Version classiqueVersion mobile

Devenirs urbains

 | 
Maryse Carmes
, 
Jean-Max Noyer

L’instauration de la transition énergétique dans le Nord-Pas de Calais

Maryse Carmes et Jean-Max Noyer

Résumé

Nous présentons ici l’effort produit par un ensemble de collectivités et acteurs du Nord-Pas de Calais pour faire face à la question de la transition énergétique, dans le cadre particulier d’une mission confiée à J. Rifkin. Nous montrons la manière dont cette région, relance à cette occasion de nouvelles réflexions et engage un nouveau mouvement. Les processus de travail et de mobilisation des acteurs de la région sont décrits de manière synthétique. Cette mobilisation et la fabrique du consentement qui l’accompagne s’appuient autour du projet de la « Troisième Révolution Industrielle ». À partir des commentaires formulés par les groupes de travail et les collectivités territoriales sur le Master Plan, on voit comment ceux-ci débattent, ajustent, enrichissent et en modifient les orientations. La feuille de route finale se veut être une proposition très ambitieuse de transformation d’un territoire à ses différents niveaux d’échelle.

Texte intégral

INTRODUCTION

  • 1 Jeremy Rifkin, La troisième Révolution Industrielle, Comment le pouvoir latéral va transformer l’é (...)

1Nous présentons ici l’effort produit par un ensemble de collectivités et d’acteurs du Nord-Pas de Calais pour faire face à la question de la transition énergétique, dans le cadre particulier d’une mission confiée à J. Rifkin. Le projet qui a été lancé en 2013 par les décideurs de cette région se décline selon plusieurs points de force stratégiques. Pour une large part, ils prennent appui sur des propositions déjà exprimées dans l’ouvrage de J. Rifkin « La troisième Révolution Industrielle » et dont le sous titre est « Comment le pouvoir latéral va transformer l’énergie, l’économie et le monde ».1

2Pour l’économiste américain, la troisième révolution industrielle repose sur cinq piliers. Indissociables, selon J. Rikfin, ils sont à édifier simultanément :

3Pilier 1 : « le passage aux énergies renouvelables » ;

4Pilier 2 : « la transformation du parc immobilier de chaque continent en minicentrales électriques pour collecter les énergies renouvelables sur site »

5Pilier 3 : « le déploiement des technologies de stockage par le biais de l’hydrogène ou d’un autre moyen dans chaque bâtiment et dans toute l’infrastructure, afin d’emmagasiner les énergies intermittentes » ;

6Pilier 4 : « l’utilisation de la technologie de l’Internet pour faire évoluer le réseau eélectrique de chaque continent vers un système intelligent de distribution décentraliseée de l’énergie fonctionnant comme Internet (lorsque des millions de bâtiments génèrent une petite quantité d’énergie au niveau local, sur site, le surplus peut être revendu au réseau et l’électriciteé partagée avec leurs voisins) » ;

7Pilier 5 : « la transformation de la flotte de transport en véhicules électriques rechargeables ou à piles à combustible, pouvant acheter ou vendre de l’électricité sur un réseau électrique intelligent, continental et interactif. »

8Pour la région Nord-Pas de Calais,

  • 2 Synthèse du Master plan élaboré avec Jeremy Rifkin : www.latroisiemerevolutionindustrielleennordpa (...)

« Lorsque les 5 piliers sont rassemblés, ils forment une plate-forme technologique indivisible qui augmentera considérablement la productivité des entreprises et des industries du Nord-pas de calais, créera de nouvelles opportunités commerciales, développera la création d’emplois, et fera de cette région la référence de la Troisième révolution industrielle en France, au sein de l’Union européenne, et dans le monde. […] L’infrastructure de la Troisième révolution industrielle améliorera sans commune mesure la compétitivité commerciale de la région, la plaçant loin devant les autres régions qui travaillent encore sur le modèle désuet de la deuxième révolution industrielle.2 »

9La présentation effectuée ici n’est pas une approche critique du travail engagé par la région Nord-Pas de Calais, pas plus qu’il ne s’agit de discuter au fond les thèses, notions et idées générales exprimées dans l’ouvrage de J. Rifkin. Ces thèses ont été et sont encore commentées, débattues ici et là. Notre objectif est de décrire les éléments principaux du processus d’instauration et d’incarnation de la proposition de l’équipe de Rifkin, en étudiant notamment l’agencement à partir duquel ce projet se construit et l’activité des groupes de travail (les traces qu’ils ont laissées à cette occasion), en exploitant une partie des discours de légitimation, des narrations qui ont permis d’enclencher les principaux mécanismes d’intéressement nécessaires à cette action collective, à la mise en route d’une mobilisation sur le sujet. La critique est bien évidemment à faire et à poursuivre et les visions des uns et des autres doivent être mises en situation de controverses, les dogmes discutés et la performativité des procèdures et des actants soumise à l’évaluation politique, voire anthropologique.

  • 3 Directeur du World Forum Lille Institute et directeur du projet au sein de la CCI de région Nord d (...)

10Nous montrons la manière dont cette région, forte de nombreuses actions préexistantes en la matière, relance à cette occasion de nouvelles réflexions et engage un nouveau mouvement. Condition d’une fabrique du consentement autour du projet « troisième révolution industrielle », sont décrits les processus de travail et de mobilisation des acteurs de la région. Le rôle joué par le choix des analyses vulgarisatrices de J. Rifkin – comme référence principale – par la contribution de son équipe d’experts, est mis en relief à travers l’entretien accordé au Grico par Claude Lenglet3 (directeur du projet au sein de la CCI de région Nord de France puis au Conseil régional).

11Deux parties présentent ensuite une sélection de commentaires sur le master plan des équipes de J. Rifkin, formulés respectivement par les groupes de travail et les collectivités territoriales. À partir de ceux-ci, on voit ces acteurs débattre, modifier et enrichir les préconisations du master plan. La feuille de route finale, dont la fin de rédaction est prévue pour mai 2014, se présentera comme une proposition structurante de transformation d’un territoire à ses différents niveaux d’échelle. Caractérisée par un alignement des enjeux écologiques, économiques et sociaux, elle aura pour but de poser les conditions, l’organisation, les moyens, permettant la réalisation d’un couplage systématisé de la transition énergétique avec la création d’emplois et une transformation des pratiques collectives.

LE MASTER PLAN DE LA RÉGION NORD-PAS DE CALAIS

12Ayant subi le ralentissement de la croissance économique, la région Nord, comme d’autres territoires, affronte des problèmes de pertes d’emplois et se trouve à nouveau, malgré le maintien de secteurs dynamiques, dans l’obligation d’investir fortement dans un autre modèle de développement. En effet, cette région, où le secteur de l’énergie tient une place historique particulière, a déjà été très marquée par les grandes mutations industrielles notamment au moment de l’arrêt de l’exploitation du charbon. Plus récemment, la fermeture de la raffinerie de Dunkerque a constitué un nouveau coup dur pour l’emploi. Ainsi, les élus ont vu dans la transition énergétique, considérée comme la prochaine grande mutation technique-économique-sociale, des opportunités pour fonder un autre horizon de politique territoriale.

13Ce désir de mutation trouve son incarnation première dans le « master plan », rédigé après une consultation collective par les équipes de J. Rifkin, puis commenté par les responsables locaux et les groupes de travail. Ce master plan (un document de 380 pages) – qu’on l’appréhende comme un schéma directeur ou encore comme la formalisation d’un projet (sa première prise de forme) à travers l’exposition de fins et de moyens – se présente comme un actant majeur du processus « TRI » : il est à la fois le résultat d’un travail d’analyse et d’arbitrages (pensés pour être relativement stables), le livrable témoignant de l’achêvement de la mission Rifkin, un objet-lien faisant référence (il a une valeur prescriptive), à partir duquel s’opère une multitude d’interactions (il est une médiation), se lancent et s’évaluent des actions. Il constitue pour toutes ces raisons un énoncé incontournable.

14Le master plan de la région Nord, présenté en octobre 2013, traite de huit dimensions

1. Les énergies renouvelables distribuées

15Les énergies renouvelables représentent 3 à 4 % de la production d’énergie de la région, contre 12 % en France. La région présente donc un retard qu’il convient de combler. L’impact attendu se situe aussi bien au niveau environnemental qu’économique et social. Une étude de l’US Energy Information Administration datant de janvier 2011 estime qu’en Allemagne, l’énergie produite par des sources renouvelables a créé presque autant d’emplois que toutes les autres formes d’énergie réunies alors qu’elle représente moins de 10 % de la production énergétique totale. Cet axe présente donc un potentiel de création d’emplois conséquent. Fil conducteur de la démarche au même titre que la dimension économique et sociale, la question de l’impact environnemental s’accompagne d’un objectif fixé par la région Nord-Pas de Calais et ses partenaires : il s’agit, d’ici 2050, de diviser par 4 le niveau des émissions de gaz à effet de serre sur le territoire.

2. Les bâtiments producteurs d’énergie

16Plusieurs projets pilotes de bâtiments producteurs d’énergie ont déjà été réalisés en Nord-Pas de Calais, comme les bâtiments Adeo à Ronchin. D’autres, dits à énergie positive, sont programmés pour les mois à venir, tels que l’éco-quartier du Baroch à Grande-Synthe. Ces initiatives restent cependant marginales et disparates. De plus, les parcs solaires géants et les grandes fermes solaires ne sont pas suffisants pour assurer, à eux seuls, la transition énergétique. Le secteur du bâtiment a donc un rôle majeur à jouer dans le basculement vers une économie de troisième révolution industrielle à travers les deux enjeux que sont la production d’énergie directement par les bâtiments et le renforcement de leur efficacité énergétique.

3. L’hydrogène et le stockage de l’énergie

17Les énergies renouvelables sont, par essence, fortement dépendantes des conditions météorologiques. Or, comme le rappelle Jeremy Rifkin dans son ouvrage, « le soleil ne brille pas tout le temps, le vent ne souffle pas toujours ». Il est donc nécessaire de stocker l’énergie produite afin de pouvoir déconnecter production et consommation. Le groupe de travail étudiera donc toutes les possibilités techniques qui permettent ce stockage, à l’instar de la pile à hydrogène. En Corse, le projet Myrte repose sur ce système. Cependant, d’autres types de stockage, et notamment ceux développés localement, seront soumis à l’étude du groupe de travail.

4. Les réseaux intelligents

18La troisième révolution industrielle s’appuie sur le développement des énergies distribuées, donc de faible puissance, potentiellement présentes en tout point du globe. Leur distribution nécessite dès lors la mise en place d’un réseau énergétique décentralisé tel qu’il s’en développe actuellement dans le monde. Il s’agit des réseaux dits intelligents, ou « smart grids », dont le développement n’a pas encore débuté dans le Nord-Pas de Calais. La mission du groupe de travail est donc de dégager des propositions à même de favoriser la création de ces réseaux à travers le territoire régional.

5. L’innovation dans la mobilité douce

19Le transport représente 20 % de la consommation énergétique régionale (chiffres de 2008). Il s’agit donc d’un levier important qui peut être actionné aussi bien au niveau du transport de personnes que du fret. Les véhicules électriques constituent une des principales pistes de réflexion développée par Jeremy Rifkin à propos de la mobilité dans ses écrits. À ce titre, le groupe de travail pourra s’appuyer sur le grand projet régional du véhicule électrique. Cependant, il devra aussi étudier tous les leviers d’action capables de favoriser une mobilité verte.

6. L’efficacité énergétique

20La mise en place de l’efficacité énergétique vise à diminuer la consommation d’énergie utilisée pour des services rendus qui demeurent les mêmes. Le Nord-Pas de Calais est la troisième région française consommatrice d’énergie (après l’Île-de-France et Rhône-Alpes). Sa consommation énergétique s’élève à 8 % de la consommation nationale, alors qu’elle ne représente que 6,6 % de la population. Un travail important peut donc être entrepris afin de favoriser la réduction des dépenses énergétiques, notamment sur l’industrie qui représente environ la moitié de la consommation régionale ou encore la rénovation des logements. On estime aujourd’hui que 800 000 logements requièrent une rénovation thermique en Nord-Pas de Calais. L’opération de développement « plan régional de réhabilitation énergétique et environnementale des logements, dit plan 100 000 logements » entreprise par la région, constitue une des politiques menées dans cette optique.

7. L’économie circulaire

21L’enjeu est la transformation de certains déchets en matières premières réutilisables dans la conception de nouveaux produits ou pour d’autres utilisations. Pour cela, l’économie circulaire préconise de ne plus créer de résidus autres que ceux que les systèmes industriel et naturel sont en mesure d’absorber. Un gain de compétitivité conséquent peut ainsi être réalisé par les industries qui développent une bonne maîtrise de leur flux de matières premières.

8. L’économie de la fonctionnalité

22L’économie de la fonctionnalité joue un rôle primordial dans la création d’une société de troisième révolution industrielle puisqu’elle influe sur les comportements et la redéfinition des notions de propriété et d’usage. Elle consiste en la substitution de la vente d’un produit par la vente de l’usage de celui-ci, c’est-à-dire qu’elle place la valeur du produit dans sa fonction pour le consommateur, donc dans les bénéfices qu’il retire de son utilisation en réponse à son besoin, et non plus dans la possession de ce produit.

23Par rapport, au « programme » Rifkin et de son livre, le master plan de la région Nord-Pas de Calais, présente déjà une première évolution notable, puisqu’aux cinq piliers initiaux en ont été rajoutés trois. Il convient de rappeler dès à présent le cadre conceptuel, les thèses et postulats qui fondent les analyses de Jeremy Rifkin et qui sont affirmés de manière très radicale dans le chapitre 4 de la TIR, « Le capitalisme distribué » (p. 155 à 198) et en particulier « L’économie coopérative » (p 166-168).

« La troisième révolution industrielle en voie d’émergence, en revanche, s’organise autour des énergies renouvelables distribuées que l’on trouve partout et qui sont pour l’essentiel gratuites – le soleil, le vent, l’hydroénergie, la chaleur géothermique, la biomasse, les vagues et les marées des océans. Ces énergies dispersées, vont être collectées dans des millions de sites locaux, puis rassemblées et partagés sur des réseaux électriques intelligents pour assurer les quantités optimales de courant et maintenir une économie durable et efficace.
Distribuée par nature, l’énergie renouvelable nécessite des mécanismes de gestion coopérative et non hiérarchique. Ce nouveau régime énergétique latéral fixe le modèle d’organisation des innombrables activités économiques qui se développent à partir de lui. Et une révolution industrielle distribuée et coopérative conduit invariablement à un partage distribué des richesses produites. Le tournant partiel des marchés aux réseaux introduit une nouvelle façon d’entreprendre. La relation antagonique entre vendeurs et acheteurs cède la place à une relation coopérative entre fournisseurs et usagers. L’intérêt personnel est subsumé par l’intérêt commun. La propriété intellectuelle de l’information est éclipsée par un nouvel accent sur l’ouverture et la confiance collective. Si l’on préfère aujourd’hui la transparence au secret, c’est pour une raison simple : quand on accroît la valeur du réseau, on ne s’appauvrit pas personnellement ; on enrichit tout le monde, car les acquis de tous sont des noeud égaux dans l’effort commun ».

  • 4 Rifkin J., « The Age of access, The new Culture Of Hypercapitalism, Where All of life is a paid-fo (...)

24Ces thèses sont dans le droit fil de ce que Jeremy Rifkin avait proposé dans son ouvrage « The Age of access, The new Culture Of Hypercapitalism Where All of life is a paid-for experience »4 publié en 2000. Si elles sont pour une large part reprises dans le master plan final de la région Nord, elles ont été adaptées et actualisées selon les contraintes et les desseins spécifiques de celle-ci. Si la réflexion de la région du nord prend appui sur certains de ces postulats, les commentaires des groupes de travail notamment montrent aussi comment, suite à une confrontation avec d’autres réalités, peut affleurer un détachement et une vision parfois différenciée des problèmes.

LA « T. R. I » VUE PAR C. LENGLET, CHEF DE PROJET

Le cadre d’instauration

25L’initialisation de la démarche TRI dans la région Nord résulte donc d’une convergence entre les préoccupations des décideurs locaux et les analyses exprimées dans le livre de la TRI. Elle est aussi le résultat de rencontres et en particulier de celle de Jeremy Rifkin et de Claude Lenglet à la faveur de ses activités et responsabilités professionnelles.

26Quelques repères chronologiques permettent d’identifier les jalons principaux de la mise en mouvement du projet :

  • 2007 : rencontre de Claude Lenglet et de Jeremy Rifkin, dans un contexte européen.
  • 2012 : sortie en France du livre de J. Rifkin et fort intérêt manifesté par les responsables de la région pour le livre « la troisième révolution industrielle » ; proposition faite par ces derniers à l’auteur, de participer au prochain World Forum de Lille.
  • 14 novembre 2012 : la conference de Jéremy Rifkin fut le moment phare du 6e World Forum (C. Lenglet est le directeur du World Forum Lille Institute, think thank de l’économie responsable et co-organisateur de cet événement international réunissant tous les ans dans la capitale du nord, des décideurs, chercheurs, associations, etc., sur la RSE)5.
  • Janvier 2013 : accord sur la mission Rifkin (signature par la Chambre de Commerce et d’Industrie régionale).
  • Entre début janvier et fin mars 2013 : fourniture des données régionales à l’équipe de J. Rifkin6.
  • Du 13 au 15 mai 2013 : séminaire, séances collectives de travail entre les equipes de J. Rifkin et des groupes d’experts et responsables de la région Nord (125 personnes)7.
  • Juillet 2013 : communication du master plan par les équipe de J. Rifkin (dont une version française présentant des problèmes de traduction)
  • Septembre : version réécrite du master plan.
  • 25 octobre 2013 : présentation du master plan en séance publique au World Forum.
  • Novembre 2013 : publication d’un rapport de commentaires produits par les groupes de travail et les collectivités territoriales.
  • Mai 2014 : communication prévue de la « feuille de route »8.
  • 2014 : mise en place d’une nouvelle gouvernance.
  • 9 hethirdindustrialrevolution.com/
  • 10 À ce propos des responsables de la région Nord et de la CCI Nord-Pas de Calais émettent quelques v (...)

27L’approche de Jeremy Rifkin9 n’a été mise en pratique que par quelques décideurs en Europe, mais Rifkin en personne a néanmoins été reçue par de nombreux responsables gouvernementaux et locaux. Si son approche et ses méthodes peuvent parfois donner lieu à controverse, son propos éveille l’attention et dans certains cas, participe à l’initialisation d’une démarche qui vient actualiser la première proposition du prospectiviste américain10. Solliciter J. Rifkin, c’est aussi susciter l’intérêt et faire l’hypothèse d’un désir ainsi accru des responsables locaux (élus, entreprises, associations, etc.) vis-à-vis d’un engagement dans cette démarche. Évidemment, la notoriété de J. Rifkin ne suffit pas seule à expliquer les raisons pour lesquelles la région s’est lancée dans un tel projet et à comprendre l’agrégation de plusieurs responsables, la convergence de forces hétérogènes. Les propositions de la TRI reçoivent ici cet écho car un ensemble de conditions favorables sont réunies. En dehors des enjeux économiques indiqués plus haut, pour C. Lenglet, les principales sont les suivantes.

28Premièrement, le plan de transition énergétique bénéficie d’un cadre politique qui en matière de développement durable, s’illustre déjà par plusieurs programmes. En ce sens, le master plan de la TRI s’inscrit dans une continuité, répond à la vitalité régionale et se propose d’être la colonne vertébrale de ces orientations. Le Conseil régional mène, depuis plusieurs années, une politique de grands projets dont la transformation écologique et sociale est le fil conducteur. Les enjeux de la transformation écologique et sociale de la région (TESR) sont ainsi formulés :

« Expérimenter un nouveau mode de conception et de conduite des politiques publiques régionales. Favoriser l’émergence d’un modèle de développement plus durable, plus responsable vis-à-vis de l’environnement. Privilégier un développement plus solidaire, dans tous les domaines et toutes les dimensions : sociales, intergénérationnelles, territoriales, internationales. Réussir à modifier nos façons de faire afin de passer d’un modèle de développement que l’on sait non durable à un nouveau modèle de développement. »

29Neuf grands projets sont menés en favorisant des logiques d’expérimentation et concernent la reconversion des bassins miniers, la création de nouveaux modes de gestion et de modèles sociaux pour les lycées, l’évolution du système alimentaire agro-industriel et agro-tertiaire, la santé, la préservation des ressources en eau et forestières et la transformation du modèle énergétique (diminution de la consommation énergétique du bâti, développement des énergies renouvelables, démantèlement de la centrale nucléaire de Gravelines, etc.).

30Faisant partie de la TESR, le plan 100 000 logements vise d’ici 2050 la réhabilitation environnementale et énergétique des 1 400 000 logements dits anciens (c’est-àdire construits avant 1990) de la région Nord-Pas de Calais. Sont concernés tous les logements collectifs et individuels, publics et privés. Ce parc représente 25 % des consommations énergétiques régionales avec une moyenne élevée de plus de 300 kWh/m ²/an. 80 % des logements datent d’avant 1990. Ils sont mal isolés, relativement inconfortables, coûteux à chauffer et génèrent environ 20 % des émissions régionales de gaz à effet de serre. L’enjeu est de rénover durablement l’ensemble de ce parc de logements pour offrir à la fois de meilleures conditions de vie aux habitants, réduire leurs dépenses, tenir les engagements du Plan climat régional. Concrètement, le dispositif s’appuie sur différentes modalités : une démarche d’audit environnemental et énergétique (AEE) destiné à informer, guider et accompagner les particuliers dans le projet de réhabilitation de leur logement ; un guichet unique destiné aux propriétaires privés ; un soutien financier permis par une coopération originale avec les banques. Des conventions partenariales sont notamment signées avec les territoires de projet (Communautés Urbaines, Communautés d’Agglomération, Pays, etc.).

31D’autres programmes encore, complètent le dispositif. Adopté en 2006, le SRADDT (Schéma régional d’aménagement et de développement durable du territoire) définit les enjeux et principales orientations pour l’avenir, en ce qui concerne le transport, le climat, la biodiversité Trame Verte et Bleue et l’économie, l’emploi et la formation. S’y adjoignent Le schéma régional climat énergie (SRCAE), Le Schéma régional du développement économique. On compte ainsi plusieurs réalisations s’appuyant sur les énergies renouvables, certaines d’entre elles résultant également d’initiatives locales, telle que la centrale photovoltaïque crée sur les terrils à « Loos-en-Gohelle »11.

32Les autres collectivités territoriales ont elles-mêmes engagé des programmes divers. Comme on le retrouvera dans les remarques formulées par certaines, l’efficacité de la phase de mise en œuvre du projet de troisième révolution industrielle, devra passer par un travail d’articulation et de concertation (à l’instar de nombreux plans déjà engagés) des différentes politiques qui irrigueront l’action publique régionale et infra-régionale dans le futur. En conséquence, il apparaît également indispensable d’adapter les documents de planification territoriale.

  • 12 The Fraunhofer Institute for Solar Energy Systems ISE conducts research on the technology needed t (...)

33Deuxièment, selon C. Lenglet, il y a un constat partagé entre J. Rifkin et la région Nord sur le potentiel de gain probable en matière d’efficacité énergétique dans le domaine industriel. En effet, 91 % des gaz à effets de serre de la région proviennent de l’industrie, des bâtiments et des transports et 7 % de l’agriculture. La centrale nucléaire de Gravelines a agrégé autour d’elle beaucoup d’industries et dans les années 1980, l’implantation d’industries ayant besoin de beaucoup d’énergies n’a cessé de croître (exemple, dans le domaine de l’aluminium, la société Rio Tinto à Dunkerque). D’autre part, la densité de population sur la région nord est très élevée : 323 habitants au km 2, soit une densité trois fois plus importante que la moyenne française. Enfin, l’analyse du bâti urbain montre un patrimoine vieillissant et une qualité de construction médiocre (du début du XXe siècle et des années 1970). Il convient de noter qu’un renforcement de la prescription vient parfois d’experts réunis autour de Jeremy Rifkin : un institut allemand12 affirme par exemple que le Nord peut être en mesure de passer totalement aux énergies renouvelables en 2050. Les gains attendus sont dans tous les cas énormes.

34Le troisième phénomène qui tend à expliquer cette dynamique autour de la TRI, concerne plus particulièrement l’approche des équipes de J. Rifkin. En effet, elles montrent une forte capacité à mobiliser les décideurs locaux, à les emmener dans une cadence de réalisation et de décision. Ils imposent leur temporalité et embarquent dans leur rythme rapide une administration, de nombreuses collectivités et autres parties prenantes. Les acteurs sont placés en situation d’urgence et c’est la mise en mouvement collectif qui l’emporte sur l’exhaustivité des analyses et des propositions.

35 « La méthode de travail des « équipes Rifkin » est plutôt une approche « top down » : les experts prennent toutes les données, analysent et deux mois plus tard « on vous donne la solution », indique C. Lenglet. « Puis, ses équipes ont rédigé un document en anglais auquel s’est associée une traduction française (de mauvaise qualité). En septembre 2013, le travail de ré-écriture a donné lieu au master plan13. Suite au premier livrable de l’équipe Rifkin, les groupes de travail et des collectivités territoriales ont souhaité que leurs avis soient plus fortement pris en compte (voir la partie « Master plan in progress » et nos extraits).

La gouvernance du projet

  • 14 Le Master plan estime le financement nécessaire de la transition énergétique à 5 milliards d’euros (...)

36Le pilotage du projet est réalisé par le Conseil régional, la CCIR, la CCI en collaboration avec les différents directeurs généraux adjoints des organismes impliqués. Le financement, à savoir 5 milliards d’euros par an sur la période 2014-2050 pour des retombées estimées à 1,7 fois le coût total investit, est assuré par le CR Nord, la CCI du Nord, les deux départements, les trois communautés urbaines et l’Europe14.

  • 15 Pendant le travail avec les équipes de J. Rifkifin, un « comité de pilotage », par le biais de son (...)

37La gouvernance repose sur deux instances15. La première est le forum d’orientation.

38Présidé par Philippe Vasseur, président de la CCI de région Nord de France, président du Réseau Alliances, organisateur du World Forum Lille, et co-présidé par Jean-François Caron au nom du Conseil régional Nord-Pas de Calais, le forum se compose d’une cinquantaine de membres (désignés par le monde économique, politique, sociétal, de la recherche/universités, grandes écoles) qui travaillent tous ensemble. Le forum d’orientation se présente comme « le parlement » du projet. Organe de consultation, il est composé de quatre collèges (une douzaine de personnes/collège) : le collège économique (auquel participent notamment les CCI et des entreprises), le collège social et sociétal (dans lequel on retrouve le CESER *), le collège politique (représentants élus des collectivités, représentants de l’État comme le SGAR, etc.), le collège Université et Recherche (7 universités régionales, l’université Catholique de Lille, les écoles d’ingénieurs). Le forum d’orientation est tenu informé de l’avancement du programme et valide les décisions.

39La seconde se compose des groupes de travail ou groupes d’experts.

40Créés en vue du séminaire collectif de mai 2013, ces groupes – représentant en tout 125 personnes – réunissent des experts issus des collectivités territoriales et d’autres partenaires institutionnels locaux. Ils sont sollicités en fonction de leurs domaines de compétences, interviennent sur des axes spécifiques du programme TRI. Par ailleurs, certains organismes ont demandé à participer au travail collectif (par exemple : l’Ademe, EDF, ERDF, GRDF). 8 groupes de travail avaient réuni pour la constitution du Master plan des experts régionaux, nationaux et européens ainsi que des entreprises opérant dans le Nord-Pas de Calais autour des 6 piliers de travail retenus et des deux thématiques spécifiques que sont l’économie circulaire et l’économie de la fonctionnalité.

41Si elle sait se montrer efficace, cette organisation suscite néanmoins quelques interrogations. Le processus participatif et délibératif, qui a certes voulu se distinguer de l’approche top-down de Rifkin, ne s’étend pas à la population. Il s’agit d’un projet conçu par des élus, des DGA et des experts. Ce choix répond à un souci de mise en marche rapide alors qu’une large consultation, aurait pu, selon les responsables, entraver la dynamique de lancement. La logique retenue ici est celle, maintes fois employée en stratégie, d’une définition en collège restreint des finalités et d’une co-construction appliquée ensuite à la mise en œuvre. C’est donc à partir de 2014, que la population sera plus largement invitée à participer. Toutefois des organisations, telles que le Club des entrepreneurs « ouvert à toutes les entreprises, désireuses de s’engager dans une démarche de troisième révolution industrielle, quels que soient leur taille et leur secteur d’activité », participent indirectement à un embryon d’intégration des populations dans la production de conditions favorables au renouvellement des modes de gouvernance, sans toutefois viser l’établissement explicite d’une gouvernance polycentrique efficace, redéfinissant les rapports entre experts et populations. Le club des entrepreneurs a pour objectif :

« de mettre les acteurs en réseau et être un lieu de partage d’expériences, d’identifier les bonnes pratiques et provoquer un effet d’entraînement, de faire naître de nouveaux projets, d’informer les entreprises régionales des appels à projets/appels d’offre nationaux et européens en lien avec la troisième révolution industrielle, de valoriser les retours d’expérience ».

42Par ailleurs, la région favorise le soutien et l’accompagnement des porteurs de projets : des pistes d’innovation sont travaillées, des moyens (pas seulement financiers) sont apportés en matière de compétences, d’expertises, d’aide à la réalisation des expérimentations. Les engagements pris par les chefs de projets sont : la transparence, la capitalisation de l’expérience (indicateurs), le respect d’une éthique générale.

Les demandes d’ajustements et de modifications

43Le contenu du master plan élaboré par les équipes de J. Rifkin en juillet 2013 a suscité plusieurs discussions. Restant toujours à l’intérieur du schéma général proposé, les demandes se présentent en majorité comme l’expression d’un souhait d’ajustements des propositions présentées. Elles se déploient en sept directions principales (une sélection des positions des groupes de travail et des collectivités territoriales est présentée dans les parties suivantes).

Premier ajustement : trois piliers supplémentaires

44Les responsables de projets au sein du Conseil régional et de la CCI pointent la nécessité de renforcer le volet économique. Cela converge d’ailleurs avec le profil et la sensibilité du plus proche collaborateur de J. Rifkin, économiste de formation. Selon ceux-ci encore, le plan ne peut être crédible sans y associer de manière transversale la question de l’efficacité énergétique. Comme le précise C. Lenglet, la visée de l’économie circulaire est de remplacer le cycle de vie linéaire des matières premières par un réemploi optimal des rejets considérés comme des ressources nouvelles. Quant à l’économie de la fonctionnalité, elle se caractérise par le remplacement de la vente d’un bien ou d’un service par une solution intégrée (éventuellement partagée) et focalisée sur la valeur d’usage et la satisfaction d’un besoin fonctionnel plutôt que la propriété matérielle. L’application de ces principes à l’ensemble des domaines d’action doit permettre d’atteindre une plus grande efficience économique et sociale.

Deuxième ajustement : le(s) mode(s) de gestion des énergies renouvelables

45Pour Jérémy Rifkin, il convient de privilégier un modèle distribué alors que pour le Conseil régional, une hybridation entre le modèle distribué et le pilotage de la production d’énergie est nécessaire. Cela s’applique à plusieurs types de production comme par exemple l’éolien offshore.

Troisième ajustement : les bâtiments

46Alors que dans la vision de J. Rifkin, tous les bâtiments deviennent producteurs d’énergie, pour le CR cette perspective est absolument irréalisable. En effet, si cela est envisageable pour les logements neufs, la transition énergétique pour le logement ancien affronte de multiples contraintes. En dehors de l’aspect financier, il convient de considérer le rythme de renouvellement du parc de logements : le taux moyen est de 1 % par an. La transformation consiste en premier lieu à travailler sur l’isolation. Par ailleurs, comme déjà indiqué plus haut, il existe à Lille un plan de ré-aménagement de 100 000 logements.

Quatrième ajustement : le stockage

47Pour J. Rifkin, l’hydrogène se présente comme la solution universelle à la problématique du stockage. A contrario, pour la région, il convient ici de différencier les énergies électriques de la chaleur qui s’associe à des problématiques différentes. Les groupes de travail ont ainsi rappelé qu’il existait plusieurs méthodes de stockage, l’hydrogène en étant une parmi d’autres, et qu’il convient ici de les comparer. Par exemple : l’hydrogène mélangé au gaz, le couplage de l’hydraulique et de l’air comprimé. Quelques réalisations françaises viennent d’ailleurs confirmer cette approche (en Corse, dans le Var, etc.). Un des projets de la région est le « power to gaz » : lié aux smart grids. Il s’agit d’un mélange d’hydrogène avec du gaz. Huit prototypes existent en Allemagne et une expérimentation est en cours à Dunkerque.

Cinquième ajustement : du focus sur les réseaux à l’expérimentation de nouvelles productions énergétiques

48Dans la perspective de J. Rifkin, les smart grids, sur un modèle a-centré, doivent être déployés « partout » et sont la priorité. Or, pour les décideurs et experts de la région Nord, il convient là aussi d’opter pour un modèle plus complexe articulant des infrastructures centralisées et des infrastructures distribuées. De plus, si infrastructure-réseaux et production énergétique doivent être conçues ensemble, la première n’en reste pas moins structurellement conditionnée par la réflexion et la décision sur la seconde. L’effort économique, scientifique et industriel doit donc se porter sur la production d’énergies renouvelables, et ce en appui d’une politique élaborée à l’échelle d’un territoire régional dans son entier. La mise en œuvre de cette production est marquée par le déploiement d’un mix-énergétique et par un principe d’expérimentation. Comme dans d’autres régions françaises, « le droit à l’expérimentation depuis quelques années, a été largement admis », souligne C. Lenglet. Lors du séminaire du mois de mai 2013, les groupes de travail (notamment celui sur les énergies renouvelables et celui sur le stockage de l’énergie) ont réclamé, dans l’esprit des futures lois de décentralisation, un droit et des espaces d’expérimentation en région, ainsi qu’une plus grande stabilité de la réglementation pour inciter des investisseurs à financer des projets innovants et des filières économiques nouvelles. Dans le nord, cela est engagé pour le réaménagement de l’ilôt folien de Valenciennes en éco-quartier (partenaire industriel : EDF).

Sixième ajustement : la mobilité

49La mobilité fait partie des trois grandes priorités de la région mais ne se présentait pas véritablement comme telle dans le modèle de J. Rifkin. Ce dernier associait cette question au seul défi (assez difficile à relever) du véhicule à hydrogène. Constituant une transformation technologique mais surtout comportementale, la mobilité est, selon les responsables de projet, la plus rapide à mettre en œuvre.

50Deux thèmes guident le plan d’action :

  • le véhicule électrique ;
  • l’Internet de la logistique : celui-ci se caractérise par la conception de services destinés à optimiser le transport de marchandises. mise en commun des modes de traçabilité, de transport, de stockage + organisation de l’inter-modalité pour le transport (le détail est donné par ailleurs dans le texte).

51Sur ces sujets, pour C. Lenglet, les compétences et l’expérience de la région apparaissaient bien plus riches que celles de l’équipe de J. Rifkin. Cette expertise a déjà été démontrée dans le cadre du soutien à la multi-modalité (avec le rail), à l’auto-partage, aux véhicules électriques (« corridors » de recharge dédiés), etc. À court terme, une agence des mobilités sera créée (à l’image du Syndicat mixte intermodal régional de transports – le Smirt – créé en 2009) grâce à laquelle les divers flux pourront être optimisés (toutes les formes de mobilités individuelles, mais aussi le transport de marchandises).

Septième ajustement : l’économie circulaire et l’économie de la fonctionnalité

  • 16 www.negawatt.org/
    Voir aussi « Repenser la transition énergétique » in Le Monde, 24.03.2014 Par Phi (...)

52Jeremy Rifkin ne montre pas une forte ambition en terme de mix-énergétique16 et la transformation sociale reste assez limitée dans ses ambitions. Pour la région Nord, la transition énergétique ne peut s’envisager que couplée à une rupture politique et comportementale forte. Cela s’accompagne d’une critique politique vis à vis des modèles consuméristes et marketing (exemple : en Suisse, le programme de la société à 2 000 watts qui concerne 3 cantons et 600 communes).

53En affirmant la nécessité de traitement de tous ces enjeux, la région nord considère que se situe ici une contribution incontournable à la création de valeur (s) de ce plan. Les trois piliers transversaux qui guideront l’action du Nord-Pas de Calais sont à présent : les énergies renouvelables/l’économie circulaire/l’économie de la fonctionnalité. L’économie circulaire et de la fonctionnalité permettent de plus, d’incarner rapidement le plan de manière très concrète (les effets des politiques de développement durable étant plus intangibles…).

LE « MASTER PLAN IN PROGRESS » : LES GROUPES DE TRAVAIL

54En mai 2013, co-pilotés par la CCI de région Nord de France et le Conseil régional Nord-Pas de Calais, 8 groupes de travail ont réuni pour la construction du Master plan, des experts régionaux, nationaux et européens ainsi que des entreprises opérant dans le Nord-Pas de Calais. Lors de ce séminaire, alternant conférences plénieires, débats, travail en groupe et propositions thématiques, s’est notamment imposée la nécessité de trouver rapidement des projets, des « démonstrateurs » qui permettrt d’expérimenter l’application de certains volets du plan, et « de rôder son fonctionnement opérationnel, organisationnel ».

55Pendant les quelques semaines qui ont suivi le séminaire, les groupes de travail ont pu transmettre leurs contributions complémentaires. Les équipes de J. Rifkin ont produit une première version du master plan en juillet. Cependant, celle-ci souffrait d’un ensemble de problèmes de traduction et d’une sous-exploitation des contributions qui avaient été proposées par les participants. Un nouveau document commente les analyses de J. Rifkin et présente un certain nombre de recommandations des collectivités locales et des groupes de travail.

  • 17 L’ensemble des contributions sont consultables sur Internet.

56Les extraits selectionnés ci-après17 témoignent de ce travail. Ils constituent une contribution en contre-point du master plan, nous renseignent sur les débats que ce dernier a suscités, et sont riches de propositions quant aux modalités de réalisation de la transition énergétique et de ses contraintes. Ont été retenues les positions des groupes de travail suivants : « Hydrogène et Stockage de l’Énergie », « Réseaux Intelligents », « Mobilité », « Économie de la fonctionnalité », « Economie circulaire ».

Positions du groupe « Hydrogène et Stockage de l’Energie »

I. Les apports du master plan retenus par le GT « stockage de l’énergie »

57Le groupe de travail « stockage de l’énergie » est l’un des huit sous-groupes de travail structurant le programme de « troisième révolution industrielle » envisagé pour le Nord-Pas de Calais. Le travail collaboratif engagé par les 19 contributeurs identifiés de notre groupe a visé à confronter d’une part les expériences (ce que l’on sait faire en région), les potentialités (ce que l’on peut faire en région, compte-tenu de la faisabilité et de l’acceptabilité) et les volontés régionales (ce que l’on veut faire en région), en respect des aspects régaliens et réglementaires (ce que l’on doit faire), et d’autre part les axes stratégiques et propositions apportés par M. Jeremy Rifkin, consultant, et ses experts associés. L’objectif poursuivi a été la co-construction d’une feuille de route de transition énergétique du Nord-Pas de Calais, solidement ancrée sur une connaissance approfondie du tissu et des spécificités regionales et non l’énoncé de solutions standardisées, inadaptées aux réalités locales.

58L’apport majeur que notre groupe de travail a noté dans le cadre de la production du « master plan » a été la mobilisation de compétences tant regionales qu’européennes au plus haut niveau. Les échanges furent très riches, grâce à l’éclairage international apporté par les experts mobilisés par l’Office Jeremy Rifkin (Fraunhofer Institute, DNV Kema, Hydrogenics notamment) mais également par l’émulation et l’adhésion que la démarche de « troisième révolution industrielle » a su générer. Fruits des échanges menés dans ce contexte très favorable, les recommandations figurant dans le master plan tiennent ainsi compte de certaines spécificités de la région, notamment des infrastructures existantes afin de valoriser les investissements déjà consentis par la collectivité dans son patrimoine, de la maturité de différentes technologies de stockage et adoptent une approche multiénergies (notamment gaz, chaleur, électricité) reposant sur une coopération des réseaux collectifs.

59Parmi les propositions clefs figurant dans le master plan, [1] anticiper la « barrière » des 20 % d’énergies renouvelables au niveau du stockage, [2] soutenir le développement de la méthanisation (production de biométhane) et [3] se concentrer sur les technologies de stockage de grande capacité (le power-to-gas et notamment le procédé de méthanation, les stations de transfert d’énergie par pompage – STEP et le stockage à air comprimé) reçoivent plus particulièrement l’assentiment de notre groupe de travail.

Les réseaux d’énergie intelligents, une des clés pour l’optimisation des infrastructures territoriales

II. Les contributions des groupes de travail à la réflexion

60Le stockage de l’énergie est une clef de la transition énergétique. Il contribue en effet aux besoins de flexibilité et de gestion intelligente des systèmes énergétiques. Il peut être générateur d’activités et d’emplois au niveau régional, contribuer à faire émerger une filièred’excellence française, et permettre l’exportation des technologies et des savoir-faire sur unmarché mondial du stockage à fort potentiel de croissance.

61Notre groupe a mené un travail de concertation afin d’identifier les filières de stockage les plus prometteuses dans le contexte de scénarios de transition énergétique de la région Nord Pas-de Calais à court (2020), moyen (2030) et long terme (2050). L’ambition du groupe de travail « stockage de l’énergie » dans le cadre de la mission Rifkin a été de contribuer à la production d’un scénario argumenté du développement des technologies de stockage les plus pertinentes pour la région à ces horizons de temps. Tout au long de sa mission, le groupe a souhaité entretenir des relations étroites avec les experts mobilisés par l’Office Jeremy Rifkin (OJR) et les autres groupes de travail traitant de sujets connexes (dont, en particulier les groupes « réseaux intelligents », « énergies renouvelables ») établissant les liens nécessaires à la co-construction d’une approche systémique indispensable à la réussite de son ambition.

62Il nous semble que malgré la qualité de la collaboration entre les contributeurs, la feuille de route nécessite d’être complétée pour constituer un véritable outil d’aide à la décision régionale et assurer un passage vers un arbitrage et une mise en œuvre d’une « troisième révolution industrielle ». La stratégie d’étude recommandée par notre groupe s’est en effet articulée autour de deux axes principaux qui restent absents du document final :

  1. Qualification des besoins de stockage du système énergétique du Nord Pas-de-Calais
  2. Typologie et inter-comparaison des technologies du stockage de l’énergie

63C’est en effet un mix de solutions qui permettra de relever les défis d’une transition énergétique : le stockage de l’énergie en fait partie aux côtés des développements des réseaux, des actifs de production flexibles, des systèmes de pilotage de la demande. La contribution des différents leviers de ce mix de solutions dépendra de facteurs globaux (pénétration des EnR, vitesse de développement et nature des usages flexibles, coût global des leviers, etc.), mais aussi des conditions plus locales du système électrique (densité de consommation, degré d’interconnexion, etc.).

64Le potentiel de développement de ces solutions est géo-dépendant ; il ne peut être considéré qu’au regard des ressources énergétiques, du mix énergétique, des contraintes réseaux (électrique, chaleur, gaz), de la géographie (sous-sol, monts, rivières, etc.), de la densité de population, etc.

65Dans un contexte contraint – bouquet énergétique, augmentation durable du prix des énergies fossiles, développement des énergies renouvelables et récupérables, limitation des réseaux et besoins de flexibilité, contraintes sur les émissions, transport décarboné, mobilité électrique, exigences de rentabilité ou de coûts d’accès modérés - les systèmes énergétiques sont appelés à évoluer, au niveau des moyens et des coûts de production comme de la gestion et de l’équilibre de leurs flux.

66La recherche d’un optimum global pour les systèmes énergétiques de complexité croissante nécessitera surtout d’en augmenter la flexibilité et les synergies. Dans cette recherche de flexibilité, les solutions de stockage de l’énergie peuvent permettre :

  • d’augmenter le niveau de service et les applications aux systèmes énergétiques (à tous les niveaux) ;
  • d’optimiser le bilan technico-économique (pour tous les acteurs) ;
  • d’améliorer le bilan environnemental (pour la collectivité).

67Le stockage des énergies apparaît alors comme une solution complémentaire et adaptée pour apporter de la flexibilité aux systèmes et renforcer la sécurité des réseaux, faciliter l’insertion des énergies renouvelables intermittentes et améliorer l’efficacité énergétique à toutes les mailles des systèmes.

68Le stockage d’énergies peut en effet contribuer à :

  • la sécurité d’approvisionnement d’électricité en créant des capacités nouvelles de production ou d’effacement disponibles à la pointe électrique (enjeux de la loi NOME et du futur marché de capacité). L’objectif est de pouvoir proposer une capacité additionnelle de production ou d’effacement pendant les périodes de pointe électrique, en renforçant l’équilibrage entre l’offre et la demande, soit sur les marchés de l’électricité, soit sur lesutilités (chaleur, froid). La flexibilité qu’exige ce processus peut donc être assurée à la foispar des stockages électriques et/ou thermiques ;
  • l’optimisation des profils de production des énergies intermittentes non programmables (lissage de charge, valorisation de chaleur issue de procédés industriels), ainsi que des profils de consommation aux heures de pointe (dé-souscription de puissance) ;
  • une sollicitation accrue des énergies renouvelables pour une fourniture de services système plus conforme à la réalité des marchés, un impératif à l’heure où les baisses de tarifs d’obligation d’achat programmées par les Pouvoirs publics menacent le développement même des énergies « vertes ».

69Pour l’électricité et la chaleur, au-delà de la gestion des pointes de demande et de l’insertion des énergies intermittentes, les besoins de stockage sont aussi renforcés par la nécessité de préparer la mutation du secteur des transports vers la mobilité décarbonée et l’émergence du concept de bâtiments intelligents à énergie positive (BEPOS). En effet, ces derniers nécessitent la mise en place de systèmes d’énergies flexibles permettant une optimisation locale de la gestion des flux énergétiques (solaire thermique, microcogénération, PV, petit éolien, géothermie, etc.).

70Pour le stockage de gaz naturel, la maturité et le déploiement des stockages souterrains (stockage en cavité saline ou en aquifère) permet à la France de disposer d’un stockage de 140 TWh représentant 30 % de la consommation annuelle nationale. Ces stockages sont complétés par le « stock en conduite », offert par la « respiration » des canalisations entreles pressions minimales et maximales de service, qui permet de gérer le besoin de flexibilitéinfra journalière. Le stockage de gaz est donc une technologie largement maitrisée etrépandue qui joue depuis longtemps un rôle essentiel dans l’équilibre offre – demande énergétique de la France. Mais de nouvelles voies à très fort potentiel s’ouvrent égalementvia les filières hydrogène (H2) et méthanation («  power to gaz »), représentant des modes destockages par conversion chimique de l’électricité prometteurs. L’hydrogène et le methane de synthèse peuvent en effet être stockés et transportés dans les réseaux existants de gaz naturel. Les synergies ainsi créées entre les systèmes électriques et gaziers peuvent contribuer à la recherche d’un optimum global. Contrairement aux autres formes de stockage d’énergies, l’hydrogène, le méthane ou les carburants de synthèse disposent de marchés en propre permettant la réalisation d’arbitrages créateurs de valeur. La valorisation de la coproduction fatale d’oxygène issu du procédé contribuera également de manière significative à la création de valeur par le procédé.

71Pour le stockage thermique, les stockages de chaleur ou de froid apportent les mêmes services vis-à-vis des réseaux de distribution [de chaleur ou de froid] que le stockage d’électricité vis-à-vis des réseaux électriques (sécurisation d’approvisionnement, lissage décharge, etc.), tout en améliorant également, même lorsqu’ils sont couplés à des outils deproduction programmable comme la cogénération, les performances et la durée de vie deséquipements de production.

72Certaines de ces solutions permettent d’utiliser le sous-sol pour assurer des volumes et des durées de stockage conséquents comme le stockage géothermique inter-saisonnier de la production estivale de chaleur des UIOM (Usines d’incinération d’ordures ménagères).

73Tout stockage d’énergie électrique/thermique/chimique/…, qu’il soit centralisé (STEP, (AA) CAES, gaz naturel, H2, stockage par conversion chimique, stockage thermique), distribué (batteries électrochimiques, volants d’inertie, stockages thermiques distribués, etc.) ou diffus (stockage thermique en résidentiels collectif ou individuel, batteries électrochimiques, H2, etc.), apporte donc une contribution significative à la sécurité d’approvisionnement, à l’optimisation de la courbe de charge, à la décarbonation du bouquet énergétique et aux stabilité et performance énergétique des systèmes d’énergies auxquels ils se raccordent.

III. Les préconisations pour l’avenir

74Un passage de la théorie à la pratique consistera à rapprocher les besoins régionaux en matière de stockage, de l’inter-comparaison des filières et de leurs conditions de développement. Une hiérarchisation argumentée des techniques selon des critères de coûts, intérêts économiques, intérêts environnementaux et intégration à la région, pourra alors être réalisée. Seront notamment analysés les effets générés, positifs (réduction de la pointe, augmentation de la part renouvelable dans les consommations énergétiques, etc.) et négatifs (pertes de rendement, sécurité d’approvisionnement, qualité de service dégradée, augmentation de la puissance des réseaux, etc.). En outre, la réflexion intégrera une analyse de cycle de vie (ACV) des technologies considérées et tiendra compte des émissions globales de gaz à effet de serre, de la place du consommateur final dans le mécanisme d’équilibrage offre et demande et de l’acceptabilité sociale des solutions envisagées.

75Enfin, sur la base d’une analyse du contexte réglementaire et des conditions de marchés actuels, la réflexion devrait déboucher sur des propositions :

  • aux pouvoirs publics, pour indiquer les conditions de soutien économique et politique qui permettraient de favoriser l’émergence des filières les plus prometteuses et adaptées au marché régional ;
  • aux organismes de recherche et aux entreprises, pour orienter leurs investissements et leurs travaux vers les procédés les mieux à même de répondre aux enjeux.

76Quelques étapes paraissent indispensables au bon déroulement des travaux à venir

a. Revue bibliographique internationale

77Une revue de la bibliographie internationale disponible sur le sujet du stockage de l’énergie pourra être réalisée. Un fond documentaire sera constitué par les contributeurs, regroupant notamment les informations nécessaires à la bonne compréhension des technologies de stockage et de la construction des scénarios technologiques.

b. Interviews des contributeurs

78De nombreux acteurs sont dès à présent engagés dans des réflexions ou des travaux de développement sur les technologies de stockage. La contribution de ces acteurs permettra de comprendre les voies technologiques explorées ainsi que les visions prospectives qui sous-tendent ces développements.

c. Modélisation schématique des filières

79Une modélisation des filières sera faite afin de déterminer les caractéristiques techniques et établir des diagrammes de flux d’énergie et de matière. Cette représentation et analyse systémique des filières sera un outil au service du groupe de travail et permettra notamment de faciliter l’intégration de chaque étape des procédés et les gains possibles des différentes voies d’optimisation.

80Cette modélisation n’a pas vocation à représenter et à dimensionner finement les procédés, certains étant d’ailleurs encore largement prospectifs, mais à identifier les grands enjeuxquant à leurs performances techniques, aux flux générés, leur acceptabilité…

d. Analyse de type « feuille de route technologique »

81Une feuille de route pourra être utilisée pour représenter sous forme graphique le chemin « technologique » à parcourir par les filières pertinentes pour arriver à maturité. Après avoirbalayé les différentes technologies, leurs performances actuelles et futures, il sera possiblede construire par induction les chaînes d’événements permettant d’atteindre chaque objectifbusiness en faisant des hypothèses sur les calendriers et l’évolution de l’environnementpertinent. Les hypothèses principales soutenant les scénarios d’évolution de l’environnementet des stratégies seront précisées.

POSITIONS DU GROUPE DE TRAVAIL « RÉSEAUX INTELLIGENTS »

I. « Smart grids » - enjeux et principes

82Quatrième pilier de la troisième révolution industrielle, les « Smart grids » créent le « liant » entre l’ensemble de ses composantes. En effet, le développement des énergies renouvelables – décentralisées et intermittentes –, l’émergence de nouveaux usages dimensionnants en terme de demande énergétique – comme les véhicules électriques – ainsi que les enjeux liés à la maîtrise des consommations, conduisent à interroger l’aptitude des réseaux de fluides existants à répondre à ces nouveaux défis tout en maintenant en toutes circonstances l’équilibre entre l’offre et la demande. À mesure que s’accroît le nombre de producteurs-consommateurs, la collecte et le traitement de ces informations nécessitent de compléter les réseaux actuels d’énergie par des réseaux de télécommunication et des couches logicielles pour gérer la « bidirectionnalité » de l’énergie et optimiser les bilans de production et consommation à la maille locale. Un réseau intelligent met en œuvre des produits et services innovants, en association avec des technologies de monitoring, de contrôle, de communication et d’auto-cicatrisation, ceci afin de :

  • faciliter le raccordement et le fonctionnement de systèmes de production de taille et de technologies diverses ;
  • permettre aux consommateurs de jouer un rôle dans l’optimisation du fonctionnement du système ;
  • fournir aux consommateurs davantage d’information et d’options sur la manière don’t ils utilisent leurs équipements.
  • réduire significativement l’impact environnemental dans l’ensemble du système de fourniture d’énergie ;
  • maintenir voire améliorer les niveaux actuels du système en termes de fiabilité, qualité et de sécurité de fourniture ;
  • favoriser un marché intégré au niveau européen.
  • 18 Comité stratégique des filières Éco-industries (COSEI).

83Le schéma ci-dessous a été élaboré par le COSEI18 et décrit « l’écosystème » associé aux réseaux intelligents électriques et pouvant être transposé aux autres fluides énergétiques : 1, d’après la définition de la Task Force for Smart grids de la Commission Européenne ; 2, pour le marché de l’électricité en particulier. II. Préconisations formulées

84La région Nord-Pas de Calais affiche une position stratégique en tant que « Carrefour énergétique européen » avec des réseaux d’énergie de capacité à la mesure de ses besoins industrialo-énergétiques, qui ouvrent des perspectives en termes de développement de « super-grids » (gestion optimisée des flux au niveau des réseaux de transport, notamment au regard de l’intégration massive des énergies renouvelables).

85Toutefois, à un niveau infra-régional, ces « super grids » ne permettent pas d’agir sur les échanges d’énergies à un niveau local. Des « smart grids » aux fonctionnalités différenciantes sont donc à imaginer pour répondre aux enjeux territoriaux (tels qu’identifiés dans le SRCAE3 au niveau régional, ou les PCET4 et les opérations d’aménagement urbain au niveau local).

86Plusieurs facteurs clés de déploiement des réseaux intelligents ont ainsi été identifiés :

  • le choix d’un périmètre pertinent, pour conforter les projets d’aménagement urbain avec la mise en œuvre de réseaux intelligents s’inscrivant dans des stratégies énergétiques territoriales clairement définies, et conciliant optimisation énergétique, maîtrise des coûts, robustesse et évolutivité des infrastructures ;
  • une approche « systémique » dans le cadre d’une approche énergétique globale à l’échelle des territoires, exploitant les synergies entre les réseaux de fluides grâce au développement de solutions TIC performantes ;
  • l’accompagnement des usagers au changement, en associant sobriété et efficacité énergétique et en renforçant la pédagogie auprès des utilisateurs par un accompagnement de proximité (éco-gestes) ;
  • l’élaboration d’un plan de montée en puissance du tissu économique régional sur des filières prioritaires, sur la base d’une cartographie approfondie des acteurs régionaux en valorisant les dispositifs de formation existants en région ;
  • la mise en œuvre de démonstrateurs à caractère technologique, en tant que projets exemplaires et reproductibles, pour consolider le savoir-faire régional en démontrant tant la faisabilité technique et économique de ces nouveaux modèles que la capacité à structurer de nouvelles filières régionales. Ces opérations pilotes s’inscriront en complément avec les démonstrateurs engagés en France.

III. Volet « Energy Internet » du master plan

87Les principaux points saillants du chapitre relatif aux réseaux intelligents du master plan couvrent essentiellement des champs technologiques et organisationnels. Les propositions suivantes ressortent plus particulièrement :

  • Faire de la région Nord-Pas de Calais la première région de France à déployer les compteurs « intelligents » multi-réseaux (électricité, eau, gaz, chaleur, etc.) et permettre que les données recueillies soient disponibles pour une analyse territoriale (plate-forme d’accès à des données anonymes et localisées), en anticipant les problématiques d’interopérabilité, de cybersécurité, de protection des données et de respect de la vie privée.
  • Cette proposition rejoint l’initiative américaine « Green Button » qui encourage les opérateurs à partager en temps réel leurs données (notion de « big data ») afin de favoriser le partage de l’information, la mise en œuvre de nouveaux services (information sur les rejets de CO 2, création de modalités de déplacement alternatif, stockage des surplus de production locaux, etc.), ainsi qu’un comportement actif des usagers.
  • Le développement des énergies renouvelables nécessitera de faire évoluer sur le long terme l’ensemble des infrastructures locales actuelles. Aussi, il est indispensable d’anticiper ces déploiements complexes car multi-réseaux.
  • Les « super grids » sont une opportunité spécifique à la région Nord-Pas de Calais qui permettent d’envisager des échanges d’électricité sur de très longues distances ainsi que de faciliter les échanges transfrontaliers d’énergie renouvelable entre zones de production et zones de consommation.
  • Deux projets identifiés par le groupe de travail ont été repris dans le master plan et pourraient s’inscrire dans la logique de démonstrateurs « TRI » : ENERGY TIC dans 1 000 logements sociaux en Nord-Pas de Calais et SUNRISE sur la boucle électrique, le réseau de chaleur et le réseau d’eau privés du campus de Lille 1.
  • De nouveaux métiers vont apparaître dans le décisionnel et la gestion multi-réseaux : il est notamment évoqué le métier de « directeur de la productivité », à mettre au regard des missions actuelles des économes de flux en entreprises ou en collectivités.

IV. Recommandations pour la mise en Œuvre du master plan

88Les membres du groupe de travail comprennent que ce document traduit la vision de Jeremy Rifkin sur les pistes permettant de décliner la TRI dans la région et que, par conséquent, l’ensemble des remarques n’a pas été intégré.

89Le groupe de travail souhaite néanmoins attirer l’attention sur plusieurs points qui mériteraient d’être pris en considération dans les étapes qui suivront la remise du master plan, en particulier lors de la qualification de « pilotes ».

Prépondérance des enjeux territoriaux sur la dimension technologique de l’« Energy Internet »

90Au-delà de la technicité associée aux Smart grids, le groupe de travail a mis en exergue l’importance d’une analyse territoriale des enjeux énergétiques permettant de definir préalablement les fonctionnalités pertinentes qui pourraient être portées par les réseaux intelligents. Ce positionnement, en réponse à une stratégie énergétique locale, nous sembleêtre une composante fondamentale dont les choix techniques et fonctionnels découleront.

91Établir les objectifs qui seront visés en matière de création de richesse, de justice sociale et de préservation de l’environnement nous semble essentiel pour emporter l’adhésion des habitants de la région Nord-Pas de Calais. Ceci implique de mettre l’accent sur la caractérisation des besoins et opportunités locales.

92Les propositions formulées dans le master plan (ex. déploiement généralisé du comptagecommunicant, « micro-réseau » à l’échelle d’un quartier, exportation d’énergies renouvelables, etc.) pourront alors être réinterprétées.

Identification de relais de croissance associés à la mise en œuvre de réseaux intelligents

93Une valeur ajoutée essentielle induite par la démarche engagée au travers de la troisième révolution industrielle est celle de la dynamisation du tissu économique régional, en s’appuyant sur les orientations innovantes proposées par l’équipe de Jeremy Rifkin et les experts régionaux. Le groupe de travail a souhaité initier un état des lieux en réalisant une première cartographie des compétences en Nord-Pas de Calais sur les différents secteurs d’activités liés aux réseaux intelligents (énergies renouvelables, stockage, comptage, efficacité énergétique, électro-mobilité, etc.).

94Au-delà de la remise du rapport, un processus coordonné de montée en puissance des acteurs industriels et académiques devra être organisé en vue de leur conférer un leadership national, voire international, sur ces filières.

95Les « nouveaux métiers » proposés par l’équipe de Jeremy Rifkin pourront s’inscrire dans cette perspective en les articulant par rapport aux cursus et emplois existants (ex. Économe de flux, responsable HQSE, etc.), dans les secteurs tant publics que privés. Il sera alorsi mportant d’instruire leur mise en cohérence avec les organisations d’entreprise déjà en place, qui peuvent, le cas échéant, s’inscrire dans un référentiel-qualité certifié (ex. ISO50001 sur le management de l’énergie).

Gouvernance

96Les membres du groupe de travail marquent leur intérêt pour poursuivre le travail collaboratif qui a été engagé depuis mars 2013 en l’orientant vers des pilotes représentatifs et reproductibles.

97Le choix de ces pilotes est essentiel et doit s’intégrer dans le cadre d’une stratégie opérationnelle visant à marquer la cohérence et les étapes de développement des réseauxin telligents sur le territoire du Nord-Pas de Calais. Cette stratégie opérationnelle sera coconstruite par les parties prenantes régionales au regard des fonctionnalités pertinentes portées par les réseaux intelligents évoquées ci-avant.

98En termes de management des pilotes retenus, il est suggéré de constituer des groupes projets dédiés par opération, dont le pilotage serait assuré par des structures régionales (ex. Pôles d’Excellence), avec l’appui de référents de la CCI et de la région Nord-Pas de Calais.

99Ces groupes-projets mobiliseraient de manière transverse des experts des groupes de travail de la TRI mais également des représentants des collectivités et des entreprises des territoires concernés, ainsi que les structures de recherche et d’innovation pour :

  • fédérer au mieux les compétences ;
  • exploiter les synergies entre architectures énergétiques (multi-énergies, régionalenationale) ;
  • identifier les schémas juridico-financiers adaptés.

100Le Secrétariat Permanent de la TRI aura un rôle clef à jouer sur la validation d’une stratégie opérationnelle, de la qualification des pilotes et la coordination des groupes-projets.

POSITIONS DU GROUPE DE TRAVAIL « MOBILITÉ »

I. Apports du master plan

101Le master plan propose plusieurs projets innovants à même de favoriser le développement de solutions de mobilité moins émettrices de gaz à effet de serre. Une partie des projets proposés dans le document est issue de propositions du groupe de travail « Mobilité ».

102Par ailleurs, en complément au master plan, le groupe de travail propose d’élargir les enjeux évoqués par Jeremy Rifkin. En effet, le groupe estime que la transition vers des formes de mobilités post-carbone moins consommatrices d’hydrocarbures nécessite d’accompagner l’évolution des comportements, tant en ce qui concerne le transport des individus que celui des marchandises.

II. Contexte et enjeux

103Le groupe de travail « Mobilité » estime que le 5 e pilier de la 3 e révolution industrielle devrait consister à déployer de nouvelles solutions de transport multimodales interconnectées et une logistique qui approchent l’objectif-cible d’un bilan zéro émission (gaz polluants, microparticules) tout en réduisant significativement l’énergie globale consommée.

104Le groupe de travail « Mobilité » a choisi de définir le champ de ses propositions dans deux directions : la mobilité multimodale des marchandises et des passagers ; les mobilités de courtes et longues distances, aux échelles régionale/eurorégionale/internationale.

105Les experts consultés sont convaincus de la nécessité de croiser/combiner 3 moyens d’action dans la perspective d’atteindre l’objectif principal de favoriser une évolution des comportements :

  • des programmes et réglementations incitatifs ;
  • des mesures et processus de changement organisationnel ;
  • des solutions en rupture et intelligentes, à l’appui d’infrastructures et technologies nouvelles dans un environnement global.

III. État des lieux

106La société a produit un système de transports reposant notamment en grande partie sur des modes individuels possédés, une ressource énergétique unique (les hydrocarbures d’origine fossile), utilisant massivement les infrastructures routières et requérant peu d’informations pour se déplacer. En région, le secteur des transports :

  • représente 1/3 de la consommation finale d’énergie, dont 40 % en zone urbaine ;
  • est au 1 r rang en termes de consommation de produits pétroliers (dépendant à 96 %) ;
  • est le 3 e secteur émetteur de CO2 (17 %), polluants atmosphériques (56 % NOx, PM…) ;
  • est responsable de nuisances (bruit, congestion) ;
  • prend de la place dans la ville (stationnement, etc.).

107La mobilité est une des composantes essentielles du développement durable de la ville, car elle est à la croisée d’enjeux énergétiques et environnementaux, sociaux, territoriaux et économiques.

La mobilité des voyageurs en région Nord-Pas de Calais

108En 2008, les émissions de gaz à effet de serre liées au transport de voyageurs en Nord-Pas de Calais s’élèvent à 4,45 millions de tonnes équivalent CO2 soit 16 % des émissions dela région. Rapportées au nombre d’habitants, elles sont estimées à 1,17 tonne équivalent CO2 contre 1,5 teqCO2/an/hab. pour la moyenne nationale. Cela reflète la forte densité du territoire du Nord-Pas de Calais, qui favorise des distances de parcours plus faibles et facilite le report vers les modes alternatifs à la voiture.

109Le secteur des transports génère aussi des émissions importantes de polluants atmosphériques : il représente ainsi environ 25 % à 33 % des émissions régionales de particules fines et près de 56 % des émissions régionales de dioxyde d’azote. Leurs concentrations sont ainsi particulièrement élevées en zones urbanisées et à proximité desaxes routiers.

110Les déplacements routiers représentent seulement 65,5 % des déplacements de personnes mais génèrent :

  • 92 % des consommations énergétiques et 93 % des émissions de GES du secteur des transports ;
  • l’essentiel des émissions de polluants du secteur des transports.

111Le taux de mobilité moyen d’un habitant de la région est de 3,88 déplacements par jour. Le travail représente près du quart des déplacements. Les motifs « d’achats » et « d’accompagnement des proches » sont également des motifs particulièrement importants. Les déplacements alternatifs à la voiture représentent 35 % des trajets (dont 24 % de marche à pied), mais seulement 28 % des km parcourus. Ils restent donc globalement assez minoritaires. Les déplacements multimodaux ne représentent quant à eux que 1 % des déplacements régionaux. Le taux d’occupation moyen des voitures est de 1,26 en région, mais il est très variable enfonction des motifs. Il est notamment très faible sur le motif domicile-travail, pour lequell’usage individuel de la voiture reste important.

112Le droit à la mobilité est une des bases de la lutte contre les exclusions, qu’elles soient liéesà l’accès au travail (taux de chômage élevé dans certains territoires), au revenu (en 2007 dans le Nord-Pas de Calais, le taux de motorisation des ménages était inférieur de 3 points à la moyenne nationale), à l’âge ou à la condition physique (jeunes, personnes à mobilitéréduite, personnes âgées, etc.). Les préoccupations liées au développement durable et l’augmentation importante et inévitable du coût des carburants doivent nous amener à repenser nos approches de la mobilité en lien avec la structuration desterritoires et de leurs activités, leur attractivité et leur accessibilité. Il s’agit également derépondre aux besoins de mobilité des habitants du Nord-Pas de Calais dans une optiqued’équité d’accès à la mobilité.

  • 1 Leviers initiables à court terme qui font chacun l’objet d’une description plus détaillée dans les (...)

Note de fin1

113Le levier technologique de la motorisation des véhicules pourra jouer un rôle important, permettant de consommer moins d’énergie et de réduire les émissions de polluants (hybridation et électrification du parc de véhicules, intégration d’agrocarburants). Mais il devra se cumuler avec un changement majeur dans les comportements vis-à-vis de l’utilisation de modes utilisant des ressources non renouvelables, et s’appuyer notammentsur un réseau de bornes de recharge performant. La sensibilisation à l’usage et la promotionde tous les modes alternatifs s’avèrent un élément essentiel de la rupture à envisager.

La mobilité des biens en région Nord-Pas de Calais

114La région Nord-Pas de Calais bénéficie d’une situation à la croisée de plusieurs corridors routiers de niveau international. Elle dispose également de ports qui la relient au reste du monde. Ces caractéristiques lui permettent d’occuper une place stratégique dans le transport de marchandises, qui se traduit par des flux de marchandises et une activité logistique très importants. Ainsi, le transport de marchandises constitue environ 33 % des consommations énergétiques et des émissions de GES du secteur des transports, soit environ 3,2 MteqCO2, ce qui représente approximativement 7 % des émissions régionales. Le bilan des flux permet d’estimer à 320 milliards de tonnes. km les flux à destination ou d’origine de la région Nord-Pas de Calais (hors transport maritime).

115La part modale des déplacements routiers y est de 84 %, contre 12 % pour le ferroviaire et 4 % pour le fluvial. Le transport routier inférieur à 3,5 tonnes (derniers km) représente seulement 1 % des flux routiers. Le transport routier pour compte propre représente encore 34 % du transport routier de marchandises pour les transports intra-régionaux et est en augmentation (source SITRAM) ; il concerne principalement les courtes distances, celles pratiquées en agglomération pour le secteur du BTP.

116La notion de système et de service de transport doit primer sur la notion d’infrastructure de transport. Il ne s’agit pas de superposer des réseaux mais de constituer une « chaîne de déplacements » complète tant pour les voyageurs que pour les marchandises. L’émergence de nouveaux acteurs logistiques, l’évolution du secteur d’activités avec notamment l’essor de l’e-commerce, le besoin de diversifier l’offre de service en matière de transport, de fluidifier les échanges et les connexions entre les grandes plates-formes logistiques ou zones logistiques européennes, la nécessité de faciliter, voire d’optimiser la circulation et la distribution des marchandises au regard des infrastructures existantes, lesgrands projets d’infrastructures (Canal Seine Nord Europe) et de services (autoroutes ferroviaires, transport combiné, etc.) sont autant de sujets sur lesquels acteurs publics et privés se mobilisent. Ces évolutions technologiques et organisationnelles ont pour fin l’amélioration de la performance des organisations logistiques, et supposent l’émergence d’entités quiaident à élaborer de nouvelles formes de coordination des acteurs.

POSITIONS DU GROUPE DE TRAVAIL « ÉCONOMIE DE LA FONCTIONNALITÉ »

I. Les contributions du groupe de travail à la réflexion

117Le souci de parvenir à une approche intégrée des cinq piliers de la troisième révolution industrielle (TRI) a conduit la région et la CCIR à mettre en place deux groupes de travail dits « spécifiques » : le Groupe de Travail (GT) « Économie de la fonctionnalité » et le GT « Économie circulaire ». L’économie de la fonctionnalité (EF) (et l’économie circulaire) sont ainsi perçues comme deux démarches – plus qu’à proprement parler des thématiques – de nature à apporter une dimension de transversalité au programme régional de TRI. Pour ce qui concerne l’EF, ce caractère transverse provient directement de la définition même de cette approche particulière de l’économie. L’EF vise, en effet, à substituer à la vente d’un bien ou d’un service, une « solution intégrée » qui permette de dépasser les limites rencontrées dans leur usage en apportant une satisfaction élargie, un « mieux être », et ce, en consommant moins de ressources et d’énergie et en créant des externalités environnementales et sociales positives. Bien davantage que la « location de biens/vente de services » (ce qu’a pu signifier un temps l’EF ou ce qu’elle tend encore à apparaître dans une vision simpliste), cette recherche de solution intégrée aide à incorporer de manière bien plus satisfaisante les enjeux du développement durable (environnementaux, sociaux et économiques) à l’activité économique (production et consommation).

118Deux approches de l’économie de la fonctionnalité peuvent être distinguées (même si dans la réalité elles s’interpénètrent très fréquemment) : une approche territoriale de l’EF quis’intéresse aux enjeux urbains, d’aménagement, etc. ; une seconde approche questionnant les modèles d’entreprises et visant la vente de solutions globales, intégratrices de services etd’usages de biens.

119Un exemple d’application territoriale : l’éco-quartier « Les Hauts d’Aulnoy » Cet exemple a trait plus particulièrement à l’approche territoriale de l’EF. Il s’agit d’un projet d’habitat social sur une friche urbaine (400 logements) porté par la commune d’Aulnoy-lez-Valenciennes. En termes d’EF, c’est donc la fonction « habiter » qui la première est concernée. Cependant le projet associe l’implantation d’une serre permettant une production maraîchère (fonction « s’alimenter »), laquelle assure une activité à des « jardiniers » locaux.

120La serre produit de l’énergie au-delà de ce qui est nécessaire pour la chauffer (40 % seulement utilisée). Ce surplus est stocké selon deux modalités : par des fondations thermoactives (« circuit court ») et grâce à un aquifère (« circuit long »). Elle peut ensuite être utilisée pour couvrir le besoin en énergie de l’écoquartier ainsi que partiellement d’une ZAC voisine (fonction « se chauffer »…).

121L’ensemble du projet est adossé à un réseau d’acteurs important : ville, Agence nationale de la recherche (projet ATESTOC – www.atestoc.com/), ESETA, INERIS, BRGM, École des mines de Paris, ADEVIA (aménageur), paysagiste, architecte, population (« jardiniers »), AMAP, etc. En termes d’EF, cette gouvernance large correspond à la function « débattre - décider - mettre en œuvre – etc. »). Elle correspond aussi au « pouvoir latéral » de Jeremy Rifkin.

Un exemple d’application à l’entreprise

122Lokéo, de la location d’électroménager et de multimédia à la « solution globale » pour des fonctions ménagères : laver, cuisiner, visionner, etc.

123Au lieu de vendre de l’électroménager, du multimédia, etc., l’entreprise Lokéo souhaite louer ses biens et y associer de nombreux services. Ces derniers sont les suivants : livraison, mise en service, reprise en fin de contrat, échange en cas de panne, hot line… Plusieurs formules de location existent : de 6 mois à 5 ans avec des tarifs dégressifs. Les avantages pour le client sont divers : dépenses lissées, SAV complètement pris en charge par l’entreprise (pas besoin de se déplacer), possibilité de rester à la pointe de la technologie en se faisant livrer un nouveau matériel, possibilité de mobilité sans contrainte (pas « encombré » par le matériel qui de fait est restitué). Depuis le lancement de Lokéo en 2010, 14 000 contrats ont été conclus. Pour fidéliser les clients, l’entreprise passe principalement par son site Internet, ce qui lui permet aussi d’avoir une diffusion de ses services dans toute la France. Un argument supplémentaire favorable à la location est le fait que le matériel loué est systématiquement économe en consommation d’énergie. La baisse des factures joue donc clairement en faveur du client. L’étape engagée aujourd’hui vise à élargir le périmètre de l’activité en l’associant à une « sphère fonctionnelle spécifique » ; par exemple, le maintien à domicile de personnes âgées, avec les services liés aux équipements ménagers, mais aussi et surtout d’autres fonctionnalités telles que les soins, la sécurité, etc. D’autres possibilités d’extension sont fournies par des démarches en termes de cycle de vie. L’expérience de Lokéo est ainsi surtout intéressante quant à la dynamique qu’elle suscite, en partant d’une vente de services, fussent-ils combinés, pour co-construire avec d’autres acteurs, de véritables solutions intégrées plus conformes à une vision exigeante de l’EF.

124Ainsi – on le voit par les deux illustrations qui précèdent –, l’EF est clairement de nature à « jouer » sur les leviers de la TRI : production d’énergie renouvelable, stockage d’énergie, efficacité énergétique… Cependant, ces derniers ne constituent pas, ou pas seulement, des caractéristiques techniques qui seraient à promouvoir per se. En fait, ce sont des conditions favorables, au regard de la TRI, de projets globaux jouant sur des fonctionnalités (ou des usages) à satisfaire au mieux dans l’intérêt du collectif.

125Selon les cas, l’articulation entre l’EF et les piliers de la TRI va s’effectuer selon des formes diverses. Il n’y a pas de règle générale et la bonne combinaison EF/leviers de la TRI est à construire de façon relativement contingente. Cependant, au-delà de cette diversité d’applications, on peut quand même repérer quelques idées forces :

  • une constante des projets, quelles qu’en soient les caractéristiques techniques, mettant l’accent sur tel ou tel pilier, l’objectif requis par l’EF est de favoriser au mieux la satisfaction de besoins globaux, d’élargir la gamme de services fournis et d’être source de création de valeurs nouvelles ;
  • dans le cadre du développement de solutions intégrées, dès lors qu’apparaît la possibilité de découpler pour une part significative le développement de valeurs, de la consommation de ressources énergies et matières (notamment par mutualisation de certains services, etc.), le passage progressif à l’EF va conduire à une réduction importante des consommations d’énergie. C’est là un point essentiel à considérer pour le dimensionnement à terme des installations de production, de stockage et de distribution d’énergie ;
  • l’optique « EF » est de nature à favoriser le développement de contrats de performances « usages/fournitures d’énergies » (exemple du bâtiment avec contrat lié au niveau de confort assuré, température garantie pour un niveau de prix prédéfinei de service) ; d’une certaine manière, au sens strict, on pourrait dire que l’EF a pour objectif de maximiser les services créés en lien avec un produit donné, tandis que l’économie circulaire vise à minimiser la consommation de matières-énergies pour un produit donné. Cependant, en pratique, les deux aspects s’interpénètrent.
  • pour parvenir à des combinaisons favorables, la recherche d’une cooperation pertinente des acteurs est une question clé. L’exemple d’Aulnoy-lez-Valenciennes montre que, bien au-delà des opérateurs directs, la création de l’écoquartier s’appuie sur des entreprises diverses, des organismes de recherche, des associations, etc.

POSITIONS DU GROUPE DE TRAVAIL « ÉCONOMIE CIRCULAIRE »

I. Objectifs de l’économie circulaire :

126Donner au facteur écologique, indispensable à la préservation des éco-systèmes, une place centrale dans le cycle de production de richesses grâce à la réduction des flux entrants et sortants. Au-delà de l’industrie ce concept inclut aussi la politique urbaine et sociétale ; l’économie circulaire implique un changement de culture.

127Moyens :

  • une utilisation « drastique » des ressources non renouvelables ;
  • une utilisation efficace et modérée des ressources naturelles renouvelables ;
  • une production propre ;
  • une consommation moins hostile par rapport à l’environnement ;
  • l’ACV comme grille de lecture et d’évaluation des pratiques ;
  • la réparation, le ré-emploi ;
  • la valorisation des déchets comme ressources ;
  • le traitement des déchets.

128Maîtrise des flux et des cycles matières, énergies, eau :

  • écoconception et analyse en cycle de vie ;
  • éco production/éco efficience vers une production « propre » ;
  • écologie industrielle et territoriale.

Économie circulaire : quelques principes

129Tous les acteurs (des acteurs économiques et entreprises aux territoires et aux particuliers) sont concernés dans leur cycle de développement ou de consommation. À titre d’exemple, pour les acteurs économiques, entreprises et les collectivités, on peut retenir :

  • l’éco-conception : concevoir et fabriquer le plus écologiquement possible un produit (ou service) dont l’usage et la fin de vie intégreront également un respect de l’environnement ;
  • l’éco-production/éco efficience vers une production « propre » : lors de l’usage des biens et services, consommer moins de ressources (énergétiques, matières et matériaux), générer moins de polluants et de déchets, valoriser les éco-produits et déchets en tant que ressources, réduire son « empreinte écologique », développer l’usage de ressources renouvelables ;
  • l’écologie industrielle ou territoriale : optimiser et réduire les flux avec une logique de circuit court (quand par exemple les déchets et les calories fatales des uns deviennent les ressources des autres)
  • la mise en place de l’Analyse en Cycle de Vie comme outil de choix des produits, process et procédés, et comme outil d’évaluation de ces choix.

130Sont concernées toutes les natures de ressources : énergies, matières, eau. Au-delà des questions liées à la production de biens et services, l’économie circulaire integer aussi les approches liées à la politique urbaine (aménagement du territoire) et sociétale (évolution de la consommation – lien avec l’affichage environnemental). La mise en œuvre de ce modèle économique implique un changement de culture et donc une conduite du changement à trois niveaux : consommateurs, entreprises et collectivités. Elle sous tend par ailleurs un ré-encadrement juridique et réglementaire. On doit aussi y développer des liens étroits avec l’économie de la fonctionnalité.

Exemples

II. Pourquoi avoir introduit ces concepts dans la démarche ?

131La troisième révolution industrielle est une révolution économique, écologique, sociétale et humaine. Elle intègre la prise en compte de la « finitude des ressources ». Celle-ci n’est donc pas du même ordre que les deux premières révolutions industrielles, qui croyaient en une ressource infinie, mais se sont traduites par un impact environnemental fort, et ont abouti à l’impasse économique et sociale actuelle.

132Cette troisième révolution doit être plus orientée vers les ressources, le type et la nature des « services et la valeur ajoutée apportés » au client et à la société, qui modèleront les nouveaux acteurs et modèles économique. Elle se traduit par un nouveau rapport aux biens : être économe et respecter l’environnement et les biens communs. Elle doit s’appuyer sur les horizons qu’ouvrent l’économie circulaire et l’économie de la fonctionnalité. Il est essentiel que les autres piliers de la TRI s’inscrivent dans l’intégration de ces principes. Nous sommes bien dans un changement de modèle orienté vers un système vertueux qui implique une approche globale et systémique autant qu’un changement des comportements (notion de résilience).

133Comment les mutations que ces principes sous-tendent (dont les logiques d’usages, d’écoefficience, d’éco-conception, d’écologie industrielle) peuvent-elles être prises en compte dans les groupes de travail piliers de la TRI ?

134Quelles traductions concrètes des principes de l’économie circulaire et de l’économie de la fonctionnalité pour nos décideurs et nos acteurs économiques (entreprises industrielles, de services et de distribution, enseignement, recherche…) ?

Vision partagée

135La troisième révolution industrielle, non seulement « énergétique », mais aussi économique, écologique et humaine, n’est pas du même ordre que les deux premières ayant conduit au modèle actuel « à bout de souffle » (impact environnemental fort, impasse économique et sociale). Enjeux :

  • s’orienter vers un nouveau modèle de développement en lien avec les actions déjà engagées (SRCAE, SRADDT, SRDE, TESR…) ;
  • l’économie circulaire et l’économie de la fonctionnalité sont au cœur des transformations économiques à venir et donc à intégrer dans la TRI.

III. Quelle prise en compte dans les piliers de la TRI ?

136Deux questions posées en préalable en direction des groupes thématiques :

  • prenez-vous en compte, et si oui comment, les problématiques « économie circulaire », et donc « cycle de vie » et « éco conception », dans la formulation et le choix des réponses apportées, de leur contenu et de leur usage ?
  • comment appréhendez-vous les possibles externalités (ou effets indirects environnementaux et sociaux) liées aux réponses proposées ? En particulier, comment veillez-vous à l’évitement (ou pour le moins la limitation) des externalités négatives ? Comment envisagez-vous la possible valorisation des externalités positives ?

Efficacité énergétique

  • L’efficacité énergétique est un des axes majeurs complémentaires aux actions pour l’économie circulaire.
  • L’atteinte des objectifs - type facteur 4 à terme - nécessite au-delà de l’éco efficience un véritable changement de modèle économique. EC et EF sont au cœur de cette mutation.
  • L’intégration des principes de l’économie circulaire (dont l’éco conception, l’ACV, l’affichage environemental, l’écologie territoriale…) est capitale tout particulièrement pour l’industrie et la construction.
  • Objectif : à l’horizon 2035 : 100 % des biens et services éco conçus (volet climat SRADDT).

Énergies renouvelables

  • Quels mécanismes pour éco concevoir les matériels et les solutions MIX globales offertes, ainsi que leur usage afin que cela se traduise par des gains pour les usagers et le « bien commun », ainsi que du développement économique (à intégrer dans les cahiers des charges) ? L’objectif visera un développement de « filières solutions » avec des systèmes ENR éco conçus et évolutifs, intégrant la recyclabilité en fin de vie en région à moyen terme
  • Facteur clé de succès pour le déploiement ENR : développement de nouveaux modèles économiques viables globaux basés sur des critères de « bénéfices pour les usagers et la collectivité », intégrant une dimension territoriale impliquant les acteurs locaux (voir par exemple mutualisation des sources d’énergies à l’échelle d’un quartier…), logique de production et de consommation territoriale…

Bâtiments producteurs d’énergie

  • Mixité fonctionnelle : facteur important lié à l’EC favorisant mutualisation (exemples EC chauffage et inerties/temps différents d’occupation – sur cycle de l’eau/assainissement optimisé par partage de certains locaux laveries collectives…).
  • Souligner les questions liées à l’évolutivité – modularité – adaptabilité fonctionnelle et choix des éco-matériaux/bâtiments éco conçus pour un meilleur usage des ressources.
  • Raisonner bâtiment et quartier ensemble car cela donne la bonne échelle visàvis des flux énergétiques – liens entre divers types de bâtiments, neufs ou réhabilités et leur possibilité de production ENR, approche circuits courts…

Stockage de l’énergie

  • Le stockage doit être bien perçu comme un moyen mais pas une fin en soi (lien entre sources de production et usages intermittents) d’où la question essentielle abordée de l’utilisation des excédents pour éviter les pertes ;
  • Bien intégrer les caractéristiques de l’EC dans le choix des systèmes de stockage ;
  • Intégrer éco conception des équipements et approche circuits courts (ne pas oublier par exemple les équipements de stockage décentralisés au niveau des logements – boucles locales énergétiques…)

Réseaux intelligents

  • Rendre les consommateurs acteurs de leur consommation d’énergie d’où l’importance de la prise en compte de l’évolution des comportements en pensant utilisateurs et usages ;
  • Enjeux liés à la mise en œuvre de mailles territoriales, proximité réseaux et usages/sources de chaleur fatale, questions liées à l’aménagement du territoire ;
  • Quelles énergies pour quels usages avec approche circuit court afin d’améliorer l’efficacité des systèmes et réduire les pertes ;
  • Bien intégrer les caractéristiques de l’EC dans le choix des systèmes de stockage.

Mobilité

  • Rappel : la mobilité ne se ramène pas uniquement aux moyens de déplacement.
  • Privilégier les équipements (à éco-concevoir) ayant une empreinte environnementale la plus réduite possible et considérer à l’échelle de la ville la mutualisation entre modes par multi-fonctionnalités (associant mobilité collective et mobilité individuelle douces…) Place des véhicules roulants au BIOGNV par exemple.
  • Voir comment éviter les déplacements : développement de centre de coworking/télétravail prévoir l’implantation de ces centres dans le cadre de l’aménagement du territoire.
  • Bien intégrer les caractéristiques de l’EC dans le choix des systèmes de mobilité.

LE MASTER PLAN COMMENTÉ PAR LES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES

137En tant que co-financeurs de la démarche TRI, Lille Métropole Communauté Urbaine, les départements du Nord et du Pas de Calais ainsi que les Communautés Urbaines d’Arras et de Dunkerque, ont pu consulter le master plan et formuler des remarques et propositions. En sont présentés ici des éléments, qui montrent notamment que l’on voirtaffleurer le désir de préserver une liberté.

Commentaires du département du Nord

1381) Le Master plan est relativement exhaustif (commande à l’auteur) donc dense (380 pages) et complexe à aborder. Il nécessite dès lors d’être synthétisé afin de pouvoir être approprié par l’ensemble des décideurs politiques et économique de la région, ainsi que par le citoyen.

1392) Le département du Nord relève des points d’alerte en matière de crédibilité. Des erreurs peuvent compromettre la crédibilité de l’ensemble du master plan (notamment vis-à-vis des instances nationales) :

  • Certaines démarches en cours au niveau national ont déjà prévu des projets proposés par le master plan. Par exemple, dans le cadre du « plan bâtiment durable », l’État prepare actuellement des objectifs d’efficacité énergétique pour tous les bâtiments tertiaires. De même les contrats de performance énergétique (CPE) ont un cadre en cours d’évolution. Il faut noter à cet égard que le CETE Nord Picardie est un pôle d’expertise national dans le domaine. Enfin, la réglementation thermique 2012 (RT2012) fixe des objectifs qui sont bien souvent au-delà que ce que fixe le master plan.
  • Le récent rapport de la commission Mobilité 21 a classé comme première priorité la redynamisation des ports français en développant leur hinterland, le recours aux modes de transports massifiés et une offre logistique performante et diversifiée : le Canal Seine Nord Europe est clairement identifié comme un des outils concourant à ces objectifs. Cette position est défendue par le département du Nord. La région présente donc un potentiel très important en matière de fret fluvial et dans un horizon proche (et non à long terme comme indiqué dans le master plan).
  • Être crédible nécessite également un document illustré d’exemples concrets. Le département du nord a noté que des projets « illustrateurs » ou « démonstrateurs » vont compléter le master plan. Néanmoins, en matière de projets menés par le département du Nord, les archives départementales (bâtiment à énergie positive), les projets de partage de véhicules électriques (projet commun Vilogia/département du Nord, primé dans le cadre de l’appel à projets mobilité) pourraient déjà être cités.
  • Dans le cadre de sa compétence en matière de construction/réhabilitation de collèges, pour faire face aux défis de la TRI, le département souhaite poursuivre l’engagement en faveur de l’innovation et porter dans son programme d’investissement des opérations pilotes « collège du XXI e siècle » sur les thématiques qui sont au cœur des enjeux de convergences entre le numérique et les techniques de construction durable (Collège au centre d’un éco-quartier, Bâtiment à énergie positive, bio-sourcé, Smart grids, modèle d’informations du bâtiment, etc.).

1403) Le master plan n’est pas hiérarchisé. Afin de prioriser les projets, le département du Nord en propose une lecture sociale, humaine et participative, et non seulement technique :

  • dans quelle mesure les projets et les emplois créés vont-ils bénéficier à l’ensemble de la population du territoire ? Les emplois verts sont en effet une opportunité d’insertion professionnelle et de qualification, notamment pour les jeunes et les femmes. La troisième révolution industrielle doit permettre la création d’emplois socialement accessibles dans une région où le taux de chômage est particulièrement élevé (14 % au 1 er trimestre 2013). Il convient alors d’anticiper et de favoriser l’accès futur à l’emploi vert par des actions d’information, de formation et de montée en compétence et ce dès le plus jeune âge.

141Le département du Nord souligne également que le modèle permet un développement évident de la clause sociale dans le cadre des marchés publics ;

  • dans quelle mesure les projets permettent-ils de lutter contre la précarité énergétique (habitat et déplacements) et donc contre la pauvreté qui touche près de 17 % de la population (12 % en moyenne nationale) ? ;
  • dans quelle mesure les projets sont-ils porteurs de mieux-être en matière de santé ou d’environnement dans une région où l’espérance de vie est la plus faible de France ? ;
  • enfin, dans quelle mesure les projets intègrent-ils une dimension participative ? Les organisations syndicales, professionnelles, l’ensemble de la société civile doivent être parties prenantes de cette troisième révolution industrielle.

142La hiérarchisation et la mise en œuvre gagnerait donc en lisibilité si un nombre restreints d’objectifs chiffrés, ainsi qu’un nombre restreint de principes d’action étaient fixés. A titred’exemple, l’Europe a fixé dans le cadre de sa stratégie EU2020, la règle des 3 fois 20 (-20 % de gaz à effet de serre,-20 % de consommation d’énergie, porter à 20 % le mix énergétique en matière d’énergies renouvelables). Autre exemple sur un plan départemental, le schéma de mobilité du département fixe 3 objectifs à horizon 2030, et précise que le department appliquera 5 principes d’actions (par exemple : innover, faire participer les citoyens…) dans toutes ses politiques de mobilité. Ceci permet de hiérarchiser les actions qui en découlent et de vérifier la cohérence globale.

1434) Le département du Nord souhaite également des compléments dans le master plan en matière d’économie circulaire et de la fonctionnalité. De nombreuses expériences existent et sont soutenues en région Nord-Pas de Calais.

Commentaires du département du Pas-de-Calais

1) Premiers éléments généraux d’analyse

144Ce document constitue une bonne synthèse et une mise en perspective intéressante des résultats des groupes de travail, des schémas régionaux et diverses ressources mis à disposition de l’équipe TIR. Elle témoigne, en ce sens, d’un bon niveau d’appropriation du contexte et des enjeux régionaux par Jeremy Rifkin.

145Cela étant, les initiatives listées dans ce premier document forment une compilation de leviers d’action qui nécessiteront, pour certains, d’être débattus et globalement hiérarchisés. En ce qui le concerne, le département du Pas-de-Calais souhaite rappeler les leviers d’actions qu’il pourrait mobiliser pour mettre en œuvre la future stratégie régionale « TRI » ainsi que les éléments pointés par le projet de master plan qui font écho aux politiques départementales existantes ou en projet.

2) Les leviers d’action mobilisables par le département.

146Le département peut d’ores et déjà faire valoir des politiques et des pratiques qui contribuent pour partie à la réalisation des objectifs formulés dans certains des 5 piliers de la démarche Rifkin : la recherche d’une meilleure efficacité énergétique, le développement des énergies renouvelables notamment dans les bâtiments ou encore l’éco-mobilité. S’agissant de l’efficacité énergétique, l’objectif est de diviser par deux les consommations actuelles en travaillant notamment à la fois sur les bâtiments existants (gestion, rénovation, etc.) et nouveaux (mise en œuvre de la nouvelle réglementation thermique, comptages communicants, etc.). Dans ce domaine, le département met en œuvre de nombreuses actions valorisables au sein des collèges et des équipements qu’il gère : efficacité énergétique des systèmes de chauffage, de ventilation, d’éclairage, mise en application des réglementations thermiques, comptages communicants (télérelève), audits énergétiques, optimisation du foncier disponible dans le cadre du plan stratégique patrimonial

147Ce premier pilier est un préalable incontournable : le kWh économisé est un kWh qui n’est pas à produire. S’agissant des énergies renouvelables, l’objectif est de développer les bâtiments producteurs d’énergie. Dans ce domaine également, l’action du département peut être mise en avant à partir d’exemples récents de développement du photovoltaïque. (à ce jour, mise en place d’un total de 800 m² de cellules photovoltaïques et 700 m² supplémentaires en prévision d’ici fin 2014). Le département se déclare prêt à envisager la mise en œuvre de l’éolien dit « urbain ».

148S’agissant du stockage de l’énergie, le département est prêt à tester, à moyen terme, une démarche innovante qui consiste à stocker le surplus d’énergie renouvelable produite dans un bâtiment via l’hydrogène qui sera, au gré des besoins, utilisé dans une pile à combustible (la production d’hydrogène étant exclusivement d’origine renouvelable).

149S’agissant de l’éco-mobilité, l’objectif est de changer les comportements et de développer des alternatives à l’usage de la voiture individuelle et, à plus long terme de déployer les infrastructures de recharges nécessaires à l’accroissement du parc de véhicules électriques.

150Sur cette question, la mise en œuvre du Schéma de la Mobilité fournit de nombreux exemples de projets innovants engagés par le (s) département (s) qui pourraient être valorisés : information aux usagers, co-voiturage, développement des modes doux, incitation au co-working… Plus globalement, en tant qu’acteur public, la transposition du débat sur la transition énergétique et le projet de master plan le département doit se positionner sur deux registres :

151Tout d’abord comme initiateur d’opérations exemplaires qui contribueront in fine à l’atteinte des objectifs partagés à l’issue de la démarche. Mettre en mouvement les acteurs de la chaine de production des bâtiments (entrepreneurs, architectes, aménageurs, promoteurs…), assumer pour partie le risque lié certaines expérimentations quand le marché n’est pas prêt à le prendre (risque de moindre rentabilité davantage querisque financier à proprement parler), montrer l’exemple en innovant sur ses propres maîtrises d’ouvrage, etc.

  • Systématiser le recours aux énergies renouvelables sur les bâtiments départementaux.
  • Systématiser la conception et la construction de bâtiments passifs ou à énergie positive.
  • Expérimenter des solutions innovantes de stockage de l’énergie renouvelable.
  • Produite par les bâtiments départementaux (via l’hydrogène ou autres possibilités de stockage).
  • Généraliser le comptage communicant pour le suivi des consommations énergétiques (télérelève) sur les collèges et bâtiments.
  • Engager une démarche d’audit interne des processus visant la détermination de points de progrès organisationnels.
  • Accélérer la réalisation des préconisations émises par les audits énergétiques (pour la rénovation thermique du parc bâti).
  • Développer l’ingénierie visant les économies d’énergie sur le bâtiment neuf et le parc bâti : vis-à-vis des entreprises (club technique) et des territoires (contractualisation).
  • Innover dans la passation de nouveaux contrat d’exploitation maintenance des bâtiments afin d’intéresser les exploitants aux économies d’énergie et garantir la pérennité et le bon fonctionnement des installations techniques.
  • Généraliser la valorisation les certificats d’économie d’énergie.
  • Développer la flotte et l’usage de véhicules électriques (voitures, vélos…) au sein du département.
  • Mutualiser les achats d’énergie (dans le cadre de l’ouverture totale du marché) des collèges avec le département du Nord.
  • Tester des processus et procédés (matériaux écoconçus à faible teneur en énergie grise) en cohérence avec le référentiel route durable.

152Ensuite, en contribuant à la sensibilisation du public et aux changements culturels et de comportements qu’impliquera la transition énergétique (encourager les comportements vertueux et éco-responsables vis-à-vis de la consommation d’énergie) : qu’il s’agisse du travail en amont auprès des collégiens, de l’ingénierie qu’il mobilise et des avis qu’il rend aux collectivités porteuses de stratégies locales, du développement d’une charte de l’éco-agent dans le cadre de l’Agenda 21, etc.

  • Développer des actions de sensibilisation envers les collégiens (contrat avec les collèges en lien avec la politique éducative), les agents et les usagers des bâtiments (mise en application de la charte de l’éco-agent).
  • S’assurer de la bonne appropriation par les collégiens, agents et usagers des nouvelles technologies développées dans les bâtiments (montée en compétence et éveil à l’innovation).
  • Accompagner le développement de l’expertise chez les maitres d’ouvrage, les bureaux d’études, les entreprises partenaires.

Commentaires de la communauté urbaine d’Arras

153Le document, dans cette version, appelle tout d’abord une mention sur la méthode avec laquelle le master plan fera l’objet d’une déclinaison territoriale infra-régionale. Dans le prolongement du débat territorial qui a eu lieu à Arras, le 9 juillet dernier, il semble en effet approprié que cette déclinaison s’opère sur des territoires volontaires qui pourront ainsi porter, en responsabilité, toutes les expérimentations qui seront utiles à la mise en œuvre de la transition énergétique préconisée par Jeremy Rifkin. Compte tenu, par ailleurs, de l’impact géographique et foncier de certaines des mesures proposées (installation de champs photovoltaïques, de parcs éoliens, de réseaux locaux de méthanisation, par exemple), il sera probablement indispensable d’adapter les documents de planification territoriale correspondants, à savoir les SCoT et les PLUi, notamment. Cette transcription normative mérite d’être signalée dans le master plan au titre des modalités pratiques de sa mise en œuvre.

154Par ailleurs, il est dangereux pour la communauté urbaine d’Arras que le master plan repousse sur le long terme la question du fret fluvial, à l’heure ou nous nous battons pour que le canal Seine-Nord (qui doit être un instrument phare de la transition énergétique), soit mis enœuvre à très court terme et, en tout état de cause, fasse l’objet d’un arbitrage favorable du gouvernement, avant la fin de cette année, pour que les financements européens mobilisables puissent être actionnés dans le même calendrier.

155En complément de ces observations, la communauté urbaine d’Arras souhaite ajouter une suggestion de méthode qui pourrait, si elle est partagée, contribuer à l’efficacité globale de la phase de mise en œuvre du projet de troisième révolution industrielle. Cette efficacité passera nécessairement par un travail de croisement des différentes politiques qui irrigueront l’action publique régionale et infrarégionale dans les années à venir : la région développe des outils de planification de ses interventions appellant déjà une mobilisation concertée de l’ensemble des collectivités publiques locales avec lesquelles ces schémas seront mis en œuvre : SRADDT, SRDE, SRCAE, SRES, etc.

156L’État, de son côté, pour répondre à une sollicitation forte de ce qui sera l’Eurométropole lilloise, pousse à l’élaboration d’un cadre de cohérence de ses interventions sur le territoire de l’aire métropolitaine. Ce cadre est l’expression de la volonté d’une partie du territoire régional de voir se fédérer et se capitaliser autour de lui, des dynamiques centrifuges. Le prochain contrat de plan État-région, de même que les prochains Programmes Opérationnels européens, seront appelés, dans le cadre de cette dynamique métropolitaine, à soutenir les politiques considérées, à cet égard, comme prioritaires en raison de leur visée structurante.

157Les départements développent pour leur part, dans leur sphère de compétences, des contrats territoriaux de développement durable, qui, grâce à une concertation infra-départementale et un dialogue efficace avec leurs partenaires locaux, constituent le gage de l’efficacité des actions mises en place. Les territoires locaux sont en train de se structurer, grâce aux outils mis à leur disposition récemment, pour rendre eux-mêmes plus pertinentes leurs interventions supra-intercommunales. La métropolisation en cours de mise en œuvre sur le territoire régional devrait, de ce point de vue, avoir des effets « palpables » en matière de coordination de la mobilité et des transports, en matière d’aménagement, de ressource en eau, de santé, d’économie numérique, d’énergies renouvelables…

158Tous ces schémas, toutes ces orientations ont, aujourd’hui, c’est une évidence, un fil conducteur, un dénominateur commun : la transition énergétique et la modification des comportements individuels et collectifs.

159La troisième révolution industrielle engagée par la région et la CCIR impactera et sera nécessairement impactée par ce canevas. Il importe donc, à notre sens, que celui-ci fasse l’objet d’un croisement en amont, de sorte que les initiatives qui seront prises dans le cadre de l’un ou l’autre, ne se chevauchent, ni ne se superposent ou se doublonnent.

160C’est en ce sens que la Communauté Urbaine d’Arras, les Communautés d’Agglomération artoiscom, du douaisis, de lens-lievin, d’henin-carvin et les communautés de communes de Noeux et environs et d’osartis, réunies dans le cadre de la métropolisation en cours, souhaitent collectivement être appelées à expérimenter, à l’échelle de ce territoire, les politiques qui pourront être mises en œuvre, de manière pragmatique, dans les différents domaines précités.

161Cette expérimentation nécessaire – si l’on veut tester, en grandeur réelle, le bien fondé des dispositifs qui devront être mis en place pour garantir à la 3RI (mais aussi au SRADDT, au SRDE,…, au cadre de cohérence), qu’elle atteigne rapidement ses objectifs opérationnels – est un préalable méthodologique de bon sens. Il n’exclut bien évidemment pas que des initiatives puissent être testées ou mises en œuvre par ailleurs, c’est, là aussi, une question de bon sens.

162Au passage, cette phase de test territorial, permettrait, et cela est loin d’être anodin, en termes de ressources humaines et d’efficacité budgétaire publique, de mobiliser et rationnaliser l’ensemble des ingénieries existant sur les territoires régional, infra-régional et qui travaillent, pour le moment, chacune en fonction d’objectifs multiples qu’il nous appartiendra de render convergents.

163La communauté urbaine d’Arras, que ce soit en matière d’efficacité énergétique, de mobilité alternative, de développement des énergies renouvelables, d’économie circulaire, est tout à fait prête, dans ces différents domaines, en raison de son expérience et des illustrateurs qu’elle pourrait mobiliser, à relayer, à l’échelle du pôle métropolitain de l’Artois, la construction de cette expérimentation.

COMMENTAIRES DE LA COMMUNAUTÉ URBAINE DE DUNKERQUE

1) Introduction

164Jeremy Rifkin et son équipe nous offre une vision du futur de notre région très stimulante. Le master plan affiche des orientations diverses qui s’adresse aux politiques menées à la foisau niveau régional et au niveau local. Un des points clés du document repose sur l’évolution progressive de l’organisation hiérarchique de la société et sur le rôle du « pouvoir latéral » qui renvoie bien sûr à l’engagement direct des citoyens mais également au rôle crucial des collectivités territoriales dans le futur. Quelques interrogations subsistent après la lecture du master plan, notamment en ce qui concerne la place allouée à Dunkerque

2) Contexte local pour la troisième révolution industrielle

165Comme cela est mis en avant de manière saisissante dans le master plan, notre région qui a été à la pointe de la première révolution industrielle a manqué la deuxième. Cela est correct si l’on considère l’échelon régional mais Dunkerque, qui était un port d’envergure moyenne à l’époque de la première révolution, a connu un développement économique et une prospérité importante grâce à la deuxième. La ville est maintenant au cœur du système industriel, avec une production ou une importation massive d’énergie, des transports de masse et des industries lourdes. Ici comme ailleurs le modèle industriel est en crise mais il demeure néanmoins très compétitif et l’économie et les emplois locaux en dépendent toujours très largement. Ainsi, comment ce territoire peut-il s’appuyer sur ces spécificités pour prendre sa place dans la troisième révolution industrielle ?

166Par ailleurs, le master plan confère au port de Dunkerque une place importante à travers son rôle en tant que « port vert », fortement spécialisé dans la logistique mais aussi dans l’importation de gaz pour couvrir les besoins additionnels de la région et des zones voisines, au moins pour les quelques décennies à venir.

3) Dunkerque, une plate-forme énergétique et un lieu idéal pour la troisième révolution industrielle

167Le savoir faire existant dans le domaine énergétique au sein du territoire de la communauté urbaine de Dunkerque est amené à se renforcer et fait de notre territoire un endroit primordial pour la mise en place de la troisième révolution industrielle. Parmi les principaux sujets qui émergent dans ce domaine, celui de la « technologie du froid » peut se developer sur le territoire du dunkerquois en s’appuyant sur la construction de nouvelles infrastructures d’importation de méthane qui favorisent l’apparition d’opportunités dans le domaine avec l’utilisation des frigories existantes (projet INNOCOLD) afin de développer de nouvelles technologies. L’objectif de ce projet est de créer un pôle de recherche alloué aux technologies du froid, domaine qui permet de créer des connexions particulières entre le secteur de la recherche et le monde de l’entreprise.

168À cet effet, le schéma régional de développement économique a reconnu la compétence du dunkerquois dans le domaine énergétique en y installant le pôle d’excellence regional énergie 2020. L’objectif de ce pôle sera le développement de la compétitivité du secteur économique autour de l’énergie.

  • 19 www.mcphy.com/fr/projets/projets-de-demonstration/grhyd/
    Le projet GRHYD, porté par GDF-SUEZ, a pou (...)

169Dans ce contexte, Dunkerque possède un potentiel important pour développer l’éolien offshore. Par ailleurs, le projet GRHYD (Gestion des Réseaux par injection d’Hydrogène pour Décarbonner les énergies), mené par GDF Suez,19 à produire et utiliser de l’hydrogène en tant que carburant pour véhicules et source d’énergie pour le chauffage résidentiel.

170Cette description montre le rôle de Dunkerque en tant que plate-forme énergétique et démontre donc son intérêt à être inclus dans la démarche « troisième révolution industrielle en Nord-Pas-de-Calais » dont certaines réalisations dans les domaines de la transition énergétique et de l’innovation pourraient se faire à Dunkerque.

4) Le port de Dunkerque, un partenaire important

171Le port de Dunkerque pourrait également être un lieu important pour la fourniture en gaz naturel des navires qui naviguent dans la Manche. Ainsi, il devrait être associé à la démarche TRI. Il est d’ailleurs identifié dans le master plan comme pouvant potentiellement devenir le premier « port vert » français à l’horizon 2030 grâce à des développements importants dans le domaine de la logistique multimodale, de la réduction des déchets.

5) Quelques observations sur les cinq piliers de la TRI

172La vision générale portée par ces cinq piliers est très convaincante mais certains points de vigilance doivent être pris en compte :

- Observations sur les taxes

173Le document aborde la transformation ou la création potentielle de taxes avec un objectif de neutralité fiscale globale pour les contribuables et les collectivités territoriales. Ce sujet est très sensible et implique directement l’échelon national. Ainsi, il faut le manier avec précaution et certaines affirmations du master plan demeurent sujettes à caution, notamment la supposée neutralité fiscale des taxes proposées ou encore le financement de Zen-e-Ville grâce aux économies d’énergie. Notons néanmoins le développement intéressant effectué sur les sociétés de services énergétiques. Quelle est la place des collectivités territoriales dans les propositions avancées ?

- Observations sur la logistique

174Le chapitre consacré à la logistique nécessiterait d’être clarifié. En ce qui concerne le fret, le document ne met probablement pas suffisamment en avant les potentialités liées à l’utilisation des voies navigables. Le projet du Canal Seine-Nord pourrait par ailleurs être davantage mis en avant de par le vaste soutien dont il dispose au niveau régional.

COMMENTAIRES DE LILLE MÉTROPOLE COMMUNAUTÉ URBAINE

1) Les points forts de la démarche « troisième révolution industrielle en Nord-Pas-de-Calais »

  • Large mobilisation d’acteurs variés (collectivités, entreprises, associations, etc.) Il en résulte une vraie dynamique de réflexion et de propositions partagées, notamment lors des groupes de travail thématiques mais aussi des séminaires de consolidation. La rencontre territoriale organisée à Lille Métropole mercredi 10 juillet a rencontré un vrai succès en termes de mobilisation et d’échanges entre participants.
  • Poursuite de cette mobilisation d’ores et déjà envisagée par certains groupes (ex : groupe réseaux d’énergie qui continuera à travailler sur la planification énergétique) après la finalisation du master plan : vers une pérennisation de la dynamique de travail partenarial.
  • Développements intéressants sur les modes de financements possibles de cette transition vers un nouveau modèle économique (ex : recours aux monnaies locales de type « Systèmes d’échange locaux »20, appui sur des Sociétés coopératives d’intérêt collectif, appui sur des dispositifs de « tiers investisseur »).
  • Développements intéressants sur le lien entre énergie et développement économique : le « master plan » souligne qu’en utilisant de manière plus efficace l’énergie et plus largement les ressources, l’économie régionale serait plus performante et plus créatrice d’emplois. Il pointe notamment le faible ratio actuel d’emplois dans le secteur de l’énergie et fait le pari d’un investissement dans ce secteur pour permettre aux entreprises locales de développer de nouveaux débouchés.

2) Les principaux points de vigilance par rapport au master plan

  • Prendre en compte les différentes échelles territoriales : le « master plan » ne prend pas en compte les différents niveaux territoriaux (métropole, quartier, ilôt, bâtiment) et les enjeux liés. La dimension transfrontalière gagnerait à être développée (elle est toutefois abordée concernant les interconnexions en matière de réseaux électriques pour mieux gérer les pointes de consommation). Par exemple, la question de la densité ne s’appréhende pas de la même manière selon que l’on se place au niveau régional ou d’une ville. Risque : « master plan » plaqué sur un territoire considéré uniquement à l’échelle régionale.
  • Mieux prendre en compte des projets déjà engagés par les territoires : le « master plan » oublie parfois des projets importants déjà engagés sur le territoire. Par exemple, il propose une intégration multimodale en matière de transports collectifs en citant l’exemple du Pass Navigo mais il omet la carte Pass Pass déjà en cours de déploiement… Autre exemple : le master plan évoque les enjeux de formation et de sensibilisation des entreprises du bâtiment aux enjeux et techniques de l’éco-construction/éco-rénovation mais ne mentionne pas le programme « Vertuoze », qui répond pourtant déjà à cet enjeu.
  • Intégrer l’économie circulaire et celle de la fonctionnalité au « master plan » : ces deux sujets ont fait l’objet de deux groupes thématiques, mais ils ne sont pas abordés dans le « master plan ». Il existe pourtant de vrais enjeux et des filières/équipements à conforter sur le territoire régional et particulièrement sur le territoire métropolitain (ex : recyclage des déchets avec rôle pilote sur déchets textiles en particulier, centre de valorisation organique…). Ces sujets ne peuvent pas être traités séparément du « master plan », car ils contribuent à la logique de troisième révolution industrielle.
  • Mettre en cohérence les propositions du « master plan » par rapport aux réseaux d’énergie : les échanges au sein du groupe de travail « réseaux d’énergie » avaient permis de trouver un consensus autour de la nécessité pour les territoires infra-régionaux (en particulier les agglomérations) d’assumer leur rôle de pilote ou d’autorité organisatrice en matière de réseaux d’énergie. Le « master plan » ne reflète pas ces échanges : il prévoit un pilotage au niveau régional, il laisse le soin aux principaux concessionnaires (ERDF et GRDF) de prioriser leurs propositions d’investissement pour les faire remonter de manière consolidée à l’échelon national.
  • Il s’agit d’une contradiction avec le modèle rifkinien de production-consommation d’énergie décentralisée au plus près des territoires et avec les évolutions législatives en cours (Acte 3 de la décentralisation) qui prévoient une compétence sur les réseaux d’énergie (chaleur, électricité, gaz) pour les métropoles.
  • Développer une vision énergétique moins centrée sur l’électricité : le « master plan » se concentre sur les réseaux d’électricité et la production d’énergie renouvelable issue du photovoltaïque et/ou de l’éolien. Il ne développe pas suffisamment le rôle pourtant essentiel que peuvent jouer les réseaux de chaleur dans le développement des énergies renouvelables. Par ailleurs, la prise en compte des interactions entre réseaux de gaz, d’électricité, de chaleur voire d’eau (car l’eau peut servir à chauffer ou refroidir via des pompes à chaleur) est insuffisante. Par exemple, le « master plan » se satisfait d’un déploiement séparé des « compteurs intelligents » pour le gaz, l’électricité et l’eau alors que l’on pourrait imaginer au contraire de croiser ces informations pour mutualiser le pilotage de ces sources d’énergie.
  • Certains points nuisent à la crédibilité du « master plan ». Par exemple, les développements sur les compteurs « intelligents » sont peu nuancés et ne présentent que leurs avantages (alors qu’ils ne permettent toujours pas un pilotage par l’utilisateur de sa consommation d’énergie). De nombreux développements sur la mobilité sont anecdotiques voire irréalistes (ex des vélomobiles, vélos dotés d’une carrosserie pour faire face aux conditions climatiques nordistes ou encore des « data center » décentralisés chez les particuliers et faisant au passage office de radiateurs…). D’autres points relèvent d’intuitions contestables ou difficilement vérifiables pour l’instant (ex. : proposition de produire de la biomasse le long des infrastructures de transports). Ces exemples donnent le sentiment d’un assemblage d’idées parfois issues de « lobbys » au détriment d’une vision construite avec des priorités crédibles.

3) Préparer « l’après-master plan »

175La réussite de la démarche de troisième révolution industrielle repose largement sur la capacité à croiser les initiatives, intégrer les territoires de la région au processus, préparer les changements de comportement (en particulier au niveau des entreprises), construire une gouvernance adaptée et propice à l’essaimage des expérimentations prévues.

176Il convient donc de préparer au plus tôt la mise en œuvre de la future feuille de route en précisant les dispositifs d’appel à projet (ou autres dispositifs) prévus dans le cadre des démonstrateurs proposés par Rifkin (zen-e-ville, vallée de la biosphère…). Lille Métropole peut par exemple proposer dans ce cadre des expérimentations dans le domaine des réseaux intelligents et de la planification énergétique (entre autres sur le site de SaintTroisième Sauveur, en lien avec l’école des Arts et Métiers voisine du site), des énergies renouvelables (biomasse dont « bois-énergie » sur friches industrielles, géothermie…) ou encore de l’économie circulaire déjà mentionnée plus haut.

L’INCARNATION DU MASTER PLAN : A WORK IN PROGRESS

177Les responsables et experts de la région Nord-Pas De Calais reconnaissent la richesse des apports de l’équipe de J. Rifkin et la stimulation intellectuelle qui été permise par cette démarche. Celle-ci constitue un exercice réflexif grâce auquel les acteurs locaux confrontent leurs propres réalisations et perceptions à l’analyse de l’économiste américain.

178Ces contributions nous montrent encore comment le master plan, actant sur lequel toutes les attentions - à ce stade du processus - se portent, semble passer d’un statut à l’autre. Dans la forme, on dit le livrable des équipes Rifkin trop complexe et long, dans l’exposition des arguments, pas assez simplifié et méthodologique. On attend de lui qu’il offre à la fois une grille d’intelligibilité du programme de la TRI appliqué à la région Nord Pas de Calais, et qu’il puisse se constituer en outil d’aide à la décision. Parmi les finalités et maîtres mots qui seraient amenés à le redéfinir on trouve par exemple : « qualifier les besoins », « hiérarchiser », « prioriser », « outils de comparaison ». La recherche d’indicateurs et d’un support « actionnable », s’exprime encore dans cette demande de « hiérachisation argumentée des techniques selon des critères de coûts, intérêts économiques, intérêts environnementaux et intégration à la région […] ». En toute rigueur, du point de vue des processus d’innovation qui sont en jeu, il importe peu que le master plan réussise à remplir toutes ces missions dont on le charge : il remplit sa fonction d’activateur, d’agrégateur de forces et de répartiteur des rôles. Il n’est pas le résultat mais le procesus lui-même, déjà branché à une multitude d’autres inscriptions et appareillages. Il se situe au cœur de l’économisation désirante de la « transition énergétique » dans toute une région.

179Les commentaires et propositions d’ajustements du master plan ont été nombreux, et les positions très solidement argumentées. De plus, quand des collectivités réclament certains correctifs, c’est par souci de crédibilisation du plan. Par exemple, si en matière de recensement des décisions et programmes, l’exhaustivité ne peut être atteinte, on regrette la proposition de réalisation, dans le master plan, de quelques actions en fait déjà votées ou lancées, à l’échelon national ou local. De même, renforcer le pouvoir de prescription et la légimité du master plan par la capitalisation des expériences actuelles des collectivités et par la formulation de nouvelles expérimentations plus réalistes, apparait ici pour les participants, comme un impératif.

180Le dispositif est aussi l’occasion d’éprouver les processus d’innovation et de décision collective entre les différents niveaux de compétences territoriales. Dans cette région de nombreux programmes témoignent déjà des synergies existantes. Néanmoins, la réception du master plan par les collectivités, rend perceptible une certaine tension entre constructivisme planificateur et recours aux « intelligences collectives » (processus bottom-up). Cela se traduit essentiellement par la demande d’une prise en compte plus forte des réalisations locales et des différents échelons territoriaux. À ce titre, des faiblesses du master plan sont pointées. Pour certains, une vision par trop « régionalisante » domine le master plan et la maîtrise des spécificités de répartition de la responsabilité territoriale, de ses évolutions (la réforme de la métropolisation ou encore certains cadres législatifs nationaux), paraît peu assurée. En un laps de temps assez court, l’exercice fut sans doute assez délicat pour les experts de l’équipe Rifkin.

181Nul doute que le Nord-Pas de Calais sera observé, étudié, scruté… par d’autres régions, villes et pays. D’ailleurs, J. Rifkin aime à rappeler l’intérêt international que devrait susciter la région. À certains égards, pour l’économiste, le cas pourrait apparaître paradoxal : certes, les lignes directrices fondamentales de son approche sont reprises, mais le travail qui a été exposé ici, et qui appelle de plus amples descriptions et une observation fine des étapes à venir, se présente comme une actualisation et un détachement vis-à-vis de ses propositions. Et pour ce faire, il n’est pas sûr que les groupes de travail se soient arrêtés sur les incohérences de certaines d’entre elles, ou qu’ils aient mis en discussion certains de ces postulats.

COMMENTAIRES ET ÉLÉMENTS CRITIQUES SUR LE TRAVAIL DE JEREMY RIFKIN

182et plus particulièrement sur l’ouvrage « La troisième révolution industrielle ».

183- Non, Jeremy Rifkin n’est pas le sauveur de la planète » par Jean Gadrey, 11 juin 2011. http://www.reporterre.net/​spip.php?article4350

184- La troisième révolution industrielle des villes n’est pas pour demain » par Josselin Thonnelier. http://www.urbanews.fr/​2013/​10/​17/​36357-troisieme-revolution-industrielle-villes-nest-pas-demain

185- Le scénario NegaWatt en 10 points-clés. http://www.negawatt.org/​scenario/​methodologie Le scénario se caractérise par « une politique très volontariste de sobriété et d’efficacité énergétiques diminue la demande en énergie primaire de plus de 65 % en 2050 par rapport à la situation en 2010 : l’exploitation du « gisement de négaWatts » permet de faire presque les 2/3 du chemin ! Malgré cette réduction, un haut niveau de services énergétiques est maintenu pour les besoins de chaleur, de mobilité et d’électricité spécifique. Un recours prioritaire aux énergies renouvelables (90 % des ressources énergétiques de la France en 2050, répartis en une dizaine de filières) assure à la fois la sécurité d’approvisionnement et une véritable indépendance énergétique. Une gestion coordonnée des réseaux de gaz, d’électricité et de chaleur permet de répondre à tout instant aux besoins et d’assurer l’indispensable équilibre offre-demande en puissance du système électrique. La fin des « fossiles faciles » est anticipé à l’approche des pics pétrolier et gazier. Leur utilisation se limite à la pétrochimie et aux matières premières industrielles, ainsi qu’à quelques usages très spécifiques tels que l’aviation. Le système énergétique est presque totalement exempt d’émissions de carbone malgré un arrêt maîtrisé et cohérent de toute production d’électricité nucléaire en 2033… Par rapport à 2010 les émissions de CO2 sont divisées par 2 en 2030 et de l’ordre de 15 en 2050. Les émissions cumulées de CO2 sur la période 2011-2050 sont conformes au poids démographique de la France dans une logique d’équité mondiale, et compatibles avec l’objectif de limiter la hausse moyenne de la température sur Terre en dessous de 2° C d’ici 2100.

186L’usage équilibré des sols respecte l’ordre des priorités alimentation → biodiversité → matériaux → énergie, malgré une relocalisation importante de l’industrie et une contribution de la biomasse à hauteur de 50 % des besoins énergétiques totaux.

187Une France s’avance vers l’autonomie et la démocratie énergétiques, créant des centaines de milliers d’emplois durables, redonnant aux territoires et à leurs acteurs une place centrale dans notre paysage énergétique. Et qui prend enfin toute une part exemplaire dans la résolution des crises de l’énergie et du climat.

188- Blog OIL MAN, Chronique du début de la fin du pétrole. Repenser l’économie à partir du concept universel d’énergie ? http://petrole.blog.lemonde.fr/​2014/​05/​14/​repenser-leconomie-a-partir-du-conceptuniversel-denergie/​%23xtor=RSS-32280322

189- Pour mettre en perspective l’ouvrage de Jeremy Rifkin et inscrire son travail dans une histoire plus complexe, quelques éléments repris de : « The zero marginal cost society : The internet of things, the collaborative commons and the eclipse of Capitalism » de Jeremy Rifkin (Avril 2014) http://www.grico.fr/​articles/​lecture-de-the-zero-marginal-cost-society-the-internetof-things-the-collaborative-commons-and-the-eclipse-of-capitalism-de/​

190- Pour commencer, il nous paraît utile de renvoyer au travail, nous l’avons déjà indiqué, d’Ivan Illich de convoquer à nouveau ses thèses, de faire travailler ses notions et concepts. Cela nous semble du plus grand intérêt car les réflexions d’Illich ne se sont pas développées sous le diktat du “nouveau technique numérique”. Cela devrait nous inciter à plus de nuance et de prudence quant à l’importance donnée de manière générale, aux “utopies concrètes” qui projettent au devant d’elles-mêmes un monde sans anthropologie politique, sans processus d’altération-création, un monde de devenirs pacifiés. (Voir en particulier à : Actualité d’Ivan Illich : Introduction. Monument ou chantier ? L’héritage intellectuel (Robert Jean et Paquot Thierry) (2010) http://www.esprit.presse.fr/​archive/​review/​article.php?code=35750

191- Il nous semble aussi important de rappeler la résonnance du travail d’Illich avec l’Anti-Oedipe de Gilles Deleuze et Felix Guattari.

  • 21 Gilles Deleuze et Felix Guattari, Anti-Oedipe, Editions de Minuit, 1972 (P 478-480)

192« On pourrait croire que la différence entre les machines sociales techniques et les machines désirantes est d’abord une question de taille, ou d’adaptation, les machines désirantes étant de petites machines ou de grosses machines adaptées à de petits groupes. Ce n’est pas du tout un problème de gadget. La tendance technologique actuelle qui substitute au primat thermodynamique un certain primat de l’information, s’accompagne en droit d’une réduction de la taille des machines. Dans un texte de grande gaité encore, Ivan Illich montre ceci : que les grosses machines impliquent des rapports de production de type capitaliste ou despotique, entraînant la dépendance, l’exploitation, l’impuissance des hommes réduits à l’état de consommateurs ou de servants. La propriété collective des moyens de production ne change rien à cet état de choses et nourrit seulement une organisation despotique stalinienne. Aussi Illich lui oppose-t-il le droit pour chacun d’utiliser les moyens de production dans une société conviviale non-oedipienne. Ce qui veut dire : l’utilisation la plus extensive des machines par le plus grand nombre de possible de gens, la multiplication des petites machines et l’adaptation des grandes machines à des petites unités, la vente exclusive d’éléments machiniques qui doivent être assemblés par les usagers producteurs eux-mêmes, la destruction de la spécialisation du savoir et du monopole professionnel. Il est bien évident que des choses aussi différentes que le monopole ou la spécialisation de la plupart des connaissances médicales, la complication d’un moteur d’auto, le gigantisme des machines ne répondent à aucune nécessité technologique, mais seulement à des impératifs économiques et politiques qui proposent de concentrer puissance ou contrôle entre les mains d’une classe dominante. Ce n’est pas rêver d’un retour à la nature que de signaler l’inutilité machinique radicale des autos dans les villes, leur caractère archaïque malgré les gadgets de leur présentation, et la modernité possible de la bicyclette dans nos cités non moins que dans la guerre au Vietnam. Et ce n’est pas même au nom de machines relativement simples et petites que doit se faire la “révolution conviviale” désirante, mais au nom de l’innovation machinique elle-même que les sociétés capitalistes ou communistes répriment à toute force en fonction du pouvoir économique et politique. (Ivan Illich « Re-tooling society », Nouvel Observateur 11 septembre 1972 et Gilbert Simondon p. 132-133, Du mode d’existence des objets techniques, Edition Aubier)21.

193- Voir encore :

194D’Ivan Illich aux nanotechnologies. Prévenir la catastrophe ? Entretien avec Jean-Pierre Dupuy, Propos recueillis par Olivier Mongin, Marc-Olivier Padis et Nathalie Lempereur. http://www.cairn.info.proxy.unice.fr/​resume.php?ID_ARTICLE=ESPRI_0702_0029 et Réconcilier souveraineté individuelle et vie en société : la société écologiste d’André Gorz et la société conviviale d’Ivan Illich parparEnzo Lesourt 2013 http://www.cairn.info.proxy.unice.fr/​revue-natures-sciences-societes-2013-3-page-307.htm

195- On ne saurait continuer cette mise en perspective sans faire référence aussi au travail d’André Gorz et aux travaux d’Arsindustialis (Bernard Stiegler) et plus particulièrement au groupe de travail sur l’économie de la contribution http://arsindustrialis.org/​groupe-de-travail-sur-l-economiede-la-contribution

196(Extraits)

197« Or, la révolution numérique a fait émerger un nouveau type d’économie industrielle qui reconstitue une économie libidinale, c’est à dire un dispositif d’investissements dans des objets de travail et de socialisation : l’économie contributive est en cela précisément une économie libidinale, et elle se caractérise par un nouveau type de comportements individuels et collectifs, celui qui caractérise la figure d’un contributeur affilié à un réseau (qui n’est pas nécessairement électronique mais toujours social). Cette nouvelle forme d’économie, nous l’entendons en tant que : nouvel horizon en matière de développement économique et social ainsi que territorial, remettant en cause en particulier l’hégémonie des finalités de valorisation du capital et des formes de domination exercées par les tendances de plus en plus marquées à la fragmentation du travail salarial et de l’existence individuelle ; régénération de nos désirs, c’est à dire de nos investissements], suscitant une autre forme de perception [5] en remettant en cause le primat de l’homo oeconomicus et la “servitude volontaire”, et réhabilitant le bien commun et les processus délibératifs et démocratiques ; reconstitution des formes de savoirs – savoir faire, savoir vivre, savoir théoriser – qui ont été détruites par le processus de prolétarisation et de désapprentissage auquel a conduit une socialisation des technologies exclusivement mise au service de l’augmentation des plus value au détriment de la qualité du travail et des résultats du travail ; refondation des conventions comptables micro et macro-économiques et d’indices sociaux. »

198André Gorz : Autonomy and equity in the post-industrial age, Finn Bowring in The Sociological Review : Special Issue : Sociological Review Monograph Series : Contemporary Organization Theory, edited by Campbell Jones and Rolland MunroVolume 53, Issue Supplement s1, pages 134–147, October 2005.

199- André Gorz ou comment entrevoir le postcapitalisme par Denis Clerc et Christophe Fourel http://www.cairn.info.proxy.unice.fr/​resume.php ?ID_ARTICLE=ESPRI_1001_0132

200- André Gorz, un penseur pour le XXIe siècle, Sous la direction deChristophe Fourel, Éditeur La Découverte, 2009.

201- Gorz André, « « La personne devient une entreprise » », Revue du MAUSS 2/2001 (no 18), p. 61-66, www.cairn.info/revue-du-mauss-2001-2-page-61.htm.

202- Autoproduction high-tech »

203On ne dépassera ces limites ni en pratique, ni par la pensée aussi longtemps qu’on se place sur le terrain de la production des marchandises, des rapports d’achat et de vente, aussi longtemps qu’on confond la production de richesse avec la production de valeur ; aussi longtemps que les mêmes personnes seront divisées contre elles-mêmes comme consommateurs et comme producteurs, comme acheteurs de marchandises et comme vendeurs de travail ; aussi longtemps que les premiers ne verront pas la possibilité et n’auront pas un intérêt vital à soustraire progressivement leurs consommation et leur travail à la forme marchandise, à la forme valeur et de se soustraire au capitalisme pour prendre le pouvoir sur la détermination de leurs besoins et sur leur vie. La reconstitution de l’unité des consommateurs et des producteurs répond aujourd’hui à l’intérêt vital et à un besoin vital des populationsdu Nord comme du Sud. « À un besoin vital » dans la mesure où ellesne peuvent satisfaire leurs besoins élémentaires par l’achat de marchandisessur le marché. « À un intérêt vital » dans la mesure où une gamme croissante de produits désirables ou nécessaires cessent d’êtreproduits parce que leur production est insuffisamment rentable pourle capital ou, ce qui revient au même, parce qu’au besoin, si pressantsoit-il, de ces produits ne correspond pas, dans la population, un pouvoird’achat suffisant. L’autoproduction hors marché, c’est-à-dire l’unificationdu sujet de la production et du sujet de la consommation, offre seule une issue pour échapper à cette détermination par le capitaldu contenu des besoins et du mode de leur satisfaction. Il ne faut pas concevoir cette réunification à l’échelle individuelleou privée seulement, comme l’a fait Alvin Toffler à propos des « prosommateurs » qui couvrent une partie croissante de leurs besoins parle « do it yourself » 18. La « prosommation » (contraction de productionet de consommation) peut actuellement s’étendre à des populationsentières, être coordonnée à l’échelle planétaire par l’interconnection d’ateliers communaux d’autoproduction high-tech, auto-organisée enréseaux de coopération, d’assistance mutuelle, de diffusion permanented’innovations et d’idées. La totalité des produits nécessaires à une « vie attrayante » peut, selon Frithjof Bergmann (qui décomptetrentehuit de ces produits) être fabriquée localement dans des ateliers de quartiers ou des ateliers mobiles avec une dépense de travaillargement inférieure, une productivité très supérieure à celles de leurproduction industrielle. Et cela sans parler des économies qu’entraîne la désintermédiation, la relocalisation, la simplification extrême de lagestion19. La principale force productive mise en oeuvre dans l’autoproductionhigh-tech est universellement disponible, gratuitement accessible et inusable : c’est l’inventivité humaine mise continuellementà la disposition de tous sous la forme de logiciels libres. (« Penser l’exode de la société du travail et de la marchandise » A. Gorz http://1libertaire.free.fr/​AGorz31.html)

204- Et aux travaux d’Alvin Toffler inventeur du terme « prosumers » : Le Choc du futur, (1974) La Troisième Vague, (1980), Les Cartes du futur : précursions et prémisses, (1983), S’adapter ou périr : l’entreprise face au choc du futur, 1986, Les Nouveaux Pouvoirs, (199) 1, Guerre et contre-guerre, survivre à l’aube du XXIe siècle, (1994), Créer une nouvelle civilisation : la politique de la Troisième Vague, (1995), La Richesse révolution2007.

205- Enfin, comment ne pas convoquer les travaux centraux d’Elinor Ostrom qui a reçu en 2009 le « prix Nobel » d’économie, avec O. Williamson, « pour son analyse de la gouvernance économique, et en particulier, des biens communs ». Il est a noter que ces travaux séminaux n’ont qu’une petite place dans le dernier livre de Rifkin (4 pages : 158-162 et pages 175, 190) et que le travail sur le mouvement Open dans ses dimensions éditoriales, les nouvelles technologies d’écritures et de traitement des données, les problèmes posés par la montée en puissance de l’algorithmie etc… ne sont que survolés.) Governing the Commons : The Evolution of Institutions for Collective Action, 1990 : Institutional Incentives and Sustainable Development : Infrastructure Policies in Perspective, 1993 ; Rules, Games, and Common Pool Resources, 1994 ; « A Behavioral Approach to the Rational Choice Theory of Collective Action : Presidential Address », American Political Science Association, 1997, dans The American Political Science Review, 92 (1) : 1-22. 1998 ; Hess, Charlotte et Ostrom, Elinor (éd.), Understanding Knowledge as a Commons : From Theory to Practice, 2007 ; Linking the Formal and Informal Economy : Concepts and Policies, edited with Basudeb Guha-Khasnobis and Ravi Kanbur, 2006 ; Beyond Markets and States : Polycentric Governance of Complex Economic SystemsAmerican Economic Review, 100 (3), 2010.

Notes

1 Jeremy Rifkin, La troisième Révolution Industrielle, Comment le pouvoir latéral va transformer l’énergie, l’économie et le monde, Edition : LLL Les liens qui libèrent, 2012 (Jeremy Rifkin, The third industrial revolution, 2011).

2 Synthèse du Master plan élaboré avec Jeremy Rifkin : www.latroisiemerevolutionindustrielleennordpasdecalais.fr/ et http://fr.calameo.com/read/00282096041bbcee430b3

3 Directeur du World Forum Lille Institute et directeur du projet au sein de la CCI de région Nord de France, aujourd’hui chef de projet Troisième Révolution Industrielle Conseil régional Nord-Pas de Calais.

4 Rifkin J., « The Age of access, The new Culture Of Hypercapitalism, Where All of life is a paid-for experience », New York, 2000 traduit en 2000 aux Editions de la découverte dans la collection Cahiers libres.

5 www.worldforum-lille.org/fr/decouvrez-nous/le-think-tank/missions.html

6 C’est la phase d’inventaire et de diagnostic. Durant cette phase préliminaire (6 à 8 semaines), le Conseil régional et la CCI fournissent à Jeremy Rifkin un ensemble de documents et d’études déjà réalisées lui permettant d’appréhender la région dans toutes ses dimensions et de connaître finement les stratégies de développement mises en oeuvre, les démarches d’innovation en cours, les infrastructures programmées, les initiatives prises en termes de développement durable…

7 La seconde phase de 3 mois est ponctuée d’un séminaire de 3 jours, ayant pour objet de jeter les bases de la démarche de la mise en œuvre de la 3e révolution industrielle, et de séances de travail dans les 6 premiers domaines identifiés. www.worldforum-lille.org/images/Communiques_de_Presse/CP_cloture_seminaire.pdf

8 La vocation de cette feuille de route est de poser le cadre du déploiement de cette dynamique, de rendre lisibles les modes d’accompagnements des projets, de permettre la démultiplication des synergies, des transversalités, des rencontres fécondes et d’organiser la gouvernance de ce processus, tout en exploitant et en valorisant les acquis du travail fait en 2013 conjointement par la CCIR et la Région.

9 hethirdindustrialrevolution.com/

10 À ce propos des responsables de la région Nord et de la CCI Nord-Pas de Calais émettent quelques vœux concernant la prestation des équipes de Jeremy Rifkin ; à savoir la non reproduction à l’identique des master plans de la Ville de Rome et de celui de la région d’Utrecht. De plus, ils sont attentifs à ce que le master plan soit effectivement réalisé (en effet sur 4 master plans, deux seulement se sont incarnés de manière plus ou moins forte).

11 Pour plus de precision sur cette realisation : http://www.lavoixdunord.fr/economie/jeremyrifkin-a-loos-en-gohelle-une-visite-pour-ia0b0n1645650
www.loos-en-gohelle.fr/wp-content/uploads/2013/12/2013-12_EL.pdf
www.smartgrids-cre.fr/media/documents/evenements/140128DunkerqueAssisesEnergieGheysen sCaron.pdf
www.usinenouvelle.com/article/construction-d-une-centrale-solaire-a-loos-en-gohelle N67124

12 The Fraunhofer Institute for Solar Energy Systems ISE conducts research on the technology needed to supply energy efficiently and on an environmentally sound basis in industrialised, threshold and developing countries. To this purpose, the Institute develops systems, components, materials and processes in the areas of the thermal use of solar energy, solar building, solar cells, electrical power supplies, chemical energy conversion, energy storage and the rational use of energy. The Institute’s work ranges from fundamental scientific research relating to solar energy applications, through the development of production technology and prototypes, to the construction of demonstration systems. The Institute plans, advises and provides know-how and technical facilities as services.
The Fraunhofer ISE is integrated into a network of national and international co-operation. Among others, it is a member of the ForschungsVerbund Erneuerbare Energien (FVEE - German Research Association for Renewable Energy) and the European Renewable Energy Research Centres (EUREC) Agency. www.ise.fraunhofer.de/en

13 (324 pages dans sa version intégrale et 44 pages de synthèse, disponibles sur http://www.latroisiemerevolutionindustrielleennordpasdecalais.fr/consulter-le-master-plan/)

14 Le Master plan estime le financement nécessaire de la transition énergétique à 5 milliards d’euros par an sur la période 2014-2050, mobilisés par l’ensemble des investisseurs (collectivités, entreprises, particuliers). Soit environ 5 % du PIB annuel de la région. Les retombées économiques incluant une économie d’énergie et une économie plus performante, seraient d’environ 1,7 fois le coût total investit. La production du Master plan en Nord-Pas de Calais par les équipes Rifkin fut facturée 350 000 euros.

15 Pendant le travail avec les équipes de J. Rifkifin, un « comité de pilotage », par le biais de son secrétariat permanent, assure la coordination des travaux et le contact avec les équipes de Jeremy Rifkin. Il est composé de « techniciens » désignés par la CCI de région Nord de France et le Conseil régional Nord-Pas de Calais. Le comité de pilotage est animé par Claude Lenglet. www.latroisiemerevolutionindustrielleennordpasdecalais.fr/la-gouvernance/

16 www.negawatt.org/
Voir aussi « Repenser la transition énergétique » in Le Monde, 24.03.2014 Par Philippe Aghion (Professeur d’économie à l’univeristé d’Harvard) et Marc Fontecave (Professeur au collège de France, Chaire de chimie) et les travaux du Groupe de travail sur l’économie de la contribution (http://arsindustrialis.org/) et en particulier : Économie de la contribution et transition énergétique, avec Rémy Besnard (CEA et Énergies Alternatives), Cédric Rinchenbach (The Shift Project), Thierry Verstraete (ESC Rennes)/Marc Potel (BPCE) et L’impératif de l’efficacité énergétique, avec Skip Laitner, économiste américain, proche de Jeremy Rifkin, et Maurice Sanciaume (Agilent technologies). Pour les positions de Skip Laitner voir la Séance du 28 janvier 2013 : efficacité énergétique à « arsindustialis ».

17 L’ensemble des contributions sont consultables sur Internet.

18 Comité stratégique des filières Éco-industries (COSEI).

19 www.mcphy.com/fr/projets/projets-de-demonstration/grhyd/
Le projet GRHYD, porté par GDF-SUEZ, a pour ambition de valider la pertinence technico-économique d’une filière composée d’hydrogène vert et de gaz naturel. Pour cela ce projet se décompose en 2 parties : a) l’injection d’hydrogène vert (produit à partir d’énergie renouvelable et d’électrolyse de l’eau) dans le gaz naturel pour fabriquer un mélange gaz naturel/hydrogène vert distribuable dans les réseaux existant de gaz naturel. La communauté urbaine de Dunkerque sera le pilote pour être alimenté par ce nouveau type de combustible. L’objectif est de tester l’injection d’ENR dans le réseau du gaz naturel et donc de diminuer l’empreinte carbone du gaz naturel et de prouver la faisabilité technique d’injecter de l’hydrogène vert dans le réseau de gaz naturel ; b) la distribution d’un nouveau carburant appelé Hythane®, composé de GNV (Gaz Naturel pour Véhicule) et de 20 % d’hydrogène vert. La communauté urbaine de Dunkerque a choisi de tester ce nouveau carburant sur sa flotte de bus roulant déjà au GNV. Ce test a pour but de valider la faisabilité et la viabilité économique du carburant Hythane®.

20 Source Wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Système_d'échange_local
Un système d’échange local (ou SEL) est un système d’échange de produits ou de services qui se font au sein d’un groupe fermé (généralement associatif). Le SEL permet à tout individu d’échanger des compétences, des savoir-faire et des produits avec les autres membres du groupe. Chaque SEL est un groupe de personnes vivant dans un même secteur géographique. Pour comptabiliser les échanges, le SEL crée sa propre monnaie, appelée unité d’échange, le plus souvent basée sur le temps (1 heure = 60 unités).

21 Gilles Deleuze et Felix Guattari, Anti-Oedipe, Editions de Minuit, 1972 (P 478-480)

Notes de fin

1 Leviers initiables à court terme qui font chacun l’objet d’une description plus détaillée dans les « fiches-projets » présentées en annexe

© Presses des Mines, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search