Version classiqueVersion mobile

Devenirs urbains

 | 
Maryse Carmes
, 
Jean-Max Noyer

Collaborative ou intelligente ?

La ville entre deux imaginaires

Valérie Peugeot

Résumé

Dans cet article nous examinons la transformation urbaine sous les conditions des réseaux et technologies numériques et la mettons en perspective, en rappelant motif récurrent la tension entre centralisation et distribution. Entre modèles centrés et acentrés nous montrons que la question de la production de l’information, de son stockage, de son contrôle et de sa réutilisation sera au cœur de l’avenir de la ville de demain Au point qu’il nous semble plus pertinent et moins normatif de parler de « data city » plutôt que de « smart city ». Dans cette perspective, nous posons comme hypothèse que le partage de l’information, constitue une pierre angulaire de la démocratie à l’heure numérique. Modèle distribué et ascendant versus modèle centralisé, différents imaginaires se mélangent dans la conception de la ville augmentée de ses technologies et de ses données. Cela nous oblige à revisiter la question de la gouvernance de la ville. Dans ce cadre les conditions de la coproduction et de la distribution de cette valeur, par et pour les entreprises, les pouvoirs publics, la société civile, les habitants, deviennent un enjeu de pouvoir.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La ville a depuis le Moyen Âge été le lieu de convergence des errances des uns, des rêves des autres, le chaudron des transformations sociales, le creuset des révolutions politiques, la fabrique des futurs. Des histoires qui s’inscrivent et se lisent dans la physionomie des villes, modelées autant par leurs formes de gouvernance que par les flux sociaux qui les tissent.

Walter Benjamin, le philosophe allemand, ne nous dit pas autre chose dans Le livre des passages [Benjamin, 1934], son ouvrage séminal consacré aux passages couverts de Paris, à travers lesquels il lit l’histoire du XIXe siècle. Ces passages, construits sur une brève période entre 1820 et 1840 environ, ont marqué un tournant dans l’histoire urbaine, ouvrant des brèches nocturnes protégées et lumineuses dans une ville jusqu’ici obscure et dangereuse, traçant la voie pour ce que seraient les galeries marchandes du futur, accueillant les scènes théâtrales de l’époque. Un siècle plus tard Walter Benjamin en tire une analys...

© Presses des Mines, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search