Version classiqueVersion mobile

Devenirs urbains

 | 
Maryse Carmes
, 
Jean-Max Noyer

Une approche philosophique de la ville numérique : méthodes numériques et géolocalisation

Alberto Romele et Marta Severo

Résumé

Ces dernières années, les nouvelles technologies ont changé profondément la vie de la ville. Un des changements les plus révolutionnaires concerne la diffusion du numérique, et notamment du réseau Internet. Ce qui rend ce changement particulièrement intéressant est le fait qu’il affecte à la fois la ville elle-même et la façon de l’étudier et de la gérer. En effet, l’intérêt des medias numériques est que toute interaction qui les traverse laisse des traces qui peuvent être facilement enregistrées et aisément traitées à travers de nouvelles méthodes numériques. Cet article réfléchit sur la valeur et l’emploi des traces numériques dans le contexte d’analyses urbaines. En particulier, nous nous interrogeons sur la relation que les méthodes numériques génèrent entre le numérique et la réalité (sociale). L’article est organisé en deux parties. Dans une première partie théorique, nous aborderons le sujet du point de vue philosophique. Dans une deuxième partie empirique, nous mettrons à l’épreuve notre pensée à travers le cas pratique de la géolocalisation.

Texte intégral

INTRODUCTION

1Ces dernières années, les nouvelles technologies ont changé profondément la vie de la ville. Un des changements les plus révolutionnaires concerne la diffusion du numérique, et notamment du réseau Internet. Ce qui rend ce changement particulièrement intéressant est le fait qu’il affecte à la fois la ville elle-même et la façon de l’étudier et de la gérer [Benkler, 2007]. En effet, l’intérêt des medias numériques est que toute interaction qui les traverse laisse des traces qui peuvent être facilement enregistrées, massivement stockées et aisément récupérées [Rogers, 2009]. Cette traçabilité intrinsèque aux médias numériques promet, si elle est contrôlée par une méthodologie adéquate, de fournir une source nouvelle de données pour l’étude de la vie collective [Lazer et al, 2009]. Au cours des dernières années, un nouveau groupe de méthodes, appelées « méthodes numériques » [Rogers, 2013a], a été développé pour traiter ce type de données. Ces méthodes ont été appliquées à plusieurs terrains de recherche et se sont montrées très adaptées aux études urbaines [Silva, 2012]. Cependant, au-delà des enthousiasmes initiaux, l’usage de ces méthodes et en général des traces numériques aujourd’hui soulève plusieurs questions théoriques et méthodologiques [Marres et Weltevrede, 2013].

2Cet article réfléchit sur la valeur et l’emploi des traces numériques dans le contexte d’analyses urbaines. En particulier, nous nous interrogeons sur la relation que les méthodes numériques génèrent entre le numérique et la réalité (sociale). Les études urbaines sont un terrain idéal. Le cas de la ville est de ce point de vue très intéressant parce que le devenir numérique y est particulièrement fort. Comme le dit Helen Couclelis [2004], les villes numériques ne sont pas seulement un phénomène d’ordre technologique et lié aux données, mais sont une construction qui est très ancrée dans l’idéologie, la culture et les processus sociaux. Ce n’est pas seulement un outil qui offre de nouvelles possibilités de faire des choses, mais un médium offrant des types spécifiques d’expériences, un acteur social qui modifie le discours urbain, et une idéologie incarnant une vision particulière de la société urbaine. Ainsi, quand on étudie un phénomène urbain à travers des traces que les acteurs liés à ce phénomène ont laissées sur un blog ou un réseau social, la question se pose de savoir si ce que l’on étudie a lieu uniquement dans l’espace hors ligne de la ville, ou si nous sommes seulement en train d’étudier la projection technologiquement médiatisée du phénomène en ligne ? La question se pose pour nous de savoir si cette distinction doit être complètement abandonnée ?

3L’article sera organisé en deux parties. Dans une première partie théorique, nous aborderons le sujet du point de vue philosophique. Après avoir présenté brièvement les approches au rapport entre technologie et monde qu’on considère les plus utiles pour notre recherche, nous approfondirons les problématiques liées aux méthodes numériques. Nous nous appuierons en particulier sur la réflexion déjà menée par Noortje Marres et Esther Weltevrede [2013]. Enfin, nous arriverons au contexte spécifique de la ville et à l’application de ces méthodes dans les études urbaines.

4Dans une deuxième partie empirique, nous mettrons à l’épreuve notre pensée à travers un cas pratique. Nous avons choisi l’exemple des analyses des géolocalisations dans la ville parce que ce phénomène se trouve exactement sur la frontière entre en ligne et hors ligne et qu’il semble être le processus le plus intéressant pour observer les problématiques générées par l’application des méthodes numériques.

1. Relations herméneutiques, méthodes numériques et ville

  • 1 Nous pensons ici à la distinction entre philosophie et sociologie de la connaissance proposée par (...)

5Ce qui se trouve en jeu dans les pages suivantes n’est pas tellement de nature ontologique mais plutôt épistémologique. Dans le cas de la ville, nous ne sommes pas intéressés à donner les traits de son devenir numérique. Dans le cas d’Internet, nous ne nous soucierons pas de savoir à quel genre d’espace nous avons affaire ni quel genre de différences il entretient avec le territoire [Beaude, 2012]. Nous nous limiterons ici à donner une définition minimale, i. e. par défaut (ou par excès, comme nous argumenterons) de l’urbain par rapport à l’espace numérique. Pour ce qui est de la philosophie, nous ne chercherons pas à interroger le statut d’une pensée « de la technologie de la communication et de l’information » [Brey & Søraker, 2009] appliquée à ces questions. Au contraire, nous avons l’intention de nous interroger philosophiquement1 sur la potentialité et les limites des « méthodes numériques » pour les sciences sociales dans la connaissance de la ville et de ses dynamiques.

6Dans ce paragraphe, nous avancerons ainsi en trois étapes. Premièrement, nous montrerons les implications philosophiques d’une connaissance de la réalité technologiquement médiatisée. Deuxièmement, après avoir abordé les méthodes numériques en général, nous appliquerons à ce domaine nos considérations philosophiques précédentes. Troisièmement, nous introduirons la question épistémologique sur la ville numérique qui sera envisagée dans la partie empirique de cet essai.

a. Les relations herméneutiques

7Selon le philosophe américain Don Ihde [1990], le but d’une phénoménologie de la technique est de montrer les différentes relations technologiquement médiatisées entre le sujet et son environnement. Bien entendu, la médiation technologique ne représente pas une forme dérivée de notre être-au-monde, comme s’il y avait des intentionnalités primaires, dans lesquelles le rapport avec les choses serait immédiat, et des intentionnalités secondaires, pour lesquelles un instrument deviendrait nécessaire. Comme le dit François Sigaut, « il est banal aujourd’hui d’observer que nous vivons dans un monde artificiel. Mais c’est une réalité ancienne, aussi ancienne que l’humanité elle-même. L’homme ne s’est jamais contenté du monde tel qu’il était, ou plus exactement, c’est en apprenant à ne pas s’en contenter qu’il est devenu ce qu’il est » [2012 : 121]. Similairement, dans le sillage des humanités numériques, Stéphane Vial a récemment dit que « le temps des appareils n’est pas seulement celui de la modernité. Le temps des appareils, c’est celui de l’humanité. Nous vivons depuis toujours dans une réalité augmentée » [2013 : 137].

8En particulier, Don Ihde distingue parmi trois relations Soi-Technologie-Monde :

9[1] [Soi Technologie] → Monde

10[2] Soi → [Technologie-Monde]

11[3] Soi → Technologie-[-Monde]

12La première relation, qu’il appelle « incarnée » (embodied), est exemplifiée par l’utilisation d’instruments de (micro) perceptions tels que lunettes, audioprothèses, etc.

13La première fois que nous mettons une paire de lunettes, par exemple, nous avons besoin d’apporter des petits ajustements, au niveau de réaction aux reflets, de petits changements de motilité spatiale, etc., mais, une fois « apprise », la technologie devient quasiment transparente.

14À ce propos, Dominique Boullier [2000] se concentre sur les microprocesseurs qui mettent en crise la distinction entre humain et technique, intérieur et extérieur. Très présente dans de nombreuses discussions sur le post-humain, cette relation ne sera pas traitée ici.

  • 2 Cette comparaison n’est pas sans raison : ce genre de discussions rejoint les débats parmi les sto (...)
  • 3 Notoirement, l’action-network theory (ANT) admet la présence d’actants non-humains. Floridi, de so (...)

15La troisième relation, qu’il dit d’« altérité » (alterity ), trouve son paradigme dans les jeux vidéo qui nous font interagir avec quelque chose d’autre, à savoir le compétiteur technologique. Nous laissons de côté ce genre de relations aussi, en nous limitant à dire que le débat se fait aujourd’hui entre les pessimistes, selon lesquels certaines machines ne font que simuler la capacité humaine de « faire du sens » [Turkle, 2011], un peu comme certains perroquets imitent notre langage2, et les optimistes, qui voient dans les mêmes machines des vrais (co)producteurs de sens [Latour, 2005 ; Floridi, 2010]3.

  • 4 Ihde lui-même a proposé ailleurs d’« étendre l’herméneutique » au-delà du model textuel au sens cl (...)

16La deuxième relation, à laquelle nous nous intéressons dans ce contexte, est celle qu’Ihde appelle « herméneutique » (hermeneutical). Le terme renvoie à une branche de la philosophie qui s’occupe des problèmes épistémologiques, existentiels et ontologiques ressortant de l’interprétation de textes au sens large4. Comme c’est déjà le cas des relations incarnées, ce genre aussi a comme terme ultime la référence au monde. Pourtant, dans les relations herméneutiques, l’attention perceptive et interprétative est primairement orientée vers la technologie elle-même, comme c’est le cas d’une carte géographique, qui entretient encore un certain isomorphisme avec la chose signifiée, ou du thermomètre. En « lisant » la température extérieure, nous voulons sans doute connaître quelque chose du monde, mais nous n’avons pas forcement envie d’ouvrir la fenêtre pour sentir s’il fait froid ou non. De même, en « lisant » une carte géographique, nous avons bien évidemment l’intention de connaître quelque chose au-delà de la carte elle-même mais nous n’avons pas toujours la possibilité de nous rendre effectivement sur place. La spécificité des relations herméneutiques nous semble encore plus évidente là où la référence est pour quelque raison empêchée, comme c’est le cas d’un pilote d’avion qui doit s’orienter en conditions atmosphériques difficiles ou d’une centrale nucléaire dans laquelle les techniciens ne peuvent pas accéder directement à la température du réacteur. Bien que la référence ne soit pas toujours nécessaire, possible, souhaitable, etc., elle reste quand-même la chose la plus importante, comme l’a démontré l’accident à la centrale de Three Mile Island ou les différents accidents aériens dus au mauvais fonctionnement des technologies à disposition.

b. Les méthodes numériques

  • 5 Une autremanière d’envisager des questions semblables consisterait à prendre en considération la s (...)

17Notre première hypothèse est que les méthodes numériques sont précisément des techniques qui établissent des relations herméneutiques avec certaines choses du monde. En deux sens, au moins. Premièrement, dans la mesure où, comme l’herméneutique, elles s’intéressent non pas à l’information ou à la communication en soi [Floridi, 2010] mais se concentrent sur les traces (numériques) [Jeanneret, 2011] que les pratiques informationnelles et communicationnelles laissent à travers les TIC (technologies de l’information et de la communication), qui sont des machines à « rétention tertiaire » [Stiegler, 2001]. Nous reviendrons sur ce point à une autre occasion. Deuxièmement, par ce que le chercheur en SHS (sciences humaines et sociales), bien qu’il s’intéressé à la réalité (sociale), oriente toute son attention sur la technologie qui médiatise son rapport au monde5.

18À partir de l’idée selon laquelle des phénomènes tels que la « régionalisation du Web » ont déterminé la « fin du virtuel » [Rogers, 2009], i. e. ont fait sauter la distinction entre espace virtuel et réel, les méthodes numériques se présentent comme une série de techniques visant à explorer les classes d’interactions en ligne en tant que source valide pour la compréhension de la réalité (sociale) [Rogers, 2013].

19La première preuve du potentiel de ces méthodes a été fournie par la célèbre étude de Google sur les épidémies de grippe aux États-Unis [Ginsberg et al., 2009]. Les méthodes numériques sont appliquées aujourd’hui avec succès dans plusieurs terrains de recherche, tels que les études urbaines et d’aménagement, de migration et des mouvements sociaux, l’analyse des réseaux sociaux, des événements médiatiques et des controverses. Néanmoins, le souci pour des résultats pratiques est souvent allé au détriment des préoccupations théoriques sur leurs potentialités et limites éventuelles pour la connaissance de la réalité (sociale).

Figure 1. Cercle [herméneutique ?] des méthodes numériques

20Récemment, Noortje Marres et Esther Weltevrede se sont intéressées aux « problème » liés au scraping, une opération technique d’extraction d’information qui rentre dans le domaine du traitement automatisé des données. « En parlant métaphoriquement », elle disent, « on peut dire que le scraping structure la colection de données comme dans un « procès de distillation », ce qui implique la sélection de données formatées à partir d’un océan, relativement opaque et sous-défini, de matériaux disponibles en ligne »[Marres & Weltevrede, 2012 :5] Le scraping ne peut pas être considdéré comme une technique native de la recherche en SHS et le but des chercheurs en SHS est alors de le « recibler » pour la compréhension de réalité (sociale). Nous ne nous sommes pas intéressés ici à la manière dont le scraping fonctionne effectivement, mais au procès épistémologique dans lequel il s’insère, que nous représentons à travers le cercle (herméneutique ?) de la figure 1.

21Les deux auteurs affirment que le problème majeurs de cette technique réside dans l’impossibilité d’établir une frontière nette entre le medium et son objet : « jusqu’où devons-nous aller en prenant les outils en ligne en compte comme éléments notables dans nos recherches ? Pouvons-nous les comprendre dans le cadre de notre « méthodologie », ou devrions-nous reconnaître qu’ils font partie de « l’objet » de notre analyse ? » [Marres & Weltevrede, 2012 : 10].

  • 6 Nous appliquons ici une sorte de « principe de charité » face au discours de Marres et Weltevrede. (...)

22Nous pouvons alors dire que les méthodes numériques sont des techniques à relation herméneutique, dans la mesure où elles trouvent leur « point aveugle », leur « position d’énigme » comme le dit Don Ihde, au point du croisement entre la technique et le monde6 . En voulant regarder certaines choses du monde, les chercheurs en SHS, à travers les méthodes numériques, ne peuvent faire autre chose qu’orienter leur attention sur le medium technique. Soit dit en passant, nous ne voulons pas affirmer ainsi que nous sommes face à un cas particulier d’appréhender le monde car, comme nous venons de le dire, toute intentionnalité passe par des médiations techniques, à commencer par le langage et l’écriture. Nous pensons plutôt aux méthodes numériques comme à un cas paradigmatique de relations herméneutiques, qui ont une portée universelle.

23Dans la tentative de donner une première réponse à ces limites des méthodes numériques, Marres et Weltevrede affirment qu’il faudrait se référer à l’idée, ressortant des études en STS (sciences, technologies et société), selon laquelle, si nous abordons la recherche du point de vue de son équipement, certaines distinctions habituelles deviennent vraiment difficiles à soutenir, comme celles entre les techniques, les méthodes et les objets de recherche. En d’autres termes, il faut accepter une certaine « fluidité » de la distinction entre la technique, la méthode et l’objet et, nous ajoutons, la quasi-disparition de ce dernier. De cette manière, les deux autrices s’approchent de certaines thèses de Bruno Latour, qui parle d’une théorie quasi-prométhéenne de l’action [Latour, 2008], ou encore de Peter Sloterdijk, selon lequel l’homme est le seul designer de soi-même et des mondes/sphères qu’il habite [Sloterdijk, 2004]. Ce n’est pas un hasard, d’ailleurs, si Latour se montre à plusieurs reprises un partisan enthousiaste des méthodes numériques pour les sciences sociales [Venturini & Latour, 2010] ou s’il refuse une approche seulement représentationiste mimétique des cartes géographiques [November et al, 2010]

c. La ville

24Face à la difficulté de déterminer les frontières entre techniques, méthodes et objets dans ce domaine, deux voies s’offrent à nous. La première consiste tout simplement à nier la possibilité de cette distinction, soit selon un approche optimiste, soit selon un approche pessimiste par rapport au potentiel des méthodes numériques. Dans la deuxième, en revanche, il s’agit d’« expliquer plus, pour comprendre mieux », selon la fameuse devise du philosophe Paul Ricœur. Marres et Weltevrede choisissent précisément cette dernière, en refusant d’attribuer à l’indécidabilité entre technique, méthode et objet la réponse ultime à leur problématique. En particulier, elles suggèrent de transformer cette « faiblesse » en vertu, en mettant précisément la question de la référence, parmi d’autres, au centre du débat sur les méthodes numériques. C’est précisément cette « voie longue » que nous nous apprêtons à parcourir avec la question de la ville. En particulier, notre deuxième hypothèse est que l’étude des réalités urbaines à travers les méthodes numériques appliquées à des instruments tels que la géolocalisation souffre, avec une évidence tout à fait particulière, de la même limite qui caractérise toute relation herméneutique.

25Avant d’envisager cette question épistémologique, qui sera développée dans la deuxième partie de notre essai, nous devons toutefois prendre une position ontologique minimale sur la nature de l’urbain et sa spécificité par rapport à l’espace d’Internet. Autrement dit, l’urbain jouera dans ce contexte le rôle de concept-limite pour la compréhension numérique, selon ce qu’Eco appelait d’un point de vue pragmatiste les « limites de l’interprétation » [Eco, 1990].

26La ville et le numérique ont sans doute quelque chose en commun. « Depuis la nuit des temps », le sociologue Antonio A. Casilli écrit que « les hommes ont aménagé leurs territoires afin de les faire ressembler à un espace de beauté, de confort, d’efficacité. L’invention de l’espace numérique serait d’un certain point de vue une forme originale de cette même volonté » [Casilli 2010 : 66]. Selon Boris Beaude, qui reprend certains intuitions de Jaques Lévy [1994], la ville et Internet naissent pour donner une réponse au même problème : la distance. Et pourtant, ils le font de manière différente. Localisation et communication sont les deux grands moyens pour gérer la distance. Internet se place clairement du côté de la communication, tandis que la ville a à avoir avec les deux. Localiser notre résidence, une école, notre travail, etc., sont des actes qui engagent beaucoup de temps. En outre, localiser renvoie nécessairement encore au communiquer, dans la mesure où cela suppose de prendre en compte des aspects tels que les infrastructures et l’offre de transport.

27À bien y regarder, la « coopétition » la plus puissante n’est pas tellement entre la localisation et la communication, mais entre deux formes de communication, le déplacement et la transmission. La première consiste à déplacer la matière, tandis que la deuxième regarde la transmission de l’information. La première aurait l’exclusivité de la communication des corps et des objets, tandis que la deuxième aurait l’avantage de la vitesse en l’absence de masse [Beaude, 2012 : 37]. Dans la perspective de Beaude, il faut reconnaître que la transmission n’est pas une alternative « appauvrie » du déplacement, mais une option qui présente des avantages qui lui sont propres. La qualité de l’une ou de l’autre ne peut être appréciée qu’au regard d’une question spécifique : « Un courriel peut être impropre à la communication de bananes, mais parfait pour confirmer l’heure et le lieu d’un rendez-vous. Skype peut contrarier les amants qui souhaitent s’enlacer, mais apaiser ceux qui, éloignés, y trouvent un réconfort que le déplacement ne permet [ sic] pas » [Beaude, 2012 : 37-38].

  • 7 Il s’agit d’une affirmation tout à fait étrange, sinon du point de vue philosophique – le renoncem (...)

28Or, le souci de l’auteur est ici celui de défendre l’espace d’Internet du « matérialisme qui confond réel et matériel, espace et territoire » [Beaude, 2012 : 14] ou encore du « paradigme territorial dominant » [Beaude, 2012 : 41]7 . Comme il le dit, le territoire est un espace qui se distingue pour sa métrique particulière, i. e. topographique. C’est lui aussi un espace, mais dont la relationalité relève de la contiguïté et non pas de la connexité. Dans notre perspective, au contraire, nous utilisons les mêmes considérations pour nous interroger sur la spécificité du territoire urbain face au [post] structuralisme dominant dans les humanités numériques. Autrement dit, si nous admettons que l’espace d’Internet diffère de la ville qui, parmi les territoires, comme nous venons de le dire, est la plus proche dunumérique (en ce qui concerne son approche à la distance), alors nous pouvons nous demander aussi, en paraphrasant Pascal, si « la ville a ses raisons que la raison numérique ne connaît point ».

2. La géolocalisation dans la ville

29Nous nous intéressons à présent au cas des traces numériques géoréférencées. Ce qui rend ce type de traces intéressant pour notre recherche est le fait qu’elles se trouvent sur la frontière entre en ligne et hors ligne, ces traces étant spatialement [et temporellement] situées. En effet, elles sont des indices privilégiés pour la compréhension de certains aspects de la réalité (sociale). Dans la ville la géolocalisation de certaines informations en ligne est de plus en plus présente et la « numérisation du territoire » massive. Il s’agit de la « base hautement urbaine » de l’utilisation d’Internet dont parlait – négativement – Matthew A. Zook [2001]. Comme dans le paragraphe précédent, nos analyses seront conduites en trois étapes. Premièrement, nous dirons quelque chose autour de ce type particulier et récent de trace en ligne. Nous montrerons ensuite pour quelle raison la géoréférenciation des traces numériques représente un phénomène particulièrement attractif pour les chercheurs en SHS qui ont recours aux méthodes numériques. Troisièmement, nous avancerons nos doutes face à la possibilité de connaître de manière approfondie la ville à travers les méthodes numériques appliquées aux données en ligne géoréférencées. Comme dans le cas de Marres et Weltevrede, notre intention n’est pas tout simplement déconstructive ou, encore pire, destructive. Nous avons, au contraire, l’intention de transformer cette limite en opportunité pour penser à voir autrement le potentiel de la compréhension numérique de la ville et, plus généralement, de la réalité (sociale).

a. Les traces numériques géoréférencées

30Quand on laisse un message sur Twitter avec notre portable, [si le senseur GPS est activé] le message sera associé à notre position géographique, c’est-à-dire aux coordonnées géographiques du lieu dont on a envoyé le message. De nombreuses plates-formes offrent aujourd’hui la possibilité de faire une déclaration de position géographique, c’est-à-dire de lier notre action dans l’espace numérique à un point dans l’espace physique à travers l’attribution volontaire ou involontaire (générée en manière automatique par la plate-forme qu’on utilise) de coordonnées géographiques.

31La déclaration de position peut être faite dans deux contextes d’action différents. Le cas le plus commun est la déclaration ou partage de notre géolocalisation, c’est-à-dire notre position dans l’espace. L’exemple typique est le check-in sur Facebook ou sur d’autres réseaux sociaux. En arrivant un restaurant ou au retour de vacances, beaucoup d’entre nous ont pour premier reflexe de partager leur position géographique avec leur contacts en ligne pour leur faire savoir qu’ils sont en train de profiter d’un bon dîner ou qu’ils sont bien rentrés.

32Un autre cas consiste à lier un contenu (un texte, une photo, une vidéo, etc.) qu’on est en train de publier sur la toile à une position dans l’espace géographique concernant un restaurant ou un hôtel sur une plate-forme de conseil touristique ou de conseil du quartier, ou encore en participant à des initiatives de « net activisme » en signalant des abus précis [Severo et al., 2011], en signalant une problème urbain en contribuant à une plate-forme de cartographie participative de notre ville. Un exemple intéressant encore est l’application smartphone « Dans-Ma-Rue », lancée récemment à Paris, qui reprend le model anglais de FixMyStreet. À travers ce dispositif, les usagers peuvent signaler des anomalies constatées sur l’espace public (objets abandonnés, malpropreté, tags, etc.), que la mairie pourra gérer plus facilement.

33Dans les deux cas, à travers ces actions, on produit des traces précieuses pour le chercheur en aménagement ou pour le décideur public qui pourra trouver des informations ponctuelles sur le territoire qu’il étudie et/ou gère.

b. Les méthodes numériques et les traces numériques géoréférencées

34Les méthodes numériques ont trouvé dans ces nouvelles données un matériau très riche. Non seulement l’information géolocalisée fournit une référence apparemment indiscutable entre le numérique et la réalité (sociale), mais également elle rend la donnée (sociale) beaucoup plus riche et précise en permettant d’observer le développement de phénomènes collectifs dans l’espace.

35Pour ce lien étroit entre espace numérique et lieu physique, l’analyse des données géolocalisées à travers les méthodes numériques est devenue de plus en plus populaire non seulement dans le contexte académique, mais aussi dans les usages d’autres acteurs publics et privés. Dans le paragraphe suivant, nous présenterons les usages de Twitter liés au catastrophes, mais on peut mentionner de nombreux autres exemples intéressants. La plupart des travaux se sont concentrés sur l’analyse du partage de localisation sur les réseaux sociaux en ligne [Nan et Gauling, 2010] et encore plus sur Location-based Online Social Network services, c’est-à-dire de plates-formes de réseautage social comme Foursquare et Gowalla [fermé en 2012] dont le but principal est le partage de « spots », localisations favorites [Berjani et Strufe, 2011], et ensuite sur Facebook Places, qui a été récemment intégrée à Facebook.

36Les chercheurs ont utilisé les données géoréférencées disponibles sur ces platesformes pour étudier les distances sociales [Scellato et al., 2010], la structuration des communautés [Wang et al., 2012], le développement de commerces et nombreux autres aspects liés à l’étude sociale et économique de l’espace. Plusieurs se sont intéressés aux espaces urbains (où ces données sont évidemment plus abondantes) et notamment sur les mécanismes de recommandation et d’identification de points d’intérêt (urban Points-Of-Interest POI en anglais) en cherchant à voir quels facteurs sociaux, environnementaux et techniques influencent le choix du point de check-in [voire par exemple Ying et al, 2012, figure 2].

Figure 2. Réseau social basé sur la localisation [Ying et al., 2012 : 1]

37Ces types d’études ont porté sur la diffusion du concept de « urban computing » proposé par Zheng et al. [2011], selon lequel chaque appareil, personne, véhicule, bâtiment, dans la zone urbaine peut être un capteur permettant de comprendre la dynamique de la ville [Yuan et al., 2012]. Cependant, bien que les méthodes numériques basées sur l’analyse des géolocalisations aient été beaucoup utilisées dans les études urbaines, rarement l’enquêteur a soulevé le problème du sens des résultats qu’il obtient en analysant ces traces grâce à ces méthodes et notamment la question du rapport entre ces résultats et la ville. Il convient, selon nous, de réfléchir à ce que le chercheur en SHS peut vraiment tirer de ces traces et quelle valeur leur attribuer. Peut-il faire ainsi émerger de nouvelles géographies susceptibles d’enrichir les études urbaines classiques ? Ou plutôt doit-il se méfier du mécanisme parfois problématique de la géolocalisation ? Autrement dit, dans quelle mesure le chercheur en SHS peut-il prendre en compte la technologie qui le rend disponible tout en le modifiant ? C’est précisément ce genre de questions que nous allons soulever dans le paragraphe suivant.

b. La ville numériquement comprise

38À bien y regarder, on peut identifier deux couches de complexité dans nos réflexions sur la géolocalisation. Avant d’arriver aux problèmes générés par l’application des méthodes numériques, il est important en effet de réfléchir sur les limites éventuellement liées à l’opération de géolocalisation en elle-même. À ce propos, Alain Mille à récemment proposé de distinguer entre l’empreinte, i. e. l’inscription de quelque chose dans l’environnement informatique au temps du processus, et la trace numérique en tant qu’observation savante d’une série d’empreintes [Mille, 2013].

39Il faut d’abord s’interroger sur les problèmes liés aux « intentions de l’utilisateur ». L’expression renvoie évidemment à la notion, célèbre parmi les herméneutes, des intentions de l’auteur et nous conduit à reprendre le questionnement qui lui est attaché ? Même si l’on doit reconnaître tout l’intérêt de la montée en puissance de l’amatorat [Flichy, 2010] grâce au numérique et tout l’intérêt de l’abondance des traces qu’il peut produire, on doit aussi reconnaître que la trace en elle-même nous donne rarement des informations sur le point de vue de l’utilisateur qui la laisse et quelle est la signification qu’il est en train de donner à son action. Est-il en train d’entreprendre une action dans l’espace physique ou numérique ?

40De plus, la géolocalisation sur une plate-forme du Web 2.0 peut être une action volontaire mais elle est souvent le résultat d’un artefact technologique : la plateforme récupère en automatique la position GPS de la personne qui envoie un message sans qu’elle s’en rende compte, ou, dans le cas d’une photo, les coordonnées géographiques peuvent être attribuées directement par l’appareil photo qui a été utilisé, ou, action encore plus « violente », la plate-forme peut convertir le nom d’une localité (par exemple « Paris ») dans une longitude et latitude précises (les coordonnées de Notre de Dame).

41Cela est par exemple le cas de Whatsapp qui permet de partager une localisation. L’application propose de partager la position exacte, mais elle propose surtout un écran rempli d’une liste des lieux à proximité que vous pouvez sélectionner. Lorsque vous partagez un nom de lieu, un lien spécial sera envoyé à votre destinataire avec des informations supplémentaires sur le lieu, en utilisant les données fournies par Google ou Foursquare.

42Cela signifie que la référence à l’espace de la ville générée par l’action de géolocalisation d’une personne ne peut plus être considérée comme une information sûre et précise sur l’action de cette personne dans l’espace de la ville comme cela pouvait sembler à première vue. Par exemple, si sur Whatsapp, une personne choisit rapidement le premier lieu à proximité proposé, cela ne signifie pas nécessairement que la personne est dans ce lieu ou qu’il s’identifie avec ce lieu. De manière similaire, si un utilisateur veut ajouter une critique sur Tripadvisor [site de conseil et réservation touristique], et s’il veut donner une information à l’échelle de la ville en spécifiant seulement le nom, la plate-forme le forcera à choisir un lieu précis qui sera liée à un point géographique généré par le système informatique [par exemple s’il choisit « Paris Bus » le pointeur sera localisé aux début des Champs-Elysées]. Cependant, l’utilisateur ne voulait pas forcement se référer à ce point géographique ou, même s’il voulait choisir un point spécifique, il est possible que la plate-forme n’a pas lui permit de choisir exactement la position qu’il aurait voulu, mais elle l’a forcé à sélectionner un des points déjà référencés proche à lui.

43Après avoir présentée la complexité qui est cachée dans l’opération technique de la géolocalisation, on peut à présent ajouter le deuxième niveau lié à l’action des méthodes numériques. À titre d’exemple, on peut prendre une des méthodes les plus répandues : la cartographie des localisations collectées sur de sites de microblog (notamment Twitter). Twitter est en général un des terrains où les géolocalisations sont les plus exploitées. Cela est dû principalement à la facilité d’extraction et de traitement de ces données. Les tweets, en étant publics, ne posent pas de problèmes de droit à la vie privée comme les données Facebook. En outre, ils sont un contenu simple où le sujet est clairement identifiable grâce aux hashtag et la géolocalisation est une donnée fiable et facile à extraire. Cette méthode a trouvé un succès particulier dans l’étude des désastres naturels [Murthy, 2013]. En effet, le succès de Twitter pendant un tsunami ou un tremblement de terre joue aujourd’hui un rôle crucial pour la couverture médiatique de ces évènements et pour l’organisation des secours. Si ce phénomène peut sembler surprenant en considérant que les conditions extrêmes liées aux désastres provoquent généralement des problèmes de connexion au réseau, il est encore plus intriguant de noter que normalement beaucoup de nouveaux comptes sont créés dans ces situations. Cependant, Murthy [2013], dans son analyse, souligne que les tweets ne portent pas beaucoup plus d’information que d’autres sources d’informations plus classiques (comme par exemple les images satellitaires) sur l’évolution du désastre, mais ce qui est intéressant est que ces données garantissent une couverture totale d’événement en temps réel.

Figure 3. Processus de caractérisation des villes [Wakamiya et al., 2011 : 4]

  • 8 On est d’accord notamment avec Dhiraj Murthy [2013] sur le fait qu’on n’assiste pas vraiment à un (...)

44Plusieurs chercheurs ont essayé de transposer cette méthode à l’analyse de contextes ordinaires et, entre autres, à l’étude de la ville. Même s’il ne faut pas oublier les nombreux travaux qui soulignent les limites de couverture géographique et sociale des études basées sur Twitter8, on considère que cette plate-forme peut être un capteur efficace des phénomènes qui ont lieu dans les zones urbaines [Hetch et Stepens, 2014]. Un exemple intéressant est l’étude de Wakamiya et al. [2011] qui ont identifié des régularités des villes sur la base de l’activité Twitter géolocalisée dans ces villes. En mesurant la quantité des tweets envoyés dans les différents moments de la journée, ils arrivent à construire une typologie des zones urbaines (ville dortoir, ville bureau, ville nocturne, ville multifonctionnelle (voire figure 3).

45Il est intéressant de remarquer que cette technique définit l’image de la ville simplement sur la base de certaines activités de foule (crowd activities en anglais) forcément réductrices. En effet, tant qu’on considère des contextes exceptionnels comme les désastres ou d’autres contextes ordinaires comme la vie quotidienne de la ville, Twitter permet de relever et d’interpréter seulement les pics d’activités et non les vides qui sont également une partie importante d’un phénomène. L’étude de Wakamiya et al., [2011] est alors particulièrement utile pour notre argumentation parce que, si dans les intentions de ses auteurs, elle met bien en évidence toute la puissance des méthodes numériques pour les études urbaines, les représentations urbaines obtenues, quoique efficaces, sont partielles. Comme le disait le philosophe Walter Benjamin, la ville ne peut pas être comprise seulement comme objet d’investigation sociologique. Elle est d’abord, pensait-il un lieu d’oppression et de souffrance, et c’est pour cette raison qu’il voyait dans les outsiders, dont le flâneur est une sorte de prototype, les acteurs principaux d’une « rédemption urbaine profane » [Simay, 2011 : 73].

CONCLUSION

46Notre posture partiellement critique face au potentiel du numérique et, plus précisément, du numérique géoréférencé, pour la connaissance – et la construction – des lieux urbains, n’est pas isolée, loin de là. Selon Serge Wachter, la ville, les lieux et les morphologies qui la composent n’enregistrent que des changements mineurs face au numérique et ils ne sont pas vraiment touchés par les poussées de la société de l’information [Wachter, 2010 : 17]. L’élasticité d’une ville, observe-t-il, est « très inférieure à 1 ». Pour cette raison, Nicolas Nova écrit que l’espace numérique offre seulement une représentation partielle du territoire. Toute carte, comment l’enseigne De la rigueur de la science de Jorge Luis Borges – et comme l’a montré Umberto Eco en appliquant à ce bref récit le paradoxe de Russel [Eco, 1992] – ne peut être qu’une simplification de la réalité [Nova, 2009 : 149].

47Le même auteur se demande alors : « Comment représenter ce qui n’est pas enregistrable ? Comment, également, cartographier l’imprévu ? Comment prendre en compte les imperfections qui feront disparaître de la carte les capteurs abimés, en panne ou volontairement détruits ? » [Nova, 2009 : 150]. Similairement, Eric Gordon et Adriana de Souza e Silva affirment que, en croyant contrôler le monde à travers les cartes et les supports de géolocalisation, nous finissons par le perdre : « le monde est trop avec nous (the world is too much with us) », c’est leur devise [Gordon et de Souza e Silva, 2011 : 37].

48De même, ne sommes-nous pas les seuls à souligner les limites des analyses des phénomènes sociaux à travers les méthodes numériques appliquées aux plates-formes de réseautage social tels que Twitter. Déjà Richard Rogers [2013b], un des chercheurs qui ont plus contribué au développement et à la promotion des méthodes numériques, a récemment mis en avant le besoin de « débanaliser » le recours à Twitter.

49Notre intention était toutefois de relancer de manière positive ce questionnement. En reprenant ce qu’a dit l’historien Carlo Ginzburg à propos de ses collègues, nous croyons que les chercheurs en SHS qui utilisent les méthodes numériques risquent de confondre « la documentation qu’ils connaissent avec la documentation disponible, la documentation disponible avec la documentation qui a été produite, et cette dernière avec la réalité sociale qui l’a produite » [Ginzburg, 2007 : 42]. Pourtant, ce que nous avons nommé le « point aveugle » au croisement entre la chose et le medium technologique est, à notre avis, un aspect indépassable de nos attitudes, naïves ou savantes, envers le monde. En somme, rejeter les puissances du numérique face à la connaissance et la construction de la réalité (sociale), sous le prétexte de l’existence d’un « mythe de la trace » [Casati, 2013], serait un peu comme jeter le bébé avec l’eau du bain. Il s’agit plutôt de mettre le « point aveugle » du numérique au centre du débat et de ne pas le négliger dans le cadre des applications empiriques des méthodes numériques. Comme nous l’avons vu, l’emploi de ces méthodes est sûrement profitable pour les études urbaines et il peut l’être encore plus si accompagné par une réflexion sur leur sens en rapport avec la réalité (sociale).

Bibliographie

RÉFÉRENCES

[Beaude, 2012] Beaude, Boris, 2012, Internet, changer l’espace, changer la société : les logiques contemporaines de synchronisation, FYP éditions.

[Benkler, 2007] Benkler, Yochai, 2007, The Wealth of Networks, Yale University Press.

[Berger & Luckmann, 2006] Berger, Peter L., Luckmann, Thomas, 2006 (1966) La construction sociale de la réalité, Armand Colin.

[Berjani, 2011] Berjani, Betin, Strufe Thorsten, 2011 « A recommendation system for spots in location-based online social networks », in Proceedings of the 4th Workshop on Social Network Systems.

[Brey, 2009] Brey, Peter, Søraker, Johnny Hartz, 2009, « Philosophy of Computing and Information Technology », in Meijers, A., ed., Handbook of the philosophy os science, vol. 9 : Philosophy of technology and engineering sciences, Elsevier, p. 1-70.

[Boullier, 2000] Boullier, Dominique, 2000, « Processeur et réseau : les nouveaux formats de l’être-urbain », Les Cahiers du Numérique, vol. 1, n° 1, [La ville numérique], Hermès éditions, p. 171-190.

[Casati, 2013] Casati, Robert, 2013, Contre le colonialisme numérique, Albin Michel.

[Casilli, 2010] Casilli, Antonio, 2010, Les liaisons numériques : vers une nouvelle sociabilité ?, Seuil.

[Couclelis, 2004] Couclelis, Helen, 2004, « The construction of the digital city », Environment and Planning B : Planning and Design, vol. 31, n°. 1, p. 5-19.

[Dodge & Kitchin, 1996] Martin Dodge, Dr Rob Kitchin, 2001, The Atlas of Cyberspace, Addison-Wesley.

[Douay, 2011] Douay Nicolas, 2011, « Urbanisme 2.0, de la contestation à la participation », iTechniCités, n˚214 [supplément spécial pour la 32e rencontre nationale des agences d’urbanisme « Territoires et Projets Les outils de la gouvernance « ], p. 46-49.

[Eco, 1992] Eco, Umberto, 1992, Secondo diario minimo, Bompiani.

[Eco, 1990] Eco, Umberto, 1990, I limiti dell’interpretazione, Bompiani.

[Flichy, 2010] Flichy, Patrice, 2010, Le sacre de l’amateur. Sociologie des passions ordinaires à l’ère numérique, Seuil.

[Floridi, 2014] Floridi, Luciano, 2014, The fourth revolution, Oxford University Press.

[Floridi, 2010] Floridi, Luciano, 2010, The philosophy of information, Oxford University Press.

[Ginsberg et al., 2009] Ginsberg, Jeremy, Mohebbi, Matthew H., Patel, Rajan S., Brammer, Lynnette, Smolinski, Mark S., and Brilliant, Larry, 2009, « Detecting influenza epidemics using search engine query data », Nature, 457 (7232), p. 1012-4.

[Ginzburg, 2007] Ginzburg, Carlo, 2007, « Réflexions sur une hypothèse vingt-cinq ans après », in Thouard, Denis (dir.), L’interprétation des indices : enquête sur le paradigme indiciaire avec Carlo Ginzburg, Presses Universitaires du Septentrion, p. 37-47.

[Gordon & De Souza e Silva, 2011] Gordon, Eric, De Souza e Silva, Adriana, 2011, Net Locality : Why Location Matters in a Networked World, Wiley-Blackwell.

[Brent & Monica, 2014] Hecht Brent et Stephens Monica, 2014, « A Tale of Cities : Urban Biases in Volunteered Geographic Information », in ICWSM.

[Ihde, 1998] Ihde, Don, 1998, Expanding hermeneutics. Visualism in science, Forham University Press.

[Ihde, 1990] Ihde, Don, 1990, Technology and the lifeworld. From Garden to Earth, Indiana State University Press.

[Latour, 2008] Latour, Bruno, 2008, A Cautious Prometheus ? A Few Steps Toward a Philosophy of Design (with Special Attention to Peter Sloterdijk), Keynote lecture for the Networks of Design meeting of the Design History Society Falmouth, Cornwall, 3 septembre.

[Latour, 2005] Latour, Bruno, 2005, Reassembling the Social. An Introduction to Actor-Network-Theory, Oxford University Press.

[Latour, 2007 (1999)] Latour, Bruno, 2007, L’espoir de Pandore. Pour une version réaliste de l’activité scientifique, La Découverte.

[Lazer et al., 2009] Lazer, David, Pentland, Alex, Adamic, Lada, Aral, Sinan, Barabási, Albert-László, Brewer, Devon, Christakis, Nicholas, Contractor, Noshir, Fowler, James, Gutmann, Myron, Jebara, Tony, King, Gary, Macy, Michael, Roy, Deb, Van Alstyne, Marshall, 2009, « Computational social science « , in Science, Vol. 323, n°. 5915, p. 721-3.

[Lévy, 1994] Lévy, Jaques, 1994, L’Espace légitime, Presses de Sciences Po.

[Yves, 2011] Jeanneret, Yves, 2011, « Complexité de la notion de trace. De la traque au tracé », in Galinon-Mélénec, Béatrice (dir.), L’Homme trace. Perspectives anthropologiques des traces contemporaines, CNRS Editions.

[Ying et al., 2012] Ying, Josh Jia-Ching, Hsueh-Chan Lu, Eric, Kuo, Wen-Ning et Tseng, Vincent S., 2012, « Urban point-of-interest recommendation by mining user check-in behaviors » in Proceedings of the ACM SIGKDD International Workshop on Urban Computing [UrbComp’12], ACM, New York, NY, USA, p. 63-70.

[Marres & Weltevrede, 2013] Marres, Noortje, Weltevrede, Esther, 2013 « Scrpaing the social ? », Journal of Cultural Economy, Vol. 6, n° 3, p. 313-335.

[Marres, 2012] Marres, Noortje, 2012, The redistribution of methods : on intervention in digital social research, broadly conceived », The sociological review, 60, p. 139-165.

[Mille, 2013] Mille, Alain, 2013, « Traces numériques et construction du sens », in Galinon-Mélénec, Béatrice, Zlitni, Sami (dir.), Traces numériques. De la production à l’interprétation, CNRS Editions, p. 111-128.

[Tee, 2009] Tee, Morris, 2009, All a Twitter : A Personal and Professional Guide to Social Networking with Twitter, Que Publishing.

[Murthy, 2013] Murthy, Dhiraj, 2013, Twitter : Social Communication in the Twitter Age, Cambridge : Polity Press.

[Li & Chen, 2010] Li, Nan et Chen, Guanling, « Sharing location in online social networks », in Network, IEEE, vol. 24, n°. 5, p. 20-25.

[Nova, 2009] Nova, Nicolas, 2009, Les médias géolocalisés : comprendre les nouveaux espaces numériques, Pearson.

[November, Camacho-Hübner & Latour, 2010] November, Valérie, Camacho-Hübner, Eduardo, Latour, Bruno, 2010, « Entering a risky territory : space in the age of digital navigation », Environment and Planning D : Society and Space, 28 (4), 2010, p. 581-599.

[O’Reilly, 2005] O’Reilly Tim, 2005 « What Is Web 2.0. Design Patterns and Business Models for the Next Generation of Software. » in Web 2.0 Conference 2005 Available online at : http://oreilly.com/web2/archive/what-is-web-20.html.

[Rogers, 2013a] Rogers, Richard, 2013, Digital methods, MIT Press.

[Rogers, 2013b] Rogers, Richard, 2013, « Debanalizing Twitter : The Transformation of an Object of Study », in Proceedings of ACM Web Science 2013, Paris.

[Rogers, 2009] Rogers, Richard, 2009, The End of the Virtual : Digital Methods, Amsterdam University Press.

[Romele, à paraître] Romele, Alberto, à paraître, « Verbe intérieur », in Berner, Christian, Thouard, Denis (dir.), L’interprétation. Un dictionnaire philosophique, Vrin, Paris.

[Sadilek, Kautz & Bigham, 2012] Sadilek, Adam, Kautz, Henry, Bigham, Jeffrey P., 2012, « Finding your friends and following them to where you are » in Proceedings of the fifth ACM international conference on Web search and data mining [WSDM’12]. ACM, New York, NY, USA, p. 723-732.

[Scellato et al., 2010] Scellato, Salvatore, Mascolo, Cecilia, Musolesi, Mirco et Latora Vito, 2010, « Distance matters : geo-social metrics for online social networks ». In Proceedings of the 3rd conference on Online social networks [WOSN’10]. USENIX Association, Berkeley, CA, USA, p. 8.

[Schuler, 2002] Schuler, Doug, 2002, « Digital Cities and Digital Citizens », in M. Tanabe, P. Besselaar, & T. Ishida [Eds.], Digital Cities II : Computational and Sociological Approaches SE - 6 [Vol. 2362, p. 71-85]. Springer Berlin Heidelberg.

[Severo, 2011] Severo, Marta, Giraud, Timothée, Douay Nicolas, 2011, « Citizen protest in the online networks : the case of the China’s bloody map » 7th UK Social Networks Conference, July, Londres.

[Shoko, 2011] Wakamiya Shoko, Ryong Lee, et Kazutoshi Sumiya, 2011,« Urban Area Characterization Based on Semantics of Crowd Activities in Twitter », in Proceedings of Fourth International Conference on Geospatial Semantics [GeoS 2011], vol. 6631, p. 108-123, Brest, France, May.

[Sigaut, 2012] Sigaut, François, 2012, Comment Homo devint faber, CNRS Editions.

[Silva, 2012] Silva, Carlos Numes, 2012, Online Research Methods in Urban and Planning Studies : Design and Outcomes. IGI Global.

[Simay, 2004] Simay, Philippe, 2004, Walter Benjamin : la ville comme expérience, in Paquot, Thierry, Younès, Chris, éds., Les territoires des philosophes, La Découverte, p. 63-79.

[Sloterdijk, 2004] Sloterdijk, Peter, 2004, Sphären III. Schäume, Surkhamp.

[Souchier, 2013] Souchier, Emmanuel, 2013, « Voir le Web et deviner le monde. La « cartographie » au risque de l’histoire de l’écriture », in Galinon-Mélénec, Béatrice, Zlitni, Sami (dir.), Traces numériques : de la production à l’interprétation, CNRS Editions, p. 213-234.

[Stiegler, 2001] Stiegler, Bernard, 2001, La technologie et le temps 3, Galilée.

[Tranos, 2013] Tranos, Emmanouil, 2013, The Geography of the Internet. Cities, Regions and Internet infrastructures in Europe, Edward Elgar, Cheltenham.

[Tucker, 2011] Tucker, Charlotte, 2011, « Social media, texting play new rôle in response to disasters : Preparedness, communication targeted », The Nation’s Health, Vol. 41, n° 4, p. 1-18.

[Turkle, 2011] Turkle, Sherry, 2011, Alone Together : Why We Expect More from Technology and Less from Each Other, Basic Books.

[Venturini, 2010] Venturini, Tommaso, Latour, Bruno, 2010, « The Social Fabric : Digital Traces and Quali-quantitative Methods », Proceedings of Future En Seine 2009, Cap Digital, Paris.

[Vial, 2013] Vial, Stéphane, 2013, L’être et l’écran : comment le numérique change la perception, Presses Universitaires de France.

[Wachter, 2010] Wachter, Serge, 2010, La ville interactive : L’architecture et l’urbanisme au risque du numérique et de l’écologie, L’Harmattan.

[Zheng, 2011] Zheng, Yu, Liu, Yanchi, Yuan, Jing et Xie, Xing, 2011, « Urban Computing with Taxicabs », Proceedings of 13th ACM International Conference on Ubiquitous Computing [UbiComp 2011], Beijing, China.

[Yuan, 2012] Yuan, Jing, Zheng, Yu et Xie, Xing, 2012, « Discovering regions of different functions in a city using human mobility and POIs », in Proceedings of 18th SIGKDD conference on Knowledge Discovery and Data mining [KDD 2012].

[Wang et al., 2012] Wang, Zhu, Zhang, Daqing, Yang, Dingqi, Zhiyong, Yu, et Zhou, Xingshe, 2012, « Detecting overlapping communities in location-based social networks ». In Proceedings of the 4th international conference on Social Informatics [SocInfo’12], Karl Aberer, Andreas Flache, Wander Jager, Ling Liu, and Jie Tang [Eds.]. Springer-Verlag, Berlin, Heidelberg, p. 110-123.

[Zook, 2001] Zook, Matthew A., 2001, « Old Hierarchies or New Networks of Centrality ? – The Global Geography of the Internet Content Market », in American Behavioral Scientist, Vol. 44, N°.10, p. 1679-1696.

Notes

1 Nous pensons ici à la distinction entre philosophie et sociologie de la connaissance proposée par Luckmann et Berger : « Le philosophe […] est professionnellement obligé de ne rien considérer comme évident, et d’obtenir la plus grande clarté possible, en tant que position fondamentale, sur ce que l’homme de la rue croît être la « réalité » et la « connaissance ». En d’autres termes, le philosophe est amené à décider à quel endroit les guillemets sont à leur juste place et à quel endroit ils peuvent être omis, c’est-à-dire à faire la différence entre les affirmations valides et non-valides concernant le monde. Cela, le sociologue ne peut pas le faire. Logiquement, sinon stylistiquement, il est condamné aux guillemets » [Berger & Luckmann, 2006 (1966) : 42-43].

2 Cette comparaison n’est pas sans raison : ce genre de discussions rejoint les débats parmi les stoïciens sur la présence chez les animaux d’un « verbe intérieur » [Romele, à paraître].

3 Notoirement, l’action-network theory (ANT) admet la présence d’actants non-humains. Floridi, de son côté, observe que la plupart des opérations qui regardent la production, le traitement et le stockage de l’information advient de manière massivement automatisée. Le philosophe d’origine italienne parle alors de « quatrième révolution » [Floridi, 2014].

4 Ihde lui-même a proposé ailleurs d’« étendre l’herméneutique » au-delà du model textuel au sens classique [Ihde, 1998].

5 Une autremanière d’envisager des questions semblables consisterait à prendre en considération la structure de « magnification/réduction » des relations technologiquement médiatisées. Selon Ihde, les technologies exaltent des traits du monde tout en excluant des autres, et c’est précisément cette « réduction » qui est souvent négligée. On trouve une description plus articulée de la même structure chez Bruno Latour [2007 (1999) : 71-72].

6 Nous appliquons ici une sorte de « principe de charité » face au discours de Marres et Weltevrede. En effet, nous pourrions nous demander si ce qu’elles envisagent c’est déjà quelque chose du monde – comme nous admettons dans ce contexte – ou si, en réalité, elles s’occupent seulement du « plasma » numérique, sans se demander dans quelle mesure ceci est une représentation de la réalité (sociale). Dans ce deuxième cas, nous serions devant ce qu’Emmanuel Souchier [2013] appelle une « divination du monde ». La philosophie aurait alors la fonction que lui attribuent Berger et Luckmann, i. e. de « décider à quel endroit les guillemets sont à leur juste place et à quel endroit ils peuvent être omis » et trouverait ainsi son rôle spécifique dans la redistribution des méthodes (ou des compétences) dont Marres [2012] parle ailleurs.

7 Il s’agit d’une affirmation tout à fait étrange, sinon du point de vue philosophique – le renoncement à certaines exagérations du linguistic turn remonte aux années 1990 –, du moins du point de vue des SHS au sens large, où c’est encore le paradigme (post) structuraliste qui est à notre avis dominant. Pour une approche différente, nous renvoyons au travail d’Emmanouil Tranos [2013].

8 On est d’accord notamment avec Dhiraj Murthy [2013] sur le fait qu’on n’assiste pas vraiment à un élargissement du village global de Marshall McLuhan, comme avait prévu de manière optimiste Tee Morris [2009], mais plutôt à l’affirmation d’un « global marketvillage », fondé sur les gros groupes commerciaux comme Facebook, Google et Twitter.

Table des illustrations

Légende Figure 1. Cercle [herméneutique ?] des méthodes numériques
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/2375/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Figure 2. Réseau social basé sur la localisation [Ying et al., 2012 : 1]
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/2375/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende Figure 3. Processus de caractérisation des villes [Wakamiya et al., 2011 : 4]
URL http://books.openedition.org/pressesmines/docannexe/image/2375/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 412k

© Presses des Mines, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search