Version classiqueVersion mobile

Devenirs urbains

 | 
Maryse Carmes
, 
Jean-Max Noyer

Les usages du numérique dans le débat public

Nicolas Douay

Résumé

Ce texte étudie les différentes plates-formes numériques développées pour favoriser la participation du public aux projets d’aménagement de l’espace dans la perspective du débat théorique quant au tournant collaboratif de la planification urbaine. Différents cas d’étude sont présentés : l’usage des réseaux sociaux dans le cadre du débat public ou de l’organisation de concertation officielle autour de projets d’aménagement et par ailleurs l’utilisation de logiciels ou d’interfaces pour représenter et discuter différents scénarios d’aménagement.

Texte intégral

INTRODUCTION

1Les jeux SimCity (Minnery & Searle, 2014) ou plus récemment FarmVille ont mis en scène un urbanisme placé sous l’influence des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC). Au-delà du fantasme d’une nouvelle rationalité numérique pour l’aménagement, les supports de diffusion de l’information ont toujours eu des conséquences importantes sur le développement des villes, tant dans leurs formes que sur l’organisation de la vie sociale et politique. Nous pouvons penser à l’impact de l’imprimerie et il semble donc pertinent de s’interroger sur les conséquences des usages du numérique sur la ville contemporaine. En effet, même si les usages du web peuvent varier selon les sociétés et les espaces et qu’il est peut-être plus pertinent de parler « des Internets » (Martel, 2014) tout s’accélère, devient plus « smart » et plus global.

  • 1 Cf. Résolution 267 du Conseil de l’Europe sur la démocratie électronique et concertation sur les p (...)

2En matière d’urbanisme, il semble que ces nouvelles technologies de l’information et de la communication transforment moins le contenu des projets urbains que les processus en décuplant les moyens de communication (Wachter, 2011). Ainsi, depuis 2008 le Conseil de l’Europe promeut l’utilisation des NTIC « pour améliorer la participation des citoyens à la vie de leur collectivité et permettre un dialogue renforcé sur le devenir de leur environnement et de leur cité »1.

3Dans cette perspective, l’objectif de ce chapitre est de présenter les usages du numérique dans le domaine de la concertation et du débat public en aménagement et les questions vives que cela pose. Nous faisons ici l’hypothèse que l’utilisation de dispositifs numériques offre de nouveaux outils de communication et de construction de la décision pour rendre plus effectif le passage à un mode plus collaboratif de la planification urbaine.

4Pour répondre à ces interrogations, nous observerons comment les enjeux du numérique peuvent aider à comprendre les grands débats contemporains en matière de théories de la planification urbaine, puis nous verrons successivement différents exemples d’usages du numérique avec l’utilisation des réseaux sociaux dans le cadre du débat public et le recours à des logiciels ou interfaces pour discuter, cartographier et visualiser différents scénarios d’aménagement.

1. TOURNANT NUMÉRIQUE ET TOURNANT PARTICIPATIF

5Internet a été développé par des chercheurs américains du secteur de la défense. Ensuite, le développement d’un réseau mondial s’est construit sur un idéal de partage et de neutralité qui exclut toute discrimination à l’égard de la source, de la destination ou du contenu de l’information transmise sur le réseau. Au-delà de la révolution technologique, il se produit un remaniement complet de la manière dont l’humanité appréhende le monde qui l’entoure. La mise à disposition constante et rapide d’informations, d’images et de vidéos a des conséquences sur le développement psychologique, moral et social des personnes, la structure et le fonctionnement des sociétés, les échanges culturels, la perception des valeurs et des convictions. Cette transformation des villes en « smart cities » offrent de nouvelles opportunités mais présente aussi des risques. Ainsi dans la région de San Francisco, où se situe la Silicon Valley, des « anti-high-tech » réunis sous le nom de « The Counterforce » dénoncent les ravages locales du « techno-capitalisme » avec la gentrification, les exonérations fiscales pour les grands groupes qui fragilisent les finances publiques et le développement de services publics alternatifs réservés aux employés, notamment en matière de transports. Au-delà des impacts locaux de ces grandes firmes, ils dénoncent la responsabilité de ces grands acteurs du numérique (Google, Facebook, Twitter, Apple, etc.) dans l’accroissement du coût de la vie, l’exploitation des employés des pays émergents, les atteintes à l’environnement et bien sûr la surveillance des utilisateurs qui perdent le droit à une vie privée tant leurs nombreuses données sont espionnées.

6En effet, le développement du réseau prend une telle étendue que la somme des données produites et échangées devient considérable et porteuse d’enjeux technologiques et politiques importants. On parle alors de big data, soit littéralement « grosses données » ou « données massives », pour qualifier le volume de ces ensembles d’informations qui deviennent difficiles à traiter avec des outils classiques de gestion de base de données ou de gestion de l’information. Les perspectives du traitement de ces big data sont énormes et pour partie encore insoupçonnées.

7La masse des informations qui circulent sur les réseaux constitue de nombreuses opportunités pour les entreprises afin de mieux comprendre leurs marchés et de personnaliser leurs services et produits. Grâce au « nuage » de données, sans cesse passé à la moulinette des algorithmes d’extraction du data mining les consommateurs sont profilés. L’ère du big data correspond ainsi à la conjonction de 4 « v » : volume, vitesse, variété et surtout valeur de ces données. Les risques quant aux libertés publiques sont importants et appellent donc des régulations par les autorités publiques.

8Cependant ces big data peuvent aussi apporter des opportunités inédites afin de rapprocher les décideurs et planificateurs des citoyens. Cet idéal correspond à celui de la ville intelligente avec l’image ou plutôt le désir d’une ville ouverte, transparente et collaborative. Cet objectif d’une ville plus ouverte et collaborative est ancien et bien entendu antérieur à l’apparition des NTIC. Historiquement, cette approche collaborative de la planification (Healey, 1997) constitue une dénonciation du modèle traditionnel de planification (Bacqué et Gauthier, 2011) qui émerge dans la lignée des mouvements sociaux et s’inscrit dans l’avènement d’un plus grand pluralisme dans la société qui s’ouvre sur de nouveaux acteurs. L’approche collaborative propose alors de renouveler la planification à travers la communication et se donne comme objectif de parvenir à des consensus par l’intermédiaire d’une bonne interaction au sein d’un grand rassemblement d’acteurs :

« Dans l’idéal de la planification collaborative, les porteurs d’enjeux représentant des intérêts divergents se rencontrent et dialoguent pour travailler collectivement à une stratégie afin de faire face à un problème. Les participants dressent un état des faits, identifient un problème, conviennent d’une mission et d’actions. Les acteurs apprennent et évoluent ensemble. Dans de bonnes conditions, ce dialogue peut produire des résultats supérieurs à la somme des différentes parties » (Innes et al., 2005, p. 183).

9Concrètement, l’idéal participatif est largement adopté par les élus et les techniciens mais même s’il est devenu le paradigme dominant il n’en reste pas moins très difficile à mettre en œuvre de manière effective. Il se pose alors la question de la définition de ces dispositifs participatifs (Blondiaux et Cardon, 2006 ; Quaderni, 2012) et de nombreux travaux ont pu souligner les limites de différentes expérimentations (Neveu, 1999 ; Bacqué et Rey, 2005).

10Toutefois le web apparaît comme un terrain propice au renouveau démocratique (Rodota, 1999 ; Kleck, 2006 ; Macintosh, 2007 et Cardon, 2010). C’est par ce croisement entre tournant numérique et tournant participatif que de nouveaux dispositifs socio-techniques apparaissent. Il reste alors la question de la définition et de l’expérimentation de ces nouveaux outils afin de rendre tangible et effective cette ouverture des processus décisionnels.

11Premièrement, l’avènement de la ville intelligente correspond d’abord à un objectif de transparence. Cela trouve à s’incarner concrètement avec le mouvement d’Open data qui partage les données des autorités publiques en les rendant disponibles mais aussi inter-opérables. Ce processus permet aux élus de rendre des comptes aux citoyens qui peuvent alors mieux contrôler le sens et l’efficacité des politiques publiques. L’ouverture des données est un enjeu considérable pour les opérateurs publics mais aussi pour les opérateurs privés. En matière d’aménagement et de développement urbain, il serait utile (mais dans les faits c’est quasi-impossible) d’avoir accès aux valeurs foncières et aux consommations énergétiques des logements, de connaître avec précision le taux de remplissage des transports collectifs ou les chiffres d’affaires des différents commerces. L’accès à ces données permettrait de mieux concevoir et gérer la ville mais les logiques commerciales ou les segmentations administratives empêchent leurs ouvertures.

12Deuxièmement, le développement du numérique en ville permet le développement de modes de gestion urbaine plus coopératifs. En effet, le web remet en cause les segmentations administratives en silos et les structures pyramidales. Le travail gagne en transversalité et les modes de décisions peuvent s’ouvrir vers de nouveaux acteurs (société civile, acteurs privés, etc.).

13Troisièmement, la ville intelligente offre de nouvelles possibilités pour faire participer les citoyens. La consultation ou l’organisation de débats publics sont plus simples. Au quotidien, il devient plus simple de recueillir les avis et critiques des citoyens sur la gestion urbaine, par l’intermédiaire de simples applications ou de SMS, on peut localiser un service public ou signaler la présence de déchets sur la voie publique ou demander une réparation. L’action publique peut gagner en efficacité grâce à la participation du public et finalement se co-construire avec les citoyens.

14Ces trois évolutions combinées ont un impact sur le métier d’urbaniste. En effet, ces transformations remettent en cause la place dominante du planificateur dans les processus d’aménagement. L’expert incarné par la figure de l’ingénieur laisse la place à un négociateur (Forester, 1999). Ce dernier va laisser aux acteurs la possibilité d’agir eux-mêmes comme médiateurs, le planificateur s’efface et devient un catalyseur ou un modérateur des débats.

15Ce renouveau des postures professionnelles va se matérialiser, entre autres, avec le web 2.0 qui permet d’envisager de nouvelles formes de participation grâce à différentes innovations technologiques (Douay 2011 ; Bailleul 2008 ; Bailleul et Gibon, 2013) : forums de discussion, applications sur smart-phone, réseaux sociaux, sites collaboratifs sous la forme de wiki, etc. Le web collaboratif, open source ou encore 2.0 fait évoluer la nature des formes d’engagement et de négociation dans la production urbaine par l’intermédiaire d’un partage et d’une mise en commun d’informations et surtout d’une mise en relation des citoyens sous des formes moins hiérarchiques et plus collaboratives.

16Pour cette perspective citoyenne, le web 2.0 permet, en effet, de renforcer facilement les trois ressources traditionnelles des acteurs engagés dans les mouvements sociaux (Offerlé, 1996). Tout d’abord le nombre, c’est-à-dire la capacité à mobiliser des effectifs importants. Ensuite l’expertise, dépendant des compétences des membres du groupe et/ou leur capacité à mobiliser des personnalités compétentes censées permettre la persuasion. Enfin, le recours au scandale pour dénoncer une situation et sensibiliser l’opinion publique.

17Bien souvent, l’interface va prendre la forme d’une visualisation (IAU, 2013) ou, plus précisément, d’une carte participative (Palsky, 2013) qui nous rappelle que la carte est un instrument de pouvoir qui peut permettre le dialogue entre des savoirs experts et des savoirs habitants. Cette nouvelle fabrique cartographique de la ville prend donc forme dans des dispositifs socio-techniques variés pour recueillir les avis, les idées et les réactions d’individus à propos du développement territorial. Les individus peuvent s’en saisir pour contribuer aux débats sur des projets d’aménagement en proposant un contenu localisé sur des thèmes variables. La carte peut ainsi devenir une production citoyenne au service de l’appropriation et de la transformation de l’espace. Dans cette perspective la carte comme arène numérique de la planification urbaine permettrait ainsi aux différents porteurs d’enjeux d’exprimer et de confronter leurs intérêts divergents et surtout de dialoguer pour travailler collectivement à une stratégie.

18Dans le processus de construction du consensus, l’approche collaborative de la planification fait le constat de départ que l’intelligence collective est par essence dispersée et éclatée. Dès lors, ces arènes numériques rendraient possible une mobilisation sociale élargie des acteurs qui peut engendrer un processus collectif de mise en dialogue, voire de co-construction de la décision. De leur côté, Casino et Hanna (2006) proposent de considérer ces cartes, non comme de simples représentations de lieux mais comme des « sujets mobiles et pleins de sens à travers un ensemble de pratiques socio-spatiales conflictuelles, complexes, intertextuelles et reliées ». L’objet d’étude ne serait plus la carte mais la myriade d’interconnexions qui font de la production et de la consommation « d’espaces de cartes » un processus simultané d’écriture et de lecture (Joliveau, Noucher, Roche, 2013).

19Ces nouvelles cartes sont des forums hybrides, mêlant expertise savante et profane, émanant d’acteurs réflexifs pour produire les fruits d’une démocratie « dialogiste », d’une démocratie technique (Callon, Lacousmes, Barthe, 2001). Elles trouvent à s’incarner à travers différents dispositifs socio-techniques qui vont correspondre à différents degrés d’ouverture avec la tension entre la carte-support à la participation et la carte-produit de la participation ou encore à différents niveaux de spatialisation de la représentation du projet.

Figure 1. Les outils socio-techniques de la participation selon le degré de spatialisation et d’ouverture

2. LE DÉBAT PUBLIC AU SEIN DES RÉSEAUX SOCIAUX NUMÉRIQUES

20L’usage des réseaux sociaux se généralise dans nos sociétés contemporaines. La France se retrouve dans cette tendance avec 80 % des internautes qui sont utilisateurs d’un réseau social2 . Plus précisément, le réseau Facebook compte plus d’un milliard d’inscrits à l’échelle du globe et plus de 26 millions en France. Alors que cet usage devient déterminant dans les modes de socialisation et d’interaction entre les citoyens, les questions d’aménagement et de développement territorial se retrouvent aussi dans l’usage de ces réseaux sociaux (Vienne, Douay, Le Goix, Severo, 2014).

  • 3 L’existence de ces groupes est plus ou moins éphémère.

21Les controverses d’aménagement peuvent s’exprimer au sein de ces réseaux. En 2011, lors du débat concernant l’aménagement des berges de la Seine, un véritable débat est observable du côté des réseaux sociaux Facebook et Twitter. Des groupes d’intérêt se prononcent « pour ou contre » le projet et rassemblent les internautes autour de cette communauté d’intérêt. Les Tweets et les groupes Facebook invitent à participer aux diverses modalités de concertations dans l’espace numérique mais aussi dans l’espace physique en renvoyant aux pratiques institutionnelles de concertation publique menées par la marie de Paris. Deux groupes Facebook sont particulièrement actifs. Au 1er mai 2011, on retrouve d’un côté le groupe « Oui à la reconquête des berges de Seine ! » avec 1 490 membres et de l’autre côté, le groupe « Contre la fermeture programmée des voies sur berge à Paris » avec 1 586 membres. D’autres groupes se revendiquent d’abord d’une sensibilité politique avant de se positionner quant au projet ; ils comportent souvent un nombre plus réduit de membres et soutiennent une position plus radicale par exemple le groupe « Delanoë, touche pas à mes voies sur berge ! » avec 242 membres au 1er mai 20113. Sur Twitter, il n’y a pas réellement de compte relatif aux berges, mais beaucoup de « tweets » font référence au projet, ainsi les hashtag « #berges » ou « #BergesdeSeine » sont assez populaires et focalisent les échanges notamment lorsque la polémique est forte, par exemple lors de l’annonce d’une décision importante.

  • 4 www.pmad.ca
  • 5 Données de juin 2013.

22Les institutions qui élaborent des projets d’aménagement peuvent aussi faire le choix de ne pas laisser les controverses s’exprimer sur les réseaux sociaux sans réagir. Ainsi, lors de l’élaboration du plan métropolitain d’aménagement et de développement (PMAD) de Montréal, la communauté métropolitaine de Montréal (CMM) a utilisé les outils numériques pour participer au débat public. Ce choix intervenait dans un contexte particulier où l’absence d’un dispositif ambitieux de participation du public lors de la présentation du projet de schéma métropolitain avait transformé le peu d’espace de concertation en lieu d’expression de tout le ressentiment face à cette jeune institution (Douay, 2008). Six ans après ce premier échec, la CMM investit les réseaux sociaux avec cette ambition de renforcer le soutien du public à ses projets en développant l’information quant à l’évolution du processus et aussi en tentant d’interagir avec les citoyens et les différents groupes d’intérêts qui participent au débat public. Le site web4 est le principal support avec plus de 22 000 visites recensées entre le 28 avril et le 23 octobre 2011. Le site a été consulté plus d’une fois par certains internautes, puisque 11 000 visiteurs différents y ont accédé (CMM, 2011). En moyenne, 5 pages/sections du site ont été consultées pour une durée d’environ cinq minutes par visite. De même, la page Facebook5 a été crée en 2011, elle rassemble 209 abonnés qui suivent le flux d’information mais les réactions sont peu nombreuses. Les utilisateurs s’informent mais interagissent peu ; ainsi il y a très peu de commentaires. Le compte Twitter a émis 2 121 messages et possède 1 034 followers . Pendant la période de consultation publique, la moyenne était de 2,5 messages pour chaque mémoire présenté devant la commission et presque le tiers des messages ont été retransmis, ce qui veut dire qu’un message sur trois a été relayé et vu par des internautes qui n’étaient pas abonnés au compte du PMAD. Au final, ces chiffres semblent faibles et en se penchant sur l’identité de ces followers on observe une surreprésentation d’élus, d’universitaires ou encore de professionnels de l’aménagement. Ainsi, nous pouvons douter de la capacité de cette institution à élargir réellement les sphères du débat public grâce à l’usage des réseaux sociaux. Dans ce cas, les réseaux sociaux numériques offrent un espace d’expression et d’interaction supplémentaire à des acteurs de l’aménagement qui sont aussi en capacité de s’exprimer dans les espaces traditionnels du débat public.

3. LES PLATES-FORMES OUVERTES DÉDIÉES AU DÉBAT PUBLIC

23Lorsque la mobilisation au sein des réseaux sociaux existants n’est pas satisfaisante, une autre possibilité consiste à développer une plate-forme dédiée au débat public. Carol Coletta, une des créatrices de l’application Give a Minute, explique l’ambition de renouveler les pratiques de la participation avec des démarches constructives et ouvertes : « For most people, public meetings try your patience ; they are hostile and certainly no fun. Give a Minute is an attempt to make participation fun. »6 . Lors de la première expérimentation, à Chicago en 2010, les habitants ont été invités à s’exprimer quant aux projets de transports en répondant à la question suivante : « Qu’est ce qui vous encouragerait à marcher, faire du vélo ou emprunter les transports de la Chicago Transit Authority ? ». Les réponses pouvaient se trouver sur un site Internet, des réseaux sociaux comme Twitter ou Facebook, mais aussi dans l’espace public. La clé du succès de cette concertation réside dans la campagne de communication directement dans les différents réseaux de transports de manière à accompagner la consultation.

24Les plates-formes participatives peuvent aussi être complètement ouvertes et ne pas cantonner les utilisateurs à une question spécifique. Le cas de Carticipe est intéressant à cet égard car il permet de localiser différentes propositions ouvertes sur une carte où chaque citoyen peut voter pour ou contre des propositions d’aménagements, et ajouter les siennes.

Figure 2. L’application Give a Minute

25Le créateur de la carte, Éric Hamelin, a développé la carte avec l’ambition d’aider les collectivités à gérer leurs concertations :

« La concertation peut vite virer à l’impasse démocratique. On arrive avec des grandes cartes, des concepts d’agglomérations bien compliqués, du jargon type « mixité fonctionnelle » ou « densité urbaine » et on demande aux gens, après quinze minutes de présentation, de s’exprimer et de donner leur avis sur des projets qui ont mis des mois à être élaborés… Si les élus et les architectes d’un projet ne se sont pas dotés de réelles capacités d’écoute, c’est l’échec assuré. »7.

26Il souligne aussi l’ambition d’ouvrir et d’élargir le cercle des citoyens mobilisés par la concertation :

  • 8 Idem.

« Dans les réunions publiques, souvent organisées vers 19h, il y a une surreprésentation des retraités, ça se voit rien qu’en jetant un oeil au public présent. Les actifs, particulièrement les jeunes, en sont souvent absents sauf lorsqu’ils sont concernés très directement par l’aménagement en débat. On a alors affaire à des râleurs. Pour être sûr d’avoir recueilli suffisamment d’avis, en provenance d’un large spectre de la population, les municipalités devraient mettre beaucoup de moyens dans la concertation : sondages, réunions doublées ou triplées, porte à porte, expositions, etc. Ce qu’elle ne font évidemment pas toujours et elles se privent des petites idées, créatrices, qu’ont les gens. »8.

27La plate-forme a été testée une première fois à Laval (50 000 habitants) dans le cadre de la concertation du Plan local d’urbanisme (PLU). Après six mois d’utilisation, Carticipe9 avait recueilli 613 suggestions, 478 commentaires et plus de 4 000 votes de la part de 359 inscrits sur la plate-forme, voire plus de 500 participants en comptant les contributions directes lors des ateliers de quartier. Au-delà de cette utilisation institutionnelle, il existe deux utilisations citoyennes qui se sont développées en association avec des médias locaux dans la perspective des élections municipales de mars 2014. Fin août 2013, Carticipe Strasbourg 202810 est lancé avec le soutien du journal en ligne Rue89Strasbourg. En janvier 2014, le site avait généré plus 38 000 pages vues par plus de 10 700 visiteurs uniques et par ailleurs on notait plus de 620 suggestions, plus de 1 700 commentaires et plus de 11 000 votes, le tout avec plus de 780 contributeurs. Par ailleurs, Carticipe Marseille-Provence11 a été lancé mi-décembre 2013 avec le soutien du journal en ligne Marsactu. fr. En janvier 2014, le site avait généré plus 7 500 pages vues et recueilli plus de 300 suggestions, plus de 600 commentaires et plus de 4 500 votes, le tout avec plus de 320 contributeurs.

28L’ambition des créateurs de la plate-forme est de s’appuyer sur les possibilités offertes par le numérique pour élargir le nombre de participants aux processus participatifs en offrant un espace complémentaire aux dispositifs existants. Ils pensent que Carticipe permet de construire des connaissances dont ont besoin les pouvoirs publics afin d’enrichir les scénarios possibles d’aménagement de l’espace urbain. La configuration technique de l’outil permet la hiérarchisation des propositions en fonction des thèmes et de la popularité. Pour les autorités publiques cela permet de dépasser les obstacles classiques de la participation tels que le manque de temps, la timidité ou le sentiment d’incompétence voire l’impression d’un manque de légitimité. Par rapport à la substance même des propositions, pour les autorités publiques cela permet de mieux identifier les objets de controverse du débat public mais aussi les points de convergence qui peuvent exister entre les citoyens, les élus et les techniciens.

Figure 3. Carticipe Strasbourg 2028

4. REPRÉSENTER ET DISCUTER DES SCENARIOS D’AMÉNAGEMENT

29Les technologies numériques permettent aussi d’envisager la création de cartes participatives pour spatialiser différents scénarios d’aménagement en fonction de priorités politiques. L’enjeu est alors de constituer un forum de discussion à partir de visualisations spatiales fondées sur une explicitation des valeurs (parfois contradictoires) qui peuvent fonder la planification urbaine. La difficulté consiste alors à arbitrer entre les valeurs d’efficacité économique, d’équité territoriale et de protection de l’environnement naturel.

30Le logiciel MetroQuest12 s’inspire du jeu SimCity et apparaît comme un des principaux leaders dans ce domaine. Il offre la possibilité de simuler le développement d’une ville. Chicago a eu recours à cette technologie pour l’élaboration du plan GO TO 2040. L’utilisateur commence par répondre à une série de six questions (densité, localisation du développement, réseaux routiers, transports publics, etc.), ensuite l’interface du logiciel spatialise immédiatement ses choix d’aménagement en représentant l’impact sur l’évolution de la tâche urbaine de l’aire métropolitaine. Par conséquent, le logiciel rend compte de la dimension systémique des décisions d’aménagement sur le long terme tout en plaçant le citoyen face à ses responsabilités en intégrant les impacts budgétaires des choix effectués. Il y a deux versions du logiciel. La première est simplifiée et peut être utilisée en ligne ou par l’intermédiaire d’un kiosque placé dans un lieu public. La deuxième est plus complète et est utilisée lors de réunions publiques pour que les utilisateurs puissent interagir avec les animateurs. Durant les quatre mois de la concertation officielle environ 1 500 personnes ont participé aux ateliers, 14  000 ont utilisé les kiosques et 10 000 se sont connectées au site Internet.

Figure 4. Le logiciel MetroQuest

  • 13 Not in my neighbourhood : pas dans mon arrière-cour

31Pour les institutions publiques le recours à cet outil s’inscrit bien dans l’appropriation par les institutions publiques des possibilités offertes par l’usage des big data . La carte participative a ici pour objectif d’ouvrir les sphères de la participation publique en allant au devant des citoyens, pour que les exercices collaboratifs ne soient pas accaparés par des habitués, des professionnels de la participation, qui portent des enjeux particuliers plus ou moins cachés, notamment l’expression de sentiments NIMBY13. En simplifiant et en ouvrant les processus de consultation, le but est d’élargir le profil des participants et de tendre vers une arène numérique de la planification qui soit plus représentative de la diversité des citoyens et de leurs intérêts afin de faire construire un intérêt général.

5. VISUALISER ET DISCUTER DES PROJETS D’AMÉNAGEMENT

32Avec le développement de logiciels libres de dessin en architecture, tels que Sketchup ou Blender, il devient possible de passer des représentations des projets urbains en 2 dimensions à 3 dimensions. La pratique de l’urbanisme et de l’architecture s’en trouve transformée avec le recours à ces formes de représentations digitales du projet. Cela permet de mieux visualiser les transformations envisagées afin d’engager plus facilement un dialogue avec les citoyens et/ou futurs usagers. Toutefois, ces nouveaux outils peuvent aussi installer une certaine distance en donnant aux élus ou aux citoyens la sensation d’être moins légitimes à s’exprimer et à porter un jugement devant ces belles images.

  • 14 Le choix du nom Bétaville est une référence au film franco-italien de science-fiction de Jean-Luc (...)
  • 15 Gotham Innovation Greenhouse.

33À cet égard, la plate-forme ouverte et participative Bétaville14 semble très intéressante afin de s’appuyer sur les possibilités offertes par ces nouveaux logiciels pour donner plus de pouvoir aux citoyens. Carl Skelton (Skelton, 2013a et 2013b)15, son créateur, a trouvé son inspiration dans ses différents engagements communautaires à Toronto dans les années 1990. Une association de quartier s’oppose alors aux logiques de « développement » de la municipalité et des promoteurs qui visent à transformer un ancien quartier populaire et industriel. La mobilisation citoyenne est importante et trouve de nombreux appuis politiques mais peine à construire des scénarios alternatifs et concrets aux projets présentés par la municipalité. La principale difficulté réside dans l’accès et l’interopérabilité des données statistiques de base, ainsi que celles relatives à la forme physique de la ville. Finalement, c’est la rencontre entre le développement du mouvement d’open data, notamment avec Open Street Map, et le développement d’outils libres et ouverts de géomatique et de dessin qui permet la création d’une plate-forme numérique qui prend le nom de Bétaville. Le logiciel est actuellement en cours d’exploitation à New York, Montréal, Los Angeles et en Haïti. L’ambition n’est pas commerciale mais citoyenne et vise à développer un réseau mondial de chercheurs, d’activistes, de programmeurs pour collaborer au développement de ce logiciel ouvert.

CONCLUSION

34Le tournant numérique change le quotidien des urbains depuis les pratiques de mobilité, les habitudes commerciales ou encore les modes de sociabilité. Ces transformations sont encore en émergence et il est difficile d’en mesurer tous les impacts tant les possibilités offertes par les big data sont grandes. Ces pratiques numériques nous révèlent surtout l’avènement d’une ville intelligente au service d’acteurs économiques à la recherche de nouveaux marchés. La question des usages publics de ces big data est importante car elle permet d’envisager une ville intelligente au service d’un renouveau de la démocratie. Ainsi, les différentes arènes numériques qui viennent d’être présentées illustrent des moyens inédits au service du renouveau des pratiques de la planification urbaine. Il convient toutefois de continuer à interroger les usages qui en sont faits à travers les types d’outils disponibles afin d’en mesurer les effets sur les processus de fabrication de la ville, ainsi que sur la substance même des projets mis en œuvre. Cette posture permettrait de relativiser les enthousiasmes quant à la nouveauté de ces outils alors qu’ils s’inscrivent dans une longue lignée d’expérimentations quant au tournant collaboratif dans la planification urbaine. En effet, il est à craindre que le numérique bute sur les mêmes obstacles que les expérimentations précédentes (conseils de quartier, sondage délibératif, budget participatif, enquête publique, concertation publique, charrette participative, etc.).

35Ainsi, les outils numériques ne semblent pas (encore ?) en mesure d’attirer réellement de nouveaux publics. En effet, le nombre de citoyens rassemblés dans ces expérimentations numériques n’est pas sensiblement plus important que dans les dispositifs classiques de la concertation et du débat public. De même, les catégories de population qui participent ne s’ouvrent pas forcément sur beaucoup plus de diversité. Par ailleurs, les logiques de pouvoir et de domination qui peuvent exister dans la production de la ville et des territoires ne sont pas (encore ?) renversées et nous pouvons même craindre que le numérique offre des ressources supplémentaires aux groupes dominants pour asseoir leurs influences.

36Alors que ces usages numériques sont encore émergents, l’avenir dira si ces pratiques viennent uniquement compléter la palette des outils participatifs à la disposition des planificateurs ou si la montée en puissance de ces outils, de ces écritures du web, sont de nature à transformer les mécanismes et les résultats quant à la fabrication de la ville. Cet enjeu est considérable et tendrait à démontrer que la ville intelligente et les big data ne sont pas uniquement au service des entreprises mais permettent aussi d’envisager un renouveau de la citoyenneté urbaine.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Bacqué M-H. & Rey H. (dir.), 2005, Gestion de proximité et démocratie participative. Une perspective comparative, La Découverte, Paris.

Bacqué M-H. & Gauthier M., 2011, « Participation, urbanisme et études urbaines » Quatre décennies de débats et d’expériences depuis « A ladder of citizen participation » de S. R. Arnstein, in Participations, 2011/1 N° 1, pp. 36-66.

Bailleul H., 2008, « Les nouvelles formes de la communication autour des projets urbains : modalités, impacts, enjeux pour un débat participatif », Métropoles, mis en ligne le 11 juin 2008, URL : http://metropoles.revues.org/2202

Bailleul H. & Gibon C., 2013, « Médiation urbaine numérique Quels enseignements pour un urbanisme participatif ? » in Place Publique, n˚25 (dossier : Faut-il avoir peur de la ville numérique ?), pp. 39-44.

Blondiaux L. & Cardon D. (dir.), 2006, « Dispositifs participatifs », Politix, 75.

Callon M., Lacousmes P. & Barthe Y., 2001, Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Le Seuil.

Cardon D., 2010, La démocratie Internet. Promesses et limites. Paris, Éd. du Seuil, coll. République des Idées.

Casino V. J. del & Hanna S. P., 2006, « Beyond The « Binaries » : A methodological Intervention for Interrogation Maps as Representational Practices », ACME : An International E-Journal for Critical Geographies, vol. 4 (1), p. 34-56

Communauté métropolitaine de Montréal, 2011, Rapport de consultation publique de la commission de l’aménagement – Un Grand Montréal attractif, compétitif et durable - Projet de Plan métropolitain d’aménagement et de développement, Montréal, CMM.

Douay N., 2008, « La planification métropolitaine montréalaise à l’épreuve du tournant collaboratif » in Renouveler l’aménagement et l’urbanisme : Planification territoriale, débat public et développement durable, (dir. Gauthier M., Gariépy M. & Trépanier M. O.), Montréal, Presses de l’Université de Montréal, pp. 109-134

Douay N., 2011, « Urbanisme 2.0, de la contestation à la participation » in TechniCités, n˚214 (supplément spécial pour la 32ème rencontre nationale des agences d’urbanisme, Territoires et Projets. Les outils de la gouvernance), pp. 46-49

http://www.fnau.org/file/news/DocTechnicite2011.pdf

Forester J., 1999, The deliberative practitioner : Encouraging Participatory Planning Processes. Cambridge, The MIT Pres.

Healey P., 1997, Collaborative Planning, Shaping Places in Fragmented Societies. Vancouver, University of British Columbia Press.

IAU, 2013, Cartes, plans, 3D : représenter, » imaginer la métropole », Cahier de l’IAU IdF, n° 166 - octobre 2013

Innes J. & Gruber J., 2005, « Planning Styles in Conflict, The Metropolitan Transportation Commission, » Journal of the American Planning Association, Vol. 71, No. 2, 177-188.

Joliveau T., Noucher M. & Roche S., « La cartographie 2.0, vers une approche critique d’un nouveau régime cartographique », L’Information géographique, 2013/4, p. 29-46.

Kleck V., 2006, Numérique & Cie. Société en réseaux et gouvernance, Editions Charles Léopold Mayer, Paris.

Macintosh A., 2007, « e-Participation : from e-enabling to e-empowerment », Communication au colloque « E-democracy : new opportunities for enhancing civic participation », Conseil de l’Europe, Strasbourg, 23-24 avril.

Martel F., 2014, Smart, Enquête sur les Internets, Paris, Stock.

Minnery J. & Searle G., 2014, « Toying with the city ? Using the computer game SimCity4 ® in planning education », Planning Practice & Research, Volume 29, Issue 1, pp. 41-55.

Neveu C. (dir.), 1999, Espace public et engagement politique : enjeux et logiques de la citoyenneté locale, L’Harmattan, Paris.

Noucher M., 2013, « Introduction au dossier thématique « Cartographie thématique ». L’information Géographique, vol. 77, 4/2013, pp. 6-9.

Offerlé M., 1996, Sociologie des groupes d’intérêt, Paris, Montchrestien.

Palsky G., 2011, « Cartes participatives, cartes collaboratives, la cartographie comme maieutique », Le Monde des Cartes, n° 205, p. 49-59.

Palsky G., 2013, « Cartographie participative, cartographie indisciplinée », L’Information géographique, 2013/4, p. 10-25.

Rodota S., 1999, La démocratie électronique, Editions Apogée, Rennes.

Quaderni (revue), 2012, Produire la démocratie. Ingénieries et ingénieurs de l’offre publique de participation, 2012/3 n° 79.

Skelton C., 2013a, Soft City Culture and Technology The Betaville Project, Springer.

Skelton C., 2013b, « Who’s Your Data ? », in The Design Observer, URL : http://places.designobserver.com/feature/urban-design-in-the-new-soft-city/37904/

Vienne F., Douay N., Le Goix R. & Severo M., 2014, « Lieux et hauts lieux des densités intermédiaires : une analyse par les réseaux sociaux numériques », Colloque « Aux frontières de l’urbain », Université d’Avignon-UMR Espace, Avignon, 22-24 janvier.

Wachter S., 2011, « La ville numérique : quels enjeux pour demain ? », Métropolitiques, 28 novembre 2011. URL : http://www.metropolitiques.eu/La-villenumerique-quels-enjeux.html

Notes

1 Cf. Résolution 267 du Conseil de l’Europe sur la démocratie électronique et concertation sur les projets urbains.

2 Article en ligne : http://www.journaldunet.com/ebusiness/le-net/utilisateurs-francaisfacebook.shtml,26juin2013.

3 L’existence de ces groupes est plus ou moins éphémère.

4 www.pmad.ca

5 Données de juin 2013.

6 http://urbanomnibus.net/2010/12/give-a-minute/.

7 http://www.rue89strasbourg.com/index.php/2013/08/26/politique/strasbourg-2028-concertation-2-0/.

8 Idem.

9 http://laval2021.carticipe.fr/

10 http://strasbourg2028.carticipe.fr/

11 http://marseille.carticipe.fr/

12 http://www.metroquest.com/projects.aspx
Un autre exemple : http://engagingplans.comouwww.urbansim.org

13 Not in my neighbourhood : pas dans mon arrière-cour

14 Le choix du nom Bétaville est une référence au film franco-italien de science-fiction de Jean-Luc Godard sorti en 1965 : « Alphaville une étrange aventure de Lemmy Caution ». Alphaville est alors une cité déshumanisée où un ordinateur, Alpha 60, régit toute la ville.

15 Gotham Innovation Greenhouse.

Table des illustrations

Légende Figure 1. Les outils socio-techniques de la participation selon le degré de spatialisation et d’ouverture
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/2376/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Figure 2. L’application Give a Minute
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/2376/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Figure 3. Carticipe Strasbourg 2028
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/2376/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 956k
Légende Figure 4. Le logiciel MetroQuest
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/2376/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 192k

© Presses des Mines, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search