fragmentations, par des détours, par des obliques, par des intuitions, dans le moment immanent de l’expérience spatiale. Cependant qu’avec l’imperceptible nous atteignons les limites du perçu, les zones d’indiscernabilité du réel, bien que la force paradoxale consiste à percevoir l’imperceptible, et à voir l’invisible, autant qu’il est possible.

  • 26 Cf. Fabio Merlini, Schizotopies : Essai sur l’espace de la mobilisation, Paris, Cerf, 2013.

23Tous ces éléments nous ramènent bien au Reste qui charpente la ville échappant à la transparence sociale, urbanistique, opérationnelle et technologique, à la mobilisation générale décrétée par l’hyper-urbanisme du capitalisme mondialisé26. Cette « autre scène » n’a pas de bords, elle est dedans-dehors, excentrée, enfouie, elle traite aussi bien de la béance liée à l’immensité, que de ce qui s’émousse avec le temps, ce qui se stratifie avec des traces et des fissures. Elle dispose ainsi des zones d’opacité au cœur de la ville, si bien appréhendées par une certaine littérature de l’exil (intérieure ou extérieure), ou par des créations visuelles contemporaines (photo, vidéo, cinéma, chorégraphie, installations urbaines, performances). Comme si dans les profondeurs de la ville il y avait son hors champ intrinsèque, un trou noir, que l’on retrouve aussi bien sûr à sa périphérie mais d’une autre façon. Il s’agit bien d’un rapport (et non pas d’un support) que nous entretenons dans le champ de l’intime qui est ample en vérité. Il se constitue comme un dedans qui s’ouvre vers un dehors qu’implique l’espace public, et qui relance la nécessité vitale de l’intériorité et de l’émotion singulière.

  • 27 A ce sujet cf. Franck Cochoy et Christian Licoppe, « Présentation » in Réseaux n° 182, Le sujet et (...)
  • 28 Richard Béguin, « Mobilogénie du désastre » in Artpress2 n° 29 L’art dans le tout numérique, Paris (...)
  • 29 Jean Max Noyer, « Notes pour une pragmatique de la perception » in Alain Mons, dir., La Transition (...)

24Nous pouvons essayer de penser le « ressenti » d’une forme diffuse de l’intime au cœur de l’espace public, dont les comportements corporels constituent les manifestations sensibles dans des lieux vécus. Ne peut-on pas parler alors d’interfaces de l’intime dans une ville contemporaine ? Puisque d’une part les pratiques intermittentes des médias nomades prospèrent de tous côtés, et d’autre part la pluralité des évènements quotidiens, des scènes sociales, des formes environnantes, ouvrent les corps à des comportements hétérogènes et dispersés ? Les expériences numériques des micros-médias nomades dans l’espace public brouillent la réflexivité du sujet qui face à ses vis à vis hybrides éclate entre son intériorité et ses figurations extérieures27. Richard Béguin remarque que « L’appareil numérique mobile est devenu partie prenante de l’évenement »28, qu’il soit filmé dans la rue, dans l’espace public, n’importe où, et surtout la vidéo se référe à la présence de celui qui filme au moment où, en l’occurrence, la catastrophe se produit. On peut élargir le concept d’interface lié à l’appareillage technologique à toute la scénographie sociétale, dans la mesure où plusieurs facettes se jouent simultanément et latéralement dans une expérience commune et/ou individuelle, à tel point que les limites entre un dedans et un dehors, un ici et un ailleurs se permutent continuellement. Des capteurs sont insérés dans les structures urbaines permettant une géolocalisation des individus, ouvrant aussi sur une ville de micro-évenements. Aurions nous un habitant-cyborg hybride d’humain et de technologie ? Mais Il s’agit plus largement d’une façon sensible de vivre des contextes multiples avec la constitution de zones limites entre des sphères spatiales et existentielles, à travers lesquelles ont lieu des contacts, des échanges, des retournements, des transferts, des interférences, et des transitions. Zones d’indétermination d’où « émergeraient les processus créatifs » remarque Jean Max Noyer qui écrit : « dans ce processus, la question est de savoir quelle est la nature, le rôle et le statut des devenirs qui traversent les agencements collectifs ? »29, puisque les territoires se transforment, s’étirent, s’éparpillent, se dilatent dans le temps et l’espace.

  • 30 Patrick Baudry, La ville, une impression sociale, Paris, Circé, 2012, p. 52.

25Dans ces conditions qu’en est-il de l’intime alors que la représentation de l’intimité s’affiche partout dans les médias, le cinéma, sur les affiches publicitaires, sur la plage, dans l’espace public ou certains endroits semi privés (boîtes de nuit, bars, clubs…) ? Il n’y a pas de recouvrement absolu, car l’intime contrairement à l’intimité affichée, est de l’ordre d’un retrait, d’un secret, d’un invisible, bien qu’il faille qu’il apparaisse manifestement dans une relation à l’autre. Ainsi « le soi » oscille entre son intérieur et son extériorité dans l’expérience intime qui ne peut se produire que dans une altérité. Il s’agit donc d’une expérience intérieure affectée par la puissance d’un dehors renvoyant au plus profond de soi. N’oublions pas, comme le remarque avec pertinence Patrick Baudry, que « le corps est un acte qui spatialise et temporalise »30, presque immédiatement, cependant à travers de nombreuses médiations et multiples détours, comme le souligne le sociologue.

VERTIGE DES MULTIPLICITES. LA CONSTELLATION DES REFLETS ET DES LUMIERES

26Il me semble que des devenirs urbains se produisent aussi par les reflets en tant qu’ils sont des « effets » des divers miroirs, des vitrines, des écrans, éparpillés dans la ville, mais aussi ils sont la manifestation du jeu des lumières naturelles ou artificielles en leurs variations. Ils constituent des phénomènes proto-esthétiques en quelque sorte, à travers lesquels nous nous situons et nous nous formons comme sujet de la perception. Ce qui me touche particulièrement est l’étrangèreté des reflets éparpillés dans les espaces de la vie urbaine, à mon avis on ne peut pas réduire ceux-ci à des questions purement spéculaires, ni même sans doute à de la réflexivité. Les miroitements multiples peuvent être appréhendés aussi bien en termes d’ambiguïté, de flottement, de fluide, de coprésences, autrement dit d’oscillation existentielle. Le reflet ou reflexus, est la lumière réfléchie par un corps accompagnée par une sensation, ou bien l’image qui se réfléchit dans un miroir. On verra comment ces deux fonctions sont concomitantes en divers espaces vécus que nous aborderons : les villes, les paysages, l’intime.

  • 31 Jacques Roubaud, Echanges de la lumière, Paris, éditions Métaillé, 1990. L’auteur écrit p. 59 : «  (...)

27Reflets et spatialités s’informent et se forment réciproquement, telle est l’hypothèse. A condition de comprendre qu’il s’agit de l’interpénétration d’espaces existentiels et de miroitements quasi phénoménaux. De telles façons que la frontière entre un dedans et un dehors soit troublée du point de vue des affects et des percepts ; que cela soit avec les entrecroisements et les mises en abyme, les coprésences et les démultiplications du regard dans la ville. Les reflets agissant dans les espaces découpent et déploient de nouveaux territoires sensibles où se joue le battement des présences et des absences au monde à travers le jeu perceptuel spatio-temporel. Ainsi ils nous affectent comme sujets percevants, mais en retour nous les affectons à travers des formes de subjectivation et d’individuation qui sont à l’œuvre dans notre rapport aux lumières environnantes. La réverbération est matérielle, autrement dit luciforme, terme emprunté à Jacques Roubaud dans son bel essai sur la lumière comme forme originaire et source des images31. Mais elle est aussi mentale, favorisant les jeux de renvoi de l’imaginaire, les images de pensée. Les scintillements impliquant une variation des lumières, nous initient à une sorte de phénoménologie de l’apparition des choses immanente à la ville, avec les émergences du caché-montré, le battement des apparitions et des disparitions du visible engendré par la réflexion matérielle généralisée dans les espaces de vie, le clair-obscur des choses passagères, les variations subtiles de la durée.

  • 32 Jean Clet Martin, Polyvers, essai sur la fin du monde, Paris, PUF, p. 18.
  • 33 Idem p. 19.
  • 34 Jean Luc Nançy, Op cité p. 81.

28On comprend qu’avec notre rapport aux reflets, nous sommes dans les dimensions de l’impondérable, de l’incertain, de l’ineffable. A contrario d’une logique de système qui prétend totaliser le sens et les formes, l’existence fait l’épreuve d’une réalité qui lui échappe, elle fait l’expérience de l’intotalisable. Au fond l’existence des reflets et leur façon de nous charmer, de nous intriguer, de nous traverser profondément en surface, prouve la nécessité vitale de l’illusion. L’illusio et le réel ne font qu’un dans l’oscillation de l’être contextuel, dans la relation environnementale, puisque l’illusio veut dire jouer, se jouer de. On pourrait prendre les mouvements du soleil qui se jouent entre les aspérités et les surfaces de la matérialité urbaine, les bâtiments, les coins de rue, les places selon les heures de la journée. Un soleil d’apparat pris dans les vitrines, se faufilant entre les immeubles, se réverbérant sur les parois de verre, s’éclipsant dans les passages entre les rues. Je peux être à Bordeaux, ou à Lisbonne, cités anciennes entretenant tout un jeu clair-obscur avec les soleils et les ombres se produisant dans le temps. Ou bien je peux être à Montréal, à Stockholm, où la lumière solaire froide semble se disperser sur des surfaces démultipliées, à travers des espacements, selon une géographie variable des sensations. Dans chaque ville il y a de multiples soleils qui se conjuguent et glissent les uns dans les autres selon les configurations de la matière urbaine où je me trouve en tant que corps de la perception. Il s’agit d’un « soleil pulvérisé » comme dit Jean Clet Martin dans un beau texte « Hegel à Manhattan », autrement dit « ce soleil moléculaire qui n’est pas là où on le voit, cet évènement dont l’apparaître est pour les vitres plus que pour une intention humaine »32. La lumière spectrale solaire, ou lunaire d’ailleurs, s’autoproduit dans la ville, comme pour elle-même, et nous n’en captons que quelques fragments par ci par là, dans nos déplacements et situations aléatoires. C’est la même condition pour tous les reflets qui s’engendrent dans la ville selon un processus autopoïétique, c’est-à-dire au-delà et en-deçà d’une perception humaine qui néanmoins se glisse sensuellement et mystérieusement. Il y a véritablement une « multiplicité de multiplications infinies, réverbérant une image sans agent, sans destinataire véritable… inclus dans le monde sans lui appartenir »33 écrit le philosophe J. C. Martin. Dès lors comment situer le regard dans ce vertige des multiplicités scintillantes et miroitantes de la ville, là où je déambule, que cela soit à Paris, à Nice, à Toulouse, ou plus lentement à Saintes, à Poitiers, à Châteauroux ? Le regard est comme emporté par les écrans de toutes sortes, non seulement ceux des reflets des lumières urbaines, mais aussi ceux des images électroniques qui peuplent surtout les grandes cités aujourd’hui : publicitaires, signalétiques, médiatiques, artistiques. Nous entretenons des relations quotidiennes avec toutes ces formes spéculaires et spectrales à la fois, selon des « médiations intercalaires » où se joue notre devenir anthropomorphique dans les interstices, les surfaces et les profondeurs des villes. Les nouveaux horizons ontologiques s’esquissent dans des contextes aussi fluides et subtils que les paysages flottants et flous des atmosphères urbaines. Dans une ville qui se fait « substance étendue », mais qui est précise Jean Luc Nancy « toute d’écartement et de renvoi de point en point, substance d’un déplacement constant »34, comme on l’expérimente avec la perception des mouvements des réverbérations de toutes sortes qui relance le regard de lieux en lieux selon une géographie variable.

29À ce moment souvenons nous du texte fondamental de Walter Benjamin intitulé « Miroirs » dans Le Livre des passages, je rappelle à l’occasion quelques idées intéressantes à partir desquelles on pourra dériver, en traversant cet ouvrage magistral et fragmentaire Paris, Capitale du XIXe siècle, qui est déjà une dérive en soi, avec la figure du flâneur inspiré par Baudelaire.

  • 35 Walter Benjamin, Le Livre des passages, Paris Capitale du XIXe siècle, Paris, Cerf, 1989, p. 552 ( (...)
  • 36 Idem.

30Benjamin s’intéresse particulièrement à la façon dont les glaces « captent l’espace libre de la rue et l’emportent dans le café »35, nous sommes dans l’entrecroisement des espaces perçus. Dès lors des horizons s’ouvrent partout dans la ville, il y a une démultiplication des points de vue, des possibilités de regarder. Cette situation aboutit à l’instauration d’une « clarté incertaine » pour reprendre l’expression de l’auteur. Et celui-ci écrit sur les femmes qui se voient dans les divers supports spéculaires qu’offre Paris, les rendant plus resplendissantes encore, participant à la beauté légendaire des parisiennes : « Avant qu’un homme ne les regarde, elles voient déjà dix reflets d’elle-même dans des miroirs. Mais l’homme aussi entrevoit, l’espace d’un éclair, sa physionomie »36. Comme si le regard était essayé et formé à travers les reflets du miroir puis confirmé par celui de l’humain, afin d’élaborer l’image de soi. Le reflet constitue le moment fugace d’un anthropomorphisme spéculaire et éphémère dans la ville.

31Par ailleurs lorsque deux glaces, miroirs et vitrines, se reflètent les unes dans les autres, ce phénomène crée une perspective à l’infini, remarque Walter Benjamin. J’ai pu le constater dans une ville comme Montréal dont certaines parties du centre sont investies par des skylines-miroirs, d’énormes tours de verre qui se reflètent les unes dans les autres, qui sont en général des bureaux de sociétés, de banques.

32Ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres villes-mondes (Hong Kong, Sao Paulo, Tokyo…), mais il est saisissant, en fait les bâtiments réfléchissent plusieurs dimensions s’enchevêtrant sur les surfaces spéculaires immenses : le ciel, les nuages, les autres buildings, la rue dans son activité, se mélangent étrangement sur une monumentale surface de projection kaléidoscopique. Le réel est fragmenté, devient une mosaïque d’éléments hétérogènes (nature, architecture, rue, corps, objets divers) qui, néanmoins, ensemble constituent une nouvelle forme de paysage quasi mental ou cinématographique. Puisqu’il s’agit d’un montage visuel complexe mettant en abîme la perception, comme dans le cinéma de Robert Altman (Short Cuts), ou antérieurement avec Orson Welles (La soif du mal).

  • 37 Ibidem p. 558.

33Cette jouissance du trouble des spatialités urbaines telles que nous les percevons spectaculairement dans une ville post ou hyper moderne, peut se produire aussi de façon plus infime, plus discrète, plus secrète. Car il y a une façon ordinaire d’appréhender l’ambiguïté et de donner une ampleur aux espaces. Benjamin cite généreusement son ami Théodore Adorno qui écrit à propos de l’activité de la glace dans l’appartement : « sa fonction est de projeter la rue… tout à la fois soumettant la rue à l’appartement et délimitant par la rue l’appartement »37. Ce va-et-vient entre l’intérieur et l’extérieur je l’ai nommé l’appartemental dans un chapitre de mon essai Les lieux du sensible. En effet le monde dehors pénètre dans l’espace intérieur, mais celui ci se projette vers une extériorité, via un ensemble composite des reflets, des médiations visuelles. Dès lors tout un jeu des regards possibles se met en place, toute une économie cognitive spéciale autorisant les sujets présents à pouvoir jongler mentalement entre toutes ces dimensions de l’extériorité et de soi-même dans la constellation des miroitements et des ombres.

34À Bordeaux, ensuite à Montpellier, où je séjourne quelque temps en ce mois de février curieusement ensoleillé. Dans la ville les arbres sont nus sans leurs feuilles, ils projettent les ombres de leurs branches tordues et squelettiques sur les murs blancs ou éclairés par la lumière solaire. Il y a une imprégnation de formes abstraites dignes d’un Giacometti dans des lieux urbains qui deviennent des toiles de projection pour branches d’arbres dépouillés et noires. Les figures arborescentes jaillissant sur les façades des bâtiments engendrent des ombres tremblantes, des formes étranges, comme autant de taches filiformes gagnant progressivement les espaces. La ville est alors envahie par des créatures étranges à la fois irréelles mais parfaitement présentes, avec lesquelles les habitants vivent et font commerce quotidiennement. Car ces curieuses ombres fragiles et mouvantes que nous apercevons, accompagnent nos déplacements. Elles dédoublent la ville dans ses dimensions et perspectives, par leur délicatesse, leur discrétion et leur abstraction figurative et sensible, elles façonnent les spatialités de façon fantomatique. Ainsi la cité se démultiplie dans le jeu des formes fluides, des ombres portées, des reflets mystérieux, des fins découpages, par des dédoublements spéculaires de toutes sortes. Alors que les technocrates, les urbanistes opérationnels, et certains sociologues déterministes, réduisent la ville à sa fonctionnalité ou à ses déterminismes socio-économiques, dans une tendance à effacer la profondeur de ses strates, la réverbération des formes plurielles entre elles nous ramène au jeu infini des surfaces et des profondeurs que nous offre l’expérience sensitive de la ville.

  • 38 Philippe Jaccottet, Cahier de verdure, Paris, Gallimard/poésie, 1994, p. 190.
  • 39 Louis Marin, De l’entretien, cf. chapitre « De l’opacité », Paris, Minuit, 1997, p 66 : « ce qui d (...)
  • 40 Jacinto Lageira, « James Turrel, le devenir perceptuel » in Alexandre Castant, dir., Imagodrome : (...)
  • 41 Cf. Alain Mons, « La force des fissures », in Ruines, Sociétés n° 120, Paris, De Boeck, juin 2013.
  • 42 François Laplantine, Quand le moi devient autre, Paris, Cnrs éditions, 2012, p. 100..

35Les reflets qui se déploient dans les espaces de vie constituent des formes ondoyantes, délicates, de la relation entre un univers de l’étant-donné, physique, et un monde intérieur, perceptuel. La question du rapport complexe au dehors est posé dans les diverses expériences atmosphériques de la ville, et avec les voyages aussi. Le poète Philippe Jaccottet peut écrire « Ce qui est vu autrement, ce qui est vu, en quelque sorte de l’intérieur de nous-mêmes, bien que vu au-dehors, semble rejoindre en nous ce que nous avons de plus intime, ou ne se révéler tout entier qu’au plus intime de nous »38… Le jeu infini de l’intérieur et de l’extérieur comme nous l’avons vu, où l’objet est appréhendé du dedans mais qui est lui même totalement dehors, dans une émergence des choses du monde, peut s’étendre dans la perception des reflets. Ces derniers alors se perpétuent comme des lignes flottantes ou brisées selon les moments furtifs, où se profilent et se glissent continuellement ces va-et-vient entre transparence ou opacité. Du reste l’opacité est la réflexivité de l’œuvre pour Louis Marin39, le dispositif réflexif-reflétant montre que le monde est bien là dans un tableau (de Poussin par exemple), mais ce qu’il porte sur sa surface n’est que l’image, le reflet du monde. En conséquence, il y a simultanément de la présence et de l’absence dans notre rapport aux miroitements que nous fréquentons et qui nous environnent. La constellation des reflets à travers le découpage et l’ouverture qu’ils induisent du côté du perçu, engendre des espaces de communication inédits, sophistiqués, à la limite du visible aussi, entre les choses et les êtres présents dans leur relation ambiguë et vitale. Puisque avec les configurations de la lumière, nous faisons l’expérience de l’expérience, comme dit Jacinto Lageira à propos de l’artiste américain James Turrell et des devenirs perceptuels40. Une série d’images de la grande photographe américaine Lisette Model est intitulée Reflection. À travers les bâtiments et les vitrines de New York dans les années 1950, des ombres se projettent, des silhouettes se profilent, des mélanges de dimensions visuelles s’esquissent, nous entraînant vers le sentiment d’identités floues, hétérogènes, altérées. Les personnages fluides au point d’en devenir transparents se confondent dans les éléments matériels de New York, ils se situent sur une ligne-frontière de la perception, sur le borderline des reflets où réalité et rêve s’intriquent fortement, dans un réel quasi fictionnel, si puissamment exprimé par cette série marginale mais magistrale dans la production de la photographe américaine. Nous accédons dès lors à une ville des contrastes qui révèle les sédimentations, les fines couches, les contrepoints. Comme à Saint-Pétersburg par exemple, entre la façade brillante, scintillante, opérant comme vitrine de la culture, et l’arrière-cour délabrée, déglinguée, il y a un abîme. Or dans cet écart, cet intervalle, viennent s’immiscer les percepts qui nous rendent accessible aux fissures vitales de la ville41, de façon non pas brutale, immédiate, mais délicate, graduelle, mezzo voce… Peu de choses suffisent à modifier la perception d’un ensemble, surtout dans le monde luciforme des reflets et des lumières fuyantes. Ce monde en devenir est du côté d’une « puissance faible », souvent de l’ordre de l’infime, du discret dont parle si bien l’anthropologue François Laplantine, lorsqu’il écrit : « La temporalité de l’entre deux qui concerne les états intermédiaires, les infimes transitions, les transformations microscopiques »42 ; il s’agit dès lors de porter une attention extrême à ce qui s’esquisse, ce qui s’ébauche, à ce qui rate aussi, selon les processus de tâtonnement propres aux sociétés mutantes.

LA PUISSANCE DE L’ANONYMAT. IMMERSIONS INCERTAINES

36Certes le sentiment d’une étendue au sens de spatium (Heidegger) s’engendre dans la ville qui nous fait prendre conscience de l’entrecroisement des spatialités dans un espace donné. Cette superficie se produit par espacements successifs, car elle intègre des intervalles ou interstices permettant les passages perceptifs entre les limites, les lignes, et constituant le volume créé par le jeu des surfaces et des reliefs. Cependant toute stratégie spéculaire fonctionne comme un renvoi permanent entre les choses, les lieux, les images, et dans les potentialités du regard, les chatoiements à l’infini comme nous l’avons souligné. Ces jeux d’espacement, de renvoi, de contact, nous conduisent subrepticement, ou parfois abruptement, vers un trouble perceptuel certes subtil, discret, enveloppant, la plupart du temps. Cette irruption de l’émotion interroge la place de soi en relation à un dehors mouvant qui pénètre jusque dans l’intérieur subjectif qui est extérieur.

  • 43 Maurice Blanchot, L’entretien infini, cf. Chapitre « La parole quotidienne », Paris, Gallimard, 19 (...)

37Il y a indubitablement le sentiment de l’anonymat qui nous anime dans la grande ville, celui-ci est à la fois un risque et une passion. Tantôt être anonyme est vécu comme la négation de soi, une mise à l’écart, un effacement, une non-reconnaissance, tantôt il est perçu comme une fusion avec l’être-ensemble de la ville, ou bien presque comme une expérience singulière et aristocratique. Cela peut sembler certes très paradoxal. Mais dans une culture où le désir dominant est celui de la célébrité, d’une extrême médiatisation, du marquage d’un pouvoir, de l’égo exacerbé, les étendues de l’anonymat hantent à contrario notre époque. Elles sont urbaines bien sûr, mais elles sont aussi bien numériques, politiques. Elles sont révélatrices des « singularités quelconques » comme les nomme Giorgio Agamben, à la fois invisibles, discrètes, mais particulières, atypiques, étranges. Le phénomène de l’anonymat engendre des entités insignifiantes, ou plutôt des singularités asignifiantes qui échappent quelque peu à l’emprise du spectaculaire intégré, au quadrillage de la société hypermoderne. En contrepoint de la montée en puissance des célébrités médiatiques, ou autres reality show, de la mode people, des looks narcissiques, vendeurs, d’un individualisme performant, de la personnalisation du pouvoir, des autoritarismes, il y a les cohortes d’anonymes dans la ville et sur le web. Ces singularités asignifiantes peuvent être expressives, par exemple avec le mouvement Anonymous, ou certains créateurs ou musiciens qui refusent d’apparaître, ou du moins de montrer leurs visages (Dark punk étant de célèbres inconnus !). Ainsi une esthétique de l’anonymat peut se constituer comme le contrapunto au culte de la célébrité, du spectaculaire et de la reconnaissance publique qui domine les aspirations des « décideurs » de tous acabits ; elle en est son miroir brisé et ironique. L’incognito est un trou noir, insondable, incalculable, si bien décrit dans les romans de Georges Simenon, ou d’espionnage en général, qui s’intéressent particulièrement à l’expérience de camouflage et d’indétermination d’un individu dans l’atmosphère sociale quotidienne d’un pays ennemi. Il s’agit de se fondre dans un paysage, tout l’univers de John Le Carré restitue ces zones opaques et complexes. Il y aurait une puissance de subversion de l’anonymat, assez similaire à celle de la dissolution du quotidien telle que la décrit admirablement Maurice Blanchot43, comme un vertige du vide. L’anonymat se dérobe aux catégories auquel on voudrait le soumettre, mais il peut être un espace d’expression impressionnant, curieux, avec ses risques et travers aussi, comme on le constate sur internet et ses millions d’usagers, de blogs, de mails échangés quotidiennement. Autant de monades, de bulles qui glissent les unes sur les autres sans vraiment se pénétrer mutuellement, mais se frottant abstraitement et imaginairement. Il en est presque de même dans la ville, sauf que les corps sont physiquement là malgré tout, ils se présentent dans des « devenirs-imperceptibles » qui paradoxalement apparaissent, devenant même la condition de la perception puisque jouant sur les limites du perçu. L’inconnu n’est pas synonyme d’invisibilité totale, d’un effacement entier, puisqu’il se perpétue sous le régime proliférant des singularités, des traces éparses. Ce sont les zones interstitielles de l’expression : les voix dans la rue, les regards qui s’ébauchent furtivement, les coups d’œil, les esquisses relationnelles dans le quotidien, les écarts et les touchés, les proximités incertaines, les solitudes mêlées.

  • 44 Anne Cauquelin, Le site et le paysage, Paris, PUF, 2002.

38Les identités individuelles prennent sens à travers les interactions avec l’environnement, avec des autres, pas nécessairement humains du reste comme nous le montre le beau film Dersou Ouzala (1975) de Akira Kurosawa, dans les étendues sibériennes. Les coprésences peuvent s’effectuer aussi avec des choses naturelles, des objets, des machines, des lumières, dans une sorte d’animisme climatique, et dans un rapport différé avec l’autre humain, avec de l’absence. La situation semble se complexifier un peu plus encore lorsque l’environnement peut être aussi bien virtuel que matériel. Dans ce contexte nous négocions continuellement deux espaces existentiels ; l’un matériel, tangible (lieu physique) l’autre immatériel, virtuel (milieu techno-communicationnel, numérique). Une composition entre le paysage et le site, dont nous entretient Anne Cauquelin44, que nous vivons communément dans leur juxtaposition quotidienne. L’un se superpose à l’autre, sans complétement s’intriquer, selon des feuilletages particuliers, nous passons de l’un à l’autre espace, tantôt dans une sorte de coexistence glissante, tantôt dans une certaine tension qu’on ne peut pas évacuer si facilement que cela. Les identités individuelles se reformulent, se reconfigurent dans ce battement réel/virtuel qui constitue en grande partie notre réalité.

39Nous avons vu ce qu’il en est de la possibilité d’une « ville émotionnelle » à travers la scène parallèle des pratiques urbaines, les fissures opérées dans la texture, les interfaces de l’intime, les atmosphères floues. Tous ces éléments de composition ne posent-ils pas la question du pouvoir du sensible dans une interférence étroite avec un contexte environnemental particulier à chaque ville ? C’est là où des artistes posent des problèmes intéressants, soit parce qu’ils interviennent directement dans l’espace habité comme Ernest Pignon Ernest, soit parce qu’ils en produisent des représentations différées à travers des images ou des dispositifs scénographiques, tels les vidéastes ou bien « installateurs » comme Gregor Schneider, ou Dominique Gonzalez-Foerster. Ils évoquent quelque chose d’une étrange immersion dans le monde, à travers une articulation spéciale entre des orientations corporelles et des représentations mentales dans un espace donné et continuellement réinventé par nos mouvements, nos actes, nos circulations physiques et cérébrales selon des superpositions temporelles. Cela rejoint la notion d’affordance évoquée au début, et les invites que l’action-perception engendre dans le rapport aux espaces-temps. Le jeu infini de l’intérieur et de l’extérieur dans une émergence des choses du monde, peut s’étendre avec la perception des résonances à l’œuvre dans la ville. Ces dernières alors se propagent comme des lignes flottantes selon les moments furtifs, qui se profilent et se glissent. Dans notre rapport aux lieux, le découpage et l’ouverture qu’ils induisent du côté du perçu, engendrent des espaces de communication inédits, sophistiqués, à la limite du visible aussi, entre les choses et les êtres présents dans leur relation ambiguë et vitale.

  • 45 Cf. Peter Sloterdjik, Écumes, Sphères III, Paris, Hachette Pluriel, 2006 (traduction).

40N’atteignons-nous pas à un régime ontologique qui serait celui d’une vacillation de l’être contemporain en ses « étants », question que pose le philosophe Peter Solterdjik45 ? Un régime de l’être-là-et-ailleurs en quelque sorte, ou le dasein serait déplacé. Certes je suis bien là mais aussi ailleurs, avec les voyages, les télécommunications, la mondialisation, les arts visuels et sensitifs. Être simultanément présent et absent comme nous l’avons dit. Les affects liés aux phénomènes apparaissant et disparaissant dans divers contextes évoqués, nous décalent indubitablement vers l’intime dans ce qu’il a de plus paradoxal, comme nous l’avons vu. Il me semble que les peintures de Edward Hopper aux Etats Unis dans les années 1920-30 avec ses paysages urbains, ou par exemple les toiles de Marc Desgrandchamps aujourd’hui en France, atteignent à une telle dimension incertaine, vague, qui fait toute leur beauté. Le jeu des transparences et des vibrations subtiles de leurs toiles, fait entrevoir et émerger des personnages esquissés dans des décors mélancoliques : des bars ou des chambres d’hôtel ouvertes sur la sidération de la ville chez Hopper ; ou bien des plages désertes, des parasols abandonnés, des corps féminins nus et alanguis, des arrière-saisons pleines de nuances, de semi transparences, chez Desgrandchamps.

  • 46 André du Bouchet, Dans la chaleur de l’été (1961) Paris, Gallimard/poésie, 1991, p. 90.

41L’extérieur intérieur dont je parle, je peux le vivre dans l’immersion paysagère notamment. Je me fonds dans le paysage environnant par un acte quasi phénoménologique et ontologique qui est celui des devenirs. Cette confusion vitale de mon être et des lieux m’affecte, me touche physiquement, mentalement, et je projette mon dedans au bord du dehors. Or la manifestation la plus évidente de ce basculement, de ce dedans-dehors, se produit dans l’espace vécu des climats naturels et culturels, cela renvoie à une cosmicité de nos actes et perceptions en cours. Le poète André du Bouchet écrit : « Comme l’air que cette clarté fend, dans l’obscurité de la chaleur »… Air, clarté, obscurité, chaleur, voilà bien la consistance du lieu et ce qu’il met en branle. Ou encore : « la lumière est un pli je la vois sans sombrer »46.

42Comme nous l’avons remarqué les coprésences à la fois chosales et humaines, s’effectuent dans des espaces incertains avec lesquels nous créons des modes d’être-là et d’autre-part, et de façon empirique par notre rapport à la ville et aux déplacements territoriaux. Le comportement des individus dans la rue des communications transversales (tout comme les circonvolutions étranges des corps de la danse contemporaine), interroge le contemporain notamment à travers le processus d’individuation et de subjectivation. L’identité ne peut se constituer qu’en interaction avec la société, même avec le retrait opéré par certains afin d’échapper aux contraintes parfois écrasantes du vivre-ensemble.

UNE SCÈNE SECRÈTE. ALTÉRITÉ DU MARCHEUR ET GUERRE DE L’IMAGINATION

  • 47 Peter Sloterdjik, op cit. p. 450.

43Finalement ne sommes-nous pas largement entrés dans un régime ontologique de l’être là et ailleurs ? On peut le constater partout : dans la ville, chez soi, dans le monde perturbé du travail, dans les liens familiaux éparpillés, dans les arts créatifs, dans les relations affectives et sexuelles, les déplacements, les communications… N’assistons-nous pas à une généralisation d’une modalité présence / absence dans notre façon de vivre ? Il s’agit de considérer les métamorphoses de l’espace d’une vie « suscitée par les découvertes de l’espace le plus extrême et de l’espace virtuel » (Sloterdijk)47. N’avons nous pas là une autre ontologie que celle du pur dasein heideggérien (être-là), qui n’affirme plus l’être dans son « entiéreté » au monde, dans une totalité, mais plutôt dans un va-et-vient entre présence et absence au monde, dans l’hétérogène ? Méfions-nous cependant des spéculations philosophiques rapides, trop affirmatives, et passons à un domaine empirique que je peux qualifier d’ontologie vacillante ou oscillante.

  • 48 Fabio La Rocca, La Ville dans tous ses états, Paris, Cnrs éditions, 2013, p. 280.
  • 49 Idem cf. chapitre « Spatialités techno-numériques ».
  • 50 Alain Milon, Cartes incertaines, Paris, Encre marine, 2013.
  • 51 Une thèse intéressante sur ce sujet a été soutenu par Frédérique Entrialgo, Locative média : la mi (...)

44J’évoquerai enfin des expériences phénoménales qui façonnent cette ontologie vacillante dont je parle et qui s’effectuent dans la ville : la télé-présence, le regard. Ces modalités d’être s’agencent dans l’environnement contemporain, et se situent d’une certaine façon comme au bord d’un dehors – dedans continu. Le sociologue Fabio La Rocca remarque que l’espace existentiel de la ville contemporaine est « reconfiguré par l’homme au travers des implantations technologiques permettant une modification de l’expérience d’habiter les lieux »48, ce qui permettrait une circulation des affects via la connexion en permanence49. Reprenons l’habitant dans la ville, avec son téléphone portable, Smartphones, ipods, tablettes, et autres outillages technos permettant le contact avec une extériorité abstraite ; répétons-le il est bien ici physiquement et il est ailleurs mentalement. Précisément n’est-il pas soudainement sur un seuil particulier où s’offrent plusieurs entrées ? Car pour être physiquement présent ici il faut l’être un tant soit peu mentalement aussi, dans l’espace urbain (ne serait-ce que pour marcher dans la rue et côtoyer les autres) ; et en se projetant technologiquement ailleurs par l’imaginaire quelque chose de notre corps est concerné (mais quoi ?). On voit que les choses se compliquent légèrement, et il s’agit d’interroger les contours d’une nouvelle géographie sensible prise en tension entre la physicalité terrienne si l’on peut dire, et les mises en orbite abstraites transterritoriales des télécommunications qui façonnent nos perceptions. Les « cartes incertaines » dont parle Alain Milon sont certes celles de l’imaginaire d’écrivains (Michaux, Artaud), d’essayistes (Peguy, Blanchot)), qui tendent vers la possibilité d’une désorientation, comme l’analyse rigoureusement cet auteur dans son essai50. Mais aujourd’hui ne faisons-nous pas l’apprentissage des lieux incertains à travers une désorientation qu’occasionne la pulvérisation de la limite entre le dedans et le dehors via les brouillages télé-médiatiques ? Pourtant des outils comme le Gps et autres boussoles électroniques, sont faits pour nous orienter, mais ce repérage reste essentiellement opérationnel sur les territoires ; il n’y a pas le traçage des contours, il n’y a pas vraiment la perception des environs, encore moins d’une atmosphère qui caractérise sensuellement un lieu. Certes des tentatives pour s’arracher au déterminisme technologique qui nous clôture dans une cartographie qui se veut rationnelle, sont opérées avec les « locative média » par exemple, mais seulement lorsqu’ils sont détournés par certains artistes afin de remarquer des parcours sensibles et indéterminés dans la ville, ceci à travers les dispositifs des médias portables51. On peut prêter attention effectivement à un phénomène qui fait basculer la posture autiste et abstraite de l’internaute prisonnier dans sa bulle, vers une expérience concrète de l’espace public où le corps est à nouveau en jeu avec d’autres corps réels et avec la respiration de l’espace matériel. Comme avec le corps du marcheur, ses émotions, ses sensations, ses mouvements, lorsqu’il travers les paysages et investit intimement les lieux.

  • 52 Michel de Certeau, op cit. p. 291.

45Il faut essayer d’apprécier et de penser la « scène secrète » du social, comme la désigne Michel de Certeau, et non pas en rester uniquement à la dimension structurale et politique des phénomènes même s’ils cela existe bien sûr. En effet à propos de la lecture, cet auteur note : « c’est constituer une scène secrète, lieu où l’on entre et d’où l’on sort à volonté, c’est créer des coins d’ombre et de nuit dans une existence soumise à la transparence technocratique »52. N’est-ce pas parfois (pas toujours) ce que l’on peut vivre avec la ville en ses multiplicités, comme nous l’avons vu ? Certes il y a bien un ordre dominant, urbanistique, économique, politique, mais par ailleurs il y a la réponse sociale des subjectivités, des expériences sensibles et des imaginaires des usagers qui « métaphorisent » les dispositifs en les faisant fonctionner autrement, sur un autre registre. Nous devons considérer la possibilité des réalités parallèles opérant dans un espace commun. Autrement dit ce qui échappe à la stratification des systèmes axiomatiques et qui est de l’ordre d’une opacité du monde et des images. Or cette opacité est vitale, il s’agit de rester autre à l’intérieur, une altérité secrète, presque invisible, que les approches structurelles, systémiques, politistes, négligent totalement en ne la comprenant même pas. Une autre scène se joue échappant aux rationalités restreintes, aux démarches axées sur les systèmes de pouvoir, sur les processus économiques, etc.

  • 53 Cf. Jean Max Noyer Op cité, p. 135 : « Les territoires se transforment, les espaces-temps, les hab (...)

46Non pas que celle-ci soit totalement détachée de ceux-là, mais il s’agit des modes existentiels qui permettent le battement des dedans et des dehors se perdant tout en se mélangeant. Ainsi en est-il des pratiques intermittentes de nos présences au monde urbain, avec l’expérience contemporaine de l’intime diffus. Ainsi en est-il de notre rapport aux reflets qui démultiplient les réalités perçues dans les espaces. Ainsi en est-il des immersions paradoxales des corps dans l’anonymat des grandes villes. Autant de zones d’indétermination, de nouveaux interstices, de frontières labiles, d’états perceptifs et de créativité spontanée53, qui se lovent dans un rapport à la ville, à travers des affects et des évènements émotionnels si infimes soient-ils.

  • 54 Antoine Picon, La ville des réseaux. Un imaginaire politique, Éditions Manucius, Paris, 2014, p. 3 (...)
  • 55 Giorgio Agamben, Enfance et histoire. Destruction de l’expérience et origine de l’histoire, Paris, (...)
  • 56 Tim Ingold, Marcher avec les dragons, Paris, éditions Zones sensibles, 2013 (traduction), p. 144.
  • 57 Idem cf. son chapitre « Bâtir, habiter, vivre. Comment hommes et animaux construisent-ils leur dem (...)

47Ne faut-il pas situer les enjeux de la ville émotionnelle comme je la nomme, dans une bataille du sensible et de l’imagination ? Dans la société de programmation, cette culture programmatique et d’évaluation de toutes choses, où est la possibilité de l’imagination qui s’articule aux rythmes de l’imprévu, de l’aléatoire, de la bifurcation, du flottement subjectif, au temps de la pensée rêveuse ? Comme celle du lecteur ou du spectateur dans son rapport à la fiction, qui dérive, voyage, nous déporte là où on ne s’attendait pas échouer ou résider. L’imagination nous pousse à déplacer les points de vue, à réinterpréter en fonction de critères non prévus, elle est donc le contraire de la programmation des choses. D’où l’enjeu qu’appréhende Antoine Picon pour lequel il existe de multiples imaginaires de la ville des réseaux, notamment celui des décideurs, des politiques, des concepteurs, et celui des usagers, des représentations collectives. Le danger pour cet auteur serait celui de « l’abolition possible de la différence entre l’imaginaire des concepteurs des réseaux et celui de leurs utilisateurs »54, d’où l’importance de pratiques alternatives qui échappent à la programmation qui a remplacé la planification des subjectivités. Or l’imagination est une expérience profondément mystérieuse, et elle a un lien avec l’enfance sans aucun doute, au sens où l’entend Giorgio Agamben lorsqu’il écrit « l’expérience est le mysterion qu’institue tout homme du fait qu’il a une enfance »55. Nous expérimentons l’imagination en effet, selon des modes sensibles que nous pouvons vivre dans les villes en leurs multiplicités environnantes. Ce sont tous les parcours, les pauses, les circonvolutions, les modalités des regards, les échanges sensibles, les corps en jeu, les constellations visuelles, les environnements sensitifs, qui fomentent mon imagination dans une turbulence quotidienne. Nous sommes bien dans des « arrangements optiques » (Gibson) avec des environs qui nous invitent à tel type d’interaction, et à déployer une imagination vagabonde. Il y a une indissociabilité entre la perception, l’action et l’imagination, tout se passe en même temps ou presque dans les expériences comme mysterion, c’est-à-dire les temporalités incertaines du vécu de la ville. Les corps en mouvement dans les espaces sont à l’origine de la perception, puisque l’organisme animal cherche à ajuster son comportement en percevant ce que son environnement offre de potentialités. Il y a donc une corrélation très profonde entre les virtualités spatiales et les déploiements des sensations perceptives. Il s’agit de prendre en compte la réalité des relations environnementales dans lesquelles nous sommes plongés, puisque nous découvrons les objets en nous déplaçant. L’anthropologue Tim Ingold remarque pertinemment qu’il y a une implication perceptuelle directe de sujets immergés, de fait « les environnements ne sont jamais entièrement achevés, leur création se poursuit indéfiniment, ils sont pour ainsi dire « inachevés » »56. Et la perception du marcheur aussi, elle n’est jamais parfaite, toujours lacunaire, fragmentaire, paradoxalement dans la corrélation du corps et des spatialités imprégnantes, résidentielles, autrement dit dans une co-création nature/culture. Il y a un bougé de la perception constitué par des passages et des ouvertures propres aux émotions éprouvées, et par un ensemble d’affordances, de contextes relationnels spécifiques où des formes surgissent57.

  • 58 Albert Piette, Anthropologie existentiale, Paris, Pétra, 2009, ou bien Fondements à une anthropolo (...)

48Cependant ce qui semble sans doute particulier à l’espèce humaine est qu’elle opère à la fois une liaison étroite et une échappée par l’imagination. L’anthropologue Albert Piette dans ses divers travaux58, montre que les hommes en tant que sujets actifs ont la capacité de combiner focalisation et distraction dans leur rapport à la situation présente et au lieu d’insertion où ils se trouvent. Ils échappent imaginairement au contexte tout en s’y insérant parfaitement. Il s’agit alors d’un fonctionnement cognitif assez complexe qui intègre de multiples données, dépassant l’interaction directe avec les autres personnes ou les objets techniques environnants, assimilant tous les autres éléments impondérables qui constituent une communication sensible, informelle (rêveries du moment, souvenirs, images surgissant, pensées décalées, désirs). N’est-ce pas aussi ce que nous vivons continuellement dans la cité qui offre la possibilité de glisser entre plusieurs lieux, ou entre plusieurs villes dans la ville ? Nous expérimentons cette oscillation entre une attention au lieu à travers une présence effective de soi, et une distraction ou une certaine absence de soi qui est une autre forme de présence après tout, à travers toutes les pensées vagabondes qui adviennent en marchant, en circulant dans les villes et les paysages. Précisément c’est là où l’imagination se joue dans l’action réinstaurant la ressource des déplacements signifiants, des détournements, des paradoxes, des distances, des espacements cognitifs et sensitifs, dans le moment même d’une focalisation au lieu. Ainsi le sensible comme expérience immédiate et physique de ce qui advient dans le topos, et l’imagination comme démultiplication scénographique du sujet cognitif, se lovent parfaitement jusqu’à leur indiscernabilité réciproque, comme on en fait l’expérience comme marcheur.

49Les mouvements d’individuation et de subjectivation s’articulent à la possibilité des mondes fluides que j’ai soulignée à travers des expériences in situ diverses de l’ici-ailleurs, qu’elles soient urbaines, artistiques, technologiques. Un tel environnement engendre un regard glissant, nomade, multi perceptif, où transite une énergie visuelle particulière à des spatialités temporelles mouvantes, changeantes. Le regard nomadise entre le perçu, l’aperçu et l’imperceptible, comme avec certaines expositions artistiques qui nous invitent à une telle balade du sensible. Un regard ambulant, pluriel, un nouveau mode visuel se forme dans la fugacité, la rapidité d’un coup d’œil, dans le glissement des surfaces du visible. Cependant qu’en est-il alors de la possibilité de poser le regard, qui est celle de la contemplation ? Cela revient à dire : qu’en est-il du sentiment de l’ici dans les pratiques du nomadisme techno-urbain cognitif ? D’où l’intérêt d’arrêter quelque peu le regard comme tentent de le faire des artistes vidéastes comme Bill Viola, Gary Hill, Eija-Liisa Ahtila, ou bien sûr des photographes comme Jeff Wall, Bernard Plossu, Nan Goldin, pour ne citer qu’eux parmi d’autres. Puisque le regard semble s’y constituer au contact d’un devenir imperceptible du monde, dans le sillage de sa propre limite et potentialité. Il y a tout un art de voir sans voir, comme il y a un art d’être là sans y être, ou d’être ailleurs en étant là. C’est bien ce qu’expérimente le marcheur contemporain dans la multiplicité des plans de présences visuelles, auditives, tactiles parfois. On découvre que le regard flotte entre la fugacité propre aux sollicitations de l’ailleurs et la persistance de la contemplation comme affect s’établissant dans un lieu, il serait à l’interstice entre la vitesse et la lenteur, entre le dessaisissement et la saisie, entre l’étranger et le familier.

  • 59 Félix Guattari, Qu’est ce que l’écosophie ?, Paris, éditions Lignes / Imec, 2014, p. 149 : « On pe (...)
  • 60 Idem p. 96.

50Assurément ce qui est alors interrogé c’est la production de la subjectivité59 comme la désigne Félix Guattari, puisque c’est elle qui oriente les sociétés à travers des agglomérations existentielles. En effet avec la dimension émotionnelle ce sont les affects qui se manifestent dans leur ambivalence. Je peux être affecté par ce qui m’entoure si je suis plus ou moins attentif et ouvert aux sensations éparses, mais j’affecte moi-même mon environnement en retour selon ma subjectivité particulière ou mon inconscient. Ce double jeu constitue le champ expérimental d’une affectologie, pourra-t-on dire, qui passe par les corps, où la subjectivité est collective aussi bien que singulière. La ville dans ses rapports d’imprégnation réciproques entre les corps mentaux et l’hétérogénéité des lieux, engendre une subjectivité urbaine particulière presque pour chaque cité dont nous faisons la connaissance habituelle ou sporadique, en se constituant comme autant de territoires existentiels. Dans la perspective d’une réappropriation du sensible dans les espaces corporels et incorporels, la ville en certaines situations et circonstances favorables peut permettre le déploiement de constellations ontologiques imprévues. Pour Guattari il s’agit de favoriser « la réappropriation processuelle de la production du monde »60 à travers une plasticité de la subjectivité collective, c’est-à-dire des sujets qui face ou en dehors des systèmes dominants de la réduction ontologique vont reconstruire la sensibilité à travers la poésie, la musique, la relation amoureuse, l’écriture, les expériences urbaines ou paysagères.

51La ville émotionnelle c’est la cité subjective et coexistentielle dans laquelle nous nous mouvons.

Notes

1 Jean Paul Sartre, Esquisse d’une théorie de l’émotion, Paris, Herman Lgf, 1995, p. 71.

2 Idem p. 109.

3 James J. Gibson, Approche écologique de la perception, Belvaux, Editions Dehors, 2014 (traduction)

4 Kevin Lynch, L’image de la cité, Paris, Dunod, 1971, P. 11 (traduction).

5 Georges Didi-Huberman, Essayer voir, Paris, Minuit, 2014, p. 70.

6 Idem p. 71.

7 Georges Bataille, La part maudite, cf. chapitres « Le sens de l’économie générale », et « Lois de l’économie générale », Paris, Minuit, 1967.

8 David Riesman, La foule solitaire, Paris, Arthaud, 1964 (traduction).

9 Félix Guattari, Qu’est-ce que l’écosophie ?, Paris, Lignes /Imec, 2013, cf. chapitre « Combattre le chaos », p. 103. L’auteur précise dans le même entretien : « Je pense qu’il est nécessaire de remonter à une ontologie pluraliste, stratifiée dans ses différentes lignes matérielles, énergétiques, représentationnelles ». Cf aussi tout le chapitre « Pratiques écosophiques et restauration de la cité subjective ».

10 Michel de Certeau, Arts de faire / L’invention du quotidien, Paris, Gallimard 10/18, 1980, cf. chapitre : « Lire : un braconnage / espaces de jeux et de ruses ».

11 Peter Handke, Essai sur la journée réussie, Paris, Gallimard coll. Arcades, 1994 (trad. française), p. 175-176

12 Alain Mons, « Le cinéma et l’expression de la vacance. Temps morts et ambivalence du ressenti » in ouvrage collectif L’Ennui (dirigé par G. Peylet), Bordeaux, PUB, coll. Eidôlon, 2013.

13 Peter Handke, Par une nuit obscure je sortis de ma maison, Paris, Gallimard, 2000 (trad. française), p. 15.

14 Vladimir Jankélévitch, Le-Je-ne-sais-quoi ou le Presque-rien, t. 1 La manière et l’occasion, Paris, Le Seuil, 1980.

15 Jean Luc Nançy, La Ville au loin, Paris, Éditions La Phocide, 2011, p. 73.

16 Alain Mons, « La force des fissures », in revue Sociétés n° 120, Ruines, Paris, De Boeck éditions, 2013.

17 François Laplantine, De tout petits liens, Mille et une nuits, Paris, 1994, p. 26-27.

18 Patrick Modiano, L’horizon, Paris, Gallimard Folio, 2010, p. 51.

19 Sur ce sujet cf. Patrick Modiano, Un pédigrée, Paris, Gallimard, 2005. Cet écrivain ayant eu une enfance tortueuse comme l’explicite ce récit autobiographique.

20 Cf. Alain Mons, Les Lieux du sensible, en particulier chapitre « Appartements, fissures », Paris, Cnrs éditions, 2013.

21 François Jullien, De l’intime, Paris, Grasset, 2013, p. 73

22 Philippe Grosos, Phénoménologie de l’intotalisable, Paris, Cerf, 2013, p. 50 : « Chez Heidegger comme chez Levinas, ce que doit être aujourd’hui la philosophie comprise comme phénoménologie se pense donc en opposition à une logique du système »

23 Sur cette exposition à La Villette 2011, cf. Alain Mons, « Braconnages visuels et hybridité de la rue. La création vidéo dehors dedans » in ouvrage collectif Les territoires et les organisations à l’épreuve de l’hybridation, Paris, Éditions de l’Aube (à paraître)

24 Expression de Anne Sauvagnargues, Deleuze et l’art, Paris, PUF, 2005, à propos d’une symptomatologie nietzschéenne p. 39

25 François Jullien, idem p. 210 : « entre-tenir l’intime, c’est-à-dire activer cet « entre » qui s’ouvre et se tient entre des sujets, les fait « tenir » également ».

26 Cf. Fabio Merlini, Schizotopies : Essai sur l’espace de la mobilisation, Paris, Cerf, 2013.

27 A ce sujet cf. Franck Cochoy et Christian Licoppe, « Présentation » in Réseaux n° 182, Le sujet et l’action à l’ère numérique, Paris, La Découverte, 2013.

28 Richard Béguin, « Mobilogénie du désastre » in Artpress2 n° 29 L’art dans le tout numérique, Paris, 2013 (dirigé par N. Hillaire).

29 Jean Max Noyer, « Notes pour une pragmatique de la perception » in Alain Mons, dir., La Transition du perçu (à l’ère des communications), Bordeaux, PUB, 2013.

30 Patrick Baudry, La ville, une impression sociale, Paris, Circé, 2012, p. 52.

31 Jacques Roubaud, Echanges de la lumière, Paris, éditions Métaillé, 1990. L’auteur écrit p. 59 : « La lumière est la première forme corporelle. Ce ne sont pas les objets mais les formes qui sont lumière » et « c’est elle qui fait naître les images, par sa seule présence ».

32 Jean Clet Martin, Polyvers, essai sur la fin du monde, Paris, PUF, p. 18.

33 Idem p. 19.

34 Jean Luc Nançy, Op cité p. 81.

35 Walter Benjamin, Le Livre des passages, Paris Capitale du XIXe siècle, Paris, Cerf, 1989, p. 552 (traduction).

36 Idem.

37 Ibidem p. 558.

38 Philippe Jaccottet, Cahier de verdure, Paris, Gallimard/poésie, 1994, p. 190.

39 Louis Marin, De l’entretien, cf. chapitre « De l’opacité », Paris, Minuit, 1997, p 66 : « ce qui dans la représentation l’ouvre sur son en-deçà ou son au-delà : opacité, en bref, désignerait dans la représentation tout ce qui déjoue sa transparence aux choses, au monde, à l’être qu’elle re-présente au regard ».

40 Jacinto Lageira, « James Turrel, le devenir perceptuel » in Alexandre Castant, dir., Imagodrome : les images mentales dans l’art contemporain, Bourges, Monographik, École nationale supérieure d’art, 2010..

41 Cf. Alain Mons, « La force des fissures », in Ruines, Sociétés n° 120, Paris, De Boeck, juin 2013..

42 François Laplantine, Quand le moi devient autre, Paris, Cnrs éditions, 2012, p. 100..

43 Maurice Blanchot, L’entretien infini, cf. Chapitre « La parole quotidienne », Paris, Gallimard, 1969.

44 Anne Cauquelin, Le site et le paysage, Paris, PUF, 2002.

45 Cf. Peter Sloterdjik, Écumes, Sphères III, Paris, Hachette Pluriel, 2006 (traduction).

46 André du Bouchet, Dans la chaleur de l’été (1961) Paris, Gallimard/poésie, 1991, p. 90.

47 Peter Sloterdjik, op cit. p. 450.

48 Fabio La Rocca, La Ville dans tous ses états, Paris, Cnrs éditions, 2013, p. 280.

49 Idem cf. chapitre « Spatialités techno-numériques ».

50 Alain Milon, Cartes incertaines, Paris, Encre marine, 2013.

51 Une thèse intéressante sur ce sujet a été soutenu par Frédérique Entrialgo, Locative média : la mise en œuvre artistique des technologies de géolocalisation, Université de Nice, 2012, sous la direction de Norbert Hillaire.

52 Michel de Certeau, op cit. p. 291.

53 Cf. Jean Max Noyer Op cité, p. 135 : « Les territoires se transforment, les espaces-temps, les habitats se creusent et avec eux les rapports de vitesse et de lenteur, les substances d’expression se différencient de nouvelles se créent ».

54 Antoine Picon, La ville des réseaux. Un imaginaire politique, Éditions Manucius, Paris, 2014, p. 33.

55 Giorgio Agamben, Enfance et histoire. Destruction de l’expérience et origine de l’histoire, Paris, Payot, 1989, et l’auteur précise p. 66 : « Ce mystère n’engage pas l’homme au silence ni à une mystique de l’ineffable, mais le voue au contraire à la parole et à la vérité ».

56 Tim Ingold, Marcher avec les dragons, Paris, éditions Zones sensibles, 2013 (traduction), p. 144.

57 Idem cf. son chapitre « Bâtir, habiter, vivre. Comment hommes et animaux construisent-ils leur demeure dans le monde ? ».

58 Albert Piette, Anthropologie existentiale, Paris, Pétra, 2009, ou bien Fondements à une anthropologie des hommes, Paris, Hermann, 2011, dans cet ouvrage p. 138 : « La présence interactionnellement pertinente est nécessairement doublée d’une dimension dégagée, relâchée et fluide, par la présence à côté d’êtres et d’objets qui sont des repères et des indices ».

59 Félix Guattari, Qu’est ce que l’écosophie ?, Paris, éditions Lignes / Imec, 2014, p. 149 : « On peut se demander si ça n’a pas été toujours l’objectif de toutes les sociétés de produire de la subjectivité, les productions matérielles n’étant que des médiations vers cette maîtrise de la production de subjectivité ».

60 Idem p. 96.

© Presses des Mines, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search