Version classiqueVersion mobile

Devenirs urbains

 | 
Maryse Carmes
, 
Jean-Max Noyer

Villes de nains et de géants

Interfaces urbaines et techno-politiques d’infrastructure

Cities of dwarfs and giants: Urban interfaces and techno-politics of (decentralized)

Francesca Musiani

Résumé

Nombres d’initiatives, promues par des collectifs citoyens aussi bien que par des institutions, cherchent aujourd’hui à informer et construire les « villes intelligentes » du futur proche – ces villes qui seront gouvernées et gérées au moyen de l’utilisation omniprésente de dispositifs numériques. À l’aune de travaux passés sur les architectures de réseau décentralisées, que j’ai résumé sous l’étiquette « nains sans géants », ce chapitre examine deux cas de techno-politiques urbaines émergentes où les infrastructures numériques jouent un rôle fondamental. Je souhaite ainsi contribuer à l’exploration des manières dont la « ville intelligente » prend forme à partir de son organisation la plus invisible et souterraine – pour proposer, enfin, des pistes de réflexion sur ce que constitue l’intelligence de la ville, dans la ville.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

INTRODUCTION

La « ville intelligente » est en train de devenir un concept à la mode dans le design urbain [Picon, 2014), pour indiquer les villes qui, dans un futur proche, seront gouvernées et gérées au moyen de l’utilisation omniprésente de dispositifs numériques. Dans la lignée de cette vision, plusieurs villes contemporaines, partout dans le monde, s’engagent dans des implémentations expérimentales de dispositifs « intelligents » [Marres, 2012 ; Karvonen & van Heur, 2013). Ces modèles proposent, à la fois aux experts et aux citoyens, de devenir des interprètes attentifs d’une multitude de données, provenant d’une variété de senseurs, ou de s’engager dans une gouvernance automatisée de plusieurs aspects de la vie urbaine, qui incluent la qualité de l’air, l’hygiène, la viabilité, la mobilité, le transport, l’accessibilité. Ils contribuent ainsi à l’articulation du « citoyen cyborg » [Gandy, 2005 ; Sheller & Urry, 2006) et du « citoyen senseur » [Goodchild, 2007).

Au-delà de ces ini...

© Presses des Mines, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search