Version classiqueVersion mobile

Devenirs urbains

 | 
Maryse Carmes
, 
Jean-Max Noyer

Collaborative ou intelligente ?

La ville entre deux imaginaires

Valérie Peugeot

Résumé

Dans cet article nous examinons la transformation urbaine sous les conditions des réseaux et technologies numériques et la mettons en perspective, en rappelant motif récurrent la tension entre centralisation et distribution. Entre modèles centrés et acentrés nous montrons que la question de la production de l’information, de son stockage, de son contrôle et de sa réutilisation sera au cœur de l’avenir de la ville de demain Au point qu’il nous semble plus pertinent et moins normatif de parler de « data city » plutôt que de « smart city ». Dans cette perspective, nous posons comme hypothèse que le partage de l’information, constitue une pierre angulaire de la démocratie à l’heure numérique. Modèle distribué et ascendant versus modèle centralisé, différents imaginaires se mélangent dans la conception de la ville augmentée de ses technologies et de ses données. Cela nous oblige à revisiter la question de la gouvernance de la ville. Dans ce cadre les conditions de la coproduction et de la distribution de cette valeur, par et pour les entreprises, les pouvoirs publics, la société civile, les habitants, deviennent un enjeu de pouvoir.

Texte intégral

1La ville a depuis le Moyen Âge été le lieu de convergence des errances des uns, des rêves des autres, le chaudron des transformations sociales, le creuset des révolutions politiques, la fabrique des futurs. Des histoires qui s’inscrivent et se lisent dans la physionomie des villes, modelées autant par leurs formes de gouvernance que par les flux sociaux qui les tissent.

  • 1 « Les passages parisiens de Walter Benjamin », Gilles Behnam, MagPhilo, hiver 2011,http://www.cndp (...)

2Walter Benjamin, le philosophe allemand, ne nous dit pas autre chose dans Le livre des passages [Benjamin, 1934], son ouvrage séminal consacré aux passages couverts de Paris, à travers lesquels il lit l’histoire du XIXe siècle. Ces passages, construits sur une brève période entre 1820 et 1840 environ, ont marqué un tournant dans l’histoire urbaine, ouvrant des brèches nocturnes protégées et lumineuses dans une ville jusqu’ici obscure et dangereuse, traçant la voie pour ce que seraient les galeries marchandes du futur, accueillant les scènes théâtrales de l’époque. Un siècle plus tard Walter Benjamin en tire une analyse esthético-politique en reliant « les différents systèmes de pensée qui se traduisent par l’organisation de l’urbanisme, le tracé des rues et la disposition de l’habitat et du commerce, la lutte sociale et politique, la contre-révolution, l’avènement et la chute annoncée de la bourgeoisie »1. Il rappelait ainsi le lien étroit entre innovation urbanistique et conjoncture économique, et insistait sur le rôle joué par la technique et l’industrie dans les bouleversements des mentalités et des comportements.

LA DÉMOGRAPHIE EN SURPLOMB

3Si nous ne disposons pas du même recul pour décrypter la ville de ce début du XXIe siècle, nous pouvons néanmoins commencer à identifier les acteurs, les techniques, les dimensions sociales et idéologiques qui contribuent d’ores et déjà à la façonner.

  • 2 World Urbanization Prospects, the 2011 Revision, Data on Urban and Rural Populations,http://esa.un (...)

4La question démographique apparaît comme surdéterminante. Depuis 2011, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la moitié de la population mondiale vit dans des villes. Les Nations unies prévoient que, dans les deux décennies à venir, 1,5 milliard d’êtres humains supplémentaires devraient y être accueillis, soit 5 milliards d’urbains sur un total de 8,3 milliards d’humains2. Ce phénomène d’urbanisation galopante touche tous les continents. Si l’Asie – en particulier l’Inde et la Chine – connaît actuellement le plus fort taux de croissance, l’Afrique n’échappe pas au phénomène et dispose désormais de villes tentaculaires comme Le Caire, Lagos ou Kinshasa. Pour autant, l’Europe et l’Amérique du Nord, déjà très urbanisées, poursuivent sur leur lancée.

  • 3 Guillaume Josse, in « À terme, 80 % de la population mondiale vivra en zone urbaine », La Croix, 6 (...)

5Cette évolution radicale soulève une cohorte de questions qui concernent autant la ville que le territoire qui l’entoure. Où vont s’installer ces nouvelles populations ? Comment vont-elles trouver une source de revenus ? Comment penser les infrastructures de transport quand les villes s’étalent de plus en plus ? Quels effets sur l’environnement du pays, la construction générant une déforestation qui elle-même contribue à l’augmentation du CO2 et une diminution de la diversité biologique [Seto et al, 2012] ? Les villes vont-elles « assécher », du point de vue économique et environnemental, l’arrière-pays en attirant les individus les plus « employables », en s’approvisionnant en bois, en matières premières agricoles, en prélevant l’eau ou en enfouissant leurs déchets ? Comment penser une politique urbaine quand, chaque jour, ce sont des milliers de personnes qui migrent ? À titre d’exemple, Paris a mis cent ans pour passer de 500 000 à 5 millions d’habitants ; Lagos, seulement quarante ans3.

  • 4 « Why cities keeping growing, corporations and people always die, and life goes faster » – A Conve (...)

6Ces questions, qui se posent de façon exacerbée dans les pays en développement et émergents, n’épargnent cependant pas les villes dites « développées ». Villes désindustrialisées, villes ghettoïsées, villes sur-polluées, villes immobilisées par les déplacements individuels, villes en crise… Les enjeux sont pléthore, au point que certains, comme le physicien Geoffrey West4, pensent que le rythme de l’innovation dans la ville occidentale et la capacité de celle-ci à se transformer risquent de ne pouvoir suivre la croissance des problèmes auxquels elle se trouve confrontée.

7Face à ce besoin incessant de la ville de se réinventer, deux imaginaires émergent sous nos yeux : l’un porté à l’origine par des grands acteurs des TIC (Technologies de l’Information et de la Communication), rejoints par des élus, promeut le modèle de la « ville intelligente » ou smart city ; l’autre, à la croisée entre mouvements d’habitants citoyens et entreprises du Web, défend une ville collaborative. Dans les deux cas les technologies jouent un rôle central et participent à modeler cet imaginaire.

LA SMART CITY AU SECOURS DE LA VILLE

8Face à un futur pour le moins complexe, si ce n’est angoissant, est apparue depuis le milieu des années 2000 une notion qui se veut réconfortante, celle de la smart city ou ville intelligente. Ce concept, tel qu’il apparaît dans la littérature des acteurs qui s’en font les promoteurs, se veut à la fois un ensemble de promesses positives pour le futur de la ville et un bouquet de solutions appuyées sur des techniques.

9Les techniques en question relèvent à la fois des transports, de l’énergie et des TIC. Mais ce sont ces dernières qui constituent la clé de voute de l’ensemble. Imbriquées dans les réseaux énergétiques, elles permettent à ces derniers de devenir bidirectionnels, c’est-à-dire de prendre en compte les consommations pour ajuster en temps réel la production, optimiser le fonctionnement des réseaux, c’est ce qu’on appelle le smart grid5. Couplées aux transports, ces techniques permettent également d’envoyer une information en temps réel aux usagers, procurant à la ville une forme de réflexivité. Plus globalement, on voit se construire un ensemble de capteurs répartis dans le tissu urbain, d’objets connectés, qui permettent de « faire parler » la ville, de recueillir une information massive qui sera ensuite stockée dans l’informatique en nuage et sur laquelle pourront s’appuyer ceux qui pilotent les services publics et plus globalement ceux qui gouvernent la ville. Les données sont de fait au cœur de la ville intelligente.

10Au-delà des techniques, les promesses associées à la smart city sont complexes à déchiffrer et tracent des imaginaires différents. Car elles varient considérablement selon les acteurs qui s’en sont emparées. Forgés par quelques acteurs majeurs des TIC, IBM en tête, mais aussi CISCO, Siemens, Schneider, Hitachi, etc., elles ont depuis essaimé à la fois dans différents milieux industriels, mais aussi dans le monde politique. De nombreux élus ou candidats de collectivités territoriales ont vu dans la ville intelligente une opportunité de renouvellement de leur projet politique local comme de modernisation de leurs discours. Ils ont dès lors certainement contribué à une forme d’inflation des ambitions.

IBM, PLUS SMART QUE SMART

  • 6 « Mission Control, Built for Cities, I. B. M. Takes ’Smarter Cities’Concept to Rio de Janeiro », N (...)

11Ainsi que le décrit Anthony M. Townsend [Townsend, 2013], l’entreprise qui a joué le rôle le plus structurant dans l’émergence du concept de ville dite intelligente est certainement IBM. Né au milieu des années 2000, ce concept a été consacré en 2008, lorsque Sam Palmisano, PDG de l’entreprise, s’exprimant devant le Conseil des Affaires étrangères des États-Unis, a lancé la campagne d’IBM intitulée Smarter Planet. Dans l’esprit des dirigeants d’IBM, le secteur public constitue un marché largement inexploité, à fort potentiel de croissance, et auquel l’application des outils conçus pour le secteur privé pourrait apporter un gain en efficacité substantiel. En 2010, l’entreprise lance le Smarter Cities Challenge : elle met gracieusement à disposition des collectivités territoriales ses équipes de consultants, qui se confrontent aux réalités des villes et à leurs difficultés, et acquièrent ainsi des compétences inédites en questions urbaines. Plus de 2000 villes adhèrent à ce programme. Puis en 2011, IBM lance sa solution intitulée Intelligent Operation Center for Smarter Cities, un centre de contrôle destiné aux maires, supposé rassembler l’ensemble des informations disponibles sur la ville, les analyser et permettre d’anticiper les réactions du système urbain à un changement de situation. Rio de Janeiro6 sera la première ville à acquérir ce centre de contrôle : initialement destiné à prédire les précipitations, source de catastrophes humaines dans les favelas, il s’est rapidement converti en outil de contrôle de l’ensemble de la ville.

12Les discours associés par l’entreprise à son programme sont symptomatiques de ses ambitions. Dans un rapport paru en 2009, au titre superlatif – A vision of smarter cities, How cities can lead the way into a prosperous and sustainable future – elle entend mobiliser les technologies pour abattre les silos qui caractérisent l’administration, réduire la criminalité, diminuer les embouteillages, fournir aux individus et aux entreprises de l’information sur leur consommation d’eau, alléger les contraintes administratives qui pèsent sur le monde des affaires, etc.

13Comme en témoigne son site dédié7, IBM a depuis approfondi sa vision de la smart(er) city, avec onze grands axes d’action qui correspondent pour la plupart à des services historiques autrefois publics : Education, Traffic, Airports, Rail, Energy & Utilities, Social Services, Public Safety, Retail, Communications, Economic Development, Healthcare. Autrement dit, la ville « smart » est avant tout comme le décrit Daniel Kaplan [Kaplan, 2012] une ville servicielle, c’est-à-dire une ville qui se consomme plus qu’elle ne s’habite.

14Cette vision n’est pas sans évoquer les rêves d’ordre par le plan de Le Corbusier [Le Corbusier, 1995] ou encore la conception d’un Brasilia tel que l’avaient imaginé il y a plus de cinquante ans Lucio Costa et Oscar Niemeyer. Mais ce n’est pas l’urbaniste qui en trace les contours, ce sont les ingénieurs du secteur informationnel.

15La vision la plus radicale de cette approche d’une ville à contrôle centralisé, et que l’on pourrait qualifier de panoptique [Latour, Hermant, 1998], est certainement celle que l’on voit surgir dans certaines villes nouvelles comme Masdar aux Émirats Arabes Unis ou Songdo en Corée. Songdo prétend être le prototype de la ville ubiquitaire : des câbles en parcourent tous les sous-sols pour en faire la ville hyper-connectée, des dispositifs de téléprésence permettent de consulter un médecin ou de suivre un cours sans sortir de chez soi, des caméras de sécurités sont disposés aux quatre coins de la ville, les bâtiments sont équipés de lecteurs de plaques d’immatriculation, etc.

LA VILLE ASCENDANTE, DISTRIBUÉE ET COLLABORATIVE

16Face à ce schéma de l’hyper-contrôle conçu par les ingénieurs, surgit une autre figure : celle de la ville co-produite par ses habitants, ville participative, durable parce que frugale, enrichie de nouvelles sociabilités, de nouvelles expériences en P2P ; la ville pensée comme un Commun dont tous doivent prendre soin.

17Contrairement à la précédente, cette projection de la ville n’est pas le fruit d’une catégorie d’acteurs homogènes – les industries des TIC – mais le fruit d’une multiplicité d’initiatives relevant de différentes communautés. De façon non exhaustive nous en identifions quatre qui jouent un rôle prégnant : les acteurs des « villes en transition », les entreprises de la consommation collaborative, les tiers lieux et les Commoners.

18Inspiré d’une première expérience menée en Irlande dans la ville de Kinsale par l’enseignant en permaculture, Rob Hopkins, expérience qu’il théorisera dans son ouvrage Transition Handbook paru en 2008 [Hopkins, 2008], le mouvement de Transition est né en Grande-Bretagne en 2006 dans la petite ville de Totnes. Ce mouvement entend rendre les villes résilientes, en les préparant à l’après pétrole, en les rendant moins vulnérables aux crises écologiques, énergétiques et économiques. L’approche des Villes et territoires (l’idée est étendue aux communautés rurales) en transition est profondément distribuée : chaque communauté d’habitants doit inventer les actions qui conviennent à la spécificité de son territoire, en s’inspirant du cadre de cohérence fourni par le réseau des autres villes. Les actions concrètes peuvent se traduire par la mise en place d’une monnaie locale, le développement de l’agriculture urbaine et des circuits courts, la promotion de modes de transports « doux », de l’habitat partagé, ou l’utilisation de matériaux durable dans la construction, etc. Ces initiatives se veulent résolument positives, utilisant la crise environnementale comme une occasion de transformation sociétale, et cherchent à associer tous les acteurs qui « font la ville » (associations, entreprises, habitants, pouvoirs locaux…) à la démarche, dans une approche la plus inclusive possible. Environ cinq cents villes s’inscrivent à l’heure actuelle dans cette démarche8.

19De leur côté, si toutes ne prétendent pas participer à repenser la ville et son développement, nombreuses sont les entreprises de la consommation collaborative qui affirment participer à une ville plus durable, tissée de nouvelles sociabilités hyperlocales ou interculturelles, susciter de nouvelles activités économiques sur le territoire, participer à procurer des revenus alternatifs à des habitants précarisés par la crise économique9. Appuyées sur une plate-forme numérique en ligne, organisant des échanges marchands ou non entre particuliers, ces entreprises s’inscrivent aussi dans une logique distribuée : en effet, elles désintermédient les acteurs traditionnels d’un secteur, plus ou moins concentré, pour y substituer une multitude de co-producteurs d’un bien ou d’un service. AirBnB10 prétend ainsi fournir une alternative à l’hôtellerie, emmenant les touristes dans des quartiers où ils ne se seraient pas rendus autrement, drainant alors vers le loueur et les commerçants du quartier des revenus improbables ; PeerBy11 aux Pays-Bas organise du prêt de matériel (de la rizeuse à la pompe à vélo) entre voisins, cherchant ainsi à faire croître le taux d’usage d’objets sous utilisés et à créer des sociabilités de proximité ; Drivy12 et Blablacar13 en France, organise nt pour le premier de la location de voiture de particulier à particulier, pour le second du covoiturage, avec dans les deux cas l’intention de réduire les logiques d’achat de véhicules au profit de logiques de partage.

20Les tiers lieux14, dont le rattachement à l’économie collaborative au même titre que la consommation du même nom fait débat, regroupent des espaces dans les villes qui sont autant de lieux de partage et de co-construction de ressources. Ainsi, les co-working spaces sont des bureaux partagés qui permettent aux nouvelles générations de travailleurs indépendants et/ou nomades de trouver des conditions de travail de qualité et moins solitaires. Autre type de tiers-lieux, les fablabs sont des lieux outillés en low comme en high tech (du tournevis à l’imprimante 3D) qui permettent aux habitants de réparer, inventer, créer, développer un sens perdu dans la société de consommation du « faire par soi-même », au-delà du simple bricolage. Les hackerspaces sont des sortes de laboratoires citoyens, qui rassemblent des personnes qui ont un fort intérêt pour l’informatique, la technologie, mais aussi pour les arts, les sciences… et où ils vont échanger, partager des ressources et savoirs… Ils sont en général ancrés autour de technologies libres (logiciels ou hardware). Certains portent des projets qui entendent contribuer directement à la transformation de la ville par ses habitants, à l’image du Medialab-Prado à Madrid qui a développé par exemple The Data Citizen Driven City (DCDcity)15 : il met à disposition de réseaux de citoyens des capteurs en temps réel et autres outils qui permettent de recueillir de l’information sur leur environnement, plus spécifiquement sur la qualité de l’air, et de la partager. DCDcity a, depuis 2012, rejoint d’autres communautés urbaines qui partagent leurs données de qualité de l’air, à Amsterdam, Londres et New York. On peut aussi citer des lieux qui rappellent les pépinières d’entreprises, mais qui sont dédiées à des projets d’innovation sociale, c’est-à-dire des projets qui cherchent à apporter une réponse à un problème collectif, là où la puissance publique et le marché se révèlent impuissants, comme La Ruche16 à Paris.

21Enfin, un quatrième ensemble d’acteurs, que l’on qualifie par anglicisme, de Commoners, défendent l’idée d’une ville pensée comme un Commun (ou bien commun). Cette approche porte une double ambition, tout à la fois économique et politique. Économique, car il s’agit d’imaginer que puissent cohabiter dans la ville des ressources marchandes, des ressources publiques, et des ressources qui échappent à un régime de propriété classique et sont cogérées par une communauté ; politique puisque ce sont les communautés concernées qui imaginent et mettent en place les modes de gouvernance qui vont assurer la protection et la durabilité de la ressource. Le projet Commons Josaphat est particulièrement emblématique de cette approche. La région bruxelloise est propriétaire d’un immense terrain de 24 hectares (équivalent de 32 terrains de foot) sur le site de l’ancienne gare de triage Josaphat, qui est laissé à l’abandon depuis près de vingt ans, après des plans d’aménagement avortés. Un collectif d’habitants entend décider collectivement de l’avenir de ce « bien public », pour en faire un « bien commun » et non un bien privé : type de logements, fermes urbaines, écoles, places des espaces verts, etc., ils cherchent à coproduire le cahier des charges alternatifs, mais aussi à imaginer l’économie contributive de cet espace à gouvernance collective17. Autre exemple, moins arrimé à l’urbanisme, le réseau francophone autour des biens communs, un réseau informel d’acteurs qui œuvre au développement des biens communs a lancé en octobre 2013 un festival Villes en biens communs18 destiné à donner de la visibilité aux démarches de co-construction de la ville par ses habitants et a poussé pendant les municipales française une série de propositions19 destinées à déployer les communs dans et avec les municipalités.

22Ces quatre approches que nous présentons ici de façon séquentielle, s’entrecroisent bien entendu : la question écologique les traverse quasiment toutes, à des degrés plus ou moins forts. La technologie y joue également un rôle, parfois en creux : les villes en transitions s’intéressent en priorité aux technologies de production d’énergie alternative, et à la permaculture pensé comme alternative à l’agriculture industrielle et aux biotechnologies introduites dans les semences ; les plates-formes de consommation collaborative mobilisent le numérique pour passer à l’échelle des formes d’échanges historiques (les AMAP deviennent « LaRucheQuiDitOui », l’autostop devient le covoiturage, l’hospitalité familiale ou amicale devient le couchsurfing…) ou en inventer de nouvelles (le partage de voiture) ; les tiers lieux a minima fournissent un accès partagé à Internet quand ce n’est pas toute une boîte à outil numérique ; les Commoners utilisent le numérique comme outil de construction de communautés mais surtout observent comment le numérique est le facilitateur de nouvelles formes de partage et de diffusion des savoirs et de la culture, etc.

23Pour autant, elles ne sont pas exemptes de controverses : les places respectives du marchand et du non-marchand, de l’open source et des droits de propriété, de la relation à l’économie sociale et solidaire, de l’économie informelle, des régulations et encadrements, sont quelques-unes des questions clivantes.

24Des controverses qui ne les empêchent pas d’avoir en partage cet idéal type de la ville coproduite par toutes ses parties prenantes : le rôle des acteurs privés et des pouvoirs publics n’y est pas nié mais les habitants, leurs collectifs formels ou informels y sont associés, avec en ligne d’horizon ultime un pouvoir mieux réparti.

CONTRÔLE, EFFICACITÉ, RÉACTIVITÉ, PRÉDICTIVITÉ

25Nous voyons donc s’affirmer deux idéaux-types : la ville centralisée, panoptique, ville pensée comme un méta-système, qui appelle inéluctablement à la gestion via une sorte de tour de contrôle de l’architecture de la ville et des données qui y circulent, un « city dashboard » d’un côté ; la ville distribuée, au pouvoir réparti, permettant la montée en capacité des individus qui l’habitent, encourageant le pouvoir collectif des communautés (empowerment), la résilience de la ville tout entière de l’autre.

26À l’évidence, la réalité qui se tisse sous nos yeux est bien plus hybride et cela pour différentes raisons. En premier lieu toutes les entreprises ne se positionnent pas sur le modèle hyper-centralisé, et certaines ont entendu le besoin de ré-associer les citoyens au devenir de leur ville. Ceux-là tentent de penser la ville intelligente plutôt comme un framework ouvert, dans lequel circule un langage commun et se partagent des données, mais qui laisse la part belle aux initiatives dans leur diversité et se fonde sur les besoins des citoyens, une approche qui serait plus « citizen-centric », selon les propos de Carlos Moreno, conseiller scientifique du président de Cofely ineo, filiale du groupe GDF Suez20. C’est le discours qu’affiche par exemple la City Protocol Society21, une communauté réunissant des collectivités locales, des entreprises, des chercheurs et d’autres acteurs impliqués dans la transformation de la ville (comme les Living Labs). Elle promeut un apprentissage de ville à ville en matière d’innovation urbaine, un partage de connaissances entre acteurs de la ville pour accélérer sa transformation.

  • 22 Nous avons en 2013 analysé une trentaine de cas d’usage de ville intelligente en implémentation ou (...)

27En second lieu, lorsque l’on observe les pratiques des municipalités, les smart cities déjà mises en place ou en préparation, telles que nous avons pu les observer à travers les sites web d’une trentaine de cas d’usages22, se dessinent des réalités diverses. On en retire néanmoins trois tendances convergentes.

28La première porte sur la dimension participative de la ville. Lorsque la municipalité entend inclure un volet d’approfondissement démocratique et d’encouragement de la citoyenneté dans leur projet, celui-ci se traduit le plus souvent par un effort de transparence (mise à disposition des données budgétaires, sur la criminalité ou autres en open data) mais ne permet qu’exceptionnellement au citoyen de s’impliquer dans ce qui serait une gouvernance urbaine « augmentée », c’est-à-dire en capacité d’associer étroitement celui-ci à la conception et au choix des politiques publiques.

  • 23 Essay : On the smart city ; Or, a’manifesto’for smart citizens instead, Dan Hill, City of sound, 0 (...)

29Seconde observation qui porte sur la manière dont les pouvoirs locaux perçoivent leur ville : inspirées par le monde économique, les municipalités qui portent une approche de type smart city pensent d’abord leur ville en concurrence avec les autres dans le concert des des « villes monde » [Braudel, 1979] ou « villes globales » [Sassen, 1991]. Aussi cherchent-elles à être la fois hautement économe en services publics – elles doivent « faire plus avec moins », actant l’idée reçue que les ressources publiques sont vouées à la raréfaction – et hautement compétitives : elles se doivent d’être performantes pour attirer le capital culturel [Florida, 2002], les ressources créatives qui lui permettront de se maintenir dans le cercle élitiste des villes mondes. Ce qui sous-entend implicitement que des recettes uniformes, celles de la smart city, sont appliquées aux villes en faisant fi de leurs spécificités, leur histoire, leurs cultures. Pourtant, comme le rappelle Dan Hill, chercheur et directeur de Fabrica, un centre de recherche transdisciplinaire sur les communications basé à Trevise, chaque ville « est composée d’un ensemble complètement différent de structures sociales, de méthodes de gouvernance, de modèles de vie et de travail et de cultures de la prise de décision »23.

30Enfin dernière tendance convergente, les finalités poursuivies par ces smart cities s’articulent autour de trois ensembles. La première s’inscrit dans une montée en puissance des logiques de contrôle, aussi bien de certains comportements humains (infractions aux réglementations, criminalité, etc.) que de l’environnement urbain. Nous sommes là dans un exemple typique de ce que Bruno Latour appelle la « délégation de la moralité » à la technologie [Latour, 2006]. Le pouvoir de contrôle est transféré de l’humain (les inspecteurs sanitaires, les inspecteurs des bâtiments, etc.) vers le traitement en temps réel du big data sorti des capteurs. La seconde renvoie à une vision techno-économique d’une ville « agile », à la fois efficace et réactive. Grâce aux données collectées, les habitants accèdent plus facilement à l’information dont ils ont besoin dans leurs usages des services et infrastructures publics et peuvent les utiliser à meilleur escient, et les pouvoirs publics peuvent mieux cibler leurs interventions (de déneigement, de réparation des chaussées, etc.) et mieux « écouter » les citoyens car ils disposent d’une voix de retour grâce aux données de réseaux sociaux. Le tout à moindre coût. La troisième table sur une capacité prédictive par la donnée dans la ville : les acteurs publics espèrent anticiper les mobilités massives, les conditions météo, les dysfonctionnements… et en tirer là encore un gain en efficacité et en économie des deniers publics. Illustration à la croisée de ces trois finalités, le Bureau de planification politique et stratégique de la ville de New York dispose d’une équipe de « data analysts » dédiée au défrichage des données de la ville. Cela lui permet entre autres d’identifier rapidement les restaurants rejetant illégalement des huiles grasses dans les égouts de la ville, de localiser les magasins vendant illégalement des cigarettes, d’évacuer plus rapidement les arbres abattus par l’ouragan Sandy, de repérer les immeubles les plus à risque en terme d’incendie, d’observer que les rues sont plus sûres lorsque les magasins gardent leur porte ouverte après la tombée de la nuit24.

31Plus globalement, on observe une très forte attente des acteurs en termes de réflexivité, le contrôle par la data est censé être socialement plus efficace que par les humains : les marchands de sommeil cesseront d’entasser les immigrants car leurs logements auront été repérés, les piétons sortiront de chez eux aux heures les moins polluées, les chauffeurs emprunteront les routes les moins chargées, etc. Rien n’est dit sur la manière de mesurer cette réflexivité ni sur les effets de bord positifs ou négatifs induits : si la conduite est plus fluide, les habitants prendront-ils plus leur voiture ? Si les propriétaires qui abusent des sans-papiers sont massivement réprimés, les centres d’accueil vont-ils devoir faire face à un afflux subit de personnes à loger ?

32Arès ce premier tour d’horizon sur des projets de ville, nous ne pouvons que constater la large zone d’incertitude quant au futur de cet enchevêtrement techno-social que constitue la ville de demain : rien ne nous indique si le balancier penchera vers le contrôle et la centralité ou vers la participation et la distribution. L’histoire moderne des relations de la ville à la technique nous montre des retournements récurrents.

VILLE ET TECHNIQUE : UNE LONGUE HISTOIRE DE CONTROVERSES

33En effet, dans l’histoire de la ville occidentale, l’irruption de nouvelles techniques vient, à échéance régulière, soulever des controverses quant au projet de « vivre ensemble », avec en motif récurrent cette mise en tension entre centralisation et distribution. L’électricité et la voiture en fournissent deux illustrations flagrantes.

34À la fin du XIXe siècle, la machine à vapeur structure le développement de la première révolution industrielle. Ne pouvant être miniaturisée, son utilisation impose la concentration des ouvriers dans un même lieu ; les usines qui vont se multiplier en Angleterre dès la fin du XVIIIe siècle et dans le reste de l’Europe au cours du XIXe, entrainant les vastes mouvements migratoires des campagnes vers les zones urbaines et les entassements de population autour des grandes villes comme Manchester ou Londres, dans les conditions de misère que l’on sait. L’arrivée du moteur électrique, propre, silencieux et d’une dimension reconfigurable et le déploiement du réseau permettant l’accès à cette source d’énergie va ouvrir le champ à un imaginaire utopiste d’une société décentralisée, échappant à la malédiction de la concentration urbaine.

35Émile Zola, dans Le travail en 1901, imagine une transformation radicale du travail grâce à des ateliers propres, silencieux et clairs [Flichy, 2003] et Pierre Kropotkine, le célèbre anarchiste russe, pense que l’électricité permettra de réaliser son rêve de communes autonomes, autogérées et autosuffisantes. Ce sont en fait deux imaginaires qui vont se confronter : une vision libertaire d’une société décentralisée, dans laquelle la production sera sous le contrôle des producteurs, dans des ateliers modernes et de taille humaine, et une vision d’une société centralisée grâce à des réseaux - chemins de fer, télégraphe et téléphone, électricité – qui permettraient aux États et aux grandes entreprises d’accroître leur pouvoir de gestion et de contrôle. On sait ce qu’il en adviendra : au lieu du rêve proudhonien d’un retour à l’atelier artisanal, l’électricité va permettre le développement de la grande entreprise taylorisée telle que nous la connaîtrons au XXe siècle [Cohen, 2006]. Le mouvement de migration des campagnes vers des villes ne s’arrêtera plus. En France, après la répression de la révolution de 1848, Louis-Napoléon développe les grandes infrastructures (chemin de fer, ports, etc.) et invite le baron Haussman à redessiner Paris. Celui-ci n’hésitera pas à tailler à vif dans la ville et à annexer les banlieues de l’époque, chassant les populations les plus pauvres du centre de la ville [Harvey, 2008].

36Au début des années 1940, l’urbaniste Robert Moses s’inspire explicitement des travaux d’Haussman pour redessiner New York, tout en changeant d’échelle. À travers une infrastructure d’autoroutes, de constructions péri-urbaines, c’est toute la région de la métropole qui fait l’objet d’une réingénierie, comme l’analyse le géographe David Harvey [Harvey, 2008]. Une approche qui sera ensuite étendue à l’ensemble des grandes villes américaines. Cette reconfiguration s’est appuyée sur une autre technologie cruciale : la voiture individuelle. Produit de luxe initialement, elle est devenue un produit de masse dans les années 1920 avec la construction des chaînes de montage par Henry Ford à Détroit. Très vite l’explosion du parc automobile a déclenché une série de problématiques urbaines (mortalité élevée des piétons, notamment des enfants qui jusqu’alors jouaient dans les rues ; encombrements…). General Motors, appuyé sur un nouveau corps d’ingénieurs de la circulation, va alors développer un autre idéal de la modernité, celui dans lequel l’automobile est le vecteur de la liberté et la clé du futur. Lors de l’exposition universelle de 1939, General Motors présentait sa vision de la ville du futur25, qui s’est révélée très proche de la réalité nord-américaine : une ville construite autour d’autoroutes, de banlieues diffuses et de grands centres commerciaux, une ville rendue possible par l’acquisition de deux véhicules par foyer. Dans cette nouvelle figure de la ville associée à la période la plus emblématique de la société de consommation, ce sont les centres commerciaux, qui, comme leur nom l’indique, apportent la dimension centralisée dans une ville-banlieue diffuse, atomisée. Alors que les centres villes historiques sont délaissés, leurs petits commerces distribués fermés, les centres commerciaux deviennent le lieu de convergence et de régulation sociale par la consommation.

37Or, les technologies de l’information et de la communication ne sont ni l’électricité ni l’automobile. Pour tenter d’anticiper sur le devenir de la ville auxquelles elles contribuent et vont contribuer chaque jour un peu plus, un détour par leur propre histoire, les conditions de leur production et les imaginaires qui les accompagnent est indispensable.

LE MOUVEMENT DE BALANCIER DES TECHNOLOGIES INFORMATIONNELLES

38En premier regard, la fin du XXe siècle accrédite l’idée que l’informatique et plus globalement les technologies de l’information et de la communication ont suivi le chemin très exactement inverse de celui de l’électricité et que c’est le modèle distribué qui l’a emporté, après un retournement aussi imprévisible que radical.

39En effet, l’informatique s’est développée après la Seconde guerre mondiale, d’abord pour des applications militaires, puis dans le cadre des grandes entreprises, en commençant par le secteur bancaire. Cette informatique a très vite été dominée par un acteur, IBM – encore lui ! –, et elle s’est insérée dans les entreprises en suivant la logique taylorienne qui priorisait le séquençage et la spécialisation des tâches : les analystes-programmeurs, les programmeurs et les encodeurs « servaient » la machine en lui apportant les cartes perforées dans le « temps-machine » qui leur était alloué, temps-machine d’autant plus précieux qu’il était coûteux.

40La mise au point du micro-processeur au début des années 1970, allait permettre de changer radicalement de point de vue avec l’apparition du micro-ordinateur connecté au réseau qui allait devenir l’Internet, mais ce changement radical de perspective a été rendu possible par le climat idéologique et les mouvements sociaux dans lesquels baignaient les scientifiques, concepteurs et entrepreneurs qui allaient créer l’ordinateur moderne et l’Internet. Des précurseurs, comme Norbert Wiener, l’inventeur de la cybernétique et J. C. R Licklider qui dirigea l’ARPAnet, le programme de recherche militaire qui a financé les études à l’origine d’Internet, mais qui est aussi connu pour son article de 1960 dans lequel il prônait la « symbiose homme-ordinateur » [Licklider, 1960], pensaient déjà la technologie comme un moyen d’augmenter les capacités des êtres humains au lieu de les considérer comme de simples outils au service de la machine et de la grande entreprise. C’est le mouvement contestataire de la fin des années 1960 qui allait bouleverser l’Amérique et le reste du monde et remettre en cause à une large échelle la vision de l’informatique qui prévalait jusque-là [Turner, 2012]. S’il ne fallait retenir qu’un épisode de cette histoire, ce serait la conférence magistrale de Douglas Engelbart en décembre 1968 où il présenta l’ordinateur connecté au réseau comme un outil au service de l’individu26… Un nouveau modèle qu’IBM a mis plus de dix ans à accepter en lançant le programme d’urgence qui a créé le PC en 1981 et qui a façonné le réseau Internet tel que nous le connaissons, appuyé sur des ressources partagées et ouvertes que sont les protocoles comme TCP/IP et pensé comme un « Commun » grâce au principe de neutralité des réseaux [Schafer, Le Crosnier, 2011]. Puis, qui a donné dans les années 1990 le Web, devenu au milieu des années 2000 contributif, associant les internautes à la coproduction de contenus poussant encore plus loin l’idéal type de la distribution.

41Les chercheurs débattent pour savoir si, comme le pense Philippe Breton, les précurseurs, tels que Norbert Wiener avaient déjà en tête la vision d’une « machine se comportant comme le cerveau humain » ou si, comme l’affirme Paul Cerruzi, la majorité d’entre eux auraient été incapables de prévoir les applications que leur machine permettrait. Mais tous s’accordent pour souligner l’importance de la contre-culture dans le développement des outils et applications qui deviendront l’Internet et l’ordinateur personnel. À l’opposé de la vision qui s’est imposée dans le développement de l’électricité, c’est donc l’imaginaire libertaire qui semble l’avoir emporté sur l’informatique centralisée chère à IBM.

42Mais la messe n’est pas dite. En effet, nous assistons actuellement à un retournement de situation lié aux phénomènes de concentration des plates-formes du Web. Constituées en marchés bifaces, voire multifaces, elles semblent jouer sur les deux tableaux : d’un côté, elles profitent des logiques horizontales inhérentes au Web pour coproduire la valeur en s’appuyant sur leur écosystème, que celui-ci soit composé d’entrepreneurs et de développeurs comme dans le cas de l’Apple Store ou d’internautes dans le cas de YouTube, Google et de sa collecte de traces. De l’autre ils mettent en place des verrous technologiques et juridiques (via des API, des CGU, etc.) qui leur permettent de centraliser cette valeur et de garder le contrôle sur cet écosystème devenu dépendant27. Cette concentration de pouvoir s’appuie sur une concentration des infrastructures physiques : les données collectées sont stockées dans des fermes de serveurs, qui sont aux mains de quelques grands acteurs industriels, et qui sont au XXIe siècle ce que les grands centres de calculs étaient au milieu du XXe siècle.

43Cette mise sous tension des technologies de l’information et de la communication entre deux logiques peut expliquer en partie les différentes figures de la ville enrichie de technologies que nous voyons émerger. Ce sont les mêmes tensions qui traversent le futur des techniques et le futur des villes. Pour autant on ne saurait les réduire l’une à l’autre et supposer que la persistance d’un univers informationnel distribué suffirait à faire pencher la balance de la ville vers son modèle plus horizontal et participatif. L’histoire là encore nous démontre le contraire.

QUI CONTRÔLE LA « DATA CITY » ?

44En effet, ce n’est pas la première fois que l’informatique fait irruption dans la ville. Une première rencontre ratée entre urbanisme et technologies de l’information s’est déroulée au milieu des années 1950, portée par ceux-là même qui posaient les jalons de ce qui allait devenir Internet puis le Web.

45Aux États-Unis, pendant la guerre froide, des cybernéticiens comme Jay Forrester [Forrester, 1969], s’inspirant des travaux de modélisation informatique réalisés pour le secteur militaire, proposent un modèle de développement générique pour la ville des États-Unis, qui aboutit à des conclusions déjà combattues par les urbanistes de l’époque (destruction des bidonvilles, remplacement par des quartiers résidentiels et commerciaux). Les quelques expérimentations in vivo de l’application de ces modèles ont vite tourné court, comme dans le cas de Pittsburgh, ou débouché sur des catastrophes, comme à New York, où le système avait recommandé de fermer des antennes de pompiers les plus actives de la ville, en s’appuyant uniquement sur le calcul des temps de réponse, ce qui a conduit à la dévastation par les flammes du Bronx et de quartiers voisins. À la suite de quoi, le divorce entre les urbanistes et les ingénieurs des systèmes dynamiques aux États-Unis a été consommé au début des années 1970, et ce jusqu’à une période récente [Townsend, 2013].

46Ce n’est que depuis peu que l’on trouve dans les travaux des urbanistes une volonté de s’emparer des données produites par la ville pour leurs travaux de recherche, à l’instar du célèbre géographe et urbaniste britannique Michael Batty [Batty, 2013]. Dans un article de 2013, il s’interroge sur les conséquences épistémologiques de l’irruption des big data dans les champs de recherche qui sont les siens. Selon lui, la donnée doit permettre de dégager une nouvelle compréhension du fonctionnement de la ville, en déplaçant l’observation vers des horizons de plus court terme et en privilégiant l’observation des mouvements et mobilités plutôt que celle du foncier. Il y voit surtout une opportunité de mieux comprendre le fonctionnement de la ville, de générer de nouvelles interactions sociales et de prendre des décisions plus éclairées.

47Pour revenir aux mésaventures des cybernéticiens, ce qu’elles nous enseignent, c’est que déjà à l’époque la donnée produite sur la ville avait été pensée en dehors des usages de ceux qui font la ville, c’est-à-dire ses habitants, ses pompiers, ou ses urbanistes. Et que ces négations des usages et des usagers condamnaient le dispositif.

48Ceci nous amène à penser que la question de la production de l’information, de son stockage, de son contrôle et de sa réutilisation sera au cœur de l’avenir de la ville de demain. Que la ville de demain soit dite intelligente, en transition, collaborative ou en Commun, elle sera de plus en plus productrice d’informations, qu’il s’agisse de données (quantités d’ordures ménagères, mouvements migratoires, géolocalisation de services publics, mesure d’impact énergétique…) ou de contenus (archives de la ville, projets urbains, etc.). À tel point, qu’il nous semble plus pertinent et moins normatif de parler de « data city » plutôt que de « smart city ».

  • 28 Est-ce que la technologie désurbanise la ville ? Hubert Guillaud, Internet Actu, 12/07/2011 http:/ (...)

49La sociologue Saskia Sassen28 réclame que les infrastructures de la ville soient accessibles, condition pour que les citoyens qui les utilisent soient en prise avec leur ville. Ces infrastructures ont de longue date été pour partie enfouies. Eau, gaz, électricité, égouts, puis métro, etc. ont depuis un siècle et demi tissé les entrailles de la ville. Pour autant, la rue et la place restaient l’espace public par essence, celui de l’échange et des sociabilités, apprivoisés et densifiés au fur et à mesure que la lumière y pénétrait et avec elle la sécurité. Deux phénomènes concourent à plonger la ville dans le règne de l’invisible. D’une part, avec la dissémination des capteurs dans les ouvrages d’art, les bâtis, les objets immobiles et mobiles qui peuplent la ville, l’infrastructure non seulement se miniaturise (l’émergence des NEMs, nano-capteurs, accentue le phénomène), mais surtout elle s’efface, et seuls ceux qui l’ont implémentée, ou qui sont en capacité de récolter sa « voix de retour » savent où elle se trouve. D’autre part, les réseaux sociaux et les services en ligne ajoutent une nouvel espace public informationnel invisible lui aussi, que nous emmenons avec nous via nos téléphones mobiles dans nos déplacements dans la ville, une sorte de « bulle personnelle », que le sociologue Dominique Boulier intitule « l’habitèle ». Une habitèle qui selon lui change notre présence à la ville et affecte notre expérience urbaine.

50Comment la démocratie urbaine peut-elle s’arranger de cette double invisibilité ? Nous posons comme hypothèse que le partage de l’information par, pour et sur la ville constitue une pierre angulaire de la démocratie à l’heure numérique. Un partage au sens plein, c’est-à-dire non seulement un accès, mais un droit à la réutilisation. Une hypothèse qui n’est pas sans soulever de multiples interrogations, la data city étant le fruit d’une multiplicité de données d’origine différente.

51Les données sur la ville proviennent aujourd’hui de quatre sources principales : la municipalité elle-même, première productrice ; les entreprises qui assurent des missions de service au public (transport, parking notamment) ou qui gèrent des « utilities » (eau, énergie, etc.) et qui de plus en plus déploient des dispositifs communicants (ex : capteurs sur les places de parking en rue, compteurs, etc.) ; les habitants enfin qui peuvent produire de la donnée en conscience et sur une base volontaire (ex : l’indication par les contributeurs des voies de pompiers dans les cités sur les cartes collectives de OpenStreetMap) ou sous forme de traces plus ou moins consciente (géolocalisation, échanges sur les réseaux sociaux ou dans des services de proximité via des plates-formes en ligne, journal d’appel, etc.).

52Jusqu’où ces données peuvent-elles et doivent-elles être partagées ? À la faveur du mouvement d’ouverture des données (open data), les données des municipalités s’extraient de leur finalité première, pour être partagées avec des tiers, citoyens et entreprises. Si ce mouvement d’ouverture est lent, il semble s’installer durablement dans le temps ; de plus en plus de collectivités territoriales en font le choix [Chignard, 2012]. Les données produites par les habitants sur une base volontaire sont quant à elles versées dans des plates-formes collectives qui leur garantissent par licence le statut d’un bien commun : partagées sur une base volontaire, elles sont assurées en retour de bénéficier au plus grand nombre. Ces deux sources de données partagées participent d’une approche plus distribuées de la ville : leur réutilisation n’est pas l’apanage de leurs producteurs, mais à la portée de tous.

  • 29 « Données personnelles : sortir des injonctions contradictoires », Valérie Peugeot, Vecam, Avril 2 (...)

53Mais qu’en est-il des données produites par les dispositifs communicants installés dans les objets et les infrastructures physiques de la ville et des données de traces attachées à des sociabilités ou mobilités locales ? Doivent-elles être réservées au seul usage de l’entreprise qui les collecte et le cas échéant de la municipalité ? Ceux-ci peuvent-ils éventuellement les monétiser en les revendant à des tiers pour d’autres finalités ? N’assisterait-on pas alors à une forme d’enclosure de l’information urbaine, vecteur avec les PPP (partenariats publics privés) d’une privatisation des villes, comme le soutient l’économiste urbaine Isabelle Baraudy-Serfaty [Baraudy-Serfaty, 2011] ? Ou bien, doivent-elles aussi être versées en données ouvertes, afin que des tiers, à commencer par les citoyens, mais aussi le terreau de petites et moyennes entreprises, d’innovateurs en tous genres, puissent s’en emparer pour imaginer d’autres services ? Et dans cette hypothèse, quel est pour l’entreprise prestataire, le modèle d’affaire associé à cette collecte et ce partage de données ? Peut-on imaginer des régimes mixtes, avec des données froides gratuites et des données en temps réel payantes, ou des systèmes de seuil ? Ou nous faut-il au contraire tourner le dos aux marchés de la data pour revenir à une économie servicielle ?29 Peut-on définir des ontologies de données qui auraient vocation ab inito à participer des Communs ?

54Alors que les promesses d’un nouvel eldorado économique peuplé de grandes masses de donnée se multiplient, et que les industries, notamment celles qui œuvrent à la smart city, élaborent leurs modèles d’affaires de demain sur cette hypothèse, il est temps de se poser collectivement la question de l’usage de la ville telle qu’elle se reflète au miroir de ses données. La ville apparait comme un nouvel espace d’inscription des tensions qui parcourent l’innovation du XXe siècle. Modèle distribué et ascendant versus modèle centralisé, différents imaginaires se croisent dans la conception de la ville augmentée de ses technologies et de ses données. Cette mise en tension n’est pas sans rappeler de précédents affrontements qui ont marqué l’histoire de l’urbanisme moderne. Ils nous obligent à revisiter la question de la gouvernance de la ville à la lumière de la production, de la gestion, et de la circulation de l’information numérisée qui lui est attachée. Les données seront demain au cœur de la valeur économique, sociale, culturelle produite par la ville. Les conditions de la coproduction et de la distribution de cette valeur, par et pour les entreprises, les pouvoirs publics, la société civile, les habitants, deviennent un enjeu de pouvoir. Renforcer la démocratie locale, c’est s’assurer qu’il n’y ait pas « un maître des données », public ou privé, mais que cette richesse informationnelle circule entre tous ceux qui tissent la ville.

REMERCIEMENTS

55Cet article doit beaucoup aux travaux menés à Orange Labs sur « Les mythes et imaginaires du big data », avec mes collègues Christophe Aguiton, Hélène Jeannin et Daniel Stern.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

[Barydy-Serfaty, 2011] Baraud-Serfaty, Isabelle, « La nouvelle privatisation des villes », Esprit, 2011/3, mars-avril, pages 149 à 167

[Batty, 2013] Batty, Michael,, « big data, smart cities and city planning », Dialogues in Human Geography, 2013 3 : 274

[Benjamin, 1934] Benjamin Walter, écrit entre 1927 et 1934, Paris, capitale du XIXe siècle, Le livre des passages, Les éditions du Cerf, 2009

[Boullier, 2011] Boullier Dominique, Janvier 2011, « Habitèle virtuelle », In Revue Urbanisme, n° 376, p. 42-44.

[Braudel, 1979] Braudel, Fernand, 1979, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVe-XVIIIe siècle, Paris, Armand Colin.

[Chignard, 2012] Chignard, Simon, 2012, L’Open data : Comprendre l’ouverture des données publiques, FYP Editions.

[Cohen, 2006] Cohen, Daniel, 2006, Trois leçons sur la société postindustrielle, Paris, Le Seuil.

[Flichy, 2003] Flichy, Patrice, 2003, L’innovation technique, Paris, La découverte.

[Florida, 2002] Florida, Richard L., 2002, The rise of the creative class : and how it’s transforming work, leisure, community and everyday life, New York, Basic Books.

[Forrester, 1969] Forrester Jay, 1969 ; Urban Dynamics, Pegasus Communication.

[Harvey, 2008] Harvey, David, Septembre - Octobre 2008, « The right to the city », New left review 53, p 23 - 40.

[Hopkins, 2008] Hopkins Rob, 2008, The Transition Handbook : From Oil Dependency to Local Resilience, Transition Books.

[Kaplan, 2012] Kaplan, Daniel, 2012, « Ta ville, trop smart pour toi », In Internet peut-il casser des briques ? Forum d’Action Modernités

[Latour, Hermant, 1998] Latour Bruno et Hermant Emilie, 1998, Paris ville invisible, Institut Edition Synthelabo

[Latour, 2006] Latour, Bruno, 2006, « Les cornéliens dilemmes d’une ceinture de sécurité », in Petites leçons de sociologie des sciences, La Découverte.

[Le Corbusier, 1995] Le Corbusier, Charles-Édouard Jeanneret-Gris, 1995, Vers une Architecture, Paris, Flamarion.

[Licklider, 1960], Licklider, J. C. R. « Man-Computer Symbiosis » IRE Transactions on Human Factors in Electronics, volume HFE-1, pages 4 – 11, March 1960 (disponible http://memex.org/licklider.pdf).

[Sassen, 1991] Sassen, Saskia, 1991, The Global city, New York, London, Tokyo, Princeton University Press.

[Schafer, Le Crosnier, 2011] Schafer Valérie, Le Crosnier Hervé, 2011, La neutralité de l’Internet, Un enjeu de communication, Les essentiels d’Hermès, CNRS Editions.

[Seto et al ] Seto Karen C., Güneralp Burak et Hutyra Lucy R., 17 septembre 2012, « Global forecasts of urban expansion to 2030 and direct impacts on biodiversity and carbon pools », Proceedings of the national academy of Sciences of the United States of Amercia.

[Townsend, 2013] Townsend, Anthony M., 2013, Smart cities – big data, civic hackers, and the quest for a new utopia, New York, Norton.

[Turner, 2012] Turner Fred, Aux sources de l’utopie numérique : De la contre-culture à la cyberculture, Stewart Brand, un homme d’influence, Paris, C & F Éditions.

Notes

1 « Les passages parisiens de Walter Benjamin », Gilles Behnam, MagPhilo, hiver 2011,http://www.cndp.fr/magphilo/index.php?id=113 (lien vérifié le 2 mai 2014).

2 World Urbanization Prospects, the 2011 Revision, Data on Urban and Rural Populations,http://esa.un.org/unpd/wup/CD-ROM/Urban-Rural-Population.htm (lien vérifié le 2 mai 2014).

3 Guillaume Josse, in « À terme, 80 % de la population mondiale vivra en zone urbaine », La Croix, 6 septembre 2012 http://www.la-croix.com/Actualite/Monde/A-terme-80-de-la-populationmondiale-vivra-en-zone-urbaine-_NG_-2012-09-06-850659 (lien vérifié le 2 mai 2014).

4 « Why cities keeping growing, corporations and people always die, and life goes faster » – A Conversation With Geoffrey West http://edge.org/conversation/geoffrey-west (lien vérifié le 2 mai 2014).

5 Description des smart grids par la Commission de régulation de l’énergie http://www.smartgridscre.fr/index.php?p=definition-smart-grids (lien vérifié le 2 mai 2014).

6 « Mission Control, Built for Cities, I. B. M. Takes ’Smarter Cities’Concept to Rio de Janeiro », New York Times, 3 mars 2012, http://www.nytimes.com/2012/03/04/business/ibm-takes-smartercities-concept-to-rio-de-janeiro.html?pagewanted=all (lien vérifié le 2 mai 2014).

7 http://www.ibm.com/smarterplanet/us/en/smarter_cities/overview/ (lien vérifié le 2 mai 2014).

8 http://www.transitionnetwork.org/initiatives/by-number (lien vérifié le 2 mai 2014)

9 Le site de la communauté de l’économie collaborative fournit une vision fouillée de ces services et de leurs ambitions http://ouishare.net/fr/ (lien vérifié le 2 mai 2014).

10 https://www.airbnb.fr/

11 https://peerby.com/

12 https://www.drivy.com/

13 http://www.covoiturage.fr/

14 L’association ANIS porte une veille régulière sur les tiers-lieux http://www.anis.asso.fr/-Tiers-Lieux-.html (lien vérifié le 2 mai 2014)

15 http://thedatacitizendrivencity.com/ (lien vérifié le 2 mai 2014)

16 http://www.la-ruche.net/

17 http://www.egeb-sgwb.be/local/files/lettre_d_information_octobre_2013/20130421commonjosaphat.pdf (lien vérifié le 2 mai 2014).

18 http://villes.bienscommuns.org/ (lien vérifié le 2 mai 2014).

19 http://villes.bienscommuns.org/blogpost/m1u8vr84ggs/view (lien vérifié le 2 mai 2014).

20 Il ne faut pas oublier qu’avant toute chose, la ville est un lieu vivant, Carlos Moreno, Conseiller scientifique du Président de Cofely ineo, filiale du groupe GDFSuez, 4 avril 2013 http://www.atelier.net/trends/articles/ne-faut-oublier-qu-toute-chose-ville-un-lieu-vivant_418459 (lien vérifié le 2 mai 2014).

21 http://www.cityprotocol.org/vision.html

22 Nous avons en 2013 analysé une trentaine de cas d’usage de ville intelligente en implémentation ou en préparation. Ces cas ont été classés d’une part selon le champ d’intervention dans la ville (environnement, urbanisme, sécurité, etc.), d’autre part, selon le type de « fonction sociale » affiché dans les discours associés aux présentations d’initiative (gain en efficacité, transparence, contrôle, etc.).

23 Essay : On the smart city ; Or, a’manifesto’for smart citizens instead, Dan Hill, City of sound, 01 février 2013, http://www.cityofsound.com/blog/2013/02/on-the-smart-city-a-call-for-smartcitizens-instead.html (lien vérifié le 2 mai 2014).

24 The Mayor’s Geek Squad, The New York Times, 24/03/2013 http://www.nytimes.com/2013/03/24/nyregion/mayor-bloombergs-geek-squad.html?pagewanted=all&_r=0 Predictive data analytics is saving lives and taxpayer dollars in New York City… Alex Howard, O’Reilly, 26/06/2012 http://strata.oreilly.com/2012/06/predictive-data-analytics-big-data-nyc.html (liens vérifiés le 2 mai 2014)

25 General Motors Highways & horizons : New York World’s Fair (1939)https://archive.org/details/generalmotorshig00geddrich.

26 The Mother of All Demoshttp://sloan.stanford.edu/mousesite/1968Demo.html..

27 Avis du Conseil national du numérique sur la Neutralité des plates-formes http://www.cnnumerique.fr/ (à paraître Juin 2014).

28 Est-ce que la technologie désurbanise la ville ? Hubert Guillaud, Internet Actu, 12/07/2011 http://www.internetactu.net/2011/07/12/est-ce-que-la-technologie-desurbanise-la-ville/;

29 « Données personnelles : sortir des injonctions contradictoires », Valérie Peugeot, Vecam, Avril 2014, http://vecam.org/article1289.html.

© Presses des Mines, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search