Version classiqueVersion mobile

Devenirs urbains

 | 
Maryse Carmes
, 
Jean-Max Noyer

La ville intelligente racontée par ses chefs de projets : Rennes Métropole

Maryse Carmes

Résumé

Ce texte présente plusieurs dispositifs mis en œuvre par « Rennes Métropole » et prenant appui sur un écosystème de l’innovation numérique particulièrement dynamique. Parmi la multiplicité des expérimentations menées, on s’intéresse premièrement aux modalités de participation des habitants à l’aménagement urbain. On s’intéresse ensuite à l’émergence de la 3D et des pratiques de modélisation des flux. Enfin l’Open data Rennais est décrit. On analyse en particulier ses relations avec le pilotage des politiques publiques. Ce faisant se dessine une réflexion sur l’évolution des gouvernances urbaines.

Texte intégral

RENCONTRE AVEC BERNADETTE KESSLER ET NORBERT FRIANT

  • 1 Communauté d’agglomération regroupant 43 communes, Rennes Métropole compte aujourd’hui 425 745 hab (...)
  • 2 Il s’agit non seulement de démocratiser la fabrication numérique, mais aussi de créer des conditio (...)

1(Bernadette Kessler, responsable du Service Innovation Numérique et Norbert Friant, responsable du Service Aménagement et Usages du Numérique) À l’image d’une terre bretonne dont l’identité contemporaine est inséparable de l’innovation technologique, la ville de Rennes et sa métropole1 font figure, dans le domaine des TIC et du numérique, de collectivités très entreprenantes. Pionnière de l’Open data public en France, Rennes est également labellisée « territoire leader du sans contact mobile » : elle bénéficie de fonds débloqués par l’État pour développer les technologies et services NFC. En 2013, le Labfab de Rennes et son réseau de onze espaces publics numériques disséminés en plusieurs quartiers (équipés d’imprimantes 3D et de kits électroniques) ont fait partie des 14 projets d’innovation retenus au niveau national (sur les 154 reçus par le gouvernement)2. Nous avons souhaité témoigner du cas de cette ville où « vivre en intelligence » est certes une signature, mais surtout, où s’exprime un fort couplage entre le milieu numérique et une réflexion sur la gouvernance urbaine, que celle-ci concerne la gestion des transports, la construction et l’urbanisme, l’environnement, l’énergie ou la culture. On s’intéresse particulièrement ici aux modalités de participation des habitants à l’aménagement urbain et au rôle de la 3D dans ce domaine, ainsi qu’à la question de l’Open data à travers ses relations avec le pilotage des politiques publiques.

L’’INNOVATION NUMERIQUE ET LES POLITIQUES URBAINES

  • 3 Effectif actuel : 6 personnes.

2Faisant partie de la Direction générale de la communication, le « service innovation numérique »3 est issu du déplacement opéré lors des dix dernières années de la communication web (le focus était alors sur le site Internet et la création de services interactifs pour les habitants) à une perspective plus large : penser le numérique dans le cadre d’une approche transversale de l’évolution des formes urbaines, des modes d’animation, de développement et de pilotage du territoire. En collaboration étroite avec le service Aménagement et usages du numérique notamment, il s’agit de développer l’expérimentation de nouvelles applications mobiles, l’exploitation des données ouvertes, ou encore la cartographie, et d’assurer la pérennité, le déploiement de celles retenues. Ces pratiques travaillent à redéfinir et à explorer des domaines très divers, tels que la mobilité, l’aménagement urbain, la culture, la gestion des déchets, les services aux habitants, etc. Pour ce faire, sont mis en œuvre des dispositifs alliant des relais associatifs et des habitants, des entreprises privées et des développeurs, et bien sûr, plusieurs services et sphères de compétences de Rennes Métropole. En effet, la démarche d’innovation et les problèmes portés par ces sujets imposant des coopérations transversales., le service innovation numérique travaille par exemple avec :

  • le service Système d’Information Géographique (pour la cartographie, la 3D et l’Open data)
  • le service Aménagement et usages du numérique de Rennes Métropole (pour l’accès au haut et très haut débit, les labfabs, l’urbanisme participatif, etc.) ;
  • la direction du développement économique (pour les applications open data, les expérimentations…) ;
  • la direction des transports et de l’aménagement urbain (pour les nouveaux usages, la médiation et la consultation des habitants…).
  • 4 À l’échelle de la Bretagne et avec d’autres collectivités, le projet NFC régional nommé « Korrigo (...)
  • 5 La ville de Rennes est classée parmi les 148 communes considérées comme très denses par l’autorité (...)
  • 6 Voir à ce sujet, le plan smart grids en Bretagne, les acteurs et projets : http://www.invest-inbre (...)

3Les coopérations avec les autres instances territoriales sont bien sûr incontournables mais, selon le sujet, elles sont plus ou moins accentuées : encore peu développées sur ce qui pourrait préfigurer une réflexion régionale sur l’Open data, elles sont en revanche renforcées pour des projets tels que KorrigoServices/NFC4, qui a pour but d’obtenir un niveau d’interopérabilité des transports et des services à l’échelle du territoire régional. En matière de très haut débit, le déploiement de ce dernier fait l’objet d’un programme d’investissements piloté par la région Bretagne (à noter que depuis 2000 sur Rennes Métropole, le raccordement en fibre optique est déjà initié)5 . La question de la transition énergétique et des smart grids est également travaillée à divers niveaux d’échelle de compétences6. Les synergies territoriales s’expriment encore depuis plusieurs années par le dynamisme des instances de développement économique et de l’innovation (la Technopole Rennes Atalante, l’agence régionale Bretagne Développement Innovation, le Pôle Image & Réseaux, etc.) et à travers la volonté affirmée d’un soutien aux entreprises technologiques présentes sur le territoire.

4Déjà systématisées, les collaborations avec la recherche universitaire sont encore amenées à se développer à la faveur de la création de l’Institut de Recherche Technologique B-Com, dont le campus rennais sera opérationnel à la fin 2014. Jusqu’à présent, le programme Open data de Rennes Métropole n’a pas de relations directes avec les pôles de l’IRT (immersion, réseaux, santé) mais la réflexion sur la stratégie de développement du numérique pour les prochaines années inclut une recherche de convergence avec ceux-ci. De même, afin d’envisager de nouvelles évolutions des usages de la 3D dans la conception et le pilotage urbain, Rennes Métropole participe à un partenariat franco-québécois, associant la ville de Québec, l’Université Laval, l’Université Rennes 2, l’Itis, les entreprises Trifide et Archividéo. Les questions portent notamment sur la représentation d’un projet (typologie du bâti, espace public, ambiance, temps du projet) ; l’évaluation des dispositifs de médiation urbaine ; l’immersif : sa valeur ajoutée, les technologies.

5Quant à la participation des habitants aux projets urbains, elle prend, selon les sujets et les objectifs, de multiples formes : interactions sur un site Internet ou des réseaux sociaux (les wikis de quartiers à Rennes jouent un rôle social important mais servent aussi à la consultation collective)7, concertation et débat publics (événements concernant l’ensemble de la ville ou seulement certains quartiers, ateliers participatifs), mises en situation de tests, expérimentation collective, crowdsourcing (enrichissement collectif des informations-données). En concevant des lieux de rencontres et des espaces numériques d’échanges, Rennes Métropole insiste sur la nécessité de favoriser les rencontres et la confrontation des points de vue entre « les non experts et les experts », citoyens et professionnels de l’urbanisme, de l’aménagement. À maintes reprises, cette hybridation a non seulement répondu à un impératif démocratique, mais surtout a favorisé l’exploration de nouvelles hypothèses. On pense en particulier à la définition de la ligne B du métro rennais ou au travail des ateliers urbains mis en place pour la requalification des quartiers classés en ZUS (Le Blosne). Par ailleurs, l’explicitation et la médiation ainsi facilitées permettent de réduire les peurs, de transformer certains jugements et de dépasser des lieux communs. » Vivre en intelligence » pour Rennes, c’est surtout « vivre en bonne intelligence », être attentif à la qualité de vie et aux avis de l’autre. C’est donc aussi favoriser la rencontre des « savoirs » (experts et profanes) et offrir les moyens aux habitants d’avoir une plus grande prise sur leur environnement.

L’URBANISME PARTICIPATIF : DE LA 3D À LA MODÉLISATION DES FLUX

6Fin 2013, Rennes Métropole et Dassault Systèmes ont créé un partenariat autour du projet 3DEXPERIENCITY, une plate-forme collaborative dédiée à la conception de la ville. Ce projet fait suite à la récente acquisition par Dassault Systèmes de la société Archivideo, partenaire historique de Rennes Métropole dans le domaine de la 3D et de la médiation citoyenne. Pour expliquer cette prise de décision, plusieurs démarches initiées depuis une dizaine d’années sont à rappeler. En effet, la modélisation 3D, la réalité augmentée, les approches immersives, etc. sont loin d’être nouvelles à Rennes. Ces approches sont mobilisées au sein de nombreux dispositifs de soutien à l’action publique.

  • 8 Projet City Vision : 38 000 images de bâtiments étaient exploitées. Ces derniers étaient décrits p (...)

7Archivideo est une entreprise de la région rennaise, spécialisée dans la modélisation 3D des villes (220 villes modélisées dont Paris, Londres, Berlin, Madrid, etc.). Celle-ci avait déjà effectué en 1999 une modélisation numérique de la ville de Rennes (qui fut ainsi parmi les premières villes dans le monde à réaliser ce type de démarche)8. Elle s’adressait davantage aux architectes, mais une seconde réalisation, cette fois à vocation plus culturelle et tournée vers les habitants, a vu le jour rapidement en 2000 : « De Condate à Rennes ». Diffusée pendant 5 ans sur support CD-Rom, l’application, aujourd’hui disponible sur Internet et en version mobile, offre une vue d’ensemble de l’évolution de la ville depuis le plan Gabriel de reconstruction de Rennes après l’incendie de 1720 jusqu’à la période contemporaine (données actualisées à partir des permis de construire).

8Aujourd’hui, les usages de cette application vont des visites guidées de la ville (ou augmentées d’informations via les smartphones) aux échanges et enrichissements de la part des habitants, en passant par des approches immersives9. La 3D fait partie intégrante de la démarche de médiation urbaine et des ateliers participatifs régulièrement organisés à Rennes : elle facilite la compréhension des évolutions prévues sur un quartier et la présentation des propositions des habitants.

9Par ailleurs, le plan interactif de Rennes Métropole, « GeoRennes Métropole », piloté par le service SIG et la direction de la Communication, propose depuis 201110 une recherche et une visualisation géolocalisée (y compris avec des vues aériennes) de milliers de services publics, aménagements et organismes. Cette démarche illustre la convergence des systèmes d’information géographique et du Web (le géoweb) qui autorise le grand public à consulter les cartographies mais aussi à y contribuer sous diverses formes. Un site spécifique est dédié aux perturbations de trafic et aux travaux en ville. Grâce au site circulation.rennesmetropole.fr, de nombreuses sources d’informations dispersées dans les différents services de la Ville de Rennes et de Rennes Métropole ont été rassemblées et traitées de manière à alimenter un unique point d’information. La cartographie en ligne constitue une des briques du dispositif d’exploitation des données qui se décline également en 3D, à l’instar de « RM3D »11 où l’on peut, en plus des couches d’informations géographiques utilisées sur la carte 2D, visualiser également les projets urbains à venir et les ZAC en construction. En outre, l’application mobile « Instants-cités » permet l’enrichissement iconographique directement par les habitants. On trouve actuellement sur RM3D, un nombre relativement modeste de photos (un peu plus d’une centaine) : photos de quartier, de façades ou encore de paysages urbains. Le pur plaisir de partager une vision personnelle de la ville « voici ma maison, mon immeuble ou ce que je vois de ma fenêtre » est la motivation première des contributeurs auxquels l’occasion est ainsi donnée de regarder leur environnement avec fierté, sens critique et parfois émotion.

10En ce qui concerne l’urbanisme, à Rennes, les sujets ne manquent pas : construction de la deuxième ligne de métro, aménagement de nouveaux quartiers, création d’Euro Rennes autour de la gare par exemple. La modélisation constitue aujourd’hui une vraie valeur ajoutée pour les techniciens qui auparavant devaient se contenter d’un plan de masse pour faire la pédagogie d’un projet d’urbanisme ou d’architecture : la 3D leur permet de projeter les réalisations dans leur environnement futur, de présenter plusieurs hypothèses d’un même projet et de susciter les réactions (la présence d’un médiateur est souvent essentielle). « La caravane des quartiers » par exemple est une « médiation numérique localisée » : dans ces réunions, la modélisation 3D permet aux élus ou à l’équipe technique de commenter le projet d’aménagement, de susciter des échanges à partir de la présentation modélisée de l’évolution passée ou future. Elle incite à la prise de parole. Mais en complément de tous ces dispositifs et applications permanentes, la stratégie de Rennes est également de favoriser un ensemble d’expérimentations ponctuelles. Le tableau ci-dessous en présente une sélection qui, liant urbanisme participatif et modélisation numérique, s’inscrit dans une logique de concertation « augmentée ».

11Si, dans l’ensemble, chacun des cas confirme la pertinence du recours à la modélisation 3D dans les processus de conception de l’urbain, il persiste certaines difficultés et interrogations. Ainsi, représenter en 3D une idée, traduire un concept « de quartier », ne va pas de soi (multiplicité des interprétations possibles des suggestions d’habitants, tâtonnements, prise en compte nécessaire de la multi-dimensionnalité des contraintes). De même, la promesse de concertation et de co-construction implique évidemment que celles-ci puissent être véritablement exploitées et que l’on soit capable d’en rendre compte.

ZAC La Courrouze (2009) : se visualiser et se projeter dans l’opération d’aménagement achevée

12La mise en œuvre du projet 3DEXPERIENCITY pourrait se présenter comme une synthèse et un prolongement incrémental des démarches précédentes : cette nouvelle modélisation en 3D de l’agglomération rennaise constituera le socle d’une plate-forme où pourront intervenir l’ensemble des acteurs de l’aménagement et de la vie du territoire (construction, rénovation, gestion de l’énergie, de l’eau, de la mobilité…) ainsi que les habitants. Il incarne cette volonté d’intégration étendue des rennais dans les choix d’aménagement urbain et peut contribuer à une dynamique d’innovation collective, d’enrichissement des connaissances en autorisant l’actualisation distribuée des données (plusieurs fonctionnalités interactives prévues). Il vise également une optimisation des modes de gestion des projets en facilitant l’intégration des contraintes et dimensions multiples. Du point de vue R & D, se pose la question de l’application à une ville d’approches immersives et de simulations complexes (mise en situation du piéton, représentation des flux). La première phase du projet est consacrée au développement technologique du dispositif (un an) et la seconde, à l’expérimentation (période 2015-2018). Toutes ces approches constituent non seulement un dispositif d’interpellation et de communication très efficace, en réponse à une perplexité souvent exprimée par les citoyens, mais aussi un moyen d’explicitation qui s’affranchit de présentations trop techniques. La contextualisation, la visualisation des évolutions, la projection de l’habitant dans cet environnement, les possibilités de manipulations, etc. déjà expérimentées depuis plusieurs années à Rennes, sont donc amenées à se développer encore sous des formes inédites.

  • 12 Organisé en partenariat avec Rennes Métropole, Orange et l’Institut d’aménagement et d’urbanisme d (...)

13Parmi celles-ci, le mouvement de convergence initié entre « digitalisationmodélisation de l’espace » et « données massives « interroge une autre face de la participation des habitants à la conception urbaine. Dans le cas de Rennes, c’est le dispositif « Empreinte de mouvement »12 qui retient l’attention. À l’instar de Brest (selon d’autres modalités), l’objectif est d’accroître la connaissance des aménageurs et urbanistes de la ville sur les déplacements des habitants à partir de l’exploitation des données de géolocalisation d’un opérateur de téléphonie mobile (en l’occurrence Orange qui avait initié la démarche auprès de Rennes Métropole). La proposition qui est faite aux habitants est de contribuer à l’aménagement futur de leur quartier en permettant, via l’accord de chacun, une meilleure connaissance des déplacements. Comme le souligne, N. Friant, « il fallait que l’habitant donne en retour un peu de lui-même ». Les résultats ont servi en février 2014 à organiser un dialogue entre urbanistes et habitants.

14Six conditions ont présidé à cette mise en œuvre : le volontariat des habitants, l’anonymisation des données, la possibilité de suspendre à tout moment sa géolocalisation, l’encadrement juridique, la non commercialisation des données et la restitution des résultats non seulement aux directions de la ville de Rennes mais encore aux habitants eux-mêmes. Expérimenté sur un quartier et malgré ces précautions, les partenaires n’ont néanmoins réussi à convaincre qu’une quarantaine d’habitants à « laisser leurs empreintes13 . Les données de déplacements des habitants, leur durée, les lieux dans la ville, ont été récoltées pendant 5 semaines. Le panel final n’a pas permis d’assurer une représentativité de la population mais, cumulées, ces informations permettent de visualiser sur une carte numérique les déplacements et les cheminements de ces volontaires au cœur de leur quartier et dans la ville. « Pour les urbanistes, explique Gilbert Gaultier, directeur de l’Institut d’aménagement et d’urbanisme de Rennes (IAUR), c’est indispensable d’avoir des cartes des mouvements de personnes. » Cela permet par exemple de savoir quels équipements commerciaux, culturels, de loisirs ou autres sont utilisés, comment et à quel moment de la journée ou de la semaine, quels sont les parcours de déplacements, etc. À l’avenir les urbanistes peuvent même envisager de croiser des données de déplacements avec des données socio-démographiques (populations scolaires, personnes âgées, etc.), des événements (festivals, marchés), ou encore la météo.

15Concrètement, les volontaires devaient télécharger l’application Orange (application qui est depuis proposée à d’autres collectivités, puisque cette expérimentation permettait pour le prestataire de réaliser le premier test sur un groupe d’habitants). Ne fonctionnant qu’à partir d’un mobile allumé, la captation des données fonctionne 7j/7 et 24h/24. La précision fut le plus souvent de l’ordre de la dizaine de mètres afin de pouvoir repérer les différents centres d’intérêt dans Rennes (lieux culturels, parcs, stations de métro, etc.). Un déplacement hors de Rennes ou au sein d’un même immeuble (déplacement vertical) n’apparait pas14. Un premier type de carte donne une vision de « l’empreinte collective du quartier »15 :

Figure 1 : exemple de modélisation à partir de données collectives

16Un second type de carte donne une vision de « l’empreinte individuelle » :16

17Chaque participant peut visualiser son empreinte individuelle sur un site Internet sécurisé et protégé par un identifiant (numéro de mobile) et un mot de passe crypté. Seul le participant a accès à sa propre empreinte. Le temps choisi comme épaisseur donne à voir en volume la topologie des mouvements de l’habitant. « La zone de vie prend forme ». Il pourra obtenir une adresse simplifiée et non sécurisée, s’il souhaite partager son empreinte sur les réseaux sociaux.

18En dehors des premiers enseignements méthodologiques tirés par les aménageurs de Rennes, N. Friant souligne que cette expérience a aussi été l’occasion d’initier une réflexion avec les habitants sur la protection des données personnelles et sur les responsabilités de Rennes sur ce sujet. Du point de vue des modalités de gestion des actions, elle témoigne du mouvement d’hybridation des données » ouvertes » (publiées par une collectivité à des fins de ré-emploi), des données captées (ici, des traces mémorisées à partir des mobiles), distribuées (collectivement produites et actualisées), des données d’entreprises privées/d’entités publiques.

Figure 2 : exemple de modélisation à partir de données individuelles

L’OPEN DATA DANS LES PROCESSUS DE PILOTAGE DE L’ACTION PUBLIQUE

19Première collectivité française à prendre cette initiative, Rennes a ouvert en 2010 ses données : le vélo en libre service, les données du guide « Vivre à Rennes », les horaires du métro et des bus, les données du SIG. En 2014, Rennes Métropole met à disposition 173 jeux de données sur sa plate-forme Open data.17

20Le tableau ci-après présente un premier ensemble d’indicateurs qui décrivent « l’activité » du dispositif Open data.

21Activité de la plate-forme

22Activité liée aux applications

23Exemples d’applications actives réalisées à partir des données ouvertes de Rennes :

24- « Handimap.org »

25Conçu par B. Gervais et G. Morin (particuliers résidant à Rennes), ce service permet de calculer des itinéraires accessibles aux personnes à mobilité réduite et d’afficher différents points d’intérêts liés à l’accessibilité. Handimap.org est soutenu par le programme open data de Rennes et est décliné en version mobile. Primée par le concours rennais, l’application Handimap a été également lauréate de l’appel à projet de la Ville de Montpellier en 2012 et est en cours de déploiement à Nice. De nombreuses collectivités sont intéressées par cette application dont la prochaine version comportera des outils de remontée d’information par les utilisateurs. L’application enregistre 800 à 1 000 utilisateurs réguliers.

26- « Rengo »

27Application pour Iphone développée par B. Deldicque (entreprise de Strasbourg), dédiée à la mobilité (Bus, métro, train, vélos mais aussi parking et autopartage). Elle utilise les données temps réel. Cette application développée à l’occasion du concours est maintenant développée aussi pour Nantes, Bordeaux, Saône et Loire, Strasbourg et la région PACA.

28- « Transports Rennes »

29Il s’agit d’une application mobile Androïd (développée par Y. Bonnel, particulier de Rennes). « Transport Rennes » est la première application issue de l’ouverture des données du réseau STAR et disponible pour Androïd. Elle est très complète sur les horaires (Temps réel) et équipements bus, métro et vélo. C’est la plus populaire des applications androïd tagguée Rennes : 537 avis et classement dans la catégorie de 10 000 – 50 000 installations (chiffres fin 2013).

30- « Qui sommes-nous ? »

31Data Visualisation des données sociodémographiques de Rennes Métropole. Cette application innovante réalisée par la jeune société Dataveyes, pour le compte de Rennes Métropole à l’occasion de Vivacités en 2012, permet de façon interactive et dynamique de donner du sens aux données démographiques brutes issues du recensement de 2009 (données INSEE). Cette application sera mise à jour et augmentée de nouveaux indicateurs au premier semestre 201418.

32- « Rennes ondes »

33Conçue par la Ville de Rennes, cette application unique en France permet de visualiser sur une carte les mesures de rayonnement des ondes électro magnétiques à Rennes et l’emplacement des antennes relais. Ces données ont été ouvertes en 2012 sur le portail Open data, et sont déclinées sur le web et sur mobile (iPhone et Android).

  • 19 En faisait aussi parti, Hugues Aubin toujours très actif dans l’écosystème d’innovation de Rennes (...)

34Quelles sont les conditions qui ont présidé au développement de l’Open data à Rennes ? L’expérience de Rennes montre l’importance du rôle tenu par deux ou trois personnes de la collectivité à forte capacité mobilisatrice19, et de la dynamique qui s’est établie à partir de l’adhésion rapide de dirigeants de services clés (service du Système d’Information Géographique, Transports, Affaires financières).

  • 20 L’entreprise Keolis est liée par une délégation de service public à Rennes Métropole et à ce titre (...)

35En ce qui concerne les données relatives à la mobilité, la démarche fut facilitée par l’existence d’un partenaire privé prêt à s’engager dans des expérimentations sans présumer des résultats. Ainsi, si le Directeur Général de KeolisRennes ne s’était pas engagé personnellement dans la démarche, il est fort probable, selon B. Kessler, que Rennes serait encore en train d’attendre l’ouverture de ces données transports, comme c’est le cas dans d’autres collectivités20. De son côté, N. Friant indique que dès 2008 cette idée avait été formulée par la ville de Rennes : le dispositif de capture ainsi envisagé prenait la forme de boitiers placés dans les arrêts de bus, sorte de « fontaine à données » branchée sur les usages. En ce qui concerne Keolis, le contrat et la délibération ont été établis en 2009. Ceux-ci portaient sur un premier jeu de données qui permettait à la fois l’élargir le cercle d’intéressement des entités administratives et de tester la démarche sur des données à moindre risque : N. Friant aime ainsi à rappeler, que la « brèche » (dans le mur de protection entourant les données de la ville) fut ouverte par les données relatives aux vélos en libre service.

36Nonobstant, l’extension de l’Open data à d’autres services mobilise du temps et implique une solide construction de l’argument. Par rapport aux gestionnaires de données., B. Kessler précise que « la difficulté principale relevait en premier lieu d’une méconnaissance de ce qu’est l’ouverture des donnée, de ce que cela pouvait apporter aux services. Ma stratégie a été très pédagogique : explications de la loi, des conditions d’ouverture. Proposer de réfléchir sur ce que peut apporter l’open data aux services eux-mêmes et surtout traiter la crainte principale des services quant à un « mésusage » des données une fois ouvertes risquent d’être mal employées) ».

37Par ailleurs, l’écosystème de Rennes est caractérisé par un effort important porté sur l’animation de l’Open data, à savoir sur la collaboration avec les milieux de la création (Beaux Arts de Rennes) et de la vie sociale, mais surtoutavec les divers acteurs que sont les développeurs, les centres de recherche éventuellement intéressés. « Le concours lancé en 2010 a permis de révéler un écosystème sur Rennes et de développer des communautés sur le sujet », précise N. Friant. Toutefois, si le concours apparaît comme un dispositif efficace d’initialisation, d’amorçage du mouvement, cette approche, compte tenu de l’investissement financier et du temps qu’elle requiert, ne peut être que très ponctuelle. Penser d’autres modalités de soutien à l’innovation est un impératif pour B. Kessler :

« Le problème vient surtout de la difficulté pour une collectivité à vraiment soutenir les services créés à cette occasion. Le code des marchés publics et les dispositifs juridiques ne sont pas adaptés à ces nouvelles collaborations public/privé sans parler des applis réalisées par des particuliers sans structure officielle. On a vu fleurir depuis un peu partout en France, divers systèmes d’incitation : hackathon, open data camp ou appels à projet permanents mais jusqu’à maintenant aucun dispositif ne s’est montré vraiment convainquant pour assurer la pérennité des services et la valorisation économique de l’open data. »

  • 21 L’heure n’est pas pour l’instant à un Open data breton, mais des synergies régionales peuvent à te (...)
  • 22 Réunissant des développeurs, journalistes et graphistes, le collectif s’est donné comme objectif « (...)
  • 23 Voir l’enquête du Grico, « les collectivités numériques vues par leurs agents », 2012, http://www. (...)

38L’enjeu consisterait à passer en mode projets afin de renforcer cette dynamique et la pérenniser. Cela implique un investissement sur le terrain, une logique de proximité21. Parmi les partenaires mobilisés, la Cantine numérique rennaise, tiers lieu très impliqué dans l’open data rennais, et, plus récemment, le collectif Open data Rennes22 sont de ceux qui tentent d’élargir le « public » de l’Open data. En effet, comme le souligne B.Kessler, « les rencontres organisées autour de l’open data fédèrent surtout, pour l’instant, des gestionnaires et des ré-utilisateurs aux profils techniques ». Ici comme ailleurs, l’OD peine à sortir de ce cercle restreint et à intéresser une large partie des habitants (ainsi que des agents23), et face à ce constat, elle insiste sur la nécessité « de sortir l’OD de son périmètre d’intérêt actuel et de le mettre en discussion ». L’Open data ne devrait pas être enfermé dans une problématique exclusivement technique (et de traitement des données/documents) puisque qu’il s’agit en premier lieu, pour les responsables bretons, d’un sujet politique et social. Là se trouvent sa justification et la condition d’un processus d’intéressement bien plus vaste. Ils souhaitent que le spectre de questionnements plutôt centrés « développeurs » (« quels sont les formats de la base ? les licences de ré-exploitation ? ») laisse une plus grande place au thème des usages et des transformations (qui pourraient concernées les modes de vie à Rennes, les modes de gestion de la ville par l’administration et ses partenaires), bref, que la création de valeur pour l’action publique et les rennais soit au cœur de la perspective, qu’elle soit une finalité partagée par les acteurs. L’initiative dénommée « infolab », un lieu ouvert à tous « pour « rendre populaire le travail de la donnée », s’inscrit pour N. Friant dans ce cadre : faire connaître les possibilités d’usages des données et accompagner les personnes dans l’usages qui peut être fait de ces dernières, ou encore de tout autre service numérique de la ville.

  • 24 En décembre 2013, l’OD de Rennes Métropole a opté pour une licence ODbL (Open dataBase License) : (...)

39Cela implique encore que la démarche d’ouverture des données publiques ne soit pas non plus limitée à une simple diffusion de données (« l’objectif de transparence est évidemment important mais il ne suffit pas » nous dit B. Kessler), le processus d’innovation potentiellement associé à l’OD étant ici conditionné par la ré-exploitation, la richesse et la multiplicité des formes de celle-ci. Le cas de l’information budgétaire est à ce titre exemplaire de certaines limites actuelles : « diffuser les données brutes du budget voté par une ville est assez simple et fait partie des fichiers les plus téléchargés. Or, on ne connaît rien des personnes qui le téléchargent. » A ce titre, le type de licence24 et les modalités de téléchargement choisies par la collectivité ont un impact sur la connaissance des usagers : à Rennes, aucune identification n’est requise pour le téléchargement et l’inscription dans l’espace développeur. Cette condition (un peu plus discutée maintenant) a été longtemps perçue comme un levier de développement de l’Open data . Selon Rennes Métropole, les dimensions organisationnelles et les subjectivités attachées à « la maîtrise » sur les données ne doivent pas non plus être évacuées : ainsi, certaines positions de gestionnaires de données au sein des collectivités peuvent être caractéristiques de la nécessaire renégociation « des paradigmes métier », à savoir accepter que les utilisateurs puissent ne pas être connus et que l’on n’ait aucune visibilité sur l’usage final, que la distinction binaire « savoirs profanes-savoirs experts » doit être complexifiée, que l’idée de « mésinterprétation » ou de « mésusage » des données n’a pas de sens en soi mais oblige à reconsidérer certains processus de « data médiation » et les asymétries cognitives persistantes. Au niveau de l’ingénierie, ce passage est alors marqué par une attention particulière portée au processus de production et de pré-traitement des données, aux diverses sources contributrices et à l’enrôlement continu de nouveaux jeux de données sans présager a priori de leur pertinence (puisque les diverses actualisations - c’est-à-dire la multiplicité des usages qui pourront en être faits-ne peuvent être prédéterminées).

40In fine, l’enjeu majeur de la démarche, sa justification telle que rappelée par B. Kessler, reste la capacité à relier la perspective « data-centric » avec l’action publique, avec une propension créatrice et transformatrice du territoire, des conditions de vie des citoyens qui y résident. C’est dans ce cadre que la place des données doit être pensée, et que reviennent des questions ontologiques : « qu’attendons-nous d’un service public ? », « quelles sont les contributions de l’Open data à une refondation des gouvernances territoriales » ? Pour N. Friant, l’ouverture des données publiques a été non seulement une nouvelle opportunité de travail avec les citoyens, mais au passage cela a obligé aussi la collectivité à sortir de cloisonnements structurels. Selon les responsables, les gains organisationnels, politiques, économiques, sont explicites et leurs incarnations nombreuses. On citera encore, le cas des cartes collaboratives des parcours cyclistes dans la ville qui permettent de mieux connaître les pratiques et d’adapter les pistes de circulation aux flux, aux habitudes25. L’ouverture de ces données collectées a permis de concevoir de nouveaux outils d’analyse des pratiques urbaines et de les enrichir d’un croisement avec d’autres modes de déplacements (données ouvertes transport collectif, météo, rythmes scolaires).

41Un autre axe majeur de création de valeur est attendu au niveau de la gestion énergétique. Le volet « Open data » faisant partie intégrante des contrats de délégation des services publics, les domaines prioritaires à venir porteront notamment sur la gestion de l’eau et la gestion des déchets. Anticiper la question du traitement et de la ré-exploitation des données dans les marchés publics est en effet devenu une exigence pour B. Kessler. C’est avec la même attention que le projet d’optimisation de la consommation électrique des ménages est mené (projet « Boucle locale énergétique » financé par la région Bretagne et associé au programme général « smart grids »). La collaboration entre secteur privé et secteur public impliquant, pour un certain nombre de ces sujets, que s’établisse un choix entre modèle intégré et distribué (donc une prise de décision techno-politique), et qu’en matière de développement durable, une coordination territoriale soit efficace. Tout cela participant également à une réflexion politique de fond sur la transition énergétique. À travers le projet de boucle énergétique locale, Rennes Métropole a pour objectif de créer les conditions de l’intelligence énergétique du territoire et de développer les activités économiques de la transition énergétique avec la participation des acteurs locaux. Le territoire travaille sur 4 thématiques prioritaires :

  1. les bâtiments existants : réhabilitation logements et parc de bureaux ;
  2. appropriation citoyenne de l’énergie : open data et smart metering ;
  3. patrimoine communal et intercommunal : exemplarité et expérimentation autoconsommation ;
  4. les bâtiments neufs : bâtiments passifs et smart-grid à l’échelle de macro-îlots.
  • 26 Pour la gestion de l’eau, le smart metering permet par exemple : une limitation des pertes d’eau g (...)

42La mise en œuvre de procédés de « smart metering » vise à obtenir des informations en temps réel qui non seulement permettront d’optimiser la gestion des ressources (eau, électricité) par les consommateurs26 et par la collectivité, mais aussi d’envisager à termes une ouverture de ces données à des fins de création de nouveaux services, d’études et de recherches avancées. Intitulé Open Energy Data, un projet de Rennes Métropole a pour dessein l’agrégation et l’analyse de données de consommation électrique de bâtiments, et de publier en open data les résultats. Ce projet a été pensé dans la perspective de l’émergence d’une connaissance fine du système électrique local, partagée entre les habitants et acteurs du territoire, la collectivité et le gestionnaire du réseau de distribution.

43Développé avec Télécom Bretagne et co-financé par la région Bretagne dans le cadre de l’appel à projets Boucle Énergétique Locale, ce dispositif associant la perspective des bâtiments intelligents (projet SmarTB) et l’open data, devrait permettre le suivi de la consommation électrique (de logements a priori, mais éventuellement de bâtiments publics, voire du bâti dans le tertiaire privé) et d’étudier une possible contribution à une meilleure gestion de la consommation énergétique. Le projet fait le pari d’une plus-value territoriale et collective. Il pose la question des effets d’un système ouvert et territorialisé par rapport à des systèmes de compteurs communicants « hors sols ». Cette démarche permettra-t-elle de favoriser l’adoption d’un système de suivi des consommations d’électricité, son appropriation, son utilisation citoyenne, voire l’émergence de services innovants plus proches des utilisateurs ? Ce projet pose également des questions en termes de contrôle et d’utilisation des données, notamment sur le rôle d’un habitant producteur de ces dernières.

CONCLUSION

44D’une manière générale, toutes ces initiatives obligent à penser l’évolution des processus décisionnels en matière d’urbanisme, des nouveaux moyens de pilotage de l’action publique que constitue le dispositif couplant Open data/big data/Algorithmique. D’une part, ce renforcement des expérimentations et réflexions sur les intelligences collectives, s’accompagne d’une différenciation de leurs modes de fonctionnement etde leurs capacités réflexives, ainsi que de leur capacité à déployer des modèles plus a-centrés (voire bottom-up) de production et circulation des savoirs, etc. D’autre part, liées notamment aux problèmes du développement durable, aux nécessités de gestion des flux, mais aussi de la sécurité, se développent des « real-time environnemental data bases » qui se fondent sur la collecte distribuée et la dissémination de capteurs dont les vecteurs sont les citoyens (à Copenhague, les vélos écologiques dotés de capteurs analysant la qualité de l’air ; ou à Rennes, les données d’usage des vélos libre service renseignées par les utilisateurs eux-mêmes).

45À notre sens, se négocie une véritable rupture de l’économie politique des territoires. Dans le cadre de l’affaiblissement relatif des systèmes de gouvernance centralisée et la montée de nouveaux systèmes décentralisés ou a-centrés, la question peut être formulée de manière grossière en ces termes : comment transformer l’action publique par l’Open data (en tout cas certaines de ses formes) et faire advenir un « milieu pour l’action » autre que celui dominé par un constructivisme planificateur ? Enfin, cela implique de repenser les démarches d’évaluation, de se défaire des indicateurs d’activité hérités, et de faire preuve de réflexivité pour pouvoir en inventer d’autres… En effet, comment comprendre ce que l’OD fait (ou peut faire) aux territoires, au citoyen, à la relation qu’il entretient avec sa ville, à la manière de concevoir et de piloter cette dernière, en l’absence de véritables enquêtes socio-techniques, anthropologiques et politiques, de suivi du « cycle de vie » des données, de moyens de compréhension des agencements complexes et étendus qui président à l’évolution des gouvernances urbaines ?

Notes

1 Communauté d’agglomération regroupant 43 communes, Rennes Métropole compte aujourd’hui 425 745 habitants répartis sur près de 67 000 hectares (598 habitants au km). Entre 1999 et 2009, elle a enregistré la 4 e plus forte progression démographique des EPCI métropolitains de plus de 250 000 habitants. 11e aire urbaine française et 3e croissance démographique ;

2 Il s’agit non seulement de démocratiser la fabrication numérique, mais aussi de créer des conditions favorables au développement d’activités, aux synergies entre innovateurs et entrepreneurs ; http://www.lemag-numerique-rennais.com/2014/01/labellise-le-labfab-poursuit-son-developpement-4753

3 Effectif actuel : 6 personnes.

4 À l’échelle de la Bretagne et avec d’autres collectivités, le projet NFC régional nommé « Korrigo Services », consiste à concevoir des services à partir des technologies et supports (cartes, mobiles) sans contact NFC, à définir de nouveaux modèles économiques et des usages innovants avec les habitants.

5 La ville de Rennes est classée parmi les 148 communes considérées comme très denses par l’autorité des communications électroniques. À ce titre, le déploiement de la fibre optique jusqu’à chez l’habitant est réalisé par les opérateurs privés. Ce déploiement est en cours depuis 2010, les opérateurs prévoient son achèvement avant 2016. La ville possède cependant un atout de poids car elle s’est déjà dotée depuis 2000 de son propre réseau d’infrastructures de télécommunications électroniques : le réseau FOR (Fibre optique rennais). http://metropole.rennes.fr/politiquespubliques/transports-urbanisme-amenagement/l-amenagement-numerique/.

6 Voir à ce sujet, le plan smart grids en Bretagne, les acteurs et projets : http://www.invest-inbretagne.org/-smart-grids-.html.

7 http://www.wiki-rennes.fr/ Accueil ; http://rennes.ruche.org/

8 Projet City Vision : 38 000 images de bâtiments étaient exploitées. Ces derniers étaient décrits par des données topographiques, des métrés, etc.

9 http://www.innovcity.fr/2011/07/22/naviguer-dans-le-temps-et-le-passe-avec-son-corpscomme-seul-outil/

10 http://www.georennesmetropole.fr/

11 La modélisation 3D de la ville de Rennes et de sa métropole : http://www.metropole3d.rennes.fr/

12 Organisé en partenariat avec Rennes Métropole, Orange et l’Institut d’aménagement et d’urbanisme de Rennes (IAUR). Les participants n’étaient pas nécessairement des abonnés d’Orange ; http://metropole.rennes.fr/actualites/les-themes/deplacements/empreinte-de-mouvement-en-ditlong-sur-vos-deplacements/, http://www.empreinte-blosne.orange.com/visualisation/index.php;consultéle25mars2014

13 Les messages de communication : « Rennes le Blosne, laissez vos empreintes ! » http://blog.ouest.orange.fr/rennes-le-blosne-laissez-vos-empreintes/

14 Détails du mode de fonctionnement :http://blosne.rennes-blog.org/wp-content/uploads/2013/06/FAQEmpreintes_V_Def.pdf

15 http://metropole.rennes.fr/actualites/les-themes/deplacements/empreinte-de-mouvementen-dit-long-sur-vos-deplacements/

16 http://blosne.rennes-blog.org/evenement/votez-pour-le-projet-empreintes-de-mouvement/

17 http://www.data.rennes-metropole.fr/

18 http://dataviz.rennesmetropole.fr/

19 En faisait aussi parti, Hugues Aubin toujours très actif dans l’écosystème d’innovation de Rennes et déjà présent à l’époque.

20 L’entreprise Keolis est liée par une délégation de service public à Rennes Métropole et à ce titre à la loi sur l’ouverture des données publiques puisqu’elle concerne toutes les données produites dans le cadre d’une mission de service public. Les données bus et métro sont la propriété de Rennes Métropole.

21 L’heure n’est pas pour l’instant à un Open data breton, mais des synergies régionales peuvent à terme être trouvées au niveau des plates-formes d’accès notamment.

22 Réunissant des développeurs, journalistes et graphistes, le collectif s’est donné comme objectif « de jouer la carte du lien entre des acteurs publics du territoire rennais et des citoyens afin de les aider à mieux cerner les enjeux de l’ouverture des données publiques. L’idée est de proposer des moments de rencontres, de réflexions, de démonstrations autour des données, des usages et des questions qui les entourent ». L’ancien site du Collectif OpenData Rennes (archives disponibles) : http://opendatarennes.wordpress.com/ ; le site actuel : http://www.cod-rennes.fr/

23 Voir l’enquête du Grico, « les collectivités numériques vues par leurs agents », 2012, http://www.grico.fr/recherches-actions/enquete-les-collectivites-numeriques-vues-par-leursagents/

24 En décembre 2013, l’OD de Rennes Métropole a opté pour une licence ODbL (Open dataBase License) : Contrairement à la précédente licence dite « Licence de Rennes Métropole en accès libre », cette licence ODbL est compatible avec le droit européen et l’ensemble des licences ouvertes de type Créative Commons. L’ODbL est une licence de style copyleft qui permet de copier, modifier, de faire un usage commercial, sous trois conditions : citer la source ; redistribuer sous des conditions de partage identiques les modifications (sharealike) ; maintenir ouverte techniquement la base de données que vous redistribuez, qu’elle soit modifiée ou non. Il est néanmoins possible de déroger au sharealike moyennant contre-partie.

25 http://www.mobilite-durable.org/tribunes/les-outils-de-la-cyclabilite.html

26 Pour la gestion de l’eau, le smart metering permet par exemple : une limitation des pertes d’eau grâce à la détection de fuites ; la possibilité de gérer la consommation d’eau, éviter les factures trop élevées.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/2377/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/2377/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 646k
Légende ZAC La Courrouze (2009) : se visualiser et se projeter dans l’opération d’aménagement achevée
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/2377/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Figure 1 : exemple de modélisation à partir de données collectives
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/2377/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende Figure 2 : exemple de modélisation à partir de données individuelles
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/2377/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/2377/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 363k
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/2377/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/2377/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/2377/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 426k

© Presses des Mines, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search